Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Irlande, écritures et réécritures de la Famine

 | 
Bertrand Cardin
, 
Claude Fierorbe

Conclusion

Bertrand Cardin et Claude Fierobe

Texte intégral

1Il est impressionnant de voir à quel point les écrivains irlandais ont été et sont toujours fascinés par la Grande Famine, ce qui confirme l’importance du traumatisme en Irlande, repérable non seulement dans l’inconscient collectif, l’économie, la langue, la culture mais aussi, comme en atteste le présent volume, dans la littérature, laquelle est bien le reflet de la société. La littérature de la Famine et sur la Famine prend différentes formes : l’une, produite dans l’immédiat, est livrée sans délai au public, tandis que l’autre est écrite et publiée après coup. La première exprime sans recul la souffrance, l’horreur et la lutte contre l’oppression. La seconde met en perspective : les textes distanciés sont porteurs d’une réflexion mûrie sur le vécu individuel et sur l’événement historique. La Grande Famine est, nous l’avons vu, une réalité historique difficilement saisissable, objet d’interprétations différentes, voire contradictoires, qu’il s’agisse d’analyser ses causes ou de déterminer la responsabilité de la Grande-Bretagne ou des Irlandais, que ces derniers appartiennent à la minorité possédante ou à l’immense majorité de la population rurale. Si les historiens ne sont pas d’accord, comment espérer que les écrivains parlent d’une même voix ? Il y a en effet ceux qui ont vécu le drame au plus profond de leur chair et de leur âme (Carleton) ou qui ont repris le flambeau de la protestation indignée (Macken), ceux qui sont restés en marge (Lady Morgan), ceux pour qui la mémoire doit être sans cesse réactivée et ceux qui ont compris que la Grande Faim était si profondément ancrée dans le terreau de l’histoire et des mentalités qu’elle est devenue à tout jamais une métaphore de l’Irlande souffrante, quelle que soit l’époque considérée (McCann). Il y a ceux qui font de la Famine le protagoniste de leur roman (O’Flaherty) et ceux qui lui associent irrésistiblement son contraire, comme s’il était impossible de parler de famine sans parler aussi d’abondance (Joyce), ceux qui ne remettent pas en cause la hiérarchie sociale (O’Grady) et ceux qui rapprochent la Famine de l’Holocauste (Egan). Ainsi se côtoient des prises de position modérées et radicales, une soumission douloureuse et résignée au destin ou, à l’opposé, une rébellion violente contre le colonisateur accusé de génocide. Il n’était pas question ici de gommer ces différences. Il fallait au contraire rester fidèle à l’esprit de ces auteurs qui avaient choisi d’affronter avec leurs convictions et leurs moyens, et dans des genres littéraires variés, une immense catastrophe humaine et politique. On ne s’étonnera pas que les écritures de la Famine, ou plutôt les tentatives pour écrire la Famine, ou la réécrire, soient aussi une réflexion sur l’acte d’écrire lui-même : le sujet est d’une telle importance, contient de telles interrogations, qu’il défie les pouvoirs de l’écrivain, met en cause sa faculté à appréhender et à transcrire, le contraint à suivre des chemins détournés, à s’appuyer sur une intrigue ou un schéma narratif – dont, pour n’être pas évidente, la pertinence finit par s’imposer –, voire à déployer les séductions d’une esthétique de l’excès pour mieux signifier le manque. Le fil rouge qui traverse les chapitres de notre ouvrage est justement cette constante mise en péril de l’écriture, cette oscillation entre humilité et orgueil, puisque la crainte de ne pas réussir s’accompagne malgré tout d’une tentative pour donner une version, une vision du drame. Il révèle, quels que soient l’auteur et le genre, une reconnaissance ardente de l’importance majeure d’une tâche qu’il fallait accomplir afin que l’événement historique ne tombe pas dans l’oubli, dans le silence. L’inscription des traces mémorielles dans le tissage concret de l’écrit est un agent de résistance à l’effacement. Propagateurs de l’histoire, les écrivains étudiés dans cet ouvrage maintiennent la Famine vivante dans la psyché comme dans le corps social, et ils font donc de la littérature elle-même un mémorial.

Auteurs

Bertrand Cardin est maître de conférences à l’université de Caen Basse-Normandie. Il est l’auteur d’un ouvrage intitulé Miroirs de la filiation. Parcours dans huit romans irlandais contemporains, paru aux Presses universitaires de Caen en 2005, d’une thèse de doctorat sur les nouvelles de John McGahern et d’articles sur diverses œuvres littéraires irlandaises actuelles en prose.

Professeur honoraire à l’université de Reims – Champagne-Ardenne, ancien président de la SOFEIR, Claude Fierobe a dirigé des travaux collectifs (en 2005, Dracula. Mythe et Métamorphoses), écrit de nombreux articles sur l’Irlande, ainsi que plusieurs ouvrages, dont Charles Robert Maturin (1780-1824). L’homme et l’œuvre ; De Melmoth à Dracula. La littérature fantastique irlandaise au XIXe siècle ; La Littérature irlandaise (avec Jacqueline Genet) ; L’Irlande fantastique (anthologie de nouvelles). Il a traduit Charles Robert Maturin, William Carleton, Fitz-James O’Brien, William Butler Yeats, James Stephens, Seamus Heaney, Kate Cruise O’Brien, Julia O’Faolain.

© Presses universitaires de Caen, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540