Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le roman irlandais contemporain

 | 
Sylvie Mikowski

Avant-propos

Texte intégral

1Cet ouvrage s’adresse à la fois au cercle restreint des chercheurs spécialisés en « études irlandaises » ou en « études anglophones », et à un public plus étendu simplement désireux de découvrir une littérature étonnamment prolifique. Il souhaite permettre également à des étudiants de troisième cycle de trouver des pistes d’investigation et de recherche, grâce à des synthèses d’œuvres de nombreux écrivains, ou simplement susciter des envies de découvertes chez l’amateur de romans, en faisant part d’une expérience de lecture. Certains chapitres ne sont que des présentations, d’autres sont plus ambitieux et cherchent à établir un relevé de l’état de la production romanesque en Irlande. Le tout est le résultat d’années de fréquentation de la fiction, de la culture et de la société irlandaise contemporaine, et ne constitue pas une anthologie, mais plutôt un parcours à travers la production romanesque publiée dans la deuxième moitié du xxe siècle dans ce « promontoire de l’Europe » qui occupe une place paradoxale dans la culture occidentale. En effet, l’Irlande est la terre natale de certains des plus grands écrivains de l’époque moderne, parmi lesquels William Butler Yeats, James Joyce ou Samuel Beckett, tout en étant demeurée très longtemps en marge du processus de modernisation qui a transformé profondément toutes les autres grandes nations voisines.

2Marquée par un combat de plusieurs siècles contre la soumission à la couronne britannique, l’Irlande plus qu’une autre nation fut contrainte par la nécessité de penser et de définir son identité culturelle et historique. Cela se fit parfois au prix d’une « ré-écriture de l’histoire », destinée à établir quelles différences séparaient les Irlandais des Britanniques, en dépit des marques indélébiles de la présence anglaise dans le patrimoine de l’île.

3C’est ainsi que les Irlandais, acharnés à défendre l’idée d’une nation indépendante et libre, se voulurent avant tout catholiques, en dépit de la présence d’une forte communauté protestante dans l’île, et qu’ils revendiquèrent le gaélique comme leur langue d’origine, alors qu’à la fin du xixe siècle presque plus personne ne le parlait couramment.

4Peut-être est-ce dans cette habitude prise au cours des siècles de remodeler la réalité selon leurs besoins, que prit source la réputation des Irlandais d’être de « beaux parleurs ». La fiction a toujours occupé une place privilégiée dans la culture irlandaise, donnant lieu à des errements et des dévoiements, mais aussi à une activité artistique d’une vitalité exceptionnelle, que ce soit dans le domaine de la poésie, du théâtre, ou du roman.

5Cependant, reconnaître l’existence d’un roman irlandais pose des questions particulières, dont la principale est bien sûr de comprendre où résiderait la spécificité de cette production, ailleurs que dans son origine géographique : est-il donc possible de repérer des traits caractéristiques récurrents parmi tous les livres présentés dans ce volume ? Et si c’est le cas, concernent-ils uniquement les thèmes illustrés dans ces œuvres de fiction, ou est-il également possible de distinguer des points communs au niveau du style, de la langue, de la conception du roman dans ses rapports avec la réalité ? Les pages qui suivent s’efforcent d’apporter des réponses à ces questions, et de montrer ce qui lie effectivement les écrivains irlandais entre eux. Le premier chapitre rappellera par exemple le rôle historique joué par les écrivains dans le développement d’une conscience nationale, qui mènera aux combats pour l’Indépendance du pays, puis le rôle de contestation des romanciers après l’émergence de l’État Libre d’Irlande, qui se révélera n’être libre que de nom. Une collaboration objective mais inconsciente se noua après l’Indépendance entre l’État irlandais et ses artistes, les uns renvoyant une image peu flatteuse de l’autre, qui contribua néanmoins à forger son identité, de même que l’habitude prise de représenter la société irlandaise dans la fiction dessina peu à peu l’identité de cette dernière. On verra que ce rapport quasi œdipien entre les romanciers et leur mère-patrie, si elle fut d’abord un moteur de la création, ne fut pas sans conséquences néfastes, et que les dernières évolutions du roman en Irlande révèlent en conséquence le désir de dissoudre les liens trop resserrés qui attachèrent longtemps les romanciers entre eux d’une part, avec leur environnement d’autre part.

6Certaines remarques, au cours des pages qui suivent, prouveront en effet le danger qui a pu, à certains égards, guetter le roman irlandais de perdre sa vitalité créatrice en s’enfermant dans la reproduction d’un modèle, certes apprécié des éditeurs et du public, mais qui ne répondait plus aux exigences de la littérature. Tout se passe donc comme si les romanciers irlandais non seulement s’étaient faits les chroniqueurs des égarements d’une jeune nation en pleine crise de modernisation, mais réglaient aussi l’épineux problème de leur héritage, à la fois politique et littéraire.

7Car outre le fait d’appartenir pour certains à la première génération née après l’Indépendance, pour d’autres à la génération confrontée à une modernisation accélérée, ces romanciers ont dû trouver leur place dans une lignée d’artistes qui compte, comme on le rappelait plus haut, deux ou trois des instigateurs des révolutions littéraires et esthétiques du xxe siècle, introduisant le modernisme avec Joyce, le postmodernisme avec Beckett. Il n’est vraiment pas facile d’être à la fois l’enfant d’une révolution politico-sociale et l’héritier d’une révolution esthétique. On montrera dans les pages de cet ouvrage que le plus souvent, c’est en contournant l’obstacle représenté par l’encombrante présence de Joyce et de Beckett, et en construisant leur propre canonicité, plus souvent en référence au réalisme européen du xixe siècle qu’au postmodernisme contemporain, que les romanciers irlandais sont parvenus à affirmer leur identité. À cause du lien particulier, et quasi-incestueux, que je viens d’évoquer, entre les romanciers et leur patrie, toutes les œuvres présentées plus bas sont replacées dans le contexte historique, politique, social et économique qui les a vus naître. Il est vrai que le roman, comme il a souvent été souligné, est un genre dont la spécificité est justement de représenter les évolutions sociales, surtout en ce qui concerne ce qu’on appelle le roman réaliste ou roman bourgeois.

8Les écrivains que je présente dans ces pages sont les témoins d’une transition qui voit l’Irlande passer du conservatisme le plus frileux, d’une définition de la nation la plus étroite et intolérante, à une ouverture sur l’extérieur qui l’a menée à devenir à la fin du xxe siècle un véritable modèle de mondialisation. De plus, depuis la fin des années soixante, les écrivains irlandais ont le droit de dire et de montrer davantage de situations ou de personnages qu’autrefois, et leur droit de critique de la société qui les entoure s’exerce sans limites et sans censure.

9Aujourd’hui, alors que la situation économique et politique de l’Irlande a rejoint celle de la plupart des nations occidentales développées, les romanciers ne sont plus contraints de participer d’une manière ou d’une autre à la définition de l’identité nationale : ils peuvent ainsi puiser le matériau de leur fiction dans d’autres littératures, d’autres décors, d’autres histoires que celles de leur propre pays. C’est pourquoi la notion d’un roman irlandais devient de plus en plus problématique : il faut donc se demander à nouveau ce qui distingue la production romanesque irlandaise de celle d’autres pays, ou même constater la disparition de toute spécificité. C’est l’interrogation à laquelle aboutit cet ouvrage.

10La liste des romanciers qui y est présentée est loin d’inclure tous ceux et celles qui ont gagné une reconnaissance soit commerciale, soit critique, en Irlande ou ailleurs. Il s’agit bien en effet d’un parcours, qui choisit son cheminement et ignore certaines avenues, jugées sans intérêt, ou certains chemins, jugés peu attrayants. Souhaitant offrir un tableau synthétique du roman irlandais à une époque donnée, je ne pouvais prétendre à l’exhaustivité. C’est pourquoi j’ai dû laisser de côté bien des œuvres, et certains lecteurs s’étonneront sans doute de ne pas retrouver dans ces pages des auteurs aussi reconnus que Francis Stuart, Brian Moore, Bernard MacLaverty, Aidan Higgins, Neil Jordan, Benedict Kiely, Julia O’Faolain, Eilis Ni Dhuibhne, et bien d’autres ; on le regrettera sûrement, mais j’espère qu’on acceptera que j’aie été guidée pour écrire ce livre par ma vision de l’évolution du roman en Irlande, ainsi que par mon expérience personnelle de lectrice, plus ou moins séduite par les œuvres. Ayant conscience de présenter ici un ouvrage d’un genre intermédiaire entre l’étude scientifique et la présentation générale à un public de non spécialistes, il m’a semblé préférable de faire suivre toutes les citations de leur traduction en français ; en espérant que les spécialistes me pardonneront l’aspect parfois trop synthétique de mes remarques, je formule enfin le vœu que mon ambition de faire connaître et de partager mon goût pour le roman irlandais soit comprise de tous.

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540