Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’hérétique à la sainte

 | 
François Neveux

Représentations des procès dans l’historiographie, la littérature, les arts et la musique

Images de Jeanne d’Arc aux XIXe et XXe siècles

Images of Joan of Arc in the nineteenth and twentieth centuries

Nadine-Josette Chaline

Résumé

Si Jeanne a été peu représentée avant le XIXe siècle, statues, tableaux et vitraux se sont ensuite multipliés, surtout à partir des années 1870. Chaque époque a mis l’accent sur un aspect de la personnalité de Jeanne : la « Pucelle d’Orléans », la guerrière, la suppliciée de Rouen ou, à partir de 1914, l’allié des « Poilus » pour « bouter l’ennemi (allemand et non plus anglais) hors de France ». Sa canonisation survenue en 1920 donne lieu à de grandes cérémonies, où personnalités civiles, militaires et religieuses se retrouvent pour la première fois depuis la Séparation des Églises et de l’État. Droite et gauche revendiquent « la sainte de la patrie » ou « la fille du peuple ».

If Jeanne was poorly represented before the nineteenth century, statues, paintings and stained glass were then multiplied, especially in the 1870s. Every era has focused on one aspect of the personality of Jeanne: the “Pucelle of Orleans”, the warrior, the tortured victim of Rouen, and since 1914, the ally of the French soldiers in order to “kick the enemy (not English anymore but German) out of France”. Her canonization occurred in 1920 resulting in large ceremonies, where civil, military and religious personalities meet for the first time since the Separation of Churches and State. Both French leading political party claim “the Saint of the fatherland” or “the Daughter of the people”.

Texte intégral

  • 1 F. Michaud-Fréjaville, « Images de Jeanne d’Arc au XVIIe siècle », in Une histoire de famille : Jea (...)

1Si Jeanne a été peu représentée avant le XIXe siècle1, depuis l’époque romantique nos places publiques et nos églises se sont peuplées de représentations de celle que l’on nomme tantôt « la pucelle d’Orléans », tantôt « la bonne Lorraine », puis « sainte Jeanne d’Arc » à partir de sa canonisation, en 1920. En effet, suite à la demande de l’évêque d’Orléans, Mgr Dupanloup, en 1869, cette dernière est déclarée « vénérable » par l’Église en 1894, béatifiée en 1909 et proclamée « sainte » en 1920, au lendemain de la Grande Guerre. Mais ce dernier couronnement n’est que la confirmation du culte dont Jeanne était entourée, particulièrement dans les tranchées. Le nombre de représentations de Jeanne (statues, tableaux, images…) atteint son apogée entre 1880 et les années 1925.

2Le message véhiculé par ces représentations a changé au cours de la période, de la Jeanne romantique, de la jeune fille emprisonnée, de la suppliciée de la place du Vieux Marché à la patronne de l’Union sacrée en 1914 ou à la sœur des Poilus, chevauchant à leur tête lors de l’attaque contre l’ennemi. Le cinéma s’est également emparé du personnage, mais c’est là un autre sujet.

Jeanne dans la première moitié du XIXe siècle

  • 2 M.-P. Foissy-Aufrère, « Dossier d’une œuvre », in La « Jeanne d’Arc » de Paul Delaroche, catalogue (...)

3Après les ironies d’un Voltaire au XVIIIe siècle et l’effacement de la suppliciée de Rouen pendant la période révolutionnaire, Jeanne est à la mode au début du XIXe siècle, particulièrement sous la Restauration. Le thème de Jeanne restauratrice de la monarchie est apprécié au moment où les Bourbon retrouvent leur trône. Louis XVIII puis Charles X favorisent toutes les entreprises visant à la glorifier. Quant aux Bonapartistes vaincus, ils ne manquent pas de rapprocher les destins de Jeanne et de Napoléon, tous deux martyrisés par les perfides Anglais ; le livre d’or de la maison de Domrémy témoigne de ce rapprochement effectué par les visiteurs : « Jeanne, Napoléon, salut, nobles victimes », écrit l’un d’eux2.

  • 3 Tous ces ouvrages sont conservés à la Bibliothèque municipale de Rouen. Cf. infra, « Bibliographie  (...)
  • 4 Sept rééditions de 1856 à 1890.

4On ne peut qu’être frappé par le grand nombre d’ouvrages consacrés à l’héroïne paraissant dans ces années. En 1817, Le Brun de Charmettes publie une Histoire de Jeanne d’Arc, surnommée la Pucelle d’Orléans en quatre volumes. La même année, Berriat-Saint-Prix en donne une autre. Deux ans plus tard, en 1819, Lœuillard d’Avrigny écrit une tragédie en vers et en cinq actes consacrée à Jeanne d’Arc à Rouen. Nombreuses sont les pièces de théâtre qui lui sont consacrées. En 1821, Jollois remet à l’imprimerie Didot l’aîné une Histoire abrégée de la vie et des exploits de Jeanne d’Arc. Et la liste n’est pas close3… en attendant l’ouvrage fondamental de Jules Quicherat, Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc, dont les cinq tomes paraissent entre 1841 et 1849, et qui donne la première rétrospective historique et non légendaire de Jeanne. À la même époque, Jules Michelet consacre plusieurs chapitres à Jeanne dans son Histoire de France, avant de les refondre et de les publier dans un livre à part en 1853, sous le titre Jeanne d’Arc, dont les rééditions témoignant de son succès vont se succéder jusqu’à la fin du siècle4.

5C’est sous la Restauration, en 1818, que le Conseil général des Vosges fait l’acquisition à Domrémy de la maison natale de Jeanne, alors transformée en étable. Une fois restaurée, sa chambre devient un lieu de pèlerinage très fréquenté, représenté par diverses gravures, notamment par les lithographies de Villain. Louis XVIII accorde personnellement des crédits pour l’érection d’un monument devant la maison, La France couronnant le buste de Jeanne, sculpté par Legendre-Héral.

6Jeanne attire aussi graveurs, peintres et sculpteurs et occupe une place importante dans l’effervescence artistique que connaît la Restauration, notamment dans les salons de peinture. Jeanne est l’héroïne la plus évoquée après les rois de France :

  • 5 Ce décompte, réalisé par G. et J. Lacambre et publié dans le Bulletin de la Société d’histoire de l (...)

La lecture des livrets des salons de 1814 à 1827 nous apprend que Henri IV est le sujet de 67 tableaux, saint Louis de 43, François Ier de 36, Jeanne d’Arc et Marie Stuart… de 12 chacune5.

7Le choix de ces personnages n’est, bien sûr, pas anodin, mais le résultat des faveurs de l’époque. Jeanne a sa place dans l’histoire de la France – et particulièrement celle de la monarchie – et dans la geste nationale : 3 Jeanne figurent au Salon de 1817, 10 à celui de 1819, 2 en 1822 et 4 en 1824, dont 3 traitant de l’emprisonnement à Rouen.

  • 6 Ibid., p. 36.

Étendard, épée, armure, panache : tels sont encore, sous la Restauration, les attributs de Jeanne, comme ils furent sous l’Empire ceux de l’étonnante statue de Gois datant de 1802, qui nous la présente sous un aspect martial (fig. 1)6.

Fig. 1 – Statue de Gois, place Bascule à Orléans, quartier Saint-Marceau (cliché J.-P. Chaline)

Fig. 1 – Statue de Gois, place Bascule à Orléans, quartier Saint-Marceau (cliché J.-P. Chaline)

8Le peintre lyonnais Pierre Revoil la présente encore ainsi en 1819, avec sa Jeanne d’Arc, prisonnière à Rouen, très marquée par la mode « troubadour ». Alexandre-Evariste Fragonard, en 1822, donne une Jeanne au bûcher, d’où tout signe religieux est exclu.

9Un autre ton distingue l’œuvre de Paul Delaroche, où s’opposent le rouge de la robe et l’attitude autoritaire du cardinal de Winchester au visage douloureux, mais tourné vers le ciel, de Jeanne. Est-elle à l’écoute de ses voix ? A-t-elle une vision ?

  • 7 J. Suttin, « La statue de Jeanne d’Arc de la place du Martroi et son sculpteur Denys Foyatier », Le (...)
  • 8 Artiste, la princesse Marie d’Orléans avait réalisé une statue en marbre, qui se trouve à Versaille (...)
  • 9 Jean-Jacques Feuchère (1807-1852) avait travaillé aux bas-reliefs de l’Arc de Triomphe.

10Sous la Monarchie de Juillet, trois images de Jeanne s’installent : la Jeanne sur son cheval, comme le montre la statue de Foyatier (fig. 2), place du Martroi à Orléans (réalisée au cours des années 1840, même si elle ne fut inaugurée qu’en 1855)7, la Jeanne en prière de la princesse Marie d’Orléans (fig. 3), fille de Louis-Philippe8, ou encore la Jeanne au bûcher de Feuchère9, installée en 1846 sous le péristyle de l’hôtel de ville de Rouen, en pendant de celle de Corneille (fig. 4). Cette dernière statue est intéressante, car elle évoque l’exécution de Jeanne, à l’issue de son procès.

Fig. 2 – Statue de Foyatier, place du Martroi à Orléans (cliché J.-P. Chaline)

Fig. 2 – Statue de Foyatier, place du Martroi à Orléans (cliché J.-P. Chaline)

Fig. 3 – La Jeanne de Marie d’Orléans, perron de l’hôtel de ville d’Orléans (cliché J.-P. Chaline)

Fig. 3 – La Jeanne de Marie d’Orléans, perron de l’hôtel de ville d’Orléans (cliché J.-P. Chaline)

Fig. 4 – La Jeanne de Feuchère, hall de l’hôtel de ville de Rouen (cliché J.-P. Chaline)

Fig. 4 – La Jeanne de Feuchère, hall de l’hôtel de ville de Rouen (cliché J.-P. Chaline)

11Si le Second Empire possède également des représentations de Jeanne, avec des tableaux de Pierre-Augute Pichon, François-Léon Bénouville, Isidore Patrois ou encore Joseph Navlet, on assiste à une véritable explosion de leur nombre dans le dernier tiers du XIXe siècle. Le rôle de l’évêque d’Orléans, Mgr Dupanloup, n’y est pas étranger, puisqu’il sollicite, dans le panégyrique qu’il prononce en sa cathédrale, le 8 mai 1869, l’honneur de la canonisation pour la libératrice d’Orléans et de la France, dont il introduit la cause en cour de Rome. Quelques mois avant sa disparition, en juillet 1878, il lance un concours pour doter la cathédrale d’Orléans de vitraux célébrant les hauts faits de Jeanne.

La multiplication des images de Jeanne dans le dernier tiers du XIXe siècle

  • 10 M. Lagny, Culte et images de Jeanne d’Arc en Lorraine (1870-1921), thèse de doctorat d’histoire, Un (...)
  • 11 D. Mengotti, « Le culte de Jeanne d’Arc en Lorraine annexée : Mgr Benzler et Guillaume Apollinaire (...)
  • 12 Quelques années plus tard, en 1887, fut créée une autre œuvre, non confessionnelle, le Souvenir fra (...)

12Outre l’action de l’évêque d’Orléans, deux autres raisons interviennent. D’une part la « statuomanie » de l’époque, bien distinguée par Maurice Agulhon, et, d’autre part, le traumatisme que subit la France après la défaite de 1870 devant l’Allemagne. Jeanne d’Arc est désormais « Jeanne la Lorraine », celle que l’on implore pour récupérer les deux provinces perdues, comme à Domrémy où, en 1902, est installé le groupe dû au sculpteur Antonin Mercié Jeanne d’Arc relevant l’épée de la France vaincue. La nouvelle frontière avec l’Allemagne est jalonnée de statues de celle invoquée, désormais, comme protectrice de la Lorraine et de l’Alsace. Au moins 75 statues sont placées dans les églises de la Lorraine restée française10 et, en Lorraine annexée, le culte rendu à Jeanne est un moyen de manifester son opposition à l’Allemagne11. Après bien des avatars, la première pierre de la basilique du Bois-Chenu à Domrémy est posée en 1881. Dix ans plus tard, l’évêque de Saint-Dié installe dans la crypte de l’église l’Œuvre nationale des prières et des tombes, créée en 1870 pour le salut de l’âme des soldats tués au cours de la guerre et l’entretien de leurs tombes12, ainsi que l’Archiconfrérie de Notre-Dame-des-Armées fondée quatre ans plus tôt. Mais Jeanne est revendiquée aussi bien par la gauche que par la droite. Les républicains voient en elle la fille du peuple trahie par son roi, tandis qu’à droite, on célèbre celle qui, guidée par Dieu, a sauvé la monarchie et chassé l’envahisseur.

  • 13 N.-J. Chaline, « Rouen et le culte de Jeanne d’Arc », Bulletin des amis des monuments rouennais, oc (...)

13Plusieurs villes élèvent une statue de Jeanne. Reims, en 1896, installe sur le parvis de la cathédrale une statue équestre, sculptée par Paul Dubois, tandis qu’une autre est promise à la ville de Mézières, pour faire pendant à celle de Bayard, autre défenseur de la ville face à l’ennemi. Paris, pour sa part, s’était doté de trois statues : outre celle de Frémiet, place des Pyramides, il y a celles de la place Saint-Augustin et celle du boulevard Saint-Marcel, sans parler de la première église Jeanne d’Arc qui s’élève dans la capitale à la veille de la guerre. Les deux villes johanniques par excellence ne sont pas en reste. Orléans possède celle de Foyatier, installée place du Martroi, au cœur de la cité, à la place de celle de Gois, envoyée sur la rive gauche de la Loire, dans le faubourg Saint-Marceau. À Rouen, après trois décennies de querelles politico-immobilières13, c’est finalement à Bonsecours, sur le plateau dominant Rouen à l’est, et non à Rouen même, que s’élève le monument à Jeanne d’Arc, inauguré en juin 1892 (fig. 5). Au centre de l’imposant édifice est installée la statue de l’héroïne sculptée par Louis Barrias, Grand Prix de Rome et membre de l’Institut. Si Feuchère avait représenté la vierge martyre, Barrias traite de la guerrière prisonnière. Un thème qui parle aux Français de l’époque. Cette statue de 2 mètres de haut fut d’abord exposée au Salon de 1892, avant d’être installée à Bonsecours.

Fig. 5 – Le monument de Bonsecours (cliché J.-P. Chaline)

Fig. 5 – Le monument de Bonsecours (cliché J.-P. Chaline)
  • 14 Un colloque sur les assiettes historiées a eu lieu en novembre 2008 à la Sorbonne : Un media de faï (...)

14Lorsque quatre ans plus tard, en 1896, est fondée l’Union Jeanne d’Arc, dans le but de faire célébrer une fête nationale de Jeanne et de rassembler les Français autour d’un idéal patriotique, la bergère de Domrémy occupe déjà une place importante dans l’esprit des Français, et particulièrement des catholiques. On ne compte plus les fêtes en son honneur, ni les patronages ou les sociétés de gymnastique placés sous sa protection. Des douzaines d’assiettes, produites par les manufactures de Creil-Montereau ou Sarreguemines, lui sont consacrées, retraçant les différentes étapes de sa vie et de son martyre, moments glorieux ou moments douloureux14. Ce fut un moyen de diffusion très important de l’image de Jeanne dans de nombreuses familles.

  • 15 En bas de ce vitrail, on peut lire : « Don de Mme Wauthier à la mémoire de son mari, le commandant (...)

15Elle commence également à apparaître sur les vitraux des églises. L’un des premiers est certainement celui d’Éteignières, dans les Ardennes, région où s’étaient déroulés de durs combats en 187015. Non daté, ce vitrail nous montre Jeanne en guerrière, tête nue, le regard dirigé vers l’horizon, une main sur la poitrine, l’autre sur l’épée. À Circourt-sur-Mouzon, dans les Vosges, une autre verrière, montrant Jeanne remettant son épée à un jeune officier, date également de la fin du XIXe siècle.

  • 16 La Semaine religieuse du diocèse de Rouen, 16 mai 1884.

16En 1884, l’église Saint-Vincent de Rouen, proche du Vieux-Marché, lieu du supplice, lui consacre une verrière due au maître-verrier Duhamel-Marette d’Évreux. Celle-ci retrace quatre scènes de la vie de la « bonne Lorraine » : les visions, le sacre du roi à Reims, la réception de la sainte communion en prison puis, pour finir, le bûcher, tandis que les compartiments supérieurs sont consacrés aux scènes de la réhabilitation. « Premier pas vers cette béatification tant désirée », écrit la Semaine religieuse du diocèse de Rouen, lorsqu’elle en relate l’inauguration, en présence de l’archevêque, qui prononce le panégyrique16.

  • 17 Jeanne d’Arc. Les tableaux de l’Histoire (1820-1920), ouvrage publié à l’occasion de l’exposition t (...)

17Jeanne est aussi célébrée en dehors de la France. En Pologne, par exemple, l’image de l’héroïne boutant l’étranger hors du pays est facilement transposable, alors que la nation polonaise est écartelée entre Prusse, Russie et Autriche. Le peintre Jan Matejko réalise, en 1883, une Jeanne chevauchant à la tête de ses troupes17, bien adaptée dans une Europe centrale secouée par le mouvement des nationalités.

18Lorsque Jeanne est déclarée « bienheureuse » en 1909, de grandioses cérémonies ont lieu particulièrement à Orléans et à Rouen. La Semaine religieuse du diocèse de Rouen consacre un article à ces événements dans quasiment chacun de ses numéros. Même les plus modestes paroisses célèbrent la nouvelle « bienheureuse ». Le chant À l’étendard de la délivrance, dont la musique est due au maître de chapelle de la cathédrale d’Orléans, Marcel Laurent, accompagne ces manifestations, tandis qu’à Dieppe on répète ce refrain :

Jeanne, ô notre espérance,
Nous venons tous à toi ;
Conserve au vieux pays de France
Le patriotisme et la foi !

19Des compositions sont élaborées pour ces circonstances. En 1911, on joue pour la première fois en la cathédrale de Rouen la Messe solennelle en l’honneur de la Bienheureuse Jeanne d’Arc pour soli, chœurs et orchestre du chanoine Bourdon et, deux ans plus tard, est donné l’Oratorio de Paul Paray.

  • 18 Charles Desvergne est né en 1860 à Bellegarde-du-Loiret. Élève de Chapu et Jouffroy, il obtient le (...)
  • 19 Bulletin des amis des monuments rouennais, 1911, p. 190-191.

20La béatification est marquée également par l’érection de nombreux autels et statues dans les différentes églises. Chaque paroisse souhaite posséder une statue de Jeanne. La maison Marcel Marron, d’Orléans, se fait une spécialité de la diffusion de celle réalisée par le sculpteur Charles Desvergne en 190918. La cathédrale de Rouen se dote, dans le transept sud autrefois consacré à saint Joseph, d’une chapelle dédiée à Jeanne (fig. 6). L’autel en marbre blanc de Carrare y est relativement simple, pour mettre en valeur la statuaire : sur la contre-table un bas-relief représente les Voix de Jeanne et l’apparition de saint Michel à la jeune fille gardant ses moutons près de la maison paternelle, tandis que la porte du tabernacle représente Jeanne attachée au poteau du supplice au milieu des tourbillons de fumée. L’ensemble est couronné par la statue de la nouvelle « bienheureuse », réalisée par le sculpteur italien Giuseppe Navone : Jeanne est entourée par La Patrie, casquée et tenant l’épée et la couronne civique, et La Religion, serrant contre sa poitrine la croix de la Rédemption19. En ces temps troublés, Jeanne réunit, comme on le chantait à Dieppe, patriotisme et foi ; et son étendard peut facilement s’identifier au drapeau national. Lorsque, dans l’été 1914, éclate la guerre, elle occupe tout naturellement une place de premier plan.

Fig. 6 – L’autel de Jeanne d’Arc à la cathédrale de Rouen, aujourd’hui disparu (Bulletin des amis des monuments rouennais, 1911, p. 191 ; cliché Rigondet)

Fig. 6 – L’autel de Jeanne d’Arc à la cathédrale de Rouen, aujourd’hui disparu (Bulletin des amis des monuments rouennais, 1911, p. 191 ; cliché Rigondet)

Jeanne, « alliée du ciel », combat avec les soldats durant la Grande Guerre

  • 20 Cette expression est utilisée en 1915 par l’abbé S. Coubé, Nos alliés du ciel, Paris, Lethielleux, (...)

21Dès le début de la guerre, Jeanne est invoquée comme « alliée du ciel »20, en compagnie de la sœur Thérèse de Lisieux, du roi saint Louis et, bien sûr, de la Vierge Marie. Dès le 8 septembre, alors que la menace allemande se rapproche de Rouen, Mgr Fuzet fait le vœu, au nom du clergé et des fidèles rouennais et « pour obtenir de Dieu, par l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie et de la Bienheureuse Jeanne d’Arc, la victoire de nos armées et la préservation de la ville de Rouen des malheurs de l’invasion :

  1. d’aller annuellement, toutes les paroisses réunies, en pèlerinage à Notre-Dame de Bonsecours, pendant vingt années consécutives ;
  2. de poursuivre de tous leurs efforts l’érection à Rouen d’un monument national en l’honneur de Jeanne d’Arc ».
  • 21 J.-J. Becker, La Première Guerre mondiale, Paris, Belin, 2003, p. 55.
  • 22 Une sainte des tranchées : Jeanne d’Arc pendant la Grande Guerre, catalogue de l’exposition tenue à (...)

22Dans toute la France, Jeanne apparaît comme la sainte patronne de l’Union sacrée de tous les Français face à l’ennemi, réclamée par le président de la République dans son discours du 4 août 191421. D’innombrables cartes postales popularisent ce thème22.

  • 23 Des exemples de cet « artisanat des tranchées » sont visibles à l’Historial de la Grande Guerre de (...)

23Jeanne est celle qui chevauche à la tête des soldats partant à l’attaque pour « bouter hors de France » l’envahisseur, comme elle avait su le faire en son temps. Son rôle auprès du roi Charles VII et la libération de la ville d’Orléans en font naturellement l’alliée des « Poilus ». Elle s’impose d’autant plus dans ce rôle que, depuis plusieurs décennies, son image était familière à tous. Si Thérèse, la petite carmélite de Lisieux décédée en 1897, est celle qui console, Jeanne, elle, aide à faire la guerre. On la retrouve dans les « Journaux de tranchées » tenus par les soldats. Ces derniers la représentent aussi sur les petits objets, comme les briquets, qu’ils confectionnent dans le cuivre de douilles d’obus lors de moments de repos en arrière des premières lignes23. Ils la sculptent aussi dans les carrières où ils stationnent, comme à Chauffour dans l’Oise.

24Jeanne est aussi très présente dans le mouvement de reconnaissance, qui submerge la France à partir de 1919. Partout s’élèvent des monuments aux morts en l’honneur de tous ceux qui ont donné leur vie pour sauver le pays. Si ces monuments sont constitués souvent par la statue d’un soldat, ou plus simplement par un obélisque, certains conseils municipaux choisissent Jeanne. C’est le cas dans l’Eure, à Émalleville, et en Seine-Maritime, à Theuville-aux-Maillots ou encore à Saint-Martin-aux-Buneaux (fig. 7). Jeanne veille aussi sur le monument de la Victoire érigé à Rouen, protégeant de ses bras ouverts le soldat blessé ainsi que la veuve et l’orphelin.

Fig. 7 – Monument aux morts de Saint-Martin-aux-Buneaux, Seine-Maritime (cliché J.-P. Chaline)

Fig. 7 – Monument aux morts de Saint-Martin-aux-Buneaux, Seine-Maritime (cliché J.-P. Chaline)

25La présence de Jeanne est encore plus importante dans les monuments aux morts élevés dans les églises. Très souvent, sa statue y est présente près de la plaque de marbre où sont inscrits les noms des soldats morts pour la France, comme à Ygrande (fig. 8), à Voussac et à Saint-Hilaire, dans l’Allier, ou à l’église Saint-Clément de Rouen (fig. 9). Jeanne fait désormais partie des collections de tous les fabricants d’art sacré. Les statues de plâtre, fabriquées en série, se multiplient dans la France entière. Les vitraux lui font également une large place, particulièrement dans les églises des régions envahies, reconstruites après les destructions de la guerre, comme dans les Vosges, la Meuse ou dans les Ardennes. Parfois, c’est une chapelle qui est vouée au souvenir des soldats associés à Jeanne, comme à Arques-la-Bataille, à l’est de Dieppe, où le maître-verrier a revêtu les soldats du XVe siècle de la tenue bleu-horizon… À Bonsecours, la crypte du monument élevé à Jeanne à la fin du XIXe siècle est consacrée aux disparus de la Grande Guerre. À Rouvres-en-Woëvre, dans la Meuse, Jeanne porte sur son bouclier : « Orléans 1429-Marne-Verdun 1914-1918 », affirmant ainsi la continuité entre Jeanne et les Poilus.

Fig. 8 – Monument aux morts de l’église d’Ygrande, Allier (cliché J.-P. Chaline)

Fig. 8 – Monument aux morts de l’église d’Ygrande, Allier (cliché J.-P. Chaline)

Fig. 9 – Monument aux morts de l’église Saint-Clément de Rouen (architecte : Pierre Chirol, sculpteur : Jules Déchin ; cliché J.-P. Chaline)

Fig. 9 – Monument aux morts de l’église Saint-Clément de Rouen (architecte : Pierre Chirol, sculpteur : Jules Déchin ; cliché J.-P. Chaline)

26Rapidement, l’exaltation patriotique et le véritable culte rendu aux morts de la guerre trouvent une transposition religieuse, avec la célébration de la canonisation de Jeanne par Rome, en 1920. L’héroïne nationale par excellence, la « sainte des tranchées », implorée par les soldats et leurs familles, devient officiellement une sainte pour l’Église, aussitôt présentée en « sainte de la patrie ». Culte éminemment adapté au moment, d’où son immense succès.

27Alors qu’en 1909 la béatification de Jeanne, première étape vers la sainteté, n’avait donné lieu qu’à des cérémonies strictement religieuses, la canonisation en 1920, venant après une guerre où la vierge lorraine avait été si souvent invoquée, suscite tout naturellement des manifestations religieuses, mais également officielles. Les pouvoirs publics apprécient un geste du Vatican qui sacralise, en quelque sorte, le sentiment patriotique et le sacrifice de tant de soldats. Cela explique que, pour la première fois depuis la Séparation des Églises et de l’État en 1905, de grandes fêtes aient pu rassembler les autorités civiles, militaires et religieuses en une même commémoration. En 1931, le cinquième centenaire du supplice fut célébré à Rouen avec une pompe restée dans les esprits, en présence de 46 évêques ou archevêques – un cardinal anglais étant légat pontifical – et de Léon Bérard, vice-président du Conseil, représentant le gouvernement. L’image de Jeanne est désormais connue du monde entier.

Notes

1 F. Michaud-Fréjaville, « Images de Jeanne d’Arc au XVIIe siècle », in Une histoire de famille : Jean Hordal et Charles Du Lys, premiers historiens de Jeanne d’Arc au XVIIe siècle, catalogue de l’exposition, site de Domrémy, Épinal, Conseil général des Vosges, 2009, p. 129-150.

2 M.-P. Foissy-Aufrère, « Dossier d’une œuvre », in La « Jeanne d’Arc » de Paul Delaroche, catalogue de l’exposition organisée à l’occasion de l’acquisition de ce tableau par le Musée des Beaux-Arts de Rouen, Rouen, Musée des Beaux-Arts, 1983, p. 93.

3 Tous ces ouvrages sont conservés à la Bibliothèque municipale de Rouen. Cf. infra, « Bibliographie », p. 305-325.

4 Sept rééditions de 1856 à 1890.

5 Ce décompte, réalisé par G. et J. Lacambre et publié dans le Bulletin de la Société d’histoire de l’art français en 1972-1973, est repris dans le catalogue La « Jeanne d’Arc » de Paul Delaroche, p. 31.

6 Ibid., p. 36.

7 J. Suttin, « La statue de Jeanne d’Arc de la place du Martroi et son sculpteur Denys Foyatier », Les amis du Musée d’Orléans, octobre 2004, p. 19-36.

8 Artiste, la princesse Marie d’Orléans avait réalisé une statue en marbre, qui se trouve à Versailles. En souvenir de sa fille décédée en 1839, peu de temps après son mariage avec le duc de Wurtemberg, le roi fit don à la ville d’Orléans d’une réplique en bronze de la statue, qui se trouve aujourd’hui devant l’hôtel de ville.

9 Jean-Jacques Feuchère (1807-1852) avait travaillé aux bas-reliefs de l’Arc de Triomphe.

10 M. Lagny, Culte et images de Jeanne d’Arc en Lorraine (1870-1921), thèse de doctorat d’histoire, Université de Nancy II, 1973 (dactyl.), p. 372.

11 D. Mengotti, « Le culte de Jeanne d’Arc en Lorraine annexée : Mgr Benzler et Guillaume Apollinaire (1901-1915) », Les cahiers lorrains, n° 1, 1995, p. 35-50.

12 Quelques années plus tard, en 1887, fut créée une autre œuvre, non confessionnelle, le Souvenir français, dont la préoccupation essentielle est justement l’entretien des tombes.

13 N.-J. Chaline, « Rouen et le culte de Jeanne d’Arc », Bulletin des amis des monuments rouennais, octobre 1983-septembre 1984, p. 3-14. Cf. également J.-P. Chaline, Rouen et Jeanne d’Arc. Un siècle d’hommages, Rouen, Société de l’histoire de la Normandie, 2012.

14 Un colloque sur les assiettes historiées a eu lieu en novembre 2008 à la Sorbonne : Un media de faïence. L’assiette historiée imprimée, J.-P. Chaline, M. Bouyssy (dir.), à paraître aux Presses de la Sorbonne.

15 En bas de ce vitrail, on peut lire : « Don de Mme Wauthier à la mémoire de son mari, le commandant Léon Wauthier ». Voir le catalogue de l’exposition organisée aux Archives départementales des Ardennes, à Charleville-Mézières, en 2004 : Images de verre, images de guerre. Les vitraux commémoratifs des trois guerres dans les églises des Ardennes.

16 La Semaine religieuse du diocèse de Rouen, 16 mai 1884.

17 Jeanne d’Arc. Les tableaux de l’Histoire (1820-1920), ouvrage publié à l’occasion de l’exposition tenue au musée des Beaux-Arts de Rouen en 2003, Paris, Réunion des musées nationaux, 2003, p. 66.

18 Charles Desvergne est né en 1860 à Bellegarde-du-Loiret. Élève de Chapu et Jouffroy, il obtient le Grand Prix de Rome de sculpture en 1889. Travaillant pour plusieurs régions de France, il est distingué lors de l’Exposition universelle de 1900 à Paris par une médaille d’argent.

19 Bulletin des amis des monuments rouennais, 1911, p. 190-191.

20 Cette expression est utilisée en 1915 par l’abbé S. Coubé, Nos alliés du ciel, Paris, Lethielleux, 1915.

21 J.-J. Becker, La Première Guerre mondiale, Paris, Belin, 2003, p. 55.

22 Une sainte des tranchées : Jeanne d’Arc pendant la Grande Guerre, catalogue de l’exposition tenue à Domrémy-la-Pucelle (1er juin-30 septembre 2008), Épinal, Conseil général des Vosges, 2008.

23 Des exemples de cet « artisanat des tranchées » sont visibles à l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, dans la Somme.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Statue de Gois, place Bascule à Orléans, quartier Saint-Marceau (cliché J.-P. Chaline)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/7820/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre Fig. 2 – Statue de Foyatier, place du Martroi à Orléans (cliché J.-P. Chaline)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/7820/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Fig. 3 – La Jeanne de Marie d’Orléans, perron de l’hôtel de ville d’Orléans (cliché J.-P. Chaline)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/7820/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Titre Fig. 4 – La Jeanne de Feuchère, hall de l’hôtel de ville de Rouen (cliché J.-P. Chaline)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/7820/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Fig. 5 – Le monument de Bonsecours (cliché J.-P. Chaline)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/7820/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Fig. 6 – L’autel de Jeanne d’Arc à la cathédrale de Rouen, aujourd’hui disparu (Bulletin des amis des monuments rouennais, 1911, p. 191 ; cliché Rigondet)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/7820/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Titre Fig. 7 – Monument aux morts de Saint-Martin-aux-Buneaux, Seine-Maritime (cliché J.-P. Chaline)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/7820/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Fig. 8 – Monument aux morts de l’église d’Ygrande, Allier (cliché J.-P. Chaline)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/7820/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Fig. 9 – Monument aux morts de l’église Saint-Clément de Rouen (architecte : Pierre Chirol, sculpteur : Jules Déchin ; cliché J.-P. Chaline)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/7820/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 299k

Auteur

Nadine-Josette Chaline est professeur émérite de l’université d’Amiens, où elle a dirigé la faculté d’histoire et géographie et le centre de recherche d’histoire. Spécialiste d’histoire religieuse, elle a présidé l’Association française d’histoire religieuse contemporaine. Ses publications portent notamment sur les catholiques normands aux XIXe et XXe siècles, ainsi que sur les constructions d’églises et l’art religieux en France à cette époque.

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540