Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'élevage en Normandie, étude géographique. Volume I

 | 
Armand Frémont

Première partie. Du Pays de Bray au Cotentin : herbages et herbagers

Introduction

Les pôles herbagers

Texte intégral

  • 1 Tableau 1.

1Le bocage herbager domine les paysages de la Basse-Normandie ; il occupe en outre des étendues assez considérables en Haute-Normandie, notamment dans le Pays de Bray et dans la basse vallée de la Seine. Ce mode d’utilisation du sol ne se retrouve avec une telle importance dans aucune autre région de l’Ouest français1.

  • 2 Carte de l’Atlas de Normandie, D4, Prairies permanentes et labours.

2L’ensemble de la Normandie porte l’empreinte herbagère. Le Bocage, de Vire à Avranches, consacre 60 à 80 % de ses surfaces utiles à la prairie. Dans la plus grande partie du Coutançais, la proportion dépasse 90 %. En Plaine, et dans le Pays de Caux, si les labours tiennent une place prépondérante, la prairie, avec 10, 20, 30 % de la surface agricole, et parfois plus, demeure toujours présente, même dans les terroirs les plus secs de la Plaine de St-André ou du Vexin2.

3Quelques zones se détachent cependant où la prairie permanente joue un rôle éminent. Les grands pays herbagers se distinguent, en première analyse, par la place quasi-exclusive qu’y tiennent les surfaces en herbe. Mais la distinction entre ces régions et les autres va bien au-delà de cette simple coupure numérique qui se situe à 80 ou 90 % de la surface utile. Une rapide énumération montre, en effet, que les zones d’herbage dominant sont parmi les mieux connues tant des géographes que des agriculteurs. Pays de Bray et basse vallée de la Seine en Haute-Normandie, Pays d’Auge et Merlerault, Bessin et Cotentin en Basse-Normandie, ces régions portent un nom correspondant à une réalité bien vivante, ce qui est loin d’être le cas partout. Elles ont une valeur exemplaire. Par l’unité de l’économie et la distinction de leurs paysages elles n’ont cessé d’attirer l’attention, et cela, depuis fort longtemps.

Une économie d’élevage totalement spécialisée

4Lorsque les labours n’occupent que 5 à 15 % des surfaces tout au plus, l’élevage l’emporte totalement dans l’économie des fermes. Les autres ressources ne représentent alors que des éléments accessoires, à peu près négligeables. Les quelques cultures pratiquées sont généralement destinées au bétail. Les coupes de bois tirées des haies et surtout les cidres et les calvados issus des plantations de pommiers ont pu constituer jadis des produits très importants. Ce n’est plus le cas maintenant. D’après les résultats des exploitations des Centres de Gestion, les productions animales forment toujours plus de 80 % des produits bruts dans le Pays d’Auge et plus de 90 % dans le Bessin. Il en est de même dans le centre du Pays de Bray, et, encore plus nettement dans le Cotentin. Une spécialisation aussi poussée dans l’élevage ne se retrouve que dans quelques régions du Bocage comme le Coutançais et une partie du Bocage ornais.

Fig. I. – Carte adre de la Normandie

TABLEAU 1
Labours et surfaces toujours en herbe dans les principales régions de l’Ouest français, par départements et par régions économiques

TABLEAU 1Labours et surfaces toujours en herbe dans les principales régions de l’Ouest français, par départements et par régions économiques

5Dans les régions herbagères, l’élevage bovin représente l’élément essentiel de l’économie des exploitations. Les petits élevages de volailles, de moutons et de porcs, sauf exceptions très localisées, occupent une place comparable à celle des cultures ou de la production cidricole (5 à 10 % des produits bruts). La production laitière domine l’économie de la totalité des exploitations. Mais l’élevage bovin n’en est pas moins très différencié. Dans les plus grandes exploitations et dans certaines régions (Vallée d’Auge ou « bouveries » du Pays de Bray, par exemple), l’embouche tient une place prépondérante. Ailleurs, la sélection de reproducteurs (Cotentin) exprime une tendance analogue, à laquelle s’ajoute, dans un registre différent, l’élevage des chevaux de sang ou de demi-sang.

6Toutes ces spécialités représentent des formes supérieures de l’élevage qui confèrent aux grandes régions herbagères un nouveau trait d’originalité.

Un paysage de grandes parcelles herbagères.

