Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'élevage en Normandie, étude géographique. Volume I

 | 
Armand Frémont

Deuxième partie. Le Bocage Normand : Une tradition d'incertitude

Chapitre II. A la périphérie du bocage

Coutançais, Pays de Briouze et Avranchin

Texte intégral

1La tradition bocaine s’exprime avec le maximum de netteté dans la partie la plus isolée du Bocage Normand, autour de Vire, de Fiers, de Domfront et de Mortain, dans les bassins quasi fermés ou sur les hautes terres de l’intérieur. Mais elle reste encore très vivante dans toutes les régions périphériques qui, de La Hague à Avranches, ou de La Haye-du-Puits à Saint-Lô et à la Ferté-Macé, font transition soit avec les régions de vieille tradition herbagère, soit avec les Campagnes. Ce deuxième ensemble couvre une vaste surface qui, en plus de quelques cantons du Calvados et de l’Orne, inclut la plus grande partie du département de la Manche, soit au total 35 cantons environ. Comme dans la partie centrale, l’élevage y occupe la première place dans l’économie rurale.

2Mais, en dehors de cette constatation banale en Normandie, aucun élément d’unité ne permet de regrouper les régions fort variées qui ceinturent le Bocage intérieur.

3Au nord-ouest de la péninsule du Cotentin, le haut pays compris entre Cherbourg, Valognes, La Haye-du-Puits et La Hague rappelle par bien des points le Bocage central le plus secret, avec ses barres gréseuses parfois recouvertes de landes, ses vallées très encaissées qui ne laissent place qu’à des prés étroits, son relief partout mouvementé que recouvre un bocage aux mailles très serrées. Mais la proximité de la mer donne à ces régions du Nord-Cotentin des températures plus clémentes que celles du Mortanais ou du Domfrontais, en dépit d’altitudes généralement comprises entre 100 et 200 m. Dans la plus grande partie du pays, que les services officiels nomment curieusement « Bocage de Valognes », l’herbage a exclu totalement les cultures. Mais sur les plateaux rapés par le vent de la péninsule de La Hague, un paysage tout nouveau apparaît : l’herbage est maigre et rare, la lande occupe de vastes surfaces, tandis que des murs de pierres remplacent les haies autour des parcelles.

4Plus au sud, au-delà des marais qui ferment la presqu’île du Cotentin entre La Haye-du-Puits et Carentan, s’étend une des régions les plus monotones de la Normandie : sur un fond de collines schisteuses comprises entre 80 et 200 m, un bocage continu, serré, totalement conquis par l’économie herbagère : le Coutançais. Il s’anime cependant à l’est dans le Bassin de la Vire, entre Pontfarcy et Saint-Lô, où, après les escarpements du synclinal bocain, les basses collines et les marais du Logon, de la Vire et de l’Elle annoncent le Bessin.

5Au sud-ouest de la province, le petit massif granitique de Carolles interrompt brusquement les étendues monotones du Coutançais, non seulement par une limite morphologique, mais encore par d’importantes nuances de géographie humaine. Là, en effet, commence l’Avranchin, directement adossé aux hauteurs du Mortanais, mais largement ouvert sur la baie du Mont Saint-Michel. L’herbage perd sa primauté absolue. Comme dans le Bocage intérieur, se retrouve un système mixte associant cultures et prairies au sein de petites exploitations. Mais l’Avranchin possède son originalité propre, ses traditions d’élevage particulières, le cheval, le mouton de grève, et l’usage ancien des engrais marins qui en font un bon pays par rapport au Mortanais ou au Domfrontais.

6Plus à l’est, au contact des campagnes bas-normandes, la variété régionale du Bocage n’est pas moins frappante. Horizons monotones, dans les schistes, des pays de Villers-Bocage et d’Aunay, au nord du synclinal bocain, région où confluent toutes les influences culturales de la Normandie, la tradition herbagère du Bessin, la « grande culture » de la Plaine de Caen, les vieilles structures du Bocage. Escarpements et replats, relief mouvementé, bocage irrégulier du Val d’Orne depuis le Cinglais jusqu’au massif d’Athis, Suisse Normande des touristes, où de petits agriculteurs poursuivent leur besogne routinière à côté de quelques grands domaines. Compartiments plus larges du Bocage ornais oriental qui s’organisent autour d’un bas pays, le bassin schisteux de Briouze encadré par les collines granitiques du massif d’Athis au nord et les hauteurs forestières d’Andaine à Ecouves au sud. L’infrastructure herbagère retrouve dans ce dernier cas une primauté presque aussi absolue que dans le Coutançais.

7Ainsi, à la périphérie du Bocage Normand, alternent de vastes régions totalement herbagères comme le Coutançais ou le Pays de Briouze et des zones plus limitées où les cultures conservent une certaine importance, Avranchin, péninsule de La Hague, bocage d’Aunay et de Villers. Sans que le cas des autres secteurs soit totalement négligé, l’étude du Contançais et de l’Avranchin, exemples proches par les distances mais opposés par les orientations, doit permettre de comprendre ces divergences régionales. Comment le Bocage Normand a-t-il assimilé les apports du système herbager ? Pourquoi quelques régions les ont-elles en grande partie refusés ? Pourquoi la plupart les ont-elles adoptés ? Quelles sont les conséquences de ces orientations divergentes sur les systèmes d’élevage contemporains ? Telles sont les principales questions que pose l’étude des bocages périphériques.

I. – L’EQUILIBRE DES LABOURS ET DES SURFACES EN HERBE DANS LES BOCAGES MIXTES

L’EXEMPLE DE L’AVRANCHIN

8Au sud-ouest du département de la Manche, l’Avranchin ne se rattache ni au centre du Bocage ni au Coutançais, ses proches voisins. Il s’agit d’une région aussi originale par son cadre naturel que par l’économie, surtout fondée sur l’élevage, qui l’anime.

9Mais la région d’Avranches possède-t-elle une unité justifiant une étude particulière ? A la gamme complète des terrains anciens du Bocage, granites de Carolles et d’Avranches, schistes de Brécey, de Bacilly et de Pontorson, cornéennes de Saint-James, s’ajoutent les formations du littoral, alluvions modernes des estuaires de la Sée et de la Sélune, grève herbue de la baie du Mont-Saint-Michel. Un relief sans altitude élevée (rarement plus de 150 m), mais non sans netteté, fragmente la région en compartiments étroits et bien distincts. Deux massifs granitiques allongés d’ouest en est constituent deux langues de plateau s’élevant de 90 m. près de la côte à 170-200 m. vers l’intérieur : le massif de Carolles au nord, celui d’Avranches au centre. Entre les deux, la basse vallée de la Sée, après avoir franchi le verrou qui la sépare du haut bassin de Sourdeval, suit sur trente kilomètres le cours tranquille d’une rivière au profil presque horizontal. Sur le littoral, séparés par les promontoires granitiques et par les larges estuaires de la Sée et de la Sélune, de bas pays schisteux, taillés dans les deux niveaux de 50-65 m. et de 30-40 m., reconnus ailleurs par Elhaï, échelonnent du nord au sud des horizons calmes mais d’ampleur variée : bloqué entre le rocher de Granville, le massif de Carolles et les derniers escarpements du synclinal bocain, l’étroit triangle de Saint-Pair – Saint-Aubin-des-Préaux – la Mare Bouillon ; entre Carolles et la Sée, plus ample, le pays de Dragey et de Bacilly ; le Val Saint-Père précédant le massif d’Avranches dans une presqu’île de collines entre Sée et Sélune ; enfin, au sud, l’arrière-pays du Mont-Saint-Michel entre Pontaubault et Pontorson.

  • 1 Cartes de l’Atlas de Normandie C 1, D 2.

10Les critères les plus simples de la géographie humaine n’ajoutent guère d’unité à ce puzzle topographique. Les densités de population s’élèvent au-dessus de 50 au km2 et parfois au-dessus de 100 sur le littoral entre Granville et Avranches, mais elles s’effritent vers l’intérieur et tombent à moins de 40 dans la région de Pontorson. Les petites et très petites exploitations agricoles l’emportent presque partout, comme dans l’intérieur du Bocage, mais non sur le littoral où s’intercalent un nombre non négligeable d’exploitations moyennes et même des grandes dans l’arrière-pays du Mont Saint-Michel1.

  • 2 Atlas de Normandie, carte D 4.

11Partout cependant, sauf dans les petites régions de Sartilly et de La Haye-Pesnel, on est frappé par l’importance des labours dont les surfaces tendent à augmenter vers le sud, notamment dans les cantons de Pontorson et de Saint-Hilaire-du-Harcouët. Sur la carte de l’Atlas de Normandie qui montre l’importance des prairies permanentes dans la surface agricole utile (rapport S.T.H./S.A.U.), l’Avranchin se détache avec une individualité frappante au sud-ouest du Bocage : la dominance des teintes brun clair indique que dans cette région labours et herbages s’équilibrent2.

  • 3 Sur la carte d 4 de l’Atlas de Normandie l’importance des cultures dans la péninsule de la Hague a (...)

12Certes, d’autres petites régions du Bocage Normand donnent aux cultures autant d’importance : les communes légumières du littoral de la Manche, la péninsule de La Hague3, le Bocage de Villers et d’Aunay au contact de la Plaine de Caen. Elles seront brièvement analysées. Aucune ne présente l’intérêt géographique de l’Avranchin, aucune ne possède son étendue, son unité profonde, son originalité complexe. Les systèmes d’élevage dépendent aussi de cette remarquable condition géographique : le particularisme. L’exemple de l’Avranchin doit permettre d’en faire la démonstration.

A) L’AVRANCHIN, UN BON PAYS OUVERT SUR LA BAIE DU MONT-SAINT-MICHEL

13La géographie humaine se combine aux données morphologiques et climatiques pour faire de l’Avranchin une région très particulière. Car la baie du Mont-Saint-Michel, vers laquelle tout le pays est tourné, donne à celui-ci une unité physique beaucoup plus forte que les nuances de chaque compartiment de terrain. Et, dans l’organisation de la hiérarchie urbaine, hésitant à se tourner vers Rennes ou vers Caen, l’Avranchin regarde finalement, avant tout, en direction d’Avranches.

1°) Une région polarisée par l’influence d’Avranches et du littoral

  • 4 Phlipponneau, 304, 1955.

14Partout lorsque la brume se lève sur la baie de Carolles à Genêts, du Val Saint-Père à Ardevon, on aperçoit le Mont-Saint-Michel. Toute la région semble le regarder. Il rend encore plus vivant cet étrange littoral qu’a décrit Phlipponeau4 où les estuaires, la grève et les marées se mêlent en un monde mouvant que les hommes se sont refusés à domestiquer complètement. Le paysan du Mortanais et du Domfrontais vit replié sur l’univers refermé d’un bocage aux mailles étroites. L’agriculteur de l’Avranchin contemple des horizons prestigieux. Car, l’Avranchin, avant tout, c’est le pays de la Baie du Mont.

  • 5 Notes sur Avranches extraites d’un exposé inédit de P. Brunet.

15Une ville a polarisé ces regards convergents : Avranches qui, sur son éperon entre les estuaires de la Sée et de la Sélune, commande tous les passages. L’influence de cette petite cité de 10 000 habitants constitue un cas très particulier dans la hiérarchie urbaine de la Normandie. Car son attraction s’étend très au-delà de ce qui est usuel pour une ville d’aussi modeste dimension : elle englobe toute la zone littorale jusqu’à Carolles, l’ensemble de la basse vallée de la Sée et mord même sur les cantons de Saint-Hilaire, de Juvigny et de Mortain qui dépendent traditionnellement du Mortanais. Et pourtant, fort peu d’industries contribuent à l’animation d’Avranches. Dans le secteur des transformations agricoles notamment, une petite beurrerie (les établissements Balloche) et un abattoir municipal ne représentent qu’un potentiel fort modeste. Pour les foires et les marchés, Avranches est dépassé, dans sa région même, par Brécey, Ducey, La Haye-Pesnel... Mais la petite ville puise ses forces à d’autres sources. Centre du plus vieil évêché de la Manche, ville administrative, Avranches est uni à sa région par des liens plus forts et plus anciens que ceux de l’activité industrielle. La bourgeoisie de la cité possède quelques biens dans les communes rurales et, surtout, pour les services et les achats annuels ou mensuels, toute la clientèle paysanne s’adresse à Avranches. De Brécey à Sartilly, les fils des gros exploitants préparent leur baccalauréat à l’Institution Norte-Dame. La magistrature et le clergé, le corps médical et l’administration, le commerce de la rue de la Constitution, l’Institution Notre-Dame et le Lycée Littré polarisent toute une région. Avranches ne se trouve qu’à 60 kms de Rennes, mais la barrière qui sépare la Normandie de la Bretagne ôte l’Avranchin de l’influence rennaise. En terre normande, par contre, 110 kms séparent Avranches de Caen. La petite ville du sud de la Manche a profité d’une zone de faiblesse entre les aires des deux grandes capitales régionales pour assoir une influence qui dépasse l’attraction ordinaire d’une ville de 10 000 habitants5.

  • 6 Fouques, 100, 1958.

16Ainsi l’Avranchin peut-il apparaître comme une région isolée, oubliée, dont les horizons se referment sur les perspectives étroites d’une toute petite capitale régionale. Elle souffre effectivement de cette situation et les communes rurales enregistrent une dépopulation analogue à celle de l’ensemble du Bocage. Celle-ci cependant semble moins marquée que dans les régions de l’intérieur ou dans le Coutançais. Entre le début du xixe siècle et 1954, la majorité des cantons de l’Avranchin perdent 30 à 35 % de leur population à l’exception de Ducey, de La Haye-Pesnel, de Saint-James et de Sartilly, cantons périphériques qui pourtant ne perdent jamais plus de 42 % de leurs habitants. Proportions modestes pour le Bocage6. L’isolement de l’Avranchin n’apparaît vraiment que dans le cadre d’une vaste hiérarchie régionale. En fait, la région possède sa vie propre. Loin d’ignorer les échanges, elle fait partie d’une zone qui fut longtemps active, celle de la baie du Mont-Saint-Michel dont les deux ports fuirent Granville et Saint-Malo. Avranches est la métropole terrienne d’une région ouverte aux influences maritimes. Celles-ci ont disparu. Mais une grande influence touristique, autour du Mont-Saint-Michel et aussi sur le littoral de Saint-Jean-le-Thomas à Granville, donne à l’Avranchin une activité nouvelle dont ne bénéficie aucune autre région du Bocage.

2°) Une tradition d’agriculture intensive.

  • 7 Cette étude de l’Avranchin doit beaucoup à deux D.E.S. et aux enquêtes personnelles que leurs aute (...)

17Comme dans tout le Bocage, dominent les petites et les très petites exploitations agricoles. Le morcellement actuel hérite d’une division ancienne en exploitations plus petites encore. Quelques concentrations, en effet, se sont produites depuis un siècle. Ainsi telle ferme de 30 ha à la Gohannière regroupe-t-elle trois ou quatre anciennes « tenues ». Le hameau de la Conterie comptait 14 ou 15 exploitations en 1850. Deux seulement y subsistent maintenant7. Cependant, dans cette trame de très petites exploitations, presque toutes propriétés paysannes, quelques domaines plus importants ont pu s’intercaler, la plupart appartenant à quelques familles nobles ou à des membres de la bourgeoisie avranchinaise. En 1824, dans 6 communes témoins de la Vallée de la Sée, Nové compte 17 propriétaires « non ruraux » de plus de 20 ha, occupant 704 ha au total.

18Ces grands domaines furent-ils les centres de progrès qui assurèrent au xixe siècle la transmission des influences extérieures à la masse des petites exploitations ? C’est fort probable. On est frappé, en tout cas, dans les discussions de l’Association Normande, de l’intérêt que portent au progrès agricole un notable comme Olivier, maire d’Avranches en 1837, ou des nobles comme M. de Saint-Germain ou M. de Quincey. Au milieu du xixe siècle, en avance sur le Coutançais ou la région de Valognes et de Cherbourg, l’Avranchin réalise une première révolution agricole en adoptant les prairies artificielles et en améliorant la sélection du bétail par l’introduction de races anglaises.

  • 8 A.N. 1837 et 1855.

19D’après l’enquête de 18378, dans beaucoup de communes de l’Avranchin, la betterave blanche chez quelques-uns et surtout le colza et la luzerne remplacent peu à peu les jachères. Le mouvement a commencé dès le début du siècle et la région d’Avranches peut être ainsi considérée comme un des premiers pôles de la révolution agricole en Normandie. Les surfaces incultes ont totalement disparu. L’usage du fumier, mais aussi de la tangue, du sablon et de chaux constitue la clé de voûte de l’intensification. L’enquête de 1855 décrit l’assolement qui est alors le plus communément en usage : sarrasin - blé - orge - trémaine qui se transforme en prairie par multiplication des « mauvaises » herbes.

  • 9 A.N., 1842.
  • 10 A.N., 1866.

20Mais plus encore que par son avance dans le domaine fourrager, l’Avranchin se signale par les efforts qu’y réalisent alors quelques propriétaires pour améliorer la sélection du bétail. La vente des veaux d’élevage aux herbagers augerons apparaît en effet comme l’activité la plus lucrative de toute la région. Dans la grande querelle du Durham qui passionne les maîtres de l’élevage au milieu du xixe siècle, les notables de l’Avranchin prennent parti pour le croisement avec la race anglaise. Dès 1842, « M. de Saint-Germain, président de la sociétét d’agriculture d’Avranches, a introduit dans ce pays la race bovine de Durham »9. Ses produits essaiment dans les villages où ils sont croisés avec la « petite race » du Bocage. Ainsi, loin des influences d’Isigny, l’Avranchin, à la suite d’un grand notable, adopte le croisement d’une race à viande. Mais les influences anglaises ne s’arrêtent pas là. Les moutons New-Leicester et Dishley sont introduits. Quelques croisements avec des porcs anglais permettent d’améliorer la race du pays, trop osseuse et trop haute sur jambe. Lorsqu’en 1860, à Saint-Lô, une enquête agricole fait le point de toutes les améliorations intervenues depuis quelques 15 ans dans l’ensemble du département de la Manche, l’Avranchin est la seule région qui se signale par ces pratiques10.

21Toutes ces recherches cependant s’avèrent éphémères. La race bovine normande, issue de la grande Cotentine, l’emporte ici comme ailleurs à partir de 1870-1880. Et dès 1855, une autorité aussi écoutée que M. de Quincey regrette les insuffisances de l’assolement avranchinais qui ne donne ni de bons fourrages, ni de bons grains, ceux-ci étant trop vite envahis par les mauvaises herbes. Aussi préconise-t-il la séparation des herbages et des cultures. Au milieu du xixe siècle, la quasi-totalité des terroirs de l’Avranchin, à l’exception des fonds de vallées, sont en labours. Mais comme partout en Basse-Normandie, les herbages permanents n’ont cessé de progresser depuis cette date. Ils occupent maintenant la moitié environ de la surface utile dans la plupart des communes.

Figure 36 – Quelques données sur le climat de l’Avranchin

22L’évolution agricole de l’Avranchin ne suit ni le même schéma ni le même rythme que ceux de l’ensemble bas-normand. Le pays réalise la première révolution fourragère avant toutes les autres régions (premier tiers du xixe siècle) et selon des modalités particularières (luzerne, croisement avec races anglaises). Et lorsque les herbages s’étendent à la fin du xixe siècle, ils dépassent rarement plus de 60 % de la surface utile et doivent satisfaire autant aux besoins de l’élevage du cheval (destiné aux remontes militaires) qu’à celui des bovins. Le particularisme régional s’exprime dans l’élevage, base du système agricole. La singularité du milieu naturel contribue encore à renforcer cette originalité.

3°) Un bon pays au climat sec

23Assez paradoxalement, l’Avranchin largement ouvert aux influences maritimes est un pays relativement sec. La sécheresse s’exprime aussi bien dans les nuances du climat que dans le caractère des sols. Très sensible aux agriculteurs, elle se manifeste mal dans les statistiques.

24Avranches n’en apparaît pas moins comme une station peu arrosée du sud du département de la Manche : d’après Sanson, 944 mm contre 993 au Teilleul, 1.088 à Sourdeval. Mais Pontorson, avec 724 mm est encore plus sec. D’après le rapport précipitations/évapotranspiration, Granville avec 18 mois secs et 25 très secs présente le plus mauvais total de toutes les stations bas-normandes pour lesquelles un calcul sur 10 ans a été effectué. Sur 5 ans seulement (1954-1958), Avranches a subi la sécheresse pendant 15 mois, soit un peu plus que Saint-Lô, Bayeux (14) ou Pont-Audemer (13), et autant que Caen. Une assez grande luminosité sur la baie du Mont et des vents fréquents augmentent encore les effets de l’évapotranspiration. Cette nuance sèche à l’intérieur du climat bocain se limite cependant aux bas pays littoraux ou sublittoraux ; sur les hauteurs et dans l’intérieur, la pluviosité augmente.

  • 11 Leboucher, D.E.S., 1965.

25A la sécheresse du climat s’ajoute dans les mêmes régions celle des sols. Car un sable de couleur grisâtre, très filtrant, domine sur toutes les formations schisteuses du littoral ou des communes proches de celui-ci. Dans une trentaine d’analyses de sols réalisées dans des communes du littoral entre Granville et Avranches, la proportion de sable varie de 60 à 90 %11.

26Vers l’intérieur, les sols changent encore plus que le climat. D’après Nové, les agriculteurs de la vallée de la Sée distinguent depuis le sommet des versants qui encadrent la vallée jusqu’au fond alluvial une succession de terrains bien distincts :

  • les « terres à bois », légères et à tendances podzolique ; « très acides, elles sont peuplées d’ajoncs et de hêtres » ; on les retrouve particulièrement étendues sur la plate-forme de St-Michel-des-Loups où une ancienne lande recouvre le massif granitique de Carolles à quelques centaines de mètres du littoral ; ce sont les plus mauvais sols de l’Avranchin.
  • la « tuffe » est un sol bien égoutté, à flanc de côteau, développé soit sur les schistes métamorphiques, soit sur les schistes amendés par la tangue ; s’apparentant aux formations de la zone littorale, la « tuffe » convient bien aux cultures.
  • l’« argile » provient de la décomposition des schistes dans les zones basses où aucun amendement n’est intervenu, ou lorsque les effets de celui-ci se sont trouvés lessivés ; l’argile durcit ou constitue des « mortiers » que redoute la charrue et qui appellent l’herbage.
  • « les sols de prés » sont formés, près des ruisseaux, « de terres bleuâtres ressemblant à la terre glaise... d’argiles tourbeuses, noires et plus compactes », formes probables de gleyification12.

27Ainsi deux milieux semblent s’opposer : les bas pays littoraux au climat et aux sols secs ; l’intérieur, axé sur la vallée de la Sée, plus humide et à la pédologie plus variée. En fait, la vallée de la Sée, axe de la région, fait pénétrer vers l’intérieur les influences du littoral. Par la variété et la complémentarité de ses sols, par l’existence d’un large bassin aux terres fortes, proches de l’horizontale, mais bien égouttées cependant, le bassin de Brécey, elle forme un ensemble de bons pays, faciles d’accès, qui plus qu’au littoral dont ils constituent le prolongement, s’opposent aux hautes terres ingrates de l’intérieur du Bocage.

28En Normandie, sécheresse relative ne signifie pas aridité. Et à vouloir toujours tout juger du seul point de vue herbager on risque de perdre de vue quelques avantages importants. Certes, les agriculteurs de Vains ou de Dragey envient les prairies plus grasses des régions de la Haye-Pesnel ou de Sartilly. La sécheresse du milieu les oblige à conserver des prairies artificielles afin de pouvoir faire face aux besoins fourragers d’hiver et d’été. Mais ces obligations laissent en place une forte tradition culturale qui met directement le pays sur la voie d’une intensification plus aisée qu’ailleurs.

29Mieux que toute autre région du Bocage, l’Avranchin a résisté à la vague herbagère de Basse-Normandie. Quelques traits d’archaïsme, l’isolement, un certain équilibre d’influence entre deux provinces n’expliquent pas complètement cette particularité. Pays de l’herbage et de la trémaine, mais aussi de la luzerne, des vesces et des navettes, la région d’Avranches, sous l’influence d’esprits éclairés, élabora dès le début du xixe siècle un système fourrager remarquablement adapté aux exigences et aux possibilités du milieu. En association avec l’herbage, celui-ci sert encore de base aux élevages contemporains.

Fig. 37. – Structure des produits bruts des exploitations du Centre de Gestion dans l’Avranchin

B) SUR UN FONDS D’ECONOMIE TRADITIONNELLE, LES ELEVAGES DIFFERENCIES DE L’AVRANCHIN

30L’Avranchin reste fidèle à la tradition bocaine. Les exploitants ont refusé ou ignoré la spécialisation herbagère. Le recours à des techniques fourragères variées, la permanence d’élevages différenciés composent dans la vallée de la Sée comme sur le littoral de Granville à Pontorson des systèmes agricoles assez complexes dont l’enchevêtrement rend l’analyse difficile.

  • 13 C’est l’avis de Nové, D.E.S., 1962.

31Doit-on concevoir, en effet, l’Avranchin comme une réserve d’archaïsmes, un univers refermé sur des horizons étroits où, loin des influences nouvelles, survivent les techniques d’un autre âge ? Certains le pensent et des arguments très solides permettent d’appuyer leur démonstration13. Dans la vallée de la Sée, notamment, subsistent, en nombre élevé, de très petites exploitations dont les préoccupations autarciques préservent la plus fondamentale des traditions bocaines et s’opposent à l’innovation technique.

32Ces survivances n’empêchent cependant pas d’assez nombreuses exploitations d’améliorer leurs techniques et de profiter, en dépit de leur taille modeste, de formes d’élevage variées et parfois très élaborées, spécialisation laitière, sélection bovine ou élevage des poulains. Dans cette même vallée de la Sée où subsistent les exploitations les plus archaïques, la région de Brécey compte parmi les plus dynamiques du département de la Manche pour l’œuvre de rénovation technique entreprise par un groupe de jeunes exploitants. Autour d’une C.U.M.A., d’un groupement de productivité et d’une dizaine d’adhérents du centre de gestion, une cinquantaine d’exploitants agricoles entreprennent l’intensification de leur production. Faut-il donc considérer l’Avranchin comme une région favorable à l’innovation ?

33Parce qu’il juxtapose de très petites exploitations autarciques et des fermes moyennes qui n’ignorent pas le profit, parce qu’il se trouve à l’écart des grands courants d’influence mais qu’il pratique cependant des formes particulières de progrès, parce qu’il reste fidèle à une tradition mais que cette tradition n’exclut pas totalement l’innovation, le pays d’Avranches multiplie les contradictions. Aucune région du Bocage ne possède des systèmes d’élevage aussi différenciés.

1°) L’infrastructure fourragère, de la luzerne à l’herbu

34Au sud d’Avranches, à partir du Val Saint-Père, labours et herbages s’équilibrent. En bordure méridionale de la baie du Mont, de Céaux à Ardevon, les labours occupent même entre 60 et 80 % de la surface utile. Par contre, le nord de la région, et notamment la vallée de la Sée, fait transition avec le Coutançais tout proche ; les prairies permanentes y couvrent 60 à 80 % des terroirs. En prenant le critère d’un minimum de 20 % de labours, on peut considérer que l’Avranchin s’arrête au sommet du massif granitique de Carolles. Seule la région littorale de la Mare Bouillon prolonge entre Granville et Carolles l’économie avranchinaise au nord de cette limite d’une grande netteté.

35L’Avranchin, par conséquent, juxtapose presqu’à égalité, deux formes d’infrastructure fourragère : la prairie permanente et les cultures consacrées au bétail, auxquelles on doit ajouter un type très particulier de pâturage, l’herbu des grèves.

a) Les cultures fourragères : trémaine et luzerne

36La trémaine, conservée pendant deux ans et semée après l’orge ou l’avoine, constitue la culture fourragère la plus caractéristique des terres intérieures de l’Avranchin. Par cet emploi, les formations à tendance acide des massifs granitiques ou des coteaux de la vallée de la Sée ne se différencient pas de celles du Bocage intérieur.

37La luzerne remplace la trémaine sur les plate-formes littorales amendées par la tangue. C’est la prairie artificielle des terroirs de Saint-Aubin-des-Préaux (près de Granville), de Dagey, du Val-Saint-Père, de Courtils et d’Ardevon (au sud du Mont-Saint-Michel). Elle fut introduite au début du xixe siècle. A partir des années 1920-30, les agriculteurs abandonnèrent l’amendement marin. Aussi, depuis cette époque, les sols retrouvent-ils peu à peu leur acidité primitive. La luzerne régresse en conséquence, de façon assez limitée d’ailleurs. Son utilisation s’est profondément modifiée. Jadis, la luzernière restait en terre pendant 7 à 8 ans. Une première coupe en juin, consacrée au foin, était suivie de deux dépouilles (ou d’une seule selon le rendement) par les bovins attachés aux « tières ». Maintenant, la luzernière n’est conservée que pendant 3 ou 4 ans. La première coupe se fauche entre le 20 et le 25 mai. Pour le pâturage la clôture électrique remplace le piquet presque partout. La luzerne donne un fourrage aux rendements appréciés, supérieurs d’un tiers au moins à ceux de la trémaine. Elle comporte cependant un inconvénient : les risques de météorisation obligent à un contrôle permanent du rationnement, soit par le « tière », soit par la clôture électrique. Le trèfle, il est vrai, exige la même attention.

Figure 38. – Plan d’une exploitation de la Vallée de la Sée (la Gohannière, 23 ha)

38La carotte et la betterave, les vesces, la navette et le colza complètent la gamme des cultures traditionnelles réservées aux animaux. Mais depuis peu apparaissent les prairies temporaires qui substituent aux légumineuses des associations de graminées d’un emploi plus souple. L’utilisation des mélanges de fétuque-fléole, de dactyle et de trèfle blanc, de ray-grass d’Italie (ce dernier surtout sur la côte) reste encore limitée à un petit nombre d’exploitations des secteurs les plus dynamiques (Saint-Aubin-des-Préaux au sud de Granville, Brécey). Dans leur ensemble, les cultures fourragères de l’Avranchin ont peu évolué depuis le xixe siècle.

b) Les prairies permanentes : herbages et prés
  • 14 D’après Nové, D.E.S., 1962.

39Les prés, uniquement consacrés au foin à l’exception du pâturage des regains, représentent comme dans tout le Bocage la plus ancienne forme de la spécialisation herbagère. Les conditions naturelles leur réservent une place plus importante dans l’Avranchin, et notamment dans la vallée de la Sée. Ils occupent le fond alluvial de la vallée sur une largeur de 200 à 500 m depuis Chérencé-le-Roussel jusqu’à Avranches. A partir de Ponts-sous-Avranches, ils prennent même une plus grande extension et peuvent recevoir quelques bêtes d’engraissement. Entre la mi-décembre et le début d’avril, ces prés de fonds se trouvent menacés par les crues de la rivière. Irrégulière, charriant des eaux acidifiantes (à la différence des crues augeronnes), les débordements de la Sée sont considérés comme néfastes par les riverains qui doivent entretenir constamment les ruisseaux et les « douves » afin d’en limiter les effets14. La basse vallée de la Sélune, sur une plus grande largeur, et les petits ruisseaux qui traversent les pays de Bacilly et de la Mare Bouillon au nord d’Avranches sont également toujours bordés par des prés de fauche.

40La fenaison intervient entre la mi-mai et la mi-juillet. Elle exigeait jadis de très nombreux travailleurs. Devant le manque croissant de main-d’œuvre, les exploitants se sont mécanisés, même les petits ; mais cette évolution tend à diminuer la valeur des prés qui ne sont pas toujours accessibles au tracteur. Des « prés secs », hors des fonds alluviaux, complètent les surfaces consacrées au foin. Celles-ci restent considérables, couvrant souvent 40 à 50 % des surfaces en herbe, surtout dans les exploitations qui font peu de cultures.

41Les herbages, de création souvent récente, occupent les terres les moins aptes aux labours. Leur utilisation, aussi extensive qu’ailleurs, n’exige pas de commentaire particulier. Ils permettent de nourrir les élèves et les vaches laitières avant et après le pâturage des trémaines ou des luzernes.

c) L’herbu
  • 15 D’après la carte de la végétation de la France au 1/200.000e, feuille d’Alençon.

