Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces de l'imaginaire unioniste nord-irlandais

 | 
Wesley Hutchinson

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Proverbe irlandais : Il y a deux façons de raconter une histoire et douze versions d’une même chan (...)

Bíonn dhá insint ar scéal agus dhá leagan deag ar amhrán1.

1La bataille de la Somme pose le problème central de la façon dont on se souvient du passé. Depuis une quinzaine d’années, les deux (trois ?) traditions en Irlande du Nord, encouragées par le Gouvernement britannique, se sont mises à déterrer, à préserver et à promouvoir leurs passés respectifs, leurs mémoires respectives. Ces fouilles identitaires étaient censées tracer des chemins vers la réconciliation, vers l’élaboration d’un passé commun et d’un avenir tolérant et confiant dans son pluralisme. Cependant, ces recherches identitaires semblent plutôt s’inscrire dans une logique de « concurrence mnémonique », où les communautés font resurgir des souvenirs, parfois imprévus, voire saugrenus, dans une perspective explicitement politique, voire polémique.

2Le « renouvellement identitaire » entrepris chez les unionistes a été l’objet de nombreuses critiques : selon leurs adversaires, des pans entiers de cette « nouvelle » culture seraient fabriqués de toutes pièces et n’existeraient pas sans la stratégie qui les suscite et leur donne forme.

  • 2 Jean-Pierre Faye, Théorie du récit : introduction aux « Langages totalitaires », Paris, Hermann, 1 (...)

3Or, comme le fait remarquer Jean-Pierre Faye dans Théorie du récit2 :

[L]’histoire – le mot « histoire » – désigne à la fois un procès ou une action réelle, et le récit de cette action. Récit qui tout à la fois énonce l’action – et la produit. Puisque là, à chaque moment, et de façon comparable à la scène de théâtre […] « énoncer signifie produire ».

  • 3 Ces choses, ces choses étaient là ; il ne manquait que le témoin. Robert Bridges (éd.), The Poems (...)

4Si l’on peut admettre que le processus, une fois lancé, génère sa propre dynamique, s’agit-il pour autant dans le cas présent d’une évocation ex nihilo ? Les éléments mis en lumière, qu’il s’agisse de l’aliénation de la classe ouvrière protestante vis-à-vis de l’establishment unioniste, de l’influence religieuse et linguistique de la culture écossaise ou de l’émigration Ulster-Scots outre-Atlantique, ont été des facteurs clés dans le développement de la vie dans le Nord de l’Irlande ; pour citer Hopkins dans son poème « Hurrahing in Harvest » : These things, these things were here and but the beholder wanting3 Parce qu’ils focalisent les regards sur une identité ulstérienne de mieux en mieux définie, les organismes désormais spécialisés dans les questions identitaires ne peuvent que garantir la présence de ce « témoin » de mieux en mieux informé et dont la mémoire est de plus en plus structurée.

5L’Édit de Nantes montre comment un État confronté à une société profondément divisée selon des lignes de fracture religieuse et politique a tenté d’effacer ces fractures en décrétant l’amnésie, identifiée comme condition sine qua non de toute paix civile :

1. Premièrement, que la mémoire de toutes choses passées d’une part et d’autre […] durant les […] troubles […] demeurera éteinte et assoupie, comme de chose non advenue. Et ne sera loisible ni permis à nos procureurs-généraux, ni autres personnes quelconques […] en faire mention, procès ou poursuite en aucunes cours ou juridictions que ce soit.

  • 4 L’Édit de Nantes (1598), in Janine Garrisson (éd.), L’Art de la paix, Biarritz, Atlantica, 1997, p (...)

2. Défendons à tous nos sujets, de quelque part et qualité qu’ils soient, d’en renouveler la mémoire4.

6L’Irlande du Nord a choisi le chemin de la mémoire plutôt que celui de l’oubli. L’avenir dira si cette approche sera fructueuse ou elle-même sujette à révocation…

Notes

1 Proverbe irlandais : Il y a deux façons de raconter une histoire et douze versions d’une même chanson.

2 Jean-Pierre Faye, Théorie du récit : introduction aux « Langages totalitaires », Paris, Hermann, 1972, p.24.

3 Ces choses, ces choses étaient là ; il ne manquait que le témoin. Robert Bridges (éd.), The Poems of Gerard Manley Hopkins, 2e édition, Oxford, Oxford University Press, 1941, p.31.

4 L’Édit de Nantes (1598), in Janine Garrisson (éd.), L’Art de la paix, Biarritz, Atlantica, 1997, p. 25.

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540