Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'élevage en Normandie, étude géographique. Volume I

 | 
Armand Frémont

Première partie. Du Pays de Bray au Cotentin : herbages et herbagers

Chapitre III. La crise du système herbager en Normandie

Texte intégral

1Pendant très longtemps, le système herbager de Normandie a gonflé d’orgueil toute la province. Voyageurs et chroniqueurs avant le xixe siècle, notables de l’Association Normande sous la Monarchie de Juillet et le Second Empire, députés, préfets et ministres de la Troisième République ont écrit à la gloire de la vache et de l’herbage normands des pages dont la somme formerait plusieurs gros volumes et où les adjectifs ne tolèrent qu’une forme : le superlatif. Agronomes, économistes et géographes, à quelques très rares exceptions près, ont marché jusqu’aux années 30 dans ces traces largement ouvertes. Ainsi le Pays d’Auge devint-il dans la littérature spécialisée une sorte d’archétype de la richesse herbagère.

  • 1 Dumont, 230, Nouvelle éd., 1956, pp 405 et 406.

2Après la Seconde Guerre mondiale qui a surtout permis aux trésoreries paysannes de profiter de l’augmentation rapide des prix et des conditions avantageuses du « marché noir », le réquisitoire de René Dumont éclate comme une fausse note. Avec une franchise et des images abruptes qui le rendront célèbre plus tard sous toutes les latitudes, l’agronome soutient une thèse opposée à celle de la richesse herbagère. Elevant le débat, au terme de son chapitre sur la « prairie trop naturelle du Pays d’Auge septentrional », il affirme : « La prairie souvent négligée, appelée justement « naturelle » car l’action de l’homme ne s’y fait guère sentir, a plus que doublé de surface en France (6 à 12,4 millions d’ha) depuis un siècle. Cette extensification, la réduction de production résultant de cette « invasion » de l’herbe abandonnée est une cause essentielle de la très faible progression de la production agricole française pendant cette période. Devant le danger de cet abandon du travail du sol, de cette véritable négation de l’agriculture, deux réactions sont possibles à mener de front : de meilleurs soins à la prairie... et le passage à la culture fourragère »1.

3Depuis cette vigoureuse prise de position, les conditions économiques ont beaucoup changé et le système herbager en Normandie même a évolué. Les rendements ont augmenté mais la situation financière des exploitations n’a pas été améliorée pour autant, bien au contraire. Après une très longue période qui fut à peu près constamment favorable à la vente des produits de l’élevage, les conditions économiques deviennent moins bonnes et les insuffisances des techniques traditionnelles apparaissent avec plus de netteté.

4Entre les opinions optimistes des vieux Normands et le réquisitoire sans complaisance de l’agronome moderne, aucune discussion ne semble possible. Les deux modes de raisonnement sont en effet radicalement opposés. L’étude des deux principaux pôles herbagers de Basse-Normandie a permis de montrer que le système qui prédomine encore dans le Bessin, le Cotentin, le Pays d’Auge et ses bordures trouve ses sources dans un passé lointain, probablement antérieur au xviie siècle, et qu’il s’est fixé du xviiie à la fin du xixe siècle. Depuis, il n’a guère évolué, sauf au cours des toutes dernières années. Les techniques, les structures économiques et les mentalités du système herbager datent par conséquent d’un siècle, au moins. Au contraire, à l’exemple de René Dumont, les techniciens de l’agronomie contemporaine s’efforcent d’adapter les systèmes agricoles aux réalités des marchés modernes et aux exigences des modes de vie contemporains. Entre les deux, déchirements et incompréhensions sont le reflet d’une crise dont on doit bien comprendre la signification : un anachronisme qui concerne les techniques, les structures économiques mais aussi et surtout, les hommes.

5Dans cette perspective, et grâce aux enseignements tirés de l’étude des principaux pôles herbagers l’examen de la crise contemporaine doit être repris globalement. Deux questions méritent d’être abordées.

61°) Le système, en Normandie, est particulièrement inadapté aux réalités actuelles à cause de l’ancienneté de ses origines, mais aussi et surtout parce qu’au cours d’une période fondamentale, qui se situe entre les deux guerres mondiales, il a totalement cessé d’évoluer si ce n’est dans le sens de la dégradation. Pourquoi cette stagnation, voire cette récession ? Quelques éléments de réponse ont déjà été apportés. Ils devront être regroupés, car cette période joue un rôle capital dans l’évolution de l’élevage normand. Ils permettront de donner une explication à l’anachronisme du système contemporain, c’est-à-dire à la crise.

  • 2 Tableau Annexe 15.

7De plus en plus, les marchés agricoles s’élargissent et débordent le cadre étroit des frontières. Les résultats techniques et économiques obtenus par les systèmes herbagers de Normandie doivent être comparés à ceux de régions étrangères. Car la crise ne s’inscrit pas seulement dans une évolution historique. Elle se place dans un cadre d’inégalités régionales que l’élargissement des marchés mondiaux rend de plus en plus sensibles. Pour cette comparaison, l’appareil statistique fait défaut. Car on ne saurait retenir des moyennes nationales dans lesquelles se noient des résultats régionaux très hétérogènes. Mais la littérature géographique et agronomique fournit heureusement quelques points de comparaison avec des systèmes étrangers. Il ne s’agit cependant que d’approximations, valables pour les années 1960-62, et qui ne portent que sur le secteur le plus facile à comptabiliser, celui de l’économie laitière qui est, heureusement le plus important. Quatre régions ont été choisies pour comparaison. Toutes ont en commun avec les pôles herbagers de Basse-Normandie la prédominance très marquée de l’économie laitière dans le système agricole et l’importance de la prairie, permanente ou non, dans les techniques d’alimentation des bovins. L’Algau bavarois et la Hollande herbagère représentent deux régions particulièrement dynamiques à l’intérieur de l’Arc Alpin et du Bénélux et qui constituent à côté de l’Ouest français deux des plus grandes zones d’élevage du Marché Commun Européen. Le Waikato, en Nouvelle-Zélande, le Wisconsin, dans le Dairy Belt américain, représentent deux des plus importantes régions d’élevage laitier du Nouveau Monde anglo-saxon2. Ainsi l’efficacité économique du système herbager de Normandie ne sera-t-elle pas jugée dans l’absolu mais par comparaison avec quatre régions représentatives des grandes zones mondiales d’élevage laitier.

82°) Le Bessin, le Cotentin, le Pays d’Auge, le Pays de Bray doivent leur réputation à l’élevage qui a été et demeure le fondement de l’économie de ces régions. Quelles sont les conséquences de la crise contemporaine sur l’équilibre de la vie régionale ? Après une comparaison mondiale, la réponse à cette dernière question doit constituer, dans une perspective dynamique, un retour aux sources de l’analyse régionale.

I. – UNE ÉCONOMIE ATTARDÉE

9L’herbager normand produit environ 40 % de lait en moins par ha que son collègue du Wisconsin, deux fois moins que l’éleveur du Waikato ou de l’Algau, trois fois moins que le paysan hollandais. La productivité de son travail (chiffrée en litres de lait par travailleur) n’est pas meilleure : l’éleveur normand produit sensiblement moins que le Bavarois (29 000 litres contre 35 000) mais surtout environ deux fois et demie moins que le Hollandais et que le fermier du Wisconsin, quatre fois moins que le Néo-Zélandais. En faisant intervenir les prix (1961), la hiérarchie des produits bruts laitiers par ha place la ferme hollandaise à un niveau quatre fois supérieur à celui de l’exploitation herbagère moyenne de Basse-Normandie ; le produit brut par ha en Algau est trois fois plus élevé, dans le Waikato et le Wisconsin une fois et demie. Le produit brut laitier par travailleur place encore les régions herbagères de Basse-Normandie au dernier rang, dépassées par l’Algau (une fois et demie plus), le Waikato (deux fois et demie), la Hollande (trois fois) et le Wisconsin (près de quatre fois). Un seul critère sur 9 reste favorable à la Basse-Normandie : la qualité butyreuse du lait normand n’est dépassée que par celui issu des troupeaux de Jersiaises du Waikato. Mais ceci ne suffit pas, et de beaucoup, pour compenser cela. Car ce qui compte avant tout, c’est la concordance générale des résultats. Dans une comparaison qui oppose les pôles herbagers de Basse-Normandie à leurs quatre grands homologues étrangers, chaque chiffre, dans le détail, peut être contesté. Non le résultat d’ensemble. Confronté aux élevages de Hollande, de Bavière, du Dairy Belt et de Nouvelle-Zélande, le système herbager de Normandie apparaît encore plus anachronique que lorsqu’on le juge dans l’absolu. Aussi faible par le rendement à l’ha que par la productivité du travail, il n’a pas des résultats dignes d’un élevage moderne. Ni intensif, ni productif, il ne l’emporte que par l’inefficacité.

TABLEAU 15
Comparaison des cinq grandes régions d’élevage laitier

TABLEAU 15Comparaison des cinq grandes régions d’élevage laitier

10Dans l’explication d’un tel décalage, les conditions naturelles ne jouent pratiquement aucun rôle. Les marais et les collines argileuses ou volcaniques du Waikato, les moutonnements morainiques du Wisconsin et de l’Algau, les polders anciens ou les vallées alluviales de Hollande ne possèdent aucun avantage décisif sur les bas plateaux limoneux du Bessin et du Cotentin ou sur les collines argileuses et les vallées du Pays d’Auge. A quelques nuances près, le Waikato et la Hollande jouissent d’un climat semblable à celui de la Normandie, aussi favorable à la production herbagère par le nombre élevé de jours de pluie et la faible amplitude thermique. Mais dans une situation plus continental, l’Algau et le Wisconsin doivent compter avec des hivers longs et rigoureux, incomparablement plus difficiles que les plus durs hivers des plateaux augerons. Ce handicap climatique n’en est pas moins surmonté. L’étude de la flore a permis de montrer que le Bessin, le Cotentin et la Normandie Centrale possèdent d’excellents « crus » herbagers. Autour de ceux-ci les conditions naturelles restent, dans l’ensemble, d’assez bonne valeur. Mais même les meilleurs terroirs herbagers ne valent que par les systèmes qui les exploitent. Le décalage qui place la Normandie herbagère très en retrait des quatre régions de référence ne peut s’expliquer que par les insuffisances des techniques et par l’inadaptation de l’organisation économique.

1°) UNE INFRASTRUCTURE FOURRAGERE DE TYPE EXTENSIF : L’HERBAGE « NATUREL » NON CULTIVÉ ET MAL ENTRETENU.

  • 3 Frémont, 85, 1964.

11L’infrastructure fourragère conditionne les chargements et influe de façon décisive sur les rendements en lait et en viande de chaque animal3. Elle constitue la base des systèmes d’élevage. L’herbage du Bessin, du Cotentin et du Pays d’Auge ne permet généralement pas de nourrir une vache laitière accompagnée de sa descendance plus ou moins complète. On doit plutôt compter 0,7 vache par ha avec un rendement individuel de 3 100 litres de lait environ. Avec une production voisine de 3 000 UF par ha l’herbage normand rend certes beaucoup plus que les maigres pacages des systèmes méditerranéens ou tropicaux. Mais il paraît bien extensif comparé à ses principaux concurrents de la zone tempérée dont les rendements peuvent être, dans certains cas, trois fois plus élevés. L’étude rapide des principaux systèmes intensifs fera mieux comprendre ces insuffisances.

a) Les systèmes herbagers intensifs des élevages modernes.

12Les élevages de Nouvelle-Zélande, du Dairy Belt, et même ceux de Hollande et de Bavière méritent le qualificatif de « modernes ». Dans les quatre cas, la spécialisation herbagère est plus récente qu’en Basse-Normandie. Certes, l’Algau et la Hollande possèdent une tradition d’élevage qui, en quelques points, peut être aussi ancienne que celle d’Isigny ou de Pont-l’Evêque. Mais alors que la production des herbages normands devint importante dès la seconde moitié du xviiie siècle, le véritable essor des éleveurs hollandais, bavarois, et surtout américains et néo-zélandais ne se produisit que dans la seconde moitié du xixe siècle, voire à la fin de celui-ci. Hollandais et Néo-Zélandais durent trouver, dès l’origine, un débouché extérieur pour leurs produits alors que les éleveurs américains devaient faire face aux exigences d’un marché intérieur dont l’évolution fut beaucoup plus heurtée que celle du marché français. Les uns et les autres, à l’exception des Allemands, durent compter très vite avec des marchés plus ouverts et par conséquent plus exigeants par les prix et par la qualité que le marché français traditionnel. Enfin, dans les quatre cas, la recherche agronomique apporta une aide décisive aux éleveurs pour l’élaboration de techniques intensives. Sous l’impulsion des gouvernements d’Etat (Bavière notamment) ou fédéraux, des producteurs d’engrais, des coopératives de transformation (Nouvelle-Zélande), des organisations professionnelles agricoles (Pays-Bas), ou de groupements de producteurs (Etats-Unis), les progrès de la science fourragère furent rapidement vulgarisés entre les deux guerres mondiales ou dans l’immédiat après-guerre. L’absence de longue et encombrante tradition, la volonté d’être efficaces afin de pouvoir affronter la concurrence sur des marchés largement ouverts, enfin le goût des méthodes scientifiques caractérisent par conséquent les élevages modernes.

  • 4 Borcherdt, 368, 1957.

13L’élevage bavarois apparaît comme un type de transition mais son évolution n’en demeure pas moins riche d’enseignement. La spécialisation herbagère du Haut-Algau était bien établis avant le début du xixe siècle. Inaptes au labour par nature, les alpages, tant en Autriche, en Suisse qu’en Bavière doivent être considérés, en effet, avec les prés des vallées atlantiques, comme les premiers noyaux d’économie herbagère en Europe occidentale. Comme autour d’Isigny ou des vallées augeronnes la grande extension de la prairie, qui l’emporta sur le labour pendant la deuxième moitié du xixe siècle dans la plus grande partie de la Bavière méridionale, ne fit que prolonger une tradition déjà solidement établie4. De même, les produits laitiers bavarois débouchaient sur un marché national relativement limité et que protégèrent des mesures douanières rigoureuses pendant très longtemps. Enfin, pour bénéficier, surtout après 1945, des enseignements de l’agronomie moderne, les éleveurs bavarois durent compter d’abord sur eux-mêmes. Pour être très intensif, le système fourrager actuel n’en prolonge pas moins une vieille tradition paysanne que les techniques modernes ont seulement amélioré : le « Feldgrasswirt-schaft » ou « Egartwirtschaft ».

  • 5 L’« Egartswirtschaft » ne permet pas une spécialisation complète de l’exploitation. En outre, les (...)

14Jusqu’à une période toute récente (1950-60), la prairie bavaroise était cultivée, ce qui la différenciait radicalement de l’herbage normand. Elle se semait tous les 7, 8 ou 9 ans. Les mélanges de graines, de plus en plus soigneusement sélectionnés, associaient au trèfle blanc et au pissenlit quelques graminées à haute valeur fourragère comme le ray-grass ou le dactyle. Tous les 7 ans, la prairie laissait la place au labour et à un bref intermède céréalier qui contribuait à améliorer la structure du sol, à éviter les tassements ou les accumulations excessives de matière organique. Avec cela, des soins fréquents maintenaient la prairie à un haut niveau de production entre chaque intermède de labour : épierrements, hersages, et surtout purinages nombreux complétés par des apports importants d’engrais azotés. Depuis quelques années, afin de réduire leur travail et d’éliminer certains inconvénients de l’« Egartwirtschaft »5, les éleveurs bavarois abandonnent peu à peu la prairie temporaire. Mais leur système n’en reste pas moins très intensif, tous les travaux d’entretien sont maintenus, les purinages et surtout les apports d’engrais augmentés. En Algau (mais non dans les régions de grande activité touristique comme Garmisch-Partenkirchen ou Berchtesgaden), les éleveurs continuent d’exploiter les alpages qui reçoivent des engrais et sont rationnellement cloisonnés. Grâce à ces méthodes, le système bavarois, en dépit de conditions naturelles relativement ingrates, atteint des rendements deux fois supérieurs environ à ceux de l’herbage du Cotentin et du Pays d’Auge. Une vieille technique régionale, l’« Egartswirtschaft », a d’abord été rationalisée par les agronomes modernes. Dépassée maintenant par de nouvelles exigences, elle est remplacée par une utilisation plus intensive des engrais. Ainsi, dans une situation historique relativement proche de celle de la Normandie, le système bavarois a-t-il évolué de façon radicalement différente : il n’a pas cessé de s’intensifier.

  • 6 Lewthwaite, 385, 1964.

15Le Wisconsin offre l’exemple d’un système fourrager encore plus opposé à celui des régions herbagères de Normandie. Certes, et ceci surtout dans le nord de l’Etat, les pâturages permanents occupent une place importante de la surface agricole (plus de 80 % immédiatement au sud du Lac Supérieur). Ils trouvent leur terrain d’élection sur les collines aux pentes trop accentuées ou dans les fonds marécageux. Partout ailleurs, soit dans la plus grande partie de l’Etat, ils s’effacent devant les prairies temporaires alternant avec des cultures où les céréales pour l’alimentation du bétail (avoine et orge) et des plantes fourragères comme le maïs tiennent une place prépondérante. Lewthwaite affirme : « L’herbe, en bref, n’est qu’un facteur parmi d’autres dans le système alimentaire de la ferme laitière du Middle-West... »6. En dépit d’une priorité accordée, conformément aux règles de l’agriculture américaine, à la productivité sur le rendement, malgré des conditions naturelles très inférieures à celles de la Normandie, le climat étant beaucoup plus contrasté, les produits à l’ha dépassent, grâce à ce système, les rendements de l’herbage normand moyen.

  • 7 1) Sur la description du pâturage rationné et du pâturage tournant, Frémont, 85, 1964.
    2) Au sujet (...)

16Beaucoup plus proches, en revanche, du système normand, les techniques hollandaises et néo-zélandaises se distinguent néanmoins de celui-ci sur un point capital : leur rendement est deux ou trois fois plus élevé. Comme l’herbage normand, la prairie de Hollande ou du Waikato ignore pratiquement le labour. Hollandais et Néo-Zélandais ont cependant été tentés par le « ley-farming », équivalent anglo-saxon du « Feldgrasswirtschaft ». Mais ils renoncèrent rapidement à cette technique, les uns à cause des dépenses de main-d’œuvre qu’elle exigeait, les autres pour tenir compte de l’inaptitude au labour de sols trop humides. Maintenant, comme en Normandie, domine la prairie permanente. Les conditions climatiques et même pédologiques étant, dans les deux cas, assez proches de celles de la Normandie, les différences très sensibles dans les rendements obtenus ne peuvent s’expliquer que par un entretien, une fertilisation et une utilisation beaucoup plus rationnels et intensifs. Les éleveurs hollandais et néo-zélandais ont adopté systématiquement le pâturage tournant ou le pâturage rationné qu’ils accompagnent d’apports très élevés d’engrais azotés7. Sous certaines conditions de climat et de sol, la preuve est ainsi faite que la prairie permanente peut être très intensive.

