Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et religion

 | 
Karin Fischer

Préface

Áine Hyland
Traduction de Robert Fischer

Texte intégral

1Depuis le milieu du xixe siècle, le système éducatif irlandais est en grande partie contrôlé et géré par les Églises, principalement l’Église catholique. À la date d’aujourd’hui, l’Église catholique est propriétaire et gestionnaire de 94 % de toutes les écoles primaires financées par des fonds publics, et les Églises protestantes assurent cette fonction pour près de 4 % des écoles. Seules 2 % des écoles primaires irlandaises ne sont pas sous contrôle confessionnel ou interconfessionnel. Cette situation contraste nettement avec celle prévalant dans d’autres pays européens, où la norme est le contrôle par l’État ou les autorités locales et où la majorité des enfants fréquentent la même école de proximité, quelle que soit l’affiliation religieuse ou éthique de leurs parents. Au cours des deux dernières décennies, la question du contrôle et de la gestion du système éducatif a pris un caractère politique brûlant en Irlande, et de récents sondages d’opinion montrent que la majorité de la population est favorable à un mode de contrôle et de gestion des écoles plus ouvert et plus démocratique.

2Contrairement à la plupart des autres pays européens, l’Irlande a une proportion croissante de jeunes gens et le taux de natalité se situe parmi les plus élevés du monde développé. En 2009, le nombre de naissances en Irlande était le plus élevé depuis plus d’un siècle, et on s’attend à ce que la population d’âge scolaire croisse dans un avenir prévisible. De nouvelles écoles seront nécessaires dans de nombreuses parties du pays et on assiste en ce moment à un vigoureux débat pour savoir qui va contrôler et gérer ces écoles. Certains évêques catholiques ont déclaré publiquement qu’ils ne souhaitent pas continuer à contrôler des écoles dans des districts où un nombre significatif de parents ont exprimé le vœu que leurs enfants ne fréquentent pas une école catholique, mais l’État a beaucoup tardé à réagir au désir de ces parents. L’État a suggéré que certaines écoles devraient être administrées par les Comités d’enseignement professionnel (Vocational Education Committees), mais cette proposition n’a pas suscité l’enthousiasme de nombreux parents du fait que de tels comités n’ont, par le passé, pas été particulièrement à l’écoute des demandes des parents et ne proposent généralement qu’une instruction catholique pendant les heures d’école (il est intéressant de constater à ce sujet que les récentes statistiques de l’OCDE montrent que la proportion de temps consacré à l’instruction religieuse dans les écoles irlandaises – 10 % du total des heures d’enseignement – est la plus élevée des pays de l’OCDE).

3Dans ce contexte, la publication de l’ouvrage de Karin Fischer École et religion – Hiérarchies identitaires et égalité citoyenne en République d’Irlande arrive à point nommé. Ce livre traite de la religion, de l’identité et de la citoyenneté dans le domaine de l’éducation en République d’Irlande. Le premier chapitre explore l’héritage historique qui est à l’origine de la situation actuelle, s’intéressant plus particulièrement à certaines périodes clés de dissensions religieuses qui ont donné naissance à un système éducatif ségrégué sur le plan religieux. Le deuxième chapitre est consacré à la question de l’identité et en particulier au rôle de la religion dans l’élaboration de l’identité irlandaise. Dans le troisième chapitre, l’auteur étudie le rôle de l’école dans la société irlandaise, et analyse la manière dont le système éducatif irlandais a cherché à s’adapter à une population de plus en plus multiculturelle et pluri-religieuse. C’est à juste titre qu’elle note que le système a tenté de préserver ses caractéristiques confessionnelles tout en accueillant un nombre croissant d’élèves non conformes au modèle religieux ou éthique ou au système de valeurs de l’école qu’ils fréquentent.

4L’auteur fait preuve d’une maîtrise impressionnante des questions traitées, étant donnée la complexité de la situation politique irlandaise et des prises de position parfois contradictoires des divers intervenants du système. Dans le chapitre VII, elle traite de la question de l’ethos en profondeur et évalue la capacité d’écoles administrées par diverses autorités à satisfaire des besoins et des exigences conflictuels. Elle analyse ce qu’elle appelle le “paradoxe” des écoles Educate Together, tout en reconnaissant qu’elles ont été chargées par l’État de se conformer à un système qui, historiquement, avait été élaboré afin de satisfaire les besoins d’écoles sous contrôle de l’Église. C’est ainsi que, par exemple, les conditions imposées par l’État selon lesquelles toutes les écoles en Irlande doivent enseigner la religion pendant les heures de classe s’appliquent également aux écoles Educate Together. Il en est résulté une solution irlandaise à un problème irlandais, à savoir que les écoles Educate Together ont requalifié l’enseignement éthique en enseignement religieux afin de se conformer aux règles imposées par l’État.

5Cet ouvrage est une étude tout à fait impressionnante de l’école et de la religion en Irlande, qui sera appréciée par les sociologues, les philosophes et les pédagogues, sans oublier tous ceux qui s’intéressent à l’actualité irlandaise. À ce jour, il n’existe aucune étude comparable entreprise ou publiée, que ce soit en français ou en anglais. Il s’agit d’un travail de grande envergure, très bien référencé, qui s’appuie sur d’importantes recherches préparatoires tant de sources primaires que secondaires. Nul autre ouvrage n’analyse de manière aussi détaillée ou avec autant de perspicacité les conséquences du contrôle par l’Église du système scolaire irlandais, ainsi que les répercussions sur les non-croyants et tous ceux de confession différente de celle des autorités qui contrôlent les écoles.

 

6Le contrôle de l’Église sur le système scolaire constitue aujourd’hui une question d’intérêt général en Irlande. Je ne doute pas que cette analyse détaillée et critique va susciter beaucoup d’intérêt. L’Irlande a une dette de gratitude envers Karin Fischer pour cet excellent livre et j’émets l’espoir qu’il soit aussi disponible en langue anglaise.

 

7Professeur Áine Hyland, le 20 septembre 2010

Auteur

Robert Fischer (Traducteur)

© Presses universitaires de Caen, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540