Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’hérétique à la sainte

 | 
François Neveux

Les deux procès de Jeanne d’Arc : « condamnation et réhabilitation »

Les procès de Jeanne-Claude des Armoises

The trial of Jeanne-Claude des Armoises

Pierre-Gilles Girault

Résumé

La dame des Armoises, fausse Jeanne d’Arc qui paraît en 1436, connaît un parcours aventureux qui la confronte plusieurs fois à la justice tant ecclésiastique que séculière. Nous interrogeons les sources sur les différentes formes de confrontation avec la justice, les juridictions, les procédures, les accusations portées contre elle, et ainsi sur ce que les documents nous apprennent de la fausse et – en creux – de la vraie Jeanne. Ces sources relatives aux procédures à l’encontre de Jeanne des Armoises sont relativement nombreuses. Dès avant 1434, elles signalent un possible pèlerinage expiatoire à Rome pour un cas réservé. En 1436, c’est une convocation par l’inquisiteur de Cologne et l’excommunication pour non-présentation. En 1440, on observe la convocation par le roi puis, à Paris, par le parlement et l’université, sanctionnée par une prédication publique et une amende honorable. S’y ajoutent, en 1456-1457, l’emprisonnement, le bannissement et la rémission accordée par René d’Anjou. Si, dans l’histoire de la dame des Armoises, c’est l’usurpation et l’imposture qui ont frappé les historiens depuis le XIXe siècle, pour les contemporains, Jeanne-Claude avait d’abord le tort d’endosser l’identité d’une femme jugée et brûlée comme hérétique ; à ce titre, même une fois l’imposture révélée, elle était elle-même suspecte d’hérésie.

Lady des Armoises, false Jeanne d’Arc that appeared in 1436, has an adventurous path that confronts her several times to both ecclesiastical and secular justice. We analyze the sources of the various forms of confrontation with the law, the courts, the procedures, the charges against her, and so what we learn from documents of the false and – indirectly – of the real Jeanne. These sources relating to proceedings against Jeanne des Armoises are relatively numerous. Even before 1434, a possible expiatory pilgrimage to Rome was reported for a reserved case. In 1436, it is a summoning by the inquisitor of Cologne and her excommunication for her no show. In 1440, she was summoned by the king, the parliament and the University in Paris sanctioned to go through a public preaching and to make admends. In 1456-1457, the imprisonment, the banishment and the remission granted by René d’Anjou was added to that. If, in the history of Lady des Armoises, since the nineteenth century, the historians have focused on the usurpation and the fraud, to the contemporary, Jeanne-Claude had first wrongly assume the identity of a woman judged and burned as a heretic, as such, even after the fraud revealed, she was herself suspected of heresy.

Texte intégral

  • 1 La plupart des sources ont été réunies par Jules Quicherat dans les Procès de condamnation et de ré (...)

1L’aventure de la dame des Armoises, fausse Jeanne d’Arc qui paraît en 1436, offre une sorte de miroir biaisé de l’histoire de la Pucelle. Son parcours aventureux l’ayant placée plusieurs fois aux prises avec la justice, tant ecclésiastique que séculière, il nous a paru intéressant de réexaminer les sources, certes bien connues1, qui nous font connaître les affaires judiciaires dans lesquelles elle est impliquée. Notre interrogation portera à la fois sur les différentes formes de confrontation avec la justice, les juridictions, les procédures, les accusations portées contre elle, et ainsi sur ce que ces sources nous apprennent de la fausse et – en creux – de la vraie Jeanne.

Pourquoi y revenir ?

  • 2 Signalons toutefois G. Lefèvre-Pontalis, La fausse Jeanne d’Arc : à propos du récit de M. Gaston Sa (...)
  • 3 Lettre à l’auteur, 5 octobre 1985.

2Il ne faut pas laisser l’histoire de la dame des Armoises aux seuls « survivantistes ». Il y a eu longtemps une sorte de répugnance des historiens qualifiés à aborder ce sujet scabreux, laissant de fait le champ libre aux polygraphes en mal d’inspiration et aux amateurs de pseudo-mystères historiques. Des historiens et des juristes ont bien tenté de temps à autre des réfutations argumentées en réponse aux ouvrages survivantistes, mais faute de temps ou de patience, ils ne sont pas toujours retournés aux sources2… Pierre Duparc m’écrivit en ce sens « avoir toujours été trop occupé par la vraie Jeanne d’Arc pour avoir prêté grande attention aux productions de l’imaginaire »3.

  • 4 P. Contamine, « Jeanne des Armoises », in Lexikon des Mittelalters, t. V, Munich – Zurich, Artemis (...)
  • 5 R. Senzig, M. Gay, L’affaire Jeanne d’Arc, Paris, Éditions Florent Massot, 2007 ; rééd. Le Livre de (...)
  • 6 Projection-débat le 5 mai 2008 à Orléans. C. Beaune, Jeanne d’Arc, vérités et légendes, Paris, Perr (...)

3Depuis les années 1980, la situation a changé. Des historiens sérieux n’ont pas craint d’aborder le sujet, en marge de leurs recherches sur Jeanne, notamment Philippe Contamine, Colette Beaune ou Georges Peyronnet4. Récemment le livre de Marcel Gay et Roger Senzig, L’affaire Jeanne d’Arc, paru en 2007, et le film de Martin Meissonnier, diffusé en 2008, ont relancé la thèse des « survivantistes » et rencontré une assez large audience5. Des tribunes dans la presse, un débat public, les livres de Colette Beaune et d’Olivier Bouzy ont répondu à ces errements et abordé la question de la fausse Jeanne d’Arc6, renouvelant assez largement l’historiographie. Déblayé de ses scories, le sujet est maintenant mûr pour être abordé comme une matière historique parmi d’autres, en repartant de l’analyse des sources.

Les sources principales

  • 7 BnF, nouv. acq. fr. 6699, fol. 75 v°-76 ; J. Quicherat (Procès…, t. V, p. 321-323) reproduit le tex (...)
  • 8 Ces deux deniers mots n’apparaissent que dans un autre manuscrit conservé à Vienne (Ö.N.B., Cod. 33 (...)
  • 9 J. Husson, Chronique de Metz (1200-1525)…, H. Michelant (éd.), Metz, Rousseau-Pallez, 1870, p. 64-6 (...)

4L’histoire nous est connue à travers deux sources principales, qui nous en donnent la trame, en dehors de tout contexte judiciaire. Le premier document est la Chronique dite du doyen de Saint-Thibault de Metz, œuvre d’un prêtre messin, qu’il soit doyen de Saint-Thibault ou curé de Saint-Eucaire, qui fournit le récit de la réapparition7. Que nous dit-il ? Le 20 mai 1436, apparut à la Grange aux Hormes, aux environs de Metz « la pucelle Jeanne qui avait été en France », laquelle « se faisait appeler Claude » – sans que l’on sache s’il s’agit d’un pseudonyme ou de sa véritable identité – et fut reconnue aussitôt par les deux frères de Jeanne (ou prétendus tels). Le lendemain elle rencontra plusieurs patriciens de Metz, qui la reconnurent pour la Pucelle et lui offrirent divers présents. Elle séjourna ensuite à Marieulles (et non Marville), entre Metz et Pont-à-Mousson, se rendit à Notre-Dame de Liesse puis à Arlon, auprès d’Élisabeth de Görlitz, duchesse douairière de Luxembourg. Là, elle fit la connaissance du comte Robert de Virnembourg, qui l’emmena à Cologne. À son retour à Arlon, elle épousa le chevalier lorrain Robert des Armoises, chez qui elle revint habiter à Metz, « jusqu’à tant qu’il leur plaisit d’en aller »8, conclut le chroniqueur. Ce récit a été largement répété par les chroniques messines postérieures9.

  • 10 AD Loiret, CC 654, fol. 33 v°-35. Cf. Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 275 et 326-327.
  • 11 AD Loiret, CC 655, fol. 53-53 v° et 56 v°-57. Une coquille dans le texte publié par Quicherat (ibid (...)
  • 12 Il semble que certains membres du corps de ville en charge en 1429 l’étaient encore en 1439 (Pierre (...)
  • 13 AD Loiret, CC 655, fol. 74. Le remboursement du trésorier n’intervient qu’en 1441, après trois clôt (...)

5L’autre source fondamentale est constituée par les comptes municipaux d’Orléans, qui témoignent d’un échange de correspondance et de hérauts entre Orléans, Chinon et Arlon durant l’été 143610. Plus étonnant, ces comptes prouvent la venue de la dame des Armoises à Orléans en 1439 : elle y fut en effet reçue et fêtée du 28 juillet au 1er août 143911. Ce dernier jour, outre les pots de vin habituels (au sens propre !), elle reçut une gratification de 210 livres tournois « pour le bien qu’elle avait fait à la ville durant le siège », preuve que la dame des Armoises était alors tenue pour Jeanne d’Arc par les échevins orléanais. Toutefois, ce même 1er août, la fête fut interrompue par le départ brutal de la jeune femme12, « laquelle se partit plus tôt que ledit vin fut venu »… Une dernière visite, attestée par un nouveau pot de vin, apparaît à la date du 4 septembre : cet épisode est généralement daté de 1439, mais il doit être reporté à 1440 (la succession des clôtures d’exercices ne permet aucun doute sur la date)13. Les comptes orléanais sont essentiels, car ils attestent l’historicité du personnage et démontrent que le récit messin ne relève pas du roman. Ce rappel fait, venons-en aux sources de ce que j’ai appelé les procès de Jeanne-Claude. La plupart sont des sources narratives, donc extrajudiciaires, mais elles attestent les démêlés de notre personnage avec la justice.

Nider et l’épisode colonais

  • 14 Formicarium, seu Dialogus ad vitam christianam exemplo conditionem formicae incitativus, in Procès…(...)
  • 15 A. Atten, « Jeanne-Claude des Armoises : de la Meuse au Rhin, la trame possible d’une intrigue », B (...)
  • 16 Cologne, Stadtarchiv, Geleitsregister 6, fol. 156 v°. J’ignore si cette pièce a survécu à l’effondr (...)

6La première circonstance dans laquelle celle qui n’est pas encore la dame des Armoises a été aux prises avec la justice ecclésiastique nous est connue par l’inquisiteur alsacien Jean Nider, dans son traité contre l’hérésie, intitulé le Formicarius14. Son confrère colonais Henri Kalteysen (ou Kalteyser) lui a rapporté avoir excommunié une jeune femme en habit d’homme et armée, qui se livrait à la magie et prétendait faire introniser Ulrich de Manderscheid, l’un des deux candidats à l’archevêché de Trèves, comme Jeanne avait naguère fait sacrer le roi Charles VII à Reims. Elle fut poursuivie par l’inquisiteur, et seule la protection du comte de Virnembourg lui permit d’échapper à la prison. Le registre des sauf-conduits de la ville de Cologne, découvert par Alain Atten, atteste la véracité de cet épisode, sur lequel la chronique messine reste discrète15. Le registre mentionne l’entrée à Cologne du comte de Virnembourg et d’une certaine « Pucelle de France »16.

7Selon le récit de Nider, la démarche de Kalteysen est caractéristique de la procédure inquisitoriale, qui confère au juge l’initiative de la poursuite. Le juge paraît bien avoir lancé d’office une procédure sur la seule base de la fama publica (la « notoriété »). Alerté par ouï-dire, ou après avoir auditionné des témoins, il a convoqué la pseudo-Jeanne, vraisemblablement comme suspecte d’hérésie. Faute de documents issus de la procédure, il est difficile de déterminer les soupçons exacts qui pesaient sur elle : des actes de guerre ? Le port de l’habit d’homme ? Des opérations magiques ? Une vie dissolue ? Une intervention dans les affaires de l’Église ? Elle n’a pas répondu à la convocation de l’inquisiteur. Or, ceux qui refusaient de comparaître se trouvaient excommuniés. En l’absence du texte du jugement, il nous manque à nouveau les motifs précis, la nature exacte de la sentence et sa portée canonique, le récit de Nider, à la fois partial et partiel, ne permettant pas d’en juger. On peut seulement supposer qu’il s’agissait d’une excommunication mineure et d’un interdit personnel, entraînant l’exclusion des sacrements.

  • 17 A. Atten, « Jeanne-Claude des Armoises… », p. 43.
  • 18 Je laisse de côté les documents relatifs à Gilles de Rais et à Jean de Siquenville, qui signalent l (...)

8Jeanne-Claude a-t-elle pu échapper à l’excommunication ? S’agissant d’une excommunication ab homine, normalement seul celui qui l’a prononcée (ou son supérieur) peut la lever. Si l’inquisiteur échappe à la juridiction de l’ordinaire, peut-être Ulrich de Manderscheid, archevêque de Trèves élu par le chapitre (et soutenu par Jeanne-Claude dans la compétition qui l’opposait à Raban de Helmstadt, archevêque nommé par le pape Martin V), a-t-il pu lever l’excommunication lorsque Jeanne-Claude s’est réfugiée à Arlon, au motif qu’elle se trouvait alors dans son diocèse ? Peut-être seulement a-t-elle ignoré la sentence, comme le suggère Alain Atten17, et, du fait de la barrière de la langue, n’en a-t-elle su que ce que voulait bien lui dire son protecteur ? Nider sous-entend que c’est le mariage qui lui a permis de se soustraire à la sentence. Certes, les canonistes admettent que, si l’excommunication prive celui qui en est frappé des sacrements, le sacrement qui lui aurait néanmoins été administré demeure valide. En définitive, l’expression ne vexaretur montre que la jeune femme n’en a pas éprouvé les effets, mais n’implique probablement pas la levée de l’excommunication. On perd ensuite sa trace et celle de son mari, avant de la retrouver en 1439 à Orléans18.

Le journal du Bourgeois de Paris

9Après le traité de Jean Nider, c’est une seconde source narrative qui nous fait connaître d’autres circonstances dans lesquelles Jeanne-Claude a été confrontée à la justice. Un chapitre du Journal d’un Bourgeois de Paris rapporte qu’en 1440 circulaient de « très grandes nouvelles de la Pucelle […], laquelle fut arse à Rouen pour ses démérites ». L’annaliste ajoute :

  • 19 Journal d’un Bourgeois de Paris de 1405 à 1449, § 789-790, A. Tuetey (éd.), Paris, Champion, 1881, (...)

Item, en cestui temps en admenèrent les gens d’armes une, laquelle fut à Orléans très honorablement receue. Et quant elle fut près de Paris, la grande erreur commença de croire fermement que c’estoit la Pucelle ; et pour ceste cause l’Université et le Parlement la firent venir à Paris bon gré malgré ; et fut monstrée au peuple au Palais, sur la pierre de marbre, en la grant cour ; et là fut preschée et traite sa vie et tout son estat ; et dit qu’elle n’estoit pas pucelle, et qu’elle avoit esté mariée à un chevalier dont elle avait eu deux fils19.

  • 20 Cf. G. Marcel, Histoire de l’origine et des progrez de la monarchie françoise, Paris, D. Thierry, 1 (...)

10On a coutume, à la suite d’Alexandre Tuetey, de dater cet épisode du mois d’août 1440, mais le chroniqueur le place après un paragraphe (sur le rassemblement des gens d’armes en vue de lever le siège de Harfleur) qui se clôt par la mention des vendanges et avant un autre événement précisément daté du 9 octobre (l’entrée à Paris du nouvel évêque Denis du Moulin). Il convient donc de dater la prédication vers septembre-octobre20. Par ailleurs, le Bourgeois précise que Jeanne-Claude « fut à Orléans très honorablement reçue ». Plutôt qu’à la visite de l’été 1439, ne fait-il pas référence au passage de la fausse Pucelle à Orléans le 4 septembre 1440 ?

  • 21 Paul Guillaume observe : « Le texte du Bourgeois de Paris ne dit pas que c’est elle qui a avoué êtr (...)

11On peut s’interroger sur de nombreux éléments du récit : est-elle venue de son plein gré, accompagnée de troupes qui écumaient alors les environs de Paris ? Ou au contraire était-elle déjà captive des gens d’armes qui l’amenèrent ? Dans la proposition « et dit qu’elle n’estoit pas pucelle », qui parle ? Est-ce une voix passive sous-entendant « et fut dit [par le prédicateur] »21 ; ou bien est-ce la dame elle-même qui en fait l’aveu ? Et que signifie « dit qu’elle n’estoit pas pucelle » : cela veut-il dire qu’elle n’est plus vierge ou bien qu’elle n’était pas LA Pucelle, donc Jeanne ?

  • 22 H. Denifle et É. Châtelain ne citent pas d’autres sources que le Bourgeois : Chartularium Universit (...)
  • 23 Journal d’un Bourgeois de Paris, § 580, A. Tuetey (éd.), p. 270-271 et C. Beaune (éd.), p. 299.

12À nouveau, l’information de seconde main ne permet pas de comprendre quelle est la procédure engagée. Le Bourgeois évoque une double convocation par l’université et le parlement. Pourtant, l’université n’a juridiction que sur ses membres, maîtres, clercs et étudiants ; on ne connaît d’ailleurs aucune pièce juridique relative à cette procédure22. Mais le Bourgeois est coutumier du fait ; à l’en croire, l’université intervient dans tous les événements parisiens et, selon lui, c’est « l’université ou ceux de par elle » qui livrèrent Jeanne au bras séculier23. On peut donc supposer, par analogie avec l’exemple de Jeanne d’Arc, soit que les théologiens de l’université ont alerté le pouvoir politique, soit qu’ils ont été consultés sur le cas de la dame des Armoises.

  • 24 Je remercie Françoise Autrand pour cette suggestion.

13Le rôle du parlement n’est pas plus aisé à cerner. Seuls les princes, les pairs, les officiers royaux et quelques justiciables, jouissant d’un privilège personnel reçu du roi, relèvent du parlement en première instance. Pour le commun, cette instance ne juge qu’en dernier ressort, en appel des décisions des juridictions royales inférieures et des justices seigneuriales ou même ecclésiastiques. Au milieu du XVe siècle, la saisie du parlement n’obéit pas encore à des règles strictes et ce genre d’affaire ne relevant pas du parlement criminel, il est possible que la cour (en conseil) ait évoqué l’affaire pour la remettre à l’inquisiteur24

  • 25 Journal d’un Bourgeois de Paris, § 546-548, A. Tuetey (éd.), p. 259-260 et C. Beaune (éd.), p. 281- (...)
  • 26 A. Le Roux de Lincy, « Hugues Aubriot, prévôt de Paris sous Charles V, 1367-1381 », Bibliothèque de (...)

14En effet, l’arrestation par les sergents, ordonnée sur la rumeur publique et sans l’intervention d’un plaignant, relève encore une fois de la procédure inquisitoire. La convocation semble d’ailleurs avoir pour but principal de mettre fin à la rumeur de la réapparition de Jeanne. Il en va de même du châtiment consistant à être prêché en public. Dix ans plus tôt, c’est ce qu’il était advenu de deux émules de Jeanne, Piéronne la Bretonne et sa jeune compagne, arrêtées à Corbeil et prêchées par l’inquisiteur Jean Graverent sur le parvis de Notre-Dame, le 3 septembre 1430. La plus jeune abjura et « fut délivrée pour cette heure », tandis que Piéronne, qui refusa de se rétracter, fut condamnée au bûcher et exécutée25. Un autre exemple est fourni, au siècle précédent, par le cas d’Hugues Aubriot, prévôt de Paris, qui, pour avoir emprisonné des clercs de l’université, fut poursuivi par celle-ci, accusé d’hérésie par l’inquisiteur Jacques de Morey. En mai 1381, il fut prêché et mitré publiquement au parvis de Notre-Dame, dut faire amende honorable, demanda l’absolution de ses crimes à genoux devant l’évêque de Paris et les clercs de l’université et fut condamné à la prison perpétuelle26.

  • 27 Qu’il ne faut pas confondre avec la « table de marbre », juridiction commune à la connétablie, à l’ (...)
  • 28 M. Whiteley, « Deux escaliers royaux du XIVe siècle : les Grands degrez du palais de la Cité et la (...)
  • 29 É. Maugis, Histoire du Parlement de Paris, Paris, Picard, 1913, t. I, p. 355-356.

15Toutefois, le fait que, dans le cas de Jeanne-Claude, le prêche et la confession publique aient lieu non devant Notre-Dame, mais sur la pierre de marbre, située au pied des grands degrés du palais27, semble indiquer que la procédure relève ici de l’autorité civile. Cette pierre est, en effet, le perron de marbre de la cour de Mai remontant au « beau roi Philippe »28. C’est là que l’on faisait les proclamations publiques solennelles ; les corps des victimes des révoltes urbaines de 1358 et de 1418 y furent exposés ; on y publiait les traités, comme celui de Louis XII avec Venise en 1513 ou l’édit de réconciliation de mai 1576 ; on y appelait les pairs assignés devant le parlement, quand ils ne répondaient pas, comme ce fut le cas du duc de Bourbon, en 1524, et de Charles Quint (comme comte de Flandre), l’année suivante. En décembre 1496, le conseiller au parlement Claude de Chanvreux, convaincu de faux, fut déchu et proclamé indigne, conduit par les huissiers sur la pierre de marbre dans la cour du palais, et là, dépouillé publiquement de sa robe écarlate de magistrat, il fit amende honorable et cria merci à Dieu, au roi et à la justice. Ensuite, il fut mis dans une charrette et mené au Châtelet, exposé au pilori et marqué au fer rouge d’une fleur de lys sur le front, puis conduit aux portes de la ville et banni du royaume29.

  • 30 M. van de Kerchove, Quand dire, c’est punir : essai sur le jugement pénal, Bruxelles, Publications (...)
  • 31 F. Neveux, « Les marginaux et le clergé dans la ville et le diocèse de Bayeux aux XIVe et XVe siècl (...)
  • 32 Ibid., p. 33.

16Qu’il s’agisse de tribunaux laïcs ou ecclésiastiques, l’amende honorable faisait partie des peines infamantes couramment infligées, seule ou en complément de peines afflictives30. Des procédures analogues ont été étudiées par François Neveux pour la Normandie, à partir de l’exemple de l’officialité de Bayeux31. La levée d’une condamnation ou de l’excommunication passait par une pénitence publique, incluant le renoncement aux erreurs, une amende honorable, une punition symbolique et l’absolution, cette pénitence éventuellement complétée par une peine temporelle : amende, exposition au pilori, prison ou bannissement32.

