Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une relation unique

 | 
Christophe Gillissen

Dépendance et interdépendance

Texte intégral

1Avec le statut de dominion puis celui de république, l’Irlande acquit peu à peu son indépendance politique vis-à-vis du Royaume-Uni. Mais dans le même temps, les dirigeants irlandais durent trouver un nouvel équilibre financier et commercial avec l’ancienne métropole, ce qui n’alla pas sans poser de réelles difficultés là aussi. En effet, le Traité de 1921 avait laissé certaines questions financières en suspens, dont l’enjeu était considérable tant sur le plan économique que politique. Malgré quelques accords initiaux, ces questions donnèrent lieu à une guerre douanière dans les années trente, jusqu’à ce que l’accord anglo-irlandais de 1938 y mette fin.

  • 1 P. Lynch, « The Economic Scene », in Conor Cruise O’Brien Introduces Ireland, O. Dudley Edwards (éd (...)
  • 2 J. Bradley, « Economic Development on the Island of Ireland : Differing Experiences of North and So (...)
  • 3 D. McAleese, « Anglo-Irish Economic Interdependence : From Excessive Intimacy to a Wider Embrace », (...)
  • 4 N. Gibson, « Political and Economic Integration », in Political Cooperation in Divided Societies, D (...)

2Par ailleurs, la réalité économique des îles britanniques ne put être modifiée du jour au lendemain par un simple traité. Pendant le temps de l’union, les deux îles étaient devenues une seule entité économique à bien des égards1. En effet, au xixe siècle, la Grande-Bretagne s’était industrialisée, tandis que l’économie de l’Irlande était restée axée sur l’agriculture – à l’exception notable du nord-est de l’île – et fournissait l’île voisine en denrées agricoles ainsi qu’en main-d’œuvre2. Dans le cadre de l’union, cette spécialisation et cette complémentarité pouvaient se justifier sur un plan économique au vu des travaux de Smith et Ricardo par exemple3. Mais la solidarité nationale ne joua pas de manière suffisante pour éviter les conséquences désastreuses de la Grande Famine en 1845-1850, ce qui remit en cause le principe même de l’union4.

  • 5 G. Hussey, Ireland Today : Anatomy of a Changing State [1993], Harmondsworth, Penguin, 1995, p. 240 (...)

3Et dès lors que le sud de l’Irlande devint autonome, cette spécialisation et cette complémentarité – accrues par la partition, puisque la seule partie industrialisée de l’Irlande, le nord-est, demeura au sein du Royaume-Uni – impliquaient une dépendance économique et commerciale peu compatible avec le nouveau statut de l’État libre5. C’est pourquoi des mesures protectionnistes furent prises par Dublin dans les années trente, afin de tenter d’affranchir le pays de la tutelle britannique.

  • 6 P. Keatinge, A Place Among the Nations : Issues of Irish Foreign Policy, Dublin, Institut of Public (...)

4Mais les résultats ne furent pas à la hauteur des espérances, et par la suite l’Irlande dut négocier à plusieurs reprises des accords commerciaux avec le Royaume-Uni pour assurer sa croissance économique, avec un succès tout relatif cependant : ainsi, jusqu’en 1972, l’Irlande était encore perçue comme un pays en voie de développement par les économistes6.

5Ces relations économiques particulières se reflétaient aussi dans les systèmes bancaires et les devises nationales, largement imbriqués les uns dans les autres. Il fallut attendre l’adhésion du Royaume-Uni et de l’Irlande à l’Europe en 1973 pour que l’Irlande atteigne enfin une certaine autonomie financière et économique. De manière générale, l’Union européenne permit à l’Irlande de diversifier ses partenaires commerciaux, de développer ses infrastructures et de connaître enfin un véritable essor économique à partir du milieu des années quatre-vingt-dix. La dépendance bilatérale entre la République d’Irlande et le Royaume-Uni a ainsi cédé la place à une interdépendance multilatérale au sein de l’Union européenne.

  • 7 C. Cruise O’Brien, Neighbours, Londres, Faber, 1980, p. 19-20.

6Malgré tout, les liens humains et sociaux entre les deux pays sont toujours aussi étroits. Les Irlandais demeurent le principal groupe ethnique issu de l’immigration en Grande-Bretagne, et la législation britannique reste très avantageuse de leur point de vue, puisqu’ils peuvent entrer librement sur le territoire britannique, y travailler et même y voter. En outre, une langue commune, des rencontres facilitées par la proximité géographique des deux îles et une culture largement partagée par les deux populations en ont fait des peuples avec une réelle sympathie l’un pour l’autre, toute considération politique mise à part7.

  • 8 G. Howe, Conflict of Loyalty, Londres, Pan Books, 1995 p. 417.

7Ainsi, à un niveau anecdotique, les représentants irlandais et britanniques dans les instances européennes – représentants qui ne défendent pas toujours les mêmes politiques, loin s’en faut – s’entendent fort bien lors des repas organisés dans ce cadre car ils comprennent facilement leurs allusions et plaisanteries mutuelles. Dans la même veine, Garret FitzGerald évoque le souvenir d’une nuit passée en Grande-Bretagne, chez Jo Grimond, alors chef du Parti libéral britannique : il découvrit que neuf livres sur dix dans la chambre d’enfant où il dormait étaient des ouvrages qu’il avait lui-même lus dans sa jeunesse8.

8Cela dit, ces liens culturels n’ont pas empêché de réelles frictions entre les deux pays à diverses reprises, notamment pendant les années trente lorsque Eamon de Valera tenta d’accroître l’autonomie économique de l’Irlande, tentative qui passait entre autres par un rejet des clauses financières du Traité anglo-irlandais.

Relations financières

9La question constitutionnelle domina les relations irlando-britanniques pendant fort longtemps. Les questions financières suscitèrent moins de débats quant à elles, hormis celle du remboursement des annuités foncières. Et encore, la remise en question de ces annuités par de Valera après son arrivée au pouvoir en 1932 relevait pour l’essentiel d’une démarche politique, elle s’inscrivait dans le démantèlement des clauses du Traité angloirlandais.

  • 9 R. Fanning, The Irish Department of Finance, 1922-1958, Dublin, Institute of Public Administration, (...)

10Le résultat en fut que l’Irlande, malgré son indépendance et son statut de république officiellement confirmé en 1948, demeura jusque dans les années soixante-dix un satellite économique du Royaume-Uni. C’était flagrant en particulier au niveau de sa monnaie, indexée sur la livre sterling jusqu’en 1979, soit plus de trois-quarts de siècle après l’indépendance. C’était tout aussi réel, bien que moins apparent sans doute, dans sa politique économique et monétaire, tant les hauts fonctionnaires du ministère irlandais des Finances étaient influencés en ce domaine par leurs homologues britanniques et adhéraient à l’orthodoxie financière qui était de mise à Londres. Si ce rayonnement culturel du Treasury peut être vu comme une forme de néocolonialisme, il n’empêche que les contacts étroits et la similarité de points de vue de part et d’autre de la mer d’Irlande facilitèrent aussi la résolution de certains différends financiers anglo-irlandais dans les années vingt9.

Le Traité anglo-irlandais

11La fin de l’union entre la Grande-Bretagne et l’Irlande nécessita un règlement financier, qui fut cependant laissé en suspens par le Traité anglo-irlandais. En effet, lors des négociations, la commission financière ne se réunit qu’une seule fois, le 19 octobre 1921, et aucun accord ne fut trouvé à cette occasion. Michael Collins considérait que l’Irlande avait fait l’objet de prélèvements disproportionnés du temps de l’union, tandis que les représentants britanniques estimaient au contraire que l’Irlande avait tiré bénéfice de l’union avec la Grande-Bretagne et qu’elle devait donc réparation à Londres : tout compromis semblait difficile dans ces conditions, d’autant plus que les enjeux politiques étaient prioritaires, et de loin.

  • 10 G. FitzGerald, Reflections on the Irish State, Dublin, Institute of Public Administration, 2003, p. (...)

12En fait, ce fut à partir de la loi de 1908 sur les pensions (Old Age Pensions Act) que l’Irlande commença à recevoir davantage d’argent qu’elle n’en fournissait au Trésor britannique. Jusque-là, elle avait effectivement contribué plus qu’elle ne recevait, et ce revirement faisait partie de la stratégie britannique visant à résoudre le problème irlandais par des concessions judicieuses qui devaient réduire le soutien au mouvement autonomiste10.

13Au bout du compte, deux articles – les articles 5 et 10 – ne proposèrent qu’un cadre général pour régler diverses questions financières par la suite, telles la répartition de la dette publique et la prise en charge des pensions des personnels militaires et civils qui avaient travaillé en Irlande avant 1921. De fait, l’article 5 prévoyait qu’une commission d’arbitrage, formée de « personnes indépendantes issues du Commonwealth », serait appelée à trancher si jamais Londres et Dublin n’arrivaient pas à se mettre d’accord sur le montant des paiements.

  • 11 J.C. Beckett, The Making of Modern Ireland, 1603-1923, Londres, Faber & Faber, 1981, p. 406-408.
  • 12 T.C. Curtis et R.B. McDowell (éd.), Irish Historical Documents, 1172-1922 [1943], Londres, Methuen, (...)

14Mais d’autres enjeux ne furent pas mentionnés du tout dans le Traité, et dès janvier 1922, lorsque le gouvernement britannique et le gouvernement irlandais provisoire se concertèrent pour mettre au point les modalités d’application du Traité (« Heads of Working Arrangements for Implementing the Treaty »), la question des annuités foncières fut soulevée. Celle-ci résultait de diverses lois agraires passées par le gouvernement du Royaume-Uni avant la fondation de l’État libre d’Irlande, dont la loi Wyndham de 1903 : les agriculteurs irlandais avaient pu ainsi racheter les terres qu’ils travaillaient grâce à des prêts à taux avantageux garantis par l’État11. Initialement, d’après l’article 26 de la loi de 1920 sur l’Irlande (Government of Ireland Act), le remboursement de ces prêts devait se faire auprès des gouvernements irlandais et nord-irlandais et non plus auprès du gouvernement britannique12. Cependant, l’État libre d’Irlande ne faisant plus partie du Royaume-Uni après 1921, cette clause fut modifiée dans son cas, et Michael Collins s’engagea alors à faire verser ces annuités au Trésor britannique.

  • 13 R. Fanning, The Irish Department of Finance, 1922-1958, p. 133-134.

15Le 9 décembre 1922, soit trois jours après la promulgation de la Constitution de l’État libre d’Irlande, le ministre britannique des Colonies, le Duc de Devonshire, envoya une missive « très urgente » au gouvernement irlandais pour évoquer la question des annuités foncières, ainsi que diverses compensations aux titres du réseau ferré, des munitions fournies par le Royaume-Uni, des dégâts occasionnés lors du conflit anglo-irlandais et des pensions13. Des négociations eurent lieu à Londres le 9 février 1923 et aboutirent à un accord signé le 12 février.

  • 14 A. Mitchell et P. Ó Snodaigh (éd.), Irish Political Documents, 1916-1949, Blackrock, Irish Academic (...)

16Le premier article de cet accord portait sur la question des annuités foncières, désormais à la charge de Dublin14. Les articles suivants concernaient les autres dettes, qui furent confirmées, même si leur règlement fut repoussé dans certains cas, dans l’attente du rapport de la Commission de démarcation. Ainsi, un règlement financier définitif (« ultimate financial settlement ») fut prévu, l’idée étant aussi de tenir compte de la situation économique de l’État libre encore plongé dans la guerre civile.

17Mais ce report des échéances ne changeait rien au fait que l’accord était très avantageux pour Londres. De fait, il l’était tellement qu’un livre blanc britannique sur les relations financières anglo-irlandaises ne fut pas publié comme prévu au mois de juillet : les hauts fonctionnaires du ministère des Finances estimèrent qu’il pouvait compromettre les perspectives électorales du gouvernement de William Cosgrave. De même, celui-ci évita de présenter l’accord financier au Parlement irlandais – il demeura confidentiel jusqu’en avril 1932 – et il ne fut donc pas ratifié, tant le gouvernement irlandais craignait les critiques de l’opposition. En effet, le Traité anglo-irlandais de 1921 ne comportait pas de dispositions financières aussi contraignantes à l’encontre de l’Irlande, et l’opposition aurait reproché au gouvernement d’avoir fait des concessions inouïes au Royaume-Uni : de nombreux Irlandais, y compris parmi les partisans du Traité, estimaient que c’était Londres qui devait réparation à Dublin et non l’inverse.

  • 15 T. Jones, Whitehall Diary, vol. III, Ireland, 1918-1925, K. Middlemas (éd.), Oxford, Oxford Univers (...)

18La question de la dette publique fut ainsi laissée en suspens jusqu’en 1925, lorsque la Commission de démarcation acheva enfin son rapport, puisque la part irlandaise de cette dette dépendait en partie du tracé de la frontière. Mais l’énorme contrecoup politique subi par Dublin suite aux conclusions de la Commission sur ce tracé amena Londres à faire preuve de générosité sur la question financière. Le gouvernement britannique avait conscience de la position délicate de son homologue irlandais, et pendant les négociations de l’accord tripartite du 3 décembre 1925, Winston Churchill, alors ministre des Finances, expliqua à ses collègues « qu’un règlement était une priorité absolue. Un effondrement total servirait les intérêts des républicains et représenterait bien plus que la perte de l’Article 5 »15.

  • 16 D. Harkness, Ireland in the Twentieth Century : Divided Island, Dublin, Macmillan, 1996, p. 145-147

19Diverses concessions furent donc faites à Dublin dans le cadre de l’accord. En particulier, l’article 5 du Traité anglo-irlandais sur la question de la dette publique fut abrogé (article 2). En contrepartie, l’Irlande accepta de dédommager les victimes de la guerre anglo-irlandaise (article 3) et de la guerre civile (article 4)16. Au bout du compte, au lieu de devoir quelque 170 millions de livres à Londres, Dublin n’avait plus qu’une dette de l’ordre de 15 millions, échelonnée sur soixante ans. L’accord fut donc fort avantageux pour l’État libre d’Irlande sur le plan financier.

20Stanley Baldwin, alors Premier ministre du Royaume-Uni, justifia ainsi l’accord devant la Chambre des communes, le 8 décembre 1925 :

  • 17 House of Commons Debates, 8 décembre 1925, cité in R. Fanning, The Irish Department of Finance, 192 (...)

Où réside l’intérêt de la Grande-Bretagne ? S’agit-il de maintenir le sud de l’Irlande dans la pauvreté et de tenter d’en extorquer ses dettes ? D’un point de vue strictement commercial, l’intérêt de notre pays est que l’Irlande soit prospère […], et ce pour deux très bonnes raisons. La première est qu’elle devrait constituer un marché important pour nos industriels, et la seconde
– qui est assez égoïste – est que si l’Irlande est prospère, les Irlandais travailleront dans leur propre pays et essayeront d’en faire un pays riche et florissant. À l’inverse, une Irlande accablée par la pauvreté résultera en un flot continu de personnes démunies se rendant en Grande-Bretagne, où à présent nous pouvons à peine faire face à nos propres problèmes de chômage et de commerce17.

21L’une des raisons de cette décision était que les hauts fonctionnaires britanniques avaient conscience du fait que l’Irlande n’était pas en mesure de rembourser une telle somme. Dans ces conditions, il n’était guère opportun d’insister pour recouvrer l’intégralité de la créance, tandis que de judicieuses concessions pouvaient au contraire améliorer les relations entre les deux pays et éviter de déstabiliser le gouvernement de William Cosgrave. L’influence de Thomas Jones, secrétaire du Cabinet, et de Lionel Curtis, responsable de la politique irlandaise au Colonial Office, fut décisive.

  • 18 A. Mitchell et P. Ó Snodaigh (éd.), Irish Political Documents, 1916-1949, p. 173-174.
  • 19 M. Moynihan, Currency and Central Banking in Ireland, 1922-1960, Dublin, Central Bank of Ireland–Gi (...)

22Mais le 19 mars 1926, les ministres des Finances, Churchill et Ernest Blythe, signèrent un document qui remit en cause les dispositions financières de cet accord. Il s’agissait de préparer un « Accord financier ultime » (Ultimate Financial Agreement), conformément aux dispositions du Traité anglo-irlandais et de l’accord de 1923, afin de régler les questions encore en suspens. Mais Blythe confirma à cette occasion l’engagement pris par le gouvernement irlandais en 1923 à payer les annuités foncières, ainsi que les pensions de police pour la période antérieure à l’indépendance18. Du coup, au lieu de rembourser 250000 livres par an, Dublin devait payer 5 millions de livres par an, dont 3 au titre des annuités foncières19.

  • 20 F.S.L. Lyons, Ireland since the Famine, Londres, Fontana, 1973, p. 495.

23Mais non seulement ce document ne fut pas ratifié par le Parlement irlandais – il s’agissait en fait d’une base devant servir à un accord formel par la suite –, en plus il revenait sur l’accord tripartite de décembre 1925 : en effet, en vertu de l’article 2 de ce dernier, Dublin avait obtenu l’annulation de sa dette vis-à-vis de Londres20. C’est dire s’il était sujet à controverse – c’est précisément pourquoi Cosgrave ne voulut pas en faire connaître les termes tout de suite : il fallut attendre huit mois pour qu’ils fussent rendus publics. La pérennité de l’« Accord financier ultime » de 1926 était donc fort menacée dès lors que le Cumann na nGaedheal ne serait plus au pouvoir.

Les annuités foncières

  • 21 Cité in A. O’Day et J. Stevenson (éd.), Irish Historical Documents since 1800, Dublin, Gill & Macmi (...)

24De fait, peu après l’élection d’Eamon de Valera à la Présidence du Conseil exécutif de l’État libre d’Irlande, le paiement des annuités foncières fut suspendu par Dublin de manière unilatérale. La décision était prévisible : c’était le deuxième engagement pris par le Fianna Fáil dans son programme électoral de 1932. Il y était précisé que, de l’avis de « plusieurs avocats éminents », il n’y avait « aucune obligation contractuelle » à payer ces annuités et que l’argent pourrait servir à financer des baisses d’impôts, par exemple, proposition toujours populaire en période électorale21.

  • 22 Dáil Debates, vol. XXIX col. 1301 (2 mai 1929).

25De Valera avait contesté le paiement des annuités au Parlement irlandais dès 1929, mais sans succès, sa motion étant rejetée22. Il considérait que la loi britannique de 1920 sur l’Irlande (Government of Ireland Act, 1920) avait clairement établi que les annuités revenaient aux gouvernements irlandais, nord et sud, et non à Londres. Si, malgré tout, on pouvait considérer que l’État libre d’Irlande devait encore quelque remboursement au titre de la dette publique, l’accord tripartite de 1925 l’avait dégagé de ses obligations en ce domaine selon lui.

  • 23 Cité in A. O’Day et J. Stevenson (éd.), Irish Historical Documents since 1800, p. 189 : « These pay (...)
  • 24 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, Dublin, Gill & Macmillan, 1970, p. 262.

26D’autre part, ces annuités grevaient les finances du pays au point de rendre toute « reprise économique presque impossible »23. Elles représentaient en effet une somme considérable, équivalant à près d’un cinquième des revenus de l’État libre24. Un parallèle fut établi avec les remboursements allemands au titre des réparations de guerre – remboursements contestés par la presse britannique –, sauf qu’ils étaient proportionnellement plus lourds dans le cas de l’Irlande.

  • 25 W.K. Hancock, Survey of British Commonwealth Affairs (vol. I) : Problems of Nationality, 1918-1936, (...)

27Mais du point de vue britannique, ces arguments étaient irrecevables. En particulier, les hauts fonctionnaires du ministère des Finances avaient une position très claire à ce sujet. Ainsi, ils firent la distinction entre les prêts accordés jusqu’en 1909 par l’État – et donc annulés en vertu de l’accord tripartite de 1925 puisqu’ils relevaient de la dette publique – et ceux accordés après 1909, et qui étaient eux garantis par l’État mais redevables auprès d’actionnaires privés. Cette distinction avait d’ailleurs été admise par le gouvernement de William Cosgrave à l’occasion du passage de la loi agraire irlandaise de 1923 (Land Act, 1923)25.

  • 26 Cité in A.B. Keith, Speeches and Documents on the British Dominions, 1918-1931 : From Self-Governme (...)
  • 27 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 277-278.
  • 28 E. de Valera, « Note on the Land Purchase Annuities », in The Irish Republic : A Documented Chronic (...)

28En outre, Dublin s’était engagé à rembourser ces sommes par les deux accords financiers de 1923 et 1926, comme Thomas le fit savoir à l’attention du nouveau chef du gouvernement irlandais dans une lettre datée du 9 avril 193226. Quelque peu surpris par cette nouvelle – c’est du moins ce qu’affirme sa biographie officielle –, de Valera fit faire des recherches dans les archives officielles et un document en piteux état lui fut alors transmis, document qui ne portait aucune signature : il s’agissait de l’accord du 12 février 1923, qui avait été classé dans un dossier « confidentiel »27. De Valera en contesta alors la validité puisque, contrairement au Traité anglo-irlandais et à l’accord tripartite de 1925, il n’avait pas été ratifié par le Parlement irlandais, pas plus que par le Parlement britannique. Dès lors, argua-t-il, il n’y avait aucune base juridique pour justifier le paiement des annuités foncières28.

  • 29 J.H. Thomas, My Story, Londres, Hutchinson & C°, 1937, p. 185.
  • 30 Dáil Debates, vol. XLII, col. 1692 (17 juin 1932).

29Londres pensait au contraire que l’accord était tout à fait valide, dans la mesure où il n’y était pas stipulé qu’il devait être ratifié par le Parlement irlandais. Cependant, puisque aucun terrain d’entente ne semblait possible, le ministre britannique des Dominions, J.H. Thomas, proposa de soumettre la question à un arbitrage extérieur, en vertu des recommandations de la Conférence impériale de 193029. De Valera fit part de son accord de principe, mais demanda à ce que la composition du tribunal ne fût pas restreinte à des juges originaires de pays membres du Commonwealth – les déboires liés à la Commission de démarcation avaient montré les limites de l’objectivité de telles personnes –, et il exigea aussi que la question des annuités ne fût pas traitée à part des autres contentieux financiers30.

30Après une étude détaillée des arguments avancés par de Valera, les hauts fonctionnaires britanniques en vinrent à la conclusion qu’il serait peu opportun de recourir à un arbitrage extérieur :

  • 31 Cité in D. McMahon, Republicans and Imperialists : Anglo-Irish Relations in the 1930s, New Haven (C (...)

Même s’il se peut fort bien que nous ayons raison sur les deux questions sur le plan légal, il y a malgré tout un certain risque qu’un médiateur puisse conclure que M. de Valera a raison d’un point de vue purement légaliste et technique, et il serait peu souhaitable que nous nous exposions à une telle décision alors qu’il n’y a pas le moindre élément de doute quant aux faits (1) que l’État libre d’Irlande doit en toute justice nous payer ces annuités et (2) qu’ils ont promis de manière claire et ferme de le faire31.

31Cet avis était partagé par le Foreign Office et le Cabinet. Aussi le gouvernement britannique refusa-t-il de négocier sur ce point et préféra-t-il prendre position sur la question du serment d’allégeance où il sentait plus sûr de son bon droit. Après quelques tentatives avortées pour trouver une solution négociée à tous ces différends, les deux pays se livrèrent à une guerre économique.

32En effet, lorsque Dublin refusa de verser le paiement prévu le 1er juillet 1932 – l’argent fut placé sur un compte bloqué dans l’attente d’un règlement –, Londres riposta aussitôt en imposant des droits de douane sur les exportations irlandaises, droits qui devaient rapporter une somme équivalente aux annuités foncières et ainsi équilibrer les comptes du Trésor britannique.

  • 32 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, Oxford, Clarendon Press, 1985, p. 142-146.

33De surcroît, il était espéré que ce coup porté à l’économie irlandaise pourrait déstabiliser le gouvernement minoritaire de de Valera, qui dépendait du soutien du groupe parlementaire travailliste, et ainsi contribuer à ramener Cosgrave et le Cumann na nGaedheal au pouvoir. La presse et le Parti conservateur britanniques encouragèrent le gouvernement à rester ferme, et celui-ci rejeta ainsi la proposition de de Valera de placer l’argent sur un compte bloqué à la Banque des règlements internationaux (Bank for International Settlements) en contrepartie d’une levée des droits de douane32.

  • 33 W.K. Hancock, Survey of British Commonwealth Affairs (vol. I) : Problems of Nationality, 1918-1936, (...)

34Par la suite, le gouvernement de l’État libre d’Irlande imposa à son tour des restrictions sur les importations en provenance du Royaume-Uni, et toute possibilité d’un arrangement à l’amiable à l’occasion de la Conférence impériale d’Ottawa fut alors réduite à néant, d’autant plus que, lors d’une rencontre à Londres en juillet 1932 avec le Premier ministre britannique, James Ramsay MacDonald, de Valera remit en cause d’autres aspects du règlement financier anglo-irlandais, concernant les chemins de fer, la devise et les pensions civiles, judiciaires et policières33. Il alla jusqu’à demander à ce que la question des prélèvements fiscaux effectués en Irlande du temps de l’union soit étudiée à nouveau, pour que l’Irlande puisse obtenir réparation pour la « conquête » britannique et ses aléas.

  • 34 Dáil Debates, vol. XLIV, col. 139-140 (19 octobre 1932): « in order to see whether it is possible t (...)
  • 35 J.H. Thomas, My Story, p. 202.

35Au mois d’octobre 1932, de Valera rencontra le ministre britannique des Affaires étrangères, Sir John Simon, à Genève, où ils étaient tous deux présents pour les travaux de la Société des Nations. Suite à leurs discussions, une conférence financière anglo-irlandaise fut organisée à Londres les 14 et 15 octobre, afin de « chercher un accord global concernant les relations financières futures entre l’État libre d’Irlande et le Royaume-Uni »34. La situation demeura bloquée cependant. En effet, à cette occasion, de Valera « annonça avec calme » qu’il estimait les préjudices subis par l’Irlande du temps de l’union avec la Grande-Bretagne à quelque 400 millions de livres35.

  • 36 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 152.

36Les Britanniques, qui auraient pu envisager au mieux une révision à la baisse des annuités foncières, ne donnèrent pas suite à cette entrée en matière. Les négociations prirent fin et Londres ne chercha plus d’issue négociée à la crise, préférant l’épreuve de force : ainsi, le Irish Situation Committee, après s’être réuni seize fois entre mars et novembre 1932, ne se réunit plus que six fois entre novembre 1932 et mai 193636.

37Il fallut attendre que Malcolm MacDonald succède à J.H. Thomas en tant que ministre des Dominions en 1935 et que Neville Chamberlain devienne Premier ministre le 28 mai 1937, à la suite de Baldwin, pour que les relations irlando-britanniques s’améliorent quelque peu. Warren Fisher, secrétaire général du ministère britanniques des Finances, plaida aussi à cette époque pour une approche plus conciliante :

  • 37 Cité in R. Fanning, The Irish Department of Finance, 1922-1958, p. 297 : « It is too readily forgot (...)

Nous autres Anglais avons tendance à oublier un peu vite que le bilan de notre action en Irlande est atroce pour la majeure partie. Et nous ne comprenons pas non plus la propension des Irlandais à vivre dans le passé. J’espère sincèrement que nous en tiendrons compte lors de ces négociations : si nous les gérons de manière généreuse, elles s’avéreront peut-être avantageuses de notre point de vue au bout du compte37.

38Du côté irlandais, avec l’adoption d’une nouvelle constitution en 1937, Eamon de Valera avait atteint la plupart de ses objectifs politiques et constitutionnels et dès lors était prêt aussi à négocier sur les questions financières. En outre, Londres et Dublin avaient tous deux intérêt à mettre un terme à la guerre douanière et à trouver un accord politique dans un contexte international de plus en plus tendu. C’est ainsi que vers la fin de l’année 1937, les deux gouvernements se décidèrent à entamer des pourparlers officiels. Les délégations ministérielles se rencontrèrent à Londres le 17 janvier 1938, mais les discussions furent longues et ardues et n’aboutirent à un accord que le 25 avril. En effet, l’enjeu financier était doublé à la fois d’un enjeu commercial et d’un enjeu stratégique. Il fallait dans le même temps trouver un terrain d’entente sur les droits de douane et sur les bases navales, et des concessions sur l’un de ces enjeux pouvaient avoir des répercussions sur les autres.

  • 38 Cité in R. Fanning, The Irish Department of Finance, 1922-1958, p. 300-305.

39De plus, si les délégations étaient prêtes de part et d’autre à faire preuve d’une certaine souplesse, les positions initiales sur la question financière étaient malgré tout fort éloignées. Le gouvernement britannique estimait que Dublin lui devait 104,05 millions de livres en tout, dont 78 millions au seul titre des annuités foncières. Mais comme le ministère des Finances ne pensait pas que Dublin fût en mesure d’emprunter plus de 10 millions pour régler ses dettes, il fut convenu de n’en demander que 37 dans un premier temps, quitte à baisser davantage lors des pourparlers. Les Irlandais pour leur part ne proposèrent que 2 millions lors de la première réunion, mais ils acceptèrent au fil des jours de monter jusqu’à 10 millions38.

  • 39 N. Mansergh (éd.), Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs, 1931-52, Oxford, Oxford (...)
  • 40 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 316-317.

40Au terme des négociations, un accord anglo-irlandais fut signé le 25 avril, ou plutôt des accords furent signés (« Agreements between the Government of the United Kingdom and the Government of Eire »), car il y avait trois volets distincts : l’un concernant les bases navales, un autre sur le commerce et enfin un troisième sur les questions financières39. Puisque Dublin devait désormais prendre en charge l’entretien des bases navales rétrocédées dans le cadre de l’accord, Londres accepta un versement forfaitaire de 10 millions de livres pour solde de tout compte, et il fut stipulé que le libellé ne ferait pas référence aux annuités foncières, ce qui permit à de Valera de sauver la face40.

  • 41 Voir supra, p. 88-89.

41Les concessions britanniques s’expliquent par des considérations géopolitiques et commerciales : ce règlement financier visait avant tout à améliorer les relations entre les deux pays, et puisque la fermeté adoptée par Londres en 1932 avait fait la preuve de son inefficacité, Neville Chamberlain tenta, avec un succès incontestable, d’y parvenir par la négociation et l’apaisement. À cet égard, c’est bien l’accord anglo-irlandais de 1938 qui fut le véritable « accord financier ultime », mettant un terme au contentieux irlando-britannique, et non celui de 1926. L’accord de 1938 permit aussi à l’Irlande, comme il a été vu plus haut, de rester neutre pendant la Seconde Guerre mondiale, grâce aux bases navales qui lui furent restituées41.

42Pourtant, les étroites relations commerciales et bancaires entre le Royaume-Uni et l’Irlande rendirent cette neutralité précaire par moments ; elles montrèrent aussi les limites de l’indépendance politique si celle-ci n’était pas doublée d’une certaine autonomie économique et monétaire. Or en ce domaine, l’Irlande était encore très dépendante du Royaume-Uni.

Les livres sterling et irlandaise

  • 42 M. Moynihan, Currency and Central Banking in Ireland, p. 31.
  • 43 Dáil Debates, vol. XIX, col. 1130-1131 (7 avril 1927).

43La livre irlandaise avait été indexée sur la livre sterling dès 1826, dans le cadre de l’Union de la Grande-Bretagne et de l’Irlande42. La parité entre les deux monnaies fut maintenue après l’indépendance, toutefois, suite au rapport de la Commission bancaire irlandaise. Celle-ci fut établie en 1926 sous la présidence d’un universitaire américain indépendant, Henry Parker-Willis43. Son rapport, publié en janvier 1927, recommanda bien la création d’une devise irlandaise séparée, mais il fit valoir les avantages qui résulteraient d’une parité avec la livre sterling, notamment par rapport au commerce : un taux de change fixe ne pouvait que contribuer au maintien des échanges entre l’Irlande et le Royaume-Uni.

  • 44 Cité in P. Keatinge, A Place Among the Nations…, p. 127 : « The Saorstát is now, and will undoubted (...)
  • 45 R. Fanning, The Irish Department of Finance, p. 375.

44En outre, la Commission considérait que l’Irlande faisait « partie intégrante, et ce sans doute pour longtemps, du système économique britannique »44. Dans ces conditions, mieux valait prