Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'élevage en Normandie, étude géographique. Volume I

 | 
Armand Frémont

Deuxième partie. Le Bocage Normand : Une tradition d'incertitude

Chapitre III. La crise contemporaine et la révolution agricole du bocage

Texte intégral

1Au-delà des multiples nuances qui animent sa physionomie régionale, les incertitudes de l’évolution récente caractérisent l’économie du Bocage Normand. Depuis un siècle, en effet, l’agriculture bocaine n’a pas cessé de se transformer de façon rapide et parfois même brutale. Les ruptures cycliques de l’Avranchin, du Coutançais, du Mortanais et du Pays de Vire s’opposent à l’immobilisme des régions herbagères. A l’issue d’une période particulièrement heurtée, les difficultés semblent s’accumuler depuis quelques années, culminant dans une crise régionale qui pourrait bien appeler de nouveaux développements.

  • 1 En dehors de leur participation aux travaux du Plan régional, du C.E.B.A.N.O.R., de la C.O.D.E.R., (...)
  • 2 In, Pasquier, Brier, Nelle..., 292, 1962, pp. 334-339.

2Plusieurs études des économistes ont déjà attiré l’attention sur l’aspect critique de la situation actuelle qu’ils ont minutieusement analysée1. A. Pasquier qualifie le Bocage de « polygone de souffrance » à l’intérieur de l’espace bas-normand. L. Nelle écrit : « On peut considérer qu’un état de crise est caractérisé par le jeu des phénomènes cumulatifs. Le malaise se répercute de secteur en secteur, se généralise progressivement en s’aggravant. Un processus est alors engagé qui ne s’arrête pas de lui-même... La conclusion se dégage sans équivoque : le Bocage entre à nouveau dans un processus de crise qui risque de prendre très rapidement des proportions dramatiques »2.

3Les difficultés que traverse le Bocage dépassent, par leur signification, le cadre de la Normandie et déborde le thème de cette étude. La crise du Bocage, en effet, affecte tous les secteurs d’activité. L’agriculture et l’élevage certes, mais aussi les industries, le commerce, les fonctions de service tertiaire. Il ne peut être question d’analyser ici chacun de ces éléments.

  • 3 Expression des économistes précédemment cités.

4Mais il peut être intéressant d’étudier comment l’élevage et le secteur agricole en général participent à la crise régionale. Celle-ci se caractérise : par un affaiblissement progressif de la « densité économique »3, un étiolement des activités, qui oblige une partie croissante de la population à quitter la région, et ainsi, tend à dévitaliser celle-ci. L’élevage, tel qu’il a été implanté dans le Bocage, joue-t-il un rôle dans cet affaiblissement progressif ? Sous de nouvelles formes, peut-il constituer un élément de stabilisation ?

5Le Bocage Normand s’est voué à l’élevage à partir de la seconde moitié du xixe siècle alors que s’effaçaient la petite industrie et l’artisanat rural qui avaient apporté jusqu’à cette époque un complément d’activité indispensable à l’agriculture traditionnelle. Actuellement, les responsables administratifs et politiques de la Basse-Normandie comptent beaucoup sur la décentralisation industrielle pour redonner vie au Bocage Normand. Mais rien ne vient, ou presque. Plus que jamais, l’élevage se trouve au centre de l’économie régionale. Il se présente, dans une structure de petites et de très petites exploitations, comme l’activité dominante.

6Le problème dans son ensemble se résume donc ainsi.

  1. Pourquoi le Bocage a-t-il perdu ses activités d’appoint ? Pourquoi cette région, au siècle de l’industrialisation, s’est-elle « désindustrialisée » sans que les mesures contemporaines qui encouragent la décentralisation parviennent maintenant à compenser ce lourd handicap ? Le Bocage peut-il espérer une nouvelle industrialisation ? Toutes ces questions, fondamentales pour la région, ne concernent pas le thème choisi dans cette étude. Elle ne seront abordées que dans la mesure où elles sont directement solidaires de celles qui intéressent la vie rurale.
  2. Comment une région, spécialisée dans l’élevage, peut-elle, dans le cadre de très petites exploitations, assurer à ses habitants des revenus et un mode de vie qui ne les pénalisent pas par rapport à l’ensemble des catégories sociales d’une grande nation industrielle ? L’élevage et les petites exploitations font-ils du Bocage Normand un pays à jamais maudit, ou bien sont-ils susceptibles de contribuer au rétablissement d’un certain équilibre régional ?

7En l’envisageant surtout sous un angle sectoriel, les responsables agricoles ont cristallisé cette question sous la forme d’une revendication : celle de la « parité ». La recherche de la « parité » s’inscrit ici dans une réalité régionale.

  • 4 Comme dans le cas des régions herbagères, il aurait été souhaitable de pouvoir comparer les résult (...)

8A beaucoup d’agriculteurs, la tentative paraît vaine. Face aux difficultés et aux exigences de l’heure, la majorité d’entre eux préfèrent se réfugier dans l’autarcie et l’immobilisme traditionnels. En nombre grandissant, beaucoup choisissent le départ de la région et souvent l’abandon de la profession agricole. Quelques-uns seulement s’efforcent, en transformant leur système de production, de mettre leur travail au niveau des nouvelles exigences pour réaliser une véritable révolution agricole. Tradition, abandon, transformation : l’équilibre entre ces trois attitudes commande l’avenir du Bocage Normand4.

I. LA TRADITION

Maître chez soi, esclave des vaches

9Face à tout ce qui change, la plupart des exploitants du Bocage se replient sur eux-mêmes dans une réaction naturelle de défense qui se traduit par la méfiance. Sans doute ont-ils conscience d’être vulnérables. Ils ne s’exposent pas. Rien de plus significatif à cet égard que la façon dont se diffuse le progrès agricole. L’homme du Bocage ne s’enthousiasme pas pour la nouveauté. Il ne court pas au-devant du technicien. Celui-ci exerce une influence très limitée au cours des premiers contacts. Les paroles n’ont jamais rien démontré, surtout lorsqu’elles viennent d’un jeune homme des villes très « savant » peut-être, mais qui ne connaît pas la terre... Il faut donc qu’aboutissent concrètement de premières expériences pour que commence l’esquisse d’un dialogue. Souvent même, le Bocain refuse le contact, de crainte de s’engager. Il reste chez lui. Il fait ce que lui enseigne l’expérience. Il pense que là se trouve la sécurité.

10Parce que cette attitude commande les mécanismes économiques de la région, il convient de l’analyser soigneusement avec une double préoccupation. Comment en effet les règles de l’agriculture autarcique peuvent-elles persister dans un système de production qui commercialise ses principaux produits, qui doit réaliser certains achats obligatoires et qui subit de nombreuses influences ? L’indépendance de chaque exploitation n-est-elle pas finalement qu’une illusion ?

11Pour les techniciens vulgarisateurs, pour les planificateurs, cette tendance au repli sur elle-même de l’agriculture bocaine représente le pire des obstacles. Une sorte de péché économique, face au dogme de l’efficacité. Mais pour d’autres, cette volonté d’indépendance s’élève au rang d’une vertu, et la « petite exploitation familiale » devient un mythe tellement intouchable que même ses adversaires doivent le célébrer.

12De quelle marge d’indépendance dispose la petite exploitation bocaine ? Quels avantages et quels inconvénients en retire-t-elle ? Deux questions qui permettent d’éclairer, dans le cadre du système traditionnel, comment travaille l’éleveur du Bocage et comment il organise son économie.

1° LE TRAVAIL FAMILIAL

13Quel que soit le système de production, le paysan bocain travaille beaucoup. Il lui faut faire face, en effet, aux multiples tâches d’entretien des herbages et des haies et, sauf dans le Nord-Ouest, aux exigences des cultures. A cela s’ajoutent, chaque jour, les soins à donner aux bêtes. Les membres de la famille exploitante assurent généralement seuls l’essentiel de ces activités.

a) Les travaux

14Les travaux de l’éleveur bocain se décomposent en deux catégories bien distinctes : les besognes quotidiennes et les tâches saisonnières.

15Les besognes quotidiennes intéressent directement l’élevage. Elles comprennent avant tout la traite bi-quotidienne qu’effectuent les femmes mais aussi les hommes. La traite se pratique à l’étable pendant les mois d’hiver et à l’herbage à partir du printemps. Sur une ferme moyenne, et sans l’aide d’une machine, elle immobilise les deux membres du ménage pendant plus d’une heure. Ce travail accumule exigences et inconvénients : il s’effectue dans une atmosphère assez malsaine et sale, surtout à l’étable ; il est réalisé à heure fixe, le matin notamment, afin de répondre aux exigences du ramassage des laiteries (horaire des tournées) ; il est fastidieux ; il doit enfin s’accommoder des intempéries. A peine réveillée, le matin, entre 6 heures et demie et 7 heures, la fermière enfile ses bottes et va patauger dans la boue de la cour pour « tirer les vaches » à l’étable. Pendant la belle saison, la tâche devient souvent plus agréable, mais l’éloignement des herbages augmente les pertes de temps et la pluie peut surprendre en plein travail...

16A la traite s’ajoutent d’autres besognes quotidiennes qu’assurent l’homme ou la femme : l’affouragement des laitières pendant l’hiver et l’entretien de l’étable, les soins aux veaux deux fois par jour, la distribution de la nourriture aux porcs et à la basse-cour trois fois par jour. Lorsque l’exploitant réalise l’engraissement des veaux et des porcs sur une large échelle, la préparation des mélanges, surtout s’il utilise ses grains, augmente le temps passé autour des élevages secondaires.

17Mais ces tâches ont une exigence plus lourde encore que toutes les autres : elles ne tolèrent aucune relâche. A cause d’elles, et dans le cadre des structures actuelles, le petit exploitant ne peut s’accorder aucun dimanche de liberté totale, ni aucune période de vacances. Il doit toujours garder le souci quotidien de ses bêtes.

  • 5 Nové, D.E.S., 1965.

18Les travaux saisonniers occupent les temps morts entre les repas et les heures de traite. Nové a résumé ainsi ceux d’une exploitation de 20 ha dans la vallée de la Sée5 :

19« Janvier : Bûcheronnage - Emondage du bois sur les talus.

20Epandage du fumier sur les prés non inondés.

21Février : Labours pour les racines (pommes de terre, betteraves)

22Epandage de scories et potasse sur les prés non inondés.

23Mars : Ramassage du bois de chauffage.

24Labours pour orge et avoine. Semaille de l’avoine.

25Epandage d’engrais sur les prés humides et émoussage.

26Jardinage (semis de betteraves)

27Avril : Semailles orge et pommes de terre.

28Préparation des terres à betteraves.

29Vérification des clôtures.

30Mai : Travaux de nettoyage, sarclage. Pulvérisation.

31Semaille des collets verts.

32Labours après trèfle pour le sarrasin.

33Juin : Fauche et fenaison (jusqu’à mi-juillet).

34Juillet : Effarapage des chemins, haies.

35Août : Moisson

36Labour pour trèfle, colza, navette.

37Battages

38Septembre : Coupe du sarrazin.

39Arrachage pommes de terre, collets verts.

40Battages.

41Octobre Ramassage des pommes à cidre

42Arrachage des betteraves.

43Curage des ruisseaux.

44Novembre Labours et semailles pour le blé.

45Décembre

46Curage des ruisseaux.

47Fabrication du cidre ».

  • 6 Maguer, D.E.S. 1962.

48Parmi ces travaux, « les foins » occupent incontestablement la première place. La méthode traditionnelle, bien décrite par Maguer dans la région de Périers6, comprend plusieurs opérations qu’interrompent trop souvent les ondées :

49« A la fauche proprement dite succède l’opération du fanage. Si le temps est sûr on ne met pas le foin en tas (« vuillottes » ou « cabots »). Dès qu’il est sec, on le met en longues rangées parallèles (les « risles ») qui sont aussitôt passées à la « botteleuse » et transformées en balles d’une quinzaine de kilos. Ensuite viennent les opérations d’engrangement qui doivent être menées le plus rapidement possible. Si la pluie intervient, le foin reste en « vuillottes » en attendant le retour du beau temps. Enfin les dernières opérations de la fenaison consistent en un nettoyage rigoureux du pré, tous les brins qui y restent risquant d’entraver la pousse de l’herbe ».

50Le petit exploitant ne peut pas rationaliser son travail. Lorsqu’il pratique des cultures, il disperse ses efforts sur une gamme souvent élevée de productions qui n’occupent que 3 ou 4 ha au total. La « mise en train » lui demande souvent autant de temps que le travail lui-même. Dans les exploitations morcelées, les travaux de culture, la fenaison, mais aussi la traite biquotidienne s’accompagnent de déplacements importants, autre cause de perte de temps. Le Bocage, enfin, avec les multiples besognes d’entretien que réclament les haies, les talus et les chemins occupe pendant de longues journées des théories dispersées de travailleurs à des tâches monotones et totalement improductives. Ainsi, un exploitant de 30 à 40 ha peut-il employer un journalier pendant deux mois par an à l’entretien de ses haies.

51Nové estime que, sur une ferme de 20 ha de la vallée de la Sée, la journée moyenne de l’exploitant normalement aidé comprend 9 à 10 heures de travail. L’éleveur du Bocage travaille beaucoup, en effet, même en système herbager. Mais, paradoxalement, il consacre assez peu de temps à l’élevage propement dit. Schématiquement son travail se décompose ainsi :

  1. Travaux productifs (susceptibles d’amélioration grâce à la mécanisation).
  2. Préparations, attentes, déplacements (susceptibles d’amélioration par des modifications profondes des structures et du système d’exploitation).
  3. Travaux d’entretien improductifs, haies, talus, chemins... (susceptibles d’amélioration par la transformation du paysage agraire).

52Il serait vain de vouloir chiffrer la part respective de ces trois catégories. Mais il paraît certain que la somme de B et de C est très souvent proche de A. Le dur travail de l’éleveur bocain, pour une large part improductif, répond à des servitudes de milieu autant qu’à des impératifs de production.

b) Les travailleurs

53Dans les petites exploitations du Bocage, la main-d’œuvre familiale l’emporte très nettement sur celle des salariés. En 1964, le département de la Manche, que domine le Bocage, compte un peu plus de 10 000 ouvriers agricoles permanents pour un total de 44 000 exploitations. Ce rapport souligne bien la faiblesse de la main-d’œuvre salariée. Moins d’une ferme sur quatre emploie un ouvrier permanent. En ôtant de cette moyenne les grandes exploitations du Cotentin, la proportion doit tomber à 1 pour 5 ou 1 pour 6.

54Les travailleurs de la famille assurent la plus grande partie des tâches. Cette importance de la main-d’œuvre familiale explique que la faible efficacité du travail ne trouble pas outre mesure le paysan bocain : il ne compte pas son temps ni celui des siens.

  • 7 A.N.E.R.A., 265, 1966.

55Dans toutes les fermes inférieures à 20-22 ha, l’exploitant, sa femme et leurs enfants se partagent le travail de la ferme. L’homme se charge surtout des travaux saisonniers des champs, des prés et des haies. La femme assure les besognes quotidiennes, et notamment celle de la traite. Il n’y a cependant pas une stricte division du travail. La femme aide souvent son mari dans les champs ou dans les herbages. Celui-ci participe à la traite. Pendant l’hiver, la rude tâche qui consiste à « soigner les animaux » (vaches, veaux, porcs) revient soit à la femme, soit à l’homme. Le paysan bocain travaille plus que les herbagers du Bessin ou du Pays d’Auge. Mais sa compagne est aussi une forte travailleuse. Au cours d’une enquête sociologique réalisée par l’A.N.E.R.A.7, 56 % des femmes interrogées se sont plaintes de participer à de « gros travaux pénibles ». Quelques exemples de réponses donnent une idée de ceux-ci :

56« Soigner les bêtes, nettoyer l’étable, changer les bêtes de pièces »

57« Les foins, la traite continuellement, courir après les bêtes pour les changer de pré ».

58 « Faire la litière des bêtes, manier les balles de foin ».

59« Manier les bottes de foin comme un homme pendant un mois ».

60« Casser le bois, botteler le foin, débroussailler » ...

61Les enfants lorsqu’ils ont quitté l’école, représentent un appoint très précieux. Avant le souci des mariages, avoir deux jeunes filles « à la maison » est un vrai bonheur qui permet à la fermière de se consacrer aux soins du ménage et aux petits commerces de la basse-cour. Un fils robuste apporte au père une aide très sensible, et c’est souvent lorsqu’il arrive à l’adolescence ou à l’âge d’homme qu’on entreprend la réfection d’un bâtiment, l’arrachage d’un talus, la construction d’une nouvelle étable... L’exploitation suit le cycle de la famille. Aux premières années de ménage, correspondent les difficultés. Le couple doit faire face seul à toutes les tâches alors que les frais d’installation ne sont pas encore remboursés et que les maternités immobilisent la jeune femme. Lorsque les enfants deviennent adolescents, et avant le service militaire des fils, quelques brèves années de plénitude précèdent le repli. Celui-ci se manifeste avec la nécessité de placer les fils sur une nouvelle ferme ou d’aider les gendres à s’installer, ce qui contraint à des sacrifices et parfois encore au partage des exploitations. La vieillesse s’achève sur une petite ferme à 3 ou 4 vaches, la femme restant souvent seule après 55-60 ans.

62Personne, dans la famille, ne touche un salaire. L’homme et la femme se partagent les soucis financiers selon une règle simple : la femme dispose des recettes courantes au profit des dépenses usuelles ; l’homme garde les « grosses sommes » pour les affaires importantes. Les enfants ne touchent que quelque argent de poche, jadis pour courir aux assemblées des chefs-lieux de canton, maintenant pour mettre de l’essence dans leurs vélomoteurs qui les conduisent aux cinémas et aux salles de danse de la ville, Fiers, Vire, Avranches... Personne ne compte son temps. Chaque jour, la mère emplit les assiettes. Elle renouvelle les vêtements de travail lorsqu’elle dispose d’une bonne trésorerie. Le père donne un peu d’argent pour remonter la garde-robe à l’occasion des grandes cérémonies familiales. Et tout est bien.

63Dans ce système cohérent, existe cependant une faille : si, sur une ferme moyenne, la famille assure aisément les tâches courantes de la morte saison, elle fait difficilement face, seule, aux travaux saisonniers.

64Le travail salarié d’appoint représente le premier remède à cette difficulté. Jadis, les grosses fermes occupaient une main-d’œuvre salariée importante, surtout à la grande époque des bénéfices sur la « goutte », les poulains et le beurre. Avant la dernière guerre, sur une ferme de 46 ha à Bellou-en-Houlme (Pays de Briouze), travaillaient en permanence, en plus de l’exploitant, de son fils et de sa fille, un ou deux commis, un journalier, une bonne... Maintenant, l’exploitant, qui se considère privilégié, reste seul avec ses deux fils de 15 ans et 18 ans. Une ferme poulinière de 20 ha, dans la vallée de la Sée, disposait d’un domestique et d’un journalier. L’exploitant y travaille maintenant seul avec sa femme. Les exemples pourraient être multipliés. Une rétraction de la main-d’œuvre agricole aligne maintenant les fermes au niveau des plus petites. Seules les unités de plus de 25 ha peuvent supporter la charge d’un salarié permanent. Des coupures de plus en plus nettes tendent à s’établir entre les types d’exploitations. Parce que la main-d’œuvre agricole disparaît et que les salaires joints aux charges sociales atteignent des taux presque normaux (300 à 350 F net par mois dans le pays de Vassy), les petites et les moyennes exploitations renoncent à cet appoint en permanence. Elles doivent se contenter de quelques journées de travail occasionnel assurées par de très petits exploitants ou, parfois, par des ouvriers d’usine. Les exploitations de 12-30 ha se trouvent dans une situation relativement difficile, car elles ne peuvent se passer d’un salarié alors qu’elles en supportent difficilement la charge. Ainsi, ce n’est qu’au delà de 30 ha que les plus grandes exploitations peuvent disposer efficacement d’un ouvrier.

65L’entraide, familiale ou de voisinage, constituerait un remède à ces difficultés. Elle se pratique effectivement, mais dans des situations exceptionnelles, lorsqu’il s’agit de porter secours à un ménage frappé par une maladie ou un accident.

c) Les machines

66La mécanisation ajoute une ultime contradiction dans un bilan déjà très lourd. Car en dépit des frais auxquels elle oblige, parce qu’elle allège le travail mais aussi parce qu’elle donne l’illusion affichée de la puissance, la mécanisation séduit même les plus modestes des exploitants.

  • 8 Centre de Gestion du Calvados, 278, 1965.

67Le tracteur a maintenant envahi les exploitations du Bocage Normand, s’ajoutant au train de culture traditionnel. Sur un échantillon de 32 exploitations du Teilleul, en 1962, dans une région assez refermée sur elle-même, 7 fermiers possèdent un tracteur (le plus petit ne disposant que de 11 ha) et 5 une presse-ramasseuse. A St-Georges-d’Aunay, dans un secteur ouvert sur la Plaine de Caen8, la moitié des fermes de 10 à 15 ha utilisent un tracteur ainsi que toutes celles de plus de 15 ha ; sur cent exploitants, 21 ont une presse. Sur un échantillon de 600 agriculteurs du Bocage, l’enquête sociologique de l’A.N.E.R.A. révèle que 54 % d’entre eux possèdent au moins 1 tracteur.

68Par contre, le nombre des machines à traire reste très faible : aucune au Teilleul, 10 % des exploitations à St-Georges, 6 % de l’échantillon de l’A.N.E.R.A. De même, les instruments aratoires qui compléteraient le tracteur de façon efficace sont-ils le plus souvent absents. Rien de comparable, ici, à l’arsenal de petits instruments mécaniques qui vrombrissent chaque été sur les pentes herbagères des Alpes germaniques. La lourdeur des formations superficielles impose un matériel puissant. Le tracteur absorbe toutes les disponibilités.

69Dans ces conditions, la motorisation des exploitations du Bocage est à la fois très incomplète et trop lourde. Très incomplète puisqu’elle ne transforme pas les servitudes quotidiennes de la traite et qu’elle apporte aux autres travaux un moyen de traction puissant à défaut d’une véritable mécanisation. Trop lourde cependant, elle l’est bien pour la plupart des exploitations. En-dessous de 10 ha, la motorisation semble impossible et le petit éleveur doit recourir au service de l’entreprise, à l’aide de voisins, ou bien rester fidèle aux moyens archaïques. Au-delà de 10 ha et jusqu’à 15-20 ha, l’emploi du tracteur se généralise, mais les surfaces auxquelles s’applique la mécanisation sont trop étroites pour assurer un amortissement normal, surtout en système herbager.

70Sans l’appoint d’un minimum de main-d’œuvre salariée, le travail familial apparaît étouffant, voire asservissant. L’aide du tracteur allège les tâches saisonnières, mais elle ne libère pas des besognes quotidiennes. Et finalement, l’éleveur bocain doit accepter cette servitude contraire à son éthique personnelle : le souci des traites bancaires.

2° L’ECONOMIE SEMI-AUTARCIQUE

71L’exploitant traditionnel travaille beaucoup sans compter son temps. Mais il attend, en échange, que sa ferme assure l’essentiel de ses besoins, si possible sans qu’il lui soit nécessaire d’engager des dépenses extérieures. Car telle est bien la préoccupation profonde de l’éleveur bocain. Son raisonnement économique ne se fonde pas sur l’intensité de la production et sur les profits qui peuvent en résulter, mais sur les dépenses qu’il convient d’éviter afin de laisser au budget domestique le maximum de liquidité, le profit ne venant qu’en sus, à l’occasion. Dans cette perspective, la possession du sol joue naturellement un rôle capital.

a) La possession du sol

72Etre propriétaire, c’est disposer d’un moyen de production, et par conséquent de subsistance. Face à toutes les crises, climatiques ou conjoncturelles, l’« héritage » constitue la meilleure des garanties. Même très réduit, grâce à un labeur acharné, il permet toujours de vivre.

  • 9 Musset L., 271, 1960.

73L’attachement de l’agriculteur bocain à la propriété de la terre procède d’un très ancien atavisme. Il est même permis de se demander si cette attitude ne provient pas des toutes premières phases de l’histoire agraire et si elle n’a pas contribué à imprimer sur le paysage cette marque qui donne son nom au pays : le bocage. Car la toponymie, la répartition de l’habitat, quelques études historiques très suggestives, comme celles de L. Musset, évoquent l’installation, au cours des derniers siècles du Moyen-Age, d’une société d’hommes libres, ou presque, sur des terres ingrates et vaines, sans doute à la suite d’une grande poussée démographique9. Pour ces gens, la propriété du sol représentait une garantie indispensable par rapport à une condition juridique probablement mal établie et aux sacrifices qui devaient être consentis pour subsister sur une terre aussi médiocre. Ils s’y accrochèrent. Et si la haie matérialise la possession du sol, marque dans le paysage d’une propriété affirmée, elle prend ici tout son sens. Car, contrairement à ce qu’on observe dans le Bessin et dans le Cotentin, la haie précède dans le Bocage la spécialisation herbagère. Alors que 80 % des terres étaient en labour, toutes les enquêtes de la première moitié du xixe siècle évoquent les haies du pays de Vire, du Mortanais, de l’Avranchin... D’abord autour du « clos », puis autour des labours, la haie matérialise la propriété individuelle au milieu des terres vaines, et en même temps, elle sépare le domaine du travail intensif de celui des pâturages communaux.

Figure 44. – Constitution d’une petite propriété paysanne dans le Passais (21 ha à Mantilly)

74Rien de plus significatif à cet égard que le paysage agraire de la région des buttes, près de la Haye-du-Puits. Autour de la butte de Doville, par exemple, le dessin agraire s’organise de façon schématique. Sur le sommet, la lande et au pied de la colline, le marais, terres communes et non encloses, entourent les pentes hérissées de haies où se juxtaposent les héritages familiaux des petits villages de la Tisonnerie, de la Besnarderie, de l’Angellerie... Là, comme ailleurs, la plupart des paysans sont propriétaires, et farouchement attachés à leur bien.

  • 10 Maguer, D.E.S., 1962 – Nové, D.E.S., 1965 – Boudin, D.E.S., 1962. Enquêtes personnelles.

75La primauté de la propriété paysanne imprime sa marque à l’ensemble du Bocage. On la retrouve dans tous les secteurs où des sondages ont été effectués : région de Périers, butte de Doville, vallée de la Sée, région de Briouze, commune de Mantilly (Passais)10. Elle s’oppose à la prépondérance du fermage qui régit l’occupation du sol dans les Plaines, mais aussi dans le Bessin et dans le Cotentin.

76Cette règle cependant souffre bien des exceptions. Quelques domaines nobles ont toujours subsisté au milieu des tenures paysannes. Une propriété citadine, généralement modeste, s’est implantée dans le courant du xixe siècle et a pu prendre un développement important dans certaines régions comme celle de Périers. Les paysans enfin ne considèrent pas, bien au contraire, leur héritage comme une donnée immuable. Ils s’efforcent de l’agrandir dans les périodes favorables (de la fin du xixe siècle à l’entre-deux-guerres). Ils partagent ou tentent d’acquérir de nouvelles terres pour leur descendance dans les phases de pression démographique (début du xixe siècle, période actuelle). Ils découpent, ils partagent, ils regroupent, ils cumulent... Beaucoup combinent les deux modes de faire-valoir. Tel propriétaire loue quelques ha supplémentaires ou même une petite ferme dans l’espoir de s’y retirer ou d’y placer son fils. Tel fermier achète tous les lopins qu’il trouve afin de se constituer un héritage. Dans un marché fluide, où souvent l’évolution de la famille règle les achats, on tient fort peu compte des exigences économiques.

77L’échantillon-maître de l’enquête sociologique de l’A.N.E.R.A. répartit ainsi les exploitants selon le mode de faire-valoir :

78Fermage 44,9 % des exploitants

79Faire-valoir direct 29,1 % des exploitants

80Mode mixte 25,6 % des exploitants

  • 11 A.N.E.R.A., 265, 1966.

81Les fermiers sont donc nombreux, mais beaucoup d’entre eux (non évalué dans l’enquête, mais souvent proche du tiers) ont comme propriétaire un membre de leur famille, généralement leur père ou leur mère. Ainsi plus de la moitié des exploitants possèdent-ils de la terre. La plupart des agriculteurs appartiennent à des familles de petits propriétaires, même s’ils sont eux-mêmes fermiers. Tous restent très attachés au mode de faire-valoir direct. L’enquête de l’A.N.E.R.A. révèle que 64 % des exploitants interrogés achèteraient de la terre s’ils avaient de l’argent disponible tandis que 75 % expriment leur attachement à la propriété en préférant le faire-valoir direct au fermage11.

82L’indépendance que procure l’attachement à la propriété du sol comporte cependant bien des effets négatifs, surtout lorsque d’autres classes sociales interviennent sur le marché foncier comme c’est le cas dans le Bocage, (propriétaires citadins, et, particulièrement remarqués, bouchers et marchands de bestiaux). Effet de démembrement d’abord, lorsque la volonté de posséder compte plus que la nécessité de préserver la valeur économique du fonds. De cette tendance provient le démembrement de très nombreuses communes du Bocage (notamment du littoral de l’Avranchin ou de la région de Briouze) avec tous les handicaps économiques qu’il comporte. Effet de surenchère, ensuite, lorsque dans une phase de démographie dynamique le marché des fermes se tend sous le nombre des jeunes postulants. C’est le cas actuellement : d’après une enquête des Jeunes Agriculteurs, les fermages pouvant atteindre 370 F dans la région de Sartilly, 360 F dans le bocage de Valognes, 470 et 480 F dans les secteurs de Périers et de Coutances, 300 F dans la vallée de la Sée (1961)... Effet d’immobilisation, enfin, car le besoin de posséder détourne vers l’accumulation foncière des capitaux qui pourraient être très utiles pour moderniser les exploitations. Jusqu’à la dernière guerre, les éleveurs du Bocage n’ont pas connu d’autres formes d’investissement que l’achat de terres. Tous les bénéfices d’une période favorable, les profits sur le beurre, les poulains ou la goutte ont été détournés dans cette direction. Est-il besoin de chercher d’autres explications au prix très élevé des fermages et des terres (entre 8 000 et 12 000 F par ha) et à l’insigne pauvreté des équipements traditionnels ?

b) L’importance de l’autoconsommation

83Bien avant les premiers rudiments de gestion, le paysan avait inventé la comptabilité agricole, et l’agriculteur du Bocage mieux qu’aucun autre. Comptabilité empirique et qui n’utilise même pas l’écriture, ce qui est assez dire son caractère rudimentaire. Mais gestion d’une solide logique, cependant, dans sa grande simplicité. Les comptes familiaux se subdivisent en effet entre le budget de la femme et celui de l’homme, entre un circuit de cycle mensuel ou hebdomadaire et un circuit de rythme annuel.

84Le budget de la femme doit assurer les dépenses les plus courantes et en premier lieu l’alimentation et l’entretien domestique. Parfois, elle se charge aussi de l’achat des vêtements de travail, du paiement des journaliers occasionnels ou de certains services courants, dispersés et peu onéreux unitairement (vétérinaire, insémination). Pratiquement indépendants des saisons, ces débits s’organisent dans leur grande masse selon un cycle hebdomadaire ou mensuel, celui de la fréquentation du marché. Ils correspondent surtout à des dépenses de consommation (alimentation, entretien, vêtements), augmentés de quelques services et prestations de salaires.

85Pour opérer ces achats qu’aucune échéance ne rend obligatoires, la fermière dispose d’abord des produits de l’exploitation. Dans le système primitif qui fonctionna jusque dans la première moitié du xixe siècle, l’autoconsommation devait supporter la charge de tout ce secteur (à l’exception de l’achat des vêtements). On comprend mieux ainsi qu’il fût du ressort exclusif de la maîtresse de maison. Car, dirigeant à la fois la cuisine d’une part, l’étable, la porcherie et la basse-cour, d’autre part, elle seule pouvait régler en fonction des disponibilités la nourriture de la famille.

86Les moyens ont changé, mais non les principes fondamentaux. Parallèlement à l’apparition de nouveaux besoins de consommation, les transformations du système de production diminuent les possibilités d’autosubsistance. Le numéraire intervient de plus en plus dans le budget domestique mais la fermière le contrôle toujours. Par une série de glissements successifs, elle a ajouté en effet à ses disponibilités les liquidités qui proviennent de la vente du lait. La fabrication du beurre et de la crème ont toujours été de son ressort. La vente du beurre au marché ou auprès des ramasseurs était assurée par ses soins. Elle conserve encore le plus souvent la jouissance des chèques de lait dont les retraits mensuels aux guichets des banques ou du Crédit Agricole conviennent parfaitement aux besoins de son budget.

  • 12 D’après Lecœur, 270, 1883 et observations personnelles.
    le « noble » : surnom donné au porc
    le « cha (...)

87L’alimentation s’est transformée en fonction de ces mutations économiques. Jadis, dans de petites exploitations aux ressources limitées, elle se composait surtout de bouillies, de galettes et de soupes aux choux ou aux pommes de terre. Elle était donc surtout végétarienne et à base céréalière. Avec le développement de l’élevage et les bonnes fortunes de la fin du xixe siècle, le menu s’est amélioré. La tradition des soupes aux choux et des « gâches » demeure, certes. Mais, le paysan ne « cuit » plus lui-même ; il donne son blé au boulanger qui lui rétrocède du pain. Surtout, les produits animaux prennent une place prépondérante dans l’alimentation. Le beurre d’abord qui accompagne tous les repas. La viande ensuite dont la consommation augmente. Non la viande de bœuf, d’ailleurs, dont le paysan bocain ignore la production, mais surtout le lard salé, le veau, la volaille, produits sur la ferme. L’abattage du porc réservé à la consommation familiale constitue une des cérémonies domestiques du Bocage : « la fête à courée ». Faire le repas de lard frais auquel toute la parenté est conviée réjouit l’estomac mais aussi l’esprit. Car cela signifie que le maître « a les moyens », que les dettes sont payées et les journaliers sûrs de leurs gages. Autrement le « noble » aurait été vendu. Les mets n’en demeurent pas moins fort rustiques : pas de grillade, peu de rôtis, mais des tripes cuites à l’eau, des andouilles et des boudins, des soupes au lard, des fricassées de volaille, des « chaudins » de porc et de veau... Avec cela, de la « besson », et pour rincer la tasse encore chaude, la « goutte »12.

88L’épicerie standardisée a maintenant pénétré dans le Bocage comme le tracteur ou l’insémination artificielle. On y boit, par exemple, beaucoup de café. Mais le rythme journalier des repas et leur composition reflètent encore de vieilles habitudes. Le Bocain mange beaucoup et souvent, comme ses aïeux qui compensaient la maigreur des bouillies par leur abondance. La journée traditionnelle d’un paysan de Vassy peut encore se décomposer ainsi :

89Lever à six heures trente. Toilette rapide et sommaire. Le petit déjeuner pris au lever a pratiquement disparu, remplacé par un bol de café. Soin aux veaux et aux porcs. Traite.

90A huit heures trente, premier repas : lard et fromage, confiture et beurre, café. Ce repas était autrefois composé de bouillie, de soupe ou de galette.

91Travaux dans les champs, entretien des haies et des herbages, coupés par le « dix heures » : pain, beurre, cidre.

92Repas à midi centré sur un plat de viande : porc, veau ou volaille. Fromage (acheté), pomme ou confiture.

93Travaux des champs au cours de l’après-midi.

94A dix-sept heures, collation : lard, beurre, fromage et confiture.

95Soin aux bêtes, traite du soir.

96Repas frugal vers vingt heures, avant le coucher : soupe aux choux ou bol de lait avec du pain trempé.

97L’autoconsommation, en dépit de la spécialisation, demeure une tradition tenace dans le Bocage Normand. Pour évaluer son volume, on ne dispose que de sondages très fragmentaires : dans la vallée de la Sée, d’après Nové, 12 % du produit brut dans une petite ferme de 7,8 ha, 24 % dans une deuxième ferme de 10 ha ; dans le Coutançais, d’après Maguer, 11,5 % du produit brut dans une ferme de 20 ha, 14 % dans une autre exploitation de la même dimension ; à St-Georges-d’Aunay, d’après l’étude du Centre de Gestion, 20 % environ du produit brut dans les très petites exploitations de 2 à 5 ha, 5 à 6 % dans les grandes fermes de plus de 30 ha, 8 % en moyenne. Ces derniers chiffres qui proviennent d’une commune très ouverte aux influences extérieures sont probablement, d’après les auteurs de l’étude eux-mêmes, légèrement sous-évalués. Compte tenu de variations régionales sensibles, notamment entre les pays qui ont conservé des cultures et ceux qui n’en ont plus, il semble raisonnable d’admettre comme ordre de grandeur une autoconsommation de 15 à 25 % dans les petites exploitations et de 10 % environ dans les grandes fermes.

98L’analyse comptable de Maguer dans deux fermes de la région de Périers montre quels sont les principaux produits de cette autoconsommation. Il convient cependant de leur ajouter le cidre qui assure toujours la boisson du ménage et qui n’a pas été compté par Maguer :

99Les petits élevages, le jardin, le verger cidricole et parfois encore « l’échange » (blé contre pain) représentent une part importante du budget domestique. Dans les périodes difficiles, ils permettent à la famille bocaine de « tenir ». Mais sauf en quelques cas, de plus en plus rares, ils ne suffisent plus pour répondre de façon permanente aux besoins courants du ménage.

c) La limitation des charges d’exploitation

100Le budget de l’homme doit faire face aux grandes échéances saisonnières : le fermage, les impôts, les achats de semences et d’engrais, la paie des journaliers au moment des foins. Il doit aussi assurer le renouvellement ou l’amélioration du matériel agricole (achat d’un tracteur). Enfin, en engageant les dépenses des grandes fêtes, en donnant une aide aux enfants qui se marient, en augmentant le patrimoine foncier, le maître contrôle les débits les plus importants, ceux qui engagent l’avenir de la famille. Ce budget joue un rôle capital dans la vie économique de l’exploitation, car il se compose de quelques prestations de salaires, de transferts, mais aussi et surtout d’investissements. Or, quels produits permettent de l’alimenter ?

101Aux dépenses saisonnières ou occasionnelles répondent naturellement des recettes du même type. Elles varient beaucoup en fonction de la conjoncture et, d’une façon générale, tendent à diminuer. On peut les classer en trois catégories principales :

  1. Des revenus extérieurs à l’exploitation agricole : travail artisanal ou industriel d’un membre de la famille, pensions, retraites, rentes. Jadis, on l’a vu, le travail artisanal apporta un appoint considérable à beaucoup d’exploitations. Il n’a pas été vraiment remplacé.
  2. Des produits agricoles, indépendants de l’élevage qui ont assuré des liquidités importantes à la fin du xixe siècle et jusqu’en 1950 mais dont l’intérêt est maintenant des plus faibles : le bois (vendu notamment aux boulangers), l’alcool.
  3. Des ventes d’animaux qui dans quelques régions comme l’Avranchin peuvent provenir de l’élevage du cheval (vente de poulains), et, plus couramment des élevages bovins et porcins : vente de vaches de réforme, d’amouillantes, de veaux d’élevage, de veaux gras, de porcelets, de porcs charcutiers.

102Un équilibre très précaire a toujours réglé les rapports entre les grandes échéances de la ferme bocaine et les recettes correspondantes. Certes, de la fin du xixe siècle jusqu’à la crise de 1930, le Bocage traversa une période de prospérité lorsqu’aux ventes habituelles de veaux et de porcs, s’ajoutèrent celles de l’alcool (Briouze, Mortanais, Domfrontais), des poulains (Avranchin, sud du Coutançais) ou des ventes exceptionnelles de beurre (Coutançais, Briquebec, Valognes). Alors, les billets et les pièces s’accumulèrent dans les coffres ou sous les matelas, on vivait largement en mettant « ce qu’il fallait » sur la table, on achetait des terres. Après de longues années de misère, toute une génération bénéficia d’une large prospérité. Maguer a pu reconstituer le bilan d’une ferme de la région de Périers au cours de l’exercice 1914-15. L’importance du bénéfice réalisé sur 30 ha évite tout commentaire :

Exploitation de 30 ha, région de Périers - Exercice 1914-15
(Maguer, D.E.S., 1962)

Exploitation de 30 ha, région de Périers - Exercice 1914-15(Maguer, D.E.S., 1962)
  • 13 Porschnev, 131, 1954 – Caillard, 111, 1963.

103Mais cette richesse constitue un état exceptionnel dans le Bocage. Sans doute n’est-il pas inutile de rappeler les crises d’Ancien Régime qui ont provoqué parfois des révoltes violentes, telles celles des Nus-Pieds de 1620-1640, récemment étudiée, après Porschnew, par M. Caillard13. Les impôts royaux contraignaient les paysans à vendre des bêtes pour disposer de numéraire. Après une mauvaise saison, pour acheter du grain, il fallait se séparer d’une partie du cheptel. Or la contraction de celui-ci hypothéquait les futures récoltes en diminuant la fumure, les moyens de traction, et en dispersant un capital toujours difficile à reconstituer... L’homme, alors, faisait de plus en plus difficilement face à ses échéances et s’endettait auprès des usuriers considérés encore au début du xixe siècle comme des personnages courants de la vie du Bocage.

104Mais ont-ils disparu de nos jours ? Toutes proportions gardées, le cycle des vieilles crises se retrouve. Les fermages élevés, l’achat d’un tracteur alourdissent les charges et le maître ne peut plus demander à sa femme le paiement de toutes les traites avec le produit du lait... Inversement, seule la vente des veaux et des amouillantes assure de grosses rentrées, mais dans des conditions de prix souvent défavorables, surtout pour les veaux d’élevage... Une sécheresse, un hiver rude, et il faut acheter des compléments fourragers ou vendre quelques bêtes ou les deux à la fois. Les agriculteurs aux abois le font généralement tous en même temps, les cours baissent... Une crise de conjoncture suit la crise fourragère... Auprès du Crédit Agricole éventuellement, souvent auprès d’un parent, quelquefois auprès d’un marchand de bestiaux, de la laiterie ou du propriétaire, le paysan bocain s’endette, et parfois lourdement.

105La limitation des charges apparaît comme le remède le plus simple et le plus immédiat face à tous ces maux. Une peur atavique hérisse le paysan bocain contre ces dépenses qu’il voudrait éviter sans en avoir toujours le pouvoir : le fermage (et ce sentiment le conduit à acheter des terres dès qu’il en a la possibilité) ; les intérêts des dettes, (et ainsi 31 % des agriculteurs interrogés par l’A.N.E.R.A. déclarent se refuser à tout emprunt) ; les impôts, enfin, qu’il hait d’autant plus qu’il ne peut rien contre eux. Aux impôts, il assimile d’ailleurs les « charges sociales » et les taxes, tout ce qui finalement « est pris par l’Etat ».

106Restent les investissements et les dépenses de fonctionnement de l’exploitation. En fait, il s’agit d’une nouveauté à laquelle l’exploitant bocain n’est pas préparé. Lorsqu’il avait des disponibilités, aucun investissement important n’était nécessaire dans des fermes où l’extension des herbages permettait d’alléger le train de culture. Alors, c’était pour avoir de beaux fûts qu’on consentait quelques dépenses, dans la cave qu’on exposait sa richesse. Les bénéfices pouvaient être joyeusement dépensés ou réservés à l’achat de terres, le « meilleur placement » lit-on dans les réponses à l’enquête sociologique de l’A.N.E.R.A. Maintenant, l’élevage moderne entraîne de multiples dépenses de fonctionnement : insémination artificielle, vétérinaire, engrais, aliments du bétail... Son amélioration nécessite des investissements importants. Mais la tradition s’oppose au raisonnement économique qui démontre que pour accroître les revenus, il faut augmenter la production et, par conséquent, qu’il faut faire des investissements et accepter certaines charges. La tradition serait-elle bornée ?

107Simplement, elle exprime une autre rationalité économique que celle qui prévaut dans la société industrielle. L’homme du Bocage veut être libre. Il refuse tout ce qui lie. Et il sait bien que le mécanisme qu’on lui propose lie à jamais. Certes, il aimerait pouvoir disposer de revenus plus importants, augmenter son cheptel, améliorer éventuellement les conditions et l’efficacité de son travail. Mais il lui importe plus encore de rester maître chez lui. Aussi adapte-t-il ses dépenses à ses disponibilités. La faiblesse de celles-ci limite actuellement tous les efforts.

108Maître chez soi : tel est en définitive l’orgueil opiniâtre du petit agriculteur bocain. L’élevage, la spécialisation apparue à la fin du xixe siècle, n’a rien changé aux principes fondamentaux d’une société profondément réfractaire aux règles de la civilisation industrielle et qui n’admet que partiellement l’économie de marché.

109Mais le système traditionnel, profondément transformé, a maintenant fait faillite. L’autarcie économique n’assure plus la subsistance de très petites exploitations que dans des cas de plus en plus rares. Elle amortit les crises, elle ne permet pas de les éviter. De même, le travail familial développe une somme d’énergie insuffisante pour que soient entrepris des travaux de rénovation. Et il apparaît de plus en plus lourd à supporter dans l’exercice des besognes courantes. Face à ces difficultés, la motorisation n’allège que très partiellement les tâches et crée brutalement de nouvelles charges.

110A l’image idéalisée de l’agriculteur du Bocage vivant avec sa famille des produits de sa ferme en toute indépendance, doit se substituer maintenant un portrait moins bucolique : celui d’un petit éleveur aux travaux souvent inutiles qui attend chaque mois le chèque de lait comme salaire, auquel aucun jour complet de vacances ne peut être consenti dans l’année, mais qui n’ignore cependant pas la réalité des échéances difficiles, fermage, engrais, remboursement des emprunts... La spécialisation dans l’élevage laitier sans modernisation fait du petit agriculteur bocain un nouveau serf. Maître chez lui, certes, il l’est resté. Mais il est devenu l’esclave des vaches.

111Beaucoup de jeunes refusent ce destin.

II. L’ABANDON

Elevage et dépopulation

112« Les jeunes s’en vont. Et ce sont toujours les meilleurs qui partent. Bientôt, si le mouvement continue, on ne trouvera plus personne pour tenir une ferme dans le Bocage ».

113Ces phrases reviennent dans toutes les conversations. Sans doute exagèrent-elles la situation présente. Elles ne manquent pas de jouer avec le paradoxe, d’ailleurs, alors que jamais les écoles n’ont accueilli autant d’enfants, que la densité rurale reste une des plus fortes de toute la Normandie et qu’actuellement trouver une ferme à louer tient encore du miracle...

114Mais alors que les phénomènes de surface conservent encore l’apparence de la stabilité, l’édifice bocain semble de plus en plus ébranlé en profondeur. Un vaste mouvement d’émigration emporte toutes les jeunes classes d’âges de la population adulte et adolescente. Très sensible à ceux qui restent, il ne peut les laisser indifférents. Une sorte de psychose d’abandon trouble les esprits, les plus traditionnels comme les plus dynamiques.

115Entre l’immobilisme et la rénovation, la renonciation constitue une troisième solution, la plus radicale de toutes. Elle implique un jugement désespéré sur les possibilités économiques du Bocage : insatisfaction devant le système traditionnel, impuissance à le transformer. Par ses conséquences variées, notamment dans le domaine de la main-d’œuvre, de l’aménagement foncier, de la répartition de la population, elle hypothèque l’avenir de la région. L’émigration se trouve placée au centre des problèmes actuels, y compris des problèmes purement techniques concernant l’organisation des systèmes d’élevage. Elle doit donc être étudiée aussitôt après l’examen des positions traditionnelles, dont elle dresse, en quelque sorte, un constat d’échec, et avant l’étude des efforts de rénovation qu’elle conditionne très fortement.

Figure 45. – La dépopulation en Normandie occidentale (1801-1954)

116L’émigration contemporaine, cependant, est associée à une combinaison démographique où la société agricole et les problèmes économiques de l’élevage ne se trouvent pas seuls impliqués. Elle prolonge une dépopulation ancienne que creusa surtout la dénatalité (ou surmortalité). Elle dépend en grande parie de la disparition des activités industrielles et artisanales du xixe siècle que rien ne vient remplacer. Ces phénomènes sont toujours liés au système agricole, mais de façon plus ou moins proche et directe. On n’en présentera ici qu’une étude brève et incomplète qui insistera surtout sur les interactions du mouvement de dépopulation et du développement de l’élevage.

1° L’HEMORRAGIE DEMOGRAPHIQUE

  • 14 Sauf indication contraire, les chiffres concernant la population sont tirés de Fouques, 100, 1958.

117Depuis la première moitié du xixe siècle, le Bocage Normand se dépeuple. D’après Fouques, 44 cantons bas-normands (sur un total de 122) n’ont pas cessé de perdre une partie de leur population entre chaque recensement. La majorité d’entre eux (32 sur 44) appartient au Bocage qui apparaît ainsi (avec le Perche ornais) comme la zone la plus affaiblie dans l’espace bas-normand. Deux phénomènes se sont conjugués dans ce bilan négatif : la dénatalité, qui a cessé entre les deux guerres mondiales, et l’émigration, toujours active depuis le début du xixe siècle, mais particulièrement forte au cours des deux dernières décades14.

a) La dénatalité

118L’ensemble de la Basse-Normandie a subi, du milieu du xixe siècle jusqu’à l’entre-deux-guerres, un mouvement très important de dénatalité. Celui-ci débute entre 1841 et 1861, s’amortit légèrement de 1901 à 1911, redouble pendant la guerre de 1914 et s’achève aussitôt après dans le Calvados et dans la Manche, mais en 1944 seulement dans le département de l’Orne. Sauf dans la Manche où l’émigration l’emporte, la dénatalité, pendant toute cette période, constitue le principal phénomène démographique, celui dont dépend en grande partie la dépopulation de la région.

119Le Bocage participe massivement à cette dégradation naturelle de la population. En 1901, les taux de natalité des arrondissements bocains oscillent entre 18 et 20 pour mille, à l’exception de ceux de Domfront (20,05) et de Saint-Lô (21,1). Analogues aux taux de natalité de la partie est de l’Orne (Argentan, Alençon, Mortagne), ils sont généralement inférieurs à ceux du Bessin, du Pays d’Auge ou de la Plaine de Caen. Les taux de mortalité des arrondissements bocains s’échelonnent à tous les niveaux, depuis les plus élevés (Domfront, 27,13) jusqu’à des taux modestes pour l’époque (Saint-Lô, 22,7). Les deux facteurs se combinent en une dénatalité générale, moins importante que dans les arrondissements de l’est de l’Orne, mais plus marquée que dans le Bessin, le Pays d’Auge, la région de Caen. En 1901, la perte annuelle oscille entre 7 pour mille (Domfront) et 1,5 pour mille (Saint-Lô).

  • 15 Voir D.E.S. Maguer, Leboucher, Nové, Lecouvreur, Michel. Enquêtes personnelles à Presles-le-Désert (...)

120De nombreux sondages réalisés dans le cadre de Diplômes d’Etudes Supérieures ou par enquêtes personnelles rendent encore mieux compte de cette dépopulation naturelle15. Chaque région, chaque commune même semble un cas particulier. Ainsi, dans le Pays Virois à Presles et au Désert, la dénatalité commence dans la première moitié du xixe siècle et se maintient jusqu’à la fin de la Première Guerre Mondiale. Chaque année, pendant une période de 120 ans, on enregistre un déficit du bilan naturel qui varie de 1 pour mille (1873-82) à 10 pour mille (1903-1922). Par contre, dans la commune du Gast (région de St-Sever), la dénatalité ne se manifeste que pendant deux décades (1903-1922) ; le bilan naturel est légèrement positif pendant tout le xixe siècle (il est généralement compris entre 2 et 3 pour mille). Nové et Maguer notent des oppositions analogues dans la Vallée de la Sée et dans la région de Périers. Il pourrait être intéressant d’étudier chaque cas afin de confronter la singularité de l’évolution démographique et les particularités des structures foncières et des activités locales. Ainsi doit-on noter que la commune du Gast est en grande partie peuplée par des paysans-artisans ou paysans-ouvriers qui travaillent dans de petites exploitations et dans les carrières de granit, nombreuses dans cette région. Souvent, c’est dans les communes où domine une petite propriété paysanne que la dénatalité se manifeste avec le plus de force. Mais les sondages ne sont pas encore assez nombreux pour justifier une règle de portée générale.

121Au moins peut-on noter la netteté d’ensemble du phénomène. Car lorsque le groupement de plusieurs communes élimine les cas particuliers (groupement réalisé notamment par Nové dans la vallée de la Sée), c’est bien la dénatalité qui l’emporte. Les taux de natalité excèdent rarement 20 pour mille (ils sont exceptionnellement bas à St-André-de-Briouze : moins de 15 pour mille). Les taux de mortalité, presque toujours supérieurs à 20, tendent encore à augmenter à la fin du xixe siècle sous l’effet conjugué de l’alcoolisme et du vieillissement (par émigration). Ainsi se creuse un vide où se perd une partie importante de la population. Dans les cas les plus favorables (type Le Gast), le phénomène ne dure qu’une vingtaine d’années. En général (type Presles-le Désert), il commence au milieu du xixe siècle et dure jusqu’à la fin de la Première Guerre Mondiale. Dans les cas extrêmes (type St-André-de-Briouze) il se maintient pendant un siècle, voire plus, (de 1820-30 à 1920-30 et même 1930-40) avec, en fin de période, des taux très élevés qui expriment un déficit naturel supérieur à 10 pour mille par an (St-André-de-Briouze, 1893-1932). Ainsi disparaît une partie importante de la population du Bocage Normand.

Figure 46. – La dépopulation contemporaine en Normandie occidentale (1954-1962)

b) L’émigration

122Dans le Bocage, temporaire puis définitive, l’émigration d’une partie de la population représente une tradition ancienne. Le département de la Manche (que domine le Bocage) est le seul département bas-normand qui depuis 1831 n’a pas cessé de se dépeupler par émigration comme le montre le tableau ci-dessous.

123En 130 années, le total du solde négatif dépasse 230 000 personnes. Mais l’évolution du mouvement mérite de retenir particulièrement l’attention. L’émigration, en effet, s’amplifie. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le mouvement s’accélère et prend une importance jamais connue. Au cours des 8 dernières années, la Manche a perdu 45 000 personnes environ alors que les décennies les plus défavorables du xixe siècle n’enregistrèrent jamais plus de 30 000 personnes en solde négatif (1861-70 : 29 400 départs).

  • 16 Lecouvreur, D.E.S., 1966.
  • 17 Enquêtes personnelles.

124Avec des nuances, les sondages locaux ou régionaux confirment ces résultats. Dans la région de Sourdeval, étudiée par Lecouvreur, l’émigration définitive succède aux migrations temporaires des artisans-paysans qui au début du xixe siècle allaient vendre pendant l’hiver les produits de leur travail hors de la région. Elle sévit dès la première moitié du xixe siècle alors que la crise de l’artisanat déséquilibre l’économie régionale. Elle se maintient jusqu’à notre époque, après une légère éclipse entre 1911 et 193116. De même, l’émigration est permanente au Désert et à Presles, en Pays Virois, de 1863 à 1962, sauf pendant les deux premières décades du xxe siècle. Au Gast, les départs l’emportent presque toujours sur les arrivées et le déficit s’accentue avec une remarquable netteté depuis 194617.

  • 18 Maguer, D.E.S., 1962.
  • 19 Nové, D.E.S., 1965.

125Dans la région de Périers18, Vaudrismesnil ne compte qu’un nombre très limité de départs jusqu’en 1876, mais depuis cette date le solde négatif ne cesse de se creuser. La commune d’Auxais, dans la même région, présente depuis 1836 un bilan migratoire toujours négatif, mais il s’élargit brusquement à partir de 1876, doublant presqu’en quelques années, et il se maintient à ce niveau élevé depuis cette date avec une nette tendance à l’accroissement. Dans la région de la Haye-du-Puits, Doville perd régulièrement 0,5 à 2 % de sa population par an depuis 1831. Mais entre 1954 et 1962, le mouvement s’élargit : 50 personnes quittent la commune, soit plus de 2 % par an (18). Dans la vallée de la Sée19, l’exemple des communes de Cuves, de St-Laurent, de S-Jean-de-Haize, Vernix et Tirepied révèlent une nette recrudescence de l’émigration depuis la dernière guerre et parfois depuis 1922 (Vernix). Dans la région de Briouze, la dénatalité l’a pendant très longtemps emporté sur l’émigration. Mais la tendance s’inverse depuis peu : entre 1954 et 1962, alors que le bilan naturel est largement positif, plus de 600 personnes émigrent, soit environ 12 % de la population, bourg compris.

  • 20 Atlas de Normandie, carte C10.

126Au-delà de quelques particularités locales, ces nombreux exemples permettent de saisir l’évolution d’ensemble. Au xixe siècle et jusqu’à 1920, l’émigration, généralement modérée, accompagne la dénatalité. Après une période incertaine et alors qu’un bilan naturel positif se dégage peu à peu, l’émigration redouble à partir de 1946-54. La dépopulation du Bocage se poursuit et parfois même s’accentue. Seule, maintenant, la multiplication des départs est responsable de cette déflation démographique. Dans une Normandie rurale qui se dépeuple, le Bocage s’affirme encore comme une des régions où l’émigration contemporaine sévit avec le plus de force20. Quel rôle jouent l’élevage et les éleveurs dans cette évolution ?.

2° L’ELEVAGE RESPONSABLE DE LA DEPOPULATION ?

127Plusieurs facteurs interfèrent pour expliquer la dépopulation du Bocage Normand. Il pourrait être tentant d’attribuer au développement de l’élevage, et plus spécialement à l’extension du système herbager, une responsabilité particulière pour expliquer ce phénomène. L’herbage permanent n’exige-t-il pas beaucoup moins de travail, et par conséquent de travailleurs, que le système de polyculture traditionnel ? Cette question doit être examinée. Mais il est nécessaire, auparavant, d’analyser brièvement les facteurs de dépopulation qui n’ont aucun rapport, ou presque, avec l’élevage.

a) Les facteurs de dépopulation indépendants de l’élevage

128Le Bocage se dépeuple de façon permanente depuis la première moitié du xixe siècle. Or, l’élevage et le système herbager ne se développent vraiment dans cette région que depuis la fin du xixe siècle, exception faite des bocages périphériques du Coutançais et du Cotentin. Dans ces conditions, il semble impossible d’attribuer à la spécialisation dans l’élevage toute la responsabilité en matière de dépopulation. D’autres facteurs ont joué un rôle fondamental.

I. – Le déficit naturel de 1850 à 1920

129On a déjà présenté cette longue tendance à la dénatalité qui sévit dans le Bocage de 1850 à 1920 (environ). Il s’agit, on le sait, non d’un mouvement propre au Bocage, mais d’un phénomène qui concerne l’ensemble de la Basse-Normandie. Il se rencontre aussi bien dans des régions précocement vouées à l’herbage permanent (Bessin, Pays d’Auge) que dans des Plaines qui n’adoptèrent que partiellement la prairie permanente (Caen, Falaise, Argentan, etc...). Tout au plus doit-on noter la force de la dénatalité dans le Bocage qui atteint dans des secteurs comme celui de Briouze une ampleur exceptionnelle.

130Il serait absurde, naturellement, de lier ce mouvement démographique au développement du système herbager en Basse-Normandie et dans le Bocage en particulier. Dans cette région, la dénatalité ne s’est-elle pas manifestée d’ailleurs 30 ou 40 ans (c’est-à-dire une ou deux générations) avant le grand essor de l’élevage ? Les causes du déficit naturel doivent être recherchées dans les transformations de la société bocaine au milieu du xixe siècle. La natalité restait assez stable à un niveau modeste pour l’époque (entre 17 et 23 p. mille généralement). C’est l’augmentation progressive de la mortalité qui fut responsable du déficit naturel. Le vieillissement de la population (à la suite des saccades d’émigration), la persistance de la misère chez les journaliers-artisans privés de travail d’appoint, l’alcoolisme en plein développement permettent d’expliquer les taux de mortalité très élevés de la fin du xixe et du début du xxe siècle (parfois plus de 30 p. mille). Certes, une forte natalité aurait pu compenser cette surmortalité. Mais, entretenue par une fécondité modeste, la natalité des communes du Bocage ne s’élèva guère au-dessus de 20-24 p. mille. Les taux étaient d’ailleurs d’autant plus faibles qu’ils s’appliquaient surtout à une population de petits propriétaires n’ayant que la terre comme moyen de production et devant adapter leur famille aux possibilités d’emploi qu’offrait leur héritage. Ainsi, dans une commune comme le Gast où la persistance de l’artisanat des tailleurs de pierre offrait des débouchés aux fils d’exploitants, le taux de natalité restait toujours supérieur à 20 p. mille et s’élevait au-dessus de 25 p. mille entre 1903 et 1932. Dans cette commune, on comptait en moyenne 3 enfants par mariage pendant tout le xixe siècle, et généralement plus de 2 de 1901 à 1940. De même, les taux de natalité étaient assez forts dans les communes de la vallée de la Sée et de la région de Périers où le fermage l’emportait sur le faire-valoir direct et les exploitations moyennes sur les plus petites. Par contre, là où le petit propriétaire ne devait compter que sur sa terre, la natalité se contractait pour donner les taux plus modestes : à Presles et au Désert, dans le Pays Virois (natalité inférieure à 20, moins de 3 enfants par mariage) et surtout à St-André-de-Briouze (natalité inférieure à 15 p. mille de 1833 à 1902). Le malthusianisme démographique constitue sans doute une vieille tendance des campagnes bas-normandes. Mais il semble que la disparition des activités d’appoint l’ait encore accentué et celle-ci, entraînant émigration et vieillissement de la population restante, peut apparaître comme la cause fondamentale de la dépopulation au xixe siècle.

Figure 47. – Evolution de la population au Gast (canton de Briouze)

Figure 48. – Evolution de la population à Presles-le-Désert (canton de Briouze)

2 – La disparition de l’artisanat rural de 1850 à 1914

131La disparition des emplois secondaires d’appoint a pu intervenir comme une cause lointaine de la dénatalité en accentuant le malthusianisme démographique et en entraînant par émigration le vieillissement de la population. Mais l’effacement de l’artisanat rural agit surtout directement en supprimant des emplois et en provoquant plusieurs vagues importantes d’émigration dès le xixe siècle.

  • 21 Lecouvreur, D.E.S., 1966.

132L’association étroite de petites exploitations agricoles et de métiers artisanaux constitue un des fondements du système bocain traditionnel. Or cette combinaison n’a pas cessé de se détériorer depuis la première moitié du xixe siècle pour disparaître à peu près complètement à la veille de la guerre de 1914. Dans la région de Sourdeval, par exemple, Lecouvreur21 peut analyser successivement la « ruine des papeteries » (notamment sous le Second Empire), le « déclin des poteries » (à partir de 1850-60), la « disparition lente mais inévitable des métiers ruraux » (étameurs, « grillous », ferronniers etc...). Seuls, les tailleurs de granite maintiennent encore une certaine activité autour du massif de Vire (par exemple au Gast). La disparition du métier d’appoint, celui pratiqué par le père ou par les fils dans l’artisanat du fer, par la mère et les filles dans le textile, entraîna naturellement une mutation profonde de la société bocaine. A long terme, celle-ci réagit peut-être par la limitation des naissances. Mais, dans les périodes de crise, et notamment sous le Second Empire, le surplus de population émigra. Ainsi note-t-on dans la région de Sourdeval, une recrudescence de l’émigration entre 1851 et 1861. De même, à Presle et au Désert entre 1862 et 1872, au Gast entre 1852 et 1862. D’une façon générale, une émigration quasi chronique accompagne pendant la plus grande partie du xixe siècle la disparition des métiers ruraux.

Figure 49. – Evolution de la population à St-André-de-Briouze (canton de Briouze)

133Ce phénomène, probablement fondamental, ne saurait cependant rendre compte de l’ensemble du mouvement de dépopulation. Si les métiers ruraux jouaient en effet un rôle majeur dans les systèmes traditionnels du centre du Bocage, il n’en était pas de même dans les Bocages périphériques, Cotentin, Coutançais, Saint-Lois, Bas-Pays de Briouze. Or, la dépopulation y fut aussi profonde et souvent plus précoce qu’au centre du Bocage. Dans ces régions, l’industrie rurale fut toujours très effacée, et c’est par conséquent dans l’évolution démographique elle-même (qui aboutit à une surpopulation certaine dans la première moitié du xixe siècle), voire dans la transformation des systèmes agricoles de production qu’il faut rechercher les causes de la dépopulation.

3 – La léthargie des industries et du tourisme contemporains
  • 22 Sur cette question, voir notamment les deux cartes de l’Atlas de Normandie E4 et E8, particulièrem (...)

134Rien n’est venu remplacer les vieilles activités artisanales pour des raisons dont l’analyse échappe à cette étude. Dans la seconde moitié du xixe siècle, quelques industries se sont implantées sur les ruines de l’artisanat. La plupart ont disparu. Seules subsistent quelques entreprises textiles à Fiers et à Condé, mais dans des conditions précaires, les fabrications en acier inoxydable de Sourdeval, le travail du cuivre à vocation touristique de Villedieu-les-Poëles, quelques ateliers granvillais... Les nouvelles implantations, nées de la décentralisation industrielle, sont plus rares encore que dans le Pays-d’Auge. La région de Fiers fait exception : elle bénéficie de la présence des usines Férodo de la vallée de la Vère et de quelques autres entreprises comme Philips. Le bilan d’ensemble est catastrophique. Au siècle du développement industriel, le Bocage Normand s’est désindustrialisé. A l’heure de la décentralisation, il ne reçoit que quelques miettes insignifiantes22.

  • 23 Carte de l’Atlas de Normandie, G 6, Equipement touristique.

135Le Bocage, au moins, peut-il attendre de la villégiature et du tourisme l’apport d’une nouvelle société d’appoint ? Certains le pensent. La route Paris-Granville par Briouze, Fiers, Vire et Villedieu ne devrait-elle pas permettre l’afflux touristique ? Mais la vérité oblige à dire que le Bocage est une des régions de Normandie les plus pauvres en centres attractifs23. Peu de châteaux, peu de manoirs, peu d’églises anciennes dans une région dont la misère constitue la principale tradition historique. L’habitat rural joint à la tristesse du granite et des dalles schisteuses, la médiocrité de pauvres bâtiments où jamais la richesse ne régna, sauf aux heures secrètes de la « goutte ». Les petites villes reconstruites, Villers, Aunay, Fiers, Condé, Mortain... somnolent dans une raideur qu’aucun dynamisme ne vient animer. Trois centres seulement attirent une certaine activité touristique : Bagnoles-de-l’Orne près de la Forêt d’Andaine, grâce à des établissements de cure réputés ; Carteret et Port-Bail sur la côte ouest et surtout, au sud-ouest, le littoral de l’Avranchin, depuis le Mont-St-Michel jusqu’à Granville, le seul ensemble touristique qui suscite dans la région rurale voisine un regain d’activité. Partout ailleurs, le Bocage ne peut compter sur une activité qui se limite à quelques séjours familiaux et à un tourisme de passage d’une faible densité.

136En dehors de l’élevage, le Bocage Normand est maintenant vide d’activité. Faute d’emplois secondaires dans la région, le flot de l’émigration s’est accentué au cours des dix dernières années. Les petites exploitations sont incapables d’absorber le surplus de population né du renouveau démographique contemporain. Mais leur rôle n’est-il pas plus négatif encore ? Sont-elles répulsives ou attractives ? La réponse mérite d’être nuancée.

b) Les incidences du développement de l’élevage sur la dépopulation

137Pour étudier les conséquences du développement de l’élevage sur l’évolution de la population, le Bocage Normand peut servir d’exemple priviligié, puisque la spécialisation dans l’élevage y est récente et qu’elle s’est substituée au cours du dernier siècle à une économie traditionnelle associant polyculture, petits élevages et artisanat. Encore doit-on préciser que cette spécialisation s’est effectuée dans une structure d’exploitations particulièrement petites. Encore fallait-il rappeler l’interférence de cette spécialisation progressive avec la désindustrialisation de la région. Néanmoins, il est possible d’apprécier le rôle joué par l’élevage dans la détermination du travail et des revenus agricoles, et, par conséquent, ses effets répulsifs ou attractifs.

1 – L’élevage bocain et le travail

138On considère généralement que la spécialisation dans l’élevage et l’extension du système herbager, en exigeant moins de travail que la polyculture traditionnelle, ont favorisé la dépopulation de la Basse-Normandie en général et du Bocage Normand en particulier. L’élevage fondé sur l’utilisation extensive de la prairie permanente demande, il est vrai, beaucoup moins de travail et de peine que les multiples tâches d’une polyculture traditionnelle qui devait affronter toutes les difficultés suscitées par des sols souvent lourds et en pente et par un parcellaire très morcelé. Il est difficile de chiffrer la diminution des exigences de travail qu’entraîne la spécialisation, car il ne s’agit pas seulement d’une rétraction quantitative, mais, parallèlement, d’une mutation qualitative. La polyculture, en effet, mobilise d’importantes quantités de travail pendant des périodes de pointe saisonnière (automne, été). De la sorte, elle se combine très harmonieusement avec l’artisanat rural qui permet d’utiliser les temps morts. La spécialisation dans l’élevage supprime tous les travaux saisonniers, à l’exception des foins, mais il immobilise en permanence chaque ménage sur chaque exploitation pour des besognes de routine journalière (la traite notamment).

Fig. 50. – Evolution de la population active au Gast et à Presles-le-Désert

  • 24 Maguer, D.E.S., 1962.

139Dans l’ensemble, la spécialisation de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle entraîne une diminution sensible de la main-d’œuvre agricole. Ou inversement. Dans le cadre du système traditionnel, une exploitation moyenne (de 20-30 ha) pouvait employer deux ou trois commis en plus du maître, des journaliers occasionnels, des filles ou des bonnes. La spécialisation dans l’élevage élimine au moins un commis et la plus grande partie de l’appoint de main-d’œuvre saisonnière. Par contre, le travail quotidien augmente. Encore le maintien des cultures sur le tiers ou le quart des terroirs contribua-t-il à limiter cette rétraction dans le centre du Bocage et dans l’Avranchin. Mais on ne peut savoir exactement quel mouvement entraîna l’autre. Il semble que la combinaison dépopulation-spécialisation évolua de façon complexe avec des différences sensibles selon les régions. Au centre du Bocage, c’est incontestablement la crise de l’artisanat qui constitua le premier mobile de la dépopulation, ce mouvement qui entraîna les autres, et la spécialisation dans l’élevage (toute relative et tardive) qui apparaît maintenant comme une conséquence lointaine et indirecte de l’anémie régionale après l’abandon des activités traditionnelles. Par contre, dans le Coutançais et dans le Cotentin, il n’y eut jamais crise de l’artisanat : celui-ci ne fut jamais développé, et la spécialisation dans l’élevage, stimulée par la proximité des grands marchés beurriers, fut plus précoce et plus complète. Dans ce cas, la spécialisation herbagère put entraîner l’élimination d’une partie de la main-d’œuvre excédentaire et stimuler la dépopulation. A Auxais, à Marchésieux, à Vaudrimesnil, communes de la région de Périers étudiées par Maguer, l’émigration s’accentua à partir de 1870-1880 au moment même où s’affirmait la suprêmatie de l’élevage24.

140Depuis cette période, le rapport entre les exigences en main-d’œuvre de l’élevage et des systèmes cultivés a beaucoup évolué. Dans une certaine mesure, la mécanisation conduit à une situation inverse de celle du xix siècle. L’emploi des machines, en effet, a amélioré dans des proportions considérables la productivité de l’agriculture. Au contraire, la productivité des travaux d’élevage évolue beaucoup plus difficilement et beaucoup plus lentement. Ce thème a été assez souvent développé pour qu’il soit inutile d’insister. Sur 20 ha, le petit éleveur du Bocage peut être employé à plein temps avec sa famille, alors qu’il faut une surface nettement plus étendue (30-40 ha) pour aboutir à un résultat comparable dans un système céréalier. Maintenant, c’est l’élevage qui exige le plus de travail. Aussi n’est-il pas exagéré d’affirmer que dans le cadre des petites exploitations du Bocage, l’élevage fixe ce qui reste de la population de cette région plus qu’il ne la chasse.

141Mais cette situation se dégrade rapidement depuis quelques années. Pour que l’élevage joue ce rôle stabilisateur, encore faut-il qu’il soit accepté par les agriculteurs. Pendant longtemps, les tâches de l’élevage ne furent pas considérées comme asservissantes, parce que les troupeaux étaient beaucoup moins importants que maintenant, la main-d’œuvre plus nombreuse, parce que le prestige apporté par le commerce des bêtes satisfaisait l’orgueil et parce que chaque foire était une fête. Rien de tel maintenant. L’élevage devient un esclavage. Il fixe à son étable et à sa porcherie la famille exploitante. Il ôte tout espoir de vacances, il écourte chaque dimanche, chaque jour de fête. Dans le cadre de la civilisation contemporaine, il dépasse le petit éleveur bocain qui apparaît de plus en plus comme une sorte de paria.

  • 25 A.N.E.R.A., 265, 1966.

142L’enquête sociologique de l’A.N.E.R.A. montre que cette situation est de plus en plus difficilement acceptée25. La moitié des chefs d’exploitation interrogés estiment que les conditions de travail sont responsables du départ des jeunes. Quelques réponses illustrent cet état d’esprit :

143« Les vacances, les congés payés ! ici on travaille le dimanche... »

144« Pas assez de liberté, surtout le dimanche soir, le soin des bêtes, çà c’est le pire... ».

145Aussi, 70 % des jeunes fils d’agriculteurs interrogés pensent-ils que c’est l’organisation des horaires de travail, l’absence de temps libre qui expliquent l’abandon de la profession agricole. L’élevage et ses servitudes apparaissent ainsi comme un facteur déterminant de l’émigration contemporaine.

2. – L’élevage bocain et les revenus agricoles
  • 26 Avec l’aide de la « goutte ».

146Un travail, même très pénible, peut toujours être accepté s’il procure des revenus intéressants. A la fin du xixe siècle et jusqu’à l’entre-deux-guerres, l’élevage combina tous les avantages puisqu’il apportait alors des liquidités supplémentaires aux exploitants, parfois des sommes considérables, alors que parallèlement diminuait le travail agricole. Il contribua alors26, après les crises multiples du xixe siècle, à stabiliser dans le Bocage une classe nombreuse de petits exploitants et d’exploitants moyens qui bénéficièrent en outre d’une certaine concentration des fermes autorisée par la dépopulation.

147Pour apprécier objectivement les revenus contemporains des petits éleveurs du Bocage, l’étude de la S.A.F.E.R. de Basse-Normandie apporte des éléments satisfaisants. Elle se fonde, en effet, sur l’analyse des exploitations d’une quinzaine de communes situées au cœur du Bocage Normand, à la limite des départements de la Manche, de l’Orne et du Calvados.

148Les principaux résultats sont présentés dans le tableau ci-dessous :

TABLEAU 19. Résultats de groupes d’exploitations du Bocage Normand

TABLEAU 19. Résultats de groupes d’exploitations du Bocage Normand

149Que penser de ces résultats ? L’élevage, au moins, paie-t-il de leur peine les petits exploitants du Bocage Normand ? Une première constatation s’impose. Presque tous les résultats financiers sont négatifs. Seules, les exploitations les plus intensives des groupes D, B et C, c’est-à-dire une minorité dynamique, obtiennent des profits assez substantiels. L’ensemble des petites exploitations non mécanisées (groupe A), toutes les exploitations dites « de queue » et les exploitations dites « moyennes » du groupe C ne parviennent pas à rémunérer l’intérêt des capitaux d’exploitation et le travail familial. Leur déficit, cependant, est rarement sensible aux chefs d’exploitation qui ignorent généralement tout de la comptabilité agricole théorique.

150Le revenu agricole, par contre, rend bien compte des disponibilités réelles des familles, tous frais payés. Les exploitations de plus de 10 ha (avec tracteur), à l’exception des exploitations dites « de queue », obtiennent des résultats assez honorables qui se traduisent par des revenus familiaux le plus souvent supérieurs à 12 000 F. par an. En dépit d’une conjoncture économique assez mauvaise, l’élevage, lorsqu’il reste assez intensif, procure aux petits paysans du Bocage des disponibilités qu’offrent rarement les salaires industriels, surtout dans la région. Or, au début du siècle, les conditions furent plus favorables. Aussi beaucoup d’agriculteurs bocains préfèrent-ils encore conserver tous les avantages du travail « chez soi » plutôt que de courir l’aventure de l’émigration. Aux petites exploitations traditionnelles du Bocage, l’élevage a procuré d’importants revenus de complément au moment où d’autres faisaient défaut. Dans les exploitations spécialisées, cet apport de l’élevage reste assez important pour justifier actuellement leur maintien.

  • 27 Revenus dégradés depuis 1950 par la disparition de certaines recettes (alcool, bois) et par une au (...)

151Dans les plus petites exploitations, celles du groupe A de l’étude de la S.A.F.E.R., les résultats contemporains font apparaître une situation particulièrement délicate : déficit financier de toutes les exploitations, 9 200 F. de revenu agricole annuel chez les meilleurs, 3 950 chez les plus médiocres. Lorsqu’un revenu d’appoint, une pension ou un salaire industriel, ne vient pas compenser cette insuffisance des résultats agricoles, les petites exploitations de moins de 13-14 ha ne peuvent pas échapper à la misère. Cette situation associée à un travail asservissant apparaît de plus en plus intolérable aux jeunes générations. Ainsi s’accentue l’émigration du Bocage Normand. Pendant longtemps elle n’a touché que les artisans ruraux (qui possédaient souvent une petite ou très petite exploitation), les journaliers, les domestiques. Ceux-ci éliminés, ou presque, elle attire maintenant les fils et les filles d’agriculteurs. La spécialisation dans l’élevage n’a stabilisé que de façon précaire les petites exploitations du Bocage Normand. La dégradation simultanée des revenus et des conditions de travail fait peser une lourde menace sur leur avenir27.

3° LES ELEVEURS ET LES CONSEQUENCES DE LA DEPOPULATION

152L’élevage n’est que partiellement responsable de la longue dépopulation du Bocage Normand. Mais les éleveurs contemporains subissent toutes les conséquences de ce mouvement qui anémie de plus en plus la vie régionale. Dans l’ambiance d’inertie économique qui pèse sur l’ensemble du Bocage Normand, les problèmes des petites exploitations d’élevage semblent encore plus difficiles à résoudre et la vie des familles paysannes subit tous les handicaps de l’isolement et du sous-équipement.

a) La léthargie économique

153Cause ou conséquence de la dépopulation, la léthargie économique est une réalité qui pèse sur tout le Bocage. Aucune grande opération de décentralisation industrielle. Aucune réalisation spectaculaire (à l’exception de l’usine atomique de La Hague, bien isolée). Aucune grande ville pour fixer les industrie et pour organiser les réseaux d’influence. Des trains d’une sage lenteur, des routes souvent désertes. Des notables attachés à la défense des intérêts locaux. De nombreux discours préfectoraux et électoraux pour analyser avec pertinence la crise contemporaine et pour proposer des remèdes. Aucune réalisation à l’échelle du problème. Telle est l’ambiance économique dans laquelle doivent vivre les petits éleveurs du Bocage Normand.

154Ils n’en tirent naturellement aucun avantage. Est-ce un avantage, en effet, et ce serait alors le seul, de disposer d’une main-d’œuvre à bon marché ? Les exploitants se plaignent, avec raison, de la raréfaction croissante de la main-d’œuvre salariée. Cependant, dans le Bocage où subsistent encore de nombreuses exploitations très petites, il reste plus facile de trouver un journalier que dans le Pays d’Auge ou dans les Plaines de l’Eure par exemple. Aux bas salaires des quelques industries de la région correspondent naturellement de bas salaires agricoles. En 1929, on payait dans le département de la Manche une servante de ferme 3 000 F. et un domestique 3 500 F. par an, nourris et logés, soit sensiblement moins que dans les autres départements normands (en Seine-inférieure, respectivement 4 500 et 5 400 F.) Cette disparité s’est atténuée depuis cette date, sans disparaître cependant comme le montre le tableau ci-dessous :

155Comme dans l’industrie, le bas salaire correspond à l’absence de qualification de la main-d’œuvre et à son inorganisation. On ne pourrait trouver actuellement dans le Bocage, région d’élevage spécialisée, un vacher qualifié. On n’y connaît en fait que des « hommes à toutes mains », des journaliers occasionnels, hommes âgés, jeunes dans l’attente du service militaire, adultes irrécupérables dans toute autre profession, séquelles d’une race en voie d’extinction comme celle des chevaux. Une telle situation constitue en fait un très lourd handicap.

  • 28 Sur ce sujet, voir 4e partie, 2e chapitre.

156L’anémie régionale pèse aussi sur l’organisation des circuits de commercialisation des produits de l’élevage. De la vieille autoconsommation familiale, le Bocage est passé sans transition à des circuits longs qui conduisent hors de la région la plus grande partie de la production commercialisée. Car les petites villes du Bocage ne constituent que des débouchés très limités. Rien de comparable ici aux grands marchés de consommation de Haute-Normandie ou au marché en expansion de la région caennaise. La dépopulation accentue encore cette tendance. Le Bocage vend donc à d’autres régions tous ses produits : le lait, mais aussi les veaux, les porcs, les poulains... Seule, la viande de bœuf, dont la production est limitée autant que la consommation, est achetée en totalité par les boucheries locales. Pour que cette situation commerciale ne constitue pas un handicap, les réseaux de transformation et de distribution devraient être assez efficaces afin que les produits soient écoulés dans les meilleures conditions. Mais le Bocage reste trop en marge des grands bassins laitiers traditionnels et des zones d’embouche, clés de voûte de l’organisation commerciale, pour que ces conditions soient pleinement remplies. Sur place, les entrepreneurs ont manqué pour créer de nouveaux circuits. Une exception cependant : l’industrie laitière. Pendant longtemps, celle-ci n’aborda le Bocage que par l’intermédiaire de quelques beurreries ou fromageries familiales et par les tournées lointaines de camions ramasseurs de crème. Maintenant plusieurs groupes privés (Claudel notamment) étendent leur réseau vers le sud. Elle-et-Vire surtout, la grande coopérative, a établi son empire sur le Bocage Normand. Certes, les réseaux de ramassage restent bien anarchiques. Le Bocage n’en dispose pas moins maintenant d’une industrie laitière dont les entreprises peuvent affronter les rudes concurrences du marché national et international. Mais pour que ces réalisations soient vraiment efficaces, elles doivent être complétées par des solutions de même type dans le secteur de la viande, veaux et porcs notamment. En ce domaine, le Bocage reste fidèle à la tradition des marchés et des foires, des rabatteurs et des marchands de bestiaux, des circuits d’apparence anarchique mais riches de subtilité où une foule dispersée de petits producteurs se trouve en position d’infériorité commerciale face aux professionnels de la viande. En outre, ce type d’organisation se révèle impuissant à conquérir de nouveaux marchés. Sa politique est profondément malthusienne28.

157L’industrie laitière constitue une exception qui met mieux en valeur les insuffisances des autres secteurs. N’est-ce pas la seule industrie importante du Bocage ? N’est-ce pas la seule organisation assez concentrée, assez dynamique et assez efficace pour assurer des débouchés valables à la production des petits éleveurs ? A cette exception près, le Bocage, par la dispersion de ses entreprises, par ses bas salaires, par la faiblessse de la consommation régionale comme par l’anarchie de ses circuits commerciaux, possède tous les caractères d’une région archaïque.

b) L’isolement et le sous-équipement

158Ni la dépopulation, ni l’ambiance de léthargie économique ne favorisent le succès de l’aménagement rural. La carte D 15 de l’Atlas de Normandie montre que le Bocage Normand reste à peu près complètement réfractaire au remembrement et que l’adduction d’eau y est moins développée que partout ailleurs. L’eau n’est-elle pas partout sur les versants du massif ancien, c’est-à-dire aussi nulle part ? Le petit éleveur se contente du puits, des citernes et des mares. Les premières réalisations de la S.A.F.E.R. de Basse-Normandie ont été relativement plus nombreuses dans le Perche que dans le Bocage. Certes, les Syndicats Intercommunaux à Vocation Multiple fleurissent et témoignent d’une prise de conscience des problèmes d’aménagement. Mais combien deviendront autre chose que des pépinières électorales ou des laboratoires sans application pour géographes actifs ?

  • 29 Pasquier et divers, 292, 1962.
  • 30 A.N.E.R.A., 265, 1966.

159Et cependant, la dépopulation laisse derrière elle assez de lourdes séquelles pour rendre urgent l’aménagement rural. L’habitat date d’un autre âge, et cette expression courante prend ici plus qu’ailleurs toute sa signification. « L’âge moyen des bâtiments ruraux est, en effet, d’après une enquête de l’I.N.S.E.E. d’environ 150 ans dans le Bocage Normand avec un pourcentage de bâtiments ayant plus de 100 ans de 85 % »29. Ils ont donc été conçus pour les besoins d’une économie toute différente de la spécialisation actuelle. L’utilisation traditionnelle de matériaux lourds et solides, le grés, le granite ou les dalles de schistes, rend difficile toute transformation. Aussi la ferme spécialisée dans l’élevage de la période contemporaine se compose-t-elle d’une foule de bâtiments étriqués, totalement inadaptés à ses besoins et qui le plus souvent, proviennent de plusieurs petites tenures anciennes. Autour de la maison, le plant occupe la plus grande place où se serrent les pommiers et les poiriers, fortune de jadis, arbres noueux, mal entretenus et de plus en plus inutiles maintenant. Un coin est toujours réservé au courtil où poussent les légumes, et notamment les choux. Dans le plant, se dispersent un grand nombre de bâtiments qui témoignent de l’ancienne économie mieux que des archives mais qui handicapent plus qu’il ne servent les activités contemporaines : l’étable près de la maison, sombre et étroite, prévue pour 5 ou 6 vaches dans les fermes qui en possèdent maintenant une vingtaine ; l’écurie, inutile ; quelques remises ; le fournil pour « cuire », la « souette » aux porcs, le « jouc » pour les poules... La maison reste très modeste, sans étage et parfois encore recouverte de chaume (ou de tôle ondulée). Au moins est-elle solide, sauf dans les bas-pays schisteux où le torchis se substitue au schiste gréseux ou au granite, donnant les plus tristes demeures (par exemple, dans la région de Briouze). Peu de pièces : une grande cuisine où se dressent encore souvent les lits, une arrière-cuisine servant de laiterie, et parfois quelques chambres ajoutées au xixe siècle ou plus récemment. D’après l’enquête sociologique de l’A.N.E.R.A.30, un tiers des femmes d’exploitants disposent d’une cuisinière à gaz, d’un réfrigérateur et d’une machine à laver, un tiers ne possèdent aucun de ces appareils, un tiers environ en ayant un ou deux.

160La répartition traditionnelle de l’habitat était assez harmonieuse dans des communes souvent grandes. Elle associait des « villages », c’est-à-dire des hameaux composés d’un nombre variable d’exploitations et de maisons d’artisans ou de journaliers, à des « bourgs » qui concentraient les services élémentaires, les commerçants et les artisans plus nombreux que dans les « villages ». Cette organisation reflétait une vie sociale beaucoup plus cohérente que celle du Pays d’Auge. Elle évitait les inconvénients de l’isolement absolu tout en laissant chaque exploitation assez proche de ses terres. Elle prévaut toujours et constitue dans l’ensemble une base d’aménagement très favorable. Mais la vie semble s’en retirer peu à peu.

161Les villages groupaient jadis des communautés nombreuses où cohabitaient des personnes de professions assez variées et où de multiples chicanes donnaient quelque sel à la vie. Maintenant, la population se réduit le plus souvent à un nombre limité de ménages d’exploitants agricoles. Les bourgs surtout souffrent de la dépopulation. Non que leur courbe démographique révèle une évolution plus catastrophique qu’ailleurs. Mais leurs fonctions s’anémient avec la diminution de leur clientèle. L’élargissement des circuits commerciaux, la concurrence des villes accentuent encore ce phénomène.

  • 31 Frémont et Solignac-Lecomte, 283, 1963.

162Le cas de Briouze résume toutes les difficultés des multiples bourgs locaux. Cette petite localité de 1 500 à 1 600 habitants n’a guère évolué depuis plus d’un siècle. Elle connut son âge d’or dans la seconde moitié du xixe siècle lorsque le Bocage s’ouvrit à l’économie de marché. Alors, le ramassage des produits agricoles se faisait par les foires, les marchés et les marchands du bourg (beurre, pommes, poulains, veaux etc). Dans les petits commerces qui se multipliaient autour des places venaient s’approvisionner les habitants des villages. On compte encore à Briouze 5 épiceries, 12 cafés, 2 bijouteries, 3 graineteries, 4 magasins de « nouveautés » etc... Dans un pays d’où personne n’avait pris l’habitude de sortir, Briouze était alors le centre des distractions, des discussions et des folles dépenses, des notables érudits et des francs buveurs. Le Bocain venait tirer dans les stands des foires, faire des paris stupides, avaler de grandes rasades d’alcool, soulever des charrettes chargées de foin. Là, une société de petits paysans rudes et francs, buveurs et batailleurs, prenait périodiquement une revanche de liberté et de libéralité après des semaines de rude travail, de claustration et de frugalité. Mais seules, les devantures tristes de boutiques désuètes rappellent le Briouze d’antan. La population découragée par le travail agricole n’a pas pu se fixer au bourg, faute d’emplois. Pour son approvisionnement, la clientèle rurale se tourne vers les centres régionaux comme Fiers, Vire ou Argentan qui offrent grâce à la reconstruction l’attrait de commerces modernisés. Les vieilles boutiques des bourgs résistent difficilement à la concurrence de quelques « libre-services », même modestes. En 10 ans, 66 commerces ont disparu à Briouze, dont 10 cafés, mais aussi 8 épiceries, 1 radio-électricien, 2 taxis, un marchand de machines agricoles...31.

  • 32 Vente aux enchères.

163L’animation qui suit un marché, un enterrement ou une « vendue »32 laisse encore deviner l’ambiance des bourgs traditionnels dans le froissement mouillé des vestes raides et des robes noires, le parfum savoureux des alcools sans étiquette. Quelques réalisations montrent ce que pourraient devenir ces centres locaux rénovés par l’aménagement régional avec un C.E.G. (ou C.E.S.), un dépôt de la Maison du Paysan, un centre de ramassage du lait et des veaux, une salle de réunions et une bibliothèque, des clubs, un conseil local... etc. Mais le triste spectacle des bourgs aux rues somnolentes qui distillent des dimanches sans joie ramène à la réalité quotidienne. Elle résume une impression d’isolement et d’ennui de plus en plus pesante. Les petits éleveurs du Bocage doivent vivre dans un monde qui prend les couleurs grises de l’abandon.

c) L’anémie urbaine

164Les villes du Bocage, au moins, ne progressent-elles pas et ne compensent-elles pas par le dynamisme de leur expansion l’anémie des bourgs et des villages ? La population des principales villes du Bocage augmente il est vrai, entre les deux derniers recensements : Coutances, St-Lô, Vire, Avranches enregistrent un gain supérieur à 10 %. De plus petits centres comme Mortain, Sourdeval, Pontorson, Villers-Bocage, Aunay, Condé-sur-Noireau bénéficient d’une augmentation comparable. Des H.L.M., des immeubles collectifs d’administration ou de services, des commerces de détail aux devantures rénovées, souvent quelques « grands » magasins constituent autant d’éléments nouveaux dans l’horizon urbain qui témoignent d’une certaine expansion.

  • 33 D’après Pasquier, Brier et divers, 292, 1962.

165Vire, par exemple, n’est pas Briouze. La ville gagne plus de 2 000 habitants entre les deux derniers recensements pour en compter 9 500 en 1962. Plusieurs laiteries et un important marché aux porcs et aux veaux en font un centre attractif pour la commercialisation des produits agricoles. En outre, Vire possède, tous les services d’un centre régional : lycées, institutions privées, clubs sportifs, presse locale (« la Voix du Bocage » ), succursales de banques, hôpital-hospice, dispensaires et clinique privée, administrations attachées à la sous-préfecture...33. La ville tente d’attirer des entreprises décentralisées sur deux zones industrielles afin de compenser la disparition des fabriques textiles traditionnelles. La Z.U.P. de la route de Caen, les nombreux commerces dans les rues qui convergent vers la Tour de l’Horloge ne donnent pas une impression de somnolence mais d’activité et même de grande animation le vendredi, jour de marché. Les agriculteurs y éprouvent des difficultés pour stationner, ce qui constitue une sorte de consécration en matière urbaine.

  • 34 Atlas de Normandie, carte G 11.
    Les neuf centres régionaux du Bocage : Cherbourg, Coutances, Saint- (...)

166Mais est-ce suffisant ? Vire partage avec 8 autres centres la direction du réseau urbain du Bocage (35). A l’exception de Cherbourg qui, isolé à l’extrémité du Cotentin constitue avec ses fonctions portuaires un cas particulier, aucune de ces cités n’a plus de 20 000 habitants, la plupart en ont moins de 10 000. Saint-Lô, la plus importante, soufflée par sa fonction préfectorale, compte 15 651 habitants en 1962 : c’est un des plus modestes chefs-lieux de département de France. Entre 1954 et 1962, deux de ces centres, la Ferté-Macé et Domfront ont même perdu une partie de leur population. En dépit de l’activité hebdomadaire des marchés, ces petites villes offrent aux éleveurs bocains des horizons étroits que divisent des rivalités d’un autre siècle. Parmi les centres régionaux de Normandie, ce sont ceux du Bocage qui se révèlent les moins bien équipés pour répondre aux besoins de leur zone d’influence. Leurs services sont le plus souvent insuffisants, leurs industries faibles ou nulles34. Pour redonner vie à la région, ces villes devraient créer des emplois industriels et développer leurs services. L’une d’entre elles devrait pouvoir assurer les fonctions supérieures de direction et d’animation régionale en devenant en quelques années un centre de plus de 50 000 habitants. Faute de ces réalisations, c’est hors de la région que les jeunes bocains vont chercher un métier, à Caen ou à Paris. A Vire, à Coutances, à Avranches, ils fréquentent le lycée ou le collège pendant quelques années avant de s’évader vers d’autres horizons. Les parents restent seuls à la ferme.

  • 35 D’après l’enquête sociologique de l’A.N.E.R.A., si 74 % des fils d’exploitants comptent rester agr (...)

167Pour les jeunes gens, le retour du service militaire représente l’heure du choix. C’est alors qu’ils «cherchent du travail », c’est-à-dire qu’ils quittent l’exploitation paternelle. Ils le font pour deux raisons. La plupart, parce qu’ils ne peuvent pas trouver une ferme pour s’établir35. Beaucoup aussi, en nombre croissant, parce qu’ils ne désirent plus rester à la terre. Le départ des jeunes filles renforce encore la tendance à l’émigration. Car moins encore que les jeunes gens, celles-ci n’acceptent plus la vie réservée à la fermière du Bocage. Elles partent massivement à partir de 16-17 ans. Pour un jeune agriculteur, trouver une femme devient presqu’aussi difficile que de trouver une ferme.

168Pendant longtemps l’émigration s’est limitée à éliminer une surcharge de population rurale que la disparition des activités d’appoint ne permettait plus de retenir. Parce que ses effets se cumulent, parce que l’isolement devient de plus en plus pesant, parce que l’élevage paie mal les efforts qu’on doit lui consentir, le mouvement touche maintenant les fils et les filles d’exploitants.

169Le nombre très faible d’exploitations tenues par de jeunes adultes indique clairement que le renouvellement des générations s’opère très mal. Dans les communes étudiées par la S.A.F.E.R., 16 % seulement des exploitants ont moins de 35 ans. Dans le sondage réalisé par l’A.N.E. R.A., 20 % ont moins de 40 ans. Quelques cas plus précis révèlent une réalité plus inquiétante encore : dans la vallée de la Sée, 8 % seulement des exploitants ont moins de 35 ans, alors que 14 % dépassent 65 ans. Dans la région de Périers, 2 % de moins de 30 ans, 23 % de plus de 60 ans. Au Teilleul (Mortanais), un seul exploitant de moins de 30 ans. A Néhou (région de Bricquebec), aucun.

170Après les artisans-paysans, après les journaliers, les fils et les filles d’exploitants participent massivement à la fuite. Tandis que le vide se creuse derrière eux, la perspective d’un travail besogneux dans une région sans avenir assombrit l’horizon de ceux qui restent. Les héritiers refusent l’héritage.

III. LA REVOLUTION AGRICOLE

Nouvel élevage, nouveaux éleveurs

171Toutes les tendances négatives de l’évolution du Bocage ont culminé dans la période qui suivit la Première Guerre mondiale pour se poursuivre jusque vers 1950-55. Certes, l’émigration n’avait pas encore atteint son maximum d’intensité. Mais en dépit d’une prospérité trompeuse, l’évolution régressive des techniques et des conceptions économiques préparait la crise contemporaine : recul des cultures fourragères intensives, abandon de l’entretien des herbages, stagnation de l’élevage, préférence donnée à l’immobilisation foncière sur l’investissement d’exploitation, sclérose totale des circuits de commercialisation dispersés et anarchiques, profits élevés dus à une conjoncture de guerre ou d’après-guerre (beurre, veau) ou à la fraude (alcool).

172Une figure domine cette période : l’homme de la « goutte », source de profit essentiel, le « bouilleur de cru ». Tous les petits propriétaires du Bocage font alors bouillir. Après la Seconde Guerre mondiale notamment, l’alcool domine l’économie du Bocage virois, du Mortanais et de la totalité du Bocage ornais et joue un rôle plus ou moins important dans l’Avranchin, le Coutançais et le Cotentin. Le bouilleur de cru règne en maître sur le Mortanais, le Domfrontais et le pays de Briouze, ses plus grands fiefs. Il distille en fraude. Il joue avec la Régie une incessante partie de cache-cache que dirigent des réseaux solidement organisés. De son exploitation, il ne soigne rien, même pas les pommiers ou les poiriers. L’élevage ne l’intéresse plus et ne subsiste que par la force de l’habitude. L’homme de la « goutte » a trois passions : boire, acheter du « bien », tromper les « Indirectes ». Est-ce la tradition de la Chouannerie, la lutte contre les impositions royales ou l’esprit d’indépendance des libres tenanciers médiévaux qui se perpétuent en lui ? Le fait est que l’homme du Bocage trouve dans la fraude un plaisir supérieur au profit qu’il en tire. Il refuse les lois d’un marché normalisé. Il croit en ses droits, même les plus contestables, comme en des valeurs inaliénables et il utilise en ce sens des hommes politiques complaisants.

  • 36 « La récente arrestation à Draguignan d’un spécialiste du transport frauduleux de l’alcool, Pierre (...)

173Tout s’écroule à partir de 1953. Certes, les réseaux se perpétuent et quelques amateurs endurcis poursuivent la fraude, parfois sur une grande échelle36. Mais ce ne sont plus que des combats d’arrière-garde sans commune mesure avec les grands trafics des décades précédentes. Le droit de bouillir s’éteint maintenant avec celui qui le possède. Et, surtout, l’alcool ne « paie plus ». Le litre de « goutte » ne vaut pas plus cher qu’un camembert et le bénéfice d’un intermédiaire ne dépasse pas 100 % alors que les risques ont augmenté : la grande époque est bien terminée.

174On ne peut comprendre l’importance de la révolution agricole dans le Bocage qu’en opposition avec cette économie sclérosante de l’alcool. Car jusqu’aux années 1950, l’alcool sclérosait tout : les techniques d’exploitation, les orientations économiques, mais aussi la vie familiale et l’esprit des gens. Ses séquelles héréditaires exercent encore leurs ravages. Sans multiplier les exemples, il est aisé d’imaginer les conséquences de pratiques courantes telles que celle du grand verre d’alcool avalé par les hommes, à l’aube, avant de partir au foin « pour réchauffer », celle du cidre « chargé », celle du biberon baptisé à « l’eau de goutte » pour mieux faire dormir les bébés...

175La génération de la « goutte » tient encore quelques rouages fondamentaux de l’économie bocaine : certains postes de notables, la majorité des exploitations agricoles, ou presque, et une assiette foncière probablement un peu plus étendue. Ses hommes contribuent toujours à freiner toute évolution dans un très grand nombre d’exploitations.

176Mais leur influence morale se trouve maintenant équilibrée, voire dépassée, par celle d’une génération nouvelle dont les premiers représentants se révélèrent dans les années qui suivirent la guerre de 1945. Génération-clé puisque les hommes qui la composent ont actuellement entre 35 et 45 ans et occupent une sorte de position stratégique entre les anciens, tenants de la tradition, et les jeunes, tentés par le départ.

177Parmi les hommes de la génération moyenne, une forte minorité refuse les valeurs traditionnelles. Ebranlés par les transformations de la guerre, influencés par des idées nouvelles dont la J.A.C. (Jeunesse Agricole Catholique) et un syndicalisme agricole rénové furent les principaux agents de diffusion, inquiets des perspectives offertes par l’inertie et la sclérose, ne trouvant plus comme seule source de revenu que l’élevage, ils ont entrepris une refonte complète de leurs exploitations.

178Sans doute ne représentent-ils toujours qu’une minorité après une expérience qui dure depuis 10 ans environ. Ils se sentent isolés. Beaucoup doivent travailler au milieu de l’incompréhension, voire de l’hostilité de leurs voisins. Mais ceux-ci finissent toujours par imiter plus ou moins leur exemple. Dans certains secteurs, l’œuvre de rénovation fait tache d’huile et influence profondément de nombreuses exploitations : la plus grande partie du Bocage Virois (à l’exception des hauteurs du Synclinal Bocain), la région de Tinchebray, le bassin de Brécey, la région de St-Pair au sud de Granville, quelques communes du Coutançais, le secteur de Percy... En fait, des groupes de pionniers dynamiques jettent les bases d’une économie toute nouvelle. Ils entreprennent des transformations qui dépassent le cadre technique initial pour mettre en cause les structures profondes de l’économie et même de la société. L’œuvre de ces paysans opiniâtres et modestes mérite bien le nom de révolution agricole.

1° UNE REVOLUTION TECHNIQUE

179Disposant d’une surface limitée, même si son exploitation est considérée comme une « grosse », l’agriculteur dynamique a entrepris d’intensifier au maximum sa production. Les conseillers de gestion lui enseignent, en effet, que le revenu croît proportionnellement au produit brut. Tous ces efforts tendront, par conséquent, dans cette direction : l’intensification maximum, voire l’intensification forcée dans le cas des exploitations d’une quinzaine d’ha.

180Les orientations que détermine cette option ont déjà été examinées par l’intermédiaire d’exemples précis du Bocage Virois. On se limitera donc à rappeler les principales lignes de force de l’évolution en comparant les résultats obtenus à ceux d’exploitations traditionnelles du Bocage et aux produits d’une ferme moyenne du Danemark nord-oriental (Tableau 20).

181La révolution technique du Bocage s’opère dans une triple direction.

182Elle consiste d’abord à adopter de nouveaux moyens : le tracteur remplace le cheval ; l’engrais s’emploie de façon de plus en plus massive ; la clôture électrique, en fractionnant les parcelles, rend possible le pâturage rationné ; remplaçant le vieil empirisme, l’insémination artificielle et le contrôle laitier contribuent à l’amélioration de la sélection laitière.

183Cette révolution des moyens fait le plus aisément tache d’huile. En exceptant l’utilisation généreuse des engrais et la pratique du contrôle laitier, elle concerne la quasi-totalité des exploitants.

  • 37 Les transformations récentes de la région de Vassy ont été bien étudiées par Dufresne, D.E.S., 196 (...)

184L’utilisation de nouveaux moyens, et notamment l’emploi du tracteur, trouve son prolongement normal dans une transformation de l’infrastructure fourragère. Les cultures s’étendent aux dépens des herbages permanents. Le développement des labours permet d’atteindre un double but : la constitution des réserves d’hiver (grâce aux choux ou à l’herbe des prairies temporaires ensilées) ; la rénovation des vieux herbages devenus improductifs. Les prairies temporaires à haut rendement remplacent la trémaine : ray-grass d’Italie, ray-grass hybride, dactyle, associés à des trèfles, selon les aptitudes des sols et les désirs des agriculteurs. L’herbe cultivée s’intègre à un assolement presque totalement fourrager. Cependant, l’herbage permanent subsiste sur les terrains inaccessibles au tracteur (pentes abruptes, fonds trop humides). L’ensilage complète ou remplace le foin. Ainsi s’impose peu à peu un mode mixte d’utilisation du sol, à peu près entièrement consacré à l’élevage, qui juxtapose des prairies permanentes et des cultures fourragères. L’ensemble de ces transformations trouve naturellement un champ de développement plus favorable dans le centre du Bocage qui n’a jamais abandonné les cultures. Les régions de Vassy et de Tinchebray notamment ont accompli de remarquables efforts dans ce domaine37. Par contre, dans les régions totalement herbagères du Cotentin et du Coutançais, le mouvement reste beaucoup plus timide. Les zones les plus humides du seuil du Cotentin ne peuvent d’ailleurs envisager d’autres transformations que l’amélioration des techniques d’entretien et d’utilisation des herbages permanents.

TABLEAU 20. Fermes du Bocage et ferme danoise

TABLEAU 20. Fermes du Bocage et ferme danoise

185Sur ces bases, l’exploitant dynamique choisit les productions les plus favorables pour augmenter son produit brut et ses revenus tout en simplifiant son travail. Il évite la dispersion des orientations traditionnelles, cause de multiples pertes de temps, pour se consacrer à trois produits principaux : le lait, base fondamentale de l’économie bocaine, production commune à toutes les exploitations ; les veaux, sous-produit obligatoire de l’élevage laitier dont beaucoup d’exploitants tentent d’augmenter la valorisation en remplaçant la vente des « veaux d’élevage » ou « veaux d’herbage » (entre un et deux ans) par l’engraissement et la vente de veaux gras entièrement produits sur la ferme ; les porcs enfin, vieille production traditionnelle qui se développe sur de nouvelles bases grâce à l’utilisation des aliments du bétail (achetés) et à l’installation de grandes porcheries. La production de blé augmente parfois parallèlement à l’extension des labours, surtout sur les plus grandes exploitations. Mais beaucoup renoncent à cette culture pour adopter des assolements entièrement consacrés aux cultures fourragères. De même l’alcool, le bois, les volailles, les lapins, les légumes du jardin, tous ces petits produits qui jouent encore un rôle important dans les exploitations traditionnelles, intéressent-ils de moins en moins l’agriculteur dynamique qui consacre tout son temps aux activités les plus productives.

186Ces orientations, au même titre que l’organisation de l’infrastructure fourragère, sont assez semblables à celles de l’élevage danois. Les petites exploitations l’emportent en surface et en nombre au Danemark comme dans le Bocage Normand. Dans le Jutland oriental et les Iles de la Baltique, l’élevage des vaches laitières, des veaux et des porcs domine aussi totalement l’économie des fermes. Ce parallélisme autorise une comparaison entre les résultats d’exploitation des deux pays.

187Les rendements bocains supportent la comparaison avec ceux d’un élevage remarquable dont la technicité a permis une très solide implantation sur les marchés mondiaux. L’augmentation de la production laitière dans les meilleures fermes du Bocage Normand constitue un des éléments de transformation les plus remarquables. La production par vache, handicapée par une sélection insuffisante et par un état sanitaire assez médiocre, reste dans l’ensemble très inférieure à celle des danoises. Mais les chargements par ha. ont augmenté rapidement au cours des 10 dernières années. Dans une ferme dynamique, ils sont maintenant comparables à ceux de l’élevage danois (entre 1,3 et 1,5 U.G.B.B. par ha S.A.U.). A celà s’ajoute l’engraissement des porcs et des veaux que le tableau comparatif ne présente qu’à titre indicatif. Dépendant, en effet, des éléments achetés beaucoup plus que des surfaces fourragères, ces productions échappent à tout essai de comparaison. On doit simplement remarquer que, venue plus tard à cette spéculation, une exploitation bocaine qui se consacre à l’élevage du porc le fait souvent à plus grande échelle que l’élevage danois (engraissement de plus de 50 porcs charcutiers par an, voire de plusieurs centaines). Cependant une spécialisation aussi poussée exclut l’élevage des veaux. Selon la conjoncture les orientations peuvent s’inverser. Enfin, la ferme du Bocage conserve généralement en tête d’assolement une petite production de blé dont les rendements ont aussi augmenté de façon remarquable grâce à l’utilisation des engrais et à un bon travail du sol rendu possible par l’emploi du tracteur.

188En définitive, c’est bien surtout par une révolution des rendements que se traduisent les transformations récentes. L’exploitation intensive du Bocage Normand produit autant par ha que la ferme danoise. Son produit brut total (les achats d’aliment du bétail étant déduits) est même nettement supérieur (de l’ordre de 2 000 F par ha), mais la différence s’explique essentiellement par la supériorité des prix français sur les prix danois. Par ha, la petite exploitation intensive du Bocage produit presque deux fois plus en valeur que la grande ferme du Bessin ou que les exploitations bocaines qui restent fidèles à la tradition. Rompant avec une vieille tendance de l’élevage normand, elle choisit la voie de l’intensification et parvient en quelques années au niveau des élevages les plus intensifs du monde, celui du Danemark.

2°) UNE REVOLUTION ECONOMIQUE

189L’économie du Bocage se trouve doublement transformée par l’évolution des exploitations de pointe. A l’intérieur de celles-ci, le recours aux techniques intensives implique des circuits monétaires entièrement renouvelés. Vers l’aval, l’augmentation de la production détermine l’élargissement et la transformation du réseau de commercialisation.

190A l’intérieur des exploitations, l’intensification ne s’opère pas sans de très lourdes charges. Charges d’investissement tout d’abord : achat d’un tracteur et du matériel tracté correspondant (barre de coupe, plateau, instruments de labour, botteleuse), agrandissement des bâtiments, clôture électrique, éventuellement ensileuse et silo. Charges de fonctionnement ensuite : engrais, aliments du bétail, matières premières indispensables à l’intensification qui occupent les deux principaux postes ; mais aussi, gas-oil et électricité (énergie), vétérinaire, contrôle laitier, insémination (services). Toutes ces charges pèsent lourdement sur le budget de l’exploitation parce que les prix des produits nécessaires à l’agriculture sont particulièrement élevés, mais aussi parce que les investissements doivent être répartis sur des surfaces trop étroites qui en rendent très difficile l’amortissement. L’éleveur du Bocage est défavorisé par rapport à son collègue danois sur le premier rapport : tout en utilisant de plus grandes quantités d’engrais, l’agriculteur du Jutland dépense moins pour ce poste que l’exploitant bocain de pointe. Sur le second point, celui-ci souffre de la comparaison avec les possibilités des fermiers du Bessin ou du Cotentin qui disposent de surfaces permettant de rentabiliser un matériel plus puissant.

Figure 51. – Transformation d’une exploitation agricole de 18 ha en Pays Virois (1959-1966)

Figure 51 b (suite). – Transformation d’une exploitation agricole en Pays Virois

Figure 51 c (suite et fin). – Transformation d’une exploitation agricole en Pays Virois

FIGURE 13. – Jeune agriculteur du Bocage Normand. Devant le tableau des vaches laitières
(cliché J. Windenberger)

FIGURE 14. – Traite à l’herbage
(cliché Elle-et Vire)

FIGURE 14 bis. – Salle de traite
(cliché G. Dufresne)

191Cette situation délicate explique les difficultés financières que rencontrent souvent les exploitations dynamiques. Le succès ne les récompense pas toutes. Sur la question des profits, les Centres de Gestion sont légitimement discrets. Mais il semble bien que si l’intensification bien conduite assure de bons revenus aux exploitations de plus de 25 ha, ses résultats deviennent plus aléatoires dans le cas des fermes moyennes qui oscillent autour de 15 ha. Celles-ci doivent avoir recours aux « élevages sans sol » (porcs et veaux). Les épizooties, les sautes de conjoncture représentent de redoutables incertitudes qui rendent très vulnérable l’économie de ces exploitations.

192Mais que le succès financier couronne ou non ces entreprises, elles n’en opèrent pas moins une mutation économique complète par rapport à la tradition. Celle-ci se caractérisait par la médiocrité des flux monétaires étouffés entre l’autoconsommation et l’immobilisation foncière. Tout au contraire, le nouvel exploitant fait appel au crédit, souvent pour plusieurs millions d’A.F., soit en s’adressant au Crédit Agricole, soit en se tournant vers ses parents, ce qui conduit à débloquer des thésaurisations. Il oriente l’essentiel de ses dépenses vers l’amélioration du capital d’exploitation ou l’augmentation des frais de fonctionnement, ce qui est encore contraire à la tradition. S’il réalise quelques bénéfices, ceux-ci trouvent une destination toute différente des vieux placements fonciers ou des grandes ripailles : il achète des terres si se présente une bonne occasion, mais il préfère encore réinvestir dans son exploitation ou améliorer son confort domestique, notamment par l’achat d’un équipement électro-ménager.

193Cette attitude en même temps qu’elle s’accompagne d’une rotation plus rapide et d’une dilatation des capitaux, détermine de nouveaux circuits commerciaux, de nouveaux interlocuteurs : moins l’épicier ou le notaire que le représentant du Crédit Agricole, le conseiller de Gestion, le dépositaire de machine agricoles, le représentant en machines à laver ou en réfrigérateurs.

194Le goût de l’homme traduit l’importance de la mutation. Plus que la terre, immobile et dont il semble apprendre peu à peu à se passer, il aime maintenant la machine en technicien. Au marché, on ne parle plus de querelles de parcelles, mais d’ensileuse ou de barre de coupe.

195Le commerce s’est transformé beaucoup moins profondément que le secteur de production. Les agriculteurs de pointe ont cependant pris conscience de la position d’infériorité qu’ils occupent sur le marché du bétail, dispersés, vulnérables, mal informés face aux marchands de bestiaux et aux herbagers. Ils estiment que les cycles du prix des veaux, des porcelets et des porcs charcutiers ne représentent pas une fatalité insurmontable et qu’une réorganisation des circuits pourrait apporter des améliorations, capitales pour les exploitations moyennes qui doivent se livrer à ces spéculations. Plusieurs tentatives de rénovation ont été opérées : installation d’abattoirs municipaux modernisés, intervention de la S.I.B.E.V., action directe de revendication des agriculteurs (grève de la viande), ébauche d’un circuit parallèle, par l’intermédiaire de S.I.C.A. d’achat et d’abattage du bétail (Fiers, St-Hilaire-du-Harcouët, Saint-Lô). Aucun résultat important n’a été obtenu dans ce domaine.

196La transformation et la commercialisation du lait, par contre, ont évolué de façon décisive. Dans ce secteur, l’augmentation globale de la production est spectaculaire. Le département de la Manche produit maintenant (1962) plus de 10 millions d’hl de lait (10 155 000) contre 7,6 millions en 1930. Le circuit de commercialisation s’est totalement modifié. Jusqu’aux premières années de l’après-guerre, la plus grande partie du lait du Bocage était transformée à la ferme par les soins de l’exploitante qui en tirait un beurre de qualité contestée. Quelques petites fromageries, et les modestes coopératives beurrières du Nord-Cotentin formaient un réseau de transformation industriel très incomplet. Les établissements Claudel se développèrent à partir de la centrale de Pont-Hébert et de ses satellites. Quelques grandes firmes (telle Négobeureuf) s’installèrent dans le Bocage, et notamment à Vire. Mais, surtout, à partir d’un très modeste groupement de producteurs, à Condé-sur-Vire, fut créée en 1945 la coopérative qui allait devenir un des géants de l’industrie laitière contemporaine, Elle-et-Vire. L’essor d’Elle-et-Vire procède d’une évolution et d’une organisation en même temps que d’une aventure humaine qui devront être analysées avec l’ensemble des industries laitières de Normandie. Le petit atelier de malaxage des origines est devenu la plus grande centrale laitière d’Europe continentale. Mais il est nécessaire d’indiquer ici que cette remarquable réussite a pris son essor dans une région de tradition bocaine, le bassin de la Vire, et qu’elle ne cesse d’étendre son influence à l’intérieur du Bocage. 15 000 adhérents, en quasi-totalité de très modestes producteurs possédant au total 110 000 vaches laitières, ont fourni en 1962 à Elle-et-Vire 270 millions de litres de lait.

197La concurrence, courtoise mais acharnée, à laquelle se livrent la coopérative géante et les industriels en tête desquels se trouve Claudel a créé un climat de contestation très favorable aux producteurs. Les prix se maintiennent à un niveau élevé (dans le cadre de la législation nationale). Les formes de collecte ont été transformées. Après le ramassage du beurre, les industriels ont proposé celui de la crème qui évitait aux fermières une fabrication prenant beaucoup de temps pour un mince profit. Elle-et-Vire, depuis quelques années, provoque le franchissement d’une nouvelle étape : la livraison du lait entier qui limite au maximum le travail familial et qui transforme le mode d’alimentation des veaux. Ceux-ci doivent être nourris grâce à des poudres standardisées qui donnent un lait « recomposé ». L’homogénéité de celui-ci, sa composition harmonisée en fonction des stades de croissance des jeunes animaux doivent assurer à l’élevage des veaux de meilleurs résultats que ceux obtenus avec le « petit lait ». Une diététique pour veau se trouve ainsi mise au point dans des laboratoires spécialisés et appliquée par des milliers d’éleveurs.

198Ainsi se met en place, au cœur du Bocage, un circuit très intégré dont le pouvoir de contestation joue maintenant un rôle sur le plan national, voire européen. La promotion de la coopérative géante d’Elle-et-Vire fournit aux petits éleveurs un instrument industriel et commercial à la mesure des marchés contemporains.

3°) UNE REVOLUTION DES MODES DE VIE ET DE PENSEE

199La mutation des techniques et des conceptions économiques se traduit par des changements très profonds dans la vie quotidienne des éleveurs, dans l’organisation du travail familial, dans le mode de pensée. Mais avant d’examiner comment ils vivent maintenant, il est nécessaire d’analyser brièvement quelles impulsions initiales ont pu conduire ces hommes à se dégager de la tradition et de la routine pour entreprendre l’intensification de leur système d’élevage. Qui étaient, au départ, ces nouveaux pionniers ?

200Tous, ou presque, sont originaires du Bocage. Fils de paysans, enfants de la région où ils prennent une ferme, ils naissent dans les villages que bordent les chemins creux et les haies épaisses au cours de la grande période de la « goutte ». Ils n’apportent avec eux aucun sang nouveau. Rien ne les différencie de leurs contemporains et voisins qui restent fidèles maintenant aux systèmes routiniers.

201Rien, si ce n’est, le plus souvent, une situation de famille particulière. En fait, la promotion de la génération des pionniers de 1945-55 s’est souvent préparée, au sein des familles du Bocage, pendant la période de formation de ces adolescents, c’est-à-dire à partir de 1935-45. Parfois, mais très rarement, par une réaction de révolte dressant quelque jeune garçon d’un tempérament exceptionnel contre des parents désunis ou sans énergie. Dans certains cas, à la suite du décès prématuré du chef de famille, qui entraîna la promotion soudaine d’un esprit jeune à la tête d’une exploitation, ce qui put provoquer l’impulsion initiale, à condition toutefois que le jeune garçon fût assez informé et sa mère compréhensive. En fait, tous ces cas restent très particuliers. En général, le jeune entrepreneur des années 1955-60 ne s’est pas formé contre ses parents. Tout au contraire, il est né de familles sérieuses qui ont préparé la promotion de leurs enfants, soit en constitutant de solides domaines fonciers, (à la mesure du Bocage), soit en provoquant ou en favorisant la formation intellectuelle et morale de leur descendance. A l’appui de cette thèse, une certitude : la plupart des jeunes entrepreneurs ne constituent pas des cas isolés au sein de leur famille ; ce sont tous les fils Poulain (région de Vire), tous les Roplin (Sourdeval), tous les Bignon (St-Jean-de-Daye) qui participent au mouvement... Le cas de cette dernière famille illustre bien la volonté de changement et de promotion née dans un milieu favorable. Le père, petit propriétaire, est maire de sa commune (le Désert), homme ouvert et déjà entreprenant. Les six enfants s’efforcent d’éviter la division traditionnelle de l’héritage (23 ha) en recherchant de nouvelles voies : les deux fils aînés trouvent une ferme hors du Bocage, l’un dans le Pays d’Auge, l’autre en participant au mouvement des agriculteurs migrants et en se plaçant dans le Gers ; les deux plus jeunes poursuivent des études supérieures, un garçon devient vétérinaire, une fille secrétaire des Migrations Rurales du département ; les deux enfants d’âge intermédiaire restent au Désert, l’une sur l’exploitation paternelle, l’autre sur une ferme en location ; ils s’associent finalement pour créer un des premiers G.A.E.C. de la Manche.

202Mais toute cette bonne volonté familiale serait probablement restée infructueuse sans le levain d’une idéologie. La J.A.C. devait jouer ce dernier rôle par une action décisive de formation. Ce mouvement catholique trouva un terrain favorable dans des familles profondément attachées à leur foi, de pensée souvent traditionnaliste et conservatrice, mais qui obscurément, inconsciemment, après la misère, la fortune soudaine, les crises, le marché noir, la « goutte », la guerre, étaient animées par un désir profond de promotion humaine. Ce qu’aucun parti politique ne pouvait entreprendre face au mur de la méfiance, les nouveaux prêtres de la J.A.C. devaient le réussir totalement. Tous les pionniers du Bocage ont été formés par la J.A.C. Les équipes J.A.C. des années de l’après-guerre se retrouvent maintenant dans les C.E.T.A., dans les groupes de Gestion, à la tête du syndicalisme agricole, dans les Chambres d’agriculture et au conseil d’administration des coopératives... Sans formation secondaire, les entrepreneurs dynamiques du Bocage assoient leurs connaissances sur une bonne réussite à l’école primaire complétée par des stages variés dans les équipes de la J.A.C. ou dans les organisations professionnelles qui véhiculent, en définitive, la même idéologie.

203Dans ces conditions, les exploitants de pointe ne considèrent pratiquement jamais la réussite financière de leur entreprise comme une fin en soi. A la différence de leurs pères, ils désirent travailler pour autre chose que l’accumulation du capital. De là, une transformation radicale du genre de vie.

204Pour eux, la technique et l’économie ne sont plus que des moyens. Ils ne les tiennent pas pour des fins, mais ils les jugent en réalistes et ainsi ne craignent pas de remettre en cause des traditions qui devenaient des tabous. Ils n’aiment guère passer à l’action directe qui leur rappelle certaines luttes négatives de jadis. Ils n’en restent pas moins très soucieux de défendre les prix agricoles. Ils adhèrent au syndicalisme revendicatif. Mais parallèlement, ils s’efforcent de promouvoir des actions constructives, soit en améliorant la productivité de leur exploitation, soit en provoquant une réorganisation des circuits de commercialisation. Beaucoup rêvent d’un « Elle-et-Vire » de la viande.

205Les exploitants dynamiques ne se contentent pas d’améliorer les techniques et les revenus de leur exploitation. Leur véritable but est de transformer profondément leur cadre et leur manière de vivre. La condition de la femme, esclave traditionnelle de la cuisine, de la laiterie et de l’étable représente pour eux la plus grande injure à leur désir de dignité humaine. Chez les meilleurs, deux étapes surtout doivent marquer la rénovation de l’exploitation : l’installation d’une machine à traire dans les plus grandes fermes ou, chez ceux qui ne peuvent en supporter l’achat, une organisation du travail telle que la femme puisse cesser de « tirer » les vaches ; dans un deuxième stade, l’équipement d’une cuisine moderne, munie du confort électro-ménager, dès que les premiers profits en permettent l’achat.

206Le cadre de vie se transforme. L’âtre devient un objet de décoration, comme en ville. Les bancelles et les longues tables en bois disparaissent dans les greniers ou chez les antiquaires. Le formica, les pavés, le larges éviers, les machines à laver et les frigidaires ont plus de prestige que les vieux meubles familiaux, souvent de tradition pauvre. Dans la cour apparaissent un ou deux bâtiments nouveaux, hangar ou porcherie, en attendant la stabulation libre. Mais, faute de moyens, l’exploitant doit le plus souvent faire avec ce qu’il a. La cuisine passe avant la cour et les bâtiments parce que priorité est donnée au foyer familial sur les signes extérieurs d’aisance.

207Dans les champs, le nouvel agriculteur s’attaque au paysage lui-même qui donne son nom à la région : le bocage est menacé. L’arrachage des haies atteint son maximum d’intensité dans des régions comme celles de Vassy où l’extension des labours se développe le plus. Mais Nové, dans la vallée de la Sée, Maguer dans la région de Périers, d’autres témoins autour de la Haye-du-Puits, de Briquebec, de Sourdeval enregistrent une tendance analogue encore que moins puissante. Celle-ci reste très limitée. Mais de petites campagnes cependant s’ouvrent et s’élargissent au milieu du Bocage.

208A voir s’effacer la haie, on comprend sans doute mieux tout ce qu’elle signifie. L’agriculteur dynamique y voit d’abord une source de travail improductif qui ne contribue qu’à limiter le pâturage ou le labour. Il tient cependant à la conserver lorsqu’elle coupe le vent, assurant un abri aux animaux et une protection aux cultures. La haie recule lorsque le labour progresse, non que le bocage se trouve lié ici à l’économie herbagère mais parce que, pour séparer les bêtes des surfaces cultivées, s’impose maintenant une clôture plus efficace et d’un emploi beaucoup plus souple : le fil électrique. L’exploitant enfin ne craint plus les vieilles querelles foncières. Lorsqu’il s’entend bien avec son voisin et que les nouvelles techniques l’imposent, ils arrachent la haie ensemble. Lorsqu’une certaine incompréhension les oppose, la haie de propriété subsiste. Le bocage, dans le cadre d’une vieille économie refermée sur elle-même, sert à séparer les pâtures des cultures mais aussi les parcelles d’exploitants profondément individualistes.

209Faut-il voir dans son effacement un symbole ? Pour approcher l’homme de la « goutte », il fallait être introduit, initié et mériter une confiance toujours mesurée. Les affaires se réglaient entre hommes, derrière les haies ou dans les cuisines sombres. Devant les étrangers, le regard trouble, le dos rond et le silence, ou la fourche.

210Tout au contraire, le nouvel exploitant recherche les contacts. II aime parler et discuter. Plus aucune méfiance ne le retient. Devant l’inconnu qui l’interroge, il pose ses comptes de gestion sur la table. Loin de se dérober, il est animé d’un désir d’ouverture sur de nouvelles perspectives. Avec lui disparaît la société des villages et des bourgs. Ses amis, il les rencontre dans les C.E.T.A., les groupements de vulgarisation et de gestion, les cercles de jeunes. Il désire participer à la civilisation des loisirs en voyageant. Quelques-uns déjà ont visité les Pays-Bas ou l’Allemagne au cours de déplacements professionnels. Pour leurs enfants, tous sont plus préoccupés par la question très délicate de l’éducation que par celle de l’héritage. Ils désirent transmettre un autre bien que la terre.

211Mieux qu’un nouveau système de production, une nouvelle société est née. La révolution agricole du Bocage se présente comme la création volontaire d’une classe d’entrepreneurs paysans que les techniciens ont aidés mais non inspirés.

212Le dynamisme de cette minorité ne suffit cependant pas encore pour résoudre tous les problèmes que suscite leur désir de promotion.

4°) DES SOLUTIONS POUR L’AVENIR.

213La longue marche de l’économie bocaine conduit les meilleurs des exploitants, exemples pour les autres, au bord de la réussite. Depuis le vieux système des landes et des jachères, dans un milieu naturel ingrat, avec des exploitations très morcelées et une surcharge de population presque permanente, les paysans bocains ont réussi à dominer l’épuisement progressif du sol par l’association des cultures et de l’élevage, et à élaborer un système fourrager intensif qui place les meilleurs exploitants au niveau de l’économie danoise. Les prairies temporaires modernes leur permettent d’amortir les effets des incertitudes climatiques. La puissance de la grande coopérative Elle-et-Vire représente la meilleure des garanties sur le marché de leur produit principal, le lait. Toutes ces réussites coïncident avec la promotion d’une nouvelle classe, riche de valeurs humaines et désireuse de progresser encore.

214Et cependant, des contraintes très rigides paralysent encore ce mouvement qui a toute chance de cesser son développement si de nouvelles solutions n’interviennent pas dans un bref délai. Car la révolution agricole du Bocage a franchi une étape très importante, mais non la plus difficile.

215Deux phénomènes doivent être rapprochés, après avoir été analysés l’un et l’autre. D’une part l’étroitesse du mouvement de rénovation qui ne porte, selon les petites régions, que sur 10 à 35 % des agriculteurs, c’est-à-dire, étant donnée l’importance relative des fermes en cours de transformation, sur 20 à 50 % des surfaces. D’autre part, l’ampleur massive de l’émigration qui creuse un vide derrière la génération pionnière de 35-45 ans et semble compromettre gravement l’extension du mouvement.

216La faiblesse du mouvement de rénovation comme le départ de beaucoup de jeunes fils d’agriculteurs sont révélateurs des difficultés auxquelles se heurtent les efforts de transformation. Sur trois points fondamentaux la révolution agricole en cours n’est parvenue à aucune solution satisfaisante. Ces trois failles compromettent tout l’effort de rénovation, dans l’attente des solutions nouvelles.

a) Les difficultés fondamentales

217Aucune solution, en effet, sur la question très importante des débouchés commerciaux et des prix. Le marché du lait peut-être considéré comme régularisé mais les menaces de surproduction inquiètent. Les grandes industries laitières semblent parfaitement armées pour faire face à la concurrence d’un marché élargi à l’Europe, mais leur rivalité régionale qui se traduit notamment par l’anarchie des zones de ramassage apparaîtra vite comme un handicap. Les marchés de la viande de porc et de la viande de veau, des porcelets et des veaux d’élevage, surtout, fonctionnent fort mal. Ils subissent, en effet, des fluctuations cycliques sur des périodes de 2 à 3 ans. Or le recours à ces élevages s’impose comme une nécessité aux exploitations de moins de 18-20 ha qui doivent compenser l’insuffisance de leurs surfaces par une production forcée. La conjoncture ne leur offre aucune sécurité. En outre, des établissements industriels pourraient obtenir des prix de revient très inférieurs. Ainsi plane en permanence la menace d’un effondrement des cours. En ce domaine, l’incertitude demeure totale.

218Aucune solution, non plus, et ceci rejoint cela, concernant les structures d’exploitation. L’importance de la valeur foncière alourdit les charges. L’étroitesse et le morcellement de la majorité des exploitations limitent de façon impérative tout effort de productivité. Car les formes les plus efficaces de l’élevage moderne, porcheries industrielles ou stabulations libres avec salle de traite, ne peuvent pas être rentabilisées sur des petites unités de production qui ne disposent ni des surfaces, ni des capitaux suffisants. Les agriculteurs dynamiques du Bocage risquent d’être en retard d’une bataille s’ils n’engagent pas rapidement celle de la productivité après avoir gagné celle des rendements. Or, sur 30-40 ha, les plus grandes exploitations de la région ne peuvent pas élever plus de 30-35 vaches laitières alors que le maximum d’efficacité s’obtient avec des étables de 60-80 vaches. Les Bocains considèrent comme une audace des porcheries d’engraissement de plusieurs dizaines de têtes alors que les industriels comptent par centaines, voire par milliers...

219Aucune solution satisfaisante, non plus dans l’aménagement du mode de vie. Les ébauches de ramassage scolaire ne parviennent pas encore à donner aux jeunes Bocains des chances égales à celles des citadins. Plus généralement, l’isolement devient pesant à des familles qui aimeraient avoir d’autres horizons de relations que ceux des villages et des bourgs. Or, la traite, les soins à donner aux bêtes retiennent l’exploitant évolué dans sa ferme plus qu’aucun autre. Certains rêvent d’un travail allégé, de quelques dimanches libérés de la corvée de traite, de quinze jours de congés annuels... L’intensification, tout au contraire, mobilise le maximum d’énergie et ne laisse aucune liberté à l’exploitant. Pour diminuer ses charges, il évite d’avoir recours à la main-d’œuvre salariée. Surtout, l’élevage intensif comporte de tels risques (une épizootie peut compromettre en quelques jours les efforts de plusieurs années) que les meilleurs éleveurs refusent de confier la surveillance de leurs troupeaux à des voisins ou à des salariés sans qualification. Alors que le céréalier n’a qu’à ranger sa moissonneuse-batteuse pour partir en vacances, l’éleveur est tenu par ses bêtes. Ceux qui parviennent aux meilleurs résultats financiers le font au prix d’un travail considérable qui les rive à leur étable et à leur porcherie plus encore que leurs pères qui prenaient le temps de courir les foires et les marchés...

220Face aux progrès récents de la production et à la promotion humaine des éleveurs les plus dynamiques, les structures du Bocage apparaissent de plus en plus anachroniques tant dans les domaines de la commercialisation et de l’exploitation que par l’organisation sociale du travail, de l’éducation et des loisirs.

b) A la recherche des solutions

221Pour remédier à toutes ces insuffisances dont les conséquences pèsent gravement sur l’avenir de la région, plusieurs types de solutions peuvent être envisagées. Certaines échappent totalement aux décisions locales ou presque. L’évolution des prix du lait, du porc et des veaux dépend d’options nationales, voire européennes, sur lesquelles seules de grandes forces organisées comme les industriels laitiers, Elle-et-Vire ou les syndicats agricoles ont quelque influence. Mais les agriculteurs et les propriétaires peuvent jouer, par contre, un rôle décisif pour résoudre deux questions importantes : celle des modes de commercialisation et celle des structures d’exploitation. Les deux problèmes se rejoignent.

222Sur ce sujet, les tenants de la tradition ne désarment pas. Devant certaines tendances à la rétraction des productions d’élevage (qui se sont manifestées notamment sur le marché national en 1964-65), des esprits avisés estiment encore que la production de lait et de viande, indispensable à la satisfaction des besoins des populations urbaines, ne pourra être assurée que par la protection de la petite exploitation et par la sauvegarde de son indépendance. Seuls, en effet, les petits éleveurs peuvent pendant longtemps encore accepter d’être « les esclaves des bêtes ».

223Tout indique que cette orientation conduit à l’impasse, lorsqu’elle ne cache pas d’autres intentions. Elle paralyse le développement économique par le plafonnement de la production (comme sur les parcelles individuelles des kolkhoziens soviétiques) et par l’incompressibilité des prix de revient (comme, maintenant, sur les trop petites exploitations danoises). Acceptable par la génération de la « goutte », elle est refusée par ceux qui préfèrent l’émigration à l’esclavage.

224En outre, n’entretient-elle pas bien des illusions ? La civilisation industrielle qui impose de plus en plus ses règles à l’agriculture n’exclut-elle pas la survie de petites exploitations réellement indépendantes ? Peut-elle être indépendante, en effet, la petite ferme qui est liée au même organisme, coopératif ou industriel, pour l’achat de ses aliments du bétail, pour la vente de son lait, demain peut-être pour les soins vétérinaires ou pour la vulgarisation de nouvelles techniques fourragères ? Pour survivre la petite exploitation bocaine doit accepter une véritable intégration.

225Face aux impasses des solutions traditionnelles, la voie libérale semble toute tracée. Il suffit d’attendre la disparition des exploitants marginaux, soit, en un premier stade, d’environ 20 000 familles pour le seul département de la Manche. La place sera nette pour une reconstruction rationnelle. Le marché foncier se détendra de lui-même. Dans des unités de production concentrées pourront se développer des formes d’élevage efficaces. Mieux armés, les nouveaux agriculteurs ne seront pas les interlocuteurs passifs des coopératives ou des industriels laitiers. Eventuellement, des capitaux extérieurs au monde agricole permettront à des chefs d’entreprise qualifiés de développer des réalisations rentables, grandes stabulation avec poste d’ensilage et affouragement mécanisé ou porcheries industrielles. Déjà, dans le Cotentin notamment, on voit se développer quelques entreprises qui s’inspirent de cette formule.

226Mais quelques jeunes agriculteurs estiment qu’en unissant leurs efforts, ils doivent pouvoir réaliser eux-mêmes ce que de nouveaux venus feront s’ils disparaissent. Pour résoudre, en effet, la très difficile question des structures, s’offre en effet une troisième voie, celle du groupement volontaire des exploitations. Quelques audacieux estiment que cette solution pourrait bien être la seule qui permette de résoudre toutes les difficultés du Bocage.

227Cette initiative demande beaucoup d’audace et de cran. Elle s’attaque, en effet, au dogme le plus ancien de la société bocaine, une valeur morale autant qu’économique, le respect du bien de chacun. Elle se heurte à l’incompréhension, voire à l’hostilité ouverte de la majorité des petits et des grands exploitants. Dans des conditions particulièrement difficiles, elle doit réussir totalement, comme le fit Elle-et-Vire, pour convaincre.

228Gérard Bignon, sa sœur Mme Dujardin (une jeune veuve) et Emmanuel Grandemange ont associé en 1964 leurs trois petites exploitations du Désert sur les terres argileuses du bas pays de Saint-Lô. Ils disposent ainsi de 65 ha, 55 en prairies permanentes, 10 en prairies temporaires et en maïs-fourrage destiné à l’ensilage. L’entraide ne constitue pas, dans le Bocage, une nouveauté. Elle est aussi ancienne que la vieille agriculture des petits tenanciers sans attelage. Elle s’est perpétuée en se développant jusqu’aux exploitants dynamiques de l’époque contemporaine qui presque tous la pratiquent. Mais l’initiative des trois associés du Désert dépasse le cadre de l’entraide habituelle. Les terres ne forment plus qu’une seule exploitation. De même, les comptabilités ont fusionné. Le travail se distribue, non en fonction des anciennes fermes, mais d’après une spécialisation qui doit permettre une plus grande efficacité. Grandemange se charge des cultures et du matériel. Mme Dujardin s’occupe des veaux d’engraissement, Bignon des vaches laitières. En plus, les trois associés ont engagé un vacher spécialisé, Gérard Gautier, un jeune breton qui sort de l’école des vachers de Canapville. Gérard Bignon peut ainsi consacrer plus de la moitié de son temps à des occupations syndicales : il fait partie du bureau national des Jeunes Agriculteurs. Mme Bignon et Mme Dujardin se chargent de la comptabilité.

229Sur ces bases, la petite coopérative de production offre des avantages immédiats. Les associés ont monté une stabulation libre avec salle de traite en « hérringbone » pour 60 laitières de race normande, dont 25 inscrites au Herd-Book. L’engraissement des veaux complète la production. Deux tranchées d’ensilage assurent un affourragement d’hiver régulier. L’été, les vaches restent au pâturage et ne rentrent que pour la traite. Afin de ne pas charger trop lourdement son budget de départ, l’équipe n’a pas fait de réalisations spectaculaires, à l’exception de la salle de traite. Ils ont tiré parti au maximum de ce qu’ils avaient déjà en limitant leur investissement initial à 50 000 F. Pour le moment, chaque homme touche un salaire mensuel de 650 F, sauf Gérard Bignon, à cause de ses nombreuses absences. Le vacher, nourri et logé, dispose de 500 F nets. Les femmes sont rémunérées sur la base de 2 F par heure. Il est encore trop tôt pour envisager la question des bénéfices. Mais chaque famille peut prendre 15 jours de vacances et la corvée de traite ne revient qu’un dimanche sur trois.

230L’initiative du Désert ne constitue pas un cas ignoré et isolé. Dans le département de la Manche, fonctionnent 4 autres groupements de producteurs à Rouxeville et au Cheffresne (bassin de la Vire), à Yvetot-Bocage et à La Glacerie (Cotentin NO). Tous disposent d’environ 60 ha. Une législation récente vient favoriser ces entreprises auxquelles elle donne un nom et naturellement un sigle : groupement agricole d’exploitation en commun (G.A.E.C.). Dans le Bocage, beaucoup de bons esprits s’élèvent contre ces tentatives et de rudes joutes oratoires ou des luttes assourdies opposent les jeunes agriculteurs aux tenants de la tradition et de l’immobilisme. Mais peu de fermes ont jamais reçu autant de visites que celles du Désert, du Cheffresne ou d’ailleurs.

231Derrière les haies, on chuchote beaucoup. On attend le faux-pas qui donnera raison. Et déjà on donne comme argument l’abandon d’un des trois associés du Cheffresne. Mais, plus secrètement encore, n’espère-t-on pas aussi la réussite des groupements qui justifiera l’adhésion au mouvement ?

***

232Méprisé par les grands fermiers du Bessin et du Cotentin et par les gens de la Plaine, l’élevage du Bocage passe encore pour une affaire médiocre de petits paysans laborieux mais incompétents.

233Jadis, en effet, et pendant très longtemps, ce fut le pays des ruches, des moutons et des vaches maigres, des petits élevages et des beurres sales. Aux handicaps des sols et des structures anciennes, l’aventure de la « goutte » ajouta encore des illusions éphémères et quelques hérédités durables.

  • 38 L’élevage danois doit résoudre les mêmes problèmes de structures que celui du Bocage. La première (...)

234Mais le paysan du Bocage possède la vertu du courage et de l’opiniâtreté. Accroché à son sol, surmontant finalement les difficultés, il a créé un élevage, fondé sur le lait, les veaux et les porcs, dont les rendements moyens dépassent ceux des « grasses terres » du Bessin, du Cotentin et du Pays d’Auge. Les meilleures exploitations obtiennent des résultats comparables à ceux de l’élevage danois. De nouvelles difficultés surgissent, mais, parallèlement, s’esquissent de nouvelles solutions38.

235Autant que l’élevage, l’éleveur a progressé. Le Nu-Pied du xviie siècle, le Chouan, le bouilleur de cru à la fourche levée, le Jeune Agriculteur contemporain égrènent toute une tradition de révolte. Mais celle-ci refuse maintenant les colères conservatrices et préfère les réalisations concrètes.

  • 39 Cette conclusion relativement optimiste a été écrite en 1965. En 1967, les meilleures exploitation (...)

236Terre pauvre, terre ingrate, terre souvent oubliée par le Pouvoir, le Bocage provoque sans cesse le dépassement des techniques et, après le découragement ou l’abandon, la promotion des hommes39.

Notes

1 En dehors de leur participation aux travaux du Plan régional, du C.E.B.A.N.O.R., de la C.O.D.E.R., leur étude la plus importante : Pasquier, Brier, Nelle..., 292, 1962.

2 In, Pasquier, Brier, Nelle..., 292, 1962, pp. 334-339.

3 Expression des économistes précédemment cités.

4 Comme dans le cas des régions herbagères, il aurait été souhaitable de pouvoir comparer les résultats de l’agriculture bocaine à ceux d’autres régions du même type en France ou à l’étranger. Les situations analogues ne manquent pas. En Europe occidentale, toutes les terres froides de la façade atlantique, de la Galice espagnole aux pays celtes des Iles Britanniques abritent des civilisations agraires qui s’intègrent bien mal à l’économie contemporaine. Dans des conditions radicalement opposées, les parcelles individuelles des kolkhozes soviétiques ou tchécoslovaques, par exemple, fondent sur l’élevage une économie étroitement individualiste qui, paradoxalement, pose des problèmes assez semblables à ceux des petites exploitations occidentales. Mais, pour être valable, une comparaison exige un minimum de références statistiques, et, pour être fructueuse, une certaine similitude dans les conditions d’exploitation et dans les systèmes de production, en même temps que quelque décalage dans les résultats. Aussi n’a-t-on pu retenir, de façon succincte, que l’exemple du Danemark, pays de petites exploitations et grande région d’élevage (un des plus intensifs du monde), sur lequel un ouvrage récent apporte des renseignements assez précis (Rehben, 387, 1963).

5 Nové, D.E.S., 1965.

6 Maguer, D.E.S. 1962.

7 A.N.E.R.A., 265, 1966.

8 Centre de Gestion du Calvados, 278, 1965.

9 Musset L., 271, 1960.

10 Maguer, D.E.S., 1962 – Nové, D.E.S., 1965 – Boudin, D.E.S., 1962. Enquêtes personnelles.

11 A.N.E.R.A., 265, 1966.

12 D’après Lecœur, 270, 1883 et observations personnelles.
le « noble » : surnom donné au porc
le « chaudin » : fraise de veau ou de porc cuite à l’eau
la « besson » : cidre coupé d’eau ou cidre de petite qualité
la « gâche » : sorte de crèpe au sarrasin.

13 Porschnev, 131, 1954 – Caillard, 111, 1963.

14 Sauf indication contraire, les chiffres concernant la population sont tirés de Fouques, 100, 1958.

15 Voir D.E.S. Maguer, Leboucher, Nové, Lecouvreur, Michel. Enquêtes personnelles à Presles-le-Désert (canton de Vassy), le Gast (canton de Saint-Sever), St-André-de-Briouze (canton de Briouze) ainsi que dans la région de Bény-Bocage.

16 Lecouvreur, D.E.S., 1966.

17 Enquêtes personnelles.

18 Maguer, D.E.S., 1962.

19 Nové, D.E.S., 1965.

20 Atlas de Normandie, carte C10.

21 Lecouvreur, D.E.S., 1966.

22 Sur cette question, voir notamment les deux cartes de l’Atlas de Normandie E4 et E8, particulièrement éloquentes.

23 Carte de l’Atlas de Normandie, G 6, Equipement touristique.

24 Maguer, D.E.S., 1962.

25 A.N.E.R.A., 265, 1966.

26 Avec l’aide de la « goutte ».

27 Revenus dégradés depuis 1950 par la disparition de certaines recettes (alcool, bois) et par une augmentation des charges (investissement d’équipement) que compense bien mal l’augmentation des produits.
Conditions de travail dégradées lorsque disparaît la main-d’œuvre salariée d’appoint, ce qui laisse toutes les « corvées » à la famille exploitante.

28 Sur ce sujet, voir 4e partie, 2e chapitre.

29 Pasquier et divers, 292, 1962.

30 A.N.E.R.A., 265, 1966.

31 Frémont et Solignac-Lecomte, 283, 1963.

32 Vente aux enchères.

33 D’après Pasquier, Brier et divers, 292, 1962.

34 Atlas de Normandie, carte G 11.
Les neuf centres régionaux du Bocage : Cherbourg, Coutances, Saint-Lô, Granville, Avranches, Vire, Fiers, Domfront, La Ferté-Macé.

35 D’après l’enquête sociologique de l’A.N.E.R.A., si 74 % des fils d’exploitants comptent rester agriculteurs, 15 % seulement pensent pouvoir remplacer leurs parents.

36 « La récente arrestation à Draguignan d’un spécialiste du transport frauduleux de l’alcool, Pierre Dubourg, inquiète les producteurs d’eau de vie de l’Orne, Dubourg en effet se ravitaillait dans le secteur de Dromfront. Il aurait avoué le transport de 18.000 litres d’eau de vie, alcool qui, payé trois francs le litre au producteur, était revendu de cinq à sept francs... La fraude est toujours plus ou moins active dans l’Orne. Récemment, à Echalou, une trentaine de personnes assistaient à un contrôle d’alambic par deux inspecteurs de la Régie. Des cris hostiles et des menaces obligèrent les préposés à se retirer, non sans avoir dû jurer qu’ils ne reviendraient pas... » (Paris-Normandie, 3-4 octobre 1964).

37 Les transformations récentes de la région de Vassy ont été bien étudiées par Dufresne, D.E.S., 1966.

38 L’élevage danois doit résoudre les mêmes problèmes de structures que celui du Bocage. La première stabulation coopérative a été créée en 1951 à Udby dans l’Ile de Moen, soit plus de dix ans avant la première expérience équivalente du Bocage. Cependant le mouvement ne se développe que très lentement. En 1962, on ne compte que six étables coopératives dans l’ensemble du pays (d’après Rehben, 387, 1963).

39 Cette conclusion relativement optimiste a été écrite en 1965. En 1967, les meilleures exploitations sont menacées par la stagnation ou le recul des prix du porc. Le découragement et la colère succèdent à l’espoir.

Table des illustrations

Légende Figure 44. – Constitution d’une petite propriété paysanne dans le Passais (21 ha à Mantilly)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 905k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Exploitation de 30 ha, région de Périers - Exercice 1914-15(Maguer, D.E.S., 1962)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Figure 45. – La dépopulation en Normandie occidentale (1801-1954)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 46. – La dépopulation contemporaine en Normandie occidentale (1954-1962)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 955k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Figure 47. – Evolution de la population au Gast (canton de Briouze)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 749k
Légende Figure 48. – Evolution de la population à Presles-le-Désert (canton de Briouze)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Légende Figure 49. – Evolution de la population à St-André-de-Briouze (canton de Briouze)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Légende Fig. 50. – Evolution de la population active au Gast et à Presles-le-Désert
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Titre TABLEAU 19. Résultats de groupes d’exploitations du Bocage Normand
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre TABLEAU 20. Fermes du Bocage et ferme danoise
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Légende Figure 51. – Transformation d’une exploitation agricole de 18 ha en Pays Virois (1959-1966)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende Figure 51 b (suite). – Transformation d’une exploitation agricole en Pays Virois
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Légende Figure 51 c (suite et fin). – Transformation d’une exploitation agricole en Pays Virois
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Légende FIGURE 13. – Jeune agriculteur du Bocage Normand. Devant le tableau des vaches laitières(cliché J. Windenberger)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 711k
Légende FIGURE 14. – Traite à l’herbage(cliché Elle-et Vire)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Légende FIGURE 14 bis. – Salle de traite(cliché G. Dufresne)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1304/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 520k

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter