Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces de l'imaginaire unioniste nord-irlandais

 | 
Wesley Hutchinson

L’Amérique : vers la frontière d’un espace rêvé

Texte intégral

  • 1 Rory Fitzpatrick, God’s Frontiersmen : The Scots-Irish Epic, Londres, Weidenfeld and Nicol-son, 19 (...)

Un des mythes les plus nocifs concernant les Ulster-Scots les désigne comme un peuple immobile, retranché derrière un rempart de préjugés ancestraux1.

1Une troisième zone clé de cette revalorisation culturelle actuellement en cours au sein de la communauté unioniste concerne la contribution spécifiquement ulstérienne à l’indépendance et à l’expansion des États-Unis. Depuis le début des années 1980, en témoigne une floraison d’ouvrages sur la question, dont certains, par exemple God’s Frontiersmen de Rory Fitzpatrick, ou encore la série de livres par Billy Kennedy sur les Scots-Irish, ont connu un succès médiatique et commercial indéniable. Ces travaux, qui pour la plupart insistent sur l’importance de la contribution presbytérienne à l’histoire des États-Unis, sont significatifs à maints égards. Avant de cerner les enjeux culturels et politiques de ces recherches transatlantiques, il convient de faire quelques remarques d’ordre terminologique.

Ulster-Scots, Scots-Irish, Scotch-Irish ou Irish-American ? La terminologie n’est jamais innocente…

2Il est clair qu’il existe sinon une confusion lexicale, du moins un certain éclectisme, voire un « non-conformisme » quant aux termes employés pour désigner cette communauté originaire d’Écosse, qui, ayant transité par l’Irlande, s’est installée définitivement en Amérique du Nord. Tantôt il est question d’Ulster-Scots, tantôt de Scotch-Irish, tantôt de Scots-Irish. Or, le choix d’un terme plutôt qu’un autre n’est jamais innocent, mais sert à mettre l’accent sur des nuances différentes. Les écrivains nord-irlandais de tendance unioniste préfèrent Ulster-Scots, désignation qui rappelle la spécificité ulstérienne tout en effaçant toute référence à l’Irlande. Cependant, ils constatent que ce terme n’est pas monnaie courante Outre-Atlantique où le terme Scotch-Irish avait été adopté au xixe siècle par une partie de la communauté protestante de souche irlandaise afin de se démarquer des Irlandais dits « de la famine » (famine Irish), venus s’installer aux États-Unis. Sam Allen déplore vivement l’émergence du terme :

  • 2 Sam Allen, To Ulster’s Credit, Lisburn, Plantation Press, n.d., p.22 : Whilst this term [Scotch-Ir (...)

Alors que ce terme [Scotch-Irish] faisait véritablement une distinction entre eux-mêmes et les Irlandais celtiques, il a souvent été compris comme une combinaison des deux races, en partie irlandaise, en partie écossaise. Il est grand dommage que le terme utilisé n’ait pas été Ulster-Scots, ce qui aurait sûrement été plus exact, et aurait empêché que les Irlandais du Sud et les soi-disant Irlandais-Américains s’attribuent le bénéfice des remarquables réussites des Ulster-Scots en Amérique2.

  • 3 Billy Kennedy, The Scots-Irish in the Hills of Tennessee, Londonderry, Causeway Press et Belfast, (...)

3Néanmoins, pragmatiques, les auteurs se contentent de rappeler que l’élément constitutif Scotch « offense maintenant de nombreuses personnes d’origine Scots-Irish en Grande-Bretagne et en Amérique, où le terme Scotch est pris pour un alcool »3, et d’accepter le terme Scots-Irish comme compromis.

  • 4 Billy Kennedy, ibid., p.17, explique que le recensement de 1990 pour l’État de Tennessee a révélé (...)

4Ce compromis ne demande peut-être pas un sacrifice aussi lourd que l’on pourrait imaginer. Il faut se rappeler que ces ouvrages s’adressent à deux lectorats distincts : l’un en Irlande (du Nord), l’autre aux États-Unis. Qu’on le veuille ou non, la plupart de la communauté « ciblée » aux États-Unis persiste à s’identifier comme d’origine « irlandaise »4. Dans le monde du commerce, le succès de tout exercice de « marketing » exige que la cible se sente concernée par le produit proposé. La même règle s’applique pour tout exercice de « marketing identitaire », ce qui expliquerait l’utilisation du terme Scots-Irish, qui prend en compte la perception identitaire aux États-Unis, en attendant le jour où la rééducation culturelle aurait produit ses effets Outre-Atlantique…

5Il existe un deuxième problème de terminologie, à savoir l’étendue exacte du terme Ulster-Scots. Rory Fitzpatrick, dans l’introduction à God’s Frontiersmen, penche pour une définition éclectique et explique :

  • 5 Rory Fitzpatrick, op.cit., p.1 : Although they came into what was an English colony [Ulster] [] t (...)

Bien qu’ils fussent venus dans ce qui était une colonie anglaise [l’Ulster], [...] les Écossais étaient tellement prédominants par leur nombre, par l’âpreté de leur culture, et par la détermination avec laquelle ils acquéraient les terres, que toute l’entreprise de la Plantation prit des caractéristiques écossaises et avec le temps on appliqua le terme Ulster-Scots à l’ensemble de la population non irlandaise de la province, qui comprenait un grand nombre d’Anglais, et, en nombre nettement plus réduit, des Gallois ainsi que quelques Français protestants réfugiés5.

6Autrement dit, Ulster-Scots se référerait à tous ceux qui ne sont pas de souche irlandaise. Appliquant la même logique à la situation contemporaine, Billy Kennedy n’hésite pas à affirmer la stricte identité entre les Scots-Irish (variante américaine des Ulster-Scots) et l’ensemble de la population « protestante-unioniste » actuelle en Irlande du Nord :

  • 6 Billy Kennedy, op.cit., p.20 : In Northern Ireland today the Scots-Irish (the Protestant-Unionist (...)

[E]n Irlande du Nord aujourd’hui les Scots-Irish (les protestants unionistes) s’engagent à maintenir le lien avec la Grande-Bretagne6.

7Or, la désignation Ulster-Scots est problématique dans la mesure où elle comporte le risque d’aliéner les composantes de la population protestante-unioniste qui ne sont pas d’origine écossaise ; c’est le cas notamment pour l’importante composante de souche anglaise. Le désir de ne pas froisser de telles sensibilités pourrait expliquer le choix du terme Ulster-British par la Ulster Society. Le Professeur Alcock, dans un article intitulé, « The Making of a Nation », remarque :

  • 7 Antony Alcock, « The making of a nation », in Ulster : An Ethnic Nation ?, Lurgan, The Ulster Soci (...)

On peut conclure qu’il existe en Irlande du Nord deux communautés : l’une est irlandaise et gaélique, l’autre est un amalgame britannique non gaélique, et c’est à cette dernière communauté que l’Ulster Society, qui réunit les descendants de souche anglaise, écossaise, galloise, huguenote, et même, pour certains, irlandaise, a affaire7.

8Comme Fitzpatrick, Alcock procède à une identification des éléments constitutifs de la « nation » britannique d’Ulster par opposition à une référence de base : on appartient à l’amalgame britannique puisqu’on n’appartient pas à la « nation » irlandaise.

  • 8 Voir, par exemple, l’introduction de Ronnie Hanna, The Highest Call : Ulster and the American Pres (...)
  • 9 Voir la section sur les Irlandais-Américains in Claude Lévy, Les Minorités ethniques aux États-Uni (...)

9Il est intéressant de remarquer que l’Ulster Society fait preuve de la même sensibilité dans son travail destiné aux États-Unis. La recherche d’un terme portefeuille susceptible de regrouper le plus grand nombre de courants identitaires a débouché sur le terme Ulster-American, terme qui figure notamment dans les travaux de Ronnie Hanna8. Alors que les termes Ulster-Scots ou Scots-Irish rappellent les origines extra-américaines de cette communauté, Ulster-American souligne précisément l’intégration de celle-ci aux États-Unis, lui donnant une « américanicité » qui aurait autant de valeur que celle des IrlandaisAméricains9 dont ils se démarquent.

10Cependant, qu’on le veuille ou non, c’est bien la tradition Ulster-Scots, de souche presbytérienne, qui constitue l’élément le plus distinctif de cet amalgame et qui se révèle le véritable moteur culturel derrière cette multiplicité d’étiquettes.

Offensive politique…

11Tout d’abord, bon nombre des ouvrages consacrés aux liens entre l’Ulster et l’Amérique sont écrits dans un but explicitement polémique : ils tentent de sensibiliser le public américain aux subtilités identitaires qui sous-tendent l’émigration irlandaise vers l’Amérique du Nord. Tous soulignent l’existence de deux vagues distinctes d’émigration : la première commençant au début du xviiie siècle, composée surtout de presbytériens originaires du Nord de l’Irlande ; la deuxième, plus récente, datant du milieu du xixe siècle, essentiellement catholique. Or, si la première vague d’émigration s’est trouvée pleinement intégrée dans la « nation » américaine, au point d’avoir oublié sa filiation particulière, la deuxième conserve et mobilise le souvenir de sa différence. Tous ces auteurs de sensibilité unioniste ou protestante s’accordent pour déplorer que cette deuxième émigration ait pu effacer les particularismes identitaires de la première vague presbytérienne et ulstérienne en la fondant dans un amalgame placé sous l’étiquette « Irlandais-Américain », étroitement associée au sud de l’Irlande et au catholicisme. Selon Sam Allen dans To Ulster’s Credit :

  • 10 Sam Allen, To Ulster’s Credit, Lisburn, Plantation Press, n.d., p.89 : The year 1897 saw the found (...)

L’année 1897 vit la fondation de la soi-disant Société historique des Irlandais-Américains. L’appellation « historique » du titre était en grande partie trompeuse, car la réalité historique était la première chose que les fondateurs de la société souhaitaient travestir. Le but réel qui motivait sa formation était l’usurpation par les Irlandais celtes ou catholiques romains de la reconnaissance qui revenait légitimement aux protestants d’origine ulstérienne pour leur contribution majeure à la conquête de l’indépendance américaine, à la mise en place de la jeune nation, et à l’expansion de son territoire jusqu’à ses limites actuelles10.

12Ce double détournement du patrimoine culturel et du sentiment identitaire des descendants de l’Ulster protestant semble d’autant plus ironique que les Irlandais-Américains de souche catholique ont toujours été moins nombreux que leurs homologues protestants. Dans son avant-propos au livre de Billy Kennedy, The Scots-Irish in the Hills of Tennessee, Ian Adamson souligne :

  • 11 Ian Adamson, avant-propos à Billy Kennedy, op.cit., p.15 : The National Opinion Research Centre at (...)

Le National Opinion Research Center de l’université de Chicago avait en effet présenté des statistiques qui démontraient que 12 % de la population adulte américaine citaient l’Irlande comme le pays dont étaient originaires la plupart de ses ancêtres, et que 56 % d’entre eux appartenaient à une des Églises protestantes11.

13La communauté protestante et unioniste semble de plus en plus sensible au besoin de clarifier les confusions résultant de cet amalgame. Bien entendu, les enjeux vont bien au-delà de la simple recherche d’ancêtres « irlandais » dans des arbres généalogiques. Ian Paisley, peu connu pour la diplomatie de sa rhétorique, explique la portée politique de cette confusion identitaire. Sur un site internet intitulé (on peut supposer sans intention humoristique), Understanding Events in Northern Ireland : An Introduction for Americans, il affirme :

  • 12 Ian Paisley et Arthur Noble, « Understanding Events in Northern Ireland : An Introduction for Amer (...)

Les Américains qui mènent cet assaut contre la vérité historique et politique sont des Irlandais du Sud catholiques romains comme les Kennedy, Tip O’Neill, Patrick Moynihan et William F. Buckley. Tout comme leurs ancêtres, ils racontent des histoires dans la pure tradition irlandaise. Ces leprechauns en costume sont les compagnons d’armes des terroristes en costume du Sinn Féin, qui abreuvent de leur propagande mensongère un public américain crédule pour qui les migrations Scotch-Irish des années 1700 sont de l’histoire tellement ancienne que certains parmi les millions d’Américains d’origine ulstérienne vivant de nos jours ne savent même pas où se trouve l’Ulster12.

  • 13 Les candidats à la Présidence ont été très sensibles au « vote irlandais ». Sous la présidence de (...)

14Ici, Paisley et son coauteur, le Professeur Arthur Noble, soulignent que ce que l’on pourrait appeler un « détournement identitaire » a des retombées concrètes, non seulement en termes d’influence dans les milieux politiques américains13, mais aussi à un niveau plus immédiat, sur le terrain en Irlande du Nord, par le biais du soutien financier apporté par des citoyens américains aux mouvements qu’ils dénoncent comme étant intimement associés à la violence républicaine.

15Ces enjeux sont d’une telle importance que l’unionisme a été contraint de se mobiliser afin de défendre ses positions Outre-Atlantique.

16Dans un article publié en mars 1995 et intitulé « The USA effect », Jeffrey Donaldson, un des jeunes loups du Parti Unioniste à Westminster, retrace l’historique de la campagne de sensibilisation du public américain menée par des représentants unionistes. Dans ce contexte, il rappelle la contribution d’un ancien député unioniste, feu Harold McClusker :

  • 14 Jeffrey Donaldson, « The USA effect », in Selling Unionism : Home and Away, Belfast, Ulster Young (...)

qui pendant des années a parcouru l’Amérique d’un bout à l’autre pour travailler la terre aride de l’opinion publique américaine sur l’Ulster. Harold, avec Martin Smyth et d’autres, furent en quelque sorte les pionniers qui ont préparé le terrain pour ce qui est devenu aujourd’hui une campagne stratégique permanente pour promouvoir la cause unioniste aux États-Unis14.

17L’image nous paraît significative dans la mesure où elle trahit l’ambivalence ressentie par l’unionisme dans son ensemble vis-à-vis des États-Unis.

18D’une part, l’opinion américaine est assimilée à une terre aride et infertile peu disposée à recevoir le message unioniste. Transformer les représentants unionistes en pionniers de la frontière américaine en dit long sur le caractère négatif de leur perception : les États-Unis sont une terre sauvage, où l’unionisme doit s’attendre aux embuscades des « peaux rouges », qui pourraient se révéler être plutôt des peaux… « vertes » ? D’un autre coté, il est également possible de lire cette image d’une façon plus positive, comme un défi à relever, une opinion à conquérir à l’échelle d’un continent.

19Quoi qu’il en soit, la campagne unioniste, telle qu’elle est envisagée dans l’article de Donaldson, souligne la nécessité de stimuler la création de réseaux de citoyens américains prêts à soutenir et à promouvoir la position unioniste sur place.

20Donaldson insiste sur l’importance stratégique de ces « relais » américains. La promotion de l’unionisme par des citoyens américains aurait, selon lui, davantage d’impact que des contributions ponctuelles d’hommes politiques unionistes. Il est clair que sa position relativise l’importance de la participation de Ken Maginnis, porte-parole du Parti Unioniste sur les questions relatives à la sécurité, à l’émission télévisée Larry King Live à coté de Gerry Adams, le 4 octobre 1994. La participation de Maginnis a été saluée comme marquant un grand tournant dans la politique traditionnelle des unionistes, qui avaient jusque-là refusé tout débat public avec le Sinn Féin à cause de ses liens étroits avec l’IRA. Selon Donaldson :

  • 15 Ibid., p.24 : Whilst it was important for Ken Maginnis to appear on that programme to ensure that (...)

S’il était important que Ken Maginnis participât à cette émission pour ne pas laisser encore une fois le champ libre à Gerry Adams, notre campagne médiatique vise à faire passer notre propre message plutôt qu’à contrer simplement la propagande de quelqu’un d’autre15.

21Donaldson explique son scepticisme quant à l’efficacité de ces joutes médiatiques en relevant une difficulté de fond, à savoir la relative indifférence du public américain vis-à-vis de la question nord-irlandaise et de la politique en général :

  • 16 Ibid.,p. 23 : [I]t must be said that with the exception of misty eyed Irish Americans, the America (...)

Il nous faut reconnaître qu’à l’exception des Irlandais-Américains qui ont la larme à l’œil quand on mentionne l’Irlande, le public américain ne s’intéresse pas à l’Irlande du Nord. Même la politique américaine arrive nettement derrière le base-ball ou le basket-ball dans le taux d’audimat, et il est donc plus rentable de concentrer et de cibler notre message sur ceux qui sont intéressés, particulièrement ceux qui forment l’opinion et qui prennent les décisions16.

  • 17 Communiqué de presse du Parti Unioniste d’Ulster, daté du 27 septembre 1995.
  • 18 La coordinatrice (Bureau Coordinator) est responsable des prises de contact non seulement avec les (...)

22Ce ciblage en direction des médias (notamment du New York Times, du Washington Post etde l’Irish Voice) a été rendu plus systématique par la création en 1995 du bureau nord-américain du Parti Unioniste d’Ulster. Ce bureau est basé à Washington DC et dirigé par Anne Smith, spécialiste en relations publiques. Selon un communiqué de presse du Parti Unioniste17, le bureau cherche à « établir une présence professionnelle à Washington DC afin de promouvoir de façon fidèle et exacte le programme et les priorités des Unionistes d’Ulster ». Cette structure, dont le rayonnement s’étend sur l’ensemble de l’Amérique du Nord, reflète la nouvelle détermination du Parti Unioniste à faire entendre sa propre voix au centre même du pouvoir américain plutôt que de laisser au lobby nationaliste et républicain le soin de présenter la position unioniste à travers un filtre déformant18.

… et offensive culturelle

23Il est clair que cette campagne de sensibilisation Outre-Atlantique va bien au-delà du cadre politique. Elle s’appuie sur un volet culturel considérable qui essaye de démontrer à cette importante communauté dite « irlandaise » l’étendue et la cohérence de l’héritage spécifiquement Ulster-Scots.

  • 19 Jeffrey Donaldson, op.cit., p.24 : The reality is though that over 60 % of those Americans whose r (...)

La réalité est que plus de 60 % des Américains dont les racines sont dans l’île d’Irlande sont d’extraction protestante Ulster-Scots. Ils constituent la majorité silencieuse et nous devons nous efforcer de réveiller ce géant endormi et de les amener à une meilleure connaissance de leur propre héritage qui est unique et tout à fait distinct de la culture irlandaise du Sud19.

24C’est précisément cette « offensive culturelle » que nous allons examiner. Qu’il s’agisse des travaux de la Ulster Society (notamment les livres de Ronnie Hanna), des récits de l’émigration Scots-Irish de Rory Fitzpatrick ou de Billy Kennedy, ou encore des écrits de Ian Paisley diffusés sur le net à l’intention du grand public américain, ces publications ne cachent pas leur objectif propagandiste : réécrire l’histoire américaine pour mettre en lumière la spécificité de la contribution ulstérienne protestante.

  • 20 Collection d’essais éditée par E.R.R. Green, publiée initialement en 1969 par Routledge and Kegan (...)

25S.J. Ickringill, dans son introduction à la nouvelle édition de la collection Essays in Scotch-Irish History20, indique :

  • 21 Steve Ickringill, introduction à la deuxième édition de Essays in Scotch-Irish History, Belfast, U (...)

ce qui est évident dans […] la plupart des écrits sur les Scotch-Irish est qu’ils concentrent leur attention sur une période historique relativement ancienne […]. Pour simplifier, le xviiie siècle fut la période Scotch-Irish, le xixe et le xxe siècles mettent clairement l’accent sur les catholiques irlandais et leur contribution à [l’histoire des] États-Unis21.

  • 22 Voir, par exemple, Ronnie Hanna, Never Call Retreat : The Life and Times of Ulysses S. Grant, Ulst (...)
  • 23 Derrick Gibson-Harries, Life-line to Freedom : Ulster in the Second World War, Lurgan, The Ulster (...)

26Or, si les auteurs qui nous intéressent consacrent une attention particulière à la période 1700-1825, ils n’en refusent pas moins le cantonnement historique. En effet, ils construisent des ponts entre le passé et le présent surtout par le biais des études biographiques de personnalités issues de la communauté Ulster-Scots22 . Ils prennent également soin de rappeler l’intérêt stratégique de l’Ulster, mis en évidence surtout lors de la Seconde Guerre mondiale, période pendant laquelle, étant donné la forte concentration en Ulster de troupes américaines, « l’Ulster était pratiquement un des États des États-Unis »23. Ceci permet de rappeler en passant qu’en dépit de la très forte pression américaine, l’Éire a poursuivi une politique de neutralité pendant la durée de la guerre. Ainsi se trouvent mises en lumière non seulement l’ampleur de la contribution historique de ces Ulster-Scots, mais aussi la continuité des rapports de solidarité qui les relient aux États-Unis.

27En réintroduisant dans la conscience américaine le particularisme de la composante ulstérienne, nos auteurs espèrent détacher cette composante du « monolithe » (pour ainsi dire) de l’Amérique « irlandaise », et changer ainsi la perspective d’une partie de ce lobby influant sur les choix politiques et culturels de ses cousins d’Ulster.

Le jeu entre histoire et texte caché

28Les études qui nous intéressent sont en apparence entièrement focalisées sur l’Amérique. Cependant, les événements historiques que ces auteurs choisissent de mettre en lumière laissent entrevoir, en filigrane, les préoccupations de l’unionisme et du protestantisme nord-irlandais contemporains. Une lecture synthétique des récits de ce que ses apologistes appellent l’« épopée » Ulster-Scots permet de dégager un certain nombre de thèmes dominants qui nous semblent comporter un texte « caché » particulièrement significatif pour les membres de la communauté unioniste d’aujourd’hui.

29La première leçon d’histoire que donnent ces récits concerne l’injustice des gouvernements (anglais) présentés comme étant préoccupés par leurs propres intérêts.

  • 24 L’amendement apporté par le privy council anglais au projet de loi anticatholique du Parlement irl (...)

30À la mort de Guillaume III, les non-conformistes, et notamment les presbytériens, devinrent vite les victimes de certaines des lois pénales, au même titre que leurs anciens ennemis, les catholiques. Ainsi le Test Act de 1704 excluait de la fonction publique en Irlande toute personne qui ne communiait pas selon le rite anglican24. Les effets de ces incapacités sociales furent exacerbés par les augmentations sauvages des prix des baux agricoles introduites par des propriétaires (majoritairement anglicans) décidés à profiter du calme politique qui régnait en Irlande grâce à la neutralisation de la menace catholique.

  • 25 Les « Écossais » d’Ulster devaient abjurer publiquement le covenant presbytérien de 1638.

31Pour la communauté presbytérienne installée en Irlande, l’exclusion dont elle souffrait au XVIIIe siècle ne faisait que s’inscrire dans une longue suite de discrimination religieuse latente ponctuée sporadiquement par des regains de tension dus souvent aux événements politiques en Grande-Bretagne : on pense par exemple à l’imposition du « serment noir » (black oath) par Wentworth en 163925, ou à l’expulsion, à l’instigation de la hiérarchie anglicane, des pasteurs presbytériens de leurs temples à l’époque de la Restauration. Or, la nouvelle institutionnalisation de la discrimination antipresbytérienne inscrite dans le Test Act produisit une aliénation d’autant plus profonde que les presbytériens avaient entre-temps constitué un des piliers de la résistance antijacobite. Comme nous l’avons déjà vu, l’insistance sur la solidarité interprotestante pendant le siège de Londonderry – élément fondamental de la force du mythe – est révélatrice de son caractère exceptionnel, et permet de mesurer la déception presbytérienne qui suivit la débâcle du Test Act. Selon Allen, l’injustice dont souffrait la communauté presbytérienne inspirait l’étonnement même chez les catholiques :

  • 26 Sam Allen, op.cit., p.13 : Even a Roman Catholic lawyer, Sir Theobald Butler, was to say at the ti (...)

Même un homme de loi catholique romain, sir Theobald Butler, devait déclarer à l’époque [du vote du Test Act] : « Certainement les presbytériens n’ont rien fait pour mériter que le Gouvernement leur inflige un traitement pire que celui réservé aux autres protestants. Au contraire, il est plus que probable que s’ils n’avaient pas mis fin à l’avancée de l’armée irlandaise à Derry et à Enniskillen, la pacification du pays n’aurait pas été aussi aisée. Et voter un projet de loi qui les prive de leurs droits ancestraux pour les remercier de leurs bons offices serait la pire récompense jamais accordée à un peuple aussi méritant »26.

  • 27 L’Église anglicane ne reconnaissait pas, par exemple, la validité des mariages célébrés par les pa (...)

32Cette communauté presbytérienne qui avait été momentanément intégrée au cœur même du système colonial lorsque celui-ci était lui-même menacé, se trouva, une fois le danger passé, expulsée du cercle magique du pouvoir. Le gouvernement anglais, pilier de l’Ascendancy protestante (c’est-à-dire anglicane) réaffirma vite les prérogatives de l’Église anglicane en Irlande27.

33Les querelles théologiques et institutionnelles étaient exacerbées par les distances géographique et psychologique entre une métropole lointaine mais omniprésente par son influence, et une périphérie « dissidente » et instable. À la différence des colons anglicans, la population presbytérienne et non conformiste ne constituait pas une émanation du centre de l’État, et n’était donc totalement solidaire ni de ses valeurs ni de ses intérêts politiques. Au lieu de constituer un élément intégral de la frontière britannique tracée le long de ce qui était perçu comme la « barbarie » irlandaise, la communauté presbytérienne se retrouva dans une position de tampon, occupant un no man’s land coincé entre deux pôles d’influence antagonistes, mais également condamnée par les deux côtés, désignée comme étrangère et hérétique par les uns, sectaire et démocrate par les autres.

  • 28 En dehors de la hausse des baux, il faut souligner que l’ensemble du commerce irlandais fut pénali (...)
  • 29 On estime à plus de trois cent mille le nombre de personnes originaires de la seule Province d’Uls (...)

34La combinaison de ces facteurs – discrimination religieuse, incapacité politique, oppression économique28 – lança sur le chemin de l’exil des milliers de presbytériens Ulster-Scots29. L’exode vers le Nouveau Monde traduit la rupture du lien de confiance et de la communauté d’intérêt entre ces gouvernés et leurs gouvernants. Cette double rupture est sensible dans le passage suivant que nous rapporte Rory Fitzpatrick, extrait d’un sermon du pasteur James McGregor prononcé en 1718 à la veille du premier exode :

  • 30 James McGregor, pasteur non conformiste à Aghadowey (1718), cité par Rory Fitzpatrick, op.cit., p. (...)

Frères, partons, car Dieu nous a choisi un nouveau pays pour que nous puissions y demeurer. On l’appelle la Nouvelle-Angleterre. Libérons-nous de ces Pharaons, ces bailleurs de loyers exorbitants et ces extorqueurs de dîme, et rendons-nous au pays de Canaan. Nous sommes le peuple choisi de Dieu, et Il ouvrira l’océan devant nous30.

  • 31 Il faut reconnaître que, dans l’ensemble, les préceptes de la « correction politique » ne semblent (...)

35Or, dans un premier temps, cette recherche de « Canaan », d’une terre promise, ne trouvera pas d’aboutissement : la communauté presbytérienne va se retrouver condamnée à revivre le même paradigme qu’en Irlande, à savoir, à exister comme peuple « tampon » entre les colonies puritaines « civilisées » et la barbarie, cette fois indienne31.

36Tous les auteurs qui retiennent notre attention ici soulignent le cynisme avec lequel les autorités du Nouveau Monde se sont empressées de canaliser les nouveaux arrivants vers l’interface de l’« ancienne frontière » où ils constituaient un « rempart », un « mur » entre les puritains pacifistes et les Indiens :

  • 32 Billy Kennedy, The Scots-Irish in the Carolinas, Belfast, Ambassador Productions et Green-ville, E (...)

Les officiers coloniaux étaient heureux d’avoir les gens de l’Ulster pour constituer une défense contre les Indiens hostiles. Quand la situation était difficile, les colons Scots-Irish étaient livrés à leur propres ressources, expérience qui endurcit leur attitude vis-à-vis du Gouvernement britannique, comme cela avait été le cas chez eux en Ulster32.

37Il est clair que chez certains auteurs les enjeux propagandistes sont tellement importants qu’ils abandonnent l’approche quasi allégorique du récit historique à des points clés de leur argumentation pour souligner de manière totalement explicite les parallélismes entre passé et présent ; ils s’assurent ainsi que le lecteur contemporain saisira la continuité et la légitimité de la dissidence protestante vis-à-vis de gouvernements cyniques et corrompus :

  • 33 Rory Fitzpatrick, op.cit., p.92 : The ordinary Scots-Irish were motivated less by political theori (...)

Les Scots-Irish ordinaires étaient motivés moins par les théories politiques que par le divorce entre la frontière, qui possédait des principes religieux austères (même s’ils n’étaient suivis fidèlement que rarement), et les villes et colonies de la côte, perçues comme hédonistes, impies et corrompues […]. Ils avaient toujours refusé de donner à de tels gouvernements leur consentement total, tout comme au xxe siècle de nombreux protestants ulstériens ont refusé de donner leur consentement total au Gouvernement britannique, quelle que fut sa coloration politique, parce qu’il avait inévitablement des buts matérialistes, et une moralité relevant du « laissez-faire »33.

38En réactivant le souvenir d’avoir été une communauté suspecte et marginalisée, nos auteurs tranchent radicalement avec l’entente entre l’unionisme et l’establishment britannique qui, pendant près d’un siècle, avait occulté les vives tensions antérieures. Le fait que la communauté unioniste explore à nouveau ces souvenirs « refoulés » témoigne de la profondeur de la crise identitaire qui la secoue. À certains moments, le discours peut devenir tellement virulent qu’il ne se distingue plus des récits républicains (irlandais !) les plus anglophobes. Alors que Hanna remarque :

  • 34 Ronnie Hanna, Land of the Free : Ulster and the American Revolution, Lurgan, Ulster Society (Publi (...)

Il n’est pas étonnant que les presbytériens qui quittaient l’Ulster pour l’Amérique emportaient avec eux des souvenirs amers du Gouvernement britannique34,

39Fitzpatrick rappelle un épisode de la guerre de l’Indépendance :

  • 35 Rory Fitzpatrick, op.cit., p.104 : On 29 May 1780 [Colonel Tarleton girlish-faced, elegant and sad (...)

Le 29 mai 1780, [le Colonel Tarleton élégant et sadique, au visage efféminé] massacra [deux compagnies américaines vaincues] en dépit des drapeaux blancs et de leurs appels à la pitié. Un des témoins du massacre était le fils d’un tisserand de Carrickfergus, alors âgé de douze ans, qui devait devenir l’un des plus grands présidents de l’Amérique [Andrew Jackson] et entretenir jusqu’à la fin de ses jours un sentiment de haine vis-à-vis de la Grande-Bretagne35.

  • 36 En 1789, les presbytériens, surtout ceux de l’Antrim et du Down, étaient à la tête de la rébellion (...)

40Ainsi, des deux côtés de l’Atlantique, cette communauté s’est trouvée dans une même situation de conflit direct avec les pouvoirs anglais en place36. Cependant, les récits soulignent que la désaffection est réactive, conséquence de l’injustice des gouvernants. Selon la version prônée par ces auteurs, c’est à l’autorité centrale qu’incombe la responsabilité d’avoir transformé une communauté a priori « loyale » en nid de rebelles.

41On ne peut lire ces récits de la guerre de l’Indépendance – dans lesquels le presbytérianisme ulstérien se donne le rôle de moteur révolutionnaire – sans y voir l’évocation d’une émancipation par contumace. Ainsi, les protestants nord-irlandais d’aujourd’hui, dépendants de la volonté de gouvernements qu’ils perçoivent comme hypocrites et indifférents au sacrifice qu’ils ont subi depuis le début des Troubles, se racontent comment leurs ancêtres se sont libérés d’une autorité lointaine mais contraignante, en prenant le pouvoir sur leur propre espace. Les partisans d’un Ulster indépendant peuvent s’inspirer de ce modèle antérieur que constitue l’histoire de la frontière américaine… dans une version Ulster-Scots !

Le refus de l’« enclos où l’histoire s’est rigidifiée »

42Le mythe de la conquête de la frontière constitue une zone clé de la nouvelle définition culturelle du peuple protestant unioniste, dans la mesure où il permet ce que l’on pourrait appeler un « désenclavement imaginaire ».

43Que ce soit sous la forme d’une muraille comme à Londonderry, ou de la frontière négociée centimètre par centimètre en 1925, l’idée de la frontière est fondamentale à la pensée protestante unioniste. Dans les deux cas, la ligne tracée sur le sol était rendue nécessaire par ce qui était perçu comme la présence menaçante de l’autre : menace de génocide, menace d’absorption progressive par un projet politico-culturel « étranger » et, à long terme, mortifère. Dans les deux cas, la ligne tracée traduit dans l’espace la faiblesse démographique de la communauté, son incapacité à occuper et à contrôler des territoires importants. Les espaces dans lesquels elle s’installe ne sont pas des paradigmes expansionnistes ; ils sont, au contraire, des réduits, des ghettos.

44Mais chaque espace confiné offert à la contemplation de l’imaginaire protestant-unioniste rappelle inéluctablement un territoire plus vaste abandonné au chaos. Si l’Irlande nationaliste déplore la perte du « quatrième champ vert » (l’Ulster), l’unionisme peut contempler avec autant d’émoi les limites étroites de l’espace qu’a pu arracher l’Irlande britannique.

45Littéralement coincée dans le Nord-Est de l’île, cette communauté a accepté pendant cinquante ans ce que l’on pourrait appeler la « ghettoïsation » de son imaginaire. Ce phénomène de rétrécissement des horizons a été souvent dénoncé par le nationalisme comme relevant d’une « mentalité obsidionale » (siege mentality), synonyme de paranoïa, d’enfermement, d’insécurité.

  • 37 Cette attitude essentiellement défensive, qui vise à préserver, à maintenir un territoire constamm (...)
  • 38 Stewart Parker, Pentecost, in Three Plays for Ireland, Birmingham, Oberon Books, 1989.

46Une grande partie de l’énergie imaginaire de l’État et de ses partisans était canalisée vers des questions sécuritaires : la défense de la frontière contre des attaques républicaines, le maintien de la sécurité quotidienne au sein d’un territoire37 que le dramaturge Stewart Parker, lui-même d’origine protestante, appelle avec ironie « cette petite Province à nous » (this wee Province of ours38).

47L’image emblématique du protestant-sentinelle est particulièrement débilitante, puisqu’elle le condamne à l’immobilisme : parce que la menace qui pèse sur son territoire est si constante, si réelle, son regard ne peut se porter ailleurs ; son imaginaire reste crispé sur des considérations d’ordre sécuritaire.

48Ceci explique donc pourquoi l’évocation d’une nouvelle frontière ouverte sur l’infini et étroitement associée à l’histoire du peuple protestant d’Ulster revêt une telle importance. Il nous faut cependant noter que cette nouvelle frontière n’est pas tout à fait de la même espèce que les autres frontières qui avaient jusque-là marqué son histoire : les interfaces de la Plantation, la muraille de Londonderry, ou la frontière de l’Irlande du Nord.

  • 39 En fait, des six comtés concernés, seulement quatre (l’Antrim, l’Armagh, le Down et le Londonderry (...)

49Lors de la Plantation d’Ulster, les colons protestants furent très largement canalisés à l’intérieur de schémas juridico-territoriaux déterminés à Londres par les « concepteurs » de la colonisation. De ce fait, les colons s’installèrent à l’intérieur de frontières déjà tracées par des géomètres royaux, leur fonction première étant de transformer ces lignes théoriques en réalités politiques. Quant à Londonderry, les multiples frontières de la Plantation avaient été réduites en une seule ligne continue, l’enceinte fortifiée de la ville. Cependant, même si cette frontière présentait l’avantage d’être clairement définie, elle n’en était pas moins une ligne tracée, pour ainsi dire, par défaut, en fonction de la pression extérieure de l’ennemi. De la même manière, la frontière de l’Irlande du Nord dans son ensemble est tracée « par défaut ». À partir de 1912, l’imaginaire politique de l’unionisme s’est focalisé sur la question de « l’exclusion » de l’Ulster des termes du projet de loi sur l’Autonomie. Pendant près d’une décennie, la question de fond concerna le tracé exact de cette ligne d’exclusion. Ce ne fut qu’en 1920 que les unionistes acceptèrent finalement que l’Ulster soit « amputé » de trois comtés à forte majorité catholique (le Donegal, le Cavan et le Monaghan), afin d’assurer la stabilité d’une nouvelle entité politique qui devait être l’Irlande du Nord. Là encore, le tracé de la frontière fut déterminé en fonction des réalités démographiques et politiques du moment39.

50Dans ces trois cas, les frontières circonscrivant l’espace protestant en Ulster furent déterminées en très large mesure par des circonstances échappant à la volonté de la communauté elle-même : à chaque fois, son espace fut désigné soit par la décision du Gouvernement, soit par la pression de ses ennemis, soit par une combinaison de ces deux facteurs.

51La frontière américaine aurait pu s’inscrire dans la même série : comme nous l’avons noté plus haut, les émigrés Ulster-Scots avaient été poussés vers la frontière par la pression économique (le prix des terres dans les anciennes colonies étant trop élevé pour les nouveaux arrivés) et parce que les autorités locales appréciaient leurs qualités de courage et de ténacité. Ces émigrés se retrouvèrent donc massés sur la frontière, dans une zone tampon entre « civilisation » et « barbarie », poussés en avant par les exigences de la première, bloqués par celles de la seconde. C’est cependant dans cette zone tampon que se produiront les conditions nécessaires à l’éclosion d’une nouvelle indépendance, génératrice de son propre imaginaire.

52En effet, c’est dans ce no man’s land que s’effectue une prise de conscience fondamentale : au lieu de se considérer comme les gardiens d’une périphérie « passive », servant de borne délimitant la juridiction d’un « centre » décisionnel « actif », les occupants de la « marge » vont transformer leur espace, cet « interterritoire », en tremplin vers l’assaut du désert.

53Refusant de se plier à une stratégie coloniale élaborée par une autorité fondamentalement antagoniste à leurs intérêts, les Ulster-Scots mettent la frontière en marche selon leurs propres critères. Cette dynamisation, cette mise en mouvement de la frontière va se manifester par le mépris des ordonnances gouvernementales cherchant à limiter l’expansion vers l’Ouest, par l’adoption d’une politique d’occupation sauvage des terres, par l’exploration et la colonisation de ce qu’ils considéraient désormais comme leur propre hinterland et par les inévitables conflits qui les opposèrent aux tribus indiennes sur place.

  • 40 B. Kennedy, The Scots-Irish in the Hills of Tennessee, p.37 : notable among whom were a significan (...)

54Le concept clé qui inspire les auteurs de ces récits est celui de l’autogestion : la prise en main par la périphérie de ses propres intérêts marque un point de non-retour dans ses relations avec le centre. L’expérience de l’Association de Watauga (1771), « au sein de laquelle se trouvait un nombre considérable de Scots-Irish »40, est citée à plusieurs reprises comme l’exemple classique d’une structuration de type autogestionnaire, constituée au mépris des autorités et fondée sur des principes de proximité, de démocratie et de flexibilité :

  • 41 Sam Allen, op.cit., p.68 : [T]his miniature government [] was the first free and independent orga (...)

[Ce] gouvernement en miniature […] fut la première organisation populaire indépendante et libre sur le continent. Il devait y avoir treize représentants, venus de chaque fort ou village fortifié. Un comité était élu parmi eux, composé d’un président, et de cinq personnes qui étaient désignées comme « arbitres ». Ce comité avait le droit de rédiger les lois pour la communauté et de les faire appliquer […]. C’était certainement une association démocratique, susceptible d’inspirer la confiance et la loyauté de tous. Non seulement le contrôle interne de leur propre communauté fut prévu, mais aussi des mesures furent prises pour leur donner le pouvoir de traiter avec les autres nations, principalement les Indiens41.

55La mise en place de telles structures va faire de la communauté Ulster-Scots un vivier de rebelles engagés dans la lutte pour l’indépendance américaine et la conquête de l’Ouest. Du point de vue de nos auteurs, ces deux phénomènes s’inscrivent dans un même ensemble imaginaire, une épopée qui décrit la participation active des héros Ulster-Scots dans la prise de pouvoir sur l’ensemble du pays. Ainsi l’interterritoire devient un centre de substitution, investi de toutes les vertus de la nouvelle nation : le dynamisme, le courage, l’indépendance, la ténacité, la foi, la solidarité. Ce nouveau centre est destiné à déverser ses bienfaits de part et d’autre des territoires qui le limitaient – sur le désert, et sur l’ancien centre colonial, dénoncé comme corrompu et servile.

56Cette épopée décrit une double conquête : conquête géographique qui va mener les Ulster-Scots à travers le désert jusqu’au Pacifique, mais aussi conquête politique qui les mènera jusqu’en haut des institutions du nouvel État. Elle met en scène l’ouverture, la multiplication des possibilités spatiales et sociales, en refusant les notions mêmes de contrainte et d’enfermement.

57Dans sa Géographie politique (1897), Friedrich Ratzel, une des figures de proue de l’école allemande de géopolitique, définit ainsi la notion de Raumschüle (école de l’espace) :

  • 42 Friedrich Ratzel, La Géographie politique (1897), trad. fr. François Ewald, avant-propos de Michel (...)

Apprendre l’espace est une affaire de longue haleine. Chaque peuple doit apprendre à passer d’une conception restreinte à une conception plus large de l’espace et à toujours renouveler le processus à cause des régressions qui ne cessent de se produire […]. Il s’agit d’un combat pour l’espace à travers lequel la conception de l’espace s’élargit42.

58Il nous semble que les récits de la conquête de l’Ouest fournissent précisément ce type d’éducation spatiale pour l’Ulster protestant obsédé par la sécurité territoriale. En ouvrant les portes vers l’infini, l’Amérique élargit les contours imaginaires de ce peuple. Michel Korinman, dans son introduction à l’œuvre de Ratzel, fait remarquer que l’Amérique permet au géographe de développer une « pensée-continent » : nous pourrions également dire que la frontière américaine permet aux héritiers actuels de la tradition Ulster-Scots de s’approprier cette « pensée-continent », en se libérant de ce que l’on pourrait appeler la « pensée-Province », étriquée, défensive, essentiellement limitative. L’étude de la contribution Ulster-Scots à la création des États-Unis leur permet de revoir ce que Ratzel appellerait leur Raumvorstellung (représentation de l’espace), notion définie dans le Lexique de géopolitique comme :

  • 43 Jacques Soppelsa, Michèle Battesti et Jean-Christophe Romer, Lexique de géopolitique, Paris, Dallo (...)

relativisant la notion de frontière – ou barrière – naturelle. Si ces dernières ont un sens dans un continent morcelé comme l’Europe, il est indispensable de modifier la représentation de l’espace dès lors que l’on aborde un pays-continent comme les États-Unis où, ce qui, par ailleurs, est considéré comme une frontière naturelle, ne peut plus l’être43.

59La conquête de l’Ouest est donc synonyme d’un refus des frontières, d’une transformation de la notion même de frontière : à l’image de la frontière fermée circonscrivant l’espace restreint de l’enclave, du ghetto générateur d’immobilisme et de sclérose, on substitue celle de la frontière ouverte, débouchant sur le dynamisme spatial, l’expansion. Selon Alain Medam :

  • 44 Alain Medam, « Le lieu est dans le monde, et le monde est dans le lieu », in Monique Hirschhorn et (...)

Octavio Paz l’indique, l’« Amérique » – l’Amérique comme idée – est d’abord ce désir de creuser l’écart ; ce refus des enclos où l’histoire s’est rigidifiée. Elle tient au choix d’un continent entier – le futur – comme terra incognita vers laquelle on se rend puis à l’intérieur de quoi encore, toujours plus loin, vers des lisières insoupçonnées, des frontières improbables, on se déplace afin de laisser derrière soi, à jamais, les désastres de l’histoire et les tyrannies du passé44.

60Le rêve de l’aventure Ulster-Scots en Amérique correspond précisément à ce refus de l’« enclos où l’histoire s’est rigidifiée ». Rappeler les liens avec cet Ulster d’Outre-Atlantique, cet Ulster de substitution qui ouvre à ses descendants un champ d’action illimité, et la possibilité de se construire à l’échelle d’un continent, permet à ceux qui sont restés dans l’Ulster d’origine l’exploration par procuration de ces « frontières improbables ».

Expansion et conquête : parallèle avec Londonderry

61L’histoire du mouvement vers l’ouest reproduit un schéma d’expansion fondamental qui nous est familier : celui de la sortie hors les murs de Londonderry. Si Londonderry est synonyme de cantonnement, d’enfermement dans un espace réduit, d’immobilisme, l’ouverture des portes lance le peuple protestant à la conquête de l’île toute entière. Derrière ses chefs héroïques, il balaye tous les obstacles naturels et militaires dans un mouvement d’expansion irrésistible. Nous retrouvons le même schéma en Amérique : un peuple immobilisé et cantonné sur un territoire coincé entre deux blocs antagonistes se met en mouvement, et, dirigé par des chefs exemplaires, conquiert au mépris de tous les obstacles la totalité du continent.

62Or, ces deux récits de transcendance collective, en dépit de leur similarité, ne sont pas strictement superposables. Indépendamment de l’évidente question de l’échelle sur laquelle se déroulent les événements, il subsiste une différence centrale, celle qui concerne l’aboutissement de cet expansionnisme sur le plan institutionnel. En Irlande, comme nous l’avons vu plus haut, l’euphorie de la victoire de Guillaume a débouché sur l’exclusion sociale et politique d’un des principaux acteurs de la victoire, la communauté presbytérienne et non conformiste. En Amérique, c’est au contraire précisément cette communauté qui viendra parachever la conquête territoriale par son accession au pouvoir politique. La « destinée manifeste » de ce peuple va lui permettre de participer à l’élaboration des institutions du nouvel État, et de leur imprimer sa marque distinctive, prérogative qui, en Irlande, lui avait été refusée. Le passage suivant, écrit en 1894, donne une idée de la façon dont la contribution spécifiquement presbytérienne continue d’être présentée par les écrits « engagés » d’aujourd’hui :

  • 45 Le révérend J.H. Bryson, 7 novembre 1894, cité par Billy Kennedy dans, The Scots-Irish in the Caro (...)

Le peuple Scotch-Irish avec son presbytérianisme intense a construit non seulement une grande Église en Amérique […], mais il a aussi constitué un facteur déterminant et des plus puissants dans la construction d’un grand État, laissant une empreinte nette gravée dans sa constitution […]. [Ces] presbytériens Scotch-Irish […] ont épousé la cause révolutionnaire avec ferveur. Lorsque la Déclaration d’Indépendance de 1776 transforma les treize colonies en treize États américains, sept parmi les premiers gouverneurs étaient issus de ce peuple […]. Lors de l’adoption de la constitution fédérale, ce fut principalement grâce à leur influence collective et puissante que fut obtenue [la séparation complète de l’Église et de l’État] […]. L’honneur et la gloire de ces succès admirables […] reviennent indubitablement au peuple Scotch-Irish45.

Histoire ou hagiographie ?

63Une grande partie de cette « histoire Ulster-Scots » se lit comme une sorte de récit hagiographique célébrant la contribution de héros de souche ulstérienne et presbytérienne au développement des États-Unis. De nombreux ouvrages retracent la contribution significative de l’Ulster dans le domaine de la présidence américaine. Le livre de Ronnie Hanna, The Highest Call : Ulster and the American Presidency, offre une illustration typique de ce phénomène. Dans son introduction il écrit :

  • 46 Ronnie Hanna, The Highest Call : Ulster and The American Presidency, p.1 : This Ulster-American co (...)

Cette communauté Ulster-American […] a fourni aux États-Unis bon nombre de ses personnalités les plus remarquables. Des hommes comme John D. Rockefeller, Andrew Mellon, Edgar Allen Poe, Stonewall Jackson ou même John Wayne viennent immédiatement à l’esprit [...]. Si l’on considère que l’Amérique n’a eu que quarante-deux présidents, le fait que douze de ces présidents (c’est-à-dire 29 %, soit près de un sur trois) sont d’origine ulstérienne, constitue sûrement une réussite remarquable digne d’être notée46.

64Ce genre de travail pose un problème dans la mesure où il est parfois difficile de savoir s’il relève de l’histoire ou de la recherche généalogique. Estyn Evans a soulevé cette question en 1965 :

  • 47 Estyn Evans, « The Scotch-Irish : Their Cultural Adaptation and Heritage in the American Old West  (...)

65L’histoire des Scotch-Irish dans l’Amérique du Nord coloniale et républicaine a été écrite principalement pour mettre en valeur leurs contributions individuelles et à la lumière de concepts démodés quant aux caractères distinctifs des races. La littérature la plus ancienne, du moins, clairement marquée par le culte du héros, ou par des préjugés, peint un tableau qui est tout blanc, ou tout noir47.

66Ces remarques ont conservé toute leur pertinence plus de trente ans plus tard : nous sommes en effet toujours en présence de récits orientés vers l’identification et la promotion de héros culturels. Étant donné l’engouement suscité par les recherches généalogiques de chaque côté de l’Atlantique, il est inévitable que ces écrits tentent d’exploiter un « créneau » identitaire si porteur. Dans une très large mesure, la communauté protestante nord-irlandaise cherche à assurer sa part dans ce marché en pleine expansion parce que, comme nous l’indiquions plus haut, il comporte des enjeux politiques et financiers de toute première importance.

67Bien qu’il soit impossible d’en mesurer l’étendue exacte, il est indéniable que cette campagne de sensibilisation commence à produire des échos, comme en témoigne un site internet intitulé, « The Scots/Irish Immigration of the 1700s », dans lequel le présentateur, Don Spidell, explique :

  • 48 « The Scots/Irish Immigration in the 1770s » sur [http://www.zekes.com/~dspidell/ulster.html]: Thi (...)

68Cet article a dissipé […] des idées fausses de ma part et apporté une réponse […] à certaines questions. Essentiellement : les Scots/Irish [sic] sont toujours identifiés comme Irlandais dans les livres d’histoire […] ce qui me faisait me demander pourquoi les Irlandais étaient des catholiques si fervents en Irlande, alors que les colons s’étaient installés avec les protestants venus d’Allemagne, et qu’on les décrivait comme des presbytériens, et des méthodistes/épiscopaliens [sic]. Je sais maintenant que ceux qu’on appelle les Irlandais […] étaient en réalité des Scots/Irish, et qu’ils étaient complètement distincts du peuple irlandais autochtone [sic]. Par conséquent, plusieurs d’entre nous qui avons arboré la couleur verte le jour de la Saint-Patrick, aurions dû plutôt porter de l’orange, en l’honneur de la véritable nationalité de nos ancêtres, les Ulster-Scots48.

69C’est dans ce sens que le projet de la « réulstérisation » de l’Amérique irlandaise remplit simultanément deux fonctions : il permet au peuple protestant-unioniste en Ulster de se réapproprier un passé aliéné tout en invitant l’Amérique Scots-Irish à se désolidariser de l’Amérique irlandaise et à considérer les choix politiques de leurs « cousins » nord-irlandais avec plus de discernement et de sympathie.

Notes

1 Rory Fitzpatrick, God’s Frontiersmen : The Scots-Irish Epic, Londres, Weidenfeld and Nicol-son, 1989, p.3 : One of the most harmful myths about the Ulster Scots is that they are an immobile people entrenched in a rampart of ancient prejudice.

2 Sam Allen, To Ulster’s Credit, Lisburn, Plantation Press, n.d., p.22 : Whilst this term [Scotch-Irish] did make a distinction between them and the Celtic Irish, it has often been taken as a combination of the two races, part Irish, part Scottish. It is a great pity the term used had not been Ulster-Scots as it would surely have been more accurate and would have prevented the Southern Irish and the so-called Irish-Americans from claiming outstanding Ulster Scottish achievements in America to their disadvantage.

3 Billy Kennedy, The Scots-Irish in the Hills of Tennessee, Londonderry, Causeway Press et Belfast, Ambassador Productions, 1995, 4e éd., 1996, p.27 : now causes offence to many of the Scots-Irish tradition in Britain and America where “Scotch” is looked upon as an alcoholic spirit.

4 Billy Kennedy, ibid., p.17, explique que le recensement de 1990 pour l’État de Tennessee a révélé que quelque deux cent mille personnes s’identifiaient comme d’origine Scots-Irish, cent mille comme d’origine écossaise et près de neuf cent mille comme d’origine irlandaise : « si l’on accepte que la grande majorité des colons irlandais dans le Tennessee étaient de souche ulstérienne [...] et de cru protestant/presbytérien, l’estimation qui avance le chiffre d’un million de personnes de tradition Scots-Irish dans le Tennessee aujourd’hui, est exacte » (Accepting that the vast majority of the Irish settlers in Tennessee came from Ulster [] stock and were of Protestant/Presbyterian vintage, the figure of one million present-day Tennesseans in the Scots-Irish tradition is an accurate assessment).

5 Rory Fitzpatrick, op.cit., p.1 : Although they came into what was an English colony [Ulster] [] the Scots so predominated in numbers, in the toughness of their culture and in the determination with which they acquired land, that the whole Plantation enterprise took on Scottish characteristics and the name “Ulster Scots” came in time to be applied to the entire non-Irish population of the Province which included large numbers of English, much smaller numbers of Welsh and some refugee French Protestants.

6 Billy Kennedy, op.cit., p.20 : In Northern Ireland today the Scots-Irish (the Protestant-Unionist population) pledge themselves to the maintenance of the link with Britain.

7 Antony Alcock, « The making of a nation », in Ulster : An Ethnic Nation ?, Lurgan, The Ulster Society, 1986, p.17 : [O]ne can conclude that what exists in Northern Ireland are two communities : one Irish and Gaelic, the other a non-gaelic British amalgam, and it is with the latter that the Ulster Society, in uniting together those of English, Scots, Welsh, Huguenot and even some of Irish descent, is concerned.

8 Voir, par exemple, l’introduction de Ronnie Hanna, The Highest Call : Ulster and the American Presidency, Lurgan, Ulster Society (Publications) Ltd, 1996.

9 Voir la section sur les Irlandais-Américains in Claude Lévy, Les Minorités ethniques aux États-Unis, Paris, Ellipses, 1997.

10 Sam Allen, To Ulster’s Credit, Lisburn, Plantation Press, n.d., p.89 : The year 1897 saw the founding of the so-called Irish-American Historical Society. The “Historical” part of the title was largely a misnomer, because factual history was the first thing those who formed the society wished to misrepresent. The actual purpose behind its formation was to usurp for the Celtic or Roman Catholic Irish the credit rightfully due to people of Ulster Protestant stock for the major part they had played towards the attainment of American independence, in the setting-up of the young nation, and in its expansion to its present territory.

11 Ian Adamson, avant-propos à Billy Kennedy, op.cit., p.15 : The National Opinion Research Centre at the University of Chicago had indeed introduced statistics which demonstrated that 12 per cent of adult Americans named Ireland as the country from which most of their ancestors came and 56 per cent of these belonged to one of the Protestant churches.

12 Ian Paisley et Arthur Noble, « Understanding Events in Northern Ireland : An Introduction for Americans », [http://www.dup.org.uk/history.html]: The American leaders of the onslaught against historical and political truth are Southern Irish Roman Catholics such as the Kennedys, Tip O’Neill, Patrick Moynihan and William F. Buckley. Like their ancestors, they tell tales of fiction in the ancient Irish tradition. Leprechauns in suits, they are the comrades-at-arms of the gunmen in suits of Sinn Fein, who rant their lying propaganda to a gullible American public for whom the Scotch-Irish migrations of the 1700s are such ancient history that some of the millions of Ulster Americans living today do not even know where Ulster is.

13 Les candidats à la Présidence ont été très sensibles au « vote irlandais ». Sous la présidence de Clinton, le dossier nord-irlandais a également bénéficié d’une attention toute particulière de la part de la diplomatie américaine. L’octroi de visas aux hommes politiques nord-irlandais et (plus important) la liste des invités à la Maison Blanche pour la fête de la Saint-Patrick sont devenus autant de baromètres politiques, étroitement étudiés par la presse locale et nationale, en Irlande et au Royaume-Uni. De plus en plus étroitement associé aux négociations pour la paix, Clinton (qui, mirabile dictu, a pu identifier des racines irlandaises…) s’est même déplacé en Irlande du Nord afin de donner sa bénédiction personnelle au processus de paix. Cette ingérence a été généralement moins bien accueillie par la communauté unioniste, qui reste persuadée que l’Amérique irlandaise est plutôt « verte ». Le Parti Unioniste d’Ulster de David Trimble a fait comprendre qu’une nouvelle visite de Clinton pour soutenir le camp du « oui » lors du referendum sur l’Accord du Vendredi saint aurait des effets négatifs (would be counter-productive).

14 Jeffrey Donaldson, « The USA effect », in Selling Unionism : Home and Away, Belfast, Ulster Young Unionist Council, 1995, p.19 : who year after year trekked across America to till the barren soil of American opinion on Ulster. Harold and Martin Smyth and others were in a sense the frontiersmen who prepared the way for what has now become an ongoing strategic campaign to promote the Unionist case in the USA.

15 Ibid., p.24 : Whilst it was important for Ken Maginnis to appear on that programme to ensure that Gerry Adams didn’t get another free ride, our media campaign is built on projecting our own message rather than simply countering someone else’s propaganda.

16 Ibid.,p. 23 : [I]t must be said that with the exception of misty eyed Irish Americans, the American Public are not interested in Northern Ireland. Even American politics ranks well below baseball and basketball in the TV ratings and it is therefore more productive to focus and target our message at those people who do have an interest, particularly the opinion formers and the decision makers.

17 Communiqué de presse du Parti Unioniste d’Ulster, daté du 27 septembre 1995.

18 La coordinatrice (Bureau Coordinator) est responsable des prises de contact non seulement avec les médias et les décideurs politiques (notamment le Congressional Ad-Hoc Commit-tee for Irish Affairs et les Friends of Ireland) mais aussi dans le monde commercial. Un des objectifs énumérés dans le communiqué de presse sus-mentionné était : « la promotion des investissements en Irlande du Nord et l’exploration des possibilités d’une augmentation des échanges commerciaux avec les États-Unis et le Canada. » Une des priorités de la campagne unioniste est donc de s’assurer l’intérêt et le soutien du « secteur privé » nord-américain. Il est intéressant de noter que le Bureau a été implanté à Washington avant qu’une structure similaire, la Unionist Information Office (directeur, David Burnside) ne fut installée à Londres.

19 Jeffrey Donaldson, op.cit., p.24 : The reality is though that over 60 % of those Americans whose roots are on the Island of Ireland are of Protestant Ulster-Scots extraction. They are the silent majority and we must endeavour to awaken this sleeping giant and provide them with a greater knowledge of their own unique cultural heritage which is quite distinct from the Southern Irish culture.

20 Collection d’essais éditée par E.R.R. Green, publiée initialement en 1969 par Routledge and Kegan Paul.

21 Steve Ickringill, introduction à la deuxième édition de Essays in Scotch-Irish History, Belfast, Ulster Historical Foundation, 1992, p. x : the obvious thing about [] most of what has been written on the Scotch-Irish is its relatively early chronological focus []. Put crudely, the eighteenth century was the Scotch-Irish period, the nineteenth and twentieth centuries the years when the sensible focus is on Irish Catholics and their contribution to the United States.

22 Voir, par exemple, Ronnie Hanna, Never Call Retreat : The Life and Times of Ulysses S. Grant, Ulster-American Hero, Lurgan, Ulster Society (Publications) Ltd, 1991.

23 Derrick Gibson-Harries, Life-line to Freedom : Ulster in the Second World War, Lurgan, The Ulster Society, 1988.

24 L’amendement apporté par le privy council anglais au projet de loi anticatholique du Parlement irlandais élargit aux presbytériens le champ d’application du texte.

25 Les « Écossais » d’Ulster devaient abjurer publiquement le covenant presbytérien de 1638.

26 Sam Allen, op.cit., p.13 : Even a Roman Catholic lawyer, Sir Theobald Butler, was to say at the time, “Surely the Presbyterians did not do anything to deserve worse treatment at the hands of the Government than any other Protestants. On the contrary, it is more than probable that if they had not put a stop to the career of the Irish army at Derry and Enniskillen, the settlement of the country might not have proved so easy as it did. And to pass a Bill now to deprive them of their birthright for their good services would be the worst reward ever granted to a people so deserving”.

27 L’Église anglicane ne reconnaissait pas, par exemple, la validité des mariages célébrés par les pasteurs presbytériens. Selon l’Église d’État, c’est-à-dire, en Irlande, l’Église d’Irlande, les « époux » vivaient « en état de péché » (fornication) et leurs enfants étaient illégitimes. Le problème ne fut résolu qu’en 1842 lorsque le Parlement reconnut finalement la validité des mariages célébrés par des pasteurs non conformistes.

28 En dehors de la hausse des baux, il faut souligner que l’ensemble du commerce irlandais fut pénalisé par les lois anglaises limitant la vente de certains produits irlandais, notamment la laine et le bétail. Voir Wesley Hutchinson, La Question irlandaise, Paris, Ellipses, 1997, p. 71-73.

29 On estime à plus de trois cent mille le nombre de personnes originaires de la seule Province d’Ulster qui devaient partir vers l’Amérique avant la fin du siècle.

30 James McGregor, pasteur non conformiste à Aghadowey (1718), cité par Rory Fitzpatrick, op.cit., p.52 : Brethern, let us depart for God has appointed a new country for us to dwell in. It is called New England. Let us be free of these Pharaohs, these rackers of rents and screwers of tithes and let us go unto the land of Canaan. We are the Lord’s ain people and He shall divide the ocean before us.

31 Il faut reconnaître que, dans l’ensemble, les préceptes de la « correction politique » ne semblent pas troubler les auteurs de ces récits. L’écriture tend vers la glorification du pionnier et ne cherche pas à explorer les complexités de la position amérindienne.

32 Billy Kennedy, The Scots-Irish in the Carolinas, Belfast, Ambassador Productions et Green-ville, Emerald House Group, 1997, p.28 : Colonial officials were glad to have the Ulster people to provide a defense against hostile natives. When trouble arose, the Scots-Irish settlers were left to their own devices, an experience which hardened them against the British Government, just as had been the case back home in Ulster.

33 Rory Fitzpatrick, op.cit., p.92 : The ordinary Scots-Irish were motivated less by political theories than by the divide between the frontier, which had austere religious principles – if it seldom lived up to them – and the coastal towns and settlements, which were perceived as hedonistic, godless and corrupt []. They had always withheld a degree of consent from such governments, just as in the twentieth century many Ulster Protestants withhold total consent from a British Government, of whatever political shade, which inevitably has materialist aims and laissez-faire morals.

34 Ronnie Hanna, Land of the Free : Ulster and the American Revolution, Lurgan, Ulster Society (Publications) Ltd, 1992, p.9 : It is little wonder [] that the Presbyterians who left Ulster for America carried with them bitter memories of the British government.

35 Rory Fitzpatrick, op.cit., p.104 : On 29 May 1780 [Colonel Tarleton girlish-faced, elegant and sadistic] butchered [two beaten companies of Americans] despite white flags and appeals for mercy. One witness to the slaughter was the twelve-year-old son of a Carrickfergus weaver, who was to be one of America’s greatest Presidents [Andrew Jackson] and who was to harbour a hatred of Britain for the rest of his life.

36 En 1789, les presbytériens, surtout ceux de l’Antrim et du Down, étaient à la tête de la rébellion des Irlandais Unis dans le Nord de l’Irlande.

37 Cette attitude essentiellement défensive, qui vise à préserver, à maintenir un territoire constamment menacé, se confond étroitement avec celle des défenseurs de Londonderry.

38 Stewart Parker, Pentecost, in Three Plays for Ireland, Birmingham, Oberon Books, 1989.

39 En fait, des six comtés concernés, seulement quatre (l’Antrim, l’Armagh, le Down et le Londonderry) avaient une majorité protestante.

40 B. Kennedy, The Scots-Irish in the Hills of Tennessee, p.37 : notable among whom were a significant number of Scots-Irish.

41 Sam Allen, op.cit., p.68 : [T]his miniature government [] was the first free and independent organisation of people on the continent. There were to be thirteen representatives, one from each fort or stockaded village. From these were elected a committee, with a chairman, and a group of five to whom they gave the title of arbitrators. They had the right of drawing up laws for the community and enforcing them []. It was certainly a democratic association, which could inspire the confidence and loyalty of all concerned. Not only internal control of their own people was provided for, but also steps were taken to give authority for dealings with other nations, in their case, mostly Indians.

42 Friedrich Ratzel, La Géographie politique (1897), trad. fr. François Ewald, avant-propos de Michel Korinman, Paris, Fayard, 1987, p.145-156.

43 Jacques Soppelsa, Michèle Battesti et Jean-Christophe Romer, Lexique de géopolitique, Paris, Dalloz, 1988, p.2.

44 Alain Medam, « Le lieu est dans le monde, et le monde est dans le lieu », in Monique Hirschhorn et Jean-Michel Berthelot (éd.), Mobilités et Ancrages : vers un nouveau mode de spatialisation ?, Paris, L’Harmattan, 1996, p.105.

45 Le révérend J.H. Bryson, 7 novembre 1894, cité par Billy Kennedy dans, The Scots-Irish in the Carolinas, p.53 : The Scotch-Irish people with their intense Presbyterianism not only built up a great church in America […], but […] were a leading and most powerful factor in building up a great state, leaving their impression distinctly engraved on its organic law […]. [T]hese Scotch-Irish Presbyterians […] espoused the revolutionary cause with much intensity. When the Declaration of Independence in 1776 turned the 13 colonies into 13 American states, seven of the first governors were of this people […]. [W]hen the federal constitution was presented for adoption, it was mainly their combined and powerful influence which secured [the complete separation of Church and State] []. The honour and glory of these wonderful achievements […] unquestionably belongs to the Scotch-Irish people.

46 Ronnie Hanna, The Highest Call : Ulster and The American Presidency, p.1 : This Ulster-American community [] has furnished the United States with many of its most notable individuals Men like John D. Rockefeller, Andrew Mellon, Edgar Allen Poe, Stonewall Jackson and even John Wayne spring immediately to mind […]. Considering the fact that America has had only forty-two presidents, that twelve of those (or 29 %, almost one in three) were of Ulster descent is surely a remarkable achievement and worthy of note.

47 Estyn Evans, « The Scotch-Irish : Their Cultural Adaptation and Heritage in the American Old West », in E.E.R. Green (éd.), Essays in Scotch-Irish History, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1969 ; réédition, Belfast, The Ulster Historical Foundation, 1992, p.69 : The history of the Scotch-Irish in colonial and republican North America has been written largely in terms of their individual contributions and in the light of outmoded concepts of racial distinctiveness. The older literature, at least, is strongly coloured by hero-worship or by prejudice, and paints a picture that is either white or black.

48 « The Scots/Irish Immigration in the 1770s » sur [http://www.zekes.com/~dspidell/ulster.html]: This article cleared up […] some misconceptions on my part and answered […] some questions. Primarily : The Scots/Irish [sic] are always called Irish in the history books […] That left me with the question as to why the Irish were such staunch Catholics in Ireland, and yet they settled with the Protestant Germans and were described as Presbyterians and Methodist/Episcopalians [sic]. I now know that the ones called Irish […] were really the Scots/Irish, and they were a completely different people from the Native Irish [sic]. Therefore, a lot of us who have been wearing green on St. Patrick’s day, should really have been wearing Orange in honor of the true nationality of our ancestors, the Ulster-Scots.

© Presses universitaires de Caen, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540