Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entrelacs franco-irlandais

 | 
Paul Brennan
, 
Michael O’Dea

Mémoire et imaginaire

Le papier-monnaie français, les Lumières irlandaises, et le romantisme anglais

Kevin Barry
Traduction de A.C. Lobo, K. Bigand et M. O’Dea

Texte intégral

Avilissons l’or et l’argent, traînons dans la boue ces dieux de la monarchie.
Joseph Fouché, octobre 1793

1Cette étude se propose d’explorer par les marges quelques relations entre la France, l’Irlande et la Grande-Bretagne à la fin du xviiie siècle. Ces relations lient ensemble les innovations en matière de système bancaire et de moyens d’échange, des conflits au sein des idéologies de la vertu républicaine, ainsi que des révolutions en termes de pratiques esthétiques. Le recours au papier-monnaie pour faire jour à l’innovation transformatrice, dans les colonies américaines et dans la France révolutionnaire, suscita un débat profond au xviiie siècle. Les deux points extrêmes de ce débat se trouvent, d’une part, dans The Querist de George Berkeley, et d’autre part dans les Considérations sur la Révolution française d’Edmund Burke. Je vais ici avancer que ce débat, qui s’amplifia dans le Londres de 1797, peut en partie rendre compte de l’invention du romantisme anglais.

  • 1 W. Cobbett, Paper against Gold : containing the history and mystery of the Bank of England, the Fu (...)
  • 2 Sir J. Clapham, The Bank of England : a history, 2 vol., t. I, Cambridge, Cambridge University Pre (...)

2On dit que l’empereur Auguste trouva une Rome de pierre et laissa à sa mort une Rome de marbre. On dit que William Pitt, Premier ministre à la fin du xviiie siècle, trouva une Angleterre d’or et laissa une nation de papier1. On en conclut généralement que la comparaison n’est pas à l’avantage de Pitt. L’Angleterre, en guerre contre la France, avait connu une brusque peur de l’invasion, ce qui avait entraîné une véritable ruée sur sa banque. Une flotte française, commandée par le général Hoche, avait fait son apparition au large du sud-ouest de l’Irlande, à la Noël 1796. Deux mois plus tard, on apprit que la « vile attaque » que Pitt avait prévue s’était matérialisée : une frégate française avait débarqué une poignée d’hommes à Fishguard. Dans ce climat d’affolement, les réserves des banques du pays et de la Banque d’Angleterre furent lourdement entamées. Le matin du dimanche 26 février 1797, Pitt fit prendre un décret demandant à la Banque d’Angleterre de faire ce que celle-ci même avait souhaité que Pitt lui demande : suspendre les paiements en espèces2.

  • 3 Y. Beresiner et C. Narbeth, The Story of Paper Money, Newton Abbot, David and Charles, 1973,

3Avant février 1797, un billet émis par la Banque d’Angleterre, ou par n’importe laquelle des nombreuses banques indépendantes du pays, pouvait être présenté à la Banque d’Angleterre et être immédiatement échangé contre des espèces, c’est-à-dire contre des pièces d’or ou d’argent. Le billet, un objet sans valeur intrinsèque, pouvait être instantanément remplacé par des métaux à valeur intrinsèque, d’un poids et d’une pureté précis et déterminés. Après le 26 février 1797, par décret, ce billet ne pouvait plus être présenté à la Banque pour y être échangé contre du métal précieux sous quelque forme que ce soit. À partir de cette date, et jusqu’en 1821, la Banque allait remettre du papier en échange du papier. La promesse de paiement, inscrite sur le billet, se transformait en promesse de payer les promesses avec des promesses. Les remises d’espèces furent restaurées en 1821 ; après une autre crise dans l’hiver 1825-1826, le billet d’une livre fut aboli, pour n’être réintroduit qu’en 19283.

  • 4 « A currency, to be perfect, should be absolutely invariable in value ».
  • 5 « At a minute’s notice, and at the pleasure of the holder ».
  • 6 « As long as the state of things remains indefinite ».
  • 7 J.K. Galbraith, Money : whence it came, and where it went, Boston, Houghton Mifflin, 1975, p. 37 ; (...)

4Cette période de restriction bancaire suscita une intense querelle pamphlétaire dans la période qui suivit immédiatement février 1797, puis dans celle qui suivit les débats et recommandations du Bullion Committee (Comité sur les réserves en métaux précieux) de 1811, le débat le plus célèbre sur l’argent et la définition de son usage. Le Bullion Committee recommanda de restaurer la convertibilité des billets en métal, dans la pratique la convertibilité en or. Le gouvernement, toujours en guerre contre la France, rejeta les recommandations du Comité, du moins à moyen terme. Le Comité définit quelques théories, désormais classiques, de l’orthodoxie économique : que l’inflation dépend de la quantité d’argent en circulation ; que cette quantité doit être limitée ; que, dans les termes de David Ricardo, le grand économiste de la période, « pour qu’une monnaie soit parfaite, sa valeur doit être absolument invariable »4. Ricardo défendait l’idée, comme d’autres avant lui, selon laquelle une monnaie fiduciaire non convertible était nécessairement soumise à de très amples et imprévisibles fluctuations, qu’un garde-fou était nécessaire, et que celui-ci ne pouvait être que la convertibilité du papier en métal « sur-le-champ, au bon plaisir du porteur »5. Samuel Taylor Coleridge s’opposait à cette conclusion, et se déclara en faveur d’une indéfinité de la décision, « tant que l’état des choses reste incertain »6. Pour Ricardo, le signifiant ne devait pas être détaché de son signifié, et devait au contraire être toujours prêt à re-présenter, à être échangé contre le signifié7. Mais, tant que la banque maintenait la suspension des remises en espèces, le signifiant acquérait une réalité tant indéfinie qu’inconvertible.

5La période de suspension des remises en espèces, 1797-1821, correspond également à la période de gloire du romantisme dans la littérature anglaise, particulièrement en ce qui concerne la poésie romantique et la théorie esthétique. C’est en 1797 que William Wordsworth commença le Prélude, et c’est de 1797 que Samuel Taylor Coleridge data « Kubla Khan ». Keats, Shelley et Byron moururent en 1821, 1822 et 1824 respectivement. Un regard aux tables des matières des premiers numéros de la Edinburgh Review, dont la parution débute en 1802, nous révèle tous les sujets qui ont constitué le fonds de commerce du romantisme : poèmes, récits de voyages exotiques, philosophie allemande, et politique française. Mais on y trouve aussi, non moins régulièrement, un autre thème : l’argent. On y trouve des articles sur la monnaie fiduciaire, sur l’utilité des banques locales, sur la guinée en pièces comme entrave au commerce, sur la restriction des remises d’espèces. Les années de The Paper Pound, d’Edwin Cannan, coïncident avec celles de The Romantic Ideology de Jerome McGann.

6En Angleterre, ce nouveau statut du papier-monnaie embarrassa considérablement les tenants de l’idéologie anglaise de la monnaie réelle. Cette idéologie anglaise de la monnaie réelle avait été formulée de la façon la plus vigoureuse par l’Irlandais Edmund Burke en réponse à la Révolution française. Ceux qui, en Angleterre, se trouvèrent alors gênés par leur engouement pour Burke, purent trouver une issue à leur embarras en la personne d’un autre philosophe irlandais, George Berkeley, qui, bien des années plus tôt, avait proposé une défense du papier-monnaie aux antipodes de l’idéologie ultérieurement développée par Burke.

7L’équation entre propriété, or et argent d’une part, et vertu d’autre part, l’équation entre monnaie fiduciaire d’une part, et volatilité et désastre d’autre part, s’était érigée en truisme au début du xviiie siècle. C’est peut-être là un exemple particulièrement révélateur de la façon dont

  • 8 « The Western moral tradition displays an astonishing unity and solidarity in the uneasiness and m (...)

la tradition morale dans les pays occidentaux s’est révélée étonnamment unie et solidaire dans l’inquiétude et la méfiance dont elle faisait preuve à l’égard de l’argent comme seul moyen d’échange8.

8Seule la propriété pouvait rendre un homme indépendant de la corruption offerte par la main du pouvoir. Aussi, le nouveau statut du papier-monnaie en Angleterre embarrassa-t-il considérablement l’idéologie anglaise de la monnaie réelle. Les faillites successives de quelques banques écossaises, et surtout deux événements récents, la Guerre d’indépendance américaine et la Révolution française, avaient conforté cette idéologie dans son rejet du papier.

  • 9 J. Law, Money and Trade Considered : with a proposal for supplying the nation with money, Édimbour (...)
  • 10 Sir J. Steuart, An Inquiry into the Principles of Political Œconomy [1767], A.S. Skinner (éd.), Éd (...)
  • 11 Bishop Berkeley’s Querist in Historical Perspective, J. Johnston (éd.), Dundalk, Dundalgan Press, (...)

9Par contraste, l’idéologie prônant l’usage massif du papier-monnaie était une invention coloniale et révolutionnaire. En 1705, deux ans avant l’union de l’Écosse avec l’Angleterre, John Law avait fait paraître ses propositions pour imprimer de la monnaie (indexée sur la valeur de la terre du pays) afin de stimuler la prospérité nationale9. Ces propositions, rendues nécessaires par le manque de métal précieux affectant une colonie, sont à l’arrière-plan de toutes les apologies, développées dans la suite du xviiie siècle, d’un papier-monnaie national, ou, pour le dire dans les termes de Sir James Steuart, d’une « monnaie pure et idéale »10. Quelques textes, dont The Querist demeure le plus célèbre, prônent la transformation de la société par un papier-monnaie émis par une banque nationale ; ils mettent en avant son effet dynamique sur les sans-emploi, sa contribution à une infrastructure solide et à l’allégement des impôts, la possibilité qu’il offre d’échanger la misère contre l’abondance, et de transférer le pouvoir de ceux qui possèdent terres et espèces vers ceux qui n’en possèdent pas ; sa perpétuelle remise en circulation, conçue comme « une immense fontaine » capable de payer la dette nationale ; sa compatibilité avec la liberté républicaine ; sa capacité à affaiblir l’influence des ministères despotiques11.

10La capacité transformatrice du papier-monnaie avait de quoi alarmer les possédants, parce que

  • 12 « By this means the people of property in a country are robbed of their best security, which consi (...)

Cette invention prive les gens de biens d’un pays de leur meilleure sécurité, qui consiste en la pauvreté et donc en l’impuissance de ceux qui n’ont rien. L’alchimiste politique, qui tente de changer le papier en or, ne pourra éviter que les constitutions et les gouvernements ne changent. Comme notre existence est précaire, mon ami12.

  • 13 « Money’s congruence with those who are marginal ». G. Simmel, The Philosophy of Money [1907], tra (...)
  • 14 A. Murphy, Richard Cantillon : entrepreneur and economist, Oxford, Oxford University Press, 1986, (...)

11The Philosophy of Money, de George Simmel, attire notre attention sur ce qu’il appelle « l’association harmonieuse entre l’argent et les marginaux »13 : l’argent est l’affaire des esclaves émancipés de l’Athènes classique, des Arméniens de Turquie, des Maures de l’Espagne catholique, des Parsis et des Chettys en Inde non moins que des Juifs en Europe, des huguenots en France, des non-conformistes et des catholiques (souvent écossais et irlandais) dans la Grande-Bretagne du xviiie siècle. Ce n’est donc pas surprenant que les maîtres d’œuvre du projet du Mississippi et de la Banque générale de Paris en 1720, les plus fulgurantes réalisations et les faillites les plus retentissantes de l’histoire, aient été l’Écossais John Law, de Lauriston, et l’Irlandais Richard Cantillon, de Ballyheigue, co. Kerry, tous deux de famille jacobite14.

  • 15 A. Gallatin, A Sketch of the Finances of the United States, New York, William A. Davis, 1796, p. 8 (...)

12Les colonies d’Amérique, de la Virginie au Massachusetts, s’essayèrent chacune à plusieurs types de monnaie : les coquillages, à l’instar des aborigènes ; les cartes à jouer retravaillées ; et, principalement dans le Sud, le tabac comme monnaie d’échange légale, mesure accompagnée de la mise hors-la-loi de tout paiement en or ou en argent. La Pennsylvanie fut le premier État à émettre du papier-monnaie. En 1729, Benjamin Franklin avait publié A Modest Enquiry into the Nature and Necessity of a Paper Currency. En 1751, et plus énergiquement encore en 1763, le gouvernement de Londres interdisait aux colonies américaines d’imprimer des billets. Quand le Congrès continental de 1775 imprima ses propres billets, il déclara par là l’indépendance de l’Amérique vis-à-vis de Londres. Dès les années 1790, l’indépendance de l’Amérique était établie, mais sa monnaie de papier avait perdu tant de valeur que la Constitution des États-Unis interdisait aux États et au gouvernement national d’émettre du papier-monnaie15.

13La confiance en le papier-monnaie avait généré une nouvelle idée de la vertu. En 1776, le Congrès continental résolut

  • 16 « Any person who shall hereafter be so lost to all virtue and regard for his country, as to refuse (...)

[que] désormais, toute personne qui, ayant perdu toute vertu et tout respect pour son pays, au point de refuser d’accepter lesdits billets comme paiement… sera jugée, verra son nom rendu public et sera traitée en ennemi dans ce pays et exclue de tout échange et de tout contact commercial avec les habitants de ces Colonies16.

14La vertu ainsi définie consiste donc, non plus en la dépendance de la propriété foncière et en l’indépendance vis-à-vis du pouvoir de l’État, mais en une interdépendance entre les citoyens et le gouvernement, au travers du crédit public de la nation. L’émission et l’acceptation de papier-monnaie fait advenir la communauté imaginée, dépendante d’elle-même de façon purement interne, la nation utopique que la révolution doit créer. Les premiers billets émis par le Congrès continental furent marqués du titre « The United Colonies », et c’est sur ces billets que, en 1777, le titre « The United States of America » figura pour la première fois.

  • 17 T. Paine, The Decline and Fall of the English System of Finance, Paris, Desenne, 1796, p. 19 ; E.L (...)
  • 18 Dictionnaire critique de la Révolution française, F. Furet et M. Ozouf (dir.), Paris, Flammarion, (...)
  • 19 F. D’Ivernois, A Cursory View of the Assignats ; and Remaining Resources of French Finance, Londre (...)
  • 20 E. Burke, The Works and Correspondence…, t. IV, p. 344.
  • 21 W. Cobbett, Paper against Gold…, p. 317-319 ; E.L. Fox, Cursory Reflections…, p. 21-22.
  • 22 « The forms, matrices, and punches employed in the manufacture of assignats were broken up, and af (...)
  • 23 J. Ehrman, The Younger Pitt…, p. 5-7.

15Toutefois, dans le Londres de 1797, l’exemple du papier-monnaie américain constituait un précédent moins gênant que celui de l’ennemi d’alors de la Grande-Bretagne : la France révolutionnaire17. Le papier-monnaie, sous la forme des assignats, avait été l’emblème de la révolution. « Avilissons l’or et l’argent, traînons dans la boue ces dieux de la monarchie », enjoignit Joseph Fouché en octobre 1793 ; de même, d’après Ramel de Nogaret, « les assignats ont fait la Révolution, ils ont renversé le trône et fondé la République »18. Londres avait déployé beaucoup d’énergie à ridiculiser et saper les assignats qui avaient financé la révolution en France19. Edmund Burke avait prédit l’énorme émission d’assignats, et par voie de conséquence leur énorme dépréciation20. D’ailleurs, Londres précipita cette dépréciation en contrefaisant et en exportant une quantité considérable d’assignats21. La dépréciation en France était telle que Samuel Taylor Coleridge rapporta, dans The Watchman du 19 février 1796, que l’on brûlait le papier, et que « les moules, les plaques, les matrices, et les machines à estamper furent détruits, puis fondus »22. Moins d’un an plus tard, la France déclara illégal le papier-monnaie et revint à l’or et à l’argent. Cette même année, la Banque d’Angleterre fut dans l’obligation de faire ce à quoi la France, tout comme l’Amérique, avait renoncé : émettre un papier-monnaie indépendant. Pitt estima qu’il s’agissait là de la plus difficile décision de toute sa carrière politique23. L’opposition anglaise, en les personnes de Fox et Sheridan, fit des gorges chaudes de cette confusion.

16Cette idée coloniale de la vertu, résultant non pas de l’indépendance fondée sur la propriété, mais de l’interdépendance nationale et civique, pénétra la métropole :

  • 24 « Do you not perceive at this moment the tremendous situation, and that the property and existence (...)

Ne vous rendez-vous pas compte en ce moment de la situation exceptionnelle qui fait que la propriété et l’existence de tout homme loyal en Angleterre sont aux mains du ministre et des directeurs de la Bank of England ? L’Armée et la Marine sont également payées en papier-monnaie. Si notre gouvernement était un despotisme, une tyrannie militaire, cette mesure contiendrait les germes de sa destruction24.

17La grande peur causée par ce double pouvoir était générale, et était parfois exprimée en des termes apocalyptiques :

  • 25 « Of great and extensive property, history furnishes many instances, and records its effects : but (...)

L’Histoire fournit beaucoup d’exemples de grandes propriétés étendues, et elle en démontre les effets : mais ce pays offre aux yeux des hommes une nouvelle scène ; jamais une telle proportion du Capital d’une Nation ne s’est vu uni de telle sorte que le pouvoir découlant de son administration puisse être utilisé pour imposer la volonté d’un individu. Telle est la véritable maladie, la véritable fièvre politique, que doit subir la Nation Britannique25.

18En 1810, la presse progouvernementale peut se réjouir de la façon dont une monnaie de papier non convertible

  • 26 « Offers the government a most indestructible support because it makes the daily bread of every in (...)

offre au gouvernement un soutien indestructible en faisant essentiellement dépendre le pain quotidien de chacun d’un gouvernement sûr, contrairement à une monnaie en espèces qui, pouvant être stockée, sépare l’individu de la sûreté publique26.

19Compte tenu de ces transpositions dans les notions de crédit et de pouvoir, et de leur application, on est donc moins étonné de constater l’apparent consensus contre le papier-monnaie parmi les personnalités de gauche comme de droite, ainsi que parmi les transfuges. Edmund Burke était contre, de même que Thomas Paine ; William Cobbett était contre, de même que George Canning ; Lord King était contre, de même que Percy Bysshe Shelley. Cobbett lui-même nota le fait surprenant que c’était là la seule question sur laquelle Burke, Paine et Lord Liverpool étaient d’accord :

  • 27 « All opposed to each other as to every other question ; each one hating the other two, and each o (...)

[…] chacun d’entre eux en désaccord avec les autres sur toutes les autres questions, et chacun haïssant les deux autres, qui eux-mêmes se haïssaient entre eux : s’accordant cependant tous, comme leurs os s’accorderaient maintenant si jamais ils étaient entremêlés, à propos de ces principes relatifs au papier-monnaie27.

***

  • 28 M. Shell, Money, Language and Thought, Berkeley, University of California Press, 1982, p. 104, 109 (...)

20Les deux textes fondateurs qui formulent nettement ces contradictions sont les Considérations sur la Révolution française d’Edmund Burke, et la proposition novatrice d’établissement d’une banque nationale comme base du ressaisissement de la nation irlandaise, formulée dans The Querist de George Berkeley. L’argument de Burke contre le papier-monnaie est bien identifié (principalement dans le travail de Pocock). Berkeley quant à lui est soit ignoré, et notamment par Pocock lui-même, soit simplement mentionné très brièvement ; c’est le cas dans une très importante étude théorique sur les idéologies de l’argent, Money, Language and Thought, de Marc Shell. Shell identifie (à tort) Berkeley comme un idéaliste « anglais », et le compare à Méphistophélès qui, dans le Faust de Gœthe, suggère une inflation illimitée du papier-monnaie au motif que l’argent, comme les mots, ne représente absolument rien28. Il est donc nécessaire de donner une véritable interprétation de la défense de la vertu coloniale du papier-monnaie que présente Berkeley. Et ce d’autant plus que l’image populaire de l’Irlandais Berkeley, évêque de Cloyne, image idéalisée fabriquée par W.B.Yeats, est l’antitype même de cette société commerciale moderne, fondée sur le crédit fiduciaire, que Berkeley lui-même avait tenté de mettre en place.

  • 29 « These are the calculating powers of imposture ! This is the finance of philosophy !… They are al (...)

21Le contraste entre Berkeley et Burke est très éclairant. Pour Burke, l’opposé du modèle de vertu fondée sur la propriété était ce nouveau citoyen de l’État français révolutionnaire, citoyen artificiel et hystérique. Cet État, selon Burke, unissait les spéculateurs en idées et les spéculateurs en argent : « Voilà les pouvoirs calculateurs de l’imposture ! Voilà la finance de la philosophie !… Ce sont tous des professeurs d’assignats. » Burke étend sa rhétorique à la critique de tout papier-monnaie qui se détache de l’or et de l’argent, « les deux grandes espèces reconnues qui représentent le crédit conventionnel et durable de l’humanité »29.

  • 30 « Is there a debt which presses them ? – Issue assignats. Are compensations to be made, or a maint (...)

Qu’une dette les presse, ils émettent des assignats. Que des compensations soient à payer, ou que l’on accorde une pension à ceux qu’ils ont privés d’un office à vie, ou bien exclus de leur profession : des assignats. Une flotte à armer ? Des assignats. Si seize millions sterling de ces assignats, que l’on impose au peuple, ne diminuent aucunement les besoins de l’état – il suffit d’émettre, dit l’un, trente millions sterling de ces assignats, tandis qu’un autre recommande d’émettre quatre-vingts millions d’assignats supplémentaires30.

  • 31 « They propose to erect their new republic into a banking-house ». Ibid., t. I, p. 566-567.

22Pour Burke, du papier qui ne représente rien du tout, telle est la fraude logiquement nécessaire dont le nouveau despotisme français se rend coupable : « ils proposent d’ériger leur nouvelle république en banque »31. La rhétorique de Burke constitue un puissant contrepoids idéologique à la décision du gouvernement britannique de suspendre les paiements de la Banque d’Angleterre. Burke mourut en 1797, après la suspension des versements d’espèces de février, ayant eu le temps de maudire cette suspension, ainsi que de condamner la nouvelle émission de billets d’une livre que cette suspension requérait. Son autorité était telle que, encore en 1825, George Canning put prendre la parole à la Chambre des communes dans une atmosphère d’intense émotion, pour citer une des dernières lettres de Burke, lettre dans laquelle celui-ci avait condamné l’introduction des billets d’une livre.

  • 32 « Whether of images or of gold » ; « the horse is in the stable, the books are in the study as bef (...)

23Dans The Querist, George Berkeley avait exprimé une théorie immatérialiste de l’argent. Dans l’ensemble de la philosophie de la perception de Berkeley, tout est signe de quelque chose d’autre : le monde naturel de la vue et du toucher est, en quelque sorte, un langage, un système de signes. La célèbre formule de Berkeley, « esse est percipi » (être, c’est être perçu), est facilement transposable à une philosophie de la confiance, de la recette et du crédit. La philosophie de l’argent de Berkeley, par conséquent, fait l’économie des réserves en métal, or et argent, tout comme sa philosophie de la perception avait fait l’économie de la matière et de la substance. L’argent ne doit pas être considéré en termes de valeur intrinsèque. La « véritable idée de l’argent » n’est-elle pas, demande-t-il, celle d’un « billet ou d’un jeton » ? Dès son « Commonplace Book », qu’il rédige alors qu’il est étudiant à Trinity College Dublin, Berkeley insiste sur le double aspect de son immatérialisme : il rejette l’idolâtrie, « que ce soit des images ou de l’or », mais « le cheval est dans l’écurie et les livres dans la bibliothèque comme avant »32.

  • 33 « A bank as M. Law proposed for Scotland ».

24The Querist fut publié en trois parties entre 1735 et 1737, puis réédité et revu de manière complexe. C’est un texte remarquable, qui se compose de 900 questions posées au lecteur, questions laissées sans réponses. Son dessein plus précis, dans l’Irlande que Berkeley avait retrouvée en 1734, était de proposer une Banque nationale (« une banque comme celle proposée par M. Law pour l’Écosse »33), ainsi que l’émission de papier-monnaie, dans une colonie qui manquait de ressources en monnaie frappée et en crédit. Berkeley semble répondre par la négative à la question mercantiliste : la richesse d’une nation peut-elle se mesurer à l’aune de ses réserves en métaux précieux ? Après les années qu’il avait passées dans la colonie du Massachusetts de 1728 à 1732, et étant très au fait des expériences bancaires coloniales, Berkeley était bien placé pour prôner l’intérêt du crédit papier, qui favoriserait le bien-être d’une nation, stimulant la circulation et, en faisant naître chez sa population appauvrie des besoins imaginaires, générerait industrie et emploi :

  • 34 « Whether there are not to be seen in America fair towns, wherein the people are well lodged, fed, (...)

Ne peut-on voir en Amérique de belles villes, où les gens sont bien logés, nourris et habillés, sans un seul mendiant dans les rues, alors même qu’il ne circule entre eux pas un grain d’or ou d’argent34 ?

25En Irlande, Berkeley dirige sa philosophie de l’argent, comme John Law l’avait fait en Écosse, vers la diminution de la dépression économique, de la pauvreté et du manque d’emplois. Law et Berkeley ont en commun d’adhérer à ce principe : une définition de l’argent fondée, non sur sa valeur en métal, mais sur sa fonction transformatrice comme moyen d’échange, et comme aiguillon du crédit et du désir :

  • 35 « Whether paper money or notes may not be issued from the National Bank, on the security of hemp, (...)

Du papier-monnaie ou des billets ne peuvent-ils être émis par la Banque nationale, sur la sécurité du chanvre, du lin, ou d’autres manufactures, afin que les pauvres puissent être soutenus dans leur travail35 ?

  • 36 « Money can serve no other purpose besides purchasing goods » [et] « necessarily runs after goods (...)

26Dans les histoires de la théorie économique (quand il n’est pas passé sous silence), Berkeley est décrit, soit comme un mercantiliste du papier-monnaie, soit, plus simplement, comme un inflationniste. The Querist n’ébranla pas Adam Smith, pour qui « l’argent ne peut servir à rien d’autre qu’à acheter des biens », et, par conséquent, « court après les biens »36. Pour Smith, le papier remplace une quantité équivalente d’or et d’argent. Pour Berkeley, cette équivalence est annihilée. Un pays pauvre, précisément parce qu’il manque de métal précieux, peut imprimer du papier. Le papier peut échapper à la représentation, ou la dépasser. L’histoire de l’échange, du troc aux espèces puis au papier, est celle de l’émancipation du poids des choses matérielles, celle d’une progression de la société vers un monde de simples gages ou signes :

  • 37 « Whether in the rude original of society, the first step was not the exchanging of commodities, t (...)

Dans les rudes débuts de la société, le premier pas n’était-il pas l’échange de commodités, le suivant le remplacement du métal par des poids comme moyen de circulation courant, après cela l’utilisation de pièces de monnaie, et enfin, ultime raffinement, l’utilisation de papier portant des marques et signatures convenues ? Et celle-ci n’est-elle pas, de même qu’elle est la dernière, la plus grande amélioration de toutes37 ?

  • 38 Sir J. Steuart, An Inquiry…, t. I, p. 452, 462.

27The Querist pénétra indirectement la France révolutionnaire, via l’économiste politique écossais Sir John Steuart, autre ardent partisan des expériences coloniales de John Law avec le papier-monnaie. Les Principles of Political Philosophy de Steuart parurent en 1767, et firent l’objet de plusieurs rééditions avant la fin du xviiie siècle. En 1789, une traduction française parut à Paris. Steuart, comme Berkeley, parle d’une pure monnaie idéale, propose un idéal d’interdépendance civique, et met l’accent sur le rapport du papier au consentement et à l’opinion publique. De plus, Steuart développe longuement l’identification entre les métaux à valeur intrinsèque et la propriété foncière, et observe que le papier, par contraste, « fait réduire » cette dernière et redistribue l’argent hors de l’aristocratie foncière38. Comme Berkeley, il met l’accent sur la valeur d’une monnaie de papier pour une économie pauvre. Le modèle innovant auquel tant Steuart que Berkeley adhèrent explicitement est cet homme au « génie supérieur », John Law. Une traduction française de l’ouvrage de Law, Money and Trade Considered : with a proposal for supplying the nation with money, fut publiée à Paris en 1790. Les assignats de la Révolution (hypothéqués sur les biens nationaux) firent réduire les biens ecclésiastiques et ceux des émigrés, à partir des principes d’une banque foncière qui garantit une monnaie papier, comme cela avait été suggéré par Law et par Berkeley.

***

28À Londres, le choc entre l’ancienne vertu civique (mesurée à l’aune de l’indépendance des propriétaires fonciers vis-à-vis du pouvoir exécutif de l’État), et la nouvelle vertu civique (mesurée à l’aune du crédit ou de la confiance que les hommes s’accordent entre eux et accordent au papier-monnaie de la nation), ce choc entre deux visions de la vertu, provoqua un malaise durable. Ce malaise, tant pour les hommes de lettres que pour les hommes du négoce, concernait le rôle que doivent jouer les choses imaginaires dans une société complexe. Comment la vertu, dans toutes ses variantes idéologiques de simplicité et d’honnêteté, peut-elle trouver un échange équitable, ou une juste représentation d’elle-même, dans l’acceptation effective et nécessaire par le public de tickets et de contre-valeurs, dans cette acceptation de promesses de papier échangeables contre d’autres promesses ? Cette incertitude s’intègre dans la structure de ce que, en esthétique, on appelle le romantisme anglais, romantisme divisé entre la permanence du lien entre la terre et la vertu tel qu’on le trouve chez Burke, et la philosophie immatérialiste de la perception créative telle qu’on la trouve chez Berkeley. Pour Samuel Taylor Coleridge, le problème peut être posé sous la forme d’une question : comment avoir les bienfaits commerciaux et civiques du papier-monnaie sans la tyrannie d’un pouvoir despotique ? En 1796, il décrivit dans The Watchman l’artificiel paradis républicain que le papier-monnaie français avait créé dans le jardin des Tuileries :

  • 39 « This celebrated spot, which was once planted with potatoes to supply the wants of the people, fo (...)

Cet endroit célèbre, où l’on plantait autrefois des pommes de terre pour subvenir aux besoins du peuple, a aujourd’hui la forme d’une carte curieuse et précise, des quatre-vingt-huit départements de la République ; … et des… territoires conquis unis à la France. Cette idée, conçue avec tant d’art pour flatter la vanité des Parisiens, est exécutée avec autant de beauté. Chaque sentier marque la frontière d’un département ; chaque montagne est représentée par un monticule ; chaque forêt par un buisson ; et chaque rivière par un ruisseau. De cette manière, tous les Parisiens peuvent désormais, lors de leur promenade matinale, contempler l’ensemble de la République, et de ses conquêtes39.

29Républicanisme, despotisme, papier-monnaie, tout cela converge vers l’image d’un utopique jardin impérial. Six mois après la suspension des paiements en espèces par la Banque d’Angleterre, et sa nouvelle et massive émission de billets d’une livre, Coleridge écrivit un poème décrivant un autre jardin impérial et utopique de ce type, « Kubla Khan ». À ce moment-là, Coleridge était bien placé pour focaliser les contradictions implicites de la suspension des paiements en espèces par la Banque d’Angleterre. Il déclare à qui veut l’entendre que sa philosophie est celle d’un disciple convaincu de Berkeley. D’ailleurs, en 1797, il baptise son dernier fils du nom de Berkeley. Il lit avidement Sir James Steuart. Il est également un partisan déclaré d’Edmund Burke. Et c’est de l’automne 1797 qu’il date la composition de « Kubla Khan ». La contradiction du romantisme anglais, entre d’une part des images d’un pouvoir politique despotique et redouté, et d’autre part celles d’un pouvoir de perception ou d’imagination désiré, trouve un point d’équilibre dans l’évocation empreinte de fascination et d’épouvante que Coleridge fait de Kubla Khan. Le rêve de Berkeley, rêve d’une structure sociale capable de s’autosuffire par son crédit papier, et la crainte de Burke, crainte d’un État utopique et despote, trouvent tous deux leur place dans un texte à la fois visionnaire et angoissé :

[…] all should cry, Beware ! Beware !
His flashing eyes, his floating hair !
Weave a circle round him thrice,
And close your eyes with holy dread,
For he on honey-dew hath fed,
And drunk the milk of Paradise.

30D’après ce qu’écrit Samuel Taylor Coleridge dans la préface de « Kubla Khan », un soir de l’automne 1797, il se serait endormi en lisant Purchas his Pilgrimes. Dans ces pages, Purchas avait traduit le célèbre récit que fit Marco Polo de l’économie de papier du Khan :

  • 40 « The Money of the great Can is not made of gold and silver, or other metall, but they take the mi (...)

L’Argent du grand Can n’est fait d’or ni d’argent, ni d’un autre métal ; au lieu de cela, ils prennent l’écorce du milieu du Mûrier, qu’ils durcissent, et coupent en plusieurs morceaux ronds, des grands et des petits, sur lesquels ils impriment la marque du Roi. Ainsi, à partir de cette matière première, l’Empereur fait fabriquer une gigantesque masse d’argent dans la Ville de Cambalu, qui suffit à tout l’Empire : et nul n’est autorisé, sous peine de mort, à fabriquer légalement ni à dépenser quelque autre argent, ni à le refuser, dans tous ses Royaumes et ses Pays. De même, nul, venant d’un autre Royaume, n’ose dépenser quelque autre monnaie dans l’Empire du grand Can. Ainsi, il arrive que des Marchands, venant souvent de Contrées et de Régions très éloignées dans la Ville de Cambalu, apportent avec eux or, argent, perles et autres pierres précieuses, et reçoivent en échange l’argent du Roi. Et comme cet argent n’est pas accepté dans leurs pays, ils l’échangent une nouvelle fois dans l’Empire du Grand Can contre des marchandises, qu’ils emportent avec eux. Il paie également le traitement de ses Officiers et de ses Armées avec cette monnaie ; et enfin, il achète toutes les choses dont il a besoin à la Cour avec cet argent. Ainsi, on ne trouve nulle part dans le monde un Roi, dont les Trésors, qu’il n’utilise pas pour frapper une monnaie, soient plus importants40.

31Le papier-monnaie français sous la forme d’assignats, les Lumières irlandaises en la personne de George Berkeley, les contre-Lumières irlandaises en la personne d’Edmund Burke, le romantisme anglais en la personne de Coleridge, sont tous impliqués dans la réaction complexe provoquée par la décision de la Banque d’Angleterre de suspendre les paiements en espèces. Le papier-monnaie donne du pouvoir à ceux qui n’ont ni or ni argent, « ces dieux de la monarchie ». Le papier-monnaie rend tous les membres d’une nation dépendants les uns des autres, et aussi dépendants (jusque pour leur pain quotidien) du pouvoir de l’État. Les théories et pratiques contradictoires du papier-monnaie (qu’elles soient originaires de colonies comme l’Irlande, l’Écosse ou l’Amérique, ou de la France révolutionnaire) se résolvent dans une crise bancaire anglaise, et dans un modèle esthétique anglais : le prince de papier, le despote romantique, Kubla Khan.

Notes

1 W. Cobbett, Paper against Gold : containing the history and mystery of the Bank of England, the Funds, the Debt, the Sinking Fund, the Bank Stoppage, the lowering and the raising of the value of Paper-Money ; and shewing, that Taxation, Pauperism, Poverty, Misery and Crimes have all increased, and ever must increase, with a Funding System, Londres, J. McGreevy, 1815, p. 217 ; J. Ehrman, The Younger Pitt : the Consuming Struggle, Londres, Constable, 1996, p. 11.

2 Sir J. Clapham, The Bank of England : a history, 2 vol., t. I, Cambridge, Cambridge University Press, 1944, p. 271-272 ; Third Report of the Committee of Secrecy, Ordered to be printed 21st April, Londres, House of Commons, 1797, p. 71.

3 Y. Beresiner et C. Narbeth, The Story of Paper Money, Newton Abbot, David and Charles, 1973,

p. 28 ; Sir J. Clapham, The Bank of England…, t. I, p. 271-272, t. II, p. 1-74.

4 « A currency, to be perfect, should be absolutely invariable in value ».

5 « At a minute’s notice, and at the pleasure of the holder ».

6 « As long as the state of things remains indefinite ».

7 J.K. Galbraith, Money : whence it came, and where it went, Boston, Houghton Mifflin, 1975, p. 37 ; Sir J. Sinclair, Letters Written to the Governor and Directors of the Bank of England, Londres, W. Bulmer, 1797, p. 27 ; Essays on His Times, D. Erdman (éd.), in The Collected Works of Samuel Taylor Coleridge, 3 vol., t. II, Londres et New Jersey, Routledge and Kegan Paul et Princeton University Press, 1978, p. 133.

8 « The Western moral tradition displays an astonishing unity and solidarity in the uneasiness and mistrust it evinces towards money as the medium of exchange ». J.G.A. Pocock, Virtue, Commerce and History : essays on political thought and history, chiefly in the eighteenth century, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 103-104 ; M. Shell, The Economy of Literature, Berkeley, University of California Press, 1978, p. 11-62 ; E. Burke, The Works and Correspondence of Edmund Burke, 8 vol., t. IV, Londres, Francis and John Rivington, 1852, p. 344, 347 ; Colbert (pseud.) [Mathew Carey], The Age of Paper ; or, an Essay on Banks and Banking, Londres, Parsons [n.d. watermark, dated 1795], p. V-VI.

9 J. Law, Money and Trade Considered : with a proposal for supplying the nation with money, Édimbourg, Andrew Anderson, 1705, p. 59-61.

10 Sir J. Steuart, An Inquiry into the Principles of Political Œconomy [1767], A.S. Skinner (éd.), Édimbourg – Londres, Oliver & Boyd, 1966, 2 vol., t. I, p. 421 ; W. Hixson, Triumph of the Bankers : Money and Banking in the Eighteenth and Nineteenth Centuries, Westport, Praeger, 1993, p. 49.

11 Bishop Berkeley’s Querist in Historical Perspective, J. Johnston (éd.), Dundalk, Dundalgan Press, 1970, p. 126-127 ; T. Fry, A New System of Finance, Londres, J.S. Jordan, 1797, p. 11-12, 108 ; Sir J. Steuart, An Inquiry…, t. II, p. 461, 534-537 ; E. Tatham, A Second Letter to the Right Honourable William Pitt, Chancellor of the Exchequer, on a National Bank, Londres, Rivington, 1797, p. 12-18 ; [Anon.], An Essay on the Theory of Money, Londres, J. Almon, 1771, p. 17, 21-22 ; [Willam Anderson], The Iniquity of Banking : or, Bank Notes proved to be Injurious to the Public, Londres, J.S. Jordan, 1797, p. 37-40, 62-64.

12 « By this means the people of property in a country are robbed of their best security, which consists of the poverty and consequent impotency, of the disaffected. The political alchymist, who attempts to change paper into gold, will be unable to preserve governments and constitutions from change. How precarious, my friend, is our existence ». [Anon.], New Circulating Medium : being an examination of the solidity of paper currency, and its effects on the country at this crisis, Londres, J. Johnson, 1797, p. 22-23.

13 « Money’s congruence with those who are marginal ». G. Simmel, The Philosophy of Money [1907], trad. angl. T. Bottomore et D. Frisby, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1978, p. 221-227.

14 A. Murphy, Richard Cantillon : entrepreneur and economist, Oxford, Oxford University Press, 1986, p. 13-23, 65-87 ; Dictionary of National Biography, Oxford, Oxford University Press, 1920, « John Law ».

15 A. Gallatin, A Sketch of the Finances of the United States, New York, William A. Davis, 1796, p. 87-89 ; Sir J. Sinclair, Letters Written to the Governor and Directors of the Bank of England, Londres, W. Bulmer, 1797, p. 10, 27.

16 « Any person who shall hereafter be so lost to all virtue and regard for his country, as to refuse to receive said bills in payment… shall be deemed, published and treated as an enemy to this country and precluded from all trade or intercourse with the inhabitants of these colonies ». J.K. Galbraith, Money…, p. 59.

17 T. Paine, The Decline and Fall of the English System of Finance, Paris, Desenne, 1796, p. 19 ; E.L. Fox, Cursory Reflections on the Causes and Some of the Consequences of the Stoppage of the Bank of England, Bristol, N. Biggs, 1797, p. 16-17.

18 Dictionnaire critique de la Révolution française, F. Furet et M. Ozouf (dir.), Paris, Flammarion, 1988, article « Assignats » par Michel Bruguière, p. 468.

19 F. D’Ivernois, A Cursory View of the Assignats ; and Remaining Resources of French Finance, Londres, P. Elmsly, 1795, p. 1-4, 8, 18, 27, 80 ; Sir F. Baring, Observations on the Establishment of the Bank of England and on the Paper Circulation of the Country, Londres, Minerva Press, 1797, p. 75-77.

20 E. Burke, The Works and Correspondence…, t. IV, p. 344.

21 W. Cobbett, Paper against Gold…, p. 317-319 ; E.L. Fox, Cursory Reflections…, p. 21-22.

22 « The forms, matrices, and punches employed in the manufacture of assignats were broken up, and afterwards melted ». The Watchman, L. Patton (éd.), in The Collected Works of Samuel Taylor Coleridge, t. I, Londres et New Jersey, Routledge and Kegan Paul et Princeton University Press, 1970, p. 41.

23 J. Ehrman, The Younger Pitt…, p. 5-7.

24 « Do you not perceive at this moment the tremendous situation, and that the property and existence of every loyal man in England, are in the hands of the minister and directors of the Bank of England ? The army and navy too are paid with paper. Were our government a despotism, a military tyranny, the measure would be pregnant with its destruction ». [Anon.], New Circulating Medium…, p. 20.

25 « Of great and extensive property, history furnishes many instances, and records its effects : but this country exhibits a sight new to the eye of man ; never did there exist a similar proportion of the Capital of any Nation united in such a manner, that the whole power attending the management of it may be used to enforce the will of an individual. This is the real malady, the true political distemper, under which the British Nation labours ». The Earl of Lauderdale, Thoughts on Finance, 3e éd., Londres, G.G. & J. Robinson, 1797, p. 54-55.

26 « Offers the government a most indestructible support because it makes the daily bread of every individual depend substantially on the safety of government, whereas money, which can be hoarded, separates the individual from the public safety ». The Morning Post, 14 septembre 1810.

27 « All opposed to each other as to every other question ; each one hating the other two, and each one hating the other one : yet all agreeing harmoniously as their bones would now agree, if they happened to be tumbled together ; all agreeing as to these principles respecting paper money ». W. Cobbett, Paper against Gold…, p. 126, 135.

28 M. Shell, Money, Language and Thought, Berkeley, University of California Press, 1982, p. 104, 109 n.

29 « These are the calculating powers of imposture ! This is the finance of philosophy !… They are all professors of assignats » ; « The two great recognized species that represent the lasting conventional credit of mankind ». E. Burke, The Works and Correspondence…, t. IV, p. 347 ; J.G.A. Pocock, Virtue, Commerce and History…, p. 197.

30 « Is there a debt which presses them ? – Issue assignats. Are compensations to be made, or a maintenance decreed for those whom they have robbed of their freehold in their office, or expelled from their profession ? – Assignats. Is a fleet to be fitted out ? – Assignats. If sixteen million sterling of these assignats, forced on the people, leave the wants of the state as urgent as ever – issue, says one, thirty millions sterling of assignats – says another, issue fourscore millions more of assignats ». E. Burke, The Works and Correspondence…, t. IV, p. 344.

31 « They propose to erect their new republic into a banking-house ». Ibid., t. I, p. 566-567.

32 « Whether of images or of gold » ; « the horse is in the stable, the books are in the study as before ». The Works of George Berkeley, A.C. Fraser (éd.), 4 vol., t. I, Oxford, Clarendon Press, 1901, p. 8, 11.

33 « A bank as M. Law proposed for Scotland ».

34 « Whether there are not to be seen in America fair towns, wherein the people are well lodged, fed, and clothed, without a beggar in their streets, although there be not one grain of gold or silver current among them ? ».

35 « Whether paper money or notes may not be issued from the National Bank, on the security of hemp, or linen, or other manufactures whereby the poor might be supported in their industry ? ». Bishop Berkeley’s Querist…, p. 146, 177, 180.

36 « Money can serve no other purpose besides purchasing goods » [et] « necessarily runs after goods ».

37 « Whether in the rude original of society, the first step was not the exchanging of commodities, the next the substituting of metals by weight as the common medium of circulation, after this the making use of coin, lastly a further refinement by the use of paper with proper marks and signatures ? And whether this, as it is the last, so it be not the greatest improvement ? ». Bishop Berkeley’s Querist…, p. 162.

38 Sir J. Steuart, An Inquiry…, t. I, p. 452, 462.

39 « This celebrated spot, which was once planted with potatoes to supply the wants of the people, forms now a curious and correct map of the eighty-eight departments of the Republic ; … and the… conquered places united to France. This idea, which is most artfully conceived to flatter the vanity of the Parisians, is as beautifully executed. Each path marks the boundary of a department ; every mountain is represented by an hillock ; every forest by a thicket ; and every river has its corresponding streamlet : Thus every Parisian in his morning’s walk can now review the whole of the Republic, and of its conquests ». The Watchman, p. 190-191.

40 « The Money of the great Can is not made of gold and silver, or other metall, but they take the middle barke from the Mulberrie Tree, and this they make firme, and cut it into divers and round pieces, great and little, and imprint the Kings marke thereon. Of this matter therefore, the Emperour causeth an huge masse of money to bee make in the Citie of Cambalu, which sufficeth for the whole Empire : and no man under paine of death may lawfully coine any other, or spend any other money, or refuse it in all his Kingdomes and Countries. Nor any coming from another Kingdome, dare spend any other money in the Empire of the Great Can. Whereby it commeth to pass, that Merchants often comming from farre remote Countries and Regions unto the Citie of Cambalu, bring with them gold, silver, pearle, and precious stones, and receive the Kings money for them. And because this money is not received in their Countries, they change it againe in the Empire of the Great Can for merchandise, which they carrie away with them. He also payeth stipends to his Officers and Armies of the mentioned money ; and lastly, whatsoever thing he needeth in his Court he buyeth with this money. Wherefore, there is not a King to be found in the world, who exceedeth him in Treasure, not expended on the Mint as elsewhere ». S. Purchas, Hakluytus Posthumus, or, Purchas His Pilgrimes [1625], 20 vol., t. XI, New York, AMS Press, 1965, p. 247-248.

Auteur

Centre for the Study of Human Settlement and Historical Change, National University of Ireland, Galway

A.C. Lobo (Traducteur)
K. Bigand (Traducteur)
M. O’Dea (Traducteur)

© Presses universitaires de Caen, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540