Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tigre celtique en question

 | 
Catherine Maignant

Conclusion

Catherine Maignant

Texte intégral

  • 1 Fintan O’Toole est journaliste à l’Irish Times et il est l’un des symboles les plus évidents du po (...)

1Au cours d’une conversation informelle, à Lille, en décembre 2006, Fintan O’Toole1 résumait admirablement la dimension psychologique des phénomènes analysés dans cette collection d’articles. Selon lui, l’Irlande pauvre, celle de sa jeunesse, était toujours présente à l’esprit de tous, sauf des plus jeunes ; le miracle économique des années quatre-vingt-dix avait surpris, enchanté, mais ne pouvait pas durer. L’Irlande prospère avait un goût d’artificialité et d’éphémère ; le rêve allait cesser. Depuis dix ans, chacun redoutait l’effondrement et les pronostics n’étaient jamais enthousiastes à long terme. Pourtant, concluait-il en souriant, le Tigre celtique paraissait toujours bien vigoureux.

2Les articles économiques inclus dans cet ouvrage ont démontré la pertinence de ces inquiétudes d’un point de vue scientifique. En effet, si tous leurs auteurs soulignent les performances remarquables de l’économie irlandaise et les interprètent en perspective historique et conjoncturelle, ils insistent sur la fragilité du succès et anticipent, à terme, une évolution moins positive. Les rapports officiels les plus récents sur la question vont exactement dans le même sens puisqu’ils annoncent de brillants résultats mais laissent planer un doute sur l’avenir. De fait, d’après le bilan d’automne publié par l’Economic and Social Research Institute (ESRI), les résultats de 2006 s’annonçaient excellents avec une augmentation du PIB de 5,8 % et du PNB de 5,9 %, pour un taux de chômage de seulement 4,3 %2. Les chiffres officiels publiés en janvier 2007 étaient encore meilleurs que ces estimations avec une augmentation du PIB de 6,5 % et du PNB de 7 %3. Les années 2005 et 2006 auront ainsi été marquées par l’accroissement le plus important de ces variables depuis 2000. Les perspectives pour 2007 et 2008 laissent attendre un très léger tassement avec une croissance aux alentours de 6 % la première année et de 5 % la seconde. Mais aucun risque majeur ne devrait menacer la croissance irlandaise dans un avenir proche. Même l’inflation, qui se situe très au-dessus des moyennes européennes, devrait se voir réduite. De 4 % environ en 2006, elle pourrait baisser à 3,6 % en 20074, contre 4,7 % en 2002 – son taux le plus élevé de la période étudiée. Néanmoins des craintes se font jour, toujours les mêmes : la croissance repose essentiellement sur la consommation des ménages et l’économie irlandaise demeure trop dépendante, en particulier des États-Unis. Une récession américaine aurait donc des effets dévastateurs sur le pays. Les perspectives immédiates envisagent seulement un ralentissement de la croissance, mais une aggravation de la situation pourrait avoir pour conséquence la perte de 90 000 emplois en Irlande d’ici 20105. Michael Hennigan, pour sa part, commente la situation de manière imagée : selon lui, son pays continue de poser des heurtoirs de cuivre sur des portes de grange6. De même, l’ESRI, qui note l’importante contribution des immigrés à la réussite économique, suggère d’envisager l’introduction de restrictions à l’entrée du territoire, en particulier dans la perspective de l’intégration de la Bulgarie et de la Roumanie à l’Union européenne en 2007. Les temps ont changé, proclament les analystes de l’institut, et une immigration incontrôlée pourrait devenir un réel handicap.

3Il n’en demeure pas moins que les frayeurs le cèdent à la confiance. Une récente enquête démontre que les Irlandais ont dépensé plus de 1 300 euros par foyer pour les fêtes de Noël 2006, soit deux fois et demi de plus que les Français. Cette somme est en outre de loin la plus élevée d’Europe7. Par ailleurs, un rapport de la Commission européenne sur la santé mentale des habitants de l’Union, publié le 6 décembre 2006, dépeint les Irlandais comme fatigués mais globalement heureux. Ils arrivent en effet en deuxième position sur l’échelle du bonheur, tout de suite après les Hollandais8. Si la révolution économique a connu ses perdants et ses tensions sociales, l’Irlande s’est transformée du fait de ses performances et le pays nouveau respire le succès et la sérénité. Symbole de la périphérie pauvre de L’Europe il y a vingt ans, il affiche aujourd’hui sa richesse, exceptionnelle au vu des résultats de ses partenaires de l’Union. Demain sera un autre jour.

Notes

1 Fintan O’Toole est journaliste à l’Irish Times et il est l’un des symboles les plus évidents du pouvoir des médias en Irlande tel qu’analysé dans l’article précédent.

2 ESRI, Quarterly Economic Commentary, Autumn 2006, http://www.finfacts.com/irelandbusinessnews/publish/article_10007468.shtml.

3 Ireland online. http://breakingnews.iol.ie/news/story_business_island.asp?j=44223608p=44zz375.

4 ESRI, Quarterly Economic Commentary, Autumn 2006.

5 Ibid.

6 Michael Hennigan, « Irish Economy 2006 and the Future of the Celtic Tiger : Putting a Brass Knocker on a Barn Door », http://www.finfacts.com/irelandbusinessnews/publish/article_10006912.shtml.

7 Dépêche de l’AFP, téléchargeable sur http://www.journaldunet.com/economie/actualite/depeche/24/241280/stagnation_des_depenses_de_noel_en_france.shtml.

8 http://www.ec.europa.eu/ireland/press_office/news_of_the_day/index1_en.htm#3.

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540