Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’hérétique à la sainte

 | 
François Neveux

Les deux procès de Jeanne d’Arc : « condamnation et réhabilitation »

La réhabilitation de la Pucelle vue au prisme des Tractatus super materia processus : une propédeutique

Rehabilitation of the Pucelle in the prism to Tractatus super materia processus: a propaedeutic

Philippe Contamine

Résumé

Le procès de 1455-1456, qui devait aboutir à l’annulation de la sentence de condamnation de 1431, s’appuya non seulement sur des témoignages recueillis sur le lieu de naissance de Jeanne d’Arc, à Orléans, à Paris et à Rouen (à vrai dire, bien d’autres lieux, bien d’autres personnes auraient pu être sollicités), mais aussi sur une douzaine de mémoires écrits en latin entre 1450 et 1456 par des « experts » parfaitement repérables, parfois très qualifiés, dont la compétence ne saurait être mise en doute. À aucun degré il ne s’agit de consultations anonymes : leurs auteurs prenaient leurs responsabilités. Certaines d’entre elles, ainsi celle de Robert Ciboule, ne figurent pas seulement dans un ou plusieurs des manuscrits du procès de réhabilitation, mais à l’époque même ont été copiées ailleurs. Longtemps négligées, sous prétexte qu’elles n’apportent presque rien de nouveau quant aux faits, elles sont désormais à l’honneur, dans la perspective notamment d’une meilleure connaissance de l’esprit et des méthodes de la scolastique tardive, pour ce qui est du droit et de la théologie. Leur mérite est aussi, inévitablement, de peser le pour et le contre, car il leur fallait réfuter de façon argumentée les accusations de 1431. Au-delà de leurs divergences sur des points mineurs, elles s’accordent à mettre en avant le principe du secret (l’Église est incompétente pour juger ce qui est secret entre Dieu et telle de ses créatures) et celui de la présomption d’innocence. Ce second principe ne vient-il pas à l’encontre de la présomption de culpabilité qui était à la racine même des procès d’inquisition ? Enfin, alors que le procès de condamnation avait délibérément tenté de se situer au-dessus des options politiques, les mémoires produits un quart de siècle plus tard placent ouvertement ces options au premier plan, ce qu’il est permis de juger plus « honnête ».

The trial of 1455-1456 that led to the cancellation of the sentence of condemnation of 1431 relied not only on evidence collected in the birthplace of Joan of Arc, in Orleans, in Paris and in Rouen (to tell the truth, many other places, many others people could have been asked). But it also relied on about a dozen memoirs written in Latin between 1450 and 1456 by “experts” perfectly identifiable, sometimes highly skilled whose competence could not be doubted. At any level these consultation were anonymous, the authors took their responsibilities. Some of them, like Robert Ciboule’s one, are not only in one or more of the rehabilitation trial manuscripts, but even at the time have been copied elsewhere. For a long time neglected under the pretext that they bring almost nothing new about the fact, its’s now in the spotlight, particularly in view of a better understanding of the spirit and methods of late scholasticism concerning the law and theology. Their merit is also, inevitably, to weigh up the pros and cons, because they had to refute in an argued way the accusations of 1431. Beyond their differences on minor points, they agree to put forward the principle of secrecy (the Church is incompetent to judge the secret between God and his creatures) and the presumption of innocence. Did this second principle not violate the presumption of guilt that was at the root of trial inquisition? Finally, while the trial of condemnation had deliberately tried to be above political options, the memoirs products a quarter of a century later openly put these options in the foreground, which is possible to judge more “honest”.

Texte intégral

  • 1 Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, P. Duparc (éd.), Paris, Klincksieck (Société (...)

1Tractatus super materia processus : telle est l’expression par laquelle l’Instrumentum du procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc désigne les mémoires relatifs au procès de condamnation, qui furent produits et présentés dans le cadre de la procédure de révision destinée à aboutir à la sentence de réhabilitation de la Pucelle du 7 juillet 14561.

  • 2 W. Müller, Der Prozess Jeanne d’Arc. Quellen, Sachverhalt einschliesslich des zeit- und geistesgesc (...)

2Pour beaucoup de spécialistes, et non des moindres, le procès de 1455-1456, ou plutôt de 1450-1456, est le plus embrouillé, le moins bien conçu, le moins maîtrisé des deux procès, sinon quant à l’équité du moins quant au droit. Comparant la rédaction des deux procès, Jules Quicherat écrivait : autant le premier en date « est rapide, clair, dégagé », autant le second « est diffus et confus ». Encore récemment, l’historien du droit Wolfgang Müller a publié 1 700 pages pour le démontrer, le point essentiel de son propos étant le suivant : les juges de la réhabilitation, dès lors qu’ils ne pouvaient mettre en cause l’honnêteté et la fidélité des trois notaires du procès de 1431, s’en tirèrent en déclarant que les douze assertions, transmises pour avis en avril-mai 1431 aux facultés de théologie et de décret de l’université de Paris, ne reflétaient pas veraciter et plenarie la réalité des réponses de Jeanne. Il y avait eu un travestissement volontaire, dont le responsable demeure d’ailleurs non identifié. Donc, les docteurs parisiens partirent d’une information controuvée, ce qui rend leur condamnation sans objet et ce qui, du même coup, les innocente. On peut parler à ce propos de falsa et imperfecta consultatio (Thomas Basin). Or, pour Wolfgang Müller, les douze assertions en question, examinées attentivement, correspondent bel et bien aux réponses et à la position de Jeanne d’Arc. Ou, en tout cas, les juges de la réhabilitation se sont bien gardés de faire la démonstration d’une hypothétique divergence : ils se sont contentés de l’affirmer, de l’asséner, globalement. Aussi l’expertise des docteurs parisiens demeure-t-elle valable et c’est cette expertise qu’en 1450-1456, il convenait de mettre directement en cause – rude, trop rude affaire. En outre, toujours à suivre la démonstration de Wolfgang Müller, bien des objections de fond et de forme avancées par les avocats de la Pucelle en 1455-1456 sont dénuées de fondement (ainsi pour la compétence ou l’incompétence de l’évêque de Beauvais) ou bien reposent sur des rumeurs invérifiables (ainsi quant aux partis pris supposés hostiles des juges de 1431 envers l’accusée)2.

 

3Quoi qu’il en soit, la déconstruction du « beau procès » de 1431, pour employer l’expression utilisée (selon Guillaume Manchon) par Pierre Cauchon pour désigner son objectif, fut une œuvre non seulement tardive et d’assez longue durée, mais également délicate et difficile. Au sein de cette tâche, un rôle décisif fut joué par les nombreux et souvent épais mémoires rédigés à cette occasion, dans des circonstances qu’il s’agira de préciser.

  • 3 Cité par P. Lanéry d’Arc, Mémoires et consultations en faveur de Jeanne d’Arc par les juges du proc (...)

4Pendant longtemps, ces mémoires furent laissés de côté, dédaignés, en raison de leur style et de leur manque de substance historique « positive ». Au début du XVIIe siècle, Edmond Richer estime qu’il est inutile de les publier « pour ce qu’ilz sont trop peu elabourez et polis et tumultuairement escrits, mesme en un siecle auquel la barbarie triomphoit »3. Citons Joseph Fabre :

  • 4 J. Fabre, Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, t. II, Paris, 1888, p. 185, cité par P. Lanéry d’ (...)

Le caractère commun des mémoires sur le procès de Jeanne d’Arc est d’être très érudits et point vivants. Tout y est jurisprudence ou théologie. Dans leurs interminables dissertations, ces auteurs pérorent sur la foi, sur la soumission à l’Église et sur le surnaturel ; parlent volontiers de la magie comme d’une science véritable qui a ses règles ; multiplient les citations, ou se perdent en subtilités scolastiques. On s’étonne, en lisant leurs consultations indigestes, d’y trouver une si extrême sécheresse. Point de détails sur la vie de Jeanne, sur ses vertus, sur ses patriotiques élans, sur son œuvre héroïque. Ces pédants se bornent à ergoter dogmatiquement sur l’orthodoxie de la Pucelle, et à démontrer à coups de distinguo l’illégalité de sa condamnation4.

  • 5 M. Sepet, Jeanne d’Arc, Tours, Mame, 1869 ; J.-B.-J. Ayroles, La vraie Jeanne d’Arc, t. I : La Puce (...)

5Toutefois, depuis la fin du XIXe siècle, cette littérature est rentrée en grâce, notamment à l’initiative d’auteurs catholiques davantage en phase avec l’esprit de la scolastique tardive5. Aujourd’hui, on considère qu’elle ressortit de plein droit au corpus johannique, d’autant plus que ce qui intéresse désormais les historiens (et même le public), c’est moins la « vraie » Jeanne d’Arc que le regard porté sur elle par les contemporains.

 

  • 6 Jean de Mailly était évêque de Noyon depuis 1426. Il devait le demeurer jusqu’à sa mort en 1472. Il (...)

6À l’origine de la procédure d’annulation, pour laquelle il n’existait pour ainsi dire pas de précédent, on peut imaginer, aussitôt après la réduction de la cité de Rouen à l’obéissance du roi Charles VII, le 10 novembre 1449, la transmission auprès des vainqueurs d’un certain nombre de rumeurs au sujet du procès de 1431. Les langues se seraient déliées. Ces rumeurs furent-elles sollicitées ? On peut s’interroger. Parmi les vainqueurs, figurait sans doute Guillaume Bouillé, docteur en théologie, ancien recteur de l’université de Paris, d’ores et déjà chargé par Charles VII de différentes missions diplomatiques, et aussi doyen du chapitre cathédral de Noyon. Or précisément celui qui était alors l’évêque de Noyon, Jean de Mailly, avait, déjà évêque du même diocèse6, assisté et participé au procès de condamnation : on ne peut exclure que, dès avant 1449-1450, Bouillé et Mailly aient parlé entre eux de « l’affaire Jeanne d’Arc ». Toujours est-il que, sur instructions royales, Bouillé procéda sur place à une enquête orale, en mars 1450, en même temps qu’il œuvrait à l’examen d’un certain nombre de documents, en particulier l’Instrumentum, majoritairement en latin, résultat du travail soigneusement effectué par Thomas de Courcelles à partir des minutes françaises et des actes divers produits lors du procès de condamnation.

7L’enquête de Bouillé déboucha sur la rédaction par ses soins d’un « codicille sommaire », concluant à la possibilité ou à la nécessité d’annuler la ou les sentences de 1431. Dès lors, Charles VII fut convaincu : non seulement la démarche lui serait bénéfique, mais encore de sérieux motifs d’annulation existaient.

  • 7 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 24. « Interrogée au sujet du souverain pontife, elle répondit qu’il (...)
  • 8 Ibid., p. 32. « Quant à la soumission à l’Église, j’ai répondu que tous mes faits et dits soient tr (...)

8En 1452, le cardinal Guillaume d’Estouteville se rendit en France en tant que légat du pape Nicolas V. Lui aussi dut recueillir des bruits, lui aussi était déjà très au courant des exploits et de la fin de la Pucelle, ne serait-ce que pour des raisons de famille. Ayant pris connaissance du mémoire de Bouillé, il mena sa propre enquête. En même temps, son secrétaire Paul Pontanus, un Italien, qui devait faire par la suite une belle carrière à Rome au tribunal de la Rote, rédigea un mémoire argumenté concluant à l’innocence de Jeanne. Parallèlement, intervint la rédaction d’un summarium résumant de façon didactique les enjeux du procès de condamnation, par le dominicain Jean Bréhal, « inquisiteur de la perversion hérétique au royaume de France », et d’un autre summarium, dont l’auteur était un autre Italien, Théodore de Lellis (autrement dit un neutre). On peut relever dans ce dernier texte des passages propres à exalter le pouvoir pontifical récemment restauré après la crise conciliaire : Interrogata de summo pontifice, respondit obediendum Romano Pontifici7. À propos de la séance du 24 mai 1431, au cimetière de Saint-Ouen, il ne manque pas de souligner la réponse de Jeanne après la prédication d’un « certain docteur » : Quantum est de submissione Ecclesiae ego respondi quod omnia dicta et facta mea transmittantur Romam ad dominum nostrum papam cui et Deo primo me refero. Et il ajoute : Et nota quod dixit se alias respondisse : propter quod satis potest suspicari, cum id nulla parte processus caveatur, dolo tacitum vel praetermissum8.

9Revenus à Rome en même temps que Guillaume d’Estouteville au début de 1453, Pontanus et Lellis rédigèrent chacun un nouveau traité, enrichi de nouveaux arguments. Le mémoire de Lellis repose notamment sur la lecture, plume à la main, d’un exemplaire du procès de condamnation comprenant au moins 230 feuillets. Malheureusement cet exemplaire s’est perdu sans laisser de trace. L’ensemble fut soumis au(x) pape(s). De fait, on a sans doute trop dit que Nicolas V (1447-1455) et son successeur Calixte III (1455-1458) autorisèrent l’annulation du procès de condamnation pour des raisons extérieures : obtenir de Charles VII l’abolition de la Pragmatique sanction de 1438, ainsi que son concours dans la lutte contre les Turcs ottomans, juste avant ou juste après la prise de Constantinople (1453). Peut-être ne faut-il pas écarter d’emblée l’idée que les papes, au vu du dossier, estimèrent en toute conscience qu’il y avait là une injustice à réparer.

10Il ne fut pas difficile, ultérieurement, d’obtenir l’accord de la famille de Jeanne d’Arc, certes dépassée par les événements, mais sûrement favorable à la réhabilitation de sa mémoire.

11Bref, la justification de la Pucelle fut le résultat d’un certain nombre de témoignages, rassemblés en 1450, 1452 et 1456, plus ou moins orientés de par la nature même des questions posées, mais néanmoins passionnants, éclairants et je dirais « honnêtes » (ne serait-ce que parce qu’ils furent produits sous serment). Elle fut aussi le résultat de la lecture attentive et critique des actes du procès de condamnation, en tout ou en partie, une lecture et des témoignages étayés par les mémoires des experts, de même que la conclusion du procès de condamnation avait été rendue possible par les opinions d’autres experts, consultés à Rouen et à Paris.

 

12Si on laisse de côté le dominicain Jean Bréhal, dès lors qu’il était l’un des quatre juges du procès en nullité, à côté de Jean Juvénal des Ursins, archevêque de Reims, de Guillaume Chartier, évêque de Paris, et de Richard Olivier de Longueil, évêque de Coutances, les auteurs des mémoires sont au nombre de onze, aux carrières et aux talents assez variés.

13L’on a déjà cité Paul Pontanus, docteur dans l’un et l’autre droit, et Théodore de Lellis, alors auditeur de rote en cour de Rome, futur évêque de Feltre puis de Trévise, mort encore jeune en 1468 au moment même où il venait d’être nommé cardinal par Paul II. L’un et l’autre sont des « extrarégnicoles », apportant l’indispensable caution « romaine ». L’on a également cité le « vénérable et circonspect doyen de Noyon », Guillaume Bouillé, compétent et tenace (peut-être convoitait-il, comme récompense, l’obtention d’un évêché et, dans ce cas, il fut déçu).

14Restent :

  • Le famosus Jean de Montigny, licencié en décret (1430), docteur en décret (1440), official de l’évêché de Paris : en mai 1450, il fut l’un des membres que l’université de Paris dépêcha au concile ecclésiastique de Chartres9.
  • Le spectabilis maître Guy de Verseilles (ou de Versailles10), chanoine de la cathédrale Saint-Gatien de Tours ; son mémoire n’a été retenu dans aucun des manuscrits subsistants de l’Instrumentum du procès, mais il se trouve conservé dans le manuscrit latin 13837 de la Bibliothèque nationale de France. On peut supposer que Jean Bréhal, lors d’un de ses passages à Tours, en 1452 ou 1453, le lui demanda, de même que, dans les mêmes circonstances, il aurait sollicité l’avis de Jean ou plutôt Pierre l’Hermite, sous-doyen de l’église Saint-Martin de Tours, dans lequel il faudrait voir ce Pierre l’Hermite qui, en 1429, fournit des renseignements sur Jeanne d’Arc à Jacques Gélu, ancien archevêque de Tours devenu archevêque d’Embrun11. Ce mémoire n’a pas été non plus retenu dans l’Instrumentum du procès.

15Viennent quatre évêques :

  • Jean Boucard, maître en théologie, confesseur du roi, évêque d’Avranches12.
  • Le noble Élie de Bourdeille, franciscain, docteur en théologie, évêque de Périgueux depuis 1438, futur cardinal, réputé pour son zèle, sa piété et son indépendance d’esprit. En 1452, lors de l’assemblée de Bourges, il n’hésita pas à s’en prendre à l’application renouvelée par Charles VII de la Pragmatique sanction, attentatoire selon lui à l’autorité du pape et à la liberté de l’Église13.
  • Martin Berruyer, évêque du Mans de 1449 à 1465 (il résigna son évêché le 11 janvier 1465 et mourut le 24 juillet suivant), bachelier ès arts et en théologie, chanoine du Mans, chanoine et doyen de Tours (bulles du 24 novembre 1437), délégué par l’évêque du Mans Jean d’Hierray auprès du concile de Bâle, en mission pour les pères du concile contre les hérétiques de Bohême (sa prédication, dit-on, impressionna), élu par le chapitre du Mans comme évêque (bulles de Nicolas V du 7 avril 1449, qui le qualifient de conseiller de Charles VII : il semble avoir été consacré par Jean de Mailly, évêque de Noyon). Signalons encore à son propos qu’en 1457, il fut choisi avec l’archevêque de Tours Jean Bernard, son métropolitain, et l’évêque de Coutances, Richard Olivier, pour aller à la rencontre de l’ambassade ecclésiastique envoyée par Ladislas, roi de Hongrie, auprès de Charles VII, en vue d’obtenir la main de sa fille Madeleine. Encore un détail à son sujet : « Dans le même temps, Berruyer eut à juger quatre femmes des doyennés de Ballon et de Beaumont qui furent condamnées » (à mort ?) « pour avoir exercé des sortilèges et maléfices et pour avoir même évoqué le diable »14.
  • Thomas Basin, sur lequel je n’insisterai pas tant il est connu des Normands15. Je rappellerai seulement que cet évêque de Lisieux était docteur en droit canon et civil (en 1455, il rédigea un mémoire sur la réforme de la procédure, où il prenait partiellement comme modèle le tribunal de la Rote), qu’il avait pu ou dû jadis rencontrer son antéprédécesseur Pierre Cauchon, qu’il était viscéralement conscient des problèmes politiques de la France anglaise, de la France française, de la Normandie anglaise et de la Normandie française, mais seulement à partir de 1441, année de son retour dans sa province natale après un long séjour en Italie. On peut le voir comme un conseiller écouté de Charles VII, surtout dans le domaine ecclésiastique.
  • Le personnage peut-être le plus remarquable intellectuellement était le Normand Robert Ciboule (1403-1458), chanoine d’Évreux et de Paris et chancelier dudit chapitre, maître en théologie, prédicateur, auteur de plusieurs traités spirituels, publiés ou inédits, qu’on a pu rattacher au courant du socratisme chrétien. Dès le 12 avril 1430, il était cursor à la faculté de théologie de Paris, autrement dit « chargé de cours » sous la tutelle de Roger de Gaillon, proviseur du collège d’Harcourt (il a donc immanquablement connu et vécu le retentissement du procès de Jeanne au sein de la faculté de théologie). En 1435, il fut choisi par la faculté des arts pour être son ambassadeur lors du congrès d’Arras (Thomas de Courcelles joua le même rôle, mais pour la faculté de théologie). Recteur de l’université le 24 mars 1437, il fut fait docteur en théologie le 17 février 1438. Les années 1438-1446 furent marquées par les grandes missions diplomatiques que lui confia Charles VII. À la différence de Bourdeille, il était partisan de la Pragmatique sanction. Peu à peu, il prit ses distances avec les idées conciliaristes. De 1447 à 1451, ce fut pour lui la vie canoniale et la pénitencerie de Paris. C’était un proche de Guillaume Chartier qui, le 18 mai 1451, lui conféra la chancellerie du chapitre Notre-Dame, en raison de ses rares mérites. Il devint alors nettement plus sédentaire. Il abandonna la pénitencerie, qui passa à Thomas de Courcelles. Il participa à la réforme de l’université de Paris mise en œuvre par le cardinal d’Estouteville – une réforme surtout pratique et institutionnelle16.
  • 17 Nul ne semble s’être présenté de lui-même.

16On peut donc parler, non pas d’une équipe puisque chacun a travaillé de son côté et a été sollicité séparément17, mais du moins d’une panoplie de gens qualifiés, voire très qualifiés. Ils étaient naturellement proches, voire très proches, du pouvoir politique (sans la pression royale les mémoires n’auraient pas vu le jour), mais capables malgré tout d’une certaine indépendance d’esprit. Ces compétents n’étaient pas des anonymes : ils ont signé leurs textes, ils ne pouvaient pas se permettre d’écrire n’importe quoi. Leur réputation était en jeu. Peut-être y eut-il entre eux une certaine émulation. Ils ne considérèrent pas nécessairement la rédaction de leurs mémoires comme un pensum. Sociologiquement, l’on est en présence d’un milieu assez analogue à celui qui avait condamné Jeanne d’Arc vingt-cinq ans plus tôt.

17Sans doute ne leur donna-t-on pas de strictes instructions, mais ils furent inévitablement sensibles à l’air du temps, dans ses dimensions politiques. En acceptant cette mission assez délicate, car un certain doigté était nécessaire, ils savaient à quoi s’en tenir, ils savaient ce qu’on attendait d’eux. Peut-être d’autres experts furent-ils sollicités, qui se seraient récusés sous des prétextes divers, peut-être certains textes, trop peu concluants, voire n’allant pas dans le bon sens, furent-ils écartés. Mais ce ne sont là que des suppositions.

  • 18 Toutefois, le ms. lat. 12722 de la BnF contient la transcription de la cédule d’abjuration de Jeann (...)
  • 19 Ibid., p. 139.
  • 20 Ibid., p. 396.
  • 21 Ibid., p. 132-134. Bourdeille ajoute néanmoins prudemment : Nisi aliud in processu quem non legi co (...)

18Un intérêt de ces mémoires, tous rédigés en latin scolastique18, est de nous mettre en contact direct, à propos d’un événement à la fois majeur et bien défini, avec la culture, les méthodes, l’esprit des scolastiques de la fin du Moyen Âge. On les voit fournir maintes définitions précises : ainsi, qu’est-ce que l’apostasie (elle pouvait être comprise non seulement comme un changement de religion, mais éventuellement comme un changement de sexe, en l’occurrence la transgression par Jeanne de sa condition féminine, comme le dit Bourdeille19), qu’est-ce que la cruauté, qu’est-ce que la sédition, qu’est-ce qu’une hérésie (nos auteurs penchent naturellement pour une définition restrictive : errer dans la foi, dit par exemple Thomas Basin, n’est pas nécessairement être hérétique) ? Pour Ciboule, l’hérésie est une error in intellectu jointe à la pertinacia seu defensio erroris in affectu20. Qu’est-ce que l’Église, en soi aussi bien que pour Jeanne ? Un autre exemple est fourni par Bourdeille, l’un des plus « savants », qui, ayant énuméré les quatorze espèces de divination proscrites par l’Église, poursuit : dès lors que les juges de 1431 ont accusé Jeanne d’être divinatrice, il aurait fallu qu’ils enquêtent pour savoir à quel(s) type(s) de divination elle avait eu recours ; or ils se sont bien gardés de le faire21. Bref, on imagine nos auteurs dans leur « estude », compulsant hâtivement leurs dossiers, consultant les ouvrages de leur « librairie », travaillant avec méthode, pesamment, en alignant leurs arguments, plus ou moins forts ou pertinents, d’une manière que nous jugerions aisément cumulative.

19Ces mémoires sont mentionnés deux fois dans la sentence d’annulation du 7 juillet 1456. La première fois en des termes dont on propose la traduction suivante :

  • 22 Ibid., p. 607.

Ayant été aussi inspectés et considérés les différents traités édités et composés sur ordre du très révérend père [Guillaume d’Estouteville] et sur le nôtre [les trois juges], par des prélats, des docteurs et des praticiens solennels et très éprouvés, lesquels, les livres et les instruments du précédent procès [celui de condamnation] ayant été visités tout au long, ont défini les doutes devant être élucidés22.

20La deuxième fois sous cette forme :

  • 23 Ibid., p. 609-610.

Attendu aussi les susdits traités et opinions des prélats et docteurs solennels, experts aussi bien dans le droit divin que dans le droit humain, affirmant que les crimes imputés à la dite Jeanne et exprimés dans les dites prétendues sentences ne dépendent pas de la suite du procès ou ne peuvent en être tirés, et déterminant de façon très élégante beaucoup de points relatifs à la nullité et à l’injustice en cela et en d’autres choses23.

 

  • 24 C’est ce que dit Thomas Basin à propos de son mémoire. Il ajoute que Charles VII « fit soigneusemen (...)

21Appelés tractatus, opinio, consultatio, consideratio, consilium, opusculum, ces mémoires, dont la rédaction s’échelonne entre 1450 et 1456 (pour leur ultime mise au point), semblent avoir été sollicités par le roi24 et par les juges délégués. Des dates précises sont parfois données : ainsi pour le traité de Robert Ciboule, rédigé le 2 janvier 1453, dans sa maison au cloître Notre-Dame, à Paris. Mais il dit aussi qu’il l’a commencé avant le début du procès et qu’il l’a poursuivi après, ce qui implique une reprise ultérieure de son texte. Parfois les délais imposés ont été très courts : quatre ou cinq jours pour Jean de Montigny. Des mémoires furent rédigés à partir des seuls résumés ou d’une sélection d’actes. Le traité de Pontanus fut consulté par plusieurs auteurs de mémoires, comme un texte de référence.

  • 25 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 33-34.

22Transcrits dans le manuscrit latin 12722 de la BnF, qui appartint à Bréhal et fut sans doute copié de sa main, les mémoires de Pontanus et de Lellis ne semblent pas avoir été produits au cours du procès par les avocats de Jeanne. De même que le summarium de Bréhal et les traités de Versailles et de L’Hermite, contenus dans le manuscrit latin 13837 de la BnF. En revanche, à un certain moment du procès, les avocats communiquèrent aux juges, pour information, les autres mémoires, ainsi que l’opusculum de maître Jean Gerson, chancelier de Paris super facto Puelle, « produit à Lyon le 14 mai 1429, veille de la Pentecôte, une fois donné le signe à Orléans avec la levée du siège des Anglais »25. Il s’agissait évidemment pour les avocats de s’abriter derrière ce nom illustre.

  • 26 T. Basin, Histoire de Charles VII, t. I, p. 162-163.
  • 27 Paris, Arsenal, ms. 1097, fol. 1 à 43 v°, sous le titre Justificatio Puelle Francie que a Rege celo (...)

23Dès lors qu’on conserve trois exemplaires du procès de réhabilitation sur les six qui furent rédigés par les notaires, on devrait disposer de trois exemplaires de chacun des mémoires. Tel n’est pas le cas. En effet, pour des raisons d’économie et de lassitude, un seul des trois exemplaires comprend les dix mémoires retenus, un autre six, un autre un (significativement, il s’agit du mémoire de Gerson). Toutefois, il existe d’autres copies contemporaines isolées, preuve de l’importance qu’on y attachait. Ainsi Charles Samaran, dans son édition de l’Histoire de Charles VII de Thomas Basin, écrit, après avoir mentionné le fait que son mémoire figure dans des manuscrits du procès de réhabilitation : « Parmi les copies isolées du XVe siècle, signalons deux copies à la Bibliothèque nationale (nos 5970A et 8838 du fonds latin) et deux autres à la bibliothèque du Vatican (n° 1832 des mss. Vat. Lat. et n° 733 (2) du fonds de la reine Christine) »26. Autre exemple : le traité de Bourdeille figure dans le manuscrit latin 5970 de la BnF, aux folios 111ro-132ro, dans le manuscrit Vat. Reg. 1916, aux folios 224-266 (il s’agit d’une copie de 1475), dans le manuscrit latin 13837 de la BnF et aussi dans un manuscrit de la bibliothèque de l’Arsenal ayant appartenu aux célestins de Paris (XVe siècle)27. Le moment venu, il conviendrait d’aller plus avant dans l’histoire de la tradition manuscrite de ces traités.

 

24Il importe maintenant de se pencher sur ce que disent ces mémoires. Un examen exhaustif dépassant à l’évidence les limites de la présente contribution, je souhaiterais, par la force des choses, m’arrêter à un petit nombre de points.

 

  • 28 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 17-33.
  • 29 Ibid., p. 91-98.

251. Le pour et le contre. Les auteurs des mémoires étaient inévitablement tenus à une certaine impartialité dès lors qu’il s’agissait pour eux de réfuter ou bien les vingt griefs contenus dans la sentence définitive du procès de condamnation ou bien les douze assertions transmises aux consultants parisiens. Pour s’y retrouver, il fallait rédiger des summaria, et c’est ce que firent Lellis28 et Bréhal29. En d’autres termes, si, par hypothèse, tous les exemplaires du procès de condamnation avaient disparu (après tout on aurait pu, ou dû, les lacérer, les jeter au feu après la sentence d’annulation), il n’empêche qu’on aurait une idée assez précise et assez détaillée du procès de condamnation grâce aux mémoires. Leurs auteurs sont par définition sur la défensive, ils avancent des répliques.

 

262. On a souvent dit que ce fut Jean de Montigny qui suggéra la procédure consistant à faire intervenir directement la famille d’Arc et non le roi de France, bien qu’il ait été atteint dans son honneur. C’est vrai. Il convient cependant d’ajouter que, sensible à l’environnement, Montigny proposait que le nouveau procès se déroulât non en France mais à Rome, à la curie, en terrain neutre. Il proposait aussi la convocation, en qualité de défendeurs, non seulement des juges de 1431 ou de leur famille, si eux-mêmes avaient disparu, non seulement de l’évêque de Beauvais en place, de son promoteur, de l’inquisiteur dudit diocèse, mais également du procureur du roi d’Angleterre. On imagine le tableau…

 

273. De façon encore plus précise que les autres, Jean ou Pierre l’Hermite exprime en ces termes l’inévitable partialité de Pierre Cauchon :

  • 30 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 76.

Il est notoire dans tout le royaume de France que le dit Pierre Cauchon, alors évêque de Beauvais et pair de France, favorisa de son vivant le parti des Anglais, ennemis capitaux de la dite Jeanne, contre le seigneur roi de France, son seigneur naturel, en raison tant de son origine que de son bénéfice ; et cela est apparu clairement car, la cité de Beauvais ayant été réduite à l’obéissance du roi de France, il obtint par le siège apostolique d’être transféré à l’église de Lisieux située en Normandie, lequel pays était alors détenu et occupé par les Anglais30.

  • 31 Guillaume de Champeaux fut transféré à Uzès en 1441, mais à cette date Laon était dans l’obédience (...)

28Et de fait, à la différence de Guillaume de Champeaux, évêque de Laon31, et de Regnault de Chartres, archevêque de Reims, qui conservèrent leurs titres épiscopaux alors qu’ils avaient perdu leurs bénéfices et les revenus de ces bénéfices, Pierre Cauchon abandonna l’évêché de Beauvais au profit de l’évêché de Lisieux. Deux explications sont ici possibles : ou bien Eugène IV, sous la pression de Charles VII désireux d’y placer un de ses protégés (en l’occurrence Jean Juvénal des Ursins), le poussa vers la sortie, ou bien Pierre Cauchon, se résignant à cette perte, estima raisonnable de se replier sur la Normandie, d’où sa demande, qui fut agréée par la papauté. En 1432, Cauchon avait sans doute du mal à imaginer qu’il puisse jamais revenir à Beauvais, alors que l’espoir n’avait jamais quitté Regnault de Chartres de retrouver son siège de Reims. D’autres auteurs de mémoires estiment que Pierre Cauchon aurait dû se retourner vers son roi légitime et naturel et faire à Beauvais même le procès de la Pucelle, puisqu’il prétendait lui intenter un procès d’Église, et non un procès politique. Ou encore faire son procès dans tel ou tel endroit de son diocèse non reconquis par les adversaires. Sans compter qu’étant son métropolitain, Regnault de Chartres aurait dû être consulté. Ces remarques visent à souligner indirectement, non pas à proprement parler l’illégalité stricte, mais la bizarrerie de ce procès mené par un évêque à la disposition duquel avait été mis un autre évêché, pour un temps apparemment limité (l’un des mémoires souligne d’ailleurs le fait que ce fut le seul procès mené par Pierre Cauchon dans sa cité ou son diocèse d’emprunt).

 

  • 32 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 295.

294. Selon Montigny, Jeanne aurait très bien pu écouter la sainte messe en habit d’homme, et cela sans scandale : il suffisait pour cela que cette messe soit dite en sa seule présence, sur un autel portatif, dans sa cellule (il est vrai que le célébrant aurait pu être scandalisé…)32.

 

  • 33 Ibid., p. 33.

305. Les mémoires, quasiment à l’unanimité, font une grande concession aux juges de 1431. Le récit de l’ange apportant processionnellement une précieuse couronne d’or à Charles VII à Chinon est bien une fiction, un symbole (l’ange, c’est elle, Jeanne, la couronne d’or, c’est l’annonce et la promesse du sacre). En cette circonstance, dit Thomas Basin, elle s’est exprimée quasi parabolice seu metaphorice. Mais, ajoutent-ils, ce n’est pas un mensonge, à peine un subterfuge. Jeanne n’avait aucune obligation de révéler à des ennemis les secrets, les mystères, les arcanes du royaume et de la maison de France. On notera à ce propos que cette fiction fut avouée par Jeanne dans l’information posthume, laquelle est citée dans le mémoire de Lellis, qui semble, à ce stade, y ajouter foi33.

 

  • 34 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 65.
  • 35 F. Balme, M.-J. Belon, Jean Bréhal…, p. 163.
  • 36 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 305.

316. En ce qui concerne le problème, embarrassant, de l’abjuration (sa validité, sa nature), la plupart des mémoires ne parlent pas de la substitution d’une cédule courte à une cédule longue (on aurait lu à Jeanne une cédule courte et on aurait inséré dans l’Instrumentum du procès une cédule longue) ni du problème de la langue de la cédule (en latin ou en français), ni du problème de la signature apposée par Jeanne au bas de cette cédule. L’explication est plutôt qu’on ne devait pas lui demander d’abjurer, puisqu’elle n’était pas hérétique, qu’il aurait fallu lui donner le temps de comprendre les tenants et les aboutissants d’une semblable révocation, qu’elle n’avait pas la vigueur intellectuelle suffisante34 et qu’elle a eu peur du feu. Bref, une abjuration sans fondement, prononcée à la va-vite dans l’ignorance (et non ex certa scientia) et sous la contrainte. Bréhal a trois termes pour résumer ces objections : ignorantia, coactio et metus35. Toutefois Montigny, se servant de plusieurs témoignages, déclare vraisemblable que la cédule non seulement contenait des termes rares et savants, des expressions trop recherchées, mais encore qu’elle n’était pas écrite dans la langue maternelle de l’accusée36.

 

  • 37 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 190.
  • 38 Ibid., p. 223.

327. Peut-on penser que Jeanne ait inventé ses voix, ses révélations, ses apparitions ? Les mémoires ne peuvent y croire, car elle a soutenu la thèse contraire jusqu’à la mort inclusivement. Ne lui aurait-on pas suggéré son rôle, ou cette invention ? Mais alors qui ? Il n’est pas possible que ce soient ses parents, de pauvres gens, de simples paysans qui, souffrant de la guerre, ne pouvaient pas avoir l’idée d’envoyer leur fille se battre aux côtés de gens de guerre. La réflexion est de Thomas Basin, qui écarte aussi l’idée qu’un homme astucieux – il songe sans doute à Baudricourt – l’aurait éduquée. Puisqu’elle n’avait que 13 ans lors de ses premières apparitions, puisqu’elle n’avait que 17 ans lorsqu’elle se rendit auprès du roi, cet homme rusé aurait choisi quelqu’un d’autre pour accomplir une tâche si ardue37. Tel mémoire (Berruyer) souligne le contraste entre la ferme et audacieuse résolution de Jeanne, traversant la France sur une longueur de 170 lieues, et le fait que les jeunes filles, surtout quand elles sont pauvres et rustiques, se montrent simples, modestes et craintives. Et puis, il y a l’écho qu’elle suscita, son ascendant, car « de presque chaque région sujette au roi des hommes de tout état, nobles, citoyens, habitants des villes et des campagnes la suivirent sans être ni contraints, ni convoqués, ni payés, mais à leurs propres dépens »38.

  • 39 Ibid., p. 225.

33De ces constatations, deux conclusions peuvent être tirées : d’abord il est impossible qu’elle ait forgé de toutes pièces sa mission, ensuite son rayonnement, son aura s’explique par l’intervention de quelque esprit supérieur. Évidemment, en 1431, il fut déclaré que cet esprit supérieur était mauvais, mais « les jeunes filles n’ont pas l’habitude d’être sorcières et devineresses et de conclure des pactes tacites ou explicites avec le diable ». Cela est réservé aux vieilles femmes, par manque de foi ou pour leurs péchés, Dieu consentant alors à ce qu’elles soient le jouet des démons39.

  • 40 Ibid., p. 51.

34Le caractère corporel des apparitions n’est pas sans susciter une certaine gêne (vel corporea vel ymaginaria, dit Thomas Basin) : toutefois, on ne peut l’exclure, bien qu’on aurait préféré un autre type d’apparition, en esprit (une vision purement intellectuelle ou mentale), ce qui aurait permis de laisser radicalement de côté le problème des illusions et des fantasmes, des nubilia fantasiarum ac fallacias phisicarum spirationum40.

 

  • 41 Ibid., p. 171.

358. Plusieurs mémoires dénoncent les conditions inhumaines de son incarcération. Ainsi Thomas Basin écrit qu’elle a été placée dans une prison « privée » (celle du roi d’Angleterre, celle des ennemis de Jeanne) et non dans une prison ordinaire « publique », telle qu’il y en avait plusieurs à Rouen. Il ajoute que le mieux eût été de la placer dans un ascétère et / ou sous la garde de prudes femmes. Sa conclusion est la suivante : Carcer igitur fuit injustus et non legitimus41.

 

  • 42 Ibid., p. 63.
  • 43 Ibid., p. 246.

369. Le secret. Dès lors que « l’Église ne se prononce pas sur ce qui est caché », aucune question sur la forme et le contenu de ses révélations n’avait à lui être posée (Bouillé). Quand bien même ses voix seraient venues du diable, dès lors que Jeanne croyait qu’elles venaient d’un ange, d’une sainte ou de Dieu, elle était innocente (Bouillé). Le caractère secret des apparitions et des révélations, connues de Dieu seul, fait que l’Église ne peut être juge (Pontanus), sinon le pape, ou à la rigueur le concile (la question n’est pas tranchée). Ses juges non erant conscii secretorum Dei (Bourdeille)42. Nul homme sans révélation divine ne peut savoir avec certitude que les choses qui lui furent révélées ne l’étaient pas divinitus (Berruyer)43. Pour ses révélations secrètes, il aurait fallu s’adresser soit au pape, soit au concile (Basin).

 

  • 44 Ibid., p. 59.
  • 45 Ibid., p. 84-85.

3710. La présomption d’innocence. L’hésitation ou le doute doit profiter à l’accusé (Bourdeille)44. Dans le doute, il convient de toujours préférer la melior pars. Ainsi pour la sincérité de ses confessions (Bourdeille)45. À vrai dire, on peut penser que cette présomption d’innocence va à l’encontre, non seulement de la présomption de culpabilité (« être véhémentement suspect d’hérésie »), qui est à la racine de la démarche inquisitoriale, mais aussi de ce qu’on pourrait appeler le principe de précaution, qui y est aussi de règle en raison de l’énormité des risques. Car l’hérésie n’atteint pas seulement l’hérétique, qui compromet de la sorte son salut personnel, mais tout le corps mystique du Christ, toute l’humanité. Ne convient-il pas de couper le membre infecté ou supposé tel, sans hésiter, sous peine de risquer d’empoisonner tout le corps ? Comme le dit Nicolau Eymerich :

  • 46 N. Eymerich, F. Peña, Le manuel des inquisiteurs, introduction, traduction et notes de L. Sala-Moli (...)

par l’effet de l’hérésie, la vérité catholique s’affaiblit et s’éteint dans les cœurs ; les corps et les biens matériels dépérissent, naissent les tumultes et les séditions, la paix et l’ordre public sont troublés. De sorte que tout peuple, toute nation qui laisse éclore l’hérésie en son sein, qui la cultive, qui ne l’extirpe pas aussitôt, se pervertit, court à la subversion, peut même disparaître46.

38Aussi, en préférant la présomption d’innocence au principe de précaution, les auteurs des mémoires ont-ils peut-être voulu, discrètement, mettre en cause dans ce cas précis le fonctionnement de l’inquisition.

 

  • 47 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 41. En marge du texte de Pontanus contenu dans le ms. lat. 13837 de (...)
  • 48 Et non ad honorem mundanum, quod sonat ad fastum, sed ad sua repetenda pro quibus justum ex divinae (...)

3911. La dimension politique. Elle revient à maintes reprises. Un exemple est fourni de la malhonnêteté intellectuelle d’une des douze assertions. Il aurait dû y être dit que Jeanne d’Arc ne prétendait pas apporter un secours à un prince quelconque désireux d’agrandir sa domination, mais qu’elle prétendait aider « son roi » à délivrer le royaume de France envahi, agir pour le duc d’Orléans et pour les « bonnes gens ». On a sciemment tu ce qui constituait à ses propres yeux la finalité de son action, puisqu’elle a été mue non par l’ambition temporelle, la cupidité matérielle, mais par l’amour et la pitié (peu importe que les universitaires parisiens aient été en mesure de rectifier cette présentation biaisée). La dimension politique figure chez Pontanus, qui cite Balde de Ubaldis disant que, selon la coutume de France, là où une femme ne succède pas, le fils de cette femme ne succède pas non plus (il est vrai que cela règle le problème pour le XIVe siècle mais non le problème issu du traité de Troyes, qui est le grand absent de ces mémoires, comme du reste de l’Instrumentum du procès de condamnation)47. De même l’Italien Lellis : Jeanne n’agit pas comme les incantatores et sortilegae mulieres et invocatrices daemonum, poussées par la cupidité, la vengeance, la libido, comme le montrent les procès quotidiens contre de telles femmes. Elle fut envoyée au roi, non pour conquérir une domination temporelle, mais pour récupérer un royaume opprimé tyrannide. « Et non pour un honneur mondain, ce qui renvoie au faste, mais pour récupérer ce qui est sien, ce pourquoi une guerre est dite juste selon la sentence de la loi divine »48. Un peu plus loin, il revient sur le fait qu’il est faux de dire qu’elle entendait placer son prince in magno temporali dominio

  • 49 Se venisse ex praecepto Dei ope recuperaret regnum suum non ad victoriam contra adversarios sed pro (...)

[car] elle est venue par ordre de Dieu pour récupérer son royaume, non pour remporter la victoire sur des adversaires, mais pour une très juste guerre, pour arracher aux ennemis son royaume ; non pour faire parvenir son prince à une domination temporelle, comme il est dit, mais pour délivrer son royaume légitimement acquis, des ennemis qui l’avaient injustement pris49.

40Ce qui signifie que, conformément à la position de la papauté dès 1422, pour l’Italien Lellis, le roi Valois était le roi de France légitime. Pour Ciboule et pour bien d’autres, l’action de Jeanne était légitime, dès lors qu’elle se battait pour le vrai roi de France, le royaume de France, les Français.

  • 50 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 374.

Comme aujourd’hui le royaume de France est une part de la chrétienté si grande et d’un si grand nom qu’il est dit le royaume très chrétien, à cause de la doctrine de la foi et du culte divin qui y règnent par la grâce de Dieu, et aussi pour la défense du Saint-Siège apostolique, à la défense et à la protection duquel les très illustres rois des Français furent toujours disposés, je dis qu’il ne se peut qu’expulser les perturbateurs d’une telle communauté et relever un tel royaume de ses calamités et de ses misères, porter secours à une cité assiégée et à ses bonnes gens soient des fins mauvaises ou une fin mauvaise, il s’agit au contraire d’une fin bonne, salutaire et désirable50.

  • 51 Ibid., p. 201 (Thomas Basin).
  • 52 P. Contamine, « Maître Jean de Rinel (vers 1389-1449), notaire et secrétaire de Charles VI puis de (...)
  • 53 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 232.

41Pour Bourdeille, comme déjà pour Gerson, Dieu s’est servi de cette humble fille pour punir l’orgueil des Anglais, mais aussi, on l’oublie trop, pour convaincre d’humilité les Français eux-mêmes. Certes, la grande victoire, le grand fait d’armes annoncé par elle ne se produisit pas, mais c’est peut-être à cause des démérites des Français ou des prières ou de la pénitence de certains ennemis, qui surent à temps apaiser la colère de Dieu51. Du coup, les mémoires ont tendance à noircir la situation : le royaume de France était alors au bord du gouffre, c’est in extremis que Dieu l’a sauvé. De même pour Jean de Rinel, dans son mémoire de 1435, la situation se dégageait pour les tenants de l’union des deux couronnes, la paix était à l’horizon : encore un effort…52. On conçoit que Dieu, ayant suffisamment flagellé les Français, sensible au comportement de Charles VII et aux souffrances de ses sujets, leur ait envoyé ce secours singulier, pour confondre les puissants de tous bords. Et comment admettre « que la très religieuse maison de France et que ses fidèles de toutes conditions aient été à ce point abandonnés de Dieu qu’ils furent trompés par une devineresse, une invocatrice de démons idolâtre ? »53 (Berruyer). Le renversement de la situation était invraisemblable, ou du moins très improbable : l’annoncer était donc de l’ordre de la prophétie, l’accomplir de l’ordre du miracle.

  • 54 C’est la vieille formule de saint Jérôme, citée d’ailleurs dans la préface du mémoire de Guillaume (...)
  • 55 Selon Jean Moreau, témoin au procès de réhabilitation, Jeanne fut dans ces circonstances accusée du (...)

42Plusieurs auteurs des mémoires parlent de la place singulière de l’apostrophe de Guillaume Érard à la maison de France dans son grand sermon du 24 mai 1431 au cimetière Saint-Ouen, mais aussi plusieurs témoins au procès en nullité. L’épisode avait manifestement frappé les esprits. Encore son interprétation n’est-elle pas évidente. Selon l’une des versions, Guillaume Érard aurait dit : « Ô noble maison de France ! tu as toujours été sans tache et sans blâme ; maintenant, ce serait une grande pitié que tu puisses tomber dans une telle erreur que d’ajouter foi à cette femme ! ». Autrement dit, les faits et les dits de Jeanne la Pucelle atteignent aussi l’honneur de la maison de France, dont Henri VI est l’incarnation présente. Cette maison se trouve donc atteinte ou concernée. Mais, toujours lors du procès de réhabilitation, une autre version fut présentée selon laquelle le prédicateur aurait dit, cette fois pour déshonorer directement le soi-disant dauphin Charles : « Seule la France manquait habituellement de monstre54 ; mais maintenant, voici un monstre horrible avec cette femme schismatique, hérétique et sorcière, grâce à laquelle le roi de France veut recouvrer son royaume ». Jeanne alors n’aurait pu s’empêcher de l’interrompre : « Ô prêcheur ! Vous parlez mal ! Ne parlez pas de la personne du roi Charles, notre sire, parce que c’est un bon catholique et ce n’est pas en moi qu’il a cru ». Sous-entendu : quand bien même je serais coupable, lui est innocent. Troisième version : « Ô maison de France ! tu as toujours été exempte de monstres jusqu’à présent ; mais maintenant, en adhérant à cette femme, une sorcière, hérétique et superstitieuse, tu t’es déshonorée ! ». Évidemment, il est impensable qu’Érard ait parlé de Charles comme du vrai roi de France. On peut simplement imaginer le raisonnement suivant. Toujours, la maison de France a été d’une foi exemplaire. Or Jeanne d’Arc, qui entend parler et agir pour quelqu’un qui se prétend être roi de France et incarner la maison de France, est une sorcière, une hérétique. Donc Charles ne peut incarner cette maison, preuve supplémentaire de la légitimité d’Henri VI, lequel, pour être fidèle à son héritage spirituel, doit sévir pour éviter toute équivoque. Jeanne aurait alors pris la défense de « son » Charles, en l’affirmant bon catholique55.

43Le plus indigné est assurément Jean Bréhal :

Il apparaît évident selon les informations que, pour l’outrage énorme fait à notre seigneur le roi et le blâme insupportable jeté sur la très sacrée couronne de France, l’un des deux [prédicateurs] s’exclama : « Ô royaume de France, jadis réputé et appelé très chrétien et ses rois et ses princes très chrétiens ! Maintenant, par toi, ô Jeanne, ton roi qui se dit roi de France, adhérant à ta personne et croyant à tes dits, est devenu hérétique et schismatique ». Et cela, comme le dit le quatrième témoin, fut répété trois fois par le prédicateur. Auquel cependant Jeanne dit avec constance : « Sauf votre révérence, ce que vous dites n’est pas vrai, car je veux que vous sachiez qu’il n’est pas entre les chrétiens vivants de meilleur catholique que lui ». Combien assurément les paroles précédentes étaient ignobles et honteuses, je ne le dirais pas facilement. D’une certaine manière elles étaient stupéfiantes vu que les Anglais, et notamment les nobles, supportèrent patiemment ces paroles repoussantes contre l’honneur de la majesté royale et ensuite contre leur roi, lequel était apparenté par le sang au roi de France.

44Mais cela leur était bien égal : leur seul souci n’était-il pas d’« éteindre » Jeanne ?

  • 56 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 575.

On doit beaucoup s’étonner par quelle témérité ou plutôt par quelle démence effrénée ils osèrent dans un acte d’une très exacte sobriété et dans une telle et si nombreuse assemblée blasphémer par cette honte exécrable56.

  • 57 Ibid., p. 199.
  • 58 Ibid., p. 231.

45La tonalité politique des mémoires est en consonance avec le sentiment éprouvé en ce milieu du XVe siècle : ils célèbrent la restitution de son royaume à son vrai roi, Joanna mediante, une restitution qui débouche, selon la formule de Thomas Basin, sur la sublimatio in imperium et monarchiam Galliarum57. La reconquête a été entière praeter parvulum illum Calesii58.

 

  • 59 Ibid., p. 94.
  • 60 Ibid., p. 97-105.

46Brièvement résumé, le raisonnement des mémoires est le suivant. On est en présence d’une fille de 13 ans qui entendait faire la guerre pour sauver la France, ou du moins « sa » France. Nul n’a pu lui inculquer cela (ses parents ne pouvaient en avoir l’idée et un capitaine ou un politique aurait fait choix d’une autre personne). Difficile aussi d’imaginer qu’elle ait d’elle-même inventé la chose de toutes pièces : trop de persévérance dans son propos, et aussi trop de risque. Donc il faut admettre, d’une façon ou d’une autre, l’intervention d’un esprit supérieur. Mais cet esprit était-il mauvais ou bon ? On ne peut trancher en toute certitude. Néanmoins, on peut pencher pour un bon esprit car, sur le plan personnel, ses voix ne lui donnèrent que de bons conseils : dans le domaine privé, pour son salut (la virginité, valeur majeure), et aussi dans le domaine public. Il s’agissait alors d’une œuvre pie et sainte : sauver la France, secourir les bonnes gens (la charité), mettre fin à la guerre. Son dessein était certes temporel, disons politique, mais en fin de compte saint et charitable, puisqu’elle prétendait agir en faveur du roi et du royaume très chrétien et de ses habitants dans le malheur, « pour le bien et le salut public temporel et spirituel de tout le peuple de France » (Berruyer). Bourdeille précise en substance à ce sujet : les Anglais prétendent qu’ils n’occupaient pas le royaume de France tyranniquement et injustement, puisqu’ils avaient droit à ce royaume, mais, sauf correction, je n’arrive pas à voir de quel droit et par quel juste titre le royaume de France leur appartiendrait. Il n’en ajoute pas plus car, dit-il, ce n’est pas le lieu de les injurier59. Et de placer tout un développement pour exalter les mérites des précédents rois de France, Clovis (allusion aussi à sainte Clotilde et à saint Rémi), Childebert, Charlemagne, Robert le Pieux, saint Louis, les rois de la croisade et de la Terre sainte. « Vérité, clémence, humilité, obéissance, magnanimité, sagesse, dévotion, zèle pour l’Église, bon gouvernement, force » : tout explique que Dieu ait pu vouloir sauver par un moyen hors norme la felix domus Francie. Jeanne n’a pas fait la guerre aux Anglais en tant que chrétiens, mais en tant qu’oppresseurs. Elle n’a pas mené la guerre par haine, ambition ou cupidité, mais pour la justice, l’utilité et la conservation de la chose publique. Elle n’a pas été « séditieuse »60. C’est dire que Bourdeille repousse implicitement et comme instinctivement l’idée qu’après tout Henri VI, par sa mère et par son père, fils adoptif de Charles VI, puisse être en quelque manière l’héritier de ce patrimoine spirituel. Rien à faire : pour Bourdeille, Henri VI est un Anglais. Le traité de Troyes est nul et non avenu.

47Les mémoires admettent donc qu’on ne puisse comprendre Jeanne d’Arc hors du contexte politique où elle se situe. Ce faisant, ils sont plus « honnêtes » que le procès de condamnation, où la dimension politique n’apparaît au mieux que de façon épisodique, discrète, oblique (à travers par exemple le grief de sédition).

 

  • 61 Ibid., p. 376. L’Instrumentum du procès de condamnation a au moins le mérite de la reproduire, à se (...)
  • 62 Ibid., p. 383. Du même : Non tamen propter hoc volo eam ab omni alio peccato vel delicto quasi sanc (...)

48L’impression générale tirée de la lecture de ces mémoires, au-delà de leur spécificité, est la suivante. Ce que l’on peut savoir de la personnalité de Jeanne, à travers les actes du procès de condamnation, à travers les interrogatoires préliminaires au procès en nullité, incite à penser que cette petite paysanne, pene idiota en dehors de sa mission (laquelle comprend tout de même une dimension militaire et donc professionnelle), élevée aux champs, était chaste et même vierge, pieuse, croyante, poussée par la pitié, autrement dit par le désir charitable de porter secours aux misères nées de la guerre. Certaines de ses réponses reproduites dans l’Instrumentum du procès de condamnation sont touchantes et même davantage : on ne peut exclure qu’elles lui aient été inspirées d’en haut. Robert Ciboule reproduit par exemple la prière de Jeanne commençant par « Tres doulx Dieu », telle qu’elle figure dans le procès de condamnation, et il ajoute : Quis, queso, dicat hanc orationem non esse piam, devotam atque fidelem et ab omni suspicione invocationis demonorum prorsus alienam ?61. Pour autant, nos auteurs se gardent d’en faire une sainte, malgré sa fin. Nec volo eam excusare ab omni delicto, écrit par exemple Robert Ciboule62. Mais ses défauts, ses péchés ne ressortissent pas au crime d’hérésie stricto sensu. Ils concernent ses mœurs et non sa foi, laquelle est insoupçonnable.

  • 63 Ibid., p. 193. On remarquera que, dans le Mystère du siège d’Orléans, parmi toutes les injures qu’i (...)
  • 64 Ibid., p. 175.

49Les juges de 1431 auraient dû être sensibles à cette piété, à cette fragilité, à cette conviction, ils auraient dû être des pédagogues charitables et non d’implacables censeurs, aveuglés par une hostilité née de leurs options politiques. Ils auraient dû prononcer la relaxe, à la rigueur une « purgation canonique » (Jean Bréhal). Elle était excusable. Comme le dit Thomas Basin, son attitude n’eut rien à voir avec celle par exemple des Vaudois, qui renient le Christ et la foi chrétienne, refusent l’eau bénite (elle aurait plutôt eu tendance à en abuser), méprisent les sacrements, ne veulent seulement pas entrer dans une église63. Il convient de pardonner ses possibles manquements en tenant compte de la complexité des problèmes évoqués, de la subtilité volontaire des interrogatoires, de l’absence d’avocat, des conditions d’incarcération, de l’âge et de la condition sociale de l’accusée. Si elle a péché, ce fut plutôt par inexpérience ou négligence, ce n’est pas ex animo et certo proposito64.

  • 65 Ibid., p. 84.
  • 66 Ibid., p. 252.
  • 67 Jean Bréhal, s’inspirant de saint Hilaire de Poitiers : Si de sua liberacione ei promissa a vocibus (...)

50Cela dit, les mémoires auraient préféré des visions intellectuelles plutôt que corporelles et matérielles. Vu au prisme des mémoires, je ne crois pas qu’on puisse dire avec Gaston du Fresne de Beaucourt que « le procès de réhabilitation, c’est en quelque sorte la Cause de béatification qui s’ouvre en présence des contemporains de la Pucelle ». On reste nettement en deçà. Et cela même si, pour Bourdeille, son désir d’eucharistie invite à penser qu’elle était de corpore Christi mistico65. Une réserve qui subsiste malgré le fait que, dans leur élan, plusieurs mémoires osent quelques rapprochements scripturaires. Jeanne a été obéissante comme Abraham. En entendant les voix, elle a éprouvé la même crainte que la Vierge lors de l’Annonciation ou que les bergers lors de la Nativité. Par son abjuration elle a semblé se renier, mais après tout, saint Pierre n’en a-t-il pas fait autant, par trois fois66 ? Au bûcher, elle s’est sentie abandonnée par ses saintes – comme le Christ en croix abandonné par son Père67.

Notes

1 Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, P. Duparc (éd.), Paris, Klincksieck (Société de l’histoire de France), 1977-1988, 5 vol., t. II, p. 33.

2 W. Müller, Der Prozess Jeanne d’Arc. Quellen, Sachverhalt einschliesslich des zeit- und geistesgeschichtlichen Hintergrundes, Verurteilung und Rechtfertigung, rechtliche Würdigung und Schlussbemerkungen, Hambourg, Kovac, 2004, 4 vol.

3 Cité par P. Lanéry d’Arc, Mémoires et consultations en faveur de Jeanne d’Arc par les juges du procès de réhabilitation […] pour servir de complément et de t. VI aux procès de condamnation et de réhabilitation de Jules Quicherat, Paris, Picard, 1889, p. 11. On sait que l’œuvre d’Edmond Richer, longtemps demeurée manuscrite, a été publiée par Philippe-Hector Dunand sous le titre La première histoire en date de Jeanne d’Arc (1625-1630) : histoire de la Pucelle d’Orléans, Paris, Desclée de Brouwer, 1911-1912, 2 vol.

4 J. Fabre, Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, t. II, Paris, 1888, p. 185, cité par P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 12.

5 M. Sepet, Jeanne d’Arc, Tours, Mame, 1869 ; J.-B.-J. Ayroles, La vraie Jeanne d’Arc, t. I : La Pucelle devant l’Église de son temps, Paris, Gaume, 1890 ; t. II : La Paysanne et l’inspirée d’après ses aveux, les témoins oculaires et la libre pensée, Paris, Gaume, 1894 ; t. III : La libératrice d’après les chroniques et les documents français et anglo-bourguignons et la chronique inédite de Morosini, Paris, Gaume, 1897 ; t. IV : La Vierge guerrière, d’après ses aveux, les témoins oculaires, la chrétienté, les poètes du temps, les registres publiés et la libre pensée, Paris, Rondelet, 1898 ; t. V : La Martyre, d’après les témoins oculaires, le procès et la libre pensée, Lyon, Vitte, 1902. À ces cinq volumes, il convient d’ajouter, imprimée s. d. à Ligugé, la Table analytique et alphabétique des matières contenues dans « La vraie Jeanne d’Arc » ; F. Balme, M.-J. Belon, Jean Bréhal grand inquisiteur de France et la réhabilitation de Jeanne d’Arc, Paris, Lethielleux, 1893.

6 Jean de Mailly était évêque de Noyon depuis 1426. Il devait le demeurer jusqu’à sa mort en 1472. Il avait su prendre le bon tournant et survivre à sa sensible anglophilie.

7 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 24. « Interrogée au sujet du souverain pontife, elle répondit qu’il fallait obéir au pontife romain ».

8 Ibid., p. 32. « Quant à la soumission à l’Église, j’ai répondu que tous mes faits et dits soient transmis à Rome auprès de notre seigneur le pape, auquel je me réfère, Dieu étant le premier ». « Et notez ce qu’elle a dit avoir répondu ailleurs : c’est pourquoi on peut soupçonner, puisque cela n’est conservé par aucune partie du procès, que cela a été tu ou omis par tromperie ».

9 Chartularium Universitatis Parisiensis, H. Denifle, É. Chatelain (éd.), Paris, Delalain, 1891-1897, 4 vol., t. IV, p. 492, 601 et 615.

10 Parenté possible avec Pierre de Versailles, évêque de Digne de 1432 à 1439, puis de Meaux de 1439 à 1446 (?). Selon le procès en nullité, Pierre de Versailles fit partie des interrogateurs de Poitiers : il était à cette époque abbé de l’abbaye de Talmont en Poitou.

11 P. Contamine, « Jacques Gélu (vers 1370-1432), archevêque de Tours (1414-1427), archevêque d’Embrun (1427-1432). Éléments d’un parcours politique », in Entre France et Italie. Mélanges offerts à Pierrette Paravy, vitalité et rayonnement d’une rencontre, L. Ciavialdini-Rivière, A. Lemonde-Santamaria, I. Taddei (éd.), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2009, p. 261-279. Sur les armes de Jacques Gélu (d’azur au lion d’or, lampassé et onglé de gueules, surmonté de deux étoiles d’or à six rais), cf. W. Paravicini, « Signes et couleurs au concile de Constance : le témoignage d’un héraut d’armes portugais », in Signes et couleurs des identités politiques du Moyen Âge à nos jours, D. Turrel et al. (éd.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 173.

12 Notice très développée sur ce personnage in X. de La Selle, Le service des âmes à la cour. Confesseurs et aumôniers des rois de France du XIIIe au XVe siècle, Paris, École des Chartes, 1995, p. 280-281. Originaire de Saint-Lô, ancien boursier du collège d’Harcourt, maître en théologie de l’université de Paris en 1449, familier de l’évêque de Paris Guillaume Chartier, chanoine de Paris en 1449, mais aussi d’Avranches, archidiacre de Mortain et abbé de Cormery, il fut élu évêque d’Avranches en mars 1453. Il serait devenu confesseur de Charles VII aussitôt après la mort de Gérard Machet, survenue le 17 juillet 1448. Il servit d’intermédiaire privilégié entre l’université de Paris et le roi. Il continua sa carrière sous Louis XI en tant que confesseur et conseiller de ce roi, mourut le 28 novembre 1484 et fut enterré dans l’église Notre-Dame de Saint-Lô.

13 J.-L. Gazzaniga, L’Église du Midi à la fin du règne de Charles VII (1444-1461) d’après la jurisprudence du Parlement de Toulouse, Paris, Impr. E. Espic, 1976. Jean-Louis Gazzaniga ajoute, d’après les travaux de Paul Ourliac, que seuls Bernard de Rosier, les représentants de Pey Berland, archevêque de Bordeaux, et Élie de Boudeille osèrent défendre les prétentions pontificales. Sur sa vie, cf. l’ouvrage hagiographique de B.-T. Poüan, Le saint cardinal Hélie de Bourdeille, Neuville-sous-Montreuil, Impr. Notre-Dame-des-Prés, 1900, 2 vol. Selon P. Calendini, auteur de la notice consacrée à Bourdeille dans le Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques (t. X, Paris, Letouzey et Ané, 1938, col. 148-149), sa « considération sur la Pucelle de France » est bien plutôt « une thèse pour une cause de béatification qu’un plaidoyer en faveur d’un condamné ». Selon le même auteur, « les autres commissaires trouvèrent ce rapport si parfait qu’ils l’envoyèrent à Rome, où il fut toujours la base des enquêtes pontificales sur notre sainte française » : une hypothèse à vérifier.

14 Notice de P. Calendini dans le Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques (t. VIII, Paris, Letouzey et Ané, 1935, col. 891-892). Cf. aussi l’index du livre de H. Müller, Die Franzosen, Frankreich und das Basler Konzil (1431-1449), Paderborn – Munich – Vienne – Zurich, Schöningh, 1990, 2 vol., t. II, p. 979.

15 B. Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1987, p. 301-435 ; M. Spencer, Thomas Basin (1412-1490), the History of Charles VII and Louis XI, Nieuwkoop, De Graaf, 1997.

16 Cf. notamment à son sujet la thèse de l’École des Chartes (promotion de 1956) de G. Salleron, Un prédicateur français du XVe siècle : Robert Ciboule, chancelier de Notre-Dame (1403-1458).

17 Nul ne semble s’être présenté de lui-même.

18 Toutefois, le ms. lat. 12722 de la BnF contient la transcription de la cédule d’abjuration de Jeanne d’Arc en français, et Robert Ciboule transcrit également en français la prière de la Pucelle (Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 376).

19 Ibid., p. 139.

20 Ibid., p. 396.

21 Ibid., p. 132-134. Bourdeille ajoute néanmoins prudemment : Nisi aliud in processu quem non legi contineatur quam ejusdem summario mihi tradito.

22 Ibid., p. 607.

23 Ibid., p. 609-610.

24 C’est ce que dit Thomas Basin à propos de son mémoire. Il ajoute que Charles VII « fit soigneusement examiner et discuter » le procès de condamnation « par plusieurs prélats de son royaume et par des personnes versées dans la connaissance des lois divines et humaines. Sur ce sujet ils lui adressèrent plusieurs mémoires [libellos] qui furent produits et mûrement étudiés devant certains juges délégués par le Saint-Siège à la connaissance et au jugement de cette matière ». Non sans satisfaction, Basin relève que les juges « furent d’accord pour homologuer » son avis : T. Basin, Histoire de Charles VII, C. Samaran, H. de Surirey de Saint-Rémy (éd. et trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1933-1944, 2 vol., t. I, p. 162-163.

25 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 33-34.

26 T. Basin, Histoire de Charles VII, t. I, p. 162-163.

27 Paris, Arsenal, ms. 1097, fol. 1 à 43 v°, sous le titre Justificatio Puelle Francie que a Rege celorum sempiterno arbitratur Karolo regi Francorum directa ad ipsius consolationem et gubernationem sed olim per gentem Anglorum capta dinoscitur et morte tradita.

28 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 17-33.

29 Ibid., p. 91-98.

30 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 76.

31 Guillaume de Champeaux fut transféré à Uzès en 1441, mais à cette date Laon était dans l’obédience de Charles VII. On voit malgré tout Robert de Rouvres, évêque de Sées, être transféré à Montpellier en 1433.

32 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 295.

33 Ibid., p. 33.

34 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 65.

35 F. Balme, M.-J. Belon, Jean Bréhal…, p. 163.

36 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 305.

37 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 190.

38 Ibid., p. 223.

39 Ibid., p. 225.

40 Ibid., p. 51.

41 Ibid., p. 171.

42 Ibid., p. 63.

43 Ibid., p. 246.

44 Ibid., p. 59.

45 Ibid., p. 84-85.

46 N. Eymerich, F. Peña, Le manuel des inquisiteurs, introduction, traduction et notes de L. Sala-Molins, Paris, Albin Michel, 2001, p. 74.

47 P. Lanéry d’Arc, Mémoires…, p. 41. En marge du texte de Pontanus contenu dans le ms. lat. 13837 de la BnF, on lit au fol. 14 v° : Nota qualiter rex Anglie non habet jus in regno Francie.

48 Et non ad honorem mundanum, quod sonat ad fastum, sed ad sua repetenda pro quibus justum ex divinae legis sententia bellum geritur : cf. Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc, J. Quicherat (éd.), Paris, Renouard (Société de l’histoire de France), 1841-1849, 5 vol., t. II, p. 25.

49 Se venisse ex praecepto Dei ope recuperaret regnum suum non ad victoriam contra adversarios sed pro justissimo bello ad regnum ab hostibus eripiendum, non pro temporali adventitio dominio, ut verba sonant, sed pro suo et legitime parto regno ab hostibus injuste capto redimendo (ibid., p. 45).

50 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 374.

51 Ibid., p. 201 (Thomas Basin).

52 P. Contamine, « Maître Jean de Rinel (vers 1389-1449), notaire et secrétaire de Charles VI puis de Henry [VI] pour son royaume de France, l’une des “plumes” de l’“union des deux couronnes” », in De part et d’autre de la Normandie médiévale. Recueil d’études en hommage à François Neveux, P. Bouet, C. Bougy, B. Garnier, C. Maneuvrier (éd.), Cahier des Annales de Normandie, n° 35, 2009, p. 115-134.

53 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 232.

54 C’est la vieille formule de saint Jérôme, citée d’ailleurs dans la préface du mémoire de Guillaume Bouillé, censé « faire prévaloir le renom du roi de France et de la maison de France que l’on sait n’avoir jamais donné aux hérétiques faveur ou adhésion » : sola Gallia monstra non habuit sed viris semper fortibus et eloquentissimis abundavit.

55 Selon Jean Moreau, témoin au procès de réhabilitation, Jeanne fut dans ces circonstances accusée du crime de lèse-majesté : Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. IV, p. 143. Selon Jean Massieu, dans son témoignage de 1450, Guillaume Érard, en répétant cette accusation, entendait la faire sortir de ses gonds. En ajoutant que ce n’était pas seulement Charles qui était hérétique et schismatique, mais également « le clergé de son obeissance et seigneurie par lequel elle a esté examinee et non reprise, comme elle dit » : Documents et recherches relatifs à Jeanne la Pucelle, P. Doncœur, Y. Lanhers (éd.), t. III, La réhabilitation de Jeanne la Pucelle. L’enquête ordonnée par Charles VII en 1450 et le codicille de Guillaume Bouillé, Paris – Melun, Librairie d’Argences, 1956, p. 53.

56 Procès en nullité…, P. Duparc (éd.), t. II, p. 575.

57 Ibid., p. 199.

58 Ibid., p. 231.

59 Ibid., p. 94.

60 Ibid., p. 97-105.

61 Ibid., p. 376. L’Instrumentum du procès de condamnation a au moins le mérite de la reproduire, à ses risques et périls. Ce qui veut dire que pour Cauchon, cette prière était suspecte, sans quoi il l’aurait omise.

62 Ibid., p. 383. Du même : Non tamen propter hoc volo eam ab omni alio peccato vel delicto quasi sancta fuerit aut innocens excusare (p. 397-398).

63 Ibid., p. 193. On remarquera que, dans le Mystère du siège d’Orléans, parmi toutes les injures qu’ils lui adressent, les Anglais traitent Jeanne de vaudoise.

64 Ibid., p. 175.

65 Ibid., p. 84.

66 Ibid., p. 252.

67 Jean Bréhal, s’inspirant de saint Hilaire de Poitiers : Si de sua liberacione ei promissa a vocibus se deceptam dixerit, utique et Christus sevam mortem presenciens se derelictum a Deo questus fuit (F. Balme, M.-J. Belon, Jean Bréhal…, p. 108).

Auteur

Philippe Contamine, membre de l’Institut, professeur émérite de l’université Paris-Sorbonne, ancien directeur de la Fondation Thiers, a consacré l’essentiel de sa longue carrière dans l’enseignement et la recherche à l’histoire des derniers siècles du Moyen Âge occidental (fin XIIIe-début XVIe siècle), volontairement examinés selon de multiples approches. L’état le plus récent de sa bibliographie figure dans le livre qui vient de lui être offert : Hommes, cultures et sociétés à la fin du Moyen Âge. « Liber discipulorum » en l’honneur de Philippe Contamine, ouvrage dirigé par Patrick Gilli et Jacques Paviot (Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2012).

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540