Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’hérétique à la sainte

 | 
François Neveux

Introduction

François Neveux

Texte intégral

1Faire l’histoire de Jeanne d’Arc n’est pas chose facile. Dès l’origine, le personnage réel fut l’enjeu de luttes politiques, dont les deux procès du XVe siècle ont été le reflet. Le premier procès « de condamnation » (1431) fut conduit sous le contrôle du gouvernement d’Henri VI, roi de France et d’Angleterre, dont le principal juge, Pierre Cauchon, était l’un des piliers. Le procès a eu lieu dans le château de Rouen, sous la surveillance de la garnison anglaise. Vingt-cinq ans plus tard (en 1456), le second procès s’est déroulé dans un contexte politique tout à fait différent1. Charles VII, roi de France, avait vaincu les Anglais et les avait chassés du royaume. La nouvelle procédure visait à annuler le premier procès. En annulant la condamnation de Jeanne, on réhabilitait Charles VII, dont elle avait été un soutien essentiel à un moment décisif (en 1429).

2Dans cette introduction, nous invoquerons rapidement les grandes tendances de l’historiographie johannique, de façon à intégrer nos recherches dans le vaste courant d’études qui les ont précédées. Puis, nous rappellerons les principales éditions des procès (au XXe siècle) et les publications scientifiques les plus récentes sur la question, avant de présenter les grandes lignes de cet ouvrage.

Les grandes tendances de l’historiographie johannique (XVIe-XXe siècle)

3Après sa mort, Jeanne d’Arc a rapidement été un objet de polémique. La réalité de sa mort sur le bûcher fut contestée aussitôt et l’on vit apparaître de fausses Jeanne d’Arc, dont la plus célèbre est Jeanne-Claude des Armoises (1436-1440)2. D’autres se manifestèrent ensuite au cours du XVe siècle : la Pucelle de Sermaize (vers 1450) ou Jeanne-Marie La Féronne (1459-1460)3.

  • 4 Ils oubliaient à quel point l’humanisme des XIVe et XVe siècles leur avait ouvert la voie.
  • 5 Du Haillan, De l’Estat et succez des affaires de France, 1570, rééd. Paris, P. L’huillier et J. Met (...)

4Par la suite, la mémoire de Jeanne va être soumise à des fluctuations qui suivent les évolutions culturelles et intellectuelles. Dès le XVIe siècle, la Pucelle ne correspond plus guère à l’esprit du temps. Les hommes de la Renaissance se tournent vers les auteurs de l’Antiquité et méprisent souvent les personnalités du siècle qui les ont précédés4. Il faut attendre la seconde moitié du siècle pour que les Guerres de religion, nouvel affrontement entre Français, entraînent un regain d’intérêt pour Jeanne. L’un des auteurs les plus représentatifs de l’époque est Bernard de Girard, seigneur du Haillan, qui expose divers points de vue sur elle (sainte pour les uns, « garce » de Dunois ou de Baudricourt pour les autres), en refusant de prendre parti. De plus, il est réservé sur la question des voix et obsédé par celle de la virginité. Son œuvre eut un écho certain et il fut considéré par la suite comme un adversaire déclaré de Jeanne5.

  • 6 E. Richer, La première histoire en date de Jeanne d’Arc (1625-1630) : histoire de la Pucelle d’Orlé (...)
  • 7 F. Eudes de Mézeray, Histoire de France, Paris, Guillemot, 1643-1651, t. II, p. 613-619 ; Abrégé ch (...)
  • 8 C.É. du Boulay, Historia Universitatis Parisiensis, Paris, F. Noël et P. de Bresche, 1665-1673, 6 v (...)
  • 9 J. Chapelain, La Pucelle ou la France délivrée, Paris, A. Courbé, 1656.

5Au XVIIe siècle, Jeanne devient un sujet de controverse, au sein même de l’université de Paris. D’un côté, Edmond Richer entend la réhabiliter dans son Histoire de la Pucelle d’Orléans (1625-1630), qui reste inédite jusqu’au XXe siècle6. De l’autre, d’autres savants émettent des jugements pour le moins nuancés, comme François de Mézeray7, frère de saint Jean Eudes, ou César Égasse du Boulay, auteur d’une monumentale histoire de l’université de Paris8. Ces derniers émettent de sérieuses réserves sur la mission divine de Jeanne et répugnent à considérer Pierre Cauchon de façon négative. L’auteur qui aura le plus d’influence est cependant Jean Chapelain, qui publie en 1656 un poème héroïque intitulé La Pucelle ou la France délivrée9. Ce texte emphatique et boursouflé prétendait défendre la cause de Jeanne, mais il eut peut-être l’effet inverse, en tout cas auprès des auteurs du siècle des Lumières.

  • 10 Cf. C.A. Sainte-Beuve, Voltaire, sa vie et sa correspondance, M. Allem (éd.), Paris, Garnier, 1932.
  • 11 Voltaire, La Pucelle d’Orléans, poème héroï-comique, Londres, 1752-1756 ; rééd. in Œuvres complètes(...)
  • 12 N. Langlet du Fresnoy, Histoire de Jeanne d’Arc dite la Pucelle d’Orléans, Amsterdam, par la Compag (...)
  • 13 Histoire de France de Velly, Villaret, puis Garnier, Paris, Desaint et Saillant, 1755-1786, 31 vol. (...)
  • 14 J.P.L. de La Roche du Maine, marquis de Luchet, Dissertation sur Jeanne d’Arc, vulgairement nommée (...)

6« À force d’ennui, Chapelain appela les représailles. Voltaire eut le malheur de s’en charger et tout son siècle celui d’y applaudir ». Cette phrase assassine est de Sainte-Beuve10. De fait, le poème de Voltaire, intitulé La Pucelle d’Orléans, donna le ton aux auteurs du XVIIIe siècle11. Jeanne y est tournée en ridicule. Dans le même esprit, l’article de l’Encyclopédie qui lui est consacré la présente comme une « célèbre amazone » et ses voix comme des « fables inventées par la superstition et par la haine ». Cet article n’est cependant pas sans défauts, car il est truffé d’erreurs historiques. D’ailleurs, les auteurs ecclésiastiques de ce siècle émettent de sérieuses réserves sur les visions, même s’ils professent par ailleurs leur admiration à l’égard de Jeanne. C’est le cas de l’abbé Nicolas Langlet du Fresnoy dans son Histoire de Jeanne d’Arc dite la Pucelle d’Orléans (1753)12. Cette façon de voir est reprise par tous les auteurs de la seconde moitié du siècle, comme Claude Villaret dans son Histoire de France13, ou le marquis de Luchet dans sa Dissertation sur Jeanne d’Arc (1776)14. Dans l’ensemble, le jugement porté sur Jeanne d’Arc par les hommes du XVIIIe siècle est donc plutôt défavorable.

  • 15 Campigny, canton de Pont-Audemer, Eure. Le doyenné de Pont-Audemer et la paroisse de Campigny faisa (...)
  • 16 N. Deshays, Mémoires pour servir à l’histoire des évêques de Lisieux [1754], publiés par H. de Form (...)

7Il faut pourtant mentionner l’opinion d’un auteur tout à fait modeste, dont l’œuvre ne fut publiée qu’au XIXe siècle. C’est Noël Deshays, curé de Campigny15, qui rédigea en 1754 des Mémoires consacrés aux évêques de son diocèse16. Dans sa notice sur Pierre Cauchon, évêque de Lisieux de 1432 à 1442, il écrit :

  • 17 Ibid., p. 175. La notice sur Pierre Cauchon occupe les pages 172 à 182.

Si les Français considéraient avec justice Jeanne d’Arc comme une sainte inspirée de Dieu, les Anglais et leurs partisans la regardaient comme une sorcière qui avait communication avec les esprits des ténèbres ; ce n’était pas le peuple anglais seul qui en pensait ainsi : beaucoup d’honnêtes gens, dans ce parti, par un préjugé dont il n’est pas souvent aisé de se défendre, pouvaient penser de même ; il n’est pas surprenant que Pierre Cauchon, attaché de tout temps au duc de Bourgogne et aux Anglais, ait été de ce nombre17.

  • 18 Parmi eux, citons Philippe Contamine, Colette Beaune et plusieurs autres qui contribuent à cet ouvr (...)

8Noël Deshays fait figure d’exception au XVIIIe siècle. Il est le seul, à notre connaissance, à replacer vraiment Jeanne dans le contexte de son temps, en des termes qui pourraient être repris par des auteurs du XXe et du XXIe siècle18. Il ne disposait pourtant pas de la connaissance directe des sources, qui n’allaient être connues (partiellement) qu’à la fin du même siècle.

  • 19 C.C.F. de L’Averdy, Mémorial concernant la recherche à faire des minutes originales des différentes (...)
  • 20 Il sera fréquemment question de ces deux manuscrits dans cet ouvrage : cf. notamment la contributio (...)
  • 21 L’Averdy fut guillotiné le 24 novembre 1793.

9Le premier auteur à publier une étude « scientifique » sur les procès de Jeanne d’Arc est Charles Clément François de L’Averdy. Né en 1724, conseiller au Parlement de Paris dès 1743 (à 19 ans), L’Averdy fut contrôleur général des finances de 1763 à 1768. Sa carrière politique se révéla catastrophique et il fut accusé d’avoir pris part au « pacte de famine ». Il se consola de sa disgrâce en reprenant ses travaux d’érudition et en recherchant les manuscrits des procès de Jeanne d’Arc. Ayant été élu membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1764, il présenta devant cette vénérable institution un Mémorial sur le sujet et des extraits des procès, en 1787 et 179019. On peut notamment le considérer comme le « découvreur » du manuscrit d’Urfé et du manuscrit d’Orléans20. Ces publications datent de la veille de la Révolution, qui devait le broyer comme tant d’autres21. L’Averdy a réalisé un véritable travail critique sur les procès. Il n’en considère pas moins que le procès de condamnation est un chef-d’œuvre d’injustice, alors que le procès en nullité lui paraît sans défaut. Ce point de vue est étonnant de la part d’un juriste, mais il est vrai qu’il ignorait tout de la procédure inquisitoriale. Cette façon de voir eut une très grande influence sur les historiens du XIXe siècle, qui accordèrent (à juste titre) une grande importance à ses travaux.

  • 22 P.A. Le Brun de Charmettes, Histoire de Jeanne d’Arc, surnommée la Pucelle d’Orléans, Paris, A. Ber (...)
  • 23 P. de Barante, Histoire des ducs de Bourgogne, Paris, Ladvocat, 1825-1826, 13 vol. ; reprint, Nîmes (...)

10Au XIXe siècle, on assiste à un regain d’intérêt pour le personnage de Jeanne d’Arc. Ce renouveau s’explique par la conjonction de plusieurs phénomènes : la redécouverte du Moyen Âge, désormais à la mode, la chute de l’ancienne dynastie, qui désacralise l’histoire de la Pucelle, et la vision nouvelle des générations issues de la Révolution. La guerre étrangère et la guerre civile des années 1792-1815 permettent de mieux comprendre la période trouble de la fin du Moyen Âge. Sans entrer dans le détail, on peut citer deux auteurs qui se situent nettement dans la postérité de L’Averdy : Philippe Alexandre Le Brun de Charmettes, auteur d’une grande Histoire de Jeanne d’Arc (1817)22 et Prosper de Barante, qui publie en 1825 une monumentale Histoire des ducs de Bourgogne, puis son Histoire de Jeanne d’Arc23. En réalité, ce sont surtout les historiens de la génération suivante qui vont jouer un rôle majeur dans l’historiographie de Jeanne d’Arc.

  • 24 J. Michelet, Histoire de France, t. V, 1841 ; rééd. Paris, Robert Laffont (Bouquins), 1981, p. 609- (...)
  • 25 J. Michelet, Jeanne d’Arc, Paris, Hachette, 1853.

11Le plus célèbre d’entre eux est évidemment Jules Michelet (1798-1874), qui consacre à la Pucelle deux chapitres de son Histoire de France24. Par la suite, il reprend et développe son texte dans un livre indépendant, intitulé Jeanne d’Arc, qui est publié en 185325. Michelet ne se prononce pas sur l’origine des voix (comme Barante avant lui), mais assigne à Jeanne une mission de redressement national, plutôt qu’une mission divine. Au sujet des procès, il reste fidèle aux analyses de L’Averdy. Michelet s’adressait au grand public et son influence fut profonde et durable. On peut dire qu’il est à l’origine d’un courant qui fait de Jeanne une héroïne laïque, et bientôt républicaine. Ce courant connut une grande fortune au XIXe et au début du XXe siècle.

  • 26 Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc dite la Pucelle, J. Quicherat (éd.), Pa (...)
  • 27 J. Quicherat, Aperçus nouveaux sur l’histoire de Jeanne d’Arc, Paris, Renouard, 1850.

12Du point de vue de la recherche historique, l’auteur le plus important de cette époque est Jules Quicherat (1814-1882). Frère de l’éminent philologue Louis Quicherat (1799-1884), il a l’immense mérite d’entreprendre la première publication intégrale des procès de Jeanne d’Arc. Cette publication fut réalisée pour la Société de l’histoire de France, de 1841 à 1849. Le premier tome est consacré au procès de condamnation et les deux suivants au procès de réhabilitation. Dans les quatrième et cinquième tomes, Quicherat publie de nombreux documents du XVe siècle concernant Jeanne d’Arc26. Le travail de Quicherat est de grande qualité. Bien entendu, les textes originaux sont transcrits en latin, sans traduction. C’était la règle au XIXe siècle, à une époque où tous les gens cultivés lisaient sans problème la langue de Cicéron. Quicherat publie également l’enquête préalable au second procès, conduite sur ordre de Charles VII par Guillaume Bouillé (en 1450). Il s’agit d’un texte en français. En revanche, il ignore la minute française du procès de condamnation. Quicherat a réalisé ainsi une œuvre capitale qui est à l’origine d’une extraordinaire floraison d’ouvrages sur Jeanne d’Arc. Lui-même dévoile son point de vue dans ses Aperçus nouveaux sur l’histoire de Jeanne d’Arc (1850)27. Concernant les voix de Jeanne, il cherche à les expliquer rationnellement. Concernant les procès, il est le premier à se démarquer de L’Averdy en affirmant que le procès de condamnation a été tenu régulièrement.

  • 28 H. Martin, Jeanne Darc, Paris, Furne, 1857.
  • 29 A. Vallet de Viriville, Histoire de Charles VII, roi de France, et de son époque, Paris, Veuve Reno (...)
  • 30 S. Luce, Jeanne d’Arc à Domrémy. Recherches critiques sur les origines de la mission de la Pucelle, (...)
  • 31 C. de Robillard de Beaurepaire, « Recherches sur le procès de condamnation de Jeanne d’Arc », in Pr (...)
  • 32 C. de Robillard de Beaurepaire, « Notes sur les juges et les assesseurs du procès de condamnation d (...)

13Jules Quicherat a réalisé ses travaux sur Jeanne d’Arc dans sa jeunesse (entre 27 et 36 ans). Ceux-ci lui ont valu la reconnaissance du monde académique et un poste de professeur à l’École des Chartes, puis de directeur de cette école. Il a ainsi pu former une pléiade de disciples parmi lesquels on peut citer Henri Martin, auteur d’une Jeanne Darc (1857)28, Auguste Vallet de Viriville et Gaston du Fresne de Beaucourt, tous les deux biographes de Charles VII29, ou encore Siméon Luce30 et Charles de Beaurepaire, archiviste de la Seine-Inférieure, qui s’efforce à l’objectivité dans ses « Recherches sur le procès de condamnation » (1867-1868)31 ou dans ses « Notes sur les juges » (1889-1890)32.

14La vision très humaine (pour ne pas dire humaniste) de Michelet, de Quicherat et de ses disciples n’était pas partagée par tous les historiens du XIXe siècle. Une école catholique allait bientôt se constituer contre l’école « rationaliste », qui ne prenait pas en compte l’intervention divine dans l’histoire de Jeanne. À vrai dire, l’antagonisme entre les deux écoles n’est pas uniquement scientifique. Il va être exacerbé par tous les conflits politiques ou religieux qui marquent la France de la seconde moitié du XIXe siècle : l’intransigeance du pape Pie IX, la guerre de 1870, la question républicaine, la querelle scolaire et l’affaire Dreyfus, sans compter l’anticléricalisme officiel, qui débouche sur la séparation des Églises et de l’État, en 1905.

  • 33 H. Wallon, Jeanne d’Arc, Paris, Hachette, 1860, 2 vol. (nombreuses rééditions, dont une édition ill (...)
  • 34 M. Sepet, Jeanne d’Arc, Tours, Mame, 1869 (nombreuses rééditions aux XIXe et XXe siècles).
  • 35 J.-B.-J. Ayroles, La vraie Jeanne d’Arc, Paris, Gaume, puis Rondelet, puis Vitte, 1890-1901, 5 vol. (...)
  • 36 P.-H. Dunand, Études critiques d’après les textes sur l’histoire de Jeanne d’Arc, Paris – Toulouse, (...)
  • 37 Ibid., t. III, p. 79.
  • 38 Ibid., p. 487 et 694.

15Le premier historien de cette école catholique est Henri Wallon, le futur « père de la République », qui publie sa Jeanne d’Arc en 186033. Pour lui, les révélations de la Pucelle proviennent bien de Dieu. Sa mission divine ne fait aucun doute. Il importe cependant de mettre l’Église hors de cause, en affirmant que Pierre Cauchon n’était pas vraiment son représentant. La preuve : il a refusé l’appel au pape ! Dans le même courant, on retrouve de façon inattendue un élève de Quicherat, Marius Sepet (1869)34. Le principal pourfendeur de l’école adverse est le père jésuite Jean-Baptiste-Joseph Ayroles, qui écrit un ouvrage monumental en cinq volumes pour défendre La vraie Jeanne d’Arc (1890-1901)35. Il y fait plutôt œuvre de pamphlétaire que d’historien, mais son œuvre eut un retentissement incontestable. Signalons enfin le chanoine Philippe-Hector Dunand, auteur prolifique et éditeur de Richer, dont il reprend souvent les thèses. Dans ses Études critiques, il qualifie les deux courants antagonistes d’école française et d’école anglaise36. La première est l’école catholique. La seconde est celle de Quicherat, qui « prend pour guide et pour maître le juge de la Pucelle »37. Pierre Cauchon lui-même est considéré, de façon étonnante, comme un « historien falsificateur et faussaire, mais enfin historien ! »38.

  • 39 A. France, Vie de Jeanne d’Arc, Paris, Calmann-Lévy, 1908, 2 vol.
  • 40 G. Hanotaux, Jeanne d’Arc, Paris, Plon, 1911.
  • 41 J. Fabre, Les bourreaux de Jeanne d’Arc et sa fête nationale. Notices sur les personnages du procès (...)
  • 42 Né en 1842, Joseph Fabre mourut en 1916.

16Au début du XXe siècle, la guerre entre les deux écoles bat encore son plein. D’un côté, Anatole France publie avec sa Vie de Jeanne d’Arc un ouvrage très bien documenté (1908)39. De l’autre, Gabriel Hanotaux, ancien ministre des Affaires étrangères, fait de Jeanne d’Arc un symbole du patriotisme (1911)40. Ce patriotisme exacerbé est dans l’air du temps et va déboucher sur la guerre de 1914-1918. Mais celle-ci entraîne une réconciliation inattendue entre les partisans des deux écoles antagonistes. Au cœur de la guerre, Joseph Fabre écrit Les bourreaux de Jeanne d’Arc (1915) et milite pour l’établissement d’une fête nationale en son honneur41. Son vœu ne fut réalisé qu’après sa mort, en 192042. Dans l’autre camp, on s’apprêtait à porter Jeanne sur les autels. Dès 1894, elle avait été déclarée « vénérable ». Elle allait être béatifiée en 1909 et canonisée en 1920. Les deux France communient alors autour de la nouvelle sainte, également promue héroïne nationale.

  • 43 Paul Doncœur (1880-1961) appartient à l’ordre des Jésuites.
  • 44 P. Doncœur, Qui a brûlé Jeanne d’Arc ?, Paris, Flammarion, 1931.
  • 45 Ibid. p. 43-44.
  • 46 Cf. infra.
  • 47 Oratorio dramatique, texte de Paul Claudel et musique d’Arthur Honegger. L’œuvre fut représentée po (...)

17Entre les deux guerres, Jeanne d’Arc est populaire et consensuelle. Les clivages n’ont cependant pas complètement disparu. Du côté catholique, c’est Paul Doncœur qui tient le haut du pavé43. Dans son petit ouvrage, Qui a brûlé Jeanne d’Arc ? (1931), il adopte un ton polémique, pas très différent de celui de ses prédécesseurs du XIXe siècle44. L’essentiel pour lui est d’exonérer l’Église de toute responsabilité dans la mort de Jeanne. Les responsables sont donc les Anglais, notamment le duc de Bedford et « Cauchon, agent à sa solde depuis plus de dix ans »45. Par la suite, le même Paul Doncœur écrivit des ouvrages plus solides sur le plan scientifique46. En attendant, il a inspiré des écrivains et auteurs dramatiques, comme Paul Claudel dans sa Jeanne au bûcher47, qui eut un grand retentissement (1935).

  • 48 Les précurseurs sont des « érudits locaux », tels le capitaine Charles Engelhard, auteur de : « Pie (...)
  • 49 Ce comité a notamment organisé un congrès : 5e centenaire de Jeanne d’Arc à Rouen, Congrès historiq (...)
  • 50 R. de Rigné, La clef de l’erreur judiciaire…, p. 29-30.
  • 51 Ibid., p. 10 : « À l’origine de tout ceci, il y a même une responsable devant Dieu et devant les ho (...)
  • 52 Cf. à ce sujet les livres récents de Colette Beaune et d’Olivier Bouzy, mentionnés infra.

18D’un autre côté, une vision plus équilibrée de Jeanne est en train de percer48. Celui qui donne le ton est Raymond de Rigné, secrétaire général du Comité international du 5e centenaire de Jeanne d’Arc49. Dans un ouvrage publié en 1928, il affirme que la clef du procès se trouve dans la personne d’Isabeau de Bavière, qui « ignorait qu’elle eût conçu Charles VII des œuvres de Charles VI ». Ainsi « le procès de Rouen fut essentiellement le procès de l’illégitimité admise de Charles VII »50. Cette position lui permet au passage d’exonérer Pierre Cauchon de toute culpabilité, puisqu’il a condamné Jeanne de bonne foi. Il y a, derrière cette position, un arrière-plan politique : la véritable responsable de la mort de Jeanne est Isabeau, une Allemande51 ! Une telle thèse, sous la plume d’un auteur sérieux, nous paraît bien dangereuse, car elle n’est pas fondée sur des faits prouvables et autorise toutes les dérives52.

  • 53 Nous évoquerons Pierre Tisset. Cf. infra.
  • 54 Mémorial du 5e centenaire de la réhabilitation de Jeanne d’Arc (1456-1956), Paris, Joseph Foret, 19 (...)

19Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Jeanne d’Arc est encore mise à l’honneur, mais beaucoup moins que lors de la Première. Dans les années 1950, on va beaucoup reparler d’elle à l’occasion d’une nouvelle commémoration, celle du 500e anniversaire du procès de réhabilitation (1456-1956). Publié en 1958, le Mémorial du 5e centenaire de la réhabilitation de Jeanne d’Arc réunit les contributions d’auteurs connus depuis longtemps, comme Paul Doncœur, et de nouveaux venus, comme Pierre Tisset53 et surtout Régine Pernoud54.

  • 55 Paris, Hachette, 1953 ; Livre de poche, 1955 ; rééd. Marabout, 1982.
  • 56 Paris, Éditions du Seuil, 1959.
  • 57 Paris, Fayard, 1986.
  • 58 Paris, Éditions du Rocher, 1995.
  • 59 Paris, Éditions du Seuil, 1970, p. 36-50.
  • 60 Cf. le livre d’E. Bourassin, L’évêque Cauchon, coupable ou non coupable ?, Paris, Perrin, 1988. Dan (...)

20Régine Pernoud va dominer la scène johannique pendant près de quarante ans. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages, dont le premier s’intitule Vie et mort de Jeanne d’Arc (traduction des témoignages du procès de réhabilitation, 1953)55. Suivront de nombreuses biographies intitulées Jeanne d’Arc, depuis celle de 195956 jusqu’à celle de 1986, co-écrite avec Marie-Véronique Clin57 et à Jeanne d’Arc, la reconquête de la France (1995)58. Régine Pernoud présente une vision traditionnelle de Jeanne, dans l’optique catholique. Elle accepte, sans guère de restrictions, les témoignages de la réhabilitation. Si elle concède que le second procès est politique, c’est du bout des lèvres, « pour autant que ce terme signifie : lié à des circonstances politiques précises », ce qui revient à priver l’expression de son sens. Cette phrase est extraite d’un livre polémique de Régine Pernoud : Jeanne devant les Cauchons (1970)59. L’auteur s’y attaque, avec une plume caustique, à tous ceux qui, selon elle, ont déformé l’histoire véritable de Jeanne. Le premier d’entre eux est Pierre Cauchon lui-même. Sont ensuite attaqués un certain nombre d’auteurs contemporains, historiens de métier ou de circonstance. Il faut bien reconnaître que cette attitude, de la part d’une femme désormais célèbre, a quelque peu stérilisé la recherche universitaire dans ce domaine. Gare à ceux qui osaient proférer une opinion divergente60 ! Tout n’est cependant pas négatif. On doit remercier Régine Pernoud pour le rôle qu’elle a joué dans la création du Centre Jeanne d’Arc d’Orléans, dont la direction a été confiée à d’éminents universitaires : Philippe Contamine, puis Françoise Michaud-Fréjaville. On peut seulement regretter que cette structure ait été réduite comme une peau de chagrin depuis lors, malgré les efforts d’Olivier Bouzy. Elle n’en reste pas moins un centre de documentation de premier ordre.

21L’historiographie de Jeanne d’Arc a donc été bien chaotique au XXe siècle, comme au cours du siècle précédent. Cependant, de même que les historiens du XIXe siècle avaient été stimulés par la première publication scientifique des procès, celle de Quicherat, de même ceux du XXe siècle vont bénéficier de nouvelles éditions des sources fondamentales.

Les publications scientifiques du texte des procès

  • 61 Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, P. Champion (éd.), Paris, H. Champion, 1920-1921, 2 vol.

22La première publication d’importance est celle de Pierre Champion. En 1920, cet auteur fait paraître une nouvelle édition du procès de condamnation, accompagnée d’une traduction française. Le texte est ainsi mis à la portée du plus grand nombre61.

23Il faut ensuite attendre l’après-guerre. Nous connaissons déjà le Père Doncœur, qui avait consacré plusieurs ouvrages à Jeanne d’Arc et apparaissait comme le meilleur spécialiste (dans une perspective évidemment favorable à l’Église catholique). Dans les années 1950, il est âgé de plus de 70 ans, mais ne s’arrête pas de travailler, bien au contraire. Avec la collaboration active d’Yvonne Lanhers, alors archiviste aux Archives nationales, Paul Doncœur publie de 1952 à 196162 cinq volumes de Documents et recherches relatifs à Jeanne le Pucelle. Le premier volume (publié sous son seul nom) est consacré à la minute française des interrogatoires, connue à travers deux manuscrits du XVe siècle63. C’est une publication d’autant plus importante que ces minutes avaient été négligées par tous ses prédécesseurs, y compris Quicherat. Il y a beaucoup de profit à comparer ce texte en français médiéval à la version officielle du procès de condamnation, rédigée en latin64. Les autres volumes sont consacrés à l’édition de certains éléments des deux procès, avec texte original (latin ou français), traduction et annotations65. Dans ces volumes, Yvonne Lanhers est clairement identifiée comme éditeur, aux côtés de Paul Doncœur.

  • 66 Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, P. Tisset (éd.), avec le concours d’Y. Lanhers, Paris, Klin (...)
  • 67 Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, P. Duparc (éd.), Paris, Klincksieck (Société (...)
  • 68 Ces traités n’ont encore jamais été vraiment étudiés jusqu’à présent. Dans cet ouvrage, ils font l’ (...)

24Ces publications partielles ont montré la nécessité d’une nouvelle édition scientifique des procès dans leur intégralité. L’édition de Quicherat avait rendu d’immenses services aux historiens (qui l’utilisent encore). Cependant, elle avait été réalisée selon les critères de son temps, la première moitié du XIXe siècle, et ne correspondait plus aux canons de l’édition contemporaine. C’était une tâche immense, qui n’était plus à la portée d’un seul chercheur. Deux hommes allaient s’y atteler pendant des années, à nouveau sous l’égide de la Société de l’histoire de France. Tous les deux étaient des juristes de formation et des historiens du droit. Pierre Tisset s’assura lui aussi la collaboration de l’indispensable Yvonne Lanhers et publia une édition et traduction du Procès de condamnation de Jeanne d’Arc en trois volumes (1960-1971). Le premier tome comprend le texte latin, le second la traduction française et le troisième l’introduction scientifique66. Quelques années plus tard, Pierre Duparc s’attaqua au second procès, celui de réhabilitation, qui n’avait été publié que partiellement par Quicherat. Il lui donna le titre (plus juste historiquement) de Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc (en cinq volumes, 1977-1988). La publication comprend, pour la première fois, l’édition intégrale du texte latin. La traduction est partielle et ne concerne que les interrogatoires des témoins (1452-1456)67. Signalons que Pierre Duparc n’a pas inclus dans sa publication la première enquête de Guillaume Bouillé (publiée par Quicherat et par Doncœur), au motif qu’elle n’avait pas été insérée dans le procès définitif. C’est un scrupule de juriste, que l’historien peut sans doute regretter. En revanche, cette édition comporte le texte des traités demandés alors à d’éminents ecclésiastiques et universitaires68.

  • 69 J. Fabre, Procès de condamnation de Jeanne d’Arc d’après les textes authentiques des procès-verbaux (...)

25La double publication de Pierre Tisset et de Pierre Duparc fournit enfin aux chercheurs la base indispensable à un véritable travail scientifique. De plus, la traduction française permet à un public beaucoup plus large d’accéder aux sources originales. De ce point de vue, la voie avait été ouverte depuis un siècle par Joseph Fabre (1884), Pierre Champion (1920-1921), Raymond Oursel (1953-1954), Régine Pernoud (1953), ainsi que Georges et Andrée Duby (1973)69. La nouvelle édition des procès a été, depuis une quarantaine d’années, la base de tous les travaux sur Jeanne d’Arc, dont nous allons présenter les plus importants.

Les travaux récents sur Jeanne d’Arc

26Les publications sur Jeanne d’Arc sont très nombreuses et il importe de faire un tri. Je n’évoquerai donc que les travaux présentant des garanties de sérieux « universitaire ». Il sera cependant nécessaire d’évoquer les thèses fantaisistes qui courent sur le sujet depuis longtemps et qui ont fait l’objet récemment de réfutations en règle de la part de quelques collègues.

  • 70 Jeanne d’Arc, une époque, un rayonnement (Actes du colloque d’Orléans, octobre 1979), Paris, Éditio (...)
  • 71 P. Contamine, De Jeanne d’Arc aux guerres d’Italie. Figures, images et problèmes du XVe siècle, Orl (...)
  • 72 Nous l’évoquerons à nouveau plus loin, à propos de Shakespeare.

27Pour mémoire, rappelons d’abord le colloque du 550e anniversaire qui s’est tenu à Orléans en 1979, Jeanne d’Arc, une époque, un rayonnement70. Pour l’essentiel, néanmoins, nous nous limiterons aux publications des dix ou quinze dernières années. La contribution de Philippe Contamine au colloque de 1979 a été rééditée dans le volume de Varia qui rassemble un certain nombre de ses articles, publiés de façon dispersée de 1979 à 1990 : De Jeanne d’Arc aux guerres d’Italie71. Ce petit volume est très utile pour les chercheurs72.

  • 73 Orléans, L’Atelier de l’Archer, 1999. Olivier Bouzy y exposait déjà les légendes qui courent à prop (...)
  • 74 Images de Jeanne d’Arc (Actes du colloque de Rouen, 25-27 mai 1999), J. Maurice, D. Couty (dir.), P (...)
  • 75 Jeanne d’Arc en garde à vue, D. Goy-Blanquet (éd.), Bruxelles, Le Cri, 1999 (essais de Dominique Go (...)
  • 76 Joan of Arc, A Saint for All Reasons : Studies in Myth and Politics, D. Goy-Blanquet (dir.), Alders (...)

28L’année 1999 est féconde concernant les publications johanniques. Signalons d’abord l’ouvrage d’Olivier Bouzy intitulé Jeanne d’Arc, mythes et réalités73. À Rouen s’est réuni un colloque consacré aux Images de Jeanne d’Arc, sous la direction de Jean Maurice et de Daniel Couty74. Ce colloque réunissait des historiens et des littéraires, dont plusieurs contribuent au présent ouvrage : Alain Sadourny, Jacques Dalarun, Gerd Krumeich, Olivier Bouzy et Françoise Michaud-Fréjaville, parmi les historiens, Jean Maurice et Michèle Guéret-Laferté, parmi les littéraires. L’un des apports majeurs de ce colloque était de montrer l’intérêt de ces derniers pour le personnage de Jeanne d’Arc, figure centrale de la littérature depuis Shakespeare. Or, la même année, c’est une spécialiste de Shakespeare, Dominique Goy-Blanquet, qui a dirigé un livre intitulé Jeanne d’Arc en garde à vue75. Elle a aussi écrit ou dirigé plusieurs ouvrages en anglais, faisant le lien entre les chercheurs français et anglo-saxons76.

  • 77 D. Fraioli, Joan of Arc, the Early Debate, Woodbridge, The Boydell Press, 2000 ; Joan of Arc and th (...)
  • 78 Cf. A. Curry, The Hundred Years War, Basingstoke, Macmillan, 1993 ; rééd. Oxford, Osprey, 2002 ; Ne (...)
  • 79 C. Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004.
  • 80 C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985.
  • 81 Journal d’un Bourgeois de Paris de 1405 à 1449, C. Beaune (éd.), Paris, Librairie générale français (...)
  • 82 C. Beaune, Jeanne d’Arc, chap. 7, p. 115-133.
  • 83 Ibid., chap. 15, p. 333-367.
  • 84 À l’occasion de son départ à la retraite, ses collègues et ses amis ont organisé en son honneur un (...)

29De fait, le XXIe siècle s’est ouvert avec la publication de Joan of Arc, the Early Debate de Deborah Fraioli77. Celle-ci contribue au présent ouvrage, dans lequel elle représente la recherche américaine, tandis qu’Anne Curry y représente la recherche britannique78. En 2004, on peut considérer comme un grand événement historiographique la publication de la Jeanne d’Arc de Colette Beaune79. Celle-ci est bien connue comme la grande spécialiste de l’idéologie royale depuis sa Naissance de la nation France80. Elle s’est aussi illustrée comme éditrice de documents fondamentaux des XIVe et XVe siècles81. Dans sa Jeanne d’Arc, elle éclaire son personnage par sa connaissance approfondie de la société, de l’environnement politique et culturel de son temps. Elle étudie Jeanne en tant que femme, en rapprochant son cas de nombreux autres personnages moins connus. De ce point de vue, son étude se rattache à l’histoire du genre, mais elle est conduite avec beaucoup de finesse et de subtilité. L’auteur n’ignore pas le contexte politico-religieux et l’utilisation qui est faite des bergers, des prophètes et des prophétesses en ces temps d’inquiétude. C’est ce qu’elle appelle « l’opération bergère », dans l’un de ces passages les plus brillants82. Elle conclut son ouvrage par un chapitre intitulé de façon significative « Sainte, magicienne ou sorcière ? »83. Colette Beaune, grande historienne du royaume de France à la fin du Moyen Âge, a pu renouveler notre façon de considérer Jeanne d’Arc en ouvrant de nombreuses pistes pour les chercheurs à venir84.

  • 85 Recherches récentes sur Jeanne d’Arc (table ronde franco-allemande, Institut historique allemand), (...)

30En 2006, s’est tenue une table ronde consacrée à Jeanne d’Arc à l’Institut historique allemand. Elle a permis une rencontre fructueuse entre spécialistes français et allemands. La plupart des participants contribuent au présent ouvrage. Ce sont, du côté français, Philippe Contamine, Françoise Michaud-Fréjaville et Colette Beaune et, du côté allemand, Gerd Krumeich et Heinz Thomas85.

  • 86 Jeanne d’Arc en littérature, prose, poésie et théâtre, du XVe au XXIe siècle, colloque internationa (...)
  • 87 Le centenaire de la béatification de Jeanne d’Arc, colloque organisé par la Société archéologique e (...)

31L’année 2009 a été féconde en rencontres et en congrès johanniques. C’était le 580e anniversaire de la libération d’Orléans (8 mai 1429) et surtout le centenaire de la béatification de Jeanne d’Arc (18 avril 1909). Un premier colloque a eu lieu dans le cadre des fêtes organisées tous les ans au mois de mai par la ville d’Orléans. Il était intitulé Jeanne d’Arc en littérature86. C’était un colloque international, réunissant de nombreux spécialistes russes et polonais, mais aussi autrichiens, égyptiens, marocains et français. Parmi ces derniers, signalons Françoise Michaud-Fréjaville, Olivier Bouzy et Julie Deramond, que nous retrouverons. Le second colloque eut lieu à Cerisy-la-Salle, du 1er au 4 octobre 2009, autour des Procès de Jeanne : nous en publions ici les actes. Le troisième se tenait à nouveau à Orléans les 11 et 12 décembre : il était spécifiquement consacré au Centenaire de la béatification de Jeanne d’Arc87.

  • 88 O. Bouzy, Jeanne d’Arc, mythes et réalités, Orléans, L’Atelier de l’Archer, 1999.
  • 89 Ibid., Introduction, p. 21-31, p. 33, p. 51, etc.
  • 90 R. Senzig et M. Gay, L’affaire Jeanne d’Arc, Paris, Éditions Florent Massot, 2007.
  • 91 Vraie Jeanne, fausse Jeanne, Émission de Martin Meissonnier, avec la participation de Roger Senzig (...)
  • 92 O. Bouzy, Jeanne d’Arc, l’histoire à l’endroit, Tours, CLD, 2008 (préface de Philippe Contamine).
  • 93 C. Beaune, Jeanne d’Arc, vérités et légendes, Paris, Perrin, 2008 ; rééd. 2012 (Tempus).

32Jusqu’ici, nous n’avons évoqué que les travaux universitaires. Il est impossible de passer sous silence de nombreuses publications qui ne répondent pas aux critères académiques, tout en propageant dans le public des légendes sans fondement historique. Les publications de ce type ont été précisément recensées par Olivier Bouzy88. On peut remonter au XVe siècle, mais c’est surtout à partir du XIXe siècle que l’on trouve de nombreux ouvrages défendant des thèses « survivo-bâtardisantes », selon l’expression de cet auteur89. Ces thèses peuvent être résumées en quelques mots : d’une part, Jeanne n’était pas une simple fille de Domrémy, mais une bâtarde royale, d’autre part, elle n’est pas morte sur le bûcher. L’un des derniers ouvrages (en date) défendant ce double point de vue fut écrit en 2007 par Roger Senzig et Marcel Gay, sous le titre L’affaire Jeanne d’Arc90. En 2008, nos collègues Philippe Contamine, Colette Beaune, Françoise Michaud-Fréjaville, Anne Curry et Olivier Bouzy ont participé à une émission sur Jeanne d’Arc, diffusée sur Arte, chaîne culturelle réputée sérieuse91. Or leurs propos furent confrontés aux thèses en question, mises à l’honneur par les auteurs de l’émission. Olivier Bouzy et Colette Beaune ont réagi presque aussitôt. Le premier a écrit Jeanne d’Arc, l’histoire à l’endroit92 et la seconde Jeanne d’Arc, vérités et légendes93. Dans ces deux ouvrages, ils réfutent les thèses des auteurs comme le journaliste Marcel Gay, vedette de l’émission. En dépit de la rapidité de cette réaction éditoriale et de la solidité de leur argumentation, il n’est pas certain que nos collègues aient convaincu, mais on peut l’espérer. Tel est le contexte dans lequel a eu lieu le colloque de Cerisy d’octobre 2009, dont l’objet était de « revisiter » les procès de Jeanne d’Arc.

« Les procès de Jeanne d’Arc revisités »

33Le colloque, dont nous publions ici les actes, s’inscrit dans le cadre des rencontres de Cerisy consacrées à la Normandie médiévale. Les procès de Jeanne d’Arc se sont déroulés à Rouen et ont compté de nombreux acteurs normands. Pour autant, le présent ouvrage ne se limite pas au seul cadre de la Normandie. Les procès sont la source principale de l’histoire de Jeanne, et c’est une source exceptionnelle. À travers les deux procès, celui de condamnation et celui de réhabilitation, c’est le personnage de Jeanne d’Arc qu’il importe de « revisiter ».

34Dans un premier temps, les procès sont replacés dans « le contexte historique », à travers notre propre contribution. L’irruption de Jeanne ne peut s’expliquer que si l’on connaît la situation de la France et de l’Angleterre dans le premier tiers du XVe siècle. Pour résumer, disons qu’à la suite de la folie de Charles VI, le royaume avait été cédé au roi d’Angleterre, avec l’accord du duc de Bourgogne. Seules restaient fidèles au Dauphin Charles (le futur Charles VII) la moitié sud de la France et une petite région de la frontière orientale, où habitait précisément Jeanne d’Arc.

35Pour comprendre les procès, il est également important de connaître le cadre dans lequel ils se sont déroulés, c’est-à-dire la ville et le château de Rouen. C’est l’objet des contributions d’Alain Sadourny et de Philippe Lardin, tous deux fins connaisseurs des sources rouennaises (« Rouen au temps des procès » et « Le château de Rouen au moment du procès »).

36Enfin, le procès de condamnation, bien que procès d’Église, n’aurait jamais eu lieu sans les Anglais, qui occupaient la moitié nord de la France et avaient fait de Rouen leur véritable capitale. Leur point de vue est présenté par Anne Curry, l’une des meilleures spécialistes de la guerre de Cent Ans, et plus précisément de sa seconde phase, qui se déroule dans cette première moitié du XVe siècle (« Les Anglais face au procès »).

  • 94 Cf. V. Tabbagh, Fasti Ecclesiae Gallicanae, t. II : Diocèse de Rouen, Turnhout, Brepols, 1998.

37La deuxième séquence est consacrée aux deux procès de condamnation et de réhabilitation. Sophie Poirey expose « la procédure d’inquisition », qui fut observée dans les deux procès. Puis Vincent Tabbagh se penche sur « les assesseurs du procès de condamnation », à propos desquels il apporte beaucoup d’éléments nouveaux, grâce à ses recherches sur le clergé rouennais94.

  • 95 Ces contributions sont le résultat d’un travail de longue haleine conduit depuis plusieurs années d (...)

38Toujours dans la séquence consacrée aux procès, deux latinistes, Pierre Bouet et Olivier Desbordes, étudient « le latin des interrogatoires de Jeanne », dans leur version traduite. De même, Catherine Bougy analyse en linguiste « la langue des deux textes en français des interrogatoires de Jeanne », c’est-à-dire celle des deux manuscrits conservés de la minute française. De telles recherches sont tout à fait nouvelles95. De son côté, Françoise Michaud-Fréjaville revient sur la question fondamentale de « l’habit d’homme », à travers les deux procès. Quant à Philippe Contamine, il examine, pour la première fois, les traités annexés au procès de réhabilitation. Pour clore cette séquence, Pierre-Gilles Girault évoque « les procès de Jeanne-Claude des Armoises », la première et la plus célèbre des fausses Jeanne d’Arc.

39La troisième et dernière séquence de cet ouvrage s’intéresse aux représentations des procès dans l’historiographie, la littérature, les arts et la musique. Ces représentations sont multiformes. Elles concernent en premier lieu le genre historique, mais aussi de nombreuses disciplines artistiques : gravure, peinture, sculpture, poésie et roman, sans oublier les œuvres théâtrales, cinématographiques et musicales.

40Jeanne et les procès ont été un thème littéraire dès le XVe siècle. Michèle Guéret-Laferté étudie la première œuvre littéraire consacrée à l’héroïne, le Ditié de Jehanne d’Arc de Christine de Pizan. Celle-ci n’a connu Jeanne que vivante, puisqu’elle est décédée avant le procès de condamnation, mais elle a eu le temps d’écrire son Ditié avant sa propre mort, en 1429. De façon plus générale, Deborah Fraioli évoque les « images des procès dans la littérature française du XVe siècle ».

41Deux contributions sont consacrées à l’historiographie des procès et du mythe johannique. Olivier Bouzy étudie « le souvenir des procès dans l’historiographie de Jeanne », du XVe au XXe siècle. Yann Rigolet aborde l’histoire tout à fait contemporaine, en étudiant l’« historiographie du mythe Jeanne d’Arc, de la Libération à nos jours ».

42Les trois dernières contributions concernent les domaines de l’image et du son, au cours des deux derniers siècles. Nadine-Josette Chaline montre et commente des « images de Jeanne d’Arc aux XIXe et XXe siècles ». De son côté, Julie Deramond, spécialiste des musiques johanniques et elle-même chanteuse, fait revivre « Jeanne d’Arc en procès, au théâtre et en musiques ». Enfin, Vincent Amiel explique la façon dont le cinéma s’est emparé très tôt des procès de Jeanne.

43Cet ouvrage représente donc une avancée dans la connaissance des procès de Jeanne d’Arc, de leur déroulement, de leur langue, de leur matière, de leur signification et de leur utilisation comme source historique. Il permet également de se rendre compte de la façon dont ces procès ont été reçus et utilisés du XVe au XXIe siècle, sur le plan historique, et aussi sur les plans politique, religieux, littéraire et artistique. Ce livre n’est cependant pas un aboutissement, mais plutôt un point de départ. Les auteurs des contributions ont démontré, s’il en était besoin, que les procès de Jeanne d’Arc restent une source quasi inépuisable pour les historiens, les juristes, les littéraires et les artistes d’aujourd’hui et de demain.

  • 96 Nous regrettons cependant de ne pas pouvoir publier la contribution de Gerd Krumeich. Sa communicat (...)

44La publication de ces actes nous fournit l’occasion d’exprimer notre reconnaissance à toutes les instances qui ont rendu possible la tenue de ce colloque international : la Direction régionale des affaires culturelles de Basse-Normandie, le Conseil général de la Manche, l’université de Caen, l’Office universitaire d’études normandes (OUEN) et le Centre de recherches d’histoire quantitative (CRHQ). Nous remercions également nos collègues français et étrangers qui ont accepté de présenter le résultat de leurs travaux, de proposer de nouvelles pistes de recherche et de participer activement aux vifs débats qui ont marqué le colloque96. Ces fructueux échanges forment pour l’essentiel la matière de ce livre.

45Enfin, nous exprimons notre gratitude à l’Association des amis de Pontigny-Cerisy, qui nous a très bien accueillis dans le cadre prestigieux du château de Cerisy, ainsi qu’aux Presses universitaires de Caen, qui ont apporté le plus grand soin à la réalisation de cet ouvrage.

Notes

1 Cf. infra F. Neveux, « Le contexte historique des procès de Jeanne d’Arc ».

2 Cf. infra P.-G. Girault, « Les procès de Jeanne-Claude des Armoises ».

3 Cf. C. Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004, p. 370-375.

4 Ils oubliaient à quel point l’humanisme des XIVe et XVe siècles leur avait ouvert la voie.

5 Du Haillan, De l’Estat et succez des affaires de France, 1570, rééd. Paris, P. L’huillier et J. Mettayer, 1594.

6 E. Richer, La première histoire en date de Jeanne d’Arc (1625-1630) : histoire de la Pucelle d’Orléans, P.-H. Dunand (éd.), Paris, Desclée de Brouwer, 1911-1912, 2 vol.

7 F. Eudes de Mézeray, Histoire de France, Paris, Guillemot, 1643-1651, t. II, p. 613-619 ; Abrégé chronologique ou extrait de l’histoire de France, Paris, L. Billaine, 1668. Cf. G. Verron, François Eudes de Mézeray. Histoire et pouvoir en France au XVIIe siècle, Milon-la-Chapelle, Éditions H & D, 2011, p. 238-241. Je tiens à remercier ici Guy Verron, qui m’a communiqué des extraits de son ouvrage avant même sa publication.

8 C.É. du Boulay, Historia Universitatis Parisiensis, Paris, F. Noël et P. de Bresche, 1665-1673, 6 vol. ; reprint, Francfort-sur-le-Main, Minerva, 1966.

9 J. Chapelain, La Pucelle ou la France délivrée, Paris, A. Courbé, 1656.

10 Cf. C.A. Sainte-Beuve, Voltaire, sa vie et sa correspondance, M. Allem (éd.), Paris, Garnier, 1932.

11 Voltaire, La Pucelle d’Orléans, poème héroï-comique, Londres, 1752-1756 ; rééd. in Œuvres complètes, t. XII, Paris, Firmin-Didot, 1876-1878.

12 N. Langlet du Fresnoy, Histoire de Jeanne d’Arc dite la Pucelle d’Orléans, Amsterdam, par la Compagnie, 1759.

13 Histoire de France de Velly, Villaret, puis Garnier, Paris, Desaint et Saillant, 1755-1786, 31 vol., t. XIV (de Villaret), 1764, p. 372-374, t. XV (de Villaret), 1765, p. 41-42. Villaret admire la conduite de Jeanne, mais il est sceptique sur ce qu’il appelle « ses extases ».

14 J.P.L. de La Roche du Maine, marquis de Luchet, Dissertation sur Jeanne d’Arc, vulgairement nommée la Pucelle d’Orléans, s. l., 1776. Prétendant réfuter tous ses prédécesseurs, le marquis de Luchet défend à peu près les mêmes idées et ne croit absolument pas à la mission divine de Jeanne.

15 Campigny, canton de Pont-Audemer, Eure. Le doyenné de Pont-Audemer et la paroisse de Campigny faisaient alors partie du diocèse de Lisieux.

16 N. Deshays, Mémoires pour servir à l’histoire des évêques de Lisieux [1754], publiés par H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, t. II, Lisieux, Piel, 1873.

17 Ibid., p. 175. La notice sur Pierre Cauchon occupe les pages 172 à 182.

18 Parmi eux, citons Philippe Contamine, Colette Beaune et plusieurs autres qui contribuent à cet ouvrage. Je défendrai moi-même un point de vue comparable dans ma contribution consacrée au contexte historique des procès de Jeanne d’Arc. Cf. infra.

19 C.C.F. de L’Averdy, Mémorial concernant la recherche à faire des minutes originales des différentes affaires qui ont eu lieu par rapport à Jeanne d’Arc et Notices des procès de Jeanne d’Arc, dite la Pucelle d’Orléans, tirées des différens manuscrits de la bibliothèque du roi, Paris, Imprimerie royale, 1787 et 1790.

20 Il sera fréquemment question de ces deux manuscrits dans cet ouvrage : cf. notamment la contribution de C. Bougy, « La langue des deux textes en français des interrogatoires de Jeanne d’Arc », p. 147-163.

21 L’Averdy fut guillotiné le 24 novembre 1793.

22 P.A. Le Brun de Charmettes, Histoire de Jeanne d’Arc, surnommée la Pucelle d’Orléans, Paris, A. Bertrand, 1817, 4 vol.

23 P. de Barante, Histoire des ducs de Bourgogne, Paris, Ladvocat, 1825-1826, 13 vol. ; reprint, Nîmes, Lacour-Ollé, 2005-2008 ; Histoire de Jeanne d’Arc, Paris, Didier, 1859.

24 J. Michelet, Histoire de France, t. V, 1841 ; rééd. Paris, Robert Laffont (Bouquins), 1981, p. 609-792 (notamment p. 766).

25 J. Michelet, Jeanne d’Arc, Paris, Hachette, 1853.

26 Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d’Arc dite la Pucelle, J. Quicherat (éd.), Paris, Renouard (Société de l’histoire de France), 1841-1849, 5 vol. : t. I [Procès de condamnation], 1841 ; t. II et III [Procès de réhabilitation], 1844-1845 ; t. IV [Témoignages des chroniqueurs et historiens du XVe siècle], 1847 ; t. V [Témoignages des poètes du XVe siècle], 1849.

27 J. Quicherat, Aperçus nouveaux sur l’histoire de Jeanne d’Arc, Paris, Renouard, 1850.

28 H. Martin, Jeanne Darc, Paris, Furne, 1857.

29 A. Vallet de Viriville, Histoire de Charles VII, roi de France, et de son époque, Paris, Veuve Renouard, 1862-1865, 3 vol. ; G. Du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, Paris, A. Picard, 1881-1891, 6 vol.

30 S. Luce, Jeanne d’Arc à Domrémy. Recherches critiques sur les origines de la mission de la Pucelle, Paris, H. Champion, 1886.

31 C. de Robillard de Beaurepaire, « Recherches sur le procès de condamnation de Jeanne d’Arc », in Précis analytique des travaux de l’Académie impériale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen, 1867-1868, Rouen, H. Boissel, 1868, p. 321-448.

32 C. de Robillard de Beaurepaire, « Notes sur les juges et les assesseurs du procès de condamnation de Jeanne d’Arc », in Précis analytique des travaux de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen, 1889-1890, Rouen – Paris, E. Cagniard – A. Picard, 1891, p. 375-504.

33 H. Wallon, Jeanne d’Arc, Paris, Hachette, 1860, 2 vol. (nombreuses rééditions, dont une édition illustrée et complétée en un volume, Paris, Firmin-Didot, 1876).

34 M. Sepet, Jeanne d’Arc, Tours, Mame, 1869 (nombreuses rééditions aux XIXe et XXe siècles).

35 J.-B.-J. Ayroles, La vraie Jeanne d’Arc, Paris, Gaume, puis Rondelet, puis Vitte, 1890-1901, 5 vol. Notons que cet ouvrage polémique du Père Ayroles a été écrit après la dissolution de la Compagnie de Jésus, en 1880.

36 P.-H. Dunand, Études critiques d’après les textes sur l’histoire de Jeanne d’Arc, Paris – Toulouse, Poussielgue – Privat, 1903-1908, 3 vol.

37 Ibid., t. III, p. 79.

38 Ibid., p. 487 et 694.

39 A. France, Vie de Jeanne d’Arc, Paris, Calmann-Lévy, 1908, 2 vol.

40 G. Hanotaux, Jeanne d’Arc, Paris, Plon, 1911.

41 J. Fabre, Les bourreaux de Jeanne d’Arc et sa fête nationale. Notices sur les personnages du procès de condamnation. Documents sur la fête du Patriotisme, Paris, Hachette, 1915.

42 Né en 1842, Joseph Fabre mourut en 1916.

43 Paul Doncœur (1880-1961) appartient à l’ordre des Jésuites.

44 P. Doncœur, Qui a brûlé Jeanne d’Arc ?, Paris, Flammarion, 1931.

45 Ibid. p. 43-44.

46 Cf. infra.

47 Oratorio dramatique, texte de Paul Claudel et musique d’Arthur Honegger. L’œuvre fut représentée pour la première fois en 1935 et publiée en 1939 : cf. P. Claudel, Jeanne au bûcher, Paris, Gallimard, 1939.

48 Les précurseurs sont des « érudits locaux », tels le capitaine Charles Engelhard, auteur de : « Pierre Cauchon. Son prétendu repentir de la condamnation de Jeanne d’Arc. Réfutation de la tradition lexovienne » (extrait du Congrès des Sociétés savantes de Normandie, 1905), Le Havre, H. Micaux, 1906.

49 Ce comité a notamment organisé un congrès : 5e centenaire de Jeanne d’Arc à Rouen, Congrès historique (1931), compte rendu rédigé par H. Labrosse, Rouen, A. Laîné, 1932. Avant même le congrès, Raymond de Rigné a cependant déjà publié plusieurs petits ouvrages : La clef de l’erreur judiciaire de Mgr Pierre Cauchon, Paris, Valp, 1928 ; Jehanne d’Arc, héroïne du droit, les véritables causes de son abandon et de sa condamnation, Paris, Picard, 1929 ; La Vraye istoire de Jehanne-la-Pucelle, Paris, La Renaissance universelle, 1929-1930.

50 R. de Rigné, La clef de l’erreur judiciaire…, p. 29-30.

51 Ibid., p. 10 : « À l’origine de tout ceci, il y a même une responsable devant Dieu et devant les hommes, une femme qui a déclenché tout le drame par son inconduite. Cette femme c’est Isabeau de Bavière, c’est une Allemande ! Donc, paix aux Français et aux Anglais qui furent entraînés dans le tourbillon ! ».

52 Cf. à ce sujet les livres récents de Colette Beaune et d’Olivier Bouzy, mentionnés infra.

53 Nous évoquerons Pierre Tisset. Cf. infra.

54 Mémorial du 5e centenaire de la réhabilitation de Jeanne d’Arc (1456-1956), Paris, Joseph Foret, 1958 (contributions de Thierry Maulnier, du duc de Lévis-Mirepoix, du R.P. Paul Doncœur, d’Albert Béguin, de Régine Pernoud, de Pierre Marot et de Pierre Tisset).

55 Paris, Hachette, 1953 ; Livre de poche, 1955 ; rééd. Marabout, 1982.

56 Paris, Éditions du Seuil, 1959.

57 Paris, Fayard, 1986.

58 Paris, Éditions du Rocher, 1995.

59 Paris, Éditions du Seuil, 1970, p. 36-50.

60 Cf. le livre d’E. Bourassin, L’évêque Cauchon, coupable ou non coupable ?, Paris, Perrin, 1988. Dans sa préface, Régine Pernoud critique sévèrement (mais de façon anonyme) le point de vue exprimé dans notre ouvrage : F. Neveux, L’évêque Pierre Cauchon, Paris, Denoël, 1987.

61 Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, P. Champion (éd.), Paris, H. Champion, 1920-1921, 2 vol.

62 C’est-à-dire jusqu’à sa mort.

63 La minute française des interrogatoires de Jeanne la Pucelle, d’après le Réquisitoire de Jean d’Estivet et les manuscrits d’Urfé et d’Orléans, Paris – Melun, Librairie d’Argences, 1952 (t. I). Mlle Lanhers est remerciée dans l’avant-propos. Cf. infra la contribution de C. Bougy, « La langue des deux textes en français des interrogatoires de Jeanne d’Arc ».

64 Cf. infra la contribution de P. Bouet et O. Desbordes, « Le latin des interrogatoires de Jeanne d’Arc : comparaison entre la minute française et les traductions officielles qui en furent effectuées ».

65 Instrument public des sentences portées les 24 et 30  mai 1431 par Pierre Cauchon et Jean Le Maître, Paris – Melun, Librairie d’Argences, 1954 (t. II) ; L’enquête ordonnée par Charles VII en 1450 et le codicille de Guillaume Bouillé, 1956 (t. III) ; L’enquête du cardinal d’Estouteville en 1452, 1958 (t. IV) ; La rédaction épiscopale du procès de 1455-1456, Paris, Desclée De Brouwer, 1961 (t. V).

66 Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, P. Tisset (éd.), avec le concours d’Y. Lanhers, Paris, Klincksieck (Société de l’histoire de France), 1960-1971, 3 vol., t. I : texte original (latin et minute française), 1960 ; t. II : traduction française ; notices sur les juges et assesseurs, 1970 ; t. III : Introduction, index et annexes, 1971.

67 Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, P. Duparc (éd.), Paris, Klincksieck (Société de l’histoire de France), 1977-1988, 5 vol.

68 Ces traités n’ont encore jamais été vraiment étudiés jusqu’à présent. Dans cet ouvrage, ils font l’objet de la contribution de P. Contamine, « La réhabilitation de la Pucelle vue au prisme des Tractatus super materia processus : une propédeutique », p. 177-195.

69 J. Fabre, Procès de condamnation de Jeanne d’Arc d’après les textes authentiques des procès-verbaux officiels, traduction avec éclaircissements, Paris, Delagrave, 1884 ; 2e éd., 1888-1889, 2 vol. ; Procès de condamnation de Jeanne d’Arc…, P. Champion (éd.), cf. supra ; R. Oursel, Le procès de condamnation de Jeanne d’Arc, Paris, Le club du meilleur livre, 1953 ; Id., Le procès de réhabilitation de Jeanne d’Arc, Paris, Le club du meilleur livre, 1954 ; R. Pernoud, Vie et mort de Jeanne d’Arc, Paris, Hachette, 1953 ; Id., Jeanne d’Arc par elle-même et par ses témoins, Paris, Éditions du Seuil, 1962 ; Les procès de Jeanne d’Arc, G. et A. Duby (éd.), Paris, Gallimard (Archives), 1973 ; rééd. 1995. Nous ne mentionnons ici que les principales traductions, et uniquement en langue française.

70 Jeanne d’Arc, une époque, un rayonnement (Actes du colloque d’Orléans, octobre 1979), Paris, Éditions du CNRS, 1982. Cf. notamment les contributions d’André Vauchez et de Philippe Contamine.

71 P. Contamine, De Jeanne d’Arc aux guerres d’Italie. Figures, images et problèmes du XVe siècle, Orléans, Paradigme, 1994 : cf. notamment « La théologie de la guerre à la fin du Moyen Âge : la guerre de Cent Ans fut-elle une guerre juste ? », p. 39-51 (contribution au colloque d’Orléans de 1979).

72 Nous l’évoquerons à nouveau plus loin, à propos de Shakespeare.

73 Orléans, L’Atelier de l’Archer, 1999. Olivier Bouzy y exposait déjà les légendes qui courent à propos de Jeanne d’Arc de façon récurrente dans des ouvrages pseudo-historiques, il y revint plus tard et nous en reparlerons. Cf. infra.

74 Images de Jeanne d’Arc (Actes du colloque de Rouen, 25-27 mai 1999), J. Maurice, D. Couty (dir.), Paris, PUF, 2000.

75 Jeanne d’Arc en garde à vue, D. Goy-Blanquet (éd.), Bruxelles, Le Cri, 1999 (essais de Dominique Goy-Blanquet, Nadia Margolis, Françoise Michaud-Fréjaville, Robin Blaetz, Jacques Darras). Je tiens à remercier ici Dominique Goy-Blanquet, qui a pris contact avec moi et m’a fait connaître ses travaux. Cf. les références à la note suivante.

76 Joan of Arc, A Saint for All Reasons : Studies in Myth and Politics, D. Goy-Blanquet (dir.), Aldershot, Ashgate Press, 2003 (ce volume a le même contenu que celui qui est cité à la note précédente, avec en outre un essai de Claude Grimal sur « La Jeanne des écrivains américains ») ; Shakespeare’s Early History Plays : From Chronicle to Stage, Oxford, Oxford University Press, 2003 ; « Shakespeare and Burgundy : Behind the Arras », in Representing France and the French in Early Modern English Drama, J.-C. Mayer (éd.), Newark, University of Delaware Press, 2008.

77 D. Fraioli, Joan of Arc, the Early Debate, Woodbridge, The Boydell Press, 2000 ; Joan of Arc and the Hundred Years War, Westport, Greenwood, 2005.

78 Cf. A. Curry, The Hundred Years War, Basingstoke, Macmillan, 1993 ; rééd. Oxford, Osprey, 2002 ; New York, Palgrave Macmillan, 2003.

79 C. Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004.

80 C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985.

81 Journal d’un Bourgeois de Paris de 1405 à 1449, C. Beaune (éd.), Paris, Librairie générale française, 1990 ; Chronique dite de Jean de Venette, C. Beaune (éd.), Paris, Librairie générale française, 2011 (les deux ouvrages sont publiés en Livre de poche, dans la collection « Lettres gothiques »).

82 C. Beaune, Jeanne d’Arc, chap. 7, p. 115-133.

83 Ibid., chap. 15, p. 333-367.

84 À l’occasion de son départ à la retraite, ses collègues et ses amis ont organisé en son honneur un colloque qui a débouché sur la publication d’un livre important : Une histoire pour un royaume (XIIe-XVe siècle) (Actes du colloque Corpus Regni, organisé en hommage à Colette Beaune, Université de Paris X-Nanterre, 2007), Paris, Perrin, 2010.

85 Recherches récentes sur Jeanne d’Arc (table ronde franco-allemande, Institut historique allemand), Francia, 34 / 1, 2007. Cf. quelques publications des chercheurs allemands : G. Krumeich, Jeanne d’Arc in der Geschichte : Historiographie, Politik, Kultur, Sigmaringen, J. Thorbeke, 1989 ; S. Tanz, Jeanne d’Arc. Spätmittelalteriche Mentalität im Spiegel eines Weltbildes, Weimar, Böhlau, 1991 ; H. Thomas, Jeanne d’Arc, Jungfrau und Tochter Gottes, Berlin, Fest, 2000.

86 Jeanne d’Arc en littérature, prose, poésie et théâtre, du XVe au XXIe siècle, colloque international organisé par l’Association des amis de Jeanne d’Arc et de Charles Péguy, et la ville d’Orléans, Orléans, 6-10 mai 2009. Communications de : A. Akimova-Louyest, M. Allayl, D. Ardesi, A. Bonord, O. Bouzy, E. Chastanet, J. Deramond, É. Djoussoïéva, É. Kondratiéva, S. Gorbovskaïa, V. Gourévitch, M. Kamecka, É. Kondratiéva, K. Kern Pereira, N. Malachowskaja, L. Meesemaecker, F. Michaud-Fréjaville, I. Nekrassova, F. Pélisson-Karro, D. Pernot, N. Pritouzova, H. Quantin, H.-I. Rasslan, T. Sokolova, T. Taïmanova, A. Vladimirova et M. Zurowska.

87 Le centenaire de la béatification de Jeanne d’Arc, colloque organisé par la Société archéologique et historique de l’Orléanais et la Médiathèque municipale, Orléans, 11-12 décembre 2009. Communications de : O. Bach, O. Bouzy, M. Brun, J. Deramond, J. Garrigues, C. Gauvard, G. Krumeich, M. Marion, F. Michaud-Fréjaville, C. Renoux et Y. Rigolet.

88 O. Bouzy, Jeanne d’Arc, mythes et réalités, Orléans, L’Atelier de l’Archer, 1999.

89 Ibid., Introduction, p. 21-31, p. 33, p. 51, etc.

90 R. Senzig et M. Gay, L’affaire Jeanne d’Arc, Paris, Éditions Florent Massot, 2007.

91 Vraie Jeanne, fausse Jeanne, Émission de Martin Meissonnier, avec la participation de Roger Senzig et Marcel Gay, Philippe Contamine, Colette Beaune, Françoise Michaud-Fréjaville, Anne Curry et Olivier Bouzy, 2007, diffusée sur Arte le 29 mars 2008.

92 O. Bouzy, Jeanne d’Arc, l’histoire à l’endroit, Tours, CLD, 2008 (préface de Philippe Contamine).

93 C. Beaune, Jeanne d’Arc, vérités et légendes, Paris, Perrin, 2008 ; rééd. 2012 (Tempus).

94 Cf. V. Tabbagh, Fasti Ecclesiae Gallicanae, t. II : Diocèse de Rouen, Turnhout, Brepols, 1998.

95 Ces contributions sont le résultat d’un travail de longue haleine conduit depuis plusieurs années dans le cadre du CPER (Contrat Plan État Région de Basse-Normandie). L’un des axes s’intitulait « Mémoire des procès de Jeanne d’Arc » et le groupe de travail réunissait tous les collègues de l’université de Caen contribuant à cet ouvrage, qui présentent ainsi le premier résultat de leur travail.

96 Nous regrettons cependant de ne pas pouvoir publier la contribution de Gerd Krumeich. Sa communication orale était intitulée « Windecke, le procès de condamnation et la lettre aux Anglais », mais le texte écrit ne nous est pas parvenu. C’est d’autant plus dommage que G. Krumeich représentait une école historique allemande qui, concernant Jeanne d’Arc, se montre très active depuis une vingtaine d’années.

Auteur

François Neveux est professeur émérite de l’université de Caen en histoire du Moyen Âge, membre du CRHQ et de l’OUEN. Spécialiste du clergé, des villes et de la Normandie, il a publié une biographie du principal juge de Jeanne d’Arc, intitulée L’évêque Pierre Cauchon (Denoël, 1987). Par la suite, il a écrit plusieurs articles sur la question, et notamment sur les deux procès de Rouen. Dans les années 2007-2009, il a dirigé à l’université de Caen un groupe de travail sur Jeanne d’Arc, dont les recherches ont abouti à l’organisation du colloque de Cerisy consacré aux procès de condamnation et de réhabilitation (2009), puis à la publication du présent ouvrage.

© Presses universitaires de Caen, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540