42Entre les prairies de Salicornes (S. herbacea, S. radicans) et de Spartines (Sp. Townsendi), espèces pionnières de la haute slikke, et les pelouses à fétuques (F. arenaria) et Agropyrum (A. littoreum) qui font transition avec la végétation de l’intérieur, les célèbres « prés salés » occupent la plus grande partie des grèves de la baie du Mont-Saint-Michel. Il s’agit d’une pelouse rase, à espèces halophiles, Obione et Glycérie maritime principalement (Obione portulacoides, Atropis maritima). L’« herbu » ainsi constitué s’étend sur une profondeur d’environ 1 km et une largeur de 5 km entre le Mont et le village des Courtils, et, sur une surface sensiblement moins importante, dans les larges estuaires de la Sée et de la Sélune, de part et d’autre de la petite presqu’île du Val-Saint-Père15. Les espèces qui composent l’herbu possèdent une faible valeur fourragère, mais elles ont la propriété de donner une saveur particulière à la chair des animaux qui les broutent.

43Traditionnellement, cette immense réserve est consacrée au pâturage des moutons des communes riveraines, notamment entre les Courtils et Ardevon, mais aussi au nord d’Avranches, face à Genèts et à Vains. L’herbu est exploité de la façon la plus extensive, sans clôture et sans surveillance des bêtes. Seules quelques vieilles grèves, à peu près totalement asséchées, par exemple entre l’estuaire de la Sée et la commune de Vains, peuvent fournir un pâturage de meilleure qualité qui justifie une location par le service des Domaines aux éleveurs riverains. Partagé à la clôture électrique, l’herbu peut dans ce cas recevoir quelques bovins d’élevage, mais non des vaches dont le lait « sentirait la grève ».

  • 16 Delisle, 115, 1851.

44De l’immense potentiel que représentent les sables et les tangues de la Baie où oscille la marée, une tout autre utilisation aurait pu être faite. Dès la fin du Moyen-Age, selon Delisle, des digues furent construites en arrière du Mont-Saint-Michel, à Ardevon et à Vains au nord d’Avranches pour protéger des terres asséchées16. En 1856, la Compagnie des Polders de l’Ouest, animée par Mosselman, entreprit, ici comme dans la baie des Veys, l’assèchement de 3 800 ha. Ses ambitions visaient beaucoup plus encore. La baie du Mont pouvait-elle devenir un vaste polder ?

  • 17 Phlipponneau, 304, 1955.

45Le Conseil Municipal du Mont-Saint-Michel, la Société des Amis du Mont et l’administration des Beaux-Arts ne l’entendirent pas ainsi. Les communes riveraines les appuyèrent17. Car si chaque riverain fait peu de cas de l’herbu, tous tiennent farouchement au droit de vaine pâture. Selon l’expression d’un bon connaisseur des gens de la Baie : « l’herbu ne vaut rien, mais tous en veulent ». Le vieux droit coutumier normand l’emporta ici sur l’entreprise d’assèchement qui ne conquit que quelques polders devant Beauvoir, Ardevon, Huisnes et les Courtils. Entre terre et mer, la grève aux rivages incertains reste le domaine des moutons et des pêcheurs à pied.

2°) Les élevages, de l’autoconsommation à la spécialisation

46La gamme fourragère de l’Avranchin est très ouverte. De quelques centaines d’U.F. par ha. à près de 8 ou 9 000 U.F., elle permet de passer dans un ordre croissant, de l’herbu à l’herbage permanent, du pré à la trémaine, de la luzerne à la prairie temporaire moderne. Ces différents moyens se complètent. Lorsqu’au milieu de l’été l’herbage cesse d’être productif, les regains de luzerne ou de trémaine permettent aux vaches laitières de conserver une bonne tenue. Les foins (herbe, trèfle ou luzerne), complétés par la betterave et les grains, assurent une alimentation d’hiver assez convenable. Mais tous les éleveurs n’exploitent pas avec la même intensité et le même soin les divers éléments de cette gamme fourragère. Ainsi s’expliquent les opinions divergentes sur la valeur de l’agriculture avranchinaise. Comme dans le centre du Bocage, mais avec des modalités assez différentes, se retrouve l’opposition des petites exploitations et des unités moyennes, des fermes routinières et des entreprises dynamiques.

a) Le mouton et le porc, élevages de complément indispensables des petites exploitations
  • 18 Ainsi à Dragey, 40 exploitations de moins de 10 ha (sur 89) n’occupent que 18 % du sol.

47A la Gohannnière, dans la vallée de la Sée, les exploitations de moins de 10 ha. occupent 30 % de la surface utile et représentent la moitié des fermes : 13 sur 26. A Brécey, commune plus vaste, on en compte 170 couvrant 40 % de la surface communale. De tels exemples pourraient être multipliés. Une structure plus morcelée encore que celle de l’intérieur du Bocage, avec de très petites exploitations en nombre élevé, caractérise l’Avranchin, à l’exception du littoral où, sans être absentes, les petites tenures jouent un rôle plus modeste18. La trame fondamentale de l’agriculture régionale est constituée par de très petites unités qui souvent ne disposent d’aucune des source extérieure, ce qui les distingue de leurs homologues d’autres régions de Basse-Normandie. On se demande parfois comment des exploitations aussi limitées peuvent permettre à une famille de vivre. On annonce comme imminente leur disparition. Et cependant, elles subsistent. Nové estime même que, dans la vallée de la Sée, l’encombrement du marché des exploitations et le vieillissement de la population active favorisent actuellement le maintien de la petite tenure. Les processus de concentration semblent bloqués, au moins provisoirement.

48Le cas de M. Lebossé, fermier sur 8,2 ha. à la Gohannière, résume bien les préoccupations de cette catégorie d’exploitants et l’orientation, qu’ils donnent à leurs élevages. En bref, il s’agit de produire le plus grand nombre de denrées afin de répartir les risques tout en dépensant le moins possible. Sur 1,2 ha de labours, M. Lebossé fait alterner blé (pour l’échange avec le boulanger), orge, betteraves, trémaine, navettes et colza, ces deux dernières cultures en dérobé. On se rapprocherait du jardinage si l’exploitant n’utilisait les services d’un attelage de deux chevaux ! Dans l’espoir de trouver une ferme plus importante un jour, il tient en effet à conserver ce cheptel de trait. Sur ses 7 ha. d’herbe (dont la moitié en prés), il sème quelques scories mais s’efforce surtout de maintenir les rendements par les procédés traditionnels : « arusselage » consistant à utiliser le produit du curage des ruisseaux ; « effarapage » réalisant la même opération autour des chemins et des haies. Aussi nourrit-il sur ses 8,2 ha, un cheptel aussi nombreux que varié : 6 vaches laitières et 8 élèves bovins (génisses de remplacement et veaux de boucherie) ; 4 brebis, 1 bélier et 9 agneaux ; 1 truie dont il conserve deux porcelets annuellement pour l’engraissement. Au total, 1,45 UGB par ha. Il vend son lait sous forme de crème. Les veaux sont nourris au « petit lait », selon la méthode traditionnelle et avec le minimum d’achat extérieur.

49Avec l’élevage bovin, les moutons et les porcs constituent des éléments essentiels de l’économie des petites fermes. L’engraissement du porc n’est pas particulier à l’Avranchin mais à l’ensemble du Bocage où subsistent des cultures céréalières. Les petits exploitants engraissent généralement deux porcs par an. Chez M. Lebossé, dans la pièce unique où un grand lit à colonnes occupe le coin le plus sombre, au-dessus de la table et des bancelles, les saucisses et les morceaux de lard pendent aux poutres du plafond.

50Le mouton, au contraire, subsiste sur les sols assez secs de cette région alors qu’il joue un rôle de plus en plus faible partout ailleurs. L’Avranchin possède même sa race locale : un mouton à tête noire, d’assez belle conformation, bon producteur de laine et de viande, bête d’herbage élevée en plein air. La plupart des exploitants, surtout parmi les plus petits, conservent un groupe de 4 à 5 brebis qui leur demandent peu de soins et leur assurent un utile complément pour l’autoconsommation familiale et, éventuellement pour la vente. Au mouton de l’Avranchin, nourri sur les herbages de l’intérieur, s’oppose le « petit grévin » dont les restaurants du Mont St-Michel ont rendu célèbres les gigots de « prés salés ». Le « grévin » est un animal plus médiocre petit et haut sur pattes, Mais, nourri sur la grève, il possède une chair dont la saveur reste très appréciée. Le « petit grévin » est élevé surtout sur les rivages au sud d’Avranches, depuis le Val Saint-Père jusqu’à Beauvoir. Chaque matin, les exploitants conduisent leurs troupes à la grève où elles vont paître en toute liberté. Les animaux rentrent le soir au village. Cette activité représente un appoint très appréciable pour des communes comme le Val Saint-Père qui compte 72 exploitations de moins de 10 ha sur 120 ou comme les Courtils où elles sont au nombre de 42 sur 62. En dépit des inexactitudes habituelles en matière de production animale, la liste des communes « à moutons » se détache bien du recensement agricole de 1955 : les Courtils (433 têtes), Huisnes (371), le Val St-Père (1010).

51De tels élevages, auxquels il faut ajouter les produits de la basse-cour et des clapiers, permettent aux très petites exploitations de subsister. L’importance de l’autoconsommation les met à l’abri des crises. Nové a établi la comptabilité de deux petites exploitations de 7,8 et de 10 ha. Il aboutit à des produits bruts compris entre 1 500 et 2 000 F par ha très significatifs d’une intensification élevée grâce à des moyens traditionnels, mais non forcée. Les revenus familiaux sont naturellement fort modestes : 7 960 F dans un cas ; 3 764 dans l’autre. Mais l’autoconsommation tient une place essentielle dans l’économie domestique. Dans le premier cas, elle atteint 23 % du revenu, et dans le second elle a permis à une famille de vivre, en dépit d’une très mauvaise année d’élevage. Le petit exploitant de l’Avranchin vit dans la pauvreté et, souvent, dans la misère. Mais les aléas de la conjoncture et du climat ont sur son économie le minimum d’emprise.

b) La spécialisation laitière, orientation principale des exploitations dynamiques

52Certains exploitants, surtout parmi ceux qui disposent de plus de 15 ha, aspirent à d’autres résultats. Parfois, le manque de main-d’œuvre les contraint à simplifier leur travail et à rechercher le maximum de productivité en concentrant leurs efforts sur quelques activités à haut rendement. Alors se mettent peu à peu en place tous les éléments de l’intensification fourragère et de la spécialisation laitière que conseillent les ingénieurs des centres de gestion ou des groupements de vulgarisation. Rénovation des vieux herbages par le labour, prairies temporaires, ensilage, contrôle laitier, élimination des mauvaises souches, vente précoce de jeunes animaux, engraissement des porcs avec des aliments achetés, tous ces processus ont déjà été étudiés dans les exploitations dynamiques du centre du Bocage. Ils transforment profondément l’économie des exploitations qui les adoptent. Le lait, et accessoirement la vente des porcs, dominent les produits bruts. La spécialisation remplace les multiples petites ventes et l’autosubsistance du système traditionnel.

53Les exploitations qui réalisent ces transformations sont assez peu nombreuses dans l’Avranchin. La faible implantation des industries laitières (la laiterie Balloche à Avranches, un centre Elle-et-Vire à Ducey), la médiocrité des rendements laitiers révélée par l’enquête des Jeunes Agriculteurs (le plus souvent inférieurs à 3 000 l. par vache) concordent assez bien pour montrer que l’Avranchin est une des très rares régions du département de la Manche et de l’ouest de la Normandie qui n’adhèrent pas ou peu à la spécialisation laitière. La faiblesse de l’encadrement par les spécialistes de la gestion ou de la vulgarisation n’expliquent qu’en partie cette carence. En fait, la spécialisation laitière s’oppose aux tendances autarciques des petites exploitations et aux préoccupations, plus ambitieuses, des grandes.

54Quelques agriculteurs dynamiques, peu nombreux il est vrai, rompent avec la tradition. Individus isolés, ici et là, dans les régions pauvres de l’intérieur. Groupe plus nombreux dans le bassin de Brécey où quelques jeunes agriculteurs dynamiques ont su créer un climat de transformation et de progrès agricoles. Exploitants des communes du littoral, à proximité d’Avranches, de St-Jean-le-Thomas ou de Granville, tentés par le débouché qu’offre la clientèle saisonnière des touristes. Ce dernier cas est le plus intéressant, car ici c’est l’existence d’une demande locale qui provoque la spécialisation. Bien des archaïsmes subsistent d’ailleurs en cette matière comme en d’autres. Ainsi, la ville d’Avranches est-elle ravitaillée à 80 % par des agriculteurs qui vendent directement leur lait cru à des épiciers détaillants. Ils pratiquent le même système que celui qui prévalait autour des grandes villes au début du siècle. Ils en retirent quelques avantages de prix. Mais ce marché oblige aussi les producteurs à supporter une série de charges (transport, tuberculinisation, bientôt sans doute conditionnement) que seules peuvent accepter des exploitations d’une certaine importance.

c) Le cheval, fleuron des grands élevages

55Beaucoup plus que l’élevage laitier, le cheval intéresse, au sens fort du terme, les exploitations importantes. Il convient naturellement d’entendre par cette désignation des fermes qui dépassent 20-25 ha mais qui comptent rarement plus de 40 ha.

  • 19 Enquêtes personnelles réalisées en compagnie de A. Nové (D.E.S. 1965) et G. Leboucher (D.E.S. 1966 (...)

56Car l’élevage du cheval resta de la fin du xixe siècle jusqu’à la période comprise entre les deux guerres la préoccupation principale des agriculteurs de l’Avranchin. La région, prolongée par la partie méridionale du Coutançais, fut alors un des berceaux de la remonte militaire. Le cheval de selle pour la cavalerie et, à un moindre degré, le cheval de trait pour l’artillerie constituaient les principales spécialités des fermes du littoral ainsi que des meilleures exploitations de la vallée de la Sée. Les dépôts nationaux de Sartilly et d’Avranches fournissaient les services d’étalons sélectionnés. Trois ans permettaient de former un cheval, parfois après plusieurs ventes et passages de ferme en ferme. Les poulinières et leurs produits travaillaient aux champs, selon une judicieuse progression. Une ferme « à bonne écurie » comptait alors quelque 12 à 15 chevaux sur une vingtaine d’ha, mais seulement, en appoint 3 ou 4 vaches... Cet élevage s’adaptait parfaitement à la structure régionale, car il assurait des produits bruts élevés grâce à des débouchés abondants pour des produits de qualité. La plupart des petites fortunes rurales de la région se sont faites grâce au cheval, comme ailleurs sur la « goutte » ou sur le beurre19.

57Entre les deux guerres mondiales, cette activité a disparu avec la motorisation progressive de l’armée. Mais elle laisse des traces très profondes dans la région. Ainsi, sur le littoral d’Avranches, les cultures légumières ne se sont-elles pas développées comme dans la plupart des autres secteurs côtiers du département de la Manche. A Créances, à Lingreville ou à Réville, carottes et choux occupent depuis peu des surfaces croissantes, mais la tradition légumière y existe de longue date, remarquable déjà au milieu du xixe siècle. Rien de tel, au contraire, sur le littoral de l’Avranchin vivifié surtout par l’élevage du cheval. Aussi, parce qu’il abrite une association de cultures et d’élevage, le bocage s’étend presque jusqu’à la mer, alors qu’il disparaît dans la plupart des zones légumières du littoral où l’élevage reste toujours très secondaire. De même, les profits réalisés sur le cheval dans une même période de déflation démographique, expliquent la concentration relative des exploitations du littoral entre Granville et Avranches et leurs structures morcelées, improvisées, qui rappellent l’émiettement des fermes nées de la « goutte » à une époque et dans des conditions semblables...

  • 20 Atlas de Normandie, carte D.9.

58Mais l’âge d’or du début du siècle a laissé surtout aux éleveurs l’amour du cheval. Cet élevage n’avait jamais cessé totalement. Le succès des courses et du sport hippique lui donne une nouvelle chance. Sur place, l’existence de 6 hippodromes et de 3 centres hippiques, entre Granville et le Mont-St-Michel, montre bien quelle place tient le cheval dans la vie régionale, pour la clientèle touristique, mais aussi pour les agriculteurs. Avec plus de 400 saillies réalisées, le dépôt d’étalons nationaux de la Haye-Pesnel se classe en tête de toutes les stations normandes. Nulle part ailleurs la densité des dépôts de remonte et des fermes poulinières n’est aussi dense. On compte neuf dépôts d’étalons dans l’Avranchin, ceux de la Haye-Pesnel, de Sartilly et d’Avranches étant les plus importants. Quelques petits haras de pur-sang ou de demi-sang, mais surtout de nombreuses fermes à 2 ou 3 juments ont repris une tradition ancienne, produisant des « cobs », des chevaux de course trotteurs, et surtout des chevaux de selle pour les sports hippiques20.

