Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’hérétique à la sainte

 | 
François Neveux

Les procès de Jeanne d’Arc dans leur contexte

Le contexte historique des procès de Jeanne d’Arc

The historical context of the trial of Joan of Arc

François Neveux

Résumé

Pour comprendre les procès de Jeanne d’Arc, il faut se replonger dans l’histoire de son temps. La seconde phase de la guerre de Cent Ans est causée par la folie de Charles VI (1392), par la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, et par la déposition de Richard II (1399). En 1415, le roi d’Angleterre, Henri V, débarque près d’Harfleur et bat les Français à Azincourt, puis il entreprend de conquérir la Normandie (1417-1419) et s’allie avec le duc de Bourgogne. En 1420, le traité de Troyes fait de lui l’héritier de Charles VI. Le dauphin, fils de Charles VI, est déshérité et ne règne plus que sur le « royaume de Bourges », au sud de la Loire. En 1429, Jeanne vient le trouver et le persuade de sa légitimité. Grâce à son action, le siège d’Orléans est levé (8 mai) et Charles VII est couronné à Reims (17 juillet). Cependant, lorsque Jeanne est faite prisonnière (en 1430), le roi de France ne tente rien pour la faire délivrer : elle est condamnée par un tribunal ecclésiastique et brûlée à Rouen (1431). Vingt ans plus tard seulement, quand il a « recouvré » la Normandie (en 1450), Charles VII entame une procédure qui aboutira à l’annulation du procès de condamnation de Jeanne, et donc à sa réhabilitation (1456).

To understand the trial of Joan of Arc, we must immerse into the history of her time. The second phase of the Hundred Years War is caused by the madness of Charles VI (1392), the civil war between Armagnacs and Burgundians, and the deposition of Richard II (1399). In 1415, the King of England, Henry V, landed near Harfleur and beat the French at Azincourt. Then, he began to conquer Normandy (1417-1419) and formed an alliance with the Duke of Burgundy. In 1420, the Treaty of Troyes made him the heir of Charles VI. The dauphin, the son of Charles VI, was disinherited and no longer ruled the “kingdom of Bourges,” in the south of the Loire. In 1429, Jeanne came and persuaded him of its legitimacy. Through her action, the siege of Orleans was raised (8th of May) and Charles VII was crowned at Reims (17th of July). However, when she was imprisoned (in 1430), the King of France does nothing to free her: Jeanne is condemned by an ecclesiastical court, and is burned at Rouen (1431). Twenty years later only when he “recovered” Normandy (in 1450), Charles VII began a process leading to the cancellation of the condemnation trial of Jeanne, and thus to her rehabilitation (1456).

Texte intégral

  • 1 C. Allmand, La guerre de Cent Ans, traduction française de C. Cler, Paris, Payot, 1989 ; P. Contami (...)
  • 2 Cf. 1204, La Normandie entre Plantagenêts et Capétiens, A.-M. Flambard Héricher, V. Gazeau (dir.), (...)
  • 3 Le 750e anniversaire de ce traité a eu lieu en 2009 et il a été célébré à Guernesey et dans les île (...)
  • 4 Henri III restait souverain de l’Angleterre. L’hommage portait sur Bordeaux, Bayonne, la Gascogne e (...)

1Pour comprendre Jeanne d’Arc, il faut se replonger dans l’histoire de son temps. La Pucelle joua un rôle fondamental à un moment donné du long conflit entre la France et l’Angleterre, que l’on appelle la guerre de Cent Ans1. Il faudrait même remonter encore plus loin, jusqu’à la conquête de l’Angleterre de 1066, car les rois anglais du XIVe et du XVe siècle n’avaient pas oublié qu’ils étaient les descendants de Guillaume le Conquérant : c’est ce qui explique l’intérêt particulier qu’ils ont porté à la Normandie. On a pu parler d’une « première guerre de Cent Ans », qui avait déjà opposé les rois de France capétiens et les rois d’Angleterre plantagenêts de 1154 à 1259 et dont l’un des épisodes majeurs fut la reconquête de la Normandie et des régions de la Loire, en 12042. Après plusieurs épisodes militaires, en 1230 et 1242, la paix est signée en 1258-1259 entre les rois de France et d’Angleterre. C’est le traité de Paris de 1258, ratifié par les Anglais en 12593. Henri III admettait la perte de la Normandie, mais conservait le duché de Guyenne, en tant que vassal du roi de France Louis IX (Saint Louis), auquel il dut prêter hommage, comme tous ses successeurs4.

  • 5 Les rois étant alors Édouard Ier (1272-1307) et Philippe IV le Bel (1285-1314).
  • 6 La seule qui porte ce nom pour l’histoire.

2Cette paix allait tenir 80 ans, ce qui n’est pas négligeable à l’échelle humaine. Elle fut seulement troublée par une petite « guerre de Guyenne » (1294-1298), à l’issue de laquelle on en revint au statu quo ante5. La réconciliation fut scellée par un mariage, comme c’était souvent le cas au Moyen Âge. Le fils aîné d’Édouard Ier (le futur Édouard II) était promis en mariage à Isabelle de France, fille de Philippe le Bel. Les deux fiancés étaient alors des enfants, mais le mariage fut effectivement célébré en 1308. Personne ne se doutait alors que cette union serait à l’origine d’une nouvelle guerre de Cent Ans6.

La guerre de Cent Ans

  • 7 Cette suite de morts d’hommes dans la force de l’âge n’a pas paru naturelle et a suscité une légend (...)
  • 8 Philippe de Valois est le fils de Charles, comte de Valois, lui-même fils de Philippe III le Hardi (...)
  • 9 Un premier hommage est prêté à Amiens, en 1329 (hommage simple), puis un second en 1331 (hommage li (...)

3La guerre de Cent Ans est née d’une crise de succession au trône de France. Après la mort de Philippe le Bel (en 1314), ses trois fils deviennent rois successivement : Louis X le Hutin, Philippe V le Long et Charles IV le Bel. Ils sont tous morts jeunes et aucun d’entre eux n’a eu de fils. De facto, les filles sont écartées du trône7. En 1328, à la mort de Charles IV, il n’y a plus de fils de la branche aînée. On va se reporter sur la branche cadette. Philippe de Valois, neveu de Philippe le Bel, devient roi : c’est Philippe VI, premier de la « dynastie » des Valois8. À cette date, le roi d’Angleterre est le jeune Édouard III, fils d’Édouard II (qui vient d’être renversé et assassiné) et d’Isabelle de France. Dans un premier temps, il ne fait aucune objection à l’accession au trône de son cousin français et accepte de lui prêter hommage pour la Guyenne9.

  • 10 En 1337, les relations se sont envenimées entre les deux rois. Philippe VI soutient les Écossais co (...)
  • 11 À ce sujet, cf. A. Coville, Les États de Normandie. Leur origine et leur développement au XIVe sièc (...)
  • 12 Les deux prétendants sont Charles de Blois, soutenu par la France, et Jean de Montfort, soutenu par (...)

4La guerre éclate neuf ans plus tard, en 1337, lorsque Édouard III fait apporter son défi à « Philippe de Valois, qui se dit roi de France »10. Parmi les premiers épisodes du conflit, notons un projet peu connu d’invasion de l’Angleterre par la France, où les Normands jouent le rôle essentiel, en 1339. Ces derniers s’enthousiasment à l’idée de reconquérir l’Angleterre et d’y placer sur le trône leur duc de Normandie, qui est alors Jean le Bon, fils aîné du roi de France11. Mais Édouard III est le plus rapide : il débarque en Flandre, obtient le soutien des Flamands et prend le titre de « roi de France et d’Angleterre ». La flotte française (essentiellement normande) est vaincue à la bataille de l’Écluse (24 juin 1340). C’est la première d’une longue série de défaites pour les Français. De plus, à l’affrontement principal s’est ajoutée une guerre annexe opposant deux prétendants au trône ducal, « la guerre de succession de Bretagne » (1341-1364)12. Dans l’immédiat, cependant, une trêve de cinq ans est conclue (et respectée) entre les deux adversaires, qui ont tous les deux beaucoup de difficultés à trouver les finances nécessaires à la poursuite de la guerre.

  • 13 Cf. Les Anglais en Normandie (Actes du 45e congrès des Sociétés historiques et archéologiques de No (...)
  • 14 Le traité prévoyait un « échange des renonciations » : le roi de France devait renoncer à la souver (...)
  • 15 La question ne peut être réglée sous le règne de Jean le Bon. Le 6 avril 1362, une armée royale est (...)

5Après cinq ans, la guerre franco-anglaise recommence donc. Cette fois-ci, Édouard III prend l’initiative en envahissant la Normandie, grâce à la complicité de Godefroy d’Harcourt, seigneur de Saint-Sauveur-le-Vicomte13. La chevauchée à travers une Normandie mal défendue est un succès et l’équipée s’achève en Ponthieu par la bataille de Crécy (26 août 1346). Une nouvelle défaite française a lieu dix ans plus tard, à Poitiers en 1356 et, cette fois-ci, le roi de France, Jean II le Bon, est fait prisonnier et emmené en Angleterre. Le traité de Brétigny (1360) ne ramène pas vraiment la paix. Le roi est libéré, moyennant une forte rançon, mais la France doit abandonner aux Anglais une grande Aquitaine, en toute souveraineté14. De plus, les soldats français, anglais ou venant d’autre pays sont démobilisés et continuent à ravager le territoire pour leur propre compte. Il s’avère très difficile de se débarrasser de ces « compagnies de routiers »15.

  • 16 Jean Froissart, Chroniques, trad. N. Desgrugillers, Clermont-Ferrand, Éditions Paléo, 2003, t. II, (...)
  • 17 Cf. à ce sujet la thèse de G. Bois, Crise du féodalisme. Économie rurale et démographie en Normandi (...)
  • 18 C’est d’abord la « guerre couverte », c’est-à-dire officieuse, puis la « guerre ouverte », officiel (...)
  • 19 Refus des grandes batailles rangées et politique de la terre brûlée.
  • 20 Né vers 1320, Bertrand du Guesclin est un petit seigneur breton qui a fait ses premières armes dans (...)

6La situation du royaume de France est alors dramatique, d’autant plus que de nouveaux maux ont fait leur apparition. Les contemporains évoquent fréquemment « les guerres et les mortalités ». Depuis 1348, en effet, la peste noire s’est répandue avec une extrême rapidité à travers tout l’Occident. Selon Jean Froissart, « bien la tierce partie du monde mourut »16. La première attaque est suivie de fréquentes récurrences (comme dans les années 1361, 1363, 1358, 1375). Après avoir atteint un pic vers les années 1340, la population du royaume de France va diminuer, le point le plus bas étant atteint dans les années 137517. À la guerre et à la peste s’ajoute la crise économique, conséquence directe des combats et de la présence des routiers. Pratiquer le commerce est devenu extrêmement risqué. La guerre n’en reprend pas moins sous le règne de Charles V (1365-1380)18. Grâce à une nouvelle stratégie19 et au recours à de grands chefs militaires, comme Bertrand du Guesclin20, Charles V réussit à récupérer la presque totalité des territoires cédés en 1360.

  • 21 Le duc Louis Ier d’Anjou meurt bientôt, en 1384, au cours d’une expédition destinée à reconquérir l (...)
  • 22 Cette crise de folie a lieu dans la forêt du Mans, lors d’une expédition contre le duc de Bretagne, (...)

7À la mort de Charles V, son fils aîné n’a que 12 ans. Ce sont donc les oncles du roi qui prennent le pouvoir : le duc d’Anjou21, le duc de Berry et surtout le duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, gouvernent au nom de Charles VI. Cette période commence par une rébellion populaire contre l’impôt, indispensable pour faire la guerre. C’est la Harelle (en Normandie) et le mouvement des Maillotins (à Paris). L’impôt, un temps supprimé, est finalement rétabli. De facto, c’est le duc de Bourgogne qui exerce le pouvoir. Or en 1384, il devient comte de Flandre et de Hainaut, du fait de son mariage avec l’héritière. Ayant un pied dans l’Empire, il mène une politique allemande, dont le principal résultat est le mariage du roi avec Isabeau de Bavière (1385). Or, en 1388, Charles VI atteint l’âge de 20 ans et renvoie ses oncles. C’est un court moment de pouvoir personnel, suscitant bien des espoirs, jusqu’à la première crise de folie du roi, le 5 août 139222.

La folie du roi

  • 23 Cf. G. Bois, Crise du féodalisme…, p. 56-57 et 270-283.
  • 24 Cf. Paris, 1400. Les arts sous Charles VI, catalogue de l’exposition du Musée du Louvre, E. Taburet (...)
  • 25 Cité par B. Guenée, « Introduction », ibid., p. 19-20.
  • 26 Le « parti armagnac » tient son nom de Bernard VII, comte d’Armagnac, beau-père du nouveau duc, Cha (...)
  • 27 Du nom de Simon Caboche, un « écorcheur » (valet boucher), qui prend la tête des émeutiers.
  • 28 Car la réforme du royaume est alors reconnue comme nécessaire par de nombreux clercs et par une bon (...)

8La folie du roi, voilà un cas de figure qui ne s’était jamais présenté. Rien n’était prévu dans les institutions. En pratique, les choses ne vont guère changer dans l’immédiat. Les oncles du roi reprennent les rênes du gouvernement. Le duc de Bourgogne songe désormais à rétablir la paix avec l’Angleterre, ce qui est indispensable à la prospérité économique de son comté de Flandre. Les circonstances sont favorables. Le roi d’Angleterre, Richard II, s’est lui aussi débarrassé de la tutelle de ses oncles et il est partisan de la paix. Malgré la folie de Charles VI, les négociations progressent et, en 1396, on conclut une trêve de 28 ans ! Le ralentissement des activités militaires, qui s’ajoute à une reprise démographique, va entraîner une embellie économique dans les années 1380-140023. La guerre semble vraiment terminée et on assiste à une véritable explosion artistique dans le Paris des années 140024. Christine de Pizan peut s’écrier, en 1404 encore : jamais le royaume de France n’a été « plus riche… et plus en paix »25 ! Pourtant, un nouveau retournement est proche. Les princes de la vieille génération disparaissent les uns après les autres. En Angleterre, le duc Jean de Lancastre meurt en 1399 et son fils, Henri de Lancastre, dépose Richard II et s’empare du trône sous le nom d’Henri IV. Or le nouveau roi est partisan de la reprise de la guerre. En France, le duc Philippe de Bourgogne meurt à son tour en 1404. Le roi Charles VI (âgé de 36 ans) étant de plus en plus fou, les princes de la nouvelle génération vont se livrer une lutte impitoyable pour le pouvoir. Il s’agit du frère du roi, Louis, duc d’Orléans, et de son cousin, Jean sans Peur, duc de Bourgogne. L’affrontement politique débouche sur la violence. En 1407, le duc d’Orléans est assassiné par des sbires du duc de Bourgogne. Désormais vont se constituer deux « partis » antagonistes, qu’on finit par appeler Armagnacs26 et Bourguignons. Un clerc (normand), Jean Petit, accepte de justifier le meurtre dans son Apologie du tyrannicide (1408). Dès lors, on est au bord de la guerre civile. En février 1413, les Parisiens, favorables au duc de Bourgogne, se révoltent contre le gouvernement armagnac. C’est la crise cabochienne27. Un jeune et brillant universitaire se fait remarquer : Pierre Cauchon, fervent partisan du duc de Bourgogne. Il n’est pas dans la rue, mais travaille à une grande ordonnance de réforme28. Ce long texte de 259 articles fut qualifié d’« ordonnance cabochienne », ce qui était une façon de le déconsidérer. Il ne fut jamais appliqué, car les Parisiens étaient lassés des violences de la rue. De fait, les Armagnacs reviennent au pouvoir dès le mois d’août 1413.

La fin du Grand Schisme d’Occident

  • 29 Âgé de 43 ans en 1414, Pierre Cauchon, alors vidame de Reims, est l’un des treize membres de la dél (...)
  • 30 C’est un Italien, appartenant à une grande famille romaine, Oddone Colonna.
  • 31 Benoît XIII meurt en 1423 et Gil Sanchez de Muñoz lui succède sous le nom de Clément VIII (1423-142 (...)
  • 32 Le comte d’Armagnac, Jean IV, avait en effet écrit à Jeanne pour lui demander son avis sur la légit (...)

9Les Bourguignons sont chassés de Paris, y compris les intellectuels, comme Pierre Cauchon. Beaucoup d’entre eux vont se retrouver au concile de Constance, qui s’ouvre au mois de novembre 1414. Il s’agit de mettre fin au Grand Schisme d’Occident, qui déchire l’Église depuis 1378. En 1414, il y a trois papes et l’un d’entre eux, Jean XXIII, a accepté de convoquer un concile. Les deux partis français ont leurs représentants : Jean Gerson du côté armagnac et Pierre Cauchon (entre autres) du côté bourguignon29. En 1415, le concile reçoit le réformateur tchèque Jean Hus et le condamne finalement à la mort sur le bûcher (comme hérétique). Les Français demandent aussi aux Pères de trancher sur la question de l’Apologie du tyrannicide, sans grand résultat. On avance pourtant sur la question de l’unité de l’Église. En 1417, les trois papes sont déposés (y compris Jean XXIII) et un nouveau pape unique est élu, Martin V30. Le scandale du Schisme est enfin résolu. Pourtant, l’un des trois papes, celui d’Avignon, Benoît XIII, refuse de se soumettre et se réfugie dans sa Catalogne natale, où il eut même deux successeurs, Clément VIII et Benoît XIV31. La question de leur légitimité fut un jour posée à Jeanne et évoquée au cours du procès de 143132.

La conquête anglaise

10Entre-temps, le roi d’Angleterre, Henri IV, était mort (en 1413). Son fils, Henri V, âgé de 26 ans, reprend les ambitions paternelles à l’égard de la France et met tout en œuvre pour les réaliser. Le 12 août 1415, il débarque à l’estuaire de la Seine, puis s’empare du port d’Harfleur (22 septembre). Les Français, désunis, se décident à réagir, mais ils sont une nouvelle fois battus à Azincourt, réédition de Crécy (25 octobre). L’armée féodale avait encore fait la preuve de son inefficacité face à l’armée professionnelle des Anglais, et en particulier des archers. Cette fois-ci, les hostilités ont véritablement repris et nous entrons dans la seconde phase de la guerre de Cent Ans. Jeanne d’Arc va y jouer un rôle essentiel. Elle était née vers 1412 et avait donc environ 3 ans en 1415.

  • 33 Cf. A. Curry, « Les villes normandes et l’occupation anglaise : l’importance du siège de Rouen (141 (...)
  • 34 Ce sont Guillaume de Cantiers, évêque d’Évreux (1400-1418), Jean de Marle, évêque de Coutances (141 (...)
  • 35 Branda de Castiglione (1350-1443) fait ainsi nommer Pandolfo Malatesta à Coutances (1418-1424) et P (...)

11Rien ne peut plus s’opposer à Henri V, surtout après une nouvelle défaite navale des Français devant Saint-Vaast-la-Hougue (29 juin 1417). Le 1er août 1417, l’armée anglaise débarque à Touques et entreprend la conquête systématique de la Normandie. Caen est prise après dix-sept jours de siège (19 septembre) et Rouen après six mois (juillet 1418-janvier 1419)33. Seul le Mont Saint-Michel va résister, ce qui peut expliquer la ferveur de Jeanne envers l’archange (qui figurera en bonne place parmi ses voix). Pour le reste de la Normandie commence une occupation qui devait se prolonger pendant trente-trois ans. Le roi d’Angleterre a tenu à récupérer en priorité un duché qui avait appartenu à ses ancêtres et il est bien décidé à le conserver. Dans l’immédiat, se pose notamment la question du remplacement d’un certain nombre d’évêques (dont trois ont été tués lors de la reprise de Paris par les Bourguignons, en 1418)34. Henri V négocie avec le pape Martin V, par l’intermédiaire de Branda de Castiglione, cardinal-évêque de Plaisance. Il est décidé de nommer des évêques italiens, qui n’étaient pas mêlés aux querelles françaises et n’avaient pas de scrupule à prêter serment de fidélité au roi d’Angleterre35.

12Henri V est désormais le maître du jeu et ses ambitions ne s’arrêtent pas à la Normandie. Comme son arrière-grand-père, Édouard III, il espère bien recueillir tout le royaume de France, en tirant le meilleur profit de la guerre civile. Le contexte politique lui est propice, car le duc de Bourgogne, Jean sans Peur, est assassiné par les Armagnacs (10 septembre 1419). De plus, le meurtre a eu lieu en présence du Dauphin Charles, dernier fils survivant de Charles VI et d’Isabeau. Le Dauphin n’a que 16 ans, mais il est désormais déconsidéré aux yeux des Bourguignons. Le nouveau duc de Bourgogne, Philippe le Bon (âgé de 23 ans) accepte de négocier avec le roi d’Angleterre. Cette négociation est menée par un certain nombre de conseillers du duc, parmi lesquels on retrouve Pierre Cauchon. La reine Isabeau y joue aussi un rôle important. Les tractations aboutissent à la signature du traité de Troyes (21 mai 1420).

Le traité de Troyes

13Aux termes du traité, Charles, fils de Charles VI, est présenté comme « soi disant dauphin de Viennois » et donc écarté de la succession. Henri V, encore célibataire, est promis à Catherine de France, fille de Charles VI, et devient l’héritier du roi de France. Le mariage est effectivement célébré dans l’église Saint-Jean de Troyes, le 2 juin, et l’héritier attendu naît le 6 décembre 1421. C’est le futur Henri VI.

14Le traité de Troyes a été durement jugé par les historiens (français) : on lui a souvent accolé l’adjectif de « honteux ». En réalité, il représente une tentative de solution tenant compte de la réalité politique et militaire du moment. Il est le fruit de l’alliance entre le duc de Bourgogne et le roi d’Angleterre. S’il avait été complètement appliqué, il aurait abouti à une union franco-anglaise où, à terme, la France aurait été dominante, compte tenu de l’importance et de la richesse relative des deux royaumes. La crise démographique avait touché à égalité les deux États, mais la France était au moins quatre fois plus peuplée que l’Angleterre. De plus, la France avait retrouvé à la fin du XIVe siècle un prestige et un rayonnement artistique importants, même si le début du XVe siècle avait été marqué par la crise politique et, en conséquence, par de nouvelles difficultés économiques. Le traité de Troyes ne pouvait être complètement appliqué que si les Anglais réussissaient à s’emparer de l’ensemble du royaume de France. Or une grande partie du territoire (au sud de la Loire) était encore contrôlée par le Dauphin Charles et les Armagnacs. Jeanne d’Arc n’avait que 8 ans environ en 1420, mais elle a certainement beaucoup entendu parler de ce traité dans sa famille et dans son village.

  • 36 Le duc de Bretagne était alors Jean V (1399-1442).

15Dans l’immédiat, le traité de Troyes aboutit à la division du royaume en deux, voire en trois entités. Au nord-ouest, un bloc formé par la Normandie et ses marges, jusqu’à la Loire et jusqu’à Paris. Dans ce secteur, seule la Bretagne, plus ou moins neutre, échappe à la domination anglaise36. Au nord-est, les terres contrôlées par le duc de Bourgogne : le duché de Bourgogne et le comté de Flandre, avec la Champagne entre les deux (partagée avec les Anglais). Les possessions du duc de Bourgogne s’étendaient par ailleurs au-delà des frontières du royaume, avec le comté de Bourgogne et le comté de Hainaut, situés dans l’Empire. Au sud de la Loire, et jusqu’à la Méditerranée, le reste du royaume était sous l’autorité du Dauphin. Celui-ci se déplaçait entre Bourges, Poitiers et Chinon. On appela ce territoire le « royaume de Bourges ».

  • 37 En 1301, le comte de Bar avait dû reconnaître la suzeraineté du roi de France pour la partie de son (...)
  • 38 Au temps de Jeanne d’Arc, le duc régnant est Charles II, dernier duc de la maison de Lorraine, qui (...)
  • 39 Notons que, sur le plan ecclésiastique, Domrémy relève du diocèse de Toul et de l’archevêché de Trê (...)
  • 40 Vaucouleurs, chef-lieu de canton de la Meuse.
  • 41 Aujourd’hui Domrémy-la-Pucelle, canton de Coussey, arrondissement de Neufchâteau, Vosges.
  • 42 C’est un fief dont le seigneur local appartient à la famille de Bourlémont jusqu’en 1412 (C. Beaune (...)
  • 43 Ibid., p. 33.

16Notons cependant qu’un petit morceau du royaume ne rentre pas dans cette division tripartite. C’est une partie du Barrois mouvant, c’est-à-dire un fragment du duché de Bar qui relevait du roi de France depuis Philippe le Bel37. Ce territoire est situé « aux marches de Lorraine », comme on l’écrit dans les documents officiels, mais ne fait pas partie du duché de Lorraine, qui se trouve alors dans l’Empire38. La situation politique et féodale de la région est très complexe39. La châtellenie de Vaucouleurs40 fait partie du domaine royal depuis 1365. Son capitaine est Robert de Baudricourt, resté fidèle au Dauphin Charles. Le village de Domrémy41, situé à 10 kilomètres au sud, n’appartient que pour moitié à la châtellenie. Le secteur situé au sud du ruisseau des Trois Fontaines relève du Barrois mouvant42. C’est dans cette partie du village qu’habitent les parents de Jeanne43. Jeanne d’Arc est donc née, par les hasards de l’histoire, aux marges d’un territoire irrédentiste, dont le chef n’a pas accepté le traité de Troyes.

  • 44 Cf. P. Lardin, « La crise monétaire de 1420-1422 en Normandie », in L’argent au Moyen Âge (Actes du (...)

17La succession prévue par le traité n’a pu être mise en œuvre. Henri V meurt en effet le 31 août 1422, à l’âge de 31 ans. Il est suivi de peu par son beau-père, Charles VI, qui décède le 21 octobre de la même année (à 54 ans, après quarante-deux ans de « règne », dont trente ans de folie). L’héritier présomptif étant mort, la succession revenait à son fils, Henri VI, un enfant d’à peine neuf mois. La belle construction du traité de Troyes aurait pu s’effondrer. Il en fut autrement par la volonté et le sens politique de Jean, duc de Bedford, frère d’Henri V et oncle du nouveau roi. Jean de Bedford prend le titre de régent du royaume de France, alors que son frère, Humphrey de Gloucester, devient régent du royaume d’Angleterre. Pendant treize ans, le duc de Bedford va gouverner d’une main de fer le royaume de France (ou plutôt la « France anglaise »). Dès les premiers mois, il affermit son pouvoir sur la Normandie en mettant fin à la crise monétaire44. Le 17 août 1424, à Verneuil, il remporte la bataille qui l’oppose aux Français fidèles à Charles VII. Le « jugement de Dieu » lui a été favorable et il peut envisager de mettre fin aux nids de résistance. Un siège en règle du Mont Saint-Michel commence la même année. Remarquons qu’à cette époque, Jeanne d’Arc avait environ 13 ans et qu’elle entendait ses voix pour la première fois.

  • 45 Ce chef de bande se nommait Henri d’Orly. Le bétail est néanmoins restitué, grâce à l’action de Jea (...)
  • 46 Expédition conduite par le gouverneur de Champagne, Antoine de Vergy (par ordre reçu le 22 juin 142 (...)
  • 47 Neufchâteau, sous-préfecture des Vosges. La ville de Neufchâteau appartenait au duc de Lorraine, ma (...)
  • 48 Ibid., p. 33 et 83. Cet épisode fut exploité contre Jeanne par les juges du procès de condamnation.
  • 49 R. Pernoud, M.-V. Clin, Jeanne d’Arc, p. 30 ; C. Beaune, Jeanne d’Arc, p. 83.

18Au même moment, Jeanne d’Arc et sa famille sont confrontés à la guerre réelle. Vers 1425, un routier s’empare du bétail des habitants de Domrémy45. Quelques années plus tard, en 1428, une expédition est conduite contre la forteresse de Vaucouleurs46. Jeanne et les autres villageois sont contraints de s’enfuir pour se réfugier à Neufchâteau, ville fortifiée située à 19 kilomètres au sud47. La famille d’Arc va y séjourner quelque temps chez une aubergiste, « La Rousse »48. Vaucouleurs n’est pas prise et Baudricourt doit seulement signer une composition et promettre de ne pas attaquer les Bourguignons49. Mais les choses importantes ne se passaient pas là.

L’intervention de Jeanne

19Le duc de Bedford avait commencé le siège d’Orléans, verrou du « royaume de Bourges » sur la Loire. S’il réussissait à prendre la ville, rien ne l’empêcherait plus de s’emparer des régions situées au sud du fleuve, d’autant plus qu’il contrôlait déjà le duché de Guyenne. Les habitants de Domrémy sont parfaitement au courant de ces graves événements et c’est pourquoi Jeanne, qui atteint l’âge de 16 ans, demande et obtient de rencontrer pour la première fois Robert de Baudricourt. L’année suivante, le capitaine cède enfin à ses instances et l’envoie vers Chinon avec une escorte. Nous connaissons la suite.

20L’impulsion donnée par Jeanne permet aux troupes françaises de faire lever le siège d’Orléans (8 mai 1429). Les Anglais doivent renoncer à attaquer le sud de la Loire. De plus, « le Dauphin » (comme l’appelle toujours Jeanne) peut être sacré à Reims (17 juillet 1429). Désormais, il est incontestablement roi de France : ce n’est plus le Dauphin, mais le roi Charles VII. Les exploits de Jeanne vont avoir un large écho dans les territoires occupés, et notamment en Normandie. Plusieurs villes sont livrées aux troupes du roi de France : Aumale, Étrépagny, Torcy, et surtout Louviers, à 30 kilomètres de Rouen, qui est conquise par La Hire en décembre 1429. Elle ne fut reprise par les Anglais qu’après le procès de Jeanne, le 25 octobre 1431.

  • 50 Journal d’un Bourgeois de Paris de 1405 à 1449, C. Beaune (éd.), Paris, Librairie générale français (...)
  • 51 « L’Ennemi », c’est-à-dire le Diable.
  • 52 Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc, J. Quicherat (éd.), Paris, Renouard (S (...)

21Pour comprendre la suite des événements, il faut prendre de la distance et se mettre à la place des adversaires de Charles VII, anglais ou bourguignons. Ces bons chrétiens pouvaient difficilement envisager qu’une jeune fille ait été envoyée par Dieu pour sauver leur principal adversaire. Le Bourgeois de Paris, qui reflète l’opinion des Parisiens, décrit Jeanne comme « une créature qui était en forme de femme… qu’on nommait la Pucelle : qui c’était ? Dieu le sait »50. Le duc de Bedford va plus loin et explique que la levée du siège d’Orléans « provint en grande partie… par enlacement des fausses croyances et folle crainte que [les soldats anglais] ont eues d’un disciple et limier de l’Ennemi51, appelé la Pucelle, qui a usé de faux enchantements et de sorcellerie »52.

  • 53 En réalité par un archer du bâtard de Wandonne, qui appartient à Jean de Luxembourg, comte de Ligny (...)

22Charles VII lui-même ne va guère soutenir Jeanne, une fois l’essentiel obtenu. Il est vrai qu’il songe à négocier avec les Bourguignons, pour les séparer des Anglais. Or Jeanne n’entend rien et ne veut rien entendre à la politique : elle confond Anglais et Bourguignons dans une même hostilité. Elle devient plutôt gênante et reste confinée à des opérations mineures, jusqu’au moment où elle est prise devant Compiègne, le 23 mai 1430. Jeanne est faite prisonnière par un seigneur relevant du duc de Bourgogne53, mais un nouveau hasard de l’histoire fait qu’elle se trouve alors dans les limites du diocèse de Beauvais, dont Pierre Cauchon est l’évêque. Charles VII aurait dû chercher à racheter Jeanne, qui combattait à son service. Or il n’en fait rien. La seule offre de rançon provient du gouvernement d’Henri VI et elle est transmise par Pierre Cauchon lui-même.

  • 54 Cf. infra la contribution de S. Poirey, « La procédure d’inquisition et son application au procès d (...)

23Il n’est pas question de décrire ici le procès de Rouen, procès d’Église, qui aboutit à la condamnation, puis à l’exécution de Jeanne (9 janvier-30 mai 1431)54.

Vers le procès en nullité

  • 55 En attendant l’arrivée du « cardinal d’Angleterre », Henri Beaufort, évêque de Winchester, chef nom (...)
  • 56 Âgée de 15 ans, Marguerite d’Anjou est la fille du roi René, duc d’Anjou, et la nièce de Marie d’An (...)
  • 57 Dans les documents officiels émanant du gouvernement de Charles VII, on utilise l’expression de « r (...)
  • 58 La principale armée royale est commandée par Jean de Dunois, le bâtard d’Orléans, qui s’empare de V (...)

24Après la mort de Jeanne, les négociations s’intensifient et aboutissent au renversement d’alliance espéré par Charles VII, lors du congrès d’Arras (1435). Le gouvernement d’Henri VI y est représenté par Pierre Cauchon55, qui expose les propositions du duc de Bedford (inacceptables pour les Français). L’accord général se révèle impossible et, le 21 septembre, un traité de paix séparé est conclu entre Français et Bourguignons. L’habile duc de Bedford n’avait pas pu l’empêcher, notamment en raison de son état de santé. Il était mort en effet pendant le congrès, le 14 septembre (à 46 ans). Par la suite ont lieu encore d’autres négociations franco-anglaises, et notamment celles de 1444, qui débouchent sur les trêves de Tours et sur le mariage d’Henri VI (âgé de 23 ans) avec une princesse française, Marguerite d’Anjou56. C’est pourtant une campagne militaire, remarquablement menée, qui met fin à la guerre. La Normandie est reconquise (ou plutôt « recouvrée »57), en 1449-1450, par les trois armées du roi, du duc d’Alençon, Jean II, et du duc de Bretagne, François Ier58.

25Charles VII n’avait rien fait pour sauver Jeanne en 1430 et 1431. Pourtant, l’un de ses premiers actes après la reprise de Rouen est d’ordonner une enquête sur le procès. La lettre de commission date du 15 février 1450, alors même que la basse Normandie n’est pas encore délivrée. Guillaume Bouillé, docteur en théologie, est chargé d’interroger les témoins survivants. La réouverture du procès est voulue par le roi, qui se heurte à la mauvaise volonté des autorités ecclésiastiques, y compris le pape Nicolas V (1447-1455). L’Église ne veut pas se déjuger. Le pape délègue pourtant à Rouen le cardinal Guillaume d’Estouteville, qui procède à d’autres interrogatoires. Le nouveau procès s’ouvre finalement, le 7 novembre 1455, et aboutit, le 7 juillet 1456, à l’annulation du premier procès. L’acteur majeur du procès est l’inquisiteur dominicain Jean Bréhal. Pierre Cauchon fait figure de principal accusé. De fait, l’ancien évêque de Beauvais avait été transféré sur le siège de Lisieux : il était resté jusqu’au bout fidèle à ses choix politiques et au roi Henri VI. Comme il était mort depuis quatorze ans (en 1442), on pouvait faire de lui un bouc émissaire.

26Charles VII a obtenu ce qu’il voulait. À travers Jeanne d’Arc, il avait été visé personnellement par les responsables du procès de condamnation. En démontrant que la Pucelle ne venait pas de Dieu, mais qu’elle était peut-être inspirée par le diable, qu’elle était en tout cas une hérétique, les juges de 1431 voulaient prouver que Charles VII n’était pas soutenu par Dieu. Ils avaient parfaitement réussi et le roi s’était senti atteint dans son honneur. En obtenant l’annulation du premier procès, il songeait d’abord à effacer cette tache, qui ternissait sa réputation. Il a pu le faire, car le rapport de forces lui était à nouveau favorable. Autrement dit, le procès de 1456 fut un procès politique, tout autant que celui de 1431.

Conclusion

27D’une certaine façon, Jeanne d’Arc est le fruit des circonstances. Sans la guerre de Cent Ans, sans la folie du roi et sans l’occupation d’une bonne partie du royaume par les Anglais, elle serait sans doute restée toute sa vie dans son village de Domrémy ou dans les environs. Comme beaucoup de sujets du roi de France, elle a pris conscience au fil des événements qu’elle se rattachait à un ensemble plus vaste que son horizon familier : le royaume de France. Elle se sentait solidaire de ceux qui combattaient contre l’ennemi, au Mont Saint-Michel ou à Orléans. La situation même de son village, dans un secteur menacé de la frontière, a rendu plus aigu le sentiment de son appartenance au royaume. Jeanne a été sensible également à la division qui minait celui-ci et a mesuré ses conséquences catastrophiques. Avant d’arriver à Orléans, Jeanne n’avait sans doute jamais vu un Anglais en chair et en os. Ses seuls ennemis repérables étaient les Bourguignons, mais elle savait qu’ils étaient les alliés des Anglais. Il fallait les combattre, parce qu’ils étaient complices de l’ennemi.

28Certes, le contexte historique ne peut tout expliquer, mais il peut fournir beaucoup de clefs pour comprendre ce destin extraordinaire : celui d’une jeune femme de 16-17 ans qui a voulu prendre les armes (ce qui était strictement réservé aux hommes) pour sauver son roi et son pays. C’était un pari fou et, d’une certaine façon, il a réussi. L’intervention de Jeanne marque le vrai tournant de cette seconde phase de la guerre. Jusqu’en 1429, les Anglais ont le vent en poupe, ils vont de succès en succès. Après Orléans et Reims, le vent tourne et l’avantage revient à Charles VII, surtout après le ralliement des Bourguignons. La guerre ne finit que plus de vingt ans après la mort de Jeanne, mais « la Pucelle » a joué un rôle capital dans la marche de son roi vers la victoire finale.

29L’histoire de Jeanne ne s’arrête pas en 1431, ni même en 1456. Ces deux procès sont une chance pour les historiens et les chercheurs : ils leur fournissent des documents inespérés, uniques au Moyen Âge, qui sont loin d’avoir été complètement explorés.

30Jeanne a été diversement considérée au cours du temps. Il faut attendre le XIXe siècle pour qu’un puissant mouvement la remette à l’honneur, aussi bien chez les historiens laïques, dans le sillage de Michelet et de Quicherat, que chez les catholiques, dans celui d’Henri Wallon. L’Église avait un gros problème avec ce personnage. Elle ne pouvait oublier que Jeanne avait été condamnée par un tribunal ecclésiastique, présidé par un évêque tout à fait respectable, malgré les anathèmes posthumes lancés contre lui : Pierre Cauchon. Il a fallu longtemps pour que les autorités romaines se résolvent à entamer une procédure de canonisation. Elle aboutit enfin au XXe siècle, après la Première Guerre mondiale, et ce n’est pas un hasard. Là encore, les circonstances historiques ont joué un rôle prédominant. Après la boucherie de 1914-1918, Jeanne est une figure qui peut réconcilier tous les Français, catholiques ou anticléricaux. Sainte Jeanne d’Arc est donc portée sur les autels en 1920 par le pape Benoît XV. Elle est proclamée patronne secondaire de la France (après la Vierge Marie) par le pape Pie XI, en 1922. Notons qu’elle est vénérée comme vierge, et non comme martyre. C’était impossible de la considérer comme telle, puisqu’elle avait été condamnée par l’Église, même si le bras séculier avait été le pouvoir anglais. Citons, pour terminer, un extrait de l’office liturgique composé en son honneur :

  • 59 Collecte de la messe du propre de sainte Jeanne d’Arc, 30 mai : Deus, qui beatam Joannam Virginem a (...)

Dieu, qui d’une manière admirable, as suscité la bienheureuse vierge Jeanne pour la défense de la foi et de la patrie nous te demandons que, par son intercession, ton Église, soustraite aux embûches des ennemis, jouisse d’une paix sans fin59.

Notes

1 C. Allmand, La guerre de Cent Ans, traduction française de C. Cler, Paris, Payot, 1989 ; P. Contamine, Guerre, État et Société à la fin du Moyen Âge. Études sur les armées françaises (1337-1494), Paris – La Haye, Mouton, 1972 ; Id., La Guerre au Moyen Âge, Paris, PUF (Nouvelle Clio ; 24), 1980 ; J. Favier, La guerre de Cent Ans, Paris, Fayard, 1980 ; G. Minois, La guerre de Cent Ans. Naissance de deux nations, Paris, Perrin, 2008 ; rééd. 2010 (Tempus) ; The Hundred Years War, K.A. Fowler (éd.), Londres, Macmillan, 1971 ; Id., Le siècle des Plantagenêts et des Valois. La lutte pour la suprématie (1328-1498), Paris, Albin Michel, 1968 ; J. Le Patourel, « The Origins of the War », in The Hundred Years War, K.A. Fowler (éd.), Londres, Macmillan, 1971, p. 28-50. Cf. la bibliographie plus complète donnée en fin de volume, p. 305-325.

2 Cf. 1204, La Normandie entre Plantagenêts et Capétiens, A.-M. Flambard Héricher, V. Gazeau (dir.), Caen, Publications du CRAHM, 2007, et notamment F. Neveux, « Introduction. Les événements de 1204 dans leur contexte historique », p. 9-20 ; Plantagenêts et Capétiens (Actes du colloque organisé par le CESCM et l’HIRES, 13-15 mai 2004), M. Aurell, N.-Y. Tonnerre (dir.), Turnhout, Brepols, 2006.

3 Le 750e anniversaire de ce traité a eu lieu en 2009 et il a été célébré à Guernesey et dans les îles Anglo-Normandes. Cf. Rencontre de Droit normand, Guernesey, Barreau de Guernesey, novembre 2009, et notamment F. Neveux, « Le contexte de la signature du traité de Paris (1258-1259) : les relations franco-anglaises aux XIIe et XIIIe siècles » (à paraître).

4 Henri III restait souverain de l’Angleterre. L’hommage portait sur Bordeaux, Bayonne, la Gascogne et les autres terres qu’il tenait « en deça la mer d’Engleterre en fiez et en demaines, e des illes, s’aucune en i a que li rois d’Engleterre tiengne qui soient du roiaume de France ». Sans être nommément citées, les îles dites « anglo-normandes » étaient donc concernées par cette clause du traité : elles étaient considérées comme appartenant au royaume de France et tenues en fief par le roi d’Angleterre. Cf. Cartulaire normand de Philippe-Auguste, Saint Louis et Philippe-le-Hardi, L. Delisle (éd.), Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XVI, 1852, n° 1201, p. 329-331 (version française du traité) et n° 1209, p. 333-334 (version anglaise).

5 Les rois étant alors Édouard Ier (1272-1307) et Philippe IV le Bel (1285-1314).

6 La seule qui porte ce nom pour l’histoire.

7 Cette suite de morts d’hommes dans la force de l’âge n’a pas paru naturelle et a suscité une légende noire, popularisée au XXe siècle par la série romanesque de Maurice Druon, Les rois maudits. En 1316 et 1322, la loi salique n’est pas encore invoquée pour écarter les femmes du trône. Elle le fut plus tard, par les historiographes et les juristes de Jean le Bon, Charles V, Charles VI et Charles VII. Cf. C. Beaune, Naissance de la Nation France, Paris, Gallimard, 1985, chap. IX : « La loi salique, première loi des Français », p. 357-392.

8 Philippe de Valois est le fils de Charles, comte de Valois, lui-même fils de Philippe III le Hardi et frère de Philippe IV le Bel.

9 Un premier hommage est prêté à Amiens, en 1329 (hommage simple), puis un second en 1331 (hommage lige).

10 En 1337, les relations se sont envenimées entre les deux rois. Philippe VI soutient les Écossais contre les Anglais. En février 1337, Édouard III interdit l’importation de draps étrangers en Angleterre et suspend l’exportation des laines anglaises, ce qui vise directement la Flandre (souvent prompte à se révolter contre le roi de France). Philippe VI cite alors Édouard III, duc de Guyenne, à comparaître à sa cour, comme vassal félon. En l’absence de réponse, il prononce la commise de la Guyenne (24 mai 1337). En novembre 1337, Henri Burgersh, évêque de Lincoln, apporte le défi d’Édouard III à « Philippe de Valois, qui se dit roi de France ». La guerre est désormais inévitable.

11 À ce sujet, cf. A. Coville, Les États de Normandie. Leur origine et leur développement au XIVe siècle, Paris, Imprimerie nationale, 1894.

12 Les deux prétendants sont Charles de Blois, soutenu par la France, et Jean de Montfort, soutenu par l’Angleterre. Cf. J.-C. Cassard, La guerre de Succession de Bretagne, Spézet, Éditions Coop Breizh, 2006.

13 Cf. Les Anglais en Normandie (Actes du 45e congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Saint-Sauveur-le-Vicomte, 20-24 octobre 2010), B. Bodinier (éd.), Louviers, FSHAN, 2011 ; cf. F. Neveux, « Saint-Sauveur-le-Vicomte et les Anglais en Normandie », p. 21-34 (p. 25-28), et J. Deshayes, « Saint-Sauveur-le-Vicomte : une forteresse anglaise en Normandie ? », p. 155-164.

14 Le traité prévoyait un « échange des renonciations » : le roi de France devait renoncer à la souveraineté sur la grande Aquitaine et le roi d’Angleterre à la couronne de France. En fait, cet échange des renonciations n’eut jamais lieu, ce qui ouvrit la voie à la reprise de la guerre, en 1369. Cf. infra.

15 La question ne peut être réglée sous le règne de Jean le Bon. Le 6 avril 1362, une armée royale est battue par les Grandes Compagnies de routiers, à Brignais, près de Lyon. Plus tard, en 1365, le roi Charles V charge Bertrand du Guesclin de conduire les Compagnies en Espagne, afin de soutenir Henri de Trastamare, candidat au trône de Castille, contre son frère, Pierre le Cruel (soutenu par les Anglais). Henri subit d’abord un grave échec à Najera (1367), où Du Guesclin est fait prisonnier. Mais il l’emporte finalement à Montiel (1369), grâce au soutien de Du Guesclin et des compagnies françaises. Sur Bertrand du Guesclin, cf. infra, note 20.

16 Jean Froissart, Chroniques, trad. N. Desgrugillers, Clermont-Ferrand, Éditions Paléo, 2003, t. II, § 330, p. 231.

17 Cf. à ce sujet la thèse de G. Bois, Crise du féodalisme. Économie rurale et démographie en Normandie orientale du début du XIVe au milieu du XVIe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1976 ; rééd. Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1981, p. 49-56.

18 C’est d’abord la « guerre couverte », c’est-à-dire officieuse, puis la « guerre ouverte », officielle, à partir de 1369. Le 3 juin, Édouard III reprend le titre de roi de France et d’Angleterre et, le 30 novembre, Charles V proclame la confiscation du duché de Guyenne, à nouveau considéré comme un fief du royaume de France.

19 Refus des grandes batailles rangées et politique de la terre brûlée.

20 Né vers 1320, Bertrand du Guesclin est un petit seigneur breton qui a fait ses premières armes dans la guerre de Succession de Bretagne (dans le camp de Charles de Blois). On peut dire qu’il fait partie du monde des routiers, qu’il connaît bien et dont il utilise les méthodes de combat.

21 Le duc Louis Ier d’Anjou meurt bientôt, en 1384, au cours d’une expédition destinée à reconquérir le royaume de Sicile (Naples) sur Charles de Duras.

22 Cette crise de folie a lieu dans la forêt du Mans, lors d’une expédition contre le duc de Bretagne, Jean IV de Montfort, à nouveau révolté contre le roi de France. Ce dernier en était à sa seconde rébellion après le traité de Guérande (1365, renouvelé en 1381), qui avait mis fin à la guerre de Succession de Bretagne.

23 Cf. G. Bois, Crise du féodalisme…, p. 56-57 et 270-283.

24 Cf. Paris, 1400. Les arts sous Charles VI, catalogue de l’exposition du Musée du Louvre, E. Taburet-Delahaye (dir.), Paris, Réunion des musées nationaux – Fayard, 2004.

25 Cité par B. Guenée, « Introduction », ibid., p. 19-20.

26 Le « parti armagnac » tient son nom de Bernard VII, comte d’Armagnac, beau-père du nouveau duc, Charles d’Orléans (qui a épousé Bonne d’Armagnac).

27 Du nom de Simon Caboche, un « écorcheur » (valet boucher), qui prend la tête des émeutiers.

28 Car la réforme du royaume est alors reconnue comme nécessaire par de nombreux clercs et par une bonne partie des élites laïques (nobles et bourgeois).

29 Âgé de 43 ans en 1414, Pierre Cauchon, alors vidame de Reims, est l’un des treize membres de la délégation bourguignonne, qui comprend aussi Simon de Saulx, abbé de Moutier-Saint-Jean, Jean Rapiout, président du Parlement, et Jean Beaupère, maître en théologie, qui participa au procès de 1431. Le chef officiel de la délégation est Martin Porée, évêque d’Arras. Pierre Cauchon le seconde avec efficacité. Cf. F. Neveux, L’évêque Pierre Cauchon, Paris, Denoël, 1987, p. 56-61.

30 C’est un Italien, appartenant à une grande famille romaine, Oddone Colonna.

31 Benoît XIII meurt en 1423 et Gil Sanchez de Muñoz lui succède sous le nom de Clément VIII (1423-1429), bientôt contesté par un autre antipape, Bernard Garnier, qui a pris le nom de Benoît XIV (1425-1430). Clément VIII se soumit à Martin V en 1429, mais Benoît XIV s’obstina jusqu’à sa mort, vers 1430.

32 Le comte d’Armagnac, Jean IV, avait en effet écrit à Jeanne pour lui demander son avis sur la légitimité de Benoît XIV, qu’il soutenait. Jeanne aurait refusé de répondre sur-le-champ. La correspondance échangée à ce propos était entre les mains des juges de Rouen. Cf. F. Neveux, L’évêque Pierre Cauchon, p. 151 et 161.

33 Cf. A. Curry, « Les villes normandes et l’occupation anglaise : l’importance du siège de Rouen (1418-1419) », in Les villes normandes au Moyen Âge : renaissance, essor et crise (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 8-12 octobre 2003), P. Bouet, F. Neveux (éd.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2006, p. 109-123.

34 Ce sont Guillaume de Cantiers, évêque d’Évreux (1400-1418), Jean de Marle, évêque de Coutances (1414-1418) et Pierre Fresnel, évêque de Lisieux (1415-1418), tous trois considérés comme de fervents Armagnacs.

35 Branda de Castiglione (1350-1443) fait ainsi nommer Pandolfo Malatesta à Coutances (1418-1424) et Paolo Capranica à Évreux (1420-1427) ; il reçoit lui-même l’évêché de Lisieux (1420-1424). Par la suite, les membres de sa famille vont être favorisés : Zanon de Castiglione, qui lui succède à Lisieux (1424-1432), avant d’être transféré à Bayeux (1432-1459), puis Giovanni de Castiglione, évêque de Coutances (1444-1453).

36 Le duc de Bretagne était alors Jean V (1399-1442).

37 En 1301, le comte de Bar avait dû reconnaître la suzeraineté du roi de France pour la partie de son territoire située sur la rive gauche de la Meuse (où se trouvait le village de Domrémy). Le comté de Bar fut érigé en duché en 1354.

38 Au temps de Jeanne d’Arc, le duc régnant est Charles II, dernier duc de la maison de Lorraine, qui gouverne le duché depuis le XIe siècle. Il meurt en 1431, sans héritier mâle. Son successeur est son gendre René d’Anjou (« le roi René ») qui avait épousé sa fille, Isabelle. René était déjà duc de Bar depuis 1430.

39 Notons que, sur le plan ecclésiastique, Domrémy relève du diocèse de Toul et de l’archevêché de Trêves, ces deux villes se trouvant dans l’Empire.

40 Vaucouleurs, chef-lieu de canton de la Meuse.

41 Aujourd’hui Domrémy-la-Pucelle, canton de Coussey, arrondissement de Neufchâteau, Vosges.

42 C’est un fief dont le seigneur local appartient à la famille de Bourlémont jusqu’en 1412 (C. Beaune, Jeanne d’Arc, p. 31-34).

43 Ibid., p. 33.

44 Cf. P. Lardin, « La crise monétaire de 1420-1422 en Normandie », in L’argent au Moyen Âge (Actes du 28e congrès de la Société des médiévistes de l’enseignement supérieur public, Clermont-Ferrand, 30 mai-1er juin 1997), Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 101-143. La réforme monétaire avait commencé sous Henri V. Le duc de Bedford la poursuivit et la mena à bien.

45 Ce chef de bande se nommait Henri d’Orly. Le bétail est néanmoins restitué, grâce à l’action de Jeanne de Joinville, dame de Domrémy, qui intervient auprès de son cousin, le comte Antoine de Vaudémont. Celui-ci envoie des troupes qui battent et tuent Henri d’Orly. Cf. S. Luce, Jeanne d’Arc à Domrémy, Paris, Champion, 1886, p. CXLI ; C. Beaune, Jeanne d’Arc, p. 83.

46 Expédition conduite par le gouverneur de Champagne, Antoine de Vergy (par ordre reçu le 22 juin 1428). Cf. R. Pernoud, M.-V. Clin, Jeanne d’Arc, Paris, Fayard, 1986, p. 29 ; C. Beaune, Jeanne d’Arc, p. 83.

47 Neufchâteau, sous-préfecture des Vosges. La ville de Neufchâteau appartenait au duc de Lorraine, mais pour ce fief, il était vassal du roi de France (qui avait pris la suite du comte de Champagne). Cf. C. Beaune, Jeanne d’Arc, p. 32.

48 Ibid., p. 33 et 83. Cet épisode fut exploité contre Jeanne par les juges du procès de condamnation.

49 R. Pernoud, M.-V. Clin, Jeanne d’Arc, p. 30 ; C. Beaune, Jeanne d’Arc, p. 83.

50 Journal d’un Bourgeois de Paris de 1405 à 1449, C. Beaune (éd.), Paris, Librairie générale française (Livre de poche ; 4522), 1990, p. 265.

51 « L’Ennemi », c’est-à-dire le Diable.

52 Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc, J. Quicherat (éd.), Paris, Renouard (Société de l’histoire de France), 1841-1849, 5 vol., t. V, p. 136-137.

53 En réalité par un archer du bâtard de Wandonne, qui appartient à Jean de Luxembourg, comte de Ligny, lui-même vassal du duc de Bourgogne.

54 Cf. infra la contribution de S. Poirey, « La procédure d’inquisition et son application au procès de Jeanne d’Arc », p. 91-110.

55 En attendant l’arrivée du « cardinal d’Angleterre », Henri Beaufort, évêque de Winchester, chef nominal de la délégation anglaise (le 23 août). Henri Beaufort (vers 1375-1447) est le fils de Jean de Gand et le frère d’Henri IV. Il est donc l’oncle du duc de Bedford et le grand-oncle d’Henri VI.

56 Âgée de 15 ans, Marguerite d’Anjou est la fille du roi René, duc d’Anjou, et la nièce de Marie d’Anjou, reine de France.

57 Dans les documents officiels émanant du gouvernement de Charles VII, on utilise l’expression de « recouvrement de la Normandie », et non les termes de reconquête ou de libération.

58 La principale armée royale est commandée par Jean de Dunois, le bâtard d’Orléans, qui s’empare de Verneuil (en juillet 1449), puis se dirige à la rencontre de l’armée anglaise, commandée par John Talbot. Celui-ci bat en retraite et s’enferme bientôt dans Rouen, avec le duc Edmond de Somerset, qui dirige les opérations au nom d’Henri VI. Rouen capitule en octobre 1449 et les Anglais se retirent à Caen. En 1450, les combats se poursuivent en basse Normandie. La campagne s’achève le 15 avril 1450 par la bataille de Formigny, près de Bayeux, remportée par Jean de Clermont, avec le renfort des Bretons du connétable de Richemont.

59 Collecte de la messe du propre de sainte Jeanne d’Arc, 30 mai : Deus, qui beatam Joannam Virginem ad fidem ac patriam tuendam mirabiliter suscitasti, da, quaesumus, ejus intercessione, ut ecclesia tua, hostium superatis insidiis, perpetua pace fruatur.

Auteur

François Neveux est professeur émérite de l’université de Caen en histoire du Moyen Âge, membre du CRHQ et de l’OUEN. Spécialiste du clergé, des villes et de la Normandie, il a publié une biographie du principal juge de Jeanne d’Arc, intitulée L’évêque Pierre Cauchon (Denoël, 1987). Par la suite, il a écrit plusieurs articles sur la question, et notamment sur les deux procès de Rouen. Dans les années 2007-2009, il a dirigé à l’université de Caen un groupe de travail sur Jeanne d’Arc, dont les recherches ont abouti à l’organisation du colloque de Cerisy consacré aux procès de condamnation et de réhabilitation (2009), puis à la publication du présent ouvrage.

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540