Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Jutland dans l'œuvre de Steen Steensen Blicher

 | 
Hélène Wyss-Neel

Introduction

Texte intégral

"Le Jutland, comme un bâton runique,
Est posé entre deux mers,
Les runes sont des dolmens
Au milieu de la splendeur de la forêt
Et sur la lande à la grandeur sévère,
Où demeure le mirage du désert.

Jutland, tu es le pays principal,
Haute terre solitaire comme une forêt !
Sauvagement, à l'ouest, le sable planté d'oyats
S'élève, à la place de montagnes.
La Baltique et l'eau de la mer du Nord
Se confondent sur le sable de Skagen.

La lande, certes on ne le croit guère,
Mais viens toi-même, regarde-la un peu !
La bruyère forme un tapis somptueux,
Les fleurs foisonnent à perte de vue..."

1C'est le plus connu des écrivains danois, Hans Christian Andersen, qui décrit ainsi la péninsule jutlandaise, immense langue de terre se dressant au nord de l'Europe. Le pays, vallonné et verdoyant à l'est, présente un aspect beaucoup plus sévère sur le versant occidental où règne, avec ses tempêtes, la rude mer du Nord, bordée à l'infini par un cordon de dunes. Le faite du Jutland, haut plateau légèrement ondulé, est actuellement le domaine de vastes champs, mais il était, il y a moins d'un siècle, celui de la lande, avec ses étangs, ses tourbières et ses tumuli, sépultures des nombreux héros qui illustrent l'antiquité de cette province.

2Cette terre sauvage, infertile, n'a longtemps eu droit au titre de "pays principal" aux yeux des autres Danois qu'en raison de sa superficie. Et c'est sous cet aspect qu'elle apparaît, à l'aube de la littérature danoise, dans l'œuvre, d'ailleurs écrite en latin, de Saxo Grammaticus : "Le Jutland est le pays principal, à la fois par sa grandeur et parce que le royaume danois commence ici ; car il se trouve par-devant et s'étend jusqu'aux frontières de l'Allemagne". La Zélande est traitée sur un ton beaucoup plus élogieux : c'est "une île qu'il faut louer pour sa remarquable abondance de tous les biens nécessaires à l'existence et qui, par son charme, remporte le prix devant toutes les régions du Danemark". Cette présentation, tirée de la préface à la Chronique du Danemark, donne le ton de toute l'œuvre de ce clerc zélandais du xiie siècle. Il est souvent fait allusion aux Jutlandais dans la suite de cette Chronique, mais non à leur avantage : en effet, Saxo juge un peuple sur son comportement politico-national et celui des Jutlandais n'est pas pour plaire à l'auteur qui est secrétaire de l'évêque Absalon, lui-même conseiller du roi Valdemar le Grand ; son idéal est l'unité du royaume et une Église puissante ; or les habitants de la péninsule se sentent beaucoup plus jutlandais que danois, et Saxo considère cette nation comme rebelle, entêtée, orgueilleuse : "Juti, gens insolens". Il ne voit pas que là s'exprime un trait de caractère typiquement jutlandais, un désir profond d'indépendance, une opposition farouche à toute contrainte extérieure.

3Même si le Jutland est traité avec peu d'égards dans l'œuvre de Saxo et des autres historiens contemporains, il n'en a pas moins d'importance dans la poésie du Moyen Age ; on le trouve en effet dans la chanson populaire, soit que la nature en forme l'arrière-plan, soit que les héros chantés soient des Jutlandais. Ces derniers sont d'ailleurs bien de la même race que ceux évoqués par Saxo : ce sont des forces de la nature pour qui l'aventure finit souvent mal, mais qui ne s'arrêtent jamais en route. Le cadre de ces histoires tragiques est la lande rude, sauvage, où souffle le grand vent, où règnent souvent la pluie et le froid.

"Quand ils arrivent sur la lande,
Il souffle une si forte tempête.

  • 1 Nilus og Hillelil

Il vente et il pleut,
Et le temps devient froid1."

  • 2 Oluf Friis : Jylland i dansk litteratur indtil Blicher, p. 45

4"C'est cette connaissance de la réalité et de la dureté de la vie qui donne aux chansons leur originalité. L'image de la nature y correspondant est la lande, introduite comme arrière-plan d'atmosphère lyrique à cette peinture de l'homme. Ce ton grave est celui de toute la littérature jutlandaise ultérieure, de Blicher à Jeppe Aakjaer2." Ces images de la lande esquissées dans la chanson populaire du Moyen Age disparaîtront ensuite comme motifs littéraires jusqu'à Blicher.

5Le Jutland tient une place importante dans l'histoire de la Réforme au Danemark : Viborg est l'un des foyers du mouvement, et un certain nombre de personnages célèbres de l'époque sont jutlandais.

6Le théâtre scolaire connaît un assez grand développement dans la péninsule : au cours des xvie et xviie siècles, des pièces sont montées dans les collèges de Ribe, Randers, Viborg, Kolding et Aarhus. Des scènes paysannes y sont introduites comme intermèdes dans le but de faire rire les gens ; elles dégénèrent peu à peu en farce délibérée. Ainsi se forme le type du "paysan comique", qui survivra jusqu'à Blicher.

  • 3 id. p. 88

7L'époque de la Réforme engendre aussi toute une lignée d'historiographes et de topographes jutlandais dont le plus connu est sans doute Anders Sørensen Vedel (1542-1616). Tous ces auteurs sont hantés par les fictions se rapportant aux Cimbres, ancêtres des Jutlandais, que plusieurs considèrent comme les premiers habitants du Danemark. Le Jutland prend ainsi sa place aux côtés des iles dans l'histoire du pays, et la base historique du "romantisme jutlandais" qui vivra jusqu'à Johs. V. Jensen, auteur de la première moitié du xxe siècle, est ainsi posée. De plus, l'opinion générale est très élogieuse envers les Jutlandais : c'est un peuple fort, ingénieux, énergique, courageux. Les principales caractéristiques de leur tempérament sont données : "la tête juridique, l'esprit clair qui a formé des savants, la fierté et l'instinct d'indépendance 3" ; leur goût pour les voyages est aussi célèbre :

"Les Jutlandais, les Écossais et les rats
Déménagent pour tous pays."

8La poésie de la Renaissance et de l'époque baroque offre un certain nombre d'images très vivantes et parfois très réalistes de la vie populaire jutlandaise, de même que les chansons populaires qui continuent à fleurir tout au long des xvie et xviie siècles et jusque dans le xviiie siècle ; une chanson de cette dernière période, d'ailleurs, Hans et Karen, écrite en dialecte, préfigure Blicher par son ton mélancolique.

9Et nous arrivons ainsi à Holberg (1684-1754) chez qui nous trouvons deux prises de position par rapport aux Jutlandais. Dans son Histoire du Danemark, il donne un aperçu topographique et économique du pays, et il note ce trait tout à fait particulier aux habitants de cette province : ils sont un peuple libre ; les paysans propriétaires de leur ferme, par exemple, sont beaucoup plus nombreux que dans le reste du Danemark. Dans ses satires et ses comédies, nous retrouvons le type du paysan comique, qu'il soit jutlandais ou zélandais d'ailleurs, comme le fameux Jeppe dans Jeppe sur la montagne. Chez les gens de la péninsule, deux travers éveillent particulièrement son esprit critique : la parcimonie et surtout la hâblerie ; le Jutlandais aime en conter, et Holberg invente même un mot que l'on peut traduire par "jutlandiser" pour exprimer ce fait. Mais, malgré ces moqueries qui ont surtout pour but d'être dans le goût du jour, Holberg a su découvrir et apprécier le fort tempérament jutlandais, avec son indépendance, son bon sens, son sang-froid.

  • 4 Wadskiaer : Poetisk Skueplads

10Le début du xviiie siècle donne également quelques poètes lyriques à la péninsule, mais un seul, Wadskiaer (1713-1779), présente un réel intérêt en ce qui nous concerne, car il est vraiment jutlandais ; il est fier de sa "nationalité" et le redit chaque fois que l'occasion s'en présente : "j'ai l'honneur d'être un véritable Cimbre4." Il est dans la lignée de ce romantisme jutlandais que nous avons déjà évoqué, et dont le principe est l'expédition des Cimbres contre les Romains.

11Pendant la période entre Holberg et Blicher, le Jutland disparaît pratiquement de la littérature. Seul demeure le type du paysan comique qui, sous la plume du norvégien Wessel, est toujours personnifié par un Jutlandais.

"Il était un jutlandais - (peut-être
Te prépares-tu à rire ;
Mais, chère âme, pense que, par malheur,
Nous sommes tous jutlandais devant le Seigneur)."

12Le domaine de la topographie, en revanche, se développe beaucoup à cette époque, et le premier ouvrage qu'il convient de citer est l'Atlas Danois de Erik Pontoppidan (1698-1764). L'économie nationale en est le fil directeur, mais un certain nombre de remarques ont un intérêt direct pour notre sujet. Dans sa description générale du Jutland, Pontoppidan donne un aperçu du tempérament des habitants parmi lesquels il distingue deux types : les Jutlandais de l'ouest, des "régions rudes", et ceux de l'est. H évoque le goût des Jutlandais pour le commerce et les voyages, mais aussi la nostalgie du pays natal qui leur fait prendre la route du retour quand ils ont gagné assez d'argent. Il fait l'éloge de l'hospitalité jutlandaise, des goûts simples des habitants. Il fait également des remarques intéressantes sur le dialecte qu'il compare à l'anglais et dont il préconise l'emploi pour enrichir et embellir la langue poétique.

13Sur l'instigation de Pontoppidan, nous assistons à la floraison de toute une littérature ayant pour sujet l'économie nationale. Et dans le même ordre d'idées est fondée, en 1769, la Société d'Économie Rurale qui encourage la littérature de topographie économique par l'attribution de prix. Les ouvrages ainsi écrits ont généralement pour but de promouvoir quelque réforme ou quelque amélioration, telles que la lutte contre l'invasion du sable ou la récupération de la lande ; ils présentent donc surtout un intérêt technique. Pourtant, ils mettent également en lumière les sentiments éprouvés par les auteurs envers leur pays natal et la nature. De la comparaison entre les topographies de l'ouest du Jutland et celles de l'est, il ressort que le sentiment de la nature n'est pas encore éveillé pour les régions rudes : on ne comprend pas la beauté sauvage des landes. L'image du Jutland tient dans l'ensemble peu de place dans la littérature de l'époque.

14Parmi toutes les topographies de cette période, une, celle de la paroisse de Vium, retiendra tout particulièrement notre attention ; en elle-même, elle présente un grand intérêt, et surtout, son auteur est Niels Blicher, le père de Steen Steensen Blicher ; l'œuvre de ce dernier sera nettement marquée par celle de son père.

  • 5 Oluf Friis : op. cit., p. 148

15"Niels Blicher est le type, dans sa forme la plus noble, du pasteur de l'époque des lumières5." Il se soucie constamment de l'amélioration des conditions de vie de ses paroissiens, du partage des terres, de l'agriculture, de l'éducation populaire, de la santé : il réussit à vacciner cinq mille enfants contre la variole...

  • 6 Niels Blicher : Topographie over Vium Praestekald, p. 111

16Sa Topographie du pastorat de Vium fait preuve d'une connaissance très profonde de la région en question : Niels Blicher y a vécu quinze ans lorsqu'il rédige cette œuvre, et il a su mettre ce temps à profit. Que trouve-t-on dans cet ouvrage ? A peu près tous les renseignements possibles sur les gens et les bêtes, les maisons et le paysage, les activités agricoles et industrielles, les fêtes et les coutumes : la description de ces dernières est généralement très vivante, émaillée d'anecdotes vécues. Il s'intéresse particulièrement à la vie et au caractère des habitants envers lesquels il fait preuve d'une profonde compréhension. Sur ces derniers, nous trouvons une remarque de grande importance pour le sujet qui nous occupe : "Les facultés morales des Jutlandais ne sont certainement pas plus émoussées que celles des autres paysans danois. Le fait de prétendre autre chose cache sans aucun doute un petit préjugé... J'ai connu et fréquenté des paysans fioniens et zélandais - et je les ai, sur ce point, comparés à mes compatriotes jutlandais ; mais cela ne m'a pas convaincu de la supériorité des premiers. Ceux-ci m'ont semblé parler plus vite, plus brillamment, plus spirituellement - ceux-là certainement avec plus de lenteur, de pondération et de réserve ; mais par là avec un jugement plus sain6." Niels Blicher, en prenant la défense des Jutlandais, pénètre dans un domaine qui sera le principal champ d'action de son fils. Mais comme ce dernier d'ailleurs, il est conscient des défauts de ses compatriotes : méfiance, obstination... Nombreux sont les sujets sur lesquels père et fils ont la même opinion, ce qui n'a, du reste, rien d'étonnant puisqu'ils se sont toujours très bien entendus et qu'ils ont vécu de nombreuses années ensemble.

  • 7 Oluf Friis : op. cit., p. 149

17L'intérêt littéraire de la topographie de Vium est également grand, surtout en raison de son influence sur l'auteur qui va être l'objet de notre étude : elle forme "le trait d'union entre la grande période de poésie et de littérature jutlandaises qui précède Steen Steensen Blicher et la nouvelle période qui commence avec lui7." Le fils reprend un certain nombre de sujets traités par son père ; ils décrivent d'ailleurs la même région. Mais il est surtout intéressant de noter que la topographie abandonne bien souvent la sécheresse technique pour se transformer en image artistique : on y trouve, à plusieurs reprises, de vastes paysages décrits comme Blicher aimera tant à le faire. Niels Blicher ne dépeint pas la lande, mais il sait déjà apprécier la beauté de la bruyère avec "les jolies cimes pourpres de ses fleurs". Et sa présentation des paysans est vivante et colorée. De plus, la topographie complète, en quelque sorte, l'œuvre de Steen Blicher, car celui-ci ne donnera pratiquement aucune description précise des maisons, du mobilier, des repas, des cérémonies religieuses jutlandaises..., peut-être d'ailleurs parce que son père l'a fait.

  • 8 id. p. 150

18"Insensiblement, nous sommes, avec la topographie de Vium de Niels Blicher, entrés dans la poésie jutlandaise qui, par l'exploit de son fils, atteignit son apogée artistique8."

Notes

1 Nilus og Hillelil

2 Oluf Friis : Jylland i dansk litteratur indtil Blicher, p. 45

3 id. p. 88

4 Wadskiaer : Poetisk Skueplads

5 Oluf Friis : op. cit., p. 148

6 Niels Blicher : Topographie over Vium Praestekald, p. 111

7 Oluf Friis : op. cit., p. 149

8 id. p. 150

© Presses universitaires de Caen, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter