Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’hérétique à la sainte

 | 
François Neveux

Représentations des procès dans l’historiographie, la littérature, les arts et la musique

Le souvenir des procès dans l’historiographie de Jeanne d’Arc

The memory of the trials in the historiography of Joan of Arc

Olivier Bouzy

Résumé

Quoique les premiers historiens de Jeanne d’Arc (Jean du Tillet, Denis Godefroy, Charles du Lys) aient prétendu avoir lu le procès pour rédiger la biographie de la Pucelle, force est de constater qu’il faut attendre 1612 pour trouver une véritable utilisation de ce procès par Jean-Papire Masson. Il y a à cela une raison : c’est que le procès est une pièce de procédure, d’une lecture assez rébarbative, de surcroît assez difficile à trouver avant sa publication imprimée par Quicherat. L’essentiel de la documentation utilisée avant le XIXe siècle provient donc d’autres sources, essentiellement la chronique de Monstrelet et les pièces du dossier provenant de la chancellerie de Charles VII.

Although the first historians of Joan of Arc (Jean du Tillet, Denis Godefroy, Charles du Lys) claimed to have read the trial to write the biography of the “Pucelle”, it is clear that it takes 1612 to find a real use of this trial in Jean-Papire Masson’s writings. There is a reason for this: that the trial is a pleading, a reading somewhat off-puting, moreover difficult to find before its publication printed by Quicherat. Thus, most of the materials used before the nineteenth century comes from other sources, mainly chronicles of Monstrelet and the documents from the Charles VII’s chancellery.

Texte intégral

1C’est en 1999, en participant au colloque de Rouen, Images de Jeanne d’Arc, que j’ai eu pour la première fois l’idée du sujet que je vais maintenant développer. Un auditeur y avait fait la remarque que Jeanne avait, tout au long du procès, fait preuve d’une remarquable soumission au pape. On en trouvera la confirmation dans la citation qui suit. Jeanne déclara le 28 mars :

  • 1 Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, P. Tisset (éd.), Paris, Klincksieck (Société de l’histoire (...)

Pour les révélations qu’elle a dit avoir faites de par Dieu, elle ne les révoquera pas pour quoi que ce soit ; et ce que Notre Seigneur lui a fait faire et a commandé et commandera, elle ne cessera pas de le faire pour homme vivant ; et il lui serait impossible de révoquer cela ; et au cas où l’Église voudrait qu’elle fît autre chose contre le commandement qu’elle dit lui avoir été fait de par Dieu, elle ne le ferait pas, pour quoi que ce soit1.

  • 2 Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, P. Duparc (éd.), Paris, Klincksieck (Société (...)

2Peut-être faut-il imputer à la curiosité de Pierre Cauchon la survie de Jeanne pendant les deux mois qui suivirent, la déclaration de Jeanne pouvait en effet être considérée purement et simplement comme schismatique, « tout homme au monde » incluant naturellement Cauchon lui-même, mais également le pape ou tout autre théologien qui se serait aventuré à donner son avis sur les voix. La question de la soumission au pape était d’ailleurs d’autant plus délicate – et paradoxale – que les juges de Jeanne étaient généralement des conciliaristes, et que lorsque Jean de la Fontaine et Isambard de la Pierre vinrent dans sa prison pour la presser de se soumettre à l’Église, ce fut moins au pape qu’au concile général2. Je me suis alors fait la remarque que le texte des procès pouvait peut-être servir davantage à justifier les idées préalables de certains auteurs sur Jeanne d’Arc – et leurs conceptions politiques et religieuses – plutôt que de leur servir de source historique pour chercher à cerner les intentions de la Pucelle. J’ai donc cherché à comprendre de quelle manière les paroles de Jeanne avaient pu être utilisées au cours des siècles et comment cette utilisation avait pu évoluer : des copies des procès ayant été faites dès le XVe siècle, son utilisation par les historiographes aurait dû commencer dès ce moment-là. En fait, ce n’est qu’à partir du XVIIe siècle que le procès a commencé à être utilisé. Auparavant, il ne semble pas avoir servi du tout pour écrire l’histoire de Jeanne ; et pourtant il fut souvent recopié, ce qui paraît contradictoire. L’utilisation des procès comme source historique pour l’étude de la vie de Jeanne d’Arc, qui nous semble évidente, ne l’est donc pas. Et d’ailleurs peut-être avons-nous nous-mêmes tort de ne considérer les procès que comme une source historique ; et d’abord, pour raconter quelle histoire ?

Procès et sources de 1456 à 1612

3Pour vraiment compliquer l’affaire, on dira que les documents mentionnant Jeanne entre sa mort et la Révolution française sont de trois genres :

  1. des histoires, généralement celles des rois, des hommes illustres ou des femmes célèbres, laissant une place plus ou moins importante à Jeanne d’Arc : dès 1497, Philippe de Bergame publie à Florence son De claris electisque mulieribus, où il est fait mention de Jeanne d’Arc ;
  2. des éditions restreintes de sources, précédées par une biographie plus ou moins succincte de Jeanne : on verra plus bas l’exemple de la « minute française » ;
  3. des transcriptions des procès, sans introduction historique.
  • 3 P. Contamine, « Naissance d’une historiographie. Le souvenir de Jeanne d’Arc, en France et hors de (...)
  • 4 F. Michaud-Fréjaville, « Personne, personnage : Jeanne d’Arc en France au XVIIe siècle », in Jeanne (...)
  • 5 Comprenant la Lettre aux Anglais, les prophéties de Merlin, Bède et la Pucelle, une description de (...)

4Je ne reviendrai pas sur les histoires. Il y a sans doute de quoi travailler encore largement sur l’image de Jeanne du XVIe au XVIIIe siècle, mais la question a été déjà bien défrichée par Philippe Contamine3 et Françoise Michaud-Fréjaville4. Elle est en fait en dehors de notre présent sujet. Ces histoires tirent leurs informations des chroniques et du dossier expédié par la chancellerie royale pour annoncer la venue de Jeanne5.

5Les éditions restreintes de sources ont également été publiées, certaines plusieurs fois, ce qui nous permet de connaître quelques documents dont les originaux ont disparu. Mais elles sont généralement très dispersées et les études sur ces premières compilations de textes ne sont généralement pas allées bien loin. C’est le cas, par exemple, pour ce que Quicherat appelle « l’abréviateur du procès ». Il s’agit en réalité d’un prologue d’une trentaine de pages, comprenant une véritable biographie de Jeanne, illustrée de documents comme la Lettre aux Anglais et les différentes lettres de jussion exigeant la livraison de Jeanne à un tribunal d’inquisition, introduisant la « minute française » du procès de Jeanne et un résumé du procès de réhabilitation. On en trouve le texte dans le manuscrit 518 de la Médiathèque d’Orléans. Jules Quicherat, qui fut le premier à l’éditer, ne lui a pas rendu justice pour plusieurs raisons : d’abord parce que, excellent latiniste lui-même, il a considéré que la version française n’était qu’une mauvaise traduction du texte latin, sans penser que le texte latin – officiel – avait pu être amélioré pour rendre plus compréhensible les bégaiements de témoins impressionnés par l’aspect formel des interrogatoires ; ensuite parce qu’il n’a pas identifié les documents dont parlait « l’abréviateur ». Celui-ci écrivait avoir consulté « deux livres esquels est contenu le procès de la condamnation de Jeanne, où il y a plusieurs diversités, spécialement es interrogatoire et en ses réponses ».

  • 6 In fine, Jules Quicherat a toutefois fait un travail très important et très utile, en réunissant de (...)

6Quicherat en a conclu que l’abréviateur avait consulté deux manuscrits différents du procès de condamnation, ne coïncidant pas entre eux6. En fait, « l’abréviateur » semble avoir recopié un exemplaire du procès de réhabilitation, et il avait été surpris des contradictions qui pouvaient exister entre le tome de la réhabilitation et celui de la condamnation. La forme normale du procès de réhabilitation comprend, en effet, un tome consacré à la réhabilitation proprement dite, accompagné de pièces annexes dont, naturellement, le procès de condamnation tout entier, recopié dans un second volume (ainsi que l’instrument de la sentence de condamnation et, éventuellement, quelques documents supplémentaire comme les traités théologiques de Gerson, etc.). Les « deux livres esquels est contenu le procès de condamnation », que « l’abréviateur » avait consultés, n’étaient vraisemblablement pas deux volumes distincts du procès de condamnation, mais un volume complet en deux tomes de la réhabilitation, comprenant, comme c’était normal, la condamnation. On accordera toutefois à Jules Quicherat l’excuse d’avoir sous-estimé le document en raison de la médiocre qualité de son auteur. « L’abréviateur » de la minute française était un mauvais latiniste, qui n’a ainsi pas compris que Jean de Luxembourg et le comte de Ligny étaient une seule et même personne.

  • 7 Manuscrit d’Urfé, Paris, BnF, ms. lat. 8838.
  • 8 A. Héron, Deux chroniques de Rouen, Rouen, Lestrigant, 1900.
  • 9 P. Marot, « La minute française du procès de Jeanne d’Arc », Revue d’histoire de l’Église de France(...)

7De plus, le secrétaire qui recopia le manuscrit d’Orléans était un fainéant qui a synthétisé en quelques pages l’ensemble du procès de réhabilitation, tout en se félicitant hautement d’avoir épargné au lecteur la lecture du pensum insipide qu’était le texte qu’il avait sous les yeux. Les quelques citations qu’il a bien voulu en faire laisseraient penser qu’il s’agissait en fait d’une minute française de la réhabilitation, qui a disparu depuis lors. Toutefois, l’existence de deux autres versions de la minute française, quoique tronquées ou abrégées, peut laisser espérer que l’on retrouvera un jour des copies qui peuvent être encore mal identifiées. Outre le manuscrit d’Urfé7, le manuscrit français 18930 de la Bibliothèque nationale – apparemment copié en 1492 – en comprend un résumé édité de manière très lacunaire par Alexandre Héron en 19008. Héron avait bien identifié « l’abréviateur », mais n’y avait attaché aucune importance, et l’information semble n’avoir pratiquement jamais été reprise, sinon dans un article de Pierre Marot9. Et personne ne semble avoir vérifié s’il y avait des différences entre les trois textes. Or il y en a.

  • 10 O. Bouzy, « Manuscrits inutiles et auteurs inconnus : la transmission du souvenir de Jeanne d’Arc d (...)

8Troisième type de document, les procès – tant de condamnation que de réhabilitation – sans introduction ni commentaire, c’est-à-dire le document brut. Ils ont été constamment recopiés. Il en existe au moins 60 manuscrits. On compte six originaux, quinze copies du XVe siècle10 : quatre exemplaires du procès de condamnation seul (en latin), cinq compilations des procès de condamnation et de réhabilitation, accompagnés parfois d’autres pièces (en latin et en français) comme le Journal du siège d’Orléans, et trois résumés, dont au moins un en français. 39 autres exemplaires ont été recopiés entre le XVIe et le XVIIIe siècle. En théorie, on devrait avoir ainsi 30 exemplaires complets du procès de réhabilitation, sous sa forme en deux volumes. En fait, la présence d’exemplaires isolés du tome de la condamnation ou de la réhabilitation peut nous inciter à conclure qu’il y a encore des manuscrits qui n’ont pas été identifiés, ou qui ont déjà disparu. C’est le cas d’au moins deux documents, détruits à Paris en 1871.

  • 11 Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc, dite la Pucelle, J. Quicherat (éd.), P (...)
  • 12 Ibid., t. II, p. 19, note 1.
  • 13 C.C.F. de L’Averdy, Notices des procès de Jeanne d’Arc, dite la Pucelle d’Orléans, tirées des diffé (...)
  • 14 Le « manuscrit de Soubise » se trouve actuellement à la Médiathèque d’Orléans, ms. 1673.

9Jules Quicherat avait, dans un premier temps, soutenu que les procès avaient été peu édités. Toutefois il prit sur le tard la précaution de vérifier l’existence d’autres manuscrits et en identifia 3611. Sa première appréciation était vraie, stricto sensu, pour les éditions imprimées. Mais on voit que les procès ont été recopiés très tôt – et même assez souvent –, même s’il faut bien reconnaître que ce ne fut pas toujours fait avec le plus grand sérieux. En fait, certains de ces manuscrits sont très clairement des documents de travail, et non de beaux objets réalisés pour un collectionneur. Quicherat n’oubliait pas non plus de travailler pour sa gloire et pour la gloire de son école : il considérait que Jeanne avait été oubliée du XVIe au XVIIIe siècle, ce qui avait l’avantage de faire de lui un redécouvreur, mais aussi de dissimuler l’existence d’une école royaliste ayant une interprétation propre de Jeanne d’Arc. Pour des historiographes royaux, comme Du Chesne et Godefroy, Jeanne n’était pas la fille du peuple que voyait Quicherat, mais la preuve de l’attention particulière que Dieu portait à la France. Non pas une faiseuse de miracle, mais un miracle en elle-même. Jules Quicherat a donc un peu passé sous silence les travaux plus anciens, pour faire de la place à son école historique, celle des positivistes. Il ne faut pas pour autant négliger la qualité du travail des historiographes royaux. La chronique de Perceval de Cagny, que Quicherat se fit une gloire d’avoir redécouverte et qu’il mit en tête de son tome IV, il l’avait retrouvée dans le volume 48 des manuscrits d’André Du Chesne, mort en 1640. D’ailleurs, lui-même n’édita pas le procès de réhabilitation directement à partir d’un manuscrit original, mais travailla, selon ses propres dires12, à partir d’une transcription faite par Clément de L’Averdy au XVIIIe siècle13. Et quand on se rapporte à L’Averdy, on y découvre que le texte utilisé était le « manuscrit de Soubise », qui date du XVIe siècle14.

  • 15 Actuellement, British Library, ms. Stowe 84.
  • 16 Traduction d’O. Bouzy.

10Ces manuscrits sont censés avoir été très tôt utilisés par les historiens de Jeanne d’Arc. Jean du Tillet est ainsi réputé avoir consulté le procès de réhabilitation déposé au trésor des Chartes15 pour ses Mémoires et recherches touchant plusieurs choses mémorables pour l’intelligence de l’estat et des affaires de France, publié à Rouen en 1577. La vérité oblige à dire qu’il n’a rien tiré de la lecture de ce procès ; il utilise en fait plutôt Monstrelet, dont il reproduit l’affirmation selon laquelle Jeanne avait très tôt été exercée aux armes. Le même manuscrit du trésor des Chartes aurait été utilisé par Jean Hordal en 1612 et par Godefroy en 1661. Hordal, qui prétendait à tort descendre de la famille de Jeanne, y cherchait des preuves de son apparentement et les affirmations qu’il en tire, pour généralement exactes qu’elles soient, ne diffèrent en réalité aucunement des versions largement répandues par les chroniques. Son ouvrage est en latin, et commence ainsi (après traduction16) :

  • 17 J. Hordal, Heroinae nobilissimae Joannae Darc Lotharingae vulgo Aurelianensis puellae historia, Pon (...)

Jeanne, vierge de dix-huit ans ou environ, appelée par la puissance divine à relever et affermir les esprits des Français, apporta opportunément le secours de sa main. Elle était née du village qu’on appelle Domrémy, dans le territoire de Toul chez les Leuques, de son père Jacques d’Arc et sa mère Isabelle, tous deux de mœurs probes et honnêtes, habituée à faire paître les brebis de son père. Elle vint à Charles, disant être envoyée par Dieu pour lever le siège d’Orléans17.

11On retrouve exactement le même type de discours dans les nombreuses petites biographies de Jeanne d’Arc datant de la même époque, sans que leurs auteurs aient jamais prétendu avoir consulté le texte des procès.

  • 18 Notamment d’avoir attribué à Jean du Lys, frère de Jeanne, la dignité de capitaine de Chartres et d (...)

12Si Godefroy consulta le procès de réhabilitation pour son Histoire de Charles VII, publiée en 1661, il n’en tira que des impressions générales, préférant publier d’autres textes : le portrait de Charles VII par Henri Baude, un extrait de la chronique de Jean Chartier, un extrait de la chronique du héraut Berry, un extrait de la chronique de la Pucelle, un extrait de la chronique de Mathieu d’Escouchy, la lettre de Guy de Laval, le vidimus de l’anoblissement de Jeanne d’Arc et des extraits des comptes de Guillaume Charrier. Ce choix s’explique d’ailleurs : il ne rédigeait pas une histoire de Jeanne d’Arc, mais de Charles VII. L’idée fondamentale de l’historiographie d’Ancien Régime est que les rois sont les moteurs de l’histoire, pas leurs subordonnés. Le fournisseur de Godefroy en références historiques était un certain Vyon d’Hérouval, membre de la Chambre des comptes, qui malheureusement est connu pour avoir fait plusieurs confusions18.

  • 19 J. Meier, Commentarii sive annales rerum Flandicarum libri XVII, Anvers, Johannes Steelsius, 1561.
  • 20 P. Lanéry d’Arc, Bibliographie raisonnée et analytique des ouvrages relatifs à Jeanne d’Arc, Paris, (...)

13Le manuscrit de condamnation, en l’occurrence celui conservé à l’abbaye de Saint-Victor de Paris, fut pour sa part compulsé par Belleforest en 1585 et par Charles du Lys en 1661. En fait, François de Belleforest reprend essentiellement la chronique de Nicole Gilles. Il est réputé s’être appuyé sur le texte du procès, mais il paraît que ce serait essentiellement par le biais du livre de Jacques Meier19, ouvrage que je n’ai pu consulter. Lanéry d’Arc affirme que Meier utilisait pour sa part le mémoire de Thomas Basin20. Nous sommes là dans une logique de références en cascade, pratique parfaitement admise à une époque où l’histoire avait avant tout une dimension littéraire. Ces histoires sont réécrites non pour apporter quelque chose de neuf, mais pour permettre de donner libre cours à l’éloquence et à l’érudition de leur auteur. Ce sont plus des exercices de styles que des mises au point.

  • 21 C. du Lys, De l’extraction et parenté de la Pucelle d’Orléans, s. l. n. d., [Paris, 1610].

14Charles du Lys, qui lui aussi prétendait descendre de la famille de Jeanne d’Arc, peut-être à tort, emprunta le manuscrit pendant plusieurs années pour l’étudier, mais il en retira essentiellement des informations suspectes sur les parents de Jeanne d’Arc. Il affirma ainsi que Jacques d’Arc avait deux frères : Nicolas, dont la veuve Jeanne aurait donné son nom à Jeanne d’Arc, et Jean, qui l’aurait amenée à Vaucouleurs21. On n’a pas d’autre mention d’un oncle Nicolas, et le soi-disant oncle Jean, qui aurait emmené Jeanne à Vaucouleurs, est évidemment en réalité son cousin par alliance Durant Laxart. Mais Charles du Lys est connu pour avoir tordu les faits quand cela l’arrangeait.

15On en est réduit à constater qu’en réalité, les historiens d’Ancien Régime, dans l’ensemble, n’ont pas utilisé les procès comme source historique. Cela paraît d’autant plus paradoxal que, dans le même temps, on l’a vu, on a pris la peine de recopier au moins une quarantaine de fois les procès de condamnation ou de réhabilitation. Pourquoi le faire, si on ne les utilise pas ?

Sources et procès de 1612 à 1840

  • 22 Paris, BnF, ms. lat. 17013.
  • 23 J. Quicherat, Aperçus nouveaux sur l’histoire de Jeanne d’Arc, Paris, Renouard, 1850.
  • 24 E. Richer, La première histoire en date de Jeanne d’Arc (1625-1630) : histoire de la Pucelle d’Orlé (...)

16Ce ne serait donc que deux siècles après la mort de Jeanne qu’on aurait commencé à utiliser les procès comme sources historiques. On a attribué à Edmond Richer la gloire d’avoir été le premier à les avoir lus et commentés. Il a travaillé, en 1628, sur le manuscrit de l’Assemblée nationale qui était alors conservé au Parlement de Paris, pour la condamnation, et sur le manuscrit de Notre-Dame, pour la réhabilitation22. Il en tira une histoire en quatre chapitres, qui a d’ailleurs une facture classique pour son époque. Il commence, en effet, par une vie de Jeanne d’Arc, suivie par la transcription des deux procès, puis par des extraits de diverses sources : anoblissement de Jeanne, traité de Gerson, de Gorkhum, Sibylla francica, Jacques Meier, Pie II, saint Antonin, Philippe de Bergame, Guillaume Postel, etc. jusqu’à des auteurs qui lui étaient contemporains, ce en quoi il reprend la structure du « manuscrit d’Orléans ». Cette structure sera d’ailleurs en gros celle suivie par Jules Quicherat lui-même, sauf que ses Aperçus nouveaux sur l’histoire de Jeanne d’Arc suivirent, et non précédèrent, son édition des procès et des sources annexes23. Edmond Richer, toutefois, ne fut pas publié, et il fallut attendre 1753 pour que Lenglet-Dufresnoy le « pille outrageusement », selon Le Brun de Charmettes, propos repris par Philippe-Hector Dunand, qui publia enfin le manuscrit de Richer en 1911-191224.

  • 25 J. Joly, Puellae Aurelianensis causa adversariis orationibus disceptata, Paris, Julien Bertaut, 160 (...)

17C’est dans Richer que l’on trouve peut-être un début d’explication à cette distance surprenante entre des sources que l’on recopie et que l’on n’étudie pas, et des histoires que l’on recopie sur d’autres histoires sans consulter les sources. Parmi les auteurs de son temps, il distingue les « éloges des théologiens » (16 auteurs) de ceux des jurisconsultes (15 auteurs), des médecins (3 auteurs), et enfin ceux des « historiens » (28 auteurs). Parmi les historiens, il cite en fait des chroniqueurs comme Monstrelet, Fulgose, Chalcondylas, Gaguin, mais aussi des auteurs comme François Philelphe, à qui il reproche d’ailleurs de n’avoir rien écrit sur Jeanne d’Arc. Pour lui, les « éloges des historiens » sont donc ce que nous appelons « sources », alors que les autres « éloges » sont des analyses ou des résumés. Ceux qui donnent un avis sur la Pucelle sont donc, d’après Richer, des juristes et des théologiens, voire accessoirement des médecins, ceux justement pour qui et par qui sont recopiés les manuscrits des procès. Ce sont aussi ceux qui appartiennent au milieu dont étaient issus les assesseurs du procès de Jeanne. Finalement, le procès de Jeanne ne s’était pas achevé avec sa mort. Un siècle plus tard, certains la rejugeaient, et parfois la condamnaient à nouveau25. Nous voyons donc que le procès de Jeanne est resté, assez logiquement d’ailleurs, entre les mains des juristes, des théologiens et des médecins. L’avis qu’ils rendent est évidemment juridique et théologique : c’est une analyse, non une citation, du procès. Ainsi, on pourrait même dire que la première analyse historiographique du procès de condamnation fut effectuée, en fait, par les juges de la réhabilitation.

  • 26 L. Trippault, Joannae Darciae obsidionis Aurelianae liberatricis res gestae, imago et judicium. Les (...)
  • 27 J. Virey des Graviers [pseudonyme de François Berthrand], Tragédie de Jeanne d’Arcques dite la Puce (...)
  • 28 J.-P. Masson, Histoire mémorable de la vie de Jeanne d’Arc appelée la Pucelle d’Orléans, extraicte (...)

18Ce furent aussi les juristes qui, par leurs publications, finirent par populariser le nom de Jeanne d’Arc. Les chroniques parlaient de Jeanne, ou de Jeanne la Pucelle. Les juristes reprirent – logiquement selon leur point de vue – le nom « d’Arc », qui se trouvait dans les documents juridiques de la vie de Jeanne : lettre d’anoblissement, procès de condamnation, procès de réhabilitation. En fait, avant même que Richer ne travaille sur les procès, d’autres s’y étaient employés : en 1583, Léon Trippault, avocat au siège présidial d’Orléans26, et, en 1600, Jean Virey des Graviers27. Ni Le Brun de Charmettes, ni Philippe-Hector Dunand, ni Georges Goyau n’ont vu qu’Edmond Richer avait été précédé en 1612 par Jean-Papire Masson, avocat au Parlement et substitut du garde des sceaux28. Si Richer n’avait pas été publié, ce n’est pas parce que Jeanne n’intéressait personne, mais parce qu’il avait été précédé de près de quinze ans par un auteur plus réputé. En fait, Dunand n’attribuait une telle importance à Richer que parce qu’il était le premier théologien à étudier le procès de Jeanne d’Arc. Ce n’était pas parce qu’il était le premier auteur à l’avoir fait. Peut-être Richer avait-il lui-même pillé Masson ?

  • 29 O. Bouzy, « Manuscrits inutiles et auteurs inconnus… », p. 23-58.
  • 30 G. Krumeich, Jeanne d’Arc à travers l’histoire, Paris, Albin Michel, 1993.

19Selon moi, le début du XVIIe siècle avait vu une tentative avortée de canonisation de Jeanne d’Arc, lancée par le cardinal de Richelieu, et qui devait être soutenue par la rédaction de la Pucelle de Chapelain, ce qui explique le nombre de parutions concernant Jeanne d’Arc au début du XVIIe siècle29. Toutefois, la sauce de la canonisation n’a pas pris au milieu du XVIIe siècle. Il y a à cela plusieurs raisons, dont le temps qu’a mis Chapelain à rédiger son poème, le résultat catastrophique de sa publication, et la mort du cardinal en 1642. Jeanne passa ensuite aux oubliettes le temps du règne de Louis XIV – qui ne semble avoir encouragé que la publication d’ouvrages traitant de sa propre personne. On ne s’intéressa à nouveau aux procès que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. C’est alors seulement que Lenglet-Dufresnoy put publier le résultat des travaux de Richer. Jeanne est alors popularisée par Voltaire et devient le symbole du peuple face au roi, période qui connaît son apothéose en 1790 avec la publication des Notices des procès de Jeanne d’Arc de Clément de L’Averdy. L’Averdy préconisait une recherche systématique des manuscrits des procès dans les bibliothèques publiques, royales et autres. Il commença cette recherche, y appliqua des méthodes nouvelles (notamment la note de bas de page), mais finit décapité en 1793. Fin de l’Ancien Régime, fin de l’historiographie à la manière de Du Chesne et de Godefroy, et place, à partir de 1840, à l’école positiviste de Michelet, Quicherat, Wallon, etc. Je renvoie, pour la mise en place de cette école et sur l’image de Jeanne d’Arc qu’elle donne, au livre du professeur Krumeich, Jeanne d’Arc à travers l’histoire30.

  • 31 P. Caze, La vérité sur Jeanne d’Arc, ou Éclaircissements sur son origine, Paris, Rosa, 1819. Pierre (...)

20Entre-temps, nous voyons paraître le livre de Pierre Caze, si réputé et si peu lu, même par ses imitateurs, les auteurs « bâtardisants »31. Dans le désert historiographique de la Révolution et de l’Empire, il tentait d’expliquer l’apparition de Jeanne d’Arc sur la scène publique. Comme il n’avait que de vagues connaissances sur le Moyen Âge, et qu’il voyait en Jeanne une sorte de Napoléon, il fit sienne la boutade de Shakespeare sur Jeanne et en dressa le portrait d’une princesse royale, le tout sans faire une seule allusion au procès de condamnation, qui n’était d’ailleurs pas encore imprimé. Chez ses successeurs, d’ailleurs, le procès de condamnation a très mauvaise presse. On y trouve, en effet, dans la bouche même de Jeanne, l’affirmation qu’elle s’appelle d’Arc ou Romée, ce qu’ils ne peuvent souffrir d’entendre, et ils espèrent trouver confirmation de leurs théories royalistes dans le « livre de Poitiers », sans se rendre compte que le seul endroit où l’on trouve une allusion à ce livre est justement dans le procès de condamnation. La contradiction est ici insoluble.

Procès-sources de 1840 à nos jours

  • 32 C. de Maleyssie, Les lettres de Jehanne d’Arc et la prétendue abjuration de Saint-Ouen, Paris, Andr (...)

21Une fois ces fantaisies dépassées et un cadre sérieux mis en place, avec la valeur historique des procès enfin reconnue, on aurait pu espérer que l’on allait pouvoir travailler sérieusement sur Jeanne d’Arc. Mais la perte de l’Alsace-Lorraine en 1871, la montée des nationalismes et la procédure de canonisation firent de Jeanne d’Arc un enjeu politique très important entre les années 1890 et 1920, et cela eut pour résultat que la recherche historique fut très compromise. De surcroît, le XIXe siècle est une époque crédule, fantasque, illogique, où règne la référence en cascade et où le mathématicien Michel Chasles a pu se faire « refourguer » par l’escroc Vrain-Lucas des lettres de César à Cléopâtre, écrites en un vieux français de comédie. À la même époque, Oscar de Poli, après avoir recensé méthodiquement les textes prouvant que Jeanne d’Arc était brune, en conclut qu’elle était blonde ; c’était d’ailleurs son postulat de départ. On pouvait donc craindre que la manière dont les auteurs du temps allaient utiliser les procès reflétât les fantaisies intellectuelles de leur époque, et cela n’a pas manqué. Le meilleur exemple de cette utilisation des textes biaisée par la politique et la passion est fourni par Conrad de Maleyssie, qui rapporte que « le cardinal Parroci, ponent de la cause, avait déclaré à l’évêque d’Orléans que s’il ne trouvait pas un historien en mesure de prouver par les documents que cette prétendue abjuration canonique de la Pucelle était un faux inventé par Cauchon, il fallait renoncer à voir Jeanne d’Arc béatifiée »32. Bien entendu, à partir de ce moment-là, Conrad de Maleyssie n’eut de cesse de prouver que la cédule était un faux, et pour cela il choisit de démontrer que Jeanne savait lire, écrire et signer. La croix que Jeanne avait apposée sur la cédule de l’abjuration montrait donc que le document était un faux : elle aurait su signer de son nom. Quoiqu’on puisse penser sur le fait que Jeanne ait su ou non lire ou écrire, Conrad de Maleyssie n’a visiblement pas vu que sa démonstration était en fait sans intérêt. Nous ne disposons pas de la cédule originale, mais les copies qui en existent dans les manuscrits du procès et de la minute française mentionnent une croix et une signature, ce qu’il n’a visiblement pas eu l’idée de vérifier. S’il se trouvait que Conrad de Maleyssie avait raison de penser que Jeanne savait lire, alors il a juste apporté la preuve qu’elle savait ce qu’elle faisait en signant sa rétractation.

  • 33 Martin Ladvenu en 1452 et en 1455, Jean Toutmouillé en 1450, Thomas de Courcelles en 1456.
  • 34 S.-X. Touchet (cardinal), La sainte de la Patrie, Paris, Lethielleux, 1920, 2 vol., t. II, p. 463.

22Autre exemple où le texte du procès, encore une fois celui de la condamnation, fut attaqué, c’est à propos de « l’information posthume » (informatio post executione), à savoir les témoignages rassemblés, au lendemain de la mort de Jeanne, en interrogeant ceux qui avaient assisté à ses derniers moments, c’est-à-dire Nicolas de Venderès, Martin Ladvenu, Pierre Maurice, Jean Toutmouillé, Jacques le Camus, Thomas de Courcelles, Nicolas Loiseleur, des hommes dont certains furent ensuite réinterrogés dans le cadre de la réhabilitation33. Le cardinal Touchet, en 192034, voulut couvrir d’opprobre ce document qui, à dire le vrai, faisait dire à Jeanne que ses voix étaient venues « en très petites choses » – description passablement terre à terre, pour ne pas dire matérialiste – et qu’elles l’avaient trompée. Il reprit l’observation, déjà faite par Quicherat, que « l’information après l’exécution » n’était pas revêtue de la signature des notaires et passa de l’observation qu’il ne s’agissait pas d’actes de procédure à la conclusion que « Les acta posterius [sic] sont disqualifiés, ils ne sont ni vrais ni souvent vraisemblables ». Autrement dit, parce qu’ils n’ont pas d’existence légale, ils ne doivent pas être considérés comme des sources historiques. Cela est évidemment un argument que nous aurons du mal à accepter, parce que cela disqualifierait d’office toutes les autres sources de l’histoire de Jeanne – chroniques, lettres et actes divers – réduisant la documentation utilisable aux seuls procès. Il n’est donc pas étonnant de voir répéter l’affirmation que le procès de Jeanne apporte la preuve de sa soumission au pape – même quand le texte contient des exemples du contraire – car il était inconcevable de canoniser au début du XXe siècle quelqu’un faisant preuve, à l’égard de « tout homme au monde » d’une pareille désinvolture : on a donc jeté le voile pudique de l’oubli sur certains passages.

  • 35 Les procès de Jeanne d’Arc, G. et A. Duby (éd.), Paris, Gallimard (Archives), 1973.
  • 36 Procès…, P. Tisset (éd.), t. II, p. 44.
  • 37 Ibid., p. 59.
  • 38 Ibid., p. 63.
  • 39 Ibid., p. 231.

23En utilisant le même type d’argument pour dénier toute réalité à l’abjuration, les écrivains catholiques œuvrant pour la canonisation se sont d’ailleurs enfermés, sans peut-être s’en rendre compte, dans un cercle vicieux. Ils se sont condamnés à mettre un nom sur les voix de Jeanne en ne tenant compte que des procès, ce qui n’aurait d’ailleurs peut-être été qu’un moindre mal si, de surcroît, ils ne s’étaient pas limités au seul procès de condamnation. Or les Duby avaient déjà remarqué que la définition des voix différait chez Jeanne d’Arc, entre ce qu’elle en disait avant sa captivité et ce que ses juges lui faisaient dire au cours de son procès35. Ajoutons à cela que Jeanne avait, le 22 février, averti ses juges : « Vous pourriez bien me demander telle chose sur laquelle je vous répondrais la vérité et sur une autre je ne vous répondrais pas »36. Le 24 février, elle avait réitéré : « Il se peut que sur beaucoup de choses que vous pourriez me demander je ne vous dise pas la vérité, sur ce qui touche les révélations »37. Et elle ajouta : « Et elle dit qu’un dicton de petits enfants est que quelquefois des gens sont pendus pour avoir dit la vérité »38. Le procès est donc effectivement une source qu’il faut manipuler avec précaution, mais dans son ensemble ; pas en admettant tel petit bout sans esprit critique, tout en réfutant absolument tel autre passage. On en tirera un syllogisme : – Majeure : Jeanne a dit qu’elle ne dirait pas la vérité sur ses révélations lors du procès – Mineure : Jeanne a dit lors du procès que ses voix étaient saint Michel et saint Gabriel, sainte Marguerite et sainte Catherine – Conclusion : sainte Catherine, sainte Marguerite, saint Gabriel et saint Michel ne sont probablement pas les véritables voix de Jeanne d’Arc. Car pour Jeanne – et il suffit pour cela de faire la recension des occurrences de ces mots pour s’en rendre compte – les mots voix, conseil et révélations sont synonymes, ce qui donne d’ailleurs un certain piquant à l’échange du 28 mars : « Interrogée si la voix lui a interdit de divulguer les révélations, elle répondit : Je n’ai pas de conseil là-dessus »39.

24Les juges de la réhabilitation ne s’étaient d’ailleurs pas laissés abuser, et si on trouve, dans le préambule du procès de nullité de la condamnation, tout un développement pour savoir si oui ou non il était légitime pour Jeanne d’invoquer le patronage de saint Michel, en revanche on ne trouve que cinq allusions à sainte Catherine et à sainte Marguerite, et absolument aucune à saint Gabriel. Eux avaient comparé ce que disaient les témoins de leur enquête avec ce qu’avait dit Jeanne, et sans doute avaient-ils remarqué, comme Jean d’Aulon, que la seule fois où Jeanne d’Arc avait cité des saints avant sa captivité, il s’agissait de saint Louis et de saint Charlemagne… C’est ainsi que « l’abréviateur du procès », mauvais latiniste mais apparemment fin observateur et exégète, a pu être surpris par les différences qu’il avait pu remarquer dans les procès de condamnation et de réhabilitation.

Conclusion

25Pour en revenir à la soumission de Jeanne au pape, elle existe réellement : le 17 mars, elle avait requis d’être menée devant lui (donc avant de déclarer qu’elle ne révoquerait ses voix pour quoi que ce soit) et, le 24 mai, un peu avant d’abjurer au cimetière de Saint-Ouen, elle déclara : « Je me rapporte à Dieu et à notre seigneur le pape ». On lui répondit « que cela ne suffisait pas et qu’il était impossible d’aller chercher notre seigneur le pape aussi loin ». À la place d’Érard, qui admonestait Jeanne, on aurait pu ajouter « ni aussi tard ». D’ailleurs, il se pourrait qu’Érard ait été également un partisan du concile de Bâle, et qu’il ait pris la soumission formelle de Jeanne au pape comme une provocation supplémentaire, puisque Jeanne ne disait pas un mot du concile général. Néanmoins, cette soumission, si tardive qu’elle ait été – et peut-être si opportuniste – permit aux juges de la réhabilitation de souligner – de bonne foi ? – que Jeanne s’était effectivement soumise au pape. Ce en quoi on se demandera également de qui ils se moquaient, car le procès de réhabilitation a été entrepris par le cardinal d’Estouteville pour se concilier Charles VII, à qui il était venu demander, en tant que légat d’Eugène IV, d’abroger la Pragmatique Sanction de Bourges. Laquelle Pragmatique sanction avait entériné certaines décisions du concile de Bâle sur avis du clergé français, dont faisait partie Thomas de Courcelles, qui avait entre-temps changé de camp. Les juges de la réhabilitation sont ainsi, officiellement du moins, favorables eux aussi au Concile. Les deux procès se sont donc déroulés dans un climat de lutte à front renversé. Les juges de la condamnation exigèrent la soumission de Jeanne au pape pour ensuite se précipiter – comme justement Thomas de Courcelles mais aussi plusieurs autres – au concile de Bâle, pour y défendre la supériorité du Concile sur le Pape. Les juges de la réhabilitation cassèrent la condamnation en soulignant la valeur de la soumission de Jeanne au pape, alors qu’eux-mêmes en sont en partie détachés par la Pragmatique Sanction.

26Les procès sont donc une pièce de procédure, mais viciée par les intentions des uns et des autres, et pas seulement par celles des juges. Posons donc la question : Jeanne, qui avait déjà affirmé à ses juges qu’elle ne leur dirait pas tout, qui avait usé de tant de circonvolutions à propos de son étendard qu’on ne saurait pas à quoi il ressemblait si on n’avait pas d’autres témoignages que le seul procès, Jeanne, se sachant perdue – car il a bien dû y avoir un moment où elle a compris qu’elle n’était pas là pour être jugée, mais pour être condamnée – a-t-elle, « fichue pour fichue », intentionnellement glissé quelques « peaux de bananes » juridiques sous les pieds de ses juges ? Il n’est même pas nécessaire d’imaginer une connaissance intime du droit canonique, dont on aurait d’ailleurs bien du mal à expliquer quand elle l’aurait appris. Jeanne luttait contre ses juges comme elle avait lutté contre les Anglais, et la visite de Jean de la Fontaine avait pu lui faire comprendre qu’il existait un coin qu’elle pouvait enfoncer dans le bloc de ses adversaires. Beau jeu de dupes, dont Jeanne a été la victime, mais auquel elle a pris une part qu’il convient peut-être de mesurer avec plus de précision, maintenant que les enjeux politiques et religieux se sont un peu éloignés et que l’on peut travailler sur les textes en ne se contentant plus de les utiliser au premier degré.

27Que les Anglais aient utilisé la forme du procès d’inquisition pour salir l’action de Jeanne, et notamment le couronnement de Charles VII, cela semble établi, mais à ce jeu-là on peut jouer à deux. Le procès a aussi pu être, pour Jeanne, une manière de continuer la guerre par d’autres moyens. Elle n’avait aucune raison de ménager ses juges. Elle avait d’ailleurs plusieurs fois menacé Pierre Cauchon des foudres divines, et on ne peut exclure qu’elle n’ait pas tenté de l’enfumer, ne serait-ce que pour se ménager une porte de sortie. Si sainte Catherine et sainte Marguerite n’étaient pas ses voix, elle aurait ainsi pu les abjurer en toute bonne conscience. Ses juges, plus malins qu’elle ne le pensait, avaient quand même débusqué saint Michel. C’est du moins une explication possible de ses difficultés à finalement renier ses voix.

28Peut-être avons-nous un peu trop oublié que les procès de condamnation et de réhabilitation, avant d’être des sources historiques, sont surtout des actes de procédure et de théologie et qu’ils ne constituent pas un enregistrement mot à mot des paroles de Jeanne. Bref, les procès sont des sources d’une dimension complexe, qui ont encore sans doute bien des choses à nous apprendre, à condition qu’on n’utilise pas seulement les dépositions des témoins de la réhabilitation pour y trouver des renseignements anecdotiques sur la vie de Jeanne, tout en négligeant sa dimension proprement religieuse, mais aussi agonistique, pour y substituer nos propres préoccupations politiques. C’est ce que trop d’historiographes ont pu faire au cours des siècles, utilisant les procès comme prétexte, plutôt que comme sources, de manière plus ou moins déclarée.

Notes

1 Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, P. Tisset (éd.), Paris, Klincksieck (Société de l’histoire de France), 1960-1971, 3 vol., t. II, p. 177.

2 Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, P. Duparc (éd.), Paris, Klincksieck (Société de l’histoire de France), 1977-1988, 5 vol., t. III, p. 176 (témoignage d’Isambard) et p. 205 (témoignage de Guillaume Manchon).

3 P. Contamine, « Naissance d’une historiographie. Le souvenir de Jeanne d’Arc, en France et hors de France, depuis le “procès de son innocence” (1455-1456) jusqu’au début du XVIe siècle », Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, 15, 1987, p. 233-256 ; De Jeanne d’Arc aux guerres d’Italie. Figures, images et problèmes du XVe siècle, Orléans, Paradigme, 1994.

4 F. Michaud-Fréjaville, « Personne, personnage : Jeanne d’Arc en France au XVIIe siècle », in Jeanne d’Arc en garde à vue, D. Goy-Blanquet (éd.), Bruxelles, Le Cri, 1999, p. 55-77.

5 Comprenant la Lettre aux Anglais, les prophéties de Merlin, Bède et la Pucelle, une description de Jeanne et l’avis des docteurs de Poitiers, cf. O. Bouzy, « Prédiction ou récupération, les prophéties autour de Jeanne d’Arc dans les premiers mois de l’année 1429 », Bulletin de l’Association des amis du Centre Jeanne d’Arc, n° 14, 1990, p. 39-48.

6 In fine, Jules Quicherat a toutefois fait un travail très important et très utile, en réunissant de manière commode des sources dispersées et dont la conservation était parfois menacée et la reproduction sabotée. Encore faut-il se souvenir qu’il avait été précédé dans cette idée par Jean-Alexandre Buchon en 1827 et par Guido Görres en 1835. Mais que Quicherat ait bien travaillé ne nous dispense pas de continuer sur ses traces, car il n’a pas pu tout voir et ses successeurs – comme Alexandre Héron – ont parfois négligé leur travail.

7 Manuscrit d’Urfé, Paris, BnF, ms. lat. 8838.

8 A. Héron, Deux chroniques de Rouen, Rouen, Lestrigant, 1900.

9 P. Marot, « La minute française du procès de Jeanne d’Arc », Revue d’histoire de l’Église de France, vol. 39, n° 133, 1953, p. 225-237.

10 O. Bouzy, « Manuscrits inutiles et auteurs inconnus : la transmission du souvenir de Jeanne d’Arc du XVe au XVIIIe siècle », Bulletin de l’Association des amis du Centre Jeanne d’Arc, n° 26, 2002, p. 23-58.

11 Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc, dite la Pucelle, J. Quicherat (éd.), Paris, Renouard (Société de l’histoire de France), 1841-1849, 5 vol., t. V, p. 385-431.

12 Ibid., t. II, p. 19, note 1.

13 C.C.F. de L’Averdy, Notices des procès de Jeanne d’Arc, dite la Pucelle d’Orléans, tirées des différens manuscrits de la bibliothèque du roi, Paris, Imprimerie royale, 1790, p. 507.

14 Le « manuscrit de Soubise » se trouve actuellement à la Médiathèque d’Orléans, ms. 1673.

15 Actuellement, British Library, ms. Stowe 84.

16 Traduction d’O. Bouzy.

17 J. Hordal, Heroinae nobilissimae Joannae Darc Lotharingae vulgo Aurelianensis puellae historia, Pont-à-Mousson, Melchior Bernard, 1612, p. 11.

18 Notamment d’avoir attribué à Jean du Lys, frère de Jeanne, la dignité de capitaine de Chartres et de bailli de Vermandois, alors que c’était Jamet du Tillay qui en était le titulaire.

19 J. Meier, Commentarii sive annales rerum Flandicarum libri XVII, Anvers, Johannes Steelsius, 1561.

20 P. Lanéry d’Arc, Bibliographie raisonnée et analytique des ouvrages relatifs à Jeanne d’Arc, Paris, Librairie Techener, 1894, p. 42, rubrique 48.

21 C. du Lys, De l’extraction et parenté de la Pucelle d’Orléans, s. l. n. d., [Paris, 1610].

22 Paris, BnF, ms. lat. 17013.

23 J. Quicherat, Aperçus nouveaux sur l’histoire de Jeanne d’Arc, Paris, Renouard, 1850.

24 E. Richer, La première histoire en date de Jeanne d’Arc (1625-1630) : histoire de la Pucelle d’Orléans, P.-H. Dunand (éd.), Paris, Desclée de Brouwer, 1911-1912, 2 vol.

25 J. Joly, Puellae Aurelianensis causa adversariis orationibus disceptata, Paris, Julien Bertaut, 1609.

26 L. Trippault, Joannae Darciae obsidionis Aurelianae liberatricis res gestae, imago et judicium. Les faicts, pourtraict et jugement de Jeanne d’Arc dite la Pucelle d’Orléans, Orléans, Léon Gibier, 1583.

27 J. Virey des Graviers [pseudonyme de François Berthrand], Tragédie de Jeanne d’Arcques dite la Pucelle d’Orléans, native du village d’Épernay, près Vaucouleurs en Lorraine, Rouen, Raphaël du Petit-Val, 1600.

28 J.-P. Masson, Histoire mémorable de la vie de Jeanne d’Arc appelée la Pucelle d’Orléans, extraicte des interrogatoires contenus au procez de sa condamnation et des dépositions de 112 tesmoins, Paris, Pierre Chevalier, 1612.

29 O. Bouzy, « Manuscrits inutiles et auteurs inconnus… », p. 23-58.

30 G. Krumeich, Jeanne d’Arc à travers l’histoire, Paris, Albin Michel, 1993.

31 P. Caze, La vérité sur Jeanne d’Arc, ou Éclaircissements sur son origine, Paris, Rosa, 1819. Pierre Caze est aussi l’auteur d’une tragédie en cinq actes et en vers intitulée : La mort de Jeanne d’Arc ou La Pucelle d’Orléans (an XIII - 1805).

32 C. de Maleyssie, Les lettres de Jehanne d’Arc et la prétendue abjuration de Saint-Ouen, Paris, André Marty, 1911, p. 82.

33 Martin Ladvenu en 1452 et en 1455, Jean Toutmouillé en 1450, Thomas de Courcelles en 1456.

34 S.-X. Touchet (cardinal), La sainte de la Patrie, Paris, Lethielleux, 1920, 2 vol., t. II, p. 463.

35 Les procès de Jeanne d’Arc, G. et A. Duby (éd.), Paris, Gallimard (Archives), 1973.

36 Procès…, P. Tisset (éd.), t. II, p. 44.

37 Ibid., p. 59.

38 Ibid., p. 63.

39 Ibid., p. 231.

Auteur

Olivier Bouzy, docteur en histoire médiévale, travaille depuis 1988 au Centre Jeanne d’Arc à Orléans. Il a publié en 1999 Jeanne d’Arc, mythes et réalités, et en 2006 La révolte des nobles du Berry contre Louis XI. Guerre et économie en 1465. Il a contribué au dictionnaire sur Jeanne d’Arc, publié sous la direction de P. Contamine, et prépare une nouvelle biographie de Jeanne d’Arc à paraître aux Éditions Fayard.

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540