  • 33 F. Rousseau, La Hire de Gascogne, Mont-de-Marsan, Lacoste, 1969, p. 334-336.

17Pour la dame des Armoises, l’issue judiciaire est plus inattendue, puisque, après cette prédication infâmante, le Bourgeois constate que « quant elle fut à Paris, elle retourna encore en la guerre, elle fut en garnison et puis s’en alla », sans autre forme de procès. Mais quelle garnison et quelle guerre ? D’août à septembre, les troupes françaises se réunirent autour de Paris en vue d’aller assiéger Harfleur (reprise par Talbot et Somerset au mois d’avril précédent). Ils arrivèrent devant la ville le 14 octobre33. Est-ce à cette campagne que participa la dame des Armoises ? De la proposition « et puis s’en alla », qui clôt le récit du Bourgeois, faut-il déduire qu’elle fut frappée de bannissement ?

La question du cas réservé et du voyage à Rome

18En incise, le chroniqueur fait état d’un autre crime imputé à Jeanne-Claude, qui ne paraît pas être à l’origine des poursuites, mais seulement avoir été révélé au cours de la confession :

  • 34 Journal d’un Bourgeois de Paris, § 790, A. Tuetey (éd.), p. 355 et C. Beaune (éd.), p. 398.

et avec ce disoit qu’elle avoit fait aucune chose, dont il convint qu’elle allast au Saint-Père, comme de main mise sur son père ou mère, prestre ou clerc, violentement ; et que pour garder son honneur, comme elle disoit, elle avoit frappé sa mère par mesaventure, comme elle cuidoit férir une autre, et pour ce, qu’elle eust bien eschevé [esquivé, évité] sa mère, se n’eust esté la grant ire où elle estoit (car sa mère la tenoit pour ce qu’elle voulait battre une sienne commère) ; pour ceste cause, lui convenoit aller à Rome. Et pour ce, elle y alla vestue comme un homme, et fut comme souldoyer en la guerre du Saint-Père Eugène ; et fit homicide en ladite guerre par deux fois34.

  • 35 T.M.J. Gousset, Exposition des principes du droit canonique, Paris, Lecoffre, 1859, p. 432-433 et 4 (...)
  • 36 N.S. Bergier, Dictionnaire de théologie dogmatique, liturgique, canonique et disciplinaire, Paris, (...)
  • 37 W.P. Müller, « Violence et droit canonique : les enseignements de la Pénitencerie apostolique (XIII(...)

19Si on comprend bien, elle aurait frappé sa mère en croyant frapper une sienne compagne, ou bien parce que sa mère s’était interposée entre elle et sa victime. Pourtant seul le fait d’avoir frappé volontairement son père ou sa mère, percussio patris vel matris, constituait un cas réservé au pape. Et encore, plusieurs rituels diocésains et de nombreux canonistes l’excluent des cas réservés et affirment que « ce cas, qui se trouve dans les rituels de quelques autres églises, n’est nullement réservé au pape » 35. L’excommunication encourue en frappant violemment son père ou sa mère n’est en effet le plus souvent pas réservée au pape, mais seulement à l’ordinaire, et l’absolution en revient à l’évêque36. Si on retient l’hypothèse du cas réservé, celui-ci a dû être soumis au pénitencier pontifical, à l’origine le cardinal qui recevait les confessions pour le pape37. Dans tous les cas, le départ pour Rome, volontaire ou imposé par un confesseur ou un juge, relèverait d’un cadre pénitentiel (au titre du for interne plutôt que du for externe), et non d’une procédure judiciaire.

  • 38 La révolte avait éclaté le 29 mai 1434. Le pape s’enfuit de Rome, déguisé en bénédictin, le 4 juin  (...)
  • 39 Le Bourgeois écrit, d’après le prêche de Graverent, que Jeanne elle-même « vécut homicide de chréti (...)
  • 40 G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. III, Paris, Picard, 1885, p. 388, n. 2.

20S’il faut prendre ce passage au pied de la lettre, la visite de Jeanne-Claude à Rome aurait eu lieu avant juin 1434, date à laquelle le pape Eugène IV dut fuir la Ville éternelle révoltée38. Dans ce cas, la vocation militaire de Jeanne-Claude serait bien antérieure à son apparition à Metz. Le chroniqueur ajoute en effet que la femme a combattu pour le pape, vêtue en habit d’homme et qu’elle a fait homicide par deux fois39. Cela ne paraît pas impossible dans le contexte de la reconquête des États pontificaux conduite par le terrible évêque de Recanati, Giovanni Vitelleschi, à partir d’octobre 1434. Plutôt que pour un cas réservé douteux, n’est-ce donc pas pour crimes de guerre que Jeanne-Claude serait allée chercher le pardon du pontife ? Le célèbre Poton de Xaintrailles obtint du pape en avril 1436 des lettres d’abolition pour tous les crimes et excès commis dans les guerres40.

  • 41 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, L. Douët d’Arcq (éd.), t. V, Paris, Renouard (Société de l’his (...)
  • 42 A. Tuetey, Les écorcheurs sous Charles VII, Montbéliard, Barbier, 1874, p. 104. Cinq cents chevaux (...)
  • 43 Cité par F. Rousseau, La Hire de Gascogne, p. 322.

21Toutefois, en vertu de l’adage ubi papa, ubi Roma, la date n’est pas certaine et Jeanne-Claude aurait pu se rendre auprès du pape lorsque celui-ci séjournait à Florence. D’autant que, si l’on s’en tient à l’ordre du récit, le témoignage du Bourgeois paraît situer l’épisode après le mariage de Jeanne-Claude, donc après 1436. Or on sait que, bien plus tard, en mars 1439, une armée d’écorcheurs prit la direction de Bâle, soi-disant au nom du pape41, et que dans cette armée des femmes étaient présentes en grand nombre. Le magistrat de Strasbourg écrivit à celui de Haguenau : « Les Armagnacs ne sont pas plus de 5 000 chevaux, dont 3 000 bien montés, le reste n’est qu’un ramassis au milieu duquel il y a 300 femmes à cheval »42. La chronique de Stavelot évalue l’armée entre 12 000 et 15 000 hommes et femmes, tandis que le margrave de Hochberg compte une centaine de femmes dans la troupe43. N’est-ce pas à cet épisode qu’il faudrait rapporter la mention de la guerre au service du pape Eugène ?

Le témoignage de Pierre Sala

22C’est en relation avec la pénitence parisienne qu’il convient de placer un épisode curieux, rapporté par une autre source plus tardive. Au début du XVIe siècle, le poète et humaniste lyonnais Pierre Sala affirme avoir recueilli en 1480 le témoignage de Guillaume Gouffier, seigneur de Boisy, qui fut valet de chambre et favori de Charles VII à la fin de son règne. Dans les Hardiesses de plusieurs rois, Sala rapporte une version du secret échangé entre Jeanne d’Arc et Charles VII à son arrivée. À la suite, il ajoute :

  • 44 P. Sala, Hardiesses des grands rois et empereurs, vers 1516, BnF, ms. fr. 584, fol. 77-79 et Procès (...)

