Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tigre celtique en question

 | 
Catherine Maignant

Quel lien, en Europe occidentale, entre prospérité et mondialisation ?

Philippe Brillet

Texte intégral

1Résumé : S’interrogeant sur les perspectives économiques de l’Irlande, cet article compare ce pays à d’autres États d’Europe occidentale pour tenter d’établir le lien exact qui existe entre prospérité et mondialisation. À l’issue du processus comparatif entre l’Irlande et les pays plus riches, puis les pays moins riches, il conclut à la relative fragilité de la prospérité irlandaise, qui repose essentiellement sur une capacité de valorisation et non sur un produit ou un savoir.

2Abstract : This article seeks to assess the economic perspectives of Ireland by comparing the latter country to other states of Western Europe. Trying to define the nature of the link between prosperity and globalization in these countries, the author compares Ireland to more prosperous countries and to less prosperous ones. After analysing the bases of the Irish economic success, he reminds the reader of the fragility of the Celtic Tiger economy.

3L’économie de la République se présente à la fois comme l’une des plus prospères et l’une des plus mondialisées de l’Europe, voire du monde si l’on en croit ses dirigeants. Ceci incite, en dehors de tout présupposé politique d’ordre libéral, à associer ces deux caractères d’autant qu’ils sont, de plus, récents et presque synchrones en Irlande.

4Il reste que synchronisation, et même corrélation, ne valent pas démonstration de causalité, et ce en dehors de tout présupposé politique antimondialiste. Une telle démonstration serait d’ailleurs scientifiquement fort difficile à établir, car la plus fine des analyses économétriques ne peut ni intégrer la totalité des variables potentiellement pertinentes, ni être directement extrapolée à un autre pays.

5Faute de pouvoir réaliser une analyse économique complète, seule capable de démontrer ou d’infirmer ce lien, une première approche consiste à réaliser une typologie des pays en croisant ces deux critères de richesse nationale et de degré d’ouverture. En allant au plus simple, deux tris binaires prenant la position de l’Irlande comme valeur de partage permettent de constituer quatre groupes.

6Ce travail est dans cet article volontairement limité à l’Europe, même si la comparaison avec l’Amérique latine serait fructueuse (et également fort inquiétante pour l’avenir de l’Irlande) et si le rapprochement avec les NPI (Nouveaux Pays Industrialisés) d’Asie s’impose de lui-même. Mais l’image du « Tigre », que l’Irlande donne à voir comme représentation d’elle-même, mérite peut-être une étude à elle seule. Cette limitation à l’Europe pose toutefois un léger problème de construction puisque, s’il est possible de partager les pays selon qu’ils sont ou non plus riches que l’Irlande, le degré d’ouverture de cette dernière ne peut, bien entendu, être la valeur discriminante parce qu’il est le plus élevé, d’où le recours à la moyenne européenne.

7Or on observe d’emblée qu’aucun des pays peu ouverts n’approche, même de loin, la prospérité irlandaise. Ceci est en faveur de la corrélation richesse/mondialisation que nous explorons. Mais l’inverse n’est pas vrai puisque l’on trouve de nombreux pays très ouverts et dont la richesse est pourtant fort inférieure à celle de l’Irlande. L’ouverture apparaît donc comme une condition nécessaire, mais non suffisante, de la prospérité. Nous allons donc limiter notre réflexion à ces seuls pays ouverts, puisqu’il n’existe pas de pays qui soient fermés et plutôt riches. En outre, ceux qui sont fermés et plutôt pauvres ne présentent guère d’intérêt pour décoder les bases de la prospérité européenne en général et irlandaise en particulier.

8Se détachent alors trois groupes, en fait trois paires de pays : le Luxembourg et la Suisse beaucoup plus riches que l’Irlande, la Norvège et l’Islande sensiblement plus riches et, enfin, la Suède et le Danemark qui sont presque à son niveau. Nous examinerons dans une première partie la prospérité des quatre premiers, qui dépasse donc celle de l’Irlande, puis, dans une seconde, l’état de l’économie de la dernière paire ainsi que l’exemple d’un pays de plus grande taille, très ouvert mais moins prospère, l’Italie. Le choix de ce dernier nous permet d’éviter la très classique comparaison avec le Royaume-Uni.

Les pays plus riches que l’Irlande

9Examinons donc tout d’abord le niveau d’intégration dans l’économie-monde – au sens que lui donne Fernand Braudel – des quatre pays européens plus riches que l’Irlande.

Les pays les plus riches : des pays banquiers

10La prospérité du Luxembourg – pays de très loin le plus prospère d’Europe avec 42 300 $ /hab. en 2000 –, celle de la Suisse – deuxième avec 36 200 $ / hab. la même année –, celle de Monaco comme enfin, mais à moindre niveau, celle des Îles Anglo-Normandes et du Lichtenstein sont certes la conséquence de l’arrivée massive de flux financiers extérieurs et traduisent une indéniable ouverture économique. Toutefois ces flux ne se dirigent pas ou peu vers les entreprises de ces pays, mais bien vers leurs banques. Il s’agit de paradis bancaires et non point, comme on le dit improprement, de paradis fiscaux. On remarque incidemment que ce dernier terme convient en revanche parfaitement à la République et conviendra peut-être demain, en partie, à l’Irlande du Nord.

11L’économie locale ne reçoit ainsi que fort modestement les intrants qui accompagnent les investissements productifs directs : savoir-faire, économies d’échelle, réseaux de logistique, capacités d’attente, intégrations horizontale et verticale pour n’en citer que quelques-uns parmi les principaux. Même le crédit est moins abondant et moins bon marché que ce que l’on pourrait imaginer, puisque l’essentiel des intrants financiers est réinvesti à l’extérieur sur des contrats d’ailleurs parfois spéculatifs. Ainsi la capitalisation boursière de la Suisse ne constitue-t-elle que 2 % du total mondial, contre 9 % pour Londres. Par contre, ce ne sont pas moins de 2 500 milliards d’euros qui sont gérés en Suisse, soit le tiers de tous les placements privés hors de leur pays d’origine.

12Dans ces pays, l’activité bancaire n’est pas un moyen de développement économique national mais une fin en soi : le secteur financier occupe ainsi en Suisse 8 % de la population active, fournit 12 % du produit intérieur et contribue pour 21 % aux ressources fiscales. Ces proportions sont encore plus élevées au Luxembourg, qui a également compris que cumuler son jeu avec celui de la banque a toujours été pour un joueur un excellent moyen sinon de gagner, du moins de s’assurer un avantage décisif. Septième place financière au monde, avec notamment plus de 11 % de la population active dans le secteur financier, ce pays assure 80 % du marché des obligations en euros et il est, de plus, un centre majeur pour le marché de l’or, l’assurance et surtout la réassurance, les services de gestion de portefeuilles et de conseils juridiques.

13On peut d’ailleurs associer à la finance le secteur de l’administration communautaire (presque 6 % des emplois), dont la présence constitue un important retour sur investissement de la contribution du pays à l’Union, au point que l’on pourrait parler de contribution négative ! Le Luxembourg montre d’ailleurs qu’une longue tradition bancaire n’est pas indispensable pour réussir dans ce domaine : sa bourse n’a ouvert qu’en 1929, très mauvaise année pour l’économie mondiale, et sa prospérité est liée à une loi très libérale sur les holdings, votée la même année. Une tradition de change ancienne, un pluralisme linguistique et une position charnière entre latinité et germanité ont fait le terreau de la banque luxembourgeoise, cette dernière n’ayant pris son essor qu’à partir des années cinquante en devenant une véritable place offshore pour l’Allemagne. Son association plus récente avec d’autres places charnières (Monaco et Nassau au premier chef) a donné un second souffle à ce secteur qui se défend, comme la Suisse, de constituer un paradis fiscal. De fait, les banques y paient de lourds impôts, ce qui est excellent pour les finances publiques mais pas nécessairement un gage de transparence.

Les autres pays plus riches que l’Irlande : entre poisson et pétrole

14La Norvège (troisième avec 36 200 $/hab. en 2000) bénéficie d’abord de sa rente énergétique. Sa production pétrolière de 157 millions de tonnes (soit 4,4 % du total mondial) est la huitième au monde, à peine inférieure à celles de l’Iran et du Mexique. Elle occupe pour le gaz naturel le neuvième rang mondial avec 52 milliards de mètres cube par an. Pour ces deux produits, les réserves étagées le long de sa côte occidentale ne sont pas encore toutes évaluées. Le fait que le pays soit déjà complètement autonome pour l’électricité grâce à sa houille blanche lui permet d’exporter la quasi-totalité de ses produits pétroliers, directement ou après transformation dans le nouveau complexe pétrochimique de Stavanger. Cette volonté de diversification est récente et liée au projet de desserrer le quasi-monopole du grand Oslo sur l’économie du pays : les Norvégiens avaient longtemps trouvé plus simple d’envoyer directement en Écosse leur part de pétrole et de gaz et de s’épargner ainsi la pollution industrielle des raffineries. La Norvège mériterait ainsi parfaitement l’appellation de pétro-monarchie si ce terme n’était péjoratif en Français. Il reste qu’elle est très proche du Brunei par exemple, dont le système social, sinon la démocratie, est également fort avancé.

15Cet atout énergétique se complète de la richesse d’une autre activité primaire : la pêche. La force de la pêche norvégienne, qui est la quatrième du monde et la troisième d’Europe avec 2,5 millions de tonnes par an, tient à trois facteurs dont le premier est l’excellence de sa position. La zone appelée « Atlantique nord-est » est la plus poissonneuse de cet océan, et l’on y trouve plus de 85 % des prises européennes. Cette zone est largement incluse dans la zone économique exclusive (ZEE) des 200 nautiques de la Norvège, d’autant que cette dernière se prolonge au nord grâce à l’archipel du Svalbard (ou Spitzberg) et surtout à l’ouest grâce à l’îlot Jan Mayen. Le deuxième facteur est l’efficacité de la flotte de pêche norvégienne, dont les navires ont pu être qualifiés de « colonies flottantes ». Le mot Norvège vient de « Nor Weg », la « voie du nord », qui désignait d’abord l’axe littoral et ensuite les terres qu’il bordait. Cette projection atlantique, qui incidemment n’est pas partagée par les autres pays du Norden, permet à ses 8 000 navires-usines d’exploiter l’ensemble des mers poissonneuses du globe. Le troisième facteur est le refus opiniâtre de sacrifier ce secteur d’activité aux réglementations communautaires, au risque bien entendu de le voir, à terme, s’effondrer si le volume des prises continue à excéder la ressource. Cette puissance de la pêche maritime se complète d’une véritable excellence en matière d’aquaculture : 283 000 tonnes par an, pour l’essentiel du saumon de bon prix. L’ensemble de l’Europe des 15 n’en produit pour sa part qu’un tiers en plus, soit 389 000 tonnes par an (données Eurostat 1995). Elle se complète également d’une forte marine marchande, la cinquième du monde.

16La pêche joue également le premier rôle en Islande, quatrième pays de notre classement Européen avec 30 700 $ /hab. On considère qu’elle assure plus de la moitié de la croissance du produit intérieur de ce pays. La pêche islandaise est la troisième d’Europe, derrière celles de la Norvège et du Danemark, avec 1,6 million de tonnes pêchées par an. Déployée sur près d’un million de kilomètres carré de zone économique exclusive, traitée uniquement à bord des navires ou à terre dans les usines du pays, elle représente les trois-quarts de ses exportations. Pour mémoire, cette ZEE était de 3 milles jusqu’en 1952, d’où les nombreux « pêcheurs d’Islande » d’alors. Elle est passée à 12 milles en 1958, à 50 en 1972 et enfin à 200 nautiques en 1975.

17La géothermie et l’hydroélectricité permettent l’autonomie électrique, même s’il faut toujours importer du pétrole. Elles ont également permis la construction de deux usines, respectivement d’aluminium et de silicium, fortes consommatrices d’énergie. Il faut enfin citer les redevances perçues pour la location de la base américaine de Keflavik (2 % du PIB), qui dépassent les recettes générées par un tourisme pourtant haut de gamme.

18Au total, la richesse des quatre pays européens les plus prospères provient d’une ou plusieurs des quatre rentes de situation suivantes : Pétrole, Poisson, Paradis bancaire, Position géostratégique, les « quatre P », pour-rait-on dire. De telles rentes nécessitent tout d’abord la disponibilité locale d’une ressource, soit naturelle soit humaine sous la forme d’un savoir-faire, mais aussi son extractibilité et sa valorisation. Ceci a trois conséquences :

  • La première est que ces « success stories » ne sont pas des modèles pour l’Irlande. Le pétrole n’y est guère présent, le poisson se fait rare sur ses côtes et dans l’océan, et aucun autre produit primaire n’y est à la fois abondant et de grande valeur. La position géostratégique de la République, constamment modeste, est aujourd’hui très faible. Il est enfin possible en théorie de lancer demain un grand secteur bancaire par volontarisme politique et l’exemple luxembourgeois nous a montré qu’une telle création rapide peut être efficace, mais ce secteur aurait peu de chance de s’imposer dans la compétition internationale actuelle.
  • Deuxièmement, pour ces quatre pays, l’induction de richesse a été bien antérieure à la mondialisation actuelle, laquelle a certes amplifié leurs avantages mais aussi leurs points faibles.
  • La troisième et dernière conséquence est le caractère extrêmement étroit de leur base économique, source d’une très grande vulnérabilité. L’Irlande partage incidemment cette dernière faiblesse.

19Or, par définition, des rentes obtenues par prédation, que ce soit sur une ressource ou sur un service, ne sont pas éternelles. La nouvelle rigueur islandaise conséquente au déclassement stratégique du pays, les inquiétudes norvégiennes et islandaises sur la ressource halieutique ou enfin la mise en lumière de complaisances bancaires helvéto-luxembourgeoises pour les recycleurs d’argent dit « sale » illustrent actuellement dans ces pays cet état de fait.

20Les quatre tableaux suivants, chacun consacré à l’une de ces ressources, explicitent cette réalité en suivant dans le temps la triple nécessité (présentée plus haut) d’une disponibilité, d’une extraction et d’une valorisation.

21L’existence même et donc la disponibilité de la position géostratégique des pays du Norden (tableau 1) étaient pratiquement nulles avant la Seconde Guerre mondiale et surtout la Guerre froide. Ni ces pays eux-mêmes ni leurs puissants voisins britanniques ou américains ne voyaient alors l’intérêt à un déploiement de troupes étrangères sur leur sol. Le demi-siècle qui vient de s’achever a vu l’Islande et la Norvège propulsées aux avant-postes de l’OTAN sur la route dite « du nord », avec une forte présence américaine dans le cadre juridique de l’Alliance atlantique. La fin de la Guerre froide vient de mettre un terme à l’intérêt militaire de leur position pour l’unique superpuissance, d’autant que celle-ci se préoccupe bien davantage maintenant de la ceinture islamique tropicale du globe.

Tableau 1 – Ressources et positions géostratégiques

Tableau 1 – Ressources et positions géostratégiques

22La disponibilité du poisson (tableau 2) était très élevée dans l’Atlantique oriental jusqu’aux années quatre-vingt. La pêche côtière était possible pour de petites unités et la consommation assurée dans la communauté littorale même. L’effondrement de la ressource (jusqu’à 90 % de diminution pour certaines espèces) est certes compensé aujourd’hui par l’efficacité des sonars des navires-usines et la large autonomie de ces derniers qui leur permet de longues périodes de pêche sur toutes les mers du globe. Mais cette efficacité même diminue encore davantage le niveau des stocks. Leur épuisement possible, sinon probable, à court terme ne pourra être intégralement compensé par l’aquaculture, et des coûts de production et de transport accrus risquent de dépasser les capacités d’un marché pourtant exceptionnellement porteur depuis plusieurs années.

Tableau 2 – Disponibilité du poisson

Tableau 2 – Disponibilité du poisson

23Les ressources en pétrole et en gaz (tableau 3) étaient méconnues jusqu’aux années soixante, ce qui avait d’autant moins d’importance que les techniques offshore étaient loin d’être au point. La disponibilité de ces deux produits est considérable aujourd’hui et bien servie par une logistique rodée. Le niveau élevé de la demande internationale et un prix de vente fixé librement hors de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) permettent à la Norvège d’optimiser encore plus sa rente. Le seul problème de l’avenir est celui des réserves. Si la probabilité de trouver de nouveaux gisements est élevée, seules les vingt prochaines années sont assurées au rythme actuel d’exploitation (contre un siècle environ pour les champs du Moyen-Orient).

Tableau 3 – Ressources en pétrole et en gaz

Tableau 3 – Ressources en pétrole et en gaz

24Les paradis bancaires enfin (tableau 4) reposent sur un savoir-faire ancien. Les autorités de ces territoires que l’on qualifierait aujourd’hui « d’enclavés » ont eu l’intuition de tirer parti de leur isolement géographique, lequel n’est guère moins marqué dans les collines ardennaises que dans les montagnes suisses. Elles ont réussi à convertir un effet-barrière, naturel et handicapant, en un seuil réglementaire protégeant sur leur sol les intérêts financiers des ressortissants d’autres pays, voisins à l’origine et du monde entier aujourd’hui. Une tradition d’accueil et d’hospitalité, en apparence seulement contradictoire avec ce qui précède, permit depuis l’origine de faire connaître l’efficacité de cette protection. La croissance des marchés financiers, largement déconnectés de l’économie « réelle », la volonté de rentabiliser les énormes fonds de pension et enfin l’extension du risque-pays à l’essentiel des pays dits « en développement » optimisent aujourd’hui considérablement la valorisation de ces paradis bancaires, dont l’isolement réglementaire se combine fort heureusement avec des transmissions instantanées grâce à l’informatique.

Tableau 4 – Les paradis bancaires

Tableau 4 – Les paradis bancaires

25De nombreux micro-États tentent de capter une part de ce marché par un véritable « dumping » bancaire, et la Suisse a dû accepter en 2001 un accord avec le fisc américain, qui met virtuellement fin au secret pour les citoyens des États-Unis soupçonnés de fraude fiscale par leur administration. Or cet accord même n’a pas suffi à améliorer l’image de marque fortement dégradée du pays. Préserver dans l’avenir ces différentes rentes, et donc la structure actuelle de la richesse des quatre pays qui en bénéficient, implique le maintien (ou la mise en place) de politiques isolationnistes, voire de véritables effets-barrières, dont le moins que l’on puisse dire est qu’elles sont contraires à la mondialisation.

26Il est bien sûr toujours possible aux riches de tricher un peu, comme le montre l’exemple norvégien. Ce pays n’appartient pas à l’OPEP mais à un premier cercle de quatre États (parmi lesquels le Royaume-Uni) qui se concerte avec ce cartel. Il n’appartient pas non plus à l’Union européenne mais a accepté l’Espace économique européen, tout en étant fort actif au Conseil de l’Europe et à l’OTAN. Mais le poids économique et symbolique de ses 40 000 marins (1 % de la population totale) suffira-t-il à maintenir cette double stratégie d’ouverture/fermeture qui n’est pas sans rappeler, à une autre échelle, celle des États-Unis.

Les pays moins riches que l’Irlande

Les pays à peine moins riches

27En l’an 2000, deux autres pays européens (le Danemark et la Suède) pouvaient être considérés comme à peine moins riches que l’Irlande, puisque leur PIB par habitant dépassait encore le sien en valeur absolue tout en lui étant inférieur en parité de pouvoir d’achat. Contrairement à celle des quatre pays précédemment examinés, leur richesse n’était pas fondée sur un produit de rente de situation mais apparaissait plus équilibrée avec une base plus large. Elle était également bien marquée par l’intégration économique avec l’extérieur. On y trouvait notamment, outre la forte tertiarisation et la main-d’œuvre qualifiée des quatre pays rentiers, à la fois des investissements étrangers significatifs et des multinationales d’origine locale, dont Légo pour le Danemark et Ikéa ou SKF pour la Suède étaient, et sont encore, les plus emblématiques, sinon les plus puissantes. Mais invoquer la mondialisation actuelle dans cette réussite est quelque peu anachronique, dans la mesure où la prospérité de ces deux sociétés est ancienne.

28Ainsi la Suède a-t-elle été le premier pays au monde à voir baisser sa mortalité infantile du fait des progrès de l’hygiène et ce, dès le milieu du xviiie siècle. Mais ce pays a traversé le siècle suivant en se concentrant sur sa puissance commerciale – localement encore rivale de celle d’une Allemagne héritière de la Hanse – et, dans une moindre mesure, sur celle de ses armées. La Suède a attendu d’avoir accumulé assez de capitaux propres pour s’industrialiser, ce qui s’est produit au début du xxe siècle seulement. Son industrie a été épargnée par la Première puis par la Seconde Guerre mondiale, grâce à la neutralité du pays. Entre les deux, elle a été à peine touchée par la crise de 1929 car son industrie, jeune alors, ne nécessitait guère de restructuration, contrairement à l’Allemagne, au Royaume-Uni ou à la France. Elle a donc bénéficié de trois abaissements successifs et brutaux des anciennes puissances européennes. Pendant la Guerre froide ensuite, sa neutralité et sa position centrale dans un espace baltique qui avait longtemps été son domaine impérial lui donnèrent un accès commercial unique aux deux moitiés de l’Europe, même si sa fourniture de minerai de fer aux Nazis, via le port de Narvik, lui avait valu un bref isolement au lendemain de la dernière guerre. Il s’agit là d’une succession, sur un siècle entier, de concours de circonstances exceptionnelles que l’on espère non reproductible, même dans l’éventuel intérêt de l’Irlande ! C’est donc le retard industriel initial du pays qui a été à l’origine de sa croissance, et sa conquête des marchés extérieurs a dû davantage à l’absence de compétiteurs qu’à une stratégie d’intégration. La lente érosion de la compétitivité et le coût exorbitant de sa protection sociale ont d’ailleurs lentement déclassé ce pays tout au long de la seconde moitié du xxe siècle. Son économie repose aujourd’hui sur l’exportation de produits non ou peu transformés (bois, pâte à papier et le riche minerai de fer déjà cité) alors que textile, confection, sidérurgie et chantiers navals sont en crise. Le recours au nucléaire pour la moitié de sa production électrique a certes limité le surcoût de son énergie, mais ce choix est fort contesté par une fraction croissante de la société.

29Si l’on examine ce qui reste de cette base industrielle avec la grille construite précédemment pour les produits de rente (tableau 5), il convient tout d’abord d’opérer un retour en arrière : d’avant-hier à aujourd’hui et non plus d’hier à demain. Avant-hier, les ressources minérales et énergétiques étaient présentes, mais dans un Nord peu accessible. Le pays connaissait par contre un artisanat florissant. Le chemin de fer de Narvik permit l’accès à ces gisements au début du xxe siècle (hier), alors que les techniques minières étaient à leur apogée et que les anciennes puissances allaient s’entredéchirer. La diminution des réserves et la croissance vertigineuse du coût de la main-d’œuvre rendant l’extraction sans cesse plus chère au cours de la seconde moitié du xxe siècle, alors même que la concurrence se rétablissait, ont conduit à la faiblesse actuelle de ce qui reste de base industrielle.

Tableau 5 – Base industrielle

Tableau 5 – Base industrielle

30Le cas du Danemark enfin est a priori plus intéressant, d’abord parce que ce pays se situe aujourd’hui à peu près exactement au niveau économique de l’Irlande, tant en valeur qu’en croissance, et ensuite parce qu’il présente de nombreux points communs avec elle.

31• S’agissant des deux pays eux-mêmes :

  • un territoire de taille comparable, mais inférieure d’un tiers (43 000 km2 pour 70 000 km2 pour l’Irlande) ;
  • une population également peu nombreuse, avec 5,2 millions d’habitants, comparable, au sein de l’Union, à celle de la seule Finlande ;
  • un déséquilibre des densités humaines entre une capitale hypertrophiée (environ le tiers de la population totale) et des zones faiblement peuplées avec, entre les deux, un réseau urbain assez modeste se limitant à un véritable cordon littoral dont la capitale est une des extrémités ;
  • un déséquilibre territorial dû au caractère extrêmement excentré – on pourrait dire extraverti – de ladite capitale.

32• S’agissant du proche entourage de ces pays :

  • une partition au profit d’un voisin puissant, bien plus présente dans les esprits, pour le Danemark, que son ancienneté ne le laisserait supposer : la perte du Schleswig-Holstein en 1864 à l’issue de la guerre des Duchés. Ces derniers furent massivement germanisés en quelques années et seul le nord du Schleswig redevint danois en 1920 par un plébiscite rendu possible par la défaite allemande ;
  • à l’inverse, une grande pénétration économique dans ce puissant voisin, accélérée dans le cas du Danemark par le besoin de reconstruction, après 1989, de l’ancienne Allemagne de l’Est toute proche et par le partage d’un même héritage luthérien – pénétration qui répond à la persistance pour les Irlandais d’intérêts anciens en Grande-Bretagne ;
  • une communauté culturelle avec des pays voisins mais qui, dans le cas du Danemark, ont été ses colonies et non celles de l’Allemagne. Il s’agit ici de la Norvège et de l’Islande, émancipées respectivement en 1814 (pour devenir suédoise) et en 1918.

33• S’agissant de l’entourage plus lointain de ces pays :

  • une position à la fois de « Finisterre » et de lieu de passage entre deux mondes : l’Américain et l’Européen pour l’Irlande, le Germanique et le Balto-slave pour le Danemark ;
  • une même distance géographique par rapport au cœur rhénan de l’Europe : on parle à leur sujet de « périphéries intermédiaires » en jargon de géographe ;
  • une adhésion simultanée à l’Union européenne en 1972, suivie d’une grande ambivalence envers l’Europe politique : refus initial du traité de Nice en Irlande, de l’euro au Danemark. Ces deux États ne font ni partie du noyau dur de la construction, ni du groupe des souverainistes acharnés. La même notion de « périphérie intermédiaire », cette fois entendue dans son acception politique, s’applique sans doute dans les deux cas.

34De telles similitudes spatiales et sociales ne valent certes pas destin commun, d’autant que l’on connaît maintenant bien les limites de tout déterminisme, mais il s’agit de traits fondateurs lourds qui s’expriment dans la durée.

35On observe que le Danemark moderne s’est constitué très rapidement, en une seule génération : la dernière du xixe siècle. Ceci fut réalisé de façon planifiée par la modernisation de l’agriculture. La base agricole danoise date de la mise en valeur d’alors, qui se caractérisa par le drainage des marais, l’alcalinisation des sols, le reboisement des tourbières, l’abandon des villages et l’installation dans des fermes au cœur des exploitations. Notons également la mise en place d’un réseau de lycées agricoles assez dense et la création de coopératives soutenue par le gouvernement. Cette transformation énergique est imputée au choc généré par la perte des Duchés et à la volonté de maintenir son rang par le développement du territoire national, ce qui revenait alors, faute d’énergie pour toute aventure industrielle, à développer l’agriculture. On remarque qu’à la même période, qui fut celle de la Renaissance gaélique en Irlande, la France, également meurtrie par l’annexion d’une partie de son territoire par l’Allemagne, s’est tournée encore plus vers l’aventure coloniale, développant ainsi une économie de prédation dont les profits allaient se révéler éphémères. La forte productivité a rapidement permis et rendu indispensable l’exportation, d’où le développement d’une industrie agroalimentaire qui représente aujourd’hui encore plus de la moitié de la valeur ajoutée dite « industrielle » du pays. Pour le poisson (Findus), la charcuterie (Tulip), la bière (Carlsberg, Tüborg), les entreprises danoises sont devenues des multinationales. L’avenir de ce secteur ne dépend donc que d’une incertitude, l’arrivée probable et prochaine dans l’Union des producteurs à bas prix de Pologne et de Hongrie, mais le Danemark a anticipé en investissant lourdement dans ces pays.

36En conclusion, la Suède et le Danemark présentent des trajectoires économiques presque contraires : une authentique base industrielle pour la première, mais dont la naissance fut davantage servie par la chance que par la volonté politique et qui se réduit aujourd’hui à l’extraction de matières premières ; un volontarisme agricole sans avantage comparatif initial pour le second, dont la croissance même généra un secteur agro-industriel florissant. Un tel développement agricole paraît encore possible en Irlande, même si les dirigeants du pays gardent sans doute un mauvais souvenir des tentatives de développement qui ont suivi l’indépendance, et si ce secteur n’est pas, par principe, considéré comme moderne.

37L’Italie, pour sa part, est probablement le pays d’Europe le plus ouvert après l’Irlande, ce qui ne l’empêche pas d’avoir un PIB par habitant inférieur de près de 10 %. Hors leur différence de taille, ces pays partagent quelques traits fondamentaux parmi lesquels on peut citer :

  • le poids du catholicisme et la montée, plus lente qu’ailleurs, de la sécularisation ;
  • un basculement brutal d’une forte croissance démographique génératrice d’émigration vers une baisse (un effondrement dans le cas italien) de la natalité, source d’immigration et de retour au pays ;
  • un déséquilibre territorial ancien, fort peu compensé par des infrastructures de transport déficientes. Malgré cela, les contrastes entre les économies de ces deux pays sont importants et apparaissent d’emblée. Ainsi les quatre faiblesses structurelles de l’économie péninsulaire sont-elles les pendants des points forts de l’Irlande : une dette publique majeure, un taux d’inflation élevé, un taux de chômage important et une insuffisance de capitaux étrangers. À l’inverse, les capitaux italiens sont très présents tant dans leur propre pays qu’à l’étranger, en particulier aux États-Unis. Leur noyau dur est constitué par un secteur étatique très important (un tiers du PIB), fort de quatre holdings dont l’agressivité commerciale n’a rien à envier à un secteur privé par ailleurs hautement dynamique et grandement diversifié. La faible base nationale irlandaise et sa très modeste participation outre-mer – à l’exception tout à fait partielle de l’agroalimentaire – constituent pour ce pays un facteur limitant pour une croissance durable. L’Italie bénéficie également d’un sentiment ancien d’universalisme de ses habitants, sentiment qui n’est pas incompatible avec un fort provincialisme. L’anglophonie des Irlandais, qui est tant mise en avant, et l’ancienneté de leur connaissance du monde extérieur grâce à l’émigration n’en sont que de pâles substituts. L’Italie nous montre qu’il y a une vie après le miracle (approximativement entre 1951 et 1963 dans son cas) et que la fin de ce dernier peut conduire à une croissance certes plus lente mais prolongée et diversifiée. La base économique de ce pays apparaît aujourd’hui multisectorielle et extrêmement ouverte, grâce à un réel engagement de l’État et à la disponibilité de capitaux nationaux privés qui ont ensemble pris le relais du plan Marshall. Que la croissance y soit plus faible qu’alors (et que dans l’Irlande d’aujourd’hui) ne fait que traduire l’inertie d’une économie diversifiée, dont les progrès des secteurs les plus toniques sont dilués dans l’ensemble. Mais cette croissance est stable pour la même raison puisque les sinistres sont également absorbés par l’économie dans son ensemble.

38Un tel constat n’est toutefois pas si rassurant pour l’Irlande puisque l’on peut se demander si une telle diversification n’est pas l’apanage des plus grands pays et s’il est possible de diffuser une croissance durable à partir d’un seul secteur, éminemment volatil et dépendant presque complètement de l’étranger de surcroît.

39On observe que la base économique des pays les plus prospères d’Europe repose sur un produit ou un savoir-faire, ce qui n’est pas le cas de l’Irlande dont les avantages comparatifs ne se situent qu’au niveau de la capacité de valorisation. Ces bases économiques jouent depuis longtemps avec succès le jeu de l’ouverture, bien avant l’accélération actuelle de cette dernière sous le nom de mondialisation. L’Irlande ne bénéficie pas d’une telle expérience dans la durée, ni dans la gestion des crises qui succédent souvent aux années fastes.

40La capacité de valorisation, qui est donc le point fort de l’Irlande, n’est qu’un avantage comparatif modeste, puisqu’elle ne s’applique pas directement à un produit ou à un service local. L’anglophonie se généralise rapidement, comme le montre le progrès helvétique de choisir l’anglais pour cinquième langue nationale. Le dumping fiscal ne pourra sans doute pas résister très longtemps aux pressions de Bruxelles. L’existence d’une main-d’œuvre de haut niveau et maintenant spécialisée dans l’informatique est moins fondamentale depuis que son coût s’est considérablement élevé. Même la présence d’investissements industriels lourds n’est pas une garantie de pérennité, comme l’a montré en 2001 la décision de Polaroid de ne pas ouvrir son usine flambant neuve et parfaitement isolée de la lumière. Elle est devenue la salle de spectacles de loin la plus chère d’Irlande.

41On observe également que les sept pays européens les plus riches par habitant sont parmi les huit moins peuplés. Ce qui ne veut pas dire que small serait magiquement synonyme de beautiful mais que la prospérité d’un seul secteur, si elle est accompagnée et prolongée, ou à tout le moins acceptée, a des effets macroéconomiques nettement plus visibles que dans les autres pays. Cette notion de taille peut sembler évidente, à la limite du truisme, mais elle est rarement mise en avant, au contraire du caractère « germanique » de la population, caractère paré de toutes les vertus économiques. Si tel était le cas, l’agrégation prolongée de l’Irlande aux autres pays prospères de l’Europe serait impossible !

42En définitive, cette analyse comparative très partielle de l’Europe de la richesse nous permet-elle de lier la prospérité irlandaise à la mondialisation ?

  • oui, si l’on entend par ce dernier terme l’intégration dans la Triade et
  • la transformation de l’Irlande en porte-avions fixe des États-Unis ;
  • oui, si l’on entend par ce terme l’exacerbation du jeu des capitaux mobiles, avec les risques afférents ;
  • oui, si l’on considère qu’électronique et informatique sont non seule
  • ment les symboles, mais aussi la réalité matérielle de la mondialisation ;
  • oui, enfin, si l’on veut qualifier ainsi la réintégration de l’Irlande dans
  • le monde nord-européen où la géographie l’a placée ;
  • non, si l’on considère que la mondialisation n’est que l’exacerbation de phénomènes anciens ;
  • non, si l’on juge que les parts de marchés extérieurs des entreprises nationales sont bien trop faibles.

43Le choix d’une réponse positive ou négative dépend donc de la définition que l’on donne au terme même de mondialisation. Pour ne pas paraître trop prudent, je conclurai en écrivant que le lien est discutable et sans doute surestimé entre la mondialisation-processus et le développement actuel de l’Irlande, mais qu’il est net entre la mondialisation-période économique et la phase d’émergence du Tigre celtique.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Ressources et positions géostratégiques
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/633/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau 2 – Disponibilité du poisson
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/633/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Tableau 3 – Ressources en pétrole et en gaz
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/633/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Tableau 4 – Les paradis bancaires
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/633/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Tableau 5 – Base industrielle
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/633/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540