Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'élevage en Normandie, étude géographique. Volume II

 | 
Armand Frémont

Méthodes

Texte intégral

I. — LE SYSTEME D’ELEVAGE

  • 1 Travaux non publiés en 1967.

1On s’est efforcé d’adopter ici une définition du système et de ses composantes aussi proche que possible de celle qui résulte des travaux de la Commission pour la Typologie de l’Agriculture de l’Union Géographique Internationale (sous la présidence de J. Kostrowicki) et de la Commission du Vocabulaire agraire du Comité National de Géographie (animée par P. Brunet et P. Flatrés)1.

1. — Définition du système d’élevage

2Combinaison de techniques agricoles consacrées à l’élevage, des produits qui en résultent et des modes de commercialisation de ces produits, le système d’élevage permet de définir l’activité principale d’une exploitation, d’une association d’exploitations et d’une région où l’élevage prédomine.

3Lorsque des cultures commercialisées sont associées à l’élevage, on parle de « système de culture et d’élevage ». On emploie le terme « système d’élevage » seul lorsque les cultures n’interviennent pas dans le produit commercialisé.

4Le système d’élevage est une notion plus précise que le type d’élevage ou que le type d’agriculture qui correspond à un degré de généralisation supérieur.

5Le système d’élevage fait partie de la combinaison régionale. Dans les régions anciennement et étroitement spécialisées (cas des pays herbagers de Normandie), il constitue un élément prépondérant de la combinaison. L’étude du système se confond presque avec celle de la région. Dans d’autres pays où interviennent des éléments extérieurs (cas du Bocage Normand et des Plaines), l’étude de l’élevage ne permet d’aborder qu’un aspect, important il est vrai, de la combinaison régionale. Dans l’un et dans l’autre cas, des rapports étroits d’interdépendance unissent le système d’élevage à des éléments de la combinaison régionale qui le conditionnent ou qui sont influencés par lui : les facteurs naturels, économiques et sociaux, le paysage rural, l’encadrement urbain et le réseau des relations régionales. Leur étude ne peut être dissociée de celle du système d’élevage proprement dit.

2. — Composantes du système d’élevage et éléments associés de la combinaison régionale

A. — LE SYSTEME D’ELEVAGE

1) Les techniques de production.

a) L’utilisation du sol et l’alimentation des animaux (infrastructure fourragère).

6— Les plantes consacrées à l’alimentation des animaux :

Classification botanique.

Valeur nutritive.

Exigences écologiques.

7— Les techniques de production fourragère.

8Les formations naturelles ou subnaturelles :

Landes.

Marais.

Prairies de fonds alluviaux.

9Les jachères.

10Les prairies permanentes non cultivées (« herbages »).

11Les cultures consacrées à l’alimentation du bétail :

Céréales.

Plantes sarclées.

Prairies artificielles.

Prairies temporaires.

12Les sous-produits de cultures commercialisées. (Les aliments composés d’origine industrielle).

b) Les méthodes d’élevage.

13— Les modes de stabulation :

Elevage de plein air.

Stabulation traditionnelle.

Stabulation libre.

14— Les modes de conservation de plantes consacrées à l’alimentation du bétail.

Le foin — méthodes de séchage.

Le haylage.

L’ensilage.

Les grains.

15— Les modes de pâturage et d’affouragement.

16Le pâturage libre :

Parcours avec gardien.

Pâturage libre dans parcelle enclose.

17Le pâturage contrôlé :

Pâturage au tière.

Pâturage rationné à la clôture électrique.

Pâturage tournant.

18L’absence de pâturage (ou « zero-grazing »).

Auge et silo « libre-service ».

Affouragement mécanisé ou non.

c) La reproduction et la sélection des animaux.

19— Les modes de reproduction :

Reproducteur à la ferme.

Vente de saillies.

Insémination artificielle.

20— La mesure et le contrôle des performances animales :

Contrôle laitier.

Contrôle de croissance.

Testage des reproducteurs.

21— Les méthodes de sélection et les races :

Sélection homogène et sélection hétérogène.

Race mixte et race spécialisée.

2) Les produits, les techniques de gestion et les modes de commercialisation.

a) Les produits intermédiaires.

22— Vente et achats de :

Fourrages et semences

Saillies

Reproducteurs

23Jeunes animaux :

Porcelets.

Poulains.

Veaux d’élevage.

Poussins.

b) Les produits.

24— De l’élevage bovin :

25— De l’élevage chevalin :

26— Des autres élevages :

Lait

Viande de veau

de bœuf (gros bovin).

Chevaux de trait

de selle.

de course.

Porcs viande.

Moutons viande

laine.

Volailles œufs.

viande.

c) Les techniques de gestion.

27— Empiriques

Budget domestique et budget d’exploitation.

28— Comptabilités personnelles.

29— Centres de gestion.

d) Les modes de commercialisation.

30— La localisation des marchés concrets.

31— Les intermédiaires et les circuits de commercialisation :

Transformateurs et commerçants.

Coopératives et entreprises privées.

32— Les débouchés.

La consommation régionale.

Le marché national.

Les exportations et le marché international.

B. — LES ELEMENTS DE LA COMBINAISON REGIONALE ASSOCIES AU SYSTEME D’ELEVAGE

1. — Les conditions de la production.

a) Les conditions naturelles :

33— Le relief.

34— Les sols : Composition physique.

Composition chimique.

Alimentation en eau.

35— Le climat : Températures, précipitations, évaporation.

Influence sur la production fourragère.

Influence sur les durées de stabulation.

b) Les conditions économiques :

36— Le capital foncier : les propriétés.

37— Le capital d’exploitation : les exploitations.

Les surfaces d’exploitation.

Les bâtiments d’exploitation.

L’outillage et les modes d’investissement.

c) Les conditions sociales - Travailleurs et entrepreneurs :

38— Les exploitants agricoles.

39— Les travailleurs familiaux.

40— Les travailleurs salariés non familiaux :

Temporaires.

Permanents.

41— Les techniciens, conseillers et vulgarisateurs.

42— Les commerçants et les industriels, leurs employés.

2. — Les paysages et l’environnement régional.

43Le paysage rural.

44Le réseau des relations régionales : villages, bourgs et villes.

3. — Interdépendance des composantes

45La complexité de l’étude se trouve augmentée par les liens d’interdépendance, qui unissent les composantes de chaque système et qui rendent le plus souvent vaine l’analyse d’un facteur isolé.

46On ne peut étudier l’infrastructure fourragère sans avoir quelques connaissances sur le climat et sur les sols. Mais, inversement, les conditions d’exploitation modifient le milieu naturel. Lorsque l’éleveur en néglige l’entretien, l’herbage permanent et la haie avec talus, par exemple, constituent un milieu en voie de dégradation où s’altèrent progressivement les conditions de drainage (par engorgement des rigoles), les sols (par asphyxie et par constitution d’un feutrage de piétinement) et la flore (où les espèces à faible valeur fourragère l’emportent sur les bonnes).

47On ne peut aborder les techniques d’exploitation sans connaître les disponibilités de main-d’œuvre. Mais, inversement, les techniques utilisées influencent les choix des travailleurs. Alors que l’achat d’un tracteur peut permettre de retenir à la ferme le fils de la maison, une exploitation mal équipée devient répulsive.

48On ne peut analyser les structures contemporaines de l’industrie laitière sans faire appel aux conditions d’exploitation dont elles sont nées : les fromageries augeronnes, issues des fabrications fermières de Pont-l’Evêque, de Livarot, de St-Pierre-sur-Dives et d’Orbec ; les grandes sociétés du Bessin et du Cotentin, de la concentration ancienne du commerce du beurre autour d’Isigny et de l’effacement des ramasseurs traditionnels dépassés par l’élargissement du marché : la coopérative géante d’Elle-et-Vire, des multiples petites exploitations du Bocage dont la production laitière devint la principale ressource à partir de 1950-55. Mais, inversement, la répartition et les activités d’industries laitières influencent profondément les exploitations agricoles. Les Augerons repliés sur leur particularisme. Les grands exploitants du Bessin, heureux bénéficiaires de la concurrence des groupes laitiers. Les petits éleveurs du Bocage libérés des tâches de la laiterie par la transformation des systèmes de ramassage d’Elle-et Vire et des grands industriels (du beurre à la crème puis au lait).

49Bien d’autres exemples pourraient être avancés pour prouver la force et la complexité des liens d’interdépendance unissant les composantes d’un même système.

50Cette constatation rend nécessaire le dépassement des analyses particulières au profit d’une étude synoptique qui aborde chaque système dans sa totalité. Dans un domaine fort différent, cette démarche est analogue à celle qui conduit P. Pédelaborde à passer en climatologie de l’analyse des moyennes thermiques ou pluviométriques à la connaissance du type de temps et de leur dynamisme.

II. — L’ETUDE SYNOPTIQUE

1. — Orientation

51Le géographe s’efforce de comprendre les répartitions. Il ne peut aborder cette étude que par une connaissance des systèmes et de leur évolution. Rien ne serait plus vain, en effet, que d’entreprendre une géographie, purement descriptive, d’individus ou de phénomènes pris isolément. La complexité des liens qui régissent les répartitions impose une géographie des combinaisons. En outre, parce que celles-ci évoluent sans cesse (moins vite cependant, en règle générale, que les types de temps climatiques), le géographe doit connaître leur histoire. Tout au moins leur histoire récente, qui permet de saisir leur dynamisme, et notamment leur force d’extension.

52Mais pour bien analyser une combinaison comme celle des systèmes d’élevage, il faut pouvoir aussi combiner les compétences. Ainsi, pour bien connaître l’élevage normand, il conviendrait d’être tout à la fois climatologue et pédologue (conditions naturelles), botaniste et agronome (production fourragère), économiste et statisticien (production, gestion, marchés), sociologue et démographe (main-d’œuvre et société), zootechnicien (sélection), et, enfin historien. Mais qui pourrait avoir la prétention de s’attribuer toutes ces qualités ? A vouloir englober une connaissance universelle sans reculer pour autant devant des analyses de spécialistes, la géographie court le risque d’être tournée en dérision.

53On aurait tort cependant de redouter la convergence d’un faisceau de disciplines spécialisées sur un problème. Dans tous les domaines, la science progresse sur les frontières artificielles qu’établissent les hommes pour se réserver des domaines. Les découvertes récentes aux confins de la médecine, de la génétique et de la biochimie en constituent la preuve éclatante. Ne pourrait-on pas imaginer, à la place des cloisons qui sont actuellement de règle, des structures de recherche permettant à une demi-douzaine de spécialistes différents qui suivent un même problème de travailler ensemble ? Ainsi, l’élevage et les éleveurs normands gagneraient-ils beaucoup, aussi bien dans le cadre d’une recherche fondamentale que dans celui d’une étude appliquée, à être analysés simultanément par un agronome zootechnicien, un économiste, un sociologue et un géographe travaillant en étroite collaboration. Telle est l’étude idéale où la convergence des connaissances efface jusqu’aux noms des disciplines.

54Je ne pouvais pas, seul, accumuler les compétences de cinq ou six spécialistes. Malgré les nombreux appuis et aides dont j’ai bénéficié, malgré l’amitié et l’esprit de collaboration de F. Solignac-Lecomte, directeur de l’Association Normande d’Economie Rurale Appliquée, je ne pouvais pas entraîner sur mon chemin quelques chercheurs venus d’autres disciplines. Comme beaucoup, j’ai donc dû prendre le risque de n’être que géographe, c’est-à-dire de me limiter à l’exercice d’une discipline qui dépend presque entièrement de toutes les autres.

55J’ai étudié les produits, les techniques, les conditions naturelles et économiques, les modes de commercialisation, les travailleurs et les paysages, pour chaque système d’élevage. Mais, souvent, d’une façon qu’un spécialiste pourra trouver bien superficielle. J’ai emprunté aux autres tout ce qui pouvait m’être utile et ces apports extérieurs constituent naturellement le meilleur des analyses particulières. Je n’ai pas craint de faire de multiples sacrifices, certains sans remords lorsqu’ils concernaient quelques rapports très lointains des combinaisons actuelles (les origines de l’élevage normand, l’histoire de l’élevage avant le xixe siècle), quelques-uns avec plus d’hésitation, telle l’étude des conditions pédologiques dont le rôle n’est pas négligeable mais qui, pour être exhaustive, justifierait une ou plusieurs thèses, certains enfin avec regret, sociologie scientifique des éleveurs ou comptabilité régionale de l’élevage qui se trouvent au cœur des combinaisons. Pour tous ces éléments que ma formation ne me permettait pas de maîtriser, j’ai fait de mon mieux. Mais j’ai conscience d’être resté un amateur aux faibles moyens.

56J’ai porté, par contre, toute mon attention, à étudier ce qui concerne directement la discipline géographique : la répartition des composantes ; les liens d’interdépendance qui les unissent et qui donnent aux systèmes leur dynamisme ou leurs faiblesses ; les aires de dominance, de rayonnement ou d’interférence, les oppositions, les discontinuités et les transitions régionales. Bref, par l’intermédiaire de l’élevage, l’étude, en Normandie, de l’espace humanisé. Celui-ci ne constitue-t-il pas, en effet, l’objet de la géographie humaine, comme l’espace naturel celui de la géographie physique, tandis que la géographie régionale puise aux deux sources, selon les circonstances, tantôt plus à l’une, tantôt plus à l’autre ?

57Si ce travail doit entrer dans des catégories, il appartient surtout à la géographie régionale, puisque l’intention principale reste bien d’identifier l’espace d’une région. Il s’inspire cependant beaucoup plus de la géographie humaine que de la géographie physique. Peut-être apporte-t-il aussi une contribution à la géographie générale en définissant des systèmes d’élevage et en esquissant l’étude des facteurs qui modèlent les répartitions.

2. — Echelles et unités régionales

  • 2 Cuisenier (J.), St-Georges-d’Aunay, étude sociologique non publiée ; Pasquier (A.), Plusieurs étude (...)

58Un sociologue comme J. Cuisenier, des économistes comme A. Pasquier ou J.-R. Lévêque peuvent légitimement se contenter de définir les limites géographiques des milieux qu’ils étudient par des circonscriptions administratives de caractère artificiel, département ou région agricole officielle pour les uns, commune pour l’autre. Les répartitions géographiques ne constituent pas, en effet, l’objet de leurs études qui portent sur des inventaires économiques régionaux (étude de régions normandes d’aménagement par A. Pasquier et ses élèves), la comptabilité régionale (essai dans le département du Calvados par J.-R. Lévêque), la sociologie d’une communauté (Saint-Georges-d’Aunay par J. Cuisenier). De ces analyses, le géographe retire de riches enseignements, mais il n’y trouve naturellement pas la dimension spatiale, supprimée dans l’étude communale du sociologue et réduite à une sèche abstraction dans la recherche des économistes2.

59Parce qu’elle étudie les répartitions, la géographie ne se contente pas des unités régionales toutes faites. Son objet est de les remettre sans cesse en cause afin d’en préciser la connaissance. Mais qu’est-ce qu’une région, spécialement dans un cadre rural ?

  • 3 Juilliard (E.), 384, 1962.

60Dans son article des Annales de Géographie de 1962, E. Juillard propose cette double orientation : « Il existe donc deux principes d’unité régionale. L’un repose sur un critère d’uniformité, c’est le paysage ; l’autre sur un critère de cohésion, sur l’action coordinatrice d’un centre. Les territoires individualisés de cette seconde manière se caractérisent moins par leur physionomie que par leur fonction. Nous parlerons d’espace fonctionnel » 3.

  • 4 Atlas de Normandie, carte D 2.

61Généralement, c’est sur le critère d’uniformité que reposent les définitions des régions agricoles. L’exploitation constitue la cellule élémentaire de l’espace agricole. Rien ne serait plus vain que de ramener les multiples exploitations à une moyenne représentative d’une région. En fait, la région se compose d’une combinaison d’exploitations, parfois homogènes, parfois nettement différentes. Elle peut donc se caractériser par un ou plusieurs types d’exploitations dominantes qui confèrent à un certain espace des ressources, une sociologie, des problèmes économiques, un paysage relativement homogènes... Ce facteur a été jugé assez important pour justifier l’élaboration d’une carte qui met en valeur le type d’exploitation dominant dans chaque commune, selon un critère dimensionnel qui joue un rôle fondamental dans la détermination des activités4.

  • 5 Atlas de Normandie, carte G 11.

62Mais la région agricole ne saurait être réduite à un espace uniforme. On ne peut l’isoler des autre secteurs. Elle se trouve comprise dans la trame serrée du réseau urbain hiérarchisé dont E. Juillard, après Rochefort et Dugrand, montre le rôle « fonctionnel ». On ne peut ignorer les influences réciproques du réseau urbain et de l’espace rural. L’agriculteur qui vit à quelques kilomètres de Rouen, du Havre et de Caen ne peut avoir la même mentalité, les mêmes préoccupations et par conséquent les mêmes activités que ses collègues isolés du Bocage ou du Pays d’Ouche. En Normandie, j’ai pu participer à une étude régionale du réseau urbain qui a été menée de 1960 à 1965 sous la direction de P. Brunet5.

63Dans la recherche d’une définition de l’espace fonctionnel en milieu rural, il faut cependant aller encore au-delà de l’étude des influences urbaines. Certes, dans une économie d’échanges très ouverte où les centres de décision sont particulièrement concentrés, le réseau des villes constitue bien, pour le secteur rural comme pour les autres, ce que l’on pourrait appeler le système nerveux supérieur des relations. Mais les réactions du milieu agricole aux sollicitations extérieures méritent aussi d’être étudiées. Elle ne sont pas simples. A l’intérieur des combinaison régionales, dans les rapports qui unissent ou opposent les différentes classes des sociétés rurales, domestiques, journaliers, exploitants familiaux, grands fermiers, propriétaires, existent des tensions qui inhibent ou au contraire favorisent la marche du progrès. En plus, les conditions naturelles, les servitudes du passé qui demeurent dans les structures (morcellement, démembrement) ou dans les superstructures (haies, bâtiments) jouent également comme autant de facteurs favorables ou défavorables à la diffusion des influences. Ainsi, dans une trame complexe, l’évolution des systèmes de production ne s’effectue pas par une sorte de génération spontanée qui, en fonction de conditions historiques données, imposerait brusquement sur un espace homogène de nouvelles techniques en rapport avec une nouvelle économie. Chaque grand système agricole est apparu d’abord autour de quelques points privilégiés qu’on peut appeler les pôles de diffusion de l’évolution et ne s’est étendu par rayonnement que progressivement et irrégulièrement en fonction des discontinuités régionales.

64Ainsi, pour l’étude des systèmes d’élevage normand, ai-je retenu trois principes d’analyse régionale, dont un ajouté aux distinctions d’E. Juillard :

  1. La recherche des zones uniformes, conforme aux enseignements de la géographie classique, retenue par les agronomes dans leur détermination des « régions agricoles » officielles. Elle permet de distinguer des unités proches des anciens « pays » qui juxtaposent des combinaisons homogènes d’exploitations : Cotentin, Bessin, Auge, Bocage, Caux, etc…

  2. L’étude des influences urbaines qui regroupent autour de centres hiérarchisés des régions dont les activités peuvent différer assez sensiblement tout en gardant certains caractères communs dus à l’identité des horizons. Ainsi se définissent des aires d’influence emboîtées, d’échelles très variables, qui vont de la grande zone d’influence caennaise ou rouennaise aux petites unités resserrées sur des chefs-lieux de canton en passant par les horizons moyens des centres régionaux comme Bayeux, Mortain, Pont-Audemer...

  3. L’analyse des réactions régionales et locales aux sollicitations extérieures, et spécialement à la diffusion du progrès agricole, tan‘ à l’époque contemporaine qu’au cours des grandes périodes de la révolution fourragère et de l’expansion herbagère. Ainsi se définissent des zones dynamiques et des régions passives, des pôles de diffusion, des aires de rayonnement ou de résistance. Les réseaux de commercialisation jouent un rôle très important pour assoupir ou stimuler ces réactions régionales.

65La corrélation entre les deux derniers principes se conçoit aisément. Les influences urbaines constituent en quelque sorte la « puissance » des relations régionales et interrégionales alors que les réactions aux sollicitations externes ou internes expriment la « résistance » du milieu. Les unes et les autres se répartissent selon des aires très différenciées et très fluides où les discontinuités l’emportent sur les zones homogènes. Comme telles, elles s’opposent au premier principe de classification régionale. En fait, l’importance des relations qui innervent des régions aussi ouvertes que celles qui constituent la Normandie, l’évolution continuelle des systèmes techniques et économiques rendent exceptionnelle l’uniformité d’une région. Parce qu’elle exprime la complexité et la discontinuité des influences et des résistances, la région n’est pratiquement jamais uniforme. Tout au plus, doit-on conserver la notion d’uniformité relative comme une commodité pour l’analyse régionale.

66Ces distinctions permettent de mesurer avec plus de précision les échelles de l’étude régionale. On en retiendra quatre principalement.

  1. L’exploitation agricole constitue la cellule élémentaire de l’activité économique (l’entreprise) et du genre de vie (la famille d’exploitants). Elle n’est pas dépourvue, naturellement, de dimension spatiale. Sa surface n’est pas seulement une donnée abstraite qui exprime sa dimension. C’est aussi un ou plusieurs terroirs associés. Elle permet de définir, à la base, des systèmes élémentaires d’exploitation qu’on peut assimiler, en Normandie, à des systèmes d’élevage. Chaque exploitation possède un dynamisme qui lui est propre.

  2. La région agricole regroupe dans des limites qu’il appartient au géographe de définir et d’expliquer des exploitations qui peuvent se classer en un nombre réduit de types. Elle combine des systèmes d’exploitation dominants dont l’association constitue l’originalité de l’aire ainsi définie. En Normandie, la région agricole reste très proche des vieux « pays » dont les dimensions varient de quelques communes (Marais Vernier, Val de Saire) à plusieurs cantons ou arrondissements (Pays de Caux, Bocage, Pays d’Auge).

  3. Pour avoir une bonne connaissance du tissu régional, il est nécessaire de subdiviser les régions agricoles afin de pouvoir apprécier les influences qui s’y exercent à partir du réseau urbain et de déterminer, dans la diffusion des systèmes, quels ont été et quels sont encore les zones pionnières, les pôles de rayonnement, les aires de résistance plus ou moins forte. Dans une matière très fluide et très discontinue, cette analyse conduit à la distinction de « sous-régions » ou « petites régions », où se manifestent chez les exploitants une résistance ou un dynamisme particuliers pour des raisons qu’il convient d’analyser. Ainsi, les premiers pôles herbagers, fort réduits au xviii" siècle (quelques communes dans la fosse du Bray, dans les vallées de la Touques et de la Dive, et autour de Carentan et Isigny). De même, l’inégale résistance du Bocage aux influences herbagères ou le dynamisme assez variable des petites régions (littorale et sublittorale, centrale, méridionale) qui constituent le Pays de Caux.

  4. Au-delà des nuances régionales, et au-delà même des régions traditionnelles, un petit nombre de distinctions fondamentales permettent de reconnaître quelques grands systèmes d’élevage dont l’extension dépasse le, cadre de la province et s’intègre à une répartition mondiale des grands types de culture et d’élevage. En Normandie, on en a reconnu trois : le système herbager (caractéristique des montagnes humides et des façades occidentales du monde tempéré), le système bocain (que l’on retrouve sur les massifs anciens de la façade atlantique du continent européen), le système mixte associant cultures et élevage (commun à la plus grande partie de la zone tempérée).

67Ainsi, l’étude régionale, pour être complète, doit-elle s’exercer à des échelles très différentes : celle de l’exploitation, celle de la petite région qui groupe quelques communes, celle de la région dont les dimensions variables peuvent englober plusieurs communes ou plusieurs dizaines de cantons, enfin celle des grands ensembles régionaux qui débordent très largement du cadre de la province.

68L’étude réserve une partie à chacun des grands ensembles. Dans chaque partie, le premier chapitre analyse en détail une région privilégiée (Bessin-Cotentin, Pays de Caux, Centre du Bocage) choisie parce qu’elle a été encore peu étudiée et parce qu’elle est particulièrement caractéristique. Dans ce chapitre, on s’efforce de distinguer les unités les plus fines de l’espace régional. Le deuxième chapitre permet d’examiner plus rapidement le cas des autres régions. Le troisième chapitre dégage les problèmes propres à chaque grand ensemble et les relie à ceux de l’agriculture mondiale.

3. — Instruments

69Pour l’étude synoptique des systèmes d’élevage, on ne dispose d’aucun document aussi synthétique que les B.Q.E. ou les B.Q.R. en climatologie, ou même que la carte géologique en géomorphologie et les photographies aériennes en morphologie agraire. Aucun instrument ne met à la disposition du chercheur une image simplifiée, mais encore assez synthétique, de la réalité. Aussi se trouve-t-il écartelé entre deux tendances contradictoires, celle de l’enquête directe qui pour être vivante ne risque pas moins de verser dans l’anecdotique. et celle de l’étude statistique qui évite le particulier en ne fournissant que le général et qui permet d’épuiser un sujet sans l’avoir jamais traité. C’est en menant conjointement l’une et l’autre méthode qu’on possède finalement le plus de chances de pouvoir corriger les défauts de l’une par l’autre.

a) L’enquête directe.

70Pour analyser toute la complexité d’un système et le saisir dans sa totalité, rien ne vaut la connaissance directe des hommes qui l’animent. Celte recherche m’a conduit auprès d’un très grand nombre de techniciens, de notables et surtout d’agriculteurs appartenant à toute les régions et à toutes les classes d’exploitations. J’ai pu y associer plusieurs étudiants dont les relations familiales avec les éleveurs rendaient plus aisée la confiance qui doit régner au cours de tels entretiens. Je n’ai essuyé aucun refus.

71En dépit des facilités que procurent les magnétophones, je n’ai pas utilisé ces instruments qui auraient sans aucun doute gêné les agriculteurs normands, très sensibles encore à l’autorité du document qui engage. Parfois même, j’ai dû faire confiance à ma seule mémoire en évitant de prendre des notes. J’ai laissé courir les propos en liberté, suscitant par un nombre limité de questions de longues réponses de mes interlocuteurs. Parfois, le verre de « goutte » dut être le médiateur indispensable de la confiance (« vous allez bien prendre quelque chose ? »). Mais dans la majorité des cas, j’ai rencontré des hôtes sobres, compétents, jamais bavards inutilement, connaissant parfaitement la valeur du geste et du mot qui comptent, enfin toujours riches d’humanité profonde.

72Je n’ai pas cependant laissé mes enquêtes au hasard. Même si j’ai toujours préféré la liberté de la conversation aux rigueurs de l’interrogatoire, je me suis inspiré dans chaque entretien d’un canevas de questions que l’expérience m’a permis d’améliorer peu à peu. Surtout, je me suis efforcé de quadriller le territoire normand dans un réseau d’enquêtes hiérarchisées dont la Ainsi, pour l’étude des systèmes d’élevage dans une carte (fig. 93). Ainsi, mon étude s’appuie-telle sur les trois séries suivantes :

  1. Des enquêtes d’exploitations (plus d’une centaine) qui se répartissent soit au hasard d’occasions soit en fonction de choix volontaires destinés à combler une lacune de documentation. J’ai mené ces enquêtes personnellement. Toutes les régions normandes comprennent au moins deux exploitations visitées. Approximativement, le nombre de celles-ci est inversement proportionnel à l’importance de la documentation préexistante. Ainsi, en dépit du charme de cette région, je n’ai pas mené beaucoup d’enquêtes dans le Pays d’Auge auquel ont été et sont encore consacrées de nombreuse études. Par contre, je me suis rendu souvent dans le Bocage, région « oubliée ».

  2. Des enquêtes communales (une vingtaine environ), échelon intermédiaire entre la visite d’exploitation et l’étude régionale. Elles combinent l’analyse des documents communaux (recensements démographiques, état-civil, cadastre notamment) et une étude de la totalité des exploitations agricoles, de leurs activités, et des exploitants, réalisée avec l’aide d’une ou de plusieurs personnes ayant une connaissance profonde de la commune (maire, secrétaire de mairie, ou un exploitant particulièrement compétent). Dans quelques cas, j’ai mené personnellement ces enquêtes. Certaines m’ont été fournies par des étudiants. Généralement, je les ai réalisées avec des petits groupes d’étudiants dans le cadre de l’initiation à la recherche.

  3. Des études régionales, correspondant soit à des Diplômes d’Etudes Supérieures, soit à des recherches personnelles. Au nombre d’une vingtaine, elles se répartissent au sein de toutes les principales régions de Normandie. Elles regroupent généralement plusieurs visites de fermes et enquêtes communales auxquelles elles ajoutent l’exploitation de la documentation statistique. Je me suis toujours efforcé de les achever par un entretien avec une personnalité, technicien ou notable, particulièrement au fait des réalités régionales.

Figure 93. — Carte de la rép recherches, enquêtes, D.E.S.

b) La méthode cartographique.

73L’enquête directe jette une série de coups de sonde dans l’espace régional dont elle montre les plus fines discontinuités. Pour compléter le réseau d’information, pour extrapoler ce qui a été analysé en un point sans qu’il soit nécessaire de répéter l’enquête à l’infini, enfin pour obtenir quelques quantités globales significatives de toute la Normandie, l’étude statistique demeure indispensable. On verra plus loin la valeur de l’appareil statistique. Je me suis efforcé de l’exploiter de la façon la plus efficace en révélant la dimension géographique des chiffres sous forme de cartes aussi précises que possible, c’est-à-dire de cartes communales. Les trois séries d’enquête se trouvent donc complétées par trois séries de cartes.

  1. — Des cartes simples (le plus souvent par points) analysent la répartition dans les cinq départements normands de données isolées, densités de bétail bovin ou porcin, cultures non consacrées à l’élevage, prairies permanentes, produits bruts, rendements laitiers des exploitations de gestion, etc.. Les sources de ces cartes proviennent soit du recensement agricole de 1955, soit de la documentation des Centres de Gestion. Réalisées avec des moyens d’infortune personnelle au cours d’une première période de recherche (1960-63), elles m’ont permis de réaliser une sorte d’exploration cartographique du sujet. La plupart ne méritaient pas d’être publiées et ne l’ont donc pas été.

  2. — Des cartes demi-synthétiques s’efforcent de montrer la répartition régionale d’une combinaison limitée de facteurs. Telles, la plupart des cartes publiées dans l’Atlas de Normandie, qu’il s’agisse de la répartition des exploitations agricoles (D 2), des terres labourables et des surfaces en herbe (D 4), de types d’élevage comme ceux du cheval (D 9) ou des bovins (densité et orientation, D 7 ; formes de progrès D 8), des industries laitières (D 12) et des marchés de la viande (D 13), des aménagements et des progrès agricoles (D 15, D 16). Chacune combine deux ou trois facteurs afin de mieux révéler la complexité des répartitions.

  3. — La carte des régions agricoles (D 18) présente la synthèse régionale des principaux systèmes de cultures et d’élevage. Une carte des systèmes agricoles au milieu du XIXe siècle (Fig. 101) permet d’établir une comparaison avec la période qui précède l’extension de la vague herbagère et la généralisation de la révolution fourragère.

74Pour l’exécution de toutes ces cartes, j’ai bénéficié de l’aide des cartographes de l’Institut de géographie de Caen et des conseils de Mlle Barrier, responsable du laboratoire de Cartographie.

75Un certain nombre de renseignements statistiques n’étaient utilisables que dans le cadre départemental. Ils sont présentés, dans le texte, sous forme de tableaux.

III — L’ANALYSE DES COMPOSANTES.

76Pour nourrir l’étude synoptique des systèmes, l’analyse de leurs composantes demeure indispensable. Aussi me suis-je efforcé de mener, parallèlement à l’exploration régionale, une recherche thématique aussi systématique que possible dans le cadre des cinq départements normands. Pour chacune des composantes des systèmes d’élevage ou des combinaisons régionales, on trouvera ci-dessous une fiche technique qui indique les sources de documentation disponibles actuellement, l’orientation d’étude choisie, l’expression graphique ou cartographique utilisée, les normes essentielles dégagées du vocabulaire des spécialistes pour caractériser les aspects les plus fondamentaux des systèmes d’élevage. L’ordre dans lequel ces fiches sont présentées diffère assez sensiblement de celui proposé pour l’étude du système d’élevage, car il tient compte des possibilités offertes par la documentation.

1°) Les techniques de production

1. — Sources.

a) Infrastructure fourragère, conservation des fourrages, stabulations et modes de pâturage.

77— Documents pour la carte d’utilisation du sol d’A. Perpillou.

78— Enquête subventionnée par le C.N.R.S. Documents communiqués par M. A. Perpillou.

79— Recensement agricole de 1955

80— Statistiques agricoles (évaluations annuelles des surfaces réalisées par les Directions des Services Agricoles)

81— Enquêtes réalisées auprès de tous les organismes d’assistance technique au service de l’agriculture : Direction des Services Agricoles, Groupements de Vulgarisation, Centres d’Etudes Techniques Agricoles, Maisons de l’Elevage, Centres de Gestion, etc.

82— Bulletins des Directions des Services Agricoles (notamment Seine-Maritime, Orne où paraissent des publications régulières) et des Centres de Gestion et d’Economie Rurale.

83— Monographies agricoles départementales, réalisées par les Directions des Services Agricoles après le Recensement de 1955 (Ronéot.)

84— Enquêtes directes auprès des agriculteurs,

b) Sélection des animaux, races.

85— Statistiques du Herd-Book Normand et des Centres d’Insémination Artificielle.

86— Bibliographie, cf. Lavoinne, Quittet, Sarrazin, etc..

87— Bulletin du Herd-Book Normand

88— Enquêtes auprès de MM. les Directeurs du Herd-Book Normand et de la Société Mutuelle pour le choix et l’étude de descendance des Taureaux Normands (S.C.T.N.)

89— Enquêtes directes auprès de quelques éleveurs-sélectionneurs.

c) Mesure et contrôle des performances animales.

90— Statistiques des Syndicats de Contrôle Laitier et de la Fédération

91Nationale des organismes de contrôle des performances des animaux de boucherie (F.N.O.C.P.A.B.)

92— Renseignements communiqués par MM. les Directeurs régionaux des organismes ci-dessus.

2. — Critique des sources.

93La documentation disponible permet d’avoir une connaissance statistique très précise (jusqu’à l’échelon communal compris) de la répartition des cultures et des herbages ainsi que des bovins inscrits soit au H.B.N., soit au Contrôle laitier, soit au Contrôle de croissance. Mais ces animaux d’élite ne forment qu’une infime partie du cheptel.

94On peut avoir encore une bonne connaissance, par enquête directe ou grâce à la documentation des techniciens, des méthodes d’élevage utilisées dans chaque région. Mais il est très difficile, voire impossible, d’aboutir à une appréciation statistique. Ainsi, le phénomène récent consistant à remettre en labour un certain nombre d’herbages, est-il bien connu empiriquement. Mais, statistiquement, aucune évaluation sérieuse de son ampleur réelle n’a pu être faite.

95La répartition des races, au sein des élevages secondaires, est très mal connue. L’insémination artificielle permet de mieux apprécier celle des bovins, sans qu’on puisse aboutir cependant, même à l’échelon départemental, à des chiffres rigoureux. La persistance de l’insémination naturelle dans certaines régions, l’importation de veaux destinés à l’embouche et inséminés dans d’autres départements représentent, en effet, deux secteurs qui échappent aux statistiques de l’insémination artificielle.

3. — Orientation.

96Le progrès technique constitue le phénomène dominant de notre époque. C’est donc surtout en fonction de ce développement qu’ont été étudiées les techniques contemporaines. Je me suis efforcé surtout de montrer comment la diffusion du progrès peut être inégale selon les régions et, à l’intérieur d’une même région, selon les types d’exploitations. Bien des éléments permettent d’expliquer les inégalités de cette marche. Avant toute autre chose cependant, les techniques traditionnelles doivent être examinées attentivement. D’une part, parce qu’elles jouent encore directement un rôle important. Ensuite, parce que, selon les cas, elles peuvent prédisposer une région au progrès technique ou tout au contraire constituer un frein puissant face à celui-ci.

4. — Normes fondamentales.

97Le schéma suivi au cours des enquêtes directes permet d’indiquer les principales recherches :

Bovins

98— Infrastructure fourragère :

99—. % des surfaces toujours en herbe (S.T.H.) dans la S.A.U.

100—. % des surfaces consacrées au foin dans la S.T.H.

101—. % des surfaces fourragères dans les labours

102—. répartition des cultures destinées au bétail entre prairies artificielles (où dominent les légumineuses, trèfle, sainfoin, luzerne) prairies temporaires (où dominent les graminées, ray-grass, fétuque, fléole, etc..)

103plantes sarclées (betteraves et choux)

104fourrages annuels (maïs, fourrage)

105cultures dérobées (trèfle incarnat)

106céréales (avoine, orge)

107—. importance des aliments achetés d’origine industrielle —. % de la S.F.P. dans la S.A.U.

108— Technique d’entretien des prairies permanentes, apports d’engrais.

109— Technique d’utilisation des prairies permanentes et des cultures fourragères (pâturage libre, tournant, rationné, zéro-pâturage... piquet, clôture électrique...)

110— Technique de conservation des fourrages (foin, haylage, ensilage)

111— Technique et durée de stabulation, mode de traite (main, machine salle de traite)

112— Degré de sélection des animaux, mode de reproduction (artificielle ou non), périodes de vêlage (printemps, hiver).

113— Races : Normande, Frisonne Française Pie Noire (F.F.P.N.). Charolaise, Jersiaise, Croisés...

114— Composition du troupeau : Vaches laitières

Taureaux

115Bœufs d’embouche, vaches de réforme Veaux d’élevage Veaux d’engraissement Génisses de remplacement

116Test significatif de l’orientation de l’élevage : l’âge de vente des veaux mâles.

Porcins et volailles

117— Nature de l’alimentation : aliments achetés

118aliments produits sur la ferme

119— Installations : porcheries et poulaillers — Races

120— Origine des animaux : nés sur l’exploitation

121achetés (porcelets, poussins)

122— Destination des animaux.

Ovins

123— Infrastructure fourragère, cf. bovins

124— Installations ;

125— Garde : Pâturage libre, parc, berger...

126— Races

Chevaux

127— Races, destination des animaux : trait, selle, trot, courses plates

128— Mode de reproduction : Haras National

129Etalonnier privé

130— Elevage, dressage, etc…

5. — Principales régions graphiques et cartographiques.

131— Carte au 1/500 000 du rapport des labours et des prairies permanentes (Atlas de Normandie, D 4)

132— Carte au 1/500 000 de quelques formes de progrès de l’élevage bovin : Herd-Book normand, Contrôle laitier, Contrôle de croissance, Stabulations libres déclarées au Génie Rural (Atlas de Normandie, D 8)

133— Carte au 1/1 000 000 des Centres d’Insémination Artificielle en Normandie (Atlas de Normandie, dans commentaire de D 8).

134— Carte au 1/500 000 de quelques manifestations du progrès agricole en Normandie : adhérents des Centres de Gestion, des Groupements de Vulgarisation, des Centres d’Etudes Techniques Agricoles. En collaboration avec F. Solignac-Lecomte (Atlas de Normandie, D 16)

2°) LES PRODUITS

1. — Sources.

135— Recensement Général de l’Agriculture de 1955. (Résultats communaux non publiés mais disponibles dans les Directions des Services Agricoles).

136— Bulletins de la Statistique Agricole interdépartementale, 1962, 1963, 1964. (Résultats de sondages et d’évaluations à l’échelon départemental)

137— Ministère de l’agriculture, Etude sur le cheptel bovin de la Normandie, 1963.

138— Cahier n° 2 de l’Association Normande d’Economie Rurale Appliquée (sept. 1965), Travaux de comptabilité agricole régionale. (Essai de comptabilité agricole par département).

139— Bulletin des cinq Centres de Gestion (Bulletins ronéotypés donnant les résultats pour chaque campagne des exploitations adhérentes des Centres regroupées par catégories)

140— Renseignements sur les exploitations des Centres de Gestion fournis par MM. les Directeurs des Centres (campagne 1961-62)

141— Enquête réalisée par le Centre Départemental des Jeunes Agriculteurs de la Manche en 1961 pour définir « l’exploitation agricole viable ». (Comptabilité d’exploitations analysées par région).

142— Résultats du contrôle laitier.

143— Statistiques des Services Vétérinaires.

144— Statistiques des Directions des Haras Nationaux (Haras du Pin.de Compiègne et de Saint-Lô)

145— Statistiques des stud-books (selle et trotteur)

2 — Critiques des sources.

146La liste ci-dessus ne comprend que les principales sources de documentation. Jusqu’à une époque toute récente, celles-ci tendaient à se multiplier dans l’anarchie, la concurrence, la surenchère et les rivalités des multiples services administratifs ou professionnels qui encadrent l’agriculture d’un département ou d’une région. On doit cependant reconnaître un effort d’harmonisation dans la création de deux organismes coordinateurs des études à l’échelon régional : la Statistique Interdépartementale pour le compte du Ministère de l’Agriculture, l’Association Normande d’Economie Rurale Appliquée pour celui des organisations professionnelles.

147En dépit de cette abondance, aucune des sources, tout au moins sur le plan géographique, n’est pleinement satisfaisante.

148Une seule, en effet, couvre toutes les communes de Normandie : le Recensement Général de l’Agriculture de 1955. Mais cette enquête systématique cumule le triple inconvénient d’être déjà trop ancienne (elle a été réalisée avant les principaux bouleversements de la révolution agricole contemporaine), de demeurer incomplète dans le département de la Manche où, sous la pression des Syndicats d’exploitants, un tiers des communes environ n’ont pas répondu aux enquêteurs, enfin de présenter des chiffres sous-évalués notamment dans le domaine des productions animales. Les statistiques (généralement cantonales) des Services Vétérinaires, plus récentes et plus justes, ne permettent pas de pallier ces carences puisque ces Services ne contrôlent pas encore la totalité des animaux, notamment les plus jeunes. Mais, par l’intermédiaire des Stud-Books et des Haras Nationaux (répartition des saillies) on a une bonne connaissance de la répartition des élevages de chevaux de selle et de course.

149En attendant le lancement d’un nouveau Recensement Général, le Ministère de l’Agriculture pratique surtout la méthode des sondages qui permet d’avoir une bonne connaissance du cheptel sur le plan départemental (cheptel bovin depuis 1963, enquête en cours sur le cheptel porcin) mais qui laisse totalement dans l’ignorance des répartitions géographiques.

150Les Centres de Gestion fournissent une abondante documentation pour un petit nombre d’exploitations. Celles-ci représentent généralement des exploitations « de pointe » par rapport à la moyenne régionale et leurs résultats, ainsi que ceux du Contrôle Laitier, doivent donc interprétés avec la plus grande prudence sans jamais être extrapolés.

3. — Orientation méthodologique

151Faute de mieux, on a utilisé le recensement de 1955 pour réaliser des cartes communales de densités permettant d’avoir une idée approximative des répartitions régionales. On doit se garder de mettre des chiffres de chargement sur de telles cartes. Elles permettent cependant de dégager de façon heureuse les zones de forte, de faible et de moyenne densité à l’intérieur de la Normandie. (Atlas de Normandie, D 7).

152Pour actualiser les chiffres, on peut avoir recours aux sondages du Ministère de l’Agriculture, aux résultats prudemment interprétés des Centres de Gestion et à l’enquête directe. On aboutit ainsi à un triple recoupement qui peut donner satisfaction. Les chiffres de production laitière par animal sont les plus difficiles à apprécier et aussi les plus variables. En ce domaine, les résultats des Centres de Gestion apparaissent vraiment trop particuliers, les enquêtes directes tombent très aisément dans des approximations hautement fantaisistes, et la division de la production départementale (assez bien connue grâce aux transformateurs) par le nombre total de laitières (bien connu par les sondages) fournit un chiffre global de faible signification géographique.

4. — Normes fondamentales

153Du point de vue économique, l’élevage comprend une chaîne de transformations dont la dernière seulement aboutit aux « produits » proprement dits. On doit successivement apprécier :

154— l’infrastructure fourragère (qui intervient très peu dans les transactions et qu’on étudiera donc surtout d’un point de vue technique).

155— le cheptel.

156— les produits.

a) Le cheptel.

157— Répartition quantitative : le chargement permet de mesurer le nombre d’U.G.B. (Unité de Gros Bétail) ou d’U.G.B.B. (Unité de Gros Bétail Bovin), soit à l’ha S.A.U. (Surface agricole utile comprenant les herbages et la totalité des labours), soit à l’ha S.F.P. (Surface fourragère principale, comprenant la totalité des surfaces consacrées à l’alimentation du bétail à l’exception des cultures dérobées).

158Une table permet de convertir en U.G.B. tous les types de bétail :

Vache laitière donnant 3.000 kg de lait par an : ...... 1 UGB

Elève bovin de plus de 2 ans...................... 0,9

Elève bovin de 1 à 2 ans.......................... 0,7

Veau de 3 mois à 1 an............................ 0,25

Porc charcutier de 100 kg de poids vif............ 0,13

Truie-mère à sa deuxième portée ou plus............ 0,5

Brebis, mouton adulte............................ 0,1

Agneau.......................................... 0,05

Cheval de labour................................. 1,2

Volaille, lapin.................................... 0,02

159— Répartition qualitative : rendements en lait par animal, taux butyreux, rendements en viande, etc.

160Normes connues seulement pour un petit nombre d’élevages (Contrôle laitier et Contrôle de Croissance des animaux de boucherie) rarement significatifs de la moyenne régionale.

161Appréciations très difficiles, voire illusoires,

b) Les produits.

  • 6 Chombart de Lauwe (J), 79, 1963.

162— Produit brut par ha : d’après Chombart de Lauwe6, « valeur de la production de l’exploitation pendant un exercice d’un an », ramenée à un ha. Il comprend essentiellement « la valeur des récoltes et productions animales apparues dans l’exercice, vendues, autoconsommées ou stockées ».

163Connu dans les exploitations adhérentes des Centres de Gestion.

164Peut être calculé avec une bonne approximation après une visite d’exploitation.

165— Structure du produit brut par ha : ventilation des principales recettes de l’exploitation. En Normandie, le rapport entre la production laitière, les ventes nettes de bovins, les cultures de ventes et les élevages secondaires apparaît particulièrement significatif de l’orientation des systèmes d’exploitation. On doit remarquer cependant que le poste « vente nette de bovins » constitue un produit particulièrement complexe où se combinent des ventes et des achats, et, parmi les ventes, des transactions intermédiaires (portant sur le bétail maigre) et des ventes d’animaux de boucherie. Il mérite donc d’être précisé, dans la mesure du possible, de même que le poste « élevages secondaires » où entrent dans des proportions fort variables chevaux, moutons, porcs charcutiers, porcelets, poulets de chair et œufs.

Fig. 94. —Carte du produit brut par ha de exploitations adhérentes des Centres de Gestion (1961-1962)

Fig. 95. — Carte des changements adhérentes des Cei О 25 km

Fig. 96. — Carte des chargements en U.G.B.B, par ha. S.F.I

166Répartition connue dans les exploitations adhérentes des Centres de Gestion.

167— Structure du produit brut départemental : calculée depuis 1963 par l’Association Normande d’Economie Rurale Appliquée (Cahiers. Travaux de comptabilité agricole régionale).

5. — Principales réalisations graphiques et cartographiques

—.Carte par points d’après le Recensement Agricole de 1955 de la densité du cheptel bovin, 1/500.000 (Non publiée).

—.Id. Rapport du nombre de vaches laitières par rapport au troupeau bovin total (Non publiée).

—.Id. Cheptel porcin (Non publiée).

—.Id. Cultures non destinées à l’élevage (Non publiée).

—.Carte du produit brut/ha des exploitations adhérentes des Centres de Gestion, 1961-62 (Fig. 94), 1/1.000.000.

—.Id. Pourcentage du produit brut lait dans le produit brut total (Non publiée).

—.Id. Pourcentage du produit « vente nette de bovins » dans le total (Non publiée).

—.Id. Pourcentage du produit brut « cultures de vente » dans le produit brut total (Non publiée).

—.Id. Pourcentage du produit brut « élevages secondaires et divers » dans le produit brut total (Non publiée).

—.Id. Rendements en lait moyens par vache laitière (Non publiée).

—.Id. Chargements en U.G.B.B./ha S.A.U. (Fig. 95).

—.Id. Chargements en U.G.B.B./ha S.F.P. (Fig. 96).

—.Id. Rapport U.G.B.B. vaches laitières/U.G.B.B. totales (Non publiée).

—.Carte de l’élevage bovin, 1/500.000, Densité et spécialisation, d’a-

—.près le Recensement Agricole de 1955 et Enquêtes. (Atlas de Normandie, D 8).

—.Carte de l’élevage du cheval, 1/500.000. d’après statistiques des

—.Haras Nationaux et des Stud-Books. (Atlas de Normandie, D 9).

—.Carte des, élevages secondaires (porcs, moutons, volailles), 1/500.000. (Atlas de Normandie. D 10).

3°) LES MODES DE COMMERCIALISATION

1-2. — Sources et critique des sources.

Animaux d’élite.

168—.Chronique agricole de la presse régionale (par exemple « Paris-Normandie » et « Ouest-France »), nombreux articles sur cette question, notamment au sujet des bovins de sélection.

169—.Enquête auprès de MM. les Directeurs du H.B.N. et de la S.C.T.N. (bovins).

170—.Chronique et articles des principales revues de sport équestre :

    • « Courses et élevage », édité par l’Union Nationale Interprofessionnelle du Cheval (pur-sang et trotteurs).

    • « L’Eperon », édité par l’Union Nationale Interprofessionnelle du Cheval (selle).

    • « L’information hippique » (selle).

171—.Enquête auprès de M. Vauvrecy, éleveur-étalonnier à Maltot (Calvados).

Elevages secondaires.

—.Statistiques des foires, marchés, abattoirs ; cf. Bovins.

—.Enquête auprès de MM. Caron et Colibet, représentants de la S.I.B.E.V. (porcs).

—.Quelques articles de la presse régionale et de la Revue de l’Elevage (porcs, moutons, volailles).

Viande bovine.

—.Enquête sur les foires et marchés des cinq départements réalisée par l’Association pour l’Atlas de Normandie (1966).

—.Statistiques des marchés, communiquées par les Directions des

—.Services Agricoles.

—.Statistiques.des abattoirs, publics et privés, communiquée par la Direction des Services Vétérinaires.

—.Statistiques des expéditions par voie ferrée, communiquées par la S.N.C.F.

—.Liste des marchands de bestiaux, communiquée par l’I.N.S.E.E.

—.Chroniques hebdomadaires des foires et marchés, suivies pendant

—.5 années dans la presse régionale (spécialement « Paris-Normandie »).

—.Enquête directe auprès de MM. Fouache et Billard, herbagers à

—.Oudalle (S.-Mme) et à Ste-Gauburge (Orne), de M. Poupard, marchand de bestiaux à Ecouché (Orne), de M. le Directeur de la S.I.C.A. - Viande de Gacé (Orne), de M. le Directeur des abattoirs du Havre (S.-Mme), de M. B. Glasson, industriel à Beuvillers (Calvados), ainsi qu’auprès de M. des Courtils, éleveur à Moussonvilliers (Orne), président de la Confédération Nationale de l’Elevage qui a bien voulu mettre à ma disposition une importante documentation.

—.Nombreux articles dans la presse quotidienne et hebdomadaire, régionale et nationale ; cf. notamment, « Paris-Normandie », « Ouest-France », c Le Monde », « Les Echos », « La Vie Française », « L’Express », « Le Nouvel Observateur », etc.

—.Documents divers communiqués par les Centres de Gestion et les

—.Services Agricoles.

—.Une étude fondamentale : la production et la commercialisation du bétail et de la viande bovine en Haute et Basse-Normandie, réalisée par la Société pour le Financement et le Développement de l’Economie Agricole (S.O.F.I.D.E.C.A.), 1963.

172Le monde qui se veut le plus secret est aussi celui dont on ne craint pas de parler le plus : face à la discrétion des professionnels, le bavardage incessant de tous ceux qui s’intéressent à la commercialisation du bétail et de la viande.

173Des statistiques officielles permettent de saisir exactement la plupart des transformations et certains flux, notamment les abattages et les expéditions ferroviaires. On connaît beaucoup moins bien les transactions qui s’opèrent sur les foires et marchés dont les responsables préfèrent généralement l’approximation à la rigueur. On ne sait rien, si ce n’est par quelques sondages et enquêtes directes, des ventes à la ferme et des expéditions par camions qui deviennent de plus en plus prépondérantes. Le commerce du bétail maigre, fondamental cependant, échappe à peu près totalement aux dénombrements et on ne peut en avoir qu’une connaissance empirique. Dans ces conditions, le bilan général du commerce du bétail et de la viande, même à l’échelon départemental, relève d’une opération pour statisticien de haute école.

174Mais, ce secteur soulève assez de passions pour susciter l’intérêt, les études et les réflexions. Les mécanismes du marché (à défaut des flux) sont bien connus. J’ai rencontré auprès des professionnels qui m’ont reçu un excellent accueil et tous ont exprimé une très fine connaissance de leur métier.

Lait.

—.Statistiques des établissements recueillies soit par enquête directe, soit d’après des renseignements fournis par les Directions des Services Agricoles, les Services des Enquêtes économiques, le Génie Rural (étude générale dans toute la France en 1963), les Syndicats départementaux des Industriels Laitiers, les Fédérations de Coopératives Laitières...

—.Liaisons financières entre les entreprises établies après enquête personnelle et lecture de la presse financière, notamment la Vie Française et pages économiques du Monde.

—.Nombreux renseignements fournis par MM. Grandin et Macherel,

—.président et directeur d’Elle-et-Vire, Descateau, directeur régional de la S.A.F.R. (Genvrain), Tollu, directeur des établissements Gervais, Barbé, directeur régional de la S.A.P.I.E.M., Araneder des établissements Dupont d’Isigny, Monfray, directeur des établissements Heudron de Verneuil, Junge et Jean-Marie des établissements Claudel, Gondouin, fromager à St-Pierre-sur-Dives, etc.

175La compétition très sévère qui oppose les différents types d’industriels sur le marché laitier ne rend pas aisée la connaissance des statistiques d’entreprises. En ce domaine, le secret est assez bien gardé. Cependant, l’ordre de grandeur des litrages de chaque usine est connu de tous. Il est par contre beaucoup plus difficile, voire impossible, d’approcher certaines liaisons financières ou de pondérer les circuits de distribution.

3-4. — Orientation et normes fondamentales.

176L’étude des marchés de l’élevage, dans l’ensemble peu connue, paraît assez importante pour que lui soit consacré le développement de toute une partie (3 chapitres). Elle permet, en effet, de relier l’élevage normand à ses débouchés qui le conditionnent pour une large part. Faute de pouvoir mener une étude exhaustive des marchés, comme un économiste qualifié aurait pu seul le faire, je me suis efforcé de déterminer surtout :

—.pour chaque département et pour l’ensemble de la Normandie, le volume global et la valeur de chaque produit ainsi que la proportion que représente la production normande sur le marché national ; faute de sources valables, cette évaluation n’a pas toujours pu être réalisée ; le degré de précision varie beaucoup selon les secteurs.

—.la chaîne des intermédiaires et des transformateurs qui font la liaison entre les producteurs et les consommateurs.

—.la distinction, au sein des intermédiaires, de ceux qui appartiennent au secteur public ou coopératif, des commerçants ou industriels indépendants, et des agents qui s’intègrent à de puissantes concentrations financières ; dans la mesure du possible, analyse de la part qui revient à chacune de ces catégories sur les marchés normands.

—.la localisation géographique des marchés concrets ou des lieux de transformation dont la répartition peut constituer un facteur important de l’organisation générale des marchés.

—.les mécanismes de contrôle du circuit et de formation des prix qui ont été abordés sommairement, bien que situés nettement en dehors du domaine géographique, parce qu’ils sont indispensables à la compréhension des autres phénomènes.

177Dans chaque élevage, doivent être dinstinguées les transactions qui aboutissent, après transformation ou non, à la commercialisation d’un produit de consommation, et celles qui, à l’intérieur même du secteur agricole, portent sur des produits intermédiaires (reproducteurs, saillies, animaux d’élevage, œufs à couver, etc.).

5. — Principales réalisations graphiques et cartographiques.

178—.Carte au 1/500 000 des industries laitières (Atlas de Normandie. D 12).

179—.Carte au 1/500 000 des marchés et des industries de la viande (Atlas de Normandie, D 13).

4°) LES CONDITIONS NATURELLES

a) Modelé, sols.

180Les cartes géologiques et topographiques, la littérature géographique et agronomique (cf. bibliographie, notamment Elhaï, Journaux et Dewolf, Lautridou. Jouis et Lecacheux, etc...) fournissent une documentation appréciable pour dégager les caractères morphologiques et pédologiques essentiels des terroirs normands. En rapport avec le sujet traité, les résultats de toutes ces études ne donnent cependant pas entière satisfaction.

181En effet, si les conditions de modelé peuvent être parfaitement connues, notamment grâce aux travaux de MM. Elhaï et Journaux, et si ne cesse de progresser l’étude des terroirs limoneux grâce aux analyses complémentaires de l’Institut Agronomique de Rouen (sous la direction de M. Jouis) et du Laboratoire de géomorphologie du C.N.R.S. de Caen (sous la direction de M. Journaux), on reste assez dépourvu face à la complexité des sols du Bocage et du Pays d’Auge dont l’intérêt pour la compréhension des systèmes agricoles paraît cependant évident.

182Je ne pouvais aborder seul une telle étude d’une manière scientifique, c’est-à-dire en pratiquant les sondages et les analyses indispensables. On peut sérieusement espérer, en outre, que le Laboratoire de géomorphologie du C.N.R.S. comblera cette lacune dans un proche avenir. Je n’ai cependant pas négligé totalement ce secteur de recherche et je me suis efforcé notamment :

  1. De glaner tous les renseignements utilisables dans la littérature existante.

  2. De tirer parti au maximum des appréciations, parfois très fines, que les agriculteurs portent sur les terroirs qu’ils utilisent et dont ils savent toujours distinguer les nuances locales.

  3. De porter la plus grande attention à tous les phénomènes liés à l’économie de l’eau dans le sol qui joue un rôle capital dans le domaine fourrager, les réserves du sol venant pallier les inconvénients des sécheresses climatiques.

  4. De compléter les observations sur le terrain par l’étude des cartes géologiques et topographiques ainsi que par celle des photographies aériennes.

  5. De dégager, ainsi, de façon empirique, des types de terroirs, hypothèses de travail qu’il appartient aux spécialistes de vérifier et de compléter.

b) Climat.

1. — Sources.

183—.Sanson, Climatologie statistique de la Normandie, 1954, cf. biblio graphie.

184—.Chambre d’agriculture du Calvados, Climatologie, 1962.

185—.Bulletins mensuels de renseignements de la Météorologie Nationale. 1954-63.

2 - 3. — Critique des sources et orientation.

186Les études d’agronomes comme L. Hédin et M. Hallaire invitent à tenir le plus grand compte des phénomènes climatiques pour déterminer les aptitudes d’une région, en particulier dans le domaine fourrager (cf. bibliographie). La croissance des végétaux, en effet, dépend de la température, de l’éclairement, et du rapport entre les précipitations et l’évapotranspiration potentielle qui détermine si les besoins en eau sont satisfaits ou non. On sait qu’en cas de déficit sur ce dernier point, les plantes flétrissent de façon, plus ou moins durable, ce qui paralyse leur croissance et diminue très fortement leurs qualités fourragères. La prairie a besoin d’une alimentation aussi continue que possible en eau que peuvent lui assurer soit d’excellentes réserves du sol, soit la régularité des précipitations, soit les deux phénomènes heureusement combinés.

187Etudiant l’importance des besoins en eau des végétaux, Hallaire estime que la végétation atteint son maximum de développement lorsque l’évapotranspiration réelle (ETR) égale l’évapotranspiration potentielle (ETP), c’est-à-dire « la hauteur d’eau est évaporée et transpirée au niveau d’une végétation en phase active de croissance, suffisamment couvrante et abondamment pourvue d’eau » (B.T.I. ; 1962). Au contraire, les stomates se ferment et l’activité photosynthétique se réduit lorsque, faute d’une alimentation en eau suffisante, ETR. reste inférieure à ETP.

188Il n’était pas question, dans le cadre de cette étude, de reprendre l’analyse des mécanismes qui lient la croissance des végétaux (et spécialement des prairies) aux fluctuations climatiques. Mais il était tentant d’utiliser à des fins géographiques les critères dégagés par les spécialistes pour montrer la variété des conditions qui caractérisent les régions normande.

189Pour réaliser cette étude, j’ai utilisé deux sources principales :

—.les données statistiques de Sanson qui fournissent des moyennes calculées sur une période de trente ans, précipitations et nombre de jours de..pluies (pour un nombre très élevé de stations normandes), températures, moyenne, moyennes des minima et des maxima (pour un nombre de stations plus restreint), nombre de jours de gel, de neige, d’orage, de grêle, etc.. (pour un nombre réduit de stations).

—.les renseignements mensuels fournis par les bulletins de la Météorologie Nationale pendant la période 1954-63 (dix années), en retenant spécialement la durée d’insolation (donnée à Caen et Rouen), les températures (données à Caen, Rouen, Alençon, Cherbourg) et les précipitations (données de façon continue pour 14 stations et plus irrégulièrement pour une trentaine d’autres).

190Les stations de la côte, les plus régulièrement suivies, sont malheureusement aussi les moins significatives. On peut constater cependant, qu’à l’exception du Bessin-Cotentin, chacun des grands ensembles régionaux possède au moins une station de l’intérieur bénéficiant d’une série complète.

4. — Normes fondamentales.

  1. Moyennes mensuelles (issues des séries de Sanson) :

—.précipitations et nombre de jours de pluie, spécialement pendant la période allant d’avril à septembre-octobre où les apports d’eau doivent avoir le maximum de régularité ; on peut tenir compte aussi de l’humidité de l’air (connue pour quelques stations) ; enfin, on peut considérer comme favorable une certaine tendance à la sécheresse en juin-juillet, période des foins ; au contraire les orages d’été constituent un élément négatif.

—.températures moyennes, moyennes des minima et des maxima ; on doit attacher une grande importance à la précocité et à la vigueur du réchauffement de printemps, très important pour la première pousse herbagère ; en hiver, la rigueur des températures (cf. minima, gel, neige), influence la durée de la stabulation.

  1. Données mensuelles de la période 1954-63 (issues des Bulletins de Renseignements), j’ai calculé successivement pour les stations énumérées dans le tableau ci-dessous :

—.les précipitations de chaque mois (données directement) — P.

—.l’évapotranspiration potentielle moyenne de chaque mois en Normandie, calculée d’après la formule de Turc (Ann. Agro. 1961),

191conseillée par M. Pédelaborde, soit :

192ETP : 0,4 (t/t + 15) (Ig + 50)

193ETP : évapotranspiration potentielle, mm par mois

1940,4 : coefficient à ramener à 0,37 en février

195t : température sous abri en degré centigrade donné par station Ig : radiation globale en cal/cm2/jour qui se déduit de Ig : A, valeur radiative qui serait mesurée s’il n’y avait pas d’atmosphère.

196Ig = Ig A (0,18 + 0,62 h/H)

197h : durée d’insolation mesurée (Caen, Rouen)

198H : durée du jour (table in article, Turc)

199— la différence entre P et ETP

200Il est ainsi possible de construire des diagrammes où les mois sont classés de la façon suivante :

Sécheresse accentuée — si P-ETP inférieur à — 50 mm

Sécheresse — si P-ETP compris entre — 50 mm et — 10 mm

Equilibre — si P-ETP compris entre — 10 mm et + 10 mm

Humidité — si P-ETP compris entre -+ 10 mm et + 100 mm

Humidité excessive — si P-ETP supérieur à 100 mm.

201Pour réaliser ces diagrammes, on a tenu compte, en outre, d’une capacité de réserve en eau des sols conventionnelle (50 mm), et on a cumulé d’un mois sur l’autre l’humidité dans la limite des possibilités de saturation (100 mm).

202Ces diagrammes permettent de dégager les phases saisonnières qui rythment l’évolution de la prairie normande : saturation des sols qui commence en novembre-décembre et se poursuit jusqu’à la fin de l’hiver, équilibre harmonieux des précipitations et des besoins au printemps (avril-mai) rarement interrompu par quelques petites sécheresses, recrudescence de la sécheresse de juin à août avec une irrégularité marquée selon les années, enfin deuxième phase favorable à la fin de l’été et à l’automne (septembre-octobre). A l’intérieur de ce cadre général, la comparaison des stations permet de déceler en outre des différences très sensibles entre les régions de Normandie.

5. — Principales réalisations graphiques et cartographiques.

203—.Planches de diagrammes climatiques portant sur moyennes de Sansón, pour chaque grand ensemble général (Figures dans le texte).

204—.Diagrammes du bilan P-ETP (Figures dans le texte),

c) Flore prairiale.

1-2. —- Sources et critique des sources.

205Une abondante littérature, d’où émerge le nom de Louis Hédin, Directeur du Laboratoire de Recherches sur les Plantes Fourragères de Rouen (I.N.R.A.), fournit sur cette question une documentation de grande valeur. Depuis les travaux pionniers d’A. Boitel, à la fin du xixe siècle, les spécialistes de la botanique et de l’agronomie fourragère, tant en Allemagne, qu’en Belgique et aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et maintenant en France, ont mis au point une véritable science des prairies qui s’appuie avant tout sur la connaissance de leur flore.

206En Normandie, tous les grands types de prairies ont été étudiés par M. Hédin ou par des agronomes ou des géographes qui ont appliqué ses méthodes (cf. bibliographie C. Dailly, M.-C. Dionnet, notamment). Ainsi, notamment, les prairies du Bessin, du Pays d’Auge, du Merlerault, de la région de Bazoches, c’est-à-dire celles des principaux pôles herbagers, ont-elles été particulièrement bien analysées. On doit regretter cependant l’attention plus faible qui a été portée aux espaces herbagers du Bocage. M. Hédin m’a fait généreusement profiter de sa très riche expérience en la matière, au cours de très nombreuses conversations, en orientant mes lectures, et en sortant plusieurs fois avec moi sur le terrain (notamment à Bazoches, au Merlerault et dans le Bessin).

207Très intéressé par cette science riche d’enseignement aux confins des études du milieu naturel et des techniques d’exploitation, je n’ai cependant pas eu le temps d’acquérir assez d’expérience pour maîtriser de façon satisfaisante la technique très délicate de l’analyse floristique. Je me suis donc efforcé surtout de bien utiliser celles qui furent réalisées par d’autres.

3-4. — Orientation et normes fondamentales.

208La prairie permanente occupe 80 % des surfaces utiles en Basse-Normandie et 45 % en Haute-Normandie. Principale forme d’utilisation du sol dans la province, elle mérite de retenir plus spécialement l’attention. Elle constitue, on le sait, soit une formation naturelle ou subnaturelle dans les fonds alluviaux (où se situent les « prés », généralement consacrés à la fauche), soit un gazon créé par les agriculteurs, le « couchis » faisant passer du labour ou de la lande à « l’herbage » permanent. En surface, l’herbage l’emporte de beaucoup sur le pré. Après sa création, il peut rester plusieurs décennies sans être remis en labour (c’est-à-dire « retourné » ou « culbuté » ou « cassé »), entretenu simplement chaque année par quelques travaux d’intensité variable (fauchage des refus, émoussage, émiettement des bouses, entretien des rigoles de drainage, des fossés et des haies, apports de « tombes », de fumier ou d’engrais, etc.).

209La qualité de l’herbage dépend essentiellement de deux facteurs : le milieu naturel (climat et sol où le bilan hydrique joue un rôle capital) et la nature des travaux qui lui sont consacrés. Comme il est très difficile d’isoler le rôle exact de l’un ou l’autre terme dans la détermination de la qualité d’une pelouse, comme souvent même les conditions techniques apparaissent dominantes, l’étude géographique des herbages, menée de façon systématique, se révèle particulièrement délicate, voire décevante. M. L. Hédin avait bien voulu envisager de dresser, grâce aux nombreuses analyses dont il dispose, une carte des types de prairies en Normandie. Mais nous avons dû renoncer à ce projet qui aurait mis sur le même plan des éléments dépendant de deux facteurs très différents et qu’il était impossible d’isoler. Aussi faut-il préférer à une tentative de systématisation l’analyse de quelques cas particulièrement significatifs où peuvent être appréciées la part des conditions naturelles et celle des techniques.

210Pour analyser la valeur d’une prairie, on peut utiliser plusieurs types de méthodes :

  1. Une méthode d’évaluation indirecte par l’intermédiaire du chargement de bétail que supporte un ha. Ainsi les éleveurs peuvent-ils distinguer de façon très empirique les bons et les mauvais herbages avec une gamme de chargement possible allant de moins de 0,5 U.G.B.B. à plus de 1,5.

  2. Une méthode très précise qui s’appuie sur la mesure du fourrage récolté par ha, avec un raffinement dans les unités de mesure qui ne cesse d’augmenter : kgs de foin, U.F. (Unité fourragère = équivalent calorique d’un kg d’orge), quantité de matière sèche, quantité de matière azotée digestible... Les spécialistes, en outre, tiennent de plus en plus compte d’autres facteurs jugés très importants tels que la présence de vitamines et de sels minéraux (notamment P2 05 et CaO), la digestibilité (qui se mesure à la teneur en cellulose et en lignine), l’appétence (qui mesure la faculté d’éveiller l’appétit des animaux), etc. Utilisée par les agronomes et les zootechniciens, cette méthode est pratiquement réservée aux stations expérimentales qui seules peuvent effectuer dans les conditions adéquates les prélèvements, les analyses et les interprétations.

  3. Une méthode de comptage floristique, moins exigeante, plus synthétique et plus accessible, qui demande surtout une remarquable connaissance de la flore prairiale. Utilisée par les spécialistes hollandais (notamment de Vries), elle a été adaptée et vulgarisée en France par les travaux de L. Hédin et de M. Kerguélen notamment (cf. bibliographie).

211Dans une prairie de 1 ha, on lance 50 à 100 fois un anneau de 25 cm1 à l’intérieur duquel on effectue un prélèvement de la flore, on bien on arrache 50 à 100 « poignées » d’herbe dans un pré de fauche. On trie toutes les espèces ainsi récoltées en 3 catégories, graminées, légumineuses et espèces adventices, et à l’intérieur de chaque catégorie, en plusieurs classes d’après la valeur fourragère connue, bonnes, moyennes, mauvaises espèces. Ramenée à un pourcentage entre espèces de bonne, moyenne, mauvaise qualité, cette analyse permet en quelque sorte de noter la prairie. En outre, la dominance ou même la simple présence de certaines espèces particulièrement significatives (notamment parmi les plantes adventices) donnent des indications précieuses sur des insuffisances ou des qualités particulières du milieu naturel ou sur les conditions d’exploitation.

212Le tableau suivant, dû à M. Kerguelen (étude dactylogr., I.N.R.A., Rouen) donne une classification des principales plantes qui composent les prairies, notamment en Normandie.

213Naturellement, toutes ces espèces se groupent en associations dominantes. A la suite de L. Hédin, on peut considérer l’association à Ray-grass - Trèfle blanc comme la plus caractéristique des meilleurs herbages normands, les mieux situés et les mieux exploités. Sous l’effet de mauvaises conditions de milieu ou d’exploitation elle se dégrade en prairie à agrostide (premier stade) et en prairie à agrostide avec joncs et laiches (deuxième stade). En outre, peuvent apparaître des espèces indicatrices de déséquilibres techniques : surpâturage (flouve, crételle, puis, porcelle et piloselle), sous-pâturage (réapparition des plantes de la lande ou du sous-bois forestier), excès de fauche (avoine jaunâtre, plantain, Grande Marguerite). A défaut d’analyses floristiques systématiques, de simples observations, des indications fournies par les exploitants permettent de reconnaître aisément la valeur approchée d’un ensemble herbager.

5. — Représentation graphique ou cartographique.

214Quelques tableaux d’analyses floristiques particulièrement caractéristiques, issus d’articles cités ou réalisés par L. Hédin et M. Kerguelen. (Dans ce texte, première partie, chapitre I et II).

215Sur cette question, je n’ai pas craint de reproduire des analyses réalisées par A. Boitel, et vieilles, par conséquent de plus d’un demi-siècle. Bien qu’elles soient moins élaborées que celles des spécialistes contemporains, leur valeur scientifique reste intacte. En outre, elles portent témoignage sur l’état des meilleures prairies normandes avant la période de dégradation de la première moitié du xxe siècle.

5°) LES CONDITIONS ÉCONOMIQUES (CAPITAL FONCIER ET CAPITAL D’EXPLOITATION)

1. — Sources

216— Cadastres et matrices cadastrales (dépouillements effectués dans le cadre de tous les Diplômes d’Études Supérieures régionaux ainsi que dans les communes ayant servi de base à une enquête)

217— Recensement Agricole de 1955, liste des exploitations agricoles par communes (document manuscrit consulté soit dans les D.S.A., soit à la Direction Régionale de l’I.N.S.E.E.).

218— Statistique agricole, 1964 (Ministère de l’Agriculture), étude par département de la répartition des exploitations agricoles, d’après enquête par sondage réalisée en 1963.

219— Documents de l’Association Normande d’Economie Rurale Appliquée et des Centres Départementaux de Gestion et d’Economie Rurale.

2. — Critique des sources.

220Sur la propriété foncière, le cadastre fournit un document d’une valeur exceptionnelle. Mais son dépouillement constitue un travail d’une telle importance qu’il ne peut être envisagé que dans un cadre régional limité, ce qui réduit considérablement sa signification, ou pour une étude spécialisée (cf. Elhaï, bibliogr.). Néanmoins, le travail d’H. Elhaï et les sondages réalisés par l’intermédiaire des D.E.S. et des enquêtes communales permettent une bonne approche de la question, surtout en Haute-Normandie.

221La répartition en surface des exploitations agricoles constitue un des facteurs fondamentaux de l’étude des systèmes d’élevage. Maigre des faiblesses certaines (cf., Frémont, Norois 1965), le recensement agricole de 1955 a été conservé comme base d’étude à cause de son assiette communale. Les sondages de 1963 permettent d’en actualiser les résultats à l’échelon départemental. Ils révèlent d’ailleurs des mouvements de faible amplitude par rapport à 1955. La consultation des fichiers de la Mutualité Agricole, autre source de grande valeur, n’est plus autorisée.

222L’étude du capital que représente le cheptel vif et le cheptel mort des exploitations ainsi que celle des investissements rendus nécessaires par le progrès technique, la crise de la main-d’œuvre et le mouvement général de développement ont surtout été réalisées d’après les évaluations des Centres de Gestion. En ce domaine comme en d’autres, il faut naturellement distinguer avec soin le cas des exploitations de pointe (où les investissements sont considérables) et la masse des fermes (où ils restent assez réduits).

3. — Orientation.

223A peine plus malléables que les facteurs naturels, les conditions économiques favorisent ou au contraire retardent le développement Certaines structures, qu’on pourrait qualifier d’ c étroites » ne laissent aux exploitants que de faibles possibilités d’initiative. Trois pressions, qui s’exercent isolément ou simultanément, retiennent les agriculteurs : le poids de la charge foncière, l’étouffement de surfaces trop réduites, l’absence de toute liquidité. Cette situation condamne les agriculteurs aux formes d’élevage les plus serviles (lait, porcs). D’autres structures, plus « ouvertes », en dépit de multiples problèmes, offrent davantage de possibilités, tant dans le choix du rythme de développement que dans celui des activités. Je me suis donc efforcé d’étudier les structures économiques en mesurant le double effet qu’elles opèrent sur la vigueur du progrès agricole et sur l’orientation des systèmes d’élevage.

4. — Normes fondamentales.

224— Répartition de la propriété en fonction de :

—.la surface

—.l’origine géographique des propriétaires (habitant la commune ; petites villes de la région ; Caen, Rouen, Le Havre ; Paris ; autres régions françaises)

—.la profession des propriétaires : agriculteurs exploitants, agriculteurs non exploitants, petite bourgeoisie locale, bourgeoisie des professions libérales, nobles, sans profession, etc.

225— Valeur vénale et valeur locative des terres, « dessous de table ».

226— Répartition des exploitations en quatre groupes principaux :

—.très petites (moins de 5 ha)

—.petites (de 5 à 20 ha)

—.moyennes (de 20 à 50 ha)

—.grandes (plus de 50 ha)

227— Evaluation du capital d’exploitation (cheptel vif et mort, capitaux circulants) et des investissements dans quelques cas particulièrement significatifs.

5. — Principales réalisations graphiques et cartographiques

228— Quelques diagrammes communaux de propriété, dans le texte.

229— Cartes des structures sociales et foncières (Atlas de Normandie,

230D 3, en collaboration avec F. Solignac-Lecomte). 4 cartes au 1/1 000 000. Voir notamment carte de l’importance du fermage par région agricole (avec taux moyen de la valeur locative)

231— Carte de la répartition des exploitations agricoles (Atlas de Normandie, D 27

6°) LES TRAVAILLEURS

1. — Sources.

232— Recensement de la population, 1954, 1962 — Nombreux résultats intéressant la population rurale publiés par la Direction Régionale de l’I.N.S.E.E. (Bulletin mensuel) ou spécialement dépouillés pour les travaux de l’Atlas de Normandie.

233— Enquête par sondage au 1/10 sur les structures agricoles, 1963, réalisée par le Ministère de l’Agriculture. Résultats départementaux dans Statistique Agricole, Basse et Haute-Normandie, 1964.

234— Listes nominatives des recensements et Etat-Civil dépouillés dans les communes qui ont donné lieu à une enquête particulière et dans la plupart des communes de D.E.S.

235— Enquêtes directes par commune ou par famille d’exploitant.

236— Etudes sur le revenu des exploitants agricoles dans la région du Neubourg par Gautier (cf. bibliogr.) et à St-Georges-d’Aunay (Bocage) par le Centre de Gestion et d’Economie Rurale du Calvados (cf. bibliogr.).

2. — Critique des sources.

237Des renseignements démographiques très complets à l’échelon départemental et même régional (régions agricoles officielles). Mais la documentation sociologique reste insuffisante. Quelques études dispersées et de valeur inégale doivent être complétées dans un proche avenir par les travaux de l’A.N.E.R.A. (notamment dans le Bocage).

3-4. —Orientation et normes fondamentales.

238Il n’était pas question d’entreprendre une étude démographique et sociologique de caractère exhaustif. Dans le domaine démographique, les travaux de l’Atlas de Normandie et de l’Institut de Démographie complété par des études d’économistes (cf. notamment Nelle) apportent une importante documentation générale qui assure une bonne connaissance des principaux caractères démographiques de la province. Une démographie sociale reste à faire qui dégagerait, selon les régions, le comportement des principales classes rurales, exploitants grands et petits, fermiers et propriétaires, domestiques et journaliers. Là pourrait être trouvée l’explication des singularités qui caractérisent l’évolution démographique de la Basse-Normandie et du département de l’Eure, notamment, l’importance de la dénatalité dans la seconde moitié du xixe siècle et la précocité du redressement démographique (entre 1920 et 1930). Trop éloignée du sujet, cette étude a été seulement esquissée par l’analyse sommaire de l’évolution démographique de 11 groupes de communes, représentatifs des principaux systèmes agricoles et comptant environ 1 000 habitants chacun au milieu du xixe siècle :

239Dans le Bessin :

  1. Canchy et Longueville (canton de Trévières).

  2. Dans le Bocage :

  3. Sallen (canton de Caumont-l’Eventé).

  4. Presles et Le Désert (canton de Vassy).

  5. Le Gast (canton de St-Sever).

  6. Dans le pays de Bazoches :

  7. Bazoches-au-Houlme (canton de Putanges).

  8. Dans la Vallée d’Auge :

  9. Victot-Pontfol, Rumesnil, Corbon, Hotot-en-Auge (canton de Cambremer).

  10. Dans le Pays d’Auge intérieur :

  11. Bellou, Le Mesnil-Germain, Ste-Marguerite-des-Loges (canton de

  12. Livarot).

  13. Dans les Plaines de Caen et de Falaise :

  14. Poussy, Billy, Conteville, Chicheboville (canton de Bourguébus).

  15. Damblainville et Fresné-la-Mère (canton de Falaise).

  16. Dans le Pays d’Ouche :

  17. Francheville (canton de Breteuil).

  18. Dans le Pays de Caux :

  19. St-Nicolas-de-la-Taille (canton de Lillebonne).

240La sociologie du monde des éleveurs normands n’a été abordée qu’à l’occasion de quelques études très limitées : à Nouville, nom fictif d’un village de la vallée de la Bresle par Bernot et Blancart (1953), à Haleine, dans l’Orne, par Gutwirth, Echard et Muller (1963), à St-Georges-d’Aunay, dans le Bocage Virois par Cuisenier (étude en cours).

241J’ai finalement considéré comme fondamentale la connaissance de tout ce qui fait la vie des éleveurs : leur travail et la conception qu’ils en ont, la manière dont ils gèrent leurs exploitations, leurs revenus, leur goûts, leur mode d’alimentation, formes des repas et régime alimentaire, leurs loisirs et leurs fêtes, enfin la façon dont ils se situent dans le monde, c’est-à-dire dans la double dimension du temps que rythme le renouvellement des jours, des saisons et des générations, et de l’espace qui s’élargit peu à peu du village à la région pour s’étendre même dans des cas privilégiés à des horizons lointains et étrangers qu’ont ouverts de longs voyages. Bref, je n’ai pas cru devoir réduire la géographie humaine à l’étude d’individus économiques et habitants, mais j’ai essayé de considérer des hommes dans la totalité de leur vie.

242Autant les techniques modernes d’enquête, à base de statistiques, me paraissent adaptées à la connaissance de facteurs relativement grossiers (l’âge, la profession) ou d’événements aisément repérables de la vie (naissances, mariages, décès), autant me semblent-elles impropres à appréhender des phénomènes plus complexes qui, au-delà de tout ce qui est comptable, font la qualité d’un homme. Quelle science appréciera jamais le long regard du maître sur ses herbages, les trébuchements du vacher qui rentre, ivre, le soir de paye, l’œil opaque perdu dans l’alcool et l’oubli de la misère, la joie d’une grande colation soupante du Pays de Caux où le pétillement du cidre et l’éclat jaune du beurre se reflètent sur des visages épanouis dans la jouissance des nourritures terrestres ? Chroniqueur de méthodes décadentes, j’ai sans doute eu le tort de trop les adopter pour ma propre étude. Car, comme l’herbager qui le pense pour les bêtes, j’ai estimé que l’homme méritait encore de ne pas être réduit à un standard, et, pour apprécier sa vérité, j’ai préféré le « coup d’œil » à la mesure.

243Mais ce n’est pas le hasard qui m’a conduit dans cette recherche. Trois classes sociales dominent la répartition des travailleurs de l’élevage : les salariés permanents ou temporaires ; les petits exploitants qui disposent d’une autonomie de gestion et d’exécution, mais non d’une véritable liberté d’initiative ; les grands exploitants, enfin, les seuls à être vraiment des hommes libres. Mais déjà, il faut envisager l’étude d’une quatrième classe dont le rôle ne doit pas cesser de s’accentuer : celle des techniciens et des employés qui gravitent autour d’organisations nouvelles (employés des coopératives et industries de transformation, représentants, vulgarisateurs, administrateurs, etc.). Dans chaque région, selon des modalités différentes, j’ai retrouvé ces quatre types de personnes.

5. — Principales réalisations graphiques et cartographiques.

244— Carte des structures sociales et foncières (Atlas de Normandie, D 3, réalisée par F. Solignac-Lecomte ;

2453 cartes au 1/1.000.000 : répartition des ouvriers agricoles, âge des exploitants, nombre d’ha par personne active agricole.

7°) LES PAYSAGES RURAUX ET L’ENCADREMENT URBAIN

246Etudes réalisées sous la direction de P. Brunet, en dehors du cadre de ce travail, et auxquelles j’ai participé. Leurs métodes, exposées dans d’autres ouvrages, n’ont pas à être rappelées.

Figure 97. —Les systèmes agricoles de Normandie au milieu du xixe siècle

247— Paysages ruraux : préparation des feuilles au 1/200.000 de l’Atlas des paysages ruraux français, par P. Brunet et M.-C. Dionnet. J’ai pu bénéficier de ces recherches encore inédites. Je me suis efforcé d’apporter une contribution à cette entreprise en étudiant quelques cas particuliers et en montrant surtout les liaisons fonctionnelles existant entre les grands types de paysages normands et les systèmes de production, passés ou contemporains.

248— Encadrement urbain : études des zones d’influence urbaine de Normandie, réalisée selon les méthodes de M. Rochefort (cf. bibliogr.) et avec une application progressive à un ensemble régional restreint d’abord (le Bessin, cf. Frémont et Dionnet, Norois 1962), à toute la Normandie ensuite (Atlas de Normandie, carte G II, par P. Brunet).

8°) LA DIMENSION HISTORIQUE

1-2. — Sources et critique des sources.

249— Avant le xixe siècle, utilisation des principales publications, souvent dispersées, des historiens de la Normandie qui ont abordé les questions agricoles. Notamment : L. Delisle, L. Musset, A. Plaisse, les éditions modernes des mémoires des Intendants du xviiie siècle, les D.E.S. d’histoire (cf. bibliogr.).

250— Au xixe siècle :

  1. L’évaluation cadastrale de la répartition des herbages et des labours entre 1920 et 1930 d’une part, entre 1900 et 1914 d’autre part. (Chiffres par commune, communiqués par M. A. Perpillou).

  2. Quelques données, de valeur médiocre, fournies par les recensements agricoles (1852, 1882, 1885, 1891) sur l’importance du cheptel et la répartition des surfaces.

  3. Les études publiées par l’Association Normande dans l’Annuaire des cinq départements de l’Ancienne Normandie. Cette Association de notables, fondée en 1834, a tenu chaque année depuis cette date un congrès dans une ville normande.

251Ces réunions annuelles furent l’occasion, au xixe siècle surtout, d’une véritable découverte de l’ensemble de la province, chaque Congrès comprenant une enquête agricole et industrielle. Des hommes remarquables, animés par une curiosité encyclopédique, tels Arcisse de Caumont, président-fondateur de l’Association, et J. Morière, son secrétaire, professeur à la Faculté des Sciences de Caen, surent donner à chacune de ces enquêtes un véritable esprit géographique avant la lettre. Celles-ci permettent donc de tracer un tableau de la Normandie au milieu du xixe siècle, c’est-à-dire au cours d’une période très importante de son histoire, alors que sont prises quelques orientations fondamentales. Certes, l’état d’esprit des grands propriétaires qui se font le plus entendre au cours des réunions pèse sur l’ensemble de ces textes. Mais on n’en voit que mieux l’influence de ceux qui devaient s’affirmer du xixe siècle jusqu’à une époque toute récente comme les véritables « leaders » des campagnes normandes. On doit regretter, par contre, que l’esprit de recherche de l’Association se soit progressivement émoussé après la disparition des fondateurs et que l’intérêt des enquêtes se soit peu à peu affaibli à partir de la fin du xixe siècle.

252— Au cours de la première moitié du xxe siècle : recensement général de l’Agriculture en 1929, avec les notices départementales, souvent très complètes et très bien élaborées, qui l’ont suivi.

3-4. — Orientation et normes fondamentales.

253Les enquêtes de l’Association Normande, d’un abord facile pour un géographe, servent de « plaque tournante » à une étude historique qui n’a retenu dans le passé que ce qui permet d’expliquer la situation présente et qui s’est nourrie exclusivement de matériaux déjà élaborés par des spécialistes. Bientôt, plusieurs thèses en voie d’achèvement permettront de mieux connaître le visage économique et social de la Normandie rurale au xviiie (P. Longuet et P. Gouhier) et au xixe siècle (G. Désert).

254Je me suis efforcé surtout :

  1. De comprendre comment se sont étendus, dans la période fondamentale du xixe siècle, les deux grands mouvements de la révolution fourragère et de la transgression herbagère.

  2. Avant cette période, de dégager quels furent les premiers pôles où s’appuyèrent ces nouveaux systèmes, pôles herbagers d’Isigny, des vallées augeronnes et de la fosse brayonne, régions précocement vouées aux cultures fourragères et industrielles du Pays de Caux et de la Plaine de Caen. D’expliquer pourquoi, plutôt que le Bocage des landes et des jachères ou les Plaines d’agriculture intensive, ces régions furent précocement privilégiées.

  3. Après la mise en place des grands systèmes du xixe siècle, de comprendre l’affaiblissement du dynamisme de l’agriculture normande dans la première moitié du xxe siècle qui conduit à la crise et au renouvellement contemporains. Ce dernier aspect, de dimension plus conjoncturelle que géographique, ne peut cependant être ignoré tellement sont importantes ses conséquences actuelles.

5. — Principales réalisations graphiques et cartographiques.

255— Carte des systèmes agricoles de production en Normandie au milieu du xixe siècle (Fig. 97).

***

256Ce long exposé des méthodes fait apparaître plus de lacunes que de points forts. Mais le gouffre d’un sujet ne cesse de s’élargir à mesure qu’on l’explore. Il faut bien, un jour, s’arrêter pour faire le point, sous peine de perdre la mesure des choses avant d’y perdre sa vie. Je laisse à d’autres et à moi-même beaucoup de travail.

Notes

1 Travaux non publiés en 1967.

2 Cuisenier (J.), St-Georges-d’Aunay, étude sociologique non publiée ; Pasquier (A.), Plusieurs études régionales parues dans la revue Etudes Normandes, de 1958 à 1966 ; Lévêque (J.-R.), 144, 1963.

3 Juilliard (E.), 384, 1962.

4 Atlas de Normandie, carte D 2.

5 Atlas de Normandie, carte G 11.

6 Chombart de Lauwe (J), 79, 1963.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/157/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Légende Figure 93. — Carte de la rép recherches, enquêtes, D.E.S.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/157/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/157/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 94. —Carte du produit brut par ha de exploitations adhérentes des Centres de Gestion (1961-1962)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/157/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/157/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 95. — Carte des changements adhérentes des Cei О 25 km
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/157/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/157/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Fig. 96. — Carte des chargements en U.G.B.B, par ha. S.F.I
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/157/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/157/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/157/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/157/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/157/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Légende Figure 97. —Les systèmes agricoles de Normandie au milieu du xixe siècle
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/157/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1009k

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter