Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Jutland dans l'œuvre de Steen Steensen Blicher

 | 
Hélène Wyss-Neel

IV - Notions d'histoire et vues politiques

Texte intégral

1Les évocations historiques sont innombrables dans l'œuvre de Blicher, et nous allons essayer d'en tirer les traits qui nous éclairent plus particulièrement sur l'histoire du Jutland, dans la mesure où il est souhaitable et possible de dissocier cette province du reste du Danemark.

A - LE PASSE

2Blicher ne se passionne pas spécialement pour l'archéologie, bien que les landes et les marais du Jutland soient une mine d'or pour les chercheurs. Les tumuli sont un objet de vénération pour notre auteur qui y voit les tombeaux des héros, ses ancêtres. Nous pouvons cependant relever quelques observations d'intérêt archéologique.

  • 1 XXXI, 118

3Dans une lettre1, adressée à l'un des membres de la Commission Royale pour la Conservation des Antiquités, Blicher fait un rapport sur des fouilles, d'ailleurs peu fructueuses, qu'il a fait effectuer dans un tumulus situé sur le territoire de sa paroisse de Spentrup.

  • 2 VI, 153-4

4Les Légendes anciennes de la Grand-Lande donnent des indications sur la répartition géographique des sépultures sur cette lande et ses environs : "Ton regard ne rencontre que deux ou trois tumuli éloignés. Celui qui se trouve à mi-distance entre Thorning et Karup s'appelle Thinghøj, - le tertre de l'assemblée - ; certainement une preuve de ce que cette région a été autrefois plus peuplée qu'aujourd'hui ; car qu'est-ce qui aurait poussé nos ancêtres à tenir une assemblée dans un désert ? Il est du reste assez curieux qu'ici, sur la Grand-Lande, il y ait tellement peu de tumuli, alors que pourtant, tout autour, ils fourmillent. Il est tout aussi étrange qu'il n'y ait ici presqu'aucun tombeau mégalithique, c'est-à-dire des chambres de géants, des dolmens. L'est du pays en a presque dans chaque terrain communal ; mais ici, dans un large rayon, je n'en ai vu qu'un seul2."

  • 3 XX, 34

5Dans Quinze jours au Jutland, nous assistons à l'ouverture d'un tumulus : "L'entrée d'une chambre funéraire apparut justement à notre arrivée. Lorsqu'elle fut dégagée, j'eus envie d'être le premier dans la "maison étroite", mais c'était si bas de plafond que je dus pour ainsi dire ramper pour y entrer. Je me trouvai bientôt dans la chambre funéraire proprement dite ; maintenant, pour la première fois depuis plus d'un millénaire peut-être, elle recevait un être vivant et les rayons du soleil levant qui éclairèrent une urne d'argile, le seul objet remarquable contenu par le trou - autant que je pusse voir d'un coup d’œil rapide3." Un archéologue tient d'ailleurs une assez grande place dans cette nouvelle, et nous le retrouvons encore dans Vacances d'été ; le caractère excessif et exclusif de sa passion pour les antiquités est longuement dépeint de façon gentiment satirique.

6Mais Blicher redevient tout à fait sérieux quand il parle des héros qui reposent dans les tumuli. Ces preux, plus ou moins légendaires, sont tombés lors des nombreux combats du temps passé et leur ombres gigantesques errent sur la lande, leur dernière demeure.

  • 4 IV, 214

"Combien d'hommes nobles sont oubliés dans ces tertres anonymes !
Combien de hauts faits chantés par des scaldes inconnus !
Une poignée de poussière contient ces guerriers prodigieux,
Dont des homoncules actuels trouvent parfois les ossements formidables
Avec un étonnement incrédule et un effroi muet4."

7Deux raisons incitent Blicher à évoquer ainsi ces guerriers et leurs exploits. Ces fantômes héroïques sont tout à fait dans le goût du romantisme ossianique, poèmes, à l'époque où l'influence d'Ossian, toute récente, est la plus marquée. Mais un autre souci pousse également notre auteur : il veut donner à la génération nouvelle qu'il ne trouve guère héroïque, le valeureux exemple de ses ancêtres. Nous trouvons cela nettement exprimé dans la Nuit sur le tumulus de Jelling, la sépulture du roi Gorm le Vieux :

  • 5 V, 2-3

"O toi, le grand monarque du vieux Danemark !
Le tertre vert cache l'éclat de ta puissance...
Ta vie de guerrier fut mouvementée sur la terre ;
Tu fus un seigneur sauvage et terrifiant,
Sur la brune lande comme sur la crête de la vague.
Pendant la jeunesse du Danemark, tu fus son roi -
Le plus fort parmi les forts...
O toi qui, maintenant pour les siècles, dors ici
Du profond sommeil, dans ces collines vertes,
Tu es l'image d'une race,
Dont la vie, comme la tienne, touche maintenant à sa fin...
O patrie ! mon berceau et ma tombe !...
Hélas ! que ton plus jeune fils est différent
De ceux que tu engendrais autrefois5 ! "

  • 6 Grathe Hede, lande du centre du Jutland, est appelée "Graa Hede", la lande grise, selon l'étymolog (...)
  • 7 XXVI, 97

8Au xiième siècle, en 1157, a lieu sur une des vastes landes du Jutland central, la Grathe Hede6, une grande bataille où le roi Svend est battu par Valdemar le Grand. Blicher rappelle ce combat à différentes reprises dans son œuvre ; nous en trouvons une version populaire dans La veillée des tricoteurs, œuvre écrite en dialecte : "La fois où s'est passé ce que je vais raconter maintenant, il y avait, voyez-vous, trois rois dans notre pays - et ça en faisait deux de trop, je crois bien, car un aurait été suffisant... Eh bien ! l'un des rois s'appelait Svend. Il tua l'un des deux autres au cours d'un festin, je ne sais trop où, et il aurait bien fait la même chose au troisième. Mais il se sauva et rassembla une quantité énorme de guerriers, et vainquit Svend dans une grande bataille qu'ils livrèrent sur la Graahede...7." Svend, devant la défaite totale, cherche à sauver sa vie en s'enfuyant, mais il est reconnu par quelques paysans et massacré. Selon la version populaire qui nous est contée ici, c'est par un paysan dont Svend avait violé la femme, que celui-ci est tué...

9Dans le Voyage au Jutland en six journées, les rappels du passé historique sont très nombreux : nous trouvons, par exemple, le souvenir de la bataille de 1340, près de Skanderborg, où meurt le valeureux héros jutlandais, Niels Ebbésen : il avait délivré le Danemark des envahisseurs venus du Sud, en relevant le courage abattu des Danois :

  • 8 IV, 169

" A l'aube de la liberté,
Lorsque les mains du preux brisaient les liens de l'esclavage,
Son noble sang coula sur le champ de la victoire8."

10La guerre du Ditmarschen tient une assez grande place dans l'œuvre de Blicher. Il évoque plusieurs scènes de cette sanglante histoire dans son Profil occidental de la péninsule cimbrique, lorsqu'il en visite les lieux ; et deux nouvelles, Telse et La vengeance ont pour sujet ces événements. Ce ne sont d'ailleurs que quelques épisodes de la guerre séculaire des duchés, à la frontière germano-danoise...

11Non seulement les grands événements historiques et les personnages célèbres inspirent Blicher, mais aussi l'histoire locale, et la plupart de ses nouvelles ont pour point de départ un fait réel, souvent fortement remanié ; de même, les noms sont fréquemment empruntés à des personnes ayant existé (noms figurant sur des tombes, par exemple), mais ils sont presque toujours partiellement transformés.

  • 9 XXXI, 145

12Blicher souligne la véracité historique de deux nouvelles dans une lettre à son ami Ingemann : "Le pasteur de Thorning est un événement réel, largement confirmé par la légende populaire en cet endroit... Le journal d'un bedeau de village :... les événements principaux sont pure vérité historique, jusqu'à la déchéance complète de Sophie Grubbe9." La vie aventureuse de Marie Grubbe, fille du châtelain de Tjele, domaine situé au nord-est de Viborg, est relatée par Holberg dans les Épitres, et est le sujet d'un long romande J.P. les détails : l'auteur a d'ailleurs soin de ne pas mentionner le nom de famille dans la nouvelle et d'appeler l'héroïne Sophie au lieu de Marie ; il tient à garder toute sa liberté vis-à-vis de la réalité historique. De même, il transpose l'histoire de la seconde moitié du 17ème siècle au début du 18ème : il connaît bien cette dernière période par la tradition orale, et il réussit beaucoup mieux à écrire un récit vivant lorsque celui-ci se déroule à l'époque de son père ou de son grand-père ; étant alors familier avec le langage du moment, il peut donner à ses nouvelles une patine stylistique qui leur confère vie et authenticité.

13Mais quittons l'histoire locale dont Blicher fixe ainsi un certain nombre de faits et de personnages, pour en revenir à l'histoire nationale dont les événements contemporains trouvent un assez grand retentissement dans son œuvre.

B- LE PRESENT

  • 10 XXXI, 142
  • 11 XX, 105

14La Révolution française éveille au Danemark, comme partout en Europe, un grand intérêt. Elle fait partie des souvenirs de notre auteur ; il en a certainement entendu parler par son père : "Je m'en rappelle bien les répercussions ici au temps de mon enfance10." Quatre nouvelles, Le garde-chasse d'Avnsbjerg, Guillaume de Martonnière, Pauvre Louis et Letacq, racontent la vie de Français émigrés au Jutland pour fuir la Terreur. Quant au mouvement idéologique suscité au Danemark par les événements de France, Blicher l'évoque longuement dans Quinze jours au Jutland. Sa description comporte à vrai dire une grande part d'imagination : il est en effet fort improbable qu'il ait existé un club jacobin à Viborg, mais Blicher aime bien trouver au Jutland tout ce qui se fait ailleurs ! Quant à son opinion sur cet engouement pour les idées révolutionnaires, nous la trouvons exprimée dans la présentation humoristique de ce même Club des Jacobins, "le berceau de la liberté jutlandaise". La conclusion est donnée par un noble, d'idées libérales, qui fait partie de ce club pour se distraire : "Maintenant, je vous ai montré quelles mains plantaient ici l'arbre de la liberté, et avec quoi on l'arrosait - avec du vin français, Dieu soit loué ! au lieu de sang danois. Et vous pouvez me croire ; les choses en resteront là. Ces rêveurs parfaitement aveugles ne voient pas que le Danemark ne peut pas avoir de révolution, parce qu'il n'en a pas besoin11." Cette opinion, en fait, reflète bien la réalité. La Révolution française passionne surtout un certain nombre de jeunes intellectuels : citons par exemple les noms de deux écrivains, Peter Andreas Heiberg et Malthe Conrad Bruun, qui doivent s'exiler en 1799... Mais elle ne trouve guère d'écho politique dans le peuple qui a déjà obtenu beaucoup de libertés à ce moment.

  • 12 cf. Ludvig Krabbe : Histoire de Danemark, p. 191-4

15Examinons en effet plus longuement les réformes agraires évoquées plus haut. Au début du xviiième siècle12, le paysan n'est pas propriétaire de sa ferme, ni de ses terres ; le droit de corvée est tout à fait indéterminé, trois à cinq jours par semaine. Les intendants sont très sévères, les punitions corporelles autorisées. De plus, les jeunes paysans sont seuls astreints au service militaire. Aussi beaucoup quittent-ils leur pays pour fuir cette dure existence. En 1733, la puissance des grands propriétaires atteint son apogée lorsque Christian VI, sur leur désir, établit la "résidence forcée" : d'après cette loi, le paysan entre 14 et 36 ans ne peut quitter la propriété sur laquelle il est né. Quelques années plus tard, on étend cette défense à toute la durée de la vie du paysan. On l'établit, officiellement, pour procurer des recrues à l'armée, mais la principale raison est d'assurer aux propriétaires assez de bras pour une exploitation régulière de leurs terres et pour empêcher l'appauvrissement des domaines en hommes. Il n'est pas étonnant que, par suite de cette pauvreté et de ce manque de liberté, dans bien des endroits, le paysan devienne ivrogne, défiant et paresseux...

16Vers 1750, les conditions économiques évoluent au profit de l'agriculture. Il y a, en Europe, une hausse générale des prix qui se poursuit jusqu'à la fin du siècle. L'Angleterre, par suite de son industrialisation, devient un pays importateur de blé. Il est donc bientôt nécessaire, pour augmenter la production agricole, de transformer les anciennes méthodes d'exploitation et d'abandonner la communauté des villages qui empêche les initiatives personnelles.

  • 13 XIII, 181

17"Le paysan est la force de l'État ; il est aux autres classes ce que les mains sont aux membres du corps ; ainsi pensait la tête de l'État, et pour cette raison, elle libéra les mains enchaînées...13." En 1781 déjà, le gouvernement promulgue une série de lois qui rompent avec l'esprit de l'évolution sociale précédente. On augmente le nombre des petits propriétaires en répartissant les terres de façon que chaque ferme ait ses champs réunis. Mais c'est surtout à Frédéric VI que revient le mérite de ces réformes. Dès son avènement en 1784, l'héritier du trône prend un intérêt tout particulier au problème paysan. Il institue une commission d'agriculture composée de fonctionnaires, juristes et grands propriétaires, ayant pour tâche d'examiner les conditions dans lesquelles vit la classe paysanne. La commission élabore différentes lois ayant pour but de placer le paysan dans une situation juridique analogue à celle des autres membres de la société. La plus importante de ces lois est celle qui abolit la résidence forcée en 1788. Désormais, le propriétaire perd le droit de lever des recrues pour l'armée. La corvée est remplacée sur la plupart des grandes propriétés par une redevance annuelle. En même temps, le gouvernement encourage les paysans à racheter leur ferme en leur fournissant des prêts. De cette façon, 60 % des fermes leur reviennent. Par ce morcellement des terres, le pays acquiert l'aspect caractéristique du Danemark actuel où l'on peut voir les fermes situées au milieu de leurs terres et disséminées à travers le pays.

18D'autres réformes, conçues dans un esprit de liberté, sont faites par le gouvernement de Bernstorff. Une loi de libre-échange rompt avec le système mercantile précédent. En conséquence, la vie économique et le commerce connaissent un remarquable épanouissement. Alors que la vente des produits agricoles rend les villes de province florissantes, Copenhague devient un port de premier ordre pour le commerce en Baltique. Ce rapide développement entraîne un accroissement important de la population. Entre 1787 et 1801, le nombre des personnes qui, directement ou indirectement, s'occupent de commerce ou d'industrie, passe de 9 à 30 %, alors que 70 % de la population vivent de l'agriculture.

  • 14 XIII, 179. "la période saturnienne" : "l'âge d'or, nommé d'après Saturne, l'un des plus anciens di (...)

19Blicher parle en 1828 de cette situation florissante dans L'état actuel du Danemark : "Avant 1807, le Danemark s'était haussé à un degré de culture et de prospérité qui devait provoquer l'admiration de tous les étrangers et l'envie de beaucoup. Les sciences, les arts, le commerce, l'industrie, l'agriculture fleurissaient sous l'égide de lois sages et d'un gouvernement peu sévère, d'une manière si admirable que l'âge d'or rêvé par les poètes semblait devenir réalité, et la période saturnienne être vraiment revenue au Danemark. L'ordre intérieur et la paix extérieure étaient maintenus au milieu de toutes les violentes tempêtes qui secouaient le reste du monde14." Mais pourtant, l'audacieux mercantilisme du xviiième siècle - "la brillante période commerciale" - est fini. Le gouvernement de Copenhague prétend garder une flotte commerciale neutre pendant les guerres, jusqu'en 1807, et s'attire par là la colère des grandes puissances. Par deux fois, la capitale est l'objet de violentes attaques anglaises. En 1801, c'est le combat de la rade à la suite duquel le Danemark doit se retirer de l'alliance de neutralité armée conclue avec la Suède. Un des participants de La veillée des tricoteurs, donne un récit fort pittoresque de ce combat :

  • 15 XXVI, 91-2

"La fois où on fut aux prises avec l'amiral Nelson
- Ce fut par un beau Jeudi Saint, on ne fit rien d'autre que de
se battre -
La lutte commença à l'heure de l'office, alors qu'on venait de
sonner pour rassembler les gens ;
Mais il était bien trois heures, quand Nelson finit par dire Amen...
Les balles volaient aussi serrées que de la poussière, et sifflaient
comme des pluviers ;
Elles arrivaient et nous culbutaient, comme quand on joue aux
quilles...15"

  • 16 XXV, 89
  • 17 XXVI, 108

20Pendant les six années qui suivent la conclusion de la paix avec l'Angleterre, le Danemark réussit pourtant à garder sa neutralité. Mais, en 1807, il est obligé de déclarer la guerre à ce pays, et c'est le terrible bombardement de Copenhague du 2 au 7 septembre. Blicher qui vit cet événement, l'évoque dans son autobiographie : "En 1807, B. lui-même était soldat de marine et vit le bombardement de Copenhague... la plus coûteuse de toutes les illuminations...16." Une allusion encore à ce bombardement, dans La veillée des tricoteurs : "C'était au temps de la guerre, lorsque ces Anglais avaient fait ce vacarme effrayant à Copenhague...17."

  • 18 XIII, 179-80

21A partir de 1807, la flotte de guerre danoise est aux mains des Anglais, et les mêmes Anglais font tout ce qu'ils peuvent pour s'emparer aussi de la flotte de commerce, bien que les corsaires danois opposent une résistance désespérée. D'autre part, le Danemark est obligé de conclure une alliance avec Napoléon et est, par là, entraîné dans la guerre européenne. Deux ou trois paysans jutlandais racontent, dans La veillée des tricoteurs, les aventures qui leur sont arrivées au cours de ces guerres, par exemple la campagne dans le Holstein en 1813 et leurs difficultés pour se comprendre avec les soldats français ! Mais la défaite napoléonienne entraîne pour le Danemark la perte de la Norvège au profit de la Suède, en 1814. "Pendant sept ans, nos nombreux et puissants ennemis firent tout pour ruiner le beau travail des siècles : la flotte fut confisquée, le trafic maritime fut arrêté, et le commerce et le crédit furent réduits à néant ; et ce n'est qu'après la chute de notre malheureux allié que la paix put être rachetée par la rupture d'un lien qui était plus précieux par son ancienneté, à cause de l'amitié réciproque, de la similitude de langage, de mœurs et de mentalité, qui avaient formé et consolidé ce lien, qu'important au point de vue économique ou militaire. - Le Danemark pouvait bien maintenant, par un calcul raisonnable, être considéré comme ruiné par nos ennemis, et même beaucoup des nôtres découragés ne prédisaient rien de moins qu'une banqueroute nationale imminente18."

  • 19 cit. Danmarks Historie, II, 94
  • 20 XIII, 180

22L'année 1813, année de naissance de Søren Kierkegaard, est caractérisée par lui comme "la folle année financière où, comme beaucoup d'autres faux billets, je fus émis." L'état évite la faillite d'extrême justesse, et il faut un certain nombre d'années pour remettre l'économie sur pied. En 1818, la valeur de la monnaie danoise est de l/30e par rapport à celle d'avant 1813, et les billets de banque ne seront revalorisés qu'en 1838. Le directeur de la banque nationale, Jacob Thomsen, affirme, en 1823 : " L e commerce est insignifiant en comparaison avec les années d'avant-guerre, un silence de mort règne sur les chantiers navals, et le vide à la douane où, avant, les bateaux devaient attendre leur tour pour accoster...19." Il est intéressant de comparer cette déclaration avec la suivante, de Blicher : " E t cependant aujourd'hui - après quatorze années seulement - la plupart des blessures sont cicatrisées et toutes sont soulagées : les finances ont à nouveau atteint stabilité et crédit ; la navigation et le commerce prospèrent à nouveau de manière souhaitable ; l'industrie et l'agriculture ont été amenées à un degré de perfection beaucoup plus grand que celui qu'elles avaient atteint avant la guerre ; l'instruction publique également, et toutes les branches de l'économie intérieure refleurissent, après un hiver long et dévastateur, avec la jeunesse et la force d'un printemps intrépide et prometteur20." Sans aucun doute, le directeur de la banque nationale vise certains objectifs avec cette affirmation ; d'autre part, le travail de relèvement du Danemark a porté ses fruits au cours des cinq années qui séparent les deux déclarations ; mais il est certain que cette brochure de Blicher, L'état actuel du Danemark, publiée en 1828, est une flatterie mal dissimulée à l'adresse du roi du Danemark dans le but d'obtenir une aide financière, car Blicher, tout comme les autres, était touché par la crise.

C - LES OPINIONS POLITIQUES DE BLICHER

23Il faut en effet admettre que les prises de position politiques de Blicher sont souvent opportunistes et, en tout cas, très subjectives. Pendant longtemps, il est un partisan acharné du pouvoir monarchique, et il en fait souvent l'éloge, parfois d'ailleurs, comme nous venons de le voir, dans un but assez intéressé. Vers la fin de sa vie, son caractère s'aigrit par suite de maladie, de difficultés financières croissantes, et comme il n'obtient pas du roi toute l'aide désirée, il devient plus ou moins libéral.

  • 21 XXI, 39
  • 22 XXVI, 24

24Parmi les idées politiques de Blicher, son opinion sur deux problèmes nous intéresse plus spécialement ici. Et tout d'abord, la question du Slesvig-Holstein qui est particulièrement brûlante à cette époque." Le Holstein est allemand et, comme tel, appartient à l'Empire allemand ; mais le Jutland méridional est danois ; pourquoi ne doit-il pas appartenir au royaume danois ?"21. L'aspect essentiel de l'activité de Blicher dans ce domaine est la lutte contre la germanisation dans le Jutland du sud ; le peuple parle danois, mais c'est l'allemand qui est utilisé pour la législation, la juridiction. "Slesvig-Holstein ! - ce n'est rien d'autre que le seul Holstein - allemand tout entier - Holstein, la paroisse principale, Slesvig, l'annexe... Qu'avons-nous à faire ici de ce qui est allemand ? N'en avons-nous pas encore eu assez ? Quatre cents ans de germanisation ne nous ont-ils pas rassasiés ? A quoi nous a-t-elle servi ? A bricoler, à rafistoler notre pure et vigoureuse langue maternelle, à déranger, à troubler l'esprit national nordique, à nous encombrer de mœurs et de coutumes étrangères, contraires à notre nature. N'est-ce pas encore assez ? Le vieux Danemark doit-il être morcelé, divisé comme la pauvre Allemagne qui, partagée en deux cents lots de terre, est le terrain de chasse des voisins ? C'est leur affaire ! mais la nôtre, à nous Danois, est notre intégrité, notre autonomie ! "22.

  • 23 XXV, 137

25Cette grave question du Slesvig-Holstein fait naître à cette époque (1840) un grand mouvement de nationalisme et même de scandinavisme. Blicher est un prédicateur extrêmement enthousiaste et actif de cette cause. Il cherche, nous l'avons déjà dit, à secouer l'apathie de ses contemporains, à réveiller leur patriotisme. Il écrit en 1840 dans son autobiographie : "… enflammer un amour inconditionné pour la patrie, ainsi que l'attachement à son chef, renforcer la puissance de travail en temps de paix et la puissance de combat en temps de guerre, en un mot, ranimer les forces déclinantes, stimuler ceux qui sont déjà réveillés... - cela a été l'objectif atteint jusqu'à présent par B.23."

  • 24 XXI, 176

26L'un des soucis principaux de Blicher dans cette lutte patriotique est l'instauration du service militaire général : à cette époque, seuls les paysans sont obligés d'être soldats ; il faut qu'à l'avenir, tous soient capables de défendre la patrie : "Il n'y a qu'un seul moyen de salut : la généralisation de l'armement et de la connaissance du maniement des armes ; et personne ne doit en être exempté, sauf les fonctionnaires, les vieillards, les enfants et les infirmes24."

27Egalité, unité de toutes les classes sociales, et aussi des différentes provinces du Danemark :

  • 25 XXI, 187

"Et Fionien, et Jutlandais, et Zélandais -
Nous appartenons bien tous à une seule maison.
Que Dieu le Père nous garde tous dans la loyauté !
Et nous conduisent tous à l'unité25 !"

28Mais, devant la menace étrangère, l'unité nationale danoise n'est pas encore suffisante ; il faut l'union de toute la Scandinavie. Ce mouvement de scandinavisme est particulièrement vivant au Danemark, à partir de 1840, et Blicher en est un partisan enthousiaste. Dans cet esprit, il organise sur le Himmelbjerg de grandes fêtes populaires auxquelles il invite Suédois et Norvégiens. Pour ces occasions, il écrit des discours et des chants ; quelques vers de l'un d'eux expriment bien l'idée de ce mouvement :

  • 26 XXV, 36

"Trop souvent autrefois, la discorde fraternelle a ravagé
Avec une cruauté détestable, les pays trijumeaux du nord ;
Que maintenant les armes ne soient dégaînées que contre l'ennemi commun :
Les trois ne doivent faire qu'un jusqu'au dernier homme26 ! "

29L'activité politique de Blicher dépasse donc beaucoup le cadre régional du Jutland, même si celui-ci reste un point de départ pour son action.

Notes

1 XXXI, 118

2 VI, 153-4

3 XX, 34

4 IV, 214

5 V, 2-3

6 Grathe Hede, lande du centre du Jutland, est appelée "Graa Hede", la lande grise, selon l'étymologie populaire.

7 XXVI, 97

8 IV, 169

9 XXXI, 145

10 XXXI, 142

11 XX, 105

12 cf. Ludvig Krabbe : Histoire de Danemark, p. 191-4

13 XIII, 181

14 XIII, 179. "la période saturnienne" : "l'âge d'or, nommé d'après Saturne, l'un des plus anciens dieux latins." (XIII, 230)

15 XXVI, 91-2

16 XXV, 89

17 XXVI, 108

18 XIII, 179-80

19 cit. Danmarks Historie, II, 94

20 XIII, 180

21 XXI, 39

22 XXVI, 24

23 XXV, 137

24 XXI, 176

25 XXI, 187

26 XXV, 36

© Presses universitaires de Caen, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter