Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sécularisation en Irlande

 | 
Paul Brennan

Voies vers la sécularisation

La sécularisation du système politique nord-irlandais

Le cas de l’ulster Defence Regiment en Irlande du nord

Anne Mandeville

Texte intégral

1Résumé : L’étude du caractère non-laïque des forces de l’ordre, notamment de l’Ulster Defence Regiment (UDR), en Irlande du Nord, démontre jusqu’à quel point le système d’ordre reflète en fait l’idée britannique de son propre ordre politique. C’est dans ce contexte que l’on doit placer la réforme de l’UDR et étudier son incorporation dans les Royal Irish Rangers de points de vue différents, y compris celui d’une possible sécularisation de la loi et l’ordre.

2Abstract: This chapter, having shown that the forces of law and order in Northern Ireland, and particularly the Ulster Defence Regiment (UDR), were non-secular bodies, underlines to what extent the Northern Ireland security system is in fact the expression of the British idea of its own global political order. It is against this background that the reform of the UDR must be situated and its incorporation into the Royal Irish Rangers is examined from different perspectives including that of a possible secularisation of the forces of law and order.

  • 1 Ce sont les chiffres officiels, que nous avons recueillis lors d’une interview au quartier général (...)

3Si l’on prend le concept de laïcité dans son acception la plus simple, à savoir la séparation du politique et du religieux, alors, le Régiment pour la Défense de l’Ulster, ou Ulster Defence Régiment (UDR), bras de l’État britannique pour le maintien de l’ordre en Irlande du Nord de 1970 à 1992, doit être considéré comme une force non-laïque. En effet, l’une des caractéristiques, la plus controversée d’ailleurs, de cette organisation, fut ce que nous pouvons appeler sa composition « ethnique » : 97 % de protestants, 3 % de catholiques1. Il faut préciser, pour que ces chiffres soient parfaitement significatifs, que, d’une part, l’action de l’UDR s’est exercée sur un territoire dont la population est composée pour les deux tiers de « protestants », l’autre tiers étant catholique et que, d’autre part, la qualification de protestant et de catholique constitue, dans le cadre de l’Irlande du Nord, une référence à deux identités profondément antagonistes.

***

4Ce fait, considéré dans sa brutalité, peut paraître choquant à des citoyens français. En effet, le système de maintien de l’ordre, comme le système politique français, est aujourd’hui laïcisé : la Constitution de 1958, reprenant en ces termes la Constitution de 1946, déclare :

  • 2 Constitution du 4 octobre 1958, titre premier, « De la souveraineté », article 2.

la France est une république indivisible, laïque, démocratique et sociale2.

5La France consacre ainsi le principe de séparation du politique et du religieux, définitivement admise avec la loi sur la séparation de l’Église et de l’État de 1905. En ce sens, la laïcité a eu et a encore dans une certaine mesure en France le sens de doctrine de combat (antireligieux). Mais plus largement, à notre avis, dans l’univers idéologique et juridique de la République française, l’évolution du concept de laïcité renvoie à un autre concept, celui de la neutralité de l’État.

6La neutralité s’entend bien sûr d’abord en matière religieuse, c’est-à-dire que cette conception a été formée à propos de, et au moment où, le conflit social fondamental revêtait la forme du problème de la religion d’État, mais le concept va aujourd’hui beaucoup plus loin que cela et vise la prohibition de toute discrimination :

  • 3 Ibid.

[la France] assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances3.

7La neutralité de l’État est à la fois en quelque sorte passive, c’est-à-dire que l’État ne peut en lui-même faire de discrimination ; elle est aussi active, en ce sens que l’État doit lutter contre toutes les discriminations. La neutralité est ainsi englobée dans une autre notion fondamentale, qui est celle de service public, qui renvoie elle-même au concept de nation ; la laïcité est ici une idée intégrative. Le caractère laïque de l’État implique le refus de l’existence politique d’autres groupes sociaux que l’État-nation, sauf de manière subordonnée à celui-ci. Il n’existe pas d’autre communauté politique que la « communauté nationale ».

8Cette conception de l’ordre politique n’a pas vraiment de sens au Royaume-Uni. Le système politique y repose en effet sur une conception de l’ordre politique démocratique que nous qualifierons à la fois de communautaire et de majoritaire.

9Selon la conception de la démocratie communautaire, l’État admet la coexistence politique en son sein de groupes particulièrement solidaires et leur confère ce qu’il est convenu d’appeler une certaine « autonomie » d’organisation et de fonctionnement. Mieux, on peut dire que l’État est composé de ces groupes solidaires, qui ne sont pas forcément des « sous-groupes » d’une entité supérieure que l’on appellerait l’État. C’est ce que nous appellerons la structuration communautaire du réel politique. Ceci implique que certaines institutions sont légitimement fondées à se présenter comme l’expression politique des différentes « communautés », notamment par exemple des communautés « religieuses », si l’on entend par là des groupes dont le lien, la solidarité, s’expriment à travers la référence religieuse, comme par exemple les « protestants » d’Irlande du Nord.

10De plus, de par la conception que nous appellerons « démocratique-majoritaire », le Royaume-Uni admet l’existence de communautés politiques dominantes, ainsi légitimées à détenir l’essentiel si ce n’est la totalité des moyens d’expression de l’autorité politique.

  • 4 Catholic Emancipation Act, 1829.

11Pour donner un exemple de cette conception, considérons le fait qu’en Angleterre, le chef de l’État est aussi le chef de la communauté religieuse « dominante », à savoir l’Église protestante anglicane, alors que coexistent, politiquement, d’autres communautés religieuses. Précisons d’ailleurs que ce n’est qu’en 1829 qu’ont été abolies les servitudes confessionnelles4. Considérons également que la conception majoritaire stricte du pouvoir à la base du système politique britannique a pu légitimer pendant plusieurs années une monopolisation des instruments du pouvoir par la communauté politique dominante en Irlande du Nord, à savoir la communauté unioniste protestante.

  • 5 On peut citer à cet égard la formule du Bill of Rights de 1689 qui affirmait « que les sujets prot (...)

12Dans le cadre général du Royaume-Uni d’aujourd’hui, le fondement de la communauté a bien sûr quelque peu perdu son sens à l’origine fondamentalement religieux ; et même si l’on a toujours aujourd’hui une Reine, chef de l’Église anglicane, on parle davantage aujourd’hui de communautés locales, ou régionales. Cependant, la présence de plus en plus bruyante de groupes issus de l’immigration post-coloniale sur le territoire anglais a fait récemment resurgir la pertinence et la permanence du critère ethnique de l’existence politique de certaines communautés, qui s’appuient sur la doctrine constitutionnelle formée au cours de l’histoire du Royaume-Uni5. Le processus d’autonomisation des nations écossaise et galloise va aussi incontestablement dans ce sens.

13D’autre part, dans le cas qui nous occupe ici, à savoir celui de l’Irlande du Nord, en tant que cadre d’action de l’Ulster Defence Régiment, la structuration communautaire de l’espace politique a gardé un caractère essentiel. Ses racines sont très profondes. C’est ce principe qui a présidé en effet à la création même de l’espace politique nord-irlandais, l’Ulster, et qui explique en grande partie les caractéristiques qu’ont pu prendre ses institutions. Or, le fondement de la structuration communautaire est ici religieux, dans le sens où la religion est le critère principal d’identification de la communauté ethnique, et donc, politique.

  • 6 Nous sommes de l’avis de Joseph Ruane et Jennifer Todd lorsqu’ils écartent la thèse galvaudée de l (...)

14Ainsi, non seulement l’État britannique n’est pas laïcisé, mais ce concept ne nous paraît pas explicite dans le cadre idéologique britannique6. Si l’on admet en effet que l’aspect « religieux » du conflit nord-irlandais n’est que la forme d’expression d’un antagonisme politique fondamental, « communautaire », la cristallisation de l’identité politique, quel sens donner à la laïcisation ? Ce n’est pas ici la religion qui est en cause, mais les structures dans lesquelles évoluent ces identités antagonistes.

15Si l’on admet que le système de maintien de l’ordre d’un État reflète et exprime sa conception de l’ordre politique, la conception française de la laïcité s’entend aussi pour les forces chargées de faire respecter l’ordre républicain. Le système de maintien de l’ordre républicain est national, dans le sens où c’est celui de toute la nation. C’est ainsi que l’on parle en France de police nationale, de gendarmerie nationale ou de compagnies républicaines de sécurité. Ceci se traduit notamment en termes d’intervention (CRS et gendarmes mobiles interviennent sur tout le territoire national). La neutralité des forces de l’ordre s’entend vis-à-vis du groupe policé et de l’application des normes. Il ne peut ainsi être question que les forces de l’ordre soient les représentants ou les « défenseurs » d’une quelconque communauté autre que la nation, juridiquement, c’est-à-dire abstraitement définie.

  • 7 Les catholiques refusent de parler de l’Ulster et parlent d’Irlande du Nord.
  • 8 On n’est donc pas surpris de lire, sous la plume de Chris Ryder, The Ulster Defence Regiment : an (...)

16En comparaison, considérons la création en Irlande du Nord en 1970 d’une force en vue du maintien de l’ordre public, le « Régiment pour la Défense de l’Ulster ». Une telle appellation serait impensable en France, mais elle est parfaitement significative dans le contexte nord-irlandais : l’Ulster étant assimilée à la terre protestante7, la « défense » de l’Ulster peut rapidement devenir la défense de la communauté protestante8.

17Dans la logique « laïque » française, les forces de maintien de l’ordre public n’ont pas de caractère distinctif local. Elles sont contrôlées et dirigées par les représentants de l’État. Cette conception de la laïcité se traduit aussi en matière de recrutement. Le concours, anonyme, national, est la forme « laïque et républicaine » du recrutement des forces de maintien de l’ordre, comme elle est celle de tous les fonctionnaires de l’État français.

18On peut ainsi dire dans une certaine mesure que comme c’est le cas pour la France, le système de maintien de l’ordre britannique (et donc le système de maintien de l’ordre nord-irlandais, qui en fait intégralement partie), est l’expression de la conception britannique de l’ordre politique. Nous voulons ici évoquer certains des grands traits de ce système de maintien de l’ordre, afin de montrer que l’UDR ne constitue pas, à l’intérieur de ce système, une aberration.

  • 9 Leon Radzinowicz, A History of the English Criminal Law and its Administration from 1750, Londres, (...)

19L’une des caractéristiques historiques du système de maintien de l’ordre britannique a été son caractère « citoyen ». Juridiquement, non seulement le citoyen britannique pouvait aider au maintien de l’ordre quand celui-ci était menacé, mais encore il y était fortement encouragé, voire obligé. Ainsi s’explique la très longue tradition de l’utilisation de diverses milices pour le maintien de l’ordre intérieur, ainsi que l’existence permanente de très nombreuses associations locales de citoyens ayant pour objectif le maintien de l’ordre. Ce que Léon Radzinowicz appelle the spirit of self-help9 a persisté jusqu’à aujourd’hui, et l’on pourrait à certains égard rapprocher cet esprit de la doctrine du « policier-citoyen », ou community policing qui a resurgi au cours des années 1970-1980. La persistance contemporaine en Grande-Bretagne des Spécial Constables (des citoyens exerçant bénévolement à temps partiel la profession de policier) en est une autre illustration, de même que la mise sur pied de l’Ulster Spécial Constabulary dans les années 1920, même si l’environnement conflictuel de l’Irlande du Nord en a fait l’instrument d’une politique aux manifestations et aux conséquences très différentes, et historiquement sinistres.

20Cette conception, dite de la police communautaire, ou du maintien de l’ordre communautaire, est en accord avec la conception de l’ordre politique, la défense de l’ordre public correspondant à la défense de la « communauté ». Les problèmes surgissent cependant quand on se pose la question de la définition de cette communauté. Dans un environnement socio-politique consensuel, donc exempt de conflits fondamentaux, la défense de cette communauté s’exerce essentiellement contre des individus, non identifiés politiquement, c’est-à-dire comme des membres ou des représentants de tel ou tel groupe ou de tel ou tel choix politique. Autrement dit, il n’y a pas d’interprétation « communautaire » des conflits qui peuvent susciter des opérations de maintien de l’ordre public.

21Par contre, dans une société ou l’ordre politique est construit sur une fracture conflictuelle fondamentale, il semble impossible, ou tous cas dangereux, de faire du maintien de l’ordre « communautaire », celui-ci ne pouvant alors que reproduire les clivages de l’ordre politique. En effet, en quoi peut consister la « défense » de la communauté dans un espace politique englobant deux communautés que précisément tout oppose politiquement ?

22Ainsi, dans le cas de l’Irlande du Nord, où le conflit fondamental prend une forme intercommunautaire/religieuse, une « laïcisation » du système politique doit être liée à une dé-communautarisation de l’ordre politique. Au vu de la structure politique du Royaume-Uni, dans laquelle s’insère le conflit nord-irlandais, cela semble peu probable. C’est dire le scepticisme que peut susciter l’idée d’un processus de laïcisation du politique en Ulster en l’état actuel de la structure constitutionnelle du Royaume-Uni.

23Peut-on cependant distinguer dans l’action du gouvernement britannique ces dernières années un processus volontariste, une « politique », une stratégie de laïcisation du politique, à travers notamment celle de ses instruments, à commencer par le système de maintien de l’ordre public ?

24Le refus du maintien de l’ordre communautaire pourrait ainsi s’apparenter à une stratégie (sens volontariste) ou à un processus (sens déterministe) de laïcisation. Si l’on se pose la question de la réalité d’un tel phénomène en Irlande du Nord, il est nécessaire de s’interroger, d’une part, sur la signification et, d’autre part, sur la ou les formes que revêt ou qu’a revêtu ce phénomène dans le cadre du système de maintien de l’ordre, et particulièrement dans le cadre d’une organisation telle que l’Ulster Defence Régiment. Ceci s’inscrit à notre avis dans le cadre théorique de la problématique de professionnalisation des forces de maintien de l’ordre.

25Pour comprendre cette problématique, il faut remonter aux origines de la création de l’UDR, c’est-à-dire à la crise violente de l’été 1969.

26En effet, face à l’éruption extrêmement violente du conflit intercommunautaire, le Gouvernement britannique fut forcé de reconnaître la nécessité d’une démonopolisation des instruments du pouvoir par la communauté protestante : c’est le sens du passage à l’administration directe en 1972 ; c’est aussi le sens, dans une certaine mesure, de la dissolution de l’Ulster Spécial Constabulary et de la politique de réorganisation de la police. C’est enfin le sens de la création de l’UDR. En effet, l’enjeu de l’UDR est précisément la dé-communautarisation du maintien de l’ordre, ou plutôt il est présenté comme un effort pour transcender ce caractère communautaire. Les signes révélateurs de cette stratégie sont d’une part l’insistance sur le recrutement intercommunautaire, et d’autre part le placement de la nouvelle force sous contrôle militaire.

27Ces deux caractéristiques, mises en avant dès l’idée de la création de la nouvelle force, sont les deux principes fondamentaux de l’effort de dé-communautarisation du système de maintien de l’ordre. L’idéologie professionnelle, censée transcender les valeurs communautaires, devait pouvoir déboucher sur un processus spécifique de socialisation, c’est-à-dire l’intégration des membres du régiment de défense de l’Ulster dans un système de valeurs transcendant le système communautaire.

28Cependant, dès la création de cette nouvelle force, le Gouvernement britannique fit preuve d’un comportement totalement en contradiction avec l’objectif de professionnalisation, particulièrement dans le choix du modèle communautaire de milice pour l’UDR. Il démontra ainsi à notre sens sa soumission à des pesanteurs quasi-structurelles du système politique britannique et nord-irlandais.

  • 10 Traduction de sectarian. Cet adjectif fait référence au caractère sectaire du conflit dans le sens (...)

29L’étude des caractéristiques de l’UDR que nous proposons de faire démontre à notre avis l’incompatibilité de la professionnalisation du maintien de l’ordre avec le modèle communautaire, à l’intérieur d’un conflit sectaire10.

L’UDR ou la défense de l’Ulster

L’ambiguïté du statut politique de l’UDR

Des militaires, donc des professionnels ?

30On se propose de faire apparaître ici l’ambiguïté de la référence au professionnalisme dans le cas particulier de l’UDR. En effet, la signification de cette référence est extrêmement importante et essentiellement politique. Le caractère professionnel a d’ailleurs été une dimension mise en avant systématiquement par les membres du régiment dans la projection de leur image, de même qu’elle était toujours fortement soulignée officiellement par les officiers de l’armée régulière et par les policiers, de même que par les politiques soucieux de montrer l’institution sous un jour favorable. On peut en conclure que la référence au professionnalisme a un caractère positif : sur le plan idéologique, en effet, « professionnel » signifie neutre, dans le sens de non engagé, non suspect de partialité. C’est une question d’image.

  • 11 C’est le cas de l’Ulster Special Constabulary (les « B-Specials »).

31La référence au professionnalisme revêtit une signification particulière au moment de la création du régiment. Celle-ci fut en effet décidée et mise en œuvre dans des circonstances de violence et de tension extrêmes, à la suite d’affrontements intercommunautaires ayant entraîné l’intervention militaire. Sur le plan du système de maintien de l’ordre proprement dit, les circonstances étaient également particulières, puisque les forces de police étaient démobilisées, voire dissoutes pour certaines11, à la suite de comportements fortement suspects de partialité.

32Il y avait donc un message politique à faire passer : celui de la tentative, par le Gouvernement britannique, de règlement impartial et de dépassement du conflit. Pour ce faire, le Gouvernement en question fit un choix à la fois prévisible et ambigu : celui du modèle militaire. En effet, on prit bien soin de présenter la nouvelle force comme intégrée dans un ensemble plus vaste : celui de la profession militaire.

33Ce choix était prévisible : il résultait plutôt d’une absence de choix. D’une part, le Royaume-Uni ne disposait pas à l’époque de forces spécialisées dans le maintien de l’ordre public. D’autre part, il était peu probable que le Gouvernement fasse preuve, dans ces circonstances, d’innovation. En effet, les Britanniques ont toujours montré, dans le domaine de la sécurité intérieure, une remarquable propension à la conservation et à la réutilisation des structures existantes. Il est très rare que l’on trouve, dans le passé institutionnel du Royaume-Uni, des créations résultant de choix révolutionnaires ou de complets revirements. Les gouvernants préfèrent par ailleurs, de façon générale, tenter de régler à peu de frais les problèmes, qu’ils espèrent conjoncturels. Or, la création de structures entièrement nouvelles coûte cher.

  • 12 On peut citer à cet égard l’intervention de Dennis Healey, alors ministre de la Défense, à la Cham (...)

34Ce choix était ambigu : lors de la création de l’UDR, la référence idéologique professionnelle était évidemment l’armée britannique, qui se présentait elle-même sur le plan technique comme une armée de « professionnels », et qui était aussi analysée comme telle par les politiques12. Sur le plan idéologique, donc, on voit que la référence au professionnalisme tentait de faire bénéficier le modèle militaire de l’opinion favorable au « gens de métier ».

35Par professionnalisme, on entendait également en 1969 la neutralité politique. Le conflit fut au début analysé comme un affrontement essentiellement intercommunautaire, et en ce sens l’armée constituait la seule force non-engagée, d’où l’appellation de peace-keeping force qui lui fut attribuée au début des troubles.

36En « révélateur » négatif, l’anti-modèle était évidemment la Royal Ulster Constabulary (RUC), et particulièrement la force de réserve de l’Ulster Spécial Constabulary (USC), accusées de comportement non-professionnel et d’une partialité inacceptable en faveur des protestants pendant les désordres d’août 1969.

37Le modèle militaire comme modèle de maintien de l’ordre fut donc fortement valorisé, et c’est par rapport à ce modèle que l’on prétendit construire la nouvelle force de maintien de l’ordre, l’UDR. Or, si cette situation était intéressante sur le plan politique, elle était paradoxale sur le plan technique : en effet, à l’époque de la formation de l’UDR, le terme « professionnalisme » n’était justement en Grande-Bretagne et en matière de maintien de l’ordre, qu’une idéologie. Celle-ci s’est aperçue en effet à ses dépens que le maintien de l’ordre, en zone urbaine notamment, était une technique extrêmement sophistiquée, qu’elle ne maîtrisait pas en 1969. Cette technique venait d’autre part en conflit avec les autres skills militaires dont l’excellente maîtrise a valu à l’armée britannique le respect international et une réputation de grand « professionnalisme »... Paradoxe, qui est permis par le fait qu’il existait dès le début un véritable malentendu en ce qui concerne la définition des missions de l’armée et donc de l’UDR : on lit en effet dans le projet de loi portant création de l’UDR :

  • 13 Formation of the Ulster Defence Regiment, Cmnd 4188, Londres, HMSO, 1969.

La commission présidée par Lord Hunt a basé ses recommandations les plus importantes sur le principe que les rôles de la police et de l’armée devaient être séparés, de la même façon qu’ils le sont dans le reste du Royaume-Uni. Les missions militaires devraient être remplies uniquement par des militaires. En conséquence, la Commission a proposé que la Royal Ulster Constabulary soit soulagée de toutes tâches militaires et que l’Ulster Special Constabulary soit remplacée par deux forces séparées. L’une sera une force de police de réserve composée de volontaires, chargée d’aider la RUC dans les tâches de police normales : l’autre sera une force à temps partiel, recrutée localement, ayant pour mission d’aider l’armée régulière dans des tâches purement militaires13.

38On en resta là. On peut se demander cependant quelles étaient ces tâches « purement militaires » auxquelles font allusion cette loi et le rapport Hunt ? En 1969, et jusqu’à aujourd’hui, c’est une question très difficile.

39L’ambiguïté reste donc fondamentalement dans le choix de l’armée comme modèle de maintien de l’ordre. On joue alors sur le terme de professionnalisme, qui semble être une caractéristique globale applicable quel que soit le type de problème auquel ou a à faire face. Or, précisément, le problème essentiel de l’armée, et de l’UDR avec elle, est la résolution impossible de cette contradiction fondamentale entre la guerre et le maintien de l’ordre.

Le choix du modèle communautaire de milice

40Le choix du modèle de milice, l’antithèse de la force professionnelle, comme format organisationnel pour l’UDR, constitue un véritable paradoxe si l’on tient compte de l’environnement politique conflictuel de l’Irlande du Nord. On peut ainsi se demander, pourquoi ce choix ?

Le facteur culturel

41En dehors des explications classiques concernant la prise de décision (facteurs de coût, d’influences politiques diverses et contradictoires, notamment), nous voudrions souligner ici ce que nous appellerons le facteur culturel. En effet, d’autres types d’explications peuvent donner un sens à cette décision.

  • 14 Ce que Samuel Finer appelle the native militia tradition : « State and Nation-building : the Role (...)

42La mise en place d’une milice est beaucoup moins surprenante si l’on tient compte du fait que cette décision s’insère dans une longue tradition anglo-saxonne en matière de maintien de l’ordre public14. On trouve effectivement ce modèle d’organisation de la force en Angleterre comme modèle dominant jusqu’à la fin du xviiie siècle, au moins en ce qui concerne l’ordre intérieur, ainsi que, quoique dans un moindre mesure, en Irlande, et les héritiers de ces milices ou « forces citoyennes » sont parvenus jusqu’à nous notamment à travers l’institution des Specials. Dans la tradition britannique, la milice est l’archétype de la force non-professionnelle, puisqu’il s’agit d’un rassemblement de « citoyens en uniforme » recrutés localement. Peu ou pas d’entraînement, peu ou pas de solde sont les caractéristiques de ces organisations que l’on trouvait au niveau des comtés et dans les villes, entretenant des rapports variables avec les autorités politiques locales, ainsi qu’avec la justice et l’armée.

43On peut ainsi considérer que la création de l’UDR 1969 se situe dans le droit fil d’une tradition ancienne et continue, dont l’USC est d’ailleurs également un représentant, d’où ses affinités évidentes avec la nouvelle force. Les anglo-saxons, malgré leur obstination (paradoxale pour certains) à l’utiliser, ont d’ailleurs toujours eu des problèmes avec ce type d’organisations, et notamment des problèmes de loyauté, sans parler de l’efficacité douteuse de ces formations.

  • 15 Le fils de Ian Paisley, Ian Paisley junior, a rédigé un manifeste de défense des quatre membres de (...)

44Il est donc très intéressant d’observer, quelques siècles plus tard, cet « atavisme » se manifester sous la forme de l’UDR. Il nous semble que l’attachement viscéral de la communauté protestante à l’UDR a constitué dans une certaine mesure une manifestation de l’interprétation « communautaire » du modèle de milice, à savoir que les membres de la milice sont les « défenseurs de leur communauté ». Inversement, la communauté fait bloc et prend la défense de ses défenseurs lorsque ceux-ci sont attaqués. On peut ainsi interpréter la véritable prise en mains de l’affaire des « UDR 4 » par la communauté protestante et particulièrement par le Démocratie Unionist Party (DUP) de Ian Paisley15.

L’UDR, fille de l’USC

45L’attitude du DUP découle essentiellement d’une autre caractéristique fondamentale de l’UDR, qui est en grande partie la conséquence de ses conditions de création et de recrutement : nous voulons parler ici de son caractère sectaire, c’est-à-dire son aspect de milice protestante.

  • 16 Formation of the Ulster Defence Regiment, p. 4.
  • 17 Report of the Advisory Committee on Police in Northern Ireland, Cmnd 535, Belfast, HMSO, 1969. Voi (...)

46En effet, à la suite du rapport Hunt, un livre blanc fut présenté au Parlement et finalement adopté en novembre 1969. D’après ce livre blanc, la formation de l’UDR devait commencer en janvier 1970 et le régiment devait être opérationnel le 1er avril de la même année. De toute évidence, étant donnée l’impréparation générale, le nouveau régiment allait devoir s’appuyer fortement sur des hommes ayant déjà une certaine expérience ; il n’est donc pas étonnant que l’on ait à l’époque accueilli avec soulagement les anciens de l’USC qui s’enrôlèrent en masse. Cette situation avait d’ailleurs été plus ou moins prévue, voir planifiée, par le Gouvernement britannique, qui précisait dans son projet de loi présenté au Parlement en novembre 1969 que « les officiers commandant les bataillons seront des membres locaux du régiment ; pendant les premiers temps, ces postes pourront être occupés par les actuels commandants de comté de l’USC, lesquels sont presque tous d’anciens militaires et ont une grande expérience dans le genre de missions que la nouvelle force sera censée remplir »16. Cette affirmation pouvait paraître pour le moins paradoxale de la part d’un gouvernement qui venait de dissoudre l’USC aux motifs de grave incompétence et de comportement non-professionnel et anti-catholique17. L’UDR n’était-il pas, avant même sa naissance, en porte-à-faux ?

  • 18 Enquête auprès de deux bataillons de l’UDR, avril 1991.
  • 19 Présentations internes à l’armée.

47D’après les récits de souvenirs que nous avons pu entendre18, et les documents que nous avons pu consulter19, on compte aujourd’hui qu’un peu plus de 50 % des recrues du début étaient des anciens de l’UDR, 1/4 des anciens soldats, et 1/4 des jeunes sans aucune expérience. Dès la première semaine en opérations, le nombre des candidats atteignait le chiffre inouï de 5 400. On peut imaginer le désordre entraîné par un tel afflux dans des conditions de recrutement et de mise en opérations artisanales (pénurie de locaux, absence totale d’entraînement des officiers, etc.). Le commandement du nouveau régiment se reposa donc durant les deux premières années sur les anciens de l’USC (dont la majorité étaient aussi des anciens « réguliers ») qui formaient la majorité des cadres : sur les sept premiers battalion commanders, trois étaient des anciens de l’USC et quatre d’anciens militaires.