En oultre, me compta ledit seigneur que dix ans après, fut ramenée au roy une aultre Pucelle affectée, qui moult ressembloit à la première. Et vouloit l’on donner à entendre en faisant courrir bruit, que c’estoit la première qui estoit suscitée. Le roy oyant ceste nouvelle, commenda qu’elle fust amenée devant luy. Or, en ce temps estoit le roy blessé en ung pied, et portoit une bote faulve ; par laquelle enseigne ceulx qui ceste traïson menoient, en avoient adverti la faulce Pucelle, pour ne point faillir à le congnoistre entre ses gentilzhommes. Advint que à l’heure que le roy la manda pour venir devant luy, il estoit en ung jardin soubz une grant treille. Si commenda à l’ung de ces gentilz hommes que dès qu’il verroit la Pucelle entrée, qu’il s’avansast pour la recueillir, comme s’il fust le roy : ce qu’il fît. Mais elle venue, congnoissant aux enseignes susdictes que ce n’estoit il pas, le reffusa ; si vint droit au roy. Dont il fut esbahi et ne sceut que dire, si non en la saluant bien doulcement, luy dist : « Pucelle m’amye, vous soyez la très bien revenue, ou nom de Dieu qui sçait le secret qui est entre vous et moy ». Alors miraculeusement, après avoir ouy ce seul mot, se mit à genoulz devant le roy celle faulce Pucelle, en luy criant mercy ; et sus le champ confessa toute la trayson, dont aulcuns en furent justiciez très asprement, comme en tel cas bien appartenoit44.

  • 45 Paul Guillaume estime que « ce fut vraisemblablement la découverte de cette supercherie qui provoqu (...)
  • 46 Cf. supra.
  • 47 Pour l’itinéraire de Charles VII, voir AN, K 69, n° 43 ; Ordonnances des rois de France, t. XIII, p (...)
  • 48 AM Tours, vol. 27 (comptes de 1437-1439), fol. 123 v° ; Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 332.
  • 49 AD Loiret, CC 655, fol. 7 v°-15 v° ; Ordonnances des rois de France, t. XIII, p. 319 et t. XV, p. 2 (...)
  • 50 La mention d’une saisie de terre par le comte de Rethel sur un « oncle de la damme des Armoises » a (...)

23Malgré sa date tardive et le caractère étonnant du « rejeu » de la prétendue reconnaissance de Chinon, ce récit paraît cohérent avec les autres sources. Il faut sans doute situer cet épisode avant la prédication publique à Paris45. L’âpre châtiment dont il est question ne désigne-t-il pas la procédure parisienne ? Le seul repère dans le temps fourni par le texte est qu’il situe la scène à la belle saison, puisque le roi se trouvait « en ung jardin soubz une grant treille ». Quand la dater ? Charles VII connaissait l’existence de Jeanne-Claude depuis 1436, puisqu’elle lui avait fait porter une lettre par le héraut d’Orléans, Cœur de Lis46. Mais en 1436, Jeanne-Claude n’a pas quitté les régions de l’Est, Lorraine, Luxembourg et Rhénanie. En revanche, on l’a vu, la dame des Armoises est reçue à Orléans du 28 juillet au 1er août 1439. À cette date, le roi séjourne à Bourges ; il est à Orléans fin août-début septembre, puis à Paris, avant de revenir à Orléans en octobre 1439 pour les États généraux47. Charles VII a sûrement entendu parler à Bourges ou à Orléans du prétendu « retour » de Jeanne, d’autant que la dame paraît lui avoir écrit depuis Tours, alors qu’il était à Orléans48. Toutefois, on s’expliquerait mal qu’une année ait séparé cette entrevue de la convocation parisienne. Or en 1440, Charles VII entreprend une tournée pour contrer la Praguerie, qui le conduit en Poitou, en Auvergne, en Forez et en Bourbonnais. Il est à Bourges à la fin du mois d’août et au début de septembre. Il est solennellement reçu le 18 septembre à Orléans, où il se trouve encore le 4 octobre ; il ira ensuite à Chartres49. On peut donc dater l’entrevue du roi avec Jeanne-Claude juste après qu’elle a été à nouveau reçue à Orléans, le 4 septembre 1440, et la localiser à Bourges ou à Orléans. Malgré l’allégation finale de Pierre Sala, on ne connaît aucune autre sanction : ni les échevins d’Orléans, ni les correspondants de Jeanne-Claude, ni les frères de Jeanne ne semblent avoir été inquiétés, de sorte que l’allusion au châtiment des complices semble ressortir à la seule rhétorique50.

Le traité de Thomas Basin

  • 51 Cf. dans cet ouvrage les contributions de Philippe Contamine et de Françoise Michaud-Fréjaville.

24J’ai signalé une autre mention de l’imposture de Jeanne-Claude dans les mémoires des théologiens consultés en vue du procès dit de réhabilitation. On sait que la lecture de ces mémoires a longtemps rebuté les historiens, au point que Quicherat, qui les jugeait inutiles, ne les a pas reproduits dans son édition des procès. Quant aux « survivantistes », il eût fallu qu’ils lussent le latin… Il n’y a que depuis peu que les historiens se sont penchés sur ces textes pour examiner ce qu’ils nous disent sur la perception de Jeanne et la culture des clercs de ce temps51.

  • 52 Actes des Apôtres, 5, 34-39.

25Thomas Basin, successeur de Pierre Cauchon comme évêque de Lisieux, a fait partie des clercs consultés en vue du procès de 1456. Dans un passage où il souligne la constance de l’action de la Pucelle comme preuve de son élection divine, en invoquant l’intervention de Gamaliel en faveur des apôtres52, il indique un contre-exemple en la personne de la dame des Armoises, qu’il ne nomme pas mais que l’on reconnaît aisément :

  • 53 Traité de Thomas Basin, dans Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, P. Duparc (éd.), (...)

C’est pourquoi on a vu la fiction (figmentum) de cette pauvre femme qui prétendait être Jeanne la Pucelle, et que celle-ci n’avait pas été brûlée à Rouen, mais quelque autre femme substituée à sa place ; et parce que c’était une fiction et une invention humaine, elle ne dura pas, mais fut aussitôt découverte53.

26Certes, affirmer que la supercherie fut « aussitôt découverte » peut faire hésiter, mais il faut seulement en conclure que Thomas Basin n’a connu que les derniers épisodes de la vie de la pseudo-Jeanne, qui la conduisirent d’Orléans à Paris en 1440. C’est la seule allusion à la dame des Armoises dans tout le procès de réhabilitation.

Une pièce de procédure relative à la dame des Armoises ?

  • 54 A. Lecoy de La Marche, « Une fausse Jeanne d’Arc », Revue des questions historiques, t. X, octobre  (...)
  • 55 Pour compliquer le tout, il faut aussi rappeler l’apparition d’une fausse Jeanne, dont on ignore s’ (...)

27Lors de ses recherches sur la biographie du roi René, Alfred Lecoy de la Marche découvrit un document qu’il publia en 1871 en l’appliquant à la dame des Armoises54. Il s’agit d’une lettre de rémission de 1457 (1456 ancien style), en faveur d’une certaine Jeanne de Sermaise, emprisonnée à Saumur et soupçonnée de s’être fait passer pour Jeanne. Si le texte a été appliqué sans hésitation à Jeanne-Claude par son inventeur, d’autres historiens ont davantage hésité. Pour ma part, je suis assez réservé. Sur le nom d’abord : Lecoy y voyait une altération du nom « des Armoises » ou « des Ermaises » en « de Sermaises » ; mais Sermaise (sans s) est aussi le nom d’un village en Anjou, situé entre Angers et Baugé55. La dame est dite femme de Jehan Douillet, qui n’est pas qualifié et reste inconnu par ailleurs, et il me semble curieux que, veuve et remariée, elle ait conservé le nom de son premier époux. Or à relire le texte que constate-t-on ? A-t-elle été emprisonnée parce qu’elle prétendait être la Pucelle ? Ou parce qu’elle se vêtait en habit d’homme ? Non, c’est à cause d’une rivalité de voisinage ou d’un différend familial avec la dame de Saumoussay :

Par hayne que ont conceu contre elle aucuns des parans de la damme de Saumoussay, à leur prochaz ou autrement, elle a esté mise en noz prisons de Saumur et ilecq détenue par l’espace de troys moys.