17Les quatre exemples choisis permettent de dégager les trois principaux types d’intensification herbagère des élevages modernes : la prairie cultivée (ancien Feldgrasswirtschaft bavarois), la prairie permanente ou temporaire associée à des cultures fourragères (type Wisconsin), la prairie permanente rationnellement exploitée (type hollandais et néo-zélandais). A ces formes intensives qui se sont élaborées entre les deux guerres pour s’implanter définitivement à partir de 1940-45, les fermiers du Bessin, du Cotentin et du Pays d’Auge, prenant quelque trente ans de retard, ont préféré un mode extensif de l’exploitation herbagère. Comment expliquer ce décalage ?

b) Le difficile passage des techniques traditionnelles aux méthodes modernes

18L’erreur la plus grossière consiste à charger de tous les maux la tradition herbagère de Normandie. Le système des « tombes » du Bessin représentait, au xixe siècle, le type même de l’organisation intensive. Il occupait une main-d’œuvre nombreuse, il utilisait abondamment l’engrais sous sa forme naturelle, il permettait un renouvellement partiel de la structure physique des sols, il évitait leur appauvrissement chimique et aboutissait, en dernier ressort, à des rendements plus qu’honorables pour l’époque. Bien en place au début de la poussée herbagère du xviiie siècle, très vivant dans le courant du xixe siècle, il cumulait tous les avantages. Cependant, même lorsque sa valeur fut vantée dans toute la Normandie, colportée par les Congrès de l’Association Normande (de 1840 à 1880 environ), son aire d’application réelle resta très limitée. Le Bessin était alors la région par excellence des « tombes », et plus spécialement la zone littorale qui enrichissait de varech ses « composts ». Le Cotentin les utilisait, mais plus pour ses cultures des districts littoraux que pour ses herbages, sans cependant négliger ceux-ci totalement. Par contre, dans le Pays d’Auge, nulle trace : la pratique semblait ignorée.

19Le « baignage » (ou irrigation) des prés prouve cependant que les herbages augerons ne restaient pas insensibles aux méthodes intensives. On l’utilisait bien avant le xixe siècle dans la vallée de l’Orbiquet. L’Association Normande demanda la généralisation de cette pratique partout où elle était possible et elle honora de ses récompenses les propriétaires qui l’adoptaient. Enfin, sous des formes certes rudimentaires, le pâturage tournant et le pâturage rationné étaient connus dans le Pays de Bray et surtout dans le Cotentin au xixe siècle. Pour l’embouche, les éleveurs de la Normandie Centrale mirent au point un système fondé sur l’exploitation du grand herbage par l’alternance de la fauche et du pâturage : leurs méthodes empiriques reposent encore sur l’observation très judicieuse des besoins réels des bêtes et sur le souci de préserver la richesse de la flore prairiale.

20A l’actif de la tradition normande, ces éléments divers constituaient une somme considérable. Mais les tombes du Bessin, le « baignage » de l’Orbiquet, le pâturage organisé du Cotentin, les fauchages et pâturages sélectifs et alternés de l’embouche se juxtaposaient géographiquement tout en s’ignorant réciproquement. Chaque région avait sa propre méthode. Aucune n’eut un rayonnement suffisant pour diffuser ses techniques au-delà de ses propres limites, et intégrant celles des autres, pour constituer un système cohérent et efficace. Faut-il voir dans cette carence l’expression de l’individualisme et du particularisme des Normands ? A la différence de l’ « Egartswirtschaft » dont la tradition s’étendit peu à peu à l’ensemble des Alpes germaniques, les meilleures techniques de Normandie restèrent confinées dans de petites régions. Lorsqu’au xixe siècle s’imposa une large économie de marché et que les traditions locales devinrent des systèmes, les éleveurs du Bessin, du Cotentin et du Pays d’Auge restèrent fidèles à leur particularisme sans observer ceux des autres. La bonne marche de leurs affaires leur permit alors ce luxe et cet orgueil.

21Mais de la fin du xixe siècle aux années 1940, se développa une phase beaucoup plus négative : les traditions se perdirent, même les meilleures ; l’entretien des herbages devint de plus en plus rudimentaire, la flore se dégrada et les rendements eurent tendance à diminuer ou à ne plus progresser. Le système normand prit alors le visage qu’il devait garder jusque vers 1955 et qu’il conserve encore dans de très nombreuses exploitations. Eliminant ou simplifiant les traditions herbagères, il se contente d’un entretien rudimentaire et d’une utilisation sans méthode. Les idéologues des discours dominicaux lui donnèrent une justification : l’herbage normand est riche, parce qu’il est naturel. Au nom de ce principe, il convient de toucher le moins possible à l’œuvre de la nature. A la limite, on se contente de « regarder pousser l’herbe ».

  • 8 Sur l’histoire de la recherche fourragère, renseignements oraux de L. Hédin.

22Trois séries de facteurs permettent de comprendre cette singulière évolution. Pendant longtemps, l’aide de la recherche agronomique a fait totalement défaut aux éleveurs. Au début du siècle et jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, personne, en France, ne vint prendre le relais des pionniers de la science fourragère : Lecoq, Boitel, Heuzé, etc. Alors que Warmbold puis Klapp en Allemagne, Sjollema au Pays-Bas, Devries en Belgique, Caputa en Suisse multipliaient les recherches théoriques et les expériences, alors que la Grande-Bretagne fondait dès 1919 l’Institut de recherche fourragère d’Aberystwyth dont le premier directeur fut Sir George Stapeldon, il fallut attendre les années 1945-1950 pour que s’épanouissent en France les thèses de René Dumont, Der Kadchadourian, Louis Hédin, André Voisin... Jusqu’à cette époque, toute l’attention des agronomes français se concentrait soit sur la vigne, soit sur les grandes productions végétales du Bassin de Paris, blé et betteraves sucrières notamment. L’herbager normand était laissé à lui-même8.

  • 9 Toutain (J-C), 93, 1961. Voir fig. 17 : Evolution du prix des céréales et de la viande en France ( (...)

23La vérité oblige à dire qu’il ne s’en plaignait pas. Car, en dépit de nombreuses fluctuations, la conjoncture resta dans l’ensemble favorable à l’élevage. D’après les séries élaborées par J.-C. Toutain, le prix du beurre suivit en France une courbe à peu près analogue à celle des céréales, de 1855 à 1939, après avoir subi une vive hausse depuis le milieu du xviiie siècle. Par contre, de 1855 à 1939, la courbe du prix de la viande fut nettement plus favorable, en dépit de quelques rudes secousses cycliques dont ne rendent pas compte les séries décennales9. Par l’intermédiaire de leurs notables, les éleveurs normands défendirent une politique douanière étroitement protectionniste. Au milieu du xixe siècle, les notables et leurs représentants politiques multiplièrent les interventions pour limiter au maximum les importations de bestiaux étrangers. La tradition ne se démentit pas jusqu’à Henri Chéron. Cette politique favorisa la sclérose des techniques, car les éleveurs normands, profitant de l’avance acquise au cours des périodes précédentes, ne furent stimulés par aucune concurrence sérieuse. En outre, la conjoncture des prix favorisa plutôt la production de viande, de tradition extensive, aux dépens des cultures et de la production laitière. Par la grâce heureuse de quelques « bons coups » sur la vente des vaches de réforme ou des veaux, les éleveurs normands prirent l’habitude de ne pas trop se soucier des rendements laitiers.

24Mais pendant toute cette période, de 1855 à 1939, ce fut surtout le coût de la main-d’œuvre qui préoccupa constamment l’herbager. Au milieu du xixe siècle, les domestiques des deux sexes se pressaient encore nombreux aux « louées » d’Isigny, chaque premier dimanche de juillet. Les notables honoraient de médailles les « bons serviteurs » mais réclamaient à chaque occasion l’institution du livret pour tous. A la fin du siècle, l’inquiétude commençait à poindre, la main-d’œuvre se raréfiait ; l’instituteur et le chemin de fer contribuaient ensemble, selon les meilleures plumes, à « ruiner nos campagnes ». A la veille de la Seconde Guerre mondiale, l’évolution s’achevait : le salaire de l’ouvrier agricole augeron apparaissait misérable à l’homme des villes, mais il semblait un luxe à l’herbager. Cette évolution suit celle de la démographie. Du milieu du xixe siècle jusqu’à nos jours, la main-d’œuvre agricole n’a pas cessé de se rétracter dans des proportions considérables. Un sondage réalisé dans trois groupes de communes du Bessin, de la Vallée d’Auge et du Pays d’Auge intérieur (représentant chacun environ 1.000 habitants en 1851) met bien en valeur la réalité de ce phénomène. Entre 1851 et 1906, la population active agricole diminue de 20 % dans les deux communes choisies du Bessin (Canchy, Longueville), reste stationnaire dans celles de la Vallée d’Auge (Hotot, Corbon, Rumesnil, Victot-Pontfol), diminue de 25 % dans les trois communes de l’Auge intérieur (Bellou, Le Mesnil-Germain, Ste-Marguerite-des-Loges). La rétraction se poursuit ensuite jusqu’à nos jours. Les graphiques ci-joints fournissent quelques éléments d’appréciation sur ce phénomène. Celui-ci touche assez peu le nombre des exploitants agricoles, sauf dans le Bessin où s’est effectuée une importante concentration. Ce sont surtout les domestiques permanents et les journaliers qui sont touchés par la dépopulation. Plus nette encore, la quasi-disparition des artisans et commerçants de villages, vivant certes un peu en marge de la profession agricole, mais qui pouvaient fournir occasionnellement un important appoint de main-d’œuvre. Or, le calcul des bilans démographiques montre nettement que plus que l’émigration (réelle, mais assez limitée) une forte dénatalité, tenace pendant toute la seconde moitié du xixe siècle et jusque vers 1920-1930, rend compte de cette profonde rétraction. L’émigration, provoquée par la médiocrité des conditions de vie, la mortalité exaspérée par l’alcoolisme et la misère (on enregistre fréquemment des taux supérieurs à 25 p. 1.000), la dénatalité causée par le malthusianisme et les déréglements familiaux ont décimé entre 1850 et 1930 la cohorte, nombreuse au xixe siècle, des domestiques, journaliers, gardiens d’herbage... Pour faire face à cette situation, l’herbager n’a pas cessé de simplifier son travail. Ainsi, une crise démographique très profonde pèse-t-elle sur cette période. Elle s’ajoute à l’absence de toute recherche agronomique et au confort d’une situation de marché protégé pour expliquer le passage de pratiques souvent intensives à un système extensif.

Figure 18. – Evolution de la population et du rapport S.T.H./S.A.U. dans trois groupes de communes herbagères

25Les conditions changent radicalement après la Seconde Guerre mondiale. Les agronomes vulgarisent en Normandie comme ailleurs les méthodes d’intensification fourragère. André Voisin, l’apôtre normand de la « rotation des herbages » exploite à Gonneville-sur-Scie, en Seine-Maritime. Louis Hédin développe ses expériences au Laboratoire de Recherches Fourragères de l’I.N.R.A. à Rouen. Aux ingénieurs des Directions des Services Agricoles s’ajoutent ceux des Centres de Gestion et des Groupements de Vulgarisation. Les champs d’expérience se multiplient. La station de l’I.N.R.A. au Haras du Pin, les Ecoles d’Agriculture d’Yvetôt (Seine-Maritime), de Chambray (Eure), du Robillard (Calvados), de Thères (Manche), transformées bientôt en lycées agricoles, mènent de front l’enseignement et la recherche. Parallèlement, la conjoncture se modifie.

26Après un dure pénurie, les produits de l’élevage se vendent moins bien et leurs prix s’en ressentent ; les gouvernements de la ive et de la ve République créent tout un appareil de réglementation tendant à stabiliser des prix qui ont, aux yeux de l’opinion publique, une valeur aussi exemplaire que ceux des blés sous l’Ancien Régime ; de plus, le lait « paie » maintenant plus que la viande. Enfin, au moins pendant les dix années qui suivent la guerre (jusqu’au rencensement de 1954) la main-d’œuvre agricole ne manque pas sous l’effet d’un renouveau démographique qui se manifeste en Normandie bien avant 1943, augmentant ainsi le nombre des jeunes adultes après la guerre. Toutes les conditions semblent réunies pour qu’éclate en Normandie une deuxième « révolution herbagère », celle de l’intensification moderne. Elle éclate en effet, mais de façon limitée, et, dans la plupart des cas, embryonnaire. Les techniques nouvelles ne sont adoptées que partiellement (clôture électrique, apports mesurés d’engrais, labour des plus mauvaises prairies, apparition de quelques cultures fourragères comme le maïs). Seules quelques exploitations, isolées, réalisent une rénovation complète-Enfin, le progrès touche très inégalement les régions. Au contact de la Plaine de Caen, le Bessin oriental se transforme sous l’effet d’une augmentation importante des labours. Mais le Cotentin ne bouge guère. Quelques îlots dynamiques animent le centre du Pays d’Auge. Les régions d’embouche, du Merlerault à Bazoches et aux marais de la Dives restent totalement réfractaires. Dans l’ensemble, les vieilles régions herbagères demeurent les plus hostiles aux méthodes nouvelles.

27Les éleveurs du Wisconsin, de Nouvelle-Zélande et de Hollande ont créé sur des terres neuves ou rénovées des systèmes hautement intensifs sous l’impulsion de marchés exigeants et avec l’aide d’une recherche et d’une vulgarisation puissantes. Dans une conjoncture moins dynamique, mais grâce à une main-d’œuvre abondante et à une tradition efficace, les paysans bavarois ont abouti aux mêmes résultats, se joignant à la « seconde révolution herbagère ». Loin de suivre cette voie, les herbagers normands ont, jusqu’à une époque toute récente, subi une évolution contraire qu’expliquent les insuffisances de la tradition, une dure crise démographique, l’absence de recherche et le confort d’une situation protégée. Toutes ces conditions ont changé. Mais les hommes évoluant plus lentement que la conjoncture, dans le Bessin, le Cotentin, le Pays d’Auge et le Merlerault, la révolution de l’intensification herbagère ne s’ébranle qu’avec une sage lenteur.

2°) UNE SELECTION AUX QUALITES MAL FIXEES ; LA RACE BOVINE NORMANDE

28La sélection du bétail, deuxième base technique de l’élevage, s’est faite dans les pays herbagers de Normandie comme dans l’ensemble de la province autour d’une race : la race bovine normande. En fait, le Bocage et les Plaines de Haute-Normandie n’ont fait qu’importer du bétail déjà sélectionné du Cotentin. Seuls, en dehors des berceaux de sélection de Basse-Normandie, les grands éleveurs cauchois ont apporté au début du siècle une contribution importante à la formation de la race. Celle-ci, on l’a vu, est née dans les étables du Cotentin et du Val de Saire au cours de la deuxième moitié du xixe siècle. A l’origine, la vache du Cotentin ne représente qu’une race parmi d’autres en Normandie. Dans le Bocage, dominent alors des animaux de même type mais de plus petit format ; dans le Pays d’Auge, l’Augeronne osseuse mais très bonne laitière ; au nord de la Seine, la Cauchoise assez médiocre... Mais avant même la création du Herd-Book Normand qui va assurer la suprématie complète de la race du Cotentin (1883), un courant favorable se dessine dans toute la province au profit de ce bétail qui se distingue par sa belle présentation extérieure, d’excellentes qualités laitières et beurrières et par des formats permettant une bonne production de viande. Les vaches du Cotentin se multiplient dans la zone d’influence d’Isigny. Parallèlement, elles prennent solidement position dans les régions d’embouche du Pays d’Auge. Leur progression suit celle de l’économie herbagère. Après la création du Herd-Book qui adopte les caractères de la Cotentine comme type de race, celle-ci s’impose à l’ensemble de la Normandie, réalisant sa plus grande extension dans la première moitié du xxe siècle.

29Avec l’herbage non cultivé, la race normande représente, par conséquent, la deuxième base technique de l’économie spécialisée du Cotentin, du Bessin et de la Normandie Centrale. Elle domine également dans les régions herbagères de Haute-Normandie comme le Pays de Bray et la Basse-Seine. L’association de la Normande et de l’herbage « naturel » n’est d’ailleurs pas fortuite. 11 s’agit d’un système auquel tiennent particulièrement les sélectionneurs de la race. Certaines qualités de celle-ci, et notamment sa rusticité, s’expliqueraient par la pratique constante de l’élevage en plein air et du pâturage de l’herbe naturelle. Au moins dans les berceaux de sélection, ce système devrait être conservé pour que se maintienne une des qualités essentielles de la race. Ainsi, même si elle en a largement débordé le cadre maintenant, par ses origines, par ses méthodes de sélection, par ses grands « élevages-vedettes » du Cotentin et du Val de Saire, la race bovine normande reste étroitement associée au système herbager.

30Ses mérites tendent à être discutés autant que l’infrastructure fourragère à laquelle elle se trouve liée. Avec plus de passion encore, très vraisemblablement. Car le mode d’alimentation des animaux reste une affaire purement technique où interviennent de nombreuses données comme les aptitudes naturelles, la taille des exploitations, les possibilités d’investissement, les disponibilités de main-d’œuvre... La sélection du bétail engage essentiellement le talent des hommes. Pour les grands éleveurs, autant qu’un métier, c’est une passion. Lorsque les qualités de la sélection se trouvent mises en cause, toute une classe sociale, celle des éleveurs du H-B-N., se sent vaciller, un siècle de tradition et d’efforts familiaux étant constestés, voire méprisés. Aux arguments techniques et économiques, s’ajoutent, de part et d’autre, les faux-fuyants de la mauvaise foi. Car deux thèses s’affrontent avec vigueur. Pour les uns, la race bovine normande reste la première race française tant par le nombre que par sa qualité. Pour les autre, sa sélection est indigne des étables modernes et le mouvement de rénovation actuel la condamne. Comme dans le cas de l’infrastructure fourragère, deux conceptions de l’élevage opposent les tenants de la tradition aux modernistes.

a) Les qualités et les faiblesses de la race bovine normande

31Paradoxalement il est assez facile d’être objectif en une telle matière pour peu qu’on ne se noie pas dans les dédales des finasseries techniques ou pseudo-techniques. Deux données fondamentales doivent servir de base au raisonnement. En premier lieu, l’extraordinaire expansion de la race normande dans la première moitié de ce siècle. En second lieu, les progrès sensibles d’autres races à l’intérieur même de la Normandie depuis quelques années.

  • 10 Revue de l’Elevage, N° spécial 1951, pp 23. Actuellement, la race bovine normande compte plus de 4 (...)

32Après avoir fait la conquête de la Normandie, la race cotentine devenue « normande » s’est en effet étendue au-delà des limites de la province. Deux départements bretons (l’Ille-et-Vilaine et les Côtes-du-Nord), plusieurs départements des marges armoricaines (Mayenne, Sarthe) et du Centre ligérien (Eure-et-Loir, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Maine-et-Loire) comptent maintenant de nombreuses étables peuplées de Normandes, dont plusieurs dizaines inscrites au H-B-N. Lorsqu’au concours national de la meilleure laitière, en 1965, la race normande présente 9 concurrentes, trois parmi celles-ci proviennent d’élevages de la Mayenne et une de l’Ille-et-Vilaine. En 1951, dans un numéro spécial consacré à la race bovine normande, la Revue de l’Elevage peut affirmer : « Actuellement, la Normande est, de très loin, la première des trente races exploitées en France. Comptant plus de 3 millions de têtes, elle constitue le cinquième du cheptel bovin français. Ayant presque doublé ses effectifs de 1900 à 1950, elle a contribué pour la moitié à l’accroissement du nombre des têtes de bovins en France... Supportant très bien l’altitude, elle s’est installée, par exemple, (à l’étranger) dans la vallée d’Aoste, et surtout sur les plateaux colombiens, où avec 100.000 têtes de bétail, elle constitue la première race. S’adaptant au climat chaud, elle réussit en Afrique du Nord, au Brésil, en Uruguay, pays où elle est très prisée, à Madagascar, où elle est utilisée depuis longtemps avec grand succès pour des croisements continus avec des bovins du pays ».10.

  • 11 D’après Sarazin, 405, 1962.

33Quoi qu’en pensent ses détracteurs, une telle expansion ne peut s’expliquer que par des qualités remarquables qui, de proche en proche, ont fait apprécier la race, depuis les herbages du Val-de-Saire et du Cotentin jusqu’aux lointains plateaux de la Colombie. La Normande se signale d’abord comme une remarquable race mixte aux forts rendements en lait, en beurre et en viande. La lecture du palmarès du Concours de la « Meilleure laitière » au Salon de l’Agriculture est assez éloquente. Les principaux critères du jugement portent sur la production laitière, le taux butyreux, la conformation, la fécondité, l’indice de consommation et l’état de conservation. Une Normande obtient le meilleur classement de 1952 à 1956... En 1961, « Légende » à M. Bernard Duvernois, un éleveur du Cotentin, se classe aussitôt après une Frisonne, de même que « Tonnelle », au même éleveur, en 1965. Une bonne Normande atteint régulièrement un taux butyreux de 43 pour mille. Les lactations des grandes championnes (standardisées à 40 pour mille) sont remarquables : 27 340 kgs en 3 lactations pour « Frivole » (Concours de 1952), 25 195 kgs pour « Katine » (1953), 24 345 kgs pour « Renoncule » (1954), 42 504 kgs pour « Havraise II » en 5 lactations (1955), etc.11. Après 1956, peut-être à cause de la suprématie constante de la Normande, le concours inter-races est supprimé. Les meilleures vaches normandes n’en obtiennent pas moins dans les concours suivants des totaux que n’atteignent pas les animaux des autres races, à l’exception des Frisonnes. La race du Cotentin possède aussi une conformation assez forte pour donner de bons animaux à viande. Les laitières pèsent généralement 650 kilogrammes, les plus lourdes 750 à 800 kgs. De même, les bœufs atteignent aisément 600 kgs à 3 ans par l’engraissement traditionnel. La viande des animaux normands, peu chargée de graisse, possède une texture, le fameux « persillé », et une saveur qui la placent au premier rang pour la qualité sur le marché de la Villette. En ajoutant à sa triple faculté de beurrière, de laitière et de bête à viande, une très bonne fécondité (avec des familles souvent supérieures à 8 veaux) et une remarquable rusticité qui permet aux animaux de supporter sans inconvénient l’élevage en plein air, même avec des conditions assez rigoureuses, la Normande se présente bien comme une race de très grande valeur, voire comme une sélection exceptionnelle. Les qualités s’expliquent par le travail des éleveurs du xixe siècle et du début du xxe siècle, mais aussi par les origines de la race : sur les bons herbages du Bessin et surtout du Cotentin, un bétail sain et de forte conformation, élevé en plein air, et traditionnellement orienté vers une « double fin », les besoins en beurre du marché d’Isigny et la fourniture en veaux des « marchands herbagers ». Parce qu’elle commença très tôt sous des formes probablement empiriques, en même temps que la spécialisation herbagère, et parce que le milieu s’y prêtait, la sélection aboutit à des résultats remarquables.

  • 12 Revue de l’Elevage, mai 1965, p. 13.

34Et cependant des indices sérieux prouvent que depuis plusieurs années la race normande a cessé sa progression. Dans l’élevage français, elle stagne ; peut-être même régresse-t-elle. Les revues spécialisées ne lui donnent plus la vedette, même si elle compte toujours les plus forts effectifs. En 1964, la France exporte 1 843 reproducteurs charolais et seulement 28 normands que dépassent encore les exportations de Tarentaises12. Enfin, et surtout, vaches frisonnes et bœufs charolais s’installent de plus en plus nombreux dans les herbages du Bray, du Pays d’Auge et du Bessin pour les premières, dans les zones normandes d’embouche pour les seconds. Que reproche-t-on soudain à la race normande pour qu’on ne lui fasse plus confiance au cœur même de la Normandie ?

35Comme le système herbager du xixe siècle, auquel elle est associée, la race Normande, issue de la Cotentine, représente une grande réussite des techniques empiriques du xixe et du début du xxe siècles. Mais elle ne répond plus aux exigences de la sélection moderne. Les qualités de la race sont, en effet, très mal fixées. D’après Sarrazin, 46 000 animaux des élevages inscrits au H-B-N. dominent quelque 4 500 000 individus non contrôlés et aux qualités plus contestables. A l’intérieur même des élevages d’élite, la sélection manque généralement de rigueur, l’appréciation empirique et la volonté de ne rien perdre l’emportant sur l’analyse systématique des résultats et l’élimination impérative des sujets médiocres. Ainsi, la race normande mélange-t-elle les « sangs » de quelques géniteurs aux qualités remarquables et ceux, multiples, de tristes lignées que, de foires en concours et de médailles en revers, personne n’a jamais éliminés. Les orignes de la sélection et sa structure marquent la race de leurs défauts autant que de leurs qualités : dans les grandes exploitations du Cotentin, la sélection est un art mais aussi un commerce ; l’empirisme l’emporte sur la rigueur. Ainsi s’explique le décalage qui oppose les rendements des « championnes » et ceux de la majorité des étables. Las d’attendre les sujets d’élite que réservent la chance ou des achats très onéreux, éprouvés par de mauvais marchés où des animaux cotés se révèlent finalement médiocres, des éleveurs de plus en plus nombreux préfèrent renoncer à la Normande pour se tourner vers des races moins brillantes mais plus sûres.

b) Les progrès de la Frisonne Pie Noire et du Charolais

36Dans une saine recherche de rentabilité, la plupart des spécialistes conseillent depuis quelques années aux éleveurs l’adoption de races mixtes. Cette orientation devrait normalement consacrer, au moins en France, la suprématie de la Normande. Or, il n’en est rien. Tout au contraire, ce sont des races spécialisées soit dans la production laitière (Française Frisonne Pie Noire), soit dans l’engraissement (Charolais) qui progressent à l’intérieur même de la Normandie. Ce paradoxe apparent s’explique aisément par les insuffisances de la sélection normande. Certes, la plupart des animaux des grands élevages possèdent les caractères mixtes à un niveau élevé. Mais, en dehors de cette élite, les éleveurs moyens, sans parler des plus médiocres, se contentent de rendements très irréguliers. En théorie, la Normande constitue un sujet d’élevage idéal. Mais dans la réalité quotidienne des élevages courants, elle réserve souvent de bien mauvaises surprises... Le cas mérite d’être cité de ce jeune exploitant du Pays de Bray qui, depuis qu’il a pris sa ferme (1960), s’efforce de monter une étable convenable avec l’aide du contrôle laitier : parce qu’il dispose de capitaux limités, il s’adresse au « commerce » courant en y recherchant d’après l’aspect extérieur les meilleures bêtes ; il achète 4 ou 5 génisses amouillantes par an, mais sur ce nombre il doit rapidement en éliminer au moins 2 ; lassé, il fait l’essai d’une génisse sélectionnée qui lui donne 140 kgs de beurre à sa première lactation (environ 3.500 l. de lait) mais presque rien à la seconde... Il se console en pensant qu’il vend bien ses vaches réformées dont la production de viande est généralement bonne. En fait, les insuffisances de la sélection placent depuis cinq ans son élevage dans une situation financière délicate. Le cas, loin d’être fortuit, résume – au contraire – très bien la situation générale. Dans ces conditions, de nombreux éleveurs reprochent aux maîtres de la race de ne pas avoir su choisir entre le lait et la viande, et, préférant des réalités aux illusions, adoptent des races spécialisées.

  • 13 Revue de l’Elevage, N° spécial, N° XXIX.

37A la Normande de robe bringée (mélange de marron, de noir et de blanc), s’oppose de plus en plus, comme race laitière, la vache Française Frisonne Pie Noire. Cette sélection recueille maintenant les fruits d’un long et remarquable travail entrepris autour du Herd-Book Frison de Leeuwarden (Pays-Bas) et poursuivi en France sous le contrôle du Herd-Book de la race Française Frisonne Pie Noire dont le siège se trouve à Cambrai (Nord). Initialement tout au moins, la Frisonne est un vache beaucoup moins complète que la Normande, plus petite et moins lourde, souvent plus fragile, présentant des taux butyreux modestes généralement compris entre 36 et 39 pour mille, mais excellente laitière qui dépasse régulièrement des rendements de 4 000 l. La sélection du bétail s’est organisée aux Pays-Bas selon des structures radicalement opposées à celles de la Normandie. Elle représente l’exemple le plus remarquable d’une grande sélection moderne, mieux encore que les Simmental alpestres ou les Jersiaises néo-zélandaises dont le niveau est cependant déjà très élevé. La sélection hollandaise se caractérise d’abord comme une entreprise de masse. D’après la Revue de l’Elevage13, en 1958, le Contrôle laitier néerlandais porte sur 66 % du bétail national, le Herd-Book frison enregistre 45 % des animaux élevés en Frise et le Herd-Book bovin néerlandais de La Haye contrôle 25 % du cheptel dans le reste des Pays-Bas. Ces chiffres contrastent singulièrement avec ceux de la Normandie où l’élite de l’élevage (H-B-N.) ne représente que 1 % du cheptel. Deuxième différence, la sélection hollandaise est conçue d’abord comme un service, et accessoirement seulement (notamment pour l’exportation) comme un commerce. Entre les Herd-Books et les exploitants, les « sociétés d’élevage » constituent un rouage essentiel ; ils ont la charge du contrôle laitier, de l’insémination artificielle et des épreuves de descendance. Enfin, la sélection elle-même, travaillant sur une grande masse, a éliminé de ses méthodes l’empirisme et le sentimentalisme pour ne retenir que des appréciations scientifiques, notamment, le testage systématique des taureaux, le contrôle de la descendance. L’expérimentation appuyée sur une connaissance de plus en plus approfondie de la génétique bovine l’a emporté sur l’approximation.

38Ainsi s’opposent dans leurs structures, dans leurs techniques comme dans leurs résultats, les grands élevages individualistes de Normandie et les sociétés intégrées sur le mode coopératif de la Hollande. Le Herd-Book normand et les Centres d’Insémination artificielle essaient, certes, d’adopter les méthodes nouvelles, mais un retard a été pris, et, à la tête même des organisations normandes, une sourde opposition demeure. Comme laitière, la Frisonne s’impose donc facilement face à la Normande avec des rendements régulièrement supérieurs à 4 000 l et pouvant atteindre 4 500 l. Sur ces bases solides, les sélectionneurs hollandais et français de la race peuvent se permettre maintenant d’améliorer la teneur en matière grasse, la teneur en matière azotée (un test nouveau adopté en Hollande dès 1957 alors que les premières études sont entreprises en Normandie en 1964), la rusticité et surtout la précocité (avec une recherche des vélages à 2 ans), enfin une amélioration du format orientant la « F.F.P.N. » vers les qualités d’une race mixte sans nuire à sa production laitière. Une génisse hollandaise coûte sensiblement plus cher que sa concurrente normande (environ 15 à 10 % en plus) et, tarie, elle se vend à des prix inférieurs dans des proportions analogues. Mais la sûreté de son rendement laitier lui confère généralement une plus grande efficacité économique. Encore absente du Cotentin, elle s’implante dans les bassins laitiers où quelques éleveurs cherchent un renouvellement des techniques : Bessin, Pays d’Auge et Pays de Bray...

39La sélection charolaise constitue incontestablement la plus grande réussite de l’élevage français depuis la Seconde Guerre mondiale. Les exportations croissantes de reproducteurs le prouvent aussi bien que l’aire d’extension de la race qui après avoir submergé le centre de la France aborde maintenant la Normandie. Naturellement, ce sont les régions d’embouche de la Normandie Centrale que ce mouvement touche le plus, car le Charolais est essentiellement une bête à viande. Les emboucheurs normands sont amenés de plus en plus à acheter des veaux charolais pour trois raisons principales. D’abord parce que cette liaison ne constitue pas pour eux une véritable nouveauté : ils ont l’habitude, depuis très longtemps, de fréquenter les marchés et les fermes du « Centre » ; les circuits commerciaux existaient donc déjà et l’évolution actuelle ne fait qu’en accroître les flux. La deuxième raison doit être cherchée dans la pénurie de veaux normands d’élevage qui se manifeste surtout depuis que les meilleurs exploitants du Bocage renoncent à cette production pour s’orienter soit vers la vente des très jeunes élèves aussitôt après la naissance, soit vers l’engraissement des veaux. La troisième raison se fonde sur la qualité même de la race normande actuelle : les meilleurs herbagers se plaignent d’un abaissement très sensible du nombre des bons sujets ; les « saucisses » l’emportent de plus en plus sur les bêtes de premier choix. Les herbagers traditionnels accusent à ce sujet l’insémination artificielle et une sélection trop orientée vers la production de lait... La réalité semble plus simple. Les éleveurs conservent dans leurs troupeaux ce qu’ils ont de meilleur et livrent de plus en plus à l’emboucheur ce qui reste. Parce que l’équilibre financier entre les produits du lait et de la viande s’est trouvé rompu nettement au profit du lait, la viande, en Normandie, devient un sous-produit de la production laitière. La qualité du bétail pour la viande s’en est trouvée gravement affectée. Paradoxalement, cette évolution permet à la race charolaise de pénétrer dans un domaine où elle comble un vide. Plus que les charolais de race pure, se multiplient d’ailleurs les bœufs jaunes, « croisés » de normands et de charolais. Le croisement « industriel » fait saillir de médiocres vaches normandes par de bons Charolais. En augmentant les qualités à viande du descendant il permet de valoriser les produits de réforme. Cette pratique ne cesse de se développer depuis quelques années.

40Ainsi, à côté de la Normande bringée, prennent place dans les herbages normands la Frisonne Pie Noire, le Charolais à robe blanche et le Croisé de teinte jaune... Le mouvement reste encore très limité puisque dans les régions où ils se développent le plus, les élevages de Frisonnes ne dépassent jamais 5 à 10 % de l’effectif total et que dans les embouches les plus chargées de l’Orne, les Charolais et les Croisés ne l’emportent encore que rarement sur les Normands. Les bêtes des races spécialisées coûtent en effet plus cher que les veaux et les génisses du pays. Parfois, leur adaptation se réalise mal. Enfin et surtout, leurs exigences fourragères, tant pour les Charolais que pour les Frisonnes, sont sensiblement plus élevées. Le changement de race, pour réussir, doit donc accompagner une transformation complète du système d’élevage. Tous les exploitants ne le comprennent pas.

3°) DES EXPLOITANTS INDECIS ENTRE LA ROUTINE ET LE PROGRES : LES DIFFICULTES DE LA DEUXIEME REVOLUTION HERBAGERE

41La « première révolution herbagère », celle qui consista à transformer les labours en prairies permanentes, toucha la Normandie dès la seconde moitié du xviiie siècle. La révolution des « couchis » fut donc particulièrement précoce dans la province.

42On peut appeler « deuxième révolution herbagère » l’ensemble des transformations qui fait passer l’élevage, dans les zones herbagères, d’une économie extensive à faible production par unité de surface à un système intensif, de rendements atteignant difficilement 3 000 l de lait par ha à des productions régulièrement supérieures à 4 000 et même 5 000 l de lait sur la même surface. La seconde révolution consiste en une intensification, selon des méthodes variées, de la production fourragère qu’accompagne une standardisation de la sélection à un haut niveau. Des régions étrangères comme l’Algau bavarois, la Hollande, le Wisconsin et la Nouvelle-Zélande l’ont totalement réalisée. Cette intensification des rendements effectuée dans un but d’efficacité économique peut se prolonger par une amélioration de la productivité du travail rendue nécessaire par la raréfaction de la main-d’œuvre et par la volonté d’abaisser les prix de revient. Les éleveurs du Nouveau Monde ont atteint depuis longtemps ce deuxième stade des transformations contemporaines. L’amélioration de la productivité du travail les préoccupe autant que celle des rendements à l’ha. Les exploitants européens, tant en Normandie qu’en Bavière ou en Hollande, n’abordent ce problème en termes modernes que depuis quelques années seulement.

43Il est difficile d’apprécier exactement où se situe actuellement l’économie des régions herbagères de Normandie par rapport à ces différents stades. Les approximations du tableau 15 montrent que la ferme herbagère moyenne du Bray, du Pays d’Auge ou du Bessin aborde tout juste les premiers processus de l’intensification. En fait, la situation est plus complexe et les exploitations agricoles doivent se ranger en trois catégories principales. Un petit nombre d’exploitants adoptent des systèmes très intensifs, dignes de la Hollande et de la Bavière. Certains même rationalisent et simplifient leurs méthodes afin d’améliorer de façon radicale la productivité. Pour cette première catégorie, la deuxième révolution herbagère est déjà faite. Un deuxième groupe observe, imite, « regarde par-dessus les haies », hésite..., bref, vient grossir les rangs des transformateurs mais en adaptant à leurs propres exigences et par conséquent en déformant les transformations. Le troisième groupe ne change rien à la tradition. L’importance de la deuxième catégorie dépendant généralement du nombre et du dynamisme de la première, il semble particulièrement intéressant de dégager quelle est la place relative de cette avant-garde dans les principales régions herbagères.

44Un inventaire fondé sur le nombre d’adhérents aux Centres de Gestion est rapidement fait, car les pôles herbagers se signalent surtout par leur carence en ce domaine. Le Pays d’Auge compte une centaine d’adhérents, le Bessin et le Pays de Bray une trentaine chacun, le Cotentin une dizaine, les zones d’embouche de la Normandie Centrale aucun. Une très petite minorité, par conséquent, aborde actuellement les transformations du système herbager. Dans les meilleurs cas (Bessin oriental et septentrional, Pays d’Auge septentrional) elle ne dépasse pas 10 % des exploitants, dans les régions les plus réfractaires (Merlerault, Bazoches) elle n’est pratiquement pas représentée. Aussi n’est-il pas exagéré d’affirmer que la seconde révolution reste à faire dans les pôles herbagers de Normandie. Comment expliquer cette carence ?

a) Un problème technique simple

45L’intensification herbagère se heurte-t-elle en Normandie à des problèmes techniques particuliers ? Il ne le semble pas. De nombreuses stations d’expérimentation ont repris à leur compte les méthodes étrangères ou trouvé de nouvelles formules. Les techniciens et vulgarisateurs des Services Agricoles, des Centres de Gestion, des Groupements de Vulgarisation, des C.E.T.A., etc... disposent maintenant de toute une gamme de techniques qui ont fait leurs preuves.

46Dans une perspective d’intensification, les terroirs herbagers peuvent se diviser en trois catégories principales. Dans un premier groupe se classent toutes les zones basses, très humides, fréquemment inondées, où les insuffisances du drainage constituent le principal obstacle à l’intensification : marais du Cotentin et de la basse Vallée de l’Aure, marais de la Dives et de la basse Touques, la partie centrale du Marais Vernier, certaines zones du Marais de Seine entre Gonfreville et Tancarville, quelques régions du centre du Pays de Bray. Ces terres ne peuvent être exploitées qu’en herbages permanents. Leur drainage ne pose pas de problèmes techniques insolubles mais exige des formes d’organisation collective que réalisent bien mal les Syndicats de propriétaires (vallées de l’Aure, marais de la Dives) ou les communes (marais du Cotentin, Marais Vernier). Une deuxième classe de terrains exclut le labour à cause de pentes trop sensibles ou de sols trop lourds, mais non l’intensification par l’engrais, l’entretien régulier et le pâturage rationnel. Les coteaux augerons et les collines du Merlerault et de Bazoches, la région des « bouveries » brayonnes appartiennent à cette catégorie. Enfin, la plus grande partie des plateaux du Cotentin, du Bessin et du Plain ainsi que les replats cénomaniens du Bray forment un troisième groupe de terroirs qui supportent aisément les labours. Ceux-ci, rompant pour 20 ou 30 % la spécialisation herbagère, peuvent contribuer à la rénovation des trop vieilles prairies tout en apportant de précieux compléments fourragers (orge, maïs destinés à l’ensilage, choux, prairies temporaires etc...). Enfin, le développement de l’ensilage comme technique de conservation permet d’éviter les décalages entre les périodes de production excédentaire (d’avril à mai) et les saisons de déficit fourrager (juillet-août et les mois d’hiver) par le stockage d’une grande partie de la production.

47Dans le domaine de la sélection du bétail, deux possibilités. Pour ceux qui veulent obtenir des résultats rapides dans un domaine précis, l’adoption des races spécialisées évite toute incertitude. Mais la race normande dispose maintenant des moyens qui devraient lui permettre de surmonter ses insuffisances et de « fixer » ses caractères les plus éminents. Le testage des taureaux dans les Centres d’Insémination artificielle, le Contrôle laitier et le Contrôle de croissance des animaux à viande par des Syndicats dont l’influence augmente permettent déjà, en effet, l’élimination progressive des mauvaises souches.

  • 14 Zero-grazing (parfois francisé en « zéro-pâturage ») : technique consistant à supprimer le pâturag (...)

48Enfin, la mécanisation complète de l’élevage, la stabulation libre et, éventuellement, la pratique du « Zero-grazing »14 dans des unités de production de cinquante à cent têtes favorise la rationalisation du travail et provoque une augmentation de la productivité suivant l’exemple américain et néo-zélandais. Déjà, quelques grandes exploitations utilisent ces méthodes. A Vaubadon, au sud du Bessin, le Prince de Broglie monte depuis 1962 un élevage mécanisé en stabulation libre. Une centaine d’ha de prairies très engraissées fournissent la base fourragère d’un taureau et de 140 vaches frisonnes hollandaises dont le rendement actuel est légèrement supérieur à 4 000 l. Les objectifs de production s’élèvent à 200-250 vaches et à 5 000 l. Neuf personnes travaillent sur cette exploitation, ce qui représente dès maintenant une productivité deux fois supérieure à celle d’une ferme moyenne. Plus modestes et un peu plus nombreuses, des unités de 60 vaches avec stabulation libre et installation d’ensilage n’en permettent pas moins une amélioration sensible de la productivité.

49Sur le plan technique, une seule formule reste incertaine : celle de l’embouche à l’herbe. Les résultats obtenus par les stations de recherche comparés à ceux de l’engraissement traditionnel sont trop irréguliers pour convaincre. En ce domaine, on s’oriente vers un abandon de la technique « au pré » au profit d’un engraissement rapide, qui pourrait être réservé aux régions de cultures, plutôt que vers une intensification de la production herbagère. Cette transformation fait planer une lourde menace sur les zones traditionnelles d’embouche. A cette exception près, importante il est vrai, l’adaptation des procédés de la deuxième révolution herbagère aux régions correspondantes de Normandie ne pose pas de problème technique majeur.

b) Une délicate opération financière

  • 15 Centre de Gestion et d’Economie Rurale du Calvados, 418, 1962.

50L’intensification fourragère aboutit naturellement à une augmentation sensible des produits bruts des exploitations. Or tous les résultats analysés par les Centres de Gestion montrent nettement que l’augmentation des produits bruts conduit à une amélioration des résultats financiers. Une brochure du Centre de Gestion du Calvados résume cette relation par une formule illustrée d’un graphique : « lorsque la valorisation fourragère s’accroît, le revenu net tend à s’améliorer »15. Dans ces conditions, l’intérêt bien compris devrait conduire l’ensemble des exploitants à abandonner les formules traditionnelles au profit des techniques intensives. Si tous ne le font pas, c’est que beaucoup ne le veulent pas par ignorance ou par méfiance mais aussi que certains ne le peuvent pas ou ne l’osent pas.

51L’intensification, sans parler même de la recherche de la productivité, transforme en effet profondément l’économie de la ferme herbagère. Sous sa forme traditionnelle, celle-ci se caractérise par des produits bruts faibles (de l’ordre de 1 000 fcs par ha) mais aussi par des charges aussi limitées que possible, laissant entre les deux des revenus étroits qui rémunèrent à un bas niveau un travail peu intensif. L’exploitation vit au maximum sur sa basse-cour, sa crèmerie et son jardin. Les ventes de lait procurent les liquidités mensuelles, celle des bœufs ou des élèves les grosses dépenses annuelles au premier rang desquelles se place le fermage. L’intensification engage dans une toute autre voie. Certes, elle aboutit normalement à l’augmentation du produit brut (qui peut dépasser 1 500 fcs par ha) mais elle nécessite auparavant un accroissement des charges courantes (par exemple, frais d’insémination artificielle, de contrôle laitier, de vétérinaire, d’électricité, de carburant, etc...) et l’apparition de deux grosses charges nouvelles : engrais et investissement en matériel.

52Une ferme moyenne qui s’intensifie peut dépenser annuellement 150 à 200 F d’engrais par ha, soit 6 000 F pour 30 ha. Ses dépenses d’investissement en matériel peuvent être approximativement résumées ainsi :

53Cette somme ne comprend pas le prix d’une installation d’ensilage, très variable selon les types. Un silo-tour valable pour 30 vaches vaut environ 20 000 F. Les exploitants préfèrent le silo en tranchée qu’ils installent généralement eux-mêmes pour un prix voisin de 10 000 F. Au total, une exploitation moyenne doit réaliser un investissement de l’ordre de 50 000 F. A ceci s’ajoutent les grosses dépenses d’engrais annuels et les frais d’amélioration du cheptel bovin, soit par achat d’animaux sélectionnés ou de race spécialisée dont le prix est élevé, soit par tâtonnements avec des bêtes du commerce courant.

54La mauvaise qualité de l’habitat et les contraintes de la structure agraire représentent enfin de lourdes charges, très difficiles à comptabiliser certes, mais qui n’en existent pas moins.

55Le remembrement n’a pratiquement pas pénétré dans les grandes régions herbagères. Les haies qui entourent chaque parcelle constituent une charge d’exploitation très lourde. Elles rendent difficiles une transformation de l’organisation interne de chaque ferme. Certes, le dessin agraire des régions de grandes exploitations demeure assez cohérent et les vastes parcelles herbagères se groupent généralement assez bien autour des corps de ferme. Cependant, les terres dispersées l’emportent dès que dominent les exploitations moyennes constituées au cours d’une histoire agraire mouvementée, dans le Pays d’Auge intérieur notamment. Dans tous les cas, le bocage aux haies épaisses des grandes régions herbagères, bien adapté aux vieilles techniques extensives, se présente comme un handicap face aux exigences de l’économie moderne. Il demande trop d’entretien. Il s’oppose à la modification du dessin parcellaire. Beaucoup de fermes doivent renoncer à l’installation d’une stabulation libre et à la rationalisation des cycles de pâturages faute de pouvoir adapter les parcelles et les bâtiments existants à un schéma cohérent. La haie matérialise la permanence de la tradition.

Figure 19 – Plan de la cour d’une exploitation du Pays d’Auge (région de St-Pierre-sur-Dives)

56Mais l’habitat représente un handicap économique plus lourd encore. Certes, le Pays d’Auge, le Bessin et le Cotentin herbagers possèdent de splendides demeures rurales. Mais, souvent l’inconfort, et parfois la misère se cachent derrière de belles façades. Pour l’amélioration de leurs habitations, les exploitations dynamiques doivent consentir des frais importants qui se trouvent ainsi détournés des investissements productifs.

  • 16 Dans le cas de la ferme bavaroise, il ne s’agit pas de stabulation libre, mais d’une installation (...)

57Plus grave, la médiocrité générale et l’inadaptation des bâtiments d’exploitation. Les éleveurs modernes ont besoin de grandes étables largement ouvertes (stabulations libres), de silos, de quelques hangars pour abriter le matériel. Afin d’éviter les pertes de temps tous ces bâtiments doivent être assez proches les uns des autres et les accès facilités par une disposition rationnelle et une infrastructure de chemins empierrés ou d’aires cimentées. Ainsi les éleveurs américains et néo-zélandais ont-ils pu concevoir leurs installations. Souvent, les paysans bavarois adaptent remarquablement leurs grandes-fermes-blocs à ces exigences16. Mais ni la ferme augeronne, ni celle du Bessin et du Cotentin ne se prêtent à cette rénovation. L’exploitation augeronne disperse dans une vaste cour plantée et herbagée des bâtiments qui ont généralement le double inconvénient d’être trop petits et en mauvais état. La grande ferme traditionnelle, surtout orientée vers l’embouche, ne se souciait guère de stabulation. Les petites exploitations, lorsqu’elles furent construites, élevaient de très petits troupeaux, sans commune mesure avec les cheptels actuels. Les exploitations moyennes qui les concentrèrent se contentèrent le plus souvent d’utiliser les bâtiments existants sans les rénover. Les fermes actuelles héritent de ces structures incohérentes. Trop nombreux pour être bien entretenus, les bâtiments sont d’autant plus dégradés que le torchis et le colombage offrent une faible résistance à l’attaque des intempéries. Les animaux sont mal abrités. La dispersion des étables et des fenils multiplie les pertes de temps. En première analyse la ferme du Bessin et du Cotentin, plus cohérente, bien refermée sur une petite cour rectangulaire, présente beaucoup moins d’inconvénients. Mais les étables ont été conçues pour des techniques totalement dépassées (stabulation entravée). Les bâtiments sont rapprochés, mais l’étroitesse des issues en rend l’accès difficile. Construits en matériaux lourds (la pierre calcaire), ils ne peuvent pratiquement pas être améliorés. En outre, la disposition des cours rend très difficile l’implantation de nouvelles installations.

Figure 20 – Plan d’une exploitation du Bessin.

58A toutes ces contingences techniques s’ajoute l’attentisme des fermiers et des propriétaires (dans le cas d’exploitations en fermage, particulièrement fréquent dans le Bessin et le Cotentin), le conservatisme des propriétaires exploitants qui, lorsqu’ils améliorent leur ferme, se dégagent rarement des schémas traditionnels. Ainsi les herbagers normands travaillent-ils dans des fermes dont la construction date du xviiie ou du xixe siècle : l’exploitation à cour fermée du Bessin et du Cotentin, la ferme à bâtiments dispersés du Pays d’Auge. C’est un très lourd handicap S’en accommoder implique la persistance de lourdes charges d’exploitation. Le surmonter en réalisant des installations nouvelles exige des investissements importants. La plupart des exploitants préfèrent la première solution.

59Toute entreprise de rénovation s’accompagne obligatoirement d’un gros effort financier où s’additionnent notamment les dépenses d’engrais, les investissements en matériel, le financement de l’augmentation du cheptel, les charges occasionnées par la rénovation ou l’entretien de l’habitat. Quels que soient les modes de financement (Crédit Agricole, autofinancement personnel ou familial), quels que soient en fin de compte les résultats, de telles charges bouleversent les budgets traditionnels. L’intensification se présente comme une aventure que refusent la majorité des exploitants.

60Une telle opération est-elle au moins possible ? Et est-elle rentable ? Il a été déjà répondu partiellement à cette question. Le problème se pose de façon très différente selon les types d’exploitations. Les plus petites, en effet, en-dessous de 15-20 ha, amortissent difficilement le matériel de base. Pour elles, les liquidités initiales sont souvent nulles et la confiance du Crédit Agricole limitée. Dans ce cas, l’impasse est totale. Les exploitations moyennes ont la possibilité d’investir pour intensifier leur production, soit par emprunt, soit grâce à des disponibilités familiales. Mais pour elles, la révolution herbagère s’arrête à ce stade car elles manquent de surface et de moyens pour réaliser une mécanisation et une rationalisation complètes de l’élevage. Les grandes exploitations, seules, (au-delà de 40-50 ha) peuvent monter des unités de production du type Wisconsin ou Néo-Zélandais. La plupart cependant n’envisagent même pas cette perspective et se refusent à intensifier. Certes, les grandes exploitations doivent compter plus que les moyennes sur la production de viande bovine pour laquelle les techniques intensives ne sont pas vraiment au point. Mais surtout, le grand herbager hésite à investir, même lorsqu’il a des disponibilités, hors de ses deux passions habituelles : la terre et les bêtes. L’ultime obstacle à l’intensification est psychologique.

c) Une difficile mutation de l’homme

61Les bêtes, la terre, il faut ajouter encore le plaisir de bien vivre : tels sont les ressorts fondamentaux de la psychologie de l’homme des herbages. La façon dont il comprend l’investissement s’adapte difficilement aux mécanismes de l’intensification moderne. Une économiste dirait sans doute qu’il possède le sens du long terme et du court terme, mais non celui du moyen terme, cependant fondamental ici. Car l’herbager sait « placer » ou « jouer », mais non pas investir. A chaque chargement saisonnier, l’emboucheur prend un risque qui se dénouera 9 ou 12 mois plus tard. L’exploitant moyen qui se contente de garder quelques bœufs selon la conjoncture ou même de les vendre avant engraissement comme dans le Bessin ou le Cotentin doit savoir évaluer la valeur de ses bêtes et ce qu’elle risque de devenir. Lui aussi aime le « commerce ». Chaque année, il attend le miracle d’un « bon lot » qui rendra sa trésorerie aisée. Le commerce des bêtes est un jeu parce que les qualités de la race sont mal fixées et qu’ainsi l’esprit paysan exerce son expérience et son intuition en défiant le hasard. Mais face à ces risques de chaque saison, l’herbager sait se prémunir en « plaçant ». Un seul placement est assez sûr pour échapper aux caprices climatiques et aux sautes de conjoncture, c’est-à-dire au temps : la terre, le « bien ». Elle se convoite, elle coûte cher et se loue cher, elle se négocie dans des études sombres comme des sanctuaires. Les jeunes en attendent longtemps et parfois vainement la jouissance, les vieux la conservent farouchement. Les vieilles surtout car les guerres, les congestions et les cirrhoses dispersent précocement les hommes. Ecrasé entre les besoins de la consommation quotidienne, les exigences des rotations saisonnières et l’immobilisation foncière, l’investissement à moyen terme tendant à augmenter le capital d’exploitation n’a aucune place ni aucune justification.

62Au-delà de ces conceptions économiques, c’est le sens de la vie qui sépare l’herbager du producteur du xxe siècle. On voudrait lui faire accepter des normes, des produits standardisés et sûrs, des prix sans surprise et sans ruse, qu’il augmente sa production, qu’il améliore le rendement de son travail, qu’il inscrive son existence dans des limites calculées par d’autres... Il aime travailler peu, car ce n’est pas son affaire. Il sait goûter le plaisir de chaque instant, une bonne vente, un verre de calvados, un long regard le soir sur ses herbages quand le soleil se couche derrière les haies... Il connaît l’incertitude du monde, les caprices du temps, la marquetterie trompeuse des sols que cache l’herbe, la conjoncture, les bêtes, les fines discontinuités de la réalité derrière l’apparence. Il a le sens de ce qui dure, le « bien » qui est à la fois la terre, la fortune, la famille et la tradition. Sa vie s’inscrit dans une durée qui ignore le progrès, capricieuse quotidiennement, mais immuable dans les siècles. Les pionniers déracinés du Wisconsin et du Waikato, les agriculteurs hollandais solidement encadrés par leurs organisations professionnelles et les paysans bavarois brisés par le travail n’ont pas eu à dominer cet héritage.

63Dans la jeune génération des herbagers normands, beaucoup, certes, désirent maintenant changer leurs méthodes de travail, et, avec elles, leur vie. Mais combien disposent des moyens nécessaires à cette mutation ? Les hommes mûrs et les vieux (parmi lesquels de nombreuses veuves) contrôlent la plus grande partie du capital foncier et du capital d’exploitation, leviers essentiels. Les jeunes attendent, font quelques réalisations lorsqu’ils le peuvent, se manifestent dans les organisations professionnelles, scandalisent, s’essoufflent. Les hommes de la tradition, trop jaloux d’eux-mêmes et de leur expérience pour accepter les rudesses du progrès, veillent encore sur le « bien » et refusent l’aventure.

II. – UNE VIE RÉGIONALE AFFAIBLIE

64L’élevage domine totalement la vie régionale des pôles herbagers. L’activité agricole se limite pratiquement à l’élevage tant dans le Bessin et le Cotentin qu’en Normandie Centrale, dans la Basse-Seine et dans le Pays de Bray. Hors du secteur agricole, les autres activités sont réduites. S’agit-il d’une simple coïncidence régionale ou d’un phénomène plus complexe ? De toute façon, la crise du système herbager pèse lourdement sur la vie des régions.

1° L’INSUFFISANCE DES ACTIVITÉS INDÉPENDANTES DE L’ÉLEVAGE

65Le système herbager semble chasser les autres activités. A l’exception des industries laitières, en effet, les activités industrielles sont très limitées partout. De même, la villégiature et le tourisme ne semblent pas bénéficier du développement que justifieraient souvent la position des régions et la beauté de certains sites. Pour relancer la vie régionale, les activités non agricoles font défaut. L’étude rapide de cette carence s’impose ici, même si elle échappe, en apparence, au domaine de l’élevage. Car les insuffisances de l’industrie et du tourisme accentuent une crise régionale que domine la stagnation du système herbager ; elles contribuent à en rendre plus difficile la résorption. Et, peut-être, stagnation agricole et carences industrielles font-elles partie du même phénomène d’ensemble.

a) L’absence de tradition industrielle et de décentralisation récente

66En réservant le cas des industries laitières, on peut faire très rapidement le compte des entreprises industrielles dignes de ce nom situées à l’intérieur des pôles herbagers de Normandie. D’après la carte E 4 de l’Atlas de Normandie (répartition des industries), due à F. Gay, le Bessin et le Cotentin ne comptent qu’une seule entreprise de plus de 100 ouvriers, le Pays de Bray deux, et le Pays d’Auge onze. Ce dernier chiffre ne doit pas faire illusion, car il s’applique à un territoire assez vaste et ne concerne qu’un très petit nombre de villes : Dives (où se trouve une importante usine de la C.G.Dur.), Honfleur (qui possède deux usines chimiques et une entreprise de traitement du bois), St-Pierre-sur-Dives et surtout Lisieux (où se cotoient une importante industrie du bois et des entreprises décentralisées de construction mécanique). Au sud du Pays d’Auge, dans la région de Gacé-Vimoutiers, dans le pays du Merlerault et de Bazoches-au-Houlme, le vide industriel est encore plus absolu que dans le Bessin ou dans le Pays de Bray.

67Ce triste palmarès comporte cependant une exception : la Basse Vallée de la Seine. Dans ce cas, au contraire, les facteurs se trouvent inversés : l’activité dominante est industrielle du Havre à Port-Jérôme et l’herbage du Marais, conquis à la fin du xixe siècle, à la suite des travaux d’aménagement du fleuve apparaît comme une sorte de sous-produit. L’Etat, par l’intermédiaire du Port Autonome du Havre ou du Service des Domaines, reste propriétaire de la plus grande partie des terrains qu’il se contente de louer chaque année aux éleveurs. L’expansion de grandes industries diminue sans cesse le périmètre herbager (C.F.R. de Gonfreville, Goodyear et Renault à Sandouville, etc...). Cas exceptionnel, les petits exploitants du Marais Vernier trouvent aisément du travail, s’ils le désirent, à quelques kilomètres seulement de leurs domiciles, au nord de la Seine. Quelques-uns se livrent à des déplacements quotidiens. Mais le pôle herbager de la Basse-Seine diffère profondément de tous les autres par ses origines récentes et par son histoire que dominent les exigences de l’activité portuaire du Havre et de Rouen. Tel quel, et par contraste, il permet cependant de mieux saisir le vide industriel des pôles herbagers traditionnels.

68L’absence d’industrie constitue un phénomène d’autant plus troublant qu’elle n’est pas récente. Au xixe siècle, de multiples activités artisanales animent les campagnes normandes, du Bocage au Pays de Caux. Mais dans cette ruche bourdonnante où s’affairent les ferronniers du Bocage et du Pays d’Ouche, les dentellières de Falaise, Argentan, Alençon, les fileuses et les tisserands cauchois, les pôles herbagers font exception. Déjà l’élevage y domine à peu près exclusivement l’activité économique. A ce sujet, les enquêtes industrielles de l’Association Normande portent témoignage de contrastes encore plus vigoureux que ceux concernant les seules activités agricoles. Ainsi s’opposant aux longues énumérations d’ateliers, de fabriques, d’artisans travaillant le fer et le cuivre ou tissant le coton dans les villages et les petites villes du Bocage (Tinchebray, Fiers, Vire, Sourdeval, etc.), les courts bilans des arrondissements de Valognes et de Bayeux révèlent un absence à peu près totale de tradition industrielle, dans le Bessin et surtout dans le Cotentin. Le phénomène est moins net dans le Pays d’Auge où les fabriques de Lisieux et de Vimoutiers ainsi que la rubannerie d’Orbec rayonnent sur les communes voisines. Mais le Merlerault, déjà, n’a que ses chevaux et que ses bœufs. Dans le Pays de Bray se consument les derniers feux d’une vieille activité métallurgique.

69La réputation de riche pays qui est alors faite aux régions herbagères ne pâtit pas de l’absence d’industries, bien au contraire. Et là se trouve sans doute l’origine d’un phénomène qui ne constitue pas une simple coïncidence régionale. Animés par de multiples activités de l’artisanat rural jusqu’au xixe siècle, le Bocage, le Pays d’Ouche et même parfois, le Pays de Caux ont cependant assez mauvaise réputation. Car dans ces campagnes surpeuplées, une plèbe misérable oscille entre les travaux saisonniers de la culture et les activités artisanales. Tout au contraire, les régions herbagères sont dès cette époque relativement peu peuplées. Les densités des cantons les plus typiques (par exemple Carentan, Sainte-Mère, Isigny, Bayeux, Mézidon, Livarot, Le Merlerault, Forges, Gournay) sont alors comprises entre 50 et 70 tandis qu’à la même époque le Bocage ou le Pays de Caux comptent généralement plus de 100 habitants au kilomètre carré. L’absence d’industrie, la faiblesse relative des densités et la dominance de l’économie herbagère forment un complexe historique et géographique dont il est bien difficile de dégager l’élément qui fut le premier déterminant pour les autres. Cependant le lien se comprend aisément. L’exploitation herbagère occupe un personnel permanent, familial ou salarié, relativement limité et, surtout, assez peu dépendant de grands travaux saisonniers, à l’exception des foins. Enfin la très petite exploitation est relativement rare, dès le xixe siècle, dans la plupart des pôles herbagers (à l’exception des communes de marais du Cotentin, de l’intérieur augeron et de la bordure occidentale du Bray). Ainsi, très tôt, la société rurale des régions herbagères s’organise-t-elle autour d’exploitations assez aisées qui occupent un personnel limité et permanent. Cette structure ne laisse qu’une faible place aux très petits exploitants et aux journaliers qui forment ailleurs la masse de manœuvre de l’artisanat rural puis de l’émigration. Faut-il penser qu’une démographie précocement faible a favorisé dans ces régions souvent malsaines à cause des marais la concentration des exploitations médiévales et l’implantation de l’économie herbagère sans recours à l’artisanat d’appoint ? Ou doit-on conclure, au contraire, que l’implantation et le développement du système herbager ont abouti très tôt à l’élimination de la plèbe rurale indispensable à l’essor des activités artisanales des xviiie et xixe siècles ? L’état actuel des études historiques ne permet pas de trancher, mais le lien entre les différents facteurs n’en reste pas moins évident.

70Du xixe siècle jusqu’à nos jours, cette tendance initiale n’a pas été renversée, bien au contraire. Les fabriques textiles de Vimoutiers et de Lisieux ont fermé leurs portes ainsi que les ateliers de céramique ou de dentelles à Bayeux. Gomme l’ensemble de la Basse-Normandie, les pôles herbagers ont totalement échappé à l’industrialisation de la deuxième moitié du xixe siècle. En Haute-Normandie, le Pays de Bray qui vit en marge de l’axe de la Basse-Seine a suivi la même évolution. Quels avantages d’ailleurs auraient pu attirer avant la Seconde Guerre mondiale des industriels dans ces régions ? Des disponibilités de main-d’œuvre très faibles dans une conjoncture de crise démographique, l’absence de toute tradition industrielle, l’hostilité latente des notables régionaux ne constituaient pas un terrain favorable. Depuis quelques années, les conditions ont changé. Participant au renouveau démographique de l’après-guerre avec une vitalité souvent remarquable, les pôles herbagers disposent de quelques excédents de main-d’œuvre. Les municipalités attendent maintenant les bienfaits de la décentralisation en aménageant des zones industrielles, par exemple à Neufchâtel, Vimoutiers, Saint-Pierre, Lisieux, Bayeux, Carentan... Mais rien ne vient, ou presque. La carte E 8 de l’Atlas de Normandie (créations industrielles) ne fait apparaître que deux implantations d’entreprises de plus de 100 ouvriers dans le Pays d’Auge depuis 1958 et aucune dans les autres régions. Seule la ville de Lisieux est devenue un petit centre industriel digne de ce nom. Partout ailleurs, l’exode rural éponge les excédents démographiques. L’atelier et la fabrique jadis, l’usine décentralisée maintenant, semblent totalement étrangers au monde herbager.

b) Le faible rôle de la villégiature et du tourisme

71A défaut d’industrie, le tourisme joue un rôle assez important, mais très inégal, à l’intérieur des principales régions herbagères. La façade littorale du Pays d’Auge, de Deauville à Cabourg, égrène sous le nom de « Côte Normande » une des séries de plages et stations parmi les plus célèbres de France. Lisieux est un grand centre de pèlerinages. Par contre, la Côte du Bessin et du Cotentin oriental autour de la Baie des Veys a une fréquentation relativement faible et à dominance populaire. A ce tourisme balnéaire s’ajoute depuis quelques années le mouvement des résidences secondaires à l’intérieur du Pays d’Auge (surtout au nord et à l’est de celui-ci) et, à un moindre degré, du Pays de Bray.

72Comment le développement de ces activités s’intègre-t-il à une vie régionale que domine par ailleurs l’économie d’élevage ? Le cas de la côte augeronne diffère sensiblement de celui des autres régions.

73Autour de la grande station de Deauville, le phénomène touristique revêt une importance qu’il n’a nulle part ailleurs. Surtout, la clientèle deauvillaise appartient à la société dite du « Tout-Paris » dont le luxe, les exigences et aussi les caprices marquent profondément le style de la station. L’arrière-pays herbager en subit les conséquences. Le cheval, on l’a vu, fait partie des plaisirs deauvillais : les haras se sont multipliés entre Deauville et Pont-l’Evêque. Faute de trouver de la place sur la côte, ou préférant les joies de la campagne, de nombreux Parisiens, estivants ou villageois de « fin de semaine », ont installé leurs résidences et parfois leurs domaines dans l’arrière-pays immédiat, depuis Honfleur jusqu’à Cabourg : ainsi ont-ils contribué à l’augmentation du prix des terres qui atteint et dépasse même ici 15 000 F. par ha contre 11 000 à 13 000 F. dans le reste du Pays d’Auge. L’existence d’une clientèle touristique crée pendant la « saison » des débouchés particuliers pour les fermes de l’arrière-pays : nombreuses sont celles qui conservent ou mettent au point des spécialités qui se vendent bien et élèvent les revenus, cidre bouché et Pont-l’Evêque de première qualité livrés aux restaurants, lait frais conditionné à la ferme dans des sachets en plastique et placé dans les épiceries de la Côte.

74Les exploitations de l’arrière-pays deauvillais tirent avantage de leur situation particulière (débouchés pour les produits) mais elles doivent aussi compter avec quelques inconvénients (prix de la main-d’œuvre et de la terre). Dans une zone que limite assez bien au sud la route nationale Caen-Pont-l’Evêque, jalonné de haras, de parcs et de prétentieuses demeures, traversé par des routes très fréquentées à chaque fin de semaine, le Pays d’Auge septentrional, transformé par l’activité touristique, vit à un rythme qui n’est pas celui du monde herbager.

75A cette exception près, le calme serein du bocage herbager l’emporte partout ailleurs. Les résidences secondaires se multiplient sur les itinéraires de dégagement de Paris, dans le Pays de Bray le long de la route Paris-Dieppe, et, en Auge, dans la vallée de la Touques qui relie les deux centres d’attraction de Deauville et de Lisieux. Mais ici et là elles restent encore discrètes. Dans le Bessin et dans le Cotentin plus éloignés, elles sont exceptionnelles. En dehors de quelques axes de villégiature et de la côte deauvillaise, les pays herbagers n’attirent que les promenades d’une journée, les parties de chasse ou de pêche, le passage, mais non une clientèle durable susceptible de vivifier la région.

76Et cependant, il faut souligner les remarquables possibilités de développement touristique qui s’offrent à la plupart de ces régions. Elles s’intègrent à la même combinaison géographique que celle de l’élevage. Car la proximité de Paris qui a fait la fortune des marchés au beurre de Gournay et d’Isigny ou des villes fromagères du Pays d’Auge place maintenant ces régions dans l’aire parisienne du grand tourisme de fin de semaine. L’animation du relief brayon ou augeron, le charme reposant du grand bocage, la marquetterie des herbages et des haies dont chaque saison renouvelle les couleurs offrent un cadre idéal au repos de gens surmenés. Directement issue du terroir herbager, une grande tradition culinaire met sur la table d’hôte toute une gamme de produits rustiques, dignes de gens qui savent vivre : viande de premier choix, beurre, nombreux fromages, sauces à la crème, cidres et calvados, auxquels s’ajoutent les produits du littoral et notamment les crustacés d’Honfleur ou de Port-en-Bessin. Enfin, de riches manoirs donnent aux paysages une dernière touche d’élégance et animent le bocage clair de leurs silhouettes variées où, auprès de grands parcs, les fantaisies de briques et de colombage du Pays d’Auge répondent à la sobriété de la pierre du Bessin. Et ce n’est pas là un dernier hasard mais un autre élément du patrimoine herbager. Car ni le Bocage bas-normand, ni les Plaines ne possèdent un nombre aussi important de belles demeures rurales du xvie au xviiie siècle... Les riches fermes seigneuriales de Fontenay, de Saint-Marcouf, de Saint-Côme-du-Mont dans le Plain, d’Englesqueville, de la Cambe, de Maisy, de Maisons dans le Bessin et surtout les manoirs de la côte augeronne de Saint-Pierre-sur-Dives jusqu’au littoral jalonnent les grandes fortunes foncières de la première révolution herbagère comme les châteaux celles du Vignoble bordelais. Toutes ces qualités liées aux sources mêmes de la vie régionale constituent un faisceau de privilèges touristiques que ne possède aucune autre région rurale de Normandie.

77Mais ces riches possibilités ne sont exploitées que le long du littoral augeron et des principaux axes de communication. Rien, ici, pour rappeler même de loin l’association des activités agricole et touristique qui réussit si bien dans les Alpes germaniques. Les formes grégaires du tourisme français s’adapteraient mal à ce type d’organisation. Mais inversement, la société herbagère n’est guère prête pour accueillir des hôtes. Elevage et tourisme restent par conséquent deux activités totalement séparées sans que l’une puisse profiter à l’autre sauf dans la zone particulière de l’arrière-pays deauvillais.

78Privés de tout appoint extérieur, l’économie des régions herbagères repose à peu près entièrement sur l’élevage. Certes, bien d’autres régions agricoles souffrent des mêmes carences. Vouloir démontrer que l’affaiblissement contemporain de la vie régionale est particulier aux grandes zones herbagères serait absurde. Le Bocage Normand, par exemple, ne possède pas un plus grand dynamisme dans le domaine industriel et dans le secteur du tourisme. L’impuissance de la décentralisation industrielle ne se manifeste pas dans les pôles herbagers plus nettement qu’ailleurs. Lisieux en connaît les bienfaits, Bayeux ou Valognes les carences. Tout un lot commun de difficultés appartient en fait à l’ensemble du monde rural contemporain.

79Mais l’originalité du monde herbager, c’est le monolithisme traditionnel de son économie, l’impuissance ancienne de ses entrepreneurs à développer d’autres activités que celles de l’élevage. Pour un Mosselmann, homme dynamique du xixe siècle qui recherchait dans tous les secteurs la possibilité de créer des « richesses » (ce que l’on appellerait sans doute maintenant des possibilités « de développement »), combien de notables, du xixe siècle à nos jours, qui ne furent jamais intéréssés que par le « bien » et par le « commerce », par les bêtes et par les pommes. Ils ont été soulagés par la disparition des quelques fabriques dont ils craignaient la plèbe ouvrière. Ils ont redouté le développement de toute activité nouvelle, susceptible de venir troubler la belle ordonnance de la société herbagère. Ils ont toujours agi en fonction de cette tradition négative dont les régions recueillent maintenant les fruits amers.

2°) LA CONCENTRATION OU LA SCLEROSE DES ACTIVITÉS ASSOCIÉES A L’ÉLEVAGE

80L’élevage, qui domine l’économie régionale, entraîne-t-il le développement de beaucoup d’autres activités ? Il se prolonge normalement par un commerce actif (puisque la plus grande partie de la production quitte la région) et par une industrie de transformation ou de conditionnement du lait, de la viande et des sous-produits... L’éleveur achète des engrais, du matériel agricole. Il a recours à de nombreux services, par exemple ceux de l’inséminateur, du contrôleur laitier, du vétérinaire... Enfin, producteur très spécialisé et livrant toutes ses denrées au négoce ou à l’industrie, il dépend lui-même du commerce pour sa propre consommation. Théoriquement donc l’élevage devrait avoir un « effet d’entraînement » sur une multitude d’autres activités régionales. Il en fut bien ainsi pendant les périodes les plus brillantes du système herbager au xviiie et au xixe siècles. Les petites villes qui concentraient les activités associées n’ont-elles pas lié leurs noms à l’essor de l’élevage : Isigny, Gournay, Livarot, Pont-l’Evêque ?... Mais dans ce domaine plus encore que dans les autres, les conditions ont changé et l’effet d’entraînement s’atténue très sensiblement.

a) La concentration de l’industrie laitière

81On a déjà décrit l’importance et le rayonnement du système beurrier d’Isigny au xviiie et au xixe siècles dont se rapproche, à la même époque, celui du marché de Gournay. De même, le rôle des marchands et des « caveurs », négociants principaux des fromages augerons. A cette époque, effectivement, de la transformation et du commerce des produits laitiers dépend le développement d’une foule d’activités plus ou moins importantes, sources de métiers très divers. Aucune intégration, mais, en rapport avec les techniques du moment, une combinaison de spécialités aux structures artisanales, assurant la production, la transformation et le commerce du lait.

82A cette époque, et que la spécialité soit beurrière ou fromagère, la fabrication se fait à la ferme où elle occupe un important personnel féminin sous l’œil vigilant de la maîtresse. Pour équiper ou approvisionner des laiteries presque aussi nombreuses que les exploitations, travaillent dans les bourgs et dans les petites villes de nombreux artisans : menuisiers et mécaniciens qui fabriquent les barattes et les clayettes, saulniers qui livrent le sel exempté de gabelle de Touques (Pays d’Auge) ou d’Isigny (Bessin), potiers surtout qui doivent faire face à une demande considérable en récipients de toutes sortes. La poterie fait partie intégrante du système herbager traditionnel. Elle se retrouve à Néhou et à Saulcemesnil dans le Cotentin, à Bayeux, à Noron et à Lison dans le Bessin, à Prédauge à l’ouest de Lisieux et à Criquebœuf entre Deauville et Honfleur. Elle trouve sa matière première dans les sols argileux et son débouché dans l’industrie laitière. A ces activités d’équipement, s’ajoutent toutes celles du négoce et du conditionnement dont l’étude a déjà été faite pour Isigny, Livarot, Pont-l’Evêque : ramasseurs, négociants, malaxeurs, caveurs, expéditeurs, voituriers et marins, passeurs et gabarriers s’affairent chaque semaine autour des grands marchés. Cependant, même au faîte de leur activité, les villes marchandes restent de taille modeste. En 1876, Pont-L’Evêque n’a que 2 843 habitants, Livarot 1 761, Isigny 2 750, Gournay 3 521. Autour des places se concentrent les principaux commerces et entrepôts. Mais la main-d’œuvre vient surtout des campagnes voisines et les villes ne s’animent que quelques jours par semaine. Souvent, le négociant important vit à la campagne. Ainsi, même au temps de sa splendeur, l’économie laitière n’a contribué à animer que de très petites villes.

83A l’organisation traditionnelle, succède de nos jours l’intégration industrielle. La plupart des exploitants ne sont plus que des producteurs de lait et ont abandonné écrémage et barattage. Toutes les activités artisanales ont pratiquement disparu depuis le potier jusqu’au grossiste-expéditeur. De la ferme aux marchés de consommation, un petit nombre d’entreprises industrielles intègrent la totalité des opérations de transport, de négoce et de transformation. Le centre d’activité se déplace du marché à l’usine. A la foule des petits artisans et de leurs employés, succède un noyau de spécialistes entouré d’un prolétariat d’ouvriers de laiterie. Ceux-ci ne constituent que des groupements limités. Presque tous sont d’origine rurale. Beaucoup résident dans leurs villages où souvent leurs épouses continuent à « faire-valoir » quelques ha. Les effectifs de main-d’œuvre dépassent rarement 300 employés, même dans les plus grandes entreprises. Gloria, à Carentan, occupe 298 personnes, la coopérative laitière d’Isigny et l’usine Dupont 180 ouvriers chacune, la condenserie Nestlé de Lisieux 247 ouvriers, Lanquetot à Saint-Martin-de-Bienfaite 150 personnes dans la plus grande fromagerie du Pays d’Auge. Seul, Gervais à Ferrières-en-Bray atteint presque un effectif de 600 employés (589). Enfin, si les quantités traitées augmentent, toute l’orientation de l’industrie laitière contemporaine tend à élever la productivité du travail grâce à la mécanisation. Les effectifs progressent lentement dans les plus grandes usines. Chaque année, quelques petits établissements ferment leurs portes. A Paris, les conseils d’administration, souvent totalement étrangers à la vie régionale, décident. Les usines exécutent. De toute façon, quels que soient ses structures et ses objectifs, l’industrie laitière moderne ne peut constituer pour les pôles herbagers qu’une source d’emplois très limitée.

b) La sclérose du commerce

84Le circuit de la viande a suivi une évolution opposée à celui du lait. Plus exactement, il n’y a pas eu d’évolution. Pour la région, ce phénomène n’est pas plus enrichissant que le précédent. A l’exception de l’usine Pien et Glasson de Lisieux et des abattoirs de Bayeux, de Gacé et de Carentan, aucun établissement dans les pôles herbagers pour l’abattage des bêtes, le conditionnement et l’expédition de la viande. L’essentiel de la production est expédiée sur pied par chemin de fer ou par des transporteurs routiers spécialisés. Ainsi la plus grande partie de la transformation échappe-t-elle aux régions herbagères. L’activité locale se limite au négoce, secteur d’élection des marchands de bestiaux. Certes, ceux-ci sont particulièrement nombreux à exercer leur art. Mais la région ne tire aucun avantage de cette situation, ni sur le plan économique, ni du point de vue de l’emploi. Cette profession ne concerne en effet que quelques centaines de personnes tout au plus. C’est beaucoup par rapport aux exigences techniques du négoce. C’est peu dans l’équilibre régional des professions. Les foires et marchés concentrent toujours une partie de ce commerce. Seuls, en fait, les marchés aux veaux conservent un certain dynamisme faisant des places de Littry et de Bayeux dans le Bessin, de Saint-Pierre-sur-Dives et de Lisieux dans le Pays d’Auge et de Forges dans le Bray les centres hebdomadaires de l’activité marchande. De plus en plus, les gros bovins, amouillantes et bœufs, se négocient « à la traverse », c’est-à-dire à la ferme. Une seule S.I.C.A. s’est solidement implantée : celle de Gacé dans le sud du Pays d’Auge. Partout ailleurs domine un commerce traditionnel dont le rôle régional se signale surtout par des carences : effectifs en personnel très limités, absence de transformation de la matière première, faible adaptation aux marchés modernes, prélèvements financiers au profit d’une minorité.

85Au négoce des bêtes s’ajoute le commerce de distribution. Celui-ci s’organise selon des modalités variées où s’opposent la desserte d’une clientèle très dispersée et la concentration des points de vente. Dans la plus grande partie des pôles herbagers domine un habitat épars. Au chef-lieu des villages, une seule boutique réunit généralement la vente de l’épicerie, du gaz butane, d’articles de confection, de droguerie et de quincaillerie. Dans une pièce attenante au bazar, le café. Ce commerce ne répond qu’à des besoins quotidiens très limités. Les plus gros achats se font le jour de marché dans les principaux bourgs ou dans les petites villes. Un marché banal de distribution côtoie en effet toujours le marché aux bestiaux. Autour des places ou dans les principales rues adjacentes, se serrent les boutiques qui distinguent le bourg et la ville du village. Ainsi à Bayeux, la rue Saint-Martin prolongée par la rue Saint-Malo et la rue Saint-Patrice ; les rues de Falaise et de Lisieux à Saint-Pierre-sur-Dives. Là s’achètent les vélomoteurs et les fourches, les bottes de caoutchouc qui remplacent maintenant les sabots, les « bleus » raides et les robes sans grâce.

Figure 21. – Plan du marché de St-Pierre-sur-Dives

86Au xviiie et au xixe siècles les paysans des pôles herbagers constituèrent une clientèle rurale d’une importance exceptionnelle. Ils ne pouvaient pas vivre en effet entièrement sur leurs fermes, à la différence de la plupart de leurs semblables. Ils avaient quelques disponibilités financières. Enfin, la vente de leurs produits les conduisait régulièrement à la ville où ils étaient tentés d’acheter. A la grande époque des beurres et des fromages marchands s’associe encore le souvenir d’un commerce de détail florissant. Les herbagers ne se privaient pas de consommer.

  • 17 Tous les chiffres concernant le commerce de Saint-Pierre-sur-Dives sont tirés de Dionnet, 227, 196 (...)

87La crise latente du sytème de production a profondément modifié cette situation. Petits et moyens exploitants limitent au maximum leurs charges pour subsister dans l’indépendance. Toute une partie du commerce d’alimentation courante est faiblement représentée : 2 poissonneries seulement à Saint-Pierre-sur-Dives et 2 commerces de fruits et primeurs17 ; les bouchers, assez nombreux (7), vendent plus à la clientèle ouvrière qu’aux agriculteurs. Pour la viande, les fruits et les primeurs, l’exploitant moyen tire parti au maximum de sa basse-cour, de sa cour et de son jardin. Deux commerces d’alimentation, par contre, sont indispensables : l’épicerie (15 à Saint-Pierre) et la boulangerie (5). Mais les nombreux magasins de confection, merceries, marchands de cycles, et, plus rares, les vendeurs d’appareils électro-ménagers, souvent installés dans des quincailleries, ont peu à attendre d’une population aux possibilités limitées. De plus, la seule clientèle qui continue à avoir des disponibilités, celle des exploitants importants, des marchands de bestiaux et des notables, oriente de plus en plus ses achats en dehors de la région. Une sorte de stratification régionale du commerce s’établit en fonction de la richesse. Le journalier, le petit exploitant fréquentent l’épicerie-café du village, mais non la femme du grand fermier qui n’hésite pas grâce à sa 2 CV à faire ses courses plusieurs fois par semaine à Neufchâtel, Bayeux, Saint-Pierre ou Valognes. L’épouse du notable partage ses achats entre les centres régionaux et Caen, Rouen ou Paris. A cette hiérarchisation sociale du commerce, correspond celle des services. Les classes uniques des écoles communales sont peuplées par les enfants d’ouvriers agricoles et de fermiers modestes. Les enfants des familles aisées vont en pension dans les lycées ou dans les institutions privées. A la région échappent progressivement des fonctions cependant essentielles.

TABLEAU 16
Les centres locaux et régionaux des pôles herbagers

TABLEAU 16Les centres locaux et régionaux des pôles herbagers

c) La décadence des bourgs et la stagnation des petites villes

88Le tableau 16 résume la répartition des activités et l’évolution démographique depuis la fin du xixe siècle des principaux centres des pôles herbagers. Entre eux s’établit une hiérarchie complexe dont chaque élément réagit très inégalement face à la tendance générale à l’étiolement.

  • 18 Sur Lisieux : Blanc-Montmayeur (M.), D.E.S., 1966.

89Le cas des centres touristiques du littoral, trop étrangers au sujet, étant écarté, Lisieux constitue le seul exemple de dynamisme urbain à l’intérieur des pôles herbagers, exception de dimension modeste, mais assez notable par ses qualités pour permettre de mieux comprendre les carences des autres villes. Lisieux n’est qu’une ville bien moyenne (22 026 habitants en 1962). Mais c’est la seule cité du domaine herbager à atteindre ce niveau, après une longue stagnation du xixe siècle à 1936, un recul brutal pendant la guerre (10 000 habitants en 1946) et une renaissance remarquable ces vingt dernières années qui se traduit dans le paysage urbain par la reconstruction du centre détruit en 1944 et le développement de quartiers périphériques nouveaux (Hauteville). La conjonction, exceptionnelle dans les pays herbagers, de trois fonctions complémentaires permet d’expliquer ce bilan favorable. Lisieux, en effet, est pour le Pays d’Auge une petite capitale régionale au plein sens du terme. Sa sous-préfecture commande l’arrondissement ; ses commerces (parmi lesquels deux grands magasins, « Monoprix » et les « Dames de France ») jouissent d’une réputation très favorable auprès de la clientèle rurale ; son réseau de services agricoles, hérité du particularisme augeron, (Syndicat de la marque « Pays d’Auge », Coopérative agricole du Pays d’Auge, Syndicat Interprofessionnel du Lait du Pays d’Auge, Centre Interprofessionnel des Fruits à cidre) rayonne sur l’ensemble du Pays après avoir été pendant longtemps jalousement distincts de ceux de Caen, cependant chef-lieu du Calvados. En outre, Lisieux possède toute la gamme des établissements de commercialisation et de transformation des produits de l’élevage : un important marché complété par 11 foires annuelles (11 980 gros bovins présentés en 1965, 9 660 veaux, 960 porcelets) ; un grand abattoir industriel, le seul de cette importance en Normandie, les établissements Pien et Glasson (11 000 tonnes de viande abattue en 1965) ; une fromagerie de Pont-l’Evêque, deux grandes beurreries, une importante fabrique de lait condensé (Nestlé). Enfin, la capitale du Pays d’Auge a compensé la rétraction de ses industries textiles traditionnelles par le développement ou l’implantation de nouvelles entreprises ; la plus importante, celle des établissements Leroy, fabrique des cageots, des emballages et des boîtes à camemberts ainsi que du « Novopan » (aggloméré de déchets de bois) ; la plupart des autres sont des industries mécaniques18.

90Aucune des petites capitales traditionnelles des autres pays herbagers n’accède à une telle plénitude des fonctions régionales. Ni Neufchâtel dans le pays de Bray, ni Valognes dans le Cotentin, sous-préfectures déchues, cités de marché et de commerce, modestes centres d’industrie laitière, villes en repli ou en stagnation. Ni même Bayeux, la capitale du Bessin, qui possède bien une laiterie coopérative, un important marché et un abattoir, mais où l’implantation récente des services nationaux du Crédit Lyonnais compense bien mal l’absence totale d’industrie.

91Dans le Cotentin, le Bessin et le Pays de Bray, les fonctions qui se rassemblent à Lisieux se partagent entre plusieurs petites villes. Valognes, Bayeux, Neufchâtel sont les petites capitales traditionnelles, les anciens chefs-lieux des élections, cités de la bourgeoisie des offices et des rentes. Des centres commerciaux actifs se sont fixés ailleurs et ont retenu les industries laitières et les principaux marchés : Carentan et Isigny de part et d’autre des Veys ; Littry, vieux centre minier devenu un des grands marchés au veaux du Bessin (le marché de « la Mine ») ; Forges-les-Eaux qui abrite le marché le plus important et Gournay les établissements Gervais dans le Pays-de-Bray. Ainsi, dans les trois régions, les influences urbaines se dispersent-elles entre de petites cités sans qu’aucune ne s’impose comme un véritable pôle de direction et de développement régional. De même, dans le Pays d’Auge, les villes secondaires possèdent-elles une gamme très incomplète de fonctions : Pont-l’Evêque, ancienne sous-préfecture, doit beaucoup plus maintenant au passage des touristes sur un important croisement routier qu’à son rôle de centre agricole : le marché s’est affaibli comme la vente des fromages qui le rendit célèbre. Livarot est un petit centre d’industrie laitière, de même qu’Orbec et que Gacé qui bénéficient en outre l’un de la présence d’importants abattoirs (utilisés par une S.I.C.A.), l’autre de quelques industries. Seul Saint-Pierre-sur-Dives possède une gamme de fonctions assez complète, mais à un niveau bien modeste : commerce local, fromageries dans les communes voisines, marché aux veaux, industrie du bois (une usine importante des établissements Leroy).

92La preuve semble ainsi faite que les services demandés aux villes par le système herbager traditionnel ne peuvent soutenir seuls un développement important, voire seulement moyen. Lisieux dépasse 20 000 habitants parce qu’elle rassemble la totalité des fonctions régionales et qu’elle y ajoute l’activité touristique du pèlerinage et quelques industries nouvelles. Bayeux, sans industrie extérieure au monde agricole, vivote avec une population de 10 000 habitants. Toutes les autres villes, sans exception, petites capitales régionales traditionnelles ou nouveaux centres de marché et d’industrie laitière, ont une population inférieure à 6 000 habitants. Quelques taux d’accroissement assez forts par rapport à la siuation du xixe siècle ne doivent pas faire illusion (Carentan, Neufchâtel, Forges). Toutes ces villes restent bien modestes, leurs fonctions limitées, et, sans le soutien d’activités extérieures au monde de l’élevage, le réseau urbain des pays herbagers apparaît aussi fragile que les fils ténus d’une toile d’araignée mal tissée.

93Mais lorsqu’on descend encore d’un niveau dans la hiérarchie urbaine pour étudier les centres locaux, lorsque ni une industrie laitière importante ni un groupement commercial assez étoffé ne soutient l’activité du bourg, la chute de la population trahit un marasme profond. Un marché en décadence, une laiterie isolée, quelques commerces aux vitrines ternes, et, parfois, le souvenir d’une petite industrie disparue ne suffisent pas pour constituer un noyau d’activité cohérent, même au niveau le plus modeste. Sainte-Mère-Eglise, Montebourg, dans le Cotentin, la Cambe, Littry, Trévières, dans le Bessin, Bonnebosq, Cambremer, Vimoutiers dans le Pays d’Auge, le Merlerault enfin, tous bourgs célèbres et actifs jadis trahissent dans la diminution de leur population l’étiolement d’un système. Certes le phénomène contemporain qui défavorise les petits centres au profit des grandes villes ou des moyennes se manifeste dans un mouvement général qui dépasse le cadre du Bessin, du Cotentin et du Pays d’Auge. Mais la richesse du système herbager donna à ces bourgs, au xviiie et au xixe siècles un lustre qui fait ressentir maintenant avec une plus grande acuité leur déchéance. Pire, la disparition des marchés, la concentration des abattoirs et des laiteries, la diminution de la population agricole active, c’est-à-dire de la clientèle commerciale, ne laissent espérer aucun relais d’activité dans le cadre du système de production et de relations actuel. Seul, l’aménagement rural, en regroupant des services élémentaires actuellement trop dispersés et en créant de nouveaux, pourrait redonner quelque vitalité à ces bourgs. Nul doute que les régions en tireraient bénéfice, car le tissu conjonctif des communes rurales semble encore plus malade que le réseau urbain qui l’innerve.

3°) LA MORT DES COMMUNES RURALES

94Plus grave que l’asphyxie des petits centres, le vide réel de l’espace rural, derrière la marquetterie verdoyante des herbages et des haies trahit la mort lente des cellules élémentaires de la vie régionale. L’étude de quatre groupes de communes ayant eu chacun 1 000 habitants environ au milieu du xixe siècle doit permettre d’apprécier l’évolution démographique de ce phénomène. Les groupes de communes ont été choisis pour représenter des types régionaux : dans le Bessin, Canchy et Longueville (canton d’Isigny) ; dans la vallée d’Auge, Hotot-en-Auge, Corbon, Vic-tot-Pontfol et Rumesnil (canton de Cambremer) ; dans le Pays d’Auge intérieur, Bellou, Sainte-Marguerite-des-Loges et le Mesnil-Germain (canton de Livarot) ; Bazoches-au-Houlme, enfin (canton de Putanges). On tiendra compte aussi des résultats d’une étude réalisée par l’ANERA dans quatres communes du canton de Saint-Pierre-sur-Dives : Berville, Mittois, Ecots, Sainte-Marguerite-de-Viette.

95Dans tous les cas, les graphiques font apparaître quelques phénomènes communs d’une remarquable netteté. Une forte dépopulation générale ramène le nombre d’habitants de 1 000 en 1851 (indice généralisé) à 600 dans les meilleurs cas et à 400 dans le plus mauvais en 1962. Une dénatalité de grande ampleur dans la seconde moitié du xixe siècle se maintient avec ténacité jusque vers 1920 et, parfois, jusqu’à nos jours. Une émigration irrégulière jusqu’à la guerre de 1914, incertaine pendant deux décennies, devient considérable maintenant. Enfin s’affirme une simplification de la structure de la population active, étudiée grâce à trois coupes (1851, 1906, 1962) : après la disparition des artisans et commerçants, la rétraction des ouvriers agricoles, temporaires ou permanents, les exploitants sont de plus en plus seuls.

96Certes, ces phénomènes généraux se retrouvent aussi bien dans le Bocage et les Plaines bas-normandes que dans les régions herbagères. Mais l’étude de chaque cas doit permettre d’apprécier leur ampleur relative et de montrer comment ils s’inscrivent dans l’évolution du système herbager.

a) Une région herbagère de tradition ancienne dans la Vallée d’Auge : Corbon, Victot-Pontfol, Rumesnil, Hotot-en-Auge

97Les herbages de la région de Corbon appartiennent depuis longtemps à la mythologie de l’élevage normand. Il faut pénétrer dans ce monde étrange en hiver, lorsque les eaux de la Dives et de la Vie « mouillent » le marais et menacent les chaussées, lorsque les basses terres de Hotot et de Victot-Pontfol redeviennent une île et que, sur les pentes inférieures de la côte augeronne une humidité plus dense que la brume estompe en permanence les haies. Là se trouvent quelques-uns des plus riches terroirs du domaine herbager : immenses parcelles de marais, séparées par des canaux de drainage efficaces sauf en hiver (Corbon) ; terres lourdes mais « fortes » de l’île (Victot-Pontfol, Hotot) ; basses pentes bien humectées de la côte (Rumesnil). L’herbage occupe ici la totalité des surfaces utiles. C’est une tradition ancienne, bien établie par la statistique cadastrale depuis l’aube du xixe siècle, et qui remonte au moins au xvie siècle si l’on en croit les chroniqueurs. Les fermes se dispersent derrière les haies de l’île et de la côte. Autour des clochers, les bourgs sont réduits à leur plus simple expression : une mairie-école, un commerce. A Hotot, une station de chemin de fer sur la petite ligne Mézidon-Dives expédie des pommes et des bœufs. A Victot-Pontfol, un beau manoir du xvie siècle abrite un haras. Les grandes exploitations occupent la plus grande partie des surfaces (de 40 à plus de 60 %). A côté de la production laitière, l’embouche tient une place dominante et même exclusive dans le marais.

Figure 22. – Evolution de la population dans un groupe de communes de la Vallée d’Auge (Corbon, Hotôt, Rumesnil, Victot-Pontfol)
(légende p. 212)

98La faiblesse de la densité de population constitue le trait le plus frappant de la démographie locale : 18 habitants au km² en 1962. Ce chiffre est, avec celui de Bazoches, le plus bas de tous ceux enregistrés dans les régions ayant donné lieu à un sondage démographique (Bocage et Plaine compris). Il prolonge et accentue un état ancien, puisqu’en 1831 déjà le groupe de la Vallée d’Auge, avec 28 habitants au km², enregistrait, et de très loin, la plus faible densité parmi les échantillons étudiés. A cette faiblesse démographique, s’ajoutent la dispersion extrême de l’habitat et les difficultés de circulation dans un milieu qui devient semi-aquatique pendant l’hiver. Les grands herbagers de la Vallée d’Auge souffrent assez peu de cette situation. L’exercice de leur profession leur donne l’occasion de parcourir d’autres régions et ils disposent de moyens pour compenser l’absence à peu près totale d’équipement local. Tous ceux qui n’ont pas cette possibilité refusent maintenant ces conditions et quittent la région.

99Quelles perspectives, en effet, s’offrent à l’ouvrier ou au commerçant d’Hotot ou de Rumesnil ? Pour le travailleur agricole, un nombre très limité d’emplois stables (haras, grandes exploitations) et des tâches temporaires subalternes d’entretien des haies et des fossés. Pour le commerçant, une clientèle très réduite dont les meilleurs éléments s’approvisionnent dans de plus grands centres. Pour les uns et pour les autres, la solitude.

100L’embouche, dominante ici, apparaît comme la moins « peuplante » des activités herbagères. Le nombre des exploitations agricoles a relativement peu varié par rapport au milieu du xixe siècle où on en comptait environ 150 contre un peu moins de 100 maintenant. Mais les salariés agricoles (permanents et journaliers) ont diminué dans des proportions considérables, de 330 à 160. Et les artisans et commerçants (près de 150 en 1851) ont pratiquement disparu. Cette rétraction s’est effectuée surtout par dénatalité jusqu’à la fin du xixe siècle. Mais, dès 1900, apparaît un bilan naturel positif dont le caractère favorable se maintient jusqu’à nos jours. Une émigration considérable est donc responsable depuis cette époque de la dépopulation générale. Elle atteint actuellement une ampleur sans précédent.

101Entre 1954 et 1962, les quatre communes étudiées ont perdu 148 habitants, soit 21 % de la population, alors que l’accroissement naturel fut d’environ 3 %. Aucun des échantillons étudiés n’enregistre de telles pertes. Dans une des plus « riches » et des plus célèbres régions d’embouche de Normandie, une longue hémorragie devient une débacle démographique.

b) Un haut lieu de l’embouche : Bazoches-au-Houlme

102Le clocher trapu de Bazoches, flanqué de discrètes ruines médiévales, domine un ample paysage de collines schisteuses. Au nord, la barre gréseuse du synclinal de Falaise ; au sud et à l’ouest les horizons fragmentés du massif armoricain découpé par l’encaissement de l’Orne et l’émiettement du bocage ; à l’est, presque sans discontinuité, les étendues planes de la Campagne d’Argentan. Le petit village de Bazoches occupe le centre d’un bocage très largement aéré. Très peu de pommiers dans les grands herbages onduleux qui comptent souvent plus de 5 ha, quelques arbres faisant de l’ombre, des bouveries dans chaques pièce pour abriter le foin, des parcs d’embarquement, enfin, à partir d’avril, de grands troupeaux de bœufs de toutes races dispersés sur les pentes et dans les fonds humides : Bazoches est un des grands fiefs de l’embouche normand. Le village étriqué se serre autour de l’église, de l’école et d’une poignée de commerçants. Dispersés dans un finage de 2 780 ha, les bâtiments en équerre ou même en cour fermée des grandes exploitations se répartissent selon le schéma classique d’une dispersion secondaire autour du noyau villageois bien groupé.

Figure 23. – Evolution de la population active à Bazoches-au-Houlme

Figure 24. – Evolution de la population à Bazoches-au-Houlme (légende p. 212)

  • 19 Pinot (J.), 247, 1963.

103Bazoches, en 1963, est à peu près totalement herbager. 82 ha de labours (répartis surtout à proximité du village), 136 ha de bois et 32 ha de lande constituent des reliques peu importantes. Face à ces chiffres modestes, 2 530 ha d’herbage. Au début du xixe siècle, la répartition des terres était différente. Avec 1 662 ha, les labours l’emportaient alors, mais les herbages n’en occupaient pas moins déjà 919 ha. Au début du xxe siècle, l’orientation herbagère achevait de s’affirmer totalement. Bazoches appartient donc aux régions qui se sont spécialisées précocement. Le mouvement de mise en herbe l’emporte cependant plus tard que dans la Vallée d’Auge. Il commence probablement au xviiie siècle pour s’affirmer totalement avant 1900. Quelques notes sur le soucis des gens de Bazoches pendant la Révolution en donnent une idée19 : en 1793, 1794, 1795 et en 1809 la commune souffre de la disette ; une forte pression s’exerce sur les propriétaires, les meuniers et les fermiers qui ne veulent pas vendre leurs grains ; le 17 avril 1795, les femmes de Bazoches s’opposent à des livraisons de grain à destination d’Argentan ; on apprend qu’en 1809 « le commerce des bestiaux avait été peu favorable, les bœufs s’étaient mal engraissés et ne se vendaient qu’à très bas prix ». Mais cent ans plus tard la dualité bétail-grain n’existe plus : rien que des bœufs et quelques troupeaux de laitières chez les plus petits exploitants ; les labours et le grain ont pratiquement disparu.

104Parallèlement, les structures foncières et démographiques ont été profondément modifiées. En 1830, 3 grandes propriétés nobles occupent le sommet de la hiérarchie, détenant au total 258 ha. En-dessous, un corps intermédiaire de 22 propriétaires moyens dont 5 seulement ne résidaient pas à Bazoches et, enfin, une foule de 308 petits propriétaires dont 267 possédant moins de 2 ha, pratiquement tous habitants de la commune. A la même époque (1836), Bazoches est une grosse commune de 1 147 habitants. En 1851, la population se répartit entre une large majorité de cultivateurs (250), de domestiques (195), quelques journaliers (27) et un groupe assez étoffé d’ouvriers carriers (29) et d’artisans-commerçants (68).

105En 1962, Bazoches ne compte plus que 453 habitants. Dans le bourg, 12 artisans et commerçants seulement. L’essentiel de l’activité tertiaire a échappé à la commune qui fut pourtant au xixe siècle chef-lieu de canton et lieu de marché. L’élimination progressive des petits propriétaires, la concentration agraire et la chute de la population ont suivi une progression parallèle à celle de la spécialisation herbagère et au triomphe de l’embouche. Il n’y a plus maintenant que 55 exploitants à Bazoches. 13 d’entre eux, avec des superficies individuelles supérieures à 50 ha occupent 1 184 ha : ce sont les grands emboucheurs. Les 24 petits exploitants de moins de 10 ha se partagent tout juste 100 ha. De même, la nature de la propriété s’est modifiée : la plus grande des propriétés nobles a disparu ; parmi les propriétaires moyens, plusieurs membres des professions libérales ; mais surtout, le sommet de la hiérarchie est maintenant occupé par la bourgeoisie rurale des grands herbagers, tandis que les petits propriétaires de moins de 10 ha sont passés de 408 en 1830 à 191 en 1962. Une classe sociale domine maintenant Bazoches : les grands emboucheurs.

106De 1860 à 1954, Bazoches perd 582 habitants. Pendant toute cette période, la mortalité domine constamment la natalité, sauf au cours des quelques années qui suivent les guerres. Alors que la mortalité atteint et dépasse parfois 25 pour mille, pendant un siècle la natalité s’essouffle en-dessous de 20 pour mille. Globalement, la part du déficit naturel dans la dépopulation totale est de 61 %, le reste étant dû à l’émigration. La société des petits propriétaires de Bazoches s’est donc éteinte en quelque sorte sur elle-même dans une combinaison démographique où s’associent le malthusianisme des naissances et la surmortalité alcoolique. L’exode rural n’a fait qu’amplifier un mouvement profond dont profitèrent, dans une conjoncture économique qui leur était favorable, les emboucheurs, rassembleurs de terre et créateurs des grands herbages.

107L’évolution se poursuit. Après une période de stabilisation (1921-1946), la chute de la population s’affirme de nouveau avec vigueur. De 1946 à 1962, Bazoches perd 70 habitants en 16 ans. Il faut remonter aux plus sombres années de la fin du xixe siècle pour retrouver une dépopulation aussi accentuée. Après une perte de 61 % de la population par rapport à 1851, chiffre le plus fort des échantillons étudiés en région herbagère, Bazoches a maintenant une densité plus faible encore que celle de la Vallée d’Auge : 16 habitants au km².

108L’examen de la carte des densités de population de l’Atlas de Normandie (C I) confirme l’analyse des deux exemples de la Vallée d’Auge et de Bazoches. Avec des densités inférieures le plus souvent à 20 au km², les régions spécialisées dans l’embouche dessinent des zones de peuplement très faible : l’ensemble des Marais de la Dives, la région de Bazoches, mais aussi toute la partie sud du Pays d’Auge à laquelle s’ajoutent le Merlerault et le Pays d’Ouche occidental. L’embouche demande fort peu de main-d’œuvre. Elle ne peut pas s’associer à d’autres activités. Elle ne permet aucun développement du commerce local car elle n’offre aux détaillants que la clientèle de quelques commis et journaliers. Une vieille région d’embouche comme celle de Corbon n’a jamais été densément peuplée, et elle perd encore aujourd’hui de très nombreux habitants. Bazoches, jadis assez vivant, s’est dépeuplé avec l’embouche. Il semble maintenant qu’un seuil inférieur ait été franchi, une sorte de point de non-retour, et on peut se demander avec inquiétude ce que deviendraient ces régions si devaient se confirmer les défaillances économiques de l’embouche, cette activité dominante et exclusive qui les a rendu tout à la fois célèbres et exsangues.

c) Dans le Bessin laitier : Canchy et Longueville

109Tout autre est la situation de Canchy et de Longueville, deux communes du Bessin occidental à 9 km à l’est d’Isigny. Elles occupent une série de terroirs parmi les plus caractéristiques et les plus réputés du Bessin. Au sud, sur le territoire de Canchy, les marais de la basse vallée de l’Aure, partagés de façon très géométrique en petites parcelles rectangulaires consacrées à la fauche et à l’embouche. Un peu plus au nord, cœur de la commune de Canchy, les pentes argileuses tapissées de limons colluvionnés d’un long versant modelé dans le Sinémurien. Plus au nord encore, après une légère accentuation de la pente, le plateau à soubassement de calcaire bajocien que recouvre du limon et sur lequel se trouve la plus grande partie de la commune de Longueville.

110Actuellement, les labours n’occupent que 5 % de la surface utile, quelques parcelles sur les parties les mieux égouttées du plateau. Le reste est entièrement consacré à l’herbe, près de la vallée de l’Aure et herbages clairs des pentes et du plateau. Sauf dans le marais, les haies découpent le paysage en un damier assez régulier de grandes et de moyennes parcelles trapues. Les exploitations moyennes (20 à 50 ha), les plus nombreuses occupent près de 50 % de la surface utile, tandis que les grandes et les petites se partagent la moitié restante. La production laitière l’emporte nettement dans l’économie des fermes. A Canchy, celles-ci se dispersent au contact du marais et du haut pays. Quelques beaux manoirs attestent l’ancienneté de la richesse locale. Le bourg est réduit à sa plus simple expression. Longueville, en revanche, est un bourg allongé sur la route nationale Paris-Cherbourg auquel s’ajoutent quelques grosses fermes isolées, parmi lesquelles l’important domaine de Gournay. Depuis longtemps Canchy et Longueville vivent de l’élevage, et plus spécialement de l’économie laitière. Cette tendance s’est encore affirmée depuis la première moitié du xixe siècle, puisque, depuis cette époque, la part des labours dans la surface utile a été très progressivement amenée de 20 % (premier cadastre, 1830) à 5 % (1962).

111Au milieu du xixe siècle, Canchy et Longueville étaient des communes bien peuplées, avec une densité de 100 au km² en 1831, une des plus fortes de toutes celles enregistrées dans les échantillons de sondage (on trouve cependant des densités supérieures, à la même époque, dans le Bocage Normand). La population comptait alors 499 actifs du secteur agricole, mais aussi 225 personnes occupées à d’autres professions. Parmi les premiers, une majorité d’exploitants aidés de leur famille (212 actifs), une forte cohorte de journaliers (175), habituelle dans la plupart des régions rurales au xixe siècle, et enfin un groupe important de domestiques permanents (112) parmi lesquels de nombreuses femmes (47) : le système intensif du Bessin, à la différence de l’embouche, avait alors besoin de nombreux bras pour la traite, la fabrication du beurre, les foins, les « tombes », etc... En outre, une importante population du secteur non agricole se juxtaposait à la précédente. A côté d’un petit groupe d’artisans du textile, fileuses et tisserands (26 personnes), un nombre élevé (157) d’artisans et de commerçants de service répondaient aux besoins d’une économie agricole active tant pour l’entretien et la construction de bâtiments, le commerce et le transport des denrées, l’alimentation, l’entretien de l’outillage agricole. Ainsi rencontre-t-on sur les listes nominatives de nombreux couvreurs, maçons et charpentiers, quelques marchands de bestiaux et « voituriers », plusieurs épiciers, bouchers et boulangers, de nombreux maréchaux.

Figure 25. – Evolution de la population dans un groupe de communes du Bessin (Canchy, Longueville)

112La situation actuelle est bien différente. La population a diminué de 40 % par rapport à 1851, taux relativement modeste, le plus faible des échantillons étudiés en pays herbager. Mais cette diminution diffère beaucoup selon les catégories professionnelles. Les agriculteurs et leurs aides familiaux ont été surtout touchés par la dépopulation du xixe siècle, passant de 212 actifs en 1851 à 110 en 1906. Depuis, leur nombre reste stable. Par contre, les salariés agricoles, permanents ou journaliers, qui n’avaient guère évolué entre 1851 et 1906, diminuent depuis cette date dans un rapport de 3 à 1. Surtout, les artisans et commerçants de village disparaissent. Encore nombreux en 1906 (130), ils ne sont plus que 15 en 1962, soit 10 fois moins qu’en 1851. L’apparition d’un petit groupe d’ouvriers non agricoles (37) ne permet pas de compenser ce recul.

113Les graphiques montrent que la dénatalité n’a pas cessé de peser sur l’évolution démographique des deux communes depuis la première moitié du xixe siècle jusqu’à 1940. Dans une population qui apparaît vieillie dès 1851 et qui l’est encore plus en 1906, la mortalité s’élève de taux voisins de 20 pour mille au milieu du xixe siècle à des valeurs comprises entre 26 et 30 pour mille de 1882 à 1933. La natalité ne suit pas cette progression ; elle reste presque toujours inférieure à 22 pour mille. Le renouvellement des générations ne s’opère pas. Le malthusianisme démographique associé à une forte mortalité aboutit à un déficit naturel permanent. Selon les catégories professionnelles, le phénomène est plus ou moins accentué, comme le montre succinctement le tableau ci-dessous :

114Nombre d’enfants de moins de 15 ans pour 100 femmes de plus de 15 ans

115Les premiers, les exploitants agricoles ont été décimés par une dénatalité dont on peut difficilement analyser tous les éléments dans le cadre de cette étude. Au moins doit-on se demander si elle ne correspondit pas à une période d’aisance mesurée des exploitants petits et moyens, à une mentalité de petits bourgeois soucieux de transmettre dans les meilleures conditions un bien durement acquis. Il est remarquable que les artisans et commerçants semblaient avoir un comportement presque analogue, alors que les journaliers avaient de plus nombreux enfants.

116Jusqu’en 1940, et à l’exception de deux décennies (1861-72, 1901-1911), l’émigration intervenait fort peu dans la démographie des deux communes qui s’affaiblissaient de façon naturelle. Depuis 1940, l’abaissement de la mortalité et une augmentation assez sensible de la natalité dégagent des excédents naturels d’environ 1 % par an. Or, les deux communes continuent de se dépeupler. Après une phase de stabilité (1963-1954), elles ont perdu 103 habitants entre 1954 et 1962. La catégorie des exploitants agricoles restant stable, il faut admettre que ce sont les commerçants et surtout les ouvriers et journaliers agricoles qui alimentent les nombreux départs de la période contemporaine.

117Ainsi, Canchy et Longueville, communes du Bessin cherchent-elles toujours leur équilibre démographique après deux hémorragies successives, celle de la dénatalité, jusqu’en 1940, qui frappa surtout les exploitants et les artisans-commerçants, et celle, contemporaine, de l’exode rural qui risque de laisser sous peu le pays sans main-d’œuvre salariée. Le premier phénomène accompagne le passage de la vieille économie intensive de la première moitié du xixe siècle à la sous-exploitation du potentiel agricole des années 1920-1950. Dans une seconde phase de dépeuplement, après une longue période de facilités, le départ des salariés laisse les exploitants du Bessin seuls face à leurs responsabilités.

d) Dans le Pays d’Auge intérieur : Bellou, Sainte-Marguerite-des-Loges, le Mesnil-Germain

  • 20 En 1906, un grand nombre d’exploitants sont inscrits sous le titre « propriétaires ». En tenant co (...)

118D’assez nombreux points communs permettent de rapprocher le cas du Bessin de l’exemple de trois communes du Pays d’Auge intérieur, proches de Livarot : Bellou, Sainte-Marguerite-des-Loges, le Mesnil-Germain. Ici, en effet, on retrouve une dépopulation assez accentuée de 1851 à 1962 (560 habitants en 1962 pour mille en 1851) dont est surtout responsable la dénatalité jusqu’à 1922 et l’émigration depuis cette date. Ici, aussi, on constate une certaine stabilité du groupe des exploitants agricoles20 et, par contre, la disparition des artisans et commerçants de village entre 1851 et 1906, l’effacement presque complet des ouvriers agricoles entre 1906 et 1962. En outre, les économies sont comparables. A Bellou et à Sainte-Marguerite-des-Loges, les grandes exploitations occupent un peu plus de 40 % de la surface utile. Au Mesnil-Germain, ce sont les exploitations moyennes qui tiennent ce rang. Dans les trois cas, petites, moyennes et grandes fermes se répartissent d’une façon assez équilibrée. L’herbage permanent s’étend sur la quasi-totalité des terroirs et la production laitière, complétée ici par l’engraissement des bœufs, domine l’économie locale.

119L’évolution du sytème agricole des trois communes livarotaises comme celle de leur démographie diffère cependant assez sensiblement sur quelques points de l’exemple choisi dans le Bessin.

120Les terroirs et les paysages augerons sont plus contrastés que ceux du Bessin. Venant de Livarot, on parvient à Bellou par le rude escarpement du versant de la rive droite de la vallée de la Vie. Les petits affluents modèlent dans la craie cénomanienne et l’argile oxfordienne une alternances de profondes morsures et de festons étroits, les premiers occupés par des bosquets et des herbages plantés, les seconds par un bocage serré et irrégulier à l’intérieur duquel se dispersent de petites exploitations. La forêt de Livarot prolongée par les herbages landeux où, en hiver, les flaques et les plantes semi-aquatiques le disputent à l’herbe, occupe les parties les plus lessivées de la bordure du plateau. Au-delà, sur le plan très étroit qui s’allonge entre les vallées de la Vie et de la Touques, s’étendent les meilleurs terroirs. Une large plaque de limon donne à Bellou des sols mieux égouttés. Longtemps, les labours ont occupé ici une place importante : près de 50 % de la surface utile au milieu du xixe siècle. Autour du petit bourg de Bellou, de très vastes parcelles dérivent du regroupement d’un ancien openfield de plateau qui subsista jusqu’à la seconde moitié du xixe siècle. Actuellement, un grand carré cultivé s’intercale au milieu des herbages, et tend même à s’agrandir depuis quelques années. A proximité, associée à un très beau manoir du xvie siècle, s’élèvent les bâtiments d’une grande ferme qui appartient à une riche famille de fromagers augerons. Au-delà, en direction de Sainte-Marguerite et du Mesnil-Germain, le bocage étend de nouveau son dessin de parcelles assez irrégulières, les unes plantées, les autres claires, où se dispersent des fermes isolées et quelques petits hameaux comme ceux de la Hamelinière et du Bellouet.

121Dans cette région, la mise en herbe est un phénomène relativement récent pour près de la moitié des surfaces. Pendant le Second-Empire s’effectue le bond principal des couchis, puisque de 1852 à 1885 les herbages permanents s’accroissent de 55 % de la surface utile à 88 %. C’est alors la grande époque du fromage de Livarot. Mais cette période comprend aussi une décennie de dépopulation profonde par émigration (1852-62).

Figure 26. – Evolution de la population dans un groupe de communes du Pays-d’Auge intérieur (Bellou, Ste-Marguerite-des-Loges, le Mesnil-Germain)
(légende p. 212)

Figure 27. – Evolution de la population active dans trois groupes de communes herbagères

122Des tisserands, très nombreux en 1851 (La Hamelinière à Bellou, notamment) disparaissent, dispersés par la crise du textile augeron. Avec eux s’en va un appoint de main-d’œuvre important pour les travaux des champs. En outre, la dénatalité sévit avec constance de 1851 à 1921 (sauf entre 1881 et 1891). La mise en herbe s’opère dans une ambiance de déflation démographique.

123Mais parallèlement se développe un phénomène plus curieux : l’augmentation régulière de la natalité, liée à la croissance de la fécondité. Pendant longtemps le phénomène est masqué par le niveau très élevé de la mortalité, toujours supérieur à la natalité. Néanmoins, le taux de natalité passe de 14 p. mille en 1851-1860 à 19 p. mille en 1911-20. A la fin du xixe siècle, un changement de mentalité s’opère chez les exploitants augerons et surtout chez les très nombreux journaliers du début du siècle : les familles deviennent plus nombreuses, parfois très nombreuses, pour des raisons encore mal définies. Le phénomène s’amplifie jusqu’à nos jours : les taux de natalité dépassent 20 p. mille et atteignent parfois 25 p. mille. Comme la mortalité s’est effondrée, depuis 1922 apparaissent d’importants excédents naturels, de l’ordre de 1 % par an.

124Ces chiffres font apparaître sous un jour plus trouble encore la situation contemporaine. Car, ici, comme ailleurs, la population continue de décroître, et, pour expliquer la perte de quelque 113 persoonees depuis 1946, il faut admettre le départ de près de 300 habitants soit de 40 % de la population de 1946.

125Le Pays d’Auge intérieur se vide. Les cartes C-5 et C-10 de l’Atlas de Normandie confirment cette analyse (Evolution récente de la population, migrations récentes nettes). Après le départ des artisans et des commerçants au xixe siècle, la régression des journaliers dans la première moitié du xxe siècle et leur disparition probable sous peu, se développe la troisième vague de l’émigration, celle des fils et filles d’exploitants.

  • 21 Association Normande d’Economie Rurale Appliquée, 223, 1964 (sous la direction de F. Solignac-Leco (...)

126Une enquête récente de l’Association Normande d’Economie Rurale Appliquée doit permettre de comprendre quelques-uns des ressorts profonds qui condamnent au départ une proportion importante, et sans doute croissante, de la population21.

e) Berville, Mittois, Ecots, Sainte-Marguerite-de-Viette : quatre communes du secteur d’aménagement rural de Saint-Pierre-sur-Dives, dans le Pays d’Auge, étudiées par l’A.N.E.R.A.

127Berville, Mittois, Ecots et Sainte-Marguerite s’échelonnent sur la longue pente du talus occidental du Pays d’Auge. En 1793, Sainte-Marguerite comptait 976 habitants. En 1962, le recensement y dénombre 355 personnes. De 1936 à 1962, les quatre communes réunies passent de 811 à 756 habitants. Près des deux tiers des actifs (62 %) se répartissent dans la population agricole en trois groupes sensiblement égaux : chefs d’exploitations, salariés, travailleurs familiaux. Le terroir est occupé à peu près à égalité par les grandes exploitations (40 % de la S.A.U.), les moyennes (34) et les petites (26 %), ce qui signifie évidemment que les petits exploitants sont nettement les plus nombreux (58 %).

128Entre ces catégories, les conditions de travail sont très inégales. Quelques chiffres, puisés dans de nombreux tableaux, le résument assez bien. Sans parler des petites exploitations et en comparant simplement les exploitations de plus de 50 ha et celles dont la surface est comprise entre 20 et 35 ha, on trouve 42 % d’étables avec l’eau courante chez les premières, 21 % dans les secondes, 92 % d’étables avec fosse à purin contre 53 %, 66 % disposant d’une presse-ramasseuse et d’un épandeur à fumier contre 33 %, etc...

129En ce qui concerne les conditions de vie, une certaine inégalité oppose exploitants agricoles, salariés et ouvriers travaillant hors des communes à Saint-Pierre ou dans les laiteries. Mais surtout, les retraités, vieux fermiers retirés, se trouvent dans des conditions particulièrement pénibles qui se traduisent dans tous les tableaux statistiques. Tous les ménages disposent de l’électricité mais 37 % seulement d’une prise d’eau courante à l’intérieur de l’habitation ; 39 % des exploitants possèdent un réfrigérateur, mais seulement 18 % des ouvriers agricoles et 5 % des retraités ; 34 % des exploitants peuvent regarder chez eux la télévision, mais seulement 25 % des ouvriers agricoles et 10 % des retraités. Dans la plupart des tableaux, les mêmes proportions reviennent toujours. Elles se synthétisent de la façon suivante : un tiers des exploitants agricoles, une minorité de leurs ouvriers (10 à 20 %), et un très petit nombre de retraités vivent dans des conditions dignes de la civilisation contemporaine. Pour les autres, les pièces sombres et surpeuplées, l’absence de tout confort, l’eau à la pompe, la vieille radio, la voiture d’occasion plusieurs fois rafistolée... Dans l’isolement de l’habitat dispersé, la situation particulièrement précaire des vieux donne la mesure de tous les déséquilibres dont elle constitue, en quelque sorte, l’aboutissement.

130Mais un dernier tableau montre encore mieux l’ampleur de la crise actuelle. Un échantillon de 97 jeunes gens et jeunes filles, soigneusement interrogés, permet de suivre une évolution en trois étapes : ce qu’ils faisaient il y a huit ans, ce qu’ils font, ce qu’ils espèrent faire dans huit ans. 46 sont fils d’exploitants, 32 fils de salariés, 19 enfants d’ouvriers non agricoles. Actuellement, 37 vivent encore de l’agriculture, soit par leur propre travail, soit par celui de leurs parents, eux-mêmes allant à l’école ou au collège ; 6 fils ou filles d’ouvriers sont encore scolarisés ; 17 jeunes gens travaillent déjà dans l’industrie ou dans les services. Dans 8 ans, 21 espèrent être employés dans l’industrie et 53 dans les services. Douze seulement (sur 78 enfants de paysans) comptent rester à la terre.

131L’exode rural, la dépopulation, de même que l’asphyxie des bourgs ou la difficulté d’investir ne constituent pas des phénomènes particuliers aux pôles herbargers. Mais, ici, tous les effets de la crise du monde rural se trouvent rassemblés. Pays riches jadis, les régions d’herbages se sont peu à peu enfermées dans un système régressif, sans charge financière et sans travail, mais aussi sans confort et sans avenir.

132Maintenant la fuite massive des jeunes succède comme naturellement au renoncement des anciens.

133Il ne faut certes pas gémir en vain sur la dépopulation. L’émigration offre souvent des conditions de vie meilleures à ceux qui partent. La décharge démographique peut préparer l’établissement d’un nouvel équilibre de l’économie et de la société régionales. Mais pour que le phénomène ait des effets positifs, encore faut-il que certains seuils ne soient pas franchis, que ceux qui partent aient une qualification et un ressort suffisants pour se reclasser dignement, et que ceux qui restent soient assez nombreux et assez compétents pour reconstruire un système agricole efficace dans la région. Ces conditions sont-elles remplies ?

134Un grand herbager, par la fenêtre de son salon confortable, regarde les vastes pièces aux teintes encore mates qui attendent les bœufs avant les chargements de printemps. Son œil petit mais brillant de finesse évalue les chances de la région. Avant de parler, il reste longtemps silencieux. Puis, il lâche : « demain, si ça continue, on chassera le lapin dans les taillis du Pays d’Auge ».

135Après la stagnation, et avant l’abandon, le système herbager de Normandie est à reconstruire.

Notes

1 Dumont, 230, Nouvelle éd., 1956, pp 405 et 406.

2 Tableau Annexe 15.

3 Frémont, 85, 1964.

4 Borcherdt, 368, 1957.

5 L’« Egartswirtschaft » ne permet pas une spécialisation complète de l’exploitation. En outre, les cultures céréalières sont envahies par l’herbe. La prairie temporaire, au cours des premières années, est d’une utilisation délicate. Elle n’atteint son plein rendement qu’au milieu du cycle de rotation. Les éleveurs préfèrent donc adopter la prairie permanente. Actuellement, les paysans bavarois qui abandonnent 1’« Egartswirtschaft » font un raisonnement assez proche de celui de l’éleveur normand à l’époque des « couchis ». Mais, en dépit de cette transformation, dont on ne peut pas encore juger tous les résultats, la tradition aussi bien que les enseignements de l’agronomie contemporaine semblent garantir le maintien en Bavière de techniques intensives.

6 Lewthwaite, 385, 1964.

7 1) Sur la description du pâturage rationné et du pâturage tournant, Frémont, 85, 1964.
2) Au sujet des engrais, et à titre de comparaison :

  • Apports d’engrais par ha de prairie naturelle des exploitations du Bessin adhérant au Centre de Gestion (1960-61) : entre 1 et 25 kg.
  • Id. pour 6 groupes de fermes moyennes des Pays-Bas servant de référence à une expérimentation : entre 50 et 100 kg (d’après Costrel de Corainville et Féat, 365, 1961).
  • Id. pour 6 exploitations néerlandaises de pointe (même source) : entre 150 et 370 kg.

3) On doit tenir compte aussi des achats d’aliments composés, plus élevés en Nouvelle-Zélande et en Hollande qu’en Normandie.

8 Sur l’histoire de la recherche fourragère, renseignements oraux de L. Hédin.

9 Toutain (J-C), 93, 1961. Voir fig. 17 : Evolution du prix des céréales et de la viande en France (1855-1938). Trop proche de celle des céréales, la courbe du beurre n’a pas été réalisée.
Image img03.jpg
Figure 17. – Evolution du prix des céréales et de la viande en France 1855-1938

10 Revue de l’Elevage, N° spécial 1951, pp 23. Actuellement, la race bovine normande compte plus de 4 millions et demi de bêtes.

11 D’après Sarazin, 405, 1962.

12 Revue de l’Elevage, mai 1965, p. 13.

13 Revue de l’Elevage, N° spécial, N° XXIX.

14 Zero-grazing (parfois francisé en « zéro-pâturage ») : technique consistant à supprimer le pâturage et à alimenter les bêtes avec de l’ensilage ou de l’herbe récoltée.

15 Centre de Gestion et d’Economie Rurale du Calvados, 418, 1962.

16 Dans le cas de la ferme bavaroise, il ne s’agit pas de stabulation libre, mais d’une installation fermée, au rez-de-chaussée de l’exploitation, qui doit accueillir les bêtes pendant la longue période hivernale.

17 Tous les chiffres concernant le commerce de Saint-Pierre-sur-Dives sont tirés de Dionnet, 227, 1961.

18 Sur Lisieux : Blanc-Montmayeur (M.), D.E.S., 1966.

19 Pinot (J.), 247, 1963.

20 En 1906, un grand nombre d’exploitants sont inscrits sous le titre « propriétaires ». En tenant compte de cette difficulté, on peut évaluer à 252 le nombre des exploitants et aides familiaux en 1851, à 240 en 1906 (environ) et à 269 en 1962.

21 Association Normande d’Economie Rurale Appliquée, 223, 1964 (sous la direction de F. Solignac-Lecomte).

Table des illustrations

Titre TABLEAU 15Comparaison des cinq grandes régions d’élevage laitier
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1299/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1299/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Légende Figure 18. – Evolution de la population et du rapport S.T.H./S.A.U. dans trois groupes de communes herbagères
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1299/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1299/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Figure 19 – Plan de la cour d’une exploitation du Pays d’Auge (région de St-Pierre-sur-Dives)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1299/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Figure 20 – Plan d’une exploitation du Bessin.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1299/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Légende Figure 21. – Plan du marché de St-Pierre-sur-Dives
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1299/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre TABLEAU 16Les centres locaux et régionaux des pôles herbagers
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1299/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Légende Figure 22. – Evolution de la population dans un groupe de communes de la Vallée d’Auge (Corbon, Hotôt, Rumesnil, Victot-Pontfol)(légende p. 212)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1299/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Figure 23. – Evolution de la population active à Bazoches-au-Houlme
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1299/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Figure 24. – Evolution de la population à Bazoches-au-Houlme (légende p. 212)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1299/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Légende Figure 25. – Evolution de la population dans un groupe de communes du Bessin (Canchy, Longueville)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1299/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1299/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Figure 26. – Evolution de la population dans un groupe de communes du Pays-d’Auge intérieur (Bellou, Ste-Marguerite-des-Loges, le Mesnil-Germain)(légende p. 212)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1299/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Légende Figure 27. – Evolution de la population active dans trois groupes de communes herbagères
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1299/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 627k

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter