Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contribution à l'étude des établissements saxons en Normandie

 | 
Louis Guinet

La topographie

Texte intégral

LES ILES ANGLO-NORMANDES1

  • 1 Nous avons déjà consacré un article à cette question : De l’étymo-logie des îles anglo-normandes en (...)

1Nous avons vu que les îles anglo-normandes avaient été attaquées dans la seconde moitié du vie siècle par des bandes saxonnes et nous avions avancé, en dépit du silence des textes, qu’elles avaient été occupées à la même époque. C’est ce qu’enseigne la toponymie qui permet de donner une origine saxonne ou plus exactement saxo-frisonne à Jersey, à Guernesey, à Chausey, à Aurigny et à Serk.

  • 2 Cf. W., III, 337b, Adigard Des Gautries et Lechanteur, S.A.N., juin 1962, n° 127, et Ralph-Paul DE (...)
  • 3 J.M., 125.

2Cependant, de nos jours encore, on admet généralement que ces noms sont Scandinaves2. Seul Joret, se fondant sur la dualité des formes anciennes du second élément, avait écrit : « La terminaison -ey dans l’orthographe officielle du nom de ces îles, ne représente donc pas le norois ey »3 Mais d’une part, l’auteur n’ayant pas proposé de solution et, d’autre part, cette judicieuse remarque n’ayant pas trouvé d’écho, la question de leur origine demeura pendante. Par une étude phonétique des formes les plus anciennement attestées, nous pensons pouvoir lui donner une réponse qui confirmera tout en la précisant la constatation de Joret.

31° Aurigny, Arenon (acc.) 1040 env., Aurrene (acc.) 1040 env., Aurenoy 1056, Aurenoio (abl.) 1063-1066, Auremen milieu du xiie siècle (Roman de Rou). La forme anglaise actuelle est Alderney.

4La diversité des leçons rend l’interprétation délicate, et c’est pourquoi sans doute, elle n’a pas encore été tentée, à notre connaissance du moins.

  • 4 Cf. Förstemann, Althochdeutsches Namenbuch, 2 vol., Bonn, 1913 - 19 16 et BACH, op. cit., I, § 283, (...)

5Remarquons au préalable d’une part que Arenon et Aurrene sont deux graphies fautives pour Aurenon et Aurene, et d’autre part que Arenon, Aurrene et Auremen semblent présenter le premier élément seul, alors que Auxenoy et Auxenoio présentent sans ambiguïté le composé en -oi. Un rapprochement de ces formes avec Alderney, résultant de l’évolution propre à l’anglais du même étymon, nous permet de poser pour le premier élément l’ags. *Aedhelraemn qui rend compte du français Aurigny et de l’anglais Alderney. Ce patronyme est communément attesté en westique, en particulier sous la forme latinisée Adalramnus4.

  • 5 K., art. adel.

6Adalramnus présente un premier élément qui ne se rencontre à date ancienne qu’en westique sous les formes suivantes : ags. aedhele, vsax., vbfr. adhali et, après métaphonie primaire edhili, vha. adal et, avec métaphonie primaire, edili. Le mot n’existe pas en vnor., et l’adjectif oedel, commun au danois et au suédois modernes, est un emprunt au moyen-bas-allemand. Certes, des anthroponymes germaniques westiques, continentaux ou insulaires, figurent parmi les noms d’hommes Scandinaves à l’époque des Vikings. Nous citerons d’après Personnavne, Nordisk Kultur, Kopenhague, Oslo, Stockholm, 1947, pour les anthoponymes continentaux commençant par Adal : Adal-beracht, Adalbrand, Adalhaid, Adalhar, Adalleiz, Adallouc, ; pour les anthoponymes ags. commençant par Aedhel : Adaliz, Aedhelgar, Aedhelgéat, Aedhelric, Aedhwulf. Adalhram ne semble donc pas avoir été en usage à cette époque. De toute manière, d intervocalique, occlusif ou spirantique, a été régulièrement transcrit en vnorm. dans les emprunts Scandinaves par d ou même, en finale, par t qui se sont maintenus. Le second élément représente le g. c. *hrabhanaz, attesté en norois primitif au vie siècle comme anthroponyme, HrabhanaR > vnor. hrafn > dan. mod. ravn. En westique, les formes sont : ags. hraefn > angl. mod. raven ; vha. hraban > nha. Raben. Par assimi-milation de bh à n, apparaissent les formes ags. hraemn, vha. hram (gén. hrammes). Par suite de la gémination consonantique par n, apparaît en vha. la forme rappo, cheval noir < *hrabhbhn-. Du vbfr. proviennent les anthroponymes français Autran(d), Audran, Audrain, Audra(t) < *Aldhramn.5

7Les anthroponymes westiques offrent les deux formes : Hrabanus (latinisation), Hrabaninc, fils de Hraban, Hrabanihho, Hrabanilo, Rabo, Rappo, etc., hypocoristiques, ou en composition : Baltram, Bertram, Wolfram, Guntram, Rambald, Rambert, Ingram, etc., Rambo, Rambi, Ramno, hypocoristiques. Le nombre élevé de ces anthroponymes s’explique par le fait que chez les Germains le corbeau avait un caractère sacré ; on sait par exemple que deux corbeaux, Hugin et Munin, la pensée et la volonté, sont les attributs de Wotan.

8Adhal et Aedhel sont passés en français, après effacement de la spirante dentale sonore intervocalique à al : cf. Adalberht > Albert, Adalfrîd > Alfred, Adalfuns > Alfonse, etc. Notons que le germanique

9offre aussi, dès les plus anciens textes, la même syncope de dh : cf. Albrecht, Alwart, Alfuns, etc. Dans de nombreux cas, l s’est ensuite normalement vocalisé en vfr. : cf. Adalberht > Aubert, Adalfrîd > Aufray, Adalgarius > Auger, Adalgard > Aujard, etc.

  • 6 G.S., §§ 43 et 118.
  • 7 Fouché, II, 483 sqq.

10Hraemn, raem, ram ont normalement évolué à ran dans toutes les positions en normanno-picard : cf. par exemple Hramdung > Randonc, Rendeux6. En composition, a prétonique interne en syllabe ouverte est normalement passé à e7. L’assimilation du groupe -mn- est progressive dans toutes les leçons {-mn->-nn->-n-) sauf dans Auremen qui présente l’assimilation régressive -mn- > -mm- > -m-, si toutefois nous ne sommes pas en présence d’une cacographie. De toute manière ces deux formes d’assimilation sont normales. L’évolution a été la suivante : *Aedhelraemnoi > *Alrannoi > *Alranoi > *Auranoi > Aurenoi.

  • 8 E., art. Alderbury et Feilitzen, op. cit., 182.

11Quant à l’anglais moderne, il peut s’expliquer par le même étymon Aedhelraem, avec métathèse de aedhel en aeldhe, cf. Alderbury < Aethelwarebyric8 ; l’effacement de a intervocalique et l’affaiblissement de a en e sont en outre des transformations phonétiques normales en anglais, d’où la forme actuelle Aldern-. Le second élément -ey s’explique soit par l’ags. êg, ieg, soit par une anglicisation postérieure de -oi, île, en moyen-anglais eye < ags. êg, îeg.

12Si Aurigny procède dans son premier élément de l’ags. Aedhelraem (le vfris. êthel, noble, ne pouvant convenir pour des raisons phonétiques), le second élément vnorm. -oi, île, remonte à un autre dialecte qu’il nous faut déterminer.

  • 9 C’est un composé du germ. com. *ahwa et du suffixe -jô qui, accentué sur le suffixe, est devenu *ag (...)

13Le g. c. *agwjô9, avec g spirantique, est représenté dans tous les idiomes germaniques : got. ôi ; vnor. primitif öy > vnor. ey ; ags. êg, îeg, îg ; vsax. ôi ; vbfr. ô ; vfris. âw, ôg, prairie humide, île. En particulier, le vfris. se retrouve dans le nom des îles frisonnes Wangerooge, Spiekerooge, Schiermonnikoog, Langeoog avec g spirantique.

  • 10 K., art. Au. Le vnor. ey se serait prononcé oi, ce qui est infirmé par la transcription normande ay (...)
  • 11 W., III, 337 b.
  • 12 Fouché, II, 284, rem. V.

14De quel dialecte provient le vnorm. oi ? Pour des raisons phonétiques, il faut écarter l’ags. êg, îeg, îg. Même si la remarque de Kluge est exacte10, le vnor. ey ne peut être pris en considération. En effet, dans ce dialecte, ey, île, a donné normalement en vnorm. aye, petite île, et non pas oi11. Comme nous le verrons, d’autres raisons nous obligerons à écarter le vnor. pour expliquer l’origine du nom des îles anglo-normandes. Peuvent convenir le vsax. ôi ou le vfris. ôg avec g spirantique. Nous avons vu que les Saxons continentaux, ceux du Holstein, ne figurent pas dans les bandes de pirates qui sillonnèrent les mers, comme le prouvent en particulier les dialectes anglo-saxons, vierges de tout élément saxon continental. C’est donc du vfris. ôg que procède le vnorm. oi. La prononciation locale actuelle de oi est î dont rend compte l’évolution suivante : oi > üi à partir du xiie siècle > î par désarrondissement du premier élément, prononciation spéciale au Normand de Basse-Normandie, attribuée par M. Fouché à une influence Scandinave12. Quant à n, il a été facilement mouillé par î, d’où la graphie phonétique actuelle Aurigny.

15En résumé, Aurigny est vraisemblablement une fondation saxo-frisonne dont le premier élément est l’ags. adhalram ou aedhelram et le second le vfris. ôg. Cette hypothèse sera confirmée par l’étude de Chausey, de Jersey et de Guernesey. Le sens du composé serait l’île d’Adalram, du nom du chef qui s’en empara.

  • 13 A.d.G., 115.

16Chausey, Calsoi 1022. On peut certes songer pour le premier élément au vnor. Kali, sobriquet attesté dans deux noms de lieu normands de la Seine-Maritime : Caltot, anciennement Caletot13. Mais i devrait être encore représenté par e ou i au xie siècle ; d’autre part, les anthroponymes Scandinaves ne se présentent jamais au génitif, enfin, le second élément -oi n’est pas Scandinave. Par contre, l’ags. calu (vfris. kale), nu, dénudé, sec, plat, sans correspondant en vnor., est phonétiquement possible et, de plus, largement attesté en toponymie anglaise. Mais on s’attendrait à une forme sans s : *Caloi. Sans doute peut-on expliquer la présence de ce s non étymologique par l’influence de la désinence -soi de Gersoi, phonétiquement coupé en ger- et en -soi. Le second élément est le même que dans Aurigny, le vfris. ôg. La graphie -ey est anglaise et due à l’attraction de la finale de Jersey et de Guernesey, sans doute facilitée par la prononciation locale de î légèrement diphtongué. Enfin l’orthographe initiale ch est une francisation tardive du normand c, toujours prononcé comme occlusive dans le patois local.

17Signalons Les Chausey (Manche, h. Granville) qui est un nom rapporté.

18Guernesey, Greneroy 1027-1035, Greneroy (gén.) 1040 env., Grenere (gén.) 1040 env., Grenerolium 1048 env. (avec une erreur de graphie : l pour d), Grenerodum 1048 env., Greneroi 1052 env., Granaroy 1056, Grenerodium 1057 env., Grenerodum 1057 env., Gerneroio (abl.) 1063-1066, Gernerui xiie siècle (Roman de Rou).

  • 14 Cf. Bach, op. cit., II, § 411. Le vbfr. rod a laissé quelques traces en toponymie française, cf. R. (...)
  • 15 A.d.G., 246 sq. Là où, secondairement accentué, il est exceptionnellement rendu par o, il existe de (...)

19La forme ancienne Grenerodium et sa variante plusieurs fois attestée Grenerodum est claire : c’est le composé de grene et de rod(i)um. Le second élément est la latinisation du germ. *rudh. essart, degré zéro de la racine *reudh-, essarter, que l’on retrouve dans tous les dialectes germaniques jusqu’à nos jours. Le substantif se présente sous les formes suivantes : vnor. rudh (n. norv. rud) ; vdan. rath (n. dan. rod) ; vfris. rothia, rothe ; vha. rot, riuti ; vbfr. rod, ags. rod, rare dans ce dernier dialecte où il est cependant attesté dans quelques toponymes anglais. Il ne se rencontre pas en vsax. Le sens premier est celui d’essart, puis, par élargissement, celui de colonie, d’établissement14. C’est ce dernier sens qu’il a dans Guernesey. De quel dialecte provient rod(i)um ? Il est permis d’écarter le vnor. rudh et le vdan. ruth, u bref, même secondairement accentué à l’initiale ayant été conservé en vnorm.15. A fortiori, l’a-t-il été sous l’accent où il s’est ensuite palatalisé. Or, les leçons anciennes présentent 0 sans exception. D’autre part, la spirante dentale sonore dh du vnor. et la sourde homorganique du vdan. th, respectivement transcrites en vnorm. par d et t (t dans les deux cas en finale) devraient être attestées non seulement dans les formes anciennes non latinisées des xie et xiie siècles mais de nos jours encore, les occlusives Scandinaves ne s’étant pas effacées. Or, il n’en est rien.

20Nous pouvons de même écarter le vbfr., d’une part pour des raisons historiques, les îles anglo-normandes ayant été attaquées puis conquises par des Saxons et non par des Francs, et d’autre part, pour des raisons phonétiques, le premier élément *grôni, au demeurant non attesté, n’aurait pu aboutir à grene-.

  • 16 Fouché, III, 600, rem. I.
  • 17 Fouché, II, 229.

21Par contre les formes de l’ags. rod et du vfris. rothe, rothia. surtout cette dernière, dont la transcription latine semble conserver le thème en i, ne font aucune difficulté phonétique. La spirante dentale intervocalique a suivi l’évolution de la spirante dentale romane dont l’effacement a dû commencer dès la fin du ixe siècle16. Il ne semble pas que 0 bref ait pu s’allonger en syllabe ouverte, le bouleversement quantitatif s’étant achevé au ve siècle, et a fortiori se diphtonguer, la diphtongaison ayant eu lieu dans la seconde moitié du ve et dans la première moitié du vie siècles17. Il a dû ce combiner avec i pour donner la diphtongue oi ; mais il est possible que l’action analogique des désinences -oi d’Aurenoy, de Gersoi et de Calsoi ait pu se faire sentir. S’il n’en était pas ainsi, seul le vfris. rothia rendrait compte de la forme -oi qui a évolué ensuite en ui puis en üi. forme attestée dans le roman de Rou, enfin en î (123). La graphie ey est due à une influence anglaise.

22Quant au premier éléments grene-, il représente l’adjectif germ. *grôni, vert : vnor. groenn, vsax. grôni, vfris. grêne, ags. grêne, groene. Phonétiquement, chacune de ces formes, le vsax. excepté, aurait pu aboutir à grene. Mais le premier élément ne pouvant avoir une origine différente du second, nous pouvons conclure que Guernesey est une fondation saxo-frisonne, dont le sens est colonie verte, acception d’ailleurs corroborée par l’ancienne dénomination d’île verte qui lui était autrefois donnée et qui, au demeurant, a pu donner lieu à un emprunt par décalque.

  • 18 Fouché, III, 603 sq.

23Nous terminerons par deux remarques. D’abord la métathèse de gre- en guer- qui apparaît dès le xie siècle finira par s’imposer. Elle n’a pas eu lieu, nous le verrons, dans des homonymes de Normandie continentale. Ensuite l’assibilation de r intervocalique est un phénomène spontané fréquent à partir du xivesiècle18, mais elle a pu être facilitée par l’action analogique de la désinence -soi de Gersoi, sa voisine.

  • 19 Walther Steller, Abriss der altfriesischen Grammatik, Halle, 1928, § 29, A. 2.

24Jersey, Gersoi 1025 env., Gersoi 1040 env.-1046, Gersei (gén.) 1042, Gerseii (gén.) 1042, Gersoii (gén.) 1042, Gersoi 1066 ou peu avant, Gersui xiie siècle (Roman de Rou). Ce nom se laisse aisément décomposer en ses deux éléments gers- et -oi. Dans le premier, nous pouvons reconnaître le germ. *grasja, thème en -ja- avec valeur de collectif signifiant prairie, herbage. Il a donné le vnor., le got., le vsax., le vha. gras, l’ags. graes, gaers (angl. mod. gras), vfris. gres et le plus souvent gers, avec métathèse régulière devant s19. Nous pouvons écarter le vnor. graes, l’ags. gres et l’ags. gaers qui auraient abouti respectivement en vnorm., les deux premiers à *gras, le second à *gars. Seul le vfris. gers peut rendre compte du vnorm. gers. Il s’agit donc d’une fondation frisonne, ce que confirme le second élément oi, également frison. Le sens du composé est donc île des herbages, acception en accord avec les données géographiques. Jersey a remplacé l’ancien nom gallo-romain de Caesarea.

25Signalons pour terminer que le nom de Jersey est porté par 2 localités de la Manche : Jersey, h. St-Brice, c. Avranches et Guersey, h. Equeurdreville, c. Octeville, noms vraisemblablement rapportés. Il faut cependant remarquer que l’ags. êg, îeg, qui désignait aussi un quartier de terre ferme dans un marais ou entre deux rivières, a pu exercer sur og une influence sémantique. Dans ce cas, ces deux fondations pourraient être primaires.

  • 20 Joret, Des caractères et de l’extension du patois normand, Paris, 1883, 83 (J.P.). Le vnor. serkr e (...)
  • 21 Cf. A.d.G., passim.
  • 22 Notons que le nom de l’îlot de Herm (Herm xiie siècle, Roman de Rou) avec une cacographie chez Pluq (...)

26Serk. également orthographié Serc ou Sierk, Serc (acc.) 1040 env., Sercam (acc.) 1040 env., Serch (1056), Saire xiie siècle (Roman de Rou), Cers (carte de Cassini). Quelle est l’étymologie de Serk ? A notre connaissance, seul Joret a proposé, d’ailleurs avec réserve, le vnor. serkr, chemise, capuchon20. Outre que le sens est peu satisfaisant, serkr ne peut rendre compte de toutes les formes normandes anciennes. En particulier, l’occlusive gutturale sourde ne s’est pas effacée en position finale dans les emprunts au Scandinave21, ce qui rend inexplicable les leçons Saire et Cers. Il semble que nous soyons en présence d’un croisement de formes : l’une gallo-romaine, l’autre saxonne. Les leçons anciennes Serc, Serca nous permettent de poser l’étymon latin *Sêrica, la soyeuse, dont l’appellation fut sans doute suggérée par l’aspect de l’île recouverte d’un tapis de verdure. Mais cet adjectif substantivé a régulièrement donné en français sarge ou serge et aurait abouti en normand à *sargue ou *sergue. Notons que la forme normande sarge est française. Or, les Saxo-Frisons qui occupèrent l’île possédaient dans leur dialecte le terme serc, syrc (masc), sierc, sierce (fém.), chemise, combinaison (de serge) (> anglais mod. sark), emprunt au mlat. sarcia < lat. sêrica, formes phonétiquement et sémantiquement voisines de *serga qu’ils lui substituèrent. Les diverses formes normandes s’expliquent dès lors aisément. L’occlusive gutturale sourde en position finale absolue est normalement tombée dans la langue populaire, d’où les formes phonétiques Saire de Wace et Cers de la carte de Cassini au xviiie siècle. Elle a été maintenue par contre dans les dénominations officielles, plus savantes. Les formes diphtonguées, phonétiquement aberrantes, procèdent vraisemblablement de sierc(e)22. Nous voulons voir enfin une confirmation de notre interprétation dans le nom anglais de l’île, Sark qui signifie également chemise.

27A l’appui de l’origine saxo-frisonne des îles anglo-normandes, nous pouvons mentionner quelques dénominations toponymiques également saxo-frisonnes : d’abord le terme de nez, représenté aussi sur le continent, et que nous étudierons ci-dessous : la Pointe du Gros-Nez au nord-ouest de Jersey, la Pointe Ronez au nord de la même île, la Pointe du Bec du Nez au nord de Serk, le Haut-Nez à l’ouest de St-Martin, désignant une hauteur à l’intérieur de Guernesey. Ensuite les noms en hou, eux aussi répandus sur le continent, et que nous étudierons également ci-dessous, désignant des îlots : Le Hou, Brec-quehou, Bréhou, Burhou, Croquelihou, Gethou, Lihou, Bunehou, les Ecréhous, enfin le promontoire de Jerbourg à Guernesey, que nous avons déjà étudié, et Verclud, promontoire de Jersey (cf. ci-dessous).

28Certes, ces îles furent occupées trois siècles plus tard par les Scandinaves qui, à leur tour, sporadiquement d’ailleurs, inscrivirent leur conquête dans la toponymie, mais elles le furent d’abord par des Saxo- Frisons, et ce sont eux qui leur ont donné les noms qu’elles portent encore de nos jours.

HOU

  • 23 L., §§ 747 à 749.
  • 24 J.P., 40.
  • 25 J.M., 124.
  • 26 E., art. hôh.
  • 27 Fouché, II, 229.
  • 28 Cf. notre article, Les noms de lieu normands en -boeuf, etc. A.N., 1964, III.

29Longnon avait considéré comme saxons les toponymes normands en hou qu’il rapprochait de noms anglais tels que Cridesho 780, Caegesho 793, Northoo, Poddinghoo, Milhoo23. Après leur avoir donné pour étymon le vnor. hôll, colline (en fait colline arrondie, mamelon)24, Joret, sans prendre nettement position contre cette hypothèse, faisait cependant remarquer que Longnon ne donnait pas la forme primitive de hou (ce qui est inexact) et n’expliquait pas (ce qui est exact) « comment les descendants des Vikings ont pu attribuer ce nom à des localités fondées par eux, comme Néhou, Quettehou »25. Longnon qui, comme Joret d’ailleurs, avait fait le départ entre les noms en holmr, remontant au vnor. holmr, île, éminence dans une plaine, et les noms en hou, parfois confondus par les scribes du Moyen Age, avait certainement raison. L’étymon demandé par Joret et reconnu par Longnon dans l’anglais ho, hoo, est l’ags. hôh, avec ô fermé, sans correspondant en vnor., signifiant talon, jarret, promontoire et, dialec-talement, rocher, escarpement, précipice26. Ce sont les sens de promontoire, rocher, escarpement qu’offrent les noms en -hou normands. La seule forme ancienne dont nous disposions, Chetellehou 1050-1060, nous permet cependant de dater ces fondations et de les faire remonter à une époque antérieure au viie siècle, la diphtongaison de ó ayant commencé vers la fin du même siècle27, et le ô Scandinave, comme le montrent les exemples anciens de bôdh et de flôdh ne s’étant diphtongué que tardivement, d’ailleurs en -oeu- et non en -ou-28. Il ne peut donc s’agir d’un terme apporté dans le sillage des Vikings. Ce qui le prouve également, c’est la remarque de Joret qui tendait précisément à l’infirmer. Si hou était Scandinave ou anglo-scandinave, le premier élément des composés où il entre devrait présenter un nombre plus grand d’anthroponymes ou de termes norois. Or, dans de nombreux cas, ce premier élément ne peut s’expliquer que par un étymon saxon. Les deux seuls composés Scandinaves cités par Joret sont des exceptions dont rend compte l’emploi de hou entré de bonne heure en dialecte normand. Néhou et Quettehou s’expliquent de la même manière que les composés Scandinaves en -ville dont le second élément préexistait à l’arrivée des Vikings : *Ketellhou a été formé comme *Ketellvilla. Nous avons d’ailleurs remarqué que de nombreuses formations mixtes analogues existent en Grande-Bretagne. Enfin, tous les composés en -hou sont situés dans le Cotentin et les îles anglo-normandes, c’est-à-dire sur une aire de forte densité saxonne, alors qu’ils sont complètement absents de la Seine-Maritime, zone de peuplement Scandinave extrêmement dense. Les appellatifs, souvent précés de l’article, que l’on rencontre ailleurs, sont des désignations romanes. En nous fondant sur les remarques précédentes, nous pouvons donc conclure que hou fut importé par les Saxons aux ve et vie siècles. Citons :

    • 29 A.d.G., 247.

    Bléhou (Manche, h. St-Germain-le-Gaillard, c. Les Pieux), Blihou 1136. Nous pouvons proposer l’ags. blîo(h), blêo(h), forme, apparence et aussi couleur. Ce dernier sens se retrouve dans Bleadon (Somerset) où le substantif a valeur d’adjectif. La forme ancienne Bli- permet d’écarter le vnor. bly (avec y long) plomb, dont le sens est peu satisfaisant et dont le vocalisme ne peut rendre compte de i normand, y Scandinave ayant été régulièrement transcrit par u en toute position29.

  1. Bléhou (Manche, h. Sainteny, c. Carentan). Même étymologie que le précédent.

  2. St-Vincent-de-Bléhou (Calv., h. Eterville, c. Evrecy). Même étymologie que les précédents.

    • 30 E., art. braec.

    Brecquehou, îlot à l’ouest de Serk, Bréhou (carte de Cassini). Il s’agit sans doute de l’ags. braec, brec, avec voyelle brève, petit bois, taillis, ou moins vraisemblablement de broec, avec voyelle longue, jachère, terre inculte, sans correspondants en vnor. Ces deux termes sont attestés en toponymie anglaise sans que l’on puisse toujours les différencier l’un de l’autre30.

  3. Bréhou, îlot à l’est de Guernesey. On peut songer au vfris. brêd, large, plat, découvert, dont le correspondant ags. brâd, attesté dans plusieurs composés toponymiques de Grande-Bretagne, ne peut convenir pour des raisons phonétiques. Nous aurions là un nouvel exemple d’influence frisonne dans les îles anglo-normandes.

  4. Bunehou (Manche, h. St-Germain-le-Gaillard, c. Les Pieux), Busnehou 1217, Bunehou 1394. Il s’agit vraisemblablement de l’ags. bôsm, sein, donné au rocher à cause de sa forme. Le passage de ô initial à u est normal en normand (26).

  5. Burhou, îlot au nord-est d’Aurigny. C’est vraisemblablement un composé de l’ags. bûr, cabane, attesté en toponymie anglaise, dont le sens, îlot de la cabane, convient sémantiquement et phonétiquement.

    • 31 Bourciez, op. cit., § 94.

    Catehou, fief du pays d’Auge, Khetehou xiiie siècle. Le premier élément pourrait représenter l’anthroponyme Scandinave Ketill, mais aussi l’ags. c(i)etel, chaudron, vallée encaissée, attesté dans Cheddleton (Staffordshire), Chettiscombe (Devonshire), Chettle (Dorset), Chittelhamholt (Devonshire), Chittlehampton (Devonshire) et, sous une forme scandinavisée, dans Kettlewell (The West Riding of Yorkshire). C’est l’étymon saxon que nous proposerons pour Catehou. Le passage de e initial à a est fréquent31.

  6. Coquelihou, îlot au sud d’Aurigny, Croquelihou (carte de Cassini). Remarquons que la forme lihou se rencontre dans d’autres noms de lieu, où il est peu probable que li représente l’article du vfr. ou du vnorm. Une forme ainsi figée supposerait que l’appellatif hou n’était plus compris, ce qui est contredit par les dénominations présentant la forme moderne de l’article ou un déterminatif roman. Li représente donc un mot ags., sans doute hlîeg, hlîg, formes de l’ags. westique, ags. hlêo(w) (ou le frison hlî, abri, refuge) attesté en toponymie anglaise par exemple dans Leeford (Devonshire), Libbery (Worcestershire), Lydden (attesté trois fois dans le Kent), Layham (Staffordshire), etc. Quant au premier élément, il pourrait représenter l’ags. crocca, crocce, crûce, vfris. krocha, pot, marmite, évoquant soit la forme du refuge, soit celle de l’îlot. Le composé saxon ou frison pourrait donc signifier l’îlot du refuge en forme de marmite.

  7. Crenehou (Manche, h. Anneville, c. Quettehou), Crenehou 1297. De nombreux toponymes anglais présentent dans leur premier élément l’ags. cran, grue ; c’est ce mot que nous retrouvons dans crene-, avec la graphie e, tardive, attestée dans les transcriptions du Domesdaybook (cf. Cranborne : Creneburna). Le sens du composé est rocher des grues.

  8. Ecréhou (Les), rochers à l’est de Jersey. Le premier élément remonte vraisemblablement à l’ags. sceard ou au vfris. skerd, substantif signifiant entaille, coupure, crevasse, employé également comme adjectif. La métathèse de sceard, skerd en scread, skred a provoqué la chute de d final après voyelle. Sceard se rencontre en Angleterre dans Shardlow (Derbyshire), Sharstone (Cheshire), Meshaw (Devonshire), etc.

  9. Ecréhout (Manche, h. Carteret, c. Barneville-sur-Mer). La forme de ce toponyme identique au précédent nous permet sans doute d’écarter un composé en hout, bois. Nous pouvons donc admettre la même étymologie et proposer le sens de rocher déchiqueté, crevassé.

  10. Esquetehou (Manche, anc. paroisse réunie à Amfreville, c. Ste-Mère-Eglise) Esquetehou 1455. On peut songer à l’ags. scêat, pièce de vêtement, coin, terrain, qui a pris le sens de terre inculte, de lande, attesté avec cette acception dans plusieurs toponymes anglais. Le sens serait rocher de la lande.

  11. Gethou, îlot à l’est de Guernesey. L’absence de forme ancienne rend l’interprétation de ce mot délicate. On peut cependant songer au vfris. *gêt, chèvre, que permettent de poser les formes attestées dans tous les autres dialectes : vsax. gêt, vha. geiz, vnor. geit, got. gaits, ags. gât, ce dernier ne pouvant convenir phonétiquement. Le sens serait alors rocher ou îlot de la chèvre, dénomination due sans doute à sa forme.

  12. Hestehou (Manche, localité disparue du Cotentin), Hestehou xiiie siècle. Ekwall pose l’ags. *hoest, hêtre, chêne, non attesté, comme étymon de Hest (Lancashire), mot que postulent le mha. et le nha. heister, le fris, hêster et le vbfr. haister qui a donné le franc. hêtre. Nous pouvons admettre cette étymologie et proposer le sens de rocher des hêtres ou des chênes.

  13. Hindehou (Manche, h. St-Sauveur-de-Pierrepont, c. La Haye-du-Puits). Les formes anciennes se rencontrent dans les patronymes suivants : Haymo Dinguehou 1280, Robert d’Inguehou 1352 et dans le toponyme lui-même Inguehou 1432. Il s’agit vraisemblablement de l’hypocoristique ags. Inga, attesté dans Ingham (Lincolnshire) et dans Ingoe (Northumberland) qui est l’exact correspondant de Hindehou.

  14. Ingrehou (Manche, h. St-Sauveur-de-Pierrepont, c. La Haye-du-Puits). Origine obscure, peut-être de rocher de l’Anglais ou plus exactement de l’Angle.

  15. Lihou (Guernesey à St-Pierre-du-Bois), Lihou xiiie siècle. Comme nous l’avons vu au sujet de Coquelihou, ce nom est sans doute un composé de li-, refuge, cabane, et de hou, rocher.

  16. Lihou (Cap) (Manche, Granville). Même étymologie que le précédent.

    • 32 Cf. FEILITZEN, op. cit., 29 sq., Nordisk Kultur, Personnavne, Kopen-hague, Oslo, Stockholm, 1947, e (...)

    Néhou (Manche, c. St-Sauveur-le-Vicomte), Nealhou xiie siècle. Le premier élément est l’antroponyme celtique Nial porté par un Viking. On sait que les Scandinaves qui se fixèrent dans le Cotentin étaient en grande majorité des Norvégiens établis en Irlande, en Ecosse et dans les îles avoisinantes, où ils s’étaient plus ou moins mêlés à la population autochtone. Comme des Danois prirent des noms anglo-saxons, des Norvégiens empruntèrent aux Celtes des anthroponymes tels que Nial, Cuaran, Crovan, Donnecan, Beccan, Murdac, Patric, etc., dont quelques-uns se retrouvent dans le Cotentin32.

  17. Néhou (Manche, h. Auvers, c. Carentan).

  18. Néhou (Manche, h. Barfleur, c. Quettehou). Même étymologie que les précédents.

  19. Pirou (Manche, c. Lessay). Nous sommes très vraisemblablement en présence de l’ags. pirige, pyrige avec g spirantique, pirie, poirier. Ce mot se rencontre fréquemment en toponymie anglaise. Le sens serait rocher des poiriers. Ce nom, également porté par un rocher au large de Pirou, provient de celui du village.

  20. Primehou (Manche, h. Nay, c. Périers). Il s’agit vraisemblablement de l’anthroponyme ags. Prim attesté dans Primethorpe (Leicestershire).

  21. Quettehou (Manche, c.l.c), Chetellehou, Chetelhu, Chastelhou 1050 env.-1060, Chete(l)hulmus, Chetahou, Cathehulmus, Kathehul-mus xie et xiie siècles. Si le premier élément représente bien l’anthroponyme Scandinave Ketill, largement attesté en Normandie, ce qui n’est pas certain, nous sommes en présence, comme pour Néhou, d’un composé mixte.

    • 33 J.M. 124, note 8.

    Tatihou (Manche, îlot au large de St-Vaast-la-Hougue, c. Quettehou), Tattihou 1578. Joret pensait voir dans Tati le vnor. tata, mamelle « à cause de la forme mamelonnée de cet îlot »33. Mais outre que l’îlot est plat, seul l’ags. titt, qui ne peut convenir phonétiquement, est attesté à date ancienne. Le premier élément représente le nom d’homme ags. Tâta ou Tâting attesté dans plusieurs noms de lieu anglais, en particulier dans Tattenhoe (Berkshire), l’exact corres-pandant de Tatihou. Nous pouvons donc retenir le sens de île de Tâta ou de Tâting.

  22. Tribehou (Manche, St-Jean-de-Daye, c.l.c), Tribohou, deux mentions 1184 et 1210. Origine obscure.

30Comme appellatif précédé de l’article, hou est porté par plusieurs toponymes normands :

31Le Hou (Calv., h. Moulineaux, paroisse réunie à Fontaine-Henry, c. Creully) ;

32Le Hou (Calv., h. Martragny, c. Creully) ;

33Le Hou (Calv., h. Fontenay-le-Pesnel, c. Tilly-sur-Seulles) ;

34Le Hou (S.-M., h. Ouville-la-Rivière, c. Offranville) ;

35Le Hou (S.-M., h. Yville-sur-Seine, c. Duclair) ;

36Le Hou, îlot à l’ouest de Guernesey.

37Ce sont là des dénominations romanes qui peuvent d’ailleurs être originairement saxonnes et nous montrent que hou est entré dans le dialecte normand où il a vécu un certain temps.

HEU

  • 34 J.M., 125.
  • 35 E., art. hôh.
  • 36 Comme nous le verrons au sujet de Dieppe, la diphtongue germ, eu aurait abouti à ie.

38Joret pensait que heu provenait du dan. höi, hauteur34. Mais höi est la forme prise en dan. mod. par le vdan. hôgr < vnor. Haugr qui, on le sait, a donné en norm, hougue, hogue et les dérivés hoguet, houguet. Il s’agit, soit d’une variante dialectale de l’ags. hôh : heugh, rocher, précipice, hauteur abrupte35, soit de la forme normale hôh, mais avec la voyelle entendue et par conséquent traité comme ô ouvert, cette dernière hypothèse étant la plus vraisemblable36. De toute manière, il s’agit tout au plus d’une variante ags. de hôh, comme le montre en outre l’identité de sens et de répartition géographique des deux termes. Nous avons relevé les noms suivants :

  1. Bequeue (Manche, îlot au sud du Nez-de-Jobourg) (carte de Cassini). Il s’agit peut-être de l’ags. bêce, baie, anse, l’îlot de la baie, ou de l’anthroponyme ags. Bê(o)cca, l’un et l’autre attestés en toponymie anglaise.

  2. Catheu (S.-M., rocher au large d’Etretat) peut représenter l’hypo-coristique ags. Catta ou l’ags. catte, chat, tous deux attestés en toponymie anglaise, ou enfin l’ags. c(i)etel. Cf. Catehou.

    • 37 Signalons Catheux (Oise, c. Crèvecoeur-le-Grand), Catheu 1197, qualifié d’obscur par Dauzat et Rost (...)

    Catheue (La) (Manche, banc au large de Montmartin-sur-Mer, c.l.c.). Même étymologie que le précédent37.

  3. Corneheut (Orne, h. Ciral, c. Carrouges). L’absence de formes anciennes ne permet qu’une hypothèse : il peut s’agir de l’ags. corn, blé, ou de l’ags. corn, forme secondaire de crane, crone, grue, attestés l’un et l’autre en toponymie anglaise. On peut enfin songer à l’ags. cweorn, moulin, pierre meulière, également représenté en Angleterre dans plusieurs noms de lieu. Le sens serait dans ce cas rocher du moulin ou rocher dont on extrait des pierres meulières.

  4. Huleu (Mont) (Manche, à l’ouest d’Omonville-la-Rogue, c. Beaumont-Hague). Peuvent convenir l’ags. hûl, roseau, ou l’ags. hulu, écorce, hutte, ce dernier attesté en toponymie de Grande-Bretagne. Le sens serait promontoire des roseaux ou, plus vraisemblablement de la hutte.

  5. Jardeheu (Pointe de) (Manche, Omonville-la-Rogue, c. Beaumont-Hague), Jarlebeu (carte de Cassini) est une cacographie. Le premier élément représente vraisemblablement l’ags. geard, avec g spirantique (> angl. mod. yard), haie, clôture, ferme, que l’on rencontre dans plusieurs noms de lieu anglais.

    • 38 Signalé par Joret in J.P., 26.

    Ledheue (Manche, près d’Omonville)38. Origine obscure.

    • 39 La butte de Heuland (Calv. Mosles, c. Trévières) et Heuland (Calv. h. Dozulé, c.l.c.) classés par J (...)

    Trent’heu (Le) (Manche, h. Omonville-la-Rogue, c. Beaumont- Hague). On peut songer à l’ags. trendel, boule, mamelon, attesté dans Trentishoe (Devonshire), qui serait l’exact correspondant de Trent’heu39.

39Heu, également devenu appellatif en normand, se retrouve dans Le Heu (Manche, promontoire à Bretteville, c. Octeville), dans Le Grand-Heu (Manche, h. Jobourg, c. Beaumont-Hague) et dans Danneheue (Manche, petits monticules près de la rade d’Omonville-la- Rogue, c. Beaumont-Hague). Il s’agit d’une dénomination sans doute romane témoignant de l’existence de heu dans le patois normand avant l’arrivée des Danois, c’est-à-dire des Scandinaves. C’est une nouvelle confirmation de son origine saxonne.

NEZ

  • 40 J.M., 121 sq., L., § 751.
  • 41 Stednavne, op. cit., 81, 114 sq.
  • 42 E., art. naess.
  • 43 Citons dans le Pas-de-Calais : Blanc-Nez (cap), Hildernesse 1124 ; Gris-Nez (cap), Le Ness 1312 ; P (...)

40Ce mot qui, tant pour la graphie que pour le sens, a subi l’influence de nez (vfr. nes), désigne un promontoire, un cap. Joret lui attribue une origine Scandinave, Longnon, une origine saxonne40. De fait, phonétiquement, nez peut aussi bien provenir de l’ags. naess, ness. cap, que du vnor. nes, même sens. La géographie linguistique nous enseigne en outre que les toponymes en -naes sont largement représentés tant en Scandinavie, particulièrement en Islande41, qu’en Angleterre, où, quelques toponymes du Cheshire exceptés, ils sont d’origine saxonne42. Le doute pourrait donc subsister quant à l’origine des toponymes normands. Cependant, à l’appui de leur origine saxonne, on peut invoquer plusieurs arguments. Tout d’abord, comme l’avait remarqué Longnon, le Boulonnais présente, en bordure de la mer et dans les terres, plusieurs noms de lieu en -nez, -nesse 43 qui ne peuvent évidemment être que saxons. Ensuite, ces dénominations ne se rencontrent en Normandie que dans le Cotentin et les îles anglo-normandes, alors qu’elles sont complètement absentes de la Seine- Maritime, région de forte colonisation Scandinave où elles devraient être attestées. Pour ces raisons, nous pensons donc, avec Longnon, que -nez est d’origine saxonne. Quant aux toponymes, dont beaucoup sont précédés de l’article, il est difficile de dire si ce sont des dénominations originairement saxonnes ou romanes. Citons :

  • 44 Pou est la forme normande du lat. podium, hauteur.

41Le Nez de Querqueville (Manche, c. Octeville), Le Nez de Jobourg (Manche, c. Beaumont-Hague), Le Nez de Voidries qui est séparé du précédent par l’anse de Sennival, Le Gros Nez de Flamanville (Manche, c. Les Pieux), Le Nez de Carteret (Manche, c. Barneville-sur-Mer), Pointe du Rozel, autrefois Pou du Rozel ou Cor-Nez (Manche, Le Rozel, c. Les Pieux) (Carte du diocèse de Coutances du xviiie siècle). Peut-être s’agit-il de l’ags. cweorn, moulin ou de corn, grue44. La pointe du Nez (Manche, Danneville-Hague). Le Gros Nez au nord-est de Jersey, Le Bec du Nez au nord de Serk, Le Haut Nez (Guernesey, à l’ouest de St-Martin). Le Ronez au nord de Jersey. Il est possible de voir dans le premier élément l’ags. hrôd, forme dialectale de hrêod, roseaux, attestée en toponymie anglaise, avec effacement normal de d final. Ce mot n’existe pas en vnor. Le sens serait cap des roseaux.

42Bien qu’aucun critère phonétique ne permette de dater l’emprunt de nez, son aire de répartition : le Cotentin et les îles anglo-normandes nous permet de le considérer comme introduit par les Saxones Bajocassini du ve ou les Saxo-Frisons du vie siècles.

HOC

  • 45 Cf. également en Flandres, dans la région de Dunkerque : Krom-melhoeck, Duynhoek, Manhoek, Westhoek (...)

43Ce terme désigne également un promontoire. Joret le considérait comme Scandinave et le faisait remonter au dan. huk, pointe de terre. Mais ce mot, qui n’est pas attesté en vnor., est un emprunt tardif au ball. ; de plus, u Scandinave long ou bref a été régulièrement conservé en vnorm. en toute position. Hoc vient de l’ags. hôc (vfris. hôk), crochet, angle, éperon, attesté dans ce dernier sens en toponymie anglaise et hollandaise (Cf. en ancien pays saxo-frison Hoek van Holland)45. Comme l’indique l’emploi de l’article et le diminutif hocquet, il est également entré dans le dialecte normand postérieurement au ve siècle, avec abrègement de la voyelle radicale longue devant occlusive sourde et maintien de cette dernière, si l’on admet la théorie de Gamillscheg, postérieurement à la seconde moitié du vie siècle, si l’on pose également en roman un 0 long qui ne s’est pas diphtongué. Citons :

44La pointe du Hoc (S.-M., à l’embouchure de la Lézarde), La pointe du Hoc (Calv., St-Pierre-du-Mont c. Isigny), Le cul du Hoc (Manche, Fermanville, c. St-Pierre-Eglise) (carte de Cassini), Le Hocq au sud-est de Jersey, Le château d’Etoc (Aurigny, sur un promontoire au nord de l’île). Sans doute faut-il voir dans etoc l’ags. êast, à l’est, ce qui correspond à sa situation : petit cap qui se détache, à l’est, de la pointe de l’Aiguillon. Le Hoc, promontoire à l’est de la pointe de Jardeheu (Manche, c. Beaumont-Hague), Le Hoc (Manche, h. Percy, c.l.c), Hocquet (Manche, h. Créances, c. Lessay), Le Hoquet (Manche, h. St-Sauveur-Lendelin, c.l.c), Hochet (Manche, h. Omonville-la-Rogue, c. Beaumont-Hague).

WELL

  • 46 E., art. well.

45Le substantif ags. well(a), well(e) (masc.), source, puis rivière, se rencontre soit isolément, soit en composition, surtout comme second élément, dans de nombreux toponymes anglais. En dehors de la forme usuelle, il présente les variantes dialectales suivantes : vsaxw. wiell, will, wyll, avec ou sans désinence a ou e (fém.), vsax. du centre woell(a), well(e)46. Le correspondant vnor. est vella, masse bouillonnante et poétiquement rivière ; le vbfr. et le vha. ne sont pas attestés. Le vnor., terme poétique, n’a pu avoir un emploi courant en toponymie. En outre, l’évolution de la labiovélaire initiale w en gutturale sonore gu, que l’on rencontre dans quelques formes, permet d’écarter une origine noroise, w ayant été régulièrement maintenu dans les emprunts Scandinaves. L’étude du premier élément nous en fournira la confirmation. Enfin, le grand nombre de toponymes saxons en -well attestés en Grande-Bretagne est une dernière preuve de l’identité d’origine de ceux de Normandie qui, remarquons-le, peuvent indifféremment procéder de well(-a, -e), de woell(-a, -e) ou de wiell(-a, -e). Citons :

46Cresseveuille (Calv., anc. par. réunie à Dozulé, c.l.c.) Cresseveula, Cresseveulla 1350. Le premier élément est l’ags. cressa, cresson de fontaine, sans correspondant en vnor. L s’est vocalisé devant consonne, d’où la forme veuille avec mouillement fréquent de l. Cresseveuille a son exact correspondant dans Cresswell, trois fois attesté (Derby, Northumberland, Staffordshire). Le sens est donc fontaine ou rivière du cresson.

  • 47 E., art. rêad.
  • 48 R.G., I, 250 sqq.

47Radegueule (S.M., ruisseau et h. Esclavelles, c. Neufchâtel-en- Bray) Raduel 1179, Radwele 1206. On peut poser l’ags. rêad, rouge, dont le ê s’est souvent abrégé en composition toponymique, d’où la forme read qui, seule, a pu donner le vnorm. rad. Cette forme abrégée est attestée dans plusieurs toponymes anglais, dont Radwell (Bedfordshire et Hertfordshire), l’exact correspondant de Radegueule47. Notons que le vnor. raudhr, rouge, qui serait devenu en vnorm. *rod ou *rot, ne peut phonétiquement convenir. Enfin v Scandinave devenu v labio-dental en normand n’est jamais passé à gu. Le maintien de l’occlusive d est le témoignage d’un emprunt postérieur au bouleversement quantitatif des ive et ve siècles : passée cette date, en effet, les occlusives germaniques ont été régulièrement maintenues après avoir été doublées48. Il s’agit d’une fondation remontant à la seconde période d’immigration. Son nom de rivière rouge provient vraisemblablement de la couleur du sol sur lequel coule cette rivière ou jaillit sa source. Cf. les formations analogues Rouge Douit, Rouges Fontaines, etc.

  • 49 Dauzat et Rostaing, op. cit., art. Rouellé.
  • 50 Fouché, III, 600 et II, 426.
  • 51 R.G., I, 250 sqq.

48Rouelles (S.M., c. Montivilliers) Rotuella, Rotuelle, Roduella, Rodewella 1035. Dauzat et Rostaing proposent, avec réserve d’ailleurs, le nom d’homme gaulois *Roudilla (villa)49 en remarquant qu’un dérivé du latin rota est peu probable. Les formes anciennes prouvent qu’il s’agit d’un composé de l’ags. wella. Le premier élément représente l’ags. rod, essart, clairière, ou rothu, même sens, attesté dans plusieurs toponymes anglais, dont Rothwell (Lincolnshire, Northamptonshire, West Riding of Yorkshire), qui est l’exact correspondant de Rouelles. Le sens, source de la clairière, est au demeurant confirmé par la situation de cette localité dans une région encore boisée de nos jours. La spirante dentale sourde th a été régulièrement transcrite par t, d’où les formes rotuella. rotuelle, archaïques au début du xiesiècle, et roduella, rodewella, normales, où d représente la spirante dentale sonore qui s’est effacée à la fin du xie siècle. O non tonique s’est régulièrement fermé en u, noté ou, au cours du xie siècle50. Enfin, l’effacement de f témoigne d’un emprunt antérieur au bouleversement quantitatif, sinon t eût été doublé et maintenu51. Il s’agit donc d’une fondation remontant au début du ve siècle.

49Rouelles (S.M., h. Yébleron, c. Fauville-en-Caux). Même étymologie que le précédent.

50Rouelle (Manche, ancien nom d’un ruisseau de Neuville-au- Plain, c. Sainte-Mère-Eglise) Roueulle 1413. Même étymologie que les précédents.

51Moulin-Rouel (Orne, h. Villiers-sous-Mortagne, c. Mortagne-au- Perche). Bien que ne disposant pas de forme ancienne, nous pouvons admettre la même étymologie que pour les Rouelles précédents, d’autant que ce hameau est encore situé à l’orée d’une forêt et que l’existence d’un moulin (s’il n’est pas à vent, bien sûr) implique celle d’un bief.

52Rouelle (Manche, h. Buais, c. Le Teilleul).

53Le Rouelle (Manche, h. Cerisy-la-SalIe, c.l.c).

54La Rouelle (Manche, h. Romagny, c. Mortain).

5510° La Rouelle (Manche, h. Troisgots, c. Tessy-sur-Vire).

5611° La Rouelle (Manche, h. Villebaudon, c. Percy).

5712° Les Rouelles (Manche, h. Guéhébert, c. Cerisy-la-Salle).

5813 °Les Rouelles (Manche, h. Romagny, c. Mortain).

5914 °La Rouelle (Calv., h. Bonnemaison, c. Villers-Bocage).

60Tous ces noms de lieu sont situés dans la zone du premier peuplement saxon ; c’est là un nouveau témoignage de leur ancienneté. Il est cependant possible que l’un ou l’autre puisse être rapporté.

  • 52 E., art. Wells.

6115° Veutes-les-Roses (S.M., c. Saint-Valéry-en-Caux) Wellas (acc.) 1025 ?, Welles jusqu’au xive siècle. Il s’agit d’un pluriel, les sources, ou plus vraisemblablement d’une forme augmentative, comparable à celle de l’anglais Wells (Norfolk), son exact correspondant, avec le sens de source puissante52. Devant consonne, / s’est normalement vocalisé en u.

62Veulettes (S.M., c. Cany-Barville) Wellettes 1219, diminutif du du précédent qui en est d’ailleurs tout proche, est une formation romane.

63Il est probable que l’on puisse rattacher à l’ags. well, bien que l’absence de formes anciennes ne permette pas de l’affirmer absolument, les localités de la Manche présentant à l’initiale un h qui, cela est fréquent, n’est pas étymologique :

6416° Houel (Manche, h. Flamanville, c. Les Pieux).

6517oHouel (Manche, h. Quettetot, c. Bricquebec).

6618°La Houelle (Manche, h. Bricquebosc, c. Les Pieux).

67Il semble bien que well, comme le laissent supposer ce dernier nom et les formes plurielles ci-dessus, soit passé en dialecte normand tantôt avec le genre mase, tantôt avec le genre féminin, ce qui qst vraisemblablement dû au double genre de ce mot en ags.

CLIF

  • 53 Aucun exemple n’est cité dans Stednaune, op. cit.
  • 54 E., art. clif.
  • 55 Cf. Fouché, III, 612 B et A.d.G., 247 sq. et passim.

68Quelques toponymes normands présentent ce terme comme second élément. Longnon, qui en cite deux, Witeclive et Verclives. les fait remonter au vnor. klif. Rien n’est moins sûr. En effet, le vnor. klif, rocher, écueil, est un mot de la langue maritime qui convient mal à la désignation d’accidents de terrain, les clif normands n’étant pas situés en bordure de la mer. De fait, klif ne paraît pas attesté en toponymie Scandinave53 ; il ne l’est pas non plus en Angleterre parmi les établissements nordiques. Par contre l’ags. clif est très largement représenté au sens de rocher, promontoire, pente raide ou tout simplement pente, et cela dans des noms de lieu situés à l’intérieur des terres54. Dans trois exemples, les formes anciennes présentent le passage de / à v, évolution ancienne qui témoigne d’un emprunt antérieur au ixe siècle, le f Scandinave ayant été régulièrement conservé en vnorm55. Cependant trois autres composés en -clif ont été « scandinavisés » par les Vikings, phénomène que nous avons déjà rencontré en Normandie et qui, de plus, est extrêmement fréquent en Grande-Bretagne.

  1. Carquelay (S.M., h. Sainte-Marie-aux-Champs, c. Yvetot) Carclif 1051, Carquelif jusqu’au xviiie siècle. Origine obscure.

  2. Escalleclif (Manche, anc. nom de Doville, c. La Haye-du-Puits). Le premier élément peut représenter le vnor. skâli, grange, hutte, soit le sobriquet Scandinave Skalli, chauve. Mais peut également convenir l’ags. scealu, que nous avons déjà rencontré dans Ecalhan, poterie, coupe, jatte, donné au rocher à cause de son aspect. L’absence de forme ancienne ne permet pas de se prononcer. De toute manière, le mot a été « scandinavisé », sinon dans son premier, du moins dans son second élément.

  3. Risleclif xiie siècle, lieu indéterminé cité dans les Magni Rotuli Scacarii Normanniae. Le sens est évidemment rocher de la Risle. Le second élément a probablement été « scandinavisé ».

    • 56 Cf. Fouché, II, 446.

    Verclives (Eure, anc. par. du Mesnil-Verclives, c. Fleury-sur- Andelle) Warcliva, deux mentions : 1024 env. et 1060 env. On peut reconnaître dans le premier élément l’ags. waru, ouvrage défensif, poste de guet, que l’on retrouve par exemple dans Warborough (Oxfordshire). Le vnor. verja, vörn, acte de défense, ne peut convenir ni sémantiquement ni phonétiquement. On peut rapprocher Verclives de Verclud, promontoire de Jersey, le rocher fortifié, le rocher du guet. Il s’agit d’un composé saxon dont le sens est également rocher fortifié ou rocher du guet. Notons que le passage de a à e est dû sans doute à une hypercorrection de scribe56.

  4. Witeclive (Eure, ancien nom de la côte Saint-Michel dominant Evreux) Witeclive, 1152 env. Certes, le vnor. hvîtr, blanc, convient phonétiquement aussi bien que l’ags. hwît, même sens. Mais à l’appui d’une origine saxonne, on peut mentionner, outre les observations faites ci-dessus, l’existence outre-Manche de l’exact correspondant de Witective, Whitcliff (Gloucestershire).

    • 57 Cité par L. Musset, Pour l’étude des relations, etc., 339, note 34.

    Witecliva (Gurges de) xiie siècle, non d’une pêcherie de la Seine57. Même étymologie que le précédent.

DIEPPE

69Le nom du port de la S.M. fut également celui de la Béthune jusqu’au xvie siècle. Les formes anciennes sont :

  1. Pour la rivière : Deppae (gén.) 1015 env.-1026, Diepe (gén. ?) 1034 env., Deopa 1145 - 1150, due à un scribe anglo-saxon ou connaissant l’anglo-saxon, Deppe xiie siècle (Roman de Rou).

  2. Pour la ville : Dieppa 1030, Dieppe (gén. avec e cédillé) 1030, Dieppa 1035, Deppe xiie siècle (Roman de Rou).

70De quel dialecte germanique provient Dieppe, du vnor. djûpr. de l’ags. dêop ou enfin du vbfr. *deop, profond ?

71Gamillscheg ne cite pas ce nom, Vincent ne se prononce pas sur son origine, Joret le tient pour Scandinave, Longnon hésite mais le classe cependant parmi les noms de lieu d’origine Scandinave. Jan de Vries et M. de Gorog le font venir également de djûpr.

  • 58 Op. cit., 53.

72La géographie linguistique ne nous fournit pas de critère de discrimination, les noms en djûpr sont en effet aussi répandus en Scandinavie que ceux en dêop le sont en Angleterre. De plus, Dieppe est situé dans une zone de peuplement aussi bien saxonne que nordique. Remarquons une fois de plus que ce critère, souvent avancé par les toponymistes, peut être pour cette raison illusoire, s’il n’est pas employé dans un contexte plus exactement défini ou de façon plus nuancée. Seule une étude phonétique peut permettre une discrimination. Elle a été faite, pour la première fois à notre connaissance, par M. de Gorog58, qui conclut à l’origine Scandinave, et plus particulièrement danoise de Dieppe. Son argumentation repose sur les points suivants : la diphtongue du vdan. était probablement accentuée sur le premier élément. Or, le vfr. de cette époque ne possédait pas cette diphtongue qui, pour cette raison, a été transcrite par ie, également accentué sur le premier élément. De là les toponymes Dieppe. Dieppe-dalle, le vnorm. estière, gouvernail, du vdan. *stiûri (non attesté), plutôt que du vnor. styri (avec y long), même sens.

  • 59 Cité par Joret, J.M., 127, note 6, qui ajoute : « Il est certain qu’on ne voit pas bien comment l’u (...)
  • 60 Fouché, II, 3 1 4 sqq.

73Cette argumentation appelle, pensons-nous, un certain nombre de remarques. Déjà Anders Pederson avait, pour des raisons phonétiques, contesté que Dieppe pût venir du vnor. djûpr, mais il s’en était tenu à cette remarque59 qui, au demeurant, n’avait pas trouvé d’écho. Nous nous proposons de la justifier dans les lignes suivantes. Précisons d’abord que les philologues sont d’accord pour considérer comme croissantes, et non comme décroissantes, ce qui est d’ailleurs une particularité du vnor., les diphtongues ia, io, iö, iû, les trois premières brèves ou longues (cf. Gutenbrunner, Historische Laut- und Formen-lehre des Altisländischen, Heidelberg, 1951, p. 51 ). En outre, il n’est pas exact de dire que le vfr. n’a pas possédé la diphtongue iu ; elle est au contraire fréquente à cette époque et d’origine diverse. Or, si son évolution, de caractère dépendant, a été différente selon les cas, elle n’a jamais abouti à te, mais à iii, puis à i et à üi là où s’est maintenu60. Enfin l’auteur ne considère que les formes modernes Dieppe et Dieppedalle, différentes des formes anciennes qui semblent bien contredire son hypothèse. En effet : même en admettant que la diphtongue iu ait été décroissante en vdan., ce qui est peu probable, donc avec i voyelle, elle ne l’a pas été nécessairement en vfr. C’est ce que nous enseigne le cas de Dieppedalle (S.M., nom de lieu disparu à Eletot, c. Valmont) dont les formes anciennes sont Dupedal, Duppedal, Doupedal. 1412. La diphtongue du vdan. ou a été transcrite en vfr. par iu avec i consonne, ou plus vraisemblablement par u > ou, avec u traité comme u bref. Il n’y a pas trace ici d’une transcription en ie ; la forme actuelle est récente et due à l’attraction de Dieppe. Le cas de Dipdalle (Manche, h. Rauville-la-Place, c. Saint - Sauveur - le - Vicomte), d’ailleurs sur une aire norvégienne, confirme ce qui précède. La forme ancienne était Dupedalle. 1221. La voyelle u ne peut provenir que du vnor. iû (jû) avec i consonne, diphtongue croissante. L’évolution a été la suivante : jû> u >ü > i.

74De même, la diphtongue francique iu a été transcrite à une époque plus ancienne par *ju ou simplement *u qui s’est normalement palatalise en vfr. Cf. Durtal (Maine-et-Loire, c. 1. c.) Duristalli 1055, du vbfr. diur, gros gibier.

75Il est dans ces conditions difficile d’admettre que Dieppe puisse provenir du vnor. djûpr.

  • 61 Karl Brunner, op. cit., § 1 2 5.
  • 62 Feilitzen, op. cit., 63 sqq.
  • 63 Même si l’on pose une triphtongue primitive ieu (Fouché, II, 317) celle-ci s’est de toute façon réd (...)

76Par contre, l’origine anglo-saxonne de ce toponyme rend parfaitement compte du vocalisme ancien et moderne. Remarquons que la diphtongue ags. êo était décroissante, c’est-à-dire accentuée sur le premier élément. Elle n’a été que très rarement rendue par eo dans les transcriptions romanes du Domesdaybook, bien qu’à cette époque les diphtongues ags. soient devenues croissantes61. Dans la grande majorité des cas, elle le fut par la monophtongue e62. Il en a été de même de la diphtongue francique décroissante eo, qui, à l’exception de quelques termes des gloses malbergiques, a été rendue par ê (avec chute de u) qui s’est ensuite normalement diphtongue en ie (cf. Theoderik > Thierry ; vbfr. treowa > vfr. trieve > fr. trève ; vbfr. reod > vfr. ries, essart ; vbfr. threosk > vfr. tries, jachère ; vbfr. skreona > vpic. escriene, veillée des fileuses ; vbfr. speot > vfr. espiet, vbfr. streup > vfr. estrié, estrief, estreu, etc. Enfin, le vbfr. *deop a donné également dieppe dans Dieppe-sous-Douaumont (Meuse, c. Etain)63.

77Il faut donc bien admettre que le vnorm. estiere ne provient pas du vnor. *stiuri, pas plus d’ailleurs que de la forme styri. Eu égard au vocalisme, Wartburg propose comme étymon le vbfr. *steora, non attesté, gouvernail. Mais il est beaucoup plus probable que le mot a été emprunté à l’ags, stêor, même sens, les Saxons, peuple de marins, ayant donné au français un certain nombre de termes concernant la navigation, parmi lesquels le mot même de bateau.

78De même, la diphtongue de Dieppe ne peut remonter au vnor. jû ; elle provient de la diphtongue ags. êo, transcrite par ê (ou eo) qui s’est ensuite diphtongué en ie (avec chute de o) dans la seconde moitié du ve et la première moitié du vie siècles.

79En conclusion, nous pensons donc pouvoir avancer que Dieppe est une fondation saxonne antérieure à 550 environ.

  • 64 J.M., 127.

80Signalons pour terminer que l’adjectif ags. dêop s’est substantivé en vnorm, où il désigne encore dans la région de la Seine, d’une part des bas-fonds appelés « dieps de la Seine », et, d’autre part, le lit du fleuve, c’est-à-dire sa partie la plus profonde64.

DAL

  • 65 Adigard Des Gautries, Les noms en -dal(le) in Etudes Germaniques, 1960, III.

81Dans la série des articles qu’il a consacrés à la toponymie normannique, M. Adigard des Gautries a étudié les noms en -dal, -dalle dont il a relevé 54 exemples en Normandie. L’auteur pense que les critères de géographie linguistique sur lesquels il se fonde essentiellement « constituent de solides arguments en faveur de l’origine Scandinave de ceux-là même dont l’élément initial ne peut être sûrement déterminé »65.

  • 66 E., art. dael.

82Si, dans la plupart des cas, l’origine normannique, bien montrée par l’auteur, ne fait aucun doute, dans d’autres par contre la possibilité d’une origine saxonne ne peut être écartée a priori. L’argumentation de M. Adigard des Gautries appelle, croyons-nous, quelques réserves. D’abord la stricte localisation des toponymes en question dans des contrées de fort peuplement nordique n’est pas contraignante, car, nous avons déjà eu l’occasion de le souligner, les zones de peuplement Scandinave recouvrent d’une façon à peu près identique les zones de peuplement saxon dont l’importance est en outre beaucoup plus grande qu’on ne l’a pensé jusqu’ici. Ensuite, M. Adigard des Gautries remarque, très justement d’ailleurs, que ces noms, attestés dans le Boulonnais, où ils sont d’origine westique, manquent dans la région intermédiaire qu’est la Picardie, constatation dont il semble tirer un argument en faveur de l’origine Scandinave des -dal(le) normands. Or on sait que les établissements saxons du Boulonnais sont très groupés ; de l’absence de composés en -dal en Picardie, il ne semble donc pas possible de tirer un argument en faveur de l’origine Scandinave des -dal normands, mais bien au contraire en faveur de leur origine saxonne. Mais il semble que M. Adigard des Gautries veuille dire que les noms de lieu en -dal du Boulonnais et du Calaisis ne sont pas nécessairement saxons, mais de façon plus générale westiques et sous-entend par là sans doute qu’ils sont vraisemblablement franciques. La remarque doit être dès lors examinée de ce point de vue. Il nous faut contester la possibilité de cette origine : en effet, les Francs n’ont pas employé dal de façon courante dans leurs établissements en Gaule. Grõhler, Gamillscheg, Longnon et Vincent n’en mentionnent aucun exemple en pays roman. Cette absence est frappante, en particulier là où, comme dans les Ardennes et les Vosges, le relief aurait dû susciter un nombre élevé de pareilles dénominations. Or le Dictionnaire toponymique des Vosges ne cite que La Hardalle, hameaux de Fraize, de Gerbépal, d’Anould et de Plainfaing, créations tardives de toute apparence ; celui de la Meuse et de la Haute-Saône, aucun ; le Dictionnaire des écarts des Ardennes, I, Sorendal, h. Hautes-Rivières ; celui de la Haute-Marne, aucun. Par contre, nous avons relevé 42 exemples dans le Dictionnaire toponymique du Pas-de-Calais. Si certains peuvent être flamands, bon nombre d’entre eux sont saxons. Ils ne sont en tous cas pas franciques, ce que confirme précisément leur absence en Picardie. L’auteur remarque en outre que les composés en -dal du Boulonnais sont presque tous différents de ceux de Normandie. Mais si l’identité des formes est toujours un argument précieux en faveur d’une commune origine, on ne peut tirer de leur hétérogénéité un argument contraire. C’est ainsi que les composés en -ington ne sont pas attestés en Normandie, pas plus que les gentilices qui entrent dans ces composés : les toponymes normands en -tun n’en sont pas moins saxons ; de même, les nombreux -ham et -bourg normands ont rarement leur correspondant dans le Boulonnais ; les hou et heu normands n’y sont pas attestés. On pourrait multiplier les exemples. Les autres critères de géographie linguistique invoqués par l’auteur ne nous paraissent pas plus contraignants : si les noms d’origine nordique en -dalr sont nombreux en Scandinavie et en Angleterre, ceux en -dal, saxons, n’en sont pas moins répandus sur toute l’aire de la Grande-Bretagne, y compris le Danelag66. Devant pareille incertitude, les critères linguistiques reprennent toute leur valeur. Il importe donc d’étudier chaque nom séparément, afin d’en discerner si possible son vrai visage. Nous examinerons donc ceux dont l’étude des deux éléments nous a permis de poser avec vraisemblance et, dans certains cas, avec une quasi-certitude, une origine saxonne.

    • 67 Bourciez, op. cit., § 72, Historique, et Beaulieux, op. cit., 38.

    Bruquedalle (S.M., anc. par. La Chapelle-Saint-Ouen, c. Argueil) Brukedalam (acc.) 2 mentions 1170 env. L’élément initial apparaît souvent sous les formes : Broke- (fin du xiie-xive siècles), puis Broque- et parfois Brouque- (xiiie siècle - début du xvie siècle). Le doute n’est guère possible : il s’agit de l’ags. brôc largement attesté en Angleterre dans son sens initial de marais, puis dans celui de rivière, et représenté en Normandie dans Brocottes, Brobourg, Brucan et dans plusieurs Broc, Brocque du Cotentin sur lesquels nous reviendrons. O s’est normalement assourdi en ou, noté u, graphie fréquente dans les textes normands des xie et xiie siècles67 et d’où procède la forme actuelle. Remarquons que brôc n’a pas de correspondant en vnor. Le sens du composé est vallée marécageuse.

  1. Bruquedalle (S.M., nom de vallée aujourd’hui disparu à Saint-Germain-d’Etables, c. Longueville-sur-Scie) Bruquedalle 1629. Même étymologie que le précédent.

    • 68 A.d.G., 247 sqq. Cf. par exemple vnor. kriki ou krikr > crique, et, en composition toponymique Criq (...)

    Crodalle (Masse de) (Calv., Longues-sur-Mer, c. Ryes) Crodalles (carte de Cassini). On appelle masse en normand une dénivellation de terrain formant talus. On peut songer soit à l’ags. crôh, crôg, crocus, attesté dans plusieurs toponymes anglais, soit à l’ags. crâwa, crâwe, corneille, très répandu en toponymie de Grande- Bretagne. L’évolution de crâwa en crau, orthographié cro est normale. Ce qui semble confirmer cette étymologie, c’est la forme ancienne de Croixdalle (cf. ci-dessous), Craudalle 1257. Remarquons que crôh n’a pas de correspondant en vnor. et que la forme krâka, corneille, dans le même dialecte, ne peut convenir phonétiquement, les occlusives, y compris les occlusives intervocaliques, ayant été conservées jusqu’à nos jours68. Nous proposerons donc une étymologie saxonne pour Crodalle dont le sens peut être val des crocrus ou, plus vraisemblablement val des corneilles.

  2. Croixdalle (S.M., c. Londinières) Craudale 1253. Même étymologie que le précédent avec attraction paronymique de croix.

  3. Croixdalle (S.M., nom de triage aujourd’hui disparu à Mont- Cauvaire, c. Clères). Même étymologie que le précédent.

  4. Saint-Vaast-Dieppedalle (S.M., c. Ourville-en-Caux), Diepedale (acc.) 1225, Depedale (abl.) 1248. Le premier élément qui présente à date ancienne la diphtongue ie vient de l’ags. dêop et non du vnor. djûpr. C’est, comme le pensait déjà Vincent, un composé saxon dont le sens est vallée profonde.

  5. Dieppedalle (S.M., nom de lieu aujourd’hui disparu, Manneville-ès-Plains, c. St-Valéry-en-Caux), Dieppedalle 1431. Bien que cette forme soit relativement récente et qu’une assimilation à Dieppe soit possible, une origine saxonne est probable.

  6. Dieppedalle (SM., h. Canteleu, c. Maromme), Dieppedalle 1384. Même remarque que pour le précédent.

    • 69 E., art. stocc et stoc.

    Estoquedalle (S.M., h. Criquetot-l’Esneval, c.l.c), Estouque-dalle 1587. M. Adigard des Gautries propose le vnor. stokkr, pièce de charpente, attesté dans quelques toponymes de Norvège et en Angleterre dans un composé : Stockdale (Cumberland). Mais Stockdale est-il bien une dénomination Scandinave ? D’abord, le sens de vallée de la poutre est peu satisfaisant. Ensuite, il existe en ags., d’une part l’appellatif stocc, poteau, souche, tronc d’arbre, que l’on rencontre dans des toponymes spécifiquement saxons, d’autre part l’appellatif ags. stoc, extrêmement répandu en toponymie anglaise aux sens divers de lieu, endroit, monastère, ferme d’élevage et ferme laitière69. C’est très vraisemblablement l’un de ces deux mots qui est à l’origine de Stockdale, l’exact correspondant de l’Estocquedalle normand, l’un et l’autre saxons.

  7. Louvedalle (Eure, h. Heudreville-sur-Eure, c. Gaillon), Lou-vedal (carte de Cassini), Louvedalle 1774 env. On peut songer à l’anthroponyme ags. Lufa, sans doute aussi porté par des Scandinaves, comme semblent l’indiquer des noms de lieu tels que Louvetot, Lou-mare. (Cf. sur ces formations notre appendice).

  8. Randal (Manche, nom de lieu aujourd’hui disparu à Quettetot, c. Bricquebec), Randal 1456. Le premier élément représente l’ags. hraemn. ramm, corbeau, doublets de hraefn, attestés dans de nombreux toponymes anglais. Hrafn, unique forme attestée en vnor., ni l’ags. hraefn ne peuvent convenir phonétiquement : ils auraient respectivement abouti à *rafen et *raven (cf. Raventhun, Pas-de-Calais, c. Ambleteuse, Raventum 1084 < ags. hraefn). Randal est un nom saxon dont le sens est vallée des corbeaux. Son exact correspondant est Ramendal, lieux-dits à Acquin, c. Lumbres et à Seninghem, c. Lumbres, Pas-de-Calais.

  9. Randal (Manche, h. Le Vrétot, c. Bricquebec). Même étymologie que le précédent.

    • 70 A.d.G., 246 sq. et passim.

    Rodal (Manche, nom de lieu aujourd’hui disparu à Biville, c. Beaumont-Hague), Rodal, 2 mentions fin du xie ou début du xiie siècle. M. Adigard des Gautries voit dans Ro- le vnor. rudh, rodh. cette dernière forme anciennement attestée au Danemark à côté de rudh précise-t-il. Bien que Jean de Vries ne mentionne que la forme rudh pour le vnor. et la forme ruth pour le vdan., nous ferons remarquer que rodh est exceptionnel et surtout que le Cotentin fut essentiellement peuplé par des Norvégiens qui ne connaissaient que la forme rudh. Or, u Scandinave a été régulièrement maintenu, même à l’initiale, sauf parfois devant n où il est devenu o, ce qui n’est pas le cas en l’occurence. En outre la spirante dentale sourde Scandinave th a été régulièrement transcrite en vnorm. par t, (parfois par th) qui s’est maintenu jusqu’à nos jours70. Or, il n’y en a même pas trace dans la leçon du xie siècle, Rodal. Par contre l’ags. rod (vfris. rod) attesté, comme nous l’avons déjà vu, en toponymie anglaise et normande, ne fait aucune difficulté phonétique. Rodal est une dénomination saxonne dont le sens est vallée des essarts.

    • 71 A.d.G., 249.

    Tourdal (S.M., nom de lieu disparu à Senneville-sur-Fécamp, c. Valmont), Tordal 1240 env. On pourrait songer à Tor, divinité Scandinave, que M. Adigard des Gautries ne cite cependant pas comme étymon possible. Il propose le vnor. thorn, épine. Mais n Scandinave s’est maintenu dans les composés toponymiques71 (cf. par exemple Tournebut, c. Thury-Harcourt, Calv. < vnor. Thornbû). Par contre l’ags. thorn, épine, buisson, largement attesté en toponymie de Grande- Bretagne, peut phonétiquement convenir. Comme le montrent les exemples du vbfr. le n de thorn s’est effacé dans les anciens emprunts, par exemple dans Tourinnes, Brabant, Tourinnes-la-Chaussée, prov. de Liège, Thorembais, Brabant. Tourdal est donc vraisemblablement une dénomination saxonne dont le sens est vallée des buissons.

  10. Turdal (Manche, h. Tonneville, c. Beaumont-Hague), Tordal 1295. Même étymologie que le précédent.

83Voici donc 15 toponymes en -dal sur les 54 relevés par M. Adigard des Gautries qui sont ou peuvent être saxons. Il faut y ajouter 11 autres qui, selon toute vraisemblance, présentent non pas le substantif dael, vallée, mais l’élément dâl, pièce de terre > vnorm. delle, que nous étudierons ci-dessous.

84Ces fondations s’étendent sur plusieurs siècles : les unes, comme le montrent leur vocalisme et leur site, remontent au début du vie siècle ; les autres, comme on peut en inférer surtout par leur répartition géographique, doivent être attribuées aux immigrants saxons des vie,viie et viiie siècles.

85Nous mentionnerons enfin, comme le fait d’ailleurs M. Adigard des Gautries, que dal a pénétré pour un certain temps dans le vocabulaire normand où il se rencontre comme toponyme généralement accompagné de l’article. Nous y ajouterons le diminutif dallot, nom de 3 localités de la Manche : Le Dallot, h. Gorges, c. Perriers, Haut-Dallot et Bas-Dallot, h. Grosville, c. Les Pieux.

86Cet appellatif provient-il du vnor. ? C’est possible mais non certain. Les fondations saxonnes antérieures à l’invasion Scandinave plaident en faveur d’une origine identique pour l’appellatif qui, au demeurant, a pu être revigoré à l’époque des Vikings.

DELL

87La Dielle (Manche, h. St-Lô-d’Ourville, c. Barneville-sur-Mer). On pourrait songer à un doublet du substantif delle, quartier de terre, représenté par des milliers d’exemples dans la micro-toponymie du Bessin. Mais la chose est phonétiquement impossible : le vnor. deil, partage, aurait abouti à del(le) après monophtongaison en ê à partir du ixe siècle, et l’ags. dâl aurait également et a effectivement abouti à del(le), comme nous le verrons, après diphtongaison de â en ae au début du viie siècle et enfin monophtongaison de ae en ê ouvert à la fin du même siècle. La diphtongue ie de Dielle ne peut provenir que d’un e dont rend compte l’ags. dell, vallée, romanisé en *dela avant la première moitié du vie siècle. Le sens de vallée est en outre confirmé par la situation de cette localité. Signalons enfin que l’ags. dell, dépression, caverne, vallée, est attesté dans plusieurs toponymes anglais.

88Ce terme est passé en dialecte normand, comme en témoignent l’emploi de l’article et le diminutif dielette porté par 2 localités : Dieleite (Manche, h. Tréauville, c. Les Pieux) et Dielette (Manche, h. Flamanville, c. Les Pieux). Ce sont des dénominations romanes.

BRÔC

  • 72 Gröhler, op. cit., II, 186.
  • 73 Dauzat, La toponymie française, Paris, Payot, 1960, 217, et Dauzat et Rostaing, op. cit., art. Broc

89Ce nom est porté par plusieurs toponymes français d’origine diverse. Vincent cite Le Broc (Alpes-Maritimes), castrum de Brocco 1235 qui, pense-t-il, a peut-être désigné une enseigne ou un monastère. Mais il s’agit plutôt, comme le pense Dauzat, du gaulois brocc, éperon rocheux, attesté plusieurs fois dans Le Broc (Puy-de-Dôme, Cantal), où il peut avoir aussi le sens de blaireau, même origine (181). Ce terme se retrouve également en Grande-Bretagne et sans doute encore dans Le Broc (Maine-et-Loire, Var), La Broque (Vosges, Bas- Rhin) que Gröhler fait remonter au gaulois brûcus72, ce qui est phonétiquement impossible (cf. l’article brûcus chez Vincent). Du latin broccus, brocea, emprunt au gaulois brocc, primitivement adjectif signifiant proéminent, pointu, procèdent vraisemblablement les toponymes normands suivants : La Broche (Manche, h. Parigny, c. St- Hilaire-du-Harcouët), Les Broches (Manche, h. La Bonneville, c. St-Sauveur-le-Vicomte), dont le sens topographique paraît être éperon de montagne, épine, buisson, ce dernier sens attesté au Moyen Age73.

90Mais il existe en Normandie, surtout localisés dans le nord de la Manche, plusieurs noms de lieu qui, comme le donne à penser leur site, leur forme et leur relative densité, ont une autre origine, l’ags. brôc, sans correspondant en vnor., marécage puis ruisseau, que nous avons déjà rencontré en composition et qui est largement représenté en toponymie anglaise. Ekwall pense que le sens de ruisseau, qui n’est pas attesté sur le continent, est apparu en Grande-Bretagne; c’est donc vraisemblablement celui de marécage que présentent dans leur ensemble les noms de lieu normands. Ce sont : Le Broc (Manche, h. Valognes, c.l.c) ; Le Broc d’Osier (Manche, h. Lambertville, c. Torigni-sur-Vire). Le déterminatif fait ici apparaître nettement le sens de marécage; Brac d’Osier (Manche, h. Rouxeville, c. Torigni-sur- Vire) ; Le Brocq (Manche, h. Audouville-la-Hubert, c. Ste-Mère-Eglise) ; Rue du Broc (Manche, h. Pirou, c. Lessay), le hameau du marécage, rue ayant en normand l’acception de village-rue; Les Broques (S.M.) cités par Gröhler, que nous n’avons pu localiser; Le Broquet (Manche, h. Teurtéville-Hague, c. Octeville) ; Le Fouillebroc, ruisseau et vallon, Lyons-la-Forêt, c.l.c. Eure, peut-être de l’ags. fûl, pourriture, à cause des plantes et des feuilles de la forêt en décomposition. Broc a ici le sens de ruisseau introduit par les immigrants saxons venus d’Angleterre entre le vie et le ixe siècles.

91Brôc entre en outre en composition avec -boeuf < vnor. bôdh, cabane, dans Brocqueboeuf (Manche, h. Cambernon, c. Coutances), Brocqueboeuf (Manche, h. Lithaire, c. La Haye-du-Puits), Les Broc-boeufs (Eure, h. Perriers-sur-Andelle, c. Fleury-sur-Andelle), Broque-boeufs (Eure, h. Les Hogues, c. Lyons-la-Forêt). Ces toponymes sont de nouveaux exemples de composés mixtes, fréquents en Angleterre comme en Normandie, formés sur un appellatif préexistant à l’arrivée des Scandinaves.

  • 74 J.P., 86.

92Montbroc (Calv., h. Noyers-Bocage, c. Villers-Bocage), Mont-Brocq (Calv., h. Epinay-sur-Odon, c. Villers-Bocage). Joret, qui cite l’un de ces deux hameaux sous la forme Monbrocq, voit dans le second élément le norv. brok, terrain escarpé74. Mals ce mot n’est pas attesté en vnor. Il s’agit de l’ags. brôc, et le sens des deux composés est sans doute le marais ou le ruisseau du mont.

  • 75 J.P., 91, note 3

93Heuzebrocq (Manche) (carte de Cassini). Le premier élément peut représenter l’ags. hôs, pluriel de hôh, hauteur, attesté en toponymie anglaise par exemple dans Hose (Leicestershire), mais aussi le sobriquet hôsa, pantalon (vfr. hoese, huese, heuse) attesté dans 3 noms de lieu normands75.

94Présentent le même élément ags. brôc dans le premier membre du composé : Brucan (cf. Ham, nos 2 et 3), Les Brucdalles (cf. dâl, n° 24), Bruquedalle (cf. dal, nos 1 et 2). En position initiale non accentuée, 0 s’est assourdi en ou noté u dans les textes normands du Moyen Age, d’où la forme actuelle influencée par l’écriture.

  • 76 Broc n’a pas été relevé par Paul Lebel, Principes et méthodes d’hydronymie française, Publications (...)

95Brôc, comme en témoignent l’emploi de l’article et les diminutifs, est entré dans le dialecte normand à date ancienne, soit après le ve siècle (théorie de Gamillscheg), soit après la ire moitié du vie siècle (non diphtongaison de ô), et s’est maintenu jusqu’au ixe siècle au moins76.

HEVE

  • 77 Fouché, III, 612 B.
  • 78 J.P., 85. Joret envisage en outre comme possible le nor. hof, temple, qui ne peut phonétiquement co (...)
  • 79 Feilitzen, op. cit., 66, et A.d.G., 247.
  • 80 Feilitzen, op. cit., 66, et A.d.G., 247.
  • 81 A.d.G., 247.

96La pointe de la Hève (S.M., au nord du Havre) est une dénomination saxonne dans laquelle on peut reconnaître l’ags. hêafod, tête, pointe, promontoire et même source (angl. mod. head), très largement attesté en toponymie anglaise. Hêafod, avec la voyelle d’appui 0 à peine sensible, a normalement abouti à hève. F s’est sonorisé en v en dehors du contact d’une voyelle labiovélaire77; la chute de la dentale en position finale absolue témoigne de l’ancienneté de l’emprunt, cependant postérieur au milieu du viie siècle, comme le prouve la non-diphtongaison de ê tonique et le maintien de 0 final avec le timbre e. C’est une dénomination due aux Saxons de la seconde période de colonisation. L’étymologie proposée par Joret, vnor. höfudh78 ou haufudh, tête, ne peut être retenue : 0 a été rendu en vnorm. par a et exceptionnellement par o79 qui se seraient maintenus (cf. vnor. höfn > vnorm. havne, puis par dissimilation havle et havre, forme actuelle; vnor. vröng > varangue, etc.). Quant à la diphtongue du vnor. au, elle a été transcrite par au, ou et o80, vocalisme différent de celui de hève qui suppose e. Le consonantisme du vnor. fait également difficulté comme l’avait d’ailleurs vu Joret : en effet, la spirante dentale sonore dh a été rendue en vnorm. par d et souvent par f en position finale absolue81, qui se sont généralement maintenus jusqu’à nos jours (cf. les anthroponymes Turgot < vnor. Thorgaufr, Omont et Osmont < Osmundr, etc.).

HOLT

  • 82 J.P., 79 sq., J.M., 100.
  • 83 R.G., I, 87, 116 et 122, Gröhler, op. cit., II, 265.
  • 84 G.S., § 165.
  • 85 Cf. également L., § 805 et V., § 394.
  • 86 E., Introd. XXV et art. holt.

97Quelques toponymes normands présentent dans leur second élément le terme -(h)out, -hau(l)t, qui provient du germ. holt, bois, avec vocalisation de l devant consonne. Le vnor., le vbfr. et l’ags. présentant la même forme holt, est-il possible de préciser l’origine des composés normands ? Joret l’a vue successivement dans le nor. puis dans le bas-allemand82. On peut remarquer que les Francs ont surtout employé en toponymie le terme wald qui a d’ailleurs donné le vfr. gaut83. Par contre, le vbfr. holt n’est signalé que par Gamillscheg, et cela dans le seul toponyme Heu (Hte-Marne, ferme et bois à Vouécourt, c. Vignory), Haulx 144784. De fait, les composés en -hout sont tous situés dans le Pas-de-Calais, où le dictionnaire toponymique du département mentionne 14 exemples85. Ils sont d’origine saxonne ou flamande. Si holt est attesté en toponymie Scandinave, les Vikings ne semblent pas l’avoir employé dans leurs établissements de Grande-Bretagne où se rencontrent par contre les termes lundr, bosquet, skôgr, bois, et vidhr, forêt86. En Normandie, ils firent seulement usage de lundr et peut-être de buskr. Compte tenu enfin de la grande diffusion des toponymes saxons en holt sur toute l’aire de la Grande-Bretagne, il n’est sans doute pas trop hasardeux d’admettre que ceux de Normandie ont la même origine. Nous avons dénombré les noms suivants :

  1. Coneho (Manche, h. La Méauffe, c. St-Clair-sur-l’Elle). Il s’agit vraisemblablement d’un composé en -holt, sans vocalisation de l. dont le sens est obscur.

  2. Conihout (S.M., h. Jumièges, c. Duclair), Conihou, fin du xiie siècle, Canihoult (carte de Cassini). Nous sommes vraisemblablement en présence de la même étymologie que le précédent. En dépit de la leçon -hou du xiie s., il s’agit d’un composé en -holt comme permet de le penser la région encore boisée de nos jours où se trouve Conihout.

  3. Le Conihout (S.M., h. Mesnil-sous-Jumièges, c. Duclair). Même étymologie que le précédent.

  4. Crapault (Bois de) (Manche, bois aujourd’hui disparu, Carolles, c. Sartilly), Craphout 1027-1035. II s’agit bien d’un composé en -holt, comme l’indique la forme ancienne, corroborée par la désignation de bois qui apparut lorsque holt ne fut plus compris, mais le sens en est obscur.

  5. Goolt (Manche, lieu disparu à Dragey, c. Sartilly), Goolt 1027-1035. Nous sommes en présence d’un composé en holt, avec chute de h intervocalique. Le premier élément est peut-être, soit I’anthroponyme ags. Goda, Gode ou God, soit l’adjectif gôd, bon, attestés l’un et l’autre en toponymie anglaise, avec effacement normal de la dentale en fr. Le sens serait bois de God (a) ou bon bois.

  6. Mont-au-Boeuf (Bois du) (Calv., Sallen, c. Caumont-l’Eventé), Monte Albolt (silva) (abl.) 1066 ou peu avant. Remarquons que ce bois, dont le nom est saxon, se trouve sur le territoire d’une commune d’origine également saxonne. Le premier élément représente peut-être l’ags. oelf avec f représentant b spirantique (gén. albes, vbfr. alb). Le sens serait alors bois des elfes. Mais il peut aussi représenter l’hypocoristique de Aetfêah, Alfa, même origine, attesté dans le Domesdaybook.

  7. Quibou (Manche, c. Canisy), Quiebouc 1056. C’est un topo-nyme en -holt avec la confusion fréquente dans les anciens textes de t et de c. Le premier élément représente sans doute l’ags. cêap, bétail, marché, que l’on retrouve en toponymie anglaise dans Chepstow. La diphtongaison de e est le témoignage d’un ancien établissement.

  8. Les Ingouts (Manche, c. Ste-Croix-Hague, c. Beaumont-Hague). Sans doute de l’anthroponyme ags. Inga attesté en toponymie anglaise.

98Ces dénominations sont vraisemblablement dues aux premiers Saxons qui se fixèrent en Normandie.

FLÊOT

  • 87 E., art. flêot.
  • 88 Cf. notre art. Les noms de lieu normands en -boeuf et en -fleur, op. cit.

99Quelques ruisseaux des marais de la Dives tirent leur nom de l’ags. flêot, employé en toponymie anglaise au sens de bras de mer, estuaire, rivière où se fait sentir la marée87, devenu fliet en vnorm. Phonétiquement, le vbfr. flôd, rivière, flot, a normalement abouti en vfr. à fluet, fleu, flu, et ne peut convenir. Il en va de même du vnor. flôdh, eau, flot, rivière, dont ô s’est diphtongué en ue > eu dans quelques noms en -fleur88. Quant au vnor. fljôt, rivière, avec la diphtongue ascendante jô, il aurait également abouti à la même forme que flôdh, avec chute du premier élément diphtongal comme dans djûpr. Seul le vsax. flêot avec diphtongue descendante êo peut rendre compte de la diphtongue du vnorm. ie (cf. Dieppe). Il faut en outre remarquer que les Scandinaves ont fait usage en Angleterre et en Normandie du terme bekkr, ruisseau, pour désigner des rivières de moindre importance. Par contre l’ags. flêot se retrouve en Boulonnais dans Ambleteuse, à l’embouchure de la Slack, Amfleat, viiie siècle, chez Bède le Vénérable, avec le sens de rivière où se fait sentir la marée. Le nom de la Slack est d’ailleurs saxon : c’est l’adjectif slaec. paresseux. Nous pouvons donc considérer comme saxons :

  1. Sauxefliet, xive siècle, de l’ags. Saxe, Seaxe. saxon, ou de l’anthroponyme vnor. Saxi, composé mixte.

  2. Mequefliet, xive siècle. Sans doute peut-on voir dans le premier élément l’ags. mersc, merisc, marais, attesté en toponymie anglaise, sans correspondant en vnor.

  3. Le Fliet, xive siècle.

  4. Le Filet de Graie où, par attraction paronymique avec filet (d’eau), fliet est devenu filet.

100E s’étant diphtongué dans la première moitié du vie siècle, ces dénominations sont anciennes et remontent aux premiers établissements saxons.

ACER

  • 89 Pour l’étude des relations etc., op. cit.

101Nous avons vu que M. Musset, dans un récent article89 avait émis l’hypothèse de relations économiques et de migrations entre les dépendances Scandinaves d’Angleterre et de Normandie au xe siècle pour expliquer l’existence dans notre province d’un certain nombre de termes qu’il qualifie d’anglo-scandinaves : d’abord dans le domaine des institutions une tenure, le mansloth, attesté une fois en Normandie moyenne entre 1027 et 1035, 5 fois en Angleterre, ensuite dans le domaine agraire quelques noms de terroir : une dizaine d’exemples de forlenc dans le Bessin entre 1203 et 1316, de l’ags. furlang ; une soixantaine d’exemples de wendinc, de l’ags. wending, dans la partie nord de l’ancien diocèse de Bayeux et du Cotentin ainsi que dans l’île d’Aurigny, à partir de 1180 ; une vingtaine d’exemples de hovelland, dans les régions côtières du Bessin et aux environs de Valognes, à partir de 1180 environ, de l’ags. hafudland ou hafodland qui aurait pu se croiser avec le vnor. höfudhland, non attesté il est vrai dans les emplois ruraux ; des milliers d’exemples de delle sous la forme latine dela depuis le début du xiiie siècle dans la région côtière de l’ancien diocèse de Bayeux et le Cotentin ; enfin, dans Je Bessin, le Cotentin et l’île d’Aurigny, à partir de 1006, de nombreux exemples d’acre, de l’ags. acer. En dehors de la micro-toponymie, quelques noms de lieu de la Seine-Maritime ne peuvent s’expliquer que par des gentilices anglo-saxons.

102L’auteur pense que ces dénominations ne sont pas antérieures au xe siècle et témoignent d’une influence anglo-scandinave qu’il explique par l’hypothèse suivante : des Vikings, d’abord fixés dans le Danelag lors des grands partages de 876 et 879, mais découragés par la chute des Etats anglo-danois, seraient venus, surtout à partir de 924-933, se fixer dans le Bessin et le Cotentin, amenant avec eux des paysans plus qu’à demi anglicisés, peut-être des esclaves anglais qui auraient introduit ces noms. L’auteur se fonde sur les constatations et arguments suivants que nous nous proposons d’examiner et de discuter :

103Io Les Saxons pré-scandinaves n’ont laissé en Normandie que des traces impalpables, « deux ou trois toponymes, au plus ». Cette affirmation n’est-elle pas en contradiction avec les faits déjà apportés par Longnon et Joret et, pensons-nous, avec ceux du présent article qui met en lumière l’importance insoupçonnée de la colonisation saxonne en Normandie ?

1042° Dans la Normandie moyenne, beaucoup de « field-names » admettent une étymologie anglo-saxonne, alors qu’en revanche les noms purement Scandinaves sont fort rares. Certes, la grande diffusion de delle et d’acre est incontestable, mais elle ne pose un réel problème que si l’on fait abstraction de l’existence pourtant bien tangible des Saxons normands. Il faut en outre tenir compte du sens de ces deux termes ; quartier de terre d’une part, terre de labour et mesure agraire d’autre part, particulièrement propres à une très grande diffusion, ce qui n’est nullemant le cas de la plupart des termes toponymiques d’un emploi infiniment plus restreint. Enfin hogue, hougue, hoguet, hoguette, mare, bec, londe, myr, dalle, etc., d’origine noroise, sont très largement répandus et témoignent de dénominations dues à une population Scandinave rurale. Cette disproportion est donc plus apparente que réelle.

1053° Il existe un désaccord entre l’existence de tant de « field-names » anglo-saxons et l’inexistence quasi totale d’anthroponymes de cette origine. C’est un fait, mais est-il nécessaire, pour lever ce désaccord, de faire appel à l’hypothèse d’une migration de chefs et propriétaires Vikings suivis de paysans à demi-anglicisés ou même d’esclaves anglo-saxons ? Cette explication fait apparaître un autre désaccord aussi inexplicable que celui constaté par l’auteur : une disproportion non moins importante entre la grande quantité de « field-names » anglo-saxons et le nombre vraisemblablement restreint des nouveaux venus. L’hypothèse d’une immigration massive et répartie sur tout le territoire, qui pourrait en rendre compte au besoin, semble bien invraisemblable. N’aurait-elle pas laissé des traces chez des chroniqueurs tels que Dudon de Saint-Quentin, Orderic Vital, Guillaume de Jumièges par exemple ? L’absence de gentilices saxons est un fait général : les toponymes en -ham, -bourg, -tun, -cotte, -wic, -hou, -heu, -well, etc. ne sont jamais formés, à de rares exceptions près, sur des anthroponymes. Certes, ce fait reste à expliquer : il tient, pensons-nous, aux circonstances sans doute pacifiques (que laisse entrevoir le passage de Procope) dans lesquelles s’est effectué le peuplement saxon, manière qui précisément le caractérise (cf. conclusion).

1064° Alors qu’acer est largement répandu en toponymie anglaise, grâce à son acception de terre labourée, acre, limité au sens de mesure de surface, n’a guère de place dans le vocabulaire toponymique normand où l’auteur ne relève que 3 exemples. Nous en avons dénombré une vingtaine au moins.

1075° Les noms considérés ne sont pas situés sur l’aire de la première et plus intense colonisation Scandinave. Sans doute, mais ils sont par contre répartis sur l’aire de la première et sans doute de la plus intense colonisation saxonne.

108Mais il y a plus : le terme d’acre, dans son emploi de mesure agraire, est attesté dès le xie siècle non seulement dans le Bessin et le Cotentin mais également sur l’aire de cette première et intense colonisation Scandinave, et, qui plus est, dans la Normandie tout entière, y compris les îles anglo-normandes de Jersey et de Guernesey. Il l’est même au-delà de ses frontières (198). Or, il paraît difficile sinon impossible d’admettre, surtout si l’on songe au caractère conservateur des populations rurales, que cette nouvelle mesure agraire ait pu se généraliser, même en tenant compte de la pression du pouvoir ducal, comme le pense M. Musset, dans un laps de temps aussi court : 50 ans tout au plus, et cela au point de s’étendre au-delà des frontières de la Normandie où de toute manière la pression ducale n’a pu s’exercer. Pareille extension ne peut s’expliquer que par une longue et lente irradiation dont rendent compte l’origine saxonne d’acre et son processus de diffusion étalé sur cinq ou six siècles.

  • 90 In legibus Henrici I, cap. 16, on peut lire cette définition de l’acre : « certa terrae portio mens (...)
  • 91 Renseignements obligeamment donnés par Mme Doudain, institutrice en retraite à Calais.
  • 92 Citons : Dampnacre, l.d. Outreau, c. Samer ; Disacre, h. Leu-bringhen ; Hobenacre, l.d. Leulinghem, (...)
  • 93 H. Navel, Acres, vergées et perches, Société des Antiquaires de Normandie, Caen, 1932, 126-139.

1096° L’origine anglo-scandinave d’acre trouve une confirmation dans le fait que cette mesure « n’est pas connue ailleurs en France ». Or, elle fut en usage dans diverses régions à date ancienne, en particulier dans le Parisis, où elle est mentionnée au début du xie s.90. De nos jours encore, elle est d’un emploi courant dans le Boulonnais et le Calaisis avec une valeur de 40 ou de 44 ares91, régions de colonisation saxonne où le terme n’a pu, il va de soi, être introduit par les Scandinaves. Nous y avons relevé en outre une douzaine de toponymes en -acre qui ont la même origine saxonne92. Il faut enfin remarquer qu’en Allemagne, acker est employé également comme mesure agraire dans les seules régions saxonnes ou colonisées par les Saxons : le Holstein, la Frise, la Hesse et la Thuringe93. Le sens de mesure agraire n’est donc pas né en Angleterre, mais y a été importé par les Saxons lors de leur migration. Nous pouvons, en conclusion, admettre sans grand risque d’erreur qu’il en est de même en Normandie où acre fut introduit dans son double sens de terre de labour et de mesure agraire tant par les premiers Saxons du Bessin que par ceux qui se fixèrent en Seine-Maritime du vie au ixe siècle.

  • 94 Cités par M. Musset, op. cit. 335, sans indication de lieu.

110Nous avons relevé en Normandie les toponymes en -acre suivants : Les Cent-Acres (S.M., c. Longueville-sur-Scie), L’Acre (Calv., h. Grimbosc, c. Bretteville-sur-Laize), Acres (Calv., h. Courson, c. St-Sever), Les Acres (Calv., h. Montpinçon, c. St-Pierre-sur-Dives), Les Acres (Calv., h. St-Germain-de-Tallevende, c. Vire), Les Acres (Calv., h. Viessoix, c. Vassy), Les Vouacres (Calv., h. St-Pierre-de- Mailloc, c. Orbec), dont le premier élément représente sans doute l’ags. wudu (autre forme widu), bois, anglais wood, avec évolution normale de u bref en ou et effacement de d intervocalique dans les anciens emprunts, L’Acre (Manche, h. St-Georges-de-Rouelley, c. Barenton), Les Acres (Eure, h. Authouillet, c. Gaillon), Les Acres (Eure, h. Ménilles, c. Passy-sur-Eure), Chêne-Haut-Acre (Eure, h. Mélicourt, c. Broglie), L’Acre (Orne, h. Comblot, c. Mortagne-au- Perche), L’Acre-à-la-Baratte (Orne, h. St-Léger-sur-Sarthe, c. Le Mêle-sur-Sarthe), Les Acres (Orne, h. Lonlay-l’Abbaye, c. Domfront), Cinq-Acres (Orne, h. Le Renouard, c. Vimoutiers), La Demi-Acre (Orne, h. Chênedouit, c. Putanges), Quatre-Acres (Orne, h. Beaufai, c. L’Aigle), Quatre-Acres (Orne, Tinchebray, c.l.c), Les Six-Acres (Orne, h. St-Cornier-les-Landes, c. Tinchebray), Les Acrans (Orne, h. Laleu, c. Le Mêle-sur-Sarthe), Les Ancres (Manche, h. près de Gouberville) (carte de Cassini), vraisemblablement une cacographie d’acre. Herboutacres, 1209, formé sur l’anthroponyme ags. Herebold (cf. Harbledon, Kent), Longue Acre, 2 mentions94, rue des Treize- Acres, à Caen, d’un ancien lieu-dit. Citons enfin une formation plus récente, L’Acquerie (Manche, h. St-Martin-de-Bonfossé, c. Canisy).

111Ces dénominations de dates diverses, dont certaines peuvent être saxonnes, en dépit de l’article, témoignent de la double signification de terre de labour et de mesure agraire qu’a acer en ags.

112Enfin l’ags. oecer a été romanisé en *akkra, avec maintien de la brève par gémination de la gutturale, d’où la forme actuelle acre qui peut remonter au début du vie siècle (cf. vbfr. sal > salle, skala > *scalla > vfr. echale, etc.).

DAL

  • 95 L. Musset, Pour l’étude des relations etc., op. cit. 336 et note 24.
  • 96 J.M., 106 sq.

113Le terme de delle, quartier de terre, encore bien vivant de nos jours, attesté à partir du xiiie siècle sous la forme latinisée dela, fut employé durant tout le Moyen Age dans la région côtière de l’ancien diocèse de Bayeux et dans le Cotentin95. Quelle en est l’origine ? Joret, qui avait déjà signalé ce nom fréquent dans le Bessin, inclinait à l’attribuer aux Saxons96. Wartburg le fait remonter au vnor. deild. Enfin, nous avons vu que M. Musset lui attribue une origine anglo-scandinave. En Angleterre en effet, l’ags. dâl et sa forme dialectale dol, largement attestés en micro-toponymie au sens de quartier de terre et, particulièrement, de terre cultivée en commun, s’est croisé avec le vnor. deila, deild, partage, qui a pris en Angleterre le sens de pièce de terre, d’où la forme actuelle del < mangl. dayl, que l’on rencontre en Estanglie.

114Nous avons exposé les raisons générales qui nous incitent à douter de l’hypothèse de M. Musset. Nous nous contenterons d’y ajouter quelques arguments particuliers à dâl qui tous conduiront à la même conclusion :

115Si l’emploi toponymique de delle et de dalle s’étend à toute la Normandie, la forme delle est employée avec une densité remarquable, et là seulement, dans le vocabulaire agraire du Bessin et du Cotentin. Il est dès lors permis de penser à un étymon saxon plutôt qu’à un étymon Scandinave ou anglo-scandinave qui devrait en effet se rencontrer avec la même densité dans une région de fort peuplement Scandinave comme la Haute-Normandie, ce qui n’est pas le cas.

  • 97 Cf. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous les dialectes du IXe au xve si (...)

116Une autre constatation appuie cette conjecture : comme acre, delle fut également employé au Moyen Age, non seulement en Normandie, mais aussi, sous les formes delle, dele, desle, tant en toponymie que dans le vocabulaire agraire au même sens de quartier de terre, dans le Boulonnais et la région de St-Omer97, pays de colonisation saxonne où il n’y a pas trace d’influence Scandinave. Il n’est guère douteux que ce soient les Saxons qui, en Normandie, importèrent ce terme, comme ils le firent sans conteste à la même date dans le Boulonnais.

117Un examen des formes toponymiques attestées à date ancienne permet de confirmer ces présomptions : 6 présentent un premier élément inconnu du vnor. : Les Gredelles, Gredolle, Hennedelle, Les Maresdelles, La Maredelle, Les Brucdalles, et 12 autres, un second élément dalle ou dolle qui ne peut être que saxon.

  • 98 Fouché, II, 229, 261.

118L’étude phonétique de delle conduit aux mêmes conclusions. Cette forme procède de l’ags. dâl introduit avant la fin du vie siècle : â tonique s’est en effet diphtongué dans tous les dialectes d’oïl en ae au début du vii8 siècle, qui s’est monophtongué en ê ouvert au début du ixe siècle sans doute98. Il faut cependant remarquer que le vnor. deila aurait abouti en vnorm. par une évolution différente à la même forme delle. En vdan. en effet, ei s’est monophtongué en ê (sauf devant n) au xe siècle, et, de toute façon, ei normand provenant de la diphtongaison de ê fermé ou de la diphtongue vnor. ei avant sa monophtongaison s’est spontanément monophtongué dans la plupart des cas en ê, si bien que deila ou *dêla auraient abouti à delle en vnorm.

119Mais une dernière constatation nous permet d’affirmer que delle ne procède pas du vnor. deila. On rencontre en effet dans le Parisis les formes desle, dele, delle et doile au sens normand (205), dont l’interprétation nous en fournira la preuve.

120Tout d’abord, la forme doile ne peut s’expliquer que par un emprunt au vnor. deila antérieur à la monophtongaison danoise de ei en ê. Cette diphtongue s’est alors normalement confondue en francien avec ei provenant de la diphtongaison de ê fermé tonique, qui eut lieu vers la fin du vie siècle, et elle a évolué comme lui à oi vers le milieu du xiie siècle. Cette forme a été vraisemblablement introduite par un groupe isolé de Scandinaves installés dans le Parisis à la faveur d’un raid, et elle s’est dès lors concurremment employée aux formes dele, desle et delle plus anciennes et d’origine saxonne. Ces formes en effet, en particulier desle, avec s témoignant de la longueur de la voyelle radicale, sont les graphies diverses d’un même mot qui n’a pu être emprunté qu’au vnorm. *dael ou *dêl, ce dernier latinisé en dela, et cela antérieurement à l’emprunt de doile au vnor. deila, c’est-à-dire à un terme nécessairement d’origine saxonne. Que l’emprunt ait eu lieu au stade dâl, ou au stade *dael à partir du viie siècle ou enfin au stade *dêl, avec ê ouvert, à partir du ixe siècle, ce qui paraît moins probable, la forme attendue en francien ne peut être, dans tous les cas, que *dêle (desle, delle, dele) et non pas doile, remontant à deila avec la diphtongue ei.

121Certes, il n’est pas impossible, bien qu’aucun indice ne permette de l’affirmer, que le Scandinave deila ait été également employé en Normandie ; mais si tel est le cas, le mot s’est rapidement confondu après la monophtongaison de ei en ê avec la forme saxonne préexistante.

122En conclusion nous pensons pouvoir avancer que le normand delle fut importé avant la fin du vie siècle par les Saxones Bajocassini et, plus tard, par les immigrants dont parle Procope.

123Quant à la forme dalle, elle procède, comme nous le verrons, du même ags. dâl, mais introduit postérieurement à la diphtongaison de â à la fin du vie siècle, demeuré par conséquent intact en vnorm. Il n’est pas possible enfin de dater la forme dialectale dole.

124Ces fondations saxonnes s’étendent donc sur une période allant approximativement du ve au ixe siècles.

125Voici la liste de celles que nous avons pu relever :

126Les Delles (Manche, h. Branville-Hague, c. Beaumont-Hague).

127Les Delles (Manche, h. Bréville, c. Bréhal).

128Delle du Heccan (cf. Ham, n° 13).

129Delle du Grouham (cf. Ham, n° 12).

130Delle du Goham (cf. Ham, n° 9).

1316° Les Gredelles (SM., h. St-Riquier-ès-Plains, c. St-Valéry-en-Caux), sans doute de l’ags. grêat, grand, les grandes delles (cf. ci-dessous pour la même dénomination Les Grandes-Dalles), avec effacement de la dentale, témoignage d’un emprunt ancien. Remarquons que grêat est sans correspondant en vnor.

132Gredolle (S.M., h. Valmont, c.l.c). Même étymologie que le précédent, mais, semble-t-il, avec la variante dialectale ags. dol non attestée en vnor.

133Hennedelle (Eure, h. St-Victor-sur-Avre, c. Verneuil-sur-Avre). Le premier élément représente soit l’ags. henn, poule, coq, ou l’ags. henna. gibier à plumes, soit l’ags. hêan, dat. de hêa, hauteur, tous attestés en toponymie anglaise, sans correspondants en vnor.

134Maresdelles (Les) (Orne, h. Ste-Gauburge-Ste-Colombe, c. Le Merlerault). C’est un composé de l’ags. mer(i)sc, marais, terrain marécageux, attesté en particulier dans Maresfield (Sussex), avec évolution normale de a initial en e devant r, sans correspondant en vnor.

13510° La Maredelle (Manche, h. Perriers-en-Beauficel, c. Sourdeval). Même étymologie que précédemment.

136II° Fárdele (Calv., l.d. Le Poirier, com. Frénouville, c. Troarn), xive siècle, représente l’ags. fordâl, pièce de terre située devant une autre, première bande de terre, que l’on rencontre en toponymie anglaise également sous la forme dialectale foredole.

13712° Langa dela (Calv., l.d. Banneville-la-Campagne, c. Troarn), xive siècle. C’est la latinisation de l’ags. langdâl.

13813° Lamerdale (Calv., l.d. Banneville-la-Campagne, c. Troarn), xive siècle. Le premier élément représente l’ags. lamb, mouton (plur. lambru, gén. plur. lambra) au plur., attesté aux deux nombres en toponymie anglaise, par exemple dans Lammermoor (Ecosse), Lamerton (Devonshire), etc. Le second élément est l’ags. dâl introduit postérieurement à 650 environ, donc inchangé.

139Comme le montre cet exemple et comme nous l’avons précédemment remarqué, quelques composés en -dalle présentent non pas le substantif dael, vallée, mais le substantif dâl, pièce de terre. Ce sont :

14014° Les Dalles (Manche, h. Carneville, c. St-Pierre-Eglise).

14115° Les Dalles (Manche, h. Cosqueville, c. St-Pierre-Eglise).

14216° Basses-Dalles (S.M., nom de lieu aujourd’hui disparu à Néville, c. St-Valéry-en-Caux).

14317° Les Grandes-Dalles (S.M., St-Pierre-en-Port, c. Valmont).

14418° Les Grandes-Dalles (S.M., Sassetot-le-Mauconduit, c. Valmont).

14519° La Longuedalle (S.M., Gaillefontaine, c Forges-les-Eaux).

14620° Les Longues-Dalles (Manche, La Pernelle, c. Quettehou).

14721° Les Petites-Dalles (S.M., St-Martin-aux-Buneaux, c. Cany- Barville).

14822° Les Petites-Dalles (SM., Sassetot-le-Mauconduit, c. Valmont).

14923° Les Rouges-Dalles (S.M., Crasville-la-Mallet, c. Cany-Bar-ville).

15024° Les Brucdalles (S.M., nom de terres à Osmoy-St-Valéry, c. Londinières). Le premier élément représente l’ags. brôc, marais, que nous avons déjà eu l’occasion de rencontrer. Le sens du composé est delles marécageuses ou delles du ruisseau.

15125° La Dalle (Manche, h. L’Etang-Bertrand, c. Bricquebec). Il s’agit vraisemblablement de l’ags. dâl, quartier de terre, et non de l’ags. dal, vallée.

15226° La Dalle (Eure, h. St-Vigor, c. Evreux-Sud). Même remarque que précédemment.

153Enfin, Bruquedalle (cf. dal, n°81 et 2) peut signifier soit les terres marécageuses (cf. ci-dessus n° 24), soit la vallée marécageuse. Seule la connaissance des lieux pourrait permettre de préciser l’origine et le sens de ces toponymes.

  • 99 Godefroy, op. cit., art. dale.

154Il faut remarquer que le pluriel de la plupart de ces toponymes est peu compatible avec le sens de vallée. Il ne s’agit pas en effet de la désinence s du nominatif, fréquente à date ancienne, mais de l’article les ne présentant aucune ambiguïté. En outre, les adjectifs basses, grandes, longues, petites, rouges conviennent mieux à des terres de labour qu’à une vallée, et la mention précise de « terres » appliquée aux Brucdalles est sans équivoque ; elle permet sans grand risque d’erreur d’attribuer ce sens aux autres noms de lieu en -dalle que nous venons de citer. D’ailleurs, et c’est là une confirmation de notre hypothèse, le mot dale fut employé au Moyen Age en Normandie au sens de part, tout spécialement en parlant du poisson99. Ce substantif, employé isolément ou en composition toponymique, provient de l’ags. dâl, introduit une seconde fois, après la diphtongaison de â, par les Saxons venus se fixer postérieurement à 650 environ, nouvelle preuve de ce peuplement dont nous avons déjà rencontré plusieurs exemples. C’est donc un doublet de delle.

  • 100 Les formes citées par M. Musset, hafod ou hafud, ne sont pas attestées en ags. qui ne connaît que l (...)

155Enfin, si, d’une part, il est certain que mansloth est un terme anglo-scandinave, et si, d’autre part, les formes wendinc, forlenc et hovelland (cette dernière Scandinave et non pas anglo-scandinave)100 témoignent d’emprunts récents à la date où ils sont attestés, est-il besoin d’avoir recours pour en expliquer la présence en Normandie à l’hypothèse de M. Musset ? Ne peut-on voir là tout simplement des termes introduits par les Vikings eux-mêmes, dont beaucoup venaient d’Angleterre, ou plus vraisemblablement un témoignage des relations qui s’établirent après la conquête de 1066 entre la Normandie et l’Angleterre unies sous un même pouvoir politique ?

BAT

  • 101 W., I, 281.

156Le substantif ags. bât (masc.) a donné le vnorm. et le vfr. bat, attesté au xiie siècle au sens de petit bateau101. Mais il existait en ags. la forme identique bât, féminine, que nous retrouvons vraisemblablement dans quelques toponymes du Cotentin, également féminins. Il semble en effet que le e final exclue l’étymon bas-latin bastam > fr. bât.

  1. La Bâte (Manche, h. Tourlaville, c. Octeville) ;

  2. Les Bâtes (Manche, h. Flottemanville-Hague, c. Beaumont- Hague).

157Il est difficile de préciser le sens de ces deux localités, mais l’on peut songer, encore que la seconde soit assez éloignée de la côte, à des chantiers navals, fondations postérieures à 650 env., comme tend à le prouver le maintien de â et de t. Les dénominations suivantes sont romanes :

158Le Bateau (Manche), h. Nay, c. Périers), c’est la forme française du norm. batiau ; Le Bateau (Calv., h. Le Mesnil-Villement, c. Falaise- Nord) ; Le Batelet (Calv., h. Cesny-aux-Vignes, c. Bourguébus), diminutif au sens obscur ; Batelier (Manche, h. Montreuil-sur-Lozon, c. Marigny) ; La Batellerie (Manche, h. Guilberville, c. Torigni-sur- Vire), formation qui, selon Wartburg, ne remonterait pas au-delà du xixe siècle.

* GRÊNEROTHIA

  1. Gernesey (Calv., h. Ste-Croix-Grand-Tonne, c. Tilly-sur- Seulles).

  2. Grenesey (S.M., h. Gainneville, c. Montivilliers).

  3. Le Grenesey (S.M., h. Sainneville-sur-Seine, c. St-Romain-de- Colbosc).

  4. Guernesey (S.M., h. Beaurepaire, c. Criquetot-l’Esneval).

  5. Guernesey (S.M., h. Le Tilleul, c. Criquetot-l’Esneval).

  6. Le Guernesey (S.M., h. Epreville, c. Fécamp).

159Il est possible que l’un ou l’autre de ces noms soit rapporté, mais il est improbable qu’ils le soient tous. Il s’agit de dénominations saxonnes ou saxo-frisonnes originelles, remontant à *grênerothia, l’établissement vert, comme l’île de Guernesey que nous avons étudiée précédemment.

LAND

160Ce mot est commun à tous les dialectes germaniques, mais c’est une origine saxonne qu’il convient d’attribuer aux deux toponymes suivants :

  1. Friland (Le Clos) (Calv., h. Géfosse-Fontenay, c. Isigny). Le vbfr. frî, libre, ne semble pas attesté en toponymie allemande avant le xiie siècle. Il est peu probable qu’il le soit en France où les terres tenues en franchise étaient au demeurant désignées par le terme de franc-alleu. Quant à l’ags. frío, frêo, libre, s’il apparaît bien dans Freeford (Staffordshire), le gué franc, exempt de péage, il n’entre cependant pas en composition avec land en Grande-Bretagne. On peut alors songer, soit à l’hypocoristique francique Frido, soit à son correspondant ags. Frithu, avec effacement normal de la dentale intervo-calique, soit enfin, et cela plus vraisemblablement, à l’ags. fyr(e)s, ajonc, sans correspondant en vbfr. et en vnor., que l’on rencontre, également avec métathèse, dans Fresdon (Wiltshire), Freseley (War-wichshire), peut-être dans Friston (Sussex) et Frébourg (S.M.). L’effacement de s devant consonne est régulier. Le sens du composé, terre des ajoncs, serait en outre satisfaisant.

  2. Le Mesnil-Sterlin (S.M., h. Etalondes, c. Eu), Maisnillus Oister-landi (gén.) 1059. Oisterland, la terre de l’ouest, présente, comme Oistreham, dans son premier élément l’ags. westra, à l’ouest, avec e fermé rendu par i. L’identité des formes permet de poser une origine saxonne et par conséquent d’écarter le vbfr. westar qui, de plus, ne semble pas attesté en Gaule.

161Si, pour les deux toponymes suivants par contre, un étymon francique n’est pas exclu, la proximité d’autres fondations saxonnes rend probable une origine identique :

  1. Etelan (S.M., h. St-Maurice-d’Etelan, c. Lillebonne), Esteilant 1060 env. On peut voir dans le premier élément,soit le vbfr. *staigal, non attesté il est vrai, mais conjecturé par le vha. steigal > nha. steil, abrupt, soit l’ags. staegel, avec g spirantique dans les deux cas. L’évolution phonétique de ces deux mots, avec résolution de la spirante en i et développement en vfr. d’un e prosthétique, est normale. Le sens de ce composé est terrain abrupt, pente raide.

  2. Etelan (Manche, h. Catz, c. Carentan). Même étymologie que le précédent.

TOPONYMES DIVERS

  1. Maillot (Calv., h. Pont-d’Ouilly, c. Falaise-Nord), Masloth 1034 env. On pourrait songer à mansloth, mais la chute de n à cette date est bien improbable. Nous pensons plutôt que le premier élément représente l’ags. mâs, mésange, sans correspondant sous cette forme dans les autres dialectes germaniques, et le second hlot, part, lot, attesté en toponymie anglaise dans plusieurs composés. Le sens de Maillot serait part, lot des mésanges.

  2. Verclud (promontoire à Jersey) présente dans son second élément l’ags. clûd, rocher, sans correspondant en vnor., attesté dans plusieurs toponymes anglais. Le premier est à rapprocher de Ver-dans Verclives, précédemment étudié, war- 1024 env., qui procède de l’ags. waru, ouvrage défensif. Le sens de Verclud est rocher fortifié.

    • 102 T aurait été en effet maintenu jusqu’à nos jours.

    Hode (Eure, falaise à Berville-sur-Mer, c. Beuzeville). Il s’agit de l’ags. hôd, capuchon, nom donné à cette falaise à cause de sa forme sans doute. Le vbfr. n’est pas attesté et le vnor. höttr, ou hetta, même sens, ne peut convenir phonétiquement102. Cette dénomination est postérieure au ve siècle (maintien de l’occlusive, non diphtongaison de o).

  3. Sund (Le) (nom d’une vallée de l’île de Chausey). L’ags. sund, terme de marine désignant une passe, un détroit, est employé ici dans un sens terrestre. Une origine Scandinave (vnor. sund) n’est cependant pas exclue.

  4. Sideman (Manche, nom d’un îlot au large de Beaumont-Hague), Syd-Man (carte de Cassini). Il s’agit sans doute de l’anthroponyme ags. Sideman.

APPENDICE

162Un certain nombre de toponymes en -ville, dont le premier élément est un gentilice saxon, posent quelques problèmes sur lesquels il n’est guère possible de faire que des hypothèses. Ce sont :

    • 103 Cf. Feilitzen, op. cit., 240.

    Auderville (Manche, c. Beaumont-Hague), Heldeardivilla 1118- 1134, Audervilla 1156 env. - 1182. Le premier élément peut représenter l’anthroponyme ags. Aedhelheard, dont la première partie a été confondue, le cas est attesté, avec Eald-, Eld-103. La métathèse est fréquente.

    • 104 Cf. Feilitzen, op. cit., 198.

    Brestanville (Manche, h. disparu près de Quetteville-sur-Sienne, c. Montmartin-sur-Mer), Brestanville, 1259. Il s’agit de l’anthroponyme Beorhtstan ou Brihtstan attesté dans le Domesdaybook sous les formes Bricstan ou Brizstanus104, qui se rencontre sans doute dans Barston (Warwick). L’ouverture de i en e est régulière en syllabe initiale.

    • 105 Fouché, II, 444, 2°.
    • 106 Feilitzen, op. cit., 54.

    Canouville (S.M., c. Cany-Barville), Kenvaldi villa 1025-1026, représente l’anthroponyme ags. Cynewald, avec passage de e à a devant n implosif105 et transcription fréquente de y par e106. Cynewald se retrouve dans Kinwalsey (Warwickshire).

  1. Dénestanville (S.M., c. Longueville-sur-Scie), Dunestanvilla xie siècle, Dunestamvilla 1082-1087, Dunstanivilla début du xiie siècle chez Orderic Vital, Donestanvilla sans date. De l’anthroponyme ags. Dunstân attesté dans Dunstone < Dunestanetune (Devonshire). Remarquons que seule la forme Donestanvilla est phonétiquement régulière ; celle de Dénestanville est due à l’assimilation de 0 à e.

  2. Létanville (Calv., anc. par. réunie à Grandcamp, c. Isigny), Alestanvilla 1195. C’est un composé de l’anthroponyme ags. Ealdstân, Aelfstân ou de l’anthroponyme Alhstân, ce dernier attesté en toponymie anglaise.

  3. Lestanville (S.M., c. Bacqueville), Lestanville 1161. Il s’agit de l’anthroponyme ags. Lêofstân attesté dans le Domesdaybook sous les formes Leofstanus, Lefstanus et Lestanus.

  4. Linverville (Manche, anc. par. réunie à Gouville-sur-Mer, c. St-Malo-de-la-Lande), Livervilla sans date. Le premier élément représente l’anthroponyme ags. Lêofhere ou le substantif ags. leber avec b spirantique, laefer, jonc, roseau, iris des marais, tous deux attestés en toponymie anglaise, le premier dans Laversdale (Cumberland), le second dans Leverton (Lincolnshire), Laverton (Somerset), etc.

  5. Netreville (Eure, Evreux), Esnetrevilla 1160 env. représente l’ags. snytre (snotor), intelligent, employé comme surnom, avec la transcription fréquente de y par e (214). Le vnor. snotr, snotra, même sens, ni l’ags. snotor ne peuvent convenir phonétiquement.

  6. Septimanville (S.M., h. St-Martin-aux-Bruneaux, c. Cany- Barville), Sedemanvilla, Sedtemanvilla 1060 env. Du gentilice ags. Sideman attesté par exemple dans Sydmonton (Hampshire) et sans doute dans Sideman, îlot au large de Beaumont-Hague, Manche.

  7. Sideville (Manche, c. Octeville) est sans doute un composé de l’anthroponyme ags. Siduwine, Sidwine.

  8. Tatemanville (S.M., h. St-Martin-aux-Arbres, c. Yerville), Tatemanvilla 1255, du gentilice ags. Tateman non attesté en toponymie anglaise.

  9. Vénestanville (S.M., c. Bacqueville), Wenestanvilla fin du xiie siècle, de l’anthroponyme ags. Wynstân, Winstân attesté en toponymie anglaise dans Winstanley (Lancashire).

  • 107 FEILITZEN, op. cit., 13.

163Quelle est l’origine de ces toponymes et la date de leur fondation ? On songe d’abord à des établissements d’Anglo-Saxons, compagnons d’armes des Vikings qui, comme eux, auraient employé la désinence -ville dans leurs dénominations toponymiques. Il n’est pas exclu que quelques Anglo-Saxons se soient mêlés aux envahisseurs Scandinaves. L’armée de Guillaume le Conquérant n’était pas uniquement composée de Normands, mais il faut remarquer que ces anthroponymes ne constituent pas un critère ethnique. Feilitzen a montré que des Vikings établis en Grande-Bretagne, d’où vinrent la plupart des Scandinaves normands, ont porté des noms anglo-saxons, comme d’autres prirent des noms celtes en Irlande : « Il faut souligner, écrit-il, que l’origine d’un nom de personne n’apporte naturellement pas un critère définitif sur la nationalité de celui qui le porte. Des noms Scandinaves étaient également portés par des Anglais et des Normands. Inversement, des hommes d’ascendance étrangère portaient parfois des noms anglais »107. M. Adigard des Gautries a confirmé dans sa thèse sur les noms de personnes Scandinaves en Normandie que des Vikings portaient effectivement des noms anglais ou anglicisés. Dès lors, il est hasardeux d’attribuer à un Anglo-Saxon une fondation dont le gentilice est cependant anglo-saxon. Un cas analogue se présente avec les toponymes franciques en -ville qui, comme l’a bien montré Ferdinand Lot, peuvent être pour une bonne part des dénominations romanes, la mode des noms franciques s’étant généralisée chez les Gallo-Romains à partir du viie siècle au point que le polyptique d’Irmi-non du ixe siècle présente, comme nous l’avons déjà vu, une proportion de 90 pour cent de noms franciques.

164Mais il faut remarquer en outre qu’au moment de la conquête Scandinave, l’emploi de ville en compsoition toponymique était fréquent en Gaule depuis le ive siècle et que les Francs en avaient fait un grand usage, en particulier en Normandie. Or, comme nous l’avons vu, il y eut une immigration saxonne, surtout en Basse et Moyenne Normandie, du vie au ixe siècle. C’est dans ces régions que se trouvent, à trois exceptions près, les noms en -ville saxons. On peut donc raisonnablement penser qu’ils peuvent, au moins en partie, être attribués à ces Saxons et qu’ils remontent à une date où les dénominations en -ville étaient devenues courantes, c’est-à-dire aux viie et viiie siècles.

165En conclusion, les toponymes que nous venons d’étudier peuvent être Scandinaves ou, à quelques exceptions près, anglo-saxons et dater de l’invasion des Vikings ; mais nous pensons plutôt qu’ils sont dus aux immigrants saxons de la seconde vague et remontent aux viie et viiie siècles. De toute manière, il n’est pas possible, en se fondant du moins sur des critères toponymiques, de parler d’une participation anglo-saxonne à la conquête de la Normandie.

166Par contre, quelques noms en Ingre- ou Ingle- paraissent dater avec plus de certitude de l’époque pré-scandinave. Ce sont des appellations romanes désignant des communautés d’Angles dont le caractère anonyme convient à l’immigration pacifique de cette époque. Ces dénominations sont conformes aux habitudes de composition usitées à date ancienne : substantif au nominatif + substantif déterminé et sont, par conséquent, antérieures à celles du type Anglesqueville dont le premier élément est l’adjectif ags. anglisc. Citons Incleville (Manche, h. Régnéville-sur-Mer, c. Montmartin-sur-Mer), Ingleville (Manche, h. Tocqueville, c. St-Pierre-Eglise), Ingreville (Manche, h. Vaudreville, c. Montebourg), Angreville (Eure, h. Gaillon, c.l.c), Angreville (S.M., h. Douvrend, c. Envermeu).

167Il est à remarquer que Sainneville (S.M., c. St-Romain-de-Colbosc) et Senneville (S.M., c. Valmont) ne sont pas des fondations saxonnes remontant, comme le pensait Longnon et l’écrivent Dauzat et Rostaing dans leur dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, à Saxone > vfr. saisne. Les formes anciennes sont respectivement Sana-villa 1195, de l’anthroponyme francique Sanno ou Sôna, et Sont villa 1025 ?, de l’anthroponyme francique Sôna.

168D’autres noms de lieu sont des composés mixtes datant de l’époque Scandinave, le premier élément étant saxon et le second Scandinave. Ce sont :

  1. L’Etantot (S.M., h. St-Maclou-de-Folleville, c. Tôtes), Ales-tantot xiie siècle. Le premier élément présente la même étymologie que celui de Létanville + le vnor. topt, toft, village.

  2. Louvetot (S.M., anc. par. réunie à Grigneuseville, c. Bellen-combre), Lovetot xiie siècle. C’est un composé de l’anthroponyme ags. Lufa attesté en toponymie anglaise.

  3. Louvetot (S.M., c. Caudebec-en-Caux), Luvetot 1032-1035. Même étymologie que le précédent.

  4. Loumare (S.M., h. Yvetot, c.l.c), Lovemare 1219. Même étymologie que les précédents avec, comme second élément, le vnor. man. mer, lac, qui a pris en norm. le sens de mare.

  5. Pelletot (S.M., anc. par. réunie au Câtelier, c. Longueville-sur- Scie), Peletot fin du xiie siècle. Il s’agit de l’anthroponyme ags. Pêol attesté en toponymie anglaise.

  6. Pelletot (S.M., ferme à Motteville, c. Yerville), Peletot 1210. Même étymologie que le précédent.

169Nous ferons, au sujet de ces toponymes, les mêmes remarques que pour ceux en -ville. Ces fondations contemporaines de l’invasion Scandinave peuvent être dues en tout ou en partie à des Vikings portant des noms anglo-saxons.

170Il semble que l’on puisse rattacher à cette période les composés romans suivants : Inglemare (Manche, h. Fermanville, c. St-Pierre- Eglise), Inglemare (Eure, h. Amfreville-la-Campagne, c.l.c), Ingre-mare (Eure, h. Ailly, c. Gaillon), Ingremare (Eure, h. Fontaine- Bellanger, c. Gaillon).

171Nous citerons enfin : Vitanval (S.M., anc. manoir à Ste-Adresse, c. Le Havre), Wistanval 1207, de l’anthroponyme ags. Wîgstân attesté en toponymie anglaise, mais c’est un composé roman.

172Postérieurs à l’invasion Scandinave sont par contre un assez grand nombre de noms de lieu que l’on peut classer en deux groupes. Un premier est constitué par les noms du type Anglesqueville, avec A ou £ initial :

173Anglesqueville-la-Bras-Long (S.M., c. Fontaine-le-Dun, Engleskevilla Labralum 1202 ;

174Anglesqueville-l’Esneval (S.M., c. Criquetot-l’Esneval), Anglica villa 1236-1244 ;

175Anglesqueville-sur-Saâne (SM., c. Tôtes), Anglicae villae (gén.) 1059 ;

176Anglesqueville (S.M., h. Glicourt, c. Envermeu) ;

177Anglesqueville (S.M., h. Bourg-Dun, c. Fontaine-le-Dun) ;

178Anglesqueville (S.M., h. St-Sylvain, c. St-Valéry-en-Caux) ;

179Anglesqueville (S.M., h. Sommery, c. St-Saëns) ;

180Angloischeville (Calv., h. Fresné-la-Mère, c. Falaise). C’est là une forme francisée ;

181Englesqueville-en-Auge (Calv., c. Pont-l’Evêque, Angliscam villam (acc.) 1014 ;

182Englesqueville-la-Percée (Calv., c. Isigny).

  • 108 L., § 1229.

183Comme le montrent quelques exemples datés, ces toponymes sont antérieurs à la conquête de l’Angleterre. Nous sommes en présence d’appellations romanes données par la population autochtone à des colonies anglaises de caractère anonyme, qui rappellent les toponymes tels que Villefrancoeur, Francourville, Almenèche, Romainville, Roma-nèche, etc., désignant des populations franques ou alémanniques en milieu roman ou romanes en milieu germanique. Longnon a émis l’hypothèse qu’il s’agissait « de villages qui ont été fondés au commencement du xie siècle par les partisans exilés des rois anglais, dépouillés en 1014 du trône d’Angleterre par la conquête danoise »108. Le mode de composition, avec un adjectif comme premier élément, identique pour tous ces toponymes, fait songer à une communauté d’origine due à un même événement qui est vraisemblablement celui auquel avait pensé Longnon.

  • 109 L., § 924, pense que L’Anglure (Marne) est d’origine franque. C’est peu probable.

184Par contre, le second groupe, composé de noms de lieu répartis sur toute l’aire de la Normandie, est plus tardif. Citons : L’Angle (S.M., h. Vatteville, c. Caudebec-en-Caux), Les Angles (S.M., h. Ste-Croix-sur-Buchy, c. Buchy), Angles (S.M., h. Sierville, c. Clères), L’Angleterre (S.M., h. Betteville, c. Pavilly), L’Angleterre (S.M., h. Esclavelles, c. Neufchâtel), Anglatcherie (Calv., h. Champ-du- Boult, c. St-Sever), Anglaicherie (Calv., h. Longvillers, c. Villers- Bocage), L’Anglaicherie (Calv., h. St-Germain-de-Tallevende, c. Vire), Les Anglais (Calv., h. Barbeville, c. Bayeux), Les Anglements (Calv., h. Hermival-les-Vaux, c. Lisieux), Les Angles (Calv., h. Magny-le- Freule, c. Mézidon), L’Angleterre (Calv., h. Livarot, c.l.c), L’Engle-chère (Calv., h. Pont-Bellanger, c. St-Sever), Anglaicherie (Manche, h. Le Grand-Cellands, c. Brécey), Les Anglais (Manche, h. Les Pieux, c.l.c), L’Angle (Manche, h. Barenton, c.l.c), L’Angle (Manche, h. Condé-sur-Vire, c. Torigni-sur-Vire), L’Angle (Manche, h. Le Fresne- Poret, c. Sourdeval), L’Angle (Manche, h. Picauville, c. Ste-Mère- Eglise), L’Angle (Manche, h. St-Denis-le-Giest, c. Gavray), L’Angle terre (Manche, h. Acqueville, c. Beaumont-Hague), L’Angleterre (Manche, h. Quettetot, c. Bricquebec), Es-Anglais (Manche, h. Les Pieux, c.l.c), L’Angle (Eure, h. Bois-Normand, c. Rugles), L’Angle (Eure, h. La Haye-Aubrée, c. Routot), Les Angles (Eure, h. Brosville, c. Evreux-Nord), Les Angles (Eure, h. Ecardenville-sur-Eure, c. Beau-mont-le-Roger), Les Angles (Eure, h. Le Tronquay, c. Lyons-la-Forêt), L’Anglet (Eure, h. Le Tronquay, c. Lyons-la-Forêt), L’Anglaicherie (Orne, h. Comblot, c. Mortagne-au-Perche), L’Angle (Orne, h. Le Bouillon, c. Sées), L’Angle (Orne, St-Philibert-sur-Orne, c. Putanges), L’Anglècherie (Orne, h. Brullemail, c. Courtomer), L’Anglècherie (Orne, h. Courgeoult, c. Bazoches-sur-Hoëne), L’Anglècherie (Orne, h. Pointel, c. Briouze), Les Angles (Orne, h. Courtomer, c.l.c), peut-être L’Anglure (Orne, h. St-Sulpice-sur-Risle, c. L’Aigle)109, L’Englècherie (Orne, h. Mortrée, c.l.c), l’Engleschère (Orne, h. Neuville-sur-Touques, c. Gacé), Etre-aux-Anglais (Orne, h. St-Aubin-d’Appenai, c. Le Mêle-sur-Sarthe), Langlaichère (Orne, h. St-Ouen-sur-Iton, c. L’Aigle), Les Anglais (Orne, h. Mantilly, c. Passais), L’Anglècherie (Orne, h. Neuvy-au-Houlme, c Putanges), L’Anglècherie (Orne, h. Baroche-sous-Lucé, c. Juvigny-sous-Andaine), Lan-glècherie (Orne, h. Bazoches-sur-Hoëne, c.l.c), Langlècherie (Orne, h. La Coulonche, c. Messei).

185Il est peu probable que ces dénominations romanes, postérieures au xie siècle, comme le montre la désinence -erie ou -ère présentée par un certain nombre d’entre elles, s’appliquent à des Anglais venus s’établir en Normandie, celle-ci étant devenue française en 1204. Nous pensons plutôt que, en dehors de ceux, peu nombreux, qui peuvent avoir trait à quelque épisode de la Guerre de Cent Ans, ces toponymes désignent des Anglais installés par Bedford qui, à partir de 1422, tenta une politique d’anglicisation, en particulier par l’implantation de colons dont ces noms rappellent la présence sur le sol de Normandie. S’il en est ainsi, la toponymie pourrait nous fournir un indice relatif à la psychologie des Normands à cette époque : le Calvados, la Manche et l’Orne, où ces toponymes sont les plus nombreux, pourraient avoir été des régions de forte résistance au pouvoir anglais.

  • 110 Cf. New English Dictionary, Oxford, tome VIII, 1914.

186Ce sont sans doute ces colons qui introduisirent le mot de rade, employé dans le pays d’Auge pour désigner le chemin conduisant à la ferme. Il provient de l’ags. râd, voyage à cheval, puis voyage en général, enfin chemin. Ce dernier sens n’est attesté en Angleterre qu’à partir de 1596110. Il semble donc qu’il y soit apparu beaucoup plus tôt que ne le mentionnent les textes. La forme normande rade implique en effet un emprunt antérieur au passage de l’ags. râd à l’angl. mod. road, prononcé rôd.

Notes

1 Nous avons déjà consacré un article à cette question : De l’étymo-logie des îles anglo-normandes en -ey ; Guernesey, Jersey, Chausey in A.N. 1964, IV.

2 Cf. W., III, 337b, Adigard Des Gautries et Lechanteur, S.A.N., juin 1962, n° 127, et Ralph-Paul DE Gorog, The Scandinavian element in French and Norman, New-York, 1958, qui écrit au sujet du vnor. ey, île : « Ce mot semble également survivre dans les noms de Jersey, Guernesey, Aurigny et Chausey » ( 52, 100)

3 J.M., 125.

4 Cf. Förstemann, Althochdeutsches Namenbuch, 2 vol., Bonn, 1913 - 19 16 et BACH, op. cit., I, § 283, II, § 342.

5 K., art. adel.

6 G.S., §§ 43 et 118.

7 Fouché, II, 483 sqq.

8 E., art. Alderbury et Feilitzen, op. cit., 182.

9 C’est un composé du germ. com. *ahwa et du suffixe -jô qui, accentué sur le suffixe, est devenu *agwjô, avec g spirantique (loi de Verner).

10 K., art. Au. Le vnor. ey se serait prononcé oi, ce qui est infirmé par la transcription normande aye, petite île.

11 W., III, 337 b.

12 Fouché, II, 284, rem. V.

13 A.d.G., 115.

14 Cf. Bach, op. cit., II, § 411. Le vbfr. rod a laissé quelques traces en toponymie française, cf. R.G., I, 11 sq. et G.S., § 46.

15 A.d.G., 246 sq. Là où, secondairement accentué, il est exceptionnellement rendu par o, il existe des formes parallèles en u. Ce n’est pas le cas de Guernesey. M. A. des Gautries signale cependant une forme rodh attestée en vdan. (Etud. Germ., 1960, III, 235). Bien que Jan de Vries ne mentionne que la forme ruth, nous ne contesterons pas l’authenticité de rodh en vdan. Mais ce mot est exceptionnel. Il faut en outre rappeler que les îles anglo-normandes ont été occupées plus tard non par des Danois, mais par des Norvégiens qui ne connaissaient que la forme rudh.

16 Fouché, III, 600, rem. I.

17 Fouché, II, 229.

18 Fouché, III, 603 sq.

19 Walther Steller, Abriss der altfriesischen Grammatik, Halle, 1928, § 29, A. 2.

20 Joret, Des caractères et de l’extension du patois normand, Paris, 1883, 83 (J.P.). Le vnor. serkr est entré dans le mangl. serk, armure, où il s’est aisément confondu avec l’ags. serc, syrc, sierc(e) < mlat. sarcia < lat. sêrica. Cf. Jan De Vries, op. cit., art. serkr.

21 Cf. A.d.G., passim.

22 Notons que le nom de l’îlot de Herm (Herm xiie siècle, Roman de Rou) avec une cacographie chez Pluquet, Contes populaires, préjugés, patois, noms de lieux de l’arrondissement de Bayeux, Rouen, 1834, Herni ; Herms (carte de Cassini), désert, terre inculte, procède du lat. eremus que l’on retrouve dans de nombreux toponymes français sous les formes Herm, Erm, Er et même Air. Cf. V., § 499.

23 L., §§ 747 à 749.

24 J.P., 40.

25 J.M., 124.

26 E., art. hôh.

27 Fouché, II, 229.

28 Cf. notre article, Les noms de lieu normands en -boeuf, etc. A.N., 1964, III.

29 A.d.G., 247.

30 E., art. braec.

31 Bourciez, op. cit., § 94.

32 Cf. FEILITZEN, op. cit., 29 sq., Nordisk Kultur, Personnavne, Kopen-hague, Oslo, Stockholm, 1947, et L. MUSSET, Les invasions, le second assaut contre l’Europe chrétienne, Paris, P.U.F., 1965, en part. 121 sqq.

33 J.M. 124, note 8.

34 J.M., 125.

35 E., art. hôh.

36 Comme nous le verrons au sujet de Dieppe, la diphtongue germ, eu aurait abouti à ie.

37 Signalons Catheux (Oise, c. Crèvecoeur-le-Grand), Catheu 1197, qualifié d’obscur par Dauzat et Rostaing, op. cit. Il s’agit d’un établissement saxon. Gamillscheg en a dénombré quelques-uns dans ce département limitrophe de la Seine-Maritime (G.S., § 134). Nous y ajouterons Lihus, c. Marseille-en-Beauvaisis.

38 Signalé par Joret in J.P., 26.

39 La butte de Heuland (Calv. Mosles, c. Trévières) et Heuland (Calv. h. Dozulé, c.l.c.) classés par Joret (J.M., 126) parmi les noms de lieu en -heu sont en fait des fondations franciques : heu- représente le vbfr. hôh (ags. hêah), haut, comme en témoigne la forme ancienne de Heuland. Holando (abl.) 1061-1066. Le sens est le haut pays, les hautes terres.

40 J.M., 121 sq., L., § 751.

41 Stednavne, op. cit., 81, 114 sq.

42 E., art. naess.

43 Citons dans le Pas-de-Calais : Blanc-Nez (cap), Hildernesse 1124 ; Gris-Nez (cap), Le Ness 1312 ; Peternesse, anc. nom de St-Pierre-lès-Calais, Peternessa 1107 ; Longuenesse, c. St-Omer, Loconessa 877 ; Witernesse, c. Norrent-Fontes, Westernessa 1119 ; Selnesse, anc.château, anc. h. et anc. bois à Ardres, c.l.c, Selnessa xiiie siècle ; Lampernesse, l.d. Tardinghen, c. Marquise ; Le Nez, h. Audinghen, c. Marquise, Le Nesse 1312.

44 Pou est la forme normande du lat. podium, hauteur.

45 Cf. également en Flandres, dans la région de Dunkerque : Krom-melhoeck, Duynhoek, Manhoek, Westhoek, hoek peut être d’origine francique. C’est cette origine que Wartburg, XVI, 218 donne à hoc, crochet, attesté à partir du mfr. Mais d’une part, le sens de promontoire que hoc a en ags., et d’autre part la localisation de ce terme en Basse-Normandie et dans les îles anglo-saxonnes postule dans cet emploi toponymique un étymon ags.

46 E., art. well.

47 E., art. rêad.

48 R.G., I, 250 sqq.

49 Dauzat et Rostaing, op. cit., art. Rouellé.

50 Fouché, III, 600 et II, 426.

51 R.G., I, 250 sqq.

52 E., art. Wells.

53 Aucun exemple n’est cité dans Stednaune, op. cit.

54 E., art. clif.

55 Cf. Fouché, III, 612 B et A.d.G., 247 sq. et passim.

56 Cf. Fouché, II, 446.

57 Cité par L. Musset, Pour l’étude des relations, etc., 339, note 34.

58 Op. cit., 53.

59 Cité par Joret, J.M., 127, note 6, qui ajoute : « Il est certain qu’on ne voit pas bien comment l’u Scandinave se serait changé en e », puis il poursuit en ces termes : « Mais comme ici l’u n’est pas isolé et est le second élément d’une diphtongue, l’objection n’est pas la même. D’ailleurs, comme Dieppe ne se rencontre que dans des régions colonisées par les Norois, il est impossible d’admettre pour ce mot une autre origine que Scandinave ». Ces deux remarques sont, pensons-nous, sans valeur.

60 Fouché, II, 3 1 4 sqq.

61 Karl Brunner, op. cit., § 1 2 5.

62 Feilitzen, op. cit., 63 sqq.

63 Même si l’on pose une triphtongue primitive ieu (Fouché, II, 317) celle-ci s’est de toute façon réduite à avant les premiers monuments littéraires. Wartburg (XVII, 179 a) pense que u second élément de diphtongue s’est effacé au moment de la diphtongaison de e.

64 J.M., 127.

65 Adigard Des Gautries, Les noms en -dal(le) in Etudes Germaniques, 1960, III.

66 E., art. dael.

67 Bourciez, op. cit., § 72, Historique, et Beaulieux, op. cit., 38.

68 A.d.G., 247 sqq. Cf. par exemple vnor. kriki ou krikr > crique, et, en composition toponymique Criquetot, Cricqueville, Cricquebeuf, Crique-beuf, etc., vnor. kirikja, église, > Querque dans Querqueville, Carque dans Carquebut, etc.

69 E., art. stocc et stoc.

70 A.d.G., 246 sq. et passim.

71 A.d.G., 249.

72 Gröhler, op. cit., II, 186.

73 Dauzat, La toponymie française, Paris, Payot, 1960, 217, et Dauzat et Rostaing, op. cit., art. Broc.

74 J.P., 86.

75 J.P., 91, note 3

76 Broc n’a pas été relevé par Paul Lebel, Principes et méthodes d’hydronymie française, Publications de l’Université de Dijon, Les Belles Lettres, Paris, 1956.

77 Fouché, III, 612 B.

78 J.P., 85. Joret envisage en outre comme possible le nor. hof, temple, qui ne peut phonétiquement convenir (note 1).

79 Feilitzen, op. cit., 66, et A.d.G., 247.

80 Feilitzen, op. cit., 66, et A.d.G., 247.

81 A.d.G., 247.

82 J.P., 79 sq., J.M., 100.

83 R.G., I, 87, 116 et 122, Gröhler, op. cit., II, 265.

84 G.S., § 165.

85 Cf. également L., § 805 et V., § 394.

86 E., Introd. XXV et art. holt.

87 E., art. flêot.

88 Cf. notre art. Les noms de lieu normands en -boeuf et en -fleur, op. cit.

89 Pour l’étude des relations etc., op. cit.

90 In legibus Henrici I, cap. 16, on peut lire cette définition de l’acre : « certa terrae portio mensurata, variae tamen quantitatis pro diversis regionum et provinciarum moribus ». Cité par Du Cange.

91 Renseignements obligeamment donnés par Mme Doudain, institutrice en retraite à Calais.

92 Citons : Dampnacre, l.d. Outreau, c. Samer ; Disacre, h. Leu-bringhen ; Hobenacre, l.d. Leulinghem, c. Lumbres ; Le Nacre, fief à Alem-bon, c. Guines ; Widenacre, l.d. St-Etienne-au-Mont, c. Samer ; Le Denacre, h. et ruisseau St-Martin-Boulogne, c. Boulogne-sur-Mer-Sud ; Le Denacre, h. Wimille, c. Boulogne-sur-Mer-Nord ; Honnacre, fief à Wissant, c. Mar-quise(cent acres) ; Lacres, c. St-Sauveur-l’Acre ; Landacre, h. Hesdin-l’Abbé, c. Samer ; Landacre, h. Halinghen, c. Samer ; St-Sauveur-l’Acre, c.l.c.

93 H. Navel, Acres, vergées et perches, Société des Antiquaires de Normandie, Caen, 1932, 126-139.

94 Cités par M. Musset, op. cit. 335, sans indication de lieu.

95 L. Musset, Pour l’étude des relations etc., op. cit. 336 et note 24.

96 J.M., 106 sq.

97 Cf. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous les dialectes du IXe au xve siècle, 10 vol., Paris, 1938. Godefroy cite en particulier un texte de St-Omer de 1593 où dele est mentionné au sens de quartier de terre. Citons dans le Pas-de-Calais : La Bradelle (la large delle), ferme à Hingues, c. Béthune, et Delettes, c. Lumbres.

98 Fouché, II, 229, 261.

99 Godefroy, op. cit., art. dale.

100 Les formes citées par M. Musset, hafod ou hafud, ne sont pas attestées en ags. qui ne connaît que la forme hêafod, avec la diphtongue êa provenant régulièrement du germ. com. au. Celle-ci a été transcrite à cette époque par ea, ei et e (cf. Feilitzen, 60) et n’aurait pu aboutir à o dont rend compte le seul vnor. haufudh ou höfudh. Signalons ici un h. de Sainte- Mère-Eglise, c.l.c, Manche, portant le nom de Vendinc.

101 W., I, 281.

102 T aurait été en effet maintenu jusqu’à nos jours.

103 Cf. Feilitzen, op. cit., 240.

104 Cf. Feilitzen, op. cit., 198.

105 Fouché, II, 444, 2°.

106 Feilitzen, op. cit., 54.

107 FEILITZEN, op. cit., 13.

108 L., § 1229.

109 L., § 924, pense que L’Anglure (Marne) est d’origine franque. C’est peu probable.

110 Cf. New English Dictionary, Oxford, tome VIII, 1914.

© Presses universitaires de Caen, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable