Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et religion

 | 
Karin Fischer

Introduction

Texte intégral

Religion, identité et citoyenneté à l’école : le cas irlandais

1Le présent ouvrage se propose d’examiner la place de la religion à l’école en République d’Irlande et ses implications idéologiques, politiques et sociales contemporaines. La perspective privilégiée est essentiellement politique et idéologique : il s’agit d’étudier les politiques scolaires comme reflet des orientations des autorités gouvernementales, d’examiner aussi l’implication et la vision des différents acteurs éducatifs, et de proposer une analyse du débat public et des fluctuations de l’opinion publique sur cette question. Le système éducatif irlandais actuel est qualifié de « confessionnel » et fondé sur la ségrégation religieuse. L’Église catholique étant encore aujourd’hui propriétaire et administratrice de l’immense majorité des écoles primaires dites « nationales » de la République d’Irlande, essentiellement financées par ailleurs par l’État, les écoles catholiques font office d’écoles publiques. Mais la diversification évidente de la population scolaire depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, liée à la fois à l’évolution des mentalités en République d’Irlande et au nouveau phénomène d’immigration, a fait ressortir le caractère problématique de la nature double de ces écoles, et porté sur la place publique la question de la légitimité du lien structurel entre l’Église catholique et la grande majorité des écoles, à tel point que la persistance du caractère catholique de la plupart des écoles irlandaises est maintenant vécue par certains comme une forme d’impérialisme culturel.

2D’un point de vue international, les évolutions contemporaines dans la République d’Irlande sont d’autant plus intéressantes que la société irlandaise se retrouve dans une situation complexe en termes de projection identitaire : il lui faut aujourd’hui tenter de réconcilier une image d’elle-même en tant que peuple colonisé (qui avait jusqu’à une période récente éprouvé le besoin d’affirmer sa spécificité culturelle à travers ses écoles) et la nouvelle position de la République d’Irlande en tant que pays « post-impérial » de fait, à la suite de son envolée économique et de l’arrivée consécutive d’immigrants en nombre pour la première fois dans l’histoire contemporaine du pays. La récession dans laquelle s’enfonce le pays depuis 2008 ne change pas fondamentalement cette nouvelle donne, même si le phénomène migratoire commence à s’inverser à nouveau : des immigrés, des Irlandais (re)partent, mais d’autres restent ou viennent encore, et surtout les évolutions sociales de ces trente dernières années ne se sont pas limitées aux changements démographiques. En même temps, la question des rapports entre religion, culture et école a bien évidemment une portée internationale en elle-même et étudier le cas irlandais pourra aussi être l’occasion d’amorcer une réflexion sur cette question telle qu’elle touche plus généralement toute société ouverte et démocratique, et notamment sur l’utilisation politique dans un contexte international des concepts d’inter-culturalité et de pluralisme, de citoyenneté civique ou ethnique, d’inclusion / exclusion appliqués au domaine scolaire.

3Les évolutions politiques, sociales et culturelles (indépendance et partition, conflit nord-irlandais, intégration dans l’espace européen, essor économique récent, sécularisation et immigration) ont progressivement amené l’État irlandais à remettre en question une transmission identitaire par l’école fondée sur le nationalisme culturel, gaélique et catholique, qui s’était développé au xixsiècle en réaction à la domination britannique et au discours unioniste. Malgré cette remise en question graduelle, la perception dominante, sinon d’une société, du moins d’une majorité homogène en Irlande, et une forme d’ethno-nationalisme religieux continuent cependant à nourrir les débats actuels sur la place de l’Église catholique et des minorités religieuses et culturelles dans la société irlandaise en général et au sein du système éducatif en particulier.

  • 1 Tom Inglis, Moral Monopoly : The Rise and Fall of the Catholic Church in Modern Ireland, Dublin, Un (...)
  • 2 John Coakley, « Religion, National Identity and Political Change in Modern Ireland » [2002], in Iri (...)

4Plusieurs auteurs ont montré que le pouvoir social et symbolique de l’Église catholique en République d’Irlande a été fortement réduit au cours des trente dernières années1. D’après John Coakley, ce processus transitionnel conduit au remplacement progressif du nationalisme ethnique exclusif par un nationalisme civique plus inclusif2. L’école, lieu traditionnel de la transmission identitaire et culturelle et microcosme des débats politiques et sociaux, paraît un lieu particulièrement propice à un examen des modalités pratiques de ce processus, voire de sa réalité même. Jusqu’à quel point le milieu scolaire reflète-t-il en effet une telle évolution ?

5La dimension religieuse de la conception dominante de l’identité irlandaise, longtemps restée visible dans les discours de politique éducative comme dans le contenu et les objectifs affichés des programmes d’enseignement, a progressivement disparu des grands textes d’orientation gouvernementaux, mais elle reste encore aujourd’hui très présente dans la structuration même du système éducatif. Alors que des évolutions significatives dans le domaine scolaire semblent aller dans le sens décrit par John Coakley, cet élément de permanence pose nécessairement question. L’exploration des discours et pratiques des principaux acteurs de l’éducation en Irlande (État, Églises, responsables éducatifs religieux et non religieux, organisations enseignantes et parentales – la question de la place des enfants parmi ces acteurs étant également posée) vis-à-vis de la question de la relation entre école et religion dans l’État irlandais permet de mettre à jour un certain nombre de contradictions contemporaines et de mieux comprendre la nature des tensions qui en résultent.

6En Irlande, comme par exemple en Grande-Bretagne, il est de coutume d’aborder la question des discriminations liées à la place historique de certaines religions au sein du système éducatif dans une perspective « communautaire », ou « majoritaire/minoritaire », c’est-à-dire en s’intéressant avant tout aux inégalités dont peuvent être victimes certaines minorités religieuses, ainsi qu’aux effets réels ou supposés de la ségrégation scolaire de ce point de vue. En République d’Irlande, il a ainsi été établi que l’existence de minorités non catholiques a longtemps été partiellement ignorée, tolérée ou considérée comme plus ou moins problématique dans le cadre éducatif. Les minorités protestantes, longtemps restées à la périphérie identitaire de l’État irlandais, avaient néanmoins à leur disposition un réseau parallèle d’écoles, comme c’est encore le cas aujourd’hui. La question se pose maintenant bien plus largement de l’inclusion sociale et culturelle de différents groupes minoritaires dans le domaine de l’éducation, mais aussi, au-delà de la question des minorités plus ou moins reconnues (on pense par exemple au nombre croissant des personnes sans religion dans le pays), de la place de chaque enfant, quelles que soient ses origines socio-culturelles et les convictions religieuses de ses parents, au sein du système éducatif et de la société irlandaise. J’envisage en effet ici la totalité des enfants habitant en Irlande et y étant de ce fait scolarisés, sans les réduire a priori aux groupements de majorité et de minorités culturelles et religieuses auxquels ils peuvent appartenir selon leur milieu d’origine, en posant la question de l’égalité de traitement et de statut due à chacun d’entre eux, et en partant du principe que l’identité personnelle, sociale et culturelle de chaque enfant est un processus en construction, et non un ensemble d’étiquettes « pré-déposées ». Cela ne revient absolument pas à ignorer l’origine ou le vécu de chacun ou à imaginer une forme d’indifférenciation abstraite. Il s’agit simplement de reconnaître comme postulat de départ que chaque enfant est à la fois le produit d’influences croisées et acteur de sa propre construction, et non pas seulement un récipient passif qu’il s’agirait de remplir en l’« éduquant » d’une manière ou d’une autre.

7Le débat sur l’inclusion / exclusion identitaire en Irlande et sur sa traduction en termes de projection culturelle et religieuse à l’école a pris une ampleur nouvelle suite à l’arrivée d’un nombre considérable d’immigrants sur le sol irlandais depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, mais il ne s’agit là en réalité que d’une étape supplémentaire dans un processus évolutif long, la question de l’exclusion ayant concerné diverses minorités plus ou moins importantes ou visibles en termes de nombre bien avant ce phénomène nouveau. Même en adoptant une perspective de groupe, il est clair qu’il existe en Irlande un ensemble croissant d’enfants ne correspondant pas à l’image traditionnelle, marquée culturellement, de l’Irlandais catholique, les enfants issus de familles immigrées non catholiques ne constituant de ce point de vue qu’un groupe, lui-même hétérogène, parmi d’autres.

  • 3 Kathleen Lynch, Anne Lodge, Equality and Power in Schools : Redistribution, Recognition and Represe (...)
  • 4 Pour une discussion sur la relation complexe entre les concepts d’égalité et de diversité, lire par (...)
  • 5 Diversity at School, Anne Lodge, Kathleen Lynch (dir.), Dublin, Institute of Public Administration (...)

8D’un côté, la conception identitaire traditionnelle issue du nationalisme culturel irlandais était par définition exclusive, puisque ne pouvaient être pleinement irlandais que les habitants catholiques et de « souche » gaélique (en dehors des individus protestants admis au panthéon nationaliste). D’un autre côté, la conception dite « civique » est, comme l’écrit John Coakley, « plus inclusive », ce qui signifie qu’elle permet au moins de tendre vers un plus haut degré d’inclusion, à partir du moment où elle est fondée avant tout sur le concept de citoyenneté, et donc sur la présence sur un territoire et la participation à une société donnée, et non sur des critères préétablis d’appartenance à un groupe déterminé. Dans cette perspective, le terme d’« inclusion » peut renvoyer à la fois à la dimension collective de cohésion sociale / nationale, et à la dimension individuelle d’égalité citoyenne. Une inclusion réelle ne peut qu’être sous-tendue par la notion d’égalité, comme le montre notamment Kathleen Lynch3 : un enfant se sentira pleinement « inclus » dans le groupe scolaire s’il est véritablement considéré de manière égale aux autres enfants, sans aucune forme de discrimination. La prémisse de départ est qu’une véritable (recherche d’)égalité reconnaîtrait et respecterait la différence individuelle, tandis que l’idée du respect de la diversité n’inclut pas nécessairement l’idée d’égalité et choisit comme horizon premier la différence plutôt que le commun4. Dans ce contexte, il faut bien sûr rappeler que la dimension religieuse n’est qu’un aspect parmi d’autres des questions d’égalité et d’inclusion à l’école : dans ce domaine, la dimension socio-économique reste cruciale en matière d’inégalités scolaires, comme le rappellent également Kathleen Lynch et Anne Lodge5.

9La question de l’adéquation entre le système éducatif et la vision de l’identité et de la culture irlandaises véhiculée par celui-ci et l’existence d’enfants d’origines socio-culturelles et religieuses diverses au sein de ce système s’est d’ailleurs posée de manière aiguë bien avant les années quatre-vingt-dix, puisque c’est dans les années soixante et soixante-dix qu’un premier débat politico-éducatif a eu lieu en République, débat spécifiquement lié à la question du conflit en Irlande du Nord et au caractère exclusif et donc potentiellement conflictuel de l’identité irlandaise telle qu’elle était jusqu’alors véhiculée à l’école, particulièrement dans le cadre de l’enseignement de l’histoire. La question de la prise en compte d’enfants issus de familles non affiliées aux principales religions ayant leur propre réseau d’écoles et la question des alternatives possibles à la structuration du système éducatif existant ont également été posées sporadiquement à partir des années soixante-dix, mais c’est bien le phénomène d’immigration qui a véritablement lancé pour la première fois en République d’Irlande un grand débat national sur les formes de l’égalité d’accès à l’éducation et sur l’existence de discriminations diverses. Le débat public s’est essentiellement concentré sur la prise en compte de minorités (perçues comme telles) dans le système éducatif – minorités qualifiées d’« ethniques », minorités religieuses ou non religieuses, mais aussi Gens du voyage irlandais, assimilés à une minorité « ethnique » autochtone. L’un des objectifs du présent ouvrage est aussi de donner à voir les principales caractéristiques, les tenants et les aboutissants du débat national des années deux mille sur la place de la religion dans le système éducatif irlandais, qui paraît riche d’enseignements, à la fois sur l’état actuel de la société irlandaise en pleine transformation, et sur des problématiques auxquelles sont également confrontés la plupart des pays démocratiques.

Littérature secondaire : points de vue catholiques et perspectives démocratiques

10Il me paraît important de présenter en introduction un panorama des écrits irlandais récents sur la relation entre école et religion en Irlande, dans la mesure où leur division possible en grands ensembles fondés sur des postulats différents paraît en elle-même révélatrice de la nature du débat national actuel. La littérature irlandaise sur le sujet qui nous occupe peut en effet être divisée en deux grands domaines, dont on pourrait dire schématiquement que l’un est partie prenante des structures éducatives chrétiennes existantes et cherche avant tout à en préserver les caractéristiques essentielles, tandis que l’autre cherche d’emblée à se situer en dehors ou à côté du système pour être à même d’en proposer une analyse critique d’ensemble. Le premier domaine défini est celui d’un « camp » catholique très prolixe ces dernières années, avec plusieurs ouvrages sur l’école catholique et l’enseignement de la religion en Irlande qui prennent acte des évolutions sociales, mais adoptent pour la plupart une attitude défensive : justification de l’existence et de l’importance du réseau des écoles catholiques, avec parfois quelques inflexions ; redéfinition et réaffirmation du caractère propre de ces écoles ; notion d’inclusion comprise comme faisant partie du message de tolérance chrétien.

  • 6 Kevin Williams, Faith and the Nation – Religion, Culture and Schooling in Ireland, Dublin, Dominica (...)
  • 7 James Norman, Ethos and Education in Ireland, New York, P. Lang, 2003.
  • 8 From Present to Future – Catholic Education in Ireland for the New Century, Eithne Woulfe, James Ca (...)

11Plusieurs de ces ouvrages sont publiés par les maisons d’édition religieuses irlandaises Veritas (sous la responsabilité directe de la Conférence des évêques irlandais) et Dominican Publications. La plupart de leurs auteurs enseignent l’éducation religieuse aux futurs enseignants de cette matière dans les écoles secondaires, à l’institut Mater Dei comme Kevin Williams, auteur de Faith and the Nation – Religion, Culture and Schooling in Ireland6, ou James Norman, auteur de Ethos and Education in Ireland7, ou dans les instituts de formation des maîtres de Saint Patrick’s College, Drumcondra (Dublin) et de Mary Immaculate College à Limerick par exemple, ou bien sont eux-mêmes prêtres ou membres de la hiérarchie ou d’une congrégation catholique. Mention est faite dans l’ouvrage de Kevin Williams par exemple du discours « libéral », mais l’auteur ne propose pas lui-même de questionnement de fond sur la légitimité ou non du rôle de promotion de la religion qui semble accepté encore aujourd’hui par l’État irlandais, même si c’est de manière plus implicite qu’auparavant. La question principale à laquelle Kevin Williams aimerait répondre positivement dans son ouvrage est en effet la suivante : « La tradition chrétienne de l’Irlande peut-elle s’adapter aux exigences de la diversité ? ». La formulation choisie place d’emblée l’ensemble de l’argument de l’auteur dans la perspective d’une Irlande chrétienne et justifie donc a priori les bases du système lui-même. Williams se pose finalement non en observateur extérieur mais en tant que partie prenante et défenseur du système et de l’identité religieuse spécifique de l’Irlande telle qu’il la perçoit ; son objet est de rechercher les stratégies possibles d’adaptation du système éducatif existant à la diversification socio-culturelle en République d’Irlande, de manière à en préserver les aspects qui lui paraissent essentiels dans cette perspective chrétienne, et non d’en proposer une analyse critique globale qui pourrait aller jusqu’à une remise en question de ses fondements. La réflexion de ces auteurs participe donc généralement de la défense du statu quo culturel et politique dans le domaine de l’éducation, même si beaucoup parmi eux sont prêts à envisager des évolutions limitées, et même si certains ouvrages collectifs incluent une ou deux contributions plus critiques, comme c’est le cas par exemple de From Present to Future – Catholic Education in Ireland for the New Century, dirigé par James Cassin, secrétaire de la Commission des évêques irlandais sur l’éducation et Eithne Woulfe, de la Conférence des religieux en Irlande (CORI)8.

12Ce dernier ouvrage, clairement destiné à « préparer et élaborer des politiques visant à garantir l’avenir de nos écoles », comme l’avait indiqué l’évêque Leo O’Reilly en introduction au colloque rassemblant les différents intérêts catholiques dont ont été tirés la plupart des articles, comprend en effet une contribution qui tranche quelque peu avec la tonalité d’ensemble. Il s’agit de la reprise d’un article de Joseph Dunne (spécialiste en philosophie de l’enfance et de l’éducation à Saint Patrick’s College) écrit en 1991, qui résume d’ailleurs parfaitement les deux grandes perspectives en présence dès sa première phrase :

  • 9 Joseph Dunne, « The Catholic School, the Democratic State and Civil Society : Exploring the Tension (...)

13Il est possible de traiter les questions éducatives à partir d’un point de vue catholique, ou bien de les traiter dans la perspective d’un état démocratique dans une société moderne et pluraliste9.

14Joseph Dunne, tout en annonçant qu’il tente de rassembler les deux points de vue et d’examiner les tensions qui se font jour à leur point de rencontre, propose une réflexion critique d’ensemble sur un mode académique qui ne se résume pas à une perspective culturelle / religieuse spécifique. C’est sa conclusion, dans laquelle il justifie finalement, quoique de manière nuancée, le maintien du système confessionnel, qui explique en grande partie son inclusion dans un ouvrage par ailleurs destiné à la défense des écoles catholiques au sein du système éducatif irlandais. Cette conclusion, qui reste malgré tout peu tranchée puisqu’il laisse aussi ouverte la possibilité d’un retrait complet des écoles de la part de l’Église catholique, dans un « scénario à trois options », place Joseph Dunne parmi les voix plutôt divergentes au sein du domaine académique que je qualifierais de « démocratique », par comparaison à la majorité des chercheurs ayant écrit sur le sujet ces dernières années (il faut malgré tout garder également à l’esprit que l’article en question date de 1991).

  • 10 Diversity at School ; Primary Voices – Equality, Diversity and Childhood in Irish Primary Schools, (...)

15L’autre pan de la littérature récente sur le sujet (ou qui traite de ce sujet) en Irlande est ainsi constitué d’articles, de chapitres d’ouvrages collectifs et de livres, écrits pour la plupart par des universitaires. En dehors des centres de formation des enseignants d’éducation religieuse du secondaire comme l’institut Mater Dei, la plupart des établissements de recherche et d’enseignement supérieur irlandais ne sont plus sous la tutelle des différentes Églises chrétiennes, l’université de Maynooth s’étant finalement séparée en 1997 du Saint Patrick’s Collège, Maynooth, appelé aussi Maynooth College, établissement privé catholique. La situation est cependant compliquée de ce point de vue par l’existence des instituts de formation des maîtres, qui sont eux toujours confessionnels, mais liés aujourd’hui par des accords de partenariat aux différentes universités irlandaises. Certains des auteurs qualifiés ici d’universitaires enseignent en fait dans ces instituts de formation des maîtres, mais s’inscrivent dans la tradition académique « démocratique ». Ces écrits portent sur les politiques, structures et contenus éducatifs, sur la philosophie de l’enfance et de l’éducation. Des ouvrages récents de sociologie de l’éducation, comme Diversity at School ou Primary Voices – Equality, Diversity and Childhood in Irish Primary Schools10, s’intéressent en particulier aux questions de diversité, d’égalité et de discrimination à l’école primaire, avec un traitement critique d’ensemble du sujet et une approche généralement fondée sur la question de l’égalité des droits en démocratie.

  • 11 Denis O’Sullivan, Cultural Politics and Irish Education since the 1950s – Policy, Paradigms and Pow (...)

16Ce premier aperçu de la littérature secondaire liée à la question de la relation entre école et religion en Irlande permet également d’inscrire le résultat de mes travaux dans le cadre de la recherche à dimension internationale que l’on retrouve dans ces écrits. À l’opposé du discours politique dominant, nombre des chercheurs qui s’intéressent aux politiques éducatives et à la sociologie de l’éducation en République d’Irlande remettent en question un système confessionnel qui permet diverses formes de discrimination et d’exclusion et s’attaquent plus ou moins directement à sa nature ségréguée. Peut-être partiellement en raison des angles d’approche choisis, la plupart des auteurs ne s’aventurent pas cependant jusqu’à une analyse critique d’ensemble des caractéristiques confessionnelles du système éducatif irlandais, même s’ils en pointent un certain nombre de faiblesses. Dans un livre qui examine les grandes évolutions d’ordre idéologique dans le domaine de l’éducation en République d’Irlande au cours du xxe siècle, Denis O’Sullivan exprime une certaine surprise devant l’absence d’un discours unifié qui irait véritablement jusqu’au bout des argumentations logiques sur les faiblesses du système éducatif irlandais11. Le présent ouvrage est aussi une tentative de pousser cette argumentation, sinon « jusqu’au bout », au moins jusqu’à être en mesure de formuler certaines conclusions logiques en termes de politique éducative, en rassemblant autant que possible les fils, encore parfois épars, mais le plus souvent convergents, de la littérature critique existante en Irlande, et en exploitant les implications pour la situation irlandaise d’un certain nombre de réflexions théoriques et comparatives internationales. Il s’agit à la fois d’essayer de penser et d’utiliser les apports des chercheurs irlandais dans différents domaines de manière plus globale, d’exploiter l’opportunité de mettre davantage en lumière les réflexions d’auteurs irlandais qui n’ont pas réussi jusqu’à présent à percer les barrières du discours (politique et religieux) dominant en matière de politique éducative dans le contexte irlandais, mais aussi de faire ressortir les éléments de la situation et des enjeux irlandais qui peuvent avoir une résonance internationale.

  • 12 Kathleen Lynch, Anne Lodge, Equality and Power in Schools…, p. 10.

17Kathleen Lynch et Anne Lodge notent par exemple que les liens potentiels entre la question des droits des enfants, qui fait l’objet d’analyses plus nombreuses depuis une vingtaine d’années dans la sociologie et la philosophie de l’enfance, et les grands débats éducatifs restent encore peu explorés12. La plupart des auteurs irlandais abordent le problème de la relation entre école et religion par le prisme de la représentation par l’école de la diversité religieuse de la société irlandaise, et fondent leur argumentation sur le respect de l’égalité entre groupes ou communautés religieuses et sur celui de l’égalité citoyenne des parents. Quelques auteurs irlandais (comme Desmond M. Clarke du côté de la philosophie, Dympna Devine du côté de la sociologie de l’éducation) ont en fait commencé à s’y intéresser plus avant, mais c’est peut-être effectivement cette problématique des droits des enfants et de leurs liens avec les politiques éducatives qui reste la moins développée en Irlande comme au niveau international, et c’est donc l’un des principaux aspects que j’aimerais aborder dans le présent ouvrage, en relation à la question religieuse. Pour aller jusqu’au bout d’une logique argumentative fondée sur l’égalité citoyenne et le respect des droits humains dans un État démocratique et dans une société ouverte, il paraît en effet essentiel de prendre pleinement en compte également dans le contexte éducatif la question de l’égalité citoyenne des enfants et du respect de leurs droits en tant que personnes à part entière, quitte à ouvrir indirectement la boîte de Pandore de la tension potentielle entre droits des parents et droits des enfants en matière de religion.

  • 13 Denis O’Sullivan, « Cultural Strangers and Contrarians : Education, Church and Religion », in Cultu (...)
  • 14 Jim Deegan, « ‘Intentionally or Otherwise’ : Children and Diversity in Statutory and Policy Discour (...)
  • 15 Denis O’Sullivan, « Cultural Strangers and Contrarians… », p. 487-488.

18Dans son livre, Denis O’Sullivan établit à la fois un parallèle et une distinction entre deux groupes dans la recherche sur les politiques éducatives irlandaises, ceux qu’il appelle les « étrangers culturels » (des auteurs canadiens notamment comme Donald H. Akenson et E. Brian Titley) et les tenants irlandais d’un « contre-courant culturel » (qu’il appelle les « cultural contrarians »), qualifiés de la sorte parce qu’ils ont choisi d’aller à l’encontre du discours culturel dominant en République d’Irlande13. Il me semble qu’il est possible, et qu’il est même grand temps aujourd’hui de dépasser cette dichotomie entre des étrangers (et « assimilés » en quelque sorte, pour les « cultural contrarians ») et des « natifs culturels » dans les analyses critiques des politiques et structures éducatives irlandaises. O’Sullivan lui-même fait d’ailleurs surtout référence dans ce contexte à des publications des années soixante-dix et quatre-vingt. Les universitaires irlandais qui travaillent aujourd’hui sur les politiques éducatives ont une culture académique internationale et l’exploitent dans leur propre lecture critique ; ils reconnaissent, selon les termes de Jim Deegan, la nécessité d’une recherche à dimension comparative et « cosmopolite » d’un point de vue paradigmatique14. Un certain discours culturel dominant est bien évidemment toujours véhiculé dans les médias comme dans les milieux politiques, et l’un des propos de ce livre est précisément d’en analyser certaines caractéristiques, mais nombre de chercheurs irlandais s’en sont eux-mêmes suffisamment affranchis pour développer leur propre discours critique. C’est pourquoi il ne s’agit plus pour les chercheurs « étrangers » de se poser en donneurs de leçon d’une quelconque manière, comme cela a pu être parfois reproché à des auteurs comme Titley et Akenson15, mais bien davantage de s’associer aux travaux de recherche menés en Irlande, tout en proposant des points de vue et grilles de lecture qui ne font qu’apporter une contribution personnelle au débat, nécessairement international, sur les politiques et réalités irlandaises dans le domaine de l’éducation. Il reste vrai cependant que l’appartenance professionnelle (et souvent la participation personnelle) au système éducatif dont on s’attache à proposer une analyse peut parfois contribuer à en inhiber la critique, et c’est là probablement malgré tout l’un des intérêts du regard extérieur.

  • 16 Ibid., p. 489-490.

19Denis O’Sullivan explique l’impact jusqu’à présent très limité, voire même contre-productif, des écrits allant à l’encontre du discours politico-culturel dominant par le fait qu’ils n’ont pas dépassé les frontières académiques, alors que les « praticiens » de l’éducation et les responsables éducatifs religieux continuaient à porter et à véhiculer le discours « autochtone » dominant, ces derniers parvenant même à le renforcer précisément en réaction à ces écrits16. Là aussi on peut dire que la situation a considérablement évolué ces dernières années, du moins du côté des praticiens de l’éducation que sont les enseignants eux-mêmes. Au-delà du monde universitaire, les principales organisations enseignantes irlandaises, et en particulier l’INTO, qui représente les professeurs des écoles primaires, se sont en effet elles aussi ouvertes aux influences internationales et reprennent à leur compte dans une large mesure par exemple la défense des droits de l’homme et de l’enfant, le soutien au développement de l’éducation interculturelle et les notions d’égalité et d’inclusion telles qu’elles sont comprises ou débattues au niveau international. Nombre des acteurs éducatifs irlandais se sont approprié un certain discours critique sur le système éducatif existant, et le débat contradictoire s’est donc invité au sein même du système.

 

20Après avoir posé les bases historiques qui permettent de mieux comprendre la place accordée aujourd’hui à la religion dans les écoles irlandaises, je m’attacherai dans un second temps à décrire comment les évolutions politiques, sociales et culturelles à l’œuvre en République d’Irlande depuis la fin des années soixante ont provoqué une remise en question du discours dominant traditionnel sur l’identité catholique-chrétienne du pays, et à donner un aperçu des tensions contradictoires qui sont apparues au sein des élites politiques elles-mêmes entre une tentation communautariste, qui s’accommode de la persistance d’un discours de légitimation de la place privilégiée accordée au christianisme, et un discours fondé sur le renouveau de l’idéal républicain. Les deux chapitres suivants sont consacrés à une étude des orientations de politique éducative de ces quinze dernières années, telles qu’elles apparaissent dans les documents officiels du ministère de l’Éducation et dans les programmes d’enseignement, et de la manière dont ces orientations peuvent refléter ces tensions contradictoires. Le chapitre V examine les principales caractéristiques structurelles du système éducatif irlandais et le poids persistant de l’Église catholique en tant qu’institution structurante dans l’éducation, en regard du débat politico-éducatif des années deux mille sur la nécessité d’une réforme structurelle de fond. Les deux derniers chapitres s’attachent à la question des modes de légitimation des pratiques discriminatoires du système éducatif existant en matière de religion.

Notes

1 Tom Inglis, Moral Monopoly : The Rise and Fall of the Catholic Church in Modern Ireland, Dublin, University College Dublin Press, 1998 ; et, plus récemment, Tom Inglis, « Catholic Church, Religious Capital and Symbolic Domination », in Engaging Modernity : Readings of Irish Politics, Culture and Literature at the Turn of the Century, Michael Böss, Eamon Maher(dir.), Dublin, Veritas, 2003, p. 43-70 ; EndaMcDonagh, « Church-State Relations in an Independent Ireland », in Religion and Politics in Ireland at the Turn of the Millennium, James P. Mackey, Enda McDonagh (dir.), Dublin, Columba Press, 2003, p. 63.

2 John Coakley, « Religion, National Identity and Political Change in Modern Ireland » [2002], in Irish Political Studies Reader, Conor McGrath, Eoin O’Malley (dir.), Oxon, Routledge, 2008, p. 241.

3 Kathleen Lynch, Anne Lodge, Equality and Power in Schools : Redistribution, Recognition and Representation, Londres, Routledge Falmer, 2002 ; John Baker, Kathleen Lynch, Sara Cantillon, Judy Walsh, Equality from Theory to Action [2004], Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2009, p. 159-161.

4 Pour une discussion sur la relation complexe entre les concepts d’égalité et de diversité, lire par exemple, Walter Benn Michaels, The Trouble with Diversity – How we Learned to Love Identity and Ignore Inequality, New York, Holt Paperbacks, 2007.

5 Diversity at School, Anne Lodge, Kathleen Lynch (dir.), Dublin, Institute of Public Administration for the Equality Authority, 2004, Introduction, p. 7.

6 Kevin Williams, Faith and the Nation – Religion, Culture and Schooling in Ireland, Dublin, Dominican Publications, 2005.

7 James Norman, Ethos and Education in Ireland, New York, P. Lang, 2003.

8 From Present to Future – Catholic Education in Ireland for the New Century, Eithne Woulfe, James Cassin (dir.), Dublin, Veritas, 2006.

9 Joseph Dunne, « The Catholic School, the Democratic State and Civil Society : Exploring the Tensions », in From Present to Future…, p. 190 : « One might address educational issues from a Catholic viewpoint, or again one might address them from the perspective of a democratic state in a modern, pluralist society ».

10 Diversity at School ; Primary Voices – Equality, Diversity and Childhood in Irish Primary Schools, Jim Deegan, Dympna Devine, Anne Lodge (dir.), Dublin, Institute of Public Administration, 2004.

11 Denis O’Sullivan, Cultural Politics and Irish Education since the 1950s – Policy, Paradigms and Power, Dublin, Institute of Public Administration, 2005, p. 487.

12 Kathleen Lynch, Anne Lodge, Equality and Power in Schools…, p. 10.

13 Denis O’Sullivan, « Cultural Strangers and Contrarians : Education, Church and Religion », in Cultural Politics and Irish Education since the 1950s…, p. 481-490.

14 Jim Deegan, « ‘Intentionally or Otherwise’ : Children and Diversity in Statutory and Policy Discourses in Ireland », in Primary Voices…, section conclusive, chap. XIII, p. 239 : « […] inquiring into the tensions and harmonies that exist when majority and minority dynamics exist in Irish primary schools needs to be comparatively located, conceptually robust, and paradigmatically cosmopolitan ».

15 Denis O’Sullivan, « Cultural Strangers and Contrarians… », p. 487-488.

16 Ibid., p. 489-490.

© Presses universitaires de Caen, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540