Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sécularisation en Irlande

 | 
Paul Brennan

Voies vers la sécularisation

Les programmes religieux à la radiotélévision nord-irlandaise (BBC) (1924-1992)

Richard Deutsch

Texte intégral

1Résumé : On avance souvent des raisons religieuses pour expliquer le conflit en Irlande du Nord. L’auteur s’interroge donc sur la continuation de programmes religieux à la BBC. Il remonte à la genèse de ces programmes et analyse leur nature. Ils se distinguent, en effet, de ceux du reste du Royaume-Uni. Il pense que la situation est telle qu’il faut poursuivre la diffusion de ces programmes puisqu’ils sont une source de stabilité dans un monde qui change.

2Abstract : Religious reasons have often been advanced to explain the intensity of the conflict in Northern Ireland. Nevertheless the BBC continues broadcasting religious programmes. R. Deutsch studies their origin and analyses the specificity of the religious programmes which are broadcast in the province. He goes on to argue that they are still necessary since they promote traditional values in a changing world.

3En 1947, l’écrivain nord-irlandais W. R. Rodgers décrivait ainsi la population d’Ulster dans son opuscule pour le British Council, The Ulstermen and their Country :

  • 1 W. R. Rodgers, The Ulstermen and Their Country, British Council, 1947.

These characters, Protestants and Catholics are complementary. They make two halves of life. One takes a long view of life, the other a short and roundabout one. One is thoughtful and individual, the other is emotional and communal. It is this diversity and interplay of opposites that makes Ulster life such a rich and fascinating spectacle1.

4La société nord-irlandaise d’aujourd’hui a un besoin aigu des médias et de leurs productions. Cependant, elle possède de remarquables antennes qui lui permettent de distinguer les moindres nuances, exprimées ou non. Diffuser dans ces conditions un programme radio ou télévision quel qu’il soit est une gageure car le mécontentement est assuré... dans tous les cas. On peut se poser la question de savoir pourquoi et comment on produit encore des émissions religieuses à la BBC en Irlande du Nord, alors que la religion n’y a pas toujours bonne presse. Depuis le début des troubles, nombreux sont ceux qui ont accusé la religion, sous toutes ses formes, d’être, en partie voire totalement, responsable de ces derniers. Chaque Nord-Irlandais, chaque Irlandais, chaque Britannique, sans oublier tous les observateurs consciencieux, est capable d’apporter des éléments de preuve à cette affirmation parfois brutale même si la religion n’est qu’un facteur parmi tant d’autres.

  • 2 Philip Elliott, Reporting Northern Ireland : a Study of News in Britain, Ulster, and the Irish Rep (...)
  • 3 Liz Curtis, Ireland, The Propaganda War, Londres, Pluto Press, 1984 : David Miller, Don’t Mention (...)
  • 4 Voir Paul Brennan, « La presse en Irlande », Revue française de civilisation britannique, vol. 1, (...)
  • 5 Rex Cathcart, The Most Contrary Region. The BBC in NI 1924-1984, Belfast, Blackstaff Press, 1984.

5Aujourd’hui les recherches sur les médias irlandais, au nord et au sud, sont en plein essor et se concentrent surtout sur le traitement de la crise par la radio et la télévision2. Les news and current affairs sont déjà bien couverts et les écoles diffèrent, Liz Curtis dans Ireland : The Propaganda War et David Miller dans Dont Mention the War : Northern Ireland, propaganda and the média accusant la BBC (Northern Ireland) de connivence avec Stormont, alors que David Butler dans Ulster Unionism and British Broadcasting Journalism 1924-1989 affirme le contraire3. La presse écrite, elle, reste à analyser4. Il n’y a, à ce jour, qu’un seul ouvrage sur l’histoire de la radio en Ulster, celui de Rex Cathcart sur la BBC. Il ne faudrait pourtant pas oublier qu’il existe aussi une station de télévision privée, Ulster Télévision, ainsi qu’une radio commerciale, DownTown Radio5. Leurs activités n’ont pas encore été étudiées.

6Le domaine de la radiodiffusion des émissions religieuses est lui pratiquement vierge. Les documents anciens, écrits ou sonores, sont plus ou moins bien archivés et l’on doit se fier à la mémoire des uns et des autres. Notre étude se réfère donc à plusieurs rencontres avec les acteurs de la période considérée : anciens directeurs régionaux de la BBC à Belfast, anciens et présents directeurs des services religieux de celle-ci, auditeurs, etc.

  • 6 Richard Deutsch, « L’Éducation en Ulster », Études Irlandaises, 1979, p. 211-224.

7L’enseignement en Irlande du Nord a assuré pendant des décennies une forme de ségrégation mentale et intellectuelle6. Si la fréquentation des églises de toutes confessions est l’affaire de chacun, il n’en est pas de même lorsqu’on allume sa télévision ou sa radio. Certes on peut changer de programme mais on peut aussi se poser la question de savoir pourquoi le bureau régional de la BBC en Ulster, consacre tant de temps, d’argent et d’émissions à ce qui pourrait paraître une source potentielle de conflits.

8Nous examinerons d’abord les conditions de la création du service régional de la BBC à Belfast et les règles imposées au département « religion », puis l’évolution de ce service au cours des années pour terminer par la période contemporaine et l’avenir de cette unité de programmes.

La création du service régional nord-irlandais de la BBC

9La station régionale de la BBC émet pour la première fois en octobre 1924, soit trois ans après la partition de l’île. Le mois suivant, elle diffuse, depuis son studio, son premier service religieux. Dans ces conditions particulières, la Corporation ne pouvait saper les institutions de la nouvelle province. Comme le rappelait en 1977, l’ancien directeur régional, Richard Francis, le service devait refléter

  • 7 Richard Francis, Broadcasting to a Community in Conflict – the Experience in Northern Ireland, lec (...)

the sentiments of the people, who have always maintained unswerving loyalty to British ideals and to British culture. Northern Ireland relies on broadcasting to strengthen its common loyalties with Britain7.

  • 8 Lord John C. W. Reith, Broadcast over Britain, Londres, Hodder & Stoughton, 1924.
  • 9 Cité par Dr. Kenneth Wolf dans Communicating God, un programme réalisé par le Révérend Robert Tosh (...)

10La station de Belfast est fondée, comme toute la BBC, sur la philosophie exposée en 1924 par John Reith, le premier directeur général, dans son ouvrage Broadcast over Britain8. Pour John Reith, la religion est une partie intégrante de la radiodiffusion. Le christianisme doit être national, enthousiaste, constructeur et manly. Il n’était guère intéressé par les différences doctrinales et ne permettait pas qu’elles soient exprimées à l’antenne. C’était un christianisme simple et presque parfait9. Réaliste, il constatera rapidement que les églises n’accordent pas beaucoup d’intérêt à ce nouveau médium. Dans Broadcast over Britain, il décrit le genre d’émission religieuse qu’il souhaite ainsi que les effets attendus :

  • 10 Lord John C. W. Reith, op. cit.

Perhaps we simply decided the Christian religion was or should be non controversial. The Christianity which is broadcast is unassociated with any particular creed or denomination. It is such that all except the hypercritical or the extreme may hear not only without offense but with approval and profit. It is a thorough going, optimistic and manly religion. There is no telling the effect when the lamps are lit before the Lord and the message and the music of Eternity moves from the infinity of the ether filling the whole earth with the glory of them as once there appeared a glory in a cloud and a spirit moving upon the face of the waters10.

11A Belfast, on est aussi réaliste que pratique. La poste (GPO), alors en charge de la BBC, donne des instructions précises au premier directeur général :

  • 11 Cité par Rex Cathcart dans Communicating God.

there must be no controversial form of broadcasting in religion whatsoever11.

  • 12 En 1965, les balançoires des jardins publics étaient cadenassées le jour du Seigneur et mon voisin (...)
  • 13 Rex Cathcart, op. cit., p. 29-30.

12Au début, le personnel de la station n’était pas nord-irlandais, mais métropolitain, appréhendant assez mal les subtilités régionales et la culture locale si particulière. Il se montrait donc très prudent, ne diffusant, par exemple, aucune émission religieuse le dimanche12 ! Cette situation ne changea qu’à la suite d’une série de questions au Parlement et, à la fin de 1924, le premier service religieux fut diffusé le jour du Seigneur13.

13La philosophie de J. Reith tendait à créer une identité collective qui surpasse les facteurs de division potentiels que sont la classe, le sexe, la politique et la religion. Ce qui fait dire au chercheur Martin McLoone :

  • 14 Martin McLoone (éd.), Culture, Identity & Broadcasting in Ireland. Local Issues, Global Perspectiv (...)

the public service broadcasting has always operated a form of masking, forging links denying (or at least playing down ) difference14.

  • 15 Ibid., p. 18. M. McLoone critique ainsi les interventions à l’antenne de l’Alliance Party et du Wo (...)
  • 16 Richard Deutsch. « Irlande du Nord : Information », Études Irlandaises, X, décembre 1985, p. 348-3 (...)
  • 17 Richard Deutsch, « The UK Ban on News of October 19, 1988 », Études Irlandaises, XV-1, juin 1990, (...)

14Si l’on comprend les bases du raisonnement de Reith comme la création d’une radio pour un pays démocratique où les problèmes se résolvent devant le Parlement, la radiodiffusion ne peut être réalisée qu’avec une notion de consensus ou de dénominateur commun. Cette notion de consensus est contradictoire car elle implique, pour les médias, à la fois une indépendance vis-à-vis du gouvernement et de l’économie de marché et, au nom de l’impartialité et de la représentation de toutes les sections de la société, une plate-forme pour toutes les minorités ou les formes de dissidence qu’elle aurait dû ignorer15. C’était le principe, mais la BBC en Irlande du Nord, étant donné le contexte politique et social, a renoncé à suivre le modèle britannique du réseau qui se mettait en place. Elle a d’abord promu la politique gouvernementale et la culture Unioniste pour finir par se présenter comme un intermédiaire sincère (honest broker) entre les deux factions/communautés, en espérant que « le bon » l’emporterait sur « le mauvais ». Ce qui l’a conduit à une politique un peu erratique avec des rebellions mémorables. Comme lors de la première grève nationale de la Corporation, en 1985, suite à la censure imposée au programme de télévision nord-irlandais Real Lives – qui sera diffusé ultérieurement après modifications16. Geste qui honore la profession mais qui sans aucun doute a conduit le gouvernement conservateur de Margaret Thatcher, lorsqu’il a constaté qu’il ne contrôlait plus les salles de rédaction, à appliquer l’interdiction d’antenne (tv and radio ban) en 198817.

  • 18 David Butler, op. cit., p. 103.

15La déontologie journalistique de l’impartialité « à la BBC », qui est tant enviée par les journalistes français, est aujourd’hui fort critiquée en Grande-Bretagne et surtout en Irlande du Nord par les universitaires. Présenter un point de vue de deux façons opposées reste réducteur et simpliste, affirment-ils. Dans son remarquable article « Ulster Unionism and British Broadcasting Journalism 1924-1989 », David Butler n’hésite pas à parler de balanced sectarianism lorsqu’il examine cette méthode18.

16En 1977, Richard Francis, directeur général de la BBC en Ulster, a codifié pour la première fois l’attitude spécifique de la Corporation en Irlande du Nord pendant les troubles :

  • 19 Richard Francis, op. cit., p. 12.

the BBC’s credibility depends more on impartiality than balance, and our responsibility lies as much in reflecting the significant voices of the people, including subversives, as in sustaining institutions not wholly accepted19.

  • 20 Lord Hill, Behind the Screen, Londres, Sidwick & Jackson, 1974.

17Trois ans auparavant, Lord Hill, ancien directeur général de toute la BBC, avait publié dans ses mémoires, la lettre qu’il avait adressée sur ce même sujet de l’impartialité au ministre de l’Intérieur, Reginald Maudling, en 197120:

  • 21 Cité par P. Schlesinger, Putting Reality Together, Londres, Constable, 1978, p. 212.

We see it as our over-riding responsibility to report the scene as it is, in all its tragedy, to all the people of the United Kingdom. We do not side with the Catholics or the Protestants. The BBC and its staff abhor the terrorism of the IRA and report their campaign of murder with revulsion...
In short, as between the government and the opposition, as between the two communities in Northern Ireland, the BBC has a duty to be impartial no less than in the rest of the United Kingdom. But, as between the British army and the gunmen the BBC is not and cannot be impartial21.

  • 22 Situation qui changera radicalement avec les cessez-le-feu de 1994.

18On peut dire qu’en 1992 le débat s’est enfin installé sur les ondes irlandaises de l’île et du service public, en particulier celui de la BBC qui refuse de prendre position pour l’un ou l’autre camp. Se présentant comme le bon sens, séculier et libéral, situé sur un mythique middle-ground, il est aussi allergique au nationalisme qu’à l’unionisme. Il se retrouve ainsi en position d’avant-garde, proposant une analyse du conflit éloignée du fameux consensus, et guère partagée par les auditeurs22. Il faut aussi reconnaître que l’absence de tout forum politique au Nord, pendant de nombreuses années, ainsi que d’une tradition de débat démocratique ne peut que placer le service public dans une position unique : prêcher la réconciliation ! Et ce dans tous ses programmes. On assiste à une sorte de power-sharing verbal sur les ondes du service public : une émission comme Talk Back est un forum d’une rare expression directe où le consensus disparaît au profit d’un dissensus net. Les auditeurs nord-irlandais y expriment, sans détour, leur point de vue sur tous les aspects de la province, présentés ou non par la Corporation. Après l’écoute de plusieurs émissions de Talk Back, on ne peut que constater l’évidente et douloureuse fracture de la société nord-irlandaise.

19Ici, une parenthèse pratique s’impose. Il est facile de critiquer et d’analyser, il est plus difficile de faire des programmes radio qui ne suscitent pas lettres d’insultes et appels téléphoniques discourtois. La BBC à Belfast reçoit en moyenne plus d’appels et de courrier que toutes les autres stations régionales. Et les employés du service religieux de citer cette manifestation de satisfaction extraite d’une lettre d’auditrice suite à la retransmission d’un service et d’un sermon d’une des églises les moins entendues à l’antenne :

it was like a breath of God himself and not the usual rubbish about loving your neighbour !

L’évolution

20Un Religious Advisory Committee fut établi avec des représentants de différentes obédiences. Il apparut rapidement, de façon évidente, que l’Église catholique, mal à l’aise dans le nouvel État crée en 1921, n’allait pas coopérer. Ses raisons étaient les suivantes :

  • la BBC se présentait comme « un médium d’amusement (entertainment) ne diffusant que de la musique le soir »,
  • le clergé catholique ne voulait pas participer aux institutions britanniques mises en place en Irlande du Nord.
  • 23 Cite par Rex Cathcart dans Communicating God.

21Enfin, cette attitude de refus s’appliquait à Belfast mais aussi à la jeune radio de Dublin23.

22Il faudra un certain temps pour persuader les autorités catholiques de participer aux émissions religieuses de la BBC diffusées depuis Belfast et à celles de la RTE depuis Dublin. Des manœuvres d’approche délicates furent effectuées pour obtenir la coopération des catholiques avec la BBC. En 1932, Sir Gerald Beadle, responsable de la BBC à Belfast, rend visite au Primat catholique à Armagh pour discuter avec lui des émissions proposées sur le Congrès Eucharistique, qui devait commémorer le 1 500e anniversaire de la mission de St Patrick en Irlande. Sir Gerald Beadle se souvient d’une partie de l’entretien qu’il eut alors avec le Cardinal :

  • 24 Ibid.

I remember saying one thing to him : “I wish you would appear yourself some time on the air”. He said : “You would let me without censoring me ?” “Of course”, I said24.

23Ce n’est que vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1944, que le clergé catholique accepte de participer au Religious Advisory Committee de la BBC. A cette époque, la radio est fermement installée au nord et au sud de l’île et joue un rôle important dans la vie quotidienne des Irlandais. Au sud, elle sert à mythifier l’indépendance irlandaise. La hiérarchie catholique ainsi que les autres églises n’hésitent plus à utiliser cet utile moyen de communication dans toute l’île.

24En 1944, une directive maladroite de la BBC retenait encore l’Église catholique : tout sermon ou toute déclaration devait être supervisé par l’archevêque de Westminster. Le prélat ne fit aucune difficulté pour annuler cette prérogative et Monseigneur Ryan se joignit au Religious Advisory Committee à la fin de l’année.

25Pendant les années trente et quarante, la politique du directeur régional de la BBC, G. L. Marshall, était de

  • 25 Ibid.

keep an iron grip on all local news and allow nothing to go out which suggested that anything in Northern Ireland could or would ever change25.

26Pendant cette époque, le directeur régional était devenu

  • 26 Anthony Smith, « Television coverage of Northern Ireland », Index on Censorship. Summer 1972, p. 1 (...)

a kind of censor over the whole of the BBC’s output from London (concerning Irish matters) both in its domestic and overseas services, and naturally this tended to give a Unionist tinge to anything that came out26.

  • 27 Révérend Robert Tosh, entretien avec l’auteur à Belfast le 9 avril 1992.

27A Belfast, la diffusion des programmes religieux suscitait quelques mécontentements. Les Presbytériens se plaignaient que les Anglicans de Grande-Bretagne avaient plus d’heures d’antenne qu’eux. Aussi on diffusa plus de services en provenance d’Ecosse ainsi que des services catholiques de la métropole. Le Religious Advisory Committee décida de répartir équitablement le temps d’antenne local entre toutes les confessions. Et, à la fin des années quarante, il ne semble pas que les différentes églises aient manifesté à la suite de cette décision27.

28Avec le temps et les différentes personnalités à la tête du Religious Department, les programmes s’améliorent. En 1951. Robert Crosset est nommé responsable du service. Ce pasteur presbytérien et ancien aumônier aux armées avait organisé les services de radiodiffusion dans la partie occupée de l’Allemagne. En 1955, un autre presbytérien, Moore Wasson, Religious Organiser, multiplia la quantité d’émissions diffusées et élargit singulièrement leurs champs d’intervention. Il supervisa aussi la diffusion des premières émissions religieuses à la télévision. L’ensemble de ces programmes était retransmis sur tout le réseau du Royaume-Uni. Comme Lift Up your Hearts, prédécesseur de l’émission Thought for the Day.

29Les auditeurs n’hésitaient pas à exprimer leurs opinions : jusqu’à cinq cents lettres à la fois, de tous les coins du royaume et de toutes les religions, arrivaient alors à Belfast. Ce qui a permis aux producteurs de mieux comprendre et de mieux servir le public. Mais la retransmission de services religieux, le plus souvent le dimanche matin avec une autre le dimanche soir, restait l’aspect fondamental de ce service radio.

30Moore Watson reconnaît qu’il y avait peu de services catholiques et qu’on lui avait recommandé

not to be too active to change a situation which was, according to the BBC, pleasing everyone.

  • 28 Cité par Moore Wasson dans Communicating God.
  • 29 Il quittera l’Église catholique en 1975.

31Il ne respecta pas ce statu quo et augmenta sensiblement le nombre des émissions réservées aux catholiques. Pour respecter la charte et les diverses traditions, ajoute-t-il28. Le père Desmond Wilson commença à participer à ces programmes à la fin des années 50 ; il donne son avis sur les réactions des auditeurs qui regardaient ou écoutaient des services d’autres confessions29 :

  • 30 Cité par Desmond Wilson dans Communicating God.

The biggest thing I think was letting the people see what other people worship was like, it was amazing how isolated everybody was and all of a sudden now, you found that people were able to listen to what other people were saying and of course when television came they were able to see religious worship and they were amazed at the beauty of it... I remember there were great crises of conscience : “Is this right that we should listen to or watch other services”... It opened up a whole new world to people and that was great30.

  • 31 Dont Rex Cathcart dans Communicating Cod.

32Cependant l’Ulster restait une communauté divisée de façon rigide par la religion et jusqu’après la Seconde Guerre mondiale la BBC a totalement ignoré cette fracture en prétendant même qu’elle n’existait pas, affirment plusieurs chercheurs31. D’après eux et d’après d’anciens employés, ce n’est que dans les années cinquante qu’une nouvelle attitude a vu le jour à la BBC, cherchant à instaurer un dialogue dans la société nord-irlandaise. Rex Cathcart définit cette approche ainsi :

  • 32 Ibid.

The emphasis was on positive aspects and therefore there was little attempt to explore that which divided. That in religious terms was pursued very systematically right through into the early sixties and it was some times, indeed almost immediately before the outbreak of these troubles, before it was conceived as possible to explore the differences... on radio and television here32.

33« Accentuer le positif » devient la nouvelle directive de la BBC à Belfast. Le père Desmond Wilson et le révérend Jack Withers, deux des participants les plus réguliers aux émissions religieuses de cette période, étaient conscients des limites de cette approche :

  • 33 Cite par Desmond Wilson dans Communicating God.

I always felt it tried to acknowledge that there were differences but say that they were not all that great after all... It was not a falsification but it was hardly a true picture, it did not give any idea of the passion, the hatred and the fear that existed in the streets of Belfast. In fact the biggest thing in Belfast at that time, in the fifties and the sixties was fear, people were desperately afraid. The religious broadcasting was bland, it did not reflect that, so that I think, all right, it minimised the real difficulties and therefore could never succeed in coming to grip with them but sure everybody else was doing that, how could religious broadcasters hope to be any different33.

34Pour Jack Withers le danger était différent :

  • 34 Cite par Jack Withers dans Communicating God.

I think there was always the danger of having some kind of BBC religion not being Presbyterian or Catholic or whatever, you didn’t want to hurt anybody, you didn’t want to specialise on your own particular contributions to theology... I think as time went on we settled down, we realised each denomination had its own gospel to preach in its own way34.

35Pour un autre participant, Donald Cairns, cette neutralité était due au désir de n’offenser personne :

  • 35 Cite par Donald Cairns dans Communicating God.

... perhaps we have bent over backwards not to offend anybody, may be if we had been a little bit more outspoken, I know the BBC doesn’t encourage people to criticise others but I think there is a happy medium35.

36Pour Moore Wasson, personne n’osait engager ou créer de controverse :

  • 36 Cite par Moore Wasson dans Communicating God.

In the fifties, there were one set of clerics and laymen too who did not want to take part in live discussions because they really honestly thought these wicked chairmen and interviews of the BBC would be making them say things that they did not mean to say. And then there was another set who would not say anything and any way they were always looking over their shoulders to see who was behind them, and of course this is perhaps understandable and we really did never make a breakthrough. We had our own troubles of course with the management up until 1962 and I think the first breakthrough was really in 196236.

  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid.

37La BBC et les églises ne pouvaient pas considérer du même œil cette interdiction de « créer la controverse, d’engendrer le débat ». Quand elle fut abolie en 1928, les églises insistèrent pour qu’elle soit conservée en matière religieuse. Ce n’est que dans les années cinquante que le principe même du débat fut accepté pour les émissions religieuses mais ce ne fut guère encouragé par la direction de la BBC de Belfast qui refusait, sans appel, tout débat impliquant catholiques et protestants dans un même studio37 ! L’argument avancé étant : it would cause perhaps more trouble and distress38.

  • 39 Cite par Desmond Wilson dans Communicating God.

38Si l’on trouve de nombreuses personnes prêtes à défendre les programmes religieux de cette époque, le père Desmond Wilson ne se range pas parmi elles. Pour lui, ces émissions soulignèrent l’incapacité des clergés concernés à s’entendre et surtout leur impuissance à fournir des réponses aux problèmes contemporains et immédiats. Le chômage, la pauvreté, les injustices de tous genres n’étaient jamais mentionnés. Pour D. Wilson, le clergé parlait alors comme les politiciens du moment et ce fut, d’après lui, a terrible disappointment for the listeners and the viewers39.

39Donald Cairns est plus indulgent :

  • 40 Cité par Donald Cairns dans Communicating God.

I think on the whole religious broadcasting has done very well which is not to say it’s been a complete success... So in a sense you could say that broadcasting had failed to get its message across, on the other hand I think there must be an enormous number of people who respect what they hear on the radio and profit by it, are comforted by it and that’s an important point40.

40Mais accuser d’échec le service religieux de la BBC, si l’on considère les troubles aujourd’hui, est peut-être excessif. N’est-ce pas demander aux journalistes et au clergé qui réalisent ces émissions d’agir à la place de la société toute entière ? Le père D. Wilson, avec lucidité, retrouve une certaine perspective sur le médium et ses programmes :

  • 41 Cité par Desmond Wilson dans Communicating God.

I always thought that broadcasting simply reflected the kind of society you lived in, it didn’t change it, in the early days, in 1950s it was a common place for people to say : “Oh if St Paul had had broadcasting would he have used it ?” Of course he would, it’s only years later that we realised that it was not all that great as a changer of society... people were going to change society, and they were to talk about it on the radio or on television but the fact of radio and television itself was not going to make any fundamental changes41.

41En 1975, comme en 1959 avec l’inauguration d’Ulster Television, le service régional de la BBC a dû faire face à la concurrence, avec l’arrivée d’une radio commerciale, DownTown Radio. Pour cela elle créa Radio Ulster, une radio locale représentant un « décrochage » de près de douze heures par jour sur la fréquence de Radio 4. Cette nouvelle plage horaire a servi en grande partie aux producteurs locaux et notamment au service religieux.

Aujourd’hui et l’avenir

  • 42 Eric Gallagher, « The Faith and its forms in times of strife », in Alan J. Ward (ed.), Northern Ir (...)
  • 43 Depuis le début des troubles les représentants des différentes Églises irlandaises se réunissent, (...)

42Les rapports d’écoute, les Nielsen, ne montrent qu’un léger déclin au cours des dernières années pour ces programmes religieux. Il n’est pourtant guère facile d’appliquer la devise de la BBC Nation shall speak peace unto nation dans une province divisée où le conflit a fait plus de trois mille morts. Les églises, en tout cas certaines, ont reconnu leur échec partiel42. Malgré leurs nombreux efforts, leurs déclarations et leurs prières communes, leurs rapports et les réunions annuelles de Ballymascanlon, elles semblent décalées par rapport à la violence quotidienne. Leurs louables tentatives d’œcuménisme laissent souvent les paroissiens indifférents ou parfois très hostiles43.

43Une autre question se pose : la religion a-t-elle encore la même crédibilité après trente années de violence et d’atrocité ? Seule une enquête menée auprès d’un large échantillon de la population pourrait y répondre. Le service religieux de la BBC se doit de refléter tout cela et il le fait avec plus ou moins de succès. Quelle place doit-on accorder à la haine, à la violence, à l’amertume, au chagrin, à la bigoterie ? Comment engendrer un climat de réconciliation ?

  • 44 Entretien avec l’auteur à Belfast le 9 avril 1992.

44Si la plupart des églises protestantes sont également représentées, les sous divisions (certaines ne sont que des sectes) n’ont pas toujours voix au chapitre autant qu’elles le souhaiteraient, reconnaît le révérend Robert Tosh, l’actuel rédacteur en chef du service religieux44. Le révérend Paisley et d’autres fondamentalistes se plaignent de ne pas avoir l’antenne tous les jours. Ils veulent non pas faire connaître leur église ou faire diffuser un service mais prêcher de façon virulente sur le thème : « Rejoignez-nous sinon vous irez droit en enfer ! » Une approche directe et brutale, fondée sur la peur, qui rebute la BBC.

  • 45 Le TV et Radio Broadcast Ban fut supprimé le 16 septembre 1994 par John Major.
  • 46 La seule, à ma connaissance, en Europe de l’Ouest.

45Chaque matin et cinq jours par semaine, le programme local de news and current affairs, Good Morning, Ulster sur Radio Ulster, comporte des interventions de ministres du culte nord-irlandais dans Thoughtfor the day. Le dimanche débute par un service religieux qui est suivi, depuis 1982, par Sunday Séquence, une émission religieuse de current affairs d’une heure vingt. Les thèmes les plus variés y sont abordés : les ministres du culte doivent-ils se présenter aux élections ?, les catholiques et le sexe, etc. Avant l’introduction, en octobre 1988, de l’interdiction d’antenne des membres de certaines organisations, Gerry Adams, président du Sinn Féin, avait participé à un débat sur « violence et morale »45. Le jour du Seigneur accueille aussi Songs of Praise et une émission de chants religieux à la demande des auditeurs46.

46Les auditeurs sont aussi informés de tous les congrès annuels des différentes églises, des débats sont organisés sur les sujets brûlants de l’actualité entre hommes d’église et laïques et de nombreux « le téléphone sonne » (phone in) permettent à chacun de participer. La partie la plus œcuménique de ces émissions s’exprimant dans les services religieux et les programmes musicaux.

47Lorsque les interdictions ou les directives ne viennent pas freiner les ardeurs des producteurs et des religieux, il reste à faire face aux silences lourds de sens des uns et au langage codé des autres. Nombreuses sont les personnes interviewées qui, avant l’enregistrement de leurs propos, parlent librement de l’intimidation, de la discrimination, de la violence, du harcèlement, de leurs doutes ou de leur reniement de la foi. Une fois le micro ouvert, le contenu devient diplomatique, édulcoré et presque anodin. Il s’agit alors, comme toujours, de n’offenser personne, d’éviter d’éventuelles représailles. On peut les juger durement et souligner leur absence de courage, mais il faut vivre sur place pour se rendre compte que parler peut, parfois, tuer. Pour certains producteurs, journalistes et ministres du culte, la « sténographie » que représente l’expression The two traditions est réductrice. Ils avancent, non sans arguments valables, qu’il y a, en fait, autant de traditions que de localités et de communautés, celle de Ballymena étant différente de celle de Cookstown et celle de Newry apparemment incompatible avec celle d’Armagh...

48Les programmes doivent aussi s’adapter à la lente sécularisation de l’Irlande du Nord : les églises sont moins remplies, la participation sociale à la paroisse est moins active et les anciennes valeurs « bafouées » (de plus en plus de mères célibataires, par exemple). Le conservatisme irlandais a plus considérablement ralenti le changement au Nord qu’au Sud, pour deux raisons : d’une part, les églises étaient le symbole de la stabilité dans une société déstructurée et, d’autre part, elles donnaient une identité à ceux qui se sentaient menacés par les changements.

  • 47 Cité par P. Schlesinger, op. cit., p. 221.
  • 48 Duncan Morrow, The Churches & Inter-Community Relationships, University of Ulster, Centre for the (...)
  • 49 Martin McLoone (éd.), op. cit.

49On pourrait aussi examiner la composition de l’équipe qui réalise les émissions religieuses : des religieux de toutes obédiences, des employés à plein temps, des catholiques, des protestants, des agnostiques. Une équipe plus variée que la salle de rédaction de la news room de 1969 où à Belfast, à l’exception d’un catholique, tous les journalistes étaient protestants47. Dans une société aussi pénétrée de religion que l’est celle d’Irlande du Nord – comme le montrent les remarquables travaux de Duncan Morrow dans The Churches & Inter-Community Relationships48 – les émissions religieuses sont une nécessité. D’une certaine façon et avec toutes les imperfections examinées, elles continuent de jouer un certain rôle de soupape de sécurité. Elles font partie de la mémoire et des traditions culturelles. Ce n’est pas un hasard d’ailleurs si un des plus récents groupes de réflexion nord-irlandais, The Cultural Traditions Group, s’est penché sur Culture, Identity & Broadcasting in Ireland49. Ce qui surprend le visiteur et le chercheur en Irlande reste cette ténacité sincère dans les croyances religieuses, véritable refuge et rempart contre les autres et le monde moderne. En tout cas et jusqu’à présent, le service public nord-irlandais n’a pas accordé aux émissions religieuses la place qu’elles connaissent aux États-Unis, mais il est vrai, là-bas, sur des chaînes privées.

50Un autre point mérite considération : alors que depuis quelques années les coupes claires frappent durement tous les secteurs de la BBC, en métropole comme à Belfast, les émissions religieuses ne sont pas touchées. Est-ce un signe des temps ?

  • 50 Richard Deutsch, « Radio Foyle, une radio communautaire », Études Irlandaises, XII-2, 1987, p. 201 (...)

51La société nord-irlandaise est en pleine mutation, le Professeur Seamus Dunn a noté qu’elle avait même atteint an advanced stage of reconstruction. Le philosophe irlandais, Richard Kearney, parle lui de crise d’identité. Elle est plus critique et plus attentive et pose, se pose, des questions. Sa laïcisation lente mais inévitable, que certains attribuent à l’influence des médias audiovisuels, à un meilleur niveau de vie et au Marché Commun, ne diluera peut-être pas complètement les émissions religieuses. Il est difficile, à l’heure actuelle, de concevoir leur disparition. En tout cas, cela ne paraît pas souhaitable dans le cadre d’une évolution plus harmonieuse des relations intercommunautaires. Il semble qu’un développement des radios locales communautaires comme Radio Foyle soit une meilleure approche50. A la limite ce n’est pas tant ce qui se dit à l’antenne qui compte mais le fait que les participants se rencontrent dans un même studio et, qu’hors antenne, ils nouent des contacts.

Notes

1 W. R. Rodgers, The Ulstermen and Their Country, British Council, 1947.

2 Philip Elliott, Reporting Northern Ireland : a Study of News in Britain, Ulster, and the Irish Republic, University of Leicester, Centre for Mass Communication Research, 1976.

3 Liz Curtis, Ireland, The Propaganda War, Londres, Pluto Press, 1984 : David Miller, Don’t Mention the War : Northern Ireland, Propaganda and the Media, Londres, Pluto Press, 1994 ; David Butler, « Ulster Unionism and British Broadcasting Journalism 1924-1989 », in Bill Rolston (ed.), The Media and Northern Ireland, Londres. Macmillan. 1991.

4 Voir Paul Brennan, « La presse en Irlande », Revue française de civilisation britannique, vol. 1, n° 3.

5 Rex Cathcart, The Most Contrary Region. The BBC in NI 1924-1984, Belfast, Blackstaff Press, 1984.

6 Richard Deutsch, « L’Éducation en Ulster », Études Irlandaises, 1979, p. 211-224.

7 Richard Francis, Broadcasting to a Community in Conflict – the Experience in Northern Ireland, lecture at the Royal Institute of International Affairs, 22 février 1977, p. 7.

8 Lord John C. W. Reith, Broadcast over Britain, Londres, Hodder & Stoughton, 1924.

9 Cité par Dr. Kenneth Wolf dans Communicating God, un programme réalisé par le Révérend Robert Tosh et diffusé le 20 octobre 1984 sur le réseau régional nord-irlandais dans le cadre de 60 years of religious broadcasting in Northern Ireland.

10 Lord John C. W. Reith, op. cit.

11 Cité par Rex Cathcart dans Communicating God.

12 En 1965, les balançoires des jardins publics étaient cadenassées le jour du Seigneur et mon voisin écrasa rageusement le transistor que son fils de 15 ans avait eu le malheur d’allumer ce jour-là.

13 Rex Cathcart, op. cit., p. 29-30.

14 Martin McLoone (éd.), Culture, Identity & Broadcasting in Ireland. Local Issues, Global Perspectives, Belfast, Institute of Irish Studies, 1991, p. 10.

15 Ibid., p. 18. M. McLoone critique ainsi les interventions à l’antenne de l’Alliance Party et du Workers‘ Party.

16 Richard Deutsch. « Irlande du Nord : Information », Études Irlandaises, X, décembre 1985, p. 348-350.

17 Richard Deutsch, « The UK Ban on News of October 19, 1988 », Études Irlandaises, XV-1, juin 1990, p. 153-161.

18 David Butler, op. cit., p. 103.

19 Richard Francis, op. cit., p. 12.

20 Lord Hill, Behind the Screen, Londres, Sidwick & Jackson, 1974.

21 Cité par P. Schlesinger, Putting Reality Together, Londres, Constable, 1978, p. 212.

22 Situation qui changera radicalement avec les cessez-le-feu de 1994.

23 Cite par Rex Cathcart dans Communicating God.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Anthony Smith, « Television coverage of Northern Ireland », Index on Censorship. Summer 1972, p. 15-32.

27 Révérend Robert Tosh, entretien avec l’auteur à Belfast le 9 avril 1992.

28 Cité par Moore Wasson dans Communicating God.

29 Il quittera l’Église catholique en 1975.

30 Cité par Desmond Wilson dans Communicating God.

31 Dont Rex Cathcart dans Communicating Cod.

32 Ibid.

33 Cite par Desmond Wilson dans Communicating God.

34 Cite par Jack Withers dans Communicating God.

35 Cite par Donald Cairns dans Communicating God.

36 Cite par Moore Wasson dans Communicating God.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 Cite par Desmond Wilson dans Communicating God.

40 Cité par Donald Cairns dans Communicating God.

41 Cité par Desmond Wilson dans Communicating God.

42 Eric Gallagher, « The Faith and its forms in times of strife », in Alan J. Ward (ed.), Northern Ireland. Living with the Crisis, Londres, Aldwych Press, 1987. En 1996, on commence à connaître les divers acteurs qui ont permis les cessez-le feu de 1994 en Irlande du Nord : les dignitaires des Églises catholique et protestante y tiennent une place très honorable. Cf. T. P. Coogan, The Troubles, Ireland’s Ordeal 1966-1995 and the Search for Peace, Londres, Hutchinson, 1995.

43 Depuis le début des troubles les représentants des différentes Églises irlandaises se réunissent, chaque année, dans un hôtel de cette petite bourgade de la République d’Irlande pour un échange de points de vue.

44 Entretien avec l’auteur à Belfast le 9 avril 1992.

45 Le TV et Radio Broadcast Ban fut supprimé le 16 septembre 1994 par John Major.

46 La seule, à ma connaissance, en Europe de l’Ouest.

47 Cité par P. Schlesinger, op. cit., p. 221.

48 Duncan Morrow, The Churches & Inter-Community Relationships, University of Ulster, Centre for the Study of Conflict, 1991.

49 Martin McLoone (éd.), op. cit.

50 Richard Deutsch, « Radio Foyle, une radio communautaire », Études Irlandaises, XII-2, 1987, p. 201-208.

Auteur

Université de Rennes II

© Presses universitaires de Caen, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540