Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'élevage en Normandie, étude géographique. Volume I

 | 
Armand Frémont

Deuxième partie. Le Bocage Normand : Une tradition d'incertitude

Introduction

Texte intégral

Originalité du Bocage, région d’élevage

1« Son terroir est généralement mauvais et ingrat et demande un travail difficile et assidu pour produire. Il y croît très peu de bleds, froments, seigles, orges et avoines qui y sont fort petites, et la terre n’est pour ainsi dire propre qu’à des bleds noirs appelés sarrazins qui font la principale nourriture de la ville et de la campagne. Le surplus de cette élection consiste en bois, bruières et pastures ».

  • 1 Duval, 118, 1910.

2Ainsi s’exprimait en 1727, Lallemant de Lévignan, Intendant de la Généralité d’Alençon, pour décrire, au cœur du Bocage, l’élection de Domfront1. A la même époque, les chroniqueurs s’extasiaient sur les herbages du Pays d’Auge, du Cotentin ou du Bessin. Par tradition, mais aussi par des traits plus actuels, le Bocage diffère profondément des grands pôles herbagers.

3Ceux-ci, sauf en Normandie centrale, ne couvrent que des étendues limitées et discontinues. Bessin et Cotentin ne groupent qu’une demi-douzaines de cantons où les marais s’intercalent entre les hauts-pays. De l’embouchure de la Dives à la vallée de la Sarthe, les grands herbages l’emportent presque partout mais non sans quelques discontinuités. En Haute-Normandie enfin, Pays de Bray et Basse Vallée de la Seine se trouvent totalement isolés. Les régions de tradition herbagère constituent trois pôles nettement séparés les uns des autres. Le Bocage, au contraire, forme un bloc.

  • 2 Elhaï, 46, 1963. Carte morphologique hors-texte.
  • 3 Les administrateurs chargés de regrouper les différentes régions bocaines ne comprennent généralem (...)

4On appelle Bocage, en Normandie, un vaste ensemble régional qui, par sa tradition autant que par ses orientations actuelles, s’oppose à l’économie des Plaines et des grandes régions herbagères. Du point de vue administratif, le Bocage comprend la plus grande partie des régions agricoles du département de la Manche (à l’exception du Cotentin oriental et des zones littorales consacrées aux cultures légumières) ainsi que le Bocage Ornais (département de l’Orne) et le Bocage Virois (département du Calvados). L’analyse géographique permet de donner au Bocage des limites qui coïncident, à quelques nuances près, avec celles du massif ancien. A l’est, les deux promontoirs gréseux de Falaise et d’Ecouves forment les bastions les plus avancés de la forteresse bocaine. Entre les deux, cependant, cultures et grands herbages progressent au-delà de la limite, d’ailleurs fort complexe, du massif ancien. Jusqu’aux Yveteaux, les habitants hésitent à se dire du Bocage. Bazoches et sa région appartiennent sans conteste au domaine des grands herbages. Le Bocage ne commence vraiment qu’au confluent de l’Orne et de la Baize, à la bordure du massif d’Athis, et, plus au sud, aux pays de Briouze et de Rânes. Au nord-est, avec la Plaine de Caen, la limite est aussi complexe que la topographie et la structure en bordure du massif ancien : la Plaine occupe les plateaux limoneux, même les plus étroits (Evrecy), le Bocage progresse le long des vallées et sur les pentes escarpées. Entre Falaise et Caen, le Cinglais, dans l’angle de l’Orne et de la Laize se partage entre la Plaine (dominant à l’est), les bois et le Bocage (dominant à l’ouest). Au nord-ouest, la limite qui convient le mieux est celle du rivage de la mer pliocène établie par Elhaï2, discontinuité morphologique qui se traduit concrètement dans l’organisation régionale. Cependant, une zone comprise entre Caumont, Saint-Lô, Périers, Carentan, Balleroy, forme une transition entre le Bocage d’une part, le Bessin et le Cotentin d’autre part. Partout, en conséquence, les limites sont difficiles à saisir. Mais elles circonscrivent, au sud-ouest de la province, un bloc continu qui comprend environ 45 cantons. Au nord, au-delà des marais du Seuil du Cotentin, le Bocage se prolonge autour des buttes de la Haye-du-Puits et sur les hauteurs du massif ancien qui, de Saint-Sauveur-le-Vicomte à Brix et jusqu’à la Hague, coiffent au nord-est la péninsule3.

5Entre le Bocage et la Plaine, l’opposition est trop simple pour être reprise longuement ici. Elle apparaît avec assez de netteté dans une coupe est-ouest traversant le Cinglais. A l’est de la Laize, en effet, autour, de Bretteville-le-Rabet et de Grainville-Langannerie, les grandes étendues découvertes à vastes ondulations de la Plaine de Caen, les larges parcelles remembrées où alternent les céréales et la betterave, les villages bien groupés qui ne laissent échapper que quelques grosses fermes, isolées en pleine campagne. Ce paysage se retrouve, la Laize passée, dans la partie orientale du Cinglais. Fresney-le-Vieux, Barbery, Bois-Halbout ont rejeté les bois aux limites de leurs finages et dégagé de larges campagnes dont l’économie rappelle celle de la Plaine de Caen. Mais le paysage change dès qu’apparaissent les pentes découpées dans les schistes par les petits affluents de rive droite de l’Orne. Autour de Thury-Harcourt, de Croisilles, de Grimbosq, l’horizon se fragmente : pentes, haies autour de la plupart des parcelles, hameaux de quelques feux, exploitations de petite taille, champs et prairies souvent exigus, tout y contribue. L’élevage domine l’économie agricole. Là commence le Bocage.

  • 4 Première partie, introduction.
  • 5 Une excellente description du canton de La Haye-du-Puits au xixe siècle comparant Bauptois et régi (...)

6L’opposition entre le Bocage et les grandes régions herbagères est plus subtile. Les principaux éléments en ont déjà été analysés à propos de l’étude des régions herbagères4. Une coupe à travers le Cotentin, de Carentan à La Haye-du Puits, permet de rappeler quelques traits fondamentaux de cette différenciation. De Carentan à Coigny et même à Saint-Jores et à Vindefontaine, les grands herbages trapus étalent la trame régulière de leur bocage clair sur une topographie basse et plane qu’anime seulement, quelques mètres en contre-bas du « haut-pays », la présence de vastes marais communaux (Gorges, Beuzeville, Auvers, etc.). Quelques villages de petites gens, vivant en partie du marais, serrent leurs maisons modestes au torchis délabré sur des rues qui bordent d’anciens rivages : la Rue Mary à Saint-Côme, Baupte, Beuzeville-la-Bastille... Mais au milieu des grands herbages, de grosses fermes roturières, de fières demeures seigneuriales rappellent que le Bauptois prolonge vers l’ouest les pays « gras » du Cotentin oriental et du Bessin. Les « petites terres » commencent sur les pentes schisteuses ou gréseuses du Dévonien que dominent les buttes aux sommets de landes chauves du Cotentin occidental : Doville, Etenclin, le Mont-Castre, etc.. En même temps que le relief s’anime, le marais disparaît ou perd toute valeur, les haies se serrent dans un bocage à petites mailles irrégulières : certaines associées en quartiers de parcelles allongées épousent les courbes de niveau ; d’autres forment des îlots plus géométriques de champs trapus ; quelques-unes enfin, de forme franchement anarchique, tapissent les fonds. L’habitat s’égrène en villages, hameaux d’exploitations modestes qui portent des noms évocateurs d’une conquête tardive du sol : la Besnarderie, l’Angellerie, la Tisonnerie, le Bosey, la Fosserie, par exemple, autour de la butte de Doville... Au-delà des paysages, les structures d’exploitations, les mentalités, les systèmes d’élevage opposent le Bauptois et la région de la Haye-du-Puits, cependant toute proche. Ici, une société assez homogène de petits et de très petits propriétaires, là une hiérarchie sociale ouverte que dominent les grands fermiers et les propriétaires. Autour de Doville et d’Etenclin, une certaine indépendance d’esprit, le sentiment de ne pas être riche mais de ne devoir rien à personne ; dans le Bauptois, le respect du bien et des maîtres. Dans le Bocage de l’ouest, les chèques de lait comme un salaire et le reste en appoint ; dans les grandes fermes herbagères de l’est, le produit du lait en liquidités mensuelles et le commerce, la sélection, le cheval comme activités supérieures. Même dans une région comme le Cotentin où l’influence de la tradition herbagère s’exerce avec force sur toutes les régions, l’opposition entre les deux grands systèmes demeure très vivante. Comment s’en étonner ? Au début du xixe siècle, la région des buttes occidentales se différenciait radicalement du Bauptois. La physionomie de celui-ci était déjà fixée dans ses traits contemporains. Le Bocage, au contraire, ne possédait alors que de très rares herbages tandis qu’une société de petits propriétaires misérables s’affairait sur ses maigres champs ou envoyait des troupeaux disparates sur les landes communales. Ainsi s’opposaient nettement le gras pays herbager et les maigres terres du Bocage en landes et en labours5. Un tel contexte a laissé naturellement des traces durables et profondes dans les systèmes contemporains.

Figure 28. — Le Bocage Normand au Seuil du Cotentin. Croquis régional

7Sur un point, cependant, le Bocage se rapproche des grandes régions herbagères. Comme le Bessin, le Cotentin et le Pays d’Auge, le Bocage Normand est une grande région d’élevage. Les systèmes de production diffèrent sensiblement. Mais les résultats globaux convergent. L’élevage domine presque aussi nettement l’économie bocaine que celle des régions herbagères. Certes, dans la plus grande partie du Bocage, les cultures occupent des surfaces plus étendues que dans les pôles herbagers où elles sont pratiquement nulles. Mais à l’exception du blé qui n’intervient d’ailleurs que pour une faible part (5 à 10 % des produits bruts), la plus grande partie des cultures bocaines sont consacrées à l’élevage. Autant que dans les grandes régions herbagères celui-ci constitue l’essentiel de la production agricole. De plus, globalement, le Bocage forme à l’intérieur de la Normandie une masse productrice d’une grande importance comme en témoigne le tableau suivant :

8Compte tenu des réserves d’usage en matière de statistiques agricoles, le Bocage avec plus de 800 000 bovins et quelque 160 000 porcins, ses deux productions principales, groupe environ le tiers du cheptel normand. C’est assez dire son importance et l’intérêt que représente l’analyse du système d’élevage dans cette région.

9L’importance de l’élevage bocain impose qu’on l’étudie au même titre que celui des grandes régions herbagères. Mais le caractère récent de la mise en place des systèmes d’élevage contemporains, les faiblesses des connaissances géographiques sur le Bocage et la très grande variété des petites régions qui composent cet ensemble suggèrent ici un plan d’analyse sensiblement différent de celui utilisé dans la première partie.

10Rien de plus varié, en effet, que ce massif ancien où s’opposent de puissantes crêtes gréseuses, des hauteurs granitiques, de larges surfaces en collines modelées dans les schistes, des bassins intérieurs, quelques vallées encaissées... Ce relief souvent contrasté conditionne profondément un milieu agricole dont l’hétérogénéité est le principal caractère. De même, les influences subies par le système bocain diffèrent profondément selon les régions : ouverture vers la Plaine à proximité des campagnes de Caen et de Falaise ; tentation herbagère aux limites du Bessin et du Cotentin ; quelques influences bretonnes dans l’Avranchin. Tous ces facteurs se combinent dans un monde composite, puzzle difficile dont les géographes n’ont pratiquement pas abordé l’étude, se contentant généralement d’une image simplifiée et erronée. Deux questions doivent retenir l’attention.

111) De quel tissu régional est fait le Bocage ? Quels facteurs, dans les système de production, permettent de comprendre sa variété ? Comment celle-ci s’exprime-t-elle dans les types d’élevage ?

12C’est au cœur du Bocage, entre Vire, Mortain, Domfront et Fiers, là où la tradition bocaine est la moins altérée, qu’il faut étudier d’abord les conditions naturelles, l’évolution et l’expression contemporaine de l’élevage bocain.

13C’est ensuite, dans les bocages périphériques, pays de Villers et Coutançais au nord, Avranchin au sud-ouest, pays de Briouze au sud-est, qu’un deuxième chapitre doit permettre d’analyser des combinaisons régionales plus ou moins évoluées par rapport au type précédent sous l’influence de facteurs multiples.

142) Au-dela des différences, le Bocage, impose à toute étude l’acuité des problèmes qui l’accablent et qui, de Coutances à Briouze, ou d’Avranches à Villers, représentent le plus fort élément d’unité. Comme les régions herbagères, mais de manière assez différente, le Bocage traverse une période de graves difficultés. Quels sont les éléments de la crise bocaine ? La réponse à cette question doit permettre, dans un dernier chapitre, de dégager l’unité profonde du Bocage Normand.

Notes

1 Duval, 118, 1910.

2 Elhaï, 46, 1963. Carte morphologique hors-texte.

3 Les administrateurs chargés de regrouper les différentes régions bocaines ne comprennent généralement pas dans cet ensemble la péninsule du Cotentin.

4 Première partie, introduction.

5 Une excellente description du canton de La Haye-du-Puits au xixe siècle comparant Bauptois et régions des buttes occidentales : A.N., 1845, pp. 321-345.

Table des illustrations

Légende Figure 28. — Le Bocage Normand au Seuil du Cotentin. Croquis régional
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1301/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1301/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter