Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'élevage en Normandie, étude géographique. Volume I

 | 
Armand Frémont

Troisième partie. Du Pays de Caux à la Plaine de Caen : polyculture et élevage

Chapitre I. Le pays de Caux

Une association exemplaire des cultures et de l’élevage

Texte intégral

  • 1 Maupassant, Contes et Nouvelles, Albin Michel, « Le Vieux », p. 137 (1884).

1« Un tiède soleil d’automne tombait dans la cour de la ferme, pardessus les grands hêtres des fossés. Sous le gazon tondu par les vaches, la terre, imprégnée de pluie récente, était moite, enfonçait sous les pieds avec un bruit d’eau ; et les pommiers chargés de pommes semaient leurs fruits d’un vert pâle, dans le vert foncé de l’herbage. Quatre jeunes génisses paissaient, attachées en ligne, et meuglaient par moment vers la maison »...1.

2« De place en place, dans un champ de trèfle, des vaches écroulées lourdement, le ventre répandu, ruminaient sous le grand soleil. Des charrues dételées attendaient au coin d’un labouré ; et les terres retournées, prêtes pour la semence, développaient leurs larges carrés bruns au milieu des pièces jaunes où pourrissait le pied court des blés et des avoines fauchés depuis peu.

  • 2 Maupassant, Ibid., 1959, « La Martine », p. 111 (1883).

3« Un vent d’automne un peu sec passait sur la plaine, annonçant une soirée fraîche après le coucher du soleil... »2.

4Quelques lignes de Maupassant campent mieux qu’une description trop minutieuse le Pays de Caux dans sa richesse immuable. Depuis le xixe siècle finissant, depuis l’époque de la trop belle Martine et du Vieux qui n’en finissait pas de mourir, rien, en effet, ne semble avoir changé. Ni les hommes qui ont modifié les techniques de leur travail, mais non le tréfonds de leur psychologie. Ni le paysage, ni même les principes essentiels du système agricole. En quelques lignes, le romancier concentre toute la matière que doit disséquer le géographe : l’humidité du climat qu’interrompent seulement les rafales venues de l’est et du nord ; l’originalité de l’habitat (« les grands hêtres des fossés... ») ; le parcellaire en damier trapu (« de larges carrés bruns... ») ; les types d’utilisation du sol (l’herbage, le champ de trèfle, les céréales, les pommiers...) ; l’association des cultures (l’assolement classique, blé, avoine, trèfle, est cité) et de l’élevage (vaches, veaux) avec un luxe de détail concis qui va jusqu’à la technique de l’élevage (« quatre jeunes génisses... attachées en ligne »). En deux paragraphes, Maupassant ajoute ce que le meilleur géographe est souvent impuissant à exprimer, la vibration de la matière vivante, « terre moite », « vaches écroulées, le ventre répandu »...

  • 3 A titre d’exemple : Demongé (G.), Les Terreux, Panoramas Cauchois -Fécamp, Durand et fils, 1955.
  • 4 Sion (J.), 202, 1908 ; Demangeon (A.), 80, 1947 ; Bloch (M.), 108, 1955 ; Musset (R.), 195, 1955 ; (...)
  • 5 Siegfried (A.), 326, 1909 ; Elhaî (H.), 307, 1965.
  • 6 Agafonoff (M.V.) et Brioux (Ch.), 306, 1931 ; Jouis (E.) et Lecacheux (M.-Th.), 317, 1965 ; Lautri (...)

5Les études sur le Pays de Caux ne manquent pas. Dans l’évocation inspirée des paysages, il convient d’ajouter les descriptions de Flaubert à celles de Maupassant ainsi que les pochades malicieuses des conteurs normands3. En outre, depuis le début du siècle, ce quadrilatère de hautes terres qui monte de la Hève (100 m) aux confins du Pays de Bray (210 m) en une pente continue et que termine au nord le mur crayeux des falaises de la Manche, au sud la vallée à grands méandres de la Basse-Seine, semble avoir attiré tous les types d’études savantes. Les meilleures plumes, et notamment celles de Jules Sion, d’Albert Demangeon, de Marc Bloch, de René Musset ont décrit minutieusement le paysage rural dont l’originalité reste néanmoins énigmatique. Grandes cours plantées où se dispersent les bâtiments d’exploitations parallèlement aux côtés du rectangle que ferme le « fossé » (talus) d’enceinte surmontée d’une double rangée d’arbres de haut jet, parcellaire de plaine en « blockflur » aux pièces de forme trapue bien concentrées autour des exploitations, association des fermes en hameaux-nébuleuses de 4 à 10 unités, ce paysage agraire dix fois décrit n’a pas livré le secret de ses origines4. D’autres aspects du Pays de Caux ont attiré les chercheurs. En 1909, André Siegfried consacrait une étude au « régime et à la division de la propriété dans le Pays de Caux », révélant l’importance du fermage. Tout récemment, H. Elhaï a minutieusement analysé la propriété foncière des citadins5. Aux nombreux travaux dispersés concernant le relief et les sols en tête desquels se placent les études de la Station Agronomique de Rouen, vient s’ajouter l’importante contribution de J.-P. Lautridou qui traite dans une thèse récente des formations superficielles et de la morphologie du Pays de Caux occidental6. Enfin, la thèse de Jules Sion écrite en 1908, modèle d’étude régionale, fournit une remarquable synthèse des connaissances historiques et géographiques de l’époque.

Figure 52. – Le Pays de Caux et ses bordures – Croquis régional

  • 7 Frémont (A.), 311, 1956 ; Frémont (A.), 312, 1957 ; Frémont (A.), 313, 1959.

6Toutes ces études auxquelles on peut ajouter une contribution personnelle7 concernent surtout l’infrastructure physique, les structures foncières et les superstructures de paysage et d’habitat de l’économie cauchoise. Elles n’épuisent pas ces sujets, mais elles fournissent cependant une base de connaissances assez précises et assez connues pour dispenser d’en reprendre longuement ici l’analyse. Tous ces aspects ne seront donc évoqués que très brièvement afin de mieux concentrer l’attention sur ce qui a été le moins étudié, sauf par Sion en son temps, et qui cependant est essentiel : l’économie agricole elle-même, le remarquable équilibre et l’efficacité de l’association culture-élevage.

  • 8 Cartes, Atlas de Normandie, notamment D5, D7, D11.

7Les cartes de l’Atlas de Normandie, quelle que soit la production considérée, mettent toujours le Pays de Caux en valeur. Celui-ci se classe, comme la Manche ou comme le Pays d’Auge, parmi les régions à très fortes densités bovines ; mais en plus, il accumule les magasins de stockage de céréales, il se place en tête des pays normands producteurs de blé, de betteraves sucrières et de lin, les plus importantes des cultures de vente8. Dans tous les secteurs fondamentaux de l’agriculture et de l’élevage, le Pays de Caux se classe en tête. Les résultats obtenus par les Centres de Gestion montrent encore que là se trouve la concentration des produits bruts à l’ha les plus élevés. Sans aucune contestation possible, les petites régions légumières étant exceptées, le système agricole du Caux se présente comme le plus intensif de toute la Normandie, et, sans doute, comme un des plus intensifs de France. Dans le cadre d’une étude des systèmes d’élevage, sa place est fondamentale.

I. – LES FONDEMENTS DE LA RICHESSE CAUCHOISE

  • 9 Voysin de la Noiraye, éd. Esmonin, 119, 1913.

8La richesse du Pays de Caux se traduit par la concentration sur la même Surface de forts rendements culturaux et de chargements en bétail élevés. Ce phénomène semble assez ancien et dès 1665 l’Intendant de la Généralité de Rouen pouvait affirmer : (le Pays de Caux) « est très fertile en grains, et il y a grands nombres de troupeaux de moutons.»9.

9Avant de pouvoir analyser les deux termes de cette combinaison, une question préalable se pose, interrogation classique de la géographie régionale. Quels facteurs spécifiques, en effet, ont pu favoriser la localisation sur ce vaste plateau entre Seine et Manche du système agricole le plus intensif de toute la Normandie ? Faut-il estimer que se trouve réuni ici tout un faisceau de conditions naturelles exceptionnelles et que le Caux doit être classé parmi les terres « bénies des dieux » ? Ou doit-on penser, au contraire, que le milieu physique n’a rien qui le distingue de façon décisive et que ce sont avant tout les hommes, les situations historiques, l’évolution des structures économiques et des marchés régionaux qui ont fait du Caux ce qu’il est ? L’importance du problème appelle la clarté du raisonnement. La réalité géographique impose finalement une réponse normande, c’est-à-dire non pas un faux-fuyant ambigu mais un jugement nuancé.

1° DE BONNES CONDITIONS NATURELLES

10Pour que la combinaison des cultures et de l’élevage réussisse aussi bien sur le plateau de Caux, il faut que les conditions naturelles soient aussi favorables pour les deux termes de l’association, que les sols soient aussi aptes au labour qu’à l’herbage et que le climat convienne au mûrissement des céréales autant qu’à la maturation des betteraves ou à la croissance fourragère. C’est dans cette perspective que doivent être analysées les aptitudes naturelles du Pays de Caux. Celles-ci réunissent-elles des qualités qui généralement semblent inconciliables ? Telle est la question.

a) Un climat rude et incertain

  • 10 Sion, 202, 1908 - Pédelaborde, 54, 1957.

11Du climat cauchois, J. Sion et P. Pédelaborde donnent à un demi-siècle d’intervalle deux images complémentaires10. A première vue, celles-ci paraissent inconciliables. Le premier paragraphe de Sion est en effet consacré à vanter la douceur du temps cauchois : « le Caux et les plateaux voisins sont des régions où la chaleur est douce et égale, où les extrêmes sont rares et relativement faibles ». P. Pédeborde, au contraire, insiste dès ses premières phrases sur la rudesse du climat : « La même rudesse caractérise d’ailleurs tous les types de temps et toutes les masses d’air, maritimes ou continentales. Sous le même ciel gris et bas, les rafales d’Ouest et la bise du Nord semblent aussi glacées que l’air plus calme des anticyclones brumeux ». En fait, une connaissance empirique de l’atmosphère cauchoise donne raison à P. Pédelaborde, et Sion lui-même lorsqu’il s’écarte d’un examen trop général des moyennes, fournit de très nombreux arguments à la thèse du géographe contemporain.

12Pour celui-ci, le vent constitue l’élément essentiel de la rudesse du climat cauchois. « La violence s’explique par l’exposition et le relief : aucun obstacle ne protège ce môle plat tourné vers l’ouest et dominant la mer de 200 m ». Le vent se manifeste avec le maximum de violence pendant l’hiver, vents d’Ouest, de Sud-Ouest et de Nord-Ouest dominants, tout chargés d’humidité et qui contribuent sur un plateau sans abri à rendre l’atmosphère très désagréable pour les bêtes comme pour les hommes, même si les températures n’atteignent que rarement les plus bas niveaux. Le Caux, cependant, n’échappe jamais aux grands froids. Chaque hiver, ou presque, après deux ou trois jours de ciel totalement obscurci et de lourdes précipitations neigeuses le long d’un front froid, éclatent l’atmosphère limpide et le gel profond d’un temps anticyclonique continental à peine atténué. La période en est variable (de décembre à février), la durée généralement assez brève (mais souvent une semaine), la fréquence cependant plus grande qu’en n'importe quelle autre région de Normandie, surtout au centre du plateau. Les moyennes de Sanson ne donnent des renseignements sur le nombre de jours de gel et de neige que pour des stations littorales où les effets du froid se font le moins nettement sentir. Le Havre n’en compte pas moins 7 jours de neige, soit plus que Lisieux ou que n’importe quelle station du Cotentin et autant qu’une ville du Bocage comme Domfront. C’est à Yvetot, pour lequel aucune indication chiffrée ne nous est donnée que les précipitations neigeuses semblent bien être parmi les plus importantes de toute la Normandie par la conjonction du froid et de l’humidité. De décembre à mars, les températures moyennes d’Yvetot restent inférieures de 0,5° à celles de Caen et de plus de 1° à celles de Ste-Marie-du-Mont. L’écart maximum est de 1°2 avec Caen en février (4°/5°2) et de 1°7 également en février avec Ste-Marie-du-Mont (4°/5°7). A la rudesse de l’hiver cauchois, il conviendrait d’ajouter la longueur. Le « mauvais temps », hésitant entre le gel et la pluie, commence en octobre pour ne se terminer qu’en mai.

Figure 53. – Quelques données sur le climat du Pays de Caux
(d’après Sanson)

13Tous ces caractères de l’hiver ne donnent aucun avantage au Pays de Caux sur les autres régions, bien au contraire. Certes, la rudesse des types de temps ne nuit pas vraiment aux cultures, sauf lorsque le gel est très profond (ce qui reste exceptionnel) ou lorsqu’il survient en fin de saison alors que la végétation a commencé sa croissance et qu’aucune couverture neigeuse ne protège le sol (ce qui est plus fréquent). Le froid, et surtout le vent, nuisent plus franchement aux pommiers qui ne poussent bien qu’à l’abri de la double rangée de hêtres des cours. Ils rendent pénible le travail des hommes qui s’arrête dans la « plaine » pendant toute la « morte saison ». Enfin, la rudesse de l’hiver est franchement défavorable à l’élevage. Ou, plus exactement, elle impose des formes d’élevage très différentes de celles des meilleures régions de Basse-Normandie : elle oblige à stocker d’importantes réserves de fourrages ; elle impose une longue stabulation de novembre à avril (stabulation qui est complète, nocturne et diurne, de janvier à mars). Dans ce contexte du rude hiver cauchoix, apparaît à sa juste valeur le confort des grandes cours. La « plaine » se vide totalement. La vie des hommes et des bêtes se concentre alors dans le rectangle des cours, jouissant d’un microclimat moins perturbé, à l’abri des hauts talus et des grands arbres, entre les longs murs des bâtiments qui coupent le vent, et sous les branches des pommiers qui dispersent les rafales.

Figure 54. – Le bilan Précipitations/Evapotranspiration à Dieppe, Rouen, Yvetot (1954-1958)

14Pendant la belle saison, de nouvelles difficultés surgissent et, spécialement, l’incertitude du temps qui fait succéder rapidement aux « belles journées anticycloniques » des séquences perturbées, souvent violemment. Entre les exigences de la production fourragère et celles de la croissance, du mûrissement et de la récolte des céréales se dresse une contradiction quasi permanente. L’éleveur souhaite le plus souvent « de l’eau » et le céréalier du soleil. Or le Cauchois est à la fois céréalier et éleveur, bien placé, par conséquent, pour se plaindre pendant toute l’année. Les désirs convergent cependant au printemps. En avril et mai, l’humidité est nécessaire pour les cultures comme pour les herbages. Cette saison, la plus inconstante de toutes selon Sion, répond irrégulièrement à l’attente des agriculteurs. Statistiquement, c’est la plus sèche, le Caux étant protégé selon P. Pédelaborde des « abats de S-E ». Plus tard, à partir de juin pour les foins, en juillet et en août pour les moissons que le réchauffement relativement faible de l’été rend assez tardives (de la mi-juillet à la fin août), le paysan cauchois redoute surtout l’excès de l’humidité. Or les précipitations augmentent sensiblement en été, non par le nombre de jours de pluies, mais par la somme totale, ce qui révèle une plus grande intensité des abats au moment où ils sont le moins souhaités. Presque chaque année, s’abattent des averses orageuses, concentrées et violentes, de brutales précipitations de grèle, inutiles pour la croissance de l’herbe, désastreuses pour les récoltes de céréales. Sion a donné une longue et très suggestive description de ces phénomènes que P. Pédelaborde attribue aux « effets conjugués du relief d’ensemble, des canalisations locales et des contrastes de sols » qui déclenchent une activité orageuse intense. Dans les séries de Sanson, Le Havre se classe en tête des stations normandes pour le nombre de jours d’orage (16, dont la moitié de juin à août). Le chiffre serait probablement plus élevé encore dans les secteurs comme ceux de Clères (à l’est) ou de Goderville (à l’ouest) qui sont, d’après Sion, les plus fréquemment touchés par les orages et par la grèle.

15Le tableau climatique du Pays de Caux n’est pas celui d’une région de rêve. On ne doit cependant pas le noicir à l’excès. L’humidité de l’atmosphère, l’abondance des précipitations, la faible durée des grands froids pendant l’hiver restent d’éminentes qualités pour une région d’élevage. Mais on doit bien constater que le grand plan incliné et sans abri du Caux ne possède aucun avantage d’ordre climatologique sur les autres régions de Normandie. Tout au contraire, le faciès aux contrastes plus violents du temps cauchois constitue un handicap relatif. Aucune douceur dans ce climat, mais de la rudesse et beaucoup d’incertitude qui donnent sans doute au paysan sa vigueur dans l’action et sa prudence dans le jugement.

b) Des sols de toute première qualité

  • 11 Lautridou, 320, 1965. L’étude qui suit doit beaucoup à des conversations avec J.-P. Lautridou.

16Dans une étude récente11 sur les formations superficielles de la région de St-Romain, J.-P. Lautridou a montré combien l’image d’un relief cauchois uniforme et plan représente une simplification excessive de la réalité. Une description valable pour les Plaines de l’Eure et à un moindre degré pour les plateaux picards ne l’est absolument pas pour le Pays de Caux. Celui-ci, il est vrai, forme, dans son ensemble, un grand plan incliné dont la pente générale est d’une remarquable régularité depuis la Hève (100 m.) jusqu’au Bray (210 m). Cette topographie très rigide, à petite échelle, correspond directement à la surface tertiaire, soulevée et légèrement basculée. Mais l’étude détaillée de la topographie et des formations superficielles révèle un modelé très varié où alternent, après les falaises rigides du littoral ou celles plus irrégulières de la vallée de la Seine, quelques grandes vallées bien drainées et nettement encaissées, un réseau dense de vallées sèches aux versants à pentes fortes et un dédale de petits vallons peu encaissés qui animent partout la surface du plateau proprement dit. Comme l’écrit fort bien J.-P. Lautridou, « la surface du Pays de Caux est constituée en fait par une succession ininterrompue de versants assez courts et en pente douce ». Cette analyse du relief est capitale pour comprendre un des traits les plus fondamentaux de la géographie humaine qui oppose à une remarquable homogénéité d’ensemble une variété très changeante dans le détail, de commune à commune, d’exploitation à exploitation.

  • 12 « On appelle presle, dans le Pays de Caux, une bouillie limono-sableuse de craie, emballant parfoi (...)

17Plusieurs vallées bien drainées fragmentent le Pays de Caux. Au nord, se dirigeant vers la Manche, la rivière de Valmont, la Durdent, la Saane, la Scie et l’Arques, enfin l’Yères, cette dernière traversant le Petit Caux. Au sud, se jetant dans la Seine, la Lézarde et la rivière de St-Laurent, la rivière de Bolbec, la Ste-Austreberthe, le Cailly. Toutes ces vallées s’encaissent nettement à l’intérieur du plateau et présentent, avec des modalités qui varient assez souvent selon les secteurs, un fond plat, étroit de quelques centaines de mètres, des versants abrupts et souvent dissymétriques que recouvrent des dépôts variés, limons de versants, argile à silex remaniée, presle, éboulis de silex12. Par l’importance de l’encaissement (souvent une cinquantaine de m.) et par conséquent de la pente des versants, par la médiocrité de la plupart des dépôts, parfois podzolisés, les principales vallées cauchoises se distinguent radicalement des plateaux. Elles n’offrent que de bien médiocres terroirs. Les fonds peuvent être consacrés aux prairies ou aux cultures maraichères, mais ils ne sont guère développés. Des bois tapissent la plus grande partie des versants.

18A ces vallées drainées, s’ajoutent de nombreuses vallées sèches, presqu’aussi nettement encaissées que les précédentes et dont les dépôts sont au moins aussi médiocres. J.-P. Lautridou a spécialement étudié celles qui du NE au SO fragmentent la partie méridionale du plateau entre Tancarville et Harfleur. Là dominent la presle grossière (emballant de nombreux cailoux) et toutes les formes de remaniement de l’argile à silex. Les sols développés sur de fortes pentes, pierreux, parfois trop filtrants, parfois trop compacts, sont inutilisables pour la culture et plus favorables au taillis qu’à l’herbage.

  • 13 A ce sujet, Jouis (E.), Lecacheux (M.-Th.), Cauchy (F.), 262, 1959.

19Aux terroirs de vallées, sèches ou drainées, il convient d’ajouter encore d’autres zones très médiocres, voire totalement inutilisables : les falaises verticales des côtes de la Manche qui isolent totalement le monde paysan du Caux des activités traditionnelles du littoral ; les versants un peu moins abrupts, plus variés, mais de très faible intérêt agricole qui séparent le plateau de la Vallée de la Seine ; les grands lobes convexes des méandres de la Seine (Lillebonne-St-Maurice-d’Etelan, Duclair-Jumièges, Roumare) où, sur des formations sablo-caillouteuses d’alluvions anciennes, de mauvais herbages et labours mordent sur les forêts13. Toute la périphérie du Pays de Caux, et spécialement la bordure méridionale, se trouve ainsi oblitérée par la dentelle irrégulière d’une série de terroirs très médiocres.

20Mais au centre, entre les échancrures des vallées et dès que s’arrête le mur abrupt des falaises, le plateau cauchois offre de tout autres conditions. Là, en effet, les limons tapissent une topographie de plateau proprement dit et de légers vallons à pentes très faibles, à peine encaissés en contre-bas de la surface principale.

  • 14 Agafonoff (V.) et Brioux (Ch.), 306, 1931 ; Jouis (E.) et Lecacheux (M.-Th.), 317, 1956 ; Jouis (E (...)

21Les études des pédologues, des morphologues et des agronomes permettent d’avoir une bonne connaissance des limons cauchois14. On sait que ceux-ci peuvent atteindre et dépasser 10 m. d’épaisseur. Ils sont constitués par trois séries principales de loess würmien qu’encadrent deux lehms argileux, le lehm post-würmien qui donne la « terre à brique » des couches supérieures, et le lehm Inter-Riss-Würm qui constitue généralement la base du complexe en l’absence de limons représentatifs des plus anciennes périodes froides. Des processus éoliens se trouvent à l’origine de ces formations. Ils permettent de rendre compte de l’évolution d’ouest en est de la composition physique des limons, de plus en plus argileux vers l’est, de plus en plus sableux vers le littoral, les particules les plus fines des prélèvements effectués au niveau de la Manche ayant été transportées plus loin par les vents dominants d’ouest. L’alternance ou la concurrence de processus de ruissellement, de nivation, de lehmification, de solifluxion, etc., expliquent l’hétérogénéité de la composition verticale des limons où se succèdent des structures et des couleurs assez nettement différentes, des séries argileuses (par exemple « la terre à brique ») et sableuses (par exemple, l’« ergeron »). Toutes ces distinctions permettent d’établir d’importantes nuances régionales (par exemple, la dégradation d’ouest en est de la composition physique) qui se retrouvent dans le domaine de la géographie agricole.

Figure 55. – Analyse de limons cauchois (d’après Jouis et Lecacheux)

22Mais, globalement, ce sont les remarquables qualités des limons qui marquent de leur empreinte l’ensemble du Pays de Caux.

23Cependant, la composition chimique de ces formations n’est pas satisfaisante, un déficit à peu près général en chaux en constituant le principal défaut. Cette insuffisance qui tend à s’accroître vers le littoral ne paralyse cependant la capacité d’échanges des sols et de tout temps la pratique du « marnage » (apports de craie dans les champs) a été facilitée par la proximité des carrières de craie qui s’ouvrent sur les versants des vallées et a permis de corriger efficacement le seul défaut important des sols cauchois.

24La composition physique des formations superficielles, par contre, est favorable à tous les modes d’utilisation du sol. Le labour comme l’herbage trouvent d’excellentes assises sur des terres qui se caractérisent par leur fine texture, leur faible pierrosité, leur grande épaisseur, leur très bonne aération. Leur capacité de rétention hydrique, surtout, donne aux limons cauchois toute leur valeur. Car l’eau peut s’infiltrer dans les horizons sableux mais les strates argileuses intercalées forment autant de barrages qui retardent ou arrêtent une percolation trop profonde. Les limons sont assez épais pour éviter les méfaits de la saturation, mais assez hétérogènes pour pouvoir constituer une sorte d’immense réservoir d’humidité qui corrige en grande partie les incertitudes du climat. D’importantes différences existent cependant selon les régions. On retrouve notamment l’opposition entre la zone littorale aux horizons superficiels très filtrants et les plateaux de l’intérieur où le lehm forme un écran plus ou moins compact entre la surface et l’épaisseur du loess. Partout cependant, dans les très nombreux vallons, les sols ont une capacité de rétention hydrique élevée, comme J.P. Lautridou l’a bien montré. Formés dans le loess même, ils permettent une concentration relative de l’humidité tout en évitant les inconvénients d’une sursaturation grâce à un bon drainage souterrain et aux infiltrations.

  • 15 L’absence d’eau sur le plateau, la profondeur des nappes constituèrent pendant très longtemps de l (...)

25Les qualités remarquables des limons cauchois corrigent très largement les aspects négatifs du climat et elles permettent d’oublier la médiocrité des formations marginales, infiniment moins étendues. Bon support d’engrais malgré ses insuffisances en chaux, facile à travailler, réservoir permanent d’humidité, le limon cauchois constitue un instrument de première qualité au service des cultivateurs aussi bien que des éleveurs15

2° DES STRUCTURES SOLIDES ET SOUPLES

  • 16 Sur l’importance du fermage dans la vie régionale : Frémont, 313, 1959.

26A l’excellence des conditions naturelles sur le plateau cauchois, s’ajoutent les remarquables qualités des structures agraires, foncières et démographiques. Celles-ci constituent une combinaison régionale aussi simple dans ses rapports contemporains qu’elle apparaît complexe si on veut tenter de comprendre ses origines. Le régime du fermage, en effet, domine les structures du Pays de Caux, et même s’il s’est trouvé atténué depuis un quart de siècle, les principes qui le commandent dirigent la vie sociale, déterminant notamment la solidité des structures d’exploitation et la richesse du dynamisme démographique. Le fermage constitue, sans conteste, le pilier central de l’originalité cauchoise16.

a) Le régime du fermage

  • 17 Favier (J.), 309, 1963.

27Dès le début du siècle, Jules Sion et André Siegfried ont attiré l’attention sur l’importance du fermage dans le Pays de Caux. A cette époque, les propriétaires non exploitants, le plus souvent des nobles et des bourgeois d’affaires ou de robe, possédaient plus de 90 % des terres du Caux, la proportion augmentant dans le Caux occidental jusqu’à atteindre 97 % dans le canton de Montivilliers. Jules Sion s’est efforcé de déchiffrer les origines de ce régime. Il a pu montrer que le fermage se trouvait déjà solidement en place à la fin du xviiie siècle (1780) alors qu’au xiiie siècle, la plus grande partie du sol était cultivée par des tenanciers héréditaires qui, moyennant le paiement d’un cens fixe, de droits féodaux déterminés, ne pouvaient en être dépossédés. Des études plus récentes comme celle de J. Favier confirment ce point de vue17. Le régime du fermage, sous sa forme moderne, s’est donc très probablement mis en place entre le xv et le xviiie siècle. Après les guerres dévastatrices des xve et xvie siècles, a pu se produire une concentration agraire au profit des bourgeoisies urbaines des grandes villes de Haute-Normandie (et notamment des centres industriels et maritimes) ainsi que de Paris. Ce processus n’a fait encore l’objet d’aucune étude mais il est très vraisemblable que la mise en place des structures cauchoises est contemporaine de celle des grandes régions herbagères. La concentration agraire s’est opérée parallèlement dans les deux systèmes mais le développement des grandes villes marchandes de Haute-Normandie a conféré au bon moment leur originalité aux structures cauchoises en imposant le fermage. Il appartient aux historiens de confirmer ces hypothèses.

Figure 56. – La répartition des propriétés foncières dans une commune du Caux : St-Laurent-de-Brèvedent

  • 18 Elhaï (H.), 307, 1965 - Frémont (A.), 311, 1956.

28Les études sur le fermage cauchois ont été récemment complétées par la thèse d’H. Elhaï qui a mis spécialement en valeur le rôle des bourgeoisies citadines et qui a délimité des aires d’influence foncière. Des analyses sur l’évolution contemporaine du régime lui-même18 permettent de rectifier le tableau foncier du début du siècle : la propriété noble a reculé ; parmi les propriétaires urbains, de nouvelles classes (ingénieurs, professions médicales, notaires, etc...) se substituent progressivement à la vieille bourgeoisie des rentes, du négoce et des manufactures ; enfin et surtout, progresse une bourgeoisie rurale qui comprend des propriétaires exploitants (18 % des surfaces dans le Caux occidental en 1954 contre 5 % environ au début du siècle) et des fermiers enrichis qui ont acheté des terres, le plus souvent hors de la commune où ils restent fermiers. Le régime du fermage s’est donc assez profondément transformé, surtout depuis 1920-28, principale époque d’appropriation foncière par les grands fermiers enrichis.

29Le fermage n’en reste pas moins une des assises maîtresses des structures cauchoises. Ce système, on le sait, ne manque pas d’inconvénients. Il prélève sur les revenus agricoles une rente foncière qui oscille généralement entre 200 et 250 F par ha (1962). Il n’assure au fermier qu’une sécurité très relative. Jusqu’en 1945, le bail de 9 ans réglait la vie des exploitants et le patrimoine de nombreuses fermes se trouvait dégradé par les négligences de ceux qui ne se sentaient pas sûrs de rester en place (défauts de marnage, épuisement systématique des terres en fin de bail). Depuis la mise en application du statut du fermage, la stabilité des fermiers a été renforcée. Mais le régime actuel n’assure aucune sécurité durable à des entrepreneurs dont les investissements deviennent de plus en plus importants : le fermier reste à la merci d’une reprise de l’exploitation en fin de bail par le propriétaire lui-même. Or ce risque devient plus fréquent avec la transformation progressive de la classe des propriétaires où les ruraux (riches fermiers, marchands de bestiaux. etc.) se développent aux dépens des citadins. Enfin, l’encombrement du marché des fermes, l’offre étant très insuffisante par rapport à la demande, autorise toutes les surenchères. On ne peut devenir fermier qu’en pratiquant le « dessous de table », c’est-à-dire en versant à la signature d’un premier bail des sommes pouvant atteindre 1 500 à 2 000 F. par ha (1962) que se partagent selon les circonstances les puissances du moment, propriétaire, notaire, homme d’affaires, fermier sortant.

30Dans la logique du système libéral dont il est né, il existe une loi d’airain du fermage que corrigent à peine les plus minutieuses législations. L’évolution récente confère au fermier des avantages certains, mais parallèlement, les nouveaux propriétaires deviennent plus exigeants, augmentant hors de tout contrôle les « dessous de table », obligeant parfois les fermiers à acheter leur cour, ce qui laisse au propriétaire des revenus nets (ceux des terres) et au locataire toutes les charges (l’entretien des bâtiments toujours contesté). Le fermier reste soumis au propriétaire parce que celui-ci est riche, parce qu’il possède non seulement « du bien » (la terre), mais encore « des biens » (revenus des affaires, du commerce et de l’industrie, rentes immobilières, etc.). Et ceci, plus que la loi, confère l’autorité.

31Un tel système devrait broyer les exploitants et paralyser l’économie s’il n’avait sa propre logique qui dépasse les contigences humaines. La classe des propriétaires évolue, mais son renouvellement assure celui du capital foncier par des opérations qui n’ôtent rien au capital agricole d’exploitation comme c’est souvent le cas en Basse-Normandie. Certes, les « dessous de table » constituent un nouveau type d’immobilisation. Mais les fermages exigés (qui doivent être confrontés avec des produits bruts élevés) sont modestes par rapport à ceux du Bocage et des régions herbagères. Surtout, et au moins jusqu’à une époque toute récente, le régime dominant du fermage place les exploitants au-dessus des aléas familiaux. On peut fragmenter un petit héritage bocain. On peut morceler une grande propriété composée de plusieurs fermes. On ne divise pas une ferme cauchoise La coutume de Caux s’y opposait qui laissait le « bien » à l’ainé. De même, les usages modernes qui considèrent la ferme comme une valeur fondamentale, unité de base de tout le système économique et social. On concentre plusieurs fermes lorsque l’évolution économique l’exige. La loi d’airain du fermage a provoqué l’émigration, pendant les crises, de masses de petits fermiers ruinés. Pendant les périodes favorables, elle exige beaucoup de ceux qui veulent exercer la profession. Le système bocain est fait pour les pauvres. De plus en plus, celui du Pays de Caux ne prête qu’aux riches. Mais en plaçant l’unité de production au-dessus de l’intérêt du producteur, il permet toutes les adaptations qui assurent la permanence de l’efficacité économique.

b) La concentration des exploitations

  • 19 Frémont (A.), 311, 1956.

32L’étude des matrices cadastrales dans le Pays de Caux occidental ne permet pas de déceler une concentration de la propriété foncière19. On enregistre même un recul de la grande propriété noble, une dégradation ou un renouvellement de la propriété des bourgeois du Havre, de Rouen ou de Fécamp... Cependant, plus difficiles à déceler dans les statistiques, de nouvelles concentrations foncières se réalisent qui se diluent dans un grand nombre de communes. Jadis, bien groupée autour du château, la grande propriété ne se cachait pas. Elle dominait la vie locale. Maintenant, les grands propriétaires achètent des fermes un peu partout entre Le Havre et Rouen. Plus discrets, ils n’en jouent pas moins un rôle fondamental dans la vie régionale. Ici, un médecin dont le père fut un notaire particulièrement avisé. Là un marchand de bestiaux qui fit fortune pendant la guerre de 1914 au cours de la panique que provoqua chez les paysans la plus forte poussée allemande. 90 ou 100 ha dans telle commune, 25 ha dans telle autre, mais un millier d’ha au total. Tels sont les 5 à 10 « grands » de la propriété cauchoise parmi lesquels restent quelques nobles. Ils « travaillent » par l’intermédiaire d’une poignée de notaires et d’hommes d’affaires de Rouen ou des chefs-lieux de canton. Avec cela, de très solides positions politiques, des amitiés dans les partis conservateurs auxquels fait régulièrement confiance le suffrage universel des fermiers.

  • 20 Frémont, 311, 1956.

33La concentration des exploitations agricoles apparaît beaucoup plus nettement. Un sondage effectué dans 6 communes du Caux occidental révèle une diminution de 248 à 189 exploitations entre 1891 et 1954. Généralement, on estime à 15 % le nombre de fermes qui ont disparu depuis le début de ce siècle. Dans quatre communes, le sondage a pu être poussé jusqu’en 1836. Il met en évidence l’ancienneté de la concentration, mais aussi son accentuation depuis la fin du xixe siècle. De ce phénomène, les preuves abondent, telles les cours aux formes insolites (réunion de plusieurs rectangles) où des maisons d’ouvriers agricoles ne sont que des vieilles demeures de petites fermes absorbées par une grande20. Jusque vers 1900, les petites exploitations de moins de 10 ha étaient très nombreuses, surtout dans la partie occidentale du Caux. Elles occupaient, dans la misère, de modestes familles de fermiers qui trouvaient dans l’artisanat textile, le travail de journalier ou la garde d’enfants en nourrice un complément indispensable aux revenus agricoles. La quasi totalité de ces fermes ont été éliminées lorsque les ressources d’appoint (et notamment l’artisanat textile) disparurent. Les familles pléthoriques des petits fermiers cauchois sont allées nourrir les rangs des prolétariats rouennais et havrais. Maintenant, les fermes de 10 à 25 ha sont menacées, mais la concentration s’est affaiblie à cause des surenchères qui interviennent sur un marché des exploitations de plus en plus encombré par les demandes.

  • 21 Atlas de Normandie, Carte D2.

34Au terme de cette évolution, la répartition des exploitations agricoles apparaît encore très hétérogène à l’intérieur du Pays de Caux21. De commune à commune des oppositions frappantes révèlent parfois le fonds le plus ancien des structures médiévales que les concentrations bourgeoises n’ont pas totalement effacées : ici, un finage remarquablement concentré issu d’une vieille réserve médiévale (St-Laurent-de-Brèvedent, fermes du château), là un « carreau » autour duquel se dispersent les exploitations petites et moyennes d’un ancien village (St-Laurent-de-Brèvedent, le Carreau), plus loin les fermes éparses le long d’une rue, d’un « boel » de défrichement (St-Nicolas-de-la-Taille). Une des oppositions les plus schématiques est celle qui juxtapose les deux structures agraires des communes voisines de Fongueusemare et de Cuverville au sud d’Etretat : dans le premier cas, un vaste damier de grandes parcelles-blocs sur un beau plateau limoneux, 800 ha dont 570 occupés par 6 grosses fermes de plus de 50 ha ; dans le deuxième cas, un parcellaire morcelé avec des quartiers laniérés en bordure d’une vallée sèche boisée, 450 ha dont 270 dépendant de 33 petites fermes de moins de 20 ha.

35Mais au-delà des multiples oppositions locales, s’imposent l’harmonie générale des structures cauchoises et les principales nuances de leur répartition régionale (20). Dans la très grande majorité des communes, et spécialement au centre du plateau, domine en effet, sous deux modalités légèrement différentes, le même type de répartition des exploitations agricoles : les surfaces occupées par les grandes, les moyennes et les petites exploitations s’équilibrent (teinte jaune de la carte), ou bien les exploitations moyennes l’emportent, détenant 40 à 60 % de la surface totale (rayures brunes). Cette répartition fait de l’exploitation comprise entre 20 et 50 ha, ou plus précisément de l’exploitation de 25 à 40 ha, l’épine dorsale de l’économie cauchoise. Dans deux zones cependant, les structures diffèrent assez sensiblement du schéma général ; dans le Pays de Caux occidental, et notamment le long du littoral entre Le Havre et Fécamp, les petites exploitations tendent à l’emporter ; au contraire, dans la zone littorale et sublittorale située entre Fécamp et Dieppe, les grandes exploitations deviennent plus nombreuses. A ces deux exceptions près, la répartition des fermes laisse une part à peu près égale aux grandes et aux petites exploitations qui encadrent la masse des exploitations moyennes. La concentration s’établit ainsi à un niveau très modéré. La petite exploitation « familiale » de moins de 25 ha, la ferme moyenne de 25 à 45 ha qui emploie un ou plusieurs ouvriers et la « grosse » ferme qui excède rarement 100 ha constituent les trois unités les plus représentatives du Pays de Caux.

36Toutes ces exploitations se caractérisent par une remarquable cohérence. Les terres restent généralement bien groupées autour des cours, parfois en quartiers de champs allongés (Sausseuzemare), plus souvent en grandes ou moyennes parcelles-blocs (Raffetot, Fongueusemare, Heuqueville) ou en finage rayonnant (Octeville, Raffetot). De toute façon, les « terres nues » ou les « terres écalées », c’est-à-dire les parcelles détachées d’un corps d’exploitation, ne constituent que de rares exceptions. Le remembrement s’impose rarement. « Détruire une ferme », la démembrer, apparaît comme une grave erreur économique sauf lorsque l’exploitation, trop petite, n’est absolument plus rentable. Bien faite, directement adaptée dès ses origines aux conditions d’exploitation individuelle, échappant aux partages successoraux, toujours respectée par les propriétaires comme par les fermiers, la structure des exploitations cauchoises conserve une cohérence exceptionnelle et, de la sorte, une remarquable efficacité économique.

37En toile de fond au régime du fermage dominant et à la structure modérément concentrée des exploitations, le dynamisme démographique ne peut être évoqué que très rapidement dans le cadre de cette étude. Depuis le début du xixe siècle (et sans doute avant cette période qui a l’avantage sur les siècles antérieurs de fournir des statistiques) le Pays de Caux se signale par une très forte natalité. Pendant tout le xixe siècle, le taux de natalité de l’ensemble de la Seine-Inférieure plane constamment au-dessus de 29 pour mille, sauf pendant la dernière décade où s’amorce une chute qui n’atteindra jamais les plus bas niveaux. Dans une commune rurale comme St-Nicolas-de-la-Taille, on relève entre 1873 et 1892 des taux de natalité compris entre 35 et 40 pour mille. La fécondité cauchoise est alors exceptionnellement forte. Dans des familles de fermiers, grands ou petits, qui n’ont rien à partager aux héritages, le nombre des enfants atteint et dépasse fréquemment la dizaine. La mortalité est très forte, mais insuffisante cependant pour équilibrer la multiplication des naissances. Les excédents naturels alimentent le renouvellement d’une population jeune : les meilleurs, les plus riches, ou les plus chanceux, peuvent louer une ferme ; les autres deviennent journaliers, artisans, ou bien, quittent la terre. L’excédent naturel se maintient jusqu’à l’époque contemporaine, mais sa nature change : la natalité oscille entre 20 et 25 pour mille, la mortalité s’établit à un niveau proche de la moyenne française ; la rotation de la population devient moins rapide et, les structures d’exploitation ayant évolué parallèlement à la démographie, les mêmes hommes gardent longtemps les mêmes fermes ; le marché s’encombre sous le nombre des jeunes postulants.

38Les structures cauchoises se sont adaptées avec souplesse à l’évolution économique par la concentration des fermes et à l’évolution démographique par la stabilisation des fermiers. L’équilibre, qui devient de plus en plus tendu et difficile, n’est acquis que par l’élimination continuelle d’un excédent de population, marge de surenchère indispensable au fonctionnement libéral du marché des exploitations. Dans sa logique implacable, le système cauchois est proche de la perfection.

3° DE PUISSANTES INCITATIONS ECONOMIQUES

  • 22 A.N. 1841.

39L’excellence des sols limoneux, la solidité et la souplesse des structures d’exploitations confèrent à l’économie agricole du Pays de Caux de très solides assises. Ces bases restent cependant insuffisantes pour expliquer l’implantation dans la région d’un système agricole très intensif. Le tableau que trace Jules Sion de l’agriculture cauchoise au Moyen-Age ne distingue pas radicalement le pays des autres régions normandes. Au xviiie siècle, Arthur Young peut encore affirmer : « ce magnifique pays est traité d’une manière misérable ; les moissons qu’il porte le déshonorent ». En 1841, une enquête de l’Association Normande à Dieppe note encore quelques jachères dans l’arrondissement22. Les qualités naturelles et l’harmonie des structures agricoles, ces dernières étant en place dès le xviiie siècle pour le moins, n’ont pas engendré la richesse des systèmes contemporains par une sorte de miraculeux déterminisme. Les structures ont été probablement esquissées parallèlement à l’apparition de puissantes incitations économiques qui, prolongées et s’épanouissant jusqu’à l’époque contemporaine, permettent de comprendre en définitive les richesse actuelles du Caux.

a) La pression démographique

  • 23 Carte C1, Atlas de Normandie.
  • 24 Frémont, D.E.S., 1955.
  • 25 Gricourt (M.-C.), 314, 1963.

40En 1962, le Pays de Caux présente l’ensemble de fortes densités rurales le plus étendu de toute la Normandie. Celles-ci, dans de nombreuses communes, dépassent 70 habitants au km2, la moyenne communale oscillant le plus souvent entre 40 et 7023. Dans la deuxième moitié du xixe siècle, les densités rurale étaient beaucoup plus fortes encore, un très grand nombre de communes du Caux occidental dépassaient alors 100 habitants au km2 et toutes à une exception près (Fongueusemare) avaient plus de 75 habitants par km224. La population des communes rurales diminue à partir de la deuxième moitié du xixe siècle, mais cette régression due essentiellement à l’émigration fait suite à une forte poussée démographique, certaine à partir de 1770, plus hypothétique avant25. Tous ces éléments se combinent très bien avec la vieille vitalité cauchoise déjà décrite sommairement dans l’étude des structures.

  • 26 Joré, 316, 1763.
  • 27 A.N., enquêtes à Dieppe (1841), Rouen (1843), Goderville (1851).

41Un tel mouvement ne permet-il pas de mieux comprendre l’intensification du système cauchois ? Pour celui-ci, la période qui va de la deuxième moitié du xviiie siècle aux années 1830-40 revêt une très grande importance. En 1763, une étude de Joré, premier secrétaire de la Société Royale d’Agriculture de Rouen que J. Sion citera longuement un siècle et demi plus tard, montre nettement que le Caux hésite encore à cette époque entre la révolution agricole que caractérise l’introduction des cultures fourragères et le vieil assolement traditionnel avec jachère26. Or, au milieu du xixe siècle, les enquêtes de l’Association Normande révèlent non moins nettement que les jachères ont été abandonnées presque partout et que les cultures de trèfle sont alors généralisées27. C’est entre les deux périodes que s’épanouit la première révolution fourragère, essentielle pour l’élaboration du système cauchois. Cette importante mutation technique s’effectue parallèlement à la principale poussée démographique.

Figure 57. – L’évolution démographique d’une commune du Pays de Caux : St-Nicolas-de-la-Taille

42Les relations entre les deux phénomènes se comprennent aisément. L’augmentation de la population rend nécessaire une croissance des revenus et des produits que peut seule assurer l’intensification sur un espace où la quasi-totalité de la surface cultivable est utilisée. Inversement, la révolution fourragère, l’association intensive de la polyculture et de l’élevage exigent une main-d’œuvre importante en l’absence de toute mécanisation. Les deux mouvements, l’économique et le démographique, peuvent donc être très logiquement corrélatifs. Ensuite la permanence de la vitalité cauchoise, en dépit de l’émigration qui sévit surtout dans la deuxième moitié du siècle, a favorisé sans nul doute le maintien, voire le développement, de l’intensification.

  • 28 Frémont, D.E.S., 1965.

43Une importante réserve cependant doit être formulée. Car, en s’appuyant sur des témoignages de contemporains, J. Sion révèle que pendant longtemps, et notamment au xviiie siècle, l’artisanat textile, particulièrement dense dans tout le Caux, retint l’intérêt des journaliers, des petits et des moyens exploitants beaucoup plus que la culture. Cité à l’appui de cette thèse, Young déclarait : « le Pays de Caux est un district plutôt manufacturier qu’agricole ; dans les ressources de ses habitants, la ferme ne vient qu’après la fabrique ». Tant que l’artisanat textile put distribuer des revenus appréciables dans sa phase de propérité (xviiie siècle), il concurrença en quelque sorte l’activité agricole et nuisit au développement de la révolution fourragère. Tout au contraire, au cours d’une longue période de décadence (xixe siècle), il renvoya les fermiers à leurs charrues et à leurs troupeaux et transforma en une très nombreuse plèbe rurale (parfois le tiers de la population active des communes) les journaliers-artisans. Ceux-ci formèrent, au plus juste prix, un volant de main-d’œuvre très utile pour effectuer les nombreux travaux saisonniers de l’association cultures-élevages. La crise accentuée de l’artisanat, devenu un appoint congru, la plus extrême misère, les débuts de la mécanisation entraînèrent l’émigration de cette population excédentaire depuis la seconde moitié du xixe siècle jusqu’à la guerre de 191428. L’intervention des journaliers et des artisans dans le circuit économique et démographique permet de mieux comprendre l’ensemble de l’évolution et donne sa juste valeur à l’incitation démographique.

b) La proximité de grands centres de consommation

44Autour de Rouen et du Havre se sont formés deux grands marchés de consommation dont l’influence sur le tout proche Pays de Caux n’est pas niable. Dès le Moyen-Age, Rouen est une très grande ville et Le Havre, fondé au début du xvie siècle, croît, doucement d’abord, puis très rapidement à partir de la Monarchie de Juillet. En 1876, les deux agglomérations groupent un peu plus de 300 000 habitants. En 1962, elles constituent un marché de plus de 500 000 consommateurs urbains auxquels s’ajoutent ceux des petits ports du littoral cauchois (Dieppe, Fécamp) et les noyaux secondaires de peuplement de la Basse-Seine (Le Trait, Notre-Dame-de-Gravenchon, etc.). En plus, Rouen et Le Havre sont deux grands ports maritimes : à la consommation des villes se joignent les besoins de ravitaillement des navires (et spécialement des paquebots) ainsi que d’importantes possibilités d’exportation pour lesquelles les deux ports sont spécialement équipés (silos céréaliers au Havre et à Rouen, docks frigorifiques pour la viande au Havre).

  • 29 L’Intendant De la Bourdonnaye, cité par Sion, 202, 1908.
  • 30 Delamare, même source.

45Dès le Moyen-Age, affirme J. Sion qui s’appuie sur une documentation solide, le Pays de Caux exportait des grains par Rouen. Au xve siècle, ce trafic devint particulièrement actif. Au xviie siècle deux citations illustrent bien le rôle du plateau haut-normand : « le Pays de Caux exporte souvent du blé »29... il se fait depuis le Pays de Caux « un fort grand commerce avec la Basse-Normandie, où il croît peu de blé, et avec les étrangers, par les ports du Havre, de Dieppe et de Honfleur »30. Actuellement encore Rouen et Le Havre exportent d’importantes quantités de céréales, les chiffres de chaque port oscillant entre 80 et 100 000 T. par an. Mais le marché d’exportation contemporain n’a pas sur le Pays de Caux l’incidence des vieux trafics. Ceux-ci ont certainement contribué à développer dans l’hinterland direct de Rouen puis du Havre le goût et l’habitude des cultures commercialisées à une époque où les transports terrestres étaient difficiles. Maintenant, le marché du blé, de même d’ailleurs que celui des betteraves sucrières ou du lin, s’organise à l’échelle nationale et les ports hauts-normands n’apportent plus aucun avantage aux blés cauchois.

  • 31 Atlas de Normandie, carte D12.
  • 32 Par exemple à St-Laurent-de-Brèvedent et à Gainneville à 15 kms du Havre.

46Le développement des marchés de consommation de la Basse-Seine a, par contre, une influence directe sur les circuits des produits de l’élevage, matières périssables. La proximité d’importants débouchés favorise ces production. A la différence des entreprises de Basse-Normandie, l’industrie laitière du Caux s’est spécialisée dans le conditionnement du lait de consommation, organisant autour de Dieppe et surtout du Havre et de Rouen de véritables « ceintures laitières »31. A cette activité s’ajoutent celles de quelques fromageries, mais aussi des fabrications de yaourts, beurre et pâtes fraîches. Dans toutes les communes de la proche région rouennaise et havraise, là où la turbulence quotidienne maintient dans les villages une importante population ouvrière, les exploitants commercialisent directement lait, crème et beurre32. Enfin, dans le secteur de la viande, Rouen (11 000 T. en 1961) et Le Havre (7 600 T.) possèdent les deux plus importants abattoirs de Normandie. La Seine-Maritime se classe parmi les tout premiers départements français pour la production de viande bovine. La part des animaux exportés hors du département étant relativement faible (moins de 25 %), il est sûr que le marché régional joue un rôle déterminant dans le développement de cette activité.

47La proximité des ports de la Basse-Seine a pu provoquer très tôt le développement d’un secteur commercialisé au sein de l’agriculture cauchoise, notamment dans le domaine céréalier. Cette incitation initiale a perdu sa valeur de privilège régional, mais l’importance et la proximité d’un vaste marché de consommation assurent maintenant aux produits de l’élevage des débouchés particuliers. Le Caux reste étroitement lié à la vie des villes de la Basse-Seine.

c) Le dynamisme des Hauts-Normands

48Plus encore que celui des débouchés et des marchés, le rôle des hommes nés dans une certaine ambiance économique ne doit-il pas être considéré comme décisif ? Car depuis plusieurs siècles, les agriculteurs cauchois travaillent au contact plus ou moins direct d’entrepreneurs dynamiques qui ont sur le rythme de la vie économique, la rotation des capitaux, l’importance des investissements nécessaires, le taux du profit etc... de tout autres conceptions que celles données habituellement par le difficile travail de la terre. Le paysan cauchois et sa très curieuse mentalité hésitant entre le risque et la prudence ne serait-il pas le produit de ces multiples influences qui ont frotté l’homme de la terre aux armateurs de Fécamp et de Dieppe, aux négociants du Havre, aux manufacturiers de Bolbec et de Rouen ?

49Mais ces contacts existent-ils en réalité, et l’esprit d’entreprise a-t-il vraiment franchi les falaises du littoral et de la vallée de la Seine pour tranformer profondément l’agriculture du plateau ? Certains en doutent. On explique volontiers dans de bons ouvrages que Le Havre « tourne le dos à sa région ». Lorsqu’en 1851, l’Association Normande rend visite à Fécamp, elle se transporte à Goderville pour traiter des problèmes agricoles. Et si Rouen attire des foules de Cauchois qui envahissent les services et les magasins, le Pays de Caux intéresse-t-il les Rouennais ? Entre le plateau et les grandes villes voisines, un véritable hiatus sépare deux mondes qui cependant se côtoient chaque jour. Tandis que croisent au Havre les plus grands et les plus modernes « tankers » d’Europe, à 15 kms, sur le plateau de St-Laurent et de St-Martin, on craint toujours les « sorts » jetés par les vieilles femmes et on observe fébrilement dans les verres l’oscillation des feuilles de lierre qui détectent les forces mystérieuses de la maladie...

  • 33 Bourde, 109, 1958.

50Et cependant des liens étroits unissent ces deux univers parfois antinomiques. En 1760 est fondée à Rouen une des toutes premières Sociétés Royales d’Agriculture. Composée surtout des grands bourgeois rouennais, propriétaires d’importants domaines fonciers, elle exerce, d’après Bourde, une influence incontestable sur l’agriculture cauchoise et contribue à la diffusion des principes de « l’agriculture à l’anglaise »33. Les Du-mesnil-Costé, Dambournay, Joré, Mustel encouragent l’introduction de la pomme de terre et l’amélioration d’un assolement sans jachère où le trèfle tient une place essentielle. De ces améliorations, est né le système cauchois contemporain. Un homme symbolise assez bien ces liens du monde industriel et du monde agricole qui ont facilité l’introduction des méthodes anglaises : John Holker, jacobite réfugié en France après 1746, personnage international dans la tradition des villes haut-normandes, « inspecteur des manufactures étrangères à Rouen », mais aussi propagandiste zélé du progrès agricole qui s’intéresse au chanvre et au lin, à la laine, aux moutons, et aux prairies artificielles.

51Jusqu’au xixe siècle finissant, deux classes de propriétaires stimulent le progrès de l’agriculture cauchoise. Ici comme ailleurs, les nobles, spécialement dans leur retraite champêtre des retours d’émigration. Surtout, et de façon plus originale, les manufacturiers, négociants et hommes de robe des villes, à l’exception des Havrais beaucoup plus attirés par le risque du grand commerce international. Pendant longtemps, dans le cadre du fermage traditionnel, le propriétaire s’intéressa à la gestion de sa propriété. Le fabricant en textile, s’il résidait en ville, connaissait bien la campagne. Jadis, il en eut besoin pour collecter les laines. Jusqu’au xixe siècle, il visitait tous les hameaux où s’activaient les « cacheux de navette » dont il était parfois le propriétaire foncier. Pendant la période décisive du xviiie et du début du xixe siècle, le fermage et l’artisanat textile établirent entre la ville et la campagne cauchoise des liens profonds qui, de façon très précoce, créèrent des aires d’attraction urbaine et des influences actives.

52Jusqu’à une époque récente cependant, cette organisation voua le fermier cauchois à un rôle assez passif. Lui se trouvait pris dans la rotation trop rapide des baux, peu instruit, peu ouvert aux conceptions dynamiques des « Messieurs » de Rouen et des chefs-lieux de canton, Sénateurs et autres notables. Ceux-ci, dans la crise du capitalisme régional, se coupèrent de leurs souches d’origine, et, cessant d’être des entrepreneurs, devinrent des hobereaux. De la fin du xixe siècle jusqu’à une époque toute récente, les fermiers cauchois et leurs propriétaires se replièrent sur des positions conservatrices, dans le domaine économique et technique aussi bien que dans le politique. De cette époque est née cette impression de divorce existant entre la campagne et le dynamisme des villes.

53Mais, depuis peu, une nouvelle génération d’exploitants a repris l’initiative du mouvement. Elle est née de la promotion intellectuelle des fils de gros fermiers enrichis qui se sont formés dans les lycées des grandes villes ou dans les collèges privés, et de l’esprit d’entreprise des fils de propriétaires, manufacturiers ou négociants, qui ont décidé d’exploiter eux-mêmes certaines fermes familiales après les crises de la guerre. Les contacts restent donc nombreux entre les villes et la campagne cauchoise que stimule depuis plusieurs siècles une classe, plus ou moins dynamique selon les époques, d’entrepreneurs.

d) L’esprit cauchois, équilibre entre la prudence paysanne et le goût des nourritures terrestres

54Du point de vue de l’amélioration technique, il serait vain d’opposer dans le Pays de Caux des entrepreneurs dynamiques et des paysans traditionnels refusant toute innovation. Le paysan cauchois moyen hésite longuement avant d’adopter une innovation, il multiplie les arguments contraires, il va scruter les champs du voisin..., puis il se décide, acceptant finalement le mouvement. Cependant, il prend le minimum de risques. Il n’adopte que partiellement. Il se partage toujours entre la prudence et le risque.

55Le Cauchois, en effet, est très prudent. Toujours sur la réserve, il se livre peu, il mesure ses réponses. Il sait attendre et rester fidèle à ce qui lui semble essentiel. Confronté chaque année avec les incertitudes du temps et de la conjoncture, il garde une réserve de prudence qui lui évite les grandes aventures. D’une récolte perdue, il connaît bien tous les risques, tel hiver un blé touché par un gel profond dans le sol humide et glacé, tel printemps trop sec, les trèfles compromis, tel été les foins pourris, les blés couchés par la grèle, tel automne lourd de pluie et de boue le ramassage des betteraves soudain difficile... A cette incertitude du temps s’ajoute naturellement celle des prix dans une économie totalement commercialisée. J. Sion a rendu compte en son temps de toutes les sautes d’humeur de la conjoncture du xixe siècle. Le Cauchois a très durement subi les crises céréalières de la fin du xixe siècle alors que le régime du fermage d’alors ne lui donnait que le minimum de garantie. Plus tard, si des fortunes se sont rapidement faites dans les années 1919-29 et 1941-55, les paysans ruinés ont été nombreux dans les années 30 et la dernière décade se caractérise par de nouvelles incertitudes d’intensité variable selon les produits. Face à tous ces risques, le paysan cauchois réagit d’abord par la prudence. Parce qu’il se sent vulnérable, il multiplie les mises, sachant par expérience qu’une année est rarement mauvaise pour toutes les cultures. Ce principe de la division des risques est un des fondements essentiels de l’association de l’élevage et d’une polyculture très variée. A cela s’ajoute une fidélité tenace aux règles les plus essentielles de la coutume. Enfin la prudence impose de ne pas se séparer de ce qui, à long terme, apparaît comme le plus sûr : la culture du blé depuis toujours, et, depuis un siècle environ, l’élevage des vaches laitières qui ont succédé aux troupes de moutons.

56La prudence assure le minimum vital et rares sont les fermiers qui s’en départissent. Mais le Cauchois a d’autres ambitions. Il se contente mal de subsister. Il préfère bien vivre. Aux « nourritures terrestres » vont toutes ses préférences. Il aime la richesse, non pas pour elle-même, car ce n’est pas un contemplateur maladif des « bas de laine » cachés, mais pour ce qu’elle procure : une place élevée dans une hiérarchie sociale qu’elle règle depuis le domestique méprisé jusqu’au propriétaire envié ; le pouvoir de bien vivre, c’est-à-dire de bien boire et de bien manger au cours des repas interminables autant que plantureux des grandes réunions familiales du dimanche, c’est-à-dire aussi de bien marier ses filles dans une avalanche de trousseaux de bonne toile, de toilettes bien voyantes, de viandes saignantes et d’un flot de vins de Bourgogne, c’est-à-dire enfin, depuis peu, d’envoyer ses garçons « aux études ». A la différence de l’homme du Bocage et plus encore que l’herbager, le Cauchois est un consommateur. Le fermage explique en grande partie cette mentalité. Pendant très longtemps, jusqu’aux années 1920-30, les fermiers cauchois n’eurent aucun espoir d’accéder à la propriété. Cette idée ne les effleurait même pas. Dégagé du souci de capitaliser, pris dans le rythme rapide des baux où se font et défont les fortunes, le fermier cauchois goûte la vie dans la brièveté de sa durée. Il lui faut de bons repas, des voitures, des femmes. Il dépense. Il doit donc aussi gagner de l’argent et prendre le risque de cultures ou d’élevages spéculatifs. Une année le lin ou le veau gras, une autre année la betterave sucrière ou le bœuf d’embouche. Le système de production possède la stabilité et la souplesse d’adaptation qu’autorise la prudence alliée au goût du profit et du risque. La tradition cauchoise assure la sécurité sans nuire aux facultés d’évolution.

57Au terme de cette analyse, y a-t-il un facteur qui domine les autres pour expliquer la richesse cauchoise ? Le sol limoneux, merveilleux support d’engrais et remarquable réservoir d’humidité, instrument idéal riche de toutes les virtualités ? Les structures d’exploitations depuis longtemps dominées par le fermage qui, au mépris des hommes, assure l’adaptation progressive des unités de production ? Le dynamisme démographique, l’ambiance favorable créée par la proximité d’un grand foyer de développement économique ? En fait, combinaison géographique au plein sens du terme, le système cauchois est le produit de tous ces facteurs convergents et interdépendants.

  • 34 Chantées au temps de sa jeunesse par André Gide qui allait devenir propriétaire à Cuverville où il (...)

58Au centre de toutes ces forces, le fermier. Rude travailleur, maître exigeant, locataire soumis, c’est un matérialiste empirique qui croit en la terre, en ses richesses et aux forces obscures qu’elles libèrent, beaucoup plus qu’à la foi du dimanche à laquelle il ne se rallie que par ordre et par habitude. Sa religion s’identifie à sa richesse. C’est l’homme des « nourritures terrestres »34.

59« On s’assit à deux heures. A huit heures, on mangeait encore. Les hommes déboutonnés, en bras de chemise, la face rougie, engloutissant comme des gouffres. Le cidre jaune luisait, joyeux, clair et doré, dans les grands verres, à côté du vin coloré, du vin sombre, couleur de sang.

  • 35 Maupassant, Contes et Nouvelles, éd. 1959. Farce Normande (une noce).

60« Entre chaque plat on faisait un trou, le trou normand, avec un verre d’eau-de-vie qui jetait du feu dans le corps et de la folie dans les têtes... »35.

II. – L’ASSOCIATION DES CULTURES ET DE L’ELEVAGE

61Trois types de produits s’additionnent sur les mêmes terres pour donner les rendements élevés du système cauchois : les céréales, les cultures industrielles, l’élevage. Grâce à des rapports très variables selon les périodes et selon les exploitations, grâce à une grande souplesse d’adaptation, l’association cauchoise se définit d’abord par sa diversité et par son dynamisme.

  • 36 Chiffres de l’enquête agricole par sondage, 1962-63, cités en tableau dans Frémont, 192, 1965. Les (...)

62Dans une gamme très ouverte où se juxtaposent les petites fermes de moins de 15 ha et les grandes unités de plus de 100 ha, le rôle de chaque type d’exploitation apparaît déterminant pour qui veut comprendre les règles de différenciation de l’association fondamentale. Dans tous les cas, le système cauchois exige l’intervention d’une main-d’œuvre importante, mais celle-ci varie cependant en quantité et en qualité selon la taille des exploitations. Au-dessus de 50 ha, on compte 3 à 6 personnes actives par exploitation, soit de 7 à 5,5 UTH par 100 ha ; sur des exploitations très mécanisées (2 tracteurs au moins), la main-d’œuvre se compose surtout de salariés permanents, le fermier assume un travail de direction et sa famille intervient au minimum dans les tâches agricoles. Entre 25 et 50 ha, avec 2 à 3 personnes actives par ferme, la charge de travailleur à l’ha augmente (7 à 10 U.T.H. par 100 ha), la part du travail familial devient de plus en plus prépondérante et la mécanisation moins complète. Les petites exploitations enfin accumulent la plus forte intervention de travail par ha (10 à 30 U.T.H. pour 100 ha) ; sur des fermes peu ou mal équipées, l’exploitant aidé de façon épisodique d’un ou de plusieurs membres de sa famille effectue la totalité des tâches36.

Figure 58. – Répartition des exploitations agricoles d’après l’utilisation du sol dans deux communes du Pays de Caux (1955)

63Par l’intermédiaire de la main-d’œuvre apparaît nettement tout ce qui différencie les exploitations cauchoises les unes des autres : des disponibilités en capitaux, et naturellement en surfaces, qui augmentent avec la taille des unités de production. Les grandes exploitations ont la possibilité de se mécaniser de façon efficace, de diminuer leurs charges de main-d’œuvre, de limiter au maximum l’intervention du travail familial. Ces mêmes exploitations peuvent se permettre une certaine audace dans le choix de leurs spéculations et adopter la gamme de cultures et d’élevages la plus large. Au contraire, les petites exploitations, limitées dans leur étendue comme dans leurs disponibilités financières, ont de tout autres règles. Le travail familial y prédomine et l’association des cultures et de l’élevage s’y resserre sur ses éléments les plus sûrs : les cultures céréalières, l’élevage des vaches laitières. Entre les deux extrêmes, les exploitations moyennes tendent vers l’un ou l’autre pôle, hésitant entre la prudence et la spéculation, influencées surtout par la surface disponible, le tempérament de chaque fermier, les incitations de la conjoncture...

64Derrière leurs traits originaux, routes les exploitations cauchoises possèdent un fonds commun qui mérite de retenir d’abord l’attention. Toutes, en effet, font du blé et des cultures fourragères. Toutes ont comme produits de base le lait et le blé. Mais les plus grandes, ou les plus audacieuses parmi les moyennes, consacrent aussi une part importante de leurs surfaces aux cultures industrielles (colza, betteraves sucrières, lin, etc...) et se livrent à des élevages spéculatifs (embouche, porcs, veaux gras, etc...).

1°) L’INFRASTRUCTURE FOURRAGERE

  • 37 D’après Sion, 202, 1908.

65Du Moyen-Age jusqu’à la première moitié du xviiie siècle, l’arsenal fourrager dont disposaient les élevages du Caux était fort réduit. L’herbe des cours-masures, quelques pâtis médiocres sur les coteaux ou dans les vallons mal drainés, des cultures fourragères très limitées (fèves, lentilles, pois et vesces), enfin les jachères qui intervenaient un an sur trois dans l’assolement, composaient un ensemble disparate qui convenait beaucoup mieux aux troupes de moutons qu’au cheptel bovin37. Pendant toute cette période, le Caux ne se distinguait des régions de grande culture du nord de la France que par l’importance des cours-masures correspondant, selon l’usage, au dixième environ de l’exploitation. A ce détail près, dominait ici comme dans la Beauce ou dans le Beauvaisis l’association céréales-moutons, le lien étant assuré entre les deux productions par des surfaces fourragères à très bas rendement, sorte de sous-produits des cultures céréalières.

66Cette situation fut modifiée par la révolution fourragère de la fin du xviiie siècle et du début du xixe siècle et par l’extension herbagère de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle. Depuis quelques décades, de nouvelles cultures fourragères renforcent encore, tout en la rendant plus complexe, l’infrastructure dont dispose le Caux pour l’alimentation de son bétail. Parallèlement, les bovins ont remplacé peu à peu les moutons.

a) Les trèfles

67D’après les évaluations de 1962, le trèfle occupe la première place parmi les cultures fourragères de la Seine-Maritime et par conséquent du Pays de Caux. Sur 19 500 ha de prairies artificielles, 14 500 sont consacrés au trèfle, ce qui représente environ 4,5 % de la surface agricole et 9 % des terres labourées. Le Pays de Bray et la Vallée de la Seine pratiquant fort peu cette culture fourragère, les proportions applicables au Caux devraient être augmentées pour dépasser 5 et 10 %.

  • 38 Sole se dit « compost » dans le Pays de Caux.
  • 39 Hédin, Lefebvre, Philippart, 315, 1954.

68Le trèfle se cultive dans le Caux sous deux formes principales. Le trèfle violet est une variété de trèfle commun (Trifolium pratense) parfois appelé aussi « trèfle rouge » ou « trèfle de pays ». Il constitue une prairie artificielle semée en même temps que l’avoine dans la deuxième sole38 de la rotation triennale traditionnelle dont il occupe totalement la troisième sole. A la différence de la luzerne, le trèfle s’accommode des sols de limon cauchois, assez peu riches en carbonate de chaux. Le trèfle violet trouve sur le plateau haut-normand un milieu qui lui convient bien : un climat assez humide au printemps pendant sa principale période de croissance, un sol profondément ameubli et assez riche tout de même en calcaire s’il a été amendé. L’abri de l’orge ou de l’avoine favorise la levée. Les rendements restent assez faibles la première année mais le trèfle violet n’intervient alors qu’en deuxième récolte (après celle de l’avoine) ; il est pâturé généralement à l’automne. La deuxième année le trèfle violet donne deux coupes d’un bon fourrage. D’après L. Hédin, les rendements atteignent 700 à 900 U.F. en fin de première année et 5 000 U.F. la deuxième année39.

69Le trèfle incarnat (Trifolium incarnatum) dont les rendements varient entre 3 500 (incarnat hâtif) et 5 500 U.F. (incarnat tardif) se cultive toujours « en dérobée », c’est-à-dire en plus des cultures de l’assolement normal. Comme tel, il n’est généralement pas comptabilisé dans les surfaces fourragères mais il n’en occupe pas moins une place fondamentale dans le cycle de l’alimentation du bétail. Semé en août ou en septembre, très précoce, il est pâturé au printemps par les animaux dont il assure la nourriture pendant deux mois.

70Dans l’élaboration du système cauchois, les trèfles ont joué un rôle beaucoup plus important que ne l’indiquent les chiffres contemporains. En 1929, ils couvraient 32 000 ha en Seine-Maritime et un peu plus de 38 000 ha en 1914. D’après Sion, le trèfle violet apparut dans le Caux en 1705 et le trèfle incarnat vers 1805, Leur utilisation se généralisa dans le premier tiers du xixe siècle. Ils se substituèrent aux jachères de l’assolement triennal ancien. Ils s’introduisirent sous forme de cultures supplémentaires ou « dérobées » qui, avec la pratique de plusieurs récoltes dans la même année, donnent encore au système cauchois toute son intensité. Sans nuire aux céréales, ils élevèrent les rendements fourragers à un niveau remarquable, surtout pour l’époque, très supérieur à celui des jachères et même de meilleure valeur que celui de bonnes prairies naturelles. Ils permirent donc l’augmentation du cheptel, et par conséquent de la fumure. Ainsi se trouvent-ils au centre de la première « révolution fourragère » dans le Pays de Caux, jouant un rôle analogue aux fameux « turnips » de l’intensification britannique.

b) Les autres cultures fourragères

71Le trèfle cependant ne représente qu’une des nombreuses cultures fourragères pratiquées dans le Pays de Caux. Le tableau qui suit donne une idée des rendements de chaque type de culture et montre leur importance respective dans le cadre de la Seine-Maritime (1962).

72A côté du trèfle, des cultures fourragères de complément trouvent place dans l’assolement cauchois depuis la révolution agricole du début du xixe siècle. Ainsi, notamment, les dragées, mélanges d’une céréale (généralement avoine) et d’une légumineuse (vesce, pois fourrager). Elles se sèment normalement après les trèfles incarnats. La betterave fourragère (la « bette à vaques », par opposition à la « bette à chucre »), précieuse pour constituer les réserves d’hiver, complète la gamme traditionnelle des cultures consacrées à l’alimentation du bétail.

73Depuis quelques années, se développe une tendance au renouvellement de cet arsenal fourrager. Les cultures traditionnelles, en effet, ont fait leurs preuves pendant plus d’un siècle mais elles n’en sont pas moins dépassées par les acquisitions récentes de la recherche agronomique. Dès le début du siècle, les surfaces consacrées au trèfle ont commencé à diminuer et elles sont passées en 50 ans de 38 000 à 14 500 ha. La betterave fourragère dont la progression s’est nettement ralentie (8 000 ha en 1914, 11 000 ha en 1929, 13 000 ha en 1962) apparaît de plus en plus comme une plante de production coûteuse (4 fois supérieure à celle de l’herbe) et dont l’utilisation exige de trop longues heures de travail. Les nouvelles cultures fourragères doivent répondre à une triple exigence : des rendements élevés, des coûts de production aussi faibles que possible, une utilisation commode notamment sous forme d’ensilage. Les fourrages annuels (parmi lesquels le maïs, nouvellement apparu) et les prairies temporaires s’accordent assez bien avec ces conditions. Ainsi s’explique leur progression qui contribue au renouvellement de la gamme traditionnelle des cultures fourragères du Caux.

c) Les prairies permanentes

74A côté de toutes les cultures consacrées à l’élevage, la prairie permanente tient une place importante dans l’utilisation du sol cauchois, dépassant même en étendue l’ensemble des cultures fourragères. En 1962, la moitié des terres de la Seine-Maritime est vouée à l’herbe permanente, mais la proportion tombe à un peu moins de 40 % dans le seul Pays de Caux. L’infrastructure fourragère de cette région est donc particulièrement originale puisqu’elle se partage entre les cultures et les herbages, les premières l’emportant par le rendement et les seconds par la surface.

  • 40 Perpillou, cartes inédites.

75Jusqu’à la fin du xixe siècle, le Pays de Caux résista à la vague herbagère qui déferlait alors sur la Basse-Normandie. Au début du xixe siècle, les labours occupaient dans la quasi-totalité des communes 76 à 96 % des surfaces, d’après les cartes de M. A. Perpillou40. Au début du xxe siècle, selon la même source, les herbages ne dépassaient 25 % des surfaces que dans une minorité de communes du Caux oriental et partout ailleurs la proportion des labours oscillait autour de 75 %. L’efficacité de la première révolution fourragère permettait au Caux d’être un grand pays d’élevage en évitant le stade de la révolution herbagère.

76Cependant, les cours-masures des fermes cauchoises constituèrent dès l’origine le premier noyau d’une spécialisation herbagère. Leur rôle n’est pas négligeable. Elles occupent en effet, selon la tradition, le dixième de la superficie des exploitations. Abritées par les pommiers et par les hêtres des talus, elles bénéficient d’un micro-climat favorable qui évite notamment les effets de refroidissement (l’hiver) et de dessèchement (l’été) des grands vents du plateau. Autant qu’une cour où se rassemblent les bâtiments, la masure cauchoise est donc un grand herbage abrité. En dehors de quelques chemins, pousse un gazon assez épais que la concentration des bêtes contribue à fumer efficacement et qui conserve toujours en été une certaine fraîcheur. Avant la première révolution fourragère, les cours abritaient les premiers éléments d’un élevage bovin encore fort peu développé. Pendant tout le xixe siècle, et encore maintenant, elles jouent un rôle important en liaison avec les cultures fourragères. Pendant l’hiver, les bêtes vivent dans les cours où elles reçoivent une nourriture provenant des cultures fourragères. En fin d’été, l’herbe des masures apporte un très utile complément aux prairies artificielles défaillantes. La cour joue donc un rôle fondamental dans le système traditionnel.

  • 41 Atlas de Normandie, carte D4.

77Mais à la cour vint s’ajouter l’herbage à partir de 1914 et jusqu’à 1955. Le Caux ne resta pas totalement imperméable au mouvement herbager de la Normandie. Actuellement, et avec des proportions assez variables selon les régions, l’herbe permanente occupe entre 20 et 40 % du sol cauchois41. C’est sans aucun doute la pénurie de main-d’œuvre qui a favorisé cette extension car l’herbage exige beaucoup moins de travail que les cultures fourragères. Le mouvement débuta pendant la guerre de 1914 avec le départ des hommes pour le front et il s’est accentué avec l’émigration des journaliers et des domestiques agricoles vers les centres industriels de la Basse-Seine. « Et maintenant, tout châ en herbâge ». Cette exclamation d’un fermier cauchois en 1945, désignant d’un geste de colère une partie de ses terres, alors qu’il venait de perdre un de ses domestiques, résume assez bien une des motivations de la mise en herbe.

  • 42 Hédin, 68, 1948.

78Les fermiers ont établi leurs herbages dans les pièces les plus proches des cours. Là aucun bocage n’est venu souligner la mise en herbe, la technique du barbelé permettant de monter rapidement des clôtures efficaces qui modifient à peine le paysage. En dépit d’excellentes conditions naturelles, l’herbage cauchois évolue souvent vers la médiocrité, car, dans la logique même du mouvement d’extension, l’agriculteur du plateau ne lui consacre que le minimum de soins. De plus, le Cauchois s’improvise mal herbager. Peu d’engrais, peu de fauchages des refus, et des marnages trop souvent espacés. En corollaire, des herbages deviennent assez vite médiocres avec la prolifération des orties et des chardons. L. Hédin42 estime que dans l’herbage cauchois, d’une composition floristique complexe, l’Agrostis tend à chasser le Ray-grass si le limon est trop filtrant ou si l’entretien est mal assuré. De toute façon l’herbage traditionnel n’atteint pas les rendements des plus médiocres cultures fourragères.

2°) LA CULTURE DU BLE ET L’ELEVAGE LAITIER

79Dans la hiérarchie des produits cauchois, le blé occupe incontestablement la première place, pour peu qu’on veuille bien accorder une importance fondamentale aux critères établis sur l’ancienneté de la production, sur sa stabilité et sur sa valeur d’ensemble pendant une longue période. Le blé réglait les rotations médiévales et les assolements du xviiie siècle. Il occupe toujours une place éminente dans ceux de la période contemporaine. De plus, quelques petites fermes herbagères étant exclues, toutes les exploitations cauchoises cultivent toujours le blé.

80L’élevage des vaches laitières ne possède ni les titres d’ancienneté, ni la remarquable stabilité de la production de blé. Cependant, au sein de l’association cultures-élevage, il joue dans le secteur de l’élevage un rôle analogue à celui du blé dans le domaine des cultures. Jusqu’à une époque très récente, toutes les fermes cauchoises possédaient un troupeau de vaches laitières qui constituaient la souche de leur élevage en même temps qu’une des sources de revenus les plus sûrs et les plus réguliers. Depuis quelques années, une évolution particulière a conduit un nombre encore réduit de grandes exploitations à supprimer leur troupeau laitier. Mais ce mouvement reste très limité.

81Il faut donc écarter deux cas extrêmes, les petites fermes herbagères sans culture de blé et quelques très grandes exploitations sans élevage laitier, pour retenir surtout le lot commun de la très grande majorité des fermes (probablement plus de 80 % du total). Techniquement et économiquement le blé et le lait sont les deux produits fondamentaux du Pays de Caux. Autour du blé se règlent les assolements, autour des laitières la vie du troupeau. L’un apporte les liquidités mensuelles, l’autre les revenus les plus réguliers à caractère annuel.

82L’étude de l’élevage cauchois doit donc réserver une place priviligiée à la production laitière, aux méthodes d’alimentation des vaches dans le cadre d’un système mixte, aux rendements obtenus, aux débouchés des produits. La culture du blé, extérieure au thème principal de cette étude, ne sera que très brièvement traitée.

a) Le calendrier fourrager

  • 43 Tableau établi dans enquêtes personnelles et Hédin, Lefebvre, Philipart, 315, 1954.

83L’infrastructure fourragère dont dispose l’éleveur cauchois se caractérise par sa dualité (prairies permanentes - cultures fourragères), par ses rendements élevés, mais aussi par la variété de l’alimentation et la remarquable complémentarité, selon les saisons, des herbages et des différents types de cultures. Les techniques du début du xixe siècle ne cessèrent de se perfectionner pour aboutir à l’élaboration d’une véritable chaîne fourragère. Elevée depuis un peu plus d’un demi-siècle au niveau d’une coutume, celle-ci détermine l’organisation de bien des exploitation. Elle règle notamment la vie des vaches laitières qui reçoivent une sorte de priorité alimentaire. Le calendrier traditionnel se trouve résumé dans le tableau ci-dessous43.

84Ce calendrier offre le grand avantage de fournir pendant toute l’année une nourriture abondante aux vaches laitières. Un exemple, la façon dont l’incarnat est pâturé, donne une bonne idée de l’intensité et de la perfection minutieuse du système. Cette culture se pratique « en dérobée ». Les vaches broutent d’abord le trèfle incarnat tardif qu’elles « arrêtent » en mangeant environ la moitié de la pièce alors que le trèfle ne dépasse le sol que de 15 cm. Elles sont alors de très riches productrices de lait. Elles continuent leur pâturage sur l’incarnat hâtif (l’« heurrible »), reviennent sur le tardif qu’elles n’ont pas « arrêté » et terminent en broutant la repousse du tardif qu’elles ont « arrêté » quelques semaines avant. Après quoi, le trèfle incarnat peut être éventuellement labouré et ensemencé en vesces.

Figure 59. – Types de cycles fourragers des vaches laitières dans le Caux

85La plupart des fermes cependant ont assoupli l’usage de ce système. Le calendrier traditionnel comprend en effet quelques périodes critiques (notamment à la fin de l’été) rendant nécessaire le recours à l’herbe des cours ou des prairies proches de l’exploitation. De plus, le va-et-vient continuel des bêtes d’une parcelle à une autre et l’usage du « tière » exigent une main-d’œuvre importante, spécialement la présence permanente d’un vacher sur une ferme moyenne. Enfin, malgré des rendements élevés, les prairies artificielles, du fait des travaux qu’elles exigent, ont des prix de revient par ha. doubles de ceux de la prairie permanente. L’extension des herbages a donc modifié assez profondément le schéma traditionnel. Des épisodes de pâturage libre dans les prairies entourées de barbelés alternent avec le pâturage au tière des prairies artificielles. Dans les fermes aux techniques les plus progressives, de nouvelles formules sont adoptées : rotation des herbages (surtout pendant la période 1945-55), pâturage rationné à la clôture électrique sur prairies temporaires (depuis 1960). Le vieux système, avec des retouches, n’en constitue pas moins toujours l’infrastructure de base de l’élevage cauchois.

b) Le travail du vacher

86Le système d’élevage des vaches laitières dans le Pays de Caux exige un travail considérable. En effet, alors que le maître et ses charretiers (ou conducteurs de tracteurs) se consacrent aux travaux des champs, un homme, en permanence, doit être employé à « remuer », pioquer », nourrir et « décrotter » les vaches. Dans les petites fermes aux troupeaux inférieurs à 10-15 laitières, la femme de l’exploitant peut effectuer ce travail en sacrifiant plus ou moins les tâches domestiques. Avec 20 vaches, le vacher doit être assisté pour la traite. Dans les grandes fermes, il faut non plus un homme mais un « ménage vacher ».

87L’hiver est une période de rude travail. Certes, il fait bon alors, pendant la traite, dans les longues étables cauchoises aux murs de briques rouges. Celles des grandes fermes ont été construites ou reconstruites au début du siècle ou entre-les-deux guerres, au cours d’une période d’extension de l’élevage laitier. Basses, peu éclairées, elles sont généralement mieux conçues que les vieux bâtiments du Bocage ou de l’Auge, mais elles n’en restent pas moins totalement inadaptées aux techniques modernes d’affourragement. En plus de la traite, le vacher doit assurer pendant cette période deux tâches principales : l’évacuation du fumier qu’il empile de façon plus ou moins rationnelle à quelques pas de l’étable ; les transports de fourrage qui lui demandent le plus de peine. La répartition des bâtiments à l’intérieur des cours place en effet à quelques centaines de mètres l’un de l’autre l’étable, la grange au foin, celle où se trouve la paille, le silo en terre qui abrite les betteraves du froid. Aidé dans les grandes fermes par un « homme de cour » ou « homme à toutes mains », le vacher passe son temps à charger des « banneaux » (tombereaux), à pousser de lourdes brouettes, à manier la fourche, à se déplacer (parfois à bicyclette) d’un bâtiment à un autre.

  • 44 Sion, 202, 1908, p. 394.

88Pendant la belle saison, les déplacements deviennent plus nombreux et plus longs, conduisant le vacher dans les champs ou dans les herbages. Cependant, son travail s’allège car les vaches trouvent sur place leur nourriture. Le vacher doit encore transporter de l’eau dans les « tonnes ». Il assure la traite. Enfin et surtout, il « pioque » et « remue » les vaches. Au système des prairies artificielles se trouve en effet associé celui du « tière » que Sion décrit parfaitement en ces termes :44

89« On ne voit ni troupeaux divaguant à travers la plaine, ni vaches attardées çà et là selon la fantaisie de leurs maîtres. Elles sont attachées le long des prairies artificielles ; chacune est attachée à son piquet, le « tière », avec une forte corde ou une chaîne, de telle sorte qu’elle peut marcher dans un rayon de trois mètres sans atteindre ses voisines. Toutes les deux heures, on la « remue » d’un mètre environ vers l’autre bord du champ, si bien que dans la journée elle dépouille environ 30 mètres carrés... C’est un amusement pour l’œil que la régularité accomplie de ces rangées de dix, vingt et parfois cinquante vaches qui souvent entourent toute la parcelle à intervalles égaux ».

90Le système du tière pose de très nombreux problèmes, la plupart non résolus : le sens et l’origine du mot (qui désigne le piquet auquel est attachée la chaîne et que le vacher enfonce en 4 ou 5 coups de maillet) ; l’origine de la technique elle-même que l’on retrouve dans le Cotentin et dans l’Avranchin ; les avantages et les inconvénients de cette pratique sur lesquels se sont affrontées plusieurs générations d’agronomes et de notables.

  • 45 On lui reproche parfois aussi d’exposer les bêtes aux intempéries sans même leur laisser la possib (...)

91En fait, comme l’ensemble du système cauchois, la pratique du tière se remarque par son efficacité dans le domaine des rendements. Elle sépare sans clôture les parcelles pâturées des champs ensemencés ou labourés. Elle évite les inconvénients redoutables de la météorisation par indigestion. Elle combine, bien avant que les agronomes n’aient inventé les termes, les avantages du pâturage rationné et du pâturage tournant. Par contre, elle a le redoutable inconvénient de requérir beaucoup de main-d’œuvre45.

  • 46 Atlas de Normandie, Carte D7.

92« De six heures du matin à sept heures du soir, c’est un perpétuel va-et-vient à travers la campagne de jeunes domestiques et de femmes chargés de déplacer les piquets, de verser des tonneaux dans les baquets l’eau des mares, de traire le lait et de le porter à bout de bras dans de lourds seaux réunis par un cercle : toute une animation qui dure bien après le crépuscule et qui remplit de gaieté et de vie les plaines du Caux »46.

93Ce tableau de Sion écrit en 1908 reste valable jusque vers 1955. Maintenant, les nécessités d’un travail efficace rendent impossibles « la gaieté et la vie ». De plus en plus, les clôtures électriques s’installent autour des parcelles de trèfle remplaçant la pratique du tière. Quelques grandes stabulations libres apparaissent, rompant avec la tradition cauchoise. Bientôt, il ne restera plus des longues files de vaches bien alignées sur les pièces d’« incarnat » que quelques descriptions dans de vieux livres, une curiosité pour historiens.

c) Les rendements et les chargements

94Seules quelques fermes du Pays de Caux atteignent maintenant un niveau élevé dans le domaine de la productivité du travail. Mais toutes, ou presque, obtiennent des rendements fourragers remarquables. La médiocrité des herbages cauchois contribue certes à abaisser la moyenne d’ensemble. Néanmoins, une étude réalisée parmi les exploitations des Centres de Gestion place le Pays de Caux nettement en tête de toutes les régions normandes pour le chargement par ha S.F.P. Celui-ci dépasse 1,6 U.G.B.B. dans la quasi-totalité des exploitations cauchoises alors que les chargements des régions purement herbagères (Auge, Bessin, Cotentin) atteignent 1,2 ou 1,4 U.G.B.B. par ha S.F.P.

  • 47 Streissel, Techniques et pratiques agricoles de la Seine-Maritime, 1962.

95Les excellents rendements fourragers du Caux placent son élevage bovin à un rang équivalent de celui des régions spécialisées alors même que le Caux produit, en plus, blé, betteraves, lin etc... La carte de l’élevage bovin en Normandie47 montre en effet que les densités bovines à l’ha S.A.U. dans le Pays de Caux occidental sont aussi bonnes que celles de la Manche ou du Bessin et sans doute meilleures que celles du Pays d’Auge ! Une étude sélective parmi les exploitations des Centres de Gestion révèle une répartition plus nuancée avec de très forts chargements dans les petites exploitations du Caux et des chargements plus irréguliers dans les exploitations moyennes ou grandes qui ne donnent pas la même priorité que les petites à l’élevage laitier.

96Les rendements laitiers souffrent de la même hétérogénéité que ceux des autres régions de Normandie. Certes, les résultats du Contrôle Laitier avec une moyenne annuelle de 3 625 l., un taux butyreux moyen de 40,1 atteignent un très bon niveau. Mais les deux syndicats du Caux et du Bray ne comptent que 738 adhérents sur 26 000 exploitants en Seine-Maritime (45) ! Il n’est malheureusement guère possible de donner une idée des rendements des étables non contrôlées. Face à l’enquête directe, le Cauchois s’enferme dans une méfiance mâtine lorsqu’on lui demande des chiffres. Quelques indices semblent prouver qu’ici comme ailleurs les bas rendements, inférieurs à 3 000 l. ne sont pas rares.

  • 48 Selon Sarrazin, 405, 1964.
  • 49 Sur les ventes publiques - Musset, 324, 1957.

97Et cependant, comme dans le Cotentin, le Pays de Caux constitue un des berceaux de race de la sélection normande. Pendant tout le xixe siècle, les éleveurs hésitèrent entre la race du pays, la cauchoise, rustique, solidement charpentée, engraissant bien, mais laitière très moyenne, et la Cotentine. Les croisements de la cauchoise avec des Durham importés eurent quelques faveurs au milieu du siècle. Mais finalement, Bernard Lavoinne, le grand éleveur du Bosc-aux-Moines (près d’Ourville), ami des Noël du Val de Saire, imposa la Normande. Il acheta en 1902 à Casimir Noël « Silencieux », « unanimement considéré comme le fondateur de la Race Normande moderne »48. Diffusée dans tout le Pays, la race normande prédomine toujours maintenant en dépit de l’apparition des Frisonnes et des Charolais. Avec des méthodes assez semblables à celles des grands élevages du Cotentin, le Pays de Caux demeure un centre très important de sélection bovine. Les grands éleveurs cauchois, Bernard Lavoinne, actuel président du Herd-Book Normand, Bernard Roussel (de St-Maurice-d’Etelan), François Lange (de Beuzeville-la Guérard) jouissent d’une notoriété comparable à celle des Noël ou des Duvernois. Comme dans le Cotentin d’ailleurs, la sélection reste réservée à une élite d’éleveurs. Hommes de la terre plus que de l’étable, les Cauchois ont assez peu le souci de l’élevage en tant que tel. Jadis chaque exploitant, à l’exception des petits possédait un taureau qu’il allait acheter dans les ventes aux enchères publiques faites annuellement à la ferme par les grands éleveurs. Maintenant tous adoptent l’insémination artificielle49.

  • 50 Atlas de Normandie, carte D12.

98Sur ces bases, une production globale importante fait du Pays de Caux une des grandes régions laitières de Normandie. Cependant, l’industrie de transformation y est nettement moins puissante que dans les grands pôles herbagers50. Elle est surtout constituée par des entreprises de conditionnement et de pasteurisation du lait de consommation qui travaillent pour l’approvisionnement du Havre, de Dieppe et de Rouen. La faiblesse relative de l’industrie laitière du Caux s’explique par deux raisons principales. D’une part, une proportion négligeable de la production est commercialisée directement par les fermiers. Dans les communes proches des villes où réside une population ouvrière nombreuse, chaque fermière dispose d’une clientèle de 10 à 20 personnes qui « viennent au lait » chaque soir achetant au total une cinquantaine de litres à un prix intermédiaire entre celui de l’épicerie et celui de la laiterie, ce qui est très favorable à l’exploitant. De plus, à la différence de ceux du Cotentin et du Bessin, plusieurs marchés cauchois ont conservé une certaine activité et les fermières vont y vendre du beurre qu’elles continuent encore à fabriquer : ainsi, Yvetot (17 000 kg par mois en été), Bosc-le-Hard (6 000 kg), Fécamp (8 500 kg), Goderville (4 500 kg), Lillebonne (4 200 kg), St-Romain (3 000 kg), Montivilliers (3 750 kg), etc... D’autre part, la structure du troupeau bovin du Caux diffère assez sensiblement de celle des grandes régions herbagères de Basse-Normandie. La prépondérance des vaches laitières y est moins nette, surtout dans les grandes exploitations. Le cheptel laitier représente l’élément le plus stable de l’élevage cauchois. Il se trouve au cœur de l’association cultures-élevage comme un élément quasi-permanent. Mais il n’exclut pas d’autres élevages.

  • 51 Picard, 183, 1960.

99Dans l’ensemble de la Seine-Maritime, le lait apporte environ 28 % des recettes des exploitations51. Pour tenir compte du Pays de Bray, nettement spécialisé dans la production laitière, il faut admettre dans le Pays de Caux une proportion voisine de 20-25 % qui correspond assez bien aux données de la Gestion. Les céréales constituent 15,8 % des apports et comme ce chiffre doit au contraire être augmenté pour le Caux, on peut admettre une proportion équivalente à celle du lait. En tête de ces céréales, et très nettement, le blé.

100Avec une production de 3 300 000 qx en 1962, la Seine-Maritime se classe parmi les grands départements à blé, seulement dépassé par l’Eure, l’Eure-et-Loir et par les départements du Nord, de Picardie et de la région parisienne. Depuis le xixe siècle, les surfaces emblavées ont beaucoup diminué (71 000 ha contre 120 000 en 1892), mais l’augmentation remarquable des rendements a très largement compensé cette diminution. Entre 1890 et 1895, la récolte départementale oscillait autour de 1 500 000 qx avec un rendement moyen de 12,5 qx par ha. Maintenant, il faut certes opposer à d’excellentes années comme 1962 (rendement moyen : 45,5 qx) des années plus médiocres comme 1963 (production : 2 195 qx, rendement 35 qx). La moyenne ne s’en établit pas moins à un niveau très élevé. Un bon cultivateur obtient couramment 40 qx à l’ha. Récolter moins devient presque déshonorant. Dépasser 55 et même 60 qx n’est plus exceptionnel. Le blé prend place soit dans un assolement classique de trois ans (blé-orge-trèfle), soit dans un « trois ans amélioré » (blé-orge-trèfle-blé-lin-betteraves, pommes-de-terre, par exemple), soit dans des assolements plus complexes, tel que le « 7 ans » (betteraves-orge-trèfle-blé-lin-pommes-de-terre-blé)... Les petits fermiers restent fidèles à la rotation la plus simple et la plus traditionnelle. Les grands exploitants compliquent leurs assolements à la mesure de leurs possibilités et de leurs ambitions. Parmi les céréales secondaires, l’orge, utile pour les élevages de complément, progresse continuellement aux dépens de l’avoine depuis la disparition des chevaux, tardive ici (1955-60) : la Seine-Maritime produit, en 1963, 777 000 qx d’orge et 864 000 qx d’avoine.

101Tels quels, la culture des céréales et l’élevage laitier représentent environ 40 à 45 % des produits bruts dans le Pays de Caux. Eléments communs à toutes les fermes, ils assurent depuis un siècle la stabilité relative des recettes et constituent les deux piliers centraux de l’organisation technique des exploitations.

3°) LES VOGUES DE CONJONCTURE

102L’exploitant cauchois cependant rêve toujours de faire mieux que du lait ou du blé. Car le blé, même dans une phase de cours favorables comme la période actuelle, n’atteint jamais les produits bruts très élevés du lin ou de la betterave. Et le lait, s’il assure les liquidités journalières ou mensuelles, ne procure pas les joies d’un « bon coup » sur un lot de bœufs. Homme de profit et de jeu, le Cauchois est fasciné par les sautes de conjoncture qui peuvent conduire à la perte, mais aussi au « bénéfice ». De rudes secousses cependant lui ont donné quelque sagesse. Seuls, les grands exploitants prennent des risques qu’ils ont d’ailleurs les moyens d’amortir. Les exploitants intermédiaires restent fidèles aux grandes lignes du système le plus sûr fondé sur le lait et sur le blé, mais ils ne manquent jamais de participer aux vogues, avec souvent deux ou trois ans de retard, lorsque l’intérêt de la spéculation semble assuré. Les petits fermiers n’agissent en ce sens qu’avec la plus extrême réserve...

103Deux types de variations s’offrent au choix des agriculteurs cauchois. Variations sur le système des cultures, d’abord, dont la gamme est particulièrement ouverte. Variations sur l’élevage ensuite. Ils pratiquent simultanément l’un et l’autre jeu. Le deuxième sera surtout étudié ici.

a) Les vogues culturales

  • 52 Sion, 202, 1908.
  • 53 Frémont, 311, 1956 - et, 312, 1957.

104L’étude des principales vogues culturales, en rapport avec les mouvements de prix, a déjà été faite par Jules Sion pour le xixe siècle52 et remise à jour pour la période contemporaine53. Le tableau ci-dessous montre l’importance respective des principales cultures « facultatives ».

105Dans l’ensemble, les cultures industrielles et les pommes de terre de consommation ont progressé depuis le début du siècle. Elles occupent une surface totale nettement inférieure à celle du blé pour une valeur globale de la production supérieure. Le lin, vieille culture cauchoise, florissante au début du xixe siècle, décadente vers 1900 sous la concurrence des lins russes et américains, relancée par les teilleurs belges, se place de nouveau en tête des cultures facultatives du Caux, surtout dans la zone littorale (dont le climat convient particulièrement à cette culture). Avec des produits de grande qualité, la Seine-Maritime se place au premier rang des départements liniers de France. La betterave sucrière apparut au début du xixe siècle mais ne progresse vraiment qu’à partir de 1890-1900. Son essor reste cependant limité à la suite de plusieurs mauvaises périodes conjoncturelles. De plus, le climat du Caux ne favorise guère cette culture (absence de chaleur en été, gel ou humidité pendant l’arrachage). Le colza, très bien adapté au climat, est une des cultures les plus typiques du Caux. Quelques chiffres donnent la mesure de ses fluctuations : 8 000 ha en 1825, 26 000 en 1860, 1 500 en 1929, 360 en 1940, 2 000 en 1952, 1 700 en 1963. En dépit d’un renouvellement des techniques (récolte à la moissonneuse-batteuse), cette culture reste maintenant très limitée. La pomme de terre (de consommation) occupe maintenant un rang plus élevé, mais les surfaces plantées subissent de nombreuses fluctuations. De toutes les cultures facultatives, c’est la seule à être pratiquée par toutes les exploitations, petites et grandes. Groupés en C.E.T.A., quelques producteurs de la région du Havre se sont spécialisés dans le plant.

106Les fluctuations des vogues culturales ont une influence certaine sur l’élevage. Les cultures facultatives occupent en effet, en concurrence avec les fourrages, les 5° et 6° « composts » de l’assolement de 6 ans (ou « triennal amélioré »), les 5° et 7° « composts » du quadriennal... Ainsi limitent-elles les cultures fourragères, et, par là même, l’élevage. C’est cette tendance que favorise actuellement la conjoncture.

TABLEAU 21. Types d’assolements cauchois

TABLEAU 21. Types d’assolements cauchois

b) Les élevages secondaires

107Le paysan cauchois, dans sa fierté, n’aime pas passer pour un « gagne-petit ». Dans l’élevage, tout ce qui n’est pas gros bétail ne l’intéresse guère. Il laisse cela aux femmes, aux enfants ou aux commis.

108L’élevage des moutons constitue cependant une des plus vieilles activités du Pays de Caux, plus importante jusqu’à la deuxième moitié du xixe siècle que l’élevage bovin.

109Les moutons cauchois appartenaient à la catégorie dite des « moutons de parcs », nourris jadis sur les jachères et sur les communaux. Avant les bovins, ils bénéficièrent des prairies artificielles au début du xixe siècle alors que les croisements de Mérinos avec la vieille race cauchoise permettaient une amélioration des toisons. Mais l’orientation changea vers 1830. Pour augmenter les qualités bouchères, les éleveurs tentèrent quelques croisements avec les races anglaises (Dishley) et négligèrent de plus en plus la production de laine. La concurrence des laines et des viandes étrangères sur le marché français, la désaffection du goût moderne pour la viande de mouton, l’intérêt croissant de l’élevage bovin provoquèrent une décadence rapide de cet élevage qui confine à la disparition. Quelques chiffres résument cette évolution : en 1857, 500.000 moutons en Seine-Maritime ; en 1914, 93.000 ; en 1929, 42.000 ; en 1963, 30.000. Quelques troupes subsistent encore dans des communes du littoral, témoins presque négligeables d’un passé cependant assez proche. En moins d’un siècle, les bovins se sont substitués aux moutons.

110Les quelque 30 000 moutons subsistant en Seine-Maritime sont presque tous des moutons d’herbage. La race cotentine a remplacé la vieille race cauchoise. Dans les petites fermes herbagères, des groupes de 10 à 15 têtes apportent quelques revenus de complément à des retraités ou à des rentiers. De même, dans les cours de grandes fermes, de petits troupeaux fournissent parfois aux fils de la maison l’argent de poche du dimanche. Au total, une activité très réduite.

111La basse-cour donne traditionnellement à la masure toute son animation, ses cris, ses couleurs. Basse-cour nombreuse et variée d’ailleurs : poules, oies, parfois pintades, dindes, canards d’Inde qui ornent les mares toujours présentes à l’abri des grands hêtres. La basse-cour complète les revenus journaliers ou hebdomadaires que la fermière tire des ventes directes de lait, de crème et de beurre. Avec les produits des clapiers dont s’occupe souvent le vacher, elle échappe naturellement à toute statistique, mais elle n’en joue pas moins un rôle important dans l’approvisionnement des grandes villes de Haute-Normandie.

  • 54 Enquête agricole Seine-Inférieure, 1929.

112En ce domaine, d’importantes transformations sont intervenues depuis quelques décades. Au début du siècle, aucun effort de sélection, des poulaillers étroits et sans fenêtre (souvent dans les anciens fours), une aviculture empirique que le rédacteur de l’enquête agricole de 1929 pouvait ainsi décrire : « Il y a trente ans, une fermière avisée et bonne mère de famille avait soin, pendant les mois d’abondance, de conserver dans la chaux, les œufs destinés à la tarte et au gâteau des Rois, tellement elle était persuadée que d’octobre à janvier il n’y avait rien à espérer d’une bonne poule : trois mois de repos, c’était la règle »54.

113Bien des fermières ne consacrent, aujourd’hui encore, que le minimum de soins à leur basse-cour. Mais la plupart ont amélioré leur sélection par l’achat de poussins. Près des villes, se sont installés de grands élevages spécialisés. Ainsi, près du Havre, à Gonfreville-l’Orcher, Gainneville, Goderville, Saint-Romain. Quelques fermes ont monté des poulaillers modernes et, grâce aux grains dont elles disposent et à des aliments achetés, elles se livrent à l’élevage standardisé des pondeuses ou des poulets de chair. Cette activité semble cependant avoir pris une moins grande extension dans le Caux que dans les Plaines de l’Eure, plus céréalières et plus proches de Paris.

114Traditionnellement, l’élevage des porcs n’intéresse guère le paysan cauchois. Il n’apprécie pas la saveur de cette viande blanche et ce goût se trouve partagé par les Rouennais et les Havrais de souche cauchoise, ce qui limite les débouchés régionaux de cette production. Il ne sait où abriter sa porcherie et il répugne à fragmenter sa cour afin de séparer les truies des autres animaux. Enfin et surtout, il hésite à passer au stade de l’élevage semi-industriel parce qu’il sait que la porcherie exige beaucoup de travail et que dans le cadre des multiples activités de sa ferme les tâches déjà ne manquent pas. L’élevage du porc trouve difficilement sa place dans l’organisation du travail de l’exploitation. La « patronne » ne peut s’occuper que d’une ou deux truies, et rien de plus. Le vacher donne tout son temps à ses vaches. Le patron et ses commis se consacrent aux champs, et « aller aux cochons » ne leur sied guère. Dans ces conditions, et en dépit de l’abondante nourriture dont pouvaient disposer les porcs (sous-produits de beurrerie, pommes de terre, farines, etc...), cet élevage resta longtemps très modeste. En 1929, l’ensemble de la Seine-Maritime ne comptait que 70.000 porcs, soit 15,4 pour 100 ha contre 18,6 de moyenne en France.

115Mais le paysan cauchois, quelles que soient ses répugnances, ne manque pas les bonnes affaires. Plus qu’aucun autre élevage, celui du porc suit des vogues, en rapport avec le cycle des prix. Parfois, ceux-ci devenant franchement favorables, les importantes disponibilités de nourriture des fermes cauchoises sont consacrées à la porcherie. Un premier élan pousse l’élevage cauchois pendant l’occupation allemande qui élargit brusquement les débouchés. Il se renouvelle plusieurs fois après la guerre, portant finalement les effectifs de Seine-Maritime à 18.000 truies, 19.000 porcs de 6 mois et plus et 120.000 porcelets (1963). Dans les fermes cauchoises, les grandes porcheries se sont multipliées. En ce domaine comme en beaucoup d’autres, le département de la Seine-Maritime a pris la première place en Normandie.

116A la différence de ceux dont l’étude précède, l’élevage du cheval ne doit pas être considéré comme un élevage secondaire. Jusqu’à la seconde guerre mondiale, l’élevage de formation de Boulonnais (75 % des effectifs), de Percherons ou d’Ardennais retint tous les soins et toute l’attention des agriculteurs. Le Caux n’était pas un « pays naisseur ». Les paysans achetaient dans le Boulonnais des jeunes produits qu’ils revendaient dans le Midi, en Champagne, en Alsace, ou, plus simplement dans les entreprises de transport des villes et des ports du Havre et de Rouen qui occupaient entre 2.000 et 3.000 chevaux. Durant leur stage dans le Caux, les poulains étaient « habillés » (formation sans travail) et « formés » par le passage dans trois ou quatre fermes sucessives où ils accomplissaient des travaux de plus en plus durs. Enfin, les agriculteurs cauchois prenaient en pension des chevaux fatigués par le travail sur le pavé des ports et des villes afin qu’ils se « refassent ». Ce système permettait aux fermiers de tirer un revenu appréciable de leur cheptel de trait.

117La disparition progressive des entreprises de roulage entre les deux guerres et la motorisation de l’agriculture cauchoise entre 1950 et 1960 entraînèrent la rétraction complète de cette activité.

c) L’engraissement du bétail bovin

118Toute l’attention des fermiers se reporte sur les gros bovins. C’est là une activité digne du « patron », jadis du « maître », qui peut y exercer toute sa science du commerce (« commerche »). Le cheptel laitier fournit une souche de base. Les herbages, les grains, les betteraves, les sous-produits de sucrerie, la paille et le foin de trèfle une nourriture plus qu’abondante. Trois possibilités, trois types de solutions permettent de répondre aux incitations de la conjoncture : le veau d’engraissement, le veau d’élevage, le bœuf engraissé.

119Le veau d’engraissement, (produit en trois mois environ) au même titre que le porc avec lequel il entre d’ailleurs en concurrence, retient assez peu les faveurs des agriculteurs cauchois. Sa production s’est développée à la fin du xixe siècle parallèlement à celle des vaches laitières. Elle atteint maintenant un niveau assez important grâce aux élevages dispersés des petites fermes et à un petit nombre de grandes exploitations qui ont adopté cette spécialité. Le marché des grandes villes de Seine-Maritime n’en reste pas moins légèrement déficitaire pour cette viande et il doit importer des départements voisins, notamment de l’Eure. Les fermes cauchoises auraient les moyens de développer cette activité, mais les exploitants estiment généralement que la valorisation du travail exigé par cette spéculation demeure insuffisante.

120Le veau d’élevage se présente comme une solution plus simple et plus satisfaisante pour les exploitations petites et moyennes surchargées de travail. Il demande, en effet, peu de soins. Après sevrage, les veaux sont laissés en liberté dans les cours et dans les herbages proches des fermes. Faute de pouvoir ou de vouloir les « finir », le fermier moyen les vend entre deux ans et deux ans et demi soit à des emboucheurs du Marais de Basse-Seine, soit à de gros exploitants. Ainsi, grâce à la gamme très hiérarchisée de ses exploitations, le Caux peut-il être tout à la fois pays naisseur, d’élevage et d’engraissement. Cependant, au cours de la période 1950-60, ce circuit a évolué de façon très défavorable pour les éleveurs qui ne trouvèrent plus aucun profit à garder leurs veaux jusqu’à deux ans. Ailleurs, dans le Bocage par exemple, cette conjoncture a entraîné la diminution de l’élevage au profit de la prodution laitière ou de l’engraissement des veaux. Dans le Pays de Caux, au contraire, elle a conduit à une généralisation de l’engraissement des bœufs.

121Le bœuf d’engraissement est maintenant suivi dans la majorité des fermes (à l’exception des plus petites), depuis le début jusqu’à la fin de son cycle. Mais il n’en fut pas toujours ainsi. Pendant longtemps, l’engraissement des bœufs restait une spécialité des grandes fermes qui pratiquaient concurremment ou simultanément deux techniques : l’embouche à l’herbe et l’engraissement à l’auge.

122L’embouche à l’herbe l’emporte dans les grandes exploitations de la partie méridionale du Pays de Caux, spécialement autour de Saint-Romain de Colbosc, dans une région très influencée par la proximité du Marais et par une certaine lourdeur des limons très argileux. Un petit nombre d’herbagers complètent leurs effectifs issus des souches locales (veaux d’élevage et vaches de réforme) par des « blancs » charolais et par des Maine-Anjou. Les grandes fermes conservent la totalité de leurs bœufs qu’elles engraissent dans les herbages.

123Dans les zones plus céréalières ou plus betteravières du Caux central et du Caux littoral, l’engraissement à l’auge offre plus d’intérêt car il permet une utilisation intensive des pulpes et des collets de betteraves, des farines d’orge et d’avoine, des pailles et des foins auxquels peuvent s’ajouter des tourteaux. Le grand exploitant achète à l’automne des lots de bœufs ou de vaches de réforme qu’il « finit » pendant l’hiver pour les revendre en pleine période de « soudure » alors que les cours sont les plus favorables. Un autre système consiste à prendre des bœufs « en pension » pour un prix forfaitaire à la journée, les risques et les profits de la conjoncture restant à la charge ou au bénéfice d’un marchand. Cette technique de l’auge permet à quelques agriculteurs de passer à des procédés plus intensifs encore par l’engraissement accéléré de jeunes veaux du type « baby-beef ».

124Ainsi quelques grandes exploitations ont-elles adopté comme une spécialité parmi d’autres la production de viande de bœuf soit par la technique herbagère, soit par l’engraissement à l’auge. Mais l’originalité du système cauchois consiste de plus en plus à combiner les deux techniques au sein des mêmes exploitations. La plus grande partie des fermes conservent maintenant leurs bœufs jusqu’à l’engraissement. Les exploitants nourrissent les élèves pendant deux ans sur les herbages mais ils évitent qu’ils se « défassent » en hiver en leur apportant un complément de nourriture sous forme de paille et de collets produits sur l’exploitation même. Pour le finissage, les bœufs reçoivent successivement au cours des derniers mois de leur existence, après un dernier passage en herbage, les collets de betteraves, à l’automne, puis des farines, pulpes et concentrés. Ils peuvent être prêts pour la boucherie à la fin de décembre ou en janvier.

125Grâce à la variété et à l’intensité de son infrastructure fourragère, le Caux apparaît beaucoup mieux armé maintenant que les régions herbagères pour répondre aux besoins du marché de la viande. Déjà, la Seine-Maritime, où les embouches du Bray et les herbages de la Basse-Seine viennent compléter les apports du plateau cauchois, se classe au deuxième rang des départements français pour la production de la viande de bœuf, juste après l’Orne. En dépit de l’importance des marchés régionaux, la Seine-Maritime exporte de la viande dans les départements bas-normands, le Nord et le Pas-de-Calais, la région parisienne. L’importance de la production de viande dans le Pays de Caux achève de justifier son classement parmi les plus grandes régions d’élevage de Normandie.

III. – LES PAYS DE CAUX

126Partout sur le plateau cauchois, d’Yvetôt à Goderville et de Dieppe à Lillebonne, l’association des cultures et de l’élevage s’impose comme l’élément fondamental de l’économie agricole. Cependant, cette combinaison possède une assez grande souplesse d’adaptation aux circonstances pour présenter une variété de faciés locaux nettement différenciés. Ces nuances doivent être analysées, car rien ne serait plus faux que de présenter le Caux comme un bloc homogène.

127A l’est du département de la Seine-Maritime, les plateaux périphériques du Bray ne font pas partie du Pays de Caux. Cependant, y domine la même association des cultures et de l’élevage avec intervention combinée des prairies artificielles et des herbages permanents, la même répartition différenciée des exploitations agricoles selon une gamme qui s’échelonne de 10 à plus de 100 ha.

  • 55 Situés les plus au nord, ceux de l’Aliermont sont les plus connus et les plus schématiques (long v (...)

128La proximité du Pays de Bray, la nature du relief et des sols, la position de région marginale, la variété des vieilles structures d’exploitations distinguent nettement tous ces plateaux orientaux du Pays de Caux proprement dit et déterminent une division régionale beaucoup plus nuancée que celle indiquée par le découpage des régions agricoles officielles. En premier lieu, des vallées relativement importantes fragmentent le plateau, la Bresle et la Béthune au nord, l’Andelle au sud : elles introduisent trois zones herbagères qui divergent du Pays de Bray et prolongent dans trois directions son influence de grande région d’élevage. Entre la Bresle et le Bray, les vallées de l’Yères et de l’Eaulne découpent le plateau en langues étroites où se sont inserrés de vieux villages d’essarts55 : plus rien de cauchois dans cette morphologie comme dans cette structure où les petites exploitations sont nombreuses ; l’herbage et l’élevage l’emportent nettement sous l’influence directe du Bray dans un milieu relativement favorable. Plus au nord, par contre, en bordure du littoral entre Dieppe et Eu, le plateau s’élargit. Dans cette région dite du « Petit Caux », les limons légers à dominance sableuse justifient l’importance des cultures de lin et de pommes de terres et une moindre extension des herbages qui n’en occupent pas moins encore le tiers environ de la surface agricole. C’est finalement à l’ouest du Bray que se retrouvent le mieux les différents termes de l’économie cauchoise, phénomène normal puisqu’aucune discontinuité importante n’interrompt entre Yvetot et Saint-Saëns l’étendue des plateaux qui s’élèvent vers l’est. Cependant, cette région de transition n’est plus vraiment cauchoise. Le paysage rural s’altère de plus en plus, la beauté majestueuse des hêtraies laisse place peu à peu à la monotonie des constructions en briques et des cours étroites ; de nombreuses rivières interrompent la plaine, multipliant les pentes et les sols lourds qui rendent difficiles les labours et les charrois (notamment au cours des récoltes de betteraves) ; la rigueur du climat s’accentue dans cette région qui est la plus élevée de Seine-Maritime, les stabulations deviennent plus longues, les cultures de lin difficiles, voire impossibles, et des forêts nombreuses jettent leur tache sombre sur le paysage. Voici donc autour de Tôtes, Clères, Buchy, Boos, une sorte de marche du Caux, une région qui associe les principaux termes du système cauchois, sans en posséder toute la richesse ni toutes les virtualités. Un Pays de Caux sans hêtraie, sans lin et parfois sans betteraves, c’est-à-dire un Pays de Caux qui n’en est pas un.

129A l’ouest d’une ligne Dieppe-Duclair, s’étend le Pays de Caux proprement dit. A première vue, rien ne paraît plus homogène que ce plateau limoneux qu’aucune vallée importante ne vient interrompre. Et cependant, chaque Cauchois sait bien que la répartition des cultures et des types d’exploitations diffère assez sensiblement sur les terres de Cany, de Fauville, d’Octeville ou de Saint-Romain. La nature des limons, les nuances du climat, la répartition des exploitations et le réseau des influences déterminent dans le Caux des oppositions régionales très nettes qui, dans une sorte de microcosme géographique, permettent d’étudier les principaux types d’association des cultures et de l’élevage, de l’élevage dominant à l’élevage subordonné.

Figure 60. – L’utilisation du sol dans six fermes - types du Pays de Caux

1° LE PAYS DE CAUX CENTRAL DE GODERVILLE A YVETOT : L’EQUILIBRE

130Les plaines situées entre Goderville et Bolbec, Fauville et Yvetôt, Doudeville et Yerville constituent l’axe du Pays de Caux. Aucune vallée drainée ne les entaille. Seuls, les vallons nombreux, quelques vallées sèches et la nébuleuses des cours animent la surface continue du plateau. Nulle part ailleurs le paysage cauchois n’est aussi pur. Les plaines s’ouvrent en parcelles de labour aux formes trapues. Sous le frémissement des grands hêtres, les cours rectangulaires abritent les exploitations qui se groupent en hameaux de 4 à 5 fermes. Dans chaque commune, près de l’église au beau clocher de pierre, un petit bourg étriqué abrite quelques commerces et des maisons en colombage, modestes demeures d’ouvriers agricoles ou de journaliers jadis habitées par des tisserands. Les chefs-lieux de canton s’animent le jour de marché. Seul Yvetôt dispose des services d’un petit centre régional. Le Pays de Caux central est purement rural.

131Tout contribue à faire de cet axe une région moyenne dans l’association des cultures et de l’élevage. De bons sols limoneux de plateau, nettement plus argileux que ceux du littoral, favorables aux cultures mais aussi aux prairies. Un éventail d’exploitations variées, les surfaces occupées par les petites, les moyennes et les grandes fermes tendant à s’équilibrer dans une répartition par tiers, avec cependant une nette tendance à l’augmentation de la taille moyenne des exploitations vers l’est. Une situation centrale enfin où se maintient le mieux la tradition cauchoise dans l’éloignement relatif des grandes villes et l’équilibre des influences de la Basse-Seine et du littoral. Le Pays de Caux de Goderville et d’Yvetôt reste un Pays de Caux moyen. Les herbages permanents (cours comprises) occupent environ le tiers des surfaces utiles ; céréales, cultures industrielles (betteraves et lin), cultures fourragères se partagent les labours ; l’engraissement des bœufs (surtout dans les grandes fermes) et des porcs (surtout dans les petites) complète l’élevage laitier, présent partout.

132L’exemple de deux fermes de la région d’Yvetôt permet d’illustrer les principales orientations du Caux central. Le tableau qui suit résume leurs activités :

133La ferme de Roland Cordier, louée à un médecin, représente assez bien les petites exploitations familiales du Caux central. L’élevage y occupe une place prépondérante (72 % des surfaces, dont 50 en herbages) et si le blé constitue une autre ressource importante de l’exploitation, les cultures industrielles ne sont représentées que par 1 ha de betteraves sucrières. L’élevage laitier retient toute l’attention de l’exploitant, suivi par l’engraissement des bœufs et des porcs. Disposant d’une surface réduite et de faibles possibilités d’investissement, le petit fermier, au prix d’un gros travail, parvient à un degré remarquable d’intensification. Il n’est aidé que par sa femme et par un journalier.

134La ferme Cordier cependant ne saurait s’identifier totalement à la moyenne des petites exploitations du Caux central. Roland Cordier, en effet, est un jeune agriculteur qui milite dans les organisations syndicales et adhère au Centre de Gestion, ce qui est très rarement le cas de ses confrères. Par ailleurs, son exploitation est située à l’est du Caux, dans une région de terres argileuses, froides et lourdes. Les deux particularités se compensant, ses résultats globaux correspondent aux rendements moyens des petites fermes. Mais les techniques et certaines orientations diffèrent assez sensiblement de celles des autres exploitations. La petite ferme traditionnelle consacre au trèfle une part plus importante des surfaces, réserve peu de soins aux herbages, vend ses veaux à un an et s’efforce encore parfois de valoriser la production laitière en fabriquant du beurre. Farouchement repliée sur elle-même, elle utilise au maximum toutes les ressources de la main-d’œuvre familiale. Roland Cordier a introduit dans son assolement le maïs-fourrage, il s’efforce de rénover par le labour ses plus mauvais herbages. Parce que la Gestion lui a prouvé la rentabilité de ces orientations, il vend son lait cru et engraisse ses bœufs plutôt que de les vendre à des emboucheurs. Enfin son ambition est de pouvoir libérer sa femme des corvées de la ferme et il s’efforce de resserrer une association de travail avec un autre fermier voisin. Mais parmi les petits exploitants cauchois, Roland Cordier n’est encore qu’un pionnier isolé.

135Adrien Lepicard personnifie une toute autre orientation : celle des grandes fermes, peu nombreuses mais néanmoins très importantes par la surface qu’elles occupent. De 25 à 55 ha, un type intermédiaire d’exploitations moyennes réserve encore le maximum de soins à l’élevage laitier et aux cultures de céréales en complétant la main-d’œuvre familiale par le travail de salariés. Cependant, les cultures industrielles s’intègrent avec de plus en plus d’importance dans l’assolement. Au-dessus de 55 ha, apparaît la grande exploitation à 2 tracteurs dont l’essentiel de la main-d’œuvre est salariée. Adrien Lepicard appartient à une grande famille cauchoise qui acquit en 1929 la ferme de 97 ha qu’il dirige maintenant. Il représente fort bien un type d’entrepreneur dynamique, véritable chef d’exploitation, ouvert aux techniques et aux idées nouvelles, mais assez prudent cependant pour ne pas s’enthousiasmer trop vite.

136Chez A. Lepicard, les cultures de vente occupent la première place : blé (avec des rendements courants de 45 qx), mais aussi lin dont la culture s’est étendue vers l’intérieur depuis 10 ans grâce à l’introduction de nouvelles variétés, betteraves sucrières (en dépit de terres trop lourdes), pommes de terre de plant, pommes de terre de consommation livrées directement à des cantines de Notre-Dame-de-Gravanchon. L’élevage occupe donc une place relativement modeste (moins de 50 % des surfaces). Elle pourrait l’être plus : afin de diminuer leurs charges de main-d’œuvre, certaines grandes exploitations liquident leurs étables. Mais, comme la majorité des fermiers, A. Lepicard reste fidèle à son cheptel laitier tout en regrettant sa faible rentabilité. Il élève un fort troupeau de 32 vaches normandes sur des herbages qu’il prend soin de fumer et d’améliorer en les « recassant » périodiquement. Jusqu’à 2 ans, il garde ses veaux sur prairies mais il les finit à l’auge grâce à une alimentation abondante fournie par les pulpes et collets de betteraves sucrières, les betteraves danoises, l’orge, les tourteaux de lin, le foin de trèfle violet. En plus, 11 truies mettent bas quelque 140 porcelets par an. La façon dont sont conduits ces deux derniers élevages illustre très bien la manière très fine dont les grands exploitants cauchois adaptent leurs activités à la conjoncture. Les porcelets peuvent être vendus après sevrage ou engraissés sur place selon les cours. Et A. Lepicard envisage, s’il le faut, d’accélérer le rythme d’engraissement de ses bœufs pour faire une sorte de « baby-beef »...

137La grande ferme cauchoise sait évoluer et elle en a les moyens. Avant la guerre, le père Lepicard consacrait aux prairies permanentes une partie beaucoup plus importante des surfaces. Il n’employait pas moins de 3 charretiers (et 12 chevaux), 3 hommes de cour, 2 vachers, 1 ou 2 journaliers, sans compter les saisonniers. Son fils travaille maintenant avec 3 chauffeurs de tracteur, 1 porcher et 1 vacher à temps partiel. L’équipement particulier de l’exploitation est complété par 2 moissonneuses-batteuses, un « pick-up » et 1 camion en copropriété avec d’autres exploitants. Entrepreneur dynamique, prenant des responsabilités dans l’organisation de sa profession, Adrien Lepicard est secrétaire de 2 coopératives et milite dans plusieurs autres organisations.

138La grande cour cauchoise des Lepicard abrite une maison de briques qui ne se distingue guère par l’allure extérieure. Mais dans le salon meublé avec goût, la chaleur de l’âtre s’ajoute à l’efficacité du chauffage central.

2° LE SUD-OUEST DU PAYS DE CAUX, DU HAVRE A LILLEBONNE : L’ELEVAGE PREPONDERANT

  • 56 Atlas de Normandie, carte D4.
  • 57 Sur ces régions des méandres, plusieurs articles de Jouis (E.) et Lecacheux (M-Th).

139Sur une carte des prairies permanentes et des labours56, l’ensemble de la bordure méridionale du Pays de Caux apparaît nettement plus herbager que le reste du plateau. Dans aucune commune, les labours n’occupent plus de 80 % de la surface utile (ce qui se produit parfois dans le centre du Pays et surtout dans le nord). Ici, le rapport Prairies permanentes/Labours s’établit autour de 50 %. L’importance des herbages permanents révèle dans toute cette région une nette prépondérance de l’élevage au sein de l’association classique du Caux. Le phénomène est particulièrement marqué dans ce qu’on pourrait appeler « le Caux de Saint-Romain », où, dans un triangle compris entre le Marais de Seine au sud, la RN 14 au nord, et la rivière de Bolbec à l’est, l’économie herbagère semble se prolonger au nord de la Seine. Toutefois, plus à l’est, dans les méandres de Saint-Maurice-d’Etelan et de Duclair se retrouve une situation assez analogue57. Trois séries de facteurs permettent d’expliquer cette originalité du Caux méridional.

1401 — Les conditions naturelles du Caux méridional ne présentent ni les aptitudes, ni l’homogénéité de celles du centre du plateau. La morphologie permet ici de rendre compte d’un trait de géographie humaine. En effet, cette frange de plateau bordant la vallée de la Seine est profondément affectée par les entailles d’érosion des multiples petits cours d’eau affluents du fleuve. Autour de Saint-Romain, par exemple, la rivière de Bolbec à l’est, celle de Saint-Laurent à l’ouest, les ruisseaux de Sandouville, d’Oudalle et de Saint-Vigor au sud fragmentent de toute part le plateau et se prolongent par un dédale de vallées sèches plus ou moins nettement marquées. Le plateau se limite à quelques langues étroites entre les vallées (Oudalle, Sandouville, Saint-Vigor, Saint-Nicolas-de-la-Taille, Saint-Jean-de-Folleville) ou à des étendues plus vastes toutes bosselées par le réseau dense des vallons et vallées sèches (Saint-Romain, La Remuée, les Trois-Pièrres, etc...). Plus à l’est, les réseaux de la Sainte-Austreberthe et des petites rivières de Caudebec et de Rançon jouent un rôle analogue. Enfin, dans le lobe convexe des méandres (Saint-Maurice-d’Etelan, Duclair, Roumare), le plateau proprement dit laisse place aux terrasses des alluvions anciennes.

  • 58 Jouis (E.) et Lecacheux (M-Th) ; 1959, 1959.

141La variété des conditions pédologiques suit naturellement celle du relief. Le limon, richesse du Caux, se limite au plateau proprement dit et aux vallons. Dans un modelé où ceux-ci sont très fréquents, affleurent surtout les faciés les plus argileux ; sur les pentes des vallées sèches ou drainées, toute une série de sols médiocres dérivés des presles, argiles et biefs à silex ; sur les alluvions anciennes, des formations sablo-caillouteuses, « très pauvres en colloïdes, acides, très caillouteuses... »58. Ce milieu diffère tellement de celui du centre du plateau que l’agriculteur d’Yvetôt ou de Goderville n’y reconnaît pas le Pays de Caux. Sauf par la fréquence des faciés argileux, les conditions de cette frange méridionale ne prédisposent pas particulièrement la région à l’élevage. Mais elles se révèlent encore plus impropres à la grande culture et favorisent ainsi une dégradation de l’association cultures-élevage.

  • 59 Atlas de Normandie, carte D 2.

1422 — Les structures d’exploitations ne s’identifient pas non plus avec celles du Caux le plus classique59. Sur la carte de répartition des exploitations agricoles, apparaissent quelques taches rouges qui indiquent une prédominance de petites fermes, surtout à l’est de Lillebonne. Certes, existent bien encore quelques grandes exploitations qui dominent de leurs fières demeures la vallée de la Seine, lointaines héritières de domaines seigneuriaux (Saint-Jean-de Folleville, Saint-Maurice-d’Etelan, etc). Mais les petites exploitations de moins de 20 ha sont, dans l’ensemble, beaucoup plus nombreuses qu’au centre du plateau. Leur présence favorise incontestablement la prépondérance de l’économie d’élevage, et, spécialement, de l’élevage laitier.

  • 60 Musset, 325, 1961.

143A l’originalité des structures, s’ajoute d’ailleurs celle du paysage et de l’histoire agraires. D’importants massifs forestiers marquent encore de leur empreinte cette zone ingrate (Roumare, Jumièges, St-Arnoult, etc...) mais ils s’étendaient autrefois à l’ouest sur le plateau jusqu’à Sandouville et St-Romain. Comme l’a montré R. Musset60, la grande forêt de Lillebonne a été défrichée tardivement entre le xie et le xiiie siècle. Les nombreux hameaux-rues qui s’égrènent entre St-Romain et Lillebonne, la Remuée, le Paradis, le Nouveau monde, St-Nicolas-de-la-Taille, etc..., par leurs noms et leurs physionomies rappellent encore le souvenir des essarts forestiers dont ils sont nés. Les maisons sont modestes, rustiques, très souvent encore recouvertes de chaume ; la structure agraire resserrée en « boëls » ; les cours plus étroites et moins majestueuses que celles des grandes fermes du centre, les haies remplaçant souvent les hêtraies... Les besoins et les ambitions des petits agriculteurs qui habitent ces hameaux diffèrent nettement de ceux des gros fermiers. Peu sensibles aux attraits de la grande culture, ils ont adopté l’élevage.

  • 61 Perpillou, cartes inédites.
  • 62 Cf. 1re partie, annexe au chapitre II.

1443 – La proximité du Marais de la Seine a joué un rôle décisif dans l’orientation contemporaine de l’économie agricole. Au début du xixe siècle, en effet, l’utilisation du sol de la région de Lillebonne-St-Romain ne différait guère, d’après les cartes de A. Perpillou61, de celle du Caux central. L’agriculture de la frange méridionale du Caux jouissait d’une réputation moins flatteuse que celle des autres régions et l’économie des terroirs de méandres était considérée comme franchement mauvaise. Mais rien n’indiquait encore, tout au moins à l’ouest, une orientation marquée du système agricole vers l’élevage. A la fin du siècle, les travaux d’aménagement de la Basse-Normandie aboutirent à l’assèchement du Marais entre Harfleur et Tancarville et à la création d’une grande zone herbagère à proximité du plateau cauchois62. Maintenant, l’association du Marais et du Pays de Caux de St-Romain apparaît comme un élément fondamental de la vie régionale. Les herbagers, emboucheurs et marchands de bestiaux se sont multipliés, notamment dans la période 1920-1950. Le petit bourg de St-Romain est leur fief, le marché du samedi leur lieu de rencontre. De nombreux agriculteurs du plateau « louent du Marais » au Domaine, au Port Autonome du Havre ou aux propriétaires privés et peuvent ainsi renforcer leur cheptel. Le triangle Harfleur-Bolbec-Lillebonne circonscrit très nettement la zone des locataires de Marais. Attirés par la vente des veaux d’élevage, jouant le rôle traditionnel de « naisseurs », les petits exploitants ont augmenté leurs étables, accroissant leur production laitière. Ceints de barbelés, les herbages se sont étendus autour des cours dans la période 1920-50, et, en dépit d’un léger recul contemporain, ils occupent encore environ la moitié de la surface utile.

145A cette orientation particulière, correspond une gamme d’exploitations plus différenciée que celle du Caux central. Très logiquement, les systèmes d’élevage pratiqués permettent de distinguer les principaux types de fermes.

146Quelques grandes exploitations se sont spécialisées soit dans l’élevage de sélection, soit dans l’embouche à l’herbe, mais l’un et l’autre cas restent exceptionnels. Cinq éleveurs pratiquent annuellement la vente aux enchères publiques de bêtes sélectionnées, mais les deux plus grands élevages de ce type se situent au centre du plateau près d’Ourville (Lange, Lavoine). Plus significative, la présence à St-Nicolas-de-la-Taille d’un syndicat d’élevage qui groupe des fermes petites et moyennes pour l’exploitation et la vente de taureaux de sélection. Dans un autre secteur d’activité, les exploitations d’embouche herbagère s’étaient multipliées autour de St-Romain-de-Colbosc, utilisant les mêmes techniques extensives que celles de Basse-Normandie en liaison avec le Marais. Cette spécialisation tend à s’effacer depuis quelques années sous l’effet d’une conjoncture défavorable et la région de St-Romain ne compte plus qu’une dizaine d’« herbagers » importants.

147La petite ferme de spécialisation laitière subsiste par contre. Elle occupe une main-d’œuvre exclusivement familiale, produit surtout du lait, vend ses veaux, fabrique parfois du beurre... Souvent, (surtout au-dessus de 15 ha), la petite ferme reste fidèle à l’association des cultures et de l’élevage et pratique des cultures céréalières à côté du trèfle et de la betterave fourragère. Mais, typiques de la région de St-Romain et des vallées, quelques très petites fermes (en-dessous de 10-15 ha) sont franchement spécialisées et ont abandonné les cultures. La petite ferme herbagère rappelle celle de Basse-Normandie, mais le ménage qui l’occupe dispose souvent d’autres revenus que ceux de l’exploitation : salaires industriels d’ouvriers de la Basse-Seine, bénéfices commerciaux de bouchers et de marchands de bestiaux, rentes de fermiers retirés...

148La ferme moyenne, la plus importante en définitive par les surfaces occupées, ne se différencie de celle du plateau que par la place plus grande qu’elle réserve aux herbages permanent dans ses surfaces et à l’élevage des gros bovins dans son économie, L’exemple de la ferme de Jean Fournier, à Gainneville, illustre bien cette orientation :

149Comme la plupart des exploitants du Caux méridional, Jean Fournier considère l’engraissement des bœufs comme une activité essentielle de son exploitation au même titre que la production laitière et que la culture des céréales, des betteraves à sucre et du lin. Il pratique une forme d’engraissement très intensif qui combine les techniques de l’auge et du pré. Le « cycle du bœuf » dans son exploitation caractérise fort bien les techniques mixtes du système cauchois. Il peut se résumer ainsi :

150Par ce système, l’éleveur cauchois évite les principaux inconvénients de l’embouche herbagère. Les bêtes échappent aux sous-alimentations d’hiver grâce aux réserves de l’exploitation. Par l’intervention des produits de cultures, l’éleveur peut « forcer » sa bête au bon moment et spécialement en début et en fin de croissance. Certains essais réalisés dans des exploitations moyennes permettent de réduire le cycle d’engraissement à moins de 2 ans.

151Cette technique mixte s’impose maintenant dans l’ensemble du Pays de Caux. Dans le Pays de Caux méridional, elle tend à remplacer les méthodes purement herbagères. L’activité des grands herbagers du Caux de St-Romain diminue, car ils ne disposent plus des veaux que leur fournissaient jadis les exploitants : comme Jean Fournier, ceux-ci engraissent maintenant eux-mêmes ; ils louent quelques parcelles dans le Marais pour compléter leur gamme fourragère. Tout en transformant ses méthodes, le Pays de Caux méridional reste orienté surtout vers l’élevage.

3° LE PAYS DE CAUX LITTORAL DOMINE PAR LES CULTURES

152Par ses limons plus grossiers et plus filtrants, par son climat aux contrastes atténués, le Pays de Caux littoral se distingue nettement de l’intérieur du plateau. Le Petit Caux prolonge au-delà de Dieppe la région littorale du Caux qui s’étend parallèlement aux falaises sur une quinzaine de kms de profondeur.

  • 63 Cf, au début de ce chapitre, le paragraphe « des sols de toute première qualité ». Références cité (...)

153Tous les auteurs qui ont étudié les limons cauchois63 ont remarqué la granulométrie plus grossière et la plus faible teneur en carbonate de calcium des formations superficielles du littoral. Les agriculteurs tiennent pour « sableux » et « secs » (à cause de l’infiltration) les sols du Caux maritime, spécialement ceux de la pointe ouest au nord du Havre, la tendance s’atténuant un peu dans la région de Dieppe. Les analyses des agronomes et des morphologues confirment ces observations empiriques. Mieux, elles permettent d’expliquer la nature du phénomène. La proximité des centres d’ablation éoliens de la Manche, puis la plus grande humidité des paléo-climats dans cette zone littorale rendent assez bien compte de la granulométrie relativement grossière (importance des sables) et du lessivage des éléments carbonatés. Tous ces caractères limitent les possibilités d’extension des herbages permanents qui n’excèdent jamais 40 % des surfaces et descendent même souvent en-dessous de 20 %. De toutes les terres du Caux, périphérie comprise, celles du littoral sont les moins herbagères.

  • 64 Une étude de l’état hygrométrique de l’atmosphère serait particulièrement précieuse. Seule la stat (...)

154De même, le climat diffère de celui de l’intérieur par de très fines nuances qui se modifient sur de faibles distances. Selon les agriculteurs, « le long de la côte, le climat change tous les 500 m. ». D’une façon générale, la rigueur du climat cauchois se trouve atténuée sur le littoral : davantage de vent, certes, surtout entre la Hève et Antifer. Mais des hivers nettement moins froids (de 1 à 1,5° de différence entre Yvetot et Fécamp de décembre à mars), des étés moins orageux mais aussi chauds, une pluviosité légèrement atténuée (841 mm de pluies à Fécamp, 839 au Havre, 700 à Dieppe contre 881 à Yvetot), mais aussi régulière (173 jours de pluie à Yvetot, 172 à Fécamp, 189 au Havre, 163 à Dieppe). La douceur relative des températures, la finesse et la constance de l’humidité expliquent la réussite de cultures comme le lin, les légumes de plein champ, la pomme de terre de plant64. Un élément perturbateur intervient cependant : le vent. Fréquent et violent, surtout entre la Hève et Antifer où la côte fait face aux rafales les plus vives, il accélère l’évapotranspiration et détermine dans une première bande littorale (à moins de 2 ou 3 kms de la côte) un type de terroir trop sec où les labours légers sur les limons alternent avec les pâturages à moutons des valleuses et des vallons.

155Ainsi les conditions naturelles déterminent-elles sur la bordure du plateau, en arrière des falaises, toute une série de vocations culturales ou d’élevage qui, depuis fort longtemps, font l’originalité de cette région par rapport à l’intérieur. Le Pays de Caux littoral, c’est le Caux du lin, de la pomme de terre et des pacages à moutons. Mais là doit s’arrêter l’analyse générale, car une opposition dans les structures d’exploitations entre le littoral du Havre à Fécamp et de Fécamp à Dieppe rend nécessaire une subdivision régionale que laissent déjà pressentir quelques nuances du climat et des sols.

a) Entre Le Havre et Fécamp : petite culture et élevage laitier

156Entre Le Havre et Fécamp, la vallée de la Lézarde prolongée par une ligne Criquetôt-Bec-de-Mortagne limite assez bien vers l’est le Caux littoral. Dans cette zone dominent les petites exploitations agricoles. Cette structure, jointe aux exigences naturelles (sols légers et secs, vents fréquents), tend à limiter les possibilités de l’association agricole. Les petites exploitations de moins de 20 ha sont ici beaucoup plus nombreuses que partout ailleurs dans le Caux. Elles occupent dans toutes les communes entre 40 et 60 % de la surface utile. Les grandes exploitations restent exceptionnelles. Cette répartition particulière accompagne un dessin agraire qu’on trouve rarement dans le Caux : quartiers de champs allongés, finages auréolaires, chefs-lieux de communes très étoffés (Octeville, Bléville etc...) avec habitat intercalaire de fermes dispersées... L’histoire agraire ne semble pas avoir traversé, sur ces terroirs de faible valeur mais faciles à travailler (d’où l’ancienneté de l’occupation du sol attestée par la toponymie en -ville), les phases de concentration qui ont si profondément marqué le Caux intérieur.

157La petite exploitation du littoral entre Le Havre et Fécamp n’a pas été tentée par l’herbage. Celui-ci se limite aux cours et à quelques parcelles annexes, soit au total 20 à 25 % des surfaces tout au plus. Il souffre en effet trop de sécheresses sous un climat humide mais trop venté et sur des sols trop filtrants. Ses ressources les plus particulières, la petite exploitation du littoral les trouve dans des culture très soignées beaucoup plus que dans l’élevage : le lin (surtout au nord de Cauville et à 1,5-2 km de distance des falaises), mais aussi les pommes de terre de consommation, les pommes de terre de plant, les cultures légumières de plein champ (choux de Bruxelles et Milan, poireaux, oignons, etc...). La culture des pommes de terre et des légumes caractérise spécialement les terroirs de Bléville, d’Octeville et de Cauville. La proximité du Havre explique cette orientation qui est fort ancienne et qui a pu contribuer à limiter la concentration des exploitations. Actuellement cette vieille activité s’adapte difficilement aux conditions modernes d’exploitation. Elle traverse une crise qui échappe aux problèmes de l’élevage.

158Aux petites cultures spécialisées et aux inévitables céréales, les petites exploitations du littoral ajoutent cependant toujours l’élevage des vaches laitières. Car si elles disposent de peu d’herbage, elles restent fidèles à l’assolement triennal qui réserve un « compost à manger » pour le bétail sous forme de trèfle violet, sans compter les cultures dérobées. De plus, la ville du Havre leur assure depuis longtemps un important débouché. Des fermiers d’Octeville et de Bléville livrent encore leur lait cru directement à des épiceries de Ste-Adresse. Mais la plupart sont clients de l’usine de pasteurisation de la Lézarde (à Montivilliers). Sous une forme ou sous une autre, les exploitations du Caux littoral s’intègrent à la « ceinture laitière » de la ville. Par ses petites exploitations et par l’association des cultures légumières et de l’élevage laitier, le système de production du Caux littoral au nord du Havre est typiquement celui d’une agriculture de banlieue.

b) Entre Fécamp et Dieppe : grande culture et élevages spécialisés

159Entre Fécamp et Dieppe, dans une zone animée par les bourgs de Cany-Barville, Fontaine-le-Dun et Luneray, les conditions naturelles se modifient : les précipitations deviennent un peu moins abondantes, mais les vents moins fréquents, les sols un peu moins filtrants. Surtout, les structures d’exploitations passent de la disperion à la concentration. Certes existent bien toujours d’assez nombreuses exploitations de petite taille qui combinent ici comme ailleurs l’élevage traditionnel de la vache laitière et des cultures de blé sans disposer toutefois des productions d’appoint de la région havraise. Mais l’éventail des fermes s’ouvre vers le haut et aux unités moyennes s’ajoutent de grandes exploitations qui occupent 30 à 70 % des terres et qui donnent le ton à l’ensemble de la région. Celles-ci sont localisées surtout dans une zone sublittorale (entre 5 et 10 km des falaises) plutôt que sur la frange littorale proprement dite. Animées souvent par des chefs d’entreprise dynamiques, notamment dans le milieu des exploitants protestants de Luneray, elles méritent de retenir spécialement l’attention. Par contre, les systèmes agricoles des petites et moyennes exploitations ne se différencient guère de ceux qui ont déjà été étudiés.

160La recherche rationnelle de la rentabilité conduit les grands exploitants du Caux dieppois à remettre en cause les fondements traditionnels de l’élevage régional. Un mouvement récent de conjoncture, mais aussi une tendance plus profonde incitent en effet les grandes unités mécanisées à préférer les cultures à l’élevage. La rationalisation du travail s’obtient plus aisément dans le secteur des cultures que dans celui de l’élevage, les rendements sont mieux assurés, les exigences de corvées quotidiennes beaucoup moins grandes, les cours actuels plus favorables. Le premier en Seine-Maritime, M. Olivier Rident, à Guetteville-les-Grès a supprimé son étable de vaches laitières. Au cours des cinq dernières années, son exemple a été suivi par de nombreux grands exploitants.

161Le système agricole donne donc nettement la priorité aux cultures sur l’élevage. Les produits fondamentaux des grandes exploitations échappent au cadre de cette étude : dans des assolements, variés selon l’art des cultivateurs (généralement 7 ans ou 9 ans), le blé, l’orge, la betterave sucrière et surtout le lin qui se trouve entre Fécamp et Dieppe dans son aire d’élection. Herbages et cultures fourragères sont réduits au minimum. La vieille tradition cauchoise s’efface et ne subsiste plus que chez les petits ou les arriérés. Le langage de la gestion remplace celui de la coutume.

162Les grands exploitants, cependant, ne suppriment jamais totalement l’élevage. Dans leurs assolements interviennent obligatoirement quelques cultures fourragères. De plus, les betteraves, les pommes de terre, les céréales leur fournissent des sous-produits utilisables. Ils savent que l’élevage sert toujours l’exploitation par les apports de fumure qu’il procure. Enfin, ils espèrent une amélioration de la conjoncture. Pour toutes ces raisons, ils restent partiellement fidèles à l’élevage, mais ils transforment, simplifient et rationalisent cette activité afin de la rendre aussi rentable que possible. Leur choix s’exerce sur quatre formes principales d’élevage. Selon ses aptitudes, ses disponibilités de main-d’œuvre et le goût du chef d’entreprise, une exploitation en retient généralement une ou deux, rarement trois.

  1. L’élevage des vaches laitières est rejeté sous sa forme traditionnelle à cause des servitudes de travail qu’il impose. Cependant, les exploitations qui disposent d’importantes surfaces fourragères (plus de 25 ha) restent fidèles à cette activité. Les unes forcées, parce que certains herbages de vallons se révèlent inaptes aux cultures ; d’autres à cause du goût pour l’élevage de l’exploitant. L’installation d’une stabulation libre, l’amélioration des herbages, la pratique de l’ensilage, parfois l’adoption des Frisonnes à la place des Normandes consacrent la transformation d’une activité qui devient une spéculation parmi d’autres.
  2. L’engraissement des bœufs retient plus volontiers l’attention des grands agriculteurs parce qu’il exige moins de main-d’œuvre que l’élevage laitier et parce que les exploitations disposent d’une bonne infrastructure pour mener à bien cette opération. Quelques-uns pratiquent l’embouche au pré sur de bons herbages de plateau. Ils achètent leurs bœufs à la fin de l’hiver et les revendent gras de la mi-juillet à octobre. Plus nombreux ceux qui engraissent à l’auge pendant l’hiver grâce aux « moutures » de grains et aux collets de betteraves. Les deux pratiques enfin peuvent se combiner. Mais dans les trois cas, les grands agriculteurs du Caux littoral doivent acheter leurs bêtes d’engraissement (ou les prendre en pension). Ils s’adressent à des marchands de bestiaux qui leur livrent du bétail normand (venant surtout du Bocage), charolais ou mayennais (Maine-Anjou). Un grand exploitant comme Olivier Rident (80 ha) prend chaque année en pension pour 1,50 F par tête et par jour une trentaine de bœufs qu’il reçoit à la fin de septembre et qu’il livre gras à la mi-janvier.
  3. L’engraissement des porcs ne suscite l’intérêt que d’un petit nombre d’exploitations. Cette activité fut lancée récemment dans la région par un marchand de porcs qui créa à Luneray une chaîne d’abattage de technique danoise. Reprise par un industriel, celle-ci assure avec une S.I.C.A. un débouché à la production. Quelques grandes exploitations, mais aussi des petites, ont donc pu se livrer à ce jeu très aléatoire qu’est la spéculation sur l’élevage des porcelets et l’engraissement des porcs. Une porcherie rationnelle peut comprendre 1 verrat, 37 truies et faire naître quelque 700 porcelets par an (Ferme O. Rident).
  4. L’élevage des moutons relève de la tradition plus que des innovations modernes. Il n’en caractérise pas moins toutes les grandes fermes du littoral qui disposent de médiocres parcours sur les versants de vallées, les falaises de la côte et des valleuses. Très ancienne activité du Caux littoral, elle jouissait d’un fort prestige, car les grands parcs, par les fumures qu’ils apportaient, déterminaient les bonnes fermes. Elle se maintient dans un petit nombre d’exploitations sous une forme modernisée qui combine le parcours des coteaux (d’avril à juin), le pâturage des chaumes et de la deuxième coupe de trèfle violet (fin de l’été), l’alimentation sur collets de betteraves (automne) et l’affouragement d’hiver en bergerie. Le canton de Fontaine-le-Dun compte encore une dizaine de troupes de deux cents brebis chacune, dont 5 dans des fermes de la vallée du Dun.
  • 65 Rarement plus du tiers du produit brut total dans les exploitations du Centre de Gestion.

163Ainsi, aucune des grandes fermes du Caux littoral entre Fécamp et Dieppe ne renonce à l’élevage. Mais entre les cultures et les nouvelles formes d’élevage, les liens sont ténus. Assez éloignée de la tradition cauchoise, l’association du Caux littoral se rapproche de celle des régions de grande culture du centre du Bassin Parisien. L’élevage devient une activité secondaire65, une bonne affaire possible, une manière d’utiliser des sous-produits de cultures ou des terres marginales.

***

164Le Pays de Caux possède toutes les richesses. Un faisceau de conditions favorables a accumulé sur ce plateau limoneux des cultures à haut rendement (blé, betteraves sucrières, lin, pommes de terre) et des élevages intensifs en une association étroite qui ne cesse de s’améliorer depuis deux siècles. Production laitière, mais aussi engraissement des bœufs à l’auge au ou pré, vieux élevages du cheval ou du mouton, mais aussi poulaillers et porcheries modernes, rien ne manque dans la combinaison cauchoise. En plus, la diversité des conditions régionales détermine des rapports variés entre les principaux termes de l’association fondamentale. De la petite ferme herbagère de St-Romain à la grande entreprise céréalière et linière de Luneray qui engraisse des bœufs ou des porcs en complément, tous les types d’élevage se trouvent représentés. Principale richesse du Caux, la souplesse de son système de production s’adapte aux circonstances dans le temps aussi bien que dans l’espace.

Notes

1 Maupassant, Contes et Nouvelles, Albin Michel, « Le Vieux », p. 137 (1884).

2 Maupassant, Ibid., 1959, « La Martine », p. 111 (1883).

3 A titre d’exemple : Demongé (G.), Les Terreux, Panoramas Cauchois -Fécamp, Durand et fils, 1955.

4 Sion (J.), 202, 1908 ; Demangeon (A.), 80, 1947 ; Bloch (M.), 108, 1955 ; Musset (R.), 195, 1955 ; Musset (R.), 196, 1960.

5 Siegfried (A.), 326, 1909 ; Elhaî (H.), 307, 1965.

6 Agafonoff (M.V.) et Brioux (Ch.), 306, 1931 ; Jouis (E.) et Lecacheux (M.-Th.), 317, 1965 ; Lautridou (J.-P.), 320, 1965.

7 Frémont (A.), 311, 1956 ; Frémont (A.), 312, 1957 ; Frémont (A.), 313, 1959.

8 Cartes, Atlas de Normandie, notamment D5, D7, D11.

9 Voysin de la Noiraye, éd. Esmonin, 119, 1913.

10 Sion, 202, 1908 - Pédelaborde, 54, 1957.

11 Lautridou, 320, 1965. L’étude qui suit doit beaucoup à des conversations avec J.-P. Lautridou.

12 « On appelle presle, dans le Pays de Caux, une bouillie limono-sableuse de craie, emballant parfois des cailloux de craie » (J.-P. Lautridou).

13 A ce sujet, Jouis (E.), Lecacheux (M.-Th.), Cauchy (F.), 262, 1959.

14 Agafonoff (V.) et Brioux (Ch.), 306, 1931 ; Jouis (E.) et Lecacheux (M.-Th.), 317, 1956 ; Jouis (E.) et Lecacheux (M.-Th.), 318, 1965 - Lautridou, 320, 1965.

15 L’absence d’eau sur le plateau, la profondeur des nappes constituèrent pendant très longtemps de lourds handicaps pour l’agriculture cauchoise. Les mares, les citernes, les transports d’eau en voitures hippomobiles furent les seules solutions à ce problème qui limitait l’extension de l’élevage du gros bétail. Les adductions d’eau réalisées depuis 1945 par les communes ou par des syndicats intercommunaux suppriment peu à peu cette difficulté.

16 Sur l’importance du fermage dans la vie régionale : Frémont, 313, 1959.

17 Favier (J.), 309, 1963.

18 Elhaï (H.), 307, 1965 - Frémont (A.), 311, 1956.

19 Frémont (A.), 311, 1956.

20 Frémont, 311, 1956.

21 Atlas de Normandie, Carte D2.

22 A.N. 1841.

23 Carte C1, Atlas de Normandie.

24 Frémont, D.E.S., 1955.

25 Gricourt (M.-C.), 314, 1963.

26 Joré, 316, 1763.

27 A.N., enquêtes à Dieppe (1841), Rouen (1843), Goderville (1851).

28 Frémont, D.E.S., 1965.

29 L’Intendant De la Bourdonnaye, cité par Sion, 202, 1908.

30 Delamare, même source.

31 Atlas de Normandie, carte D12.

32 Par exemple à St-Laurent-de-Brèvedent et à Gainneville à 15 kms du Havre.

33 Bourde, 109, 1958.

34 Chantées au temps de sa jeunesse par André Gide qui allait devenir propriétaire à Cuverville où il repose.

35 Maupassant, Contes et Nouvelles, éd. 1959. Farce Normande (une noce).

36 Chiffres de l’enquête agricole par sondage, 1962-63, cités en tableau dans Frémont, 192, 1965. Les chiffres sont ceux de la Seine-Maritime ; mais le Caux dominant largement ce département, ils fournissent une bonne approche pour le Caux lui-même proprement dit.

37 D’après Sion, 202, 1908.

38 Sole se dit « compost » dans le Pays de Caux.

39 Hédin, Lefebvre, Philippart, 315, 1954.

40 Perpillou, cartes inédites.

41 Atlas de Normandie, carte D4.

42 Hédin, 68, 1948.

43 Tableau établi dans enquêtes personnelles et Hédin, Lefebvre, Philipart, 315, 1954.

44 Sion, 202, 1908, p. 394.

45 On lui reproche parfois aussi d’exposer les bêtes aux intempéries sans même leur laisser la possibilité de se déplacer, d’où, pendant longtemps, le mauvais état sanitaire du cheptel (tuberculose).

46 Atlas de Normandie, Carte D7.

47 Streissel, Techniques et pratiques agricoles de la Seine-Maritime, 1962.

48 Selon Sarrazin, 405, 1964.

49 Sur les ventes publiques - Musset, 324, 1957.

50 Atlas de Normandie, carte D12.

51 Picard, 183, 1960.

52 Sion, 202, 1908.

53 Frémont, 311, 1956 - et, 312, 1957.

54 Enquête agricole Seine-Inférieure, 1929.

55 Situés les plus au nord, ceux de l’Aliermont sont les plus connus et les plus schématiques (long village-rue).

56 Atlas de Normandie, carte D4.

57 Sur ces régions des méandres, plusieurs articles de Jouis (E.) et Lecacheux (M-Th).

58 Jouis (E.) et Lecacheux (M-Th) ; 1959, 1959.

59 Atlas de Normandie, carte D 2.

60 Musset, 325, 1961.

61 Perpillou, cartes inédites.

62 Cf. 1re partie, annexe au chapitre II.

63 Cf, au début de ce chapitre, le paragraphe « des sols de toute première qualité ». Références citées.

64 Une étude de l’état hygrométrique de l’atmosphère serait particulièrement précieuse. Seule la station du Havre fournit des chiffres, comparables à ceux de Cherbourg (plus de 70 % en été, plus de 80 % en hiver). On peut attendre beaucoup des observations réalisées par le Centre d’Etude Technique du Lin à St-Pierre-le-Vieux entre Dieppe et St-Valéry. Mais il ne fonctionne que depuis 3 ans.

65 Rarement plus du tiers du produit brut total dans les exploitations du Centre de Gestion.

Table des illustrations

Légende Figure 52. – Le Pays de Caux et ses bordures – Croquis régional
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1307/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Figure 53. – Quelques données sur le climat du Pays de Caux(d’après Sanson)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1307/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 651k
Légende Figure 54. – Le bilan Précipitations/Evapotranspiration à Dieppe, Rouen, Yvetot (1954-1958)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1307/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 922k
Légende Figure 55. – Analyse de limons cauchois (d’après Jouis et Lecacheux)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1307/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Figure 56. – La répartition des propriétés foncières dans une commune du Caux : St-Laurent-de-Brèvedent
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1307/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figure 57. – L’évolution démographique d’une commune du Pays de Caux : St-Nicolas-de-la-Taille
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1307/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 642k
Légende Figure 58. – Répartition des exploitations agricoles d’après l’utilisation du sol dans deux communes du Pays de Caux (1955)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1307/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Titre TABLEAU 21
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1307/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1307/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Légende Figure 59. – Types de cycles fourragers des vaches laitières dans le Caux
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1307/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1307/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre TABLEAU 21. Types d’assolements cauchois
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1307/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Seine-Maritime
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1307/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Figure 60. – L’utilisation du sol dans six fermes - types du Pays de Caux
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1307/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1307/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Figure 61
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1307/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 849k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1307/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1307/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 355k

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter