Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’hérétique à la sainte

 | 
François Neveux

Représentations des procès dans l’historiographie, la littérature, les arts et la musique

Entre procès d’intention et générations successives : historiographie du mythe Jeanne d’Arc de la Libération à nos jours

Between intention assumption and successive generations: historiography of the Joan of Arc myth from the Liberation day to the present day

Yann Rigolet

Résumé

De sa puissante résurgence au XIXe siècle jusqu’à sa récupération polymorphe et polysémique pendant la Seconde Guerre mondiale, le mythe Jeanne d’Arc n’a cessé de cristalliser les passions, qu’elles soient politiques, nationales ou identitaires. Qu’en est-il cependant dans la seconde partie du XXe siècle, et jusqu’à nos jours ? Doit-on conclure à une évidente accalmie autour du mythe Jeanne d’Arc ? Peut-on parler d’un déclin progressif, voire d’une certaine désaffection du public, ou bien l’héroïne de Domrémy reste-t-elle encore cette figure de proue de notre mémoire collective, perpétuellement revisitée et réinvestie ? De la figure « gaullienne » à la vestale « lepéniste », en passant par l’« européenne supranationale » devenue « mata-hari » d’un nouveau « Da Vinci Code » médiéval, l’auteur présente un panorama historiographique d’une figure complexe et fascinante de notre histoire de France.

From its powerful resurgence in the nineteenth century until its polymorphous and polysemous recovery during the Second World War, Joan of Arc myth has steadily crystallized passions, whether it was political, national or about identity. However, what about it in the second part of the twentieth century to the present day? Should we conclude that a clear calm came around the Joan of Arc myth? Can we speak of a gradual decline or even some sort of public disaffection; or Domremy’s heroin is still the figurehead of our collective memory, constantly revisited and reinvested? From the “Gaullist” figure to the “Le Penist” vestal and through the “supranational European woman” who became the “mata-hari” of a new medieval “Da Vinci Code”, that is an essay on a historiography overview of a complex and fascinating figure of the French history.

Texte intégral

1Est-il encore possible aujourd’hui de travailler sérieusement sur Jeanne d’Arc ? Sur le personnage historique, sur la pérennité de sa dimension mythique ?

  • 1 M. Gay, R. Senzig, L’affaire Jeanne d’Arc, Paris, Éditions Florent Massot, 2007.

2Tant de lignes ont été écrites et réécrites, tant de théories et supputations diverses ont été échafaudées qu’il semble toujours délicat, pour le chercheur sincère, de s’aventurer dans ce thème. Quel paradoxe que cette hésitation pavlovienne, lorsque l’on sait que certains auteurs conspirationnistes moins scrupuleux, thuriféraires du complot permanent et autres apprentis historiens de l’absurde, continuent inlassablement à faire la part belle à l’irrévérencieux, au farfelu et, bien souvent, au ridicule quand il est question de Jeanne d’Arc. Bien que pourfendues et corrigées par les meilleurs spécialistes du genre, ces théories et leur puissant impact médiatique semblent séduire des foules toujours plus grandes, avides du déni et du complot, vouées corps et âme à la déesse ignorance. Rappelons pour récente illustration l’évocatrice formule de la quatrième de couverture de l’ouvrage de l’angélique Marcel Gay : L’affaire Jeanne d’Arc1, si précocement paru en Livre de poche.

L’histoire officielle n’apporte pas de réponse à ces questions pourtant légitimes. Parce que l’histoire a été sciemment falsifiée. Le dossier a été truqué. Voici pourquoi. Voici comment.

3Tout est dit. Les historiens, affabulateurs et manipulateurs, mentent depuis toujours lorsqu’il est question de Jeanne d’Arc, et seule la croisade solitaire d’un journaliste, qui lui, sait lire, permettra d’extirper l’héroïne de Domrémy de l’obscurantisme.

4Au final, cette tentative comme tant d’autres, n’en déplaise aux révisionnistes de l’Histoire, ne contribue certes pas à offrir une meilleure connaissance de Jeanne d’Arc, mais achève surtout de déliter un personnage et un mythe, déjà savamment obscurcis par la propagande d’une extrême droite aujourd’hui en large perte de vitesse politique et électorale. Plus encore, victime d’une certaine désaffection du public, symbole égaré du panthéon national boudé par les républicains, Jeanne d’Arc serait-elle dès lors devenue une figure lointaine et déclinante, un faire-valoir farfelu parfois réactivé, çà et là, au rayon littéraire d’un ésotérisme de pacotille ?

5C’est cette lente traversée du désert d’un mythe fondateur de notre culture politique que déplore Édouard Balladur dans son ouvrage de 2003 intitulé : Jeanne d’Arc et la France, le mythe du sauveur. Il notait ainsi :

  • 2 É. Balladur, Jeanne d’Arc et la France, le mythe du sauveur, Paris, Fayard, 2003, p. 212.

À bien des égards, son message et son épopée ne correspondent plus à l’esprit de nos contemporains, ne rencontrent que le scepticisme. Il y a un décalage entre les mentalités d’aujourd’hui et son aventure, qui semble ne plus nous concerner2.

  • 3 Retenons ainsi l’excellente analyse de M. Winock : « Jeanne d’Arc », in Les lieux de mémoire, P. No (...)

6Cela étant, comme le souligne plus loin l’auteur, s’il apparaît que le recours au mythe Jeanne d’Arc comme mythe matriciel du sauveur providentiel se soit largement estompé depuis la fin des années 1970, l’idée d’une déchéance généralisée de la figure johannique doit avant tout être nuancée et relativisée, précisément parce qu’elle porte en elle un formidable pouvoir de régénération. En effet, rompons avec la courante dichotomie qui veut que l’image de Jeanne soit subitement passée d’une puissante remémoration active au XIXe siècle pour sombrer progressivement dans l’oubli et le dédain dans le second XXe siècle. D’une part, cette période de l’historiographie du mythe Jeanne d’Arc, souvent moins connue et peut-être également moins débattue, n’a fait l’objet que de peu de travaux3 : c’est un travers probable d’une histoire immédiate, dont les objets d’études sont en permanentes constructions. D’autre part, il y a bien dans la pérennité d’un mythe des étapes intermédiaires, parfois sporadiques mais bien réelles, des instants de résurgences où le mythe peut renouer avec ses invariants caractéristiques, comme les nomment les mythologues, et peut aussi subir diverses métamorphoses, pas toujours aisément identifiables et parfois endogènes. C’est précisément le cas de Jeanne d’Arc. Plus encore, successivement récupéré et réinvesti, le mythe Jeanne d’Arc prouve à l’évidence qu’il est bien un fil conducteur de notre histoire nationale, rayonnant et toujours actif. Sa proximité toute symbolique avec l’image du général de Gaulle, après la Seconde Guerre mondiale, la tentative perpétuelle de la droite extrême de la transformer durablement en vestale de la xénophobie, son instrumentalisation dans une optique européiste dès les années 1950 ou bien ses diverses évocations pendant la présidentielle de 2007, tant à gauche dans l’image utilisée par Ségolène Royal qu’à droite dans le discours de Nicolas Sarkozy, l’attestent indéniablement.

7La problématique générale de notre contribution repose donc sur cette nécessité de relativiser et de nuancer l’idée d’une désaffection et d’une déréliction totales du mythe Jeanne d’Arc dans la seconde moitié du XXe siècle. Celui-ci reste un mythe complexe à l’actualité vibrante et à la richesse incontestable. Pour se faire, nous nous pencherons sur deux temps forts de son historiographie. Nous étudierons, dans un premier temps, sa pérennité de 1945 à 1970 à travers, notamment, l’image du général de Gaulle, puis celle qui fut vantée par le parti communiste et, enfin, celle qui était portée par un fort courant nationaliste au milieu des années 1950. Nous tenterons par la suite de mettre en parallèle ce que l’on peut considérer comme les deux ultimes régénérations du mythe, à savoir celle qui est orchestrée par le Front national et celle qui tend à faire de Jeanne d’Arc une « pro- » ou bien une « anti- » européenne par essence. Pour conclure, en guise de synthèse, nous insisterons sur l’idée que c’est peut-être, et surtout, parce que l’image de Jeanne est victime d’une savante confiscation par le Front national, ne rencontrant visiblement que peu d’oppositions, que sa célébrité, tant populaire que politique, a pu décroître progressivement depuis près de trente ans. Confiscation apparemment contestée aux présidentielles 2007, tant par les rangs de la droite que de la gauche, et qui a donné lieu à une réactivation tardive du mythe johannique dans une rhétorique républicaine « officielle ». Nous proposerons ici quelques remarques cursives, forcément incomplètes, car dépendantes de « l’histoire immédiate », sur les enjeux de cette instrumentalisation de Jeanne d’Arc pendant ces élections.

  • 4 Voir à ce titre l’article de J.-L. Robert, « Images et usages de Jeanne d’Arc pendant la Seconde Gu (...)

8Depuis sa « résurgence » au XIXe siècle, sous l’impulsion des romantiques, et jusqu’en 1945, le souvenir de Jeanne n’a cessé de cristalliser les passions les plus intenses, qu’elles soient politiques et religieuses, nationales ou identitaires. Au cœur de la querelle des deux France dès les années 1890, « sainte de la patrie » et figure de la réconciliation nationale en 1920, Jeanne d’Arc subit de nouveau une ostensible tentative d’appropriation dans les années 1930 entre, d’un côté, le Parti communiste français et, de l’autre, les puissantes ligues d’extrême droite. Si les uns s’attachent à promouvoir les origines populaires de l’héroïne, en développant le modèle de la femme patriote, les autres voient en l’héroïne de Domrémy l’archétype idéalisé du nationalisme intégral et opposent le mythe de la vaillante Jeanne d’Arc, attachée à sa terre et à sa francité, à celui du « juif errant ». Une nette dichotomie donc, une puissante rivalité, que l’on va retrouver exacerbée à son paroxysme sous l’Occupation. D’une part, parce que Jeanne d’Arc fait alors l’objet d’une intense querelle idéologique, dans la guerre que se livrent, d’un côté, la propagande vichyste et, de l’autre, les partisans de la France libre ; d’autre part, car ce conflit peut être considéré comme le dernier dont l’héroïne ait été l’enjeu à l’échelle nationale4. Et après, qu’en est-il ? Loin d’être une période d’accalmie pour l’image de Jeanne d’Arc, il apparaît que l’utilisation de son mythe est bien présente, parce qu’elle est associée à une figure symbolique complexe et déjà quasi mythique, celle du général de Gaulle.

Jeanne d’Arc : une héroïne gaulliste, communiste et nationaliste !

  • 5 C. de Gaulle, Discours et messages, pendant la guerre, juin 1940 – juin 1946, Paris, Plon, 1970, p. (...)
  • 6 Ibid., p. 183 et p. 197.
  • 7 La République du Centre, 15 mai 1945, Fêtes de Jeanne d’Arc – Organisation (affiches, brochures et (...)

9Nous savons combien le général de Gaulle a su se saisir de Jeanne, pour lui faire épouser la cause de la Résistance et de la France Libre. L’héroïne est alors omniprésente dans ses interventions radiophoniques, à l’instar du discours du 10 mai 1941, à Brazzaville, où il demande aux Français d’observer une minute de silence, le 11 mai suivant, à l’occasion de la Fête nationale de Jeanne d’Arc5. Dès lors, l’héroïne est régulièrement mobilisée pour subvertir l’esprit partisan de la fête de Jeanne d’Arc officielle et maréchaliste, tant louée par le régime de Vichy, en lui substituant l’esprit de résistance à l’oppresseur. Toutefois, si l’on retrouve régulièrement cet appel à une Jeanne d’Arc résistante dans d’autres discours, tels ceux du 30 avril et du 18 juin 19426, on constate à la Libération que Jeanne d’Arc tend à s’effacer presque entièrement des discours de De Gaulle. Le meilleur exemple réside dans le discours du 15 mai 1945, à Paris, lors de la Fête de Jeanne d’Arc retrouvée, où l’héroïne est totalement absente de la rhétorique gaullienne, et cela malgré toute la symbolique que revêt cette commémoration. De Gaulle insistant d’ailleurs sur le fait « qu’en 20 siècles d’une existence traversée par d’immenses douleurs, la patrie n’avait jamais connu une situation semblable »7. De surcroît, lorsque l’on sait que la victoire du 8 mai 1945, quelque temps auparavant, offrait une extraordinaire coïncidence historique avec l’anniversaire de la libération d’Orléans par Jeanne d’Arc, le 8 mai 1429, on peut s’interroger sur cet impardonnable oubli. Un oubli d’ailleurs réitéré par De Gaulle dès le lendemain, le 16 mai, dans sa réponse adressée au maire d’Orléans concernant sa présence avortée comme invité d’honneur des Fêtes Johanniques le 8 mai précédent.

  • 8 Télégramme adressé au maire d’Orléans, Pierre Chevallier, le 16 mai 1945, Fêtes de Jeanne d’Arc – O (...)

10Une nouvelle fois, aucune allusion à Jeanne d’Arc n’apparaît, le Général se contentant d’évoquer « les fêtes d’anniversaire de la Libération de votre cité » et « l’effort de ses enfants qui ont permis à cinq cent ans de distance de remonter notre pays de l’abîme »8. De Gaulle avait pourtant rendu hommage à Jeanne d’Arc par deux fois. Lors de sa visite à Orléans, le 18 septembre 1944 :

  • 9 Discours prononcé par le général de Gaulle, le 18 septembre 1944, dans La République du Centre, 19  (...)

Où donc la libération peut-elle prendre une signification aussi grande qu’à Orléans, ici devant la statue de la sainte libératrice, la statue de Jeanne d’Arc9 ?

11Ainsi qu’à Paris, le 2 avril 1945, où il déclarait :

  • 10 C. de Gaulle, Discours et messages…, p. 536.

Paris fut en tout temps symbolique […], il l’était lorsque Jeanne d’Arc, en montant à l’assaut de la porte Saint-Honoré, présageait du retour de toutes les terres françaises à l’unité et à l’indépendance10.

12Ces éléments le prouvent, il y a visiblement pour De Gaulle un avant et un après 8 mai 1945, lorsqu’il est question de Jeanne d’Arc. Comme si l’utilisation du mythe, dont la fonction de modèle est d’être répétée dans des situations critiques, ne semblait plus avoir d’intérêt une fois l’expérience réussie.

  • 11 La Nouvelle République du Centre-Ouest, 8 mai 1959.
  • 12 La République du Centre, 8 mai 1959.

13Paradoxalement pourtant, si au niveau national Jeanne d’Arc semble s’effacer des discours du Général en tant que référence clé, c’est bien à la Libération et dans les années suivantes que l’on voit De Gaulle, iconographiquement, être très souvent comparé à l’héroïne par les médias et les caricaturistes, à l’image de Jean Effel. Il faut toutefois attendre 1959 et le temps local des Fêtes Johanniques d’Orléans, à l’occasion de la présence du président de Gaulle comme invité d’honneur des festivités, pour constater une résurgence des références directes à Jeanne d’Arc. Tant au niveau de l’image que du discours, il semble que le processus de mythification soit porté à son paroxysme. Aussi tout un panel médiatique est-il mis en œuvre afin de fusionner deux figures de la libération sous le ciel orléanais. La presse locale insiste d’autant plus sur l’importance allégorique de l’événement. La Nouvelle République du Centre-Ouest présente à ce titre, en première page, une riche iconographie11. Le général de Gaulle y est représenté en médaillon, surplombant la ville d’Orléans fortifiée, un étendard, symbolisant celui de Jeanne d’Arc, et le drapeau de la victoire étant positionnés près d’un blason dans lequel figure une croix de Lorraine. L’illustration porte également le titre évocateur : « De Jeanne d’Arc à la Victoire ». La République du Centre, quant à elle, représente aussi le héros du 18 juin en première page, posant, cette fois-ci, devant l’hôtel de ville d’Orléans, l’Hôtel Groslot12. À ce sujet, rappelons que la statue de Jeanne d’Arc, réalisée par Marie d’Orléans, siège devant la façade dudit Hôtel. Le Général est ainsi représenté au même endroit, dissimulant en quelque sorte la statue. Peut-être faut-il y voir une volonté de substituer De Gaulle à Jeanne d’Arc, puisque ce dernier est vraisemblablement photographié au même emplacement ? Ou bien y a-t-il une intention délibérée de mettre en évidence le recoupement des deux symboles ?

14Ce rapprochement des deux grands libérateurs de la France réunis à Orléans est d’ailleurs savamment exploité par la suite. Dans un dossier du magazine Paris-Match du 16 mai 1959, l’accent est mis sur un épisode essentiel du déroulement de ces Fêtes Johanniques : la rencontre du Général et de la jeune fille incarnant Jeanne. Moment phare, la rencontre est d’ailleurs immortalisée par quelques clichés devenus célèbres.

15Chargé de solennité et de puissance allégorique, cet événement est relaté par le journaliste Jean Farrau, qui souligne ici un détail important en notant :

  • 13 J. Farrau, « Jeanne d’Arc reçoit De Gaulle aux pays de Loire », Paris-Match, supplément au numéro 5 (...)

Serrant la main de Claire Deschamps, Jeanne d’Arc d’un jour, sur le parvis de la cathédrale d’Orléans, le Général, pour la première fois, consent une entorse à la règle qu’il s’est donnée, celle de ne jamais se prêter aux caprices des photographes13.

16C’est ce que confirme Claire Deschamps elle-même :

  • 14 Témoignage de Claire Deschamps, Jeanne d’Arc 1959, recueilli par Christian Bidault et Jean-Bernard (...)

En sortant de la mairie, il est venu me rejoindre pour poser pour les photographes ; il leur à répondu qu’il ne posait jamais pour eux, mais là, il a bien voulu le faire14.

17Allusions non feintes, analogies bien senties, mise en œuvre idéale du « Kairos » grec, le Général lui-même, dans son discours, se risque à un parallèle. À l’instar de son propre appel à la résistance, il insiste sur la venue providentielle de Jeanne d’Arc :

  • 15 Discours prononcé par le général de Gaulle, le 8 mai 1959, Fêtes de Jeanne d’Arc de 1959, AMO, 1 J (...)

Cette jeune fille, venue combattre au moment où tout semblait perdu, cette jeune fille, dédaignant tous les artifices, allant droit au cœur, à l’âme de ses concitoyens et parvenant à leur rendre l’espoir, alors qu’il paraissait perdu15.

18Jeanne d’Arc dans l’ombre du Général ? Les exemples sont légion, à Orléans comme ailleurs, et jusqu’à sa mort, en novembre 1970. Toutefois, si l’on peut admettre que De Gaulle a toujours gardé une affection particulière à l’égard de Jeanne d’Arc, il est difficile de l’affirmer avec exactitude, tant l’ambiguïté règne dans la nature même de ce sentiment, oscillant entre référence historique incontournable de l’histoire de France glorieuse et lien plus intime avec le personnage même. Ainsi, des éléments tendent à relativiser l’intensité de ce rapprochement. C’est ce dont témoigne Robert Montay-Marsais, un militaire ayant rejoint la France Libre, en notant :

  • 16 Entretien avec Olivier Bouzy, directeur adjoint du Centre Jeanne d’Arc d’Orléans.

Curieusement, cette fascination de De Gaulle pour Jeanne d’Arc peut surprendre, vu qu’il semble qu’aucun ouvrage ayant trait de près ou de loin à l’héroïne n’apparaisse dans la bibliothèque privée du Général, à Colombey16.

19Pourtant, d’une manière paradoxale, il semble que Jeanne soit toujours bien présente dans l’esprit du héros du 18 juin, jusque dans les derniers mois de son existence. C’est ce que rapporte Michel Droit, après une journée passée à La Boisserie avec De Gaulle, le 28 juillet 1970 :

  • 17 M. Droit, Les feux du crépuscule, Paris, Plon, 1977, p. 224.

En faisant avec le Général, un bref tour de jardin, j’ai l’impression d’entendre la fin des mémoires de guerre […] « Vous voyez, me dit-il, au fond de cette vallée, il y a l’Aube. On peut la passer à gué. C’est ce qu’a fait Jeanne d’Arc. Elle a franchi la rivière [le bras du Général indique une direction] à peu près à cette hauteur-là, quand elle est venue de Domrémy, pour rejoindre le roi. Elle allait ainsi de maquis en maquis »… Le terme est venu avec naturel dans la phrase17.

20Si ce « rapprochement » avec la personne du Général tient une place fondamentale dans l’historiographie johannique du second XXe siècle, on constate toutefois la permanence d’autres formes de génération du mythe. Celle du parti communiste notamment, qui n’a de cesse depuis 1942 et les tribunes clandestines de L’Humanité de continuer à faire du souvenir de Jeanne un usage important en tant que vecteur d’un message de résistance. La pièce de Claude Vermorel, de 1942, rejouée en 1946, Jeanne d’Arc avec nous, est assez symptomatique de ce phénomène, tout comme l’ouvrage de la résistante et militante communiste Édith Thomas, qui publie sa Jeanne d’Arc en 1947. Maurice Thorez, leader du PCF, ne vantait-il pas en 1964 le patriotisme de Jeanne :

  • 18 Cité par A. Levandovsky, « Jeanne d’Arc dans l’historiographie soviétique », in Jeanne d’Arc, une é (...)

Le patriotisme des gens simples, le patriotisme de Jeanne d’Arc, paysanne française, abandonnée par son roi et mise au bûcher par l’église, traverse toute notre histoire comme un rayon de lumière vive18.

  • 19 Il s’agit de caricatures présentées dans Le Figaro du 10 mai 1949 et dans L’Aurore du 6 septembre 1 (...)
  • 20 Entretien avec Olivier Bouzy, rapportant un propos de Philippe Contamine. L’intérêt croissant soule (...)

21Des caricatures témoignent également de l’influence de Jeanne au sein du PCF. Certaines représentent Maurice Thorez chevauchant en croupe de la statue de Jeanne d’Arc, place du Martroi, à Orléans. D’autres, dans un registre plus léger, jouent sur l’association entre Jeanne d’Arc et le patronyme de la compagne de Maurice Thorez, Jeannette Vermeersch, également députée communiste19. Notons de surcroît que cette influence de l’héroïne au sein du PCF est à mettre en étroite relation avec l’étonnante popularité dont jouit l’héroïne en URSS. Une popularité qui, comme le souligne Philippe Contamine, pourrait être à l’origine d’enjeux considérables. Il suggère ainsi que le 8 mai 1945, jour de l’Armistice coïncidant avec le jour de la délivrance d’Orléans par Jeanne d’Arc, le 8 mai 1429, ne serait peut-être pas le fruit d’un heureux hasard historique, mais aurait pu être délibérément choisi par l’Armée rouge en rapport à ce souvenir symbolique de la libération d’Orléans par Jeanne20. Cette reconnaissance de l’héroïne dans l’historiographie soviétique n’est pas feinte comme le révèle, en 1979, un historien russe, Anatole Levandosky :

  • 21 A. Levandovsky, « Jeanne d’Arc dans l’historiographie soviétique », p. 287.

Mais ce nom [Jeanne d’Arc] est plus particulièrement cher aux peuples qui ont connu l’horreur des invasions étrangères, qui ont défendu la souveraineté nationale grâce à l’héroïsme de leurs fils et filles sacrifiant leur vie et leur bonheur pour leur patrie. Le peuple soviétique compte parmi ceux-ci21.

22Il ajoute également :

  • 22 Ibid., p. 289.

Jeanne est issue d’un milieu populaire paysan et le peuple – dans l’acception la plus large du terme – reste une force dominante qui a assuré le succès de ses projets, a rendu possible son entreprise extraordinaire et l’accomplissement de sa haute mission22.

  • 23 Discours prononcé par René Coty, le 24 juin 1956, à Rouen, dans Mémorial du 5e centenaire de la réh (...)

23En dépit de la prégnance de ces deux courants, gaulliste et communiste, de l’historiographie johannique, c’est plus concrètement à partir du milieu des années 1950 que l’utilisation de Jeanne d’Arc va peu à peu devenir plus sporadique, associée à une baisse de ferveur. Fort d’un courant nationaliste renaissant des cendres de la Seconde Guerre mondiale, l’évocation de Jeanne devient moins récurrente, de plus en plus partisane et de plus en plus connotée. En un mot, la guerre d’Algérie et le débat sur la décolonisation qu’elle suscite sont des occasions idéales pour raviver le souvenir de Jeanne d’Arc, comme ciment idéal de la nation française. Le contexte de troubles politiques et d’affaiblissement du régime est propice à son développement. On retrouve d’ailleurs, et assez curieusement, cet ultime appel aux clameurs patriotiques françaises jusque dans le discours du président de la République, René Coty, à Rouen, le 24 juin 1956, à l’occasion du 500e anniversaire de la réhabilitation de Jeanne d’Arc. Évoquant la crise algérienne et la crainte d’un effondrement de la IVe République, il n’hésite pas à reprendre certains thèmes de la tradition nationaliste, en vitupérant les « subtiles ratiocinations des grands clercs » et en opposant « l’instinct national de la petite paysanne lorraine aux intellectuels »23.

  • 24 Extrait d’un tract de propagande de « L’Alliance Jeanne d’Arc », CJA, Fond 9.6, Courant nationalist (...)
  • 25 Le numéro 536 du magazine L’Express, du 21 septembre 1961, fait ainsi référence à une image de l’hé (...)

24L’enrégimentement de l’héroïne comme vestale de l’ultime guerre coloniale est une idée-force pour une certaine tradition de droite, et on assiste aussi quelque temps plus tard, en 1957, à la création d’une « Alliance Jeanne d’Arc », à l’initiative du général Maxime Weygand et d’André Frossard. Le but recherché est sans appel : « le combat contre la dislocation historique dont la France est menacée »24, sous le vocable de Jeanne d’Arc. Autre exemple marquant, mais visiblement isolé, l’OAS a tenté elle aussi, pendant un moment, d’exploiter Jeanne à des fins impérialistes25.

De la vestale lepéniste à l’apôtre de l’européisme : les ultimes greffes mythiques

25En conséquence de ces trois tendances de l’historiographie johannique, qui se développent après la guerre, force est de constater qu’en terme de continuité du souvenir et de fidélité, Jeanne d’Arc bénéficie toujours d’une affection vivace et quasi inaltérable de la droite nationaliste. Preuve en est, au début des années 1980, la puissante et durable récupération du mythe par Jean-Marie Le Pen, ancien combattant d’Algérie, fondateur et président du Front national. Celle-ci s’inscrit visiblement dans le droit fil de cette tradition, qui tend à transformer Jeanne d’Arc en figure d’un nationalisme exclusif, teinté de xénophobie. Aussi, selon l’esprit national-populiste de l’entre-deux-guerres, les défilés maurassiens des Camelots du Roi et autres ligues sont réactivés devant le point de rassemblement favori de l’extrême droite française, la statue de Frémiet, place des Pyramides, à Paris. Plus encore, depuis 1988, le Front national institue sa propre manifestation en hommage à Jeanne d’Arc. Manifestation à laquelle participent également, depuis 1991, certains courants de contre-réforme catholique et certaines factions catholiques intégristes. Toutefois, dans cet hommage parisien, le recours au souvenir d’une héroïne acculée devant la capitale est, en quelque sorte, la seule légitimité historique et géographique dont peuvent se targuer le Front national et la nébuleuse de l’extrême droite au sujet de Jeanne. Sauf que, pointillisme historique oblige, c’est bien le 8 septembre, date à laquelle Jeanne d’Arc a été blessée devant la porte Saint-Honoré en 1429, et non pas le 1er mai, que le parti et ses succédanés devraient fêter à loisir cette vision d’une Jeanne « ultranationaliste ». À dire vrai, à travers cette célébration, dans laquelle Jeanne n’est qu’un prétexte, il apparaît que ce choix du 1er mai répond bien à un autre impératif, auquel l’héroïne est complètement étrangère. En un mot, comme le stipule la formule lepéniste, « fête de Jeanne d’Arc et des travailleurs », cette manifestation phare de l’extrême droite française se veut vraisemblablement comme un contre-symbole de la journée de l’internationalisme ouvrier. Plus encore, la fête de Jeanne d’Arc du Front national traduit bien toutes les tendances internes du mouvement. C’est ce que rappelle Alexandre Reynes :

  • 26 A. Reynes, Les droites nationalistes en France : une approche anthropologique et mythocritique des (...)

Fédérer, dans la pratique d’un culte syncrétique, c’est-à-dire en combinant des traditions antagoniques, l’ensemble des « nationaux », qu’il s’agisse des nationalistes conservateurs, des nationalistes révolutionnaires, des catholiques traditionalistes, des néo-droitistes ou des monarchistes, tel est le but poursuivi26.

26Ce « message johannique » repose à l’évidence sur une rhétorique très simple et facilement assimilable.

27En effet, si l’on part du principe que Jeanne d’Arc symbolise essentiellement la vive réaction d’un peuple qui a permis de « bouter les Anglais hors de France » au XVe siècle et de préserver, au prix de son sacrifice, l’indépendance nationale, il y a bien là réuni tout ce qui fait le fondement de l’idéologie de Jean-Marie Le Pen. À savoir,

  • 27 Formule empruntée à l’ouvrage de M. Souchard, S. Wahnich, I. Cuminal, V. Wathier, Le Pen, les mots  (...)

garder la France aux Français, la défendre des menaces extérieures, aujourd’hui clairement identifiées et assimilées aux envahisseurs modernes, c’est-à-dire les immigrés, et ce dans un puissant élan patriotique particulièrement valorisé par le Front national27.

  • 28 À ce titre, certains médias ont sans nul doute une part de responsabilité dans ce déséquilibre, en (...)
  • 29 Pour une analyse plus détaillée de cette récupération de Jeanne d’Arc dans le cadre de la construct (...)

28Image ultrastéréotypée de Jeanne d’Arc, relevant plus du logo publicitaire au slogan facile, toujours est-il que les discours aussi véhéments et contestataires, associés aux défilés et parades, rue de Rivoli et place des Pyramides, offrent annuellement au tribun Le Pen et à son parti une excellente occasion de propagande, suralimentée par un appareil médiatique friand de sensationnalisme28. Plus encore, la récupération mythologique de Jeanne d’Arc par le Front national, bien que déclinante de nos jours car probablement éculée, reste pourtant une image puissante dans notre imaginaire collectif, parce qu’elle est régulièrement instrumentalisée pour des combats contemporains. Le débat autour de la construction européenne, depuis les années 1950, est d’ailleurs assez symptomatique de ce phénomène. Qui pourrait ainsi imaginer aujourd’hui, après la ratification du traité de Lisbonne du 13 décembre 2007, que l’image de Jeanne d’Arc, haute figure du patriotisme français, ait été régulièrement utilisée pour dire « oui » ou « non » à cette même construction européenne ? Ultime affrontement entre zélateurs de Jeanne ou perpétuelle récupération d’un mythe protéiforme ? Toujours est-il que cette association ou non entre « Jeanne d’Arc et l’Europe » reste une réelle pomme de discorde entre « européistes » et « nationaux », qui mérite que l’on s’attarde29.

29D’une manière générale, il est vrai que certains chroniqueurs se sont très tôt attachés à voir dans la mission de Jeanne d’Arc la préfiguration d’une symbolique supranationale. Maurice Barrès lui-même dégageait déjà, en 1920, la présence d’un ferment d’universalisme dans la personne de Jeanne d’Arc :

  • 30 M. Barrès, « Notes inédites », in Jeanne d’Arc, par le maréchal Foch, Maurice Barrès, L. Bertrand, (...)

On s’aperçoit aujourd’hui, après la guerre, que cette fille portait en elle l’embryon de la Société des Nations, de ce patriotisme qui respecte les autres patries pour qu’on le respecte lui-même30.

30C’est vraisemblablement Roger Secrétain, rédacteur en chef de La République du Centre, qui est l’un des premiers à vouloir glorifier, à travers la dimension universelle de l’héroïne, un symbole de la construction de l’Europe. Il écrit alors le 8 mai 1951 dans une chronique du journal :

  • 31 Éditorial de Roger Secrétain, dans La République du Centre, 8 mai 1951, Fêtes de Jeanne d’Arc, doss (...)

Il nous plaît de penser, en ce 522e anniversaire de sa victoire, que Jeanne d’Arc serait Européenne31.

31Ainsi, pour de nombreux zélateurs de l’héroïne, si Jeanne reste bien une haute figure du nationalisme français, ayant fait émerger un puissant sentiment patriotique, elle n’incarne pas pour autant la négation totale de l’idée européenne, reposant avant tout sur l’unification des nations. Dès lors, ce thème semble être récurrent, notamment dans les discours des Fêtes Johanniques d’Orléans. Édiles religieux, représentants civils ou invités d’honneur des festivités sont d’ailleurs tous unanimes pour vanter la profonde actualité de Jeanne et associer son épopée à l’Europe en marche. Ainsi, en mai 2000, Nicole Fontaine, longtemps surnommée « la Jeanne d’Arc de Strasbourg », présidente du Parlement européen, ne cesse de jeter des passerelles entre deux destinées historiques, séparées par une chronologie de cinq siècles, celles de Jeanne d’Arc et de Robert Schuman :

  • 32 Discours prononcé par Nicole Fontaine, le 8 mai 2000, La République du Centre, 9-10 mai 2000, Fêtes (...)

Ce qui unit, par-delà cinq siècles d’histoire, le destin stupéfiant de la jeune héroïne de Domrémy et celui, tout aussi inattendu dans l’univers politique, de Robert Schuman, qui fit naître l’Europe d’aujourd’hui, c’est de s’être levés l’un et l’autre, alors que le plus grand nombre avait abdiqué. […] C’est d’avoir eu l’intuition d’un projet collectif capable de donner l’espoir et de mobiliser les énergies d’une nation entière32.

32Il est évident que la présence régulière, aux Fêtes de Jeanne d’Arc, de personnalités représentatives de par leur fonction au sein de la Communauté européenne, tels le ministre norvégien Svenn Stray, président du Mouvement européen, en 1973, ou Emilio Colombo, président du Parlement européen, en 1977, conditionne concrètement cette association entre Jeanne d’Arc et l’Europe. En 1972, Walter Behrendt, président du Parlement européen de Strasbourg, établit lui aussi clairement l’affiliation Jeanne d’Arc-Europe en insistant sur l’idée suivante :

  • 33 Discours prononcé par Walter Behrendt, le 8 mai 1972, Fêtes de Jeanne d’Arc, dossiers des fêtes par (...)

La jeune Lorraine doit être un symbole et un guide de l’unité européenne. […] Jeanne d’Arc a fait au XVe siècle, l’unité de la France. Aujourd’hui c’est l’unité de l’Europe que nous devons réaliser ensemble. […] Que le souvenir de celle qui délivra votre grande cité, voici cinq siècles, reste à jamais présent dans la mémoire de tous les Européens33.

33Cette année-là, le maire d’Orléans, René Thinat, trouve quant à lui opportun d’associer le souvenir de Jeanne d’Arc à l’exécution de l’Hymne à la Joie, extrait du quatrième mouvement de la neuvième symphonie de Ludwig van Beethoven, d’après un poème de Friedrich von Schiller, comme autant de symboles de paix encourageants pour l’Europe en devenir. Un hymne qui est devenu d’ailleurs cette même année, le 12 janvier 1972, par décision du Conseil de l’Europe, l’hymne officiel européen. René Thinat note alors :

  • 34 Discours prononcé par René Thinat, le 7 mai 1972, Fêtes de Jeanne d’Arc, dans La Nouvelle Républiqu (...)

Jeanne d’Arc avait rendu la joie à nos provinces divisées et, par la même, à notre nation tout entière. Tout à l’heure, nous entendrons l’Hymne à la Joie. C’est d’ailleurs le signe qu’a choisi le Conseil des Communes d’Europe pour rendre à nos âmes et à nos cœurs la jeunesse en un monde nouveau34.

  • 35 Citation extraite de M. Winock, « Jeanne d’Arc », p. 707.

34Si Orléans reste le lieu privilégié de ce rapprochement entre le souvenir de Jeanne d’Arc et la construction européenne, celui-ci transcende littéralement ce cadre à certaines dates clés. C’est précisément le cas de l’année 1979. En effet, peu de temps avant le 10 juin 1979, date des premières élections au Parlement européen, on assiste, tant au niveau local que national, à une intense multiplication de discours transnationaux vantant Jeanne et l’Europe. Le 13 mai précédent, le sénateur des Vosges, Albert Voilquin, en appelle à l’héroïne en ces termes : « Jeanne, qui nous a aidés à unifier la France, nous permettra de construire l’Europe de demain »35. Autre sibylline allusion, celle du président de la République Valéry Giscard d’Estaing à l’occasion de son discours d’inauguration du Mémorial de Jeanne d’Arc, le 28 mai 1979, à Rouen :

  • 36 Discours prononcé par Valéry Giscard d’Estaing, le 28 mai 1979, à Rouen, Le Monde, 29 mai 1979.

Je souhaite que l’unité nationale, maintenue et préservée contre toutes les divisions, conduise la France dans la voie de la grandeur et de la paix, comme Jeanne d’Arc avait su le faire, hausse les esprits vers l’espérance des temps meilleurs36.

  • 37 R. Secrétain, « Jeanne d’Arc et l’idée européenne », HistoramaLa République du Centre, album spé (...)

35Qui plus est, cette année 1979 est sans aucun doute l’année phare pour le souvenir de Jeanne d’Arc. À Paris, et bien entendu à Orléans, l’héroïne est omniprésente, par des expositions, colloques et manifestations diverses. De surcroît, autre élément marquant, en cette période de célébration du 550e anniversaire de la délivrance de la ville, on trouve – et ce n’est peut-être pas étonnant – à la fin du numéro spécial de la revue Historama – La République du Centre de mai 1979 (160 pages), un article intitulé : « Jeanne d’Arc et l’idée européenne », dont l’auteur n’est autre que Roger Secrétain37. Nous épargnerons au lecteur la longue liste de ces associations du souvenir de l’héroïne de Domrémy à l’Europe en marche cette année-là.

36Cela étant, comme il est traditionnellement de coutume lorsque Jeanne d’Arc stigmatise tel ou tel débat dans la sphère politique, d’autres de ses fervents zélateurs fustigent ce qu’ils considèrent comme une évidente perversion de la fonction de rassemblement de l’héroïne. Ainsi, cette même année 1979, un lecteur du journal Le Monde, Jacques Guggenheim, dénonce vigoureusement ce qu’il considère comme le paroxysme des instrumentalisations partisanes de l’héroïne :

  • 38 J. Guggenheim, « Pauvre Jeanne », Le Monde, 27-28 mai 1979, p. 6.

Pauvre Jeanne la Pucelle, pauvre Jeanne de France, te voici utilisée – telle la mère Denis pour vendre sa machine à laver – pour obtenir l’élection de la liste pour l’Union pour la France en Europe38.

37Cette volonté d’associer Jeanne d’Arc à l’Europe n’est résolument pas feinte, d’un point de vue politique surtout.

  • 39 Discours prononcé par Jean-Marie Le Pen, Fêtes de Jeanne d’Arc, Paris, 1er mai 1992, Le Monde, 2 ma (...)

38C’est le cas une nouvelle fois en 1992, année phare, année de l’instauration de l’Union et de la citoyenneté européenne. Somme toute, un moment idéal pour débattre une nouvelle fois de l’Europe et de Jeanne d’Arc ! Aussi, Jean-Pierre Sueur, maire d’Orléans, axant son discours des Fêtes Johanniques sur un thème brûlant d’actualité, celui des débats et controverses autour du traité de Maastricht, suggère toute la pertinence à évoquer conjointement Jeanne d’Arc et l’Europe. Il dénonce directement les propos du leader d’extrême droite, Jean-Marie Le Pen, ayant récemment opposé avec véhémence « le nouvel élan national français, sous l’égide de Jeanne d’Arc, à la technocratie européenne de Maastricht, symbole de tous les maux »39. Jean-Pierre Sueur rétorque ainsi :

  • 40 Discours prononcé par Jean-Pierre Sueur, le 8 mai 1992, La République du Centre, 9-10 mai 1992, Fêt (...)

Je sais que l’on a récemment enrôlé la mémoire de Jeanne pour dire non à l’Europe, quelle imposture ! Le message de Jeanne est universel40.

39Dépassant une nouvelle fois le strict cadre orléanais, il semble, même dans les plus hautes sphères de l’État, que l’analogie Jeanne d’Arc-Europe soit plus que jamais à l’honneur. C’est ce dont témoigne le journaliste Denis Léger, le 7 mai 1994, en évoquant la France de mai 1992 et les débats sur la ratification du traité de Maastricht. Associant dans un même élan la croisade idéologique en faveur de l’Europe du Premier ministre d’alors, Pierre Bérégovoy, et le combat de Jeanne d’Arc aux portes d’Orléans, il rappelle les heures difficiles du ministre vilipendé par l’extrême droite. Plus encore, Denis Léger souligne le souhait de Pierre Bérégovoy d’évoquer le parcours de Jeanne d’Arc dans son ultime discours avant le vote national pour la liste d’Union démocratique européenne. Une évocation que les proches du Premier ministre semblent lui avoir fortement déconseillée, la considérant comme une provocation dans ce bruyant concert de l’identité nationale retrouvée. Le journaliste concluait ainsi à propos de Jeanne d’Arc :

  • 41 D. Léger, « Le Sursaut », rubrique « Regards », La République du Centre, 7 mai 1994, Fêtes de Jeann (...)

Et pourtant ! En surgissant d’une situation politique confuse, n’a-t-elle pas, elle aussi, en son temps, su rassembler toutes les énergies et sortir la France de l’impasse dans laquelle elle s’était enfoncée ! Est-il trop tard pour brandir, comme Jeanne en son temps, l’étendard de la liberté41 ?

40Apologie sincère ou récupération partisane de la « bonne Lorraine », la distinction demeure confuse et souvent trouble. C’est ce que nous révèle cet entretien avec Oliver Bouzy, directeur adjoint du Centre Jeanne d’Arc d’Orléans, qui nous confiait une anecdote amusante, mais assez révélatrice :

  • 42 Entretien avec Olivier Bouzy, directeur adjoint du Centre Jeanne d’Arc, Orléans, 22 mars 2007.

En avril 1996, le cabinet du maire de Rouen, Yvon Robert, m’a contacté, afin d’obtenir quelques citations de Jeanne d’Arc à propos de l’Europe, destinées à être utilisées dans le discours des Fêtes Johanniques de Rouen, fin mai. Je n’ai pu répondre que, malgré un contexte assez européen, avec la présence d’Italiens, d’Espagnols et d’Écossais dans l’armée de Charles VII, il n’y avait pas vraiment d’allusion à l’Europe en dehors de « Boutons les Anglais hors de France »42.

41L’image de Jeanne d’Arc a toujours déchaîné les passions les plus vives et les plus antagonistes. Aussi, si cette fonction de rassemblement « européenne » est vivement dénoncée par certains, retenons ceci : quand on invoque l’héroïne, lutter contre une récupération de son souvenir revient souvent, et d’une manière inéluctable, à lui en substituer une autre. À ce titre, notre même lecteur du Monde de 1979, manifestement hostile à l’Europe, n’utilise-t-il pas lui aussi Jeanne pour défendre sa cause nationale, en déclarant par la suite :

  • 43 J. Guggenheim, « Pauvre Jeanne ».

Oui Sainte Jeanne ! Si Dieu avait voulu faire l’Europe, il t’aurait laissée paître tes moutons au bord de la Meuse… et Henri Plantagenêt, le sixième seigneur angevin et Français, héritier du conquérant de l’Angleterre, aurait été roi de France et accessoirement d’Angleterre. […] Jeanne la Lorraine, vas-tu devenir l’outil involontaire de cet extraordinaire safari ! […] Vas-tu Jeanne de France, les laisser faire ainsi feu de tout bois ? Pauvre Jeanne43.

42Ainsi, si cette nouvelle image européenne de l’héroïne apparaît légitime pour certains de ces thuriféraires, elle semble simultanément choquer bon nombre de ses admirateurs, partisans d’une Jeanne d’Arc, éternelle icône d’un nationalisme crispé. L’académicien Jean Dutourd, dans une tribune de la revue souverainiste L’Action française du 25 avril 2002, ne célèbre-t-il pas

  • 44 J. Dutourd, « Jeanne d’Arc et la mondialisation », L’Action française, 25 avril 2002. Épisode égale (...)

Jeanne, l’âme d’un peuple, notre plus grande figure nationale, notre mère la Pucelle s’opposant à ceux qui militent aujourd’hui pour l’Europe supranationale, le mondialisme et la disparition définitive de l’idée de Patrie44.

43Plus récemment, le référendum sur la Constitution européenne, le 29 mai 2005, a également été le cadre idéal pour une intense instrumentalisation de Jeanne chez certains partisans du « Non ». Le discours de Jean-Marie Le Pen, prononcé à l’occasion de son hommage à Jeanne d’Arc du 1er mai, faisait explicitement référence à l’héroïne, « anti-européenne » par essence. Aussi, après avoir stigmatisé les partisans du « Oui » et dressé la longue liste des glorieuses figures ayant combattu tour à tour « les empires prédateurs qui prétendirent, tout au long de notre histoire, engloutir notre pays dans un ensemble supranational », le leader du Front national ajoutait :

  • 45 Discours prononcé par Jean-Marie Le Pen, le 1er mai 2005, à Paris.

C’est dans la lignée éternelle de ces combats pour la Nation Française que s’inscrit le premier d’entre eux, celui de Jeanne, Jeanne la Sainte de la Patrie, Jeanne l’héroïne de la Nation, symbole à elle seule de ceux qui disent NON45 !

44Ajoutons également que cette volonté de voir en Jeanne d’Arc une farouche opposante à l’Europe en marche se retrouve jusque dans le décor utilisé pour le discours de Jean-Marie Le Pen. Ainsi, la statue de Frémiet représentée sur une toile de fond, derrière l’estrade, s’accompagnait d’un slogan atypique à fort accent « gaullien » : « Pour la France, avec Jeanne, Celle qui a dit NON ! » (fig. 1). Retenons également, en cette période de référendum, que le choix porté sur Valéry Giscard d’Estaing pour présider cette année-là les Fêtes Johanniques d’Orléans a très tôt rencontré de vives oppositions dans les milieux de la droite nationaliste. Ainsi, Jean-Lin Lacapelle, conseiller régional et secrétaire départemental du Front national du Loiret, se déclarait scandalisé par ce choix et remarquait dans le quotidien Français d’abord du 16 avril 2005 :

  • 46 G. Moreau, « Provocation à Orléans », dans le quotidien Français d’abord !, 16 avril 2005.

Jeanne d’Arc, héroïne de notre histoire, qui a bataillé et donné sa vie pour défendre les valeurs de la France, méritait mieux pour fêter sa mémoire. Elle est le contraire de Giscard d’Estaing, qui est à l’origine du projet de Constitution européenne, et symbolise donc l’abandon de notre souveraineté aux mains des technocrates de Bruxelles46.

Fig. 1 – Jeanne d’Arc contre l’Europe (Service Communication du Front national)

Fig. 1 – Jeanne d’Arc contre l’Europe (Service Communication du Front national)

45Par ailleurs, et le lien peut paraître ici troublant, il semble que l’intense propagande du « Non », sous l’égide de Jeanne d’Arc, ait porté ses fruits dans le cadre des festivités d’Orléans. En effet, le 27 avril, quelques jours seulement avant le début de celles-ci, Valéry Giscard d’Estaing faisait savoir qu’il renonçait finalement à les présider, afin d’éviter que sa présence fût mal interprétée, en cette période de référendum européen, et que l’hommage à Jeanne d’Arc ne fût pas considéré comme un excellent moyen de propagande pour le « Oui » à la constitution. C’est donc Jean-Louis Debré, président de l’Assemblée nationale, qui le remplaça au pied levé, pour dispenser un discours prudent, aux intonations sobres, où le rapprochement entre Jeanne d’Arc et l’Europe était cette fois absent, bien entendu.

  • 47 « Il est doux, il est beau de mourir pour la patrie », Horace, ode II, liv. III, vers 13.
  • 48 J. Le Goff, L’Europe est-elle née au Moyen Âge ?, Paris, Éditions du Seuil (Faire l’Europe), 2003, (...)
  • 49 Du bon usage des grands hommes en Europe, J.-N. Jeanneney, P. Joutard (dir.), Paris, Perrin, 2003, (...)

46Jeanne d’Arc, « pro- » ou « anti- » européenne ? Et surtout pour quelle Europe ? Les querelles idéologiques restent houleuses entre militants d’un patriotisme aigu et thuriféraires d’une dimension supranationale chez l’héroïne. En revanche, au-delà d’une utilisation de l’héroïne, indéniablement concomitante d’un calendrier européen, il faut reconnaître qu’aucun débat de fond n’a été véritablement engagé sur la pertinence d’invoquer le patronage de Jeanne d’Arc dans le cadre de la construction de l’Europe, que ce soit la Jeanne du XVe siècle ou celle d’aujourd’hui. À ce sujet, l’historien Jacques Le Goff est assez explicite dans son ouvrage L’Europe est-elle née au Moyen Âge ? Selon lui, Jeanne d’Arc doit être considérée comme seulement révélatrice d’un certain sentiment national, une forme de patriotisme qui connaît ses heures de gloire à la fin du Moyen Âge et qui se caractérise par la diffusion de l’antique adage d’Horace : Dulce et decorum est pro patria mori47. En outre, pour l’auteur, ce sentiment, ce patriotisme ne sont en aucun cas dissociables de la monarchie et plus encore, ajoutons-le, de la chrétienté48. En un mot, rien de très œcuménique, de supranational, en perspective chez l’héroïne du XVe siècle, si ce n’est peut-être le monde où elle vivait. Dans ce monde, le roi n’est pas tant maître d’un territoire que de populations, qu’il rassemble parfois à titre personnel. De plus, il ne parle pas la langue de tous ses sujets. Il faudra, en effet, attendre l’édit de Villers-Cotterêts de 1539 pour voir imposer dans le royaume de France une langue officielle. A contrario, dans notre Europe moderne en permanente construction, Jeanne d’Arc semble difficilement trouver sa place. Nous vivons aujourd’hui dans une Europe où chaque nation se définit comme une entité rassemblant un territoire, des hommes et une langue. Dans l’exemple français, une création somme toute concrétisée après la Révolution ! Qui plus est, pour nos contemporains, Jeanne d’Arc semble encore bien loin de faire l’unanimité parmi les grandes figures historiques qui peuvent incarner l’Europe. C’est ce que révèle l’étude dirigée par Jean-Noël Jeanneney et Philippe Joutard intitulée : Du bon usage des grands hommes en Europe. Ainsi, dans les résultats du sondage de 2003, sur les personnalités et personnages historiques pouvant représenter l’identité européenne, Jeanne d’Arc ne figure que très loin dans la liste. Plus précisément, concernant les personnages historiques des six pays spontanément cités par au moins 1 % de l’échantillon (de ces six pays), Jeanne d’Arc n’est mentionnée que dans trois d’entre eux49.

47Pour terminer, cette faible représentativité de l’héroïne doit nous faire implicitement réfléchir à la popularité de cette image de « Jeanne d’Arc européenne », en dehors de notre seul Hexagone et à l’exclusion, surtout, de toute considération politique partisane. Effectivement, cette évocation et les débats qu’elle entraîne, au vu des sources actuellement connues et recensées, restent liés en majeure partie à l’hommage annuel d’Orléans et de quelques autres villes johanniques. Un hommage très endogène donc, hormis, çà et là, quelques sporadiques mais intenses résurgences nationales, quand le contexte du moment l’exige. Les années 1979, 1992, 2005 ou 2007 en sont quelques exemples marquants. Plus encore, si, lors des débats français autour de l’Europe et de Jeanne d’Arc, deux projets s’opposent, Europe fédérale ou Europe des Nations, c’est avant tout nos querelles intestines qui transparaissent, opposant républicains et nationalistes. Des querelles ancestrales, dont le souvenir de Jeanne a longtemps cristallisé l’intensité. En ce sens, face au phénomène de désaffection dont est victime l’héroïne en France, face à une certaine apathie républicaine à son égard et face à l’abandon de son hommage national aux extrêmes, est-il possible de considérer que cette image européenne soit en fin de compte une image prétexte, la dernière tentative en date pour opposer une contre-image à la Jeanne d’Arc nationaliste ? Interrogeons-nous. Là où la République a relativement échoué dans la réhabilitation de Jeanne d’Arc, l’Europe peut-elle réussir ? Rien n’est moins sûr, car choisir Jeanne d’Arc comme symbole européen constitue une véritable pierre d’achoppement. Aussi, loin d’être consensuelle, l’image de Jeanne d’Arc doit peut-être relever un défi de taille : reconquérir ce même panthéon des figures nationales, avant même d’être en mesure d’intégrer un quelconque panthéon européen.

  • 50 Présentée le 29 janvier 2008 au siège de la Poste par son président, Jean-Paul Bailly, cette Marian (...)

48C’est peut-être ce qui explique que Jeanne d’Arc soit déjà visiblement supplantée par une concurrente de taille, à savoir Marianne, l’allégorie officielle et emblème de la République, considérée depuis le XIXe siècle comme sa rivale absolue, en termes de représentation. Une Marianne sous forme de buste qui, avec l’image de la Semeuse d’Oscar Roty et l’Arbre, fait partie des trois symboles choisis en 1996 pour figurer sur l’avers des faces françaises des pièces de la nouvelle monnaie européenne, cette face nationale propre à chacun des quinze pays membres de la zone Euro. Une Marianne intégrée dans l’Union européenne depuis le 1er janvier 2002, véhiculant ainsi le symbole de l’appartenance de l’identité française à l’identité européenne. Une Marianne dont la domination sur Jeanne d’Arc, en termes de choix iconographique, semble absolue. Ainsi, ultime revers pour l’image de Jeanne, décidément bien loin de pouvoir incarner l’Europe, le 1er juillet 2008, premier jour de la présidence française de l’Union européenne, la Poste française a fait paraître officiellement son nouveau timbre d’usage courant sur le thème de « Marianne et l’Europe »50 ! En revanche, et c’est peut-être la preuve édifiante et supplémentaire de la grande difficulté à mêler Jeanne d’Arc et la thématique « européenne », on ne connaît aucune forme d’iconographie ou d’illustration, sous forme de photomontages, d’œuvres originales ou de caricatures, associant l’héroïne de Domrémy à une allégorie féminine européenne. Sans symbole partisan, dont le politique est si friand en termes d’affirmation d’une culture et d’une action, l’idée même pourra-t-elle résister ?

Jeanne d’Arc aujourd’hui : vers la résurgence d’un symbole républicain ?

  • 51 F. Dufay, « Jeanne d’Arc, son livre d’or, ses fidèles », L’Histoire, numéro spécial, n° 210, mai 19 (...)
  • 52 Le Monde, 24 avril 2002.

49Au vu de ces diverses manifestations, on aura pu aisément observer l’aspect protéiforme et polysémique du mythe Jeanne d’Arc, en France, dans la seconde partie du XXe siècle. Tiraillée, récupérée, débattue et parfois réduite en esclavage, l’image de Jeanne d’Arc n’a, semble-t-il, pas dérogé à la règle des greffes successives, régénérations et réinvestissements multiples, qui avaient déjà contribué à son immense popularité dans les siècles dits de « remémoration active ». En dépit de cette émulation johannique tous azimuts, force est ainsi de constater une certaine baisse d’intensité, tant populaire que politique, envers la référence au mythe, depuis le début des années 1980. Peut-on l’expliquer ? Loin du poncif souvent communément admis, l’omnipotente acculturation de son souvenir au Front national depuis près de trente ans n’est pas la seule raison qui justifie ce phénomène de déréliction. Bien entendu, on ne peut nier la trop grande contamination du culte de Jeanne d’Arc par les autels vichystes et cette affection vivace et pérenne de la droite nationaliste à son égard. Cela étant, bien que ces facteurs aient joué un rôle non négligeable dans l’effritement de l’image de l’héroïne de notre mémoire collective, l’amnésie, voire peut-être même plus, l’incurable aboulie républicaine à l’égard des antiques symboles nationaux, dont elle fait partie, tient également une grande part de responsabilité dans la pérennité de cet accaparement par les extrêmes. Preuve en est, si la devise monolithique « Jeanne d’Arc, c’est Le Pen ! » connaît toujours un certain succès, si la municipalité de Strasbourg a fait déboulonner la statue de Jeanne d’Arc trônant sur l’une des places de la ville en mars 199751 et si, au soir du 22 avril 2002, la statue de Frémiet, place des Pyramides, a été recouverte d’affiches contre le fascisme et de graffitis anti-Le Pen52, c’est précisément parce que, pour une grande partie de nos contemporains, Jeanne d’Arc n’est pas « autre chose » que la figure de proue de l’extrême droite ! Et que dire de la cérémonie officielle et annuelle de la République en hommage à Jeanne d’Arc, pourtant institutionnalisée en juin 1920, se déroulant également à Paris, devant la statue de Frémiet, place des Pyramides, chaque deuxième dimanche de mai. Vraisemblablement ignorée du grand public, supplantée par celle du Front national, celle-ci a progressivement été réduite à la portion congrue, vidée de toute substance. Devenue simple formalité de calendrier, il s’agit pour les présidents des deux assemblées de fleurir la statue, puis de s’éclipser avec la plus grande célérité possible. La République aurait-elle à présent honte d’avoir à honorer Jeanne d’Arc ?

  • 53 Discours de Jean-Pierre Chevènement du 18 avril 1990, cité par P. Contamine, « Jeanne d’Arc dans la (...)
  • 54 J.-C. Chapuzet, Extrême droite, du vol au viol de mémoire, Le Chaufour, Éditions Anovi, 2003, p. 11 (...)

50Certes, quelques voix, trop souvent insuffisantes et clairsemées, politiques ou autres, s’élèvent ça et là et contestent avec véhémence cette annexion de Jeanne d’Arc. C’est le cas de Jean-Pierre Chevènement, en 1990, alors qu’il est ministre des Armées. Dans une déclaration visant à mettre en vedette « la solide tradition du patriotisme républicain », en vue de lutter contre « cette perversion du sentiment national qu’est le nationalisme xénophobe », il accuse le Front national de « détourner les symboles du patriotisme républicain français ». Or parmi les symboles nationaux annexés figurent le drapeau tricolore, mais aussi Jeanne d’Arc53. En juin 2003, dans un brillant ouvrage concernant l’utilisation des symboles de l’histoire de France par l’extrême droite, Jean-Charles Chapuzet s’élève à son tour vigoureusement et déclare ainsi : « La mémoire de cette Lorraine est violée, consécutivement à un vol orchestré par l’extrême droite française »54. La même année, au mois de mai, lors d’un entretien en vidéoconférence face à Jean-Marie Le Pen, le romancier et biographe Max Gallo, évoquant le symbole national qu’est Jeanne d’Arc et sa perversion par le Front national, tente quant à lui d’apporter une réponse, en insistant sur la nécessité d’une prise de conscience nationale et d’une réhabilitation de l’héroïne dans la culture républicaine :

  • 55 Débat entre Max Gallo et Jean-Marie Le Pen, au cours de l’émission télévisée 100 minutes pour conva (...)

Quand Jean-Marie Le Pen prend Jeanne d’Arc, je suis, moi aussi, un admirateur de Jeanne d’Arc, mais il en fait non pas le signe de l’unité nationale, mais un signe, au fond, de l’expression d’une partie de la communauté nationale, et cela va de pair avec, évidemment, le lien du sang55.

51Il ajoute de surcroît :

  • 56 Ibid.

Mais on ne pourra pas combattre, on ne pourra réduire son influence, simplement en déversant, je reprends ce mot, en déversant sur lui l’appellation de tortionnaire, de fasciste, etc. […] Mais simplement, et je tiens à le dire, car c’est je crois la clé de son succès, simplement, quand les élites françaises se rendront compte qu’il y a une complémentarité entre, d’une part, leur silence sur le sens de l’histoire de France, sur le sens de la crise nationale et, d’autre part, l’image qu’en donne Jean-Marie Le Pen56.

52Prophétique Max Gallo ? Toujours est-il que les candidats aux dernières élections présidentielles de 2007 semblent avoir suivi à la lettre ces diverses recommandations, en donnant à la pratique de l’usage de l’histoire de France, et notamment du souvenir de Jeanne d’Arc, une intensité sans pareille.

53Nous ne reviendrons pas ici sur cette pratique, toute constitutive de notre vie politique, qu’est la légitimation du candidat et de son projet par l’appel aux grandes figures de l’histoire, somme toute relativement compulsive, aux élections présidentielles de 2007. Simplement, il apparaît, à droite comme à gauche, que tous sont unanimes pour dénoncer une appropriation illégitime et contre-nature de Jeanne d’Arc par l’extrême droite. Le candidat Sarkozy ne dit pas autre chose, le 24 avril 2007, en s’exclamant :

  • 57 Discours prononcé par Nicolas Sarkozy, le 24 avril 2007, à Rouen, site internet de l’UMP, section d (...)

Si l’on en parlait plus, de Jeanne d’Arc, c’est parce qu’il était devenu presque impossible de parler de la France. Ou peut-être parce que l’on avait pris tellement l’habitude de la dénigrer qu’il était devenu impossible d’évoquer celle qui lui avait donné son plus beau visage, qui était un visage de pureté et d’innocence. Nous avions abandonné Jeanne d’Arc, non parce que nous avions honte d’elle, mais parce qu’un grand nombre avait fini par avoir honte de la France, de son histoire et de ses valeurs57.

  • 58 G. Noiriel, « Les usages de l’histoire dans le discours public de Nicolas Sarkozy », site internet (...)

54Plus encore, Nicolas Sarkozy n’a-t-il pas vivement exalté la jeunesse à travers Jeanne d’Arc, l’un de ses thèmes de prédilection ? Après Guy Môquet, c’est bien à une autre figure porteuse d’une forte capacité émotionnelle que le candidat s’est adressé, en rappelant notamment, à travers pas moins de quatre occurrences, le souvenir de Jeanne d’Arc confrontée à ses assesseurs durant son procès d’inquisition58.

  • 59 Discours prononcé par Ségolène Royal, le 7 mars 2007, à Dijon.

55Dans un autre registre, plus iconographique, Ségolène Royal s’est visiblement identifiée à l’héroïne. Le 7 mars 2007, à Dijon, n’inscrit-elle pas son combat politique dans la droite lignée de celui de Jeanne d’Arc ? Tout en dénonçant à son tour l’instrumentalisation qu’en fait le Front national, elle loue cette « fille du peuple et fille rebelle », « cette valeur féminine qui ne doit pas être laissée à ceux qui prétendent en avoir le monopole »59. Dès lors, on ne compte plus les références et allusions diverses distillées via les blogs, officiels ou non, ainsi que le site internet de campagne de Madame Royal, « Désirs d’avenir ». Ces derniers associent régulièrement Jeanne d’Arc comme le « modèle de Ségolène » ou bien rappellent les origines vosgiennes de la famille Royal :

l’attachement à la figure de Jeanne d’Arc, née à Domrémy à deux pas de Chamagne, […] la femme modèle qui s’est affranchie du joug masculin pour libérer le pays.

Dans un discours à Orléans [Fêtes Johanniques de 1996], elle a en a fait la première féministe de l’Histoire.

En passant par la Lorraine, Ségolène Royal n’a pas oublié cette leçon pour commander aujourd’hui à d’autres capitaines, beaucoup moins dévoués à sa cause que le fidèle La Hire ne l’était à la Pucelle !.

  • 60 Illustration de Calvi, Histoire de France en BD.
  • 61 Illustration de Langelot.

56On peut également mentionner l’iconographie pléthorique jouant sur l’association « Jeanne d’Arc-Ségolène » durant la campagne, notamment dans la caricature. Calvi la représente ainsi devant l’Élysée clamant la « bravitude » nécessaire au siège60 ! Langelot, quant à lui, la préfère religieusement à l’écoute d’une apparition de François Mitterrand, lui intimant l’ordre de « bouter l’hongrois hors de France »61.

 

57Dès lors, qu’en est-il aujourd’hui ? Cette résurgence de Jeanne dans le discours et la « famille » républicaine a-t-elle porté ses fruits ? Nullement, si l’on considère que les ambitions des candidats, autour du souvenir de Jeanne d’Arc, étaient visiblement tout autres.

  • 62 G. Noiriel, « Les usages de l’histoire… ».

58D’une part, à l’instar de ce qu’ont déploré Gérard Noiriel et le Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire, l’utilisation pléthorique et démesurée, sans fondements véritables, de l’usage de l’histoire de la part des candidats de 2007 a rapidement révélé les limites d’une stratégie peu subtile de pure propagande électorale62. Pour Nicolas Sarkozy, la valorisation de Jeanne d’Arc répondait à un but des plus pragmatiques : « siphonner » l’électorat du Front national, en s’attaquant directement à l’un de ses piliers mythologiques. Par la suite, quand on constate, encore aujourd’hui, le refus réitéré du président de la République d’assister, au moins une fois au cours de son mandat, comme le veut la tradition, aux Fêtes Johanniques d’Orléans, fêtes de l’union nationale et du rassemblement républicain, on peut considérer que la réhabilitation tant souhaitée de l’héroïne est compromise, à n’en point douter ! Quant à Ségolène Royal, ses psalmodies répétées à Jeanne d’Arc n’ont pas dissimulé les grandes lignes d’une revendication féministe avérée, la mêlant à nos autres grandes figures féminines françaises, Louise Michel, Olympe de Gouges, mais aussi Marianne (fig. 2) ! Un usage que l’on peut qualifier sur le long terme de plus iconique qu’historique et rhétorique, et qui s’est effacé, probablement au grand dam de Madame Royal, au profit d’une fusion iconographique ultramédiatisée, rapidement devenue plus caricaturale que sacrée.

Fig. 2 – Ségolène en Marianne (dessin publié avec l’aimable autorisation de Plantu © Plantu 2016. Tous droits réservés)

Fig. 2 – Ségolène en Marianne (dessin publié avec l’aimable autorisation de Plantu © Plantu 2016. Tous droits réservés)

59En conséquence, en l’absence de réelles tentatives de réappropriation et d’une volonté non feinte de le réhabiliter dans le camp républicain, il est probable que le souvenir de Jeanne d’Arc fasse encore les beaux jours de l’imagerie d’extrême droite, qu’elle soit celle du Front national ou d’un autre courant de droite nationaliste naissant. Plus encore, après avoir tenté de décrire au mieux la vivante historiographie du mythe et ses démonstrations toujours plus nombreuses et diverses, on comprendra dès lors mieux ce phénomène, que nous avons souhaité nuancé dans notre propos, qu’on l’appelle méfiance, rejet ou désaffection envers Jeanne d’Arc. D’une certaine manière, il tend à nous démontrer qu’une figure mythique trop longtemps capturée par un seul groupe ou parti, en l’absence d’un réel combat pour la lui disputer, est peut-être vouée à s’évanouir et à disparaître de la mémoire collective. Assez paradoxalement donc, quand on sait à quel point la récupération partisane du mythe Jeanne d’Arc, sans cesse tirée à hue et à dia, a été dénoncée, il semble pourtant que ces querelles soient aussi nécessaires au mythe, car elles conditionnent en quelque sorte sa perpétuation. En ce sens, après la Jeanne d’Arc « gaulliste », après la Jeanne « européiste », face à la Jeanne « lepéniste » et dans l’attente du retour de la Jeanne « républicaine », nul doute qu’une autre formule, qu’une « autre Jeanne d’Arc » fera son apparition, à l’image de ce que soulignait Maurice Barrès :

D’époque en époque, on découvre dans Jeanne des choses qu’elle portait, ignorées d’elle-même, invisibles à tous, inconnues dans son âme.

Notes

1 M. Gay, R. Senzig, L’affaire Jeanne d’Arc, Paris, Éditions Florent Massot, 2007.

2 É. Balladur, Jeanne d’Arc et la France, le mythe du sauveur, Paris, Fayard, 2003, p. 212.

3 Retenons ainsi l’excellente analyse de M. Winock : « Jeanne d’Arc », in Les lieux de mémoire, P. Nora (dir.), t. III, Les France, 3, De l’archive à l’emblème, Paris, Gallimard, 1992, p. 674-733. Ajoutons également l’ouvrage récent Jeanne d’Arc, les métamorphoses d’une héroïne, P. Martin (éd.), Nancy – Colmar, Éditions Place Stanislas, 2009. Ces deux ouvrages de référence s’attardent à étudier le plus exhaustivement possible la riche historiographie du mythe Jeanne d’Arc du XVe siècle à nos jours. Mentionnons pour terminer l’incontournable et colossal travail historiographique de G. Krumeich, Jeanne d’Arc à travers l’histoire, Paris, Albin Michel, 1993, dont l’étude s’achève à la tentative d’instrumentalisation du mythe par le régime de Vichy.

4 Voir à ce titre l’article de J.-L. Robert, « Images et usages de Jeanne d’Arc pendant la Seconde Guerre mondiale », Bulletin de l’Association des amis du Centre Jeanne d’Arc, n° 20, 1997, p. 38.

5 C. de Gaulle, Discours et messages, pendant la guerre, juin 1940 – juin 1946, Paris, Plon, 1970, p. 85.

6 Ibid., p. 183 et p. 197.

7 La République du Centre, 15 mai 1945, Fêtes de Jeanne d’Arc – Organisation (affiches, brochures et photographies), 1940 à 1946, Archives municipales d’Orléans (AMO), 1 J 179.

8 Télégramme adressé au maire d’Orléans, Pierre Chevallier, le 16 mai 1945, Fêtes de Jeanne d’Arc – Organisation (affiches, brochures et photographies), 1940 à 1946, AMO, 1 J 179.

9 Discours prononcé par le général de Gaulle, le 18 septembre 1944, dans La République du Centre, 19 septembre 1944, dossiers des fêtes par années, Centre Jeanne d’Arc, Orléans (CJA).

10 C. de Gaulle, Discours et messages…, p. 536.

11 La Nouvelle République du Centre-Ouest, 8 mai 1959.

12 La République du Centre, 8 mai 1959.

13 J. Farrau, « Jeanne d’Arc reçoit De Gaulle aux pays de Loire », Paris-Match, supplément au numéro 527, 16 mai 1959, p. 58.

14 Témoignage de Claire Deschamps, Jeanne d’Arc 1959, recueilli par Christian Bidault et Jean-Bernard Autin : La République du Centre, numéro spécial « 18 juin 1940 – 18 juin 1990 », 18 juin 1990, dossiers des fêtes par années, CJA.

15 Discours prononcé par le général de Gaulle, le 8 mai 1959, Fêtes de Jeanne d’Arc de 1959, AMO, 1 J 190-191.

16 Entretien avec Olivier Bouzy, directeur adjoint du Centre Jeanne d’Arc d’Orléans.

17 M. Droit, Les feux du crépuscule, Paris, Plon, 1977, p. 224.

18 Cité par A. Levandovsky, « Jeanne d’Arc dans l’historiographie soviétique », in Jeanne d’Arc, une époque, un rayonnement (Actes du colloque d’Orléans, octobre 1979), Paris, Éditions du CNRS, 1982, p. 290.

19 Il s’agit de caricatures présentées dans Le Figaro du 10 mai 1949 et dans L’Aurore du 6 septembre 1949.

20 Entretien avec Olivier Bouzy, rapportant un propos de Philippe Contamine. L’intérêt croissant soulevé par le souvenir de l’héroïne, en Russie, est d’ailleurs à l’origine de la création d’un Centre d’études Jeanne d’Arc à Saint-Pétersbourg, parrainé par celui d’Orléans. Nous renvoyons à ce sujet à la conférence d’Y. Avril, intitulée : « Création à Saint-Pétersbourg d’un Centre Jeanne d’Arc », Bulletin de l’Académie d’Orléans, Agriculture, Sciences, Belles-Lettres et Arts, VIe série, t. IV, 1995.

21 A. Levandovsky, « Jeanne d’Arc dans l’historiographie soviétique », p. 287.

22 Ibid., p. 289.

23 Discours prononcé par René Coty, le 24 juin 1956, à Rouen, dans Mémorial du 5e centenaire de la réhabilitation de Jeanne d’Arc (1456-1956), Paris, Joseph Foret, 1958, p. 189.

24 Extrait d’un tract de propagande de « L’Alliance Jeanne d’Arc », CJA, Fond 9.6, Courant nationaliste et célébrations.

25 Le numéro 536 du magazine L’Express, du 21 septembre 1961, fait ainsi référence à une image de l’héroïne utilisée par le mouvement.

26 A. Reynes, Les droites nationalistes en France : une approche anthropologique et mythocritique des groupes et des imaginaires politiques, thèse pour le doctorat en anthropologie sociale et culturelle, Université Paris V – René Descartes, Faculté des Sciences humaines et sociales, 1999, t. II, p. 435.

27 Formule empruntée à l’ouvrage de M. Souchard, S. Wahnich, I. Cuminal, V. Wathier, Le Pen, les mots : analyse d’un discours d’extrême droite, Paris, La Découverte (Poche), 1998, p. 98-99.

28 À ce titre, certains médias ont sans nul doute une part de responsabilité dans ce déséquilibre, en offrant une trop grande publicité aux manifestations du Front national en l’honneur de Jeanne d’Arc et en négligeant son considérable impact dans l’opinion publique. Un épisode le révèle de manière significative. Ainsi, au soir du 1er mai 2002, le journal télévisé de TF1, tout comme celui de France 2 ou de M6, dans le traditionnel reportage sur la fête du 1er mai du Front national, fait la part belle aux images de ces groupuscules issus de la nébuleuse de l’extrême droite, tels Unité radicale ou le GUD, défilant autour de la statue de Jeanne d’Arc de Frémiet et l’honorant du salut nazi.

29 Pour une analyse plus détaillée de cette récupération de Jeanne d’Arc dans le cadre de la construction européenne, nous renvoyons à nos travaux : « Pérennité et présence d’un mythe : Jeanne d’Arc l’Européenne ? », Canadian Journal of History, t. 44, n° 1, printemps-été 2009, p. 64-93.

30 M. Barrès, « Notes inédites », in Jeanne d’Arc, par le maréchal Foch, Maurice Barrès, L. Bertrand, G. Goyau, H. Lavedan, L. Madelin, Mgr Baudrillart, G. Hanotaux, de l’Académie française, avec miniatures et gravures du temps, Paris, Éditions Horizon de France, 1929, p. 17.

31 Éditorial de Roger Secrétain, dans La République du Centre, 8 mai 1951, Fêtes de Jeanne d’Arc, dossiers des fêtes par années, 1951, CJA.

32 Discours prononcé par Nicole Fontaine, le 8 mai 2000, La République du Centre, 9-10 mai 2000, Fêtes de Jeanne d’Arc, dossiers des fêtes par années, 2000, CJA.

33 Discours prononcé par Walter Behrendt, le 8 mai 1972, Fêtes de Jeanne d’Arc, dossiers des fêtes par années, 1972, CJA.

34 Discours prononcé par René Thinat, le 7 mai 1972, Fêtes de Jeanne d’Arc, dans La Nouvelle République du Centre-Ouest, 8 mai 1972, Fêtes de Jeanne d’Arc, dossiers des fêtes par années, 1972, CJA. Notons ici, événement précurseur, que c’est pendant les Fêtes de Jeanne d’Arc de 1960, lors du jumelage Orléans-Münster, que la fanfare d’Orléans fit déjà jouer cet hymne en l’honneur du rapprochement entre anciens combattants et prisonniers, français et allemands.

35 Citation extraite de M. Winock, « Jeanne d’Arc », p. 707.

36 Discours prononcé par Valéry Giscard d’Estaing, le 28 mai 1979, à Rouen, Le Monde, 29 mai 1979.

37 R. Secrétain, « Jeanne d’Arc et l’idée européenne », HistoramaLa République du Centre, album spécial, mai 1979, Jeanne d’Arc, 550e anniversaire, p. 149-151.

38 J. Guggenheim, « Pauvre Jeanne », Le Monde, 27-28 mai 1979, p. 6.

39 Discours prononcé par Jean-Marie Le Pen, Fêtes de Jeanne d’Arc, Paris, 1er mai 1992, Le Monde, 2 mai 1992, p. 3.

40 Discours prononcé par Jean-Pierre Sueur, le 8 mai 1992, La République du Centre, 9-10 mai 1992, Fêtes de Jeanne d’Arc, dossiers des fêtes par années, 1992, CJA.

41 D. Léger, « Le Sursaut », rubrique « Regards », La République du Centre, 7 mai 1994, Fêtes de Jeanne d’Arc, dossiers des fêtes par années, 1994, CJA. Notons ici que c’est pendant le processus de ratification du traité de Maastricht, le 5 mai 1992, que Pierre Bérégovoy a tenu, à l’Assemblée, un discours très orienté sur les deux formes de patriotisme à la française : le patriotisme de « mouvement », clairvoyant, inscrit dans un projet européen et celui de « repli », incarné par la droite nationaliste, qui lynchait alors médiatiquement le Premier ministre pour ses positions « européistes ». Ce discours avait d’autant plus de résonance qu’il s’inscrivait juste avant le vote national pour la liste de l’Union démocratique européenne, une organisation internationale, branche européenne de l’Union démocratique internationale, regroupant les partis de droite, conservateurs ou démocrates-chrétiens. Pour Pierre Bérégovoy, l’enjeu était donc triple : œuvrer dans le sens du « projet Maastricht », faire l’éloge d’une certaine forme de patriotisme de « gauche », face à la droite nationaliste et face à une UDE très organisée sur la scène internationale.

42 Entretien avec Olivier Bouzy, directeur adjoint du Centre Jeanne d’Arc, Orléans, 22 mars 2007.

43 J. Guggenheim, « Pauvre Jeanne ».

44 J. Dutourd, « Jeanne d’Arc et la mondialisation », L’Action française, 25 avril 2002. Épisode également rapporté par D. Jacob, « Dutourd National, sifflets », Le Nouvel Observateur, n° 1957, jeudi 9 mai 2002.

45 Discours prononcé par Jean-Marie Le Pen, le 1er mai 2005, à Paris.

46 G. Moreau, « Provocation à Orléans », dans le quotidien Français d’abord !, 16 avril 2005.

47 « Il est doux, il est beau de mourir pour la patrie », Horace, ode II, liv. III, vers 13.

48 J. Le Goff, L’Europe est-elle née au Moyen Âge ?, Paris, Éditions du Seuil (Faire l’Europe), 2003, p. 231.

49 Du bon usage des grands hommes en Europe, J.-N. Jeanneney, P. Joutard (dir.), Paris, Perrin, 2003, p. 193.

50 Présentée le 29 janvier 2008 au siège de la Poste par son président, Jean-Paul Bailly, cette Marianne est représentée de profil, le regard ferme et les cheveux au vent, à l’image de la Semeuse nationale. Elle porte le traditionnel bonnet phrygien entouré d’étoiles, symboles de l’Europe.

51 F. Dufay, « Jeanne d’Arc, son livre d’or, ses fidèles », L’Histoire, numéro spécial, n° 210, mai 1997, Jeanne d’Arc, une passion française, p. 72. L’auteur donne les explications suivantes : « Le Front national tenant son congrès dans la capitale alsacienne, le maire socialiste de la ville, Catherine Trautmann, a choisi de marquer sa réprobation envers le mouvement d’extrême droite, tout en mettant le monument à l’abri d’éventuelles dépréciations de la part des contre-manifestations ».

52 Le Monde, 24 avril 2002.

53 Discours de Jean-Pierre Chevènement du 18 avril 1990, cité par P. Contamine, « Jeanne d’Arc dans la mémoire des droites », in Histoires des droites en France, J-.F. Sirinelli (dir.), t. II : Cultures, Paris, Gallimard, 1992, p. 431.

54 J.-C. Chapuzet, Extrême droite, du vol au viol de mémoire, Le Chaufour, Éditions Anovi, 2003, p. 110. Jeanne d’Arc bénéficie d’une attention toute particulière de la part de l’auteur de cet essai. Ainsi figure en couverture de son ouvrage une caricature de Plantu représentant la statue de Jeanne par Frémiet et, à ses côtés, Jean-Marie Le Pen portant une gerbe lui étant destinée. On y observe aussi un commentaire des plus caustiques où Jeanne, apostrophant le leader du Front national, lui déclare : « Ne comptez pas sur moi pour bouter les immigrés hors de France ».

55 Débat entre Max Gallo et Jean-Marie Le Pen, au cours de l’émission télévisée 100 minutes pour convaincre, diffusée sur France 2, le 5 mai 2003.

56 Ibid.

57 Discours prononcé par Nicolas Sarkozy, le 24 avril 2007, à Rouen, site internet de l’UMP, section discours.

58 G. Noiriel, « Les usages de l’histoire dans le discours public de Nicolas Sarkozy », site internet du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire (CVUH), 8 mars 2007.

59 Discours prononcé par Ségolène Royal, le 7 mars 2007, à Dijon.

60 Illustration de Calvi, Histoire de France en BD.

61 Illustration de Langelot.

62 G. Noiriel, « Les usages de l’histoire… ».

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Jeanne d’Arc contre l’Europe (Service Communication du Front national)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/7818/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 2 – Ségolène en Marianne (dessin publié avec l’aimable autorisation de Plantu © Plantu 2016. Tous droits réservés)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/7818/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 306k

Auteur

Yann Rigolet est doctorant en histoire contemporaine à l’université d’Orléans. Il prépare, sous la direction de Jean Garrigues, une thèse intitulée : Marianne et Jeanne d’Arc. Rivalité, contiguïté, substitution, deux symboliques féminines de la France de 1830 à 1930. Il appartient au laboratoire Polen (Pouvoirs, lettres et normes) et enseigne depuis 2007 au Lycée / Pôle supérieur Sainte-Croix Saint-Euverte d’Orléans.

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540