Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le théâtre de Thomas Kilroy

 | 
Thierry Dubost

Résumés des pièces de Thomas Kilroy

Texte intégral

Double Cross

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Bracken, ministre de l’Information du gouvernement Churchill, écoute Joyce, journaliste au service de Radio Hambourg, annoncer les victoires allemandes. Bracken vilipende Joyce tandis que, sur les ondes, celui-ci dénonce le comportement politique de Bracken. Deux acteurs interviennent pour retracer les biographies respectives de Joyce et Bracken depuis leur départ d’Irlande. Le premier volet de la pièce s’attache à Bracken, son ascension politique et sociale, ses rapports avec sa maîtresse, laquelle souligne le caractère affabulateur de ses assertions. Un journaliste, Beaverbrook, retrace le parcours politique de Bracken. On évoque ses campagnes électorales. Ses conversations avec sa maîtresse et avec un agent de sécurité (ponctuées par des informations contradictoires fournies par Bracken et contestées par Joyce) donnent une touche plus large à son portrait. Le second volet se déroule à Berlin, alors que Bracken prend la parole à la BBC pour dénoncer la propagande allemande. Deux acteurs reviennent sur la biographie de Joyce et quelques assertions fallacieuses. Joyce évoque sa jeunesse en Irlande et son désir de servir aux côtés des loyalistes. La débâcle des armées du Reich s’amorce ; sur le plan privé, Margaret, la femme de Joyce, le trompe avec un officier allemand, qui est envoyé sur le front de l’Est. Malgré leur divorce, Joyce et Margaret fuient ensemble. Joyce raconte sa capture, Bracken se réjouit. Beaverbrook relate le procès, sa rencontre avec Joyce avant sa pendaison. Bracken dit être à la recherche de son frère lorsqu’il rencontre Joyce, avant que celui-ci n’écrive une dernière lettre à Margaret et soit exécuté.

Talbot’s Box

En ouverture, le prêtre qui prononce l’oraison funèbre de Matt Talbot est interrompu par l’actrice censée incarner la Vierge Marie, qui se plaint de l’odeur dégagée par le corps de Matt. La scène suivante se déroule à la morgue, où la tension entre la matérialité corporelle de Talbot et son statut de sainte relique se manifeste parce que, au fil des ans, des chaînes s’étaient incrustées dans sa chair, mortification qui le sanctifie. Le prêtre prie pour la béatification et la canonisation de Talbot, lequel apparaît et revit l’épisode où il choisit de s’infliger cette pénitence, réprouvée par un médecin qui avait tenté de convaincre sa sœur de le faire renoncer à des expiations aussi intenses. Matt explique à sa sœur pourquoi cela lui est impossible. Il en résulte une séparation avec ses semblables qui se retrouve sur les plans sentimentaux et sociaux, notamment lorsque ses compagnons de travail lui reprochent son isolement divin au moment des grèves. Sa dévotion solitaire, exposée en parallèle aux souffrances communes, nourrit le ressentiment des opprimés à son égard. Talbot rencontre les figures de son passé, revit des scènes de déchéance, vol, alcoolisme, qui expliquent son désir de faire pénitence. Au cours d’une confession, il explique au prêtre les motifs de son renoncement, mais le religieux ne le comprend qu’imparfaitement ; par ailleurs, il renonce à une liaison amoureuse avec une jeune femme. Sa sainteté et sa reconnaissance par Rome prennent un tour politique, et le prêtre demeure perplexe face à la vision spirituelle de Matt. Un homme retrace le parcours religieux quotidien de Matt, avant que l’on ne retrouve la situation de la scène d’ouverture – avec des commentaires relatifs au corps du saint homme – et que sa boîte se referme sur lui, alors qu’il évoque un parcours christique.

Tea and Sex and Shakespeare

Brien, faux pendu, tape quelques mots sur sa machine à écrire. Ses beaux-parents arrivent puis disparaissent, sans que leur matérialité ait été confirmée. Il dit vouloir écrire, se référant à Shakespeare, mais sa femme, Elmina, ne le soutient pas dans son effort d’écriture et se plaint de la rareté de leurs rapports sexuels. Mrs O., la logeuse, considère que Brien est un peu fou, sachant qu’il téléphone parfois à Dieu et que l’atmosphère générale de la maison est confuse. Elmina menace de le tromper avec Sylvester ; elle commence à faire l’amour avec Brien mais ils sont interrompus par l’arrivée de Mrs O., puis par Sylvester. Brien envisage à nouveau de se suicider et demande à Sylvester s’il prendra en charge son cadavre. Mrs O. et sa fille Deidre tentent de converser avec Brien, mais les personnages se situent sur différents niveaux de référence et les entretiens prennent un aspect surréaliste. Brien et Deidre restent seuls, censés parler littérature, mais Deidre refuse les avances de Brien. À la suite d’une conversation entre Deidre, Brien et Mrs O., celle-ci décide de lui donner congé. Retour d’Elmina, qui trouve Brien en phase suicidaire et lui annonce que ses beaux-parents viendront prendre le thé. Après un dialogue au cours duquel il parodie abondamment Shakespeare, celui-ci lui téléphone et lui enjoint de cesser d’emprunter à ses œuvres. Brien lui demande comment finir sa pièce et Shakespeare suggère un dénouement heureux. Brien se trouve à nouveau seul avec Deidre, celle-ci fantasme à propos de viol et Mrs O. frappe Brien pour le punir. Elmina joue les Desdemone, embrasse Sylvester, lui annonce que ses parents viennent prendre le thé afin de la débarrasser de Brien, lequel met en avant l’impossibilité de cette opération puisqu’il écrit le dialogue qui leur donne vie, alors que la reprise de dialogues d’Othello continue. Au cours d’une réunion à laquelle participent tous les personnages, le diagnostic est établi : Brien souffre d’impuissance littéraire. Les traitements proposés – pendant une séance de thé caricaturale – sont l’immigration ou un traitement médical (avec pour médecin le docteur Sade), et la pièce s’achève sur une parodie de scène de retrouvailles.

The Death and Resurrection of Mr. Roche

Un samedi soir, après la fermeture des pubs, Seamus, Myles et un étudiant en médecine continuent leur soirée dans l’appartement de Kelly, lequel s’emporte quand il apprend que Kevin doit venir les rejoindre en compagnie de Mr. Roche, un homosexuel notoire. Tous sont célibataires, sauf Seamus. Les conversations laissent entrevoir les infortunes des locuteurs, qui sont interrompus par l’arrivée de Mr. Roche et de Kevin, malade pour cause d’excès bachiques. Kelly s’emporte car il ne souhaite pas que Mr. Roche entre chez lui. Quelques heures plus tard, par jeu, Kevin et Mr. Roche sont enfermés dans les toilettes, alors que Mr. Roche se dit claustrophobe. Mr. Roche s’inquiète de l’état de santé de Kevin, tandis que les propos antihomosexuels des autres personnages s’intensifient. Pour le châtier de son homosexualité, ils l’enferment brutalement dans un placard et lorsqu’ils l’en ressortent, il est mort. Myles décide de terminer la nuit en compagnie de sa maîtresse, avant que la police ne les jette en prison. Kelly convainc les autres d’emporter le cadavre et de l’abandonner dans un parc. Il reste seul avec Seamus, qui lui décrit la fadeur de sa vie conjugale. Kelly dit ne plus être attiré par les femmes et avoue qu’il a passé une nuit avec Mr. Roche et l’a laissé agir d’une manière contraire aux bonnes mœurs irlandaises. Seamus part. Au petit matin, contre toute attente, Mr. Roche reparaît, et ses compagnons décrivent sa résurrection. Il reste seul avec Kelly, qui s’imagine qu’il cherche à le faire chanter. Soulagé d’apprendre que celui-ci a tout oublié de leur nuit commune, Kelly se rend à la messe en compagnie de l’étudiant, pendant que Mr. Roche, resté dans l’appartement, répond au téléphone et annonce sa résurrection à Seamus.

The Madam MacAdam Travelling Theatre

À cours d’essence, la troupe de Madame MacAdam se trouve immobilisée en Irlande du Sud pendant la Deuxième Guerre mondiale. L’atmosphère de trouble se ressent grâce au mélange de vie ordinaire (incarnée par les événements sentimentaux qui affectent Rabe, Jo, Marie-Thérèse et Sally) et de situations guerrières, car des miliciens patrouillent, à la fois en quête d’ennemis et à la recherche d’un enfant disparu. La mise en scène d’une représentation théâtrale souligne le jeu sur les frontières entre passé et présent, réalité et imaginaire, échos de complicités entre loi et corruption, tandis que les personnages révèlent diversement leur perplexité quant à la perception des limites du réel. Après quelques étreintes, Rabe abandonne Jo ; Lyle Jones se rend maître d’une foule grâce à ses talents d’acteur, avant que l’enfant disparu ne soit retrouvé et que la troupe, diminuée en nombre, ne reparte vers d’autres lieux de représentation.

The O’Neill

Sur le champ de bataille, après la victoire de Yellow Ford, Hugh O’Neill fait part de ses exigences vis-à-vis des Anglais, représentés par Cecil et Mountjoy, lequel ne comprend pas exactement les enjeux évoqués. Il demande que l’on reprenne l’histoire de Hugh à son début ; les personnages retracent son parcours notant que, bien qu’élevé en Angleterre, il croit à l’unité des Irlandais. Cecil lui montre l’étendue de ses illusions en convoquant des espions qui ont trahi la cause irlandaise. Les divisions internes sont effectivement nombreuses et beaucoup reprochent à Hugh O’Neill sa liaison avec Mabel, fille de colons anglais. Mabel évoque sa première rencontre avec Hugh, et présente sa vision romantique de l’Irlande. Malgré leur amour, Mabel et Hugh ont conscience du fossé qui les sépare. Les évolutions que Hugh incarne, par son refus de se cantonner dans une tradition irlandaise dépassée, lui valent les critiques de son barde et de sa maîtresse, et il exprime son désarroi face à ces tensions irréconciliables. Après son mariage avec Mabel, les conflits s’intensifient au sein du couple. Pendant un banquet, Roisin interpelle Hugh, critiquant la voie qu’il a empruntée, qui rompt avec les traditions irlandaises virilisantes, au profit d’un puritanisme anglais émasculé. Après avoir été insultée en public par Roisin, Mabel s’insurge contre le sort qui lui est réservé et retourne auprès des siens. Mountfort, un prêtre catholique, incite Hugh à la rébellion. Après une reprise à l’identique de la scène d’ouverture, les trois espions interviennent et disent que l’issue des luttes anglo-irlandaises semble incertaine. Hugh O’Neill cherche à éviter les combats inutiles, mais ses alliés s’opposent à la manière dont il mène la guerre. Hugh encercle les Anglais avec les Espagnols. Il attend pour agir. Les Anglais sont affaiblis par cette attente, mais les autres chefs de clan poussent O’Neill à engager le combat et, lorsqu’il cède à leurs injonctions, les Irlandais perdent la bataille au cours de laquelle le fils de Hugh trouve la mort. O’Neill rend les armes alors qu’on lui cache la mort de la Reine qui, croit-il, saura montrer quelque clémence envers les Irlandais.

The Secret Fall of Constance Wilde

Oscar et sa femme Constance, souffrants, conversent à la fin de leur vie. Oscar souhaite revoir ses enfants, mais Constance refuse et dit vouloir trouver le mal en elle car elle ne veut plus porter le masque d’épouse idéale. Elle revient sur la répulsion sexuelle d’Oscar vis-à-vis d’elle, et commente la réaction de l’entourage au moment du scandale. Ils évoquent leur mariage, le rêve d’unité compris dans l’androgynie, leurs premières rencontres, l’évocation du père de Constance et sa déviance sexuelle. La relation triangulaire entre Constance, Oscar et Douglas apparaît dans ses complexités, y compris dans les affrontements entre Douglas et Constance, les révélations extérieures, puis la demande de divorce de Constance et les accusations portées contre Oscar. S’ensuit une conversation entre Constance et Douglas relative au choix d’Oscar et, finalement, sa décision de se présenter devant les juges. Constance se souvient de scènes passées au cours desquelles Oscar avait manifesté son amour paternel. Suivent des évocations de scènes de prison, qui mettent en avant la déchéance d’Oscar, laquelle s’accompagne d’un besoin d’aveu de la part de Constance, que la situation de son mari contraint à affronter sa propre vérité, sachant qu’elle voudrait connaître la nature véritable de ses relations avec Douglas. Douglas et Constance s’opposent à propos des enfants, car elle pense que son désir de les rencontrer n’est pas d’une pureté absolue. La dimension charnelle des rapports entre Oscar et Douglas s’expose alors, avant que Douglas n’abandonne Oscar à son destin tragique. La dernière scène reprend la scène d’ouverture, au cours de laquelle Constance évoque sa propre chute – une relation incestueuse avec son père – qu’elle assimile à un amour du mal, et elle comprend le sens de sa relation particulière avec Oscar. Avant de mourir, elle écrit une lettre à ses enfants, dans laquelle elle tente d’excuser indirectement le comportement de leur père.

© Presses universitaires de Caen, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540