7La haie vive, généralement sans talus, enclôt la quasi-totalité des herbages. Le Pays de Bray, le Pays d’Auge, le Bessin et le Cotentin appartiennent donc bien au vaste ensemble bocager de l’Ouest français. L’importance des surfaces en herbe confère cependant à leurs paysages une originalité qui les oppose à ceux de la Bretagne et du Bocage bas-normand, où des labours s’intercalent entre les haies. La répartition de l’habitat, la taille, la forme et l’organisation des parcelles y sont aussi très différentes.

8Dans le Bocage, le hameau de cinq à dix exploitations, appelé « village », constitue l’unité de peuplement fondamentale. Il est associé au bourg où se concentrent les activités tertiaires. Le « village » ne se rencontre qu’exceptionnellement dans les grandes régions herbagères. L’habitat se groupe en petites agglomérations dans la région de Ste-Mère-Eglise et de Bayeux. Autour, s’intercalent de grosses fermes totalement isolées. Dans le Pays d’Auge, domine une dispersion à peu près intégrale. Dans tous les cas, le type d’organisation diffère nettement de celui du Bocage.

  • 3 Brunet (P.), 187, 1955.

9De même, depuis l’article classique de P. Brunet3, on doit opposer deux grands types d’organisation parcellaire à l’intérieur du bocage bas-normand. L’exiguïté des parcelles (« bocage à petites mailles ») caractérise le bocage de l’intérieur qui s’étend sur le massif ancien. Au contraire, la grande parcelle de plusieurs hectares s’impose de Bayeux à Montebourg dans le Bessin et dans le Cotentin oriental et se retrouve à la périphérie des Plaines de Caen, de Falaise et d’Argentan dans le Pays d’Houlme, le Merlerault et le Bas Pays d’Auge. Elle s’intercale dans un parcellaire plus complexe sur les plateaux du Pays d’Auge. Elle domine enfin au cœur du Pays de Bray entre Gournay et Forges-les-Eaux. La grande parcelle, de forme généralement trapue, oppose l’ampleur de ses dimensions à l’exiguïté du Bocage de l’intérieur. Le « bocage à grandes mailles » des régions herbagères forme un paysage aéré, nettement distinct de celui du massif ancien.

10Pour un Normand, les grandes régions herbagères n’appartiennent pas au Bocage. La haie entourant les parcelles n’est qu’une superstructure à laquelle il ne faut pas attacher trop d’importance. Le Bocain ne se sent chez lui ni dans le Plain, ni dans le Bessin, ni dans le Pays d’Auge. Il ne qualifie jamais de « bocage » le paysage de ces régions, même s’il le connaît très bien et s’il ne sait finalement pas quel nom lui donner... Ici, l’élément essentiel du paysage n’est pas, en effet, la haie, mais la grande parcelle herbagère qui n’est pas familière à l’homme du Bocage. Pièce maîtresse du paysage et unité technique d’exploitation, elle exprime une tradition de prestige et de richesse qui constitue l’originalité la plus profonde du monde herbager.

Une tradition de prestige et de richesse.

11Dans le Bocage et dans les régions de polyculture, l’extension des herbages permanents représente un phénomène récent qui n’était même pas esquissé au début du xixe siècle. Là, l’élevage occupe une place importante, voire prépondérante, mais son développement date d’un siècle tout au plus et l’économie actuelle s’inscrit au terme d’une évolution rapide, non d’une tradition. Rien de tel dans les grandes régions herbagères. Certes, le système herbager n’a cessé de progresser au cours du xixe siècle dans le Cotentin, le Bessin, le Pays de Bray et sur les plateaux augerons, mais dès le xviiie siècle il s’y trouvait solidement implanté. Les grandes régions herbagères actuelles furent en avance d’un siècle au moins sur l’évolution du reste de la Normandie. Parce qu’elles servirent d’exemples et que leur influence, de proche en proche, n’a cessé de s’étendre jusqu’à marquer de son empreinte l’ensemble de la Normandie, elles méritent le nom de pôles herbagers.

FIGURE 3. – Herbage du Cotentin.
« Ces opulentes pâtures, véritables fontaines de crème et de beurre »...
(cliché A. Frémont)

FIGURE 4. – Cotentin oriental. Grands herbages du plateau liasique.
Château de Fontenay. Village de Saint-Marcouf

FIGURE 4 bis. – Cotentin oriental. Herbages du haut pays de Saint-Côme-du-Mont et marais bordier. Bourg, hippodrome, grosses fermes isolées, hameau de la Rue Mary en bordure du Marais
(photographie aérienne I.G.N.)

12L’exploitant de ces régions ne peut donc être un éleveur comme les autres. Il hérite d’une très longue tradition dont on hésite à fixer les origines. Il habite souvent dans de fières demeures historiques, grosses fermes ou manoirs, dont les bâtiments élégants témoignent d’une très ancienne richesse. Il se livre enfin aux formes supérieures de l’élevage, embouche, sélection ou élevage du cheval dont les techniques s’enseignent dans le cadre d’une tradition familiale. Les grandes régions herbagères ont servi d’exemples aux régions périphériques. Mais celles-ci n’ont jamais pu être totalement assimilées. Les grandes régions herbagères conservent, en effet, un ultime privilège : leurs structures d’exploitations, où se rencontrent tous les types, mais que dominent, au sommet de la hiérarchie, quelques grands domaines qui impriment leur marque à l’ensemble de la vie régionale.

13Ainsi se définissent par quelques traits d’une grande fermeté les pôles herbagers de la Normandie : tradition, spécialisation quasi-absolue dans l’élevage bovin, paysage de grandes parcelles herbagères auquel répond une structure dominée par de grandes exploitations.

14Ce système n’occupe pas, en Normandie, une série de régions contiguës. Il se divise en deux pôles principaux, tous deux situés en Basse-Normandie, et en pôles secondaires qui se rattachent aux précédents ou qui se trouvent isolés en Haute-Normandie.

  • 4 Commode et imagé, le terme de « Plain » est assez souvent utilisé par les géographes (cf. Musset, (...)

15Le Bessin et le Cotentin, reliés bien plus que séparés par les estuaires des Veys, constituent le pôle herbager le plus occidental de toute la Normandie. C’est aussi un des plus importants. Le terme de Cotentin ne doit cependant pas être entendu ici dans son sens géographique habituel qui recouvre l’ensemble de la presqu’île au nord du seuil Carentan - La Haye-du-Puits, mais dans les limites d’une région agricole plus réduite que les services officiels ont définie d’après l’usage. Comme région agricole, le Cotentin exclut pratiquement la périphérie occidentale et septentrionale de la presqu’île située dans les terrains anciens pour ne comprendre que les régions basses des marais au centre et au sud, ainsi qu’à l’est le bas plateau de calcaire liasique parfois appelé Plain4. Ainsi se définit un « Cotentin des éleveurs », région basse dont l’unité physique est aussi incontestable que l’unité économique. On peut lui associer, au nord, le Val de Saire qui, dans un milieu assez différent, présente les mêmes systèmes d’élevage.

  • 5 Pour cette région se pose une question de terminologie. Le nom de « Pays d’Houlme », sans être aus (...)

16Au centre de la Normandie, le Pays d’Auge, plus facile à définir et à limiter, constitue un deuxième grand pôle herbager. Il se prolonge vers le sud, sans discontinuité, par la région du Merlerault. Au centre du département de l’Orne, autour des Plaines d’Argentan, de Sées et d’Alençon, apparaissent d’autres petites régions herbagères, dont la spécialisation est aussi affirmée mais dont le morcellement est à l’image d’un relief très compartimenté : vallées de l’Huisne et de la Sarthe aux confins du Perche vers le sud-est, et au nord-ouest, comprise entre la Campagne d’Argentan et la Vallée de l’Orne, la région de Putanges-Bazoches-au-Houlme5. En fait, si on leur associe le Merlerault, l’ensemble de ces petites régions ne manque pas d’unité. Elles prolongent vers le sud le grand pôle herbager du Pays d’Auge et enserrent les Plaines ornaises. Elles constituent la grande zone d’embouche et d’herbages du département de l’Orne.

17En Haute-Normandie, les pôles herbagers sont plus isolés, leurs caractères moins marqués et leurs dimensions d’une moindre ampleur. On reconnaîtra cependant au Pays de Bray d’une part et à la basse vallée de la Seine d’autre part, avec un moindre rayonnement, un rôle analogue à ceux des grands pôles herbagers de Basse-Normandie.

