Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'élevage en Normandie, étude géographique. Volume I

 | 
Armand Frémont

Troisième partie. Du Pays de Caux à la Plaine de Caen : polyculture et élevage

Introduction

La dominance régionale d’un grand système agricole : le « mixed farming »

Texte intégral

  • 1 Synonyme de « plaine », le mot « campagne » est peu utilisé en Normandie. Le terme « Campagne de C (...)

1Les paysans normands opposent la « plaine » au bocage et aux herbages. La plaine1 domine très largement en Normandie orientale et elle occupe de solides positions dans le centre de la province depuis Caen jusqu’à Alençon. A première vue, il paraît assez difficile de réunir dans une même analyse une série de pays aussi variés que la Plaine de Caen, le Lieuvin, le Pays d’Ouche, les Plaines de l’Eure, le Pays de Caux... où les géographes, multipliant les nuances, ont exercé depuis longtemps toutes les finesses de leur art. Car, de l’Orne à la Bresle. depuis les dernières collines du Bocage Normand jusqu’aux confins picards, les plaines de la Normandie centrale et orientale ne forment pas un ensemble homogène et continu. Tout au contraire, des régions de bocage ou d’herbages s’intercalent au milieu des étendues de champs ouverts, le Pays de Bray tout d’abord, mais aussi la Basse Vallée de la Seine et le vaste Pays d’Auge, ce dernier isolant à peu près complètement la Plaine de Caen. Entre la Seine et l’Auge, les vallées de l’Eure, de l’Iton et de la Risle interrompent la continuité des Plaines de l’Eure, un ruban de prairies embocagées accompagnant le cours de chacune des rivières. Au nord de la Seine, les petites vallées de la Durdent, de la Saane et de l’Arques jouent un rôle analogue à l’intérieur du Pays de Caux. La fragmentation régionale est donc assez accentuée. Témoin le nombre élevé des vieux « pays » dont les oppositions ne sont pas nées dans l’imagination des spécialistes : elles constituent, au contraire, une trame régionale d’une singulière diversité.

  • 2 Régions agricoles définies par l’I.N.S.E.E.

2Au nord de la Seine, le Pays de Caux oppose la complexité de son système agricole et l’originalité de son paysage à la spécialisation herbagère du Pays de Bray, mais aussi aux étendues plus monotones, aux fermes plus concentrées, au système dit « de grosse culture » du Vexin Normand. Entre ces trois pays traditionnels, aucune franche coupure, aucune limite nette, mais une série de transitions nuancées où se perdent agronomes et géographes qui ont inventé pour les besoins d’une cause impossible des termes sans signification régionale : « Entre-Bray-et-Picardie », « Entre-Caux-et-Vexin »2. Seul, le « Petit Caux », étroite bande littorale entre la Bresle et l’Arques correspond à une véritable région, mais curieusement celle-ci a emprunté son nom à un vieil archidiaconé qui se situait à l’ouest de l’Arques, réalisant une translation dont personne ne se soucie plus.

3Entre les haies du Pays d’Auge qui hérissent les versants du bassin de la Touques et les grandes forêts des méandres de la Basse-Seine, les Plaines de l’Eure forment un vaste ensemble de campagnes aux étendues découvertes qu’une horizontalité plus continue, des sols de moindre valeur et de plus faibles densités de population opposent traditionnellement aux pays de « l’autre côté de l’eau », c’est-à-dire essentiellement au Pays de Caux. Cependant, de la vallée de la Touques à celle de l’Eure, les paysages comme les systèmes agricoles ne manquent pas de variété. A l’ouest, entre Touques et Risle, le Lieuvin est profondément marqué par l’empreinte herbagère du Pays d’Auge voisin. Au centre, entre la Risle et l’Eure, une série de transitions régionales font passer de terroirs assez semblables à ceux du Pays du Caux au nord, à des plaines sèches de type beauceron au sud-est : Roumois (an nord d’Amfreville-la-Campagne), Plaine du Neubourg (au centre), Plaine de St-André (au sud de l’Iton) constituent les divisions traditionnelles de cet ensemble nuancé. Au sud-est, une étroite langue de plateau entre Seine et Eure, parfois appelé « plateau de Madrie » s’apparente au Neubourg. Au sud-ouest, sur les hautes terres planes du Pays d’Ouche, de vastes massifs forestiers cernent des terroirs pauvres, handicapés par des formations superficielles gréseuses et argileuses.

4Les plaines de la Normandie Centrale, réunies parfois sous le nom de « plaines bas-normandes », égrènent depuis la mer (entre Arro-manches et Ouistreham) jusqu’à Alençon le chapelet de leurs paysages relativement découverts s’opposant, à l’ouest, au Bocage, à l’est, au Pays d’Auge : Plaines de Caen, de Falaise, de Trun, d’Argentan, de Sées, d’Alençon... l’énumération suggère bien un morcellement très réel qui va en s’accentuant vers le sud et qui s’appuie sur une morphologie de contact de plus en plus complexe entre le massif armoricain et sa bordure sédimentaire. Dans le domaine agricole, la variété s’impose aussi. Aux deux extrêmes, la Plaine de Caen est un domaine de grande culture aux espaces largement découverts, tandis que celle d’Alençon juxtapose les haies et les herbages, les champs et les villages groupés d’un semi-bocage.

5La variété des pays s’exprime dans le système économique de chaque unité régionale. Aucun ne peut s’identifier exactement à un autre. Regrettera-t-on un excès de zèle du géographe opposant Plaine de Caen et Plaine de Falaise ? La topographie plus vallonnée, les sols aux limons moins épais, une empreinte bocagère plus dense composent à la Plaine de Falaise un cadre nettement différent de celui de la campagne caennaise. Autour de la capitale bas-normande, de Bourguébus à Douvres-la-Délivrande, le lin et la betterave sucrière s’ajoutent au blé dans la gamme des cultures de vente, mais l’élevage joue un rôle très secondaire. Tout au contraire, le système agricole de la Plaine de Falaise exclut en grande partie le lin et la betterave mais réserve une place importante à l’élevage laitier et, dans certaines exploitations, à l’embouche et au cheval de selle. Pourquoi, objectera-t-on en d’autres lieux, distinguer un « Petit Caux » du reste du Pays de Caux, pourquoi réserver des zones marginales sous les noms d’« Entre-Caux-et-Vexin », « Entre-Bray-et-Picardie » qui prolongent l’ensemble du pays sans véritable discontinuité ? Seul, en fait, le « plein Pays de Caux », entre Yvetot, Dieppe et Le Havre, cumule élevage intensif, cultures céréalières, betteraves et lin au sein des mêmes exploitations. Cette combinaison ne se retrouve pas sur ses marges. De tels exemples d’opposition régionale pourraient être multipliés. Le Roumois se différencie nettement du Neubourg, le Pays d’Ouche se distingue de tous les pays qui l’entourent, Auge, Lieuvin, St-André, Perche, et au sein même des Plaines ornaises, l’économie de la campagne d’Argentan ne peut s’identifier exactement à celle d’Alençon.

FIGURE 15. – Le Pays de Caux traditionnel, Vaches au tière
(cliché A. Frémont)

FIGURE 15 bis. – Techniques nouvelles dans le Pays de Caux. Pâturage à la clôture électrique
(cliché A. Frémont)

FIGURE 16. – Variété du Pays de Caux : les grosses fermes de Fongeusemare (au sud) et les exploitations petites ou moyennes de Gerville (au nord)
(photographie aérienne I.G.N.)

6Et cependant, les plaines normandes disposent de quelques éléments d’unité d’une assez grande netteté pour que leur opposition avec le Bocage ou avec les régions herbagères soit plus franche qu’aucune autre.

7La Plaine s’impose d’abord comme un paysage aux horizons découverts. Certes, en ce domaine autant qu’en d’autres, les nuances se juxtaposent aux nuances. Dans le Pays de Caux, une mosaïque de champs trapus et d’herbages ouverts s’étend sous la nébuleuse hautaine de grandes cours herbues aux fossés couronnés de hêtres. Le Vexin ouvre largement l’horizon sur de vastes parcelles tandis que de grosses fermes aux cours sans arbre répondent aux villages étriqués. Au sud de la Seine, le Roumois rappelle le Caux mais avec moins de vigueur et de netteté dans l’opposition des cours et des plaines et moins de rigueur dans la disposition des bâtiments d’exploitation. Le Neubourg, la Plaine de St-André sont tout autres. Normands encore par leurs villages de petites exploitations que bordent quelques herbages, par l’alternance fréquente du colombage et de la brique dans les constructions, par l’ordre lâche des bâtiments. Mais beaucerons déjà par les murs de pisés qui ferment les cours, par la multiplication croissante des grosses fermes isolées et surtout par l’ampleur des remembrements qui dessinent un paysage agraire à grandes parcelles céréalières. Le Pays d’Ouche n’appartient ni à l’un ni à l’autre type, mais possède sa propre originalité, profonde, presque farouche, équilibre incertain entre l’herbe et le labour, entre les grands bois aux taillis épais et les terroirs ouverts, entre les demeures totalement isolées au milieu des herbages et les riants villages d’anciens ferronniers, terre un peu mystérieuse des hobereaux et des manants de la Varende... Plus à l’ouest, d’Alençon à Caen, les Plaines bas-normandes ne présentent pas une pure unité de paysage, mais au contraire, une lente dégradation depuis un semi-bocage jusqu’à un « openfield » très caractérisé.

8En dépit de ces multiples nuances, le paysage impose partout la dominance de la parcelle de labour non enclose. Ce seul trait distingue radicalement les plaines de la Normandie orientale et centrale des pays herbagers ou bocagers. La fréquence des remembrements un peu partout ou des structures d’exploitations bien concentrées de longue date (Pays de Caux) ajoute encore l’unité d’une organisation agraire à grandes ou moyennes parcelles, d’allongement modéré, toutes faites, semble-t-il, pour le tracteur. La Plaine s’ouvre sur une autre civilisation agraire que celle de l’herbage ou de la haie. Elle dispose d’autres moyens, elle débouche sur d’autres productions. Les hommes qui y vivent sont animés d’un autre type de mentalité.

9La haie comme l’herbage, cependant, ne sont jamais absents des plaines normandes. Quelques haies, par exemple, fragmentent l’unité de la Campagne de Caen, se resserrant autour des villages ou le long des rivières. Le même phénomène se retrouve un peu partout, en Haute-Normandie comme en Normandie centrale, et il prend même une ampleur particulière dans le Pays d’Ouche, le Lieuvin, la Plaine d’Alençon... L’herbage se juxtapose au labour dans les trois cas précités, mais aussi, avec un rapport pouvant dépasser 50 % de la surface agricole utile, dans le Pays de Caux occidental entre Le Havre et St-Romain, à l’est de la Seine-Maritime entre le Pays de Bray et la Bresle, dans le Roumois et dans le Pays d’Ouche. L’unité du payasage et de l’utilisation du sol n’est jamais schématique. Dans toutes ces régions cependant, la haie n’apparaît que comme une forme ancienne et limitée de clôture, voire comme une parure coûteuse. Elle n’a pas la signification économique et juridique de la haie bas-normande. On préfère depuis plus d’un demi-siècle le fil de fer barbelé qui limite ici et là (Roumois, Caux occidental, Entre-Bray-et-Picardie, et de façon moins nette, Lieuvin et Ouche) un paysage découvert d’herbages sans haie. De plus, l’herbage, lorsqu’il l’emporte, ne s’étend jamais sur plus des deux tiers des surfaces agricoles, laissant toujours au labour une part importante des finages.

  • 3 Carte D 2, Atlas de Normandie.

10A une certaine unité des paysages, s’ajoute celle des structures d’exploitation. Dans ce domaine encore, les nuances sont multiples et sur la carte de la répartition des exploitations agricoles3, les surfaces noires des grandes fermes dominantes dans l’est de l’Eure (Vexin, Neubourg, St-André), le nord du Pays de Caux et la Plaine de Caen, s’opposent aux taches rouges du Caux occidental, du Roumois et de quelques communes du Pays d’Ouche qui révèlent l’importance locale des petites fermes. Partout, cependant, s’impose la présence des exploitations moyennes (comprises entre 20 et 50 ha), toujours majoritaires en nombre (sauf dans le Vexin), très souvent dominantes par les surfaces qu’elles occupent, véritable épine dorsale de l’économie régionale.

11L’unité assez précaire des paysages et des structures d’exploitation resterait insuffisante pour définir dans les plaines morcelées qui s’étendent de la Bresle à l’Orne l’originalité, ou, tout au moins, le caractère dominant des systèmes agraires. Mais un troisième facteur met en valeur le trait le plus fondamental de ces campagnes : l’association étroite des cultures et de l’élevage.

  • 4 Expression consacrée des agriculteurs normands.

12Ce mode mixte d’utilisation du sol distingue radicalement l’économie des Plaines des deux autres grands systèmes normands. La prairie permanente, en effet, exclut totalement les cultures dans tous les grands pôles herbagers, et, par conséquent élimine un des deux termes de l’association. Dans le Bocage, cultures et herbages se juxtaposent, mais l’association est beaucoup moins étendue que dans le cas des Plaines. La plus grande partie des cultures (et souvent même la totalité de celles-ci) est consacrée à l’alimentation des animaux et le système de production dans son ensemble se trouve orienté vers l’élevage. En plaine4, tout au contraire, les cultures de vente et spécialement le blé, tiennent toujours une place importante dans le système agricole à côté des herbages et des plantes fourragères. La production agricole et l’orientation économique des exploitations s’organisent autour de deux pôles dont l’importance respective varie selon les régions : les cultures (parmi lesquelles d’importantes cultures de vente) et l’élevage.

13Inversée, la démonstration devrait permettre de distinguer les Plaines normandes des régions voisines du centre et du nord du Bassin Parisien. En direction du Vexin français et de la Beauce, en effet, l’importance de l’élevage ne s’estompe-t-elle pas peu à peu, ne laissant en place qu’un des deux termes de l’association ? Et la Normandie orientale et centrale n’apparaît-elle pas ainsi comme une région mixte, intermédiaire entre les zones d’élevage de l’Ouest et les régions céréalières et betteravières du Centre ?

14Cette interprétation apparaît vite abusive. La Normandie orientale, en effet, ne possède pas le monopole de l’association des cultures et de l’élevage. Au-delà de la Bresle, le Vimeu picard pratique un système assez proche de celui du Pays de Caux. Et, entre le Vexin français et le Vexin normand entre le Thimerais ou la Beauce et la Plaine de St-André ou le Neubourg, les différences portent plus sur les rapports entre élevage et cultures que sur le principe même de leur association. Certes, l’évolution récente tend à éliminer l’élevage des régions de grande culture mécanisée, mais le phénomène se manifeste aussi dans les plaines normandes, la vigueur du mouvement étant simplement moins marquée que dans le centre du Bassin de Paris.

15En fait, par l’association des cultures et de l’élevage, les plaines normandes appartiennent au type agricole qui prévaut dans la plus grande partie de la zone tempérée et que les anglo-saxons ont appelé « mixed-farming ». Celui-ci domine en Europe occidentale où ses fondements se sont peu à peu élaborés depuis le Norfolk et Suffolk britanniques, la Flandre belge et française, jusqu’aux plaines et plateaux germaniques et au bassin du Pô. Selon des modalités très variées, et après des périodes malheureuses de spécialisation excessive, cette association s’est imposée tant en Amérique du Nord que dans la partie européenne de l’Union soviétique. A la différence du système herbager limité aux pays appartenant à la bordure occidentale des continents tempérés et aux montagnes humides, en opposition avec le système bocain qui ne concerne que quelques régions de l’Ouest atlantique en Europe, l’association des cultures et de l’élevage doit être considérée comme un des grands systèmes agricoles mondiaux. Dans la vie de l’humanité, elle occupe une place comparable à la riziculture inondée d’Asie, à la céréaliculture sèche associée à l’élevage du mouton des pays méditerranéens et à l’agriculture discontinue des savanes africaines.

16Dans ce cadre, et par rapport aux régions immédiatement voisines, l’originalité des plaines normandes tient moins au système d’association lui-même qu’à la place importante accordée à l’élevage dans cette association. Le tableau suivant, limité aux deux départements de Haute-Normandie, et, pour comparaison, aux départements extérieurs voisins, le montre assez bien :

17Bien que l’élevage n’y domine pas totalement l’économie, les plaines normandes se présentent comme de grandes régions de production animale. A l’intérieur de la Normandie, l’élevage réalisé en « mixed-farming » dans les Plaines occupe même la première place en valeur absolue devant celui du Bocage et des régions herbagères comme l’indiquent les évaluations suivantes :

18L’étude des Plaines de la Normandie orientale et centrale doit donc être menée comme celle d’une grande région d’élevage, mais en considérant toujours que, dans ce dernier cas, la production animale s’intègre dans un système économique et technique plus vaste dont les rapports varient selon les régions.

19Dans cette perspective, parmi les pays qui s’étendent de la Bresle à l’Orne, le Pays de Caux se distingue à plus d’un titre : étendue, homogénéité, ancienneté des systèmes de production, caractère très intensif de l’association, équilibre remarquable entre élevage et cultures. Ces multiples facteurs contribuent à en faire un type exemplaire. Comme tel, il sera décrit en premier lieu. Les autres régions juxtaposent des régimes fort variés où risque de se perdre l’analyse régionale. Celle-ci dispose, heureusement, d’un solide critère de classification, issu des fondements mêmes du système agricole : le rapport des cultures et de l’élevage dans l’association technique et économique dont les variantes seront étudiées après le type équilibré du Pays de Caux.

Notes

1 Synonyme de « plaine », le mot « campagne » est peu utilisé en Normandie. Le terme « Campagne de Caen » doit sa survie aux dénominations officielles. On parle cependant de « campagnes d’Ouche ».

2 Régions agricoles définies par l’I.N.S.E.E.

3 Carte D 2, Atlas de Normandie.

4 Expression consacrée des agriculteurs normands.

Table des illustrations

Légende FIGURE 15. – Le Pays de Caux traditionnel, Vaches au tière(cliché A. Frémont)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Légende FIGURE 15 bis. – Techniques nouvelles dans le Pays de Caux. Pâturage à la clôture électrique(cliché A. Frémont)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 774k
Légende FIGURE 16. – Variété du Pays de Caux : les grosses fermes de Fongeusemare (au sud) et les exploitations petites ou moyennes de Gerville (au nord)(photographie aérienne I.G.N.)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1306/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1306/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1306/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 227k

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter