Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le Tigre celtique en question

 | 
Catherine Maignant

L’Irlande et l’Union économique et monétaire

Christophe Gillissen

Texto completo

1Résumé : Après deux référendums sur le traité de Nice, Christophe Gillissen s’interroge sur les motivations européennes de l’Irlande et propose un bilan des apports de l’intégration. Il note que l’Europe a permis à l’Irlande de gagner son indépendance économique par rapport au Royaume-Uni et que les fonds structurels ont sans doute joué un rôle déterminant dans le succès du pays à partir des années quatre-vingt-dix. L’auteur se tourne ensuite vers le corollaire politique et social de la stratégie économique européenne pour conclure sur le fragile équilibre entre compétitivité et protection sociale dans le cadre de l’Europe élargie, où les petits États auront du mal à faire entendre leur voix.

2Abstract : Following two referenda on the Nice Treaty, Christophe Gillissen assesses Ireland’s support of EU. He appraises the positive effects of integration for Ireland. He notes that European integration contributed to Ireland’s economic independence and that Structural Funds certainly played a key role in the economic fortunes of the country from the 1990s. The paper then examines the political and social dimension of European integration and argues that enlargement is a challenge for Ireland.

3L’Union économique et monétaire (UEM) est parfois perçue comme une dimension régionale de la mondialisation, comme l’un de ses avatars ; mais elle est parfois présentée au contraire comme une protection contre les excès de cette même mondialisation, comme un moyen de tempérer ses effets. Dans ce contexte, il paraît opportun d’analyser l’approche irlandaise de l’Union économique et monétaire afin de mieux cerner sa position au sein d’une économie de plus en plus mondialisée.

4La politique irlandaise vis-à-vis de l’Union économique et monétaire s’articule autour de trois enjeux majeurs. Tout d’abord, l’UEM est analysée par Dublin comme un facteur positif sur le plan de l’indépendance nationale. Par contre, elle est problématique sur le plan économique, d’où l’importance des fonds structurels. Enfin, elle se négocie dans un cadre idéologique ambivalent, comme le révèle notamment la question de la politique sociale européenne.

L’indépendance

5L’une des facettes de l’histoire de l’État irlandais, c’est la lutte pour une plus grande indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni, lutte menée essentiellement sur le plan politique et constitutionnel. La dimension économique n’était pas absente bien sûr – comme en témoignent, par exemple, la guerre des tarifs des années trente ou encore la politique d’autarcie menée par le Fianna Fáil –, mais elle était secondaire.

  • 1 Richard Deutsch, « Une économie insulaire », L’Irlande politique et sociale, vol. I, n° 2, 1986, p (...)
  • 2 Patrick Keatinge, A Place Among the Nations : Issues of Irish foreign policy, Dublin, Institute of (...)

6Par contre, en ce qui concerne les résultats, les bilans sont très contrastés. Autant sur le plan politique Dublin a obtenu satisfaction, notamment en 1936 et 1949, autant sur le plan économique et monétaire la situation avait de quoi susciter des interrogations. Certes, le protectionnisme avait favorisé le développement d’une industrie indigène et s’était révélé opportun dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale1 ; mais, au sortir de la guerre, l’Irlande était plongée dans un marasme économique qui contrastait grandement avec la croissance retrouvée ailleurs, et la proclamation de la République semblait contredite par la dépendance économique de cette république vis-à-vis de la Grande-Bretagne. D’ailleurs, au début des années cinquante, un cabinet de conseil américain affirma même que cette dépendance était si forte qu’elle était incompatible avec la souveraineté politique2 ! De fait, près des trois-quarts des exportations irlandaises étaient destinées au marché britannique.

  • 3 Francis Stewart Leland Lyons, Ireland since the Famine, Londres, Fontana Press, 1973, p. 628-634.

7Lorsque Whitaker et Lemass décidèrent d’une nouvelle orientation économique à la fin des années cinquante, ils optèrent en fin de compte pour une participation de l’Irlande aux débuts de la mondialisation afin de profiter du développement des échanges internationaux et de la croissance économique mondiale3. C’est ainsi que l’Irlande signa un accord de libre-échange avec le Royaume-Uni en 1965 puis devint membre de la Communauté économique européenne (CEE) en 1973.

  • 4 Dermot Keogh, Ireland and Europe, 1919-1989, Cork – Dublin, Hibernian University Press, 1990, p. 2 (...)

8Il faut dire que l’Irlande n’avait guère le choix. Elle était contrainte de suivre le Royaume-Uni, lorsque celui-ci envisagea d’adhérer à la CEE en 1961, et d’abandonner sa démarche lorsque de Gaulle opposa son veto à la demande britannique4. Dublin n’avait aucune marge de manœuvre, le gouvernement était tributaire des décisions prises à Londres.

9Sur le plan monétaire, la situation était similaire. Une monnaie irlandaise ne fut introduite qu’en 1926 et, dès le départ, elle était indexée sur la livre sterling. Cette décision fut prise en grande partie pour favoriser les échanges commerciaux entre les deux pays, en raison de la lourde dépendance irlandaise à l’égard du marché britannique. Il n’y avait guère d’opposition, d’ailleurs, en partie parce que le mouvement nationaliste irlandais n’avait pas de revendication particulière sur cette question.

  • 5 Brendan Walsh, « Ireland’s Membership of the European Monetary System », in P.J. Drudy, Dermot McA (...)
  • 6 Ronan Fanning, The Irish Department of Finance, 1922-1958, Dublin, Institute of Public Administrat (...)

10Plus tard, en 1938, une commission officielle se prononçait en faveur du maintien du lien entre les deux devises, toujours en raison de l’importance du commerce anglo-irlandais ; il était également prévisible qu’il serait difficile de convaincre les partenaires économiques de la crédibilité d’une devise irlandaise indépendante5. Ainsi, en 1939, le gouvernement britannique envisagea de geler les avoirs irlandais si d’aventure Dublin devait tenter de les placer aux États-Unis6. Une banque centrale fut bien créée en 1942, mais ce ne fut qu’en 1971 qu’elle fut dotée de pouvoirs véritables.

11Pourtant, dans les années soixante-dix, on assista à un nouveau débat sur l’importance du taux de change, notamment par rapport à l’inflation, problème majeur à cette époque. Tant que la livre irlandaise serait indexée sur la livre sterling, l’Irlande subirait une inflation similaire à celle du Royaume-Uni, une des plus élevées en Europe à l’époque. Par contre, s’il était possible de mettre fin à cette parité, l’Irlande arriverait peut-être à ramener son taux d’inflation à un niveau proche de celui du continent.

  • 7 Dermot McAleese, « Ireland and the European Community : the Changing Pattern of Trade », in P.J. D (...)

12Ainsi, dès 1974, alors que le gouvernement britannique envisageait de renégocier les termes de son adhésion à la CEE, Dublin se préparait à rester malgré tout au-dedans. Et en 1979, l’Irlande choisit de participer au système monétaire européen, alors que le Royaume-Uni préféra rester en dehors. Pour la première fois depuis 1826, les deux monnaies n’étaient plus liées, ce qui semble bien montrer que l’Union européenne permettait à l’Irlande de mieux s’assumer sur le plan économique, grâce notamment à la diversification de ses partenaires commerciaux7.

13Cette décision fut également un moyen de démontrer l’attachement de l’Irlande au principe de l’intégration européenne, d’autant plus que, en 1979, les dirigeants irlandais pensaient souffrir d’une dépréciation de la livre sterling vis-à-vis de l’écu, dépréciation qui risquait de désavantager les exportations irlandaises (en fait, il n’en fut rien).

14Par la suite, l’Irlande poursuivit cette politique pro-européenne : en 1985, elle vota en faveur du projet du Marché unique et de l’Acte unique à Milan, et en 1990, lorsque l’Union économique et monétaire fut lancée, l’Irlande déploya de grands efforts pour faire partie de la première vague de pays à adopter l’euro en 1999, efforts qui furent couronnés de succès. En effet, elle passa à l’euro le 1er janvier 2002, alors que le Royaume-Uni choisit de conserver la livre sterling.

15En somme, on peut dire que le projet indépendantiste irlandais était quelque peu bancal au départ : relativement réaliste et efficace sur le plan politique, il ne l’était guère sur le plan économique et monétaire, en tout cas à partir des années cinquante. Et c’est en partie grâce à l’Union européenne que cette contradiction put être surmontée, ce qui justifia pleinement a posteriori la décision d’adhérer à la CEE.

16Cela dit, l’État irlandais, à l’instar des autres États de la zone euro, a désormais peu de marge de manœuvre en ce qui concerne sa politique monétaire, puisque ses pouvoirs en ce domaine – notamment pour fixer les taux d’intérêts – ont été transférés à la Banque centrale européenne. Tout manquement au pacte de stabilité et de croissance l’expose à une réprimande de la Commission européenne, ce qui fut le cas pour le budget 2001.

17Mais si l’on en juge par le développement économique de l’Irlande, ces contraintes sont une contrepartie acceptable. D’autant plus que l’Irlande peut toujours plaider sa cause auprès de Bruxelles, alors qu’auparavant, l’économie irlandaise – tout comme les autres – était dépendante du bon vouloir de la Bundesbank.

18En effet, au bout du compte, le choix qui se présente à l’Irlande n’est pas tellement celui entre une banque centrale européenne et une banque centrale irlandaise, mais bien celui entre une banque centrale européenne et la Bundesbank, voire, si l’on remonte plus loin dans le temps, un choix entre la Banque centrale européenne et la Banque d’Angleterre. L’un dans l’autre, c’est la situation actuelle qui est la plus favorable à une véritable autonomie irlandaise.

19En outre, dans le contexte de la mondialisation, il vaut sans doute mieux faire partie de la zone euro que d’être seul face aux fluctuations du dollar et aux exigences du Fonds monétaire international.

Les fonds structurels

20Néanmoins, il n’y a pas si longtemps – dans les années quatre-vingt –, les arguments en faveur du Marché et de la monnaie uniques paraissaient nettement moins convaincants. Le libre-échange est pourtant avantageux pour les petits pays. En effet, leur marché intérieur est trop petit pour le développement d’industries indigènes, et ils ne disposent pas forcément de matières premières suffisantes ; ils ont donc tout à gagner d’accords commerciaux pour favoriser les échanges. De ce fait, leur économie est en général très ouverte. À l’inverse, pour les grands pays, le marché intérieur est assez vaste pour offrir des débouchés à leurs industries, et il peut être tentant de les protéger contre la concurrence étrangère par des mesures protectionnistes.

  • 8 Fintan O’Toole, The Lie of the Land : Irish identities, Londres, Verso, 1997, p. 15.

21Mais dans le cas de l’Irlande, la situation est compliquée par sa position géographique au sein du marché unique. Malgré le développement des infrastructures, financées en partie par l’Europe, l’Irlande demeure une île périphérique, éloignée des grands centres financiers et industriels8. Elle a pu en partie surmonter ce handicap grâce aux technologies de l’information et de la communication, mais en 1985, lorsque le projet du Marché unique fut lancé, bon nombre d’observateurs s’interrogeaient sur les retombées dans le cas de l’Irlande. En effet, les synergies escomptées lors de la mise en place de ce Marché unique étaient essentiellement centripètes. Dans le contexte de récession de cette époque, on pouvait craindre que le centre riche de l’Europe ne devienne un centre de gravité aspirant les richesses au détriment de la périphérie pauvre. C’est d’ailleurs l’une des critiques formulées contre la mondialisation : dans la mesure où celle-ci accroît les inégalités, elle génère une croissance économique au prix de dégradations sociales.

  • 9 Helen Wallace, William Wallace (éd.), Policy-Making in the European Union, 3e éd., Oxford – New Yo (...)
  • 10 Voir aussi Jacques Delors, « Préface », in Anthony Giddens, Tony Blair (éd.), La Troisième Voie : (...)
  • 11 Jean-Claude Sergeant, La Grande-Bretagne de Margaret Thatcher, 1979-1990, Paris, PUF (Perspectives (...)

22La question était d’autant plus pressante que, vers le milieu des années quatre-vingt, le consensus social-démocrate/démocrate-chrétien dominant en Europe céda la place à un nouveau consensus plus libéral, sous l’influence notamment de Margaret Thatcher9. En effet, elle avait poussé à l’instauration d’un grand marché européen où la concurrence et la loi du marché seraient maîtres, et elle fut en partie à l’origine de l’Acte unique européen10. Par la suite, en 1986, lors de la présidence britannique du Conseil des ministres, Londres présenta de nombreuses mesures visant à déréglementer le transport, à favoriser la création d’emplois par les PME, bref à reproduire à l’échelle de l’Europe les mesures qui avaient redressé l’économie britannique11.

23De plus, l’Europe traversait une période de récession et semblait perdre du terrain face aux États-Unis et au Japon. Une nouvelle approche était donc nécessaire ; mais ce changement de cap fut également accepté par les partenaires du Royaume-Uni car Londres fit en contrepartie quelques concessions sur le plan politique. Elle soutint ainsi l’extension des pouvoirs de la Commission et du Parlement européens. Il fut alors possible d’insuffler une nouvelle vie dans le projet d’intégration européenne. En effet, pour les uns, l’économie valait bien quelques concessions politiques, alors que, pour les autres, l’économie pouvait servir la cause politique.

  • 12 Garret FitzGerald, All in a Life : An Autobiography, Dublin, Gill & Macmillan, 1991, p. 600.

24Quant à l’Irlande, qui faisait partie de ces derniers, elle obtint ce qu’elle souhaitait, en plus des avancées politiques, à savoir l’introduction d’un volet sur la cohésion économique et sociale qui devait limiter les effets néfastes du marché unique sur la périphérie12.

  • 13 Kieran Kennedy, « Ireland and European integration – an economic perspective », in Dermot Keogh (é (...)

25Le traité de Rome contient bien des références à l’objectif d’une diminution des disparités régionales, mais il fallut attendre 1975 et la création du Fonds européen de développement régional (FEDER) pour que des structures concrètes permettent de traduire ces intentions dans les faits. Ces fonds étaient pourtant insuffisants dans les années quatre-vingt : l’Irlande souffrait d’un chômage et d’une émigration considérables et n’avait pas rattrapé le niveau de vie de ses partenaires13. En outre, l’entrée d’autres pays pauvres dans la Communauté européenne – la Grèce en 1981, l’Espagne et le Portugal en 1986 – créait le risque d’un fossé politique croissant entre le Nord et le Sud.

  • 14 Desmond Dinan, Ever Closer Union ? An Introduction to the European Community, Londres, Macmillan ( (...)
  • 15 Marie-Claire Considère-Charon, Irlande : Une singulière intégration européenne, Paris, Économica, (...)

26Le président de la Commission européenne, Jacques Delors, s’émut suffisamment de ce risque pour demander une augmentation sensible des fonds structurels, augmentation qu’il obtint en 1988 et qui fut suivie d’une autre en 199214. En 1986, ces fonds représentaient 2 % du PNB irlandais, mais en 1992 ils en représentaient 6 %. Par conséquent, ils constituent certainement l’un des facteurs du décollage de l’économie irlandaise dans les années quatre-vingt-dix, même s’il est difficile d’évaluer leur impact de manière précise15.

  • 16 Joseph Lee, Ireland, 1912-1985. Politics and society, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, (...)

27Ceci dit, ces fonds structurels en eux-mêmes ne sont pas une panacée. Ainsi, en 1989, Joe Lee déplorait-il l’attitude de trop de ses concitoyens qui attendaient tout de l’Europe – « the begging-bowl attitude » – et il insistait sur l’importance d’un changement de mentalités en Irlande pour tirer un profit durable de ces fonds16. Ses vœux semblent avoir été exaucés, du moins en partie, depuis lors.

  • 17 « L’évolution récente de la situation économique de l’Irlande », Problèmes économiques, no 2536, 1(...)
  • 18 Rory O’Donnell, The Economic Dimension, Dublin, Institute of European Affairs (Ireland and Europe  (...)

28En effet, le marché unique n’est pas le seul facteur de ce développement économique qui a valu à l’Irlande le surnom de « Tigre celtique » : la politique fiscale, le dialogue social, le profil de la main-d’œuvre ont attiré de nombreux investisseurs étrangers17. Mais cet attrait s’explique aussi par l’importance d’une implantation dans le marché unique ou, plus récemment, dans la zone euro18. Pour l’Irlande, qui a fondé sa politique sur ces investisseurs depuis plusieurs décennies, il était donc naturel d’envisager un approfondissement du marché unique et du système monétaire européen.

29De fait, l’Union économique et monétaire contenue dans le traité de Maastricht (1992) constituait un prolongement naturel de l’Acte unique : en effet, un marché unique sans harmonisation des politiques économiques et monétaires aurait pu buter sur l’obstacle de modifications des taux de change, annulant ainsi ses bénéfices. De plus, dans le système monétaire existant, la Bundesbank exerçait une influence disproportionnée sur les autres économies concernées.

30Mais, pour convaincre Bonn d’accepter la monnaie unique, il fallait des garanties solides que l’euro ne serait pas moins stable que le mark. C’est pourquoi le traité de Maastricht insiste beaucoup sur les aspects techniques de l’UEM, en particulier sur la stabilité des prix et la rigueur budgétaire. Aucune mention n’y est faite de la lutte contre le chômage par exemple. Et, de fait, ce traité et les critères de convergence semblent dominés par une conception monétariste.

  • 19 Michael O’Riordan, « Employment », in Ben Tonra (éd.), Amsterdam : What the Treaty Means, Dublin, (...)

31Cependant, dans le traité d’Amsterdam de 1997, l’objectif d’un niveau d’emploi élevé a été officiellement reconnu, ce qui nuance considérablement le ton et l’esprit de l’Acte unique et du traité de Maastricht19. La dimension sociale est ainsi clairement affirmée, et ce recentrage s’explique notamment par le désintérêt croissant des citoyens européens pour des institutions souvent perçues comme éloignées et indifférentes, voire comme les agents d’une mondialisation dévoreuse d’emplois.

  • 20 Marie-Claire Considère-Charon, « La présidence irlandaise de l’Union européenne », in Valérie Peyr (...)

32Ce recentrage est en partie l’œuvre de Dublin qui, lors de la présidence irlandaise du Conseil des ministres en 1996, proposa un texte de compromis susceptible de satisfaire à la fois les Allemands et les Britanniques d’une part, très hostiles à tout engagement en matière d’emploi, et les Suédois d’autre part, favorables à l’objectif plus ambitieux de plein emploi. Le texte irlandais fut largement repris dans le traité d’Amsterdam20.

  • 21 Bobby McDonagh, Original Sin in a Brave New World : An account of the negociation of the Treaty of (...)

33De même, pendant cette présidence, l’Irlande formalisa les pratiques de consultation et de concertation entre pays membres au sujet de leurs politiques de lutte contre le chômage, pratiques remontant à 1995 et au Conseil d’Essen21. Dans le traité d’Amsterdam, cela déboucha sur l’obligation pour les pays membres de considérer leurs politiques économiques comme un enjeu commun. Ils furent en particulier tenus de coordonner leurs politiques de l’emploi, et la tâche d’organiser un Conseil extraordinaire sur l’emploi fut confiée au Luxembourg pendant sa présidence de 1997.

34On le voit, la nature même de l’Union économique et monétaire est quelque peu ambiguë. Le pacte de stabilité et le principe de la libre concurrence dénotent une approche plutôt libérale, tandis que les efforts pour développer la cohésion économique et sociale témoignent de la recherche d’un modèle européen distinct du modèle anglo-saxon. Cette tension révèle l’ambivalence idéologique du projet européen, fruit des approches différentes des pays membres. Certains envisagent l’Union économique et monétaire avant tout comme une composante importante d’une union politique plus large, alors que, pour d’autres, l’objectif demeure une zone de libre-échange dont la dimension politique serait mineure.

  • 22 Terence Brown, « Ireland and the European Union », in Jim Dooge, Patrick Keatinge (éd.), What the T (...)

35Pour l’Irlande, il ne fait pas de doute que l’Union économique et monétaire sert l’objectif d’une plus grande intégration politique, mais depuis quelque temps ce consensus révèle des failles, notamment depuis le sommet de Nice22.

La politique sociale européenne

36Les pays membres de l’Union européenne cherchent à définir leur identité en matière de politique économique et sociale, ce qui ne va pas sans mal. D’un côté, les adeptes du modèle capitaliste anglo-saxon prônent la dérégulation, avec son cortège de privatisations, et n’envisagent l’État que comme un arbitre qui ne doit pas fausser le jeu des acteurs économiques. De l’autre, les tenants d’un modèle européen soulignent l’importance de la protection sociale et revendiquent un rôle stratégique plus interventionniste pour l’État.

  • 23 Paul Flynn, « Social Policy », in Jim Dooge, Ruth Barrington (éd.), A Vital National Interest : Ir (...)

37Tout ceci se reflète dans la nature hybride de l’Union économique et monétaire et rejoint le débat sur la mondialisation. Les frontières entre États deviennent de plus en plus perméables aux transactions financières et commerciales, au profit des multinationales qui, dans l’ensemble, y sont favorables. Ceci se traduit par une concurrence accrue, des délocalisations et des pertes d’emplois. Mais, dans le même temps, l’UEM peut se concevoir comme une tentative de concilier croissance économique et régulation par le politique23. Ainsi, l’Europe a défini des objectifs en matière de protection de l’environnement et de politique sociale et veut explicitement construire un espace économique et social, voire une communauté de valeurs – concept qui, de toute évidence, n’est pas assimilable à la vaste zone de libre-échange prônée par Margaret Thatcher, notamment dans son célèbre discours de Bruges (1988).

  • 24 Desmond Dinan, Ever closer Union ?…, p. 394-402.

38Cette conception de l’Europe est exprimée dans le traité de Rome qui évoque entre autres la liberté de circulation des personnes, condition nécessaire à l’établissement d’un véritable marché commun, mais aussi l’égalité professionnelle entre hommes et femmes ainsi que l’amélioration des conditions de travail et de vie. Ces principes reposent eux-mêmes sur les traditions sociales des pays membres24.

39L’histoire de l’Europe montre qu’il y a un vrai souci pour ces enjeux. Ainsi, le dialogue social est-il défendu, car il peut rendre l’intégration européenne plus pertinente aux yeux des citoyens européens, tandis que la lutte contre la pauvreté et l’exclusion participe de la dimension sociale de l’Union européenne.

  • 25 Marie-José Fleury, « Bilan et perspectives de l’Europe sociale », Les Cahiers français, numéro spé (...)

40Un Fonds social européen fut créé en 1988 pour faire face à des maux largement répandus dans l’Union, tels que le chômage de longue durée et le chômage des jeunes. En 1989, une charte sociale proposée par la Commission fut adoptée à Strasbourg par onze pays membres, dont l’Irlande, qui identifie douze « droits sociaux fondamentaux des travailleurs », dont la protection sociale, la liberté d’association et la négociation collective, la protection de la santé et de la sécurité dans le milieu du travail, etc. Depuis 1991, les États membres publient des rapports sur l’application de cette charte25.

41Par contre, cette charte ne fut pas ratifiée par le Royaume-Uni et, en 1992, le traité de Maastricht faillit ne pas aboutir en raison du chapitre social, qui fut retiré à la dernière minute et joint au traité sous la forme d’un protocole signé par tous les pays sauf le Royaume-Uni. Ce protocole définit des objectifs comme la création d’emplois, un rôle accru pour les partenaires sociaux et l’extension du vote à la majorité qualifiée sur des questions liées aux conditions de travail.

42Ce protocole ne put être ramené dans le champ de compétences de l’Union européenne qu’en 1997 par le traité d’Amsterdam, après l’accord du nouveau gouvernement travailliste britannique. L’Union a désormais les moyens de lutter contre l’exclusion sociale et notamment contre la discrimination. Ainsi, il est possible de financer des projets pilotes et les procédures de consultation entre pays membres.

43Certes, tout ceci reste modeste : le pacte de stabilité constitue un contrepoids sérieux et, de toute manière, la politique sociale demeure un enjeu essentiellement national. Mais cela démontre malgré tout que l’Union européenne cherche à créer un espace où la cohésion et la protection sociales ne sont pas sacrifiées sur l’autel de la croissance économique. Autrement dit, il s’agit de concilier les bénéfices des échanges commerciaux, propres à la mondialisation, tout en évitant certaines de ses dérives.

  • 26 Dermot Keogh, « Ireland », in Clive H. Church, Dermot Keogh (éd.), The Single European Act : A Tra (...)

44Quelle a été l’attitude de l’Irlande envers ce projet ? Depuis 1972, les grandes formations politiques ont appuyé le projet européen de manière constante et unanime. Il y eut bien quelques exceptions – comme celle du chef de l’opposition, Charles Haughey, à la ratification de l’Acte unique en 1986 –, mais dès son retour au pouvoir en 1987, il prit position en faveur du « oui » lors de la campagne référendaire26.

  • 27 Mary Harney, « Future of the EU lies in a union of independent sovereign states », Irish Times, Ju (...)
  • 28 Mark Brennock, « Second Nice Poll seems certain », Irish Times, September 20th, 2000.

45C’est surtout après le sommet de Nice que des voix discordantes se firent entendre dans la classe politique27. Plusieurs ministres du gouvernement de coalition contestèrent la poursuite de l’intégration européenne, soit au nom de la défense de l’identité nationale, soit au nom de l’essor économique irlandais et du modèle économique libéral. Le vice-Premier ministre, Mary Harney, déclara ainsi que l’Irlande était « plus proche spirituellement de Boston que de Berlin » et a rejeté tout approfondissement de l’Union européenne28. En d’autres termes, le succès économique de l’Irlande dans le contexte de la mondialisation incita certains hommes politiques à remettre en cause le modèle social européen et l’intégration européenne.

  • 29 The Second Phase of Work of the National Forum on Europe, February to March 2002, Dublin, Statione (...)

46Pourtant, le second rapport du Forum national sur l’Europe affirmait que, suite aux diverses réunions, discussions et interventions organisées sous son égide, un large consensus prévalait en Irlande, consensus selon lequel l’Union européenne ne constituait pas une menace pour l’identité nationale ou culturelle irlandaise29. De même, une large majorité pensait que l’intégration européenne devait être poursuivie, notamment dans les domaines économique, social et écologique, afin de modérer les effets de la mondialisation, à condition qu’un équilibre soit maintenu entre l’efficacité économique, la cohésion sociale et la protection de l’environnement.

  • 30 Élisabeth Gaudin, « Les Irlandaises et l’Europe », L’Irlande politique et sociale, n° 4, 1992, p. (...)

47Il semblerait donc que, pour une majorité d’Irlandais, l’Union européenne ait été perçue davantage comme une protection vis-à-vis de la mondialisation que comme l’un de ses avatars. Le rapport faisait part aussi de réactions de citoyens irlandais sur la question sociale : il était dit par exemple que l’Europe avait permis à l’Irlande de faire des avancées considérables dans le domaine social ; ce fut le cas dans le domaine de l’égalité entre hommes et femmes, mais aussi dans celui de la lutte contre l’exclusion sociale30.

48D’autres participants, tout en reconnaissant la réalité de l’Europe sociale, estimaient qu’elle était secondaire par rapport à l’Europe économique, surtout après le départ de Jacques Delors de la présidence de la Commission européenne. Ainsi, le budget de la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale était-il jugé insuffisant par certains.

49Sans entrer dans le détail de ces arguments, on peut retenir qu’il n’y avait pas de rejet en tant que tel de l’Union européenne, ou du moins pas à une échelle significative. Si l’on s’en tient aux partenaires sociaux, par exemple, on voit que le patronat et les syndicats étaient largement favorables à l’Europe, même si les uns insistaient sur l’importance de la compétitivité alors que les autres souhaitaient davantage d’initiatives dans le domaine du droit du travail.

50De même, si l’on en croit l’eurobaromètre effectué après le premier référendum sur le traité de Nice, les Irlandais faisaient partie des Européens les plus satisfaits de l’Union européenne et les plus favorables à l’élargissement31. Leur attitude, toutefois, était paradoxale puisqu’ils comptaient parmi les Européens les plus réticents face à l’éventualité d’un renforcement de la pression européenne sur les États. Le statu quo leur convenait fort bien et l’incertitude liée aux développements de l’Europe les inquiétait, d’autant que, pour la première fois, aucune amélioration économique n’était en jeu. Ce qui cadrerait assez bien avec les résultats du premier référendum sur le traité de Nice : la majorité qui, d’ordinaire, se déplaçait pour voter en faveur de l’intégration européenne se serait abstenue cette fois, faute de motivation positive32.

51En somme, l’Union économique et monétaire a été un facteur de croissance important pour l’Irlande ainsi qu’un élément positif du point de vue de son indépendance économique. Avant 1973, on pouvait encore considérer l’Irlande comme un pays en voie de développement, largement tributaire du marché britannique. Aujourd’hui, l’économie irlandaise est suffisamment florissante et ses liens sont assez diversifiés pour que l’on n’émette pas de doute sur son autonomie.

52En outre, le fait que l’objectif de l’harmonisation économique et de la réduction des disparités ait été largement atteint dans le cas de l’Irlande démontre que l’UEM ne peut pas être réduite à une simple manifestation régionale de la mondialisation. En effet, si celle-ci est conçue comme le vecteur d’un impérialisme économique associé à un conformisme culturel, l’Union européenne s’en distingue assez nettement. Sa dimension sociale va à l’encontre de la logique du profit à tout prix, tandis que ses institutions défendent la règle du droit contre le droit du plus fort.

53Pourtant, le traité de Nice et le résultat des référendums irlandais soulèvent la question de l’équilibre précaire entre compétitivité et protection sociale et de son maintien dans une Europe de vingt-sept ou vingt-huit États membres où, de surcroît, les petits États risquent d’être noyés dans la masse et de ne plus pouvoir se faire entendre.

54article actualisé par le directeur de publication en 2006

Notas

1 Richard Deutsch, « Une économie insulaire », L’Irlande politique et sociale, vol. I, n° 2, 1986, p. 17-33.

2 Patrick Keatinge, A Place Among the Nations : Issues of Irish foreign policy, Dublin, Institute of Public Administration (IPA), 1978, p. 139.

3 Francis Stewart Leland Lyons, Ireland since the Famine, Londres, Fontana Press, 1973, p. 628-634.

4 Dermot Keogh, Ireland and Europe, 1919-1989, Cork – Dublin, Hibernian University Press, 1990, p. 232-234.

5 Brendan Walsh, « Ireland’s Membership of the European Monetary System », in P.J. Drudy, Dermot McAleese (éd.), Ireland and the European Community, Cambridge – New York, Cambridge University Press (Irish studies ;3), 1984, p. 173-190.

6 Ronan Fanning, The Irish Department of Finance, 1922-1958, Dublin, Institute of Public Administration, 1978, p. 378.

7 Dermot McAleese, « Ireland and the European Community : the Changing Pattern of Trade », in P.J. Drudy, Dermot McAleese (éd.), Ireland and the European Community, p. 145-172.

8 Fintan O’Toole, The Lie of the Land : Irish identities, Londres, Verso, 1997, p. 15.

9 Helen Wallace, William Wallace (éd.), Policy-Making in the European Union, 3e éd., Oxford – New York, Oxford University Press, 1996, p. 53.

10 Voir aussi Jacques Delors, « Préface », in Anthony Giddens, Tony Blair (éd.), La Troisième Voie : le renouveau de la social-démocratie, Paris, Seuil (La Couleur des idées), 2002, p. 7-11.

11 Jean-Claude Sergeant, La Grande-Bretagne de Margaret Thatcher, 1979-1990, Paris, PUF (Perspectives anglo-saxonnes), 1994, p. 217-220.

12 Garret FitzGerald, All in a Life : An Autobiography, Dublin, Gill & Macmillan, 1991, p. 600.

13 Kieran Kennedy, « Ireland and European integration – an economic perspective », in Dermot Keogh (éd.), Ireland and the Challenge of European Integration, Cork – Dublin, Hibernian University Press, 1989, p. 25-45.

14 Desmond Dinan, Ever Closer Union ? An Introduction to the European Community, Londres, Macmillan (The European Union series), 1994, p. 404-411.

15 Marie-Claire Considère-Charon, Irlande : Une singulière intégration européenne, Paris, Économica, 2002, p. 69-71.

16 Joseph Lee, Ireland, 1912-1985. Politics and society, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 645-649.

17 « L’évolution récente de la situation économique de l’Irlande », Problèmes économiques, no 2536, 1er octobre 1997, p. 22-28.

18 Rory O’Donnell, The Economic Dimension, Dublin, Institute of European Affairs (Ireland and Europe ;5), 2002, p. 8-10.

19 Michael O’Riordan, « Employment », in Ben Tonra (éd.), Amsterdam : What the Treaty Means, Dublin, Institute of European Affairs, 1997, p. 67-76.

20 Marie-Claire Considère-Charon, « La présidence irlandaise de l’Union européenne », in Valérie Peyronel (éd.), L’Irlande sociale : mythe ou réalité ?, Créteil, Université de Paris XII – CERE (n° 6), 1997, p. 69-84.

21 Bobby McDonagh, Original Sin in a Brave New World : An account of the negociation of the Treaty of Amsterdam, Dublin, Institute of European Affairs, 1998, p. 69-87.

22 Terence Brown, « Ireland and the European Union », in Jim Dooge, Patrick Keatinge (éd.), What the Treaty of Nice Means, Dublin, Institute of European Affairs, 2001, p. 44-49.

23 Paul Flynn, « Social Policy », in Jim Dooge, Ruth Barrington (éd.), A Vital National Interest : Ireland in Europe, 1973-1998, Dublin, Institute of European Affairs, 1999, p. 312-323.

24 Desmond Dinan, Ever closer Union ?…, p. 394-402.

25 Marie-José Fleury, « Bilan et perspectives de l’Europe sociale », Les Cahiers français, numéro spécial : L’Europe en perspective, n° 298, septembre-octobre 2000, p. 68-73.

26 Dermot Keogh, « Ireland », in Clive H. Church, Dermot Keogh (éd.), The Single European Act : A Transnational study, Cork, Canterbury Consortium, 1991, p. 102-115.

27 Mary Harney, « Future of the EU lies in a union of independent sovereign states », Irish Times, June 9th, 2001.

28 Mark Brennock, « Second Nice Poll seems certain », Irish Times, September 20th, 2000.

29 The Second Phase of Work of the National Forum on Europe, February to March 2002, Dublin, Stationery Office, 2002.

30 Élisabeth Gaudin, « Les Irlandaises et l’Europe », L’Irlande politique et sociale, n° 4, 1992, p. 93-104.

31 Eurobaromètre, no 56.3, National Report – Ireland, 2002. http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/ebs/ebs_166_finrep_ireland.pdf

32 Richart Sinnott, Risbjerg Thomsen, « Why so many people did not go out to vote on the Nice Treaty is the question », Irish Times, June 23rd, 2001.

© Presses universitaires de Caen, 2007

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540