Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'élevage en Normandie, étude géographique. Volume II

 | 
Armand Frémont

Quatrième partie. Les Marchés des Produits de l'Élevage Normand

Introduction

Texte intégral

1Importance de l’organisation et de l’évolution des marchés dans la détermination des systèmes régionaux d’élevage

2Au terme de l’étude des systèmes d’élevage en Normandie, l’extrême variété des orientations se révèle un des traits les plus frappants de la géographie régionale. Grand pays d’élevage par le volume et la valeur totale de sa production, la Normandie se présente en outre comme un ensemble très diversifié où se côtoient toutes les grandes espèces de l’élevage tempéré, bovins, équidés, porcins, ovins, volailles et une gamme quasi complète de techniques allant des plus archaïques aux plus modernes, des plus simples dans le mode d’utilisation du sol (les techniques herbagères) aux plus complexes (les assolements cauchois). Au total, pour qui essaie de comprendre les phénomènes de répartition géographique, c’est un laboratoire riche de multiples exemples qu’offre le cadre des cinq départements normands.

3Quels sont donc les facteurs qui ont joué un rôle déterminant dans l’organisation des systèmes contemporains ? Sans cesse, l’étude régionale s’est efforcée de répondre à cette difficile question. La préoccupation principale du géographe consiste bien, en effet, après avoir décrit les systèmes (herbagers, bocains ou cauchois), à tenter de comprendre les lois profondes de leur répartition.

4Deux séries de facteurs tiennent une place éminente dans la détermination de la trame régionale : les conditions naturelles, l’évolution des techniques de production. L’analyse des systèmes, en effet, a déjà montré ce que les premiers pôles herbagers doivent à la présence de pentes argileuses et de zones marécageuses, le handicap que représentent le climat rude et les sols ingrats du Bocage, et tout ce que le limon des plateaux a donné aux Plaines. Les virtualités naturelles ne valent cependant que par les procédés qui les exploitent. Trois grandes étapes caractérisent l’évolution des techniques normandes de culture et d’élevage. La première révolution agricole s’est développée de la fin du xviiie siècle à la fin du xixe siècle. Remplaçant les guérets des vieux assolements à jachères par des cultures fourragères, elle s’est imposée d’abord dans le Pays de Caux et la plaine de Caen, et, ailleurs, ne s’est implantée que tardivement et timidement. L’extension des herbages, deuxième étape, s’est opérée à partir de trois vieux pôles herbagers pour triompher au xixe siècle, en Basse-Normandie surtout. La deuxième révolution agricole, enfin, celle de la période contemporaine, se développe à partir de foyers de rayonnement dispersés dans le Bocage et dans les Plaines. Elle intensifie l’élevage et le rationalise afin de le rendre efficace : elle commence par l’engrais et la clôture électrique et doit se poursuivre jusqu’à l’édification de stabulations libres.

5Tels des organismes vivants, au cours de chaque période de développement, les techniques nouvelles ne se sont pas étendues en nappes géométriques. Leur diffusion épouse les fantaisies du terrain et des hommes. Pour comprendre l’extension différenciée des herbages ou des cultures fourragères au xixe siècle, et celle des prairies temporaires et des grands élevages rationalisés à notre époque, il faut faire appel aux possibilités des milieux naturels, mais aussi à celles des sociétés agraires, c’est-à-dire, aux disponibilités de main-d’œuvre que révèle la démographie, aux structures d’exploitation qui déterminent les unités de production, et au dynamisme des quelques personnalités entreprenantes qui servent de catalyseurs au mouvement. La péninsule du Cotentin, par exemple, ne réagit pas en bloc aux trois grands mouvements de révolution agricole. Les Marais et le plateau liasique de Sainte-Mère-Eglise constituent un des berceaux de l’élevage herbager, alors que La Hague, le Val de Saire intérieur, le Bocage de Saint-Sauveur et de Briquebec n’adoptent que tardivement cette technique. Les cultures fourragères s’étendent au xixe siècle sur le littoral du Bas Val de Saire et de La Haye du Puits sans mordre à l’intérieur. De même, de nos jours, de façon plus restreinte encore, la carotte circonscrit une aire de culture très limitée. Enfin, La Hague et le vieux Bocage semblent plus soucieux actuellement de rénovation agricole que le riche pays de Sainte-Mère. De la même façon, le Pays de Caux, du xviiie siècle jusqu’à l’époque contemporaine, doit être subdivisé en régions au dynamisme très inégal si on veut bien saisir la réalité de son évolution. Actuellement le grand exploitant linier de Luneray, le fermier moyen d’Yvetot ou de Fauville, le petit producteur de pommes de terre de Cauville ou d’Octeville et le petit fermier de la région de Saint-Romain qui cependant font tous de l’élevage n’ont ni les mêmes problèmes ni les mêmes préoccupations ni la même détermination dans la volonté de progrès. D’autres exemples pourraient être repris. La richesse de l’espace géographique s’exprime dans les discontinuités de sa trame.

6Au-dessus de tous les autres facteurs d’explication cependant, l’importance et la qualité des débouchés pour les produits, l’organisation des réseaux de commercialisation jouent un rôle décisif, donnant aux systèmes leur dynamisme, et déterminant pour une large part leur possibilité d’extension géographique. Que valent en effet les meilleurs terroirs du Merlerault, les haras les mieux équipés, les éleveurs les plus compétents, la race la plus parfaite, si les chevaux ne se vendent pas ?

7Les marchés des produits méritent donc une étude particulière. Elle permettra de mesurer l’importance de l’élevage normand dans la production nationale et d’analyser le jeu des forces extérieures qui conditionnent son développement.

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter