Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'élevage en Normandie, étude géographique. Volume I

 | 
Armand Frémont

Deuxième partie. Le Bocage Normand : Une tradition d'incertitude

Chapitre I. Au cœur du bocage normand

Mortanais, Passais, Pays Virois

Texte intégral

  • 1 Voir fig. 29. La pénétration des chemins de fer dans le Bocage Normand.

1Au cœur du Bocage, l’isolement domine la vie régionale. Ce trait se perpétue avec une constance jamais démentie. Au xviie et au xviiie siècles, les rapports d’Intendance dénoncent la médiocrité, voire l’inexistence des chemins avec une insistance plus vigoureuse encore que dans d’autres régions. Dans la première moitié du xixe siècle, les paysans bocains se rendent aux marchés à pied ou montés sur des bidets. Routes et chemins de fer pénètrent tardivement. A notre époque encore, le Bocage apparaît comme un univers en marge des grands courants modernes, éloigné de la capitale régionale en plein développement qu’est Caen, à l’écart des grandes routes commerciales et touristiques, écorné seulement par deux lignes de chemin de fer d’une sage lenteur, Paris-Cherbourg et Paris-Granville. Comment s’étonner, dans ces conditions, que ce monde où l’on ne pénètre pas facilement soit beaucoup moins étudié que les riches terroirs herbagers ou les Campagnes ? Au xixe siècle, sans nul doute, les notables de l’Association Normande préféraient les congrès plantureux du Pays d’Auge ou du Bessin aux expéditions dans le Bocage qui réservaient probablement moins de bonne chère : Saint-Lô, Avranches et Coutances furent visitées avant 1850, mais il fallut attendre 1853, vingt ans après la fondation de l’Association, pour que se tînt un congrès à Domfront et 1860 pour que Vire reçût l’assemblée générale des notables. De nos jours, les géographes ne sont guère plus empressés. Certes, H. Elhaï a étendu dans ces régions ses analyses morphologiques. Mais l’étude des hommes du Bocage, cependant riche d’intérêt, n’a été qu’effleurée par des notes ou articles rares et dispersés. Le contraste ne manque pas d’être saisissant avec l’abondance de la littérature sur le Pays d’Auge1.

Figure 29. – La pénétration des chemins de fer dans le Bocage Normand

2Il n’est donc pas illogique d’affirmer, pour essayer de le délimiter, que le cœur du Bocage, la région la plus caractéristique, constitue la partie la moins bien étudiée et la moins connue, la plus secrète. La vie de relations s’organise dans un réseau hiérachisé dont les cellules sont constituées par les « villages », hameaux de dimension variable comprenant de 2 à 10 ou 20 feux et qui, dispersés sur les territoires communaux, nouent leurs relations élémentaires autour de « bourgs ». Ces derniers rassemblent le commerce de détail, l’école, le prêtre, parfois le gendarme et le marché. Dans le monde clos du Bocage, l’esprit de clocher reste vif, et dépendre de Vassy ou de Truttemer, de Sourdeval ou de Ger garde une signification. Mais, au-dessus du bourg, c’est la ville qui commande le pays. A l’image d’un monde fragmenté, les villes du Bocage sont petites, leurs horizons étroits. Elles assurent la liaison entre les villages et les bourgs isolés d’une part, le monde extérieur d’autre part. Il n’est donc pas paradoxal de définir les limites de cette région rurale, le Centre du Bocage, par la zone d’influence des petites villes qui en assurent l’animation.

  • 2 Sur les zones d’influence urbaine : Atlas de Normandie, G11.

3Mortain, Vire, Fiers et Domfront constituent le quadrilatère urbain le plus caractéristique du Bocage Normand. Mortain n’est plus qu’une sous-préfecture déchue dont le rôle régional se trouve maintenant relayé, voire dépassé, par Sourdeval, le Teilleul, St-Hilaire-du-Harcouet. Mais, face à l’Avranchin plus ouvert sur la mer, le Mortanais constitue, dans le sud du département de la Manche, la région la plus isolée. Elle exclut la façade maritime de Granville au Mont Saint-Michel et son prolongement des basses vallées de la Sée et de la Sélune. Plus à l’est, dans le département de l’Orne, le Mortanais se continue naturellement par le pays de Domfront, anciennement appelé Passais, que ferment les hauteurs boisées d’Andaine et de Halouze. Au Nord, le Pays virois constitue un large bloc qu’on doit se garder cependant de confondre avec le « Bocage Virois » défini par les Services Agricoles. Celui-ci comprend l’ensemble du massif ancien et du Bocage situé à l’intérieur du département du Calvados, jusqu’aux portes de Caen et de Falaise. Le Pays Virois, retenu ici, s’arrête avec une grande netteté vers le nord sur les hauteurs landeuses du synclinal bocain, de St-Martin-des-Besaces au Mont-Pinçon, laissant à l’extérieur un bocage ambigu qui, autour de Villers et d’Aunay, regarde vers la Plaine et vers le Bessin. Le cas le plus délicat est celui du pays flérien qui s’est assemblé autour d’une cité relativement récente dont le grand essor date du xixe siècle. Plus liée à la fabrique qu’au monde rural, l’unité de cette région ne peut être conservée dans une description des activités agricoles du Bocage. Le centre du Bocage comprend, en effet, les petites régions de Tinchebray et de Fiers, mais non le bas pays de Briouze et les collines raboteuses d’Athis qui s’ouvrent sur d’autres influences2.

4Ainsi définie, la région qui occupe le cœur du Bocage Normand ne manque pas de nombreux éléments d’unité. Partout ou presque, à sa périphérie, de rudes lignes de relief contribuent à son isolement topographique : crêtes du synclinal bocain au nord, collines escarpées d’Athis que tranche la vallée de la Vère, hauteurs gréseuses de Halouze et d’Andaine au sud-est, massif granitique de Fougères et de Goron au sud, enfin à l’ouest goulet de la vallée de Brouain entre Sourdeval et Brécey, amygdale granitique de Chalandré qui ferme le pays de St-Hilaire avant Ducey, Avranches et la mer. A l’intérieur de ces horizons fermés, le relief se divise encore, augmentant l’isolement. Les surfaces régulières et continues sont rares, le plateau ou la plaine exceptionnels. Deux types de formes dominent le paysage morphologique : des hauteurs correspondant souvent à des horsts modelées dans les granites, dans les schistes métarmophiques et, plus systématiquement, dans les grès ; des bassins intérieurs généralement dus à des effondrements tertiaires, plus ou moins isolés les uns des autres. A la première catégorie appartiennent les hauteurs périphériques déjà citées, la barre gréseuse de Mortain et de Domfront, les collines irrégulières du massif granitique de Vire. Les principaux bassins intérieurs sont ceux de Vire-Vassy au nord, de Flers-Condé à l’est, du Passais et de St-Hilaire-du-Harcouet au sud, de Sourdeval au centre. Le cœur du Bocage apparaît ainsi comme un monde chaotique, juxtaposition de bassins isolés et de massifs que séparent des escarpements assez vigoureux.

  • 3 Carte de l’Atlas de Normandie, D2.

5A l’isolement topographique, s’ajoute la division des exploitations. Car la dominance presqu’absolue des petites et des très petites exploitations constitue bien le trait le plus remarquable de la géographie humaine du Bocage, et spécialement de la région qui en forme le centre. La carte de la structure des exploitations agricoles en Normandie met en valeur, au sud-ouest de la province, une grande tache rouge dont l’influence paraît s’irradier sur les zones voisines. Là où domine le rouge absolu signifiant que plus de 60 % de la terre dépend d’exploitations de moins de 20 ha, là se situe le cœur du Bocage dans des limites très proches de celles qui viennent d’être définies3.

  • 4 Notamment par R. Musset, 195, 1952 et, 196, 1960 ; par A. Meynier, 92, 1958.

6Isolement, division extrême des exploitations très petites, il faudrait encore ajouter les horizons resserrés d’un bocage étroit et irrégulier pour parfaire le tableau d’un univers refermé sur lui-même. Les hauts talus du pays de Mortain, les haies épaisses rehaussées de chênes, de hêtres ou de châtaigniers, les parcelles étroites tantôt en labour, tantôt en prairies, les chemins creux défiant l’épaisseur des fourrés et de fougères composent un paysage fragmenté, assez semblable à ses homologues de Bretagne ou de Vendée, et trop souvent décrit ici ou ailleurs pour qu’on s’y arrête longuement4.

7Mais au terme de cette présentation, quel visage donner à l’homme du Bocage et quels jugements sur ses activités ? Bien des analyses s’arrêtent aux apparences ou aux opinions rudimentaires. Agriculture et élevage pauvres, bas rendements, paysans individualistes et chicaniers, telle est l’idée qu’on se fait souvent du Bocage dans les salons caennais ou dans les fermes du Bessin, la même qui prévalait déjà au xviiie siècle lorsque le riche herbager de Carentan ou de Dozulé rencontrait sur les foires les petits paysans bocains crottés par la boue des chemins. Pendant longtemps, le pays de Mortain, de Domfront et de Vire a vécu en marge de la bonne société normande, se contentant de lui envoyer des conscrits, des domestiques et des bonnes. Jusqu’à la fin du xixe siècle, le Bocage ignore le grand élevage commercialisé, richesse de la Normandie. Replié, parfois craint et dédaigné, mais très densément peuplé, il ne peut échapper à une tradition profonde de misère sur une terre ingrate. A l’inverse du cas des grandes régions herbagères, la conversion à l’élevage constitue autour de Mortain ou de Vire une mutation récente. Celle-ci ne s’est produite qu’entre 1850 et 1940.

8Précédée par l’examen indispensable des conditions naturelles, l’étude de cette importante transformation doit occuper le centre de ce chapitre puisqu’elle permet de comprendre la nature des systèmes d’élevage contemporains, terme de l’analyse.

I. – LES HANDICAPS NATURELS : UN MILIEU DIFFICILE

9Le centre du Bocage Normand se dresse comme un bastion élevé et compartimenté qui domine de loin les basses terres de la Campagne de Caen, du Bessin, du Cotentin, du littoral occidental de la Manche. A cette altitude relative (un peu plus de 300 m. sur les hauteurs), s’ajoutent les caractères habituels d’un massif ancien pour composer un milieu naturel beaucoup plus ingrat que dans le reste de la Normandie. Les paysans du Bocage s’étonnent souvent du concert de louanges qui entoure traditionnellement l’évocation des aptitudes naturelles de la province. Eux ne se sentent pas concernés. Les rudesses de leur climat, les insuffisances de leurs sols échappent au domaine des riches terroirs normands.

1°) Les rudesses du climat

  • 5 Foucauld, 282, 1910-1912-1913.

10Aucune étude, pratiquement, sur le climat du Bocage en dehors d’une lointaine monographie du climat de Fiers5. La thèse de P. Pédelaborde ne pénètre pas sur le massif ancien. Les stations d’observation cependant ne manquent pas et présentent une assez grande variété de situations : Vire, Fiers, Sourdeval, St-Hilaire, dans des bassins intérieurs ; Brémoy sur les hauteurs du synclinal bocain ; Champsecret et Domfront sur le versant de la barre gréseuse d’Andaine ; le Teilleul en limite des premiers escarpements granitiques qui s’élèvent au sud vers la Bretagne et vers la Mayenne. Les séries fournies par Sanson ou par les statistiques récentes ne sont malheureusement pas complètes dans toutes les stations. Elles suffisent cependant pour donner du climat bocain une image très éloignée des douceurs du Cotentin ou du Bessin.

a) Longueur de l’hiver

  • 6 Lecœur, 270, 1883.

11« De bonne heure la neige blanchit le sommet des monts et des hautes collines dont beaucoup ont une altitude qui varie de 200 à 360 m. Elle y est assez persistante, et quelquefois on l’a vue se conserver jusqu’au mois de juin dans les excavations de la pente septentrionale de la bruyère du Plessis-Grimoult. » Cette description de Jules Lecœur, fidèle observateur du Bocage au xixe siècle6 confirme des remarques plus contemporaines. L’automobiliste qui laisse Caen, au début de l’hiver, sous un ciel incertain, rencontre la pluie drue et grise à l’attaque du synclinal bocain ; plus loin, sur les hauteurs de Jurques, véritable limite climatique, le verglas marbre la route entre les landes et les haies. Mais les bassins de Vire et de Sourdeval traversés, souvent le ciel s’éclaircit de nouveau en direction d’Avranches et de la baie du Mont-St-Michel. De même en avril-mai, alors que le printemps réchauffe la Plaine et le Bessin, des plaques de neige tachent encore souvent les fossés du Bocage, et le paysan s’inquiète jusqu’à ce qu’elles disparaissent, car « taches de neige en attendent d’autres ».

  • 7 Planche climatologique.

12Les moyennes de Sanson ne nous renseignent sur les températures que pour une seule station du centre du Bocage, Fiers. Mais une comparaison avec les régions de Caen, de Lisieux ou de Ste-Marie-du-Mont n’en est pas moins instructive. On en retiendra d’autant plus l’intérêt que Fiers est une ville relativement abritée et située à une altitude de 250 m., assez modeste pour le Bocage. Certes, comme dans les autres villes citées en référence, l’hiver flérien compte, de novembre à avril, 6 mois aux températures moyennes inférieures à 10°. Mais les températures hivernales de Fiers ont tendance à être plus basses. En outre, la mauvaise saison y commence plus tôt et s’y termine plus tard.7. Pendant les 6 mois d’hiver, les températures de Fiers sont constamment plus basses que celles des 3 autres stations. L’écart varie de quelques dizièmes de degrés (notamment avec Caen et Lisieux) à 1,6 degré, ce qui est considérable (en décembre, comparaison avec Ste-Marie-du-Mont). D’autre part, la mauvaise saison commence tôt dans le Bocage. Avec une température moyenne de 10° 4 et des minima moyens de 5° 4, octobre à Fiers est déjà presque un mois d’hiver. A la même époque, la température moyenne s’élève à 11° 3 à Caen, 11° 2 à Lisieux, 11° 8 à Ste-Marie-du-Mont et les minima dépassent nettement 6°. En mai, même décalage, plus significatif encore peut-être. Fiers est alors la seule station normande dont la température moyenne ne dépasse pas 12° (11°7) et dont les minima restent en-dessous de 7° (6°1). A titre de comparaison, les chiffres correspondants de Caen et de Ste-Marie-du-Mont s’élèvent alors à 12°9/7°7 et 12°4/7°6. A l’intérieur du Bocage, l’hiver se prolonge parfois jusqu’en mai.

Figure 30. – Quelques données sur le climat du Bocage Normand

13A défaut d’autres renseignements, l’étude du nombre de jours de neige vient recouper les observations précédentes. Il neige en moyenne 10 jours par an à Fiers contre 5 à Lisieux, 6 à Ste-Marie-du-Mont (les chiffres de Caen ne sont pas indiqués). Fiers est dépassé par Brémoy (11 jours) mais seulement par trois autres stations de Normandie. Sur un total de 21 stations, Condé-sur-Noireau, Brémoy et Domfront ont le privilège avec 3 autres stations normandes (Lyons-la-Forêt, Evreux et Ste-Marie-du-Mont) d’avoir 1 jour de neige au mois d’avril.

14Températures basses, gels fréquents de novembre jusqu’en avril et même en mai, neige persistante : le tableau n’est guère flatteur. La grisaille continue de la pluie vient y ajouter une dernière note de tristesse. Sauf en juin, il pleut au moins un jour sur deux à Fiers et à Brémoy pendant toute l’année. Cette fréquence de la pluie ne se retrouve que dans les stations du Cotentin. En hiver, situées sur la trajectoire des grandes dépressions atlantiques, les hauteurs du Bocage reçoivent de lourdes masses d’eau : d’après Sanson, en moyenne 572 mm d’octobre à mars sur Andaine, 603 mm à Brémoy et même 615 mm à Sourdeval. Seule la pluviosité hivernale de Ste-Marie-du-Mont peut se comparer à ces chiffres (529mm), Lisieux et Caen ne recevant que 434 et 373 mm. L’étude du rapport précipitations/évapotranspiration pendant 10 ans révèle à Vire une saturation constante et complète de décembre à février. Mais, comme le gel, l’excès d’humidité peut commencer très tôt, parfois en septembre (1954), ou se prolonger jusqu’en juin (1953).

15Pour qualifier le climat du Bocage, on parle souvent de nuance montagnarde à l’intérieur du climat normand. L’expression exagère nettement la réalité. L’hiver bocain possède sa propre personnalité sans qu’il soit nécessaire d’aller chercher ailleurs une comparaison trop frappante : humidité à peu près constante, brouillards fréquents dans les bassins, rudes rafales de vent balayant les sommets, sombres nuées barrant l’horizon et déversant des masses d’eau épaisses, neige fréquente, gels persistants mais assez peu profonds, tels sont ses véritables traits où se combinent les altérations thermiques dues à des altitudes comprises entre 150 et 350 m., les effets d’un relief compartimenté et la fréquence des types de temps cycloniques d’ouest.

16L’hiver rude et souvent prolongé du Bocage marque profondément la vie des hommes et des bêtes. Il place l’élevage dans des conditions délicates pendant plus de la moitié de l’année. Il faut rentrer les bovins à l’étable chaque soir à partir de la deuxième quinzaine de novembre, car les gelées nocturnes deviennent alors trop fréquentes. Un mois plus tard, commence une stabulation complète qui se prolonge jusqu’en mars. De mars à avril, on revient à la stabulation nocturne. Le froid (accentué par la violence du vent sur les hauteurs), mais aussi l’excès d’humidité expliquent la longue durée du séjour à l’étable. Car les herbages mal drainés sont saturés comme des éponges et si les bovins devaient y passer l’hiver en y pataugeant et en les défonçant, ils compromettraient la croissance de l’herbe au printemps. C’est cependant ce qui se produit lorsque l’éleveur ne dispose pas de bâtiments suffisants pour rentrer toutes ses bêtes, cas assez fréquent. Quelle que soit la solution adoptée, des réserves importantes de fourrages doivent être constituées. Celles-ci sont puisées dans une production de printemps et d’été plus tardive (de 15 jours à 1 mois environ) et par conséquent moins abondante, à techniques égales, que dans le Bessin ou dans le Pays-d’Auge.

17A tous ces inconvénients, s’ajoutent ceux qui pendant six mois pèsent directement sur la vie des hommes. La combinaison de l’humidité et du froid composent un milieu assez rude pour qu’il paraisse malséant de parler à des Bocains de la douceur normande...

b) Incertitudes du printemps et de l’été

18Les mois trop froids ou trop humides étant ôtés, la végétation ne dispose plus que d’une saison favorable longue de 5 à 6 mois. Encore celle-ci se caractérise-t-elle par des incertitudes peut-être plus graves encore que les rudesses de l’hiver.

19Le cœur parle de la neige qui persiste parfois jusqu’en juin sur les pentes du Plessis-Grimoult. Il exagère à peine. Car entre de soudaines sècheresses et des froids prolongés, entre des excès d’eau au printemps ou des retours de gel, la variabilité du climat bocain laisse peu de répit aux agriculteurs. Ce qui se trouve atténué et adouci dans une région privilégiée comme le Cotentin ou le Bessin devient sautes de temps excessives et le plus souvent nuisibles sur les hauteurs et dans les bassins du Bocage. Les moyennes rendent malheureusement très mal compte de cette réalité.

20Il pleut plus abondamment au printemps et en été dans le Bocage que dans le reste de la Normandie. En apparence tout au moins, cette situation comporte des avantages évidents pour la végétation herbagère. Ainsi par le nombre de mois secs étudiés d’après le rapport précipitations/évapotranspiration, Vire se trouve parmi les mieux placées de toutes les stations normandes : de 1953 à 1964, on y relève 12 mois secs et 10 très secs contre, par exemple, 14/14 à Lisieux ou 18/17 à Caen. En dépit de cette situation favorable, la sècheresse sévit cependant dans le Bocage assez fréquemment. Ainsi, même Vire pendant l’année sèche de 1959 compte 4 mois très secs consécutifs comme la plupart des autres stations normandes. De même, Condé-sur-Noireau, Domfront, St-Hilaire-du-Harcouet. Au cours de la décennie 1954-63, Vire subit quatre fois une sècheresse caractérisée : en 1954 (juillet - août), 1959 (de juin à septembre), 1961 (petite sècheresse en mai qui s’accentue en juin et août), 1962 (juin, suivi d’une sècheresse atténuée en juillet-août). Domfront, Condé et St-Hilaire présentent des bilans plus médiocres que ceux de Vire. Or, que résulte-t-il d’une confrontation entre Vire et des stations comme Lisieux ou Caen ? Les mêmes années sèches s’y retrouvent, mais accentuées. Le Bocage n’échappe donc que partiellement à la sècheresse de l’été. A Vire même, juillet et août n’ont été arrosés de façon satisfaisante que 3 ans sur 10 !. Pendant la même décade, il est vrai, une situation favorable ne se présentait jamais à Caen et seulement 2 fois à Lisieux. Il n’en reste pas moins que l’irrégularité du temps détermine des sécheresses d’été ici comme ailleurs et que les paysans doivent compter régulièrement avec ces périodes difficiles pour la bonne tenue de leurs herbages.

Figure 31. – Le bilan Précipitations/Evapotranspiration à Vire (1954-1963) Dix ans de précipitations à Vire

21Mais aux inconvénients de la sècheresse s’ajoutent dans le cours d’autres années ou parfois de la même année, les conséquences de l’excès d’humidité. Même dans une économie herbagère spécialisée, l’agriculteur tire bénéfice d’une certaine sécheresse en juin et juillet, mois des foins. Juin est heureusement le moins humide dans presque toute la Normandie. Toutes les statistiques le confirment. Ainsi juin n’est-il de 1954 à 1963 qu’une seule fois humide à Caen (1958) ou à Lisieux (même année). Il est toujours sec à Granville, à Sées ou à Rouen. Vire, par contre, durant la même période pâtit deux fois d’un mois de juin trop arrosé (1954 et 1958) et trois fois un équilibre s’établit entre précipitations et évapotranspiration, ce qui signifie qu’il a plu assez abondamment. Les moyennes de Sanson confirment ces résultats. Parmi toutes les stations normandes, Brémoy compte le plus de jours de pluies en juin : 14 contre 9 à Caen et 10 à Lisieux. Le paysan bocain n’a qu’une chance sur deux ou trois de faire ses foins dans de bonnes conditions. Presque toujours un retard intervient et le travail s’effectue en juillet qui n’est guère plus favorable.

  • 8 Lecœur, 270, 1833.

22A ces inconvénients s’ajoutent ceux de températures plus basses que dans la plaine de Caen, le Bessin ou même le Pays d’Auge. Plus basses au printemps : la démonstration en a déjà été faite pour Fiers. Plus basses en été : les chiffres de Fiers en juin, juillet et août sont décalés de quelques dixièmes par rapport à Caen et à Lisieux, mais non par rapport à Ste-Marie-du-Mont. La croissance de la végétation se produit plus tardivement au printemps. Les moissons s’effectuent dans de moins bonnes conditions après un mûrissement tardif. Les différences de relief accentuent ces inconvénients dont pâtissent surtout les zones élevées. Lecœur observait : « Il va sans dire que, sur les hauteurs, les produits du sol mûrissent moins vite que dans les vallées. La moisson s’y fait, douze ou quinze jours plus tard, selon le degré d’élévation »8.

  • 9 Chardon, 279, 1963.

23Mieux que les statistiques, portant sur des moyennes qui tronquent la réalité, une vieille chronique du xviiie siècle, exhumée des archives par le chanoine Chardon, montre toutes les incertitudes du climat bocain: l’état annuel de la paroisse de Sept-Forges, au sud du Passais9. Il faut certes tenir compte de l’exagération des plaintes paysannes. Mais la chronique n’en révèle pas moins toutes les incertitudes du temps. En 20 ans, 8 années perdues. 1741 : sécheresses et gelées, mauvaise récolte de sarrasin, « fruits si peu qu’on n’en parle pas »... 1744 : gelées, puis pluies excessives à la floraison, sècheresse pour terminer, « foin en très petite quantité, aucun commerce »... 1745 : pluies, fourrages abondants mais récoltes de grains très compromises... 1747 : pluies, « les froments ont entièrement manqué, la semence ayant pourri en terre » ... 1749 : grêle... 1751 : « pluies continuelles, séjour des eaux, froids et gelées en juin et juillet »... 1754 : tempêtes en juillet compromettant la récolte de fruits et de grains... 1757 : pluies excessives, le « débordement des eaux le 27 juillet a enlevé quantité de bons foins ».

24Les incertitudes du climat bocain semblent perturber alternativement tous les secteurs de l’activité agricole, telle année les fruits, telle autre les grains, quelquefois les foins. Rudes conditions en vérité, largement défavorables aux cultures céréalières, plus propices, malgré quelques inconvénients, à la production fourragère. Avec les techniques de production et de récolte qui prévalurent jusqu’au xixe siècle, il fallait une sorte de miracle climatique (une « bonne année »), la conjonction d’un printemps assez hâtif et d’un été ensoleillé, pour obtenir une récolte de grains convenable. Par contre, la production fourragère souffre moins, maintenant comme hier, de ces étés « pourris », sauf pendant la période des foins. La sécheresse prolongée, dont elle pâtit, revient moins souvent que l’excès d’humidité qui perturbe les récoltes de céréales. Dans l’ensemble, le climat du Bocage semble vouer cette région, en dépit de conditions difficiles, à l’élevage plutôt qu’aux cultures céréalières. L’étude des sols doit permettre d’infirmer, de compléter ou de nuancer ce diagnostic encore fragile.

2°) LES INSUFFISANCES DES SOLS

  • 10 Quelques renseignements précieux ont été fournis par J.-P. Coutard, du Laboratoire du C.N.R.S. (Ca (...)

25La variété des substrats et des modelés détermine dans le Bocage une marquetterie géologique beaucoup plus nuancée que celle du Bessin ou du Pays d’Auge. L’étude des sols, malheureusement, reste à faire totalement dans cette région ingrate. Alors que les limons de Haute-Normandie ou les profils augerons intéressent depuis longtemps agronomes et géographes, aucune étude systématique ne vient éclairer les conditions pédologiques d’une des régions de Normandie où leur rôle est cependant fondamental. On doit donc se contenter de quelques observations fragmentaires jointes à des analyses dispersées, et tirer le maximum de profit de l’idée que les paysans eux-mêmes se font de leurs propres terroirs. En attendant des études plus précises, ces sources hétérogènes apportent une série de renseignements convergents.10

a) Des substrats de massif ancien

26Le socle du massif ancien du Bocage Normand se compose de trois grands ensembles géologiques : des massifs granitiques entourés d’une auréole de métamorphisme, des couches très épaisses de schistes et de grés briovériens, une série cambrienne et silurienne qui comprend surtout des schistes et des grés. Ainsi, les granites, les schistes et les grés sont-ils les roches les plus représentatives du Bocage Normand.

27Les granites occupent de vastes surfaces dans le centre du Bocage. Plus que d’autres, la présence de cette roche a frappé tous ceux qui décrivirent au xviiie et au xixe siècles le Mortanais et le Domfrontais. « A Mortain, plus de pierre que de pain », disait un vieux dicton résumant toutes ces descriptions qui partout font affleurer le granite au milieu des champs et des landes. Une large part d’exagération intervient cependant dans ces tableaux qui, plus que le phénomène courant et banal retiennent l’exception qui étonne.

Analyse de sol à St-Martin-de-Chaulieu

28Source : Lecouvreur, D.E.S. 1966, d’après D.S.A. de la Manche

29Un vaste massif granitique s’étend entre Vire et Sourdeval, relayé au sud par le petit massif de Saint-Barthélémy et par celui de Saint-Bomer. Plus au sud encore, les granites ferment les horizons du Passais et du pays du Teilleul en direction de la Bretagne et du Maine. Le granite de Vire est présenté par les cartes géologiques comme « une roche à grains moyens, d’un gris bleuâtre, à mica noir... Il est souvent décomposé en arène ». Telle est bien, en effet, la réalité la plus courante. Surtout sur les hautes surfaces comme celles de Vengeon, de Beauficel, de Saint-Martin-de-Chaulieu (massif de Vire) ou de la Graverie (massif de Saint-Barthélémy), une arène sableuse, parfois épaisse de plusieurs mètres, recouvre la roche-mère. La sablière l’emporte généralement sur la carrière à pierre franche. Un exemple d’analyse de sol sur granite, reproduit dans le tableau qui précède, met bien en valeur la prépondérance des sables.

30Les schistes paraissent occuper des surfaces plus vastes encore que les granites. A la périphérie du Bocage, dans le Coutançais, le Saint-Lois, le Pays de Briouze, ils dominent franchement. Au centre, leur importance est équivalente à celle des granites.

31Les formations cambriennes et siluriennes du synclinal bocain comprennent plusieurs séries schisteuses : les schistes et dalles de Campeaux, les schistes rouges, les schistes d’Angers ou schistes à Calymènes. Entre elles s’intercalent quelques couches de grés ou de conglomérats. L’ensemble occupe une position élevée entre le bassin de Vire et le pays de Caumont-l’Eventé et de Villers-Bocage.

32Les formations briovériennes couvrent de plus vastes surfaces. Elles forment une petite amygdale au cœur du Passais entre les hauteurs de Domfront et les pentes granitiques de Céaucé ; elles s’étendent surtout dans le bassin de Vire entre le synclinal bocain et le massif de Vire ainsi que dans le bassin de la Sélune entre Saint-Hilaire-du-Harcouet et Barenton. Dans les trois cas, elles occupent une position relativement déprimée où H. Elhaï a reconnu plusieurs « niveaux d’érosion en roche tendre » (bassin de Vire).

  • 11 M.-J. Graindor, 267, 1957.
  • 12 Lecouvreur, D.E.S., 1966. Deux échantillons sur schistes au Fresne-Porêt ont des teneurs en argile (...)

33On pourraît être tenté d’opposer les formations lourdes, à base argileuse, qui dérivent des schistes, à celles, plus sableuses, des granites. En fait, ce contraste, ne se réalise qu’assez rarement. Autour des massifs granitiques, les schistes sont métamorphisés. Ailleurs, dans les séries siluriennes et cambriennes comme dans celles du Briovérien, des grés et des conglomérats s’intercalent au milieu des schistes. M. J. Graindor classe le Briovérien du centre du Bocage dans la série supérieure qui comprend principalement des « schistes, des grés, des poudingues à petits éléments »11. Les couches sont souvent très redressées, généralement à la verticale. L’eau peut s’infiltrer profondément le long des plans de schistosité et une altération profonde où se combinent les processus chimiques et mécaniques décompose les niveaux supérieurs. Ainsi, parfois, une argile compacte recouvre-t-elle les schistes : c’est la « glaise » des agriculteurs bocains, assez fréquente dans le bassin de Vire. Mais, le plus souvent, les formations superficielles se caractérisent par une granulométrie assez proche de celle des granites. Les nombreuses analyses de J.-P. Coutard, faites dans le Saint-Lois, concordent sur ce point. Quelques mesures réalisées au Fresne-Porêt, dans le bassin de Sourdeval, semblent les confirmer. Les sables dominent (plus de 50 %), la teneur en argile reste généralement assez faible (le plus souvent moins de 20 %)12.

34Les grés et les conglomérats, lorsqu’ils sont disposés en bancs assez épais, constituent les roches les plus résistantes du Bocage Normand. Ils n’occupent que des surfaces réduites sur les hauteurs du synclinal bocain, des régions de Mortain, de Domfront et d’Andaine. Ils se décomposent mal et donnent de très maigres produits d’altération sableux.

35Les limons recouvrent en placages discontinus les interfluves des bas-pays du Passais et du bassin de la Sélune.

36Au total, les substrats du centre se décomposent en formations superficielles où les types sableux, sablo-argileux, sablo-limoneux, les « terres légères », l’emportent nettement sur les argiles.

b) De mauvais réservoirs d’humidité

37Les sols du Bocage permettent-ils de compenser, par leur capacité de rétention hydrique, l’irrégularité des précépitations, de constituer des réserves importantes lorsque tombent les lourdes pluies d’automne et d’hiver, de restituer celles-ci pendant les sécheresses estivales qui interviennent plusieurs fois par décade ? Il ne le semble pas.

  • 13 Carte de la végétation de la France au 1/200.000, 1954.

38Sur les sommets les plus élevés (hauteurs du synclinal bocain, de Mortain, d’Andaine, du massif de Vire) dominent des sols lessivés, des formations de type « podzolique ou « faiblement podzolique »13. Les précipitations abondantes de l’hiver ne peuvent être constituées en réserves. A travers les formations superficielles de type sableux, elles sont entraînées sur les pentes (lessivage oblique) ou en profondeur dans des roches-mères relativement perméables (granite diaclasé et surtout grés, schistes redressés à la verticale). Sur ces hauteurs tombent les quantités d’eau les plus fortes de toute la Normandie (souvent plus de 1,2 m). Mais leur diffusion s’opère de façon anarchique, sans constitution de nappe profonde ni de réserve superficielle dans le sol. Aussi ces régions élevées souffrent-elles rapidement de la sécheresse en été. Cette situation se retrouve, atténuée, sur le sommet des croupes schisteuses ou granitiques des bassins et des massifs.

  • 14 Notamment par Duchauffour, 44, 1948 ; 45, 1960.

39Sur les pentes, les effets du lessivage oblique créent des « chaînes de sols », maintes fois décrites ailleurs14, jamais étudiées de façon systématique dans le Bocage Normand, mais bien connues cependant, de façon empirique, des agriculteurs. Au sommet des pentes les plus accentuées, surtout sur substrat granitique, dominent des sols maigres, très lessivés, peu épais, où le « roc » affleure souvent au milieu des parcelles. Plus bas, lorsque la pente s’adoucit, la teneur en argile augmente ; les sols restent légers, mais ils conservent mieux l’humidité : c’est la « tuffe ». En bas de pente, s’accumulent les éléments fins, les argiles qui donnent des terres plus lourdes, plus compactes, difficiles à travailler mais où l’herbe pousse bien : en profondeur, la « glaise » y remplace la « tuffe ».

40Dans les fonds humides, petits vallons des massifs granitiques, vallées plus aérées des pays schisteux, s’accumulent les colloïdes argileux. Les sols deviennent imperméables. Lorsque la pente du profil longitudinal est assez forte, comme c’est le cas le long des rivières principales ou dans les massifs assez élevés, l’écoulement est cependant assuré. Mais les têtes de vallons ou les vallées qui traversent les bas pays schisteux ont souvent des pentes très faibles. Dans les fonds évasés, les eaux stagnent, les sols souvent asphyxiés sont gleyifiés.

41Ainsi, aux deux extrémités de la chaîne, les sols du Bocage conservent-ils bien mal l’humidité : les uns pâtissent d’un excès d’eau à peu près permanent ; les autres souffrent des sécheresses parce qu’ils ne permettent pas de constituer des réserves. Au moins, une partie des pentes échappe-t-elle à ces inconvénients opposés.

c) Des terres difficiles à travailler

42Les sols du Bocage sont difficiles à travailler. Cette affirmation, souvent répétée, peut surprendre alors que la plus grande partie des formations superficielles du centre du Bocage appartiennent à la catégorie des « terres légères ». La charrue, il est vrai, pénètre assez facilement dans les sols sableux ou sablo-argileux des sommets de collines ou des hautes pentes. Le laboureur se heurte cependant aussi à quelques sérieuses difficultés.

43Les premières proviennent des pentes elles-mêmes. Les surfaces horizontales ou subhorizontales sont exceptionnelles dans le Bocage. On peut y distinguer trois types principaux de modelés. Dans les massifs granitiques, quelques surfaces planes occupent les parties les plus élevées. Mais un réseau hydrographique, souvent très dense, cerne ces zones étroites qu’entoure un système compliqué de pentes parfois fortes (supérieures à 5°). Ainsi, le massif de Vire, très chaotique, ciselé par les affluents de la Vire. Les hauteurs correspondant au synclinal bocain, dans un matériel différent, présentent une situation assez comparable. A la périphérie de cette région élevée et sur les versants des vallées de la Druance, de la Souleuvre et de leurs multiples affluents, près de 20 % des surfaces ont des pentes supérieures à 4°. Seuls, les bas-pays schisteux où alternent d’assez larges vallées et des collines molles disposent de conditions nettement plus favorables.

44Mais aux difficultés qui proviennent des pentes, s’ajoutent les inconvénients de la pierrosité ou de l’excès d’humidité. Les sols sont souvent peu épais, quel que soit le substrat. Dans la partie supérieure des versants, les socs se brisent sur les affleurements de granite ou de grés, les attelages peinent sur une terre qu’alourdit la présence de plaquettes schisteuses mal décomposées. Mais l’excès d’humidité dans les fonds et sur les basses pentes constitue un handicap beaucoup plus grave. Il rendait très difficile les labours et les charrois sur ces terroirs au xixe siècle. Maintenant, il interdit l’entrée des tracteurs dans de nombreuses parcelles au sol trop compact.

  • 15 Notamment, notice sur le Passais, A.N. 1841.

45Tous ces inconvénients sont encore accentués par la présence d’un réseau dense de talus et de haies. Le bocage « à petites mailles » se compose de parcelles de petites dimensions ou de dimensions moyennes que limitent des levées de terre de 2 à 3 m de large. Celles-ci créent des contre-pentes qui augmentent localement les difficultés de drainage. Elles rendent plus difficile le travail des attelages et des tracteurs. Déjà, au xixe siècle, on regrettait partout que près de quatre sillons fussent ainsi perdus de part et d’autre de chaque haie15.

46Beaucoup plus que dans le Cotentin oriental ou que dans le Bessin, le travail du sol s’avère difficile dans le Bocage Normand. Deux types de terroirs s’opposent franchement à l’utilisation par le labour : les pentes trop fortes des hautes terres granitiques et gréseuses, les bas-fonds gorgés d’eau. Ailleurs dominent des « petites terres », plus accessibles, mais aussi, le plus souvent, d’une piètre fertilité.

d) Des sols incomplets

47Qu’ils soient issus des schistes, des grés ou des granites, tous les sols du Bocage possèdent en commun un déséquilibre chimique qui s’exprime notamment par une acidité excessive.

  • 16 Agriculture et Elevage dans l’Orne, 280, 1964.
  • 17 Monographie agricole départementale, la Manche, 1958.
  • 18 Lecouvreur, D.E.S. 1966 ; Dufresne, D.E.S. 1966 ; Michel, D.E.S. 1966.

48Une carte sommaire de la répartition des pH dans le Bocage Ornais met bien en valeur l’acidité générale des sols : au sud d’une ligne Tinchebray-Messei-Briouze-Carrouges, 60 % des terres, d’après la légende, ont un pH inférieur à 6 ; seuls les schistes métamorphiques du bassin de Fiers ont une composition un peu mieux équilibrée avec 60 % des terres aux pH compris entre 6 et 716. De même, la notice agricole du département de la Manche présente pour le Mortanais les plus mauvais résultats de l’ensemble du département17. Sur 37 analyses effectuées, 13 indiquent des pH inférieurs à 5, et 10 compris entre 5 et 6, soit plus de 60 % d’échantillons nettement acides. Ces observations rejoignent celles relevées par Lecouvreur dans le bassin de Sourdeval, par Dufresne dans le bassin de Vassy-Vire, par Michel sur les hauts du synclinal bocain18. Cette acidité reflète une carence générale en carbonate de calcium à laquelle s’ajoute un déficit en potasse et en phosphore. Les sols bocains appartiennent à la catégorie des terres pauvres et froides, de celles qui jadis portaient des seigles et des sarrasins et qui ignoraient le froment et les riches herbages.

  • 19 A.N., 1839.

49La nature des substrats, où dominent les argiles et les sables, mais aussi la podzolisation ou l’asphyxie liée à un mauvais drainage permettent d’expliquer ce déséquilibre général des sols bocains dont les conséquences sont graves pour les cultures comme pour les prairies. Depuis longtemps, les paysans ont tenté d’y remédier par le recours aux amendements. Mais là intervient un des plus lourds handicaps du Centre du Bocage. Deux types d’amendements, en effet, ont été utilisés : d’une part, la chaux issue des régions sédimentaires périphériques, des carrières et des fours des Plaines de Falaise et d’Ecouché par exemple pour le Bocage Ornais ; d’autre part, la tangue, dépôt à forte teneur en carbonate de calcium, apportée depuis les estuaires et les baies de la côte occidentale du département de la Manche et transportée dans le Bocage le long des chemins « tangours ». Toutes les régions périphériques du Bocage ont pu bénéficier très tôt de ces apports, dès le début du xixe siècle et même avant pour les régions rapprochées des sources comme le Coutançais, l’Avranchin, le Bocage d’Aunay et de Villers. Mais rien de tel n’était possible au cœur du Bocage. La difficulté des communications, l’absence de véritables chemins interdirent jusqu’à la seconde moitié du xixe siècle la pénétration des lourds charrois nécessaires pour transporter le calcaire, la marne, la chaux ou la tangue et pour modifier profondément le déséquilibre naturel des sols. Fait significatif, un four à chaux était signalé en 1839 comme une réalisation exceptionnelle. Un four installé au Mont d’Hert, aux limites orientales du Domfrontais, pouvait recevoir la pierre calcaire des carrières d’Ecouché. Les paysans d’une douzaine de communes voisines venaient s’y approvisionner. « Malheureusement les abords du Mont d’Hert et les chemins des communes voisines sont si mauvais, qu’ont est obligé, pour une foule de points, d’emporter la chaux à dos de cheval »19.

50Ainsi se précisent les caractères du milieu bocain ou interfèrent les données pédologiques et les techniques qu’utilisent les hommes pour en atténuer les défauts. Car les sols du Bocage ne sont pas de grasses terres. Ils manquent de chaux et de phosphore. Trop filtrants ou trop compacts, ils ont une mauvaise structure physique qui nuit à la régularité de l’approvisionnement en eau. Mais le Bocage est-il « maudit » pour autant ?

  • 20 Bonnamour (Mme J.), 367, 1966. On regrettera de ne pas pouvoir apporter sur le Bocage Normand une (...)
  • 21 Vézin, 165, 1930.

51On peut retenir ici une réponse analogue à celle que donne, avec des arguments irréprochables, Mme Bonnamour au sujet du Morvan, terre plus froide et plus pauvre encore que le Bocage Normand20. Les sols du Bocage ne sont pas vraiment stériles. Améliorés par la chaux et par l’engrais, ils peuvent donner de bonnes récoltes. Sur le littoral du Coutançais, des apports massifs de tangue pendant tout le xixe siècle ont totalement modifié l’équilibre pédologique au point que des réactions alcalines furent enregistrées, trente ans après amendement21. Mais ce privilège, à cause du relief et de l’éloignement, fut refusé au centre du Bocage qui resta jusqu’à l’aube du xxe siècle une terre froide et ingrate. Maintenant, l’engrais redonne à cette région une nouvelle chance.

52Les insuffisances chimiques, les difficultés rencontrées par le labour, les déséquilibres du drainage ne constituent pas des obstacles insurmontables. Tout, en effet, n’est pas également mauvais à l’intérieur du Bocage. Les défauts se combinent, selon les conditions de modelé, avec une acuité d’ensemble très variable qui permet de distinguer, en liaison avec les conditions climatiques, des types de terroirs nettement différenciés.

3°) LES PRINCIPAUX TYPES DE TERROIRS BOCAINS

53Les analyses précédentes ont déjà suggéré des différences profondes à l’intérieur du Bocage, tant du point de vue pédologique que du point de vue climatique. Dans la détermination des types de terroirs bocains, un facteur domine tous les autres : le modelé. Le centre du Bocage Normand, du point de vue agrologique, se divise difficilement en régions mais plus aisément en terroirs, parfois de faibles étendues, qui s’associent dans une trame assez serrée. Dans cette complexité, le modelé et l’altitude peuvent servir de fils conducteurs car ils influent sur le climat et sont en relation étroite avec la nature des sols.

a) Les hautes terres

54Les zones les plus élevées du Bocage réunissent le maximum d’inconvénients. Elles sont particulièrement étendues dans la région centrale et notamment dans le Domfrontais et dans le Mortanais, alors qu’elles disparaissent à peu près complètement d’un pays comme le Coutançais.

  • 22 Près de la moitié des surfaces en herbe dans le premier cas contre un tiers dans le second.

55Tout contribue à rendre ce milieu des hautes terres particulièrement ingrat. Le climat d’abord. Car une dénivellation d’une centaine de mètres prend une très grande valeur en pays atlantique. Les hauteurs accrochent les nuages qui déversent des précipitations nettement plus abondantes que dans les régions voisines. Brémoy, à 237 m d’altitude sur les hauteurs du synclinal bocain, reçoit 1035 mm contre 957 à Vire d’après Sanson. A Champsecret, sur le versant septentrional de la Forêt d’Andaine, 1 028 millimètres contre 863 à Fiers. Ces précipitations sont d’autant plus inutiles, voire nuisibles, qu’elles se produisent surtout pendant les mois d’hiver, contribuant au lessivage des sols. A cela, s’ajoutent des températures d’hiver plus basses, que n’étudient pratiquement pas les statistiques, la fréquence du gel, la présence prolongée de la neige, le souffle continu du vent qui accentue le refroidissement en hiver et, pendant l’été, l’évapotranspiration et la sécheresse. De toutes les stations du Bocage, Brémoy compte le nombre de jours de neige le plus élevé. Un tel climat combine les effets néfastes d’hivers froids et humides, d’étés frais et incertains entre la sécheresse et l’humidité. Contre le vent et les intempéries, les haies et les talus du bocage offrent quelques abris aux bêtes. Mais une longue stabulation d’hiver est nécessaire, obligeant le paysan à prélever sur les récoltes de l’été d’importantes réserves de fourrages. Ainsi les surfaces consacrées au foin semblent-elles nettement plus vastes sur les terres hautes du synclinal bocain que dans les bassins de Vire ou d’Aunay-sur-Odon22.

56Aux rudesses du climat, s’ajoute la médiocrité des sols, les plus maigres du bocage. A cause des roches-mères tout d’abord. Les parties les plus élevées se détachent en effet dans les conglomérats (synclinal bocain), dans les grés (Jurques, Mortain, Domfront, Andaine, Halouze) et plus rarement dans les granites (sud du massif de Vire) ou dans les schistes métamorphiques (haute surface de Ger, à l’est de Mortain). La large dominance des substrats gréseux ne peut guère contribuer à la fertilité des terroirs. Mais ce facteur défavorable se combine souvent soit à une podzolisation dans les parties les plus élevées, soit à un mauvais drainage sur des hautes surfaces qui se raccordent difficilement avec le niveau de base. La haute vallée de la Cance, au nord-est de Mortain, donne un bon exemple de ces médiocres terroirs d’altitude, gorgés d’eau et asphyxiés. Au niveau de Saint-Clément, la petite rivière coule dans une vallée très évasée à près de 300 m d’altitude. Le verrou de Mortain la sépare de la vallée de la Sélune située à une centaine de mètres plus bas. Dans une région presque désertique, la Cance serpente au milieu d’espaces semi-aquatiques où alternent médiocres prairies, marais et tourbières.

57Sur ces hautes terres, les landes occupèrent longtemps de vastes étendues. Elles restent encore présentes sur les sommets les plus élevés, à Jurques, à Domfront et à Mortain. De vastes massifs forestiers coiffent les hauteurs d’Andaine et de Halouze ainsi que celles de Saint-Sever, en limite du massif de Vire. Partout ailleurs, le labour et la prairie ont été substitués aux espaces incultes en dépit de la médiocrité des conditions naturelles.

b) Les vallées encaissées

58Aux reliefs les plus élevés, s’opposent, par la topographie tout au moins, les vallées profondément encaissées. Franchissant les horsts ou les reliefs appalachiens en gorges épigéniques ou en cluses, elles représentent un type de terroir assez peu étendu, mais néanmoins intéressant. On le trouve notamment à l’intérieur du synclinal bocain que traversent la Vire (Pontfarcy) et ses affluents (région de Le Tourneur et Malloué), mais aussi à l’issue du bassin de Sourdeval avec la vallée de Brouain, dans la traversée de la barre gréseuse de Mortain par la Cance, et encore dans la vallée de la Varenne au nord de Domfront ou celle de la Vère, en limite du massif d’Athis.

59En dépit de conditions très différentes de celles des hauteurs, ces vallées sont aussi très difficilement utilisables pour les cultures ou pour l’élevage. Leurs versants escarpés où affleurent assez souvent la roche en place ne dégagent en effet que de très rares replats accessibles aux labours ou même aux pâturages. Les fonds de vallée sont très étroits et les prés qui les occupent généralement bénéficient d’une certaine fraîcheur et d’une bonne humidité, mais ils pâtissent de leur isolement et d’un ensoleillement limité par la raideur des versants. En plus, le drainage a été souvent compromis par les barrages des nombreux moulins ou fabriques établis au fil de l’eau. Car, dans ces vallées pittoresques et encaissées, l’industrie et le tourisme concurrencent l’activité agricole. Anciennement hantés par les fées et les lutins, refuges maintenant des estivants ou des dernières fabriques, les trouées ou les gorges ne constituent que des terroirs d’appoints utilisés de façon très extensive par les éleveurs.

c) Les bas pays

60En dépit de la médiocrité générale des conditions naturelles, le centre du Bocage possède ses « bons pays ». Ils correspondent très exactement à un type morphologique défini par Elhaï : les bassins intérieurs, fossés d’effondrement comme celui de Saint-Germain-de-Tallevende au nord du massif de Vire, bassins d’érosions en roche tendre dégagés dans les schistes briovériens ou les schistes métamorphiques comme le centre du Passais, le petit bassin de Sourdeval, les grands bassins de Saint-Hilaire-du-Harcouet et de Vire. Par opposition aux terres qui les dominent, le Bocain appelle souvent ces régions les « bas pays ».

61Bien des facteurs se combinent pour faire de ces bassins les meilleures terres du Bocage. Un climat d’abri tout d’abord, moins saturé par les pluies de l’hiver que les hauteurs voisines, moins froid, avec des printemps plus précoces de quinze jours à trois semaines et des étés un peu plus chauds. Abrité derrière sa barre gréseuse, Domfront qui regarde vers la partie intérieure du Passais n’a que 7 jours de neige par an, d’après Sanson, contre 11 à Brémoy. Le bassin de Vire-Vassy bénéficie souvent des premiers éclats du printemps alors que les taches de neige tapissent encore les creux mal exposés sur les hauteurs du synclinal bocain ou du massif granitique qui l’encadrent. Dans les bassins, une végétation dense, des chênes et des hêtres, des peupliers au bord des ruisseaux, quelques châtaigniers, des ormes et des frênes au-dessus des haies, alors que les hauteurs les plus exposées ne tolèrent souvent que de petits arbres noueux et la lande...

62A ces qualités du climat s’ajoutent celles des sols. Dans les schistes ou les schistes métamorphiques, le modelé des bassins est d’une remarquable régularité : un réseau hydrographique faiblement encaissé composé de la Vire (Vire), de la haute Sée (Sourdeval), de la Sélune (Saint-Hilaire) et de leurs affluents ; une alternance régulière de vallées aux pentes douces et convexes avec des collines aux sommets subhorizontaux se raccordant aux niveaux d’érosion définis par Elhaï. Dans ces conditions sont évités les effets les plus néfastes du lessivage vertical ou du mauvais drainage. De plus, à défaut de bons sols, chaque village peut disposer des terroirs complémentaires rapprochés les uns des autres et accessibles : sommets de croupes qui se dessèchent en été mais qui s’égouttent assez bien pour que le labour y soit relativement facile ; versants lourds sous l’épaisseur de l’argile solifluée mais toujours assez humides pour les herbages, surtout en aval, grâce aux infiltrations ; fonds humides et frais, inaccessibles à la charrue, mais appréciés comme prés de fauche. En plus, sur le sommet des croupes, dans le Passais, sur les granites du Teilleul et de Mantilly et dans le bassin de Saint-Hilaire-du-Harcouet, quelques placages de limon, aussi énigmatiques que peu étudiés, améliorent encore la qualité des sols.

63Les pentes moyennes et continues des bassins intérieurs donnent au Bocage ses meilleurs terroirs. Mais à tous ces privilèges naturels s’ajoute encore celui de l’accessibilité. Car un réseau de chemins peut aisément quadriller les croupes sèches en n’ayant à franchir que de molles vallées. Par les bassins commença probablement la conquête et la mise en valeur du centre du Bocage Normand.

64Rien ne serait plus faux, en définitive, que de porter un jugement général sur les terres ingrates du centre du Bocage. Médiocres dans leur ensemble, par la rudesse du climat comme par les insuffisances des sols, certes, elles le sont. Mais, en ce domaine comme en d’autres, le Bocage impose sa variété. On y trouve de bons pays à côté de terres particulièrement déshéritées. De même, on ne peut trancher nettement pour donner au Bocage une vocation agricole plutôt qu’une autre. Plusieurs types de terroirs se refusent aux labours. Mais, ils ne constituent finalement que des cas secondaires. Les pentes douces, les sommets bien égouttés, types dominants, peuvent tirer une production plus élevée des cultures que d’une utilisation extensive de l’herbage permanent. Pour obtenir le rendement maximum des potentialités variées des terroirs bocains, il convient de les exploiter de façon sélective, c’est-à-dire d’adapter des techniques d’utilisation du sol différenciées à la variété des conditions naturelles. De façon empirique et parfois maladroite, mais exprimant finalement une connaissance profonde du milieu, la tradition bocaine est restée fidèle à ce principe fondamental.

II. – LA TRADITION BOCAINE : DE L’ARTISAN-PAYSAN AU PETIT ELEVEUR

  • 23 Carte de l’Atlas de Normandie, D 4, Prairies permanentes et labours.
  • 24 Perpillou, cartes de l’utilisation du sol en Normandie au début du xixe et du xxe siècle, diaposit (...)

65A la différence du système herbager dont la tradition remonte, dans le Cotentin, le Pays d’Auge ou le Pays de Bray, à plusieurs siècles, les fondements de l’économie agricole du Bocage ont évolué profondément au cours des cent dernières années. L’élevage constitue maintenant l’activité essentielle des exploitations bocaines. Au milieu du xixe siècle, dans le cadre d’un système complexe, il ne représentait qu’un secteur parmi d’autres. L’utilisation du sol a subi naturellement une évolution parallèle. Actuellement l’herbage occupe au centre du Bocage la plus grande partie des surfaces utiles, sans avoir toutefois la même prépondérance absolue que dans les pôles herbagers. En 1962-63, les prairies permanentes représentent entre 60 et 90 % des surfaces utiles dans le Mortanais (exceptionnellement un peu moins dans le bassin de Saint-Hilaire), entre 60 et 70 % dans la région de Vire-Vassy, entre 70 et 90 % dans le pays de Fiers et dans le Passais23. Le rapport le plus courant oppose un tiers des surfaces consacrées aux labours et deux tiers aux herbages. Une telle proportion représente un type d’utilisation du sol tout à fait nouveau dans ces régions. Les cartes de M. Perpillou24 montrent en effet que le rapport était généralement inverse au début de ce siècle, sans parler même du début du xixe siècle où les labours l’emportaient totalement. Mieux même, en 1930, les herbages n’occupaient encore tout au plus que 63 % des surfaces dans le Bocage Virois (canton de Vassy) et plus généralement entre 47 (canton de Condé) et 59 % (Bény-Bocage). Il en était de même dans le Mortanais et à l’ouest du Bocage ornais. La révolution herbagère s’est esquissée avant le xviiie siècle dans les principaux pôles herbagers, mais dans le Bocage Normand, elle s’est développée seulement de la fin du xixe siècle jusqu’à la dernière guerre sans jamais l’emporter totalement. Ainsi dans deux groupes de communes qui seront pris comme exemples démographiques dans le troisième chapitre consacré au Bocage, les labours occupaient-ils encore plus de 60 % de la surface utile en 1908 (à Presles dans le Pays Virois, et au Gast au sud de Saint-Sever). Cette situation s’est même prolongée au Gast jusqu’en 1930. La mise en herbe dans le Bocage est donc beaucoup plus récente que dans les pôles herbagers.

66La conversion tardive et partielle du Bocage central à l’herbage permanent ne manque pas de poser quelques problèmes méthodologiques. Que représente, en effet, actuellement, la tradition bocaine, celle des systèmes qui prédominaient encore il y a un siècle et parfois moins ? De simples souvenirs, des curiosités historiques totalement laminées par la vigueur des transformations qui se sont produites depuis ? Si la réponse à cette question devait être positive, elle justifierait l’abandon d’une analyse régressive dont les prolongements contemporains seraient des plus ténus.

67Mais il n’en est rien. En dépit de la brutalité des mutations récentes, la tradition bocaine demeure profondément vivante. Autant que les conditions naturelles, elle permet d’expliquer la nature des systèmes de production actuels. On ne comprendra bien le Bocage contemporain qu’en connaissant son état avant la conversion à l’herbe et en expliquant pourquoi et comment celle-ci fut tardive et partielle. En fait, après avoir traversé toutes les transformations en évoluant sans être profondément modifié, un élément subsiste en permanence, véritable fil conducteur de toute connaissance du Bocage : la petitesse des exploitations agricoles.

1° LES PETITES EXPLOITATIONS

68La structure des exploitations divisée en petites et en très petites unités représente actuellement un des caractères fondamentaux de l’économie bocaine. Depuis que la possibilité d’utiliser les engrais et les amendements atténue en partie les faiblesses naturelles d’un milieu ingrat, on peut même considérer, de nos jours, que l’extrême division des exploitations bocaines est le phénomène qui conditionne le plus lourdement l’économie de cette région. Or, de très nombreuses études ou témoignages permettent de montrer que cette division des unités d’exploitation s’inscrit dans le prolongement d’une tradition qui en éclaire les principaux aspects.

  • 25 Principales enquêtes de l’Association Normande au centre du Bocage : Vire, 1837 ; Mortain, 1837 ; (...)

69Sur ce sujet, toutes les enquêtes de l’Association Normande25 au milieu du xixe siècle convergent de façon remarquable. Domfrontais, Mortanais ou région Viroise, le cœur du Bocage, est par excellence le pays de la « petite culture ». Que doit-on entendre exactement par cette expression ? L’enquête de 1837, à Vire, indique qu’une ferme moyenne emploie une charrue et comprend environ 20 ha. En 1839, la statistique agricole réalisée à Domfront estime que les petites exploitations de moins de 12 ha dominent à l’intérieur du Passais mais qu’on trouve plus au nord (région de Fiers) des fermes moyennes de 20 ha et même quelques grandes unités d’une quarantaine d’ha. Les enquêtes de 1860 et de 1871 à Vire et à Mortain sont encore plus précises. Dans le Pays virois domine la « petite culture » caractérisée par la ferme d’une charrue. Aucune exploitation ne dispose de plus de 2 charrues. Selon les estimations des propriétaires et des exploitants, on doit alors compter en moyenne sur 100 fermes, 39 très petites unités inférieures à 5 ha, 34 comprises entre 5 et 10 ha, 18 allant de 10 à 20 ha et 9 seulement supérieures à 100 ha. M. Ameline, directeur du Grand Séminaire, fournit au Congrés de l’Association Normande des renseignements très précis sur la région de Mortain. Selon lui, un seul domaine, tout à fait exceptionnel atteint 120 ha, celui d’un noble, M. de Failly ; les plus grandes exploitations du Mortanais comptent alors de 20 à 25 ha ; les deux tiers de la terre cultivée appartiennent à la « moyenne culture », composée ici de fermes de 5-6 ha. En-dessous subsistent encore de très petites exploitations. Plus significative peut-être, la liste des fermes primées par l’Association car celles-ci occupent naturellement le plus souvent le sommet de la hiérarchie : la Cour de Montgothier (à Montgothier) a 36 ha, la Grande Ferme de Saint-Fresne (Cheffreville) 25 ha, la ferme de la Bellangeraie (au Teilleul) 22 ha... La gamme des exploitations est donc comprise entre quelques ha et 20 à 25 ha. Compte tenu de décalages dus à une certaine concentration, ce sont là les mêmes structures que celles qui dominent encore actuellement. Mieux même, en dépit de leur caractère rudimentaire, les enquêtes du xixe siècle font bien apparaître des nuances régionales qui subsistent de nos jours : le Passais et le Mortanais où prédominent les très petites exploitations ont une structure encore plus morcelée que les pays de Vire, de Tinchebray et de Fiers où les fermes de 20 ha tiennent une place assez importante.

  • 26 Jouanne, 269, 1962.

70Un article de R. Jouanne26 fournit quelques renseignements sur 7 paroisses du Domfrontais situées entre les forêts d’Andaine et de Halouze à la fin du xviiie siècle. Le rapport du nombre de charrues « montées », indicatrices des fermes relativement grandes, au nombre de feux montre bien la place infime tenue par les laboureurs dans une population occupée cependant en grande majorité au travail de la terre :

71Plus de 90 % des paysans du xviiie siècle ne disposaient donc même pas d’un attelage. Une comparaison avec la répartition des exploitations en 1955 révèle certes une évolution importante des structures mais aussi le maintien de la division. Par rapport au nombre de feux, le nombre total d’exploitations a diminué au moins de moitié, sauf à Champsecret où une importante partie de la population qui était occupée par le travail du bois dans la forêt d’Andaine a disparu. En 1955, les exploitations de plus de 20 ha sont généralement deux fois plus nombreuses que les fermes à charrue attelée de la fin du xviiie siècle. Un parallélisme certain n’en demeure pas moins : au xviiie siècle et encore même au xixe siècle, une large dominance des très petits exploitants ne disposant que de leurs bras ; de nos jours, une minorité de fermiers de plus de 20 ha au milieu d’une foule de petits paysans faisant valoir entre 4 et 15 ha.

  • 27 Voir 3e chapitre sur le Bocage.
  • 28 En cours de réalisation, Mme Blondel.
  • 29 Lecouvreur, D.E.S., 1966.
  • 30 Michel, D.E.S., 1966.

72L’extrême division des exploitations du Bocage est assez souvent attribuée à l’évolution qu’elles ont subies pendant le xixe siècle. Bien des observateurs, en effet, ont été frappés par la division des héritages paysans dans une structure où le faire-valoir direct l’emporte souvent sur le fermage et où l’usage respecte les droits de chacun. En fait, l’histoire foncière du Bocage est étroitement liée aux mouvements démographiques, naturels ou migratoires, qui ont gonflé ou fait diminuer la population paysanne. De la période révolutionnaire à la Monarchie de Juillet, il semble bien, en effet, que se soit développée une tendance favorable à la multiplication des propriétés, des exploitations et des parcelles, car la population augmenta dans la plupart des cantons pour atteindre un chiffre maximum entre 1826 et 1851 ; en outre, quelques domaines nobles avaient été partagés en début de période. Mais ce mouvement fut plus que compensé par la dépopulation qui suivit et qui se prolonge jusqu’à nos jours, par l’élimination d’un grand nombre de familles par dénatalité, par l’émigration de beaucoup d’autres et notamment des artisans-paysans27. En attendant les résultats d’une thèse sur la propriété foncière dans le Bocage Virois28, quelques études partielles permettent de confirmer cette analyse. Dans la région de Sourdeval, Lecouvreur, par exemple, estime que le nombre des propriétaires a diminué de 20 % depuis le début du xixe siècle29. De même, dans la région élevée du synclinal bocain, en Pays Virois, Michel note une diminution du nombre des propriétaires de 30 % entre 1823 et 1913, et de 25 % entre 1913 et 196530. Nulle doute, par conséquent, que depuis 150 ans, loin d’avoir été divisée, la propriété foncière (et avec elle les exploitations) a plutôt subi un mouvement de concentration. Actuellement, la surface des exploitations moyennes est de 15 ha, plutôt que de 10 ha comme au début du xixe siècle. Et les « grandes » fermes, de 25 à 40 ha, sont maintenant assez nombreuses, notamment en Pays Virois.

73C’est donc dans les structures anciennes du Bocage que se trouve l’explication de la répartition contemporaine des exploitations. L’évolution récente n’a fait qu’apporter quelques retouches à un état traditionnel. On se gardera de pénétrer dans un domaine très complexe de l’histoire normande que les spécialistes ont à peine abordé. Mais il est sûr que les sources des divisions contemporaines remontent à un passé lointain, sans doute à la conquête même de cette terre ingrate.

  • 31 Musset (L.). Notamment, 129, 1959 ; 271, 1960 ; 272, 1966.

74Dans plusieurs articles dispersés31, L. Musset dégage trois étapes principales dans la colonisation du Bocage : celle des « villae » de l’époque franque, celle des bourgs des xie et xiie siècles, celle enfin des hameaux familiaux du xiie au xive siècle. Les toponymes en -y de la première période dominent de façon frappante dans les « bas pays » schisteux, notamment au nord de Vassy-Vire (dans le bassin de Vire) et de St-Hilaire-du-Harcouët (dans le bassin de la Sélune). Ils accompagnent un parcellaire remarquablement organisé en damier régulier. A la seconde étape, le Bocage doit la naissance de beaucoup de ses centres locaux ou de ses villes comme Mortain, Le Teilleul, St-Hilaire-du-Harcouët, Passais. Mais la troisième vague a laissé les témoins les plus nombreux. Elle s’exprime partout par l’essaim des hameaux familiaux en -erie ou en -ière, les « villages » actuels. Cette dernière période dut marquer le plus profondément les structures du Bocage. Dans sa présentation du cartulaire des possessions de l’abbaye du Plessis-Grimoult, L. Musset décrit ainsi l’exploitation de cette époque : « l’unité d’exploitation fondamentale est la « masure », en même temps unité de tenure... l’exploitation paysanne du Bocage nous apparaît donc juridiquement plus libre, mais économiquement un peu retardataire si nous la comparons avec celles de la moitié septentrionale du Diocèse de Bayeux ». Elle ne dépend ni de vavassories, ni de villainage ou de bordage. Elle doit plus de redevances en argent que de corvées en nature.

75Par conséquent, peu de grands fiefs, peu de domaines réservés dans le Bocage et maintenant peu de terres nobles dans la propriété foncière. A la conquête de pays ingrat, des hommes pratiquement libres, et, de nos jours, une société homogène de petits propriétaires. De plus, à la différence des riches terroirs herbagers ou des Plaines, les maigres sols du Mortanais ou du Domfrontais n’ont jamais beaucoup intéressé la bourgeoisie des grandes villes. Les structures bocaines n’ont donc évolué que par leurs propres mouvements internes, se divisant au cours des poussées démographiques (probablement du xviiie siècle jusqu’à la seconde moitié du xixe siècle non comprise), se concentrant lorsque le nombre des hommes diminuait (fin du xixe siècle et début du xxe siècle). Par l’étroitesse de sa tenure, par sa qualité d’homme libre, par le souci permanent qu’il a de faire respecter son droit, le paysan bocain contemporain hérite des « closiers » de la fin du Moyen-Age. Encore vivant, le terme qui désigne l’unité de production n’est ni l’exploitation ni la ferme, expressions contemporaines ou modernes, mais la « tenue » qui prolonge directement la lointaine tenure médiévale.

2° LES ÉLEVAGES ET L’UTILISATION SÉLECTIVE DU SOL

  • 32 Selon un schéma assez classique, les textes et les études antérieures au xviiie siècle ne fourniss (...)

76De quoi vivaient les très petites exploitations agricoles du Bocage avant l’extension herbagère de la fin du xixe siècle ? On imagine mal comment purent subsister sur une terre d’aussi faible valeur une foule considérable de petits paysans. Les systèmes du xixe siècle et du xiiie siècle ont permis au Bocage de supporter des densités humaines très fortes. Jamais cette région ne fut sans doute aussi peuplée que dans la première moitié du xixe siècle : les trois arrondissements de Vire, de Mortain et de Domfront comptaient en 1801, 260.000 habitants, soit 1,4 fois plus qu’en 1954 (186.000). Globalement, la densité dépassait 100 habitants pour 100 ha utiles (elle était de 110 habitants environ par km2 utile). Or, la population était à peu près totalement rurale. Vire, la plus grande ville, ne groupait que 7.500 personnes, Fiers 5.000, Mortain et Domfront moins de 3.000. On ne peut comprendre les transformations de la deuxième moitié du xixe siècle ainsi que bien des aspects de l’économie contemporaine sans connaître le système primitif qui prévalait alors dans les multiples petites exploitations du Bocage32.

a) Le système primitif : prés, jachères et landes

  • 33 Duval, 1910.

77En 1727, Lallemand de Levignen décrit avec une grande précision le système agricole de l’arrondissement de Domfront, typique du centre du Bocage33 : « Il y a beaucoup de terrain en friche dans cette élection dont on ne tirerait aucune utilité quelque soin qu’on prête à s’y donner, y en ayant plus d’un tiers en bois, landes, marais et bruières qui ne produisent que de maigres pasturages pour des moutons et le surplus du terroir produit des grains de toutes espèces et de mauvaise qualité : on sème tous ces grains dans les meilleures terres trois années de suite, la quatrième on laisse reposer ces terres qui ne produisent que du pasturage ; les terres médiocres se brûlent et ne sont ensemencées que de cinq ans en cinq ans des mêmes grains que les bonnes, mais leur production est moins bonne de la moitié et ne passe pas ordinairement le quadruple des semences. Le peu de froment qui s’y recueille est fort petit, le seigle très maigre, et les avoines fort menues. Le plus fort consiste en bleds noirs qui font la subsistance des habitants... ».

  • 34 Musset, 1959 ; Jouanne, 1962 ; Chardon, 1963.

78Ce texte remarquable met parfaitement en valeur les traits essentiels du vieux système bocain. En y ajoutant de nombreuses allusions des enquêtes de 1855-1860 à l’« ancienne économie », ainsi que quelques autres renseignements épars34, on peut reconstituer ce que furent l’agriculture et l’élevage dans le Bocage jusqu’au début du xixe siècle.

79Le sol de qualité très variable est exploité de façon inégale. Chaque village dispose généralement de quatre zones d’utilisation très différenciée :

  1. Les landes, taillis, bois et bruyères, presque toujours en communaux, servent principalement de pâture. Mais, selon les droits en usage, on peut y ramasser du bois de chauffage et y récolter des « vignons » pour alimenter les « fourneaux »... Ces surfaces à faible rendement agricole occupent les plus maigres terroirs, les versants où affleure la roche dans les massifs granitiques et surtout les hauteurs gréseuses des régions de Domfront et de Mortain au sud, du synclinal bocain au nord.
  2. Les labours suivent une rotation de trois ans, à base céréalière (sarrasin, orge ou avoine, seigle et méteil, très rarement froment), qui alterne avec des jachères plus ou moins longues selon la fertilité du terroir. Les surfaces cultivées s’étendent sur la plus grande partie du territoire, comme le montrent les cartes de M. Perpillou35. Elles se moulent sur les pentes douces des bassins schisteux, sur les versants les plus accessibles des massifs granitiques, sur les sommets plans des collines (à l’exclusion des plus élevées) qui donnent les terroirs les mieux égouttés.
  3. Les prés se limitent aux fonds humides des vallons. Jamais pâturés (à l’exception, parfois, des regains), ils sont réservés au foin. Ils s’étendent sur des surfaces peu importantes, inférieures le plus souvent au quart de l’espace utile. Toutefois, lorsque le drainage se concentre et que les fonds humides s’élargissent, comme c’est le cas dans le bassin de Vire, les prés occupent une surface un peu plus vaste (un tiers environ de l’espace utile).
  4. Les « clos » ou « plants » entourent les bâtiments dispersés de chaque ferme. Les jeunes animaux y trouvent leur pâture en compagnie de la basse-cour. Pommiers et poiriers (ces derniers surtout dans le Domfrontais) se pressent en rang serré au-dessus de l’herbe. Au « plant » est adjoint un potager et une chénevière qui bénéficient du maximum de fumier.

80La vieille exploitation du Bocage possède donc une gamme de productions assez étendue. Comme cultures : céréales variées et légumes du jardin, fruits à cidre ou à poiré. Comme élevages, des troupeaux réduits mais disparates, volailles, quelques bovins, moutons et chèvres, parfois un cheval. Déjà les surfaces fourragères, de médiocre valeur d’ailleurs, sont très différenciées : pâturages maigres des « communes » (communaux), « étoubles » (jachères) sur lesquelles repoussent surtout de mauvaises herbes, prés réservés au foin, herbages complantés des clos. La quasi-totalité des productions sert à l’autoconsommation familiale.

  • 36 Flatrés (P), 380, 1957.

81Au xixe siècle, les hommes de progrès ne manquent jamais de décrier ces pratiques fort rudimentaires. Elles n’assurent, il est vrai, que des rendements très médiocres et particulièrement irréguliers. Dans la région de Vire, en 1860, alors que déjà une importante évolution s’est dessinée, le froment ou le méteil ne rendent que 5 à 6 fois leur semence. En 1839, le cheptel d’une bonne ferme de 20 ha dans le Domfrontais compte tout juste 2 chevaux, 2 porcs, 3 vaches et leurs 9 élèves. Le vieux système de production du Bocage n’assure aux paysans aucune sécurité, parfois sévissent de véritables disettes (xviie s.) et pour la grande majorité une misère à peu près permanente limite tous les efforts. Cette organisation n’en représente pas moins une forme déjà très élaborée d’utilisation d’un milieu particulièrement ingrat par des populations nombreuses disposant de moyens techniques très rudimentaires. Utilisation sélective du sol, association et complémentarité des élevages et des cultures forment un système de production cohérent et relativement efficace. Il n’est pas particulier au Bocage Normand. Sous des formes toujours assez proches, il s’étend sur l’ensemble des terres froides de la façade atlantique de l’Europe, de la Galice aux provinces celtiques des Iles Britanniques en passant par la Bretagne36.

b) La révolution fourragère du xixe siècle : la trémaine.

  • 37 Enquêtes de l’A.N. déjà citées.

82La révolution agricole de l’époque moderne n’a abordé le centre du Bocage que très tardivement. Elle s’esquisse dans la région de Domfront en 1839, mais elle ne semble pas avoir pénétré le Mortanais en 1837, d’après les premières enquêtes de l’Association Normande. Dans la région de Vire en 1860, elle se développe avec vigueur, encore qu’inégalement, les secteurs de Condé ou de Vassy étant en avance sur celui de Saint-Sever. En 1871, le congrès de Mortain révèle des archaïsmes persistants : les jachères subsistent de façon systématique au sein des assolements. Très nettement, les techniques nouvelles ont pénétré d’abord les régions qui étaient les plus aisément en contact avec la Campagne de Caen, le pays de Vire avant le Passais et surtout le Mortanais qui furent les derniers refuges du système primitif37.

  • 38 A.N., 1837.

83Comment s’étonner de ce retard ? En 1836, après s’être plaint du déficit en grains et en fourrages qui accablait son arrondissement, le sous-préfet de Mortain analysait avec beaucoup de finesse les obstacles au progrès : l’infertilité des terres certes, mais surtout l’extrême difficulté des communications et le fractionnement des exploitations qui maintenait refermée sur elle-même une population d’agriculteurs misérables38.

84Des éléments nouveaux intervinrent cependant, modifiant peu à peu l’état ancien. L’ouverture progressive de routes puis les chemins de fer, firent sortir partiellement la région de son isolement. Mais surtout l’augmentation de la population dans le premier tiers du xixe siècle et le défrichement de la plus grande partie des landes du xviiie siècle au début du xixe rompirent l’équilibre ancien, déjà fort précaire. L’intensification devint nécessaire. Mais le décalage entre l’apparition des premiers déséquilibres (xviiie siècle) et la transformation réelle du système (milieu du xixe siècle) donne assez bien la mesure de la résistance des archaïsmes.

85La révolution agricole du Bocage fut fort classique. L’intensification fourragère en constitue le fondement essentiel. Aux anciens pacages se substituèrent des cultures consacrées à la nourriture du bétail. Carottes, navets et betteraves que le paysan bocain réunit sous le nom de « légumes », sainfoin et luzerne de façon plus exceptionnelle ont été progressivement introduits à partir de quelques grandes exploitations qui prirent modèle sur la Campagne de Caen. Quelques-uns, dans le pays virois, s’essayèrent même au colza. Tous adoptèrent la pomme de terre. Mais le remplacement de la jachère par une prairie artificielle, la trémaine, contribua surtout à l’intensification du système bocain. La trémaine se sème dans l’avoine ou dans l’orge, en fin d’assolement. Elle se compose d’un mélange de trèfle violet et de ray-grass, le trèfle dominant très largement. Elle reste en terre généralement deux ans, donnant deux coupes la première année et une coupe suivie d’un regain pâturé la seconde avant d’être labourée pour laisser place aux semis de blé. La trémaine, en effet, fournit de bons rendements qu’on peut évaluer à 4.000 ou 5.000 U.F. environ, soit 4 ou 5 fois plus qu’une jachère morte, pour le moins. Elle entraîne par conséquent l’ensemble du système dans le cycle bien connu de l’intensification : augmentation du cheptel (et notamment du cheptel bovin), accroissement des fumures, amélioration des rendements en grains, remplacement des céréales pauvres (méteil, seigle, puis sarrasin) par le blé...

86D’où vient la trémaine si importante dans l’évolution économique du Bocage ? Les études historiques ne disent pratiquement rien de ses origines. D’après Delisle, elle apparaît tardivement à la fin du xviie siècle. Elle est proche parente du trèfle violet du Pays de Caux, d’autant qu’elle est souvent complétée, comme dans cette dernière région, par des trèfles incarnats cultivés en dérobée. Elle convient parfaitement aux terres acides du Bocage, à la différence de la luzerne et du sainfoin. Le ray-grass qui est mélangé au trèfle poussait déjà spontanément dans les jachères. Le Bocage a probablement emprunté à d’autres régions plus avancées les principes d’une sélection de prairies artificielles comprenant une légumineuse associée à une graminée, et peut-être le mélange lui-même. Mais l’influence ne peut venir de la Plaine de Caen alors dominée par la luzerne et le sainfoin. La trémaine, à laquelle on doit ajouter le chou, cultivée bien avant le xixe siècle, constitue l’instrument le plus original de la révolution agricole dans le Bocage.

c) Les richesses de la fin du xixe et du début du xxe siècle : l’herbage et le plant

87« Légumes » et choux, avoine et orge, trémaine et trèfles incarnats : le Bocage possédait, à l’issue de la première révolution agricole, un arsenal fourrager assez complet qui prit avec avantage le relais des vieux pacages traditionnels. Il le possède toujours puisque ces cultures destinées au bétail occupent maintenant avec le blé l’essentiel des surfaces labourées. Vers le milieu du xixe siècle, quelques propriétaires ou fermiers recherchèrent en plus l’intensification des prés traditionnels. Ainsi, dans le pays de Vire, l’enquête de 1860 mentionne les nombreux efforts réalisés pour améliorer la production des prés : apports de fumier et de noir animal, irrigation par débordement provoqué de la Vire et de ses multiples affluents, quelques opérations de drainage effectuées à l’aide de rigoles empierrées ou de tuyaux.

  • 39 A.N., 1839.

88Mais ces quelques tentatives ne doivent pas faire illusion. Par tradition, le Bocain s’intéresse assez peu aux prés et ses techniques sont très mauvaises. Au cours de l’enquête de Domfront, en 1839, un certain Travers juge ainsi leur utilisation : « J’ai vu de vastes prés où jamais les animaux ne pâturent ; où on fauche l’herbe de temps immémorial, sans qu’on n’y ait jamais mis d’engrais. Les propriétaires ou les fermiers... sont persuadés que s’ils le mettaient sur leurs prairies, leur engrais serait perdu. C’est un préjugé dont ils subissent les conséquences : la mousse et le jonc disputent la place à l’herbe, qui, relativement, ne donne que de faibles produits »39.

89Paradoxalement, c’est cette forme d’exploitation extensive qui l’emporte peu à peu à partir de la seconde moitié du xixe siècle. Car le centre même du Bocage n’échappe pas à la vague herbagère qui s’étend alors sur l’ensemble de la Normandie. Peu à peu, il participe au commerce du bétail et des produits laitiers grâce à l’extension des marchés et à l’ouverture des communications. Beaucoup mieux que les céréales dont la qualité reste médiocre et les rendements bas malgré les améliorations (de l’ordre de 15 qx par ha), trois produits de l’élevage trouvent aisément preneur sur les marchés : les bonnes génisses amouillantes et les veaux d’élevage, les poulains après dressage au travail, le beurre fermier. En outre, la vente en fraude de l’alcool valorise le produit des « plants ». Ainsi, au vieux système de subsistance se substitue une économie de vente fondée sur l’élevage. Les couchis gagnent sur les labours. Mais jamais ils ne les excluent totalement.

90A ce stade de l’évolution, une question se pose cependant. Pourquoi l’élevage bocain ne s’est-il pas développé sur l’infrastructure que lui fournissaient les cultures fourragères de son assolement traditionnel amélioré ? Pourquoi les herbages l’emportèrent-ils dans une proportion variant de 50 à 80 % sur la trémaine et les plantes sarclées ? Comment un système extensif dont les rendements dépassent difficilement 2.000 U.F. par ha s’imposa-t-il sur des cultures intensives produisant deux fois plus au minimum ? Et, inversement pourquoi les herbagers ne remplacèrent-ils pas ici totalement les labours, comme ce fut le cas dans le Bessin, le Cotentin, le Pays d’Auge intérieur ?

91Répondre à ces questions, c’est analyser l’originalité la plus profonde du Bocage. Cette région a adopté en grande partie l’herbage en effaçant presque complètement sa tradition culturale. Elle ne s’est pas cependant totalement enfermée dans le nouveau système.

  • 40 Enquête personnelle.
  • 41 Michel, D.E.S. 1966 ; Dufresne, D.E.S. 1966 ; Lecouvreur, D.E.S. 1966.

92De la deuxième moitié du xixe siècle à la Seconde Guerre mondiale, la vague herbagère a progressé du nord au sud et elle s’est étendue d’autant plus complètement qu’elle était apparue assez tôt. Ici, c’est le Bessin et le Cotentin qui ont servi d’exemples ; les marchés d’Isigny et de ses satellites exercèrent un attrait grandissant sur les beurres du Bocage. Au nord, dans la région de Caumont-l’Eventé, ce fut à la fin du xixe siècle que les herbages progressèrent le plus, passant de 30 % à 60 % de la surface utile entre 1885 et 190540. Au centre du Bocage, le phénomène fut plus tardif. Michel et Dufresne montrent que c’est entre les deux guerres mondiales que les surfaces en herbe s’étendirent dans la zone élevée du synclinal bocain et dans le bassin de Vire-Vassy (de 25-30 % de la S.A.U. avant 1914 à 60-70 % après la Seconde Guerre Mondiale). Dans le bassin de Sourdeval, plus éloigné encore du pôle d’influence, les prairies permanentes se sont étendues lentement jusqu’en 1944, selon Lecouvreur, puis ont progressé plus rapidement pour occuper environ les 4/5 du territoire41.

93Ces quelques jalons permettent de saisir la progression géographique de la mutation herbagère et sa force inégale selon les régions. Par strates successives, s’est constitué le système de production du Bocage. Aucun sédiment de cette histoire complexe n’a totalement disparu, mais les traces marquent d’autant plus profondément la vie actuelle que leur empreinte est récente. Au sommet des escarpements gréseux, comme de très lointains souvenirs, les landes. Sur les croupes les mieux égouttées, les champs de trémaine alternant avec le blé et l’orge. L’herbage, enfin, un peu partout, sur les pentes et dans les fonds. Mais, pour comprendre les mécanismes des transformations qui ont créé les paysages actuels, il est nécessaire de ne pas se confiner à l’examen des seuls facteurs techniques. Il faut aussi considérer les profondes mutations économiques et sociales qui les ont sous-tendues.

3° LES TRAVAUX ET LA SUBSISTANCE DES HOMMES

94L’abîme qui sépare la société contemporaine, composée d’une masse relativement homogène de petits éleveurs spécialisés, et la population du xixe siècle, beaucoup plus hétérogène dans ses activités, semble plus profond encore que l’opposition historique des paysages et des modes d’utilisation du sol. Avant de devenir un éleveur, le paysan du Bocage fut un bouilleur de cru besogneux, et avant cela encore un agriculteur-artisan actif. La promotion contemporaine de l’élevage comme activité dominante du Bocage s’inscrit au terme d’une chaîne de transformations qui ont conduit une société laborieuse de petits paysans-artisans à devenir des éleveurs.

a) Le système ancien : l’association du travail artisanal et de la polyculture de subsistance

95Jusqu’au milieu du xixe siècle, alors que la population du centre du Bocage atteignait de fortes densités (plus de 100 au km²) et qu’elle tendait toujours à augmenter, le travail artisanal apparaissait comme le complément indispensable de la polyculture de subsistance.

  • 42 Cité par Jouanne, 124, 1962.

96Rude travailleur, consommateur frugal, tel est le petit paysan du Bocage traditionnel. Le système primitif d’exploitation exige en effet de gros efforts pour de maigres rendements. Le pâturage des bêtes dans les landes ou sur les étoubles demande une simple surveillance qu’assurent les enfants ou les vieilles femmes. Mais les travaux des champs sur une terre ingrate et sous un climat incertain requièrent beaucoup d’énergie. Pour préparer les sarrasins, il faut trois labours (mars, mai et juin) et un pour le blé. Or le labour est une rude affaire, surtout sur les lourdes terres schisteuses. Pour faire le poids, on place de grosses pierres sur la charrue que tirent des attelages de quatre boeufs associés à un ou deux chevaux. A cela s’ajoutent une lutte permanente contre les mauvaises herbes, très envahissantes sous climat humide, et naturellement les foins et les moissons (à la faucille puis à la faux). Au xviiie siècle, un petit nombre de laboureurs seulement possèdent un train de culture. La plupart des paysans ne travaillent qu’avec leurs bras et avec des instruments rudimentaires. « Il y a quantité de petits coins de terre cultivés à la main, dans lesquels on fait du chanvre, quelquefois de l’orge et quelquefois on y plante des choux pour nourrir les vaches l’hiver... Il y a... quantité de coteaux où la charrue ne peut aller, qu’on laboure avec la brouette à force de bras »42.

  • 43 D’après Lecœur, 270, 1883 (R.).

97Pour subsister, la petite ferme bocaine vit alors en économie d’auto-consommation à peu près complète. Et, comme dans toutes les régions où la charge humaine est très forte par rapport aux possibilités naturelles, c’est sur les céréales que se fonde l’alimentation. Avec la soupe aux choux, elles constituent la nourriture quotidienne des pauvres gens du xviiie siècle sous forme de bouillies de sarrasin et de pain aux qualités variées, pain d’avoine, pain de seigle, pain de ménage (à la farine de seigle et de sarrasin mélangés), enfin, le plus prisé, « gâche » de sarrasin. Issus des petits élevages familiaux, les produits animaux ne tiennent alors qu’une place limitée, soit pour relever le goût des bouillies (grâce au lait écrémé), soit par l’intermédiaire de mets assez recherchés comme la galette qui demande des œufs et du lait doux ou écrémé. Le paysan bocain mange alors fort peu de « chair », parce qu’il a peu d’animaux et qu’il réserve les meilleurs pour la vente43.

  • 44 Sur ce sujet, Musset, 274, 1926 ; Seguin, 275, 1810 ; de la Morandière (Ch.), 290, 1958-59.
    Enquête (...)

98En dépit de l’intensité du travail et de la frugalité de la consommation, l’économie agricole de subsistance reste cependant insuffisante pour faire face aux besoins d’une population très nombreuse. L’artisanat rural se présente alors comme son complément indispensable. Jusqu’à la seconde moitié du xixe siècle, il y a dans le Bocage fort peu d’usines et de villes industrielles (à l’exception de Fiers et de Vire). Mais dans tous les villages, ou presque, résonnent alors les bruits des métiers textiles et des forges. L’étude de cette activité est fort éloignée de celle de l’élevage. Aussi ne l’abordera-t-on que très succinctement44. Elle est cependant indispensable à la compréhension des transformations du xixe siècle.

99Dans le cadre de l’économie familiale traditionnelle, agriculture et artisanat sont en effet étroitement associés. Deux cas extrèmes constituent cependant des exceptions qui permettront de mieux comprendre la règle générale. Dans le Passais et dans le bas-pays de St-Hilaire, le travail artisanal est peu représenté et l’agriculture domine totalement l’économie traditionnelle des petites exploitations qui ne disposent ici ni de source d’énergie (ce sont des pays plats), ni de matière première (en terrain schisteux), et qui ne bénéficient pas de la proximité d’une ville d’approvisionnement. Au contraire, les gorges de raccordement des vallées bocaines, par la faiblesse de leurs potentialités agricoles et par leurs possibilités énergétiques tirées de la force des cours d’eau, ont une vocation industrielle ancienne. Dans les vaux de Vire et la vallée de la Vère (entre Fiers et Condé), dans la vallée de Brouains (en aval de Sourdeval), l’industrie se concentre dans de petites fabriques (textile de la Vire et de la Vère, papeterie de Brouains). Elles y effacent l’agriculture qui devient secondaire dans la vie régionale.

100Rien de tel partout ailleurs. Vers le nord-est, autour de Vire, et de Fiers, de la région haute du synclinal bocain au bassin de Vire, domine l’artisanat textile. Plus au sud, dans la zone d’influence de Tinchebray et de Sourdeval, la petite métallurgie (clouterie, quincaillerie, cisellerie, coutellerie) devient plus importante. A ces deux activités principales, s’ajoutent quelques foyers de poterie (à Ger, dans la région de Sourdeval), de nombreux ateliers de tailleurs de pierre dans les massifs granitiques (pays du Gast et de St-Sever), des groupes de bûcherons, de sabotiers, de travailleurs du bois près des massifs forestiers (Andaine et Halouze). Dans tous les cas, les mêmes familles réunissent des agriculteurs et des artisans, soit que les hommes travaillent aux champs et les femmes au métier textile ou à la quenouille (cas de l’artisanat textile), soit au contraire que les femmes assurent la routine des travaux agricoles et que les hommes se consacrent surtout à l’atelier où la forge (cas de la métallurgie, du travail du bois et de la pierre). Mieux, les mêmes personnes changent d’activité dans l’année. Les hommes et les femmes quittent la forge ou l’atelier à l’automne, au printemps et surtout pendant l’été, lorsque les travaux agricoles requièrent toutes les énergies. Mais, pendant la morte saison de l’hiver, un plus grand nombre se consacrent aux métiers artisanaux ; certains même quittent alors le pays pour aller vendre dans les villes ou dans d’autres campagnes les produits de leur travail, tels les « grillous », fabricants et marchands de cuillères en étain de la région de Sourdeval.

101L’homme du Bocage est donc, par tradition, un artisan-paysan. Le type d’artisanat permet d’expliquer, parallèlement aux conditions naturelles, la répartition des « bons » et « mauvais » pays agricoles. Les régions qui jouissent de la meilleure réputation correspondent plutôt aux zones d’artisanat textile, celles où ce sont les hommes qui se consacrent à l’agriculture. Les régions réputées « mauvaises » du point de vue de la mise en valeur agricole coïncident avec les pays de granit et de grés où les travaux artisanaux retiennent les hommes adultes et où l’agriculture se présente comme une tâche accessoire, besogne de femme ou travail saisonnier. Ainsi s’opposent les « bons pays » virois et flérien et les terres maigres de Sourdeval, de St-Sever, de Domfront. Mais dans les deux cas, artisanat et agriculture se complètent. L’un fournit la subsistance et l’autre quelques revenus, les deux activités assurent le plein emploi d’une population particulièrement nombreuse. Elles réalisent un équilibre remarquable mais fragile. Déjà, au xviie et au xviiie siècle, des crises de subsistance alternant avec la faillite de certains secteurs artisanaux (ainsi, la grande métallurgie) l’ébranlèrent-elles plusieurs fois. Finalement, dans la seconde moitié du xixe siècle, l’association de l’artisanat et de la polyculture de subsistance se rompt définitivement.

Figure 32. – Evolution de la population et du rapport S.T.H./S.A.U. dans trois groupes de communes du Bocage Normand

FIGURE 9. – Pore « Blanc de l’Ouest », au centre de testage de Barenton (Mortanais)
(cliché Chambre régionale d’Agriculture)

FIGURE 10. – Pays virois (commune de Burcy). Croupes schisteuses du bassin de Vire. Prés humides des fonds alternant avec les cultures et les herbages des collines. Gros hameaux
(photographie aérienne I.G.N)

b) La rupture de l’économie traditionnelle : la disparition de l’artisanat, la promotion de l’élevage

  • 45 Lecouvreur, D.E.S., 1966.

102Concurrencées par la grande industrie alors que s’ouvrent les voies de communication, les activités artisanales disparaissent dans la seconde moitié du xixe siècle. Lecouvreur montre bien leur effacement progressif dans la région de Sourdeval, exemple d’autant plus intéressant qu’il s’agit d’une zone où l’artisanat rural était particulièrement dense45. C’est pendant le Second Empire que se développe avec le plus de gravité la crise des métiers artisanaux dont le déclin s’affirme inéluctablement de 1870 à 1914. A la veille de la Première Guerre Mondiale, ne subsistent plus dans les villages que quelques vieilles fileuses, des potiers ou des forgerons obstinés. Dans quelques communes, des groupes encore nombreux de tailleurs de pierre préparent et expédient des monuments funéraires, des pavés et des bordures de trottoirs. Dans les villes du Bocage, quelques usines prennent bien le relais de l’artisanat défaillant, notamment à Fiers et à Vire (industrie textile) et à Sourdeval (coutellerie, couverts, soufflets). Mais le capitalisme local manque de vigueur pour réaliser la promotion industrielle de la région. Et la plupart des paysans-artisans de la tradition ne peuvent ainsi devenir sur place des ouvriers-paysans.

  • 46 Lecouvreur, D.E.S., 1966.
  • 47 Dufresne, D.E.S., 1966.
  • 48 Enquête personnelle dans la commune du Gast qui perd en un siècle 35 % de sa population (persistan (...)
  • 49 Michel, D.E.S., 1966.

103Le centre du Bocage se dépeuple. A l’émigration s’ajoute la dénatalité qui sévit ici comme partout ailleurs en Basse-Normandie. Entre 1850 et 1950, les communes de la région de Sourdeval (le chef-lieu excepté) perdent plus de 50 % de leur population46. On enregistre des chutes comparables ou un peu moins sévères dans le bassin de Vassy47, dans la région de St-Sever48, dans le haut pays du synclinal bocain49.

104C’est dans cette ambiance que s’opère la transformation de l’économie agricole, l’abandon de la plus grande partie des cultures au profit des herbages permanents, la promotion de l’élevage. Puisque rien, ou presque, ne vient suppléer les défaillances de l’artisanat dans le secteur industriel, le paysan du Bocage doit alors trouver dans sa propre exploitation les compléments de ressources dont il a besoin. Les cultures céréalières ne peuvent fournir cet appoint. Le sarrasin, l’avoine, l’orge, le méteil ne se vendent pas ; le blé rend mal. Au contraire, la demande en produits d’élevage augmente et l’ouverture des voies de communication en facilite la commercialisation. Les herbagers viennent de plus en plus nombreux chercher du « maigre », c’est-à-dire des veaux, dans les villages ; les marchands de beurre pénètrent de plus en plus profondément dans le Bocage, relayés bientôt par les ramasseurs de crème de beurreries industrielles ; entre 1870 et 1914, un important trafic rend plein d’intérêt l’élevage des poulains. Jamais les foires du Bocage ne furent plus actives que pendant cette période de la fin du xixe siècle. Le pays s’ouvre alors à l’élevage commercialisé qui devient son activité dominante.

105On comprend dans ces conditions le recul des labours, même si l’herbage permanent représente un système fourrager moins intensif que celui qui se fonde sur la trémaine. La dépopulation favorise le développement d’un mode d’utilisation du sol plus extensif. Car le travail de la terre sur les sols difficiles du Bocage exige beaucoup de peine, des hommes comme des attelages. Dans le Passais, il fallait 1 cheval et 4 bœufs pour venir à bout en deux journées d’un seul ha... L’extension des herbages permanents, le développement de l’élevage apportent aux paysans du Bocage de nouvelles ressources en exigeant moins de travail. Ainsi s’explique leur promotion dans l’économie régionale.

106Cependant, au cœur du Bocage, les labours restent dominants à la veille de la guerre de 1914, et même, dans certaines régions comme celles de Sourdeval et du Gast, jusqu’en 1945, longtemps après la grande vague de dépopulation et le départ des artisans ruraux. Actuellement encore ils n’ont pas disparu et occupent 20 à 30 % de l’espace utile. La tradition demeure plus tenace que dans le Pays d’Auge intérieur ou dans le Cotentin totalement submergés sous la vague herbagère. A cela, sans doute, deux raisons, l’une technique, l’autre sociologique. Avec la trémaine, les choux, les betteraves et l’orge, les cultures apportent à l’élevage bocain une nourriture de complément qui assure un équilibre fourrager d’autant plus précieux que la saison d’hiver est longue et le rendement des herbages inférieur à celui du Cotentin ou du Pays d’Auge. En outre, le petit éleveur bocain reste attaché à l’autosubsistance, pour lui-même comme pour ses bêtes. La vente d’un peu de beurre et de quelques veaux lui fournissent des liquidités annuelles, mais il tient à l’indépendance de sa ferme où l’approvisionnement en fourrages des petits élevages (bovins, porcs) est assuré sur place, été comme hiver, et où lui-même trouve encore son lard et son cidre, ses volailles, son beurre, ses légumes, et, grâce à « l’échange » avec le boulanger, son pain.

107Sans doute ce système, en dépit de la dépopulation et de la disparition de l’artisanat rural, aurait-il persisté avec une vitalité plus grande sans l’aventure de la « goutte ». Car plus encore que dans le Pays d’Auge, un produit fascine par ses profits l’homme du Bocage, de la fin du xixe siècle aux années 1950 : l’eau de vie de cidre ou de poiré, vendue en fraude de préférence, fortune secrète des fermes de Domfrontais et du Mortanais. Entre les deux guerres, et immédiatement après la Seconde Guerre Mondiale, les agriculteurs lui sacrifient tout, car, plus que tout autre produit, elle « paie ». Lorsqu’un propriétaire s’intéresse à une ferme, il passe rapidement devant la terre et devant les herbages pour s’intéresser surtout au plant et à la cave. Un beau plant, une bonne ferme. Dès lors, les cultures des « légumes » et de la trémaine, besogne de peu de profit, se limitent à l’indispensable : la production du fourrage nécessaire à l’alimentation d’hiver d’un cheptel devenu secondaire.

108Mais, à partir de 1953, une réglementation efficace éteint progressivement le trafic de l’alcool, la « goutte », à son tour, cesse de « payer ». Alors, des ressources qui pendant longtemps furent accessoires, se révèlent fondamentales dans l’économie des exploitations : les vaches laitières, les veaux, les porcs. Après un siècle de mutations souvent brutales, le paysan du Bocage est devenu, presque malgré lui, un éleveur.

III. – LES ELEVAGES CONTEMPORAINS : LES PORCS ET LA PRODUCTION LAITIERE, PILIERS DE L’ECONOMIE

  • 50 L’analyse qui suit se fonde sur des exemples aussi précis que possible. Les exploitations visitées (...)

109L’agriculture bocaine n’a sans doute jamais été aussi peu sûre de son avenir qu’actuellement. Entre les deux recensements de 1954 et de 1962, le centre du Bocage constitue la principale zone de départ de l’émigration normande. Le Mortanais et le Passais perdent plus de 10 % de leurs habitants alors que le bilan naturel est maintenant favorable. Dans le Bocage virois, le progrès de Vire masque la chute démographique des villages. Deux problèmes, étroitement liés, dominent maintenant tous les autres : l’orientation de la production, les « structures ». La majorité des exploitations sont en effet beaucoup trop petites pour pouvoir s’adapter aux conditions de l’économie de marché. Il paraît donc légitime de conduire l’étude des systèmes de production contemporains en fonction de la taille des exploitations, condition qui tend à devenir beaucoup plus importante que les insuffisances du milieu.50.

110Entre tous les types d’exploitations étudiés existent de nombreux points communs qui forment l’ossature fondamentale du système bocain : prédominance du travail familial, survivance de l’autoconsommation, utilisation sélective du sol qui se partage entre les labours et l’herbage permanent, enfin prédominance quasi absolue de l’élevage dans l’économie. Car l’élevage représente maintenant l’unique produit de l’agriculture bocaine, ou presque. Les céréales, l’alcool et le bois purent lui faire concurrence. Mais, pour des raisons variées, ces productions ont été effacées. Depuis la fin du xixe siècle, la culture du blé ne sert plus qu’à l’échange avec les boulangers, c’est-à-dire, indirectement, à l’autoconsommation. L’alcool a cessé de « payer ». A 1 000 A.F. le litre en 1950, il constituait un produit très rentable. A 2 F., comme maintenant, il n’intéresse plus. Le bois, issu des haies et vendu aux boulangers ou dans les petites villes, représenta longtemps un appoint financier non négligeable. Mais d’autres modes de chauffage prévalent maintenant. Le prix de vente de la « bourrée » n’a pas varié depuis la guerre (environ 0,30 F.), ce qui est assez dire sa dévaluation. Dans ces conditions, le paysan du Bocage devient ce qu’il n’avait encore jamais été : un éleveur ne devant plus compter que sur les produits de son élevage.

TABLEAU 17
Les exploitations agricoles d’un groupe de villages du Teilleul (Mortanais, 1962)

TABLEAU 17Les exploitations agricoles d’un groupe de villages du Teilleul (Mortanais, 1962)

111Mais sur ce fonds commun, la taille des exploitations impose quelques clivages fondamentaux qui conditionnent profondément les systèmes de production. De la « tenue » à deux vaches jusqu’à la grande ferme de 30 ha, les techniques comme les résultats ne peuvent pas être tout à fait semblables.

1° LES GRANDES EXPLOITATIONS DYNAMIQUES

112Au-dessus de 25 ha environ, la ferme du Bocage peut être qualifiée de grande exploitation. Dans une structure aussi morcelée, on devient un « gros » avec moins de 30 ha. Ces grandes exploitations du Bocage dépassent rarement 40 ha. Quelques très grands domaines, appartenant souvent à des propriétaires nobles, constituent de très rares exceptions. Dans tous les cantons du Mortanais, on ne comptait en 1955 que 12 exploitations supérieures à 50 ha. En fait, la grande ferme bocaine a une superficie qui oscille entre 25 et 45 ha. De telles unités se retrouvent dans toutes les communes, parfois en nombre assez important. Elles n’en restent pas moins très nettement minoritaires dans la poussière des petites exploitations et la totalité de la surface qu’elles contrôlent dépasse très rarement le tiers des territoires communaux. Sur ce point existent d’importantes nuances régionales. Car si les grandes exploitations bocaines ne dépassent jamais le tiers des surfaces dans le Mortanais et dans le Passais (à un très petit nombre de communes près), cette proportion se trouve atteinte et parfois même dépassée dans les bassins de Vire et de Fiers ainsi qu’entre Andaine et Halouze où, par les surfaces, les grandes exploitations sont presque à égalité avec les petites.

113Les fermes importantes ont des origines assez variées. Certaines proviennent d’une concentration besogneuse ajoutant les unes aux autres des parcelles au hasard des ventes, le plus souvent dans le désordre. Celles-ci sont alors handicapées par le morcellement et tous les inconvénients qu’il entraîne. Mais ce cas semble assez rare. La plupart des fermes importantes constituent des domaines cohérents dont le noyau existe depuis de nombreuses générations et qui se sont dilatées ou contractées selon la fortune des familles. Parfois, il s’agit d’un domaine noble, telle la ferme des Louvelières, au Teilleul, qui compte 60 ha et qui est exploitée par son propriétaire. Plus souvent, des fermes roturières entre les mains de la bourgeoisie des petites villes ou propriétés directes de paysans occupent dans la hiérarchie des exploitations la première place. Le gros propriétaire paysan de 30 ou 40 ha, plus qu’aucun autre, est respecté dans le Bocage, surtout si sa famille tient la terre de longue date. Car il est assez riche et maître chez lui. Dans cette catégorie, se recrutent les maires et les adjoints.

114Dans le pays schisteux de Vassy, la ferme de M. P. consume un bon exemple de grande exploitation bocaine. Elle appartint longtemps à des marchands de tissu parisiens, mais le grand-père de M. P. l’acheta après la guerre de 1914 et elle est devenue maintenant un bien de famille. P. paie des fermages à ses frères et sœurs pour la part qui leur revient, ce qui est un cas très fréquent dans le Bocage.

  • 51 Y compris une petite ferme associée.

115L’exploitation est située dans des conditions topographiques classiques pour la région. On y accède par une route qui suit une longue langue de plateau de direction WSW-ENE formant le niveau de 210 m. entre deux petites vallées sous-affluentes de la Vire. Une double rangée d’arbres annonce la ferme qui se cache à 500 m. au sud de la route, légèrement en contre-bas du plateau, au sommet de la pente qui mène doucement à la rivière. Ainsi l’exploitation se trouve-t-elle abritée et elle bénéficie de puits plus accessibles que sur le plateau. Le domaine compte 47 ha51. Toutes les parcelles sont embocagées et de taille moyenne (3 à 4 ha). Bien groupées autour du corps de ferme, elles se répartissent de façon schématique suivant la topographie : les labours sur les terres sèches et horizontales qui, au-delà de la route, s’étendent sur le plateau ; quelques labours encore et des prairies au sommet de la pente ; le plant serré autour des bâtiments ; des herbages en bas de pente allant jusqu’aux prés du fond de la vallée.

116Tous les grands exploitants conservent une partie assez importante de leurs terres en cultures. M. P. leur réserve près de 20 ha, ce qui est exceptionnel. Plus proches de la moyenne, M. R. à Sourdeval consacre 5 ha sur 25 aux cultures, M. Gaumerais 3 ha sur 25 au Teilleul, de même que M. Signeux, mais M. Garnier 20 ha sur 40 à Truttemer dans le Bocage de Vire. Cet échantillon, pour réduit qu’il soit, n’en permet pas moins de dégager deux types principaux d’orientations.

117La majorité des grandes exploitations restent fidèles aux cultures mais sans bouleverser un équilibre qui, après une longue période de rétraction, ne leur réserve qu’une part limitée. Certains pratiquent toujours sur leurs quelques ha. de culture l’assolement traditionnel blé-orge-trémaine où le sarrasin est même parfois réapparu à la faveur de la guerre. Cette attitude domine dans les régions les plus isolées où de nouvelles formules pénètrent difficilement comme le Passais ou le sud du Mortanais.

118M. P. ou M. Garnier représentent au contraire un type d’exploitant plus dynamique. Depuis peu, ils ont augmenté leurs surfaces en cultures. Ils n’y trouvent que des avantages. M. P., par exemple, fait alterner blé, orge, betterave et choux fourragers, prairies temporaires à base de ray-grass et de trèfle ou de fléole et de fétuque. Grâce aux labours profonds que permet le tracteur et aux engrais, le blé rend couramment 40 à 45 qx. Les vieux herbages ont été rénovés les uns après les autres par les semis de prairies temporaires après cultures. Choux et betteraves complètent les réserves fourragères de l’hiver. Ainsi sur 20 ha de culture, 4 seulement produisent une denrée commercialisée, le blé. Tout le reste est consacré, en association avec l’herbage permanent, aux animaux. Certains exploitants, notamment dans le Mortanais, tentent de réaliser un assolement purement fourrager en éliminant le blé. M. Signeux, par exemple, (Le Teilleul) rénove ses vieilles prairies par le labour et fait alterner Choux fourragers - Betteraves - Mêlées (mélange d’orge et d’avoine).

119Ainsi apparaissent nettement trois niveaux d’intensification fourragère : l’herbage permanent dont le rendement oscille entre 1 500 et 2 500 U.F. ; la trémaine qui atteint 4 000 ou 5 000 U.F. ; la prairie temporaire de sélection moderne à 6 000 ou 8 000 U.F. Seules les meilleures exploitations adoptent franchement le dernier procédé sans renoncer d’ailleurs aux herbages permanents. Les autres exploitants combinent les deux premières techniques en remplaçant parfois le trémaine par des mélanges plus intensifs.

120Cette infrastructure supporte des chargements bovins importants. M. P., par exemple, possède un troupeau de 25 vaches laitières suivies de dix élèves de moins d’un an, de 15 de 1 à 2 ans et de 8 de plus de 2 ans. Cet effectif représente un chargement de 1 U.G.B.B. par ha S.A.U. et 1,41 par ha S.F.P. Ces résultats placent les grandes exploitations du Bocage à un niveau d’intensification sensiblement supérieur à celui de leurs homologues des régions herbagères.

121L’orientation laitière des troupeaux est très marquée. Le lait est devenu maintenant le produit de vente essentiel des exploitations, grandes et petites. Pendant longtemps le ramassage fut effectué sous forme de crème par des beurreries, la plupart situées à Vire. Mais, de plus en plus, sous l’impulsion de la grande coopérative Elle-et-Vire qui rayonne sur l’ensemble du Bocage, les camions collectent directement le lait frais, ce qui allège le travail de la fermière. Les étables inscrites au Herd-Book normand sont exceptionnelles dans le Bocage. Mais beaucoup de bons exploitants pratiquent le contrôle laitier afin d’améliorer leur sélection. Les rendements à 3 500 l. de lait par vache sont assez fréquents ; la moyenne cependant doit s’établir sensiblement en-dessous de ce chiffre. Mais très rares sont les agriculteurs qui entreprennent l’installation d’une stabulation libre avec salle de traite... Le coût de la réalisation est trop élevé, même sous des formes simplifiées.

122Comme ses collègues disposant d’une surface moindre, le grand exploitant consacre tous ses soins aux vaches dont le lait représente souvent près de la moitié du produit brut. Mais il conserve ses élèves plus longtemps que dans les petites fermes. Ceux qui gardent la totalité de leurs veaux pour engraisser des bœufs sont cependant peu nombreux. Les herbages trop maigres, les exploitations trop petites (même lorsqu’on les appelle « grandes ») ne permettent pratiquement pas l’embouche au cœur du Bocage. Pendant très longtemps, la grande exploitation bocaine fut la principale pourvoyeuse en veaux d’élevage et génisses amouillantes des foires et marchés. Le fermier garde ses meilleures génisses pour le renouvellement de son troupeau. Il vend le reste de ses produits entre quelques mois et 2 ans selon la conjoncture et suivant ses propres disponibilités. La tendance la plus récente consiste à alléger le troupeau d’élèves au profit des laitières dont la production est de meilleur rapport que la vente des veaux d’élevage.

123A côté des productions bovines, l’élevage du porc représente le troisième secteur de l’économie des grandes fermes. Disposant de grains, celles-ci ne manquent en effet jamais d’élever quelques truies dont les porcelets sont engraissés ou vendus jeunes avant l’engraissement. Le porc gras de l’autoconsommation traditionnelle se trouve ainsi remplacé par des troupeaux pouvant atteindre et dépasser 50 porcs charcutiers à l’engrais, généralement de race danoise ou Large White.

124Quelque 100 ou 200 qx de blé, des ventes de jeunes bovins, le porc et surtout le lait, tels sont donc les produits de la grande exploitation bocaine. Souvent, ils s’équilibrent à peu près par tiers : un peu plus de 33 % du produit brut pour le lait ; un peu moins de 33 % pour les porcs ; 5 % pour les céréales et 25 ou 30 % pour les ventes de bovins.

125A tous les sens du mot, le grand exploitant a plus d’aisance que le reste des paysans bocains. Aisance personnelle, d’abord, pour lui et sa famille. Car la ferme de 25 ha ne peut pas se passer d’un ou même deux domestiques, ce qui constitue une charge, mais également une facilité qui permet à l’exploitant de s’absenter et d’échapper, tout au moins en partie, à la corvée quotidienne de la traite. Aisance dans le choix de ses productions, aussi. Car, s’il respecte toujours la trilogie Blé/Bovins/Porcs, le grand exploitant peut se permettre d’en modifier les rapports selon ses goûts ou selon la conjoncture. Il dispose d’une surface assez vaste pour ne pas être contraint de se soumettre à la loi du produit brut maximum. Aisance de trésorerie enfin. Certes, le grand exploitant n’amasse pas des fortunes. Il ne le fit jamais, sauf aux temps éphémères de la « goutte ». Mais il peut vivre dans le confort. Son système est intensif : des produits bruts moyens de 2 000 F. par ha sont assez facilement atteints. Une répartition intelligente des charges permet à la famille de disposer de revenus décents et parfois confortables. Peu de D.S. 19 dans les cours, certes ; mais d’assez nombreuses voitures moyennes, des Ami-6 et des 403.

126La demeure du grand exploitant bocain ne possède pas la majesté des fermes du Bessin ou le pittoresque des exploitations augeronnes. La sobriété et la simplicité de la construction comme de l’intérieur expriment une tradition plus modeste. Plant classique aux pommiers serrés, bâtiments dispersés aux murs en dalles de schistes, toits de chaume. Seule, la maison d’habitation est recouverte d’ardoises. Au rez-de-chaussée, plusieurs pièces, mais il fait plus chaud dans la cuisine que dans la salle. Grande table traditionnelle avec bancelles, poste de télévision. L’intérieur est d’une remarquable propreté. P. a environ 45 ans. C’est un ancien de la J.A.C. qui s’est engagé surtout dans le syndicalisme agricole. Il participe à un C.E.T.A., il adhère au Centre de Gestion du Calvados, il fait partie du Conseil d’Administration d’Elle-et-Vire. Il se tient devant la porte, petit homme osseux et sec au visage tanné mais aux yeux vifs, le geste rapide, bavard, la parole aisée et franche. Il porte une veste et un pantalon de grosse toile bleue, des bottes en caoutchouc, une casquette, vêtements pratiques de travailleur. Notable ou paysan ?

127Au sein des grands agriculteurs bocains, un nouveau type d’homme s’est dégagé. Il anime par son rayonnement et réalise chez lui une véritable révolution agricole.

2° LES EXPLOITATIONS PETITES ET MOYENNES ENTRE L’IMMOBILISME ET L’INTENSIFICATION FORCEE

128En-dessous de 20-25 ha. l’exploitant ne peut raisonnablement plus s’assurer les services de domestiques permanents. La main-d’œuvre est alors essentiellement familiale, plus ou moins étoffée selon la descendance de l’agriculteur. En-deçà de cette limite commence l’exploitation bocaine moyenne ou petite, celle de la très grande majorité des agriculteurs. Les fermes de ce type couvrent généralement plus de 60 % des surfaces utiles. Dans les villages échantillons du Teilleul, par exemple, les exploitations de moins de 20 ha sont au nombre de 29 sur 32 exploitations ; dans l’ensemble de la commune, on en compte 206 sur un total de 252. Petites et moyennes exploitations représentent 60 à 90 % des fermes du Bocage. Encore bénéficient-elles, en quelque sorte, d’une translation de vocabulaire, puisqu’on appelle ici ferme moyenne (de 12 à 20 ha environ) ce qui ailleurs ne serait qu’une petite exploitation.

129Bien des discontinuités, en effet, existent encore au sein des petites et des moyennes exploitations. La terminologie traditionnelle fixe les principales. La tenue à 2 vaches occupe le bas de la hiérarchie. Comprenant 3 ou 4 ha, elle n’a jamais suffi pour faire vivre une famille, mais grâce ou courtil, au porc, au plant et au beurre elle assure un minimum de subsistance. C’était, par excellence, au xixe siècle, la petite exploitation des artisans de Tinchebray ou de la Vallée de Brouain, des ouvriers de fabrique de Vire. Maintenant, les activités de complément, cependant indispensables, ont disparu. De nombreuses « tenues à 2 vaches » subsistent cependant, exploitations de veuves, de rentiers, de journaliers agricoles ou d’ouvriers de laiterie. Quatre petites fermes du Teilleul peuvent être assimiliées à ce type. La tenue à un cheval se trouve un échelon au-dessus dans la hériarchie. Huit exploitations de l’échantillon du Teilleul se rapportent à cette catégorie, toutes comprises entre 5 à 10 ha. Un seul cheval ne permet pas de faire face à tous les gros travaux, mais il est suffisant pour la plupart des besognes courantes. La tenue à un cheval, selon la tradition, devait pouvoir vivre, sans revenu extérieur. Elle subsiste toujours, mais avec de plus en plus de difficultés. Au-delà commencent les exploitations dites moyennes, à partir de 11-12 ha.

130Cette classification date d’un système traditionnel qui, dans ses grandes lignes, reste toujours en place. Mais elle se trouve de plus en plus dépassée par un autre clivage. Les grandes exploitations n’ont pas en effet le monopole du dynamisme. Rien ne serait plus faux que d’opposer d’importantes unités de production en pleine transformation et une masse de petites fermes soumises à l’immobilisme. Parmi les grandes exploitations, nombreuses sont encore celles qui n’ont guère changé leurs systèmes de production depuis l’époque de la « goutte ». Inversement, des fermes moyennes ou même petites s’efforcent de participer au mouvement de rénovation. Mais elles ne peuvent le faire qu’au prix de très gros efforts qui les opposent radicalement à la routine de la majorité.

a) L’intensification forcée : spécialisation laitière accentuée et élevages sans sol

131L’exemple de deux jeunes agriculteurs du Pays virois permet de prendre la mesure des lourdes difficultés assaillant les exploitants moyens qui s’efforcent d’intensifier leur système de production. L’un et l’autre, agés de trente ans environ, ont été formés par la J.A.C. et les organisations professionnelles. Bernard Poulain exploite 19 ha d’un seul tenant sur une ferme de famille dans le pays de Vassy. Roland Piel est beaucoup moins favorisé. Il est fermier sur 14 ha de terres démembrées à Truttemer-le-Grand en bordure du massif granitique de Vire. Ses parcelles les plus éloignées se trouvent à 2 kms de son corps de ferme. Mais les deux hommes ont en commun la volonté d’échapper à la routine et à l’incorfort. Leur intelligence sans apprêt, leur courage et leur rude franchise forcent le respect.

Figure 33. – Plan de la ferme de la Poulinière à Vassy (19 ha en Pays Virois)

  • 52 Rapprochement amusant mais sans signification puisque que B.P. tient sa ferme de sa belle-famille (...)

132Bernard Poulain exploite depuis 1959. Il fit cette année-là 2,6 ha de labour, blé, orge, betteraves fourragères et, en dérobé, du seigle et une prairie temporaire de ray-grass. Il avait un troupeau de 10 laitières normandes suivies de 14 jeunes bovins de tous âges, 4 truies, 12 porcelets et une cinquantaine de poules. Ceci représentait un chargement de 1,18 U.G.B.T. par ha S.F.P. Ses vaches rendaient en moyenne 2 600 litres de lait. La ferme Poulain du village de la Poulinière52 était déjà intensive puisqu’elle atteignit un produit brut par ha de 2 250 F. Mais les charges étaient lourdes et le ménage dut vivre avec 650 F. par mois environ. Le revenu net de l’exploitation était négatif.

