Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'élevage en Normandie, étude géographique. Volume II

 | 
Armand Frémont

Conclusion générale

Texte intégral

1Au-delà de toutes les définitions scientifiques, la région géographique est une réalité de la vie des hommes. Elle rend concrète la notion d’espace. Elle a ses limites, ses caractères extérieurs (qu’on appelle « paysages »), ses fonctions profondes, ses noyaux de dynamisme et son tissu de résistance. Elle est née des hommes, façonnée par eux, existant autant dans leur conscience que dans sa propre réalité. Sans eux, elle est lunaire. La région ne consume pas seulement un cadre de vie. Elle est une des dimensions importantes de la vie. Elle est l’espace vécu.

2Puisque la géographie étudie les relations qui composent les structures régionales, et notamment celles qui unissent les hommes aux régions, que nous enseigne sur cette matière l’étude de l’élevage en Normandie ?

3Qu’est-ce que la Normandie ?

L’ESPACE

4La Normandie : trois millions d’ha entre la Bresle et le Couesnon, plus de deux millions et demi d’habitants dont 500 000 agriculteurs, cinq départements, 3 374 communes, plus de deux millions et demi de bovins, richesse essentielle. Telle est la matière brute.

5Pendant très longtemps, les premiers géographes hésitèrent à faire autre chose qu’une « statistique » grossière. La réalité, en effet, déconcerte. Car c’est par de multiples discontinuités que se caractérise d’abord l’espace régional. Comme le vigneron, l’éleveur sait bien qu’une parcelle ne peut jamais s’identifier complètement à une autre. Des terroirs variés composent chaque pays. Les structures d’exploitations, les traditions locales, les incitations des marchés locaux et régionaux, les variantes de la démographie, le jeu des influences extérieures en compliquent encore le réseau. Aucun pays normand ne possède une véritable homogénéité. Les traits qu’on attribue habituellement au Pays de Caux ne sont valables que dans la moitié occidentale de celui-ci, au centre du plateau, autour de Fauville et de Goderville. Ailleurs, ils s’altèrent plus ou moins profondément. Le Bocage « profond » exclut les marges littorales et orientales du Pays ; le riche Bessin ou le fabuleux Pays d’Auge ne sont eux-mêmes que sur les pentes privilégiées de la vallée de l’Aure ou sur la bordure des vallées d’Auge, laissant ailleurs des herbages plus ordinaires. La Normandie des éleveurs se présente d’abord comme une mosaïque très complexe où rien ne ressemble à rien.

6La région, en outre, exprime un état éphémère. Lorsqu’on examine sur un siècle l’évolution des campagnes normandes, la rapidité des transformations ne peut manquer de frapper. Certaines régions ont changé plusieurs fois de systèmes de production. Dans la Plaine de Caen, on ne parle que du colza au milieu du xixe siècle : c’est alors la culture la plus rentable qui retient toute l’attention des agriculteurs. Mais à la veille de la guerre de 1914, le paysan caennais réserve tous ses soins à l’élevage et au dressage des chevaux vendus aux remontes de cavalerie et d’artillerie ; blé, colza, bovins deviennent alors accessoires. Entre 1950 et 1965, stimulé par la passion de la mécanisation et par l’intérêt des ventes de blé, d’orge, de lin et de betteraves, l’agriculteur de la Plaine de Caen redevient un cultivateur. Pas pour longtemps peut-être, puisque de nouvelles transformations s’esquissent déjà avec l’apparition de grands élevages de bovins à viande... De même les agriculteurs bocains ou cauchois ont-ils modifié plusieurs fois leurs activités. Avec celles-ci change l’idée même que l’on se fait d’un terroir, d’une région... Les pentes argileuses de la région de Bazoches-au-Houlme, par exemple, furent d’abord considérées comme des terres ordinaires de massif ancien, un peu plus fortes mais aussi plus difficiles à travailler que les autres : jusqu’au xviiie siècle, landes, bois et guérets y alternèrent avec les céréales pauvres. Les emboucheurs y développèrent de grands herbages qui se révélèrent remarquables pour l’engraissement des bœufs par la précocité et par la vigueur de la pousse de l’herbe. Ainsi, dès la fin du xixe siècle jusqu’à nos jours, les terroirs de Bazoches et de Champcerie devinrent-ils de hauts lieux de l’embouche. Mais depuis quelques années, les techniques évoluent ; les tracteurs pénètrent difficilement sur ces terres trop lourdes, ce qui nuit à la récolte des foins ; les bêtes ne peuvent demeurer l’hiver sur des herbages qu’elles défonceraient, alors que dans d’autres régions, les emboucheurs « chargent » maintenant dès l’automne. La cote des « terres fortes » du Houlme diminue donc. D’autres exemples pourraient être présentés : les prés de fonds alluviaux, jadis très appréciés, actuellement presque abandonnés ; les pentes bien égouttées du Bocage, terres à landes du xviiie et du xixe siècle, qui donnent de nos jours de bons labours, grâce au tracteur ; les plaines de l’Eure, réputées « maigres » jusqu’à l’aube de ce siècle par rapport au Pays de Caux ou au Pays d’Auge, riches terroirs de grande culture maintenant... Les caractères de l’espace agricole se modifient sans cesse. L’étude de l’élevage contemporain en Normandie révèle un état éphémère qui déjà s’efface sous nos yeux avant d’avoir été examiné complètement.

7Ces constatations décourageraient l’analyse si elles ne révélaient qu’une sorte d’anarchie des répartitions et des évolutions. Alors la géographie devrait renoncer à être une science pour devenir ou redevenir un art de la description des pays. Mais, au-delà des nuances multiples qui nouent l’individualité de chaque terroir, de chaque exploitation, de chaque petite région, quelques relations fondamentales permettent de caractériser l’espace normand. Elles consument les structures régionales.

8Trois systèmes agricoles se partagent la Normandie. Les régions herbagères, noyautées par de vastes et riches domaines, sont vouées totalement à l’élevage depuis plusieurs siècles. Dans le Bocage, les petites exploitations se consacrent presque exclusivement à la production de lait, de veaux et de porcs après avoir partagé leurs activités entre l’agriculture de subsistance et l’artisanat rural. Les Plaines enfin, dominées par de grandes fermes associent les cultures et l’élevage. Chacun de ces systèmes peut être reconnu avec netteté dans une ou plusieurs régions d’élection où il s’est d’abord implanté et où les rapports fondamentaux ne sont pas altérés par des influences externes : les pôles herbagers du Cotentin et du Bessin, du Pays d’Auge et du Pays de Bray ; le centre du Bocage Normand ; le Pays de Caux et la Plaine de Caen. Entre ces régions bien définies s’étendent des zones de transition où se combinent les influences voisines, variables selon les époques. En fait, des trois systèmes normands, l’un, celui du Bocage, va toujours se rétractant ; il subit plus qu’il n’influence. C’est donc surtout entre la spécialisation herbagère et l’association des cultures et de l’élevage qu’hésitent les régions normandes. Le jeu de ces deux grandes orientations donne le fonds de sa physionomie à la province.

9Mais ce classement cependant n’est pas suffisant pour comprendre tous les traits de la géographie normande. Les systèmes d’élevage ne consument en effet, qu’un élément des combinaisons régionales. L’organisation des marchés er des réseaux d’influence urbains qui unissent les régions entre elles et la campagne aux villes permettent de révéler les lignes de force du champ régional. Ainsi plutôt que d’opposer, comme le veut la tradition, une Haute-Normandie à une Basse-Normandie, c’est une division ternaire qu’il convient de proposer.

10A l’ouest de la Normandie, l’élevage domine l’économie régionale à défaut de toute autre activité importante. Les débouchés locaux étant limités à la consommation rurale et à celle des petites villes, c’est vers des marchés extérieurs que s’oriente la plus grande partie de la production de lait, de veaux, de porcs, de chevaux de selle... Placés à l’extrémité de la chaîne commerciale, défavorisés par l’isolement et par la petitesse de leurs exploitations, les éleveurs de la Normandie occidentale ne font que commencer la conquête de leurs marchés. La région vit à l’écart du monde industriel, en marge des pôles les plus dynamiques de la civilisation contemporaine. Il en est ainsi du Bocage actuel, voué à l’élevage. Mais la situation du Bocage traditionnel était-elle très différente qui n’envoyait sur les chemins des Plaines et des villes, outre des poulains et du bétail maigre, que des conscrits, des colporteurs et des bonnes ?

11Au centre de la Normandie, alternent les Plaines de l’axe Caen-Alençon, les grands herbages de Bazoches, du Merlerault, des vallées d’Auge, les « petites terres » du Pays d’Auge intérieur, du Lieuvin, du Pays d’Ouche. Simple zone de transition entre le Bocage et les Plaines haut-normandes ? On doit y voir plutôt un ensemble original aux régions complémentaires qu’unissent la force de l’attraction parisienne et l’importance des courants qui en résultent. A moins de 200 km de la Villette ou des Halles, au débouché de la prochaine autoroute de Normandie, la position est privilégiée par rapport à celle des terres isolées du Bocage. La facilité des communications sur l’axe Caen-Falaise-Alençon la renforce encore. Tandis que Deauville reçoit le « Tout-Paris » des courses, emboucheurs et fromagers maintiennent des relations séculaires avec les marchands de la capitale et leurs produits de choix tendent à devenir de luxe : Pont-l’Evêque et camenberts dignes de ces noms, bœufs d’herbage au persillé savoureux, chevaux pur-sang de grande compétition.

12Les débouchés de l’élevage en Haute-Normandie se partagent entre l’attraction de Paris et celle des villes de la Basse-Seine qui a suscité le développement d’importants marchés régionaux autour de Rouen et du Havre. Plus que dans le centre de la Normandie, l’élevage, associé à des cultures commercialisées, s’est organisé en fonction de l’approvisionnement des grandes villes régionales en produits frais : lait de consommation, agneaux et veaux gras, bœufs de boucherie et porcs, œufs et volailles. Là s’imposent la mesure industrielle et les élevages les plus modernes. Les systèmes du Bray, du Caux, des Plaines de l’Eure s’intègrent à une économie de marché dynamique qui trouve dans la région même ses principales incitations.

13Il y a trois Normandies. A l’ouest, refermée sur ses haies et ses parcelles étroites, celle des petits éleveurs bocains, maîtres chez eux mais esclaves des vaches. Au centre, la Normandie opulente des plus grasses terres d’élevage, celle des maquignons et des marchands de chevaux. A l’est, la Haute-Normandie dont l’agriculture est étroitement associée au développement urbain, celle dont les plus remarquables agriculteurs ressemblent à des industriels.

LE TEMPS

14Est-ce là une division immuable ? Satisfaits de leur situation privilégiée ou écrasés par leur destin malheureux, bien des éleveurs normands l’affirmeraient volontiers. Beaucoup, en effet, excluent de leurs conceptions toute idée de progrès.

15L’alternance quotidienne des jours et des nuits rythme les travaux les plus besogneux de l’éleveur, la traite, l’alimentation des porcs et des veaux, le curage des étables. Les domestiques et les petits exploitants qui se consacrent presque exclusivement à ces tâches vivent dans un univers clos dont les heures s’égrainent sans se renouveler.

16Comme tout paysan, l’éleveur normand est très sensible aussi au mouvement des saisons auquel s’adaptent les vêlages, les « levées », les foires, les fêtes. De ce temps, il connaît toutes les incertitudes qui se manifestent particulièrement dans les crises climatiques d’où la vie des plantes, des bêtes et des hommes sort bouleversée. Certes, le climat normand ignore les sécheresses absolues et les gels les plus dévastateurs. Mais dans l’alternance rapide des types de temps, il multiplie les risques de chaque jour tout en les atténuant. Une longue séquence homogène, un hiver « dur », un printemps « pourri », un été trop sec aboutissent très rarement en Normandie à de véritables catastrophes parce que le froid, l’humidité ou la sécheresse ne dépassent jamais des seuils excessifs. L’éleveur ignore le fatalisme des régions que brisent de temps en temps de grandes calamités. Mais il n’en scrute pas moins chaque jour le ciel, sceptique autant qu’habile à force de se tromper dans des pronostics hasardeux, plus inquiet que résigné, joueur rusé plutôt qu’esclave soumis. Quel climat rythme le temps de fines incertitudes plus que celui de la Normandie ? Et quel paysan sait interroger le ciel mieux que l’éleveur normand pour exprimer ses ruses et ses doutes ?

17Sans paradoxe, ce paysan habile à déceler les plus fines discontinuités quotidiennes, non seulement dans l’alternance des jours et des saisons, mais aussi dans celle des prix, semble incapable généralement de comprendre un mouvement historique et de s’y intégrer. L’immuable éternité des siècles ne doit-elle pas répondre à l’incertitude des jours ? C’est un thème souvent développé en Normandie, même dans des régions pauvres, que celui de la richesse « naturelle », de l’herbe « permanente », des traditions ancestrales. L’éleveur se satisfait de l’état présent des techniques. « Il tend le dos » sous l’averse ou la sécheresse d’une saison. Ensuite, il peut toujours recommencer. Ainsi, sans être profondément troublé par de trop grandes difficultés régionales, agriculteurs et éleveurs normands ont-ils pratiqué pendant de longues périodes des techniques quasi immuables. Avant le xviiie siècle régnèrent les assolements avec jachère, les troupes de moutons, les petits élevages associés à la vaine pâture et à une céréaliculture plus ou moins riche selon les pays. De la fin du xixe siècle jusque vers 1950-55, dans une économie de marché de faible dynamisme, l’herbage permanent s’imposa dans toutes les régions, mais avec un inégal degré d’extension, comme une solution de facilité dont les éleveurs préférèrent célébrer le culte plutôt que d’en assurer l’entretien.

18Et, cependant, le progrès, après s’être manifesté plusieurs fois au cours des derniers siècles, s’impose maintenant comme la réalité quotidienne.

19Les systèmes d’élevage normands ne sont pas formés par génération spontanée. Ils résultent d’une évolution que jalonnent trois périodes principales de transformation.

20La révolution fourragère s’esquissa dans le courant du xviiie siècle dans quelques régions privilégiées (le Pays de Caux et la Plaine de Caen) pour s’étendre à tous les labours de Normandie à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle. Remplaçant les jachères par les cultures fourragères, augmentant tous les rendements, elle consacra le succès d’un système mixte, hautement intensif, qui associe étroitement l’élevage aux cultures commercialisées.

21La transgression herbagère, au contraire, exclut les cultures pour livrer à l’élevage toutes les surfaces utiles sous forme d’herbages permanents. Dans quelques terroirs proches des marais du Cotentin, du Bessin, du Pays d’Auge et du Pays de Bray, l’herbe permanente fut utilisée bien avant le xviiie siècle comme pâturage riche de qualités pour les gros bovins et pour les chevaux. Mais ces premiers pôles herbagers restèrent limités à quelques dizaines de communes tant que les débouchés de leur activité se réduisirent à la satisfaction d’une clientèle aristocratique fort peu nombreuse. Lorsque l’augmentation des masses urbanisées développa la demande en produits laitiers et en viande, les pôles s’irradièrent, leur économie s’étendit aux régions voisines qui adoptèrent leurs techniques. Ce fut au début un progrès qui fit augmenter les cheptels et améliora les revenus paysans. Toutes les régions normandes, à des degrés divers, subirent la vague herbagère, sensible du xviiie siècle jusque vers 1950, particulièrement active sous le Second Empire et pendant la guerre de 1914. Mais lorsque les éleveurs, à force de célébrer le caractère « naturel » des herbages, cessèrent de les entretenir, le système herbager devint régressif, interdisant l’intensification, altérant même parfois le patrimoine floristique et pédologique.

22La révolution agricole contemporaine se manifeste par la transformation des moyens et des objectifs de l’éleveur, plutôt que par l’apparition de cultures nouvelles. Elle se matérialise par des outils qui exigent des investissements importants : tracteurs, engrais, semences sélectionnées, machines à traire, stations d’ensilage, stabulations libres... Recherchant une augmentation des rendements, mais aussi l’élévation de la productivité, la régularisation des revenus, l’amélioration des conditions de travail et de vie, elle remet en cause quelques-uns des principes les plus fondamentaux de la civilisation paysanne. Par elle, l’éleveur cesse d’être un paysan pour devenir un technicien doublé d’un entrepreneur. A l’individualisme des entreprises se substituent ou se superposent les efforts de groupes spontanément formés ou d’associations officiellement constituées. Nulle part, le « progrès » ne laisse indifférent. On définit volontiers un voisin en disant qu’il est « pour » ou « contre » le progrès. Nulle région n’échappe au mouvement, mais toutes ne sont pas également touchées. De nouvelles structures géographiques, une nouvelle Normandie, se créent ainsi sous nos yeux, dont on saisit encore mal les lois.

LES HOMMES.

23La psychologie attribue au milieu un rôle important dans la formation des personnalités. L’univers de l’élevage constitue un monde assez original pour influencer très profondément les mentalités des hommes qui l’animent. Mais, inversement, le tempérament et les aptitudes des éleveurs pèsent sur l’évolution des systèmes de production. Les relations de l’éleveur et de l’élevage, en définitive, permettent de comprendre la marche inégale du progrès aussi bien que les discontinuités régionales.

24L’homme qui ne dispose pas de moyens de production suffisants ne peut échapper à sa condition que grâce à des qualités exceptionnelles ou par l’aventure. Pendant longtemps, une masse nombreuse de journaliers et d’ouvriers agricoles peupla les campagnes normandes. Le monde de l’élevage leur réservait les pires servitudes, les besognes quotidiennes de la traite, les travaux saisonniers aux gains éphémères. Touchés par l’émigration et par la dénatalité, la plupart ont disparu. Mais les petits exploitants individuels aux revenus étroits et au pouvoir d’investissement insignifiant forment maintenant une sorte de néo-prolétariat rural qui, sur des fermes trop petites, n’ont pas d’autres perspectives que l’isolement, l’absence de loisir, la routine des corvées quotidiennes et la misère. L’élevage leur permet de subsister mais il les rive à leur travail. Pour échapper à cette condition, commune dans le Bocage, il faut un tempérament exceptionnel que possède seule une minorité d’individus. La plupart se résignent à une vieillesse sans espoir. Les plus jeunes quittent la région. La ferme à huit vaches et à deux truies vit dans un univers clos et anachronique où devant le regard triste et lourd des hommes se mêlent encore les fumées de l’âtre et les vapeurs d’alcool, sorte de rêve permanent où la vie s’échappe hors du temps et de l’espace.

25L’homme de jouissance est satisfait de son bien dont il est fier et qu’il aime contempler et afficher. Le grand herbager, le marchand de bestiaux important possèdent assez de fortune pour s’élever au-dessus des soucis quotidiens. Il travaille peu de ses mains. Il emploie le minimum de commis. Mais il sait tirer parti des meilleurs herbages, des bonnes bêtes et des conjonctures heureuses. Installé souvent dans des conditions privilégiées, grâce à la qualité de ses herbages, à la position qu’il occupe sur les marchés et à l’autorité que lui confère l’importance de son bien, il pense moins à transformer cette situation pour l’améliorer qu’à en profiter. Profondément. Il ne croit pas au progrès mais à l’immuabilité éphémère des choses. Son habileté en fait un sceptique. Tout son art consiste à jouir de cette vie qui va et vient, triste parfois comme un marché manqué ou comme un lot de bêtes crevées, heureuse souvent comme des liasses sur une table ou comme des bœufs lourds de viande après une belle dépouille.

26D’autres ambitions animent l’homme de progrès. Il transforme son travail pour améliorer sa vie. Il adopte de nouvelles techniques. Il agrandit son exploitation. Il s’associe parfois à d’autres agriculteurs. Il s’efforce de donner à ses enfants la meilleure éducation possible, non en fonction du métier que lui-même pratique, mais en prévision des techniques, agricoles ou autres, qu’ils devront maîtriser. Absorbé par son travail, par sa passion de produire, il oublie parfois de prendre le temps de vivre. La région le retient beaucoup moins que ses pères. Il voyage. Plus que les bêtes, les rendements, l’efficacité, les techniques mécaniques le fascinent. Il rêve d’une salle de traite en herringbone. Il préfère l’analyse d’une courbe de lactation à la contemplation d’une croupe. L’homme de progrès ne naît pas par génération spontanée. Une conjoncture le favorise. Une structure d’exploitations assez concentrée, un système de production assez souple lui fournissent les moyens dont il a besoin. Une certaine éducation le prépare, héritage aussi précieux que celui des coffres.

27Rien ne serait plus faux, dans un schématisme excessif, que de rapprocher chacun des types ainsi définis des trois grands systèmes agricoles qui dominent l’élevage normand. Le Bocage et les régions herbagères elles-mêmes possèdent leurs hommes de progrès. A côté d’entrepreneurs dynamiques, des petits éleveurs besogneux et des grands agriculteurs somnolents retardent encore l’évolution des Plaines. Le fermier cauchois, enfin, réunit en une seule personne les caractères de tous les autres, soumis à son propriétaire comme un valet, sceptique et jouisseur comme un maquignon, ambitieux et ardent à l’ouvrage comme un fringant entrepreneur. Dans les circonstances actuelles cependant, tandis que la suffisance et l’inertie s’appesantissent sur les régions herbagères, alors que les difficultés multiples écrasent le Bocage, c’est bien surtout dans les Plaines que se manifestent les formes les plus fréquentes du progrès.

28Situation éphémère, évolution irréversible ? Chaque région, chaque terroir, chaque homme possèdent des virtualités qui s’épanouissent plus ou moins favorablement selon les époques. Du xviiie siècle jusqu’au milieu du xxe siècle, la fortune sourit aux grandes régions herbagères de Normandie. La situation est maintenant beaucoup plus favorable aux Plaines.

***

29Les transformations récentes sont tellement importantes qu’elles créent des types nouveaux de relations régionales, favorisant le détachement de l’homme et de la terre. Les régions perdent leur sève paysanne. Bientôt, peut-être, elles seront désignées par des sigles, celui d’un S.I.V.O.M., d’une coopérative, d’une S.I.C.A., ou d’un groupe laitier anonyme. De puissantes incitations extérieures les animent. Le progrès implante des sélections allogènes. Il développe des techniques expérimentées dans des stations et dans des laboratoires. Bientôt, sans doute, il se passera de sol pour l’élevage et d’élevage pour le sol. Des industries transforment, conditionnent, standardisent les produits. La publicité multiplie les images chatoyantes et glacées qui offrent en rêve des délices parfumés tandis que les produits s’affadissent avec les goûts. Les décisions échappent aux personnes pour appartenir à des puissances anonymes, Etat, groupements professionnels, coopératives géantes ou trusts. Le sigle au pouvoir remplace le notable de terroir.

30L’élevage normand naît à la civilisation industrielle.

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter