Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le groupe d’Éducation nouvelle d’Eure-et-Loir et l’essor du mouvement Freinet (1927-1947)

 | 
Josette Ueberschlag

Au temps du Front populaire

Vers une pédagogie ouverte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1936, un parfum de liberté

On sent souffler un vent favorable, venu d’en haut.
Marie-Louise Soustre, inspectrice dans la Nièvre1

La participation française (imposante) au congrès de la LIEN en août 1936 à Cheltenham (Grande-Bretagne) procure un regain de notoriété au GFEN auprès du gouvernement français. Selon Pascal Ory, plusieurs indices montrent que « le GFEN commence à être considéré par l’institution comme un acteur à part entière »2.

Ce congrès correspond aussi à une embellie pour Freinet qui y donne une conférence et y anime des ateliers. En effet, il vient de traverser une période noire provoquée par la douloureuse affaire de Saint-Paul qui l’a contraint à démissionner de l’enseignement public. Il reprend espoir après avoir réussi à ouvrir sa propre école privée à Vence à la rentrée 1935. La centaine de Français qui sont venus l’écouter à Cheltenham l’encouragent. Et Henri Wallon3, l’illustre professeur de la Sorbonne, lui adresse des louanges et le présente comme l’inventeur d’...

© Presses universitaires de Caen, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540