Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La coopération économique entre les deux Irlandes

 | 
Anne Groutel

Introduction

Texte intégral

L’aveugle et le paralytique

Aidons-nous mutuellement,
La charge de nos malheurs en sera plus légère […]

Dans une ville de l’Asie
Il existait des malheureux,
L’un perclus, l’autre aveugle, et pauvres tous les deux.
Ils demandaient au ciel de terminer leur vie […]
L’aveugle, à qui tout pouvait nuire,
Était sans guide, sans soutien, […]
Un certain jour il arriva
Que l’aveugle à tâtons, au détour d’une rue,
Près du malade se trouva ;
Il entendit ses cris, son âme en fut émue […]
J’ai mes maux lui dit-il, et vous avez les vôtres ;
Unissons-les mon frère, ils seront moins affreux […]

  • À quoi servirait-il d’unir notre misère ?
  • À quoi ? Répond l’aveugle, écoutez : à nous deux


1Cette fable pourrait nous inciter à penser que la raison qui pousse les hommes à coopérer réside dans la simple existence d’un intérêt commun. Pourtant, les thèses prônées par Thomas Hobbes, un siècle plus tôt, pouvaient faire douter de leur capacité à discerner les avantages de l’entraide. L’existence d’un État lui semblait impérative afin d’empêcher les individus de se livrer à des luttes impitoyables. Mais les États entre eux feraient-ils preuve de plus de sagesse ?

2Force est de constater que, si le commerce entre pays est un phénomène très ancien, l’émergence de la coopération, en tant que telle, fut relativement tardive. La révolution industrielle en Europe en constitua un élément décisif. Le développement du machinisme et les progrès des inventions techniques requirent, par exemple, la protection des brevets commerciaux. L’essor des moyens de communication engendra la nécessité d’élaborer des conventions entre États et d’établir des organes communs chargés de les faire respecter. Toutefois, ceux-ci restaient soumis à l’autorité des gouvernements qu’ils représentaient.

3Ce fut surtout après 1945 que les États, soucieux de relancer le commerce mondial au lendemain de la guerre et conscients de la nécessité de coordonner les plans de reconstruction de l’Europe, s’attelèrent à promouvoir des actions communes concertées. Les initiatives les plus audacieuses et novatrices virent le jour sur le vieux continent. Le chemin parcouru depuis la création, en 1951, de la Communauté du charbon et de l’acier témoigne de l’évolution positive de la coopération au xxe siècle. Ce courant a été marqué par une accélération du processus d’institutionnalisation et par la volonté de certains États européens d’aller jusqu’à son stade ultime : l’intégration économique et si possible politique. Si ce phénomène a impliqué une érosion « par le haut» du pouvoir décisionnel des autorités centrales, on constate aussi, depuis quelques décennies, l’amorce d’une érosion « par le bas », résultante du développement de la coopération entre collectivités locales, particulièrement dans les régions frontalières. L’extension des tâches de l’État a entraîné la prise de conscience de la part des collectivités territoriales que les gouvernements ne peuvent résoudre tous les problèmes qui se posent à l’échelle locale. À ce niveau également, les parties en présence ont formalisé et organisé leurs relations. En effet, les collectivités se sont groupées en associations internationales afin de faire entendre leurs voix auprès des instances européennes. Bruxelles, de son côté, encourage autant que possible cette tendance au nom de l’intégration. Toutefois, si certains États (comme l’Espagne) ont, de leur plein gré, encouragé une plus grande décentralisation de leur pouvoir, d’autres s’y refusent et « l’Europe des régions », prônée par l’Union européenne, est encore loin d’être une réalité.

4Par ailleurs, l’internationalisation des économies, l’augmentation importante du nombre des entreprises multinationales, l’influence grandissante d’organisations internationales non gouvernementales, le développement des moyens de communication en tout genre ont peu à peu contribué à diversifier les acteurs de la scène internationale dont les interactions échappent au contrôle des États. Mais ceux-ci conservent tout de même un rôle central en matière de coopération. En signant des traités, des accords internationaux ou encore en décentralisant leur pouvoir décisionnel, ils détiennent le pouvoir de faciliter le développement de la collaboration internationale à tous les niveaux. La coopération interétatique constitue la matrice de toutes les formes de coopération internationale.

5Le terme « coopération internationale » est toutefois très malléable. En effet, il peut se concrétiser de mille et une façons qui correspondent à des paliers différents de socialisation entre autorités étatiques, de la simple consultation à la signature de traités commerciaux ou bien encore à la création d’institutions communes. En résumé, la coopération consiste en une ou des actions conjointes convenues entre des partenaires. Il va s’en dire que ceux-ci ont préalablement pris conscience du profit qu’ils pouvaient tirer de cette démarche. Néanmoins, cette collaboration ne remet pas en question la souveraineté des parties concernées.

6Comme il a été dit, certains États peuvent aussi choisir de dépasser ce stade, on parle alors de processus d’intégration. Cette dernière va plus loin dans la mesure où elle tend à unifier les partenaires. Partageant désormais des buts communs, les parties en présence aspirent alors à fusionner ou à créer une forme de groupement nouveau. On distingue cependant différents degrés dans le désir d’intégration. Des pays peuvent opter pour la création d’une zone de libre-échange à l’instar de l’Union Benelux. Si cette forme d’association requiert certains compromis, elle préserve toutefois l’intégrité de la souveraineté nationale de chacun des pays membres puisque aucune décision ne peut être prise sans leur accord préalable. Toutefois, des pays peuvent aspirer à un degré d’intégration encore supérieur tant en matière économique que politique, comme dans le cas de l’Union européenne. Notons que, plus le degré de coopération sera élevé, plus grande sera la part de souveraineté que les pays devront sacrifier. Le terme cache donc une myriade de possibilités qui peuvent varier dans leurs formes et leur intensité.

7Les mécanismes qui régissent les relations internationales, l’émergence de la coopération, son développement et surtout le passage au désir d’intégration ont donné lieu à de multiples tentatives de modélisation. Robert Axelrod est l’un de ceux qui se sont intéressés aux conditions dans lesquelles la coopération peut voir le jour et se développer. Il introduit, entre autres, l’idée qu’un processus, une fois engagé sur le principe de la réciprocité, peut devenir stable et acquérir sa propre dynamique.

8Le cas de l’île d’Irlande est tout à fait particulier puisque celle-ci est scindée en deux territoires, l’un indépendant, l’autre non. L’État britannique est souverain sur celui d’Irlande du Nord. Contrairement à l’Irlande, ses habitants sont en majorité de religion protestante. Toutefois, la communauté catholique représente approximativement 40 % de la population. Après la « partition », l’autorité étatique y fut fractionnée entre Londres et Belfast.

9La grande majorité des auteurs qui se sont penchés sur les rapports politiques entre les deux Irlandes se sont concentrés sur leur nature conflictuelle. Toutefois conflit et coopération ne sont pas mutuellement exclusifs. Dans cet ouvrage, nous révélerons une facette peu connue des relations entre les deux Irlandes, la coopération économique, un phénomène longtemps ignoré.

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540