Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une relation unique

 | 
Christophe Gillissen

Conclusion

Texte intégral

1Les relations irlando-britanniques ont évolué de manière spectaculaire en l’espace de quelques décennies. Que ce soit par rapport aux relations diplomatiques entre Dublin et Londres, à leurs liens économiques et commerciaux, ou encore à la question d’Irlande du Nord, il y a eu une normalisation incontestable entre 1921 et 2001. Les deux États ont progressé depuis une relation de dépendance vers un partenariat plus équilibré, vers une interdépendance au sein de l’Union européenne.

  • 1 S. Howe, « Historiography », in Ireland and the British Empire, K. Kenny (éd.), Oxford, Oxford Uni (...)

2La nature précise de cette relation de dépendance originelle fait l’objet d’un débat historiographique qui porte en particulier sur les notions de colonialisme et d’impérialisme1. Dans quelle mesure s’appliquent-elles à l’histoire des relations anglo-irlandaises ? Le débat est loin d’être clos, mais en conclusion de ce livre, il semble bien que les relations entre l’Irlande et le Royaume-Uni ne puissent guère être assimilées à celles existant ailleurs entre deux nations indépendantes, du moins jusqu’en 1938, sinon 1949. Même si l’État libre jouissait d’une autonomie réelle, les pressions britanniques montrent que, du point de vue de Londres – et notamment de celui de certains conservateurs impérialistes –, Dublin était bel et bien considéré comme un satellite, avec des obligations constitutionnelles envers le Parlement impérial. En outre, ces obligations étaient plus importantes que celles du Canada, par exemple, ce qui peut justifier l’interprétation selon laquelle les relations entre l’Irlande et le Royaume-Uni relevaient à l’époque d’une sujétion de nature coloniale ou postcoloniale.

  • 2 Cité in J. Guiffan, Histoire de l’Irlande, Paris, Hatier, 1992, p. 221.

3Après 1949, le flou entourant le statut de l’État irlandais fut levé, mais la réalité économique des relations irlando-britannique était en porte-à-faux avec l’indépendance politique de la République nouvellement proclamée. Ainsi, la marge de manœuvre de Dublin était limitée par sa forte dépendance commerciale et financière vis-à-vis de Londres. Là aussi, le débat sur la nature du lien entre les deux États reste ouvert, mais sans aller jusqu’à affirmer qu’il s’agissait d’une situation postcoloniale ou qu’il existait une exploitation néocoloniale, on voit bien que, avant 1973 et l’entrée simultanée du Royaume-Uni et de l’Irlande dans la Communauté européenne, leurs relations étaient très asymétriques et que Londres influait toujours de manière non-négligeable, sinon déterminante, sur nombre de décisions du gouvernement irlandais. C’est ainsi que Garret FitzGerald a pu déclarer en 1975, lors d’une visite officielle à Paris, que l’entrée de l’Irlande « dans le Marché commun a marqué la fin de la période coloniale en Irlande. Notre véritable indépendance date de 1973 et non de 1922 »2.

  • 3 D. O’Hearn, The Atlantic Economy : Britain, the US and Ireland, Manchester, Manchester University (...)

4Et de fait, depuis 1973, les relations irlando-britanniques, tout en conservant leurs spécificités dues à l’histoire et à la géographie, ressemblent davantage à celles existant entre deux États indépendants qui se reconnaissent mutuellement comme tels. On peut bien sûr gloser sur l’autonomie de l’État irlandais par rapport aux multinationales américaines par exemple, et de fait certains auteurs considèrent que, au bout du compte, l’Irlande n’aurait fait que substituer un impérialisme pour un autre3. Il n’en demeure pas moins que le trait le plus frappant de ces quatre-vingts ans de relations irlando-britanniques est l’instauration graduelle d’un rapport d’égal à égal, suite aux efforts irlandais en ce sens, au déclin britannique et au projet d’intégration européenne.

5En effet, cette progression s’explique en grande partie par la politique de Dublin, visant à obtenir la reconnaissance internationale du statut de nouvel État irlandais, notamment après 1932. Mais elle s’explique aussi par le déclin du Royaume-Uni en tant que puissance impériale, diplomatique et économique au xxe siècle. Ainsi, l’évolution du Commonwealth fut accélérée par les efforts irlandais, mais dans le même temps elle reflète en creux la perte d’influence de Londres qui ne pouvait guère faire autrement que de voter le Statut de Westminster en 1931. Cette loi fournit à de Valera la possibilité d’accroître l’autonomie de l’État libre, jusqu’à une indépendance de fait en attendant sa proclamation officielle en 1949.

6Une autre conséquence du déclin britannique fut l’importance croissante de la diplomatie multilatérale comme cadre des relations irlando-britanniques, cadre fort avantageux du point de vue irlandais. En effet, si la diplomatie unilatérale ou bilatérale est l’apanage des puissances impériales, la diplomatie multilatérale offre davantage de possibilités aux moyennes et petites puissances. L’Irlande le comprit très vite, comme en atteste son action à Genève par exemple. Mais c’est surtout l’Union européenne qui permit à la République d’Irlande de s’affranchir pleinement de la tutelle britannique et de retrouver « sa place parmi les nations du monde », si ardemment souhaitée par Robert Emmet, rebelle irlandais du début du xixe siècle.

  • 4 D. Battistella, Théories des relations internationales, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 28 (...)
  • 5 J.-M. Dumont et P. Setton, La Politique étrangère et de sécurité commune, Paris, La Documentation (...)

7La Société des Nations se limitait à une coopération intergouvernementale classique, fondée sur les prérogatives des États-nations, tandis que l’Union européenne constitue un véritable laboratoire constitutionnel, politique et économique où la souveraineté des États est en cours de redéfinition. Dans le premier cas, l’objectif était la création d’un système de sécurité collective, ce qui supposait la reconnaissance de la souveraineté de chaque État membre mais aussi l’acceptation du recours à la force pour défendre leur sécurité. Dans le second, il s’agit de fonder une véritable communauté de destin, caractérisée par le dialogue, la coopération et la mise en commun de certains aspects de la souveraineté4. On assiste ainsi à l’émergence d’une Politique étrangère et de sécurité commune (PESC) de nature potentiellement « post-souveraine », surtout si l’Europe se dote, conformément au projet de constitution européenne, d’un ministre des Affaires étrangères de l’Union5.

  • 6 B. Badie, La Fin des territoires, Paris, Fayard, 1995, p. 220-223.

8En particulier, le rapport de l’État au territoire est remis en question. L’émergence des régions et de mouvements identitaires, la création d’une citoyenneté européenne, les programmes de coopération transrégionale et les effets de la mondialisation ont en effet contribué à atténuer l’importance des frontières nationales, ou en tout cas à en altérer la conception, tant au niveau des gouvernements qu’à celui des opinions publiques6.

  • 7 A. Groutel, La Coopération économique entre les deux Irlandes, Caen, Presses universitaires de Cae (...)

9Tout ceci a profondément affecté la nature des relations irlando-britanniques, qui sont désormais définies sur des bases fort différentes de celles de l’ordre westphalien. Il ne s’agit plus d’opposer deux souverainetés exclusives, sinon antagonistes, mais d’envisager des formes de coopération mutuellement bénéfiques, notamment par rapport à l’Irlande du Nord. Ainsi, l’Accord du Vendredi saint propose une nouvelle architecture constitutionnelle pour les îles britanniques. Les dimensions régionale et supranationale y sont reconnues et sont appelées à se développer, tandis que les amendements à la constitution irlandaise approuvées en 1998 et la politique de décentralisation menée par le gouvernement britannique depuis 1997 confirment un rapport nouveau à la notion de territoire national. Sur le plan économique, l’Union européenne a aussi joué le rôle de catalyseur dans la prise de conscience de Dublin et Londres de l’intérêt d’une coopération économique, ou du moins d’actions communes, entre le nord et le sud de l’Irlande7.

10De manière plus générale, on a pu observer un rapprochement entre l’Irlande et le Royaume-Uni au sein de l’Union européenne, notamment sur des enjeux économiques. Les deux pays se sont trouvé des intérêts communs dans la participation à un bloc atlantique libéral, dominé par les États-Unis et caractérisé notamment par un rejet des tentatives de l’État de réguler l’économie de marché. Celle-ci est vue en effet comme la source d’emplois et d’une croissance économique forte, ce qui explique en partie les divergences au sein de l’Union européenne sur la politique sociale ou l’harmonisation fiscale par exemple. Il y a eu une convergence remarquable entre le Royaume-Uni et l’Irlande, vers le modèle américain, au cours des années quatre-vingt-dix.

11Il faut signaler toutefois que si Londres s’est pleinement associé à l’intervention militaire américaine en Irak, l’Irlande a au contraire pris du recul, insistant sur l’importance d’une diplomatie multilatérale, que ce soit aux Nations unies ou au sein de l’Union européenne. L’élection de l’Irlande au Conseil de sécurité de l’ONU en 2001-2002 et sa présidence du Conseil européen pendant le premier semestre de 2004 ont en effet permis à Dublin de réaffirmer son attachement au droit international et au projet politique et social européen, tout en cherchant à améliorer les relations entre les États-Unis et l’Union européenne8.

  • 9 The Irish Times, 13 novembre 2004.

12De même, en novembre 2004, à l’occasion du dixième anniversaire de son élection en tant que premier ministre, Bertie Ahern s’est présenté comme un « socialiste » pour qui l’égalité demeure une valeur centrale, manière sans doute de se démarquer d’une politique libérale quelque peu contestée en Irlande malgré ses retombées économiques impressionnantes9. C’est-à-dire que, ayant rejeté une première mondialisation d’inspiration britannique, les Irlandais resteraient méfiants par rapport à une mondialisation qui s’articule désormais autour d’un projet américain. Tout comme l’Europe a permis à l’Irlande de se dégager de l’emprise britannique, elle lui permettra peut-être de conserver une certaine autonomie et influence dans un monde de plus en plus unipolaire.

Notes

1 S. Howe, « Historiography », in Ireland and the British Empire, K. Kenny (éd.), Oxford, Oxford University Press, 2004, p. 220-250.

2 Cité in J. Guiffan, Histoire de l’Irlande, Paris, Hatier, 1992, p. 221.

3 D. O’Hearn, The Atlantic Economy : Britain, the US and Ireland, Manchester, Manchester University Press, 2001, p. 202.

4 D. Battistella, Théories des relations internationales, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 286-292.

5 J.-M. Dumont et P. Setton, La Politique étrangère et de sécurité commune, Paris, La Documentation française, 1999.

6 B. Badie, La Fin des territoires, Paris, Fayard, 1995, p. 220-223.

7 A. Groutel, La Coopération économique entre les deux Irlandes, Caen, Presses universitaires de Caen, 2003, p. 124-125.

8 C. Gillissen, « La présidence irlandaise du Conseil européen, 2004 » http://www.diploweb.com, décembre 2004.

9 The Irish Times, 13 novembre 2004.

© Presses universitaires de Caen, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540