Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La coopération économique entre les deux Irlandes

 | 
Anne Groutel

Conclusion

Texte intégral

1La coopération économique dans le cadre des deux Irlandes a sans conteste connu une évolution positive durant ces cinquante dernières années. Ce phénomène a été lent et est passé par plusieurs étapes. Les gouvernements ont participé à l’apparition et au développement de la coopération économique dans le cadre des deux Irlandes. Il serait toutefois inexact d’en déduire qu’ils se montrèrent opiniâtres ou avant-gardistes en la matière. Tout en affichant leur bonne volonté, ils n’ont, dans les faits, soit pas voulu, comme ce fut le cas sous le régime de Stormont, soit pas véritablement cherché à l’optimiser. Les autorités centrales britanniques et irlandaises ont même, dans plusieurs cas, fait office de frein alors que des forces extérieures les incitaient à intensifier leur collaboration au nom du développement des échanges Nord-Sud. Si cette contradiction semble être une constante, les raisons qui en sont la source sont différentes.

2Ni la théorie de Serge Sur ni celle de Robert Axelrod ne permettent d’expliquer de façon globale ou exhaustive le comportement des autorités. Toutefois elles apportent certains éléments de réponse. Serge Sur affirme que la forme et l’intensité des relations entre autorités étatiques dépendent des rapports de force entre les entités concernées. Cet argument peut expliquer l’attitude des dirigeants de Stormont. Ainsi la création de deux institutions communes à vocation économique fut-elle possible dans les années cinquante, en dépit de relations politiques pour le moins tendues, car les représentants nord-irlandais pouvaient négocier sur un pied d’égalité avec ceux de la République d’Irlande. En revanche, en 1965, alors que les politiques économiques convergeaient et que les rapports Nord-Sud étaient plus cordiaux, il ne fut pas question d’instaurer de nouveaux organes communs. Tisser des liens trop étroits avec l’Irlande, du point de vue des dirigeants de Stormont, risquait d’engendrer une certaine dépendance vis-à-vis de l’Irlande et d’altérer, à terme, l’équilibre des forces qui avait jusqu’alors prévalu.

3La notion de gain ou d’intérêt est au cœur de la théorie de Robert Axelrod. Or sous le régime de Stormont, il semble que la présence « d’intérêts » de nature différente, en l’occurrence politiques et économiques, ait inhibé le développement de la coopération. En outre, par la suite, les nationalistes ont souvent fait valoir l’intérêt économique en vue de renforcer l’argument politique. Les autorités britanniques et irlandaises ont également associé ces deux aspects dans l’accord de Sunningdale et dans celui de 1998. En réalité, cet amalgame entre politique et intérêt économique a permis aux politiques unionistes de clamer que la coopération Nord-Sud était utilisée comme un cheval de Troie lors des négociations qui précédèrent la signature de l’accord du vendredi saint.

4Sous le système d’administration directe de la province, les gouvernements britannique et irlandais, quand ils eurent à coopérer sur des questions économiques communes aux deux Irlandes, se préoccupèrent surtout de défendre leurs intérêts propres. L’influence des rapports de force politiques était beaucoup moins perceptible que sous le régime de Stormont. Selon Robert Axelrod, les gains potentiels doivent être assez élevés pour inciter les deux parties à collaborer. Or il semble, dans ce cas, que les autorités ne les aient pas perçus à leur juste valeur, puisqu’ils ont été littéralement dévoilés par le milieu des affaires dans les années quatre-vingt-dix. À la réflexion, depuis les années soixante, il y aurait eu un intérêt à coordonner les politiques dans le domaine des transports, pour n’en citer qu’un, afin de faciliter l’intensification du commerce Nord-Sud. Un tel phénomène aurait eu pour effet de stimuler la concurrence au sein de l’île et de rendre les entreprises plus compétitives face aux sociétés étrangères et sur les marchés extérieurs. En outre, au fil du temps, le tissu industriel de l’Irlande s’est de plus en plus diversifié et il est vraisemblable que cela a augmenté le degré de complémentarité entre les deux économies. Néanmoins, jusqu’aux années quatre-vingt-dix, les autorités ne se sont pas véritablement attelées à établir les conditions nécessaires à une plus grande intégration économique intra-insulaire. Le fait que les hommes d’affaires des deux Irlandes commencèrent à resserrer leur liens à cause d’un facteur extérieur, en l’occurrence la perspective du marché unique, montre que les autorités centrales n’avaient pas non plus rempli leur devoir pédagogique.

5Dans les faits, ce sont des considérations immédiates qui motivèrent la coopération et la perspective d’obtenir des fonds de la Communauté européenne servit la plupart du temps de catalyseur. Les actions entreprises conjointement n’ont, dans la majorité des domaines, pas débouché sur la formulation de stratégies communes. La pratique de la collaboration n’a donc pas amené les gouvernements à acquérir la notion de prévoyance. D’ailleurs, le phénomène ne semble pas être mu par une dynamique interne. Aussi paraît-il plus juste d’affirmer, non pas que la coopération a engendré la coopération, mais plutôt que les fonds européens ont permis l’augmentation du nombre des actions communes. Il est pourtant souvent arrivé que même la promesse d’une aide financière ne suffise pas à convaincre l’un ou l’autre des gouvernements. Plusieurs facteurs ont contribué à occulter l’intérêt qu’il pouvait y avoir à faciliter les échanges commerciaux Nord-Sud. En premier lieu, la nécessité d’apporter une solution à la violence politique en Irlande du Nord a supplanté celle de coopérer plus énergiquement dans le domaine économique. En second lieu, le système d’administration directe n’a facilité ni la consultation ni la formulation de stratégies économiques adaptées spécialement au cas de l’Irlande du Nord.

6Si les gouvernements restent des acteurs incontournables de la coopération Nord-Sud, d’autres forces ont cependant peu à peu gagné du terrain et ont cherché à activer la coopération économique entre les deux Irlandes. On remarque que, contrairement au cas des autorités, l’évolution de la coopération entre les organisations patronales correspond bien aux critères identifiés par Robert Axelrod, auxquels nous avons fait référence à maintes reprises. En premier lieu, il semble que la perspective du marché unique ait subitement jeté une ombre sur le présent. L’avenir parut subitement incertain. Sir George Quigley, en particulier, s’est fait l’écho de l’inquiétude qui régnait dans le milieu des affaires, surtout au nord de la frontière. En lançant le concept « d’économie insulaire globale », il mit en évidence les gains potentiels de la coopération. De fait, les organisations patronales décidèrent de créer un cadre, afin d’assurer la fréquence de leurs contacts. En outre, elles se fixèrent pour mission d’éduquer les esprits en les initiant au bien-fondé de la collaboration et de mettre les entreprises de l’île en relation. Elles sont ainsi parvenues à créer des noyaux d’interactions. Elles œuvrèrent pour vaincre les stéréotypes et éliminer les barrières psychologiques aux échanges Nord-Sud. On constate que leur collaboration s’est révélée stable et a déclenché une dynamique. En effet, le nombre des participants à leurs rencontres augmenta régulièrement jusqu’au moment où elles passèrent le flambeau au nouvel organe commun chargé de la promotion du commerce intra-insulaire. D’autres organisations telles que les syndicats et les organisations extra-étatiques entendirent leur message et soutinrent leur action. Leur stratégie eut incontestablement plus de succès auprès des hommes d’affaires que celle des Business and Professional People for the Union qui nient l’intérêt d’une plus grande intégration économique intra-insulaire. La tactique des organisations patronales, par conséquent, résista à ce que Robert Axelrod nomme « l’invasion de stratégies non coopérantes ». Notons qu’une certaine transparence fut instaurée dès le départ, puisqu’il fut clairement établi que la démarche n’avait pas de visées politiques. Sur cette base, la collaboration put s’épanouir.

7L’évolution de la coopération entre les collectivités territoriales frontalières présente également certaines des caractéristiques identifiées par Robert Axelrod. Elle fut amorcée par un petit nombre de personnes au début des années soixante-dix. La création du Fonds européen pour le développement régional fut l’un des facteurs qui motiva leur démarche. Dotées de peu de pouvoir décisionnel, elles pensèrent qu’en joignant leurs forces, elles seraient plus à même de se faire entendre des autorités centrales et de Bruxelles. Elles ont, peu à peu, formalisé leurs liens sous la forme de partenariats. On remarque que dans les années quatre-vingt-dix, en Irlande du Nord, elles ont cherché à rallier les Conseils de districts qui n’étaient pas encore « convertis » à la coopération et y sont parvenues, puisque tous les comtés frontaliers font aujourd’hui partie de l’Association européenne des régions frontalières.

8Il était permis de penser que les institutions communes qui virent le jour à la suite de la signature de l’accord du vendredi saint seraient la panacée en matière de coopération Nord-Sud. Il est bien tôt pour porter un jugement définitif sur leur effet mais après avoir été opérationnelles pendant quelques mois, il est d’ores et déjà possible de douter qu’elles aient une influence déterminante sur l’émergence d’une économie insulaire globale, même s’il reste vrai que le Conseil ministériel Nord-Sud doit en théorie faciliter la consultation et la prise de décision sur les questions d’intérêt commun. En réalité, il n’est pas exclu que les forces du marché, à elles seules, puissent lentement aider à instaurer une plus grande intégration économique entre les deux Irlandes. Les économistes désignent ce phénomène sous le nom d’intégration « négative », par opposition à l’intégration dite « positive » qui résulte essentiellement d’un processus politique.

9Non seulement leurs échanges commerciaux ont augmenté, mais un nombre croissant d’actifs nord-irlandais qualifiés cherchent et trouvent des emplois au sud de la frontière. Ils permettent aux entreprises situées en Irlande de continuer à répondre à leurs besoins. Indubitablement, l’écart s’est creusé entre les deux économies, mais cela ne devrait pas être préjudiciable à l’Irlande du Nord qui pourrait bénéficier de la propagation de certains des effets de la croissance irlandaise, même si celle-ci a connu un ralentissement sensible ces derniers mois.

10Mais l’avenir de la coopération entre les deux Irlandes est incertain. Que va-t-il advenir du processus de paix et de l’ensemble des institutions qui ont été créées ? Dans les années à venir, les deux Irlandes vont voir fondre leur part des fonds structurels européens qui ont si souvent permis la réalisation de projets Nord-Sud. Alors qu’il reste tant à faire, que deviendra la collaboration économique sans ce catalyseur ?

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540