Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les voyages de Gulliver

 | 
François Boulaire
, 
Daniel Carey

Avant-propos

François Boulaire

Texte intégral

Vanité des vanités, dit l’Ecclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité.
Car tel homme a travaillé avec sagesse et science et avec succès, et il laisse le produit de son travail à un homme qui ne s’en est point occupé. C’est encore une vanité et un grand mal. Que revient-il, en effet, à l’homme de tout son travail et de la préoccupation de son cœur, objet de ses fatigues sous le soleil ? Tous ses jours ne sont que douleur, et son partage n’est que chagrin ; même la nuit son cœur ne repose pas. C’est encore là une vanité.
L’Ecclésiaste, 1 : 2 ; 2 : 21 - 23 (Segond).

1Si l’on voulait résumer en quelques phrases les leçons que chacun devrait tirer des Voyages de Gulliver, cette citation de l’Ecclésiaste cernerait, sans doute de plus près que bien d’autres, les intentions profondes de Swift. Gulliver ne consent à publier ses mémoires que parce qu’il pense que ses lecteurs sauront tirer leur profit d’une lecture attentive de ces récits présentés comme authentiques. Bien que le narrateur espère que trois mois suffiront à réformer les mœurs corrompues de la race humaine, il ne peut néanmoins s’empêcher d’en douter. Il révèle ainsi qu’il est conscient de la vanité de son entreprise. Quant à l’auteur, même s’il ne peut s’empêcher de se réjouir devant le succès que connaît son ouvrage, il ne se fait guère d’illusions quant au résultat final que pourrait éventuellement avoir cette satire virulente. Si enfin, lecteur ou critique, nous ne voulons pas céder à la vanité, nous pouvons tout au plus espérer comprendre, un peu mieux à chaque relecture, les intentions de ce texte si riche.

2Pour permettre aux pauvres Yahoos que nous sommes de saisir à peu près le message des Voyages et d’amender les travers qui nous accablent, il nous faut avoir une bonne connaissance de l’époque de Swift.

3Le premier article présente de façon succincte le contexte historique, social et politique d’une période comprise entre la date de naissance de l’auteur et le moment où il termine de corriger les erreurs contenues dans a première édition de son livre. Dans la mesure où les Voyages paraissent alors que Swift a dû s’exiler définitivement à Dublin, les rapports tendus entre l’Angleterre colonisatrice et l’Irlande dépendante sont plus particulièrement soulignés.

4Dans « The Texts of Gulliver’s Travels », Stephen Karian étudie les problèmes qui se posent à Swift lorsque, après les difficultés qu’il avait connues pour la première édition de son ouvrage, il cherche à en faire publier une version corrigée. Le doyen cherche à échapper à la censure des autorités et de l’éditeur et à faire passer son message moral et politique dans son intégralité.

5L’article de Jan Borm nous aide à mieux replacer les aventures de Gulliver dans le contexte historique des explorations contemporaines et des mondes imaginaires créés par divers prédécesseurs ou contemporains de Swift.

6Aux xviie et xviiie siècles, les problèmes liés à de mauvaises utilisations de diverses formes de langage se trouvent au centre des préoccupations de bien des penseurs laïcs et religieux. Anne Mulhall cherche à préciser la contribution de Swift à ce débat essentiel dans le paysage intellectuel de l’époque.

7De Pope à Jonathan Smedley, bon nombre de contemporains de Swift signalent le succès immédiat des Voyages de Gulliver. Certains mentionnent l’ouvrage pour l’encenser, d’autres pour le vilipender. Afin de mieux souligner la dimension universelle des problèmes abordés dans cet ouvrage qui ne laisse personne indifférent, Melanie Maria Just étudie sa réception non seulement en Irlande et en Grande-Bretagne, mais aussi en France et en Allemagne.

8C’est également une question de langage qui fait l’objet de l’article de M. Claude Fierobe. Son analyse fouillée des procédés rhétoriques dans Les Voyages de Gulliver nous invite à étudier en détail les systèmes d’écriture que Swift emploie pour mieux nous déconcerter et à approfondir les réponses que nous pouvons apporter aux problèmes que nous pose l’auteur.

9Aileen Douglas s’intéresse aux représentations de l’homme qui surgissent à l’occasion de chaque nouveau voyage. Elle montre comment la forme même de Gulliver, homme parmi les chevaux, les nains ou les géants, devient un objet d’étude. C’est donc bien la définition de ce qu’est l’homme qui est au centre d’un débat très fertile à l’époque.

10Daniel Carey aborde lui aussi le thème essentiel de la nature humaine. Il insiste tout particulièrement sur le quatrième voyage au cours duquel l’opposition entre Houyhnhnms et Yahoos met en lumière la dualité de la nature humaine. C’est en comparant la position swiftienne sur ce sujet avec celle de philosophes contemporains, et en particulier celle de Francis Hutcheson, que Daniel Carey nous permet de mieux comprendre l’originalité de la position du doyen de Saint-Patrick.

11C’est une étude de la satire qui clôt l’ouvrage. Jefferson Holdridge analyse cette dimension essentielle de l’ouvrage sous divers angles. Il s’intéresse aux rapports entre la morale et la satire, puis aux sources de cette dernière dans l’œuvre de Swift. En conclusion, il retrouve les liens entre instinct et raison qu’étudiaient les deux articles précédents.

12Cependant, c’est bien entendu à chaque lecteur qu’il revient de tirer ses propres conclusions sur les multiples contradictions qui surgissent avec chaque nouvel épisode des aventures de ce misanthrope chrétien, Gulliver.

© Presses universitaires de Caen, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540