Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le groupe d’Éducation nouvelle d’Eure-et-Loir et l’essor du mouvement Freinet (1927-1947)

 | 
Josette Ueberschlag

Un groupe d’Éducation nouvelle en Eure-et-Loir

Valeurs communes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jamais le corps des instituteurs ne fut plus homogène que dans l’entre-deux-guerres. Cette période qui marque vraiment « un âge d’or »1 pour lui aboutit cependant à un projet social inachevé, car « primaire » et « secondaire » continueront de s’opposer comme attributs de classes sociales. Le système éducatif tel qu’il est renforce en effet la dualité des cultures sans chercher à lisser quelque peu leurs divergences. Lorsque les deux syndicats SN et SU seront unifiés en un unique syndicat SNI en 1936, celui-ci représentera une force imposante avec 100 000 syndiqués sur un total de 140 000 instituteurs2. Le SNI prendra alors une part grandissante dans les orientations gouvernementales. Instigateur de bouleversements sociaux plus que bien d’autres, ce corps soutiendra de manière indéfectible l’action de Jean Zay, ministre de l’Éducation du Front populaire, en faveur du rapprochement des deux systèmes scolaires concurrents3 et d’une plus grande liberté accordée aux méthodes pédagogiques...

© Presses universitaires de Caen, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540