18Au total, ces régions occupent une place importante dans l’élevage normand. En 1955, d’après le recensement agricole, elles totalisaient quelque 450 000 têtes de bétail bovin, soit environ, pour 25 % de la surface agricole, 25 % du cheptel normand. Si ces proportions ont été conservées, l’effectif actuel doit dépasser 600 000 têtes. Ces chiffres pourraient suffire à justifier une étude particulière. Mais le rôle de ces régions dans la formation de l’élevage normand et dans la répartition régionale des systèmes d’élevage dépasse de beaucoup la valeur de ce rapport numérique. En étudiant chacune des grandes zones herbagères de la Normandie occidentale (Bessin, Cotentin), de la Normandie moyenne (Pays d’Auge et prolongements ornais) et de la Haute-Normandie (Basse-Seine et Pays de Bray), deux questions fondamentales devront être examinées :

  1. Comment expliquer la localisation initiale des pôles herbagers, premiers points d’appui d’un mode d’utilisation du sol qui imprime maintenant sa marque sur l’ensemble de la Normandie ?
  2. Comment ont évolué les composantes d’un système qui date de plusieurs siècles, et, plus particulièrement, comment les techniques et les traditions économiques se sont-elles adaptées aux exigences des marchés contemporains ?6

TABLEAU 2
Cheptel bovin des principaux pôles herbagers d’après le recensement agricole de 1955

TABLEAU 2Cheptel bovin des principaux pôles herbagers d’après le recensement agricole de 1955

19Remarque : Ce calcul ne constitue qu’une très grossière approximation. Les effectifs du recensement de 1955 sont systématiquement sous-évalués, surtout dans les zones d’embouche particulièrement importantes dans certains pôles herbagers (Normandie Centrale). De plus, dans le département de la Manche, les résultats sont incomplets, ce qui justifie une importante majoration. Enfin, les limites des régions agricoles officielles ne coïncident que très approximativement avec celles que retient cette étude. Ce tableau n’a donc pas d’autres buts que de montrer l’importance relative des grandes régions herbagères et de donner un ordre de grandeur de la place qu’occupe leur cheptel dans l’effectif total de la Normandie (environ 25 %).

Notes

1 Tableau 1.

2 Carte de l’Atlas de Normandie, D4, Prairies permanentes et labours.

3 Brunet (P.), 187, 1955.

4 Commode et imagé, le terme de « Plain » est assez souvent utilisé par les géographes (cf. Musset, 196, p. 147). Mais il est totalement tombé en désuétude pour ne plus figurer que dans quelques toponymes. On utilisera plus volontiers dans ce texte les noms de :

  • Région ou Pays de Sainte-Mère-Eglise, pour la région correspondant au bas plateau liasique.
  • Cotentin, pour l’ensemble de la région agricole à tradition herbagère (Cotentin oriental).
  • Presqu’île du Cotentin, pour l’ensemble de la presqu’île.

5 Pour cette région se pose une question de terminologie. Le nom de « Pays d’Houlme », sans être aussi connu que ceux de Bessin ou de Pays d’Auge, n’en a pas moins conservé une certaine vitalité. Malheureusement la définition du Pays n’a jamais été précise et le nom de Houlme peut s’appliquer dans le Bocage jusqu’à Fiers et à Briouze ! Or, la région herbagère de Putanges-Bazoches, beaucoup plus étroite, a des limites bien définies qui justifient l’emploi d’un terme précis.

6 Tableau 2

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1296/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Légende Fig. I. – Carte adre de la Normandie
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1296/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 770k
Titre TABLEAU 1Labours et surfaces toujours en herbe dans les principales régions de l’Ouest français, par départements et par régions économiques
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1296/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Légende FIGURE 3. – Herbage du Cotentin.« Ces opulentes pâtures, véritables fontaines de crème et de beurre »...(cliché A. Frémont)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1296/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende FIGURE 4. – Cotentin oriental. Grands herbages du plateau liasique.Château de Fontenay. Village de Saint-Marcouf
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1296/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 639k
Légende FIGURE 4 bis. – Cotentin oriental. Herbages du haut pays de Saint-Côme-du-Mont et marais bordier. Bourg, hippodrome, grosses fermes isolées, hameau de la Rue Mary en bordure du Marais(photographie aérienne I.G.N.)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1296/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 685k
Titre TABLEAU 2Cheptel bovin des principaux pôles herbagers d’après le recensement agricole de 1955
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1296/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 211k

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter