Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et religion

 | 
Karin Fischer

Chapitre V. Le carcan confessionnel et privé du système éducatif « national » irlandais

Diversification limitée et ségrégation religieuse

Texte intégral

1L’objet de ce chapitre est d’examiner l’évolution récente des structures du système éducatif irlandais et la place que la religion occupe dans leurs caractéristiques contemporaines. En République d’Irlande, « diversité » d’un point de vue structurel signifie avant tout diversité religieuse, en termes de contrôle administratif comme de population scolaire. Au-delà d’une présentation d’ensemble des principales caractéristiques du système et des débats contemporains sur l’opportunité d’une évolution structurelle plus ou moins importante, la question principale posée ici est la suivante : un système dont les structures sont avant tout le reflet d’intérêts sectoriels et privés, mais essentiellement financé par des fonds publics, peut-il faire office d’institution publique d’éducation assurant égalité d’accès et de traitement à tous les enfants ?

2Alors même que multiculturalité, interculturalité et pluralisme sont célébrés dans les programmes, la question ne pouvait que se poser de l’adéquation de la structure du système éducatif, le caractère catholique, « mono-confessionnel » de l’immense majorité des écoles « publiques » des premier et second degrés paraissant de plus en plus clairement en contradiction avec la transformation graduelle des programmes. Malgré l’introduction de programmes qui se veulent plus « inclusifs », malgré les efforts indéniables d’ouverture initiés par les enseignants dans de nombreuses écoles confessionnelles, le poids grandissant et la multiplication des minorités religieuses et non religieuses au cours des vingt dernières années ont en effet mis en lumière l’anomalie fondamentale, déjà combattue sans succès dans les années 1830, puis lors de la création de l’Irlande du Nord, d’un réseau national d’écoles financé par des fonds publics mais appartenant aux Églises, anomalie reconnue comme telle par nombre de personnes impliquées dans l’éducation en République d’Irlande, mais toujours largement acceptée par l’État lui-même, comme nous le verrons. Un enseignant participant à une discussion organisée par l’INTO en 2004 sur l’éducation interculturelle à l’école primaire remarquait :

  • 1 INTO, Intercultural Education in the Primary School, Dublin, INTO, 2004, p. 59 : « Can we have genu (...)

Est-il possible d’obtenir un véritable enseignement primaire interculturel sans s’attaquer au principal problème structurel affectant l’enseignement primaire en Irlande ? […] Je reconnais le formidable travail effectué par les enseignants dans les écoles confessionnelles dans tout le pays afin de trouver une solution à cette question. Mais, tôt ou tard, il va falloir que l’ensemble de la société se confronte au problème suivant : comment sérieusement faire aller de l’avant un système d’enseignement primaire unique dans le monde développé, dont 99 % des écoles primaires sont la propriété privée d’institutions religieuses à qui la loi fait obligation de propager une perspective religieuse spécifique1.

  • 2 Committee on the Rights of the Child, Concluding Observations of Ireland’s Second Report under the (...)

3Deux rapports de l’ONU, respectivement publiés en 2005 et 2006 par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale et par le Comité des Nations unies pour les droits de l’enfant (chargé de contrôler l’application progressive de la Convention internationale des droits de l’enfant de 1989 dans les pays l’ayant ratifiée), ont exprimé une position critique vis-à-vis de la structuration confessionnelle du système éducatif existant et de la législation en vigueur en République d’Irlande. Les deux rapports en ont appelé au gouvernement irlandais pour qu’il amende la législation existante et promeuve la création d’écoles non confessionnelles ou multi-confessionnelles2, le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale rappelant que les discriminations d’ordre racial et d’ordre religieux se retrouvent souvent imbriquées :

  • 3 Comité des Nations unies pour l’élimination de la discrimination raciale, Observations finales du C (...)

Conscient des croisements que l’on peut constater entre la discrimination raciale et la discrimination religieuse, le Comité encourage l’État partie à favoriser la création d’écoles laïques ou pluriconfessionnelles et à modifier le cadre législatif existant de sorte qu’aucune discrimination ne puisse être exercée eu égard à l’admission des élèves (de toutes religions)3.

  • 4 Children’s Rights Alliance, From Rhetoric to Rights : Second Shadow Report to the United Nations Co (...)

4Dans son rapport soumis au Comité pour les droits de l’enfant en 2006, l’Alliance pour les droits des enfants irlandaise reprenait à son compte ces appels du Comité pour l’élimination de la discrimination raciale4. Les questions législatives et les problèmes de discrimination résultant des caractéristiques du système seront évoqués plus précisément dans le chapitre suivant.

  • 5 La commission, mise en place en mai 2000, a entendu les témoignages de plus de mille personnes ayan (...)
  • 6 Comme en témoignent les très nombreuses réactions publiques et articles de presse s’y rattachant, p (...)
  • 7 Commission to Inquire into Child Abuse, Commission Report, 20 mai 2009, vol. IV, chap. VI : conclus (...)
  • 8 Par exemple, Mary Raftery, « Bishops Lied and Covered up », The Irish Times, 27 novembre 2009 ; voi (...)

5Plus récemment, la publication du rapport Ryan en mai 2009, résultat de près de dix ans de travaux d’une commission d’enquête spéciale qui ont confirmé le caractère systématique, voire systémique, des abus perpétrés sur les enfants au sein d’écoles et de foyers pour enfants administrés par une vingtaine de congrégations religieuses au cours du xxe siècle5, a provoqué un choc national6. Cette confirmation irréfutable des violences infligées à de très nombreux enfants dans ces institutions religieuses jusqu’à une période récente a relancé le débat sur la structuration confessionnelle du système éducatif, ces mêmes congrégations étant toujours propriétaires d’environ un millier d’écoles primaires en République (soit près du tiers des écoles). La commission a reproché au ministère de l’Éducation son « attitude de déférence et de soumission » vis-à-vis des congrégations religieuses, estimant que celle-ci l’empêchait de mener à bien ses missions d’inspection et de contrôle des écoles en question7. En novembre 2009, le rapport Murphy, portant cette fois sur les viols d’enfants perpétrés par des prêtres (souvent responsables des écoles primaires dans leur paroisse) dans l’archevêché catholique de Dublin entre 1975 et 2004, a révélé un phénomène de très grande ampleur en Irlande, facilité par la protection des évêques, et a conduit journalistes et commentateurs à poser des questions similaires8.

  • 9 Patsy McGarry, Harry McGee, « Carey Says State must Take Control of Church-Run Schools », The Irish (...)
  • 10 Fintan O’Toole, « Lessons in the Power of the Church », The Irish Times, 6 juin 2009 ; Fintan O’Too (...)
  • 11 Fintan O’Toole, « Catholics should Go Public », The Irish Times, 12 octobre 2004.

6À l’occasion de la sortie du rapport Ryan, plusieurs commentateurs ont relevé la phrase de Pat Carey, secrétaire d’État auprès du Taoiseach et chef de file du gouvernement au sein du Parlement, qui a évoqué la possibilité pour l’État d’« explorer la façon dont l’État peut prendre ses responsabilités dans l’organisation du système éducatif »9, comme révélatrice d’un état de fait unique dans un pays dit développé. On peut citer parmi eux Fintan O’Toole, journaliste et essayiste irlandais réputé, qui dénonce régulièrement dans The Irish Times l’absence d’un véritable système national d’enseignement primaire et la mainmise de l’Église catholique sur l’immense majorité des écoles10, qu’il qualifie d’« anachronisme de plus en plus absurde »11, en regard des évolutions sociales des trente dernières années.

Des permanences structurelles fortes, des évolutions limitées – état des lieux

  • 12 Voir la déclaration de Mary Hanafin, ministre de l’Éducation, « 24 April 2008 – 22 New Primary Scho (...)
  • 13 Nom complet : An Foras Pátrúnachta na Scoileanna LánGhaeilge Teo (qui signifie « patron institution (...)
  • 14 D’après Paul Rowe, représentant de l’association Educate Together, cité dans Anne Byrne, « Diversit (...)
  • 15 La liste des écoles primaires est mise à jour chaque année (avec une rubrique précisant leur « affi (...)

7Malgré un certain nombre de tentatives d’adaptation du système (dont il sera fait état plus loin) en termes structurels, d’abord à l’initiative de groupes de parents, puis très récemment à l’initiative directe de l’État, les grandes lignes structurelles du système éducatif restent à ce jour inchangées, leur permanence entrant inévitablement en tension avec les changements profonds intervenus dans le tissu socio-culturel irlandais. Le système éducatif reste en effet essentiellement contrôlé par les Églises catholique et anglicane : plus de 98 % des écoles primaires financées par l’État appartiennent et sont contrôlées par des instances religieuses, dont environ 93 % par l’Église catholique, et 5 % par l’Église d’Irlande. On comptait aussi en 2010 une douzaine d’écoles primaires presbytériennes, une école méthodiste, une école quaker, une école juive créée dans les années cinquante, et deux écoles musulmanes ouvertes respectivement en 1995 et 1999. Aucune nouvelle école musulmane n’a été créée depuis, malgré plusieurs demandes d’autorisation au cours des années deux mille12. Ont également été créées ces dernières années onze écoles qui sont appelées « inter-confessionnelles » (inter-denominational), mais qui sont en fait placées sous le patronage conjoint de l’Église catholique et de l’Église d’Irlande. Il s’agit surtout d’écoles où l’enseignement se fait entièrement en gaélique, au sein du mouvement des Gaelscoileanna, sous l’égide de l’association An Foras13. Les écoles créées par l’association de parents Educate Together, qui se veulent « intégrées » dans tous les sens du terme, même si l’État les a caractérisées uniquement comme « multi-confessionnelles »14, se sont par ailleurs multipliées au cours des dix dernières années, passant d’une poignée d’écoles jusqu’au début des années quatre-vingt-dix à cinquante-huit écoles en 2009-2010. On peut voir le fait qu’un nombre croissant de parents irlandais se tournent depuis quelques années vers les alternatives aux écoles mono-confessionnelles comme un signe du besoin de changement ressenti par une part de la population irlandaise, mais ce réseau ne constitue toujours qu’une infime proportion des quelque 3 300 écoles primaires existantes15.

  • 16 Dónal Ó Loingsigh reprend le détail du contrat qui lie les écoles catholiques dans Dónal Ó Loingsig (...)
  • 17 Andy Pollak, « State to Pay Full Purchase Cost of all School Sites », The Irish Times, 11 janvier 1 (...)
  • 18 Position exprimée par l’évêque Thomas Flynn, président de la Commission sur l’éducation de la hiéra (...)

8La décision prise en 1999 par le gouvernement de financer, pour la première fois dans l’histoire de l’État irlandais, tous les nouveaux emplacements et bâtiments scolaires signifie que l’État devient le propriétaire de toutes les nouvelles écoles. Cette décision a facilité le développement des écoles Educate Together en particulier, sans toutefois véritablement remettre en question la base structurelle, puisqu’elle ne concerne que les nouvelles écoles et que l’État alloue ensuite lesdites écoles aux différents patrons ou « fondateurs-administrateurs » sur la base d’un bail ou d’un contrat fiduciaire (deed of trust) qui permet d’affirmer et de pérenniser le « caractère propre » des écoles16. La commission consultative ministérielle sur cette question avait en fait seulement recommandé que les écoles Educate Together soient traitées de la même manière que les écoles en langue gaélique, avec un financement par l’État à la fois des emplacements et des équipements scolaires, mais le ministre de l’Éducation Michéal Martin a préféré instituer ce financement pour l’ensemble des écoles, très probablement pour ne pas s’attirer l’ire du puissant lobby des écoles confessionnelles, comme le suggère Andy Pollak17. Il est d’ailleurs significatif que l’Église catholique ait accueilli favorablement ce changement, sans crainte que l’État n’empiète sur l’éducation catholique, à partir du moment où Église et État étaient parvenus à un accord pour un contrat fiduciaire garantissant le caractère propre des écoles primaires catholiques18.

  • 19 C’est toujours le terme de « patron » qui est utilisé, même pour les cas plus nombreux aujourd’hui (...)
  • 20 Voir Katherine Donnelly, « VECs Ask Minister for‘Cradle to Career’Campuses », The Irish Independent(...)
  • 21 Voir Elaine Edwards, « State to Open Pilot non-Religious Schools », The Irish Times, 13 décembre 20 (...)
  • 22 Voir Seán Flynn, « Shortage of Pupils Delays Opening of Dublin School », The Irish Times, 8 mai 200 (...)
  • 23 Voir le bulletin électronique de l’association Educate Together : ETEN (Educate Together Electronic (...)

9Une petite nouveauté structurelle a néanmoins vu le jour en 2008, sous la forme de deux écoles primaires « pilotes » appelées community schools et ouvertes à l’initiative de l’État sous la responsabilité du comité de l’enseignement professionnel (VEC) du comté de Dublin, « fondateur-administrateur »19 officiel de ces écoles. Il s’agit en fait de transférer le modèle d’administration des écoles secondaires gérées par les comités de l’enseignement professionnel dans le système primaire20. En 2006, la ministre de l’Éducation Mary Hanafin avait d’abord annoncé la création d’une école, prévue au départ à Diswellstown, Dublin 15. À l’issue d’un processus de consultations bilatérales menées par le ministère, trois écoles de ce type devaient être créées21, mais deux seulement ont finalement vu le jour officiellement en septembre 2008, en raison du nombre d’inscriptions insuffisant dans la troisième22. Ces flottements dans l’organisation ont eux-mêmes donné lieu à une polémique sur la démarche du gouvernement et particulièrement sur le fait que celui-ci se départissait de son rôle affiché par ailleurs d’« arbitre » entre différents fondateurs-propriétaires, en donnant la priorité à des écoles dont il était lui-même à l’initiative, au détriment notamment des demandes de parents portées dans ces quartiers par l’association Educate Together23.

  • 24 Voir Niall Murray, « Doubts over Primary School Plans », The Irish Examiner, 14 décembre 2007.
  • 25 Dans le cadre scolaire, « inter-denominational » fait généralement référence en Irlande à une forme (...)
  • 26 Réponse à une question sur les politiques d’inscription dans les écoles faite par Mary Hanafin, min (...)

10Ces écoles ont d’abord été présentées officiellement comme « inter-confessionnelles » puis comme « ouvertes aux enfants de toutes religions et d’aucune »24, mais on peut d’ores et déjà s’interroger sur le choix du terme « inter-confessionnel » (la définition habituelle du terme en Irlande étant plus étroite25) et sur la mise en pratique des cours d’instruction religieuse qui devront avoir lieu pendant la journée scolaire. À moyen terme, ces écoles étaient surtout censées fournir un modèle pour le nombre considérable d’écoles primaires qui devraient ouvrir leurs portes pour répondre à l’augmentation de la poussée démographique en Irlande. On pourrait voir dans ce projet un début de reconnaissance par l’État de la nécessité de changements structurels, mais son envergure restait très limitée, et surtout, pour le gouvernement de l’époque, ce nouveau modèle représentait davantage un ajout timide au système existant plutôt qu’une véritable réforme du système. Dans ses discours au Parlement comme dans les médias, la ministre de l’Éducation elle-même a insisté sur le fait que ce nouveau modèle de patronage n’avait pas vocation à remplacer les modèles existants, mais représentait à ses yeux une « option additionnelle », surtout utile dans les quartiers en pleine croissance démographique26. Ce type d’écoles pourrait néanmoins être amené à prendre une plus grande place au sein du système selon les annonces faites par le nouveau gouvernement de coalition Fine Gael-travaillistes en mars 2011.

  • 27 Batt O’Keeffe, interviewé dans Seán Flynn, « Primary School Recognition to be Reviewed », The Irish (...)

11En septembre 2008, le ministère de l’Éducation annoncait une révision du système de reconnaissance officielle des écoles primaires (qui permet à l’État d’avaliser la création d’une école sous l’égide d’un fondateur-administrateur ou fondateur-propriétaire et de lui donner accès au financement public), révision qui consistait essentiellement en une approche plus restrictive et qui confirmait que, pour le gouvernement Fianna Fáil, la diversification des types d’écoles elle-même avait déjà trouvé ses limites : le nouveau ministre Batt O’Keeffe a alors insisté en effet sur le fait que, pour des raisons essentiellement financières, le ministère ne pourrait plus répondre favorablement à toutes les demandes d’ouverture d’écoles de la part des fondateurs potentiels27. Ce faisant, le gouvernement s’écartait de la position officielle précédente, et il paraissait alors probable que la priorité serait accordée aux nouvelles écoles sous le patronage des comités VEC à l’avenir.

12Il est important de noter également que les instituts de formation des maîtres, s’ils ont développé des liens étroits avec certaines universités au cours des vingt dernières années (Mary Immaculate College avec l’université de Limerick, Saint Patrick’s College avec Dublin City University), et s’ils ont depuis la fin des années quatre-vingt-dix des directeurs non issus du clergé, restent néanmoins sous le contrôle ultime des Églises chrétiennes (qui en sont propriétaires) et accordent toujours la priorité aux programmes d’éducation religieuse catholiques ou protestants dans leur tronc commun. Il est attendu des professeurs des écoles qu’ils soient en mesure d’assurer l’instruction religieuse de leurs élèves, un certificat d’éducation religieuse étant nécessaire pour l’obtention d’un poste dans une école catholique en particulier. Que ce soit à travers les instituts de formation des maîtres ou les conseils d’administration des écoles, les autorités religieuses ont conservé jusqu’à aujourd’hui un pouvoir considérable sur le recrutement et le déroulement de carrière des enseignants.

 

  • 28 Voir Sheelagh Drudy, Kathleen Lynch, Schools and Society in Ireland, Dublin, Gill & Macmillan, 1993 (...)
  • 29 DES, Preface – Post-Primary Schools – School Year 2009-2010 (disponible en ligne à l’adresse : http (...)
  • 30 DES, Preface – Post-Primary Schools – School Year 2007-2008 : Vocational Education Committees, « re (...)
  • 31 Voir Sheelagh Drudy, Kathleen Lynch, Schools and Society in Ireland, p. 80-82.
  • 32 Department of Education, Post-Primary Schools Listing – School Year 2007-2008.
  • 33 Voir Sheelagh Drudy, Kathleen Lynch, Schools and Society in Ireland, p. 80-81 ; Diversity at School(...)

13La situation dans le second degré est plus complexe encore en raison de l’existence de différents types d’écoles et d’un système administratif peu transparent, mais les Églises catholique et (dans une moindre mesure) anglicane sont impliquées à divers degrés dans l’administration de l’immense majorité de ces écoles, un grand nombre d’entre elles (environ 60 %) appartenant d’ailleurs toujours aux différentes autorités religieuses28. C’est en effet le cas des écoles secondaires (d’enseignement général), qui accueillent 54 % des élèves et qui sont de fait privées (« privately owned and managed »29 selon l’expression consacrée). Quant aux écoles techniques et professionnelles, créées à l’initiative de l’État irlandais par la loi sur l’enseignement professionnel (Vocational Act) de 1930 qui les a placées sous le contrôle de comités d’enseignement professionnel représentant les autorités locales et divers intérêts éducatif et locaux30, elles étaient à l’origine non confessionnelles. Mais des représentants des deux principales Églises chrétiennes ont commencé à faire partie de ces comités à partir des années quarante31, ce qui explique que celles-ci soient maintenant décrites comme « inter-confessionnelles » dans les listes officielles32. Les écoles secondaires polyvalentes (comprehensive schools) et les écoles secondaires communales ou de quartier (community schools), introduites dans les années soixante et soixante-dix après que la gratuité de l’enseignement secondaire a été instaurée, appartiennent elles aussi à l’État, mais les principaux intérêts religieux sont là encore représentés dans les conseil d’administration33. En d’autres termes, bien que ces écoles fassent partie du secteur public dans la mesure où elles sont la propriété de l’État, elles ne peuvent être considérées comme non confessionnelles.

Déclin religieux et stratégies de pérennisation du contrôle des écoles et de la formation

  • 34 Education Commission, CORI, Religious Congregations in Irish Education : A Role for the Future ?, D (...)
  • 35 Sheelagh Drudy, Kathleen Lynch, Schools and Society in Ireland, p. 92.
  • 36 Education Commission, CORI, Religious Congregations in Irish Education…, p. 9.
  • 37 D’après le tableau des postes d’enseignants du premier degré par sexe, statut et par année : Teachi (...)

14Malgré l’apparente stabilité du système, un certain nombre d’évolutions ont eu lieu au sein même du réseau catholique, qui sont avant tout liées à la réduction drastique du nombre de membres des congrégations religieuses en Irlande (ainsi qu’aux choix opérés par les membres restants en termes de ministère), et donc du nombre d’enseignants eux-mêmes religieux au cours des trente dernières années. Selon la Conférence des religieux en Irlande (CORI), en 1969-1970, environ 2 300 membres des ordres religieux, soit un tiers du corps enseignant dans le secteur secondaire privé, recevaient encore un salaire en tant qu’enseignants. En 1995-1996, ce chiffre était passé à 753 (5,9 % du corps enseignant dans ce secteur), dont environ 40 % devaient prendre leur retraite dans les dix ans34. Dans le premier degré, les religieux ne représentaient plus que 5 % du corps enseignant en 199235. S’interrogeant sur l’avenir des congrégations dans le domaine éducatif en Irlande en 1997, la Conférence admettait que ce déclin continu se traduirait à moyen, voire court terme, par une disparition complète des membres des ordres religieux de l’ensemble des postes (enseignants et administratifs) qu’ils avaient pu occuper jusque-là au sein des écoles36. De fait, d’après les statistiques ministérielles, il ne restait déjà en 2007-2008 que 173 religieux enseignant dans les écoles primaires, un chiffre « résiduel » comparé aux quelque 30 300 professeurs des écoles37. Les statistiques ministérielles pour le second degré ont quant à elles cessé de préciser le nombre d’enseignants religieux à partir de 1998-1999.

15Ce déclin rapide a conduit les ordres religieux à imaginer le moyen de conserver le contrôle de la propriété et de l’orientation religieuse des écoles qui leur appartiennent de manière à pallier l’impossibilité croissante pour eux de superviser ou d’administrer directement ces écoles. C’est ce qui explique le développement d’un système de fonds en fidéicommis (trust funds) et la mise en place de fondations ces dernières années. Le réseau des 96 écoles primaires (près de 35 000 élèves) appartenant aux Frères chrétiens dans la République d’Irlande a ainsi été confié par ces derniers en 2008 à une fondation créée dans ce but, le Edmund Rice Schools Trust. Cette fondation est ainsi devenue à la fois propriétaire et administratrice de ces écoles, et responsable de l’éducation catholique en leur sein38. La mission des « écoles Edmund Rice » est définie par une charte, élaborée dans le but de perpétuer l’héritage éducatif religieux des Frères chrétiens. Les écoles elles-mêmes sont décrites comme des « communautés chrétiennes d’apprentissage et d’enseignement », dont la première mission est d’« encourager la foi, la spiritualité chrétienne et des valeurs fondées sur l’Évangile »39. De la même manière et pour des raisons similaires, les Frères de la Présentation ont créé pour leurs écoles le Presentation Brothers Schools Trust en 2009.

  • 40 Voir John Cooney, « Nuns Set up Trust to Ensure Catholic Values Protected », The Irish Independent, (...)
  • 41 Voir le site de la fondation, http://www.ceist.ie (rubrique « Who we are »), pour plus de détails.
  • 42 http://www.ceist.ie/index.php/plain/charter/charter (consulté le 22 septembre 2009) : « The aim of (...)
  • 43 Ibid.
  • 44 Irish Catholic Bishops’ Conference, A Pastoral Letter – Vision 08, A Vision for Catholic Education (...)

16Dans le secondaire, au bout de dix ans de réflexions et de pourparlers avec l’État, cinq congrégations de religieuses ont pris la décision de s’unir pour mettre en place en 2007 une fondation, sous la forme d’une société privée, le Catholic Education Irish Schools Trust (CEIST Ltd), chargée de gérer 112 écoles secondaires privées catholiques. Ces écoles rassemblent environ 55 000 élèves, soit 50 % du secteur secondaire privé, et 16 % du nombre total d’élèves dans le second degré. Le but affiché est de maintenir l’orientation religieuse de ces écoles40, et des membres des cinq congrégations en question ont été chargés de superviser la société, un conseil d’administration (composé en partie de religieux lui aussi, dont le représentant de la Commission épiscopale sur l’éducation, Monsignor James Cassin) étant responsable de sa gestion41. Comme dans les exemples donnés pour le primaire, une charte a été élaborée à l’issue d’un processus de consultation avec les écoles dont le but était de « saisir toute la richesse de l’ethos existant, de reprendre les valeurs catholiques dans l’éducation et de créer une vision capable d’inspirer les écoles pour l’avenir »42. Il est demandé aux conseils d’administration des écoles de s’engager à respecter cette charte et de s’assurer que les énoncés de mission de chaque école reflètent bien celle-ci43. Il s’agit manifestement de « passer le flambeau » à des proviseurs et équipes éducatives non religieux, tout en encadrant le plus possible leur travail et l’orientation générale des écoles. La hiérarchie catholique, par l’intermédiaire de la Commission épiscopale sur l’éducation, s’est donnée pour tâche de soutenir et de préserver ces fondations et l’ensemble des écoles catholiques des premier et second degrés en créant dans les prochaines années un Service pour l’éducation catholique au niveau national (incluant l’Irlande du Nord)44.

  • 45 La publication suivante reprend et détaille les règles concernant les conseils d’administration des (...)
  • 46 Education Act, 1998, section 15 ; DES, Boards of Management of National Schools…, p. 3.
  • 47 Pour une analyse des évolutions et débats entre les projets gouvernementaux successifs des années q (...)

17Toutes les écoles catholiques qui ne sont pas directement liées à des congrégations ou à des fondations mises en place par celles-ci appartiennent à l’Église catholique elle-même (par l’intermédiaire d’administrateurs diocésains) et ont pour fondateur-propriétaire un membre de la hiérarchie catholique. C’est par exemple l’archevêque de Dublin, Diarmuid Martin, qui occupe cette fonction pour la grande majorité des écoles dublinoises. Même si l’administrateur unique a progressivement laissé la place à un conseil d’administration (à partir de 1975 dans le premier degré, de 1985 dans le second degré), l’équilibre des pouvoirs est resté largement inchangé jusqu’en 1998, dans la mesure où le fondateur-propriétaire nommait encore directeent la majorité des membres du conseil. La loi sur l’éducation de 1998 a imposé davantage de contraintes aux patrons en termes de composition des conseils d’administration des écoles puisque ceux-ci doivent maintenant inclure un nombre précis de parents élus et d’enseignants (un élu en plus du directeur de l’école) ainsi que des représentants de la « communauté locale » choisis conjointement par les membres nommés par le patron et par les représentants des parents et des enseignants, mais elle a aussi réaffirmé leur existence en leur donnant un statut légal explicite. Le patron peut décider de se passer d’un conseil d’administration (même si c’est devenu très rare) ou d’en changer, et reste celui qui nomme officiellement les membres de ce conseil, en accord avec les associations de parents et d’administrateurs d’écoles et les représentants des enseignants. C’est en particulier lui qui choisit le président du conseil45. Le conseil doit administrer l’école au nom du patron et assurer la préservation et le maintien du « caractère propre » ou ethos de l’école, ce dont il est responsable devant le patron46. Ce n’est plus systématiquement le cas aujourd’hui, mais jusque dans les années quatre-vingt, le président du conseil d’administration d’une école catholique était habituellement le prêtre de la paroisse. En regard des débats importants sur la démocratisation du système d’administration des écoles et même des premiers projets gouvernementaux au milieu des années quatre-vingt-dix, la loi sur l’éducation de 1998 a en fait représenté un recul devant les intérêts religieux47, en proposant finalement une réforme timide de fonctionnement qui préservait l’essentiel du pouvoir de contrôle des Églises.

18On retrouve logiquement au niveau des instituts de formation des maîtres le même mouvement de retrait progressif des instances religieuses de l’administration directe et la mise en place de structures permettant de pérenniser le contrôle de la propriété et de la « mission » des établissements. Autre illustration de cette évolution en effet, le centre de formation des maîtres des Frères chrétiens, Saint Mary’s College of Education, dans le quartier de Marino à Dublin, plus souvent appelé aujourd’hui Marino Institute of Education. Le centre, qui avait ouvert ses portes en 1905, reçut l’agrément officiel du ministère de l’Éducation irlandais en 1929, à une époque où la totalité des étudiants étaient eux-mêmes des Frères chrétiens. Les premiers étudiants non religieux furent admis en 1972, et un accord de partenariat fut signé avec l’université Trinity College en 1976, pour le développement d’un programme de formation et d’un diplôme communs, les étudiants de Marino suivant certains cours à l’université. L’implication directe des Frères chrétiens a pris fin en 2000, le frère Nolan prenant sa retraite en tant que directeur de l’institut, même si les frères qui résident toujours sur place (dans un bâtiment situé sur les mêmes terres) continuent à participer à la vie et aux activités de l’institut48. L’institut a aujourd’hui à sa tête une présidente non religieuse, Anne O’Gara, nommée en 2006. Un système de fidéicommis (trusteeship) a été mis en place en 2007-2008, l’institut étant placé sous la tutelle conjointe de la Province européenne de la Congrégation des Frères chrétiens (elle-même créée en mai 2007 et dont la direction est basée à Marino49) et de l’université de Dublin, Trinity College. Ce sont cependant des Frères chrétiens qui restent les véritables administrateurs (trustees) de l’institut, et qui nomment la grande majorité des membres du conseil d’établissement, présidé par une religieuse, sœur Bernadette MacMahon50. Ce sont ces Frères chrétiens administrateurs qui ont donné pour missions en 2006 au conseil d’établissement nouvellement créé d’« être œcuménique et de respecter les personnes d’autres religions » (il n’est pas fait mention des « sans religion »), et de « soutenir la mission de l’éducation catholique »51.

  • 52 Rubrique « Recent History / Development » du site du Marino Institute of Education, http://www.mie. (...)
  • 53 Ibid : « […] promoting the harmonious growth of the whole person in faith, life and culture […] ».

19L’énoncé des objectifs de l’institut Marino sur le site Internet officiel, tout en évoquant l’importance de l’éducation interculturelle en Irlande et la réalité de la diversification de la population scolaire, met de même en premier lieu l’accent sur la perpétuation de l’orientation catholique des écoles, avec l’élaboration de « programmes innovants pour soutenir le caractère propre (ethos) catholique dans les écoles ayant une population scolaire diverse »52, et sur la transmission de « nos traditions culturelles et linguistiques irlandaises ». Les convictions du fondateur des Frères chrétiens irlandais, Edmund Rice, sont censées rester au cœur de la mission éducatrice de l’institut, et sont réaffirmées en conséquence « par-delà tous les changements de ces dernières années ». Les formulations utilisées présupposent que les étudiants sont eux-mêmes de religion catholique, puisqu’il est question notamment de « l’épanouissement harmonieux de la personne entière dans sa foi, dans sa vie et dans sa culture »53.

20Des présidents non religieux (lay) ont également remplacé les ecclésiastiques à la tête des deux autres principaux instituts catholiques de formation des maîtres. Saint Patrick’s College, Drumcondra était administré par les pères de saint Vincent de Paul jusqu’en 1999, date à laquelle ils se retirèrent de la gestion directe de l’établissement, pour laisser la place au premier président non religieux, Pauric Travers, qui était auparavant professeur d’histoire au sein de l’institut. L’établissement lui-même appartient toujours à l’Église catholique, et le président exerce sa fonction avec l’aide d’un comité de gestion, sous le contrôle d’un conseil d’établissement (Governing body) mis en place en 1997 par l’archevêque Connell, lui-même appelé « administrateur » (Manager) de l’institut54. C’est ce conseil d’établissement, composé à la fois de personnalités non religieuses et de membres du clergé, qui détermine le « caractère éducatif » de l’institut, contrôle le budget et tous les aspects financiers, recrute et gère les ressources humaines, décide des grandes lignes de la politique de sélection et d’admission des étudiants55. La situation est sensiblement la même pour le Mary Immaculate College à Limerick, qui a pour président depuis 1999 un autre ancien enseignant et auteur de manuels d’histoire, Peadar Cremin.

21Le site du Mary Immaculate College présente le centre de formation en mettant en avant son caractère catholique et chrétien : « Fondation catholique, le Mary Immaculate College entretient une vie chrétienne active dans laquelle la liberté, la responsabilité personnelle et les valeurs chrétiennes sont à l’honneur »56. D’un autre côté, il est intéressant de noter que l’« énoncé de mission » (« Mission Statement ») de la Faculté d’éducation de l’institut met quant à lui l’accent sur le rôle futur de ses étudiants dans le développement « social, émotionnel et intellectuel » des enfants et le respect de leur diversité culturelle57, et non pas, comme on aurait pu s’y attendre, sur leur développement « moral, religieux et spirituel » (selon l’énoncé des objectifs du programme des écoles primaires de 1999 déjà mentionné au chapitre IV).

22De manière assez similaire, la présentation de l’institut Saint Patrick’s College à Drumcondra, Dublin sur le site officiel rappelle son identité catholique, et la promotion des « valeurs religieuses catholiques » figure en bonne place dans l’énoncé de mission58. En même temps, lors d’un entretien en 2008, Pauric Travers, directeur du Saint Patrick’s College, soulignait que l’institut avait depuis plus de trente ans maintenant une démarche de promotion et de célébration de la diversité culturelle, et accueillait aujourd’hui une population étudiante « très diverse » du point de vue des convictions religieuses (beaucoup d’étudiants sans affiliation religieuse, plusieurs de religion autre que catholique). Nommé par l’archevêque de Dublin mais payé par le contribuable irlandais, Pauric Travers se considère lui-même avant tout comme un fonctionnaire (« public servant ») et insiste sur le fait que les étudiants de son institut ont leur formation pratique dans tous les types d’écoles. Il estime que le système éducatif doit davantage s’adapter à la nouvelle société irlandaise et que c’est à l’État de prendre ses responsabilités dans ce domaine. Il évoque la transition possible de l’institut vers un statut similaire à celui des universités (établissements publics) et aime à rappeler que Michael Davitt, grande figure nationaliste de la seconde moitié du xixe siècle et catholique convaincu, était en faveur d’un système d’éducation public et laïque. Malgré tout, la présence généralement discrète de la hiérarchie catholique se fait parfois sentir au sein de l’institut, comme l’a expliqué un membre du personnel, Fintan McCutcheon, qui s’est fait rappeler à l’ordre parce qu’il s’était permis de faire une analyse critique d’un discours de l’archevêque Diarmuid Martin (patron de l’institut) dans un cours de Master sur les « tensions entre l’État et les écoles confessionnelles »59.

Le débat politico-éducatif des années deux mille

23La perception largement partagée d’un écart grandissant entre un système éducatif dont les grandes lignes structurelles restent inchangées et une population de plus en plus diverse a donné lieu à un grand débat politico-éducatif au cours des années deux mille. Même si la nécessité de changements est reconnue depuis quelques années par la grande majorité des acteurs éducatifs, mais aussi politiques et religieux, les avis divergent toujours sur le caractère plus ou moins radical des réformes à engager. L’une des questions principales est ainsi celle du choix entre diversité à l’école et diversité des écoles. Alors que de nombreux enseignants paraissent prêts à une réforme structurelle d’envergure et sont demandeurs d’une véritable prise en main de la question par l’État, alors que l’opinion publique irlandaise est majoritairement ouverte au changement, la classe politique irlandaise reste pour l’essentiel très frileuse, voire opposée à une quelconque refonte du système.

  • 60 Pat Rabbitte, « Bringing Children Together » ; repris dans un article de John Walshe, « Churches Ou (...)
  • 61 Ruairi Quinn, « Primary School System has to Change with the Times », The Irish Independent, 14 jui (...)
  • 62 Ibid. : « The cultural commitment of Irish parents to the education of their children in the school (...)
  • 63 Garret FitzGerald s’est exprimé à plusieurs reprises dans sa colonne de The Irish Times à ce sujet, (...)
  • 64 Suite à un remaniement ministériel, c’est le nouveau ministre de l’Éducation Batt O’Keeffe qui part (...)

24Du côté du Fine Gael et du Parti travailliste irlandais, longtemps partis d’opposition, au pouvoir depuis 2011, seul ce dernier a pris position à un moment donné en faveur d’un retrait complet des Églises du secteur primaire, par la voix de Pat Rabbitte (chef du parti entre 2002 et 2007), dans un discours prononcé en 2006 et repris dans les médias60. Le Parti travailliste lui-même semble cependant traversé de courants contradictoires à ce sujet, tous ses membres n’adoptant pas une position aussi entière. Dans ses discours, Ruairi Quinn, député, porte-parole du parti sur l’éducation en 2009 et aujourd’hui ministre de l’Éducation, insiste sur la nécessité d’un grand débat national sur le système de patronage des écoles primaires, mais s’est exprimé jusqu’à présent en faveur d’un rééquilibrage du patronage (et donc surtout d’une diminution du nombre d’écoles sous la houlette de l’Église catholique) plutôt que d’une véritable remise à plat du système61, ce qui semble revenir sur la position adoptée par Pat Rabbitte. Ruairi Quinn réaffirmait notamment en 2009 l’attachement du Parti travailliste à la primauté du choix des parents : « La volonté des parents irlandais de voir leurs enfants éduqués dans l’école de leur choix, là où c’est possible, représente un engagement culturel, un puissant héritage du passé que nous devrions préserver »62. Le bémol du « là où c’est possible » révèle le principal point faible de ce positionnement, souligné à plusieurs reprises par l’ancien Premier ministre Garret FitzGerald63 comme par les dirigeants de l’INTO au cours de conférences telles que celle organisée par la ministre de l’Éducation Mary Hanafin en juin 2008 sur la « gouvernance des futures écoles primaires »64.

  • 65 Voir Agnès Maillot, « Les nouveaux Républicains », Études irlandaises, nº 32-2, automne 2007, Les n (...)

25Le Sinn Féin, tout en affirmant comme le Parti travailliste la nécessité de changements structurels pour assurer une « éducation équitable pour tous », reste lui aussi très prudent malgré ses prétentions égalitaires65. Une formulation ouverte et vague est ainsi privilégiée dans son document sur l’éducation de 2007 :

  • 66 Sinn Féin, Education and Childcare : Reaching our Full Potential – Sinn Féin Education and Childcar (...)

Réformer le système actuel de propriété et de gestion des écoles dans le but d’assurer un enseignement équitable pour tous, un nombre de places suffisant dans les écoles pour tous les élèves, où qu’ils vivent, ainsi que la meilleure gestion possible des écoles66.

  • 67 Voir Ruth Coppinger, Councillor, Socialist Party, « End Religious Control of Schools », 23 juin 200 (...)
  • 68 Parmi les objectifs de politique éducative énumérés dans le programme du Workers’ Party sur le site (...)

26Au final, seuls deux petits partis de gauche, le Parti socialiste irlandais et le Parti des travailleurs (Workers’ Party) irlandais prônent explicitement un changement structurel de fond. Le Parti socialiste demande la mise en place d’un système éducatif laïque véritablement national en Irlande, avec une instruction religieuse après l’école pour ceux qui le souhaitent67 ; le Parti des travailleurs soutient lui aussi le développement d’un système laïque financé par l’État, considérant que le concept d’écoles religieuses (« faith-based schools ») conduit nécessairement à la ségrégation et à des approches sectaires68.

27Même si elle ne trouve pas de relais politique d’envergure, l’idée d’une remise à plat complète du système paraît beaucoup plus largement partagée du côté des enseignants comme d’une partie non négligeable de l’opinion publique. De nombreuses voix se sont élevées pour affirmer la nécessité d’une profonde réforme structurelle et réclamer de l’État qu’il prenne ses responsabilités en matière d’égalité des droits à l’éducation, mais elles restent sans véritables relais institutionnels et ne s’accordent pas nécessairement sur le contenu exact d’une telle réforme. L’association Educate Together est la plus présente dans la presse pour réclamer un changement de fond, bien que sa position soit en l’occurrence complexe, puisqu’il ne s’agit pas pour elle d’exiger une remise à plat complète qui pourrait également remettre en question la place de ses propres écoles, mais plutôt de demander que puisse s’exercer un véritable choix qui respecte les préférences parentales, et lui permette de se développer en tant qu’option éducative parmi d’autres pour répondre à la demande croissante des parents69. Les critiques et demandes de réforme radicale proviennent également de personnalités éminentes telles que l’ancien Premier ministre Garret FitzGerald ou le journaliste Fintan O’Toole déjà cité plus haut.

  • 70 Dónal Ó Loingsigh, « Barriers to Intercultural Education », in School Culture and Ethos : Cracking (...)

28Le débat traverse également les organisations enseignantes, mais ce sont elles qui paraissent les plus systématiques et les plus cohérentes dans leur discours. Dónal Ó Loingsigh, ancien président de l’INTO, a développé une analyse critique de la nature confessionnelle du système dans des articles parus au début des années deux mille70. Il y insistait sur la nécessité pour la République d’Irlande de revoir en profondeur les structures de son système éducatif, pour répondre aux impératifs de l’égalité d’accès de tous les enfants à l’éducation et pour faire en sorte que les lois et pratiques irlandaises soient mises en adéquation avec les conventions des Nations unies et avec la législation européenne :

  • 71 Dónal Ó Loingsigh, « Intercultural Education and the School Ethos », p. 122 : « Providing an interc (...)

Une éducation interculturelle qui inclut une reconnaissance égale des autres religions paraît incompatible avec l’ethos (ou caractère propre) d’une école confessionnelle. Je crois donc que la création d’un système éducatif véritablement interculturel exige des changements structurels d’envergure, dans la manière dont les écoles sont établies et gérées71.

29Dónal Ó Loingsigh imaginait en fait un système où les différentes confessions religieuses participeraient à égalité à la gestion d’écoles primaires communes, sans envisager les difficultés pratiques d’un tel arrangement, sans poser la question d’une possible gestion plus démocratique et sans se rendre compte, semble-t-il, de l’impossibilité manifeste d’une véritable égalité de traitement des enfants eux-mêmes dans un tel contexte.

  • 72 Intervention orale de Declan Kelleher, lors du forum de discussions de la « Conference on the Gover (...)

30La réflexion de la direction de l’INTO a encore évolué depuis, mais toujours dans la perspective d’un système d’écoles primaires communes, au service de leur environnement immédiat. Declan Kelleher, président de l’INTO depuis mars 2008, a quant à lui rappelé lors de la conférence de juin 2008 sur la « gouvernance des futures écoles primaires » que la majorité des écoles primaires sont des écoles de taille modeste, souvent dans des régions rurales, et a posé la question cruciale du financement d’un système dans lequel les types d’écoles seraient amenés à se multiplier pour répondre, tant bien que mal et de manière nécessairement incomplète, à la diversité du choix des parents, alors que le système existant est déjà en état de sous-financement chronique. Il a appelé à privilégier une vision globale pour faire en sorte que chaque école soit au service de l’ensemble de la communauté locale, présentant cet impératif comme une « obligation morale »72.

  • 73 INTO, Teaching Religion in the Primary School – Issues and Challenges, Dublin, INTO, 2004, p. 95-96 (...)
  • 74 National University of Ireland, Maynooth, université non confessionnelle, fruit de la séparation en (...)
  • 75 INTO, Teaching Religion in the Primary School…, p. 97 : « If we were starting with a clean slate no (...)

31Ce positionnement est dans la droite ligne de celui de John Carr, secrétaire général de l’organisation enseignante, exprimé notamment lors d’une conférence organisée par l’INTO sur l’enseignement de la religion à l’école primaire en 200473, et soutenu également à cette occasion par un universitaire enseignant au sein du département d’Éducation de la National University of Ireland de Maynooth74, Pádraig Hogan : « Si on recommençait à zéro aujourd’hui, j’aime à penser que nous partirions du principe de l’école locale, avec une reconnaissance de sa diversité »75. Tout en montrant que le débat reste ouvert au sein de la profession, les actes de cette conférence donnent à lire des prises de position similaires, ou à tout le moins un questionnement largement partagé de la structuration actuelle du système et particulièrement du contrôle religieux des écoles, comme en atteste la fin du rapport du groupe de discussion rassemblant des enseignants des écoles catholiques :

  • 76 Ibid., p. 155 : « One member of the group suggested that the whole primary school system should bec (...)

Un membre du groupe suggéra que l’ensemble de l’enseignement primaire ne soit plus rattaché à aucune confession, « surtout à partir du moment où l’État finance le fonctionnement des écoles. Chaque culte devrait alors pourvoir à ses besoins spécifiques en matière de religion. Cela faciliterait la vie de l’enseignant dans sa classe ». Cette remarque rencontra l’assentiment général, et la discussion fut close76.

  • 77 Sean Cottrell, cité dans John Walshe, « School Principals Say Parents must Take more Responsibility (...)
  • 78 Ibid. : « The day is gone when organised religion in denominational form is required to govern and (...)

32De son côté, le nouveau Réseau des directeurs d’école primaires irlandais (IPPN), reconnu officiellement par l’État en 1999, et dont la création découle directement de la « sécularisation » des directeurs, est entré directement en conflit avec l’Association des administrateurs des écoles primaires catholiques (CPSMA) en 2006, lorsque son directeur national, Sean Cottrell, a pris position contre l’instruction religieuse, et surtout contre la préparation de la première communion et de la confirmation dans les écoles77. Sean Cottrell a déclaré que la responsabilité de l’éducation religieuse des enfants devrait revenir de droit aux familles, qui peuvent être aidées directement en cela par le clergé, et non aux écoles. Il a insisté sur le fait que celles-ci ne peuvent plus assurer la préparation aux sacrements, ne serait-ce que pour des raisons pratiques, avec des classes rassemblant aujourd’hui entre cinq et quinze traditions religieuses différentes. En réaction, l’Association des administrateurs des écoles primaires catholiques a réaffirmé le rôle des écoles catholiques dans l’éducation religieuse des enfants, par la voix de son secrétaire général, le prêtre Dan O’Connor. En ce qui concerne le rôle joué par les Églises dans le contrôle et la gestion des écoles, le représentant des directeurs d’écoles de l’IPPN a également déclaré qu’il était temps pour celles-ci de renoncer à une implication directe, dans une société moderne, laïque et multiculturelle : « Il est fini le temps où la religion organisée […] pouvait être considérée comme nécessaire pour diriger et gérer les écoles »78.

  • 79 http://www.asti.ie, au 15 décembre 2009.
  • 80 Moira Leydon, « Association of Secondary Teachers of Ireland Perspective », in School Culture and E (...)
  • 81 Billy Fitzpatrick (responsable pour l’éducation et la recherche et ancien président de la TUI), « S (...)

33Dans le secondaire, les deux principales organisations enseignantes ne tiennent pas le même discours. L’ASTI, qui rassemble la majorité des enseignants de l’enseignement secondaire général (et donc des écoles confessionnelles pour une très grande part) ne se prononce pas explicitement dans un sens ou dans l’autre. C’est du moins ce qui ressort de l’analyse de son site Internet79, ainsi que des déclarations de Moira Leydon, secrétaire générale adjointe de l’association responsable de l’éducation et de la recherche, lors d’un colloque sur l’ethos des écoles : à la lecture de son intervention, il est évident qu’elle refuse de prendre parti et même de s’attaquer directement à la question80. Au contraire, le TUI, syndicat des enseignants d’Irlande (anciennement syndicat de l’enseignement professionnel, assuré dans des écoles publiques, qui étaient au départ indépendantes de tout contrôle religieux), a pris clairement position lors du même colloque en faveur d’un système où toutes les écoles seraient multi- ou non-confessionnelles81.

  • 82 Irish Vocational Education Association.
  • 83 Voir Katherine Donnelly, « VEC’s Historic Primary School Bid », The Irish Independent, 28 février 2 (...)
  • 84 INTO, Newcomer Children in the Primary Education System, Dublin, INTO, 2006, p. 11.
  • 85 National Parents’ Council. Voir Áine Kerr, « VEC Role in Primary Schools Backed », The Irish Times, (...)

34L’implication et les propositions de l’IVEA82, l’association qui chapeaute le réseau national des trente-trois comités de l’enseignement professionnel, sont une autre illustration du fait que ce sont les acteurs de terrain qui ont poussé le gouvernement à amender – ne serait-ce que très modestement pour l’heure – le système dans le primaire avec la création de deux écoles-pilotes appelées community schools en 2008. C’est en effet l’IVEA qui s’est proposée début 2006 pour servir de cadre à une restructuration du système éducatif, en s’impliquant pour la première fois dans le secteur primaire. Les choses ont commencé modestement là encore, puisqu’il s’agissait d’abord d’une initiative locale, le comité VEC du comté de Clare ayant décidé de faire une demande officielle pour devenir le fondateur-administrateur de deux écoles primaires adeptes de la méthode Steiner, et auparavant non reconnues par l’État, qui l’avaient sollicité83. Si la demande en question a été rejetée par le ministère, l’idée a manifestement fait son chemin par la suite, en trouvant une application pour la première fois dans ces deux nouvelles écoles de l’agglomération dublinoise en 2008. L’INTO avait elle aussi œuvré en ce sens, en recommandant en 2006 comme une mesure d’urgence la création de ce type d’écoles de quartier dans les endroits à forte croissance démographique84. Cette implication nouvelle du secteur des VEC en tant que patron d’écoles primaires a également reçu un soutien très ferme de la part du Conseil national des parents, dont la présidente, Fionnuala Kilfeather, a appelé en avril 2006 à un débat national sur la direction et l’administration des écoles, rejoignant en cela les organisations enseignantes85.

  • 86 « Your Education System ». Un site interactif a été lancé à cette occasion, www.youreducation.ie.

35Ce positionnement de la part d’un Conseil mis en place en 1985 pour donner une forme de représentation nationale aux parents d’élèves tend à confirmer qu’une bonne partie de l’opinion publique serait prête à envisager des changements importants au sein du système, ce qui ressort également de la grande consultation nationale sur le système éducatif irlandais lancée en 2004 par le ministre de l’Éducation de l’époque, Noel Dempsey, sous le titre « Votre système éducatif »86. L’enquête d’opinion menée par le Centre de recherches sur l’éducation de Dublin dans le cadre de ce processus consultatif comprenait une série de questions liées au caractère confessionnel des écoles. Le résultat obtenu (voir tableau traduit ci-dessous) montrait une majorité d’environ 60 % en faveur d’un système d’écoles non confessionnelles mais prévoyant des plages d’instruction religieuse. Ce résultat, mis en parallèle avec le fait que la population irlandaise se définit toujours très majoritairement comme catholique, fragilise très nettement l’argument traditionnel de l’Église catholique sur le choix des parents et remet en cause sa propension à se présenter comme porte-parole de l’ensemble de la « communauté catholique ». Le choix des questions posées, tout comme les réponses obtenues, est par ailleurs révélateur de la complexité du problème, selon l’angle privilégié, et de la difficulté des Irlandais à se positionner, les avis étant très partagés parallèlement sur le droit de groupes de parents à avoir accès à des écoles séparées reflétant leur culture et / ou leurs opinions en matière de religion (44,8 % en accord avec cette idée, 44,7 % en désaccord, 10,5 % sans opinion). En même temps, il faut noter à ce sujet que la question ne précisait pas le mode de financement (écoles privées, publiques, quelle part de financement public ?).

Tout à fait d’accord

Plutôt d’accord

Plutôt pas d’accord

Pas d’accord du tout

Ne sait pas / sans opinion

Les groupes de parents devraient avoir le droit d’avoir accès à des écoles séparées qui reflètent leur culture et/ou leurs opinions en matière de religion.

11,1

33,7

21

23,7

10,5

Certaines écoles devraient être non confessionnelles.

18,2

42,3

16,4

9,5

13,7

Les écoles ne devraient pas être confessionnelles mais devraient prévoir une instruction religieuse

17

44

19,1

6,5

13,4

Les écoles ne devraient pas être confessionnelles, et les groupes religieux devraient organiser l’instruction religieuse en dehors des heures d’école.

14,2

35,4

24,7

10,8

14,8

  • 87 Thomas Kellaghan et al., Views of the Irish Public on Education : 2004 Survey, Dublin, Educational (...)

Tableau 20 de l’étude : « Pourcentages de réponses en accord ou en désaccord avec des affirmations concernant le mode d’administration des écoles »87.

  • 88 Rosita Boland, « Church and Schools : The Public Speak », The Irish Times, 30 janvier 2010.

36Un sondage commandé par The Irish Times en janvier 2010 a confirmé qu’une majorité significative de la population (61 %) estime que l’Église catholique devrait renoncer à contrôler le système d’éducation primaire88.

  • 89 Eoin O’Mahony, Council for Research and Development, Factors Determining School Choice – Report on (...)
  • 90 Ibid., p. 22.

37La hiérarchie catholique irlandaise a commandé sa propre enquête, mais seulement auprès de parents d’enfants inscrits dans les écoles primaires catholiques (d’Irlande du Sud et du Nord), dont les résultats ont été publiés en 200889. Les évêques ont logiquement cherché à y lire une justification de leurs politiques éducatives, en insistant par exemple sur le fait qu’une grande majorité de parents se disent satisfaits de leur choix d’école. Ces résultats révèlent surtout des attitudes parentales partiellement contradictoires et ambivalentes, mais aussi ouvertes au changement et en décalage par rapport au poids relatif des écoles catholiques comme aux positions de l’Église catholique en terme d’éducation religieuse en particulier. À la question « Quel type d’école choisiriez-vous pour votre enfant, si vous aviez le choix entre tous les types d’écoles ? », moins de la moitié des parents interrogés (48 % exactement) ont répondu « une école gérée par une confession religieuse ». Il faut se souvenir que leurs enfants étaient déjà dans une école catholique irlandaise, ce qui montre que, pour eux, il s’agissait bien là d’un choix par défaut, ou du moins que le caractère mono-confessionnel de l’école ne les satisfaisait pas pleinement. Parmi les parents de religion catholique interrogés, les résultats sont sensiblement les mêmes, ce qui est logique puisqu’ils constituaient la grande majorité de l’échantillon : près de la moitié ont déclaré que, s’ils avaient le choix de différents types d’écoles, ils choisiraient pour leur enfant une école qui ne serait pas mono-confessionnelle (49,8 %). Les avis divergeaient ensuite, entre une école qui proposerait « un cadre religieux commun » (37,1 %), une école qui ne serait « pas gérée par une confession religieuse » (8 %) et « un autre type d’école » (4,7 %)90.

38Il n’existe pas à ma connaissance d’enquête statistique sur les opinions des premiers usagers des écoles dans ce domaine, mais le texte adopté par le Parlement de la jeunesse irlandaise en 2006, déjà mentionné au chapitre IV, confirme de ce côté-là une tendance nette en faveur d’un changement de fond en ce qui concerne la place de la religion à l’école, puisque les deux tiers des délégués ont voté en faveur du remplacement de l’éducation religieuse par une matière traitant d’« éthique, de morale et des autres cultures ».

39On peut voir en définitive qu’un décalage important s’est fait jour entre une classe politique très largement frileuse, toutes tendances confondues (en dehors des petits partis de la gauche dite radicale donc), sur le sujet, et une population qui paraît en principe beaucoup plus ouverte au changement bien qu’également ambivalente, les organisations enseignantes, et surtout l’INTO dans le premier degré, jouant un peu le rôle de fer de lance dans ce domaine qui les touche particulièrement.

 

40Face à cela, les acteurs dominants, État et Église catholique, oscillent quant à eux entre apologie du statu quo et aménagements à la marge, certains membres de la hiérarchie catholique s’étant paradoxalement montrés davantage ouverts au changement que le gouvernement lui-même, mais toujours dans la perspective d’un système où la grande majorité des écoles catholiques seraient préservées.

41Jusqu’en 2011, Église et gouvernement affirmaient en effet être en mesure d’adapter les écoles à la nouvelle société irlandaise, tout en refusant toute remise en cause globale du système existant et tout engagement plus direct de l’État, en dehors de la timide entorse représentée par les deux écoles primaires ouvertes sous la responsabilité du comité d’enseignement professionnel de Dublin à l’initiative du gouvernement de Bertie Ahern. Il était beaucoup question, comme on l’a vu, d’inclusion dans les discours ministériels. La position officielle du gouvernement comme des Églises reposait sur l’affirmation que les écoles existantes sont déjà inclusives puisqu’elles acceptent, dans la mesure du possible et avec les restrictions que l’on verra, tous les enfants. Nous examinerons d’abord la position de l’Église catholique, dans la mesure où l’État irlandais semble encore aujourd’hui attendre son feu vert lorsqu’il envisage certains changements structurels au sein du système éducatif.

Une Église catholique qui joue sur les deux tableaux

  • 91 Sean Flynn, « Parents Seek Position of Catholic Church on School Entry », The Irish Times, 20 mai 2 (...)
  • 92 INTO, Newcomer Children in the Primary Education System, p. 10 : « Many Catholic schools have enrol (...)

42La tension entre le rôle public et la fonction privée confessionnelle des écoles catholiques a conduit à des débats au sein même des instances de contrôle religieuses sur le rôle social de « leurs » écoles et sur leur politique d’admission, qui reste peu transparente. Les écoles des minorités chrétiennes d’Irlande ont depuis longtemps une politique de préservation de leur caractère propre et choisissent en priorité les enfants de leur confession (puis des autres confessions protestantes, puis catholique, avant l’admission éventuelle d’enfants relevant de la catégorie « autres »). Mais la quasi-hégémonie des écoles catholiques par ailleurs et l’absence de choix réel pour de nombreux parents, en particulier dans les régions rurales et les petites villes, ont rendu la position des évêques nettement plus délicate. La position officielle de l’Église reste que les écoles catholiques sont inclusives et accueillent tous les enfants91. Mais, comme l’INTO le faisait remarquer dans une brochure publiée en 2006, il est clair que « de nombreuses écoles catholiques ont des politiques d’inscription qui donnent la priorité aux enfants catholiques »92, et certains évêques, comme l’évêque de Meath, Michael Smith, ont ces dernières années remis en question ouvertement cette position inclusive.

43Dans des propos rapportés par les journaux en mai 2000, Michael Smith s’interrogeait ainsi sur l’obligation faite aux écoles catholiques d’accueillir des personnes ne partageant pas la foi catholique. Il critiquait l’attitude de certains parents, qui profitaient selon lui de l’existence des écoles et de leur bon fonctionnement sans être attachés à la foi catholique, donnant l’exemple de ceux qui demandaient à ce que leurs enfants soient exemptés d’instruction religieuse. Dans une inversion des rôles assez révélatrice à la fois de la position de l’Église et de celle du gouvernement, il en appelait aussi à l’État pour que celui-ci prenne ses responsabilités :

  • 93 Sean Flynn, « Bishop Queries non-Believers’Availing of Catholic Schools », The Irish Times, 19 mai (...)

L’évêque Smith a déclaré qu’il aimerait voir le ministère de l’Éducation jouer un rôle plus actif dans l’introduction d’un enseignement non confessionnel [laïque] pour ceux qui le désirent au lieu de se reposer sur l’Église catholique pour la fourniture et la gestion des écoles93.

  • 94 Citations de l’archevêque Sean Brady, tirées de David Quinn, « Hands off our Schools… », p. 8 : « I (...)

44De même, dans un entretien publié par The Daily Mail en février 2006, l’archevêque Sean Brady, Primat d’Irlande (promu cardinal à l’automne 2007), reconnaissait l’absence de choix pour certains parents, mais déclarait que ce n’était pas le problème des écoles catholiques, et refusait d’envisager toute diminution du nombre d’écoles sous le patronage de l’Église, et même toute « dilution » de leur caractère propre94.

  • 95 Paul Brennan, « The Catholic School and Secularization in Ireland », Cycnos, vol. 13, nº 2, 1996, p (...)
  • 96 Pour exemple, l’interview au titre éloquent de l’archevêque Sean Brady par David Quinn, « Hands off (...)

45La question spécifique du caractère propre ou ethos des écoles et de ses implications en termes d’inclusion et de discrimination surgit nécessairement dans ce contexte, mais sera examinée plus avant dans les prochains chapitres. En ce qui concerne sa place et celle de ses écoles au sein du système éducatif, la position de l’Église catholique a malgré tout évolué depuis la fin des années quatre-vingt-dix vers un repli stratégique relatif. Comme le fait remarquer Paul Brennan, jusqu’au début des années quatre-vingt-dix, même si l’Église catholique se trouvait maintenant bien davantage en position de réaction défensive face à une société en mutation, l’école catholique n’avait pas encore abandonné son ambition historique de contrôle de la société irlandaise au nom de l’Église et donc de maintien de sa position de quasi-monopole95. Paul Brennan notait par ailleurs que le choix d’accepter une multiplicité de types d’écoles permettrait à l’école catholique d’affirmer davantage sa propre identité. Face à l’ampleur des évolutions sociales et fragilisée par les scandales à répétition, la hiérarchie catholique a développé ces dernières années une politique double, avec d’un côté une insistance sur son droit et son devoir de garder « ses » écoles96, et de l’autre une acceptation du principe d’un secteur catholique comme une option parmi d’autres.

46Il faut noter au préalable que la hiérarchie catholique n’est pas un bloc monolithique, et qu’il existe une certaine gradation dans les opinions exprimées. Il est également important de garder à l’esprit que l’Église catholique irlandaise s’occupe des écoles catholiques en République d’Irlande, mais aussi en Irlande du Nord, et que la dimension nord-irlandaise entre donc nécessairement en ligne de compte. Les représentants de l’Église catholique en Irlande du Nord paraissent d’ailleurs particulièrement jaloux de leurs prérogatives dans le domaine de l’éducation.

  • 97 Site http://www.catholicbishops.ie, qui a remplacé le site du Bureau catholique des communications (...)
  • 98 En témoigne une plainte déposée par James Cassin auprès de la chaîne de radio RTÉ Radio 1, suite à (...)

47La dominante actuelle, sur le terrain comme dans le discours officiel catholique véhiculé notamment sur le site de la Conférence des évêques catholiques irlandais97, est celle de la perpétuation de la part très majoritaire des écoles catholiques au sein du système, et donc de l’accueil d’une population beaucoup plus diverse que par le passé dans un grand nombre de ces écoles. On a vu que les responsables catholiques y ont été poussés par l’État lui-même, au nom de la « gestion efficace des ressources ». Ce positionnement explique que le discours gouvernemental de « l’école inclusive », qui visait logiquement à une prise en charge de la diversité essentiellement au sein des écoles existantes, soit relayé par les éducateurs catholiques, du moins jusqu’à un certain point. La position de défense des écoles existantes appartenant à l’Église catholique d’une manière générale est exprimée régulièrement par le représentant de la Commission épiscopale sur l’éducation, Monsignor James Cassin, avec l’affirmation réitérée que ces écoles ne peuvent être qualifiées d’exclusives. James Cassin n’hésite d’ailleurs pas à poursuivre toute personne qui prétendrait le contraire ou à se plaindre de ce qu’une opinion de ce type ait pu être exprimée sur les ondes98.

  • 99 John Walshe, « Church Demands Key Role in New Secondary Schools », The Irish Independent, 9 septemb (...)

48Les responsables catholiques cherchent ainsi à préserver autant que possible leur contrôle sur la plus grande partie des écoles, dans la droite ligne de la politique de pérennisation de la plus grande partie du système existant, fondée comme on l’a vu sur l’établissement des fondations privées chargées de maintenir le caractère religieux des écoles appartenant à l’Église ou aux congrégations, quitte à accepter dans un certain nombre de ces écoles une diversification de la population scolaire qui pourrait de fait remettre en question la légitimité du fonctionnement et du « caractère propre » (ethos) des écoles en question. Le caractère très relatif du retrait envisagé de l’Église catholique est aussi visible dans son implication réaffirmée dans le second degré, puisque, d’après les révélations d’un journaliste de The Irish Independent en 2008 (qui a eu accès à un document confidentiel adressé au ministre de l’Éducation Batt O’Keeffe), celle-ci continue à exiger une part au moins du contrôle des nouveaux établissements secondaires dans les zones en expansion, et s’est émue du fait que la grande majorité des quelque trente nouvelles écoles secondaires ouvertes ces dix dernières années ne sont pas catholiques99.

49D’un autre côté, du point de vue de la hiérarchie catholique, le danger principal et le contrecoup de la situation de quasi-monopole des écoles catholiques est que cette diversification est perçue comme « diluant » potentiellement l’identité catholique de l’école. L’insistance sur un maintien strict du système est par ailleurs devenue de plus en plus difficilement tenable face aux évolutions sociales, et notamment face à des situations telles que celle de l’école ouverte en catastrophe en septembre 2007 par l’Église à la demande de l’État, alors que 80 % des élèves inscrits n’étaient pas catholiques. C’est pourquoi la position graduellement adoptée consiste aussi à présenter l’enseignement catholique comme une option parmi d’autres, ayant sa place au même titre que d’autres (et particulièrement dans un contexte où une grande majorité de la population se décrit toujours comme catholique) au sein du système éducatif.

  • 100 Diarmuid Martin, « Changing Society, Changing Schools »,notes de l’archevêque Diarmuid Martin pour (...)
  • 101 Irish Catholic Bishops’ Conference, Catholic Primary Schools : A Policy for Provision into the Futu (...)

50Cette position a été exprimée à plusieurs reprises par l’archevêque de Dublin Diarmuid Martin, notamment dans un discours remarqué en 2006, au cours duquel il a dit sa conviction qu’une pluralité d’écoles est la meilleure manière de répondre aux besoins d’une société pluraliste100. Cette nouvelle attitude a été saluée par de nombreux responsables éducatifs et politiques comme marquant un tournant comparé à l’attitude intransigeante de l’Église catholique irlandaise dans le domaine éducatif jusque-là. Elle est souvent présentée comme progressiste puisque perçue comme une forme d’ouverture pluraliste (c’est-à-dire soutenant l’idée d’une pluralité de types d’écoles), mais, dans le contexte irlandais, elle acte aussi les limites des capacités et de la volonté d’inclusion des écoles catholiques en réaffirmant leur fonction prioritaire d’éducation de la population catholique, et pousse le système tout entier vers la diversification, et donc la ségrégation sur des lignes religieuses, tout en légitimant la préservation de « ses » écoles par l’Église catholique. Le document de politique générale publié par la Conférence des évêques en 2007 détaillait cette position101. Du point de vue de l’Église catholique, cette diversification est conçue comme un moindre mal : mieux vaut pour elle en effet une multiplication d’écoles de confessions différentes et multi-confessionnelles qu’un système public unique au service d’une société sécularisée, neutre d’un point de vue religieux.

  • 102 Archevêque de Dublin Diarmuid Martin, « Governance Challenge for Future Primary School Needs – Spea (...)
  • 103 Voir Fiona Gartland, « Talks on Catholic School Patronage Next Week », The Irish Times, 6 novembre (...)
  • 104 Voir « School Plan Abandoned Due to Lack of Premises », The Irish Times, 20 septembre 1993.

51C’est dans cette logique qu’il faut comprendre l’infléchissement, prudent mais significatif, de la position de la hiérarchie catholique perceptible dans le discours de Diarmuid Martin lors de la conférence organisée en juin 2008 par le gouvernement sur la question de la gouvernance des écoles primaires futures : Diarmuid Martin a en effet à cette occasion et pour la première fois évoqué la possibilité d’un transfert de quelques écoles catholiques à Dublin vers d’autres patrons (comme cela s’était passé de manière très exceptionnelle pour l’école de Dublin 15 ouverte en catastrophe en 2007 par l’Église à la demande expresse de l’État, et transférée un an plus tard vers le comité VEC de Dublin). Diarmuid Martin a ainsi parlé d’une forme de « retrait structuré du fondateur-propriétaire catholique », « là où la demande existe »102. C’est la première fois qu’est envisagée publiquement une quelconque redistribution des écoles et bâtiments existants, et ce à l’initiative de l’Église elle-même et non à la demande de l’État103. Il s’agit malgré tout d’une vraie inflexion politique, en regard des résistances passées, lorsque des écoles multi-confessionnelles devaient par exemple faire face au refus catégorique de la part de l’Église de leur louer des bâtiments pourtant vides, comme à Galway au début des années quatre-vingt-dix104.

  • 105 Citation indirecte (compte rendu du discours) de Leo O’Reilly dans John Walshe, « Church Presses fo (...)
  • 106 Ibid. : « [Such a joint patronage] would give it a voice in shaping the ethos of the school […] ».

52En même temps, l’Église cherche actuellement le moyen de conserver ou de mettre en place une forme de contrôle même sur ces écoles transférées, dans le cadre d’un système de patronage conjoint, qui lui permettrait d’avoir un droit de regard sur le recrutement des enseignants notamment et d’imprimer sa marque sur ces écoles, pour préserver sa vision de l’éducation religieuse dans le primaire. L’évêque Leo O’Reilly évoquait cette volonté de l’Église lors d’une conférence à l’institut de formation des enseignants Mary Immaculate College de Limerick en mai 2009. Il confirmait ainsi la possibilité d’envisager des transferts, mais uniquement après consultation et dans le cas d’écoles où les enfants catholiques ne constitueraient plus qu’une petite minorité. Il affirmait une préférence pour un système de patronage conjoint avec le ministère de l’Éducation, sur le modèle des écoles de quartier du second degré, système qui pourrait également inclure un autre patron religieux le cas échéant. Un tel arrangement lui paraissait favoriser la création d’écoles qui seraient à ses yeux réellement « multi-confessionnelles » et inclusives105, tout en permettant à l’Église de contribuer à « façonner l’ethos de l’école »106. C’est d’ailleurs manifestement dans cet esprit que quelques écoles dites « inter-confessionnelles », car sous l’égide conjointe de l’Église catholique et de l’Église d’Irlande, ont été ouvertes ces dernières années.

53Une telle vision suppose une perception très limitée de la diversité potentielle de la population scolaire dans les écoles, et même une assez curieuse conception de la visée majoritaire (elle-même sujette à caution) habituellement mise en avant par l’Église catholique pour justifier la préservation du caractère propre de « ses » écoles. Il semblerait ainsi que l’Église catholique irlandaise s’attende à occuper une position de contrôle privilégiée, qu’elle partagerait éventuellement avec un autre patron religieux, mais qui lui permettrait néanmoins de contribuer à façonner l’ethos de l’établissement, dans des écoles où les enfants catholiques ne constitueraient pourtant qu’une petite minorité. Les limites du discours pluraliste et de la volonté d’ouverture et de retrait de l’Église catholique irlandaise au sein du système éducatif sont ainsi clairement visibles, puisqu’il s’agit ici de préserver une forme de contrôle même dans le cas d’écoles qui n’auraient qu’une petite minorité d’enfants catholiques.

  • 107 FIRE Report (Future Involvement of Religious in Education), 1973 ;citédans Denis O’Sullivan, Cultur (...)
  • 108 Voir Ruadhán Mac Cormaic, « Nun Urges Church to Give up Running Schools », The Irish Times, 19 sept (...)

54À l’inverse, une minorité au sein de l’Église s’interroge au contraire depuis quelques années sur la légitimité sociale et même sur l’intérêt de la perpétuation de cette place de l’Église dans le système éducatif irlandais d’un point de vue religieux. Le rapport FIRE de 1973 sur le rôle futur des religieux dans l’éducation, élaboré par un groupe de travail composé de religieux et de laïcs (déjà cité au chapitre I), souhaitait que des écoles catholiques « survivent », mais reconnaissait que les écoles religieuses étaient de moins en moins nécessaires pour fournir un service éducatif, et estimait que l’État serait amené à prendre cet aspect en charge de plus en plus107. Plus récemment, une figure catholique très respectée en Irlande, sœur Stanislaus Kennedy, fondatrice du Conseil irlandais des immigrants, a appelé l’Église catholique à envisager de se retirer de l’administration des écoles, dans un discours devant le Conseil national des prêtres à Athlone en septembre 2007108. Selon elle, les circonstances qui ont conduit les Églises à s’investir dans l’éducation ayant radicalement changé, l’Église doit revenir à sa mission première, la transmission de la foi et des valeurs catholiques, et laisser à l’État la responsabilité de l’administration des écoles.

55L’Église catholique est donc poussée malgré elle vers une solution de repli relatif par l’accélération des changements à l’œuvre au sein de la société irlandaise, mais reste manifestement très attachée à ses prérogatives scolaires. Elle paraît aujourd’hui prête à quelques concessions, mais entend conserver la très grande majorité de « ses » écoles. Son positionnement est grandement facilité par un gouvernement très réticent à tout changement structurel jusqu’à présent et qui continue à se reposer en grande partie sur l’Église.

Les gouvernements Fianna Fáil des années deux mille : « un problème, quel problème ? »

56La position gouvernementale officielle portée par le Fianna Fáil repose sur l’idée que le système existant peut légitimement être considéré comme un système national au sens où il jouerait un rôle de service public d’éducation. L’État préfère en conséquence jouer le rôle d’un arbitre dont la fonction principale, en dehors de celui de bailleur de fonds, serait de préserver un équilibre entre les différentes formes de patronage en présence. Ce choix politique repose sur un discours de liberté et de pluralisme : la liberté des différents intérêts ou patrons de conserver leur réseau d’écoles, de le développer si la demande existe (et s’ils en ont les moyens financiers), et d’imprimer à ces écoles leur orientation particulière ; la liberté des parents dans le choix de l’école de leur enfant (avec les nombreuses restrictions liées aux caractéristiques du système existant) ; le pluralisme dans la pluralité des modèles ou types d’écoles selon les patrons.

  • 109 Cité par Seán Flynn, « Delay in Rolling out Schools Criticised », The Irish Times, 18 septembre 200 (...)
  • 110 Fintan O’Toole, « A Lesson for Primary Schools », The Irish Times, 18 décembre 2007 : « This is a w (...)

57Le lancement du modèle pilote par l’intermédiaire du comité VEC de Dublin représentait bien une entorse à la position d’arbitre adoptée par l’État, ce dernier en étant directement à l’origine (même si l’idée de départ est venue non de l’État mais des comités VEC eux-mêmes). L’association Educate Together ne s’y est d’ailleurs pas trompée, accusant l’État de privilégier ses nouvelles écoles dans les quartiers en question et non de se comporter comme l’arbitre extérieur qu’il se targue d’être par ailleurs, alors que Educate Together était en « compétition » sur les mêmes territoires, soutenue dans sa démarche d’ouverture d’école par de nombreuses demandes de pré-inscriptions. Mais cette posture d’arbitre explique précisément l’insistance du gouvernement pour présenter ce modèle comme une modeste addition au système, alors que d’autres, comme Michael Moriarty, secrétaire général de l’Association irlandaise pour l’enseignement professionnel (IVEA) impliquée dans la gestion de ces nouvelles écoles, les qualifient de modèle idéal, permettant d’accueillir la diversité sous un même toit plutôt que sous différents toits109. À l’aune de l’adaptation du système aux nouvelles réalités sociales irlandaises, l’analyse de ce modèle pilote proposée par Fintan O’Toole paraît particulièrement pertinente : « En principe, il s’agit là d’un progrès bienvenu, mais en réalité cela ne représente qu’une réponse si timide qu’elle semble ignorer les problèmes précis qui l’ont suscitée »110.

  • 111 Auteur non précisé, « A New System of School Patronage », The Irish Times, 18 juin 2009.
  • 112 Voir Michael O’Regan, « Labour Calls for Forum on School Patronage », The Irish Times, 18 juin 2009
  • 113 De l’INTO à l’Église catholique, en passant par le Conseil national des parents et par les principa (...)

58Le caractère extrêmement limité de cette nouveauté structurelle, alors même que l’Église catholique elle-même, par la voix de l’archevêque de Dublin Diarmuid Martin, admettait que sa situation de quasi-monopole dans le primaire était un « reliquat historique » qui ne reflétait pas les réalités contemporaines et ne pouvait être maintenue en l’état111, a conduit à une situation paradoxale, l’État apparaissant comme plus conservateur encore que l’Église catholique irlandaise. Le chef du Parti travailliste irlandais, Eamon Gilmore, a ainsi déclaré en juin 2009 que Diarmuid Martin était très en avance sur le gouvernement sur la question du patronage des écoles112. Même si on peut s’interroger sur le caractère progressiste d’une multiplication des différents types d’écoles primaires, l’absence de direction politique claire du gouvernement comme son refus de mettre en place un forum national sur la question de la structuration du système éducatif, alors que la quasi-totalité des acteurs éducatifs et politiques en affirmaient la nécessité depuis plusieurs années113, expliquent aisément que les gestes d’ouverture de la part de l’Église catholique aient été présentés favorablement en regard de l’inertie gouvernementale.

  • 114 « Conference on the Governance Challenge for Future Primary School Needs », Dublin, 27 juin 2008.
  • 115 Les deux discours de Batt O’Keeffe et de Diarmuid Martin ainsi que le programme de la conférence, à (...)

59La conférence organisée le 27 juin 2008 par le gouvernement sur le « défi de gouvernance pour les futurs besoins d’écoles primaires »114 était clairement orientée de manière à éviter précisément tout débat de fond sur cette question, comme l’indique d’ailleurs le titre lui-même. Le ministre de l’Éducation nouvellement nommé, Batt O’Keeffe, a ainsi mis l’accent dans son discours sur la question de l’ouverture de nouvelles écoles primaires à l’avenir, et spécifiquement sur les projets gouvernementaux pour la mise en place dans certains centres urbains en expansion des « écoles de quartier » déjà mentionnées. L’archevêque de Dublin, dont le discours a été mis en exergue par la place qui lui a été accordée au sein de la conférence, comparé aux interventions d’autres patrons et contrairement à leur égalité de statut théorique, a apporté son soutien au gouvernement en saluant la création de ce nouveau type d’écoles, tout en défendant la place de l’éducation catholique115. Au-delà des tiraillements parfois mis en avant dans les médias, gouvernement et hiérarchie catholique paraissaient en fait clairement sur la même longueur d’onde dans ce domaine.

  • 116 Parliamentary Debates, Dáil Éireann, vol. 614, 15 février 2006 : « change is happening and it is be (...)

60Le gouvernement Fianna Fáil se targuait d’accompagner et de faciliter les évolutions, mais il s’est refusé à prendre véritablement les choses en main, dans la droite ligne du rôle historique que s’est donné l’État irlandais dans le domaine de l’éducation. La déclaration de la ministre de l’Éducation Mary Hanafin lors d’un débat parlementaire en février 2006 : « il y a du changement, et il est fait en sorte que celui-ci soit facilité »116, paraît une bonne illustration de cette attitude. Les raisons de cette position sont multiples. L’enjeu est bien sûr pour une bonne part financier : il n’est pas question de créer un réseau parallèle d’écoles en plus du réseau dit « national » existant ; mais le gouvernement Fianna Fáil n’était manifestement pas non plus prêt à risquer un conflit frontal avec l’Église catholique en particulier et avec les différents intérêts religieux (et parentaux pour les écoles Educate Together et un certain nombre des écoles en langue gaélique) investis dans le système d’une manière générale. Au cours du même débat parlementaire de février 2006, Mary Hanafin déclarait, en réponse aux sollicitations d’un membre du Parti travailliste sur la nécessité de changements structuraux :

  • 117 Ibid. : « I have no intention of changing the management of schools throughout the country. I am no (...)

Je n’ai pas l’intention de modifier le modèle de gestion des écoles dans l’ensemble du pays. Je n’en suis ni le gestionnaire, ni le propriétaire. Les locaux ne m’appartiennent pas et je ne suis pas un des propriétaires-fondateurs, et donc la chose est impossible ; de plus, je ne saurais négliger la contribution apportée par les conseils d’administration actuels117.

  • 118 Ibid. : « […] there is no way of getting them to do that ».
  • 119 Citée dans Marie O’Halloran, « Hanafin Defends Policy on Schools », The Irish Times, 6 septembre 20 (...)

61L’emploi réitéré de la forme négative illustre à merveille le refus du gouvernement de se saisir directement de la question et de déroger à la règle historique de la délégation de la chose publique vers les propriétaires privés des écoles, qui n’est d’ailleurs jamais présentée comme telle. La petite entorse à cette ligne de conduite constituée par les deux écoles de quartier pilotes ouvertes en 2008 sous l’égide du comité VEC de Dublin n’était de ce point de vue qu’une exception qui venait confirmer la règle. Le fait même qu’à l’occasion de ce débat la ministre de l’Éducation ait pu comparer le chef du Parti travailliste, Pat Rabbitte, à Henri VIII cherchant à obliger les Églises à renoncer à leurs terres est révélateur d’un arrière-plan idéologique bien particulier. La ministre choisissait de mettre en avant à la fois la sacro-sainte propriété privée, (« il est impossible de les y obliger »118), et le droit des Églises à « leurs » écoles plutôt que la question de la responsabilité de l’État en matière d’éducation, pointant encore une fois du doigt l’impuissance volontaire du gouvernement. Dans le même ordre d’idées, en réaction aux rapports critiques des Comités des Nations unies évoqués en début de chapitre, la ministre de l’Éducation Mary Hanafin a déclaré en septembre 2007 qu’il n’y aurait aucun changement dans la législation, dans la mesure où celle-ci « reflète le système éducatif irlandais »119. L’emploi d’une telle tournure, qui implique que la loi est là pour refléter la réalité plutôt que pour l’améliorer, est révélateur de l’absence d’une véritable volonté de réforme dans ce domaine.

62La position du gouvernement mettait plus largement en lumière la relation complexe entre les Églises et l’État dans ce domaine jusqu’à présent : l’État préservait et maintenait le pouvoir de contrôle des Églises chrétiennes et de l’Église catholique en particulier en s’en remettant à elle dans la gestion de l’immense majorité des écoles. Mais ce statut particulier, entre public et privé, des écoles catholiques (et protestantes dans une moindre mesure) les obligeait en retour à répondre dans une certaine mesure aux sollicitations politiques, d’ailleurs relayées ou même initiées par certains enseignants et directeurs d’école : comme on l’a vu, le programme des écoles, mis en place en 1999, se veut inclusif, et doit être appliqué dans tous les établissements, mais surtout les écoles elles-mêmes sont censées l’être ou le devenir. La pression sociale et politique les pousse en théorie à réagir comme si elles étaient des écoles publiques, c’est-à-dire accueillant également tous les enfants, et la loi les y oblige donc jusqu’à un certain point. Mais l’arrivée, massive dans certains quartiers, d’enfants dont les parents ne sont pas ou plus catholiques, a rendu de plus en plus problématique l’insistance réitérée sur le caractère fondamentalement religieux de ces écoles.

  • 120 Patsy McGarry, Harry McGee, « Carey Says State must Take Control of Church-Run Schools ».

63Il est à noter que quelques voix discordantes se sont fait entendre au sein même du gouvernement Fianna Fáil, comme celle de Pat Carey, déjà cité plus haut, lui-même professeur des écoles pendant trente ans, qui s’est exprimé en juin 2009 en faveur d’un transfert des écoles primaires vers un système public d’État. Il a ainsi déclaré qu’un nouveau modèle mieux adapté à la situation irlandaise actuelle en matière de diversité devait être développé, et a même estimé publiquement que l’État s’était jusqu’à présent dérobé à ses responsabilités dans l’éducation120. Mais en l’absence de reprise officielle d’une telle position de la part du gouvernement (dont un porte-parole a au contraire rappelé que Pat Carey s’exprimait à titre strictement personnel), de telles voix sont restées isolées, et sans effet sur la politique menée.

Conclusion : diversification limitée et perpétuation de la ségrégation religieuse

  • 121 Voir Áine Hyland, « The Multi-Denominational Experience in the National School System in Ireland », (...)

64Le système reposant traditionnellement sur la ségrégation religieuse et sur la délégation par l’État du système lui-même aux Églises, il n’est pas étonnant que la diversification religieuse ait conduit assez naturellement les acteurs politiques mais aussi religieux à envisager d’emblée et à faciliter une diversification correspondante des types d’écoles. C’est bien ce qui s’est passé dans une certaine mesure. En même temps, dans le domaine éducatif, la seule reconnaissance institutionnelle et structurelle de la diversification religieuse à ce jour, en dehors de la création continue d’écoles « multi-confessionnelles » à l’initiative de Educate Together (dont l’essor n’a aucunement été facilité par l’État121 et qui cherchent au contraire à inclure la diversité religieuse dans un type d’école), sont les deux écoles primaires musulmanes créées à la fin des années quatre-vingt-dix et les deux nouvelles « écoles de quartier » (community schools) créées en septembre 2008, dont le modèle était jusqu’à présent destiné uniquement aux zones de forte croissance urbaine.

65La création du nouveau type d’écoles primaires que constituent ces « écoles de quartier », pour la première fois à l’initiative de l’État, participe en fait à la fois d’une forme de diversification du système, puisque celui-ci vient s’ajouter aux écoles existantes, et d’une tentative de mettre un frein à cette diversification, ces écoles étant censées accueillir également et sans discrimination les enfants « de toutes les religions et d’aucune » : c’est tout le paradoxe de ces « écoles de quartier » qui sont une manière pour l’État de freiner une diversification selon des critères religieux, tout en coupant l’herbe sous le pied des détracteurs d’un système qui resterait pourtant par ailleurs en grande partie confessionnel.

  • 122 Brian Hayes, Mary Hanafin, Parliamentary Debates, Dáil Éireann, vol. 647, 19 février 2008, « Writte (...)
  • 123 Conor Lenihan cité dans Ruadhán Mac Cormaic, «Level of Immigration ‘Underestimated’ », The Irish Ti (...)

66Ce double rôle dévolu aux nouvelles « écoles de quartier » se trouve parfaitement illustré dans la réponse faite dans le cadre d’un débat parlementaire en février 2008 par Mary Hanafin au député et porte-parole du Fine Gael pour l’éducation Brian Hayes qui évoquait la possibilité de faire en sorte qu’un tiers des places dans les écoles catholiques soit réservé à des enfants non catholiques (et de même pour les écoles d’autres confessions). Dans sa réponse, Mary Hanafin esquive d’abord le problème en se référant à la liberté pour les administrateurs des écoles de décider eux-mêmes de leurs règles d’admission dans le cadre de la loi sur l’éducation de 1998, puis déplace le débat en proposant à la place une présentation détaillée du nouveau modèle des « écoles de quartier » alors en cours d’élaboration, un modèle complètement « intégré » dans le sens où il accueillerait également tous les enfants quel que soit leur arrière-plan religieux, mais toujours aussi un modèle très limité dans ses ambitions d’expansion à l’époque122. Conclusion : aux yeux du gouvernement Fianna Fáil, le seul vrai problème d’« intégration scolaire », voire de diversité, existerait dans les quartiers urbains (dublinois) en expansion du fait de l’immigration économique. C’était là manifestement se voiler la face devant la réalité des évolutions sociales sur l’ensemble du territoire irlandais. Une telle vision était également en contradiction manifeste avec les déclarations d’autres membres du même gouvernement, comme Conor Lenihan, ministre pour l’Intégration, sur la nécessité d’une approche systémique de la diversité socio-culturelle irlandaise123.

  • 124 Voir « Proposals Include Five Muslim Schools », The Irish Examiner, 17 novembre 2007 ; « Approval S (...)
  • 125 Voir Seán Flynn, « Department Delivers Scathing Report on Dublin Muslim School », The Irish Times, (...)

67D’un autre côté, pour quelles raisons l’État freinerait-il le processus de diversification religieuse au sein du système éducatif, alors que la position officielle consistait maintenant à saluer et à faciliter ce « pluralisme » structurel ? La seule raison invoquée officiellement, et très probablement la raison principale, est celle du caractère nécessairement limité des ressources financières publiques et donc de l’impossibilité matérielle de multiplier le nombre de petites écoles pour satisfaire à toutes les demandes potentielles, qui explique la position plus restrictive du gouvernement vis-à-vis de la reconnaissance officielle de nouvelles écoles, évoquée plus haut. En même temps, cette logique, poussée à son terme, nécessiterait également que tout le réseau des écoles catholiques dans les régions rurales ou dans les petites villes soit transformé selon le modèle des « écoles de quartier », option radicale qui n’a encore jamais été évoquée par le gouvernement. La question reste posée par ailleurs d’une réticence possible du gouvernement vis-à-vis de la multiplication des écoles musulmanes en particulier. À Cork, la communauté musulmane demande en effet déjà depuis quelques années sans succès une école sur le modèle des deux écoles musulmanes de Dublin et d’autres demandes ont aussi été faites, comme à Tralee par exemple124. La question est d’autant plus délicate que l’école musulmane la plus récente, celle de Cabra Street à Dublin, a fait l’objet d’un rapport d’inspection très alarmant en 2009 (enseignants peu ou pas formés, temps consacré à l’instruction religieuse trop important, en violation des règles officielles, refus d’appliquer le programme de musique, etc.)125.

68Il semble donc que la diversification des types d’écoles primaires en République d’Irlande soit vouée à rester relativement limitée. Elle permet à la fois une certaine forme de ségrégation et le maintien d’un système où la majorité des écoles primaires reste sous le contrôle de l’Église catholique, malgré l’augmentation de la proportion d’enfants non catholiques dans nombre de ces écoles. Le lancement du forum national « Pluralisme et patronage dans les écoles primaires » par le nouveau ministre de l’Éducation en avril 2011 pourrait représenter une ouverture considérable. Le transfert d’un certain nombre d’écoles catholiques vers d’autres patrons qui semble envisagé pour le moment préserverait néanmoins le principe même du patronage comme celui de la ségrégation religieuse, sans pour autant mettre un terme aux problèmes de discrimination.

Notes

1 INTO, Intercultural Education in the Primary School, Dublin, INTO, 2004, p. 59 : « Can we have genuine intercultural primary education without confronting the major structural issue in primary education in Ireland ? […] I acknowledge the tremendous work that is being done by teachers in denominational schools all over the country trying to address this problem. But, sooner or later, we as a society have to face this, that we cannot seriously go forward with a primary system unique in the developed world in which 99 % of primary schools are privately owned religious institutions who, by law, must uphold one particular religious ethos ».

2 Committee on the Rights of the Child, Concluding Observations of Ireland’s Second Report under the UN Convention on the Rights of the Child, 2006, p. 14, paragraphes 60 et 61 (disponible en ligne à l’adresse : http://www.childrensrights.ie/files/IRLCONCOBS.pdf).

3 Comité des Nations unies pour l’élimination de la discrimination raciale, Observations finales du Comité pour l’élimination de la discrimination raciale : Irlande, 2005, paragraphe 18 (disponible en ligne à l’adresse : http://www.aidh.org/ONU_GE/Racisme/66Sess.htm#5).

4 Children’s Rights Alliance, From Rhetoric to Rights : Second Shadow Report to the United Nations Committee on the Rights of the Child, Dublin, Children’s Rights Alliance, 2006, p. 61.

5 La commission, mise en place en mai 2000, a entendu les témoignages de plus de mille personnes ayant passé leur enfance dans deux cent seize institutions religieuses dans la République, principalement entre les années quarante et quatre-vingt. Le rapport est en cinq volumes. Commission to Inquire into Child Abuse, Commission Report, 20 mai 2009 (disponible en ligne à l’adresse : www.childabusecommission.com/rpt).

6 Comme en témoignent les très nombreuses réactions publiques et articles de presse s’y rattachant, par exemple : Patsy McGarry, « Sexual Abuse ‘Endemic’ in State-Run Institutions », The Irish Times, 20 mai 2009 ; « Irlande : un rapport dénonce soixante ans de torture dans les internats catholiques », LeMonde.fr, 20 mai 2009.

7 Commission to Inquire into Child Abuse, Commission Report, 20 mai 2009, vol. IV, chap. VI : conclusion, 6.03 : « The deferential and submissive attitude of the Department of Education towards the Congregations compromised its ability to carry out its statutory duty of inspection and monitoring of the schools. The Reformatory and Industrial Schools Section of the Department was accorded a low status within the Department and generally saw itself as facilitating the Congregations and the Resident Managers ».

8 Par exemple, Mary Raftery, « Bishops Lied and Covered up », The Irish Times, 27 novembre 2009 ; voir le site de RTÉ News, 27 novembre 2009, http://www.rte.ie/news/2009/1127/abuse.html (consulté le 30 novembre 2009), où le Rapport Murphy est disponible au format PDF.

9 Patsy McGarry, Harry McGee, « Carey Says State must Take Control of Church-Run Schools », The Irish Times, 1er juin 2009 : « Mr Carey said there was now ‘an opportunity to explore how the State can take on its responsibilities for delivering an educational system’ ».

10 Fintan O’Toole, « Lessons in the Power of the Church », The Irish Times, 6 juin 2009 ; Fintan O’Toole, « Arrogant Demand for Control has not Changed », The Irish Times, 26 mai 2009.

11 Fintan O’Toole, « Catholics should Go Public », The Irish Times, 12 octobre 2004.

12 Voir la déclaration de Mary Hanafin, ministre de l’Éducation, « 24 April 2008 – 22 New Primary Schools Receive Recognition from September 2008 » (communiqué de presse sur www.education.ie) ; « Proposals Include Five Muslim Schools », The Irish Examiner, 17 novembre 2007 ; « Approval Sought to Open Kerry’s First Islamic School in Tralee », The Kerryman, 21 novembre 2007.

13 Nom complet : An Foras Pátrúnachta na Scoileanna LánGhaeilge Teo (qui signifie « patron institutionnel des écoles en langue gaélique »). Voir http://www.foras.ie pour une liste de ces écoles. Il existait en tout cinquante et une écoles primaires et une école secondaire d’enseignement gaélique dans la République en 2009.

14 D’après Paul Rowe, représentant de l’association Educate Together, cité dans Anne Byrne, « Diversity is about more than Religion », The Irish Times, 28 septembre 1999.

15 La liste des écoles primaires est mise à jour chaque année (avec une rubrique précisant leur « affiliation ») sur le site du ministère de l’Éducation, http://www.education.ie.

16 Dónal Ó Loingsigh reprend le détail du contrat qui lie les écoles catholiques dans Dónal Ó Loingsigh, « Intercultural Education and the School Ethos », in Responding to Racism in Ireland, Fintan Farrell, Philip Watt (dir.), Dublin, Veritas, 2001, p. 120.

17 Andy Pollak, « State to Pay Full Purchase Cost of all School Sites », The Irish Times, 11 janvier 1999.

18 Position exprimée par l’évêque Thomas Flynn, président de la Commission sur l’éducation de la hiérarchie catholique, cité dans Andy Pollak, « State to Pay Full Purchase Cost of all School Sites ». Áine Hyland donne un aperçu des négociations entre les Églises et l’État qui ont conduit à cet arrangement, et des principales clauses des différents « contrats » (« deeds of trust ») dans Áine Hyland, « Multi-Denominational Schools in the Republic of Ireland, 1975-1995 », Cycnos, vol. 13, nº 2, 1996, Éducation et religion dans les îles Britanniques : Dieu à l’école, Dieu et l’école, p. 39-40.

19 C’est toujours le terme de « patron » qui est utilisé, même pour les cas plus nombreux aujourd’hui où l’école elle-même est en fait la propriété de l’État (comme c’est le cas pour toutes les nouvelles écoles primaires ouvertes depuis 1999), d’où le glissement de « fondateur-propriétaire » à « fondateur-administrateur » dans la traduction proposée du terme « patron ».

20 Voir Katherine Donnelly, « VECs Ask Minister for‘Cradle to Career’Campuses », The Irish Independent, 4 mai 2006.

21 Voir Elaine Edwards, « State to Open Pilot non-Religious Schools », The Irish Times, 13 décembre 2007.

22 Voir Seán Flynn, « Shortage of Pupils Delays Opening of Dublin School », The Irish Times, 8 mai 2008.

23 Voir le bulletin électronique de l’association Educate Together : ETEN (Educate Together Electronic Newsletter), vol. 8, nº 2, 24 avril 2008, 12 New Educate Together Schools to Open Sept. ’08.

24 Voir Niall Murray, « Doubts over Primary School Plans », The Irish Examiner, 14 décembre 2007.

25 Dans le cadre scolaire, « inter-denominational » fait généralement référence en Irlande à une forme de collaboration entre Église catholique et Église d’Irlande dans l’administration d’une école.

26 Réponse à une question sur les politiques d’inscription dans les écoles faite par Mary Hanafin, ministre de l’Éducation et députée ; Parliamentary Debates, Dáil Éireann, vol. 647, 19 février 2008.

27 Batt O’Keeffe, interviewé dans Seán Flynn, « Primary School Recognition to be Reviewed », The Irish Times, 11 septembre 2008.

28 Voir Sheelagh Drudy, Kathleen Lynch, Schools and Society in Ireland, Dublin, Gill & Macmillan, 1993, p. 92. Pour une étude historique détaillée, lire Louis O’Flaherty, Management and Control in Irish Education : The Post-Primary Experience, Dublin, Drumcondra Teachers’ Centre, 1992.

29 DES, Preface – Post-Primary Schools – School Year 2009-2010 (disponible en ligne à l’adresse : http://www.education.ie/home/home.jsp ?pcategory=10917&ecategory=12016&language=EN, rubrique « Associated Documents »).

30 DES, Preface – Post-Primary Schools – School Year 2007-2008 : Vocational Education Committees, « representatives of the local authorities, and various community and education interests ».

31 Voir Sheelagh Drudy, Kathleen Lynch, Schools and Society in Ireland, p. 80-82.

32 Department of Education, Post-Primary Schools Listing – School Year 2007-2008.

33 Voir Sheelagh Drudy, Kathleen Lynch, Schools and Society in Ireland, p. 80-81 ; Diversity at School, Anne Lodge, Kathleen Lynch (dir.), Dublin, Institute of Public Administration for the Equality Authority, 2004, p. 47-48.

34 Education Commission, CORI, Religious Congregations in Irish Education : A Role for the Future ?, Dublin, CORI, 1997, p. 8.

35 Sheelagh Drudy, Kathleen Lynch, Schools and Society in Ireland, p. 92.

36 Education Commission, CORI, Religious Congregations in Irish Education…, p. 9.

37 D’après le tableau des postes d’enseignants du premier degré par sexe, statut et par année : Teaching Posts (30th June in given year) in National Schools (Number) by Sex, Teacher Status and Year, statistiques du ministère de l’Éducation et des Sciences, disponibles à l’adresse http://www.cso.ie.

38 Voir John Walshe, « End of Era for Christian Brothers », The Irish Independent, 19 juin 2008.

39 Site de l’Edmund Rice Schools Trust : http://www.erst.ie/asp/section.asp?s=75 (consulté le 21 septembre 2009) : « Nurturing faith, Christian spirituality and Gospel-based values ».

40 Voir John Cooney, « Nuns Set up Trust to Ensure Catholic Values Protected », The Irish Independent, 14 juin 2007.

41 Voir le site de la fondation, http://www.ceist.ie (rubrique « Who we are »), pour plus de détails.

42 http://www.ceist.ie/index.php/plain/charter/charter (consulté le 22 septembre 2009) : « The aim of the consultation process was to capture the richness of the existing ethos, capture Catholic values in education and create an inspiring vision for the schools into the future ».

43 Ibid.

44 Irish Catholic Bishops’ Conference, A Pastoral Letter – Vision 08, A Vision for Catholic Education in Ireland, Maynooth, Irish Catholic Bishops’ Conference, 12 mai 2008, p. 10.

45 La publication suivante reprend et détaille les règles concernant les conseils d’administration des différentes écoles : DES, Boards of Management of National Schools : Constitution of Boards and Rules of Procedure, Athlone – Baile Àtha Luain, DES, 2007, p. 3-5.

46 Education Act, 1998, section 15 ; DES, Boards of Management of National Schools…, p. 3.

47 Pour une analyse des évolutions et débats entre les projets gouvernementaux successifs des années quatre-vingt-dix, lire Áine Hyland, « Multi-Denominational Schools… », p. 38-40.

48 Site du Marino Institute of Education : http://www.mie.ie/About-MIE/Campus/The-Christian-Brother-community-and-MIE.aspx (consulté le 18 septembre 2009).

49 D’après le site du Réseau Edmund Rice : http://www.edmundrice.net/index.php ?option=com_content&view=article&id=95&Itemid=83 (consulté le 19 septembre 2009).

50 Pour le détail, voir la rubrique « Governing Body 2008-2009 » du site du Marino Institute : http://www.mie.ie/About-MIE/Structure-and-Administration/Administrative-Departments/Governing-Body-2007-2008.aspx (consulté le 20 septembre 2009).

51 President’s Report 2007, Dublin, Marino Institute of Education, 2007, chap. I, p. 9. Figurent ainsi parmi les « six principes directeurs » énoncés par les administrateurs religieux en 2006 : « Be œcumenical and respectful of people of other faiths » ; « Be supportive of the mission of Catholic education by assisting the processes to articulate the ethos of Catholic education […] ».

52 Rubrique « Recent History / Development » du site du Marino Institute of Education, http://www.mie.ie/About-MIE/Campus/Recent-History-Development.aspx (consulté le 18 septembre 2009) : « developing innovative programmes to support the Catholic ethos in schools with a diverse pupil population ; cherishing our Irish cultural and linguistic traditions and connections […] ».

53 Ibid : « […] promoting the harmonious growth of the whole person in faith, life and culture […] ».

54 Un résumé historique succinct de ces évolutions figure sur le site de l’institut : http://www.spd.dcu.ie/main/about/history.shtml (consulté le 15 septembre 2009).

55 http://www.spd.dcu.ie/main/about/governing_body.shtml (consulté le 15 septembre 2009).

56 Site de Mary Immaculate College, http://www.mic.ul.ie/visitors/history.htm (consulté le 27 septembre 2009) : « A Catholic foundation, Mary Immaculate College maintains an active Christian life where Christian values, freedom and personal responsibility are honoured ».

57 http://www.mic.ul.ie/education/mission.htm (consulté le 27 septembre 2009) : « Faculty of Education Mission Statement : […] To engender in our graduates a commitment to the full social, emotional, intellectual development, and cultural diversity of the children they teach so that as citizens of the future, they are competent, assured and caring members of society […] ».

58 http://www.spd.dcu.ie/main/about/mission.shtml (consulté le 2 février 2010) : « […] the College is committed to creating a community of learning in which Catholic religious values and equity are promoted […] ».

59 Cours intitulé « Tensions between state and faith schools ». Voir Fintan McCutcheon, « Is our School System Institutionally Racist ? », Metro Éireann, 13 septembre 2007.

60 Pat Rabbitte, « Bringing Children Together » ; repris dans un article de John Walshe, « Churches Out - Rabbitte », The Irish Independent, 3 février 2006 (disponible en ligne à l’adresse : http://www.labour.ie/campaigns/listing/20060202161752.html, consultée le 14 décembre 2007) ; voir aussi David Quinn, « Hands off our Schools – Archbishop Brady Hits out at Critics of Catholic Education… », The Daily Mail, 8 février 2006, p. 8.

61 Ruairi Quinn, « Primary School System has to Change with the Times », The Irish Independent, 14 juillet 2009.

62 Ibid. : « The cultural commitment of Irish parents to the education of their children in the school of their choice, where possible, is a strong legacy from the past which we should maintain ».

63 Garret FitzGerald s’est exprimé à plusieurs reprises dans sa colonne de The Irish Times à ce sujet, et aussi dans Garret FitzGerald, « Concluding Commentary », in Religion and Politics in Ireland at the Turn of the Millennium, James P. Mackey, Enda McDonagh (dir.), Dublin, The Columba Press, 2003, p. 264.

64 Suite à un remaniement ministériel, c’est le nouveau ministre de l’Éducation Batt O’Keeffe qui participa à la conférence elle-même, intitulée « Conference on the Governance Challenge for Future Primary School Needs », le 27 juin 2008 à Dublin.

65 Voir Agnès Maillot, « Les nouveaux Républicains », Études irlandaises, nº 32-2, automne 2007, Les nouveaux Irlandais, Karin Fischer, Anne Goarzin (dir.), p. 74-75.

66 Sinn Féin, Education and Childcare : Reaching our Full Potential – Sinn Féin Education and Childcare Platform 2007, p. 2 (disponible en ligne à l’adresse : http://www.sinnfein.ie/contents/16531, consultée le 25 septembre 2009) : « Review the current system of ownership and management of schools with a view to ensuring equitable education for all, sufficient school places for all pupils wherever they live and the best management of schools ».

67 Voir Ruth Coppinger, Councillor, Socialist Party, « End Religious Control of Schools », 23 juin 2009, sur le site du Parti socialiste irlandais (consulté le 10 octobre 2009).

68 Parmi les objectifs de politique éducative énumérés dans le programme du Workers’ Party sur le site officiel, on trouve ainsi : « Support for the development of a secular state-funded system of education. The Bush and Blairite concept of ‘faith-based’ schools is a recipe for segregation and sectarianism » (http://www.workerspartyireland.net/policies.html, consulté le 25 septembre 2009).

69 Voir la rubrique des communiqués de presse (« Press releases ») sur le site http://www.educatetogether.ie.

70 Dónal Ó Loingsigh, « Barriers to Intercultural Education », in School Culture and Ethos : Cracking the Code, Catherine Furlong, Luke Monahan (dir.), Dublin, Marino Institute of Education, 2000, p. 225-231 ; Dónal Ó Loingsigh, « Intercultural Education and the School Ethos », p. 115-123.

71 Dónal Ó Loingsigh, « Intercultural Education and the School Ethos », p. 122 : « Providing an intercultural education that incorporates equal recognition to other religions appears to be incompatible with the ethos of a denominational school. Thus I believe that the creation of a truly intercultural educational system in Ireland demands far reaching structural changes in how schools are both established and managed ».

72 Intervention orale de Declan Kelleher, lors du forum de discussions de la « Conference on the Governance Challenge for Future Primary School Needs ».

73 INTO, Teaching Religion in the Primary School – Issues and Challenges, Dublin, INTO, 2004, p. 95-96 ; ou encore une contribution de John Carr dans un débat contradictoire, « Is Denominational Education Suitable for 21st Century Ireland ? » [Yes : John Murray (lecturer in Mater Dei Institute of Education) / No : John Carr (General Secretary of the INTO)], The Irish Times, 7 avril 2008.

74 National University of Ireland, Maynooth, université non confessionnelle, fruit de la séparation en 1997 des facultés de lettres et arts, de sciences, de philosophie et d’études celtiques de leur « maison-mère » catholique, Saint Patrick’s College, Maynooth. Pádraig Hogan est aussi ancien président de la Educational Studies Association of Ireland.

75 INTO, Teaching Religion in the Primary School…, p. 97 : « If we were starting with a clean slate now, I would like to think that we would start with the idea of the local school, and with an acknowledgement of its diversity ».

76 Ibid., p. 155 : « One member of the group suggested that the whole primary school system should become non-denominational – ‘especially since the state pays for the running of the schools. Then each denomination would have to cater for their own specific needs in religion. It would make life easier for the teacher in the classroom.’ This comment was greeted with general agreement, and the discussion concluded ».

77 Sean Cottrell, cité dans John Walshe, « School Principals Say Parents must Take more Responsibility », The Irish Independent, 30 janvier 2006.

78 Ibid. : « The day is gone when organised religion in denominational form is required to govern and manage schools ».

79 http://www.asti.ie, au 15 décembre 2009.

80 Moira Leydon, « Association of Secondary Teachers of Ireland Perspective », in School Culture and Ethos…, p. 239-242.

81 Billy Fitzpatrick (responsable pour l’éducation et la recherche et ancien président de la TUI), « School Culture and Ethos – A Teachers’ Union of Ireland Perspective », in School Culture and Ethos…, p. 233-238.

82 Irish Vocational Education Association.

83 Voir Katherine Donnelly, « VEC’s Historic Primary School Bid », The Irish Independent, 28 février 2006.

84 INTO, Newcomer Children in the Primary Education System, Dublin, INTO, 2006, p. 11.

85 National Parents’ Council. Voir Áine Kerr, « VEC Role in Primary Schools Backed », The Irish Times, 24 avril 2006.

86 « Your Education System ». Un site interactif a été lancé à cette occasion, www.youreducation.ie.

87 Thomas Kellaghan et al., Views of the Irish Public on Education : 2004 Survey, Dublin, Educational Research Centre, 2004, Tableau 20, p. 34. Publication disponible sous format PDF sur le site http://www.erc.ie/?p=21.

88 Rosita Boland, « Church and Schools : The Public Speak », The Irish Times, 30 janvier 2010.

89 Eoin O’Mahony, Council for Research and Development, Factors Determining School Choice – Report on a Survey of the Attitudes of Parents of Children Attending Catholic Primary Schools in Ireland, rédigé pour la commission pour l’éducation de la Conférence des évêques irlandais, Maynooth, avril 2008 (disponible en ligne à l’adresse : http://www.catholicbishops.ie/education/953).

90 Ibid., p. 22.

91 Sean Flynn, « Parents Seek Position of Catholic Church on School Entry », The Irish Times, 20 mai 2000 : « The Catholic information office said yesterday there was no change in its school enrolment policy, where Catholic schools were open to all children. However, many bishops, it said, would undoubtedly have some sympathy for Dr Smith’s remarks when faced with a similar situation in which parents who had lost contact with the church were availing of Catholic schools ».

92 INTO, Newcomer Children in the Primary Education System, p. 10 : « Many Catholic schools have enrolment policies which give priority to Catholic children ».

93 Sean Flynn, « Bishop Queries non-Believers’Availing of Catholic Schools », The Irish Times, 19 mai 2000 : « Dr Smith said he would like to see the Department of Education taking a more active role in providing non-denominational education for those who wanted it instead of expecting the Catholic Church to provide and run the schools ».

94 Citations de l’archevêque Sean Brady, tirées de David Quinn, « Hands off our Schools… », p. 8 : « It’strue that other parents must have their rights respected too, and schools will have to be provided for them. But that doesn’t mean the Catholic Church should step down and diminish or dilute our schools. […] These are Catholic schools, and the Catholic Church has a perfect right to its schools. Catholic parents have a right to a Catholic education for their children. The Education Act permits this ».

95 Paul Brennan, « The Catholic School and Secularization in Ireland », Cycnos, vol. 13, nº 2, 1996, p. 12.

96 Pour exemple, l’interview au titre éloquent de l’archevêque Sean Brady par David Quinn, « Hands off our Schools… », p. 8.

97 Site http://www.catholicbishops.ie, qui a remplacé le site du Bureau catholique des communications (Catholic Communications Office, http://www.catholiccommunications.ie).

98 En témoigne une plainte déposée par James Cassin auprès de la chaîne de radio RTÉ Radio 1, suite à une émission au cours de laquelle Fintan McCutcheon, enseignant dans une école Educate Together (mais qui siégeait auparavant dans le conseil de gestion d’une école catholique) avait fait état de la politique d’inscription donnant la priorité aux enfants catholiques et de ses conséquences exclusives. Détail de la plainte et de la réponse du service juridique de RTÉ Radio 1 sur http://www.bcc.ie/decisions/sep_07_decisions.html, Broadcasting Complaint Decisions, septembre 2007 (Ref. nº 192/07, 22 juin 2007).

99 John Walshe, « Church Demands Key Role in New Secondary Schools », The Irish Independent, 9 septembre 2008.

100 Diarmuid Martin, « Changing Society, Changing Schools »,notes de l’archevêque Diarmuid Martin pour sa conférence à l’occasion de la présentation d’un nouveau diplôme en éducation à Dublin City University, 22 septembre 2006 (disponible en ligne à l’adresse http://www.dcu.ie/news/2006/sep/archbishopspeech.pdf).

101 Irish Catholic Bishops’ Conference, Catholic Primary Schools : A Policy for Provision into the Future, Dublin, Veritas, 2007.

102 Archevêque de Dublin Diarmuid Martin, « Governance Challenge for Future Primary School Needs – Speaking Notes », Dublin, 27 juin 2008 (disponible en ligne à l’adresse : http://www.education.ie/servlet/blobservlet/Kilmainham_Conference_Index.htm) : « structured divestment of the Catholic patron », « where the demand exists ».

103 Voir Fiona Gartland, « Talks on Catholic School Patronage Next Week », The Irish Times, 6 novembre 2009.

104 Voir « School Plan Abandoned Due to Lack of Premises », The Irish Times, 20 septembre 1993.

105 Citation indirecte (compte rendu du discours) de Leo O’Reilly dans John Walshe, « Church Presses for New ‘Shared’ Role in Primary Schools », The Irish Independent, 23 mai 2009 : « The resulting school would be genuinely multi-denominational in that it would include all and try to cater for the religious instruction and worship of the different denominations represented in the school ».

106 Ibid. : « [Such a joint patronage] would give it a voice in shaping the ethos of the school […] ».

107 FIRE Report (Future Involvement of Religious in Education), 1973 ;citédans Denis O’Sullivan, Cultural Politics and Irish Education since the 1950s – Policy, Paradigms and Power, Dublin, Institute of Public Administration, 2005, p. 153.

108 Voir Ruadhán Mac Cormaic, « Nun Urges Church to Give up Running Schools », The Irish Times, 19 septembre 2009.

109 Cité par Seán Flynn, « Delay in Rolling out Schools Criticised », The Irish Times, 18 septembre 2008.

110 Fintan O’Toole, « A Lesson for Primary Schools », The Irish Times, 18 décembre 2007 : « This is a welcome development in principle but, in reality, it represents a response so timid that it seems to ignore the very problems that have prompted it ».

111 Auteur non précisé, « A New System of School Patronage », The Irish Times, 18 juin 2009.

112 Voir Michael O’Regan, « Labour Calls for Forum on School Patronage », The Irish Times, 18 juin 2009.

113 De l’INTO à l’Église catholique, en passant par le Conseil national des parents et par les principaux partis d’opposition. Voir Eamon Gilmore cité dans Michael O’Regan, « Ahern to Consider Setting up National Education Forum », The Irish Times, 28 novembre 2007 ; Brian Hayes, porte-parole sur l’éducation du Fine Gael interviewé par Seán Flynn, « Hayes : My First Task is to Challenge Hanafin’s ‘Happy-Clappy’ Spin », The Irish Times, 6 novembre 2007.

114 « Conference on the Governance Challenge for Future Primary School Needs », Dublin, 27 juin 2008.

115 Les deux discours de Batt O’Keeffe et de Diarmuid Martin ainsi que le programme de la conférence, à laquelle j’ai pu assister, sont sur http://www.education.ie/servlet/blobservlet/Kilmainham_Conference_Index.htm (consulté le 15 septembre 2009).

116 Parliamentary Debates, Dáil Éireann, vol. 614, 15 février 2006 : « change is happening and it is being facilitated ».

117 Ibid. : « I have no intention of changing the management of schools throughout the country. I am not the manager or owner of schools. I do not own the sites and I am not a patron, so it is not possible to do so, nor do I want to ignore the contribution made by the present boards of management ».

118 Ibid. : « […] there is no way of getting them to do that ».

119 Citée dans Marie O’Halloran, « Hanafin Defends Policy on Schools », The Irish Times, 6 septembre 2007 : « It reflects the Irish education system ». Le même article mentionnait les deux rapports des Comités des Nations unies.

120 Patsy McGarry, Harry McGee, « Carey Says State must Take Control of Church-Run Schools ».

121 Voir Áine Hyland, « The Multi-Denominational Experience in the National School System in Ireland », Irish Educational Studies, vol. 8, nº 1, 1989, p. 89-114.

122 Brian Hayes, Mary Hanafin, Parliamentary Debates, Dáil Éireann, vol. 647, 19 février 2008, « Written Answers – School Enrolments ».

123 Conor Lenihan cité dans Ruadhán Mac Cormaic, «Level of Immigration ‘Underestimated’ », The Irish Times, 17 septembre 2007.

124 Voir « Proposals Include Five Muslim Schools », The Irish Examiner, 17 novembre 2007 ; « Approval Sought to Open Kerry’s First Islamic School in Tralee », The Kerryman, 21 novembre 2007.

125 Voir Seán Flynn, « Department Delivers Scathing Report on Dublin Muslim School », The Irish Times, 18 juin 2009.

© Presses universitaires de Caen, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540