133Afin d’utiliser au maximum la surface assez restreinte de son exploitation, Bernard Poulain s’est engagé dans la voie d’une intensification rapide et accentuée. Il a donné une sorte de priorité absolue à la production laitière et à l’élevage des porcs. En 4 ans, il a complètement transformé son potentiel fourrager. « Recassant » les mauvais herbages, il a réduit à 9 ha ses prairies permanentes. Il fait toujours du blé et de l’orge, mais il a remplacé la betterave par des choux fourragers et a porté ses prairies temporaires à 4 ha (Ray-grass d’Italie, Fétuque-fléole). Son cheptel bovin a beaucoup augmenté : 20 vaches laitières (dont 4 Frisonnes), 13 génisses de remplacement, 20 jeunes veaux à l’engrais. Son chargement atteint 1,9 U.G.B.T. (porcs non compris) par ha S.F.P. et sa moyenne d’étable 3 000 1. de lait par vache. Il a vendu 22 400 F. de lait en 1962-1963 contre 10 500 en 1959-1960. Son élevage de porcs, qui ne dépend pas de la surface puisque l’exploitant achète la plus grande partie des aliments composés, s’est développé dans des proportions encore plus considérables : 7 truies en 1963 contre 4 en 1959, 1 verrat, 31 porcs à l’engrais, 20 porcelets. Mais il a dû acheter 15 000 F. d’aliments : concentrés, orge et babeurre. Sa réussite n’en est pas moins remarquable. Bernard Poulain a rénové plusieurs de ses bâtiments. Il a aménagé pour sa femme une cuisine moderne munie de tout le confort électro-ménager. Il travaille seul, aidé seulement par son épouse et par un ouvrier à temps partiel. Son produit brut par ha atteint presque 3 700 F. (1962-1963). Ses revenus familiaux sont devenus confortables, laissant même quelques profits. Entre 1963 et 1966, l’exploitation s’est encore intensifiée.

134L’exemple de Jean Piel à Truttemer-le-Grand corrige la trop grande perfection de la réussite de son ami. Jean Piel, cependant, a adopté la même voie que celle de Bernard Poulain ; il ne semble pas d’ailleurs y avoir d’autres possibilités sur de petites exploitations : intensification fourragère grâce aux prairies temporaires (4 ha), spécialisation laitière (14 vaches à 3 800 l. de moyenne) et engraissement des jeunes veaux, « usine à porcs » enfin (7 truies, 1 verrat, 120 porcs engraissés par an). Mais il doit faire face à plusieurs handicaps : sa surface réduite (14 ha), ses parcelles démembrées qui lui font perdre beaucoup de temps, sa propre inexpérience, car il ne fait que débuter sur cette ferme, enfin la précarité de l’état de locataire qui n’encourage pas à investir. En 1962-1963, une épidémie lui fait perdre 6 500 F. en frais de vétérinaire et en bêtes abattues. Malgré un produit brut qui atteint 2 550 F. par ha, il doit vivre avec moins de 300 F. par mois. Pour lui, le profit n’est encore qu’un rêve très lointain et incertain.

Figure 34. – Structure des produits bruts des exploitations adhérentes des Centres de Gestion dans le Bocage Virois et dans le Mortainais (1961-1962)

135Entre la réussite de Bernard Poulain et les graves difficultés de Jean Piel émergent tous les problèmes de la révolution agricole du Bocage. Les deux exemples ne sont pas isolés. De nombreuses exploitations moyennes et même petites abordent maintenant la voie difficile de l’intensification forcée. Mais la majorité des petits agriculteurs préfèrent encore renoncer avant d’avoir essayé.

b) L’immobilisme : un élevage modérément intensif

136Deux documents doivent permettre d’apprécier en partie les techniques et les résultats des exploitants qui échappent généralement à l’analyse, ceux que ne touchent ni les Centres de Gestion, ni les groupements de vulgarisation, ni les professeurs en visite. L’étude des exploitations de quelques villages du Teilleul réalisée par M. Boudin porte en effet sur 32 fermes, dont 29 de moins de 20 ha. L’échantillon semble parfaitement conforme à la moyenne, mais l’analyse ne comprend malheureusement par les comptabilités d’exploitation. Sur ce point, on peut faire état des comptabilités simplifiées réalisées dans 21 petites exploitations du Mortanais par le Centre Départemental des Jeunes Agriculteurs de la Manche. Ce sondage est toutefois un peu moins significatif que celui de la monographie de M. Boudin.

137Au Teilleul, tous les petits exploitants conservent quelques labours qui couvrent 10 à 40 % de la surface utile. 20 % de labour semble la proportion la plus courante. L’assolement fait alterner blé – mêlée (orge et avoine) – trémaine, ou blé – avoine – betteraves fourragères et pommes de terre. Cependant 5 exploitants « recassent » parfois leurs herbages et les font entrer temporairement dans l’assolement avant de les réensemencer selon des mélanges plus ou moins étudiés. La surface consacrée au foin occupe 35 à 50 % des prairies permanentes, et parfois même un peu plus. Les vaches restent à l’étable pendant la nuit, de novembre (parfois décembre) à avril. Les herbages sont entretenus normalement, mais avec de faibles apports d’engrais que compense mal le fumier de ferme.

Figure 35. – L’utilisation du sol dans cinq exploitations – types du Bocage Normand

138Cette infrastructure fourragère assure l’alimentation d’un cheptel bovin assez important. Les chargements par ha S.A.U. varient de 0,69 à 1,66. Mais, la grande majorité des élevages (24 sur 29) ont entre 0,8 et 1,2 U.G.B.B. par ha S.A.U. Dans les troupeaux, les laitières prédominent nettement. Trois exploitations seulement essaient d’engraisser quelques bœufs. Tous vendent leurs élèves en fonction des nécessités financières, le plus souvent vers 2 ans. La totalité des agriculteurs utilisent l’insémination artificielle, mais 10 ont encore recours parallèlement, aux services de taureaux locaux (parfois de leur propre élevage). Aucun ne dispose de machine à traire. La majorité conserve 1 ou 2 chevaux. Tous, à 3 exceptions près, élèvent quelques porcs. Mais un petit nombre seulement (5) engraisse un nombre élevé de porcelets.

139Ainsi apparaissent bien les différences qui opposent la masse des exploitants aux agriculteurs les plus dynamiques. Les productions sont partout les mêmes : lait, bovins d’élevage et porcs. Mais la petite ferme traditionnelle évite les charges de l’intensification fourragère moderne et se contente d’herbages permanents complétés par la trémaine, la betterave et le choux fourrager. Elle garde plus longtemps ses jeunes bovins. Elle engraisse moins de porcs. Elle réalise cependant des chargements qui, dans un milieu beaucoup plus ingrat, dépassent sensiblement ceux des régions purement herbagères.

140L’étude comptable faite par le Centre de Jeunes Agriculteurs dans le Mortanais confirme ces résultats. Par le produit brut et le chargement par ha, les résultats des fermes du Mortanais sont supérieurs à ceux du Cotentin. Sur 20 exploitations, 1 seule a un produit brut nettement ex-tensif à moins de 1 000 F. par ha, près de la moitié (9) dépassent 1 500 F., mais aucune 2 000 F. Trois élevages engraissent des porcs sur une grande échelle avec des recettes annuelles de l’ordre de 15 000 F. pour ce seul produit. Le chargement moyen dépasse légèrement 1,6 U.G.B. par ha, ce qui paraît très fort, même en incluant les porcins. Huit comptabilités enregistrent un léger profit.

141M. Bulot à Mantilly est fermier de 12 ha. La totalité des cultures sur 1,5 ha sont consacrées à l’élevage selon l’assolement le plus traditionnel. Il élève 6 vaches et 11 jeunes bovins, l’été sur les herbages dont il s’efforce d’améliorer le drainage, l’hiver à l’étable avec du foin, des betteraves et des aliments concentrés qu’il achète. Il vend ses bœufs entre 2 et 3 ans et « graisse » 3 cochons, l’un pour l’autoconsommation familiale, les 2 autres pour le charcutier. Chargement : 1,2 U.G.B.T. par ha S.A.U., en comptant la vieille jument. M. Bulot n’adhère à aucun organisme de vulgarisation. C’est un petit homme d’allure très paysanne qui reste encore fidèle sur de nombreux points à la tradition. Mais celle-ci n’est pas assez prestigieuse pour étouffer son initiative. Le travail ne lui fait pas peur, même s’il est seul sur sa ferme avec sa femme. Demain, il « cassera » ses herbages qui ne rendent pas assez.

FIGURE 11. – Petite stabulation libre d’un G.A.E.C. du Bocage
(cliché J. Windenberger)

FIGURE 11 bis. – Elevage de porcs
(cliché Maison du Paysan)

FIGURE 12. – Avranchin : la vallée de la Sée (commune de Tirepied) Bois sur le sommet du versant, herbages et cultures des pentes, prés humides du fond de vallée (photographie aérienne I.G.N.)

FIGURE 12 bis. – Bocage de la région de La Haye-du-Puits. Butte de Doville au sommet londeux, entourée d’un bocage serré. Au nord, les Marais de la Sangsurière
(photographie aérienne I.G.N.)

142Au cœur du Bocage, avec des inégalités que justifie la variété des conditions et en dépit d’une routine persistante, une société de petits agriculteurs élabore peu à peu un système d’élevage intensif fondé sur la vache laitière et sur le porc.

TABLEAU 18 Comptabilité simplifiée de 4 types d’exploitations agricoles du Bocage Normand Période 62-65

TABLEAU 18 Comptabilité simplifiée de 4 types d’exploitations agricoles du Bocage Normand Période 62-65

Notes

1 Voir fig. 29. La pénétration des chemins de fer dans le Bocage Normand.

2 Sur les zones d’influence urbaine : Atlas de Normandie, G11.

3 Carte de l’Atlas de Normandie, D2.

4 Notamment par R. Musset, 195, 1952 et, 196, 1960 ; par A. Meynier, 92, 1958.

5 Foucauld, 282, 1910-1912-1913.

6 Lecœur, 270, 1883.

7 Planche climatologique.

8 Lecœur, 270, 1833.

9 Chardon, 279, 1963.

10 Quelques renseignements précieux ont été fournis par J.-P. Coutard, du Laboratoire du C.N.R.S. (Caen).

11 M.-J. Graindor, 267, 1957.

12 Lecouvreur, D.E.S., 1966. Deux échantillons sur schistes au Fresne-Porêt ont des teneurs en argile de 15 et 14,5 % et des teneurs en sable (grossier et fin) de 62 et 63,7 %.

13 Carte de la végétation de la France au 1/200.000, 1954.

14 Notamment par Duchauffour, 44, 1948 ; 45, 1960.

15 Notamment, notice sur le Passais, A.N. 1841.

16 Agriculture et Elevage dans l’Orne, 280, 1964.

17 Monographie agricole départementale, la Manche, 1958.

18 Lecouvreur, D.E.S. 1966 ; Dufresne, D.E.S. 1966 ; Michel, D.E.S. 1966.

19 A.N., 1839.

20 Bonnamour (Mme J.), 367, 1966. On regrettera de ne pas pouvoir apporter sur le Bocage Normand une démonstration aussi péremptoire. Le cadre d’étude choisi ne le permettait pas.

21 Vézin, 165, 1930.

22 Près de la moitié des surfaces en herbe dans le premier cas contre un tiers dans le second.

23 Carte de l’Atlas de Normandie, D 4, Prairies permanentes et labours.

24 Perpillou, cartes de l’utilisation du sol en Normandie au début du xixe et du xxe siècle, diapositives inédites.

25 Principales enquêtes de l’Association Normande au centre du Bocage : Vire, 1837 ; Mortain, 1837 ; Domfront, 1839 ; Passais, 1841 ; Vassy, 1852 ; Vire, 1860 ; Mortain, 1871. Seules les deux dernières furent réalisées à l’occasion d’un Congrès de l’Association Normande.

26 Jouanne, 269, 1962.

27 Voir 3e chapitre sur le Bocage.

28 En cours de réalisation, Mme Blondel.

29 Lecouvreur, D.E.S., 1966.

30 Michel, D.E.S., 1966.

31 Musset (L.). Notamment, 129, 1959 ; 271, 1960 ; 272, 1966.

32 Selon un schéma assez classique, les textes et les études antérieures au xviiie siècle ne fournissent sur ce problème que des données très fragmentaires. Au xviiie siècle, quelques descriptions suggestives permettent de dégager les grandes lignes du système agricole. Au xixe siècle, les enquêtes de l’Association Normande apportent des renseignements complets et précis. En dépit de l’inégale valeur des sources, l’évolution générale du système agricole peut se suivre assez aisément.

33 Duval, 1910.

34 Musset, 1959 ; Jouanne, 1962 ; Chardon, 1963.

35 Perpillou, cartes inédites.

36 Flatrés (P), 380, 1957.

37 Enquêtes de l’A.N. déjà citées.

38 A.N., 1837.

39 A.N., 1839.

40 Enquête personnelle.

41 Michel, D.E.S. 1966 ; Dufresne, D.E.S. 1966 ; Lecouvreur, D.E.S. 1966.

42 Cité par Jouanne, 124, 1962.

43 D’après Lecœur, 270, 1883 (R.).

44 Sur ce sujet, Musset, 274, 1926 ; Seguin, 275, 1810 ; de la Morandière (Ch.), 290, 1958-59.
Enquêtes industrielles de l’Association Normande au milieu du xixe siècle, notamment à Vire (1837, 1860), Mortain (1837, 1871), Domfront (1839, 1844).

45 Lecouvreur, D.E.S., 1966.

46 Lecouvreur, D.E.S., 1966.

47 Dufresne, D.E.S., 1966.

48 Enquête personnelle dans la commune du Gast qui perd en un siècle 35 % de sa population (persistance de l’activité des tailleurs de pierre).

49 Michel, D.E.S., 1966.

50 L’analyse qui suit se fonde sur des exemples aussi précis que possible. Les exploitations visitées ont été choisies dans des régions variées : croupes schisteuses du pays de Vassy (Presles et Vassy), hautes collines de la bordure du massif de Vire (Truttemer-le-Grand), bassin de Sourdeval, hauteurs granitiques en limite du Passais et du Mortanais (Mantilly et le Teilleul). Grâce à M. Boudin a été réalisée l’analyse systématique de 32 exploitations d’un groupe de villages du Teilleul.

51 Y compris une petite ferme associée.

52 Rapprochement amusant mais sans signification puisque que B.P. tient sa ferme de sa belle-famille et qu’il n’y avait plus, avant lui, de Poulain à la Poulinière.

Table des illustrations

Légende Figure 29. – La pénétration des chemins de fer dans le Bocage Normand
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Figure 30. – Quelques données sur le climat du Bocage Normand
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Légende Figure 31. – Le bilan Précipitations/Evapotranspiration à Vire (1954-1963) Dix ans de précipitations à Vire
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 673k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1302/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1302/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Figure 32. – Evolution de la population et du rapport S.T.H./S.A.U. dans trois groupes de communes du Bocage Normand
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1302/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende FIGURE 9. – Pore « Blanc de l’Ouest », au centre de testage de Barenton (Mortanais)(cliché Chambre régionale d’Agriculture)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1302/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende FIGURE 10. – Pays virois (commune de Burcy). Croupes schisteuses du bassin de Vire. Prés humides des fonds alternant avec les cultures et les herbages des collines. Gros hameaux(photographie aérienne I.G.N)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1302/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre TABLEAU 17Les exploitations agricoles d’un groupe de villages du Teilleul (Mortanais, 1962)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1302/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Légende Figure 33. – Plan de la ferme de la Poulinière à Vassy (19 ha en Pays Virois)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1302/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Légende Figure 34. – Structure des produits bruts des exploitations adhérentes des Centres de Gestion dans le Bocage Virois et dans le Mortainais (1961-1962)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1302/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Figure 35. – L’utilisation du sol dans cinq exploitations – types du Bocage Normand
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1302/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Légende FIGURE 11. – Petite stabulation libre d’un G.A.E.C. du Bocage(cliché J. Windenberger)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1302/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 763k
Légende FIGURE 11 bis. – Elevage de porcs(cliché Maison du Paysan)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1302/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Légende FIGURE 12. – Avranchin : la vallée de la Sée (commune de Tirepied) Bois sur le sommet du versant, herbages et cultures des pentes, prés humides du fond de vallée (photographie aérienne I.G.N.)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1302/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 786k
Légende FIGURE 12 bis. – Bocage de la région de La Haye-du-Puits. Butte de Doville au sommet londeux, entourée d’un bocage serré. Au nord, les Marais de la Sangsurière(photographie aérienne I.G.N.)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1302/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 937k
Titre TABLEAU 18 Comptabilité simplifiée de 4 types d’exploitations agricoles du Bocage Normand Période 62-65
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1302/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1302/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 390k

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter