Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’hérétique à la sainte

 | 
François Neveux

Représentations des procès dans l’historiographie, la littérature, les arts et la musique

Images des deux procès de Rouen dans la littérature française du XVe siècle

Images of the two trials of Rouen in French literature, in the fifteenth century

Deborah Fraioli

Résumé

On peut se demander si le drame de Jeanne d’Arc, qui a maintenu son point de vue contre ses juges lors du procès de condamnation de 1431, était si profondément dramatique qu’aucun poète du XVe siècle n’ait osé l’embellir de ses vers. En prenant en considération à la fois les procès de 1431 et 1456, nous constatons qu’un seul poète, Martial d’Auvergne, connaissait l’une des pièces du procès. [Il est probable qu’il a lu uniquement les procédures du procès de réhabilitation]. Le Ditié de Jehanne d’Arc de Christine de Pizan et le Mystère du Siège d’Orléans, d’un auteur anonyme, ont tous deux été écrits trop tôt pour exploiter les documents du procès. Le Ditié anticipe, explique ou minimise certaines charges avancées ultérieurement par les juges de Jeanne. Le Champion des dames de Martin Le Franc énonce de manière informelle, à travers le personnage de L’Adversaire, des charges contre Jeanne, connues par ouï-dire ou par la lecture d’un document antérieur, intitulé De mirabili victoria. La connaissance précise du procès de réhabilitation est finalement décrite dans Les Vigiles du roi Charles VIIde Martial d’Auvergne, mais il n’existe aucune preuve que ce dernier connaissait aussi le texte du procès de condamnation. Révélant ses préjugés politiques, il prend le parti de minimiser le rôle de Jeanne tel qu’il l’a trouvé dans sa source, Jean Chartier, et salue avec sympathie l’image de la bergère candide décrite par Christine de Pizan et le procès de réhabilitation. Pour trouver une représentation de Jeanne d’Arc comme une adolescente héroïque, qui a parlé avec sagesse et aplomb à Rouen, il faut attendre le XVIe siècle.

We might wonder whether the inestimably vital drama of Joan of Arc, standing her ground against her judges at the condemnation trial of 1431, was so inherently dramatic that no fifteenth-century poet dared to embellish it with verse. But this paper concludes that, taking both the trials of 1431 and 1456 into consideration, only one poet, Martial d’Auvergne, knew either of the documents of the proceedings at first hand. [It is likely that he touched and read only the rehabilitation trial proceedings]. Whereas both Christine de Pizan’s Ditié de Jehanne d’Arc and the anonymous Mystère du siège d’Orléans were written too early to exploit trial documents, the Ditié anticipates, as well as answers or minimizes, certain charges later raised by Joan’s judges. Martin Le Franc’s Le Champion des dames lays out informally in the persona of L’Adversaire charges against Joan known by hearsay or by reading an earlier document titled De mirabili victoria. Explicit knowledge of the rehabilitation trial proceedings is finally found in Martial d’Auvergne’s Les Vigiles du roi Charles VII, but there is no proof that he also knew the text of the condemnation trial. As an act of political bias he diminished the importance of Joan found in his source, Jean Chartier, and only nodded with sympathy at the image of the guileless shepherdess as depicted in Christine de Pizan and the rehabilitation trial. For a trial-based depiction of the heroic adolescent who spoke wisely and with aplomb at Rouen we must await the sixteenth century.

Texte intégral

1Dès le début de cette contribution, j’aimerais annoncer ma conclusion : au cours du XVe siècle, nous ne trouvons aucun poète, écrivant en français sur Jeanne d’Arc, qui ait exploité un manuscrit du procès de condamnation de 1431. Nous connaissons quatre grandes œuvres littéraires du XVe siècle : Le Ditié de Jehanne d’Arc, Le Mystère du siège d’Orléans, Le Champion des dames et Les Vigiles du roi Charles VII. Or trois de ces quatre textes, quoiqu’ils soient composés dans l’ignorance du procès, nous permettent de découvrir à quel point certains des principaux actes d’accusation des juges de Rouen étaient des faux. Cependant, ils ne nous permettent pas d’aller plus loin. Les poètes abordent la question du « pour et du contre » de la cause de Jeanne, comme l’avait fait la commission de Poitiers. Mais ils ne conçoivent pas encore l’image riche en émotion que nous connaissons si bien aujourd’hui : celle de l’adolescente, qui triomphe de ses juges par le bon sens de ses réponses et par la fermeté de sa parole.

  • 1 Christine de Pizan, Le Ditié de Jehanne d’Arc, édition et traduction anglaise par A.J. Kennedy et K (...)
  • 2 Le Mistere du siège d’Orleans, V.L. Hamblin (éd.), Genève, Droz, 2002.
  • 3 En l’absence d’une étude approfondie des sources du Mystère, on ne peut pas dire quelles sources po (...)

2Pour des raisons évidentes, ni Le Ditié de Jehanne d’Arc1, de Christine de Pizan, ni Le Mystère du siège d’Orléans2 n’ont été inspirés par le procès-verbal de 1431. Le Mystère s’arrête avec la bataille de Patay (18 juin 1429) et le Ditié est publié bien avant l’arrestation de Jeanne (le 31 juillet 1429). Ces deux œuvres paraissent donc hors sujet pour une étude centrée sur les procès. En fait, si certains passages du Mystère permettent d’évoquer l’hypothèse d’un remaniement du texte original vers 1467, bien après la date des deux procès, on n’y note aucune allusion aux actes d’accusation de Rouen3. Nous laisserons donc cette œuvre de côté.

3En revanche, il n’en est pas de même pour Christine de Pizan, le premier poète en date à mettre en rime les hauts faits de la Pucelle, même si la date de son poème empêche toute connaissance des journées fatales de Rouen. Christine, pieuse, éduquée et cosmopolite, semble répondre à l’avance aux accusations qui seront portées contre Jeanne à Rouen.

Christine de Pizan

  • 4 Cf. Valerius Maximus, Factorum et dictorum memorabilium, VI-IX [Memorable Doings and Sayings, Books (...)
  • 5 Le livre de la cité des dames de Christine de Pizan était offert en partie comme une rectification (...)
  • 6 Les bibliothèques de Charles V, Charles d’Orléans, et Jean, duc de Berry, possédaient, respectiveme (...)

4Christine n’aurait rien vu d’exceptionnel dans les déclarations et les actions de Jeanne qui, selon ses assesseurs, violaient les règles concernant les femmes. Ou bien, au contraire, elle y aurait vu précisément un cas d’excellence, qui permettait de poser la candidature de Jeanne à l’inscription dans les recueils de femmes illustres. Depuis Les Faits et dits mémorables de Valère Maxime4, en passant par Des cleres et nobles femmes de Boccace et Le Livre de la Cité des dames de Christine elle-même, les exploits supérieurs des femmes étaient assez bien mis en valeur5. Et si les juges de Jeanne d’Arc avaient feuilleté ces livres dans les bibliothèques royales et ducales, ils auraient su qu’une bonne partie de leurs actes d’accusation étaient insignifiants, dans la perspective de la littérature humaniste6.

  • 7 Giovanni Boccaccio, De mulieribus claris [Famous Women], V. Brown (trad. angl.), Cambridge (Mass.), (...)

5L’amertume profonde du tribunal de Rouen pour la femme virile, par exemple, n’avait pas d’équivalent dans ces catalogues, où les exploits de la femme forte n’avaient rien de remarquable. C’était plutôt une preuve que la femme pouvait égaler les hommes en matière de prouesses. Car pour Christine, en particulier, le but du Livre de la Cité des dames n’était pas seulement de fournir aux lecteurs des exemples de femmes remarquables. Elle voulait aussi riposter aux littérateurs misogynes, assurant que l’impuissance et la faiblesse de la femme l’empêchaient d’accomplir des hauts faits. Dans ce contexte, la femme dite « virile » et la femme qui « oublie son sexe » (selon une formule d’usage dans les recueils) sont parfaitement compréhensibles. Mais le tour de phrase « oublier son sexe » comportait aussi une idée complémentaire. Dans ces collections, on répète comme un leitmotiv l’idée selon laquelle la femme, en naissant femme, a droit à une vie oisive. Même Boccace, qu’on ne peut pas toujours prendre au pied de la lettre, déclare apparemment avec sérieux, au sujet de certaines femmes grecques : « Je suis certain que si ces femmes… étaient restées oisives chez elles, comme elles en avaient le droit, elles n’auraient jamais accompli ces hauts faits »7.

  • 8 Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, P. Tisset (éd.), Paris, Klincksieck (Société de l’histoire (...)
  • 9 Christine de Pizan, Ditié, strophes XL et XLI, p. 36.
  • 10 Selon Christine, après avoir fait des tentatives de paix, Charles a droit « par force en effusion / (...)

6Christine de Pizan ne vante pas l’aspect guerrier de la Pucelle, mais elle ne le nie pas non plus. Elle connaît sans doute la Lettre aux Anglais8. À son propos, non seulement elle souscrit au message menaçant de Jeanne, mais elle se l’approprie dans le Ditié et y ajoute de sa propre main l’image du sang des morts et des cadavres dévorés par les loups9. Rien de scandaleux ici, pour celui qui comprend la rhétorique. Christine, comme presque tous ceux de son monde, d’ailleurs, trouve normal que le but de la guerre soit de triompher et accepte que la violence en fasse partie10.

  • 11 C’est le message de la première épître aux Corinthiens (I, 27), souvent illustré au Moyen Âge par l (...)
  • 12 Christine de Pizan, Ditié, strophe XXXVIII, p. 35 : « Car qui se combat pour droiture / Paradis gai (...)

7Pourtant, si Christine accepte la nécessité de la violence éventuelle pour accabler les gens rebelles, elle préfère, pour des raisons de foi, l’image de la « simple bergiere ». Plus Jeanne est simple et insignifiante, plus la présence de Dieu est sûre11. En tenant compte des victoires françaises, Christine pouvait, d’ailleurs, bien dire que Dieu était « pour » les Français. Dans la bouche de Jeanne à Rouen, une constatation semblable – révélée quand Jeanne a accepté comme normal que ses saintes parlent français, parce qu’elles étaient pour le parti français – avait répugné aux juges. Pour Christine, cependant, et pour tout le Moyen Âge, en temps de guerre, la présence ou l’absence de Dieu se calculait en grande partie par la victoire ou la défaite. Rien de plus naturel, rien de plus banal. Et cette conviction amène finalement Christine à mettre aussi en question une autre accusation des juges : la présomption de Jeanne de se croire destinée au paradis. Car dans le Ditié, Christine ose même dire à l’homme d’armes moyen qu’il gagnera le paradis en combattant pour la juste cause12.

  • 13 Procès…, P. Tisset (éd.), t. II, p. 115-116.

8Pour un partisan de Charles VII, comme Christine de Pizan, le cas de la Pucelle ne présentait rien d’infamant et pouvait encore moins entraîner l’ouverture d’une quelconque cause d’hérésie. Et pendant quelque temps, en dépit de la pression de ses juges, Jeanne elle-même semble avoir compris que la réalité de ses crimes dépendait de la situation géopolitique. Ces derniers existaient ou non en fonction de sa présence en territoire anglo-bourguignon ou français. Interrogée le 12 mars, Jeanne déclare que « encore maintenant, si elle était auprès de ceux de l’autre parti [celui de Charles VII] en cet habit d’homme, il lui semble que ce serait un des grands biens de France de faire comme elle faisait d’abord, avant sa prise »13.

Martin Le Franc

  • 14 Jeanne d’Arc n’est arrivée sur la scène qu’en 1429, trop tard pour figurer dans le Livre de la Cité (...)
  • 15 Martin Le Franc, Le Champion des dames, R. Deschaux (éd.), Paris, Champion, 1999, 5 vol.
  • 16 Les deux auteurs qui ont assez promptement adopté l’innovation de Martin Le Franc, en insérant la b (...)

9Christine de Pizan, qui était à la fin de sa vie en 1429, ne pouvait mieux faire, pour introduire Jeanne dans la littérature des dames de bonne renommée, que de composer le Ditié14. Mais la rhétorique de Christine était déjà en place pour qui voudrait honorer la Pucelle dans une collection des femmes célèbres. Martin Le Franc est devenu le premier écrivain à incorporer la Pucelle dans cette tradition, quand il a consacré une étonnante commémoration à Jeanne d’Arc, dans le Champion des dames, en 144215. Il a été suivi dans cette voie par plusieurs auteurs dans la seconde moitié du XVe siècle16.

10Admettons tout de suite que le Champion des dames de Martin Le Franc ne se détache pas tout à fait de la tradition misogyne et stéréotypée du Roman de la Rose, dont son poème est censé être une réplique. Cette œuvre met en scène de façon dialectique une dispute sur la nature et les capacités de la femme. L’Adversaire, détracteur de la femme, fait toujours face au Champion, qui est son défenseur, avec de vieux clichés antiféministes. Toutefois, cette polémique répond bien au débat historique entre les Bourguignons, calomniateurs de la Pucelle, et les Français, qui admettaient sa mission et soutenaient son action. Martin ne profita pas du procès-verbal de 1431, même s’il écrivit sur Jeanne onze ans après cette date, parce que les manuscrits restèrent en territoire ennemi jusqu’à la libération de la Normandie, en 1450. Il se peut que notre auteur ait même ignoré jusqu’à existence de ce texte.

  • 17 Une vingtaine d’assesseurs de Rouen ont participé au concile de Bâle. Cf. D. Fraioli, Joan of Arc, (...)
  • 18 Ibid., p. 160-161.
  • 19 Je suis parmi ceux qui s’interrogent sur l’attribution de ce traité à Jean Gerson (ibid, p. 126-149 (...)

11Néanmoins, pour avoir assisté au concile de Bâle – assemblée qui comptait de nombreux assesseurs du procès de Jeanne, nouvellement arrivés de Rouen17 – Martin était assez bien informé des accusations portées contre la Pucelle, qui sont volontiers mises à contribution par l’Adversaire ! Et pour la défense de la Pucelle, outre sa propre indignation, Martin exploitait un document qu’il a peut-être découvert à Bâle18. C’était le De mirabili victoria, attribué par Martin au « maistre Jan Jarson »19. C’était un traité bien disposé à l’égard de la Pucelle, composé d’assez bonne heure, admettant son droit à l’habit masculin, et bien connu en territoire bourguignon.

  • 20 Martin Le Franc, Le Champion des dames, t. IV, p. 96, v. 16969-16970.
  • 21 Procès…, P. Tisset (éd.), t. II, p. 171-173.
  • 22 Cf. Deutéronome, XXII, 5 : « La femme ne se vêtira nullement de vêtement d’homme et l’homme ne se v (...)
  • 23 Martin Le Franc, Le Champion des dames, t. IV, p. 97, v. 16985-16986.

12Depuis longtemps, on avait élevé des objections contre l’habit masculin de Jeanne. Martin ne s’en alarme pas : il le déclare simplement « chose inusitee », mais pas « merveille »20. L’article XII des assesseurs de Rouen – selon lequel le vêtement masculin et l’exercice de faits de guerre étaient sérieusement blâmables21 – ne pouvait qu’être méprisé par Martin, voire tourné en ridicule. La réfutation de Martin s’appuie sur l’argument du traité De mirabili victoria en sa possession : la prohibition de Deutéronome n’a plus force de loi22. D’autre part, il met en avant sa propre logique : à chaque tâche, vêtements convenables. « Armes propres habis requierent », dit-il, « il n’est si sot qui ne le sache »23.

  • 24 Ibid., v. 16979-16980 : « Aussy aultre estoit / Son fait, que cil des femmes toutes ».
  • 25 Ibid., v. 16984.

13Quant à l’impudeur supposée de la robe courte de la Pucelle, Martin fait appel à l’argument cher à ses confrères en littérature, en expliquant qu’elle a droit à la différence : son fait n’est pas celui de toutes les femmes24. Et puis, pour accréditer par un proverbe l’opposition qui peut exister entre l’être et le paraître, il dit sereinement : « l’abit ne fait pas le moyne »25.

  • 26 Procès…, P. Tisset (éd.), article XIII du Libellus de Jean d’Estivet, t. II, p. 174. Il existe auss (...)
  • 27 Martin Le Franc, Le Champion des dames, t. IV, p. 97, v. 16973-16976.
  • 28 Ibid., p. 74, v. 16425-16430 : « Doubtant que la terre a labit / N’alast se son filz d’aage mendre  (...)

14Il est quelque peu surprenant que Le Franc soit au courant d’une autre objection des assesseurs de Rouen visant non seulement l’habit masculin, mais aussi les vêtements de luxe (« habits somptueux et magnifiques de draps précieux et d’or et aussi de fourrures »)26. La conclusion de Martin est originale et s’accorde bien avec son image préférée de Jeanne, celle de la femme de guerre. Jeanne ainsi habillée, affirme-t-il, était plus redoutée et comptée pour un fier prince, et non pas pour une « simplette bergiere » (selon l’image favorite de Christine de Pizan)27. Homme pratique, il approuve les solutions pratiques. Le déguisement était nécessaire et bien plus insignifiant, pensait-il, que celui de Sémiramis, qui avait pris les vêtements de son fils28.

  • 29 Ibid., p. 98, v. 17018.

15Finalement, l’antagoniste de Jeanne, l’Adversaire, ose même contester l’introduction de la vie de Jeanne d’Arc dans un recueil de femmes célèbres. Il reste très sévère jusqu’au bout à l’égard de la Pucelle, comme les juges de Rouen. Mais le Champion, qui a déjà qualifié la Pucelle d’« innocente »29, adopte le même point de vue que les juges du procès de réhabilitation, favorables à Jeanne. Il accuse son rival de partialité.

Martial d’Auvergne

  • 30 La dernière édition intégrale des Vigiles, qui date de 1724, est celle d’Antoine Urbain Coustelier (...)
  • 31 Christine de Pizan, Ditié, strophes XVI et XVII, p. 31 : « Car ung roy de France doit estre / Charl (...)

16Le poète Martial d’Auvergne a composé Les Vigiles du roi Charles VII (1484)30 en mémoire d’un roi qui avait fait bien du chemin, depuis que Christine l’avait exhorté dans le Ditié à se montrer à la hauteur de son illustre nom31. Au début de son règne, on était loin d’imaginer que ce roi serait un jour connu sous le nom de « Charles le Victorieux ».

  • 32 Selon J. Rychner, « Martial d’Auvergne et les Vigiles de Charles VII », Positions de thèses de l’Éc (...)
  • 33 J. Fabre, Procès de réhabilitation de Jeanne d’Arc…, Paris, Delagrave, 1888-1889, t. II, p. 231. L’ (...)

17En exaltant le règne de Charles VII par son poème, Martial s’associait à plusieurs autres œuvres poétiques consacrées au panégyrique du même roi32. La réhabilitation de la Pucelle, indispensable pour éradiquer le soupçon d’hérésie qui touchait le roi lui-même33, était tout de même une opération délicate. Martial fut, autant que je sache, le seul panégyriste à mentionner Jeanne d’Arc. Aucun des autres poètes ne fit mention de l’hérésie.

  • 34 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. IV, p. 40-50.
  • 35 Ibid., t. V, p. 51.

18Martial exerçait la profession de procureur au Parlement. Il s’exerçait à versifier, en utilisant ses heures de loisir, mais aussi, sans doute, par ambition. Sa poésie n’était pas très originale, car elle s’inspire de nombreuses sources. Pour son passage sur Jeanne d’Arc, sa principale source était la Chronique de Charles VII de Jean Chartier, avec quelques détails tirés de la Chronique de Berri de Jacques le Bouvier, héraut de Berry34. Pour Jules Quicherat, Martial tout simplement « rima la chronique de Jean Chartier »35. Et si l’on ne regardait qu’à la surface, Martial semblerait bien être ce technicien du vers que Quicherat décrit.

  • 36 Ibid., p. 59 : « sans les mander… pour servir le roi ».
  • 37 J. Chartier, Chronique de Charles VII, roi de France, A.V. de Viriville (éd.), Paris, P. Jannet, 18 (...)

19Mais si l’on compare l’ouvrage de Martial avec celui de Chartier, ligne par ligne, une autre conclusion se présente. Martial ne permet pas que l’enthousiasme de Chartier pour la Pucelle éclipse la gloire du roi. Par conséquent, il laisse entendre que l’augmentation considérable de recrues de l’armée française témoignait de la fidélité du peuple au roi36, tandis que sa source, Chartier, atteste, par contre, que les gens venaient « plus pour accompaigner icelle Jehanne la Pucelle que autrement »37. De plus, Martial va jusqu’à rayer Jeanne d’Arc de l’histoire du sacre ; pour Chartier, elle en est la cause.

  • 38 Martial supprime systématiquement les miracles de Jeanne, chaque fois que Chartier les atteste. Par (...)

20Martial emploie un autre type de modification pour se distancier de sa chronique de base, le récit de Chartier. C’est assez incompréhensible car, en examinant les transformations opérées par Martial dans les Vigiles, on constate qu’il s’écarte de l’affection admirative de Jean Chartier et qu’il exprime une opinion bien moins indulgente envers la Pucelle et sa mission38.

  • 39 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 71.
  • 40 Ibid., p. 75.
  • 41 Ibid., p. 51.
  • 42 Ibid., p. 78 : « Ledit procès est enchesné / En la librarie Nostre-Dame / De Paris, et fut là donné (...)
  • 43 Le raisonnement visant à justifier l’influence de Christine sur les Vigiles reste à faire dans une (...)

21Notre poète n’est pourtant pas sans compassion pour la Pucelle. Il trouve que la saisie de son armure sur l’autel de Saint-Denis est « une vengeance cruelle »39 et regrette vivement la conduite des Anglais qui, après sa capture, « très durement… la traictèrent »40. Il préfère, comme Christine, la désigner « bergerelle » ou « povre bergière »41. Faut-il voir ici un poète ballotté au fil de sources variées, sévère ou indulgent selon la lecture du moment ? Car, outre les chroniques de Chartier et du héraut de Berry, Martial a eu la chance de pouvoir consulter l’un des trois manuscrits originaux du procès de réhabilitation, à la bibliothèque de Notre-Dame, legs récent de l’évêque de Paris, Guillaume Chartier42. Alors, il se distingue, semble-t-il, en étant le seul poète français du XVe siècle qui ait lu le procès de réhabilitation. On peut aussi avancer que Martial a peut-être mis à contribution le Ditié de Christine, dont il paraît quelquefois reproduire la pensée et les rythmes43.

  • 44 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 76 : « Si firent mal ou autrement, / Il s’en fault à Dieu rap (...)
  • 45 Ibid., p. 78.
  • 46 A. Franklin, Recherches sur la bibliothèque publique de l’église Notre-Dame de Paris au XIIIe siècl (...)
  • 47 Tous les trois dénoncent l’injustice de la sentence de condamnation, mais n’offrent aucune preuve q (...)

22Même après avoir lu le second procès, et dénoncé la cruauté du jugement aboutissant à brûler Jeanne – chose étonnante –, Martial refuse de condamner la sentence de Rouen44. Quand il affirme que c’est « une grande plaisance » de voir « toutes les deux matières » à Notre-Dame45, peut-on alors imaginer qu’une copie du procès de condamnation se trouvait sur un rayonnage de la bibliothèque de la cathédrale, à côté du procès de réhabilitation ? Les deux procès auraient alors formé les « deux matières » qu’il évoque. Dans ce cas, la dureté des juges de 1431 aurait-elle pu l’inciter à nuancer son soutien envers la cause de la Pucelle ? C’est peu probable. Au moment de la vente de tous les manuscrits de Notre-Dame au roi Louis XV, on a dressé une liste des documents accumulés dans un recueil sur Jeanne d’Arc, dont la base était le manuscrit du procès de réhabilitation. Le premier procès de Rouen ne semble pas en avoir fait partie46. D’ailleurs, dans ses 44 vers sur ce premier procès, Martial exprime à peu près les mêmes généralités que ses contemporains en Italie, Jacques-Philippe Foresti de Bergame et Giovanni Sabadino, qui n’ont sûrement pas vu le texte du procès47.

 

  • 48 Valère Maxime, Memorable Doings and Sayings, t. II, p. 210-213. Valère Maxime présente, par exemple (...)
  • 49 Cf. Jacques de Voragine, La légende dorée, A. Boureau (dir.), Paris, Gallimard, 2004, p. 978-979.
  • 50 É. Pasquier, Les Recherches de la France, M.-M. Fragonard, F. Roudaut (dir.), Paris, Champion, 1996 (...)

23Nous arrivons alors à la fin du XVe siècle, comblés d’images de bergères et de guerrières, mais sans rencontrer une seule fois l’image de la jeune fille qui parle sagement, bien au-dessus de sa condition. Il n’y a personne, en effet, pour la comparer aux trois femmes louées par Valère Maxime, par exemple, qui ont plaidé leur cause à la cour avec intelligence48. Personne, enfin, pour considérer Jeanne comme une nouvelle sainte Catherine, se défendant contre les cinquante orateurs49. Il faudra attendre un historien, Étienne Pasquier, au XVIe siècle, pour trouver quelque chose de semblable : « Jamais une personne accusée ne fut tant chevalée par un Juge… et toutesfois personne ne respondit plus à propos que cette-cy »50. Voilà enfin quelqu’un qui connaissait le procès de condamnation.

Notes

1 Christine de Pizan, Le Ditié de Jehanne d’Arc, édition et traduction anglaise par A.J. Kennedy et K. Varty, Oxford, Society for the Study of Mediaeval Languages and Literature (Medium Ævum Monographs, New Series ; IX), 1977.

2 Le Mistere du siège d’Orleans, V.L. Hamblin (éd.), Genève, Droz, 2002.

3 En l’absence d’une étude approfondie des sources du Mystère, on ne peut pas dire quelles sources postérieures au procès de condamnation auraient été exploitées pour sa composition. Quatre menaces de mort par le feu, hurlées par les Anglais visant la Pucelle dans le Mystère (v. 11799, 11922, 12481, 12940) ne sont pas nécessairement des allusions à sa mort sur le bûcher. D’après le récit du héraut de Berry, les Anglais voulaient aussi brûler le héraut qui avait livré la sommation de la Pucelle, connue sous le nom de Lettre aux Anglais. Plusieurs allusions dans le Mystère au « beau parler » et au « plaisant langaige » de la Pucelle n’ont aucun rapport évident au procès-verbal de 1431. Cf. Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc, dite la Pucelle, J. Quicherat (éd.), Paris, Renouard (Société de l’histoire de France), 1841-1849, 5 vol., t. IV, p. 42.

4 Cf. Valerius Maximus, Factorum et dictorum memorabilium, VI-IX [Memorable Doings and Sayings, Books VI-IX], D.R. Shackleton Bailey (éd. et trad. angl.), Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2000, 2 vol. L’enthousiasme pour les anecdotes et les exempla de Valère Maxime est attesté au Moyen Âge par l’existence de nombreux manuscrits et de multiples éditions.

5 Le livre de la cité des dames de Christine de Pizan était offert en partie comme une rectification du livre De cleres et nobles femmes [De claris mulieribus] de Boccace, qui, lui, refusait d’exclure les femmes célèbres mais sans vertu comme, par exemple, Médée.

6 Les bibliothèques de Charles V, Charles d’Orléans, et Jean, duc de Berry, possédaient, respectivement, une traduction de Valère Maxime par Simon de Hesdin, un De claris mulieribus de Boccace, et une traduction française intitulée Des cleres et nobles femmes.

7 Giovanni Boccaccio, De mulieribus claris [Famous Women], V. Brown (trad. angl.), Cambridge (Mass.), Harvard University Press (I Tatti Renaissance Library), 2001, chap. XXXI, p. 128-129 (traduction de l’auteur). Comme résultat de leurs actions, ces femmes devinrent veros certosque… viros (« de vrais et véritables hommes »).

8 Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, P. Tisset (éd.), Paris, Klincksieck (Société de l’histoire de France), 1960-1971, 3 vol., t. I, p. 185-186.

9 Christine de Pizan, Ditié, strophes XL et XLI, p. 36.

10 Selon Christine, après avoir fait des tentatives de paix, Charles a droit « par force en effusion / De sang » à ce qui est à lui, Ditié, strophe LVIII, p. 39.

11 C’est le message de la première épître aux Corinthiens (I, 27), souvent illustré au Moyen Âge par les exemples d’Esther, de Judith et de Déborah.

12 Christine de Pizan, Ditié, strophe XXXVIII, p. 35 : « Car qui se combat pour droiture / Paradis gaingne, dire l’os ».

13 Procès…, P. Tisset (éd.), t. II, p. 115-116.

14 Jeanne d’Arc n’est arrivée sur la scène qu’en 1429, trop tard pour figurer dans le Livre de la Cité des dames de 1405.

15 Martin Le Franc, Le Champion des dames, R. Deschaux (éd.), Paris, Champion, 1999, 5 vol.

16 Les deux auteurs qui ont assez promptement adopté l’innovation de Martin Le Franc, en insérant la biographie de la Pucelle dans leurs collections de femmes illustres, étaient Giovanni Sabadino degli Arienti, Ginevera de le clare donne (1483) et Jacques-Philippe Foresti de Bergame, De claris electisque mulieribus (1497). Ces deux auteurs étaient des moines écrivant en Italie.

17 Une vingtaine d’assesseurs de Rouen ont participé au concile de Bâle. Cf. D. Fraioli, Joan of Arc, the Early Debate, Woodbridge, The Boydell Press, 2000, p. 191.

18 Ibid., p. 160-161.

19 Je suis parmi ceux qui s’interrogent sur l’attribution de ce traité à Jean Gerson (ibid, p. 126-149). Pour la position opposée, cf. D. Hobbins, « Jean Gerson’s Authentic Tract on Joan of Arc : Super facto puellae et credulitate sibi praestanda (14 May 1429) », Mediaeval Studies, t. 67, 2005, p. 99-155.

20 Martin Le Franc, Le Champion des dames, t. IV, p. 96, v. 16969-16970.

21 Procès…, P. Tisset (éd.), t. II, p. 171-173.

22 Cf. Deutéronome, XXII, 5 : « La femme ne se vêtira nullement de vêtement d’homme et l’homme ne se vêtira pas de vêtement de femme. Car quiconque agit ainsi est abominable envers Dieu ».

23 Martin Le Franc, Le Champion des dames, t. IV, p. 97, v. 16985-16986.

24 Ibid., v. 16979-16980 : « Aussy aultre estoit / Son fait, que cil des femmes toutes ».

25 Ibid., v. 16984.

26 Procès…, P. Tisset (éd.), article XIII du Libellus de Jean d’Estivet, t. II, p. 174. Il existe aussi dans les Mémoires de Jean Rogier, l’analyse d’une lettre de Regnault de Chartres affirmant « que Dieu avait souffert prendre Jehanne la Pucelle… pour les riches habitz qu’el avoit pris » : Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 168-169.

27 Martin Le Franc, Le Champion des dames, t. IV, p. 97, v. 16973-16976.

28 Ibid., p. 74, v. 16425-16430 : « Doubtant que la terre a labit / N’alast se son filz d’aage mendre / La gouvernoit, le sien abit / Osa elle vestir et prendre, / Par ce faisant a tous entendre / Qu’elle estoit son filz meismement ».

29 Ibid., p. 98, v. 17018.

30 La dernière édition intégrale des Vigiles, qui date de 1724, est celle d’Antoine Urbain Coustelier sous le titre Les Poésies de Martial de Paris dit d’Auvergne. Jules Quicherat reprend les passages concernant Jeanne d’Arc (Procès…, t. V, p. 51-78).

31 Christine de Pizan, Ditié, strophes XVI et XVII, p. 31 : « Car ung roy de France doit estre / Charles, filz de Charles, nommé, / Qui sur tous rois sera grant maistre… Je prie à Dieu que cellui soies ».

32 Selon J. Rychner, « Martial d’Auvergne et les Vigiles de Charles VII », Positions de thèses de l’École nationale des Chartes, 1941, p. 102. On peut citer, parmi d’autres : Georges Chastellain, Mystère de la mort du roy Charles VII ; Simon Gréban, Épitaphes du roy Charles VII ; l’Anonyme, Regrets et complaints de la mort du roi Charles VIIe derrenier trespassé.

33 J. Fabre, Procès de réhabilitation de Jeanne d’Arc…, Paris, Delagrave, 1888-1889, t. II, p. 231. L’auteur publie une lettre de Regnault de Chartres, archevêque de Reims, à Jean d’Aulon, datant du 20 avril 1456, où il s’exprime en ces termes : « Par le procès fait contre Jeanne, … les Anglais veulent maintenir que la Pucelle a été sorcière, hérétique et invocatrice des diables, et que le roi a recouvré son royaume par tels moyens ; et ainsi ils tiennent le roi et ceux qui l’ont servi hérétiques ».

34 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. IV, p. 40-50.

35 Ibid., t. V, p. 51.

36 Ibid., p. 59 : « sans les mander… pour servir le roi ».

37 J. Chartier, Chronique de Charles VII, roi de France, A.V. de Viriville (éd.), Paris, P. Jannet, 1858, 3 vol., t. I, ch. 42, p. 81-82 : « En ce mesme temps… le roy Charles de France… fist une grande armée par le moien et amonnestement de Jehanne la Pucelle… Et manda le dit duc d’Alençon de toutes pars pour venir au service du roy, plus pour accompaigner icelle Jehanne la Pucelle que autrement ».

38 Martial supprime systématiquement les miracles de Jeanne, chaque fois que Chartier les atteste. Par exemple, l’épée qui est « venue par la grace de Dieu » (J. Chartier, Chronique…, A.V. de Viriville (éd.), p. 69) devient chez Martial une simple « espée… de guerre » (Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 53).

39 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 71.

40 Ibid., p. 75.

41 Ibid., p. 51.

42 Ibid., p. 78 : « Ledit procès est enchesné / En la librarie Nostre-Dame / De Paris, et fut là donné / Par l’évesque, dont Dieu ait l’âme ».

43 Le raisonnement visant à justifier l’influence de Christine sur les Vigiles reste à faire dans une étude indépendante. En gros, il s’agit de trois digressions identifiables dans les Vigiles qui respirent l’optimisme (et quelquefois le vocabulaire) du Ditié. Ces digressions sont sensiblement en désaccord avec le caractère mesuré des Vigiles et le scepticisme de Martial sur la mission surnaturelle de la Pucelle.

44 Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 76 : « Si firent mal ou autrement, / Il s’en fault à Dieu rapporter ».

45 Ibid., p. 78.

46 A. Franklin, Recherches sur la bibliothèque publique de l’église Notre-Dame de Paris au XIIIe siècle d’après des documents inédits, Paris, A. Aubry, 1863, p. 87-88.

47 Tous les trois dénoncent l’injustice de la sentence de condamnation, mais n’offrent aucune preuve qu’ils connaissent le procès-verbal de première main. Le rôle central de l’habit masculin dans le jugement final leur est inconnu.

48 Valère Maxime, Memorable Doings and Sayings, t. II, p. 210-213. Valère Maxime présente, par exemple, Maesia de Sentinum, Carfania et Hortensia, qui sont célèbres pour la force et l’éloquence de leur parole.

49 Cf. Jacques de Voragine, La légende dorée, A. Boureau (dir.), Paris, Gallimard, 2004, p. 978-979.

50 É. Pasquier, Les Recherches de la France, M.-M. Fragonard, F. Roudaut (dir.), Paris, Champion, 1996, t. II, livre 6, ch. 5, p. 1158.

Auteur

Deborah Fraioli a été professeur de français au Simmons College de Boston. Elle est spécialiste de la littérature française de la fin du Moyen Âge. Elle a écrit deux livres sur Jeanne d’Arc : Joan of Arc, the Early Debate (2000) et Joan of Arc and the Hundred Years War (2005). Elle est aussi, avec Earle Havens, l’auteur d’un catalogue d’exposition sur des livres rares et des oeuvres d’art consacrés à Jeanne d’Arc, provenant de la collection du cardinal Wright (Boston Public Library, 2006). Elle travaille également sur la correspondance d’Abélard et d’Héloïse.

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540