28Si on ignore le nom de cette dame de Saumoussay, son titre désigne un autre village angevin, situé au sud de Saumur en direction de Brézé. C’est elle ou sa famille, sans doute noble ou du moins propriétaire d’un fief, donc influente, qui a fait emprisonner Jeanne de Sermaise à Saumur. Et c’est seulement durant sa captivité qu’un de ses geôliers s’avise qu’elle se serait longtemps fait passer pour la Pucelle :

Et luy a esté imposé par aucuns noz officiers au dit lieu de Saumur qu’elle s’estoit fait appeller par long temps Jehanne la Pucelle, en abusant et faisant abuser plusieurs personnes qui autres foiz avoient veu la Pucelle qui fut à lever le siège d’Orléans.

29Après trois mois de prison, elle fut bannie d’Anjou pour ce motif, en l’absence de toute autre charge :

Jassoit ce qu’il n’y ait eu autre charge contre elle, a esté par nos officiers du dit lieu de Saumur bannie de nostre dit pays d’Anjou.

30Certes je ne saurais exclure qu’il puisse s’agir de la dame des Armoises (ou d’une autre fausse Jeanne). Toutefois je suis plutôt enclin à penser que cette Jeanne « de Sermaise » (en Anjou) a été victime, auprès des juges angevins, comme plus tard auprès de certains historiens, de sa quasi-homonymie avec Jeanne « des Armoises » et qu’on lui a imputé sur cette seule base des faits qui ne la concernaient pas… La rémission accordée est cependant conditionnelle :

Nous plaist que la dite Jehanne puisse aller et venir par tout nostre dit pays d’Anjou et ou bon lui semblera […], pourveu toutesvoys que doresenavant elle se portera honestement tant en abiz que autrement, ainsi qu’il appartient à une femme de faire.

31L’obligation qui lui est faite, avec une mise à l’épreuve de cinq ans, d’avoir à se comporter honnêtement, tant en habit qu’autrement, selon son sexe, apparaît comme une clause de style, un moyen à la fois de ne pas déjuger l’accusation antérieure et de garantir la paix publique par un ordre finalement donné « au cas où », par principe de précaution. Dans la mesure où il semble bien qu’aucune charge n’ait finalement été retenue contre elle, il s’agirait, somme toute, d’une erreur judiciaire…

Conclusion

32Que conclure de cette analyse des sources relatives aux procédures connues à l’encontre de Jeanne des Armoises ? Elles sont relativement nombreuses et diverses. Dès avant 1434, on rencontre un possible pèlerinage expiatoire à Rome pour un cas réservé. En 1436, c’est une convocation par l’inquisiteur et l’excommunication pour non-présentation. En 1440, il y a convocation par le roi, puis à Paris par le parlement et l’université, sanctionnée par une prédication publique et une amende honorable. S’y ajoutent, en 1456-1457, l’emprisonnement, le bannissement puis la rémission, sans qu’on soit sûr que c’est bien la même femme qui est concernée. Les premières procédures sont connues par des sources indirectes, mais, on vient de le voir, même un acte à valeur judiciaire, comme la rémission de 1457, reste d’interprétation délicate.

  • 56 La lettre de rémission n’est elle-même qu’une forme particulière de relation.

33De quoi l’accuse-t-on ? Il faut souligner l’ambiguïté des témoignages narratifs56, dans lesquels il est impossible de distinguer, d’une part, ce qui relève du récit et, d’autre part, ce qui forme les vrais motifs des poursuites. L’absence des sentences et des actes de procédure ne permet pas d’être affirmatif. Cette réserve faite, on observe que Nider lui reproche de porter l’habit d’homme, d’être armée, de se comporter en mercenaire, de danser et de festoyer avec des hommes, de vouloir introniser l’un des deux candidats à l’archevêché de Trèves, d’affirmer être Jeanne elle-même, « suscitée par Dieu », d’accomplir des actes de magie… Mais dans cette énumération, quel est le grief de Nider ou plutôt de Kalteyser : faire la même chose que Jeanne ? Se réclamer d’elle ?… Pour le Bourgeois de Paris, elle se fait passer pour la Pucelle (qu’elle n’est pas), elle a frappé sa mère, elle a porté l’habit d’homme, elle a participé à la guerre comme mercenaire, elle est coupable de deux homicides. Pour l’officier du roi René, enfin, elle s’est fait appeler longtemps « Jehanne la Pucelle », elle a abusé et fait abuser plusieurs personnes ; à l’avenir, elle doit se comporter honnêtement, comme il convient à une femme, et renoncer aux habits d’homme.

34Toutes ces accusations nous ramènent au procès de Jeanne d’Arc, puisque ce sont, mutatis mutandis, à peu près les mêmes charges que celles dont la Pucelle a été accusée, au premier rang desquelles le port de l’habit d’homme, qui revient le plus souvent, la conduite de la guerre, l’homicide, la magie… Dans les accusations contre Jeanne-Claude, il est donc difficile de dissocier ce qui est imputé à la Pucelle et ce qui relèverait de poursuites pour usurpation d’identité. Cette dernière qualification ne paraît guère un motif décisif à l’action judiciaire, sauf peut-être à Saumur, dans un milieu favorable à Jeanne et à une date postérieure à la réhabilitation. A contrario, il ne faut pas perdre de vue que deux des textes – ceux de Nider et du Bourgeois de Paris – sont antérieurs à 1456 et émanent d’auteurs hostiles à sa cause.

35Si, dans l’histoire de la dame des Armoises, c’est l’usurpation et l’imposture qui ont frappé les historiens depuis le XIXe siècle, pour Nider et le Bourgeois de Paris, et sans doute pour beaucoup de leurs contemporains, Jeanne-Claude avait d’abord le tort d’endosser l’identité d’une femme jugée et brûlée comme hérétique. À ce titre, même une fois l’imposture révélée, elle était elle-même suspecte d’hérésie. En définitive, les sources ne permettent guère de saisir si ce qu’on lui reprochait était de reprendre à son compte les « crimes » de Jeanne ou de se faire passer pour son illustre modèle.

Notes

1 La plupart des sources ont été réunies par Jules Quicherat dans les Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc, Paris, Renouard (Société de l’histoire de France), 1841-1849, 5 vol., t. V, « Documents sur la fausse Jeanne d’Arc qui parut de 1436 à 1440 », p. 319-336.

2 Signalons toutefois G. Lefèvre-Pontalis, La fausse Jeanne d’Arc : à propos du récit de M. Gaston Save, Orléans, Herluison, 1895, extrait de Le Moyen Âge, t. VIII, mai-juin 1895, p. 121-136 ; M. Grosdidier de Matons, Le mystère de Jeanne d’Arc, Paris, Alcan, 1935 (Appendice : « De la fausse Pucelle des Armoises », p. 245-272) ; C. Samaran, « Pour la défense de Jeanne d’Arc », Annuaire-bulletin de la Société de l’histoire de France, 1952-1954, p. 50-63 ; P. Guillaume, Jeanne d’Arc est-elle née à Domrémy et morte à Rouen ?, Paris, Perrin, 1964.

3 Lettre à l’auteur, 5 octobre 1985.

4 P. Contamine, « Jeanne des Armoises », in Lexikon des Mittelalters, t. V, Munich – Zurich, Artemis Vlg, 1991, col. 345 ; C. Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004, p. 369-373 ; G. Peyronnet, « La fausse Jeanne d’Arc : Jeanne des Armoises fut-elle manipulée par les Français ou par les Bourguignons ? », Bulletin de l’Association des amis du Centre Jeanne d’Arc, n° 27, 2003, p. 7-40.

5 R. Senzig, M. Gay, L’affaire Jeanne d’Arc, Paris, Éditions Florent Massot, 2007 ; rééd. Le Livre de poche, 2009. Le film Vraie Jeanne, fausse Jeanne a été diffusé sur Arte le 29 mars 2008 et commercialisé en DVD sous le titre Jeanne d’Arc, la contre-enquête.

6 Projection-débat le 5 mai 2008 à Orléans. C. Beaune, Jeanne d’Arc, vérités et légendes, Paris, Perrin, 2008 ; O. Bouzy, Jeanne d’Arc, l’histoire à l’endroit, Angers, CLD, 2008. Cf. aussi, dans Libération, la tribune « Nous ne sommes pas des mythographes » de M. Meissonnier et T. Secretan, parue le 19 mai 2009, et la réponse de C. Beaune (« Une nouvelle affaire Jeanne d’Arc », 10 juin 2009).

7 BnF, nouv. acq. fr. 6699, fol. 75 v°-76 ; J. Quicherat (Procès…, t. V, p. 321-323) reproduit le texte publié au XVIIIe siècle par dom Calmet (Histoire de Lorraine, t. II, 1728, Preuves, col. CCXXI- CCXXII).

8 Ces deux deniers mots n’apparaissent que dans un autre manuscrit conservé à Vienne (Ö.N.B., Cod. 3378, fol. 33), dont j’ai consulté une copie d’érudit (BM Épinal, ms. 1008, fol. 35).

9 J. Husson, Chronique de Metz (1200-1525)…, H. Michelant (éd.), Metz, Rousseau-Pallez, 1870, p. 64-65 ; La chronique de Philippe de Vigneulles, C. Bruneau (éd.), Metz, Société d’histoire et d’archéologie de la Lorraine, 1929, t. II, p. 243-244 ; J. Praillon, Chronique de Metz, BM Épinal, ms. 131, fol. 23. Aucun ne met en doute l’identité de la Pucelle, excepté un bref passage publié par Quicherat (Procès…, t. V, p. 323-324), d’après un extrait copié au XVIIe siècle sans indication d’origine (BnF, ms. Dupuy 630, fol. 32).

10 AD Loiret, CC 654, fol. 33 v°-35. Cf. Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 275 et 326-327.

11 AD Loiret, CC 655, fol. 53-53 v° et 56 v°-57. Une coquille dans le texte publié par Quicherat (ibid., p. 331-332) indique le 18 juillet au lieu du 28.

12 Il semble que certains membres du corps de ville en charge en 1429 l’étaient encore en 1439 (Pierre Baratin, Jean le Camus…). Il est donc compréhensible que la « fausse Jeanne » ait évité de se confronter avec eux. On peut se demander si elle avait également rencontré le valet de la ville Jacquet le Prestre, qui a assumé le service de 1400 à 1443… Je remercie Françoise Michaud-Fréjaville pour ces observations.

13 AD Loiret, CC 655, fol. 74. Le remboursement du trésorier n’intervient qu’en 1441, après trois clôtures de comptes, les 4 mars 1440, 21 juin 1440 et 6 mars 1441 (ibid., fol. 60, 64 et 72).

14 Formicarium, seu Dialogus ad vitam christianam exemplo conditionem formicae incitativus, in Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 324-325 ; J. Nider, Formicarius Köln 1480 : nach einem Trierer Exemplar nachgedruckt, H. Biedermann (éd.), Graz, Akademische Druck- und Verl. -Anst., 1971, liv. V, chap. VIII, p. 223-224.

15 A. Atten, « Jeanne-Claude des Armoises : de la Meuse au Rhin, la trame possible d’une intrigue », Bulletin de l’Institut archéologique du Luxembourg, 54e année, n° 3-4, 1978, p. 35-88.

16 Cologne, Stadtarchiv, Geleitsregister 6, fol. 156 v°. J’ignore si cette pièce a survécu à l’effondrement du siège des Archives municipales de Cologne survenu en mars 2009.

17 A. Atten, « Jeanne-Claude des Armoises… », p. 43.

18 Je laisse de côté les documents relatifs à Gilles de Rais et à Jean de Siquenville, qui signalent la présence de Jeanne-Claude des Armoises en Poitou vers 1439, auxquels je consacrerai un article.

19 Journal d’un Bourgeois de Paris de 1405 à 1449, § 789-790, A. Tuetey (éd.), Paris, Champion, 1881, p. 354-355 et C. Beaune (éd.), Paris, Librairie générale française (Livre de poche ; 4522), 1990, p. 397-398.

20 Cf. G. Marcel, Histoire de l’origine et des progrez de la monarchie françoise, Paris, D. Thierry, 1686, p. 423. L’auteur situe l’arrivée des nouvelles en septembre et la convocation à la pierre de marbre début octobre.

21 Paul Guillaume observe : « Le texte du Bourgeois de Paris ne dit pas que c’est elle qui a avoué être mère de deux enfants, mais c’est peut-être le réquisitoire prononcé contre elle » (P. Guillaume, Jeanne d’Arc…, p. 65).

22 H. Denifle et É. Châtelain ne citent pas d’autres sources que le Bourgeois : Chartularium Universitatis Parisiensis, Paris, Delalain, 1891-1897, 4 vol., t. IV, n° 2544, p. 616.

23 Journal d’un Bourgeois de Paris, § 580, A. Tuetey (éd.), p. 270-271 et C. Beaune (éd.), p. 299.

24 Je remercie Françoise Autrand pour cette suggestion.

25 Journal d’un Bourgeois de Paris, § 546-548, A. Tuetey (éd.), p. 259-260 et C. Beaune (éd.), p. 281-282. Nider les cite également, sans les nommer.

26 A. Le Roux de Lincy, « Hugues Aubriot, prévôt de Paris sous Charles V, 1367-1381 », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 23, 1862, p. 173-213 ; J. Guiraud, L’inquisition médiévale, Paris, Grasset, 1928, p. 239-241 ; J.-M. Durand, Heurs et malheurs des prévôts de Paris, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 101-102.

27 Qu’il ne faut pas confondre avec la « table de marbre », juridiction commune à la connétablie, à l’amirauté et aux eaux et forêts, sise dans la grande salle du palais. Cf. Guide des recherches dans les fonds judiciaires de l’Ancien Régime, Paris, Imprimerie nationale, 1958, p. 291.

28 M. Whiteley, « Deux escaliers royaux du XIVe siècle : les Grands degrez du palais de la Cité et la grande viz du Louvre », Bulletin monumental, t. 147-II, 1989, p. 133-154 (ici p. 150, n. 16).

29 É. Maugis, Histoire du Parlement de Paris, Paris, Picard, 1913, t. I, p. 355-356.

30 M. van de Kerchove, Quand dire, c’est punir : essai sur le jugement pénal, Bruxelles, Publications des facultés universitaires Saint-Louis, 2005, p. 61 et 248-249 ; B. Morel, Une iconographie de la répression judiciaire : le châtiment dans l’enluminure en France du XIIIe au XVe siècle, Paris, CTHS, 2007, p. 96.

31 F. Neveux, « Les marginaux et le clergé dans la ville et le diocèse de Bayeux aux XIVe et XVe siècles », Cahier des Annales de Normandie, n° 13, 1981, p. 17-42.

32 Ibid., p. 33.

33 F. Rousseau, La Hire de Gascogne, Mont-de-Marsan, Lacoste, 1969, p. 334-336.

34 Journal d’un Bourgeois de Paris, § 790, A. Tuetey (éd.), p. 355 et C. Beaune (éd.), p. 398.

35 T.M.J. Gousset, Exposition des principes du droit canonique, Paris, Lecoffre, 1859, p. 432-433 et 444.

36 N.S. Bergier, Dictionnaire de théologie dogmatique, liturgique, canonique et disciplinaire, Paris, Migne (Encyclopédie théologique ou Série de dictionnaires, t. XXXIII), 1863, t. I, p. 695.

37 W.P. Müller, « Violence et droit canonique : les enseignements de la Pénitencerie apostolique (XIIIe-XVIe siècle) », Revue historique, n° 644, 2007 / 4, p. 771-796 ; P. Levillain, Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard, 1994, p. 1304-1305.

38 La révolte avait éclaté le 29 mai 1434. Le pape s’enfuit de Rome, déguisé en bénédictin, le 4 juin 1434, et s’installa à Florence où il arriva le 23 juin. Après d’autres séjours à Bologne, Ferrare et à nouveau Florence, le pape ne rentra à Rome qu’en septembre 1443 (cf. P. Levillain, Dictionnaire historique de la papauté, p. 642-645).

39 Le Bourgeois écrit, d’après le prêche de Graverent, que Jeanne elle-même « vécut homicide de chrétienté » (Journal d’un Bourgeois de Paris, § 580, A. Tuetey (éd.), p. 270 et C. Beaune (éd.) p. 298).

40 G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. III, Paris, Picard, 1885, p. 388, n. 2.

41 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, L. Douët d’Arcq (éd.), t. V, Paris, Renouard (Société de l’histoire de France), 1862, p. 349, chap. CCXXXIII : « Et donnoient à entendre à aulcuns que c’estoit par l’envoy et consentement du pape Eugène pour deffendre sa guerre ».

42 A. Tuetey, Les écorcheurs sous Charles VII, Montbéliard, Barbier, 1874, p. 104. Cinq cents chevaux étaient devant Bâle en mars ; les pères conciliaires achetèrent le départ des écorcheurs (ibid., p. 113-114).

43 Cité par F. Rousseau, La Hire de Gascogne, p. 322.

44 P. Sala, Hardiesses des grands rois et empereurs, vers 1516, BnF, ms. fr. 584, fol. 77-79 et Procès…, J. Quicherat (éd.), t. IV, p. 280-281.

45 Paul Guillaume estime que « ce fut vraisemblablement la découverte de cette supercherie qui provoqua la convocation devant le parlement » (P. Guillaume, Jeanne d’Arc…, p. 65).

46 Cf. supra.

47 Pour l’itinéraire de Charles VII, voir AN, K 69, n° 43 ; Ordonnances des rois de France, t. XIII, p. 300, 303, 306 ; G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. III, p. 61, 63, 66, 526 ; A. Thomas, Les États provinciaux de la France centrale sous Charles VII, Paris, Champion, 1879, t. I, p. 231 et II, p. 116.

48 AM Tours, vol. 27 (comptes de 1437-1439), fol. 123 v° ; Procès…, J. Quicherat (éd.), t. V, p. 332.

49 AD Loiret, CC 655, fol. 7 v°-15 v° ; Ordonnances des rois de France, t. XIII, p. 319 et t. XV, p. 228 ; A. Vallet de Viriville, Procès de condamnation de Jeanne Darc, Paris, Firmin-Didot, 1867, p. 286 ; G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. III, p. 121-134 et 164-167.

50 La mention d’une saisie de terre par le comte de Rethel sur un « oncle de la damme des Armoises » a laissé croire au châtiment d’un complice de la fausse Pucelle : Terrier de Rethelois, H. Moranvillé (éd.), Charleville, Imprimerie nouvelle, 1899, p. 3-5, 7. Mais ce document date en fait du XIVe siècle et ne peut donc concerner Jeanne-Claude. Cf. L. Germain de Maidy, « Un prétendu document nouveau sur la fausse Pucelle… », Bulletin de la Société d’archéologie lorraine, 3e série, t. IX, 1900, p. XIX.

51 Cf. dans cet ouvrage les contributions de Philippe Contamine et de Françoise Michaud-Fréjaville.

52 Actes des Apôtres, 5, 34-39.

53 Traité de Thomas Basin, dans Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, P. Duparc (éd.), Paris, Klincksieck (Société de l’histoire de France), 1977-1988, 5 vol., t. II, p. 192. J’ai d’abord improprement traduit que fingebat se esse par « qui s’imaginait être » ; mais l’intention de tromper est avérée dans cette expression, que les témoins du procès de réhabilitation appliquent aux stratagèmes de Nicolas Loiseleur pour tromper Jeanne.

54 A. Lecoy de La Marche, « Une fausse Jeanne d’Arc », Revue des questions historiques, t. X, octobre 1871, p. 562-582 ; repris dans Le roi René : sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéraires, Paris, Firmin-Didot, 1875, t. I, p. 308-327 et P.J. n° XL, t. II, p. 281-283.

55 Pour compliquer le tout, il faut aussi rappeler l’apparition d’une fausse Jeanne, dont on ignore s’il s’agit de la dame des Armoises, à Sermaize en Barrois, où elle rencontra des parents de la mère de Jeanne vers 1449-1452, fait signalé dans l’enquête de notoriété de 1476. Cf. R. Boucher de Molandon, « La famille de Jeanne d’Arc : son séjour dans l’Orléanais d’après des titres authentiques récemment découverts », Mémoires de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, t. XVII, 1878-1880, p. 1-161 (ici p. 126-134) ; E. de Bouteiller, G. de Braux, Nouvelles recherches sur la famille de Jeanne d’Arc : enquêtes inédites, généalogie, Orléans, Herluison, 1879, chap. V, « Une fausse Pucelle », p. XXIX-XXXI et p. 4-10.

56 La lettre de rémission n’est elle-même qu’une forme particulière de relation.

Auteur

Pierre-Gilles Girault est conservateur du patrimoine, directeur adjoint du château et des musées de Blois. Titulaire d’une maîtrise d’histoire et diplômé de l’EHESS, il a animé durant dix ans le Centre de l’enluminure et de l’image médiévale de l’abbaye de Noirlac (Cher), où il a réalisé les expositions Un langage sans parole, l’image au Moyen Âge (1992), L’aventure cistercienne (1998) et Histoire du calendrier, images du temps (2000). Au château de Blois depuis 2001, il a collaboré à plusieurs expositions, notamment Louis d’Orléans et Valentine Visconti (2004). Il a conçu les expositions François Ier, images d’un roi (2006) et Fêtes et crimes à la Renaissance, la cour d’Henri III (2010), dont il a dirigé les catalogues. Il a publié de nombreux articles et communications sur l’histoire et l’art du Moyen Âge et de la Renaissance. Auteur d’une Jeanne d’Arc (Gisserot, 2003), il poursuit de longue date des recherches sur la fausse Pucelle.

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540