59Sur sa ferme de 20 ha à St-Martin-des-Champs, à quelques kilomètres d’Avranches, M. Debesne représente le type accompli du jeune éleveur de poulains. Son exploitation, comme toutes celles qui se livrent à cet élevage, fonde ses ressources courantes sur bien d’autres activités que le dressage des chevaux : 3 ha de cultures, 13 vaches laitières et leurs élèves, 15 porcs, 4 brebis, une basse-cour bien montée, soit toute la gamme des petits élevages. Mais sa jument poulinière, à laquelle s’ajoutent deux chevaux pour le travail, retient toute sa sollicitude. Le cadre de l’exploitation s’accorde parfaitement à cette spécialité : une belle ferme-cour aux bâtiments en carré dominée par une courte tour, ancien petit haras appartenant à Mme de Castellane et qu’exploite, depuis trois générations la même famille de fermiers. L’élevage du cheval s’inscrit presque toujours dans une tradition familiale d’éleveurs. M. Debesne est fier d’annoncer que sa jument a été saillie par « Renzo », un bon crack maintenant en service au haras d’Avranches. Il vend son poulain chaque année, lorsqu’il a 6 mois, à des marchands spécialisés de la région de Caen, conservant plus longtemps son produit s’il s’agit d’une pouliche. En 1961, un bon poulain se vend 2 000 F. Le jeune éleveur suit attentivement le résultat des courses : demain, peut-être, un de ses produits deviendra célèbre.

***

60L’Avranchin reste fidèle à ses élevages traditionnels, parfaitement adaptés à la taille des exploitations. Repliées sur elles-mêmes, les plus petites tenures refusent toute innovation afin de ne pas compromettre un équilibre très précaire. La plupart des grandes fermes vivent dans la fascination de l’élevage du cheval et de ses profits passés et à venir. Avec des conditions naturelles particulières et dans une situation où l’influence des grands pôles normands semble s’effacer, l’Avranchin se singularise par le refus de la spécialisation laitière et herbagère. Archaïsme ou vitalité ? Nul doute que la petitesse des exploitations et l’isolement ne pèsent très lourdement sur la région. Mais le développement sur place des débouchés offerts par la clientèle touristique et le succès grandissant des sports hippiques offrent une nouvelle chance aux élevages les plus dynamiques.

C) QUATRE AUTRES EXEMPLES DE BOCAGES MIXTES

61A la périphérie du Bocage Normand plusieurs petites régions se caractérisent par une économie et par une évolution historique qui diffèrent très sensiblement de celles de l’Avranchin. Cependant, comme dans ce pays, les herbages permanents ne tiennent qu’une place limitée dans la surface agricole. Ce sont aussi des bocages mixtes. Leur analyse se limitera à quelques éléments essentiels d’appréciation, car ces régions sont peu étendues, l’élevage n’y joue parfois qu’un rôle très secondaire, et l’étude détaillée des systèmes de production n’apporte pas de faits vraiment nouveaux.

1°) La région de Pontorson et des polders du Mont-St-Michel

62Les 6 communes qui s’étendent entre Pontorson et le Mont-St-Michel font partie intégrante de l’Avranchin. Mais leurs structures d’exploitations et leurs systèmes de production s’opposent trop nettement à la moyenne régionale pour rendre possible une étude conjointe, sauf sur quelques points communs. En fait, là se situe une petite région originale que dominent de grandes exploitations, la plupart installées dans les polders créés au xixe siècle ou avant la guerre de 1914. Le tableau suivant rend compte de cette structure particulière :

63Les grandes exploitations l’emportent le plus nettement dans les communes de polders (le Mont et Beauvoir) mais elles sont représentées dans les communes voisines du bas pays schisteux. Dans les polders, domine un système de grande culture qui associe l’élevage (pour le lait mais aussi éventuellement pour l’embouche) à la production de céréales et de betteraves sucrières. En outre, des cultures légumières s’étendent autour de Pontorson. Labours et herbages s’équilibrent. Beaucoup plus souvent que la haie, la digue, le fossé de drainage ou le barbelé matérialisent les divisions d’un parcellaire géométrique.

2°) La Hague

64A l’autre extrémité du département de la Manche, La Hague ne peut être assimilée à aucune des régions voisines. Rude pays, en vérité, marqué par l’isolement et par des conditions naturelles : une surface tranchant les granites et les grés redressée vers le sud-ouest à 180 m. d’altitude, des sols froids dont l’amendement fut toujours rendu difficile par la raideur des escarpements littoraux (sauf vers le nord), des pluies fréquentes mais des vents violents et quasi continus aux effets desséchants. Les villages aux bâtisses sombres se tassent dans la fraîcheur des vallons abrités. Des murs de pierres entourent chaque parcelle. Par son paysage comme par son économie, le finistère normand est une des régions les plus originales du Bocage. La dépopulation y est précoce et très importante (avec une perte de 55 % de la population entre 1826 et 1931, selon Fouques). Elle a favorisé la concentration des exploitations, dominées maintenant par des unités moyennes (comprises entre 20 et 50 ha). Mais les modes d’utilisation du sol et les types d’élevage, surtout, font l’originalité de La Hague.

Figure 39. – Les landes de La Hague (d’après P. Brunet)

65La lande, les labours et les herbages se partagent les terroirs selon les rapports qui ne cessent de varier. La lande occupe encore de vastes surfaces sur les pentes les plus exposées aux vents du sud-ouest. Elle s’était étendue à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle sous l’effet de la dépopulation, pour devenir une lande totalement abandonnée et inaccessible, même aux animaux. Le rotavator, depuis quelques années, permet sa reconquête. Les labours, sur les meilleurs terroirs des plateaux et sur les pentes les plus douces, prépondérants au xix siècle, ont reculé au profit des landes et surtout des herbages permanents pour ne plus occuper maintenant que des surfaces modestes (10 à 25 % de la surface agricole). Mais, ils se développent de nouveau aux dépens des landes et des prairies. Ils portent surtout des cultures destinées à l’alimentation des animaux (orge, avoine, betteraves et choux fourragers). Les herbages, enfin, occupent la plus grande partie des terroirs (moins cependant que ne l’indique la dernière estimation cadastrale). Ils s’ornent toujours d’un « graton » ou « gratou », arrête de pierre dressée verticalement, que les bêtes aiment venir lécher.

  • 21 Houel, 392, 1881.

66Car La Hague est un vieux pays d’élevage. La région se singularisait jadis par ses races de petite taille mais d’une grande robustesse dans toutes les espèces, ovine, bovine et chevaline. Cette tradition n’a pas totalement disparu. Jusqu’au début du xixe siècle, les « bidets de la Hague » étaient particulièrement appréciés dans le Bocage, car, grâce à leur vigueur et à leur rusticité, ils s’adaptaient parfaitement au mauvais état des chemins. Houel les décrit ainsi : « trapus, nerveux, sobres et d’une prodigieuse vigueur ». On les préférait pour les courses rapides « aux chevaux des landes et des bruyères », montures ordinaires du Bocage, plus petits et moins perfectionnés dans la sélection. Selon Houel, le cheval de La Hague était le digne frère du poney d’Ecosse et du Pays de Galles21. En dépit de son ancienneté et de ses qualités, il disparut dès le milieu de xixe siècle, c’est-à-dire lorsque l’amélioration de l’état des routes et des chemins rendit inutiles ses services d’animal de selle et de bât. Mais maintenant, quelques fermes ont repris l’élevage du cheval de selle. Les produits de La Hague restent appréciés pour leur robustesse.

67Les moutons constituent le deuxième élevage traditionnel de La Hague. Pendant l’hiver, les « roussins », petits animaux à laine courte et frisée, espèce particulière de La Hague, errent dans les landes. Parce qu’ils sont difficiles à garder (et à retrouver...), parce que les exploitants n’ont plus le temps de s’en occuper, ils tendent à disparaître, sauf sur les landes communales de Biville. Dans les herbages, les troupes de « moutons du Cotentin », d’une taille plus grande, suivent les vaches laitières dont ils complètent les dépouilles. Les moutons occupent ainsi une place assez importante dans l’économie de La Hague. D’après le rescensement agricole de 1955, la Hague comptait presque autant d’ovins que de vaches laitières (6 080 pour 6 461) alors que la proportion moyenne pour l’ensemble du département était de 1 mouton pour 5 laitières. Selon la tradition, une ferme doit avoir autant de brebis que de vaches laitières. En fait, l’élevage du mouton recule. En dépit de prix élevés à la consommation, sa rentabilité est mal assurée. Les éleveurs s’efforcent de produire des agneaux de trois mois pour Pâques et pour la période des communions afin d’obtenir les meilleurs prix alors que la consommation enregistre une petite pointe saisonnière. Mais, ici comme ailleurs, l’élevage des vaches laitières retient de plus en plus toute l’attention des exploitants.

68Au xixe siècle, la petite « vache du pays » rappelait la Jersiaise par sa petite taille, sa rusticité et ses qualités laitières. Elle s’effaça peu à peu devant le succès de la grande Cotentine. Mais La Hague a conservé des souches rustiques qui restent appréciées. A partir de la seconde moitié du xixe siècle, La Hague s’aligna sur l’évolution d’ensemble de la péninsule du Cotentin avec cependant une faiblesse relative dans les rendements qu’expliquait la médiocrité du milieu. Le pays devint herbager et laitier. Une coopérative beurrière s’établit à Gréville où elle fonctionne toujours. Depuis quelques années, la motorisation des exploitations et l’extension des cultures fourragères permettent une intensification de cet élevage. Une ferme de 20 ha élève en moyenne 12 à 15 vaches et 7 ou 8 élèves bovins sur 15 ha de prairies permanentes et 5 ha de cultures fourragères.

  • 22 Cette brève étude de la Hague doit beaucoup aux enquêtes réalisées dans cette région par P. Brunet (...)

69Dans l’âpre paysage des landes et des murets de pierres, et sous la cheminée d’une usine atomique, La Hague projette l’image d’un bocage archaïque en cours de rénovation22.

3e) Le Bocage de Villers, d’Aunay et de Thury-Harcourt

  • 23 Birot, 266, 1930.

70Au nord du synclinal bocain, dans le département du Calvados une région de collines schisteuses, « mer de croupes » selon P. Birot23 assure une transition complexe entre le centre du Bocage d’une part, le Bessin et la plaine de Caen d’autre part. A peu près totalement herbagère, la moitié occidentale de ce secteur se rattache aisément au Bessin dans sa partie nord (région de Littry) et au Bocage de Saint-Lô dans sa partie sud (région de Caumont et de Balleroy). Mais autour de Villers-Bocage, d’Aunay-sur-Odon et de Thury-Harcourt, se mélangent toutes les influences. Grands domaines herbagers, grosses fermes de cultures et petites exploitations du Bocage s’y côtoient. Pour les cultivateurs de la Plaine de Caen, cet ensemble fait bien partie du Bocage. Mais les petits paysans de Vassy ou de Vire ne reconnaissent pas dans ce bocage « ouvert » leurs horizons familiers, et ils ne retrouvent pas leurs propres problèmes dans cette agriculture que dominent souvent de grandes exploitations.

  • 24 Centre de Gestion et d’Economie Rurale du Calvados, 278, 1965, réalisée en liaison avec une import (...)

71Par son milieu et par sa tradition, la région de Villers, Aunay et Thury fait partie du Bocage. Aussi bien, les régions officielles l’englobent-elles dans cet ensemble (elle est intégrée au bocage virois). Et une remarquable étude réalisée dans ce secteur à St-Georges-d’Aunay24 peut servir d’exemple, pour la « connaissance d’une commune du Bocage ». Il en sera fait état dans le chapitre suivant. Mais liée au Bocage par son sol et par le fonds de ses exploitations, la région se trouve aussi à un carrefour d’influences, toute proche du Bessin (Bayeux n’est qu’à 23 km de Villers-Bocage) et en relations très aisées avec Caen et sa Plaine. Aucun obstacle de relief notable, en effet, sur ce contact en glacis, ne sépare le massif armoricain et sa bordure sédimentaire. Aussi, pour beaucoup, le Bocage ne commence-t-il vraiment qu’après Jurques, Aunay ou le Monr-Pinçon, lorsque cesse l’influence directe de Caen, au-delà des hauteurs du synclinal bocain.

72Cette petite région pourrait servir de musée agricole. Son évolution enregistre fidèlement tous les grands courants de l’histoire agraire en Basse-Normandie. Pays du seigle et des blés noirs jusqu’au xviiie siècle, elle adopte l’agriculture intensive qui se développe dans la Plaine de Caen au début du xixe siècle, suivant même les vogues les plus folles, comme celle du colza. Mais, très vite, l’herbage s’impose, à l’imitation du Bessin voisin et devient conquérant jusqu’aux années 1955-60 qui enregistrent un retour des labours et des cultures céréalières ou fourragères. Dans tous ces cycles, les petits exploitants prennent toujours une phase de retard sur les plus grands. En 1965, le petit éleveur herbager de St-Georges-d’Aunay contemple sans pouvoir encore réagir, la révolution culturale qui se développe dans les grandes fermes, ses voisines.

Figure 40. – Les régions légumières de la Manche

4e) Les régions légumières du littoral de la Manche

  • 25 Plusieurs études assurent une bonne connaissance de ces régions : Elhaï, 205, 1957 – Roupsard, D.E (...)

73Elles ne font pas partie du Bocage. La tradition, les mentalités, le système de production des Créançais ou des Barfleurais s’opposent depuis longtemps à ceux des Bocains de l’intérieur. Ici une économie où l’élevage tient une place prépondérante, un paysage de haies et d’herbages, des systèmes modérément intensifs aboutissant à des produits bruts généralement compris entre 1 000 et 2 000 F par ha, des revenus assez réguliers mais faibles, le souci d’éviter les dépenses... Là, un paysage de champs ouverts souvent divisés en parcelles laniérées, des produits bruts très élevés mais irréguliers (variant de 10 000 à 50 000 F par ha) fondés essentiellement sur la production de légumes, un marché sans sécurité, le goût de dépenser...25.

74Les secteurs légumiers ne s’étendent pas sur tout le littoral mais se limitent à des zones d’inégale importance : Bas Val de Saire (Barfleur) ; région cherbourgeoise (Tourlaville) ; groupes de la côte occidentale (Surtainville, Créances, Lingreville).

75Traditionnellement, le système légumier n’excluait pas totalement l’élevage. P. Brunet note qu’il prend encore la forme à Surtainville « d’une association des cultures maraîchères et des prairies temporaires, un ley-farming ou un Feldgrasswirtschaft maraîcher ». L’élevage à l’étable se révélait en effet précieux par la fourniture de fumier qui, avec la tangue, assurait la fertilisation. L’association des cultures légumières et d’un élevage limité à quelques vaches laitières par exploitation prédominait donc partout jusqu’aux grandes transformations des années 1950. Une conjoncture très favorable pendant plusieurs années sur certains produits et notamment sur la carotte jointe à l’emploi généralisé des engrais chimiques rend de plus en plus désuète, inutile et asservissante la permanence de petits élevages. Ceux-ci disparaissent à mesure que la totalité des terres se trouvent consacrées aux cultures légumières. Mieux même, par les séductions qu’il exerce sur les exploitations d’élevages voisines (résultats financiers, conditions de travail), le système légumier s’étend vers l’intérieur aux dépens du Bocage. En arrière de Réville et de Barfleur, le front conquérant de la carotte progresse sur toute la plate-forme du Bas Val de Saire, élevant les fermages par la surenchère foncière, transformant les exploitations, éliminant les vacheries, rasant les haies et les talus. Localement, le système légumier chasse l’élevage.

II. – LES BOCAGES HERBAGERS L’EXEMPLE DU COUTANÇAIS

  • 26 Carte D 4 de l’Atlas de Normandie, Prairies permanentes et labours.

76Sur une carte des prairies permanentes en Normandie, la totalité du Coutançais et de la péninsule du Cotentin ainsi que la plus grande partie du bassin de la Vire font corps avec la région d’Isigny : l’herbage y domine aussi totalement, couvrant toujours plus de 80 % des surfaces utiles et très souvent plus de 90 %. Le Nord-Ouest du Bocage Normand se présente ainsi comme une des régions les plus herbagères de toute la Normandie, sur une étendue à peu près comparable à celle du Pays d’Auge. Dans le Bocage, une telle prédominance de l’herbage ne se retrouve que dans les pays de Briouze et d’Athis. Mais il s’agit dans ce dernier cas d’une région beaucoup plus petite qui correspond à deux ou trois cantons. Elle fera l’objet d’une étude succincte. Le Bocage herbager par excellence, c’est le Bocage du Nord-Ouest, c’est-à-dire le Coutançais, le Saint-Lois et le Cotentin occidental26.

77Au sud, ce vaste ensemble s’oppose nettement à l’Avranchin et au Mortanais où la prairie permanente occupe rarement plus de 60 % de la surface agricole, la limite entre les deux zones étant constituée par le long massif granitique de Vire-Carolles. Au sud-est, la transition avec le bocage intérieur de la région de Vire-Vassy ou avec le pays de Villers manque de netteté. Dans cette direction, en effet, les lignes principales du relief (est-ouest) sont perpendiculaires au front herbager dont l’influence s’estompe vers l’est. Au nord du synclinal bocain, le Bocage de Saint-Lô fait nettement partie des régions à dominance herbagère. Mais au sud, le bassin de Vire s’intègre au cœur du Bocage, et au nord-est, les pays de Villers et d’Aunay ont, sous l’influence de la Campagne de Caen, toute proche, entre 20 et 60 % de leurs surfaces en labours. La limite des régions totalement herbagères ne dépasse donc la frontière du département de la Manche que sur une mince frange de quelques communes qui s’élargit cependant avec netteté vers le nord, en direction du Bessin.

78Le Bocage du Nord-Ouest se trouve, en effet, au contact direct du grand pôle herbager qui gravite autour d’Iisgny et dont les plus vieux terroirs sont le Cotentin et le Bessin. Comme des couches sédimentaires toutes proches d’un batholite, les régions de Briquebec et de la Haye-du-Puits, le Coutançais, le Bocage de Saint-Lô ont été métamorphisés par le foyer herbager. Transformés, uniformisés, ayant tous adopté une technique d’élevage simplifiée, ils n’en conservent pas moins les traces de leurs anciennes structures qui marquent encore profondément l’économie contemporaine.

A) DANS LE BOCAGE DU NORD-OUEST, UNE CONVERSION AU SYSTEME HERBAGER TARDIVE MAIS TOTALE

79En 1842, à un congrès de l’Association Normande tenu à Cherbourg, le docteur Collin exprime dans un discours lyrique les transformations qui bouleversent alors l’économie agricole des terres pauvres du Cotentin : ... « des coteaux escarpés s’aplanissent, des marais se dessèchent, des bois sont défrichés ; et là où, quelques années plus tôt, le jonc croîssait près de l’absinthe marine sur un sol humide et vaseux, l’œil se complaît à contempler de superbes tapis de verdure, animés par un grand nombre de bestiaux qui y trouvent une nourriture aussi saine qu’abondante. La charrue sillonne des landes jusqu’alors incultes ; des épis dorés remplacent le jonc marin et la bruyère ; les coteaux rocailleux, qui produisaient avec peine des ronces et des fougères sont ensemencés ; l’industrie les a changés en fertiles guérets : tout s’anime ; la fertilité naît du travail et de l’activité du laboureur ».

80Texte emphatique, sans doute, autant qu’imprécis. Il n’en traduit pas moins, avec une grande force dans l’image, l’évolution que subit alors l’agriculture de la région de Bricquebec ou du Coutançais. En ce milieu du xixe siècle, le système bocain réalise ici avec plus d’intensité encore qu’au centre du Bocage la première révolution fourragère, alors que déjà apparaissent les premières écumes de la vague herbagère qui, bientôt, submergera toute l’économie.

  • 27 La destruction des Archives Départementales de la Manche en 1944 n’a pas paralysé la recherche, le (...)

81En dehors des sources classiques, telles que les états de section des matrices cadastrales, quelques solides jalons permettent de reconstituer l’histoire agraire récente de la partie nord-ouest du Bocage Normand27. Trois phases principales peuvent être ainsi dégagées.

1e) Au milieu du xixe siècle : un Bocage amélioré par les engrais marins

82Jusqu’à l’aube du xixe siècle, l’agriculture du Coutançais et des régions voisines ne se différencie guère de celle de l’intérieur du Bocage. Mêmes étendues vagues de terrains incultes, propriétés des communes, landes ou marais. Mêmes assolements où se retrouvent, compte tenu de quelques variantes régionales, le sarrasin, le seigle, l’orge et l’avoine alternant avec la jachère. Même société de petits propriétaires besogneux vivant en économie de subsistance grâce aux céréales et aux produits de maigres élevages, les bêtes nourries, plutôt mal que bien, sur les terres vagues des marais, des landes et des jachères. Toutes les enquêtes du début du siècle ou même des années 1830-40 concordent pour dresser un tableau qui rattache alors le Coutançais et le Nord-Ouest du Cotentin au centre du Bocage beaucoup plus qu’aux pôles herbagers voisins.

  • 28 Statistique du Canton de la Haye-du-Puits, A.N. 1845.
    Terres labourables claires, 8.224 arpents, 51 (...)

83Deux éléments d’originalité, encore très limités, préfigurent cependant déjà les orientations futures. D’une part les landes et surtout les marais occupent dans ces régions des étendues beaucoup plus importantes que dans le Mortanais, le Domfrontais ou le Bocage Virois. Ce phénomène est particulièrement marqué dans le canton de la Haye-du-Puits comme en témoigne une statistique de 1845, mais il se retrouve également dans le Coutançais ou dans le Bocage de Bricquebec28. Disposant de vastes espaces, l’élevage représente déjà une ressource appréciable qui dépasse souvent les besoins de l’autoconsommation. D’autre part, toute la zone littorale constitue un milieu très particulier que conditionnent un climat nettement plus doux et moins humide, l’existence des larges étendues de terres vagues sur les dunes et dans les marais sublittoraux et surtout l’emploi systématique par les agriculteurs des engrais marins, tangue et varech. Dès le début du xixe siècle, et peut-être même dès le xviiie siècle, les petites exploitations des régions littorales (Bas Val de Saire, littoral cherbourgeois et surtout communes proches des estuaires entre Granville et Carteret) se livrent à une agriculture intensive, sans jachère, faisant alterner froment, orge, légumes, luzerne, lin (sur des terres abondamment fumées).

  • 29 Cette opposition ancienne des systèmes agricoles explique probablement l’existence d’un openfield (...)
  • 30 Sur la question de la tangue, voir notamment Lenoir-Pépin, 301, 1944.

84Pendant longtemps, deux facteurs réservèrent à une étroite zone littorale le bénéfice des engrais marins29 : le mauvais état des chemins qui ne permettait que le transport à dos de cheval ou de mulet ; une législation aussi tracassière que compliquée qui, pratiquement, limitait l’usage de la tangue et surtout du varech aux riverains30. Dans ces conditions, un vigoureux contraste opposait les riches paroisses du littoral, produisant froment et bétail nourri sur les luzernes et sur les marais, aux villages de l’intérieur, terres des jachères et du sarrasin.

85Mais dans la première moitié du xixe siècle, les chemins s’améliorent et les tanguières sont ouvertes à tous. Assez proches, les régions de Briquebec et surtout de la Haye-du-Puits et de Coutances peuvent en profiter. La première révolution fourragère se trouve donc vivifiée par les apports d’engrais marins qui pénètrent dans les communes de l’intérieur. Toute la partie septentrionale et centrale du département de la Manche devient pays de la tangue. Un va-et-vient continu, aux périodes de grande marée, anime les chemins « tangours » et « sablonnours ». Mme Lenoir-Pépin en a analysé les principales modalités. Les textes du xixe siècle abondent sur ce sujet. Le varech sert à fumer les luzernières et les prairies. Il s’emploie aussi dans les labours avant les semis d’orge. La tangue, associée au fumier, mélangée à la boue des cours ou des chemins, au sable ou au varech, forme de riches « composts » ou « tombes » qui tout en diminuant l’acidité des terres en améliorent la structure physique, ameublissant notamment les formations les plus lourdes. Plus encore que dans le centre du Bocage, les apports d’engrais marins permettent dans le Cotentin et le Coutançais le développement d’un système agricole intensif qui peut associer céréales riches (froment, orge, avoine) et cultures fourragères (luzerne et trémaine), agriculture et élevage bovin. Partout les landes reculent. C’est à cette époque qu’elles sont réduites à la place qu’elles occupent encore aujourd’hui.

  • 31 A.N., 1866. Exploitation située à Auville, arrondissement de Coutances.

86Le domaine de l’Hôtel-du-Moulin, à Auville dans le Coutançais, exploitation primée par l’Association Normande en 1866, donne une bonne idée de ce qu’était une excellente ferme de l’époque. Située sur les schistes, elle dispose de sols d’une médiocre qualité, lourds et peu épais (30 à 40 cm de profondeur). Mais Mme Lenau-Lefèvre qui exploite le domaine depuis 1836 n’a cessé de l’améliorer, drainant les prés, empierrant 1 500 m. de chemins afin de faciliter les transports d’engrais. Sur 38 ha, 25 sont en labour, 4 en bois et jardin, 9 en prairies permanentes. Froment, orge (ou légumes), trèfle (ou fourrages verts) et blé noir composent un assolement quadriennal très productif dont les rendements en froment peuvent atteindre 40 qx par ha. Le cheptel est imposant : une quinzaine de chevaux, la propriétaire faisant le commerce des poulains ; 5 ou 6 vaches cotentines suivies d’une quinzaine d’élèves ; trente moutons Dishley et 4 ou 5 porcs31.

  • 32 Lesdos, A.N., 1861.

87Tous les exploitants du Coutançais n’obtiennent pas des résultats aussi remarquables. Mais un peuple de petits agriculteurs courageux « qui ne craignent pas de se mettre à l’eau jusqu’aux épaules afin de saisir, à l’aide de leurs grands râteaux, les varechs dont ils ont besoin pour les orges et les fourrages »32, n’en transforment pas moins, à force de travail, leurs terres acides et compactes en bons terroirs, et réalisent, dans un milieu particulièrement ingrat, l’association des cultures et de l’élevage sur un mode intensif.

2e) De 1880 à 1920 : la révolution herbagère

88Que reste-t-il du grand mouvement « tangour » du xixe siècle ? Des traces profondes dans le paysage, puisque les landes ont été partout éliminées (sauf à Lessay et sur le plateau de La Hague), laissant la place à un Bocage serré. Des noyaux de cultures intensives dans les communes légumières du littoral qui ont abandonné la luzerne, les choux et les melons du xixe siècle pour les carottes, les poireaux ou les choux-fleurs. Quelques survivances encore sur les grèves de Créances où l’on peut toujours voir le va-et-vient des charrettes alourdies par le varech. Mais l’essentiel a totalement disparu. De nouveau, l’emploi de l’engrais marin se limite au littoral, qui en perd peu à peu la tradition. Et partout, sauf dans une dizaine de communes légumières du bas Val de Saire (de Réville à Barfleur), de la côte cherbourgeoise et du littoral coutançais (Créances, Regnéville, Lingreville etc...), l’agriculture intensive du milieu du xixe siècle s’est effacée complètement au profit de l’élevage herbager.

89Le mouvement s’est esquissé parallèlement à la première révolution agricole. Dès le milieu du xixe siècle, en effet, de nombreux textes vantent les mérites de la prairie naturelle et citent son extension parmi les progrès agricoles en cours.

  • 33 A.N., 1837.

90En 1837, Clément, ancien maire de Saint-Lô note une évolution à l’intérieur de l’arrondissement : « Ne pouvant tirer parti de leurs cidres ou de leurs grains, beaucoup de cultivateurs se sont tournés vers le commerce des bestiaux... »33.

  • 34 A.N., 1861.

91En 1861, Lesdos, à Cherbourg : « Depuis que la main-d’œuvre a augmenté de prix, beaucoup de terres arables ont été converties en prairies »34.

  • 35 D’après Vézin, 165, 1930.

92En 1866, le sous-préfet de Coutances remarque que les céréales constituent toujours la production essentielle de son arrondissement, mais signale la création d’herbages au profit de l’élevage bovin35.

  • 36 A.N., 1881.

93En 1881, au cours d’un congrès à Valognes, « M. Sébire répond que depuis longtemps déjà la tendance générale des propriétaires est de transformer les terres arables en prairies naturelles qui donnent des bénéfices beaucoup plus rémunérateurs ... »36.

  • 37 D’après Vézin, 165, 1930.

94En 1885, enfin, dans son tableau des « populations agricoles de la France », Baudrillard, au sujet du département de la Manche, préconise l’extension des herbages mais en remarquant « qu’il y a beaucoup à faire dans ce domaine...37.

  • 38 Maguer, D.E.S., 1962.
  • 39 D’après Vézin, 165, 1930.

95Les enquêtes agricoles ou cadastrales montrent avec netteté que sous le Second Empire, la révolution herbagère ne s’est pas encore vraiment développée dans le Coutançais. Dans la région de Périers, les communes de Sainteny et de Gorges ne comptent en 1864 que 14 % d’herbages permanents et 27 % de jannières contre 57 % de terres labourables38. Encore s’agit-il là de communes du Seuil du Cotentin parmi les plus proches du foyer herbager de Carentan. A Doville, dans la région de la Haye-du-Puits, les herbages n’occupent qu’une part infîme du terroir communal (moins de 10 %) lors de l’enquête cadastrale de 1859. En 1852, les prairies naturelles représentent seulement 12 % des surfaces agricoles du canton de Saint-Lô39. Sur la courbe d’évolution des types d’utilisation du sol dans l’ensemble du département de la Manche, le début de la progression décisive des herbages se place à partir de 1880. Le mouvement semble s’esquisser entre 1835 et 1880, n’intéressant alors que les régions les plus proches du Bessin et du Cotentin oriental, le Bocage de Valognes, le Seuil du Cotentin, par exemple. L’extension des herbages se développe ensuite avec le maximum d’ampleur, des dernières décades du xixe siècle jusqu’aux années 1930. C’est alors que l’ensemble du Coutançais est entraîné et que, sous le poids de cette importante région, se redresse la courbe de l’évolution des surfaces en herbe dans l’ensemble du département de la Manche.

96A la veille de la Seconde Guerre mondiale, il n’y a plus d’évolution possible, si ce n’est en sens contraire. Car l’herbage permanent a alors atteint un taux d’utilisation du sol voisin des proportions contemporaines. Toute la partie septentrionale du département de la Manche s’est spécialisée dans l’élevage et a adopté la prairie permanente et « naturelle » comme mode unique d’utilisation des terroirs. La guerre de 1914 qui a privé les petites exploitations de leurs travailleurs masculins a consacré le triomphe de ce système.

97Parallèlement à l’extension des surfaces en herbe, s’est produite une lente mais sûre dégradation des techniques d’entretien de la prairie. Au milieu du xixe siècle, en effet, les enquêtes de l’Association Normande indiquent que l’herbage et le pré étaient alors entretenus et engraissés avec la même ardeur que les labours. La tangue et le terreau, mélangés en « composts » ou en « tombes » étaient répandus sur les herbages tous les quatre ou cinq ans ; les prés recevaient une fumure annuelle. Les paysans considéraient la création d’un nouvel herbage comme une réalisation méritant beaucoup de soins ; des semis de ray-grass, associé à quelques autres plantes, suivaient plusieurs labours. L’opération ne se différienciait guère de la culture d’une prairie temporaire. La tradition n’en est d’ailleurs pas totalement ignorée, en 1963, dans la région de la Haye-du-Puits. Mais, peu à peu, toutes ces pratiques intensives ont été abandonnées comme dans le Bessin et dans le Cotentin, et notamment l’utilisation des engrais marins. La révolution herbagère du Coutançais et du Nord-Ouest du Cotentin ne représente donc pas seulement un changement radical de l’utilisation du sol. Elle se traduit aussi par une modification complète du travail rural. Le paysan bocain, laborieux et opiniâtre, est devenu un petit herbager.

3°) Les causes d’un choix décisif

98En moins de cinquante ans, le Coutançais, le Bocage de Saint-Lô et le Nord-Ouest du Cotentin ont complètement changé d’orientation agricole, adoptant le système herbager. Ce choix de la fin du xixe siècle pèse encore très lourdement sur l’économie contemporaine. Comment l’expliquer ?

99On n’étudiera pas ici les causes conjoncturelles qui relèvent d’une autre analyse. Elles jouent cependant un rôle décisif. Les prix des produits de l’élevage, dans la seconde moitié du xixe siècle, augmentent beaucoup plus vite que ceux des céréales secouées par de rudes crises. La tentation de la spécialisation devient donc de plus en plus grande. Mais cet argument vaut aussi bien pour le Mortanais, le Pays Virois, l’Avranchin que pour le Coutançais ou la région de Bricquebec. Or, seules de tout le Bocage, les régions de Bricquebec, Coutances et Saint-Lô ont adopté totalement le système herbager. C’est cette particularité régionale qu’il convient d’examiner ici.

100L’extrème vulnérabilité de l’ancienne économie constitue un premier élément d’explication. Car, même après l’intensification apportée par l’engrais marin, deux graves insuffisances marquaient profondétment le vieux système : des rendements céréaliers médiocres, une très faible productivité du travail. Les rendements moyens en froment oscillaient entre 12 et 20 hl. par ha. Les labours, les moissons qui se faisaient à la faucille jusqu’au milieu du xixe siècle, les charrois de tangue et de varech exigeaient une débauche de travail. Dans les petites exploitations, les plus nombreuses, un travail harassant n’avait comme résultat que la misère.

101Cette situation ne se distinguait guère de celle du Mortanais, du Domfrontais ou du Pay virois. Mais sur deux points importants, elle s’en écartait. L’artisanat rural était beaucoup moins développé dans le Coutançais que dans le centre du Bocage. Les paysans ne devaient compter, dans la plupart des communes, que sur les revenus agricoles. Quelques liquidités étaient procurées par les ventes de jeunes bovins et aussi par un petit commerce sur les grains. Car, à la différence du Mortanais toujours déficitaire, le Nord du département de la Manche réalisait au début du xixe siècle des exportations de céréales assez importantes : 74 000 qx en 1835, d’après Vézin. Dans l’ensemble, l’économie des exploitations était moins autarcique dans le Nord-Ouest que dans le centre du Bocage. Aussi faibles que fussent les excédents de grains commercialisés, ils n’en rendirent pas moins les crises céréalières de la fin du xixe siècle plus sensibles, alors que dans le cadre d’une économie de subsistance presque complète, le Mortanais ne les ressentait pas. A partir de la fin du xixe siècle, les petits exploitants du Coutançais furent donc tentés par une conversion totale de leur économie à l’élevage. A la même époque, en pleine crise de l’artisanat rural, les régions isolées du centre du Bocage ne cherchaient dans le développement de l’élevage qu’un complément de ressources.

  • 40 D’après Fouque, 100, 1958.

102L’évolution démographique accrut encore la vulnérabilité de la vieille économie du Coutançais. Car, plus que dans le centre du Bocage privé des engrais marins, le système intensif du Nord-Ouest nécessitait une main-d’œuvre rurale abondante. Or, dans le Nord du département de la Manche la dépopulation, tout en étant aussi marquée et parfois même davantage, se produisit généralement plus tôt que dans le Mortanais ou le Pays Virois. La date du maximum de population se situe, en effet, en 1836 ou après cette date dans 4 des 6 cantons de l’arrondissement de Vire, dans 5 cantons (sur 8) de l’arrondissment de Mortain et dans tous les cantons (sauf 1) de l’arrondissement de Domfront. Au contraire, et avec une parfaite homogénéité, c’est en 1826 qu’est atteint le sommet de la courbe démographique dans tous les cantons des arrondissements de Coutances et de Saint-Lô. Ici, la dépopulation précéda d’au moins 10 ans celle du centre du Bocage40. L’intensification de la première révolution agricole se développa, par conséquent, dant le Coutançais et dans le Saint-Lois en pleine période de déflation démographique alors qu’elle requérait une main-d’œuvre abondante. Mouvement démographique (surtout marqué par la dénatalité) et évolution économique étaient alors antagonistes. L’adoption du système herbager, à partir de 1880, leva la contradiction.

103Les aptitudes naturelles du Bocage du Nord-Ouest facilitèrent l’extension du mouvement. Car, par leurs sols et plus encore par leur climat, les terroirs du Coutançais sont intermédiaires entre ceux du centre du Bocage et ceux du Bessin.

Figure 41. – Quelques données sur le climat du Coutançais et du Saint-Lois

104Certes, les substrats du Nord-Ouest du Bocage ne diffèrent pas sensiblement de ceux du Mortanais ou du Domfrontais. Cependant, les massifs granitiques ne sont pratiquement pas représentés dans cette partie du Bocage (à l’exception du petit massif de Flamanville) et les barres gréseuses ne jouent un rôle important qu’au sud-est de la Hague. En outre, quelques substrats particuliers comme les argiles triasiques et pliocènes du Seuil du Cotentin et la diorite de Coutances portent des sols franchement compacts. A ces quelques exceptions près, les schistes, briovériens ou primaires, en alternance avec de minces bancs de grés ou de conglomérats, forment l’essentiel des roches-mères. Rien ne les différencierait des formations correspondantes du centre du Bocage si, pendant tout le xixe siècle, les apports massifs de tangue n’en avaient profondément neutralisé l’acidité pour en faire de bons terroirs herbagers, au moins pendant quelques décennies. Les herbages du Coutançais ont bénéficié longtemps des efforts qui avaient été consentis par le système céréalier.

105Mais le climat surtout se rapproche beaucoup plus de celui de Cherbourg ou de Sainte-Marie-du-Mont que de celui de Fiers ou de Domfront. Car les collines schisteuses ne s’élèvent jamais au-dessus de 200 m., la plus grande partie de la région n’atteint pas 50 m. d’altitude, et la mer se trouve toujours toute proche. L’hiver de Saint-Lô (seule station fournissant des chiffres de températures) est beaucoup moins rude que celui de Fiers. En décembre et en janvier, les températures moyennes sont supérieures d’un degré à celles de Fiers et l’écart est encore d’environ 0,5° en octobre, novembre, mars, avril et mai. Comme dans le Bessin, les bovins peuvent rester à l’herbage pendant la mauvaise saison. Et la pluviosité ne se signale par aucune faiblesse particulière, bien au contraire... Dans la période 1945-1958, Saint-Lô compte 9 mois secs et 5 très secs, ce qui constitue un régime comparable à celui de Bayeux (12/3), mais plus favorable que celui de Domfront (12/5).

106Toutes ces conditions jouèrent un rôle cependant moins important que la proximité d’un grand pôle herbager : le Cotentin et le Bessin. Dès le xviiie siècle, et sans doute bien avant, le Bocage accessible, c’est-à-dire les proches régions de Saint-Lô, de Coutances, de la Haye-du-Puits et de Briquebec constituèrent l’arrière-pays pauvre, complémentaire des riches terroirs d’Isigny et de Sainte-Mère. Des relations s’étaient nouées. Les Bocains envoyaient à Isigny les œufs, les volailles et le miel de leurs petits élevages. Sur les marchés, les herbagers allaient acheter de jeunes bovins. Les gabarres transportaient du sel et de la tangue. Mais jusqu’au milieu du xixe siècle, l’extension limitée du marché d’Isigny ne justifiait pas l’élargissement de son aire d’influence directe. Surtout, le mauvais état des chemins, l’existence des marais, dressaient une cloison entre les bons pays, facilement accessibles, et les collines boueuses et rocailleuses du Bocage. Tous ces verrous sautèrent en quelques décades avec le passage des chemins de fer, l’ouverture de bonnes routes et le développement des marchés parisien et anglais. A la fin du xixe siècle, un réseau ferré quadrilla autour d’Isigny, et après bien des palabres, une nouvelle zone commerciale : Bayeux-Carentan-Cherbourg (avec liaison sur Isigny) ; Carentan-la-Haye-du-Puits ; Cherbourg-Briquebec-la-Haye-du-Puits - Coutances ; Coutances-Saint-Lô ; Saint-Lô-Lison-Isigny. Les marchands cessèrent d’opposer les beurres du Bocage aux produits fins du Bessin. La qualité « d’Isigny » s’étendit géographiquement. Dès lors tandis que le paysan du Mortanais restait sur son repli, l’homme du Coutançais, sollicité par des prix rémunérateurs, n’avait plus qu’à imiter les herbagers, ses proches voisins dont il enviait depuis longtemps la richesse.

B) L’ÉCONOMIE D’ÉLEVAGE SIMPLIFIÉE DU BOCAGE DU NORD-OUEST

107Le paysan du Bocage du Nord-Ouest hérite d’une double tradition. Celle du Bocage, d’abord, car l’extension des herbages s’est produite depuis trop peu de temps pour effacer totalement les souvenirs. Celle des grandes régions herbagères, ensuite, dont le Coutançais, le Bocage de St-Lô, les régions de la-Haye-du-Puits, St-Sauveur, Briquebec s’inspirent depuis environ 80 années. La génération qui a connu l’ère des labours n’a pas totalement disparu, et on apprécie encore, comme au centre du Bocage, les galettes, la soupe au lard et aux choux. Mais les cultures ne sont plus pratiquées maintenant, et une spécialisation très poussée dans l’élevage herbager a fait disparaître les bases de l’autoconsommation, c’est-à-dire un des fondements de l’économie bocaine.

108Dès lors, la tradition bocaine ne représente-t-elle plus qu’un souvenir ? Le Coutançais et les régions voisines n’étaient-elles pas trop proches du pôle de rayonnement, et le métamorphisme herbager n’a-t-il pas totalement digéré l’ancienne économie bocaine ? Ou, si l’on préfère, ce chapitre ne se trouve-t-il pas placé par erreur dans l’étude consacrée au Bocage, au nom d’une évolution historique totalement dépassée, alors que tout, maintenant, rattache le Coutançais aux grandes régions herbagères ?

109En fait, la tradition bocaine est très tenace. Car si, par ses produits, l’économie du Coutançais se rattache aux régions herbagères, par ses structures profondes et par les difficultés qui l’assaillent, elle appartient bien au Bocage.

1°) Des structures bocaines à peine modifiées

  • 41 Carte de l’Atlas de Normandie, D 2, Structure des exploitations agricoles.

110Un peu moins nettement que dans le centre du Bocage, les petites exploitations l’emportent généralement de Saint-Lô à Briquebec. Sur une carte de la structure des exploitations agricoles41, les teintes rouges dominent dans le Coutançais et dans le Bocage de Saint-Lô, révélatrices d’une structure morcelée. Cependant, elles n’occupent pas toujours complètement les surfaces communales, ce qui signifie que, les petites exploitations ne couvrent pas partout plus de 60 % des terroirs, comme c’est le cas dans le Mortanais ou dans le Domfrontais. La remarque s’applique avec plus de netteté encore à la région de la Haye-du-Puits et de Bricquebec où les petites exploitations et les moyennes s’équilibrent. Enfin, au nord-ouest de la péninsule du Cotentin, dans le triangle Les Pieux-Cherbourg-La-Hague, les exploitations moyennes prédominent, couvrant plus de 50 et même plus de 60 % des surfaces communales. En excluant les communes littorales dont l’orientation légumière échappe à cette étude, le rôle des petites exploitations, de type bocain, semble s’estomper du sud vers le nord, depuis le Mortanais où elles prédominent jusqu’à La Hague où elles s’effacent.

111Dans le Bocage du Nord-Ouest, les exploitations moyennes ne l’emportent par les surfaces que de façon exceptionnelle. Entre Briquebec et la Haye-du-Puits, elles s’équilibrent avec les petites exploitations. Plus au sud, celles-ci dominent nettement. Partout, les petites entreprises sont de très loin les plus nombreuses. A Doville, dans la région des buttes de la Haye-du-Puits, sur 50 exploitations agricoles, 16 qui ont moins de 5 ha couvrent au total 42 ha et 17 de 5 à 10 ha occupent 130 ha. Dans cette commune, les exploitations de moins de 10 ha l’emportent donc nettement par le nombre (66 %) et font valoir une partie non négligeable de la surface totale (28 %). Neuf exploitations de 10 à 20 ha occupent encore 116 ha et une minorité de « grands » exploitants de plus de 20 ha disposent de la plus vaste surface, 297 ha, soit 50 % du terroir.

112Le cas de Doville résume très bien la répartition des exploitations dans le Bocage du Nord-Ouest. Une majorité de petites unités y subsistent, en effet, Mais un nombre assez important de fermes moyennes se dégagent avec plus de netteté que dans le Mortanais ou dans le Domfrontais. Proviennent-elles de structures anciennes plus concentrées ? C’est parfois le cas, notamment autour des Marais du Seuil du Cotentin où existent encore d’importants domaines nobles. Mais, plus souvent, la dépopulation, parallèle ou antérieure à la révolution herbagère, a favorisé la concentration de petites exploitations et permis la constitution d’unités moyennes. Tandis que les plus pauvres quittaient le pays et que ceux qui restaient réalisaient de bons bénéfices sur le beurre ou sur les élèves, portant tous ses efforts sur l’investissement foncier, une génération de rassembleurs de terres besogneux s’est formée.

  • 42 Le travail de l’osier était une des activités traditionnelles des communes de marais. Il se mainti (...)
  • 43 A Vaudrimesnil, 5 exploitations seulement entre 20 et 50 ha (sur 41) occupent 150 ha (sur 481).

113Le cas de M. L., à Vaudrimesnil près de Périers, fournit un bon exemple de concentration agraire à la mesure du Coutançais. Celle-ci s’est réalisée en deux générations, parallèlement à l’extension herbagère. Le grand-père L. était un ouvrier agricole, courageux mais sans ressources. Il avait commencé cependant à constituer une petite ferme de quelques vergées grâce aux occasions qui ne manquaient pas à l’époque (fin du xixe siècle), dans un marché foncier détendu par la dépopulation. Mais il eut surtout la bonne fortune d’épouser la fille d’un marchand d’osier, ce qui lui fournit quelques capitaux42. Il put ainsi multiplier les acquisitions et transmettre à son fils, à la veille de la dernière guerre, une exploitation de 28 ha qui passe pour grande dans la commune43.

  • 44 Sur cette question de l’habitat : Languille E., 296, 1951.

114La constitution des exploitations moyennes a souvent demandé de longues années de travail, et cependant, elles ne peuvent donner entièrement satisfaction à leurs propriétaires. Car, réalisées au hasard des ventes, jamais remembrées, elles héritent de leurs origines un morcellement excessif où peut se lire encore la division ancienne en très petites exploitations. Les herbages de L., par exemple, se dispersent dans toute la commune en 6 groupes principaux de parcelles, les plus éloignées se trouvant à 1,5 km du centre de l’exploitation. Et, ici plus qu’ailleurs, des bâtiments qui ne furent jamais conçus pour l’élevage ne servent qu’à l’élevage44.

115Aux grandes régions herbagères, le Coutançais et les pays voisins ont emprunté ce qu’elles avaient de plus négatif : des fermages très élevés. L’enquête des Jeunes Agriculteurs de la Manche donne sur ce sujet des indications précieuses que résume le tableau ci-dessous :

116Les Bocages de St-Lô se trouvent à un niveau équivalent à celui du Cotentin, très au-dessus des taux du Mortanais. Le prestige de l’herbage a donc joué ici comme dans le Pays d’Auge, le Bessin et le Cotentin, mais aussi la pénétration de capitaux extérieurs à la région, plus importante que dans le centre du Bocage, et, depuis 1920, un redressement démographique qui a tendu de nouveau le marché des fermes.

117Les structures du Coutançais, du Saint-Lois et du nord-ouest du Cotentin combinent actuellement tous les inconvénients. Comme dans le Bocage, un fonds d’exploitations trop petites, des fermes moyennes le plus souvent démembrées. Un régime foncier se partageant entre le faire-valoir direct (comme dans le Bocage) et le fermage (comme dans le Cotentin). Une classe dominante de propriétaires paysans, d’autant plus âpres au gain que leurs ressources sont limitées, un conflit de générations entre ceux qui tiennent, propriétaires exigeants au paysans âgés installés dans la routine, et ceux qui attendent, jeunes agriculteurs nombreux, souvent impatients d’appliquer de nouvelles techniques. Un marché des fermes tendu à l’extrême, un marché foncier paralysant par ses prix, l’un et l’autre grevant très lourdement l’économie des exploitations.

2°) Une infrastructure totalement herbagère

118Le Bocage du Nord-Ouest a adopté totalement le système herbager des grandes exploitations du Bessin et du Cotentin. Les mêmes techniques extensives d’entretien de la prairie s’exercent ici dans un milieu plus ingrat et dans des structures plus morcelées que dans les pays où le système est né et où il a évolué. Aussi n’est-il pas étonnant que de graves déséquilibres handicapent les élevages du Coutançais et des régions assimilées.

  • 45 Boitel, 63, 1886.

119Les herbages possèdent souvent une bonne valeur fourragère sur les collines schisteuses qui ont encore parfois conservé, grâce aux apports massifs de tangue de jadis, une composition équilibrée. Boitel, en 1886, donne la description d’une « bonne prairie près de Saint-Lô »45 : bien fournie en dactyle, en ray-grass et en trèfle blanc ou trèfle des prés, elle égale presque un herbage du Bessin ou du Cotentin. Il est vrai que Boitel décrit dans les pages qui suivent les techniques qui étaient alors employées pour engraisser les prairies (tombes et composts) et qui ont été complètement abandonnées maintenant. L’herbage du Bocage du Nord-Ouest souffre surtout de l’excès d’humidité pendant la mauvaise saison, sans toutefois éviter les sècheresses de l’été. Les terres basses du Seuil du Cotentin, de Saint-Lô à la Haye-du-Puits, forment au sud des Marais une zone originale, toute en îles et presqu’îles, ne s’élevant jamais à plus d’une trentaine de mètres dans des terres argileuses, lourdes et compactes, qui donnent une pousse de printemps précoce mais qui sont inaccessibles dès que redoublent les averses d’automne. Ainsi les terroirs qui vont du confluent de l’Elle et de la Vire (Airel) jusqu’aux buttes de la région de la Haye-du-Puits (St-Jores, Doville) en passant par les basses terres du Désert, de Pont-Hébert, de Rémilly et de Périers possèdent-ils des qualités herbagères comparables à celles du Bessin qui leur font face, mais doivent-ils compter avec le lourd handicap des engorgements d’hiver. Sur les collines schisteuses, au nord (Briquebec), ou au sud (Coutances), qualités et défauts se retrouvent, légèrement atténués, mais les sols résistent plus mal aux sécheresses d’été.

120La question de l’alimentation d’hiver est donc aussi importante ici que sur les plateaux du Pays d’Auge ou que dans le Centre du Bocage. La douceur des températures devrait permettre un élevage de plein air. Mais le mauvais état des herbages, par excès d’humidité, s’y oppose. Il semble d’ailleurs qu’en ce domaine l’entretien insuffisant des haies et des fossés, l’abandon des apports de tangue, qui allégeaient les sols, contribuent à dégrader encore une situation déjà précaire. Par excès d’humidité, les sols s’asphyxient, s’acidifient et perdent leurs qualités fourragères. Les « mauvais herbages » tendent à se multiplier. Or le petit agriculteur leur demande beaucoup. Plusieurs passages des bêtes, tout d’abord. Adoptée par tous, la clôture électrique permet une dépouille serrée des parcelles, souvent petites (entre 0,5 et 3 ha en moyenne). Les vaches laitières repassent jusqu’à 7 fois sur la même pièce. Pour faire face à des stabulations d’hiver de 4 à 5 mois, sans aucun secours provenant de cultures fourragères, l’exploitant du Coutançais doit en outre consacrer 40 à 50 % de ses surfaces au foin. Un tel système n’évite ni les inconvénients du surpâturage, ni ceux provenant de fauches répétées sur la même parcelle. Tout l’équilibre fourrager s’en ressent. De plus, l’autonomie totale de l’exploitation ne peut être assurée : l’herbager doit acheter des compléments pour les rations d’hiver, aliments composés (« bouchons ») et plus fréquemment, betteraves et paille. Une telle dépendance est beaucoup plus grave pour de petits exploitants que pour de grands herbagers.

  • 46 Magueur, D.E.S., 1962.

121La plupart des éleveurs du Coutançais ont conscience que de sérieuses améliorations doivent être apportées à leur système fourrager. Presque tous déjà ont adopté la clôture électrique et pratiquement le pâturage rationné. La majorité d’entre eux emploient des doses d’engrais assez importantes. Comment s’en étonner alors que l’utilisation de l’amendement marin est ici une tradition régionale dont tous conservent le souvenir ? A la différence de l’herbager du Cotentin, l’exploitant du Coutançais sait bien que sa terre ne rend qu’en fonction de ce qui lui est donné. D’après Maguer46, « une ferme de 30 ha utilise annuellement 5 tonnes d’engrais phosphopotassique, 1,5 tonne de scories et 1 t. de sylvinite. Sur les 30 ha de l’exploitation, 2 ha sont « engraissés » au fumier. Un cycle de 5 ans permet ainsi de semer les divers engrais sur toutes les parcelles. Il faut préciser que les pièces qui se trouvent immédiatement à proximité des bâtiments d’exploitation ne reçoivent pas de fumier mais du purin. En général le fumier est réservé aux pièces de fauche ». Selon l’enquête des Jeunes Agriculteurs, les exploitants du Coutançais et du Saint-Lois dépensent en moyenne annuellement 95 F. d’engrais par ha, chiffre qui correspond assez bien aux estimations de Maguer (entre 70 et 80 F.). Sommes modestes en valeur absolue, certes, mais qui prennent toute leur signification si on les compare à celles des grands herbagers du Cotentin (50 F. par ha en moyenne, d’après les Jeunes Agriculteurs).

122L’engrais améliore sensiblement la production de l’herbe. Mais permet-il de résoudre tous les problèmes ? Les plus dynamiques des agriculteurs abordent trois séries de transformations nouvelles. Leurs efforts se heurtent à des difficultés techniques mais aussi à celles, plus redoutables, qui proviennent des structures d’exploitations souvent trop petites et démembrées.

  1. Pour augmenter la production fourragère, la régénération par le labour des prairies les plus dégradées s’impose dans les exploitations de collines, mais non dans les zones basses, plus favorables à l’herbage permanent qu’aux cultures.
  2. Pour constituer des réserves de fourrages et résoudre le problème de l’alimentation des bêtes pendant l’hiver, l’ensilage constitue la solution la plus efficace. Ensilage d’herbe « naturelle » dans les bonnes régions comme le Seuil du Cotentin, ou ensilage provenant de prairies temporaires sur les sols moins riches des collines schisteuses. Dans les deux cas, il faut envisager une installation d’autant plus coûteuse qu’elle est réalisée dans des unités d’exploitations trop petites. Dans le second cas, s’ajoute la nécessité de revenir aux labours.
  3. Pour améliorer la productivité et les conditions de travail, l’installation de stabulations libres avec salle de traite doit accompagner le regroupement des pâturages autour des corps de ferme. La petitesse et le morcellement des exploitations rendent cette opération impossible dans la plupart des cas.

123Si tous les petits herbagers du Coutançais et des régions voisines ont pu intensifier leur production fourragère grâce aux engrais, quelques pionniers seulement abordent les difficultés techniques de l’ensilage ou des prairies temporaires. Mais ceux qui envisagent une rationalisation de l’élevage, avec toutes ses conséquences, font figure de dangereux révolutionnaires. Ceux-ci, devançant par leur dynamisme les grands exploitants du Cotentin, n’en parviennent pas moins déjà au stade des premières réalisations.

Figure 42. – Structure des produits bruts des exploitations adhérentes du Centre de Gestion : Cotentin, Bocage de Coutances et de Saint-Lô (1961-1962)

3°) Une spécialisation étroite, la production laitière

124Le Bocage du Nord-Ouest se présente comme une des régions les plus étroitement spécialisées de toute la Normandie. La production laitière y occupe en effet une place plus importante encore que dans le centre du Bocage ou que dans le Bessin et dans le Cotentin.

125Les grands élevages de la région d’Isigny et de Ste-Mère complètent généralement leurs recettes laitières par l’embouche, par la sélection ou par l’élevage du cheval, ce qui contribue à atténuer leur spécialisation. De telles activités ne sont accessibles qu’à des exploitations importantes. Or celles-ci sont rares à l’intérieur du Bocage.

126En plus de vastes unités de production disposant de capitaux de roulement importants, l’embouche à l’herbe exige des prairies de grande valeur, de larges herbages facilement accessibles dès le début du printemps et même pendant l’hiver, selon les techniques nouvelles. Toutes ces conditions excluent l’engraissement des bœufs, du Coutançais, du Saint-Lois et, à plus forte raison, des terres maigres de la région de Briquebec. L’embouche fut cependant pratiquée au xixe siècle dans la Bocage de Saint-Lô qui produisit des bœufs phénomènes de 2 000 kg., connus sous le nom de « bœufs du Carnaval ». Mais cette activité a totalement disparu et seule la région de Cérences-Gavray, dans la vallée de la Sienne, conserve quelques embouches. Premier département français pour le cheptel bovin, la Manche doit importer de la viande de bœuf.

127Les Bocages du Nord-Ouest comptent quelques grands élevages de sélection ou des fermes poulinières, mais avec une activité beaucoup plus faible que dans le Cotentin. Ces activités prolongent généralement une longue tradition familiale alors que beaucoup de fermes moyennes du Bocage proviennent d’une concentration récente. Les « hommes à concours » de la sélection bovine résident surtout en bordure des terres basses du Seuil du Cotentin dans une sorte de prolongement de la région d’origine. Les fermes poulinières se rencontrent principalement dans le Coutançais qui constitua jadis, avec l’Avranchin, une des zones de remonte de cavalerie militaire. Dans les deux cas, il ne s’agit que d’entreprises isolées qui, à raison de 1 ou 2 par commune tout au plus, marquent beaucoup moins l’élevage régional que les grandes fermes du Cotentin.

128En plus de l’élevage laitier, le centre du Bocage pratique quelques activités complémentaires qui ne sont nullement négligeables : quelques cultures céréalières, jadis la « goutte », et maintenant surtout l’engraissement des porcs. Mais rien de tel entre Bricquebec, Coutances et St-Lô. Le cidre n’y fut jamais aussi apprécié que dans le Pays d’Auge, sans doute faute de débouchés importants, et la distillation de l’alcool ne représente qu’une activité de routine, non un commerce ou une passion comme dans le Mortanais ou le Passais. L’engraissement des porcs se pratique dans un nombre limité d’exploitations. D’après l’enquête des Jeunes Agriculteurs 18 exploitations du Mortanais sur 22 ont au moins quelques porcs. Mais la même source indique que la moitié des fermes qui ont répondu à l’enquête dans les Bocages du Nord-Ouest ne possèdent aucun porc. L’opposition s’explique aisément. L’autoconsommation a disparu du Coutançais et des régions voisines. Les élevages à 1 ou 2 bêtes ont été éliminées, sauf dans les fermes disposant de quelques sous-produits de laiterie. Or de plus en plus, le lait est livré entier. Enfin, les exploitants du Coutançais ne faisant pas de cultures ne produisent ni orge, ni pommes de terre. Dans ces conditions, l’engraissement du porc doit utiliser des aliments achetés en dehors de l’exploitation. Seule, une minorité d’exploitants acceptent ces charges pour se livrer à un élevage sans sol. Avec une mauvaise conjoncture, les porcheries se vident. Privé de ses bases traditionnelles, l’élevage des porcs est beaucoup plus spéculatif et beaucoup plus irrégulier. Il est impossible de le considérer comme une des activités permanentes des Bocages du Nord-Ouest.

129Libérée de la tutelle des grands élevages, détachée des appoints propres au Bocage, que sont les cultures céréalières et l’engraissement du porc, la production laitière règne sur les pays de Saint-Lô, de Coutances et de Bricquebec, comme elle ne le fait dans aucune autre région de Normandie.

130Les techniques de l’élevage laitier du Coutançais ne possèdent aucune particularité notable par rapport aux autres régions herbagères ou bocaines de Basse-Normandie. Même traite bi-quotidienne, faite à la main dans la très grande majorité des exploitations. Même prédominance des vêlages de printemps qui s’accordent avec la meilleure période fourragère et donnent une pointe des rendements à partir de mai-juin. Mêmes orientations de l’élevage des veaux, les meilleures femelles étant réservées pour le renouvellement du cheptel laitier, les autres vendues jeunes amouillantes et les mâles comme veaux d’élevage ou comme veaux gras.

131Mais les résultats des petites et moyennes exploitations du Coutançais semblent plus favorables que ceux des élevages du Bessin ou du Cotentin, autant qu’on puisse juger d’après les faibles indices dont on dispose. Dans les exploitations du Centre de Gestion, les rendements laitiers par vache oscillent autour de 3 000 l. et d’assez nombreuses étables approchent ou dépassent 3 500 l. L’enquête des Jeunes Agriculteurs confirme cette bonne situation d’ensemble et aboutit à un rendement moyen de 3 065 l. dans les petites fermes du Bocage de Saint-Lô-Coutances, de 3 280 l. dans les grandes fermes de la même région, de 3 500 l. dans les petites fermes du Bocage de Valognes-Cherbourg et de 3 300 l. dans les grandes exploitations de cette dernière région. Les appréciations de Maguer sont plus optimistes encore. Il estime en effet que la majorité des rendements sont proches de 3 200 l. Il a pu étudier les productions de 20 élevages de Vaudrimesnil (compris entre 6 et 35 ha). Deux rendements seulement sont inférieurs à 3 000 l. (2 800 et 2 900 l.), trois dépassent 3 500 l. mais aucun n’atteint 4 000 l.

Figure 43. – Douze ans de production laitière dans une ferme du Coutançais 1949-1961 (Vaudrimesnil)

132Ces productions individuelles honorables et assez homogènes doivent être multipliées par des chargements très variables (compris entre 0,7 et 1,4 U.G.B. par ha) mais où les vaches laitières occupent toujours plus de 55 % de l’effectif compté en U.G.B. Dans ces conditions, avec des rendements proches de 0,8 ou 0,9 vaches à 3 200 l. de lait par ha, le Bocage du Nord-Ouest constitue maintenant le bassin laitier le plus étendu et le plus dense de Normandie. Les industriels ne s’y sont d’ailleurs pas trompés. Les deux plus grandes entreprises laitières de Normandie, l’une coopérative, Elle-et-Vire, l’autre privée, Claudel, ont tissé à partir de Condé-sur-Vire et de Pont-Hébert deux toiles d’araignée enchevêtrées qui draînent le Coutançais et le Saint-Lois. Les débouchés du nord-ouest du Cotentin sont assurés par Gloria (Bricquebec) et par plusieurs coopératives beurrières. Isigny a totalement perdu son rôle de centre. Son activité industrielle est maintenant dépassée très largement par Pont-Hébert, par Condé et par Bricquebec.

133Parmi les producteurs de lait normands, l’éleveur du Nord-Ouest du Bocage se présente comme un des plus importants, tant par les volumes qu’il livre que par sa spécialisation. Pendant plusieurs décades la vente directe du beurre sur les marchés ou auprès de ramasseurs, puis la livraison de crème aux beurreries industrielles ont assuré de solides profits. Maintenant le ramassage du lait entier allège encore son travail. Quelques progrès récents, comme l’emploi des engrais, le pâturage rationné, lui permettent d’atteindre des produits bruts élevés, de l’ordre de 2 000 F par ha et parfois plus. Dans cette somme, le lait compte toujours pour plus de 50 %. La spécialisation a donné l’aisance. Mais, elle commence à susciter quelques inquiétudes. De plus en plus, l’éleveur se sent vulnérable. Pour la commercialisation de ses produits, mais aussi pour l’achat des aliments du bétail nécessaires aux veaux et aux porcs, l’agriculteur du Coutançais dépend complètement de sa coopérative ou de l’industriel laitier dont il est le client. Pour progresser encore, il doit intensifier sa production, ce qui nécessite des investissements importants, une modification profonde des habitudes de travail, et, le plus souvent, la refonte de structures d’exploitations trop morcelées. Par contre, et même si elle n’assure plus la rémunération normale du travail familial et du capital, une ferme traditionnelle de 20 ha, sagement menée, peut encore procurer un revenu familial compris entre 15 000 et 20 000 F.

134La plupart s’en contentent. Les plus petits exploitants disposent de revenus beaucoup plus faibles. Dans ces conditions, l’innovation reste limitée et les exploitations ne peuvent guère évoluer. Seule, une minorité tente l’aventure du progrès.

C) LE PAYS DE BRIOUZE ET SES BORDURES, UN PETIT BOCAGE HERBAGER DANS L’ARRIÈRE-PAYS DES EMBOUCHES ORNAISES

  • 47 Frémont et Solignac-Lecomte, 283, 1963.

135A l’est du Domfrontais et de la région de Vire, le Bocage ornais se prolonge par le Pays de Briouze et ses bordures que limitent encore, plus à l’est, les Plaines d’Argentan, de Sées et d’Alençon. L’étude de cette région n’apporte pas d’éléments assez originaux dans l’analyse des systèmes d’élevage par rapport au centre du Bocage ou au Coutançais pour justifier un développement détaillé. On se contentera donc ici de comparer ce deuxième bocage herbager aux régions précédentes afin de pouvoir le classer dans un tableau d’ensemble des systèmes normands47.

1°) Par son milieu naturel et par son isolement, le Pays de Briouze se rattache au centre du Bocage

136Le climat de Briouze, en effet, est du même type que celui de Fiers et de Domfront. Des températures basses en hiver et fraîches en été, des pluies en toute saison avec une abondance particulière d’octobre à janvier caractérisent un climat assez rigoureux, aux saisons incertaines qui décalent d’une ou plusieurs semaines le calendrier agricole par rapport à celui de la Plaine de Caen ou du Bessin.

137Par la variété des formations superficielles, la région appartient encore au centre du Bocage. Les compartiments de relief sont plus larges qu’entre Mortain, Vire et Domfront. On n’en retrouve pas moins une opposition fondamentale, déjà étudiée :

138Le Bas-Pays de Briouze constitue un vaste bassin intérieur, dégagé dans les schistes briovériens qui se décomposent en argiles compactes. Le modelé en est particulièrement mou, le drainage mal assuré. Tout proche de la ligne de partage des eaux entre les bassins de l’Orne et de la Sarthe, le Bas Pays est traversé par la Rouvre et ses affluents dont les vallées se marquent à peine dans le relief. En aval, le massif d’Athis forme une sorte de barrage. La topographie est par conséquent très proche de l’horizontale, beaucoup plus en tout cas que dans les bassins de Vire, de Sourdeval et de St-Hilaire où la Vire, la Sée et la Sélune disposent d’une force érosive plus vive. Sur un tel modelé et sous un climat humide, les argiles de décomposition donnent des sols trop souvent gorgés d’eau, plus favorables au marais qu’à l’herbage ou au labour. Tout près de Briouze, s’étend le Marais du Grand Hazé. Fait exceptionnel, par conséquent, au centre du Bocage, un bassin intérieur, le Bas Pays de Briouze se définit comme un mauvais pays.

139Les hauteurs qui l’encadrent ne valent guère mieux que le centre du Bassin. Au nord, le massif granitique d’Athis atteint des altitudes à peine plus fortes que celles de Briouze (230-250 m contre 210 m) mais un modelé beaucoup plus mouvementé oppose des collines aux sols maigres et de nombreuses vallées assez profondément encaissées. Dans les cornéennes, une auréole de buttes élevées ceinture le massif. Au sud, les hauts reliefs forment un alignement plus continu (est-ouest), plus élevé (à plus de 300 m.) et plus âpre. Le massif gréseux d’Andaine, le bloc granitique de la Ferté-Macé dont les cornéennes dominent le bassin de Briouze au talus de la Coulonche, enfin le promontoire gréseux d’Ecouves ferment, vers le sud, le Bocage Normand. Jusqu’au xviiie siècle, et même jusqu’au xixe siècle (quelques traces en subsistent dans les cartes Perpillou), de vastes landes recouvraient encore les hauteurs d’Athis et de la Ferté-Macé. Milieu plus ingrat encore que celui du centre du Bocage, le pays de Briouze se trouve cerné entre la lande et le marais.

140Tout naturellement, le même isolement pèse sur cette région de l’intérieur dont l’accès fut particulièrement difficile jusqu’au milieu du xixe siècle. Elle fut colonisée plus tardivement que les bons pays du centre du Bocage. La période des « villae » n’y a laissé aucune trace. Les bourgs s’y multiplièrent (Briouze, Bellou, Rânes, la Carneille, la Ferté etc...) mais aucun ne devint une ville aussi active que St-Hilaire ou Mortain. Les hameaux familiaux forment ici comme ailleurs la trame la plus continue du peulement, mais aucun artisanat de production ne vint augmenter leur activité sauf en quelques points limités de la périphérie près des carrières ou des massifs forestiers (forges). Au xixe siècle, la ligne Paris-Granville débloqua la région (halte à Briouze), mais un dépeuplement accentué priva celle-ci de ses forces, une dénatalité parmi les plus catastrophiques étant relayée par une forte émigration.

141Sans ville digne de ce nom, partagée entre les influences de Fiers, de Falaise et d’Argentan, cités périphériques, défavorisée par un milieu très ingrat, la région de Briouze, d’Athis et de la Ferté se rattache bien au centre du Bocage, mais avec des handicaps plus lourds encore.

2°) Par son évolution économique, le Pays de Briouze rappelle le Coutançais

142En adoptant le système herbager, le Pays de Briouze s’est détaché du centre du Bocage toujours fidèle aux cultures. Son évolution économique est parallèle à celle du Coutançais, avec des conditions cependant très différentes.

143Jusqu’au milieu du xixesiècle, le système bocain le plus archaïque dominait l’agriculture régionale : assolement céréalier, longues jachères, landes, petits élevages et autoconsommation. Rien ne distinguait alors le Pays de Briouze du Domfrontais ou du Mortanais, sauf peut-être des rendements plus faibles encore et une misère qu’accentuait l’absence d’artisanat d’appoint. Naturellement, rien de comparable alors au grand mouvement « tangour » du Coutançais. Quelques communes seulement bénéficiaient des apports de chaux provenant des carrières d’Ecouché ou d’Argentan. La région vivait repliée sur sa misère et son isolement. A la fin du xviiie siècle, elle appartenait au pays chouan. Encore aujourd’hui, et surtout autour d’Ecouves, la sorcellerie fascine plus les esprits que le progrès technique.

144Au cours des dernières décennies du xixesiècle, l’ouverture de la région se produisit enfin, très tardive, mais brutale. Depuis longtemps déjà, quelques relations s’étaient nouées, par l’intermédiaire des foires de Briouze, entre les emboucheurs de l’Orne et de l’Auge et les petits paysans briouzains ou leurs intermédiaires. La Coulonche, le Mesnil-de-Briouze, Bellou, Athis devinrent les pays naisseurs des riches régions d’engraissement toutes proches, de Bazoches, d’Ecouché ou du Merlerault. Au commerce des veaux s’ajouta la vente des poulains et du beurre et surtout le trafic de la « goutte ». Car déjà Briouze se trouvait sur la voie royale de l’alcool dont les chemins tortueux sortent des haies et des plants du Domfrontais et du Mortanais, traversent tout le Bocage ornais puis filent par Laigle et Verneuil vers Paris. Briouze devint un des hauts lieux de la « goutte » normande. « A Briouze, ville de bonheur, arrivé à midi, saoûl à une heure ». Dans une région déjà dépeuplée, les maigres rendements céréaliers acquis au prix de gros efforts ne pouvaient soutenir la comparaison avec les profits du commerce et de l’alambic. En quelques décades, le Pays de Briouze abandonnait les cultures et adoptait l’herbage sur plus de 80 %, voire plus de 90 % des surfaces utiles.

145Maintenant, après la disparition des ventes de poulains et l’assoupissement du trafic de l’alcool, une seule ressource : la production laitière et l’élevage des veaux.

146Mais pour de multiples raisons, le pays de Briouze et ses bordures se trouvent beaucoup plus handicapés en ce domaine que le Coutançais ou le nord-ouest du Cotentin.

147Le milieu naturel n’est pas favorable à l’élevage. La production fourragère doit faire face à des hivers prolongés et à des sécheresses estivales que supportent aussi mal les argiles compactes du bas pays que les terres maigres des hauteurs. Dans des herbages ou trop secs ou trop humides, l’éleveur doit limiter ses chargements qui dépassent rarement 1,1 UGB par ha SAU. L’entretien des fossés de drainage a été abandonné peu à peu. L’assainissement du Bas Pays nécessiterait une vaste entreprise collective que ne peuvent pas tenter de petites communes pauvres divisées par des querelles de clocher. Depuis le xixe siècle, de part et d’autre du Grand Hazé, Bellou et Briouze s’opposent dans une haine réciproque. Par ailleurs, la rénovation des mauvais herbages par le labour n’est concevable que sur les terres saines des hauteurs. Entre la Ferté-Macé et Carrouges et en quelques points du massif d’Athis subsistent des cultures qui apportent à l’élevage un complément fourrager d’hiver. Mais cette pratique reste exceptionnelle dans le Bas Pays.

148La région de Briouze hérite d’une tradition herbagère beaucoup plus extensive et infiniment moins adaptée à ses besoins que celle du Coutançais. Le modèle ici ne fut pas la grande exploitation bien tenue du Bessin avec sa technique des tombes et ses forts rendements en beurre. Ce furent, beaucoup plus proches, les emboucheurs de Bazoches, de Champcerie ou d’Ecouché plus soucieux de « différence » que de rendement. Mais, hors « la goutte », le petit exploitant de Briouze n’a pas les moyens de jouer sur la différence.

149Les structures enfin accumulent tous les inconvénients des exploitations trop grandes ou trop petites. La répartition des fermes est beaucoup plus hétérogène que dans le centre du Bocage ou dans le Coutançais : grands domaines nobles (les Yvetaux), moyennes exploitations issues de concentrations récentes (Bellou, Athis), poussière de très petites fermes (le Mesnil de Briouze) se côtoient mais sans se compléter. Dans une région particulièrement dépeuplée, les densités tombent parfois en-dessous de 20 habitants au km² et ne dépassent jamais 50. Les grandes exploitations commencent à manquer de main-d’œuvre, ce qui limite leurs efforts de rénovation, mais les petits agriculteurs sont plus tentés par le travail dans les usines de la Vallée de la Vère, de Fiers ou d’Argentan, voire par l’émigration, que par l’emploi d’ouvrier agricole, traditionnellement méprisé et très mal rémunéré.

150L’élevage de la partie orientale du Bocage ornais se caractérise par des densités laitières nettement plus faibles que celles du Coutançais ou du Cotentin. Il n’a attiré aucune grande entreprise de transformation. L’implantation d’un satellite d’Elle-et-Vire à Briouze est toute récente. Spécialisée maintenant dans la production laitière, la région ne devient pas pour autant un bassin laitier.

151Abandonnée entre les mailles d’un réseau urbain très lâche, vidée de sa population, handicapée par les rudesses du milieu, spécialisée, mais plus par les éliminations successives que par une orientation déterminante, la région de Briouze et ses bordures accumulent toutes les charges. Leur originalité s’exprime par des traits fortement négatifs. Est-ce un pays perdu ?

***

152A la périphérie du Bocage Normand, chaque région subit les conséquences de l’extension herbagère de la fin du xixe et du début du xxe siècle et devint pays d’élevage. Mais en fonction de sa situation par rapport aux pôles herbagers et de ses virtualités propres, chacune a réagi de façon différente. L’Avranchin, fidèle à ses traditions. La Hague, totalement isolée et dépeuplée, encore partagée entre l’herbage, le labour et la lande. Le Bocage de Villers et d’Aunay, dynamique sous l’influence de Caen. Le Coutançais submergé par la vague herbagère et totalement voué à la production laitière. Le pays de Briouze, pauvre dès l’origine, en marge des influences les plus vivifiantes, herbager par abandons successifs.

153La géographie régionale ne se résume pas dans des formules simples. L’exemple du Bocage Normand le montre bien, avec ses particularismes et sa résistance inégale aux sollicitations extérieures. Au moins toutes les régions qui composent le Bocage ont-elles toujours eu un caractère commun : l’économie y est rarement florissante, l’existence presque toujours précaire, les difficultés menaçantes. Actuellement, plus que jamais.

Notes

1 Cartes de l’Atlas de Normandie C 1, D 2.

2 Atlas de Normandie, carte D 4.

3 Sur la carte d 4 de l’Atlas de Normandie l’importance des cultures dans la péninsule de la Hague apparaît fort mal, sans doute à cause d’une sous-estimation de la révision cadastrale.

4 Phlipponneau, 304, 1955.

5 Notes sur Avranches extraites d’un exposé inédit de P. Brunet.

6 Fouques, 100, 1958.

7 Cette étude de l’Avranchin doit beaucoup à deux D.E.S. et aux enquêtes personnelles que leurs auteurs m’ont permis de réaliser. Nové, D.E.S., 1965 – Leboucher, D.E.S., 1966.

8 A.N. 1837 et 1855.

9 A.N., 1842.

10 A.N., 1866.

11 Leboucher, D.E.S., 1965.

12 D’après Nové, D.E.S., 1962.

13 C’est l’avis de Nové, D.E.S., 1962.

14 D’après Nové, D.E.S., 1962.

15 D’après la carte de la végétation de la France au 1/200.000e, feuille d’Alençon.

16 Delisle, 115, 1851.

17 Phlipponneau, 304, 1955.

18 Ainsi à Dragey, 40 exploitations de moins de 10 ha (sur 89) n’occupent que 18 % du sol.

19 Enquêtes personnelles réalisées en compagnie de A. Nové (D.E.S. 1965) et G. Leboucher (D.E.S. 1966).

20 Atlas de Normandie, carte D.9.

21 Houel, 392, 1881.

22 Cette brève étude de la Hague doit beaucoup aux enquêtes réalisées dans cette région par P. Brunet et M.-C. Dionnet.

23 Birot, 266, 1930.

24 Centre de Gestion et d’Economie Rurale du Calvados, 278, 1965, réalisée en liaison avec une importante étude sociologique de J. Cuisenier.

25 Plusieurs études assurent une bonne connaissance de ces régions : Elhaï, 205, 1957 – Roupsard, D.E.S., 1962 – Brunet, 203, 1963.

26 Carte D 4 de l’Atlas de Normandie, Prairies permanentes et labours.

27 La destruction des Archives Départementales de la Manche en 1944 n’a pas paralysé la recherche, les dépôts communaux détenant encore des pièces très suggestives. Leur étude est naturellement plus longue. Dans la région de Périers, R. Maguer (D.E.S., 1962) a utilisé les bulletins des enquêtes agricoles ainsi que de précieuses notices rédigées au début du siècle par des instituteurs. Une étude personnelle aboutit à des résultats concordants dans les communes de Doville et de Bolleville, proches de la Haye-du-Puits. A quelques bonnes descriptions des genres de vie anciens (Lehucher, 300, 1927 ; Languille, 297, 1959) s’ajoutent de nombreuses enquêtes de l’Association Normande, souvent très détaillées, dans les régions de Saint-Lô (1838), de Coutances (1845, 1867), de Valognes (1881) et de Cherbourg (1842, 1861).

28 Statistique du Canton de la Haye-du-Puits, A.N. 1845.
Terres labourables claires, 8.224 arpents, 51 %.
Terres labourables plantées, 2.623 arpents, 16,5 %.
Prairies et herbages, 1844 arpents, 11,5 %.
Jannières, 401 – 2,5 %.
Bois, Taillis, 471 – 3 %, Dunes, 604 arpents, 4 %.
Terres vaines et vagues, 1.013 – 6,5 %, Marais 775 arpents, 5 %.

29 Cette opposition ancienne des systèmes agricoles explique probablement l’existence d’un openfield littoral qui contraste encore avec le bocage de l’intérieur.

30 Sur la question de la tangue, voir notamment Lenoir-Pépin, 301, 1944.

31 A.N., 1866. Exploitation située à Auville, arrondissement de Coutances.

32 Lesdos, A.N., 1861.

33 A.N., 1837.

34 A.N., 1861.

35 D’après Vézin, 165, 1930.

36 A.N., 1881.

37 D’après Vézin, 165, 1930.

38 Maguer, D.E.S., 1962.

39 D’après Vézin, 165, 1930.

40 D’après Fouque, 100, 1958.

41 Carte de l’Atlas de Normandie, D 2, Structure des exploitations agricoles.

42 Le travail de l’osier était une des activités traditionnelles des communes de marais. Il se maintient encore à Rémilly-sur-Lozon.

43 A Vaudrimesnil, 5 exploitations seulement entre 20 et 50 ha (sur 41) occupent 150 ha (sur 481).

44 Sur cette question de l’habitat : Languille E., 296, 1951.

45 Boitel, 63, 1886.

46 Magueur, D.E.S., 1962.

47 Frémont et Solignac-Lecomte, 283, 1963.

Table des illustrations

Légende Figure 36 – Quelques données sur le climat de l’Avranchin
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1303/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 743k
Légende Fig. 37. – Structure des produits bruts des exploitations du Centre de Gestion dans l’Avranchin
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1303/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Figure 38. – Plan d’une exploitation de la Vallée de la Sée (la Gohannière, 23 ha)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1303/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1303/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Figure 39. – Les landes de La Hague (d’après P. Brunet)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1303/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 639k
Légende Figure 40. – Les régions légumières de la Manche
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1303/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Figure 41. – Quelques données sur le climat du Coutançais et du Saint-Lois
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1303/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1303/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Figure 42. – Structure des produits bruts des exploitations adhérentes du Centre de Gestion : Cotentin, Bocage de Coutances et de Saint-Lô (1961-1962)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1303/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 573k
Légende Figure 43. – Douze ans de production laitière dans une ferme du Coutançais 1949-1961 (Vaudrimesnil)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1303/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 512k

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter