Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le groupe d’Éducation nouvelle d’Eure-et-Loir et l’essor du mouvement Freinet (1927-1947)

 | 
Josette Ueberschlag

Espérances déçues

Engrenage inéluctable

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le pacifisme des instituteurs mis à mal

À la fois pacifistes et révoltés, les instituteurs veulent croire que l’éducation du peuple rendra la guerre impossible. Leur pacifisme hérité de la Grande Guerre, teinté d’internationalisme1, s’oppose à l’idéologie des Croix-de-Feu qui voudraient voir renaître l’Union sacrée de 19142. Aussi combattent-ils les valeurs « Travail – Famille – Patrie » de la droite française, le maintien de la paix est pour eux une priorité absolue. Leurs prises de position iront jusqu’à laisser transparaître un pacifisme intégral sans prendre la mesure des graves événements internationaux qui se déroulent sous leurs yeux (fig. 10).

Fig. 10 – Aimé Allouis, blessé en 1918, et sa classe unique de garçons au Puiset avant 1938. © Collection privée Aimé Allouis.

Image

Après l’accession d’Hitler au pouvoir, les syndicalistes du SN d’Eure-et-Loir, lors de leur assemblée générale de juillet 1933, adoptent cependant des points de vue moins unanimes. « La guerre demeure illégitime p...

© Presses universitaires de Caen, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540