Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tigre celtique en question

 | 
Catherine Maignant

L’Irlande à l’heure des choix stratégiques dans un contexte socio-économique instable

Marie-Claire Considère-Charon

Texte intégral

1Résumé : Marie-Claire Considère-Charon cherche, dans cet article, à évaluer la capacité du gouvernement irlandais à mettre en place une stratégie économique autonome malgré l’intégration européenne et la mondialisation de l’économie. Elle étudie dans un premier temps les fondements et limites de la croissance irlandaise puis s’interroge sur les perspectives économiques de l’Irlande dans un contexte national et international incertain. Elle analyse enfin les stratégies avancées par l’État pour relancer la croissance.

2Abstract : This article assesses the Irish state’s ability to enforce an independent economic policy in spite of European integration and the globalisation process. Its author first analyses the origins and limits of the Irish economic growth ; she then examines the economic perspectives of Ireland in an uncertain national and international context. She finally assesses the policies chosen by the state to stimulate growth.

3L’idée de choix stratégiques va sans doute à l’encontre de la théorie largement répandue selon laquelle l’État, dans un contexte de mondialisation, n’a plus qu’une marge de manœuvre très réduite. Si, jusque dans les années quatre-vingt, l’État était, en tant que détenteur de la légitimité politique, perçu comme l’acteur essentiel dans le processus décisionnel – un acteur rationnel et relativement libre de ses choix en matière de politique économique –, ce n’est plus le cas aujourd’hui.

4L’intégration européenne, alliée à la mondialisation des échanges, a eu pour effet de soumettre de plus en plus l’État à des contraintes extérieures, et donc de le rendre dépendant de ses partenaires et de la conjoncture internationale. On ne peut plus parler de systèmes économiques nationaux, isolés les uns des autres, mais d’un système économique mondial où tout se tient. À l’aube du xxie siècle, les politiques budgétaires et monétaires ainsi que, dans une moindre mesure, les politiques fiscales et sociales sont interdépendantes les unes par rapport aux autres, et on ne saurait évoquer l’existence d’un pays qui puisse conserver la pleine maîtrise de sa stratégie économique. Il s’ensuit un équilibre international fragile qui peut être remis en cause du jour au lendemain par des événements politico-économiques totalement imprévisibles et dont les répercussions atteignent les États à des degrés divers. Après avoir analysé le type de développement que l’Irlande a connu jusqu’en 2000, nous évoquerons les causes du ralentissement économique et enfin, suite au constat actuel, les perspectives d’avenir ainsi que les réponses qui se dessinent du côté des autorités irlandaises.

Les fondements et limites de la croissance irlandaise

  • 1 Sur le plan de la politique intérieure, les deux partis qui alternent au gouvernement, le Fianna F (...)
  • 2 L’impôt sur les sociétés était fixé à 10 % ; il est passé à 12,5 % à compter du 1er janvier 2003. (...)

5Au cours du dernier quart du xxe siècle, l’Irlande a réussi à se doter d’une économie ouverte sur l’extérieur et essentiellement tirée par les exportations. La réussite économique de l’Irlande, qui lui a valu le titre de « championne de l’OCDE » ou de « Tigre celtique », a suscité beaucoup de commentaires. Sa croissance exceptionnellement vigoureuse se fonde à la fois sur les transferts communautaires et les investissements étrangers, plus particulièrement américains, qui ont afflué en Irlande, attirés par un contexte socio-économique favorable1 et une fiscalité très avantageuse2.

  • 3 Voir Marie-Claire Considère-Charon, Irlande : une singulière intégration européenne, Paris, Économ (...)

6L’Irlande, enfant modèle de l’Union européenne, a dépassé tous les espoirs que la Communauté pouvait placer en elle au nom du principe de convergence. Non seulement elle a rattrapé son retard économique, mais elle a assaini ses finances et s’est qualifiée pour l’entrée dans la zone euro3. L’année 2000, que l’on pourrait qualifier d’« annus mirabilis » avec une croissance du PIB de 11,5 % et du PNB de 10,4 %, a bien été celle de tous les records. Parallèlement, la croissance de l’emploi a atteint 4,7 %, soit 76 700 personnes, et le taux de chômage est descendu en dessous de la barre des 4 %. Les finances publiques ont révélé une situation extrêmement favorable avec un surplus égal à 4,5 % du PIB et un taux de dette inférieur à 40 %.

7On pouvait dès lors supposer, après de tels résultats, que l’Irlande ait atteint son plafond de développement et que son cycle de rattrapage soit parvenu à son terme. Au vu de cette croissance spectaculaire, on pouvait également redouter quelques risques pour les équilibres économiques de l’Irlande. Quoi qu’il en soit, des éléments propres à la nature du développement irlandais, de même que quelques signaux, pouvaient présager ce que certains appellent un essoufflement, et d’autres un étiage temporaire.

Une industrialisation dépendante

  • 4 Si ces dernières se sont considérablement améliorées grâce aux aides communautaires, il reste enco (...)

8Malgré des indicateurs économiques très favorables, on peut estimer que l’économie irlandaise s’est placée sous le signe de la dépendance. S’il est incontestable que les aides communautaires ont largement contribué à l’embellie économique, leur impact est toutefois difficile à évaluer avec précision. Dans une optique keynésienne, les investissements générés par ces fonds peuvent avoir deux effets majeurs : d’une part, une accélération de la croissance provoquée par les dépenses additionnelles, qui entraîne à son tour une injection de revenus puis une demande supplémentaire. On note, d’autre part, le souci d’apporter des améliorations aux infrastructures, un effet encore plus difficile à quantifier4. De façon globale, les dividendes des fonds structurels auraient représenté entre 2,6 % et 6 % du PIB selon les experts, ce qui peut paraître relativement modeste. Dans la perspective d’une réduction de ces transferts et de l’accès pour l’Irlande au statut de contributeur net au budget communautaire d’ici 2007, on peut imaginer que le pays peut survivre économiquement à cette période d’assistance communautaire.

9En revanche, du fait de l’importance de ses échanges commerciaux dans des branches très spécifiques, l’Irlande est très largement tributaire de la conjoncture mondiale. Parce que plus des deux tiers de la production et plus de 40 % de l’emploi se situent dans le secteur manufacturier, l’économie irlandaise est l’une des plus dépendantes de la zone OCDE. Dans un contexte de globalisation économique, le rôle des firmes multinationales et des investissements qu’elles génèrent échappe en grande partie au contrôle de l’État, même si, dans le cas de l’Irlande, le gouvernement a largement favorisé leur implantation par des politiques très ciblées. Par-delà le gonflement des exportations, la présence importante des FTN (Firmes transnationales) en Irlande n’a pas eu tous les effets escomptés. De par leur nature, ces firmes ne participent pas d’un développement autonome du pays où elles s’implantent. Leurs maisons mères procèdent constamment à des arbitrages entre régimes fiscaux afin de choisir une implantation qui leur soit la plus favorable, et leur choix peut être remis en cause si des éléments nouveaux interviennent. Il s’avère également qu’elles sont peu insérées dans le tissu économique local. Les liens économiques et technologiques entre les sociétés à capitaux étrangers et les sociétés indigènes restent modestes.

  • 5 Il suffit d’évoquer AOL dont la capitalisation était plus élevée que celle de General Motors.

10La dépendance vis-à-vis des firmes transnationales coïncide largement avec la dépendance vis-à-vis de la conjoncture américaine, qui, lorsqu’elle est solide, entraîne la croissance irlandaise ; mais, dans le cas contraire, les problèmes macroéconomiques aux États-Unis se répercutent en Irlande par une forme de correspondance légèrement décalée dans le temps. L’année 2001, qui a vu le renversement de la tendance en Irlande, a montré la vulnérabilité de l’économie du pays avec les répercussions de l’effondrement du NASDAQ et les événements du 11 Septembre. L’éclatement de la bulle technologique aux États-Unis est la conséquence d’une capitalisation boursière délirante de la part d’entreprises complètement déconnectées de la réalité5. En Irlande, des vagues de licenciements et de fermetures dans le secteur informatique ont eu lieu au cours de l’année 2001, suite à des restructurations et des relocalisations, vers des pays dits « émergents », des activités à moindre valeur ajoutée.

  • 6 La plupart des auteurs utilisent le terme anglais car il n’existe pas de traduction satisfaisante (...)
  • 7 Les entreprises et les ménages ont réalisé de grosses dépenses en informatique dans les années qua (...)

11Une dépendance en appelle souvent une autre. L’économie irlandaise est marquée par la « path-dependency », très littéralement « la dépendance vis-à-vis du sentier »6, c’est-à-dire une subordination aux nouvelles branches industrielles dans lesquelles l’Irlande a su se spécialiser avec talent, comme l’informatique et l’électronique. Cette spécialisation, qui a remarquablement réussi dans la mesure où les nouvelles firmes fabriquent des produits à forte valeur ajoutée et répondaient, jusqu’à l’année 2000, à une demande très forte, comporte de gros risques au cas où une crise atteint le secteur concerné7. Les développements inquiétants du secteur des NTIC (Nouvelles technologies de l’information et des communications) aux États-Unis, illustrés par la faillite d’ENRON et celle attendue de World.com, jouent un rôle très négatif dans les prévisions de croissance irlandaise.

  • 8 Pour faire face à ce problème, les autorités irlandaises devront multiplier les efforts afin d’aug (...)

12Le ralentissement de la croissance irlandaise reflète l’influence de certaines contraintes structurelles autant que l’impact de facteurs externes et conjoncturels. La croissance de l’emploi a commencé à ralentir en mars 2001, avant même les annonces de fermetures d’un certain nombre de multinationales américaines. Les mesures prises dans le cadre de la lutte contre l’épizootie de la fièvre aphteuse ont en effet affecté l’activité de nombreux secteurs irlandais – comme l’agriculture et l’agroalimentaire ainsi que la distribution et le tourisme, qui ont commencé à souffrir en 2001, avant celui des nouvelles technologies. Le secteur du tourisme représente une part importante de l’activité économique irlandaise. La baisse de la fréquentation touristique aura bien démontré la volatilité de cette activité tournée principalement vers la clientèle américaine. Le marché du travail, en quasi plein emploi, est toutefois soumis à beaucoup d’incertitudes liées à des pénuries dans un certain nombre de secteurs8. En conséquence, l’investissement direct étranger (IDE) a baissé au cours de l’année 2001, tout comme certaines exportations irlandaises appartenant à l’économie traditionnelle. La production industrielle a été moins dynamique à partir de 2001 sous l’effet d’une croissance moindre des investissements, du ralentissement des marchés extérieurs et de conditions moins favorables dans les secteurs de la haute technologie.

13La baisse de rythme enregistrée au Royaume-Uni et sur le continent américain, qui s’ajoute à celle affectant le marché des États-Unis, a eu pour effet de réduire la progression des exportations irlandaises, principal moteur de l’économie. Au cours du troisième trimestre 2001, les comptes nationaux et la balance des paiements ont enregistré les premiers signes d’affaiblissement. Pour la première fois depuis 1998, le budget a été en déficit au cours des premiers mois de 2002. On note également une modération de la croissance des importations des biens et des services, liées à l’évolution de la consommation privée. Les incertitudes économiques ont été perçues par les salariés et ont fait renaître des réflexes de thésaurisation et des réticences devant des dépenses importantes comme l’achat d’une automobile.

Élargissement et nouvelles concurrences

14Mais d’autres craintes se sont exprimées lors de l’année 2001. Le développement de l’Irlande, dont le PIB par tête a dépassé la moyenne communautaire, ne légitime plus l’obtention de fonds structurels futurs. Avec la fin programmée des transferts communautaires l’Irlande va devoir se mesurer à de nouveaux concurrents. Les entreprises exportatrices irlandaises seront soumises à une forte rivalité avec des pays émergents de la Communauté et ne pourront pas se permettre d’avoir des prix supérieurs à ceux de la concurrence.

  • 9 En 2002, de nouvelles vagues de licenciements et de fermetures ont affecté Boston Scientific, spéc (...)

15Malgré le discours rassurant des autorités irlandaises et du patronat, les Irlandais comprennent bien que leur pays risque de faire les frais de l’élargissement vers l’Est, tant sur le plan politique que sur le plan économique, et qu’il sera sans doute moins attractif auprès des investisseurs étrangers. Ils l’ont fait savoir en juin 2001 lors du référendum de Nice. La crainte est de voir se confirmer des restructurations en chaîne, provoquées par un marché déprimé, qui affecteraient les fleurons étrangers des nouvelles technologies, comme ce fut le cas pour Gateway et General Semiconductors9. En octobre 2002 toutefois, l’Irlande a voté en faveur du Traité de Nice, finalement mis en application en février 2003.

Une économie en surchauffe

  • 10 Ce taux élevé d’inflation n’est pas sans rappeler celui qui frappait l’Irlande au début des années (...)
  • 11 Les chiffres plus récents sont à la baisse : 2,2 % pour 2004 et aux alentours de 2,5 % pour 2005, (...)

16Au cours de l’année 2001, les nuages ont commencé à s’amonceler à l’horizon économique de l’Irlande, plongée dans une situation de surchauffe économique caractérisée par une demande excessive. Les causes de cette surchauffe sont de diverses natures : une cause démographique tout d’abord, favorisée par le retour des anciens émigrés, particulièrement sensible sur le marché de l’immobilier ; une cause salariale ensuite, avec de fortes pressions au niveau des salaires ; une cause monétaire enfin, avec des taux d’intérêt peu élevés d'où un crédit facile. La résurgence d’un phénomène inquiétant, l’inflation, a accompagné ces diverses évolutions. À environ 3,2 % pour 1998 et 3,4 % pour 1999, l’inflation irlandaise a grimpé en 2000 pour atteindre le chiffre de 6,2 %10, c’est-à-dire près de trois fois la moyenne européenne11.

  • 12 Afin de pallier cette pénurie, les autorités ont pris la décision en octobre 1999 d’ouvrir 20 % de (...)

17Cette inflation est largement favorisée par le retour continu au pays de dizaines de milliers d’émigrés irlandais (« pigeon homers »). On a assisté à une flambée des prix de l’immobilier, qui est le secteur le plus touché, avec une progression de près de 25 % au cours de l’année 1999, en particulier à Dublin où réside plus d’un quart de la population. Il en résulte une pénurie de logements et des hausses de prix affectant plus particulièrement les jeunes ménages qui souhaitent accéder à la propriété12. Le secteur du bâtiment, qui est en pleine expansion, ne suffit pas à pourvoir aux besoins.

18Si l’Irlande a dû faire face à la baisse des investissements en 2001, les salaires ont augmenté plus vite que la productivité du travail. Les pressions salariales, qui résultent à juste titre de l’inflation, se sont renforcées et ont, par un effet pervers, alimenté la hausse des prix. L’accord triennal Programme for Prosperity and Fairness garantissait une augmentation de 5 % des salaires. Un supplément de 2,5 % a été négocié, portant à 7,5 % la majoration minimale des revenus. Mais les revalorisations des rémunérations ont atteint près du double dans les secteurs les plus performants de l’économie. En cas de hausses des salaires, les coûts du travail doivent être compensés par une forte productivité qui dépend alors des investissements.

  • 13 Il s’agit de secteurs aussi divers que le recyclage du verre à bouteilles, le transport routier, l (...)
  • 14 Globalement les exportations irlandaises ont progressé de 10 % au cours de l’année 2001. Cette prog (...)

19Depuis l’adhésion à l’Union économique et monétaire, l’Irlande ne peut plus jouer sur les taux d’intérêt pour juguler l’inflation et doit s’aligner sur celui de la Banque centrale européenne, qui est à 4,75 %. Il lui en faudrait un bien supérieur pour pouvoir lutter efficacement contre la hausse des prix à la consommation. On observe que le contexte de forte inflation, les fortes revendications salariales ainsi que les déficits publics sont les facteurs inverses de ceux qui avaient « dopé » le Tigre. Toutefois, si le ralentissement est une réalité incontestable, les perspectives d’avenir sont loin d’être aussi alarmantes que certains le disent. La fin de l’étiage est advenue en 2003 avec une croissance annuelle d’environ 4,5 %, certes modeste comparée celle des années 1999 et 2000, qui dépassait les 10 %. Les fondamentaux demeurent solides et favorables et, en tout état de cause, on peut miser sur une croissance supérieure à celle du continent. Contrairement à toute attente, les industries développées à partir d’investissements étrangers ont beaucoup mieux résisté que les entreprises traditionnelles irlandaises13. Si, au cours de l’année 200114, on a enregistré une baisse de certaines exportations irlandaises appartenant à l’économie classique, en revanche, certains secteurs clés, comme l’industrie pharmaceutique, la construction électrique et la fabrication de logiciels, n’ont pas beaucoup souffert et ont même poursuivi leur progression. Les exportations sont favorisées par une parité avantageuse de l’euro par rapport à ses deux principaux partenaires commerciaux, ce qui explique aussi qu’elles soient demeurées vigoureuses en 2001.

Vers une stratégie des décideurs irlandais ?

20Quelles peuvent être les perspectives économiques de l’Irlande dans un contexte national et international beaucoup moins propice au développement ? Outre ses faiblesses, l’Irlande dispose toutefois d’un certain nombre d’atouts pour faire face aux nouveaux défis. Elle doit mettre en place des réponses concertées et adaptées pour concilier efficacité et cohésion sociale car c’est bien là que se situe l’enjeu économique. S’il devient un partenaire économique comme un autre, l’État peut encore, à défaut d’imposer, dessiner des orientations, arbitrer, contrôler et financer des projets dont il peut parfois laisser la responsabilité de la mise en place à d’autres protagonistes.

Le recours au déficit public

21Si l’arme fiscale a été utilisée avec succès par le gouvernement dans les années quatre-vingt-dix (l’impôt a été réduit pour accroître le pouvoir d’achat des ménages et les dividendes des entreprises), cela n’est plus possible aujourd’hui car la limite inférieure semble avoir été atteinte. Il faut, en outre, signaler que la baisse du taux d’imposition s’est accompagnée d’une exonération en faveur de 380 000 salariés à faibles revenus, ce qui représente une proportion assez importante pour une population active d’environ un million et demi de personnes.

22En revanche, le recours au déficit public en période de ralentissement économique est une option qui s’offre aux dirigeants irlandais. En cas de financements insuffisants de la part des entreprises, les pouvoirs publics peuvent en effet prendre le relais par les dépenses d’investissement accrues, tout en tenant compte de la contrainte extérieure. On peut dès lors parler d’un retour à un modèle keynésien ou plutôt néo-keynésien avec des politiques budgétaires expansionnistes, le risque étant d’aggraver les déficits et de provoquer des rappels à l’ordre de Bruxelles. Il est manifeste que les dépenses sociales sont appelées à augmenter dans la mesure où les problèmes liés aux services de santé ont été un des sujets les plus abordés pendant la campagne.

  • 15 Il s’agit de préserver un taux actuel d’endettement relativement peu élevé (environ 34 % du PIB en (...)

23Le gouvernement de coalition Fianna Fáil et Démocrates progressistes, reconduit au pouvoir après les élections de mai 2002, a poursuivi ses objectifs en matière de fiscalité et d’endettement du secteur public15. Outre la tâche délicate d’organiser le second référendum sur le traité de Nice, qui a finalement été ratifié comme il le souhaitait, il a dû s’attaquer à de nombreux dossiers difficiles, tels que le financement des réductions d’effectifs d’Aer Lingus, le terminal promis aux compagnies à bas tarifs à l’aéroport de Dublin, la restructuration des services postaux et l’avenir du réseau de chemins de fer en Irlande qui, s’il n’est pas aussi catastrophique qu’au Royaume-Uni, accuse un retard important.

L’approche protocorporatiste

24Un des atouts de l’Irlande dans le domaine de la macroéconomie tient sans doute à la mise en place d’un partenariat industriel. L’Irlande, qui était totalement dépourvue de culture économique dans les années cinquante, a su développer une approche protocorporatiste, fondée sur un consensus tripartite. Cette démarche a été rendue possible par la mise en œuvre d’accords de partenariats nationaux entre gouvernements, syndicats et patrons, d’une durée de trois à cinq ans. Ces accords, dont celui signé en 2000 porte le nom de Programme pour la prospérité et l’équité, ont trait aux salaires, aux impôts et à d’autres aspects de la politique économique et sociale. Ils sont destinés à donner de la cohérence à l’ensemble, à stabiliser les finances publiques et à maintenir le cap de la compétitivité à la fois en termes de modération salariale et de paix sociale.

25La négociation du nouvel accord triennal 2003-2005 visait à préserver l’Irlande de la spirale inflationniste, malgré de nouvelles revendications salariales de la part des enseignants et du personnel médical. Le gouvernement irlandais a, par ailleurs, initié un processus de consultation sur les principes qui doivent guider la régulation d’un certain nombre d’activités économiques du pays. Une des recommandations essentielles du Programme pour la prospérité et l’équité a donné lieu à une initiative originale avec la création en février 2001 du Centre national pour le partenariat et la performance (Center for Partnership and Performance), sous la direction de Peter Cas-sels, ancien secrétaire général de l’Irish Congress of Trade Unions. Elle est dans la droite ligne de l’approche protocorporatiste qui, dans le processus de décision politique, implique la concertation des partenaires sociaux et fait du modèle irlandais un modèle économique mixte où la planification et l’économie de marché parviennent à coexister.

26Le but du Centre national pour le partenariat et la performance est de favoriser le concept de partenariat dans les entreprises et sur le lieu de travail. Il s’agit d’élaborer une stratégie qui puisse bénéficier à tous les partenaires. Le Centre doit aider au développement de structures pour améliorer le climat des relations industrielles, identifier les problèmes socio-économiques et proposer des solutions en étroite collaboration avec le Conseil national économique et social et le Forum national économique et social. Dans un sens plus général, il est destiné, selon son directeur, à gérer la transition vers un niveau de vie plus élevé et une meilleure qualité de vie de la société irlandaise.

L’importance de la R & D16

  • 16 Research and Development.

27Une des faiblesses structurelles de l’économie irlandaise, souvent dénoncée par le passé, tenait à son système d’innovation très peu développé. Ce n’est qu’en 1998 que le gouvernement a changé de tactique en matière de recherche et de développement et a fait des efforts en matière de financement. Sur la base d’une étude de mars 1995, le rapport Tierney, qui dressait le constat d’un très important retard en Irlande dans le domaine de la recherche et du développement. Il insistait, par ailleurs, sur le désintérêt des entreprises irlandaises pour ce secteur, jugé peu rentable à court terme et donc réservé aux grands groupes industriels. En 1997 était publié un Livre blanc sur la science, la recherche et l’innovation, dont l’objectif était d’apporter des réponses à cette carence en encourageant la création d’un tissu de sociétés innovantes en liaison avec le monde universitaire. Dans le but d’instaurer un développement qui soit plus autonome, on s’est acheminé vers une structure quadripartite : universités, ministère de l’Entreprise et de l’Emploi, organismes bancaires et sociétés innovantes. Cette structure était inspirée du modèle des pays nordiques, en particulier du Danemark.

28Aujourd’hui, de plus en plus de sociétés irlandaises indigènes s’efforcent de développer leurs activités de recherche et de développement avec l’aide de trois organismes d’envergure nationale : le National Microelectronics Research Centre, créé à Cork en 1981 et spécialisé dans la haute technologie, le Mac-National Microelectronics Applications, qui a pour mission d’améliorer la compétitivité de l’industrie irlandaise en fournissant des solutions créatives en électronique et en technologies de l’information, et enfin la Science Foundation Ireland, qui dispose de fonds importants pour la recherche et le développement consacrés au domaine de la biotechnologie.

  • 17 Allied Irish Bank emploie actuellement environ 11 000 salariés en Pologne. Entretien avec Michael (...)

29Pour faire face aux problèmes que posent les nouveaux marchés des pays émergents, Enterprise Ireland, l’agence de promotion – y compris à l’étranger – des entreprises autochtones, a accompagné 32 compagnies irlandaises en République tchèque, en Hongrie et en Pologne ainsi que, dans une moindre mesure, en Slovaquie et en Roumanie. Mais la conquête de nouveaux marchés à l’Est reste encore limitée17. Il est manifeste que le développement des pays émergents ne se fait pas au détriment de l’Irlande mais de façon complémentaire.

30L’accroissement des dépenses publiques a permis de compenser au bon moment la baisse de la consommation des ménages et des investissements étrangers. Toutefois, la croissance irlandaise a été soumise à un vrai redémarrage de l’économie américaine en 2003 mais il demeure des inconnues liées à la valeur de l’euro, à la réussite des accords salariaux et aussi à l’éventuelle entrée du Royaume-Uni dans la zone euro. Si la détérioration manifeste des finances publiques inquiète de nombreux experts irlandais qui craignent un retour à la situation des années quatre-vingt, les pronostics restent raisonnablement positifs. Selon l’Economic and Social Research Institute, l’Irlande devait renouer avec une croissance de 5 % au dernier trimestre 2002. La Central Bank of Ireland, quant à elle, misait sur un chiffre de 3 %. Enfin, l’OCDE se montrait encore plus confiante et avançait un chiffre de 6,5 % pour 2003. Dans les faits, les chiffres se sont avérés stables à compter de 2003, la croissance s’équilibrant aux alentours de 4,5 %.

31L’Irlande devra, dans les prochaines années, affiner son modèle de développement pour le rendre durable et plus autonome. Au cours de l’année 2000, l’Institute of Public Administration a publié une série d’essais sous le nom de Bust to Boom. L’un d’eux, sous la plume de Rona Fitzgerald et Brian Girvin, stipulait que le modèle d’économie mixte adopté par le Fianna Fáil en 1987 relevait davantage du modèle sociodémocrate que du modèle néo-libéral de type britannique ou américain. L’idée que les autorités irlandaises s’efforcent de véhiculer est celle d’un modèle socio-économique original qui allie la planification empruntée au modèle français, l’aménagement d’un espace de dialogue entre les partenaires industriels, comme dans le modèle rhénan, et une bonne dose de libéralisme économique « à l’américaine ». Dans le manifeste du Fianna Fáil pour les élections législatives du 17 mai 2002, on pouvait lire :

Our policy is to further develop the Irish economic model, combining the most positive and distinctive features of our own experience, with the dynamism, investment and light regulation characteristic of the US economy and the social solidarity and inclusive participation characteristic of the European economy.

32Boston ou Berlin, Boston et Berlin, à l’heure où le capitalisme américain connaît une crise grave, le débat est plus que jamais à l’ordre du jour !

33article actualisé par le directeur de publication en 2006

Notes

1 Sur le plan de la politique intérieure, les deux partis qui alternent au gouvernement, le Fianna Fáil et le Fine Gael, ne diffèrent pas beaucoup dans les grandes lignes. Ils observent le même respect de la propriété privée et des lois du marché, tout en adhérant au principe d’une nécessaire intervention de l’État dans le domaine économique comme correctrice des lois du marché.

2 L’impôt sur les sociétés était fixé à 10 % ; il est passé à 12,5 % à compter du 1er janvier 2003. Ce taux est très avantageux comparé à celui de l’Allemagne et de la France qui s’élève à environ 40 % et celui du Royaume-Uni qui est de plus de 30 %.

3 Voir Marie-Claire Considère-Charon, Irlande : une singulière intégration européenne, Paris, Économica, 2002.

4 Si ces dernières se sont considérablement améliorées grâce aux aides communautaires, il reste encore des retards à combler dans ce domaine, en particulier dans les régions de l’ouest et du centre.

5 Il suffit d’évoquer AOL dont la capitalisation était plus élevée que celle de General Motors.

6 La plupart des auteurs utilisent le terme anglais car il n’existe pas de traduction satisfaisante à ce jour.

7 Les entreprises et les ménages ont réalisé de grosses dépenses en informatique dans les années quatre-vingt-dix.

8 Pour faire face à ce problème, les autorités irlandaises devront multiplier les efforts afin d’augmenter le taux de participation de la main-d’œuvre féminine et faciliter l’immigration.

9 En 2002, de nouvelles vagues de licenciements et de fermetures ont affecté Boston Scientific, spécialisé dans le matériel médical, Flextonics, qui fabrique des coffrages pour ordinateurs et délocalise sa production en Asie, et Surfacemount Technology Centre qui appartient au secteur de la sous-traitance électronique.

10 Ce taux élevé d’inflation n’est pas sans rappeler celui qui frappait l’Irlande au début des années soixante-dix avec une augmentation des prix à la consommation de 7,3 % en 1969, 8,2 % en 1970 et 9 % en 1971.

11 Les chiffres plus récents sont à la baisse : 2,2 % pour 2004 et aux alentours de 2,5 % pour 2005, mais ces chiffres demeurent supérieurs à la moyenne européenne.

12 Afin de pallier cette pénurie, les autorités ont pris la décision en octobre 1999 d’ouvrir 20 % des terres constructibles à des logements sociaux ou à prix modérés.

13 Il s’agit de secteurs aussi divers que le recyclage du verre à bouteilles, le transport routier, les tapis et les emballages en cartons.

14 Globalement les exportations irlandaises ont progressé de 10 % au cours de l’année 2001. Cette progression tient aux bons résultats obtenus par trois industries développées à partir d’investissements étrangers : l’industrie pharmaceutique et l’équipement médical (+ 69 %), l’équipement informatique (+ 14 %) et l’équipement électrique (+ 17 %).

15 Il s’agit de préserver un taux actuel d’endettement relativement peu élevé (environ 34 % du PIB en 2002 et 35 % en 2005).

16 Research and Development.

17 Allied Irish Bank emploie actuellement environ 11 000 salariés en Pologne. Entretien avec Michael Buckley, directeur général de l’Allied Irish Bank, 17 mai 2001. Voir son témoignage dans Marie-Claire Considère-Charon, Irlande…, p. 224-227.

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540