Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le théâtre de Thomas Kilroy

 | 
Thierry Dubost

Introduction

Texte intégral

1Le théâtre irlandais de la fin du xxe siècle se caractérise par sa vitalité, attestée notamment par le grand nombre de pièces publiées et représentées sur scène. Il s’agit là d’un phénomène important du point de vue du contexte culturel dans lequel s’inscrit l’œuvre dramatique de Thomas Kilroy et qui, à ce titre, méritait d’être signalé. Citons simplement pour mémoire quelques auteurs, Brian Friel, Tom Murphy, Franck MacGuinness, Sebastian Barry, Tom MacIntyre, ou même Eugene MacCabe et Steward Parker. Nous en resterons au stade du constat à propos de cette effervescence théâtrale, sachant qu’elle rejaillit indirectement sur le travail de présentation qui suit. En effet, ce livre consacré aux pièces de Thomas Kilroy ouvre une collection qui nourrit l’ambition d’apporter un éclairage critique sur les œuvres de dramaturges irlandais contemporains. Ces auteurs, souvent méconnus en France, ont retenu l’attention des spécialistes de théâtre du Groupe de recherches en études irlandaises de l’Université de Caen et chacun d’eux verra ses écrits dramatiques analysés dans leur intégralité. Le présent ouvrage s’adresse donc aux amateurs de théâtre qui souhaiteraient découvrir Thomas Kilroy ou parfaire leur connaissance d’un dramaturge qui occupe une place importante dans le paysage théâtral irlandais contemporain.

2Né en 1934 à Callan, dans le comté de Kilkenny, Thomas Kilroy entama sa scolarité chez les Christian Brothers, la poursuivit à St. Kieran College avant d’intégrer University College (Dublin) en 1953. Il y fit des études de lettres, qu’il compléta par un diplôme d’enseignement, ce qui lui permit de devenir professeur, puis principal. En 1965, il fut recruté à University College en tant que maître de conférences, où son enseignement se concentra sur le théâtre anglais et anglo-irlandais, en particulier celui du xviiie siècle. Au cours des années où il fut en poste à UCD, il intervint en tant que professeur invité dans plusieurs universités américaines. En 1973, à la suite du succès de son roman The Big Chapel, il renonça provisoirement à sa carrière universitaire. En 1979, il renoua complètement avec ses activités premières et fut nommé professeur à l’Université de Galway. Membre de la Royal Society for Literature et de la Irish Academy of Letters, Thomas Kilroy est également très actif dans le domaine théâtral, puisqu’il a collaboré avec des troupes irlandaises et anglaises qui font partie des compagnies d’avant-garde (Royal Court à Londres et Field Day à Derry).

3The O’Neill, sa première pièce (certes produite après The Death and Resurrection of Mr. Roche, mais antérieure sur le plan de la rédaction), retrace, en la présentant du point de vue de l’être, l’histoire de Hugh O’Neill, comte de Tyrone, qui fut battu par les Anglais à la bataille de Kinsale en 1601, épisode majeur dans l’histoire coloniale irlandaise. Suivit The Death and Resurrection of Mr. Roche où le dramaturge met en scène un groupe d’hommes en état d’ébriété qui s’imaginent, à tort, avoir provoqué la mort d’un de leurs comparses, homosexuel. L’arrière-plan social et moral de l’Irlande pèse très fortement sur l’existence des personnages dans une œuvre dramatique qui présente de nombreux points communs avec The Playboy of the Western World. L’humour, omniprésent à des degrés divers dans les pièces, retrouva une place de premier plan dans Tea and Sex and Shakespeare. Cette comédie, que l’on pourrait presque qualifier de burlesque, donne un ton festif à la description d’un écrivain en mal d’inspiration. Elle s’apparente à une création surréaliste, dans laquelle un auteur dramatique retrace le combat qu’il mène avec l’écriture, dans un environnement où l’ordinaire interagit avec des éléments moins prévisibles. Avec Talbot’s Box, Kilroy s’attache à l’idée de sainteté et à la solitude existentielle que certains parcours spirituels entraînent dans la société moderne. Soucieux, comme dans ses autres écrits dramatiques, de garder une certaine distance par rapport à son sujet, Kilroy évite les emprisonnements formels et donne un rayonnement assez large à la problématique posée. Avant d’écrire Double Cross, il fit une parenthèse dans sa propre production et adapta La Mouette, d’après Tchekhov. Dans Double Cross, le dramaturge aborde la question de l’identité et du rapport de l’homme à l’histoire selon une perspective irlandaise. Deux personnages historiques, Brendan Bracken et William Joyce qui, pendant la Deuxième Guerre mondiale, choisirent de s’allier l’un avec les Anglais, l’autre avec les Allemands, se trouvent placés au centre d’une interrogation rendue déstabilisante par son refus de tout manichéisme. Suivit une autre adaptation, celle de Ghosts, d’après Ibsen. Ensuite, Thomas Kilroy reprit sa réflexion sur le théâtre dans The Madame MacAdam Travelling Theatre, en mettant en scène une troupe de comédiens arrivés par hasard en Eire. Les interactions entre la troupe et les villageois, les rencontres qu’elles suscitent, sont autant de regards portés sur l’existence, où la banalité se mêle à l’extraordinaire. Son drame le plus récent, intitulé The Secret Fall of Constance Wilde, marque son déplacement progressif vis-à-vis de réalités historiques qui servent encore de point de départ à ses pièces, mais dont il adapte désormais plus librement le contenu. En l’occurrence, il retrace, en l’adaptant, le destin malheureux de l’épouse d’Oscar Wilde, s’attachant aux rapports entre condition féminine et société. Il fait de Constance la victime d’une souillure intime, contrainte, parce qu’elle est femme, à porter un masque emblématique d’un refus d’existence.

4À ce jour et pour des raisons diverses, peu de travaux ont été consacrés au théâtre de Thomas Kilroy. En premier lieu, à l’instar de G.B. Shaw, il endure une injuste condescendance critique parce qu’il écrit des comédies, genre qualifié de superficiel par les tenants d’une approche littéraire confinée aux œuvres sérieuses et parfois enclins à plaquer leurs propres caractéristiques sur le monde. Le second motif de désaffection qui, logiquement, devrait invalider les réticences évoquées précédemment, résulte sans doute de la complexité des pièces. En effet, dans ses écrits dramatiques, Thomas Kilroy mène en parallèle une analyse de l’essence du théâtre et une réflexion sur la condition humaine qui, en outre, nécessite parfois une prise en compte d’un arrière-plan historique irlandais amphibologique. C’est pourquoi, face à des œuvres riches qui jouent fréquemment sur la déstabilisation du spectateur, il a semblé préférable – dans le cadre limité de cet ouvrage – de retenir une entrée unique par pièce, plutôt que d’entreprendre une synthèse de la production dramatique de l’auteur. L’ordre retenu pour la présentation des pièces correspond à celui de leur achèvement, parfois nettement antérieur – surtout pour les écrits de jeunesse – à la date de première représentation. L’article consacré conjointement à The Death and Resurrection of Mr. Roche et The Madame MacAdam Travelling Theatre fait exception au principe adopté puisqu’il s’agit d’une analyse croisée. Pour ces deux comédies, éloignées du point de vue temporel, mais aussi, en apparence, sur le plan du contenu, il a semblé intéressant de laisser entrevoir une cohérence thématique peu visible au premier abord. À propos de cette cohérence, on constatera que le thème choisi pour chaque étude trouve fréquemment des échos dans l’ensemble des écrits dramatiques de Thomas Kilroy et, à ce titre, constituera autant de pistes à suivre – parmi d’autres assurément – pour les lecteurs soucieux de continuer leurs analyses en solitaire.

© Presses universitaires de Caen, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540