48Ce que l’on peut appeler la « filiation USC » a donc marqué l’UDR dès sa naissance et a alimenté une violente polémique qui s’est poursuivie jusqu’à sa dissolution à propos de ce qu’il est convenu d’appeler le caractère sectaire de cette force, sorte d’institutionnalisation du conflit intercommunautaire.

49Nous voudrions maintenant démontrer que les caractéristiques fondamentales de l’UDR que nous venons d’évoquer ont constitué des obstacles à sa professionnalisation.

La spécificité politique de l’UDR

L’UDR est un régiment de milice

50En 1969, il fut donc prévu de créer un nouveau régiment de l’Armée britannique. En dehors de l’appellation proprement dite de cette force, les ressemblances avec les autres régiments étaient faibles.

  • 20 Si l’on compare la proportion de membres à temps partiel (part-timers ou PT) et de cadres permanen (...)

51La différence principale était évidemment la composition du régiment, dont on décida en 1969 qu’il recruterait essentiellement des volontaires à temps partiel. Cette caractéristique de l’UDR s’était au cours des années largement estompée20. On pouvait dire en 1992 que le régiment était composé à peu près pour moitié de volontaires à temps partiel et pour moitié de professionnels locaux. Cette évolution est amplifiée par une autre modification de la structure de l’UDR au milieu des années soixante dix, liée d’ailleurs à la première, à savoir la création de compagnies entièrement composées de professionnels, afin de leur donner une capacité opérationnelle permanente.

  • 21 Tactical Areas, of Responsability.

52L’autre caractéristique principale de l’UDR, elle aussi héritée du modèle de milice, est son caractère local. Au moment de la création de l’UDR, le livre blanc et la loi faisaient en effet référence à « une force recrutée localement » ; on pensa à l’époque que la solution la plus simple consistait en une répartition des bataillons dans des zones opérationnelles correspondant aux limites des comtés. C’est ainsi qu’au départ le régiment s’organisa, en dehors du quartier général qui se fixait à Lisburn, en sept bataillons correspondant aux six comtés nord-irlandais plus un bataillon pour la Cité de Belfast. Cette organisation en fit immédiatement une institution extrêmement dépendante de la situation locale, en termes de recrutement et de missions, étant donné l’adoption de la règle absolue du maintien des hommes dans leur « communauté ». Cette règle a été conservée avec certaines modifications : à la fin 1971, à la suite de la catastrophique opération de l’internement administratif de centaines de catholiques, se déclencha une campagne de terrorisme de LIRA, et en conséquence le recrutement de l’UDR fut à son maximum. On créa donc trois nouveaux bataillons : le 8 UDR dans l’est du comté de Tyrone (East Tyrone), le 9 UDR dans le sud du comté d’Antrim (South Antrim), et le 10 UDR à l’ouest de Belfast (West Belfast). En septembre 1971, on créa le premier bataillon non basé sur un comté mais sur une division de police : il fut en effet déployé sur une zone industrielle à Craigavon ainsi que sur la partie ouest du comté de Down (11 UDR). Ce n’est qu’en 1984 qu’à la suite de la réorganisation du tracé des divisions policières, ainsi qu’à la faveur de ce que l’on croyait être une amélioration de la situation de la sécurité, que l’UDR fut réorganisé : les deux bataillons d’Antrim fusionnèrent ainsi que ceux de Belfast. Plus récemment, les tracés des aires tactiques de responsabilité (TAORs) se sont définitivement alignées sur ceux des divisions de police21.

  • 22 Interviews.

53Donc, selon cette règle du localisme, tous les soldats étaient recrutés et remplissaient leur mission sur les lieux où ils vivaient. C’est ainsi que paradoxalement on pouvait avoir un urgent besoin de patrouiller un morceau de territoire mais n’avoir pas les hommes disponibles si le recrutement était faible (ainsi dans les zones fortement catholiques). En pratique, les bataillons d’Antrim (1/9 UDR) et de Belfast (7/10 UDR), ainsi que l’Eastern Battalion (11 UDR), situés dans des zones à forte densité protestante, ont toujours beaucoup recruté, alors que toute la partie ouest de l’Irlande du Nord, ainsi que la frontière avec la République d’Irlande, à savoir la zone rurale catholique, avaient un taux de recrutement très faible, malgré des besoins beaucoup plus grands. Durant toute la durée d’existence de l’UDR, aucun modèle d’organisation « rationnelle » des bataillons n’a pu être trouvé. Chacun d’entre eux était différent. La plupart des officiers britanniques rencontrés ont toujours manifesté une certaine hostilité vis-à-vis de cette organisation qu’ils considéraient comme extraordinairement inefficace ; selon certains d’entre eux, la persistance de ce schéma opposé à la « logique militaire » était une illustration de l’extrême sensibilité de tout ce qui touchait à l’UDR, sujet politiquement tabou, ce qui constituait évidemment dans leur esprit un obstacle majeur à sa professionnalisation22.

54A cet égard, la décision de fusionner l’UDR avec un autre régiment de l’Armée britannique a semblé constituer un pas en direction de l’adoption de cette « logique militaire » dont nous parlaient ces officiers. Elle ménage encore cependant, et ce n’est pas le moindre de ses paradoxes, la préservation de la composante à temps partiel de l’UDR, composante à laquelle est toujours resté identifié le régiment dans l’opinion publique, que celle-ci soit catholique ou protestante, et ceci malgré l’importance croissante du nombre de « professionnels » (dans le sens de personnels permanents).

Le rôle de l’environnement sur la capacité opérationnelle de l’UDR

55Les pesanteurs politiques, ethniques, culturelles, ou organisationnelles, évoquées précédemment, correspondent à des problèmes concrets en matière de sécurité intérieure, que l’on retrouve dans une analyse que nous qualifierons de type opérationnel : en ce sens, ces pesanteurs se traduisent par des caractéristiques susceptibles d’influencer le comportement du soldat sur le terrain. On prend ici le terme terrain au sens large, à savoir partout où le soldat est en opérations.

56Il semble que l’on puisse attribuer à deux facteurs ou groupes de facteurs principaux (qui sont eux-mêmes liés aux caractéristiques globales de la situation du régiment décrites plus haut), une importante influence potentielle sur la capacité opérationnelle du soldat UDR. Nous allons les examiner maintenant.

Le facteur des « conditions de vie »

57La caractéristique principale du soldat UDR était le fait qu’il ne vivait pas en caserne, et ceci qu’il soit un membre à temps partiel ou un membre permanent du régiment. Il est facile de voir à quel point cet état de fait est susceptible d’influencer, voire de conditionner son comportement. Le fait que le soldat soit régulièrement à l’extérieur du régiment le rendait très perméable à son environnement social, et notamment au regard que celui-ci pouvait éventuellement porter, non seulement sur lui et le monde en général, mais aussi sur son engagement personnel au sein de l’UDR, ainsi que sur cette organisation. Ceci est d’autant plus important à prendre en considération que l’UDR est précisément une institution très controversée dans le contexte politique violent et troublé que l’on connaît.

  • 23 Voir John Curtice and Tony Gallagher, « The Northern Irish dimension », in R. Jowell, S. Witherspo (...)
  • 24 Ibid., p. 197.

58L’environnement social auquel nous faisons ici allusion signifie bien entendu en premier lieu la famille, une institution encore très importante en Irlande du Nord23 mais également les compagnons de travail (pour les membres à temps partiel), les voisins ou les amis, etc. En clair, la « communauté locale », dont on sait qu’elle exerce une influence énorme sur le citoyen britannique mais encore plus, semble-t-il, sur l’Irlandais du Nord24. En ce sens, les « conditions de vie » sont particulièrement susceptibles d’affecter la solidarité à l’intérieur du groupe militaire, mais aussi la discipline. On peut aussi penser que le moral du soldat variera d’autant plus que son groupe civil d’appartenance le soutiendra ou non. Ceci se traduisait bien dans le fait que l’appartenance à l’Ulster Defence Regiment constituait pour beaucoup une affaire de famille.

59Les conditions de vie jouent également à un autre niveau, que l’on pourrait dire plus objectif en quelque sorte : la spécificité du conflit (lutte anti-terroriste) dans lequel le soldat UDR est un acteur particulièrement visé (cible « légitime » de l’IRA) le rendait très vulnérable à cause de son aller et retour permanent d’un environnement civil à un environnement militaire. Quand il était off-duty, c’est-à-dire à partir du moment où il quittait le camp militaire sans être en mission, le soldat UDR se retrouvait sans aucune protection. La preuve en est que la plupart des soldats UDR assassinés l’ont été off-duty (153 sur 191 de 1971 à 1991), souvent chez eux ou sur le chemin du retour. 45 anciens UDR ont été assassinés plusieurs années après avoir quitté le régiment.

  • 25 Voir Tony Jeapes, « Stress in battle », British Army Review, 60, Dec. 1980.

60L’existence de cette menace permanente et tout à fait réelle affectait bien entendu la psychologie du soldat, notamment sous la forme du stress, qui était l’un des problèmes les plus importants rencontrés par le régiment : pas le « battlefield stress » ou stress in battle, bien connu des militaires25, et contre lequel on lutte avec de l’entraînement ; mais le stress général, l’angoisse qui peut se manifester à tout moment. Le taux de suicide était d’ailleurs relativement élevé à l’intérieur du régiment.

61Ces conditions particulières de vie affectaient aussi l’organisation générale du régiment : les bataillons passaient beaucoup de temps à s’occuper de la protection de leurs recrues off-duty, à surveiller leur environnement, notamment dans leur travail civil. De même, beaucoup d’énergie était investie dans la sélection et la surveillance de « planques », dans lesquelles il fallait bien souvent se résoudre à cacher les soldats et leurs familles quand ils étaient menacés ; quand il ne fallait pas tout simplement les « déplacer » définitivement hors de leur communauté, quand l’environnement devenait trop dangereux pour leur vie.

62En résumé, le facteur des conditions de vie spécifiques à l’UDR était susceptible d’affecter globalement la capacité opérationnelle du régiment.

Le facteur politico-religieux

63On y a déjà fait allusion. Le politique et le religieux existent en tant que facteurs opérationnels dans la mesure ou le soldat UDR fait partie de et vit en permanence dans un système politique déchiré par un grave conflit interne. Ce conflit a plusieurs dimensions : il se définit en termes ethno-religieux, mais a aussi une autre dimension résumée dans la lutte de l’armée républicaine irlandaise (IRA) qui affirme défendre la communauté irlandaise contre la Grande-Bretagne (celle-ci étant incarnée notamment dans les forces armées de Sa Majesté). Or, le soldat UDR, en raison du premier facteur évoqué, reste avant tout membre de sa communauté. Il est ainsi nécessairement partie au conflit, qu’il le veuille ou non, ne serait ce que parce qu’il est identifié comme une partie au conflit par d’autres parties. Il l’est au moins à trois niveaux :

  • il est membre de l’une des deux communautés antagonistes (ce qui le distingue du militaire « régulier » ;
  • il est membre des forces de sécurité ;
  • il est membre de l’armée britannique, identifiée à l’oppresseur britannique, le Gouvernement de Londres.

64On peut rajouter qu’il est membre de l’UDR, cible privilégiée du terrorisme de l’IRA car identifiée comme force sectaire au service de la communauté protestante, et comme noyautée par les paramilitaires protestants.

65On voit bien ainsi quelles peuvent être les implications opérationnelles potentielles de cette situation particulière des individus membres de l’UDR. Le risque principal est celui de solidarités contradictoires susceptibles de déchirer l’individu dans l’accomplissement de sa mission de maintien de l’ordre public : sur le terrain, sa fidélité à sa comcomplir en tant que membre d’une institution protectrice de la sécurité de tous les citoyens ; il peut d’autre part être tenté de privilégier la « défense » de sa communauté par rapport à un strict accomplissement de ses missions comme définies par le commandement militaire. Ces conditions affectent la discipline, la qualité du travail, la crédibilité de l’institution ; elles sont aussi facteurs de stress.

L’échec de la professionnalisation de l’UDR

66Cette conclusion se dégage de l’étude du contenu de la stratégie de professionnalisation et est confirmée par la dissolution de l’institution.

Le choix du modèle militaire

67La « professionnalisation » de l’UDR s’inscrit dans un processus de professionnalisation de l’armée elle-même en matière de maintien de l’ordre, même si elle ne s’y réduit pas, car, comme on va le voir, la professionnalisation de l’UDR est aussi son intégration progressive dans le corps de l’armée britannique, hors de toute considération de maintien de l’ordre.

68L’étude du problème de la mise en œuvre technique de la professionnalisation du régiment confirme l’existence d’une dynamique fondamentalement contradictoire au plus intime de celui-ci, à savoir son identité. Cette dynamique se nourrit de l’antagonisme originel entre les deux dimensions de la définition même de l’UDR : force de maintien de l’ordre ou unité militaire ? Cet antagonisme non seulement persiste mais se développe avec le processus de professionnalisation du régiment dans ces deux dimensions. En ce sens, l’UDR a le même problème que l’Armée britannique ; mais la contradiction est encore plus forte car elle est à l’origine même de la création de l’institution.

69La mise en œuvre d’une stratégie de professionnalisation de l’UDR repose à notre avis sur un postulat fondamental : celui de la pertinence d’un « modèle militaire » dans la lutte contre le terrorisme nord-irlandais. Ce postulat est affirmé dès le début du conflit dans l’appel aux forces armées bien sûr, mais aussi dans la distinction que l’on fait des tâches « de nature militaire » et policières, ceci même si l’on ne distingue pas très bien encore aujourd’hui en quoi consiste concrètement cette différence. Le postulat est en permanence confirmé par la réalité du conflit : la police nord-irlandaise n’est à l’évidence pas capable de policer certaines zones du pays. D’autre part, la structure même du conflit a pris dès les premières années un caractères militarisé, dû notamment à l’évolution des forces terroristes, il n’est pas rare d’entendre les militaires parler aujourd’hui de « professionnels » à propos de l’IRA.

70Plus encore, le « modèle militaire » est toujours apparu comme la réponse spécifique aux problèmes de l’UDR en matière d’adaptation à sa tâche de maintien de l’ordre, compte-tenu des caractéristiques particulières de cette organisation. En effet, on l’a vu plus haut, l’UDR posa dès sa création deux problèmes spécifiques : celui des solidarités et celui de l’amateurisme.

  • 26 Ce cadre de comportement au sein de l’Armée britannique s’articule autour de trois éléments-clés : (...)

71Le problème des solidarités est d’ordre à la fois psychologique et moral. C’est le plan des valeurs. Pour des hommes au système de valeurs fortement intégré, l’armée est l’une des rares institutions qui dispose aussi d’un fort système de valeurs et qui est susceptible par là-même de proposer un modèle alternatif d’identification. Ce système de valeurs a ceci d’essentiel qu’il dépasse les clivages politico-ethniques qui constituent précisément la base du système de valeurs nord-irlandais26. En ce sens, le processus de professionnalisation est entendu comme processus de socialisation. Les Britanniques pouvaient ainsi essayer de surmonter cette « faiblesse » de l’UDR en tentant de déplacer l’identification des hommes à leur communauté politique vers leurs chefs militaires, et ainsi vers l’armée, en tant que groupe d’appartenance principal.

  • 27 C’est d’ailleurs le raisonnement que tiennent aujourd’hui nombre de policiers et d’auteurs britann (...)

72La structure militaire, fondée sur la discipline, constitue également un modèle éprouvé d’apprentissage de skills divers, et certaines des qualités développées par l’apprentissage militaire, notamment cette fameuse discipline, semblent parfaitement adaptées au maintien de l’ordre27.

73De cette double justification du bien-fondé du modèle militaire, découlait la stratégie elle-même, qui se développait sur deux lignes, on pourrait dire deux « politiques » : tout d’abord l’acquisition des skill de maintien de l’ordre, qui se présente comme l’adaptation de l’UDR au terrain sur le modèle d’évolution de l’armée dans ce domaine ; mais aussi l’intégration de plus en plus grande au sein de l’armée britannique.

  • 28 Voir à ce sujet l’abondante littérature sur la sociologie des professions, et notamment, en matièr (...)

74L’idée était donc d’obtenir des « professionnels » du maintien de l’ordre. Le processus peut être analysé comme une tentative de réduction des défauts combinée à une utilisation rationnelle des qualités ou points forts de l’UDR, en vue de l’adaptation au terrain et à la tâche. On illustrera cette idée en examinant l’effort fait dans quelques domaines clés, effort qui correspond aux préoccupations examinées plus haut. Afin de former des professionnels, mais aussi de mettre sur pied une organisation professionnelle, l’armée a tenté de combiner l’expérience acquise dans le domaine du maintien de l’ordre avec l’utilisation des caractéristiques et capacités spécifiques de l’UDR. On peut prendre l’exemple de la formation des hommes : dans ce domaine, les efforts se sont portés tout spécialement sur trois critères capitaux qui permettent de mesurer le caractère professionnel ou non d’une activité28, à savoir le recrutement, la discipline, et l’entraînement.

75D’une façon qui peut paraître paradoxale, mais qui s’explique par les caractéristiques spécifiques de l’UDR que nous avons déjà soulignées, l’armée a toujours eu du mal à jouer sur ces dimensions, pourtant cruciales, de la formation. C’est dans ce premier sens que l’on peut mesurer l’échec de la professionnalisation.

Conséquence : la disparition de l’UDR

76L’étude des caractéristiques de l’UDR et de son environnement socio-politique peut faire apparaître la décision de fusion de ce régiment avec celui des Royal Irish Rangers (RIR) comme correspondant à une certaine logique, c’est-à-dire une réponse, quoique tardive, au problème de la professionnalisation de l’UDR. On peut s’interroger cependant sur la portée réelle de cette décision.

L’importance symbolique de la fusion

77Elle est tellement évidente qu’à première vue on est tenté de ne voir qu’elle, c’est-à-dire d’y voir une décision purement symbolique. Le choix des RIR, régiment qui bien que britannique a la particularité de recruter des deux côtés de la frontière entre la République d’Irlande et le Royaume-Uni, a permis aux politiques de déclarer :

  • 29 Lettre d’un fonctionnaire du Northern Ireland Office à l’auteur, 20 janvier 1992.

the new regiment will represent both tradition in Ireland. It is hoped it will draw on the wider recruiting grounds which the Royal Irish Rangers have traditionally enjoyed in Northern Ireland, Great Britain and the Republic of Ireland, and it is hoped there will be more recruits in the minority community in Northern Ireland29.

78Cette importance symbolique est toute entière dans le nom du nouveau régiment devant émerger de cette fusion : le Royal Irish Regiment. La problématique de la sécularisation semble donc retrouver ici une certaine pertinence.

Le sens de la fusion : l’aveu d’un échec

79La fusion a été présentée sous le signe de la « professionnalisation ». D’après le ministère de l’Irlande du Nord,

  • 30 Ibid.

the aim is to create a highly trained, professional force, on an equal standing with all other infantry regiments in the British Army30.

  • 31 Ibid. L’auteur de la lettre parle de highly professional infantry standards.

80Cette idée de professionnalisation prend bien évidemment ici une autre connotation, bien qu’elle paraisse constituer l’aboutissement logique du choix du « modèle militaire ». On parle aujourd’hui de la formation de « bons fantassins »31, et l’on est donc plutôt loin du « devoir civique » de lutte contre le terrorisme dont parlaient Roy Hattersley et Lord Hunt en 1969. Ce changement subtil d’orientation et de définition du professionnalisme procède à notre sens d’un constat : celui de l’échec de l’UDR. La question reste cependant celle de l’interprétation de cet échec par les autorités politiques.

81La question du maintien (pour le moment) de la composante à temps partiel et de son recrutement local nous paraît ainsi être en totale contradiction avec la philosophie de la fusion. Deux interprétations sont possibles : soit la fusion n’a véritablement qu’un caractère symbolique et le statuquo reste la règle. L’échec de l’UDR est alors en quelque sorte vu comme un échec de relations publiques ; ce n’est pas un échec du modèle de maintien de l’ordre. On pourrait même discerner une fonction latente de la nouvelle organisation professionnelle : offrir des débouchés aux personnels « professionnalisés » de l’UDR. Cette dynamique s’intégrerait alors bien dans le contexte affirmé de « rationalisation » des effectifs de l’armée, la réforme du statut de l’UDR faisant partie d’un plan plus vaste du ministère de la Défense.

82La seconde interprétation possible est que l’on est véritablement dans une stratégie de « laïcisation ». Cela implique à terme l’éradication de la composante à temps partiel du RIR et l’oubli du concept à la base de la création de l’UDR, devenu alors une simple parenthèse dans un conflit séculaire.

Notes

1 Ce sont les chiffres officiels, que nous avons recueillis lors d’une interview au quartier général de l’Ulster Defence Régiment en Irlande du Nord (avril 1991).

2 Constitution du 4 octobre 1958, titre premier, « De la souveraineté », article 2.

3 Ibid.

4 Catholic Emancipation Act, 1829.

5 On peut citer à cet égard la formule du Bill of Rights de 1689 qui affirmait « que les sujets protestants peuvent avoir pour leur défense des armes conformes à leur condition et permises par la loi ».

6 Nous sommes de l’avis de Joseph Ruane et Jennifer Todd lorsqu’ils écartent la thèse galvaudée de la « spécificité culturelle » du conflit nord-irlandais au profit d’une approche « structurelle », fondée notamment sur la mise en lumière des irréductibilités communautaires en rapport avec les structures politiques des deux États parties au conflit. Cf. Joseph Ruane et Jennifer Todd, « Why can’t you get along with each other ? Culture, structure, and the Northern Ireland conflict », in Eamonn Hughes (ed.), Culture and Politics in Northern Ireland, Buckingham, Open University Press, 1991, p. 27-43.

7 Les catholiques refusent de parler de l’Ulster et parlent d’Irlande du Nord.

8 On n’est donc pas surpris de lire, sous la plume de Chris Ryder, The Ulster Defence Regiment : an Instrument of Peace ?, Londres, Methuen, 1991, qu’à l’époque des discussions parlementaires sur les modalités de création de la nouvelle force de maintien de l’ordre public, les députés travaillistes (le parti travailliste était alors au pouvoir en Grande-Bretagne) critiquèrent le nom que l’on envisageait de donner au régiment. D’après lui, Eric Heffer demanda notamment « défense contre qui ? l’Irlande du Sud ? ou s’agit-il d’une force de défense intérieure ? ». Kevin McNamara proposait « force de défense de l’Irlande du Nord ». Quant à la député de la circonscription de Mid-Ulster, Bernadette Devlin, elle suggérait « force de défense territoriale », un nom qui n’aurait pas de connotation partisane et qui n’offenserait personne. Lord Hunt lui-même, qui avait été à l’origine de la création de la force (voir Lord Hunt, Report of the Advisory Committee on Police in Northern Ireland, Cmnd 535, Belfast, HMSO, 1969) s’opposa au nom proposé lors du débat à la Chambre des Lords, en soulignant qu’il regrettait « que l’on ait donné à cette force un nom qui est un anathème aux nombreux catholiques qui auraient été disposés à faire leur devoir civique et à s’engager » (Chris Ryder, op. cit., p. 33-34).

9 Leon Radzinowicz, A History of the English Criminal Law and its Administration from 1750, Londres, Stevens & Sons, 1948, volume II, p. 100.

10 Traduction de sectarian. Cet adjectif fait référence au caractère sectaire du conflit dans le sens religieux de l’affrontement de sectes.

11 C’est le cas de l’Ulster Special Constabulary (les « B-Specials »).

12 On peut citer à cet égard l’intervention de Dennis Healey, alors ministre de la Défense, à la Chambre des Communes, à propos des problèmes d’utilisation de l’Armée dans une situation de conflit intérieur : « je voudrais rappeler à la Chambre et au public britannique que les forces armées ont déployé ce type de qualités en de nombreuses occasions à travers le monde durant les vingt dernières années ; la population de ce pays en a trop peu conscience » : cf. Hansard, 13 octobre 1969, Londres, HMSO, 1969.

13 Formation of the Ulster Defence Regiment, Cmnd 4188, Londres, HMSO, 1969.

14 Ce que Samuel Finer appelle the native militia tradition : « State and Nation-building : the Role of the Military », in Charles Tilly (ed.), The Formation of National States in Western Europe, Princeton University Press, 1975, p. 11.

15 Le fils de Ian Paisley, Ian Paisley junior, a rédigé un manifeste de défense des quatre membres de l’UDR qui auraient été injustement condamnés par la justice britannique. Le sigle « UDR 4 » fait référence aux procès ayant permis la remise en liberté de plusieurs groupes d’irlandais catholiques victimes de la justice britannique (les « Guilford 4 » et les « Birmingham 6 »). Voir Ian Paisley jr, Reasonable doubt : The Case for a Re-trial of the UDR 4, Cork & Dublin, The Mercier Press, 1992. Voir aussi Peter Robinson, Hands off the UDR, DUP publications, et « Hands off the UDR », The New Protestant Telegraph, 07-10-1989, p. 1 et 8.

16 Formation of the Ulster Defence Regiment, p. 4.

17 Report of the Advisory Committee on Police in Northern Ireland, Cmnd 535, Belfast, HMSO, 1969. Voir aussi le rapport de la Commission Cameron, Disturbances in Northern Ireland : Report of the Commission appointed by the Governor of Northern Ireland, Cmnd 532, Parlement d’Irlande du Nord, HMSO, 1969. Le rapport Scarman, publié deux ans plus tard, stigmatisa à son tour le comportement des forces de l’ordre : Report of the Tribunal of Inquiry on Violence and Civil Disturbances in Northern Ireland in 1969, Cmnd. 566, Belfast, HMSO, 1972.

18 Enquête auprès de deux bataillons de l’UDR, avril 1991.

19 Présentations internes à l’armée.

20 Si l’on compare la proportion de membres à temps partiel (part-timers ou PT) et de cadres permanents (permanent cadres ou PC) en 1972, au moment où la taille du régiment atteignit son sommet (plus de 9 000 hommes) et l’année précédant sa dissolution (1991), l’évolution est spectaculaire : 8 345 PT contre 844 PC en 1972, 3 088 PT contre 2 955 PC en avril 1991.

21 Tactical Areas, of Responsability.

22 Interviews.

23 Voir John Curtice and Tony Gallagher, « The Northern Irish dimension », in R. Jowell, S. Witherspoon, L. Brook, British Social Attitudes : The 1989 Report, Aldershot, Gower, 1989.

24 Ibid., p. 197.

25 Voir Tony Jeapes, « Stress in battle », British Army Review, 60, Dec. 1980.

26 Ce cadre de comportement au sein de l’Armée britannique s’articule autour de trois éléments-clés : le régiment, la platoon, l’officier.

27 C’est d’ailleurs le raisonnement que tiennent aujourd’hui nombre de policiers et d’auteurs britanniques à propos de la police anglo-galloise. Voir notamment à ce sujet l’ouvrage de P. A. G. Waddington, The Strong Arm of the Law, Oxford, Clarendon Press, 1991.

28 Voir à ce sujet l’abondante littérature sur la sociologie des professions, et notamment, en matière de forces de l’ordre : Norman Greenhill, « Professionalism in the Police service », in David Pope & Norman Weiner (eds), Modern Policing, Londres, Croom Helm, 1981, p. 53-69.

29 Lettre d’un fonctionnaire du Northern Ireland Office à l’auteur, 20 janvier 1992.

30 Ibid.

31 Ibid. L’auteur de la lettre parle de highly professional infantry standards.

Auteur

Université de Toulouse I

© Presses universitaires de Caen, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540