Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tigre celtique en question

 | 
Catherine Maignant

Économie irlandaise et mondialisation

Anne Groutel

Texte intégral

1Résumé : Partant de l’hypothèse selon laquelle la mondialisation peut être tout à la fois moteur de croissance et facteur de rupture, Anne Groutel s’interroge sur la nature des effets de la globalisation sur l’Irlande du Tigre celtique. Elle note la fragilité des piliers sur lesquels repose la prospérité de l’Irlande du début des années 2000 et pose la question centrale de la position de l’État face au méta-pouvoir de l’économie à l’époque contemporaine.

2Abstract : Globalisation may be both a factor of growth and a cause of fracture. This paper examines the impact of internationalisation on Celtic Tiger Ireland. It argues that the current Irish prosperity rests on fragile ground and raises the central issue of the role of the state in today’s all economic globalized world.

  • 1 Commission européenne, direction générale du Commerce, « Un nouveau cycle pour une globalisation m (...)

3Selon l’Union européenne, la mondialisation « résulte de la diffusion mondiale des flux de biens et services, de capitaux, de techniques et des déplacements humains, dans un contexte de dérégulation. Elle s’appuie sur la diffusion accrue des technologies de l’information et de l’Internet »1. Ainsi ces dernières années ont-elles vu le développement des investissements de la part d’entreprises multinationales dans des pays offrant des conditions favorables à leurs activités. On note également une tendance à délocaliser la production afin de réduire les coûts. Par ailleurs, rachats, partenariats et fusions entre entreprises se sont multipliés.

4En réalité, la mondialisation est autant présentée comme un moteur de croissance que comme un facteur de rupture. Les conséquences de ce processus concernent tout spécialement l’Irlande qui, y voyant, entre autres, le moyen de rompre sa dépendance envers la Grande-Bretagne, a choisi d’ouvrir son économie autant que faire se peut.

  • 2 Razeen Sally, « Rival Visions of Globalisation – Anything New After September 11 th ? », January 2 (...)
  • 3 World Bank, « Globalisation, Growth and Poverty : Facts, Fear and an Agenda for Action », http://w (...)
  • 4 Razeen Sally met en avant l’exemple de la Chine où, depuis 1978, 300 millions d’individus sont sor (...)

5Les défenseurs de la mondialisation, partisans d’un ordre économique international libéral, la présentent comme une force de progrès économique et social. Puisqu’un commerce plus libre permet de réaliser des économies d’échelle et de réduire les coûts de production, l’internationalisation serait ainsi créatrice d’emplois et de richesses. Elle serait donc le moyen d’améliorer le niveau de vie des individus à l’échelle de la planète. L’histoire corrobore leurs thèses, arguent-ils2. En effet, l’expérience montrerait que les pays dont l’économie a été ouverte sur l’extérieur se sont développés plus rapidement et, ce faisant, sont devenus plus prospères que leurs partenaires aux tendances autarciques. Une étude récente de la Banque mondiale3 montre effectivement que le taux de croissance est en hausse dans les 24 pays en voie de développement (représentant une population de 3 milliards d’individus) qui prennent part au processus de mondialisation – dont la Chine, le Brésil et l’Inde. Le produit intérieur brut par personne y a, d’autre part, augmenté en moyenne de 5 % par an dans les années quatre-vingt-dix. Leur taux de pauvreté4 aurait également baissé.

  • 5 L’étude de la Banque mondiale montre d’ailleurs que, si 24 pays en ont tiré les bénéfices, la croi (...)

6Néanmoins, même les adeptes de la mondialisation les plus convaincus ne peuvent contester le fait que tous les pays en voie de développement n’ont pas profité de façon égale des fruits de la mondialisation5. Ses avocats y voient la conséquence d’un manque d’ouverture économique de la part des pays concernés. En résumé, la marche vers toujours plus de libéralisation des échanges finira par apporter la prospérité à tous les pays pauvres, si tant est qu’ils acceptent d’entrer dans la logique mondialisante.

  • 6 John Gray, cité in « Globalisation : Is It At Risk ? », The Economist, 2-8 February 2002. http://w (...)
  • 7 Les États-Unis ont, à la suite de cela, commencé à prendre des mesures protectionnistes afin de pr (...)

7Certains critiques, comme John Gray, ont voulu croire que les événements du 11 septembre 2001, véritable électrochoc, mettraient un terme au processus : « The era of globalisation is over. The entire view of the world that supported the markets’faith in globalisation has melted down »6 Or, force est de constater que les participants à la réunion ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce à Doha, en novembre 2001, n’ont pas remis en cause le principe de la mondialisation.7

  • 8 Vincent Cable, Globalization and Global Governance, Londres, Royal Institute of International Affa (...)

8Pourtant ses détracteurs8 ne manquent pas d’arguments de toute nature. Selon eux, elle est intrinsèquement créatrice de plus d’inégalités, à la fois à l’intérieur des pays mais également entre États. Par ailleurs, ils reprochent aux multinationales de n’être guidées que par la logique marchande et l’appât du gain, au détriment de l’être humain. La notion d’attachement à un pays, prétendent-ils, leur est inconnue. Ainsi, les salariés des pays développés se verraient-ils dépossédés de leur emploi au profit d’une main-d’œuvre sous-payée (selon nos critères) dans les pays en voie de développement. En outre, l’interdépendance grandissante des économies à l’échelle du globe, inhérente au processus de mondialisation, les exposerait aux fluctuations de l’économie américaine.

9Mais l’étendue des conséquences de la libéralisation des échanges irait bien au-delà de la sphère économique selon Anthony Giddens :

  • 9 Anthony Giddens, « The Director’s Lectures – Runaway World : the Reith Lectures Revisited – Lectur (...)

Our lives, our personalities, our identities, our emotions, our relationships with other people – these are being reshaped by globalising processes, because globabilisation invades local culture9.

10De fait, certains ressentiraient un sentiment d’angoisse face à une éventuelle perte de leur identité. Alors que les mêmes produits, la même musique, les mêmes films sont commercialisés à travers la planète, les habitudes de vie et les valeurs propres à chaque peuple s’en trouveraient profondément altérées. Dans les pays industrialisés, la précarité de l’emploi et les effets néfastes de la mondialisation sur l’environnement viendraient exacerber l’inquiétude ressentie par certains face à l’avenir.

11Certes, le potentiel économique de la globalisation paraît énorme. En premier lieu, nous ferons très rapidement le point sur la santé de l’économie irlandaise sans omettre certaines faiblesses mises en évidence par divers observateurs. Par ailleurs, il paraît difficile d’ignorer les possibles effets corrosifs de la mondialisation sur la société et sur la cohésion sociale dans les pays industrialisés. La question centrale revient donc à se demander si l’Irlande s’efforce ou non de parer aux dangers qui semblent aller de pair avec la réussite économique. Or cette interrogation en soulève une autre. En effet, la fonction et le devenir de l’État sont au cœur des débats sur la globalisation. Nous verrons, dans un second temps, que plusieurs théories ont été formulées sur le sujet. Il est indéniable que l’État irlandais a joué un rôle prépondérant dans le processus d’internationalisation de l’économie du pays. Mais est-il aujourd’hui toujours libre de ses choix ?

L’économie irlandaise : Tigre celtique ou colosse aux pieds d’argile ?

  • 10 « Globalization’s Last Hurrah ? », Foreign Policy Magazine, January-February 2002, http://www.fore (...)
  • 11 De nombreux ouvrages sur le récent essor de l’économie irlandaise et ses caractéristiques ont été (...)

12La mondialisation concerne l’économie irlandaise au premier chef, puisque selon le Globalization Index 200210, étude réalisée à l’initiative de la revue Foreign Policy en collaboration avec le cabinet de consultant A.T. Kearney, l’Irlande était le pays le plus mondialisé au monde (ou ayant le plus fort degré d’intégration à l’économie mondiale) en 2000. Sans entrer dans les détails11, rappelons simplement que son taux de croissance pendant la période 1995-2000 fut en moyenne de 9 %. En quelques années, le taux de chômage a été réduit de façon spectaculaire puisque, de presque 18 % en 1987, il était tombé à 4,1 % en 2000. Entre 1986 et l’an 2000, 513 000 emplois furent créés. Le chômage, qui fut un problème chronique en Irlande pendant des décennies, entraîna une émigration massive. Grâce à ce renouveau économique, on assiste à un retour au pays de personnes l’ayant quitté, quelques années auparavant, faute d’y trouver un emploi. En 1999, 26 000 Irlandais décidèrent de revenir vivre sur leur terre natale. La croissance a également conduit à une augmentation substantielle du produit intérieur brut par habitant. De fait, on constate une forte hausse de la consommation des ménages. Le récent succès de l’économie irlandaise repose surtout sur la présence de filiales de multinationales américaines du secteur de l’informatique, de l’électronique ou bien encore spécialisées dans les produits pharmaceutiques. Ces grosses entreprises ont permis de créer de nombreux emplois et exportent la majeure partie de leur production. Le secteur des services financiers s’est également considérablement développé ces dernières années.

  • 12 Voir à ce sujet : Proinnsias Breathnach, « Exploring the “Celtic Tiger” Phenomenon : Causes and co (...)
  • 13 Voir à ce sujet : Ray Mac Sharry, Padraig White, The Making of the Celtic Tiger : the inside story (...)
  • 14 Pour une description détaillée de l’ensemble des avantages fiscaux proposés par l’État irlandais, (...)
  • 15 Le nombre annuel de grèves était de 200 en 1984. Il tomba à moins de 50 en 1989 et se maintint à c (...)
  • 16 Au cours des dix dernières années, l’État irlandais a investi 5 milliards de dollars dans un résea (...)

13Les raisons de ce succès sont multiples12 Il est incontestable que la politique industrielle13, menée depuis plusieurs années, a été très payante. En effet, les diverses aides à l’installation et les avantages fiscaux proposés par l’État irlandais14 sont tout à fait alléchants, en particulier l’impôt sur les sociétés (10 % dans de nombreux secteurs d’activité en 2002). Les multinationales trouvent sur place du personnel qualifié ou très qualifié. Bien que l’on note une augmentation dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, le coût de la main-d’œuvre, en Irlande, pendant cette période était bien inférieur à celui des autres pays de l’Union européenne. La stabilité du climat social fut assurée grâce à la conclusion, en 1987, d’un pacte entre l’État et les syndicats. Les organisations non-gouvernementales y ont été associées plus récemment. À la fin des années quatre-vingt, le taux de chômage était tel que les organisations syndicales irlandaises, témoins de la politique Thatcher au Royaume-Uni, acceptèrent l’accord qui leur était proposé. Elles consentirent à modérer leurs revendications salariales en échange de réductions d’impôts. Ceci permit de contenir le taux d’inflation et de limiter les conflits sociaux15. Nombre d’entreprises étrangères furent séduites par ces conditions favorables. En outre, en quelques années, le réseau de télécommunications16 est devenu extrêmement performant en Irlande – un facteur qui est venu s’ajouter aux attraits du pays.

  • 17 En, 1998, Eoin O’Malley mit en lumière le fait que le nombre d’emplois dans les entreprises irland (...)

14D’autres secteurs, comme celui du tourisme, ont également contribué à la croissance économique irlandaise. De même, il semblerait que les services et la production de logiciels informatiques aident à restaurer la santé des entreprises « nationales » qui, selon certains économistes, connaîtraient un renouveau17. Pourtant, Denis O’Hearn émet des doutes quant à leur viabilité à long terme ; alors que les profits des entreprises locales doublèrent entre 1990 et 1995, ils baissèrent sensiblement dans la deuxième partie de la décennie. En 1999, ils avaient diminué d’un tiers par rapport à 1990.

  • 18 Le volume des importations a augmenté de 8,4 % en 2001 alors que ce pourcentage était de 17,8 % en (...)

15En outre, il semblerait que les divers piliers sur lesquels repose la croissance irlandaise soient bien fragiles. Comme il a été dit, le processus de mondialisation accroît l’interdépendance des économies qui, pour la plupart, subissent à des degrés divers les fluctuations de l’économie américaine. Étant donné la forte concentration de multinationales originaires des États-Unis en Irlande, celle-ci est susceptible d’être touchée de plein fouet en cas de crise. D’ailleurs, les effets du ralentissement enregistré outre-Atlantique depuis 2001, aggravés par les événements du 11 Septembre, ont eu des conséquences immédiates sur la croissance irlandaise qui a alors brutalement chuté, passant de 11,5 % (en 2000) à 5,9 %. De même, le volume du commerce extérieur (exportations et importations) a enregistré un ralentissement sensible cette même année18.

  • 19 Cette mission fut confiée à Forbairt (aujourd’hui Enterprise Ireland).
  • 20 Marie O’Sullivan, «Industrial Development: a New Beginning ? », in John W. O’Hagan (éd.), The Econ (...)

16Par ailleurs, les avis divergent sur le niveau d’ancrage des multinationales en Irlande. Pourtant, au lendemain de la publication du rapport Telesis en 1982, la politique menée par l’IDA (Industrial Development Authority) pour attirer des investissements étrangers changea de cap. Ce rapport mit en exergue le fait que les sociétés étrangères ayant bénéficié des conditions avantageuses offertes par l’État irlandais n’avaient pas véritablement établi de liens avec les entreprises locales en matière d’approvisionnement par exemple. Les emplois créés ne nécessitaient que peu de qualifications et se situaient pour la plupart au bas de l’échelle des salaires. Il s’agissait surtout d’assemblage ou d’emballage. Ainsi, ces entreprises pouvaient-elles facilement s’installer ailleurs si bon leur semblait. L’IDA s’efforça donc en premier lieu de mieux cibler ses efforts en se concentrant sur quelques secteurs porteurs de la haute technologie. Des fonctions stratégiques, comme la recherche et le développement, pourraient être exercées sur place. Les entreprises locales en bénéficieraient, espérait-on. En second lieu, l’organisme public19 afficha sa volonté de donner priorité aux entreprises susceptibles d’établir des liens avec des sous-traitants ou des fournisseurs locaux. Le but de cette nouvelle stratégie était de fidéliser les entreprises étrangères. L’IDA affirme avoir rempli sa mission. L’organisation a certes atteint une partie de ses objectifs ; les multinationales venues s’installer en Irlande appartiennent aux secteurs de pointe de l’économie. Néanmoins, certains, comme Mary O’Sullivan20 ou Denis O’Hearn, se montrent incrédules quant à l’approfondissement des liens entre multinationales et entreprises locales :

  • 21 Denis O’Hearn, The Atlantic Economy…, p. 179-180.

Enterprise Ireland had only limited success in its linkage programme […]. Although official reports and some economists make a great deal of substantial rising linkages between foreign and local firms, it is by no means clear that it occurred after 1990 […]. In reality, however, TNC purchasing patterns were shifting radically. They were buying more of their inputs from other TNC subsidiaries (sic) in Ireland […]. The net result was that TNCs were buying a substantially smaller (sic) share of their material supplies from Irish firms in the year 2000 than they had in 199021.

17O’Hearn fait également preuve de scepticisme en ce qui concerne la recherche et le développement :

  • 22 Ibid., p. 184

[…] the main reason why contacts with TNCs did not promote innovation was that TNC subsidiaries perform very little R & D in Ireland, so they do not have much to offer a sub-supplier by way of technology and knowledge transfer. This finding conflicts with the popular perception of the “new TNCs” of the 1990s which […] “dramatically” increased their rates of R & D spending in Ireland22.

18L’ancrage des multinationales est crucial. En effet, si celui-ci n’est que superficiel, ces sociétés peuvent aisément déménager si elles estiment qu’il serait plus rentable de mener leurs activités ailleurs, dans un pays du Sud-Est asiatique par exemple. Plus cette menace pèse, plus la pression sur les autorités étatiques augmente. Celles-ci doivent impérativement – c’est tout du moins ce qu’elles affirment – faire en sorte que le pays continue à offrir un ensemble de conditions suffisamment intéressantes pour retenir les sociétés déjà installées et en attirer de nouvelles. Le pacte conclu avec les partenaires sociaux semble donc vital. Or, au fil du temps, il paraît de plus en plus difficile à maintenir. Le taux d’inflation, de 4,9 % en 2001, est le plus élevé d’Europe. Ceci est principalement dû à la hausse des salaires.

  • 23 En 2000, on estimait à 25 000 les besoins du secteur de l’hôtellerie et de la restauration, à 10 0 (...)

19La pénurie de personnels dans certains secteurs23 n’y est pas étrangère. De fait, malgré l’augmentation massive du nombre de femmes dans la population active et le retour d’Irlandais au pays, ce dernier éprouve des difficultés à couvrir ses besoins. L’État encourage donc activement la venue de personnels étrangers sur son sol. Les autorités irlandaises ont décidé d’accorder 200 000 permis de travail pendant la période 2000-2005.

  • 24 Étude intitulée « Living in Ireland Survey » [an.], mentionnée dans « The Rich and the Poor », Iri (...)
  • 25 Rapport intitulé « United Nations Human Development Report », cité dans Paul Cullen, « State Compa (...)
  • 26 Sur 18 pays développés, l’Irlande est à l’avant-dernier rang.

20Or cela ne va pas sans poser de problèmes tant au niveau économique que social. Les prix des loyers et de l’immobilier flambent. Les classes modestes sont évidemment les premières à en souffrir. Il ne faut pas oublier que si le niveau de vie de beaucoup de personnes s’est amélioré et que le taux de chômage a baissé considérablement, la pauvreté (relative) persiste et les inégalités ont augmenté. L’étude d’ESRI (Economic and Social Research Institute)24 et le rapport des Nations unies25, tous deux publiés en juillet 2001, faisaient clairement apparaître le paradoxe de la réussite économique irlandaise. Certains chiffres étaient particulièrement frappants : en effet, le rapport des Nations unies révélait que l’Irlande, malgré une croissance remarquable, avait un taux de pauvreté de 15,3 %. Ce pourcentage26 était parmi les plus élevés des pays industrialisés. Cette enquête avait pris plusieurs paramètres en considération, comme le pourcentage d’analphabétisme qui aurait concerné presque 23 % de la population irlandaise. Par ailleurs, l’État s’étant engagé à prélever moins d’impôts, il disposait de moins de ressources (même si le nombre de chômeurs avait diminué) pour moderniser les services de santé. Avec 219 médecins pour 100 000 habitants (moins que l’Azerbaïdjan et que la majorité des pays de l’Est), l’Irlande était ainsi le pays occidental qui consacrait le moins d’argent à ce secteur.

21La construction de nouveaux logements et la modernisation des infrastructures devaient, par ailleurs, passer au rang des priorités dans les années suivantes. Dans le cas contraire, la croissance économique et le niveau de vie risquaient d’être sérieusement affectés selon l’ESRI :

  • 27 David Duffy et al., Medium Term Review n° 8 : 2001-2008, Dublin, Economic and Social Research Inst (...)

The analysis of the Review suggests that, over the course of the coming decade, a number of domestic constraints may prevent the economy achieving its potential growth rate. The most obvious constraint arises from the inadequacy of current infrastructure. There are not enough dwellings to accommodate the growing population of adults, augmented by the likely continuing net immigration of skilled labour. The shortage will directly affect the standard of living and will reduce the incentive for Irish emigrants (or new immigrants) to return. However, the problems in the housing market are a symptom of a wider infrastructure deficit in sanitary services, in public transport, in roads and in many other areas of public infrastructure27.

  • 28 John McManus, « Ireland Slips Three Places in Global Competitiveness League », Irish Times, April (...)

22Il est vrai que l’état des infrastructures requérait des mesures draconiennes puisqu’il avait déjà fait chuté l’Irlande de la cinquième place, en 2000, à la dixième, en 2002, dans le classement établi dans le World Competitiveness Yearbook28.

23Ainsi, la réussite économique de l’Irlande, tout aussi spectaculaire fût-elle, n’en demeurait pas moins vulnérable dans la mesure où elle était largement dépendante de paramètres extérieurs. En outre, si l’on examine les facteurs internes qui y avaient contribué, comme le pacte social, on ne pouvait écarter l’éventualité que, même s’il avait bien fonctionné par le passé, il pouvait être remis en cause à l’avenir. Enfin, on ne pouvait ignorer l’aggravation des inégalités depuis quelques années. Comment l’arrivée massive d’étrangers serait-elle accueillie par ceux qui n’avaient pas bénéficié des fruits de la croissance ? Le climat social ne risquait-il pas de connaître, à terme, une dégradation nuisible à l’activité économique ? Face à ces incertitudes, tant au niveau économique que social, le rôle de l’État apparaissait d’autant plus déterminant. Certains hommes politiques, comme Ruairi Quinn (Labour), n’hésitèrent pas, en leur temps, à critiquer la politique économique ultra-libérale « à l’américaine » du gouvernement Ahern :

  • 29 « Forty Homes have to be built for every 100 existing », Irish Times, December 17th, 1999.

It amounts to the embracing of the American model of individual responsibility. It promotes a low-tax regime to encourage individual effort. It sees a minimal role for the State in the daily affairs of the community. It is the stuff of the trickle-down economics. It intends the share of public wealth invested in our community to decline dramatically. It is a vision of the future imprisoned by the poverty of the past29.

L’État irlandais et le processus de mondialisation de l’économie irlandaise : maître ou valet ?

  • 30 Voir Ray Mac Sharry, Padraig White, The Making of the Celtic Tiger…

24Il est certain que l’État a joué un rôle central dans la mise en place d’un cadre favorable au décollage économique du pays. Le pacte social et la politique industrielle30 menée par l’IDA pour attirer des multinationales dans les secteurs de pointe, le ciblage de sociétés opérant dans les services financiers ont déjà été cités. L’instauration d’un cadre légal souple a également contribué à rendre l’Irlande attractive. La politique menée en matière d’éducation a aussi été judicieuse car elle a permis de répondre sinon entièrement, tout du moins en grande partie, aux besoins des sociétés étrangères en personnels qualifiés.

25Aujourd’hui, il se doit de maintenir le fragile équilibre sur lequel le succès économique repose. Pourtant, les avis sont partagés sur le devenir de l’État en tant que maître du pouvoir décisionnel dans le cadre de la mondialisation des économies.

  • 31 David Held et al., Global Transformations : Politics, Economics and culture, Cambridge, Polity Pre (...)
  • 32 Kenichi Ohmae, The End of the Nation-State : the Rise of Regional Economies, Londres – New York – (...)

26Les théories sur le sujet divergent et plusieurs grands courants de pensée31 ont été recensés. En premier lieu, l’école mondialiste, dont Kenichi Ohmae32 est l’un des représentants les plus connus, prédit la quasi-disparition du pouvoir décisionnel des États dans un monde sans frontières où la liberté des échanges serait le véhicule du progrès.

27Le sociologue Ulrich Beck, quant à lui, s’est plus particulièrement intéressé à la mutation des rapports entre économie et État. L’économie ou, plus exactement, les multinationales seraient maintenant dotées de ce qu’il nomme un « méta-pouvoir », c’est-à-dire la faculté de changer les règles du pouvoir à l’échelle nationale et internationale. Contrairement à l’idée traditionnelle de la conquête qui consiste en l’invasion d’un territoire, la stratégie utilisée par les entreprises pour soumettre les États consiste, selon lui, au contraire à menacer de se retirer :

Because it is not tied to any specific location, it is therefore globally retractable. While the power of the state, according to the national rationale, grows by conquering foreign territories, the power of the global economy’s players grows precisely by doing or threatening to do the opposite, by being in a position to leave the relevant territory, to not conquer foreign countries […]. Investment capital is the equivalent of fire powder, with a big difference, the threat of not firing enlarges the power33.

  • 34 Paul Hirst, Grahame Thompson, Globalization in Question : the International Economy and the Possib (...)
  • 35 Peadar Kirby, The Celtic Tiger in Distress : Growth and inequality in Ireland, New York, Palgrave, (...)
  • 36 Kieran Allen, The Celtic Tiger : The Myth of Social Partnership in Ireland, Manchester, Manchester (...)

28À l’opposé, les « sceptiques », dont font partie Paul Hirst et Grahame Thompson34, considèrent que l’ampleur de la mondialisation est très exagérée et remettent en cause la nouveauté du phénomène. Les États ont, d’après eux, toujours eu à faire face à des forces transnationales puissantes et ont réussi à conserver, contre vents et marées, leur pouvoir décisionnel. Cette école a adopté une position très critique vis-à-vis des États35, qui en réalité se serviraient du mythe de la mondialisation pour appliquer des politiques néo-libérales impopulaires sans avoir à en endosser véritablement la responsabilité. Le sociologue irlandais Kieran Allen36 adhère totalement à cette thèse.

  • 37 Leslie Sklair, « The Transnational Capitalist Class and the Discourse of Globalization », January (...)
  • 38 Leslie Sklair, « The Transnational Capitalist Class.

29La conception transnationale de la mondialisation37 est plus nuancée et envisage le phénomène sous un angle quelque peu différent. Elle s’intéresse à la façon dont le pouvoir décisionnel a été diffusé, redistribué entre multinationales, institutions intergouvernementales, mouvements sociaux internationaux, agences internationales (comme l’OMC) et les États. Leslie Sklair38 revendique son appartenance à ce courant de pensée. Il se place dans le cadre de la théorie des systèmes afin, en l’occurrence, de conceptualiser la mondialisation. Le « système mondial » serait composé de trois sphères : la sphère économique (les sociétés transnationales), politique (la classe capitaliste transnationale) et idéologico-culturelle (culte de la consommation). Il s’est tout particulièrement intéressé à la classe capitaliste transnationale qu’il a divisée en quatre grandes catégories : les décideurs au sein des sociétés transnationales, les hommes politiques et les professionnels, qui sont au service de la mondialisation (« globalizing politicians and professionals »), ainsi que les médias. Il analyse les alliances, les motivations et le rôle des uns et des autres dans la promotion de la mondialisation, entre autres, par l’intermédiaire du discours sur la compétitivité. Ce concept, bien exploité, se révèle être un outil particulièrement précieux.

  • 39 Richard Falk, interview diffusée au cours de l’émission de radio « Globally Speaking – The Politic (...)
  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid

30Enfin, la théorie de Richard Falk39 est un peu à part mais elle ajoute une autre dimension à la question. Ainsi distingue-t-il la mondialisation « d’en haut » (« from above »), c’est-à-dire « la combinaison du pouvoir étatique et des forces du marché »40, de celle « d’en bas » (« from below »). Il désigne sous ce terme les forces et les mouvements sociaux, les associations, les organisations non-gouvernementales qui, d’après lui, cherchent à promouvoir une société civile mondiale respectueuse des Droits de l’homme et de l’environnement. La justice sociale serait au cœur de ses préoccupations. Dans la plupart des cas, selon Falk, l’État n’est plus qu’un bras articulé au service des « forces mondialisantes »41 Il prône la restauration du rôle de l’État en tant que médiateur entre le capital et la société afin de rétablir l’équilibre.

  • 42 Leslie Sklair, « The Transnational Capitalist Class… ».

31Ces diverses théories incitent à prendre une certaine distance vis-à-vis des actions menées par l’État irlandais. En ayant établi un cadre qui facilite la mondialisation, n’a-t-il pas signé sa propre condamnation à disparaître, comme pourrait le soutenir l’école des mondialistes ? Est-il une victime du « méta-pouvoir » de l’économie ? Si l’on se place sous un autre angle, celui des « sceptiques », peut-être ne fait-il que se servir de la mondialisation comme prétexte. L’hypothétique départ des multinationales en cas de trop forte hausse des salaires, par exemple, ne serait-il qu’un écran de fumée pour masquer la nécessité de respecter les critères de Maastricht dictés par le pacte de stabilité monétaire ? Ou bien y aurait-il une sorte de collusion entre les différentes composantes de ce que Leslie Sklair42 désigne sous le nom de « classe capitaliste transnationale » ? L’État irlandais exploite-t-il le concept de compétitivité ? Ce ne sera qu’après avoir clarifié la marge de manœuvre dont il dispose qu’il sera possible d’évaluer s’il est en mesure de jouer le rôle de médiateur entre les forces de la mondialisation du « haut » et celles du « bas », que préconise Richard Falk, et s’il est vraiment libre d’appliquer une politique visant à améliorer la cohésion sociale sans porter préjudice aux objectifs économiques du pays.

32Déterminer si le pouvoir décisionnel en Irlande est ou non en train de connaître une mutation ne sera guère chose facile et devra combiner plusieurs approches. Une analyse approfondie des politiques publiques (orientation des budgets, décisions prises en matière de législation du travail, point sur le Programme for Prosperity and Fairness, actions gouvernementales faisant suite aux recommandations de l’ESRI mais également à celles de la Conference of Religious in Ireland, etc.) semble inévitable.

33Les opposants à la politique menée par le gouvernement seront sûrement une source très riche d’informations. Les syndicats et organisations non-gouvernementales adhèrent au pacte social conclu avec l’État, ce qui limite a priori l’espace de contestation. Mais peut-être sommes-nous en train d’assister à un réveil des consciences ? Ainsi David Begg, le tout nouveau président de l’ICTU (Irish Congress of Trade Unions), déclara-t-il en septembre 2001 lors d’un déjeuner organisé par l’organisation patronale, l’IBEC (Irish Business and Employers Confederation) :

  • 43 Padraig Yeates, « New ICTU President Says New Capitalism a Threat », Irish Times, September 17th, (...)

A new form of “turbo-capitalism” that is harder and more ruthless than its predecessor is threatening the fabric of our society. The balance of power between labour and capital which was the cement of the welfare state in the post-war settlement has been disturbed by the increased mobility of capital43.

  • 44 Michael McCaughan, « The Rise of the New Radicals », Irish Times, August 25th, 2001.
  • 45 Ce groupe existe également en Grande-Bretagne. La branche irlandaise a vu le jour en février 2001. (...)

34Ça et là, de petites poches de résistance44 s’organisent pour manifester, qui pour la protection de l’environnement, qui pour une hausse des salaires ou l’amélioration des services de santé. Le succès du mouvement Globalise Resistance45 semble assez rapide, même s’il reste limité pour le moment. On trouve des écologistes et des membres d’organisations comme One World parmi ses militants et, même s’il se dit apolitique, il compte également en son sein des représentants du Sinn Féin, du Socialist Workers’ Party et de Labour Youth. La lutte contre la présence de multinationales en Irlande figure en bonne place dans la liste de ses priorités.

  • 46 Eibhir Mulqueen, « Dissent is Critical to Build New Vision, Group Told », Irish Times, November 10 (...)
  • 47 University College Dublin.

35Des voix s’élèvent, les unes dénoncent le manque de débat et le climat trop consensuel, à leur goût, qui règne en maître en Irlande. Le professeur Kathleen Lynch46 (UCD47) déplore la diabolisation de ceux qui osent ne pas être d’accord (fantasme ou réalité ?). Les autres s’inquiètent de la perte des valeurs traditionnelles (véritables ou imaginées ?) du peuple irlandais :

  • 48 Jim MacLaughlin, « Ireland in the Global Economy », in Ethel Crowley, Jim MacLaughlin (éd.), Under (...)

In Ireland the upwardly mobile, entrepreneurial and ambitious new elites have abandoned many of the nation-building objectives of their predecessors. They have dissociated themselves from a gentler Ireland nursing values of nationhood, neighbourhood, parish and community48.

36article actualisé par le directeur de publication en 2006

Notes

1 Commission européenne, direction générale du Commerce, « Un nouveau cycle pour une globalisation maîtrisée et équitable, argumentaire à l’occasion de la 4e réunion ministérielle de l’OMC, octobre 2001 », http://www.europa.eu.int/comm/trade.

2 Razeen Sally, « Rival Visions of Globalisation – Anything New After September 11 th ? », January 2002, http://old.lse.ac.uk/collections/globalDimensions/research/Default.htm.

3 World Bank, « Globalisation, Growth and Poverty : Facts, Fear and an Agenda for Action », http://www.worldbank.org/economicpolicy/globalization/documents/povertyglobalization.pdf.

4 Razeen Sally met en avant l’exemple de la Chine où, depuis 1978, 300 millions d’individus sont sortis de la pauvreté absolue. Razeen Sally, « Rival Visions of Globalisation ».

5 L’étude de la Banque mondiale montre d’ailleurs que, si 24 pays en ont tiré les bénéfices, la croissance a soit stagné soit périclité dans 75 autres (où vivent 2 milliards de personnes). World Bank, « Globalisation, Growth and Poverty ».

6 John Gray, cité in « Globalisation : Is It At Risk ? », The Economist, 2-8 February 2002. http://www.economist.com/displaystory.cfm?story_id965575.

7 Les États-Unis ont, à la suite de cela, commencé à prendre des mesures protectionnistes afin de protéger certains secteurs de leur économie comme l’agriculture et l’industrie de l’acier.

8 Vincent Cable, Globalization and Global Governance, Londres, Royal Institute of International Affairs (Chatham House papers), 1999, p. 22-35 ; Mark Mallock Brown, « Human Security and Human Development in the 21st century : a Post-September 11th Agenda », October 25th, 2001, http://old.lse.ac.uk/collections/globalDimensions/lectures/Default.htm.

9 Anthony Giddens, « The Director’s Lectures – Runaway World : the Reith Lectures Revisited – Lecture 1 : 10 November 1999 », http://www.globalpolicy.org/globaliz/define/1999/1110giddens.pdf.

10 « Globalization’s Last Hurrah ? », Foreign Policy Magazine, January-February 2002, http://www.foreignpolicy.com.

11 De nombreux ouvrages sur le récent essor de l’économie irlandaise et ses caractéristiques ont été publiés récemment. Pour un tableau complet de la situation économique irlandaise actuelle voir : Paul Sweeney, The Celtic Tiger : Ireland’s Continuing Economic Miracle Explained, 2e éd., Dublin, Oak Tree Press, 1999 [1998].

12 Voir à ce sujet : Proinnsias Breathnach, « Exploring the “Celtic Tiger” Phenomenon : Causes and consequences of Ireland’s Economic Miracle », European Urban and Regional Studies, vol. V, n° 4, October 1998, p. 305-316.

13 Voir à ce sujet : Ray Mac Sharry, Padraig White, The Making of the Celtic Tiger : the inside story of Ireland’s boom economy, Dublin, Mercier Press, 2001.

14 Pour une description détaillée de l’ensemble des avantages fiscaux proposés par l’État irlandais, voir le site internet de la Industrial Development Authority, http://www.Idaireland.com.

15 Le nombre annuel de grèves était de 200 en 1984. Il tomba à moins de 50 en 1989 et se maintint à ce niveau durant les années quatre-vingt-dix. Voir Denis O’Hearn, The Atlantic Economy, Britain, the US and Ireland, Manchester, Manchester University Press, 2001, p. 171. En 1999, le nombre total de jours de grève fut de 215 587. En 2000, il tomba à 97 046. Voir Padraig Yeates, « Government may support worker councils plan », Irish Times, May 29th, 2001.

16 Au cours des dix dernières années, l’État irlandais a investi 5 milliards de dollars dans un réseau de télécommunications numérique. Voir http://www.ida.ie/whyireland/infrastructure.asp.

17 En, 1998, Eoin O’Malley mit en lumière le fait que le nombre d’emplois dans les entreprises irlandaises pendant la période 1988-1996 avait augmenté de 6,9 %, sachant que de 1980 à 1988, il avait chuté de 22,6 % (Eoin O’Malley, « The Revival of Irish Indigenous Industry 1987-1997 », Quarterly Economic Commentary, April 1998, p. 35-60, cité par Denis O’Hearn, The Atlantic Economy…, p. 178).

18 Le volume des importations a augmenté de 8,4 % en 2001 alors que ce pourcentage était de 17,8 % en 2000. La tendance pour les exportations est la même puisqu’elles n’ont augmenté que de 7,7 % en 2001 (ce pourcentage était de 16,6 % en 2000). Statistiques publiées par le Central Statistics Office, le 30 avril 2002

19 Cette mission fut confiée à Forbairt (aujourd’hui Enterprise Ireland).

20 Marie O’Sullivan, «Industrial Development: a New Beginning ? », in John W. O’Hagan (éd.), The Economy of Ireland : Policy and Performance of a European Region, 8e éd., Dublin, Gill & MacMillan, 2000 [1978], p. 260-285.

21 Denis O’Hearn, The Atlantic Economy…, p. 179-180.

22 Ibid., p. 184

23 En 2000, on estimait à 25 000 les besoins du secteur de l’hôtellerie et de la restauration, à 10 000 ceux de la construction et à 5 000 ceux de l’informatique. Voir John Murray Brown, « Survey – Ireland : Traffic Eases on Homecoming Trail », Financial Times, October 3rd, 2000.

24 Étude intitulée « Living in Ireland Survey » [an.], mentionnée dans « The Rich and the Poor », Irish Times, July 18th, 2001.

25 Rapport intitulé « United Nations Human Development Report », cité dans Paul Cullen, « State Compares Poorly With Peers on Poverty », Irish Times, July 10th, 2001.

26 Sur 18 pays développés, l’Irlande est à l’avant-dernier rang.

27 David Duffy et al., Medium Term Review n° 8 : 2001-2008, Dublin, Economic and Social Research Institute, 2001.

28 John McManus, « Ireland Slips Three Places in Global Competitiveness League », Irish Times, April 30th, 2002.

29 « Forty Homes have to be built for every 100 existing », Irish Times, December 17th, 1999.

30 Voir Ray Mac Sharry, Padraig White, The Making of the Celtic Tiger…

31 David Held et al., Global Transformations : Politics, Economics and culture, Cambridge, Polity Press, 1999, p. 3-9.

32 Kenichi Ohmae, The End of the Nation-State : the Rise of Regional Economies, Londres – New York – Toronto, The Free Press, 1995.

33 Ulrich Beck, « Redefining power in a Global Economy », February 2001, http://old.lse.ac.uk/collections/globalDimensions/globalisation/Default.htm.

34 Paul Hirst, Grahame Thompson, Globalization in Question : the International Economy and the Possibilities of Governance, Cambridge, Polity Press, 1996 ; voir également à ce sujet : Meghnad Desai, « Globalisation, Neither Ideology nor Utopia », June 2001, http://old.lse.ac.uk/collections/globalDimensions/globalisation/Default.htm.

35 Peadar Kirby, The Celtic Tiger in Distress : Growth and inequality in Ireland, New York, Palgrave, 2002, p. 196-197.

36 Kieran Allen, The Celtic Tiger : The Myth of Social Partnership in Ireland, Manchester, Manchester University Press, 2000.

37 Leslie Sklair, « The Transnational Capitalist Class and the Discourse of Globalization », January 2001, http://old.lse.ac.uk/collections/globalDimensions/globalisation/Default.htm.

38 Leslie Sklair, « The Transnational Capitalist Class.

39 Richard Falk, interview diffusée au cours de l’émission de radio « Globally Speaking – The Politics of Globalisation, Program 6 : Global Citizenship » ; retranscrite à l’adresse http://www.abc.net.au/global/radio/falk.htm.

40 Ibid.

41 Ibid

42 Leslie Sklair, « The Transnational Capitalist Class… ».

43 Padraig Yeates, « New ICTU President Says New Capitalism a Threat », Irish Times, September 17th, 2001.

44 Michael McCaughan, « The Rise of the New Radicals », Irish Times, August 25th, 2001.

45 Ce groupe existe également en Grande-Bretagne. La branche irlandaise a vu le jour en février 2001. Voir Justin Moran, « Ireland’s Part in the Anti-Globalisation movement », An Phoblacht, July 12th, 2001.

46 Eibhir Mulqueen, « Dissent is Critical to Build New Vision, Group Told », Irish Times, November 10th, 2000.

47 University College Dublin.

48 Jim MacLaughlin, « Ireland in the Global Economy », in Ethel Crowley, Jim MacLaughlin (éd.), Under the Belly of the Celtic Tiger : Class, Identity and Culture in the Global Ireland, Dublin, Irish Reporter Publications, 1997, p. 1-19.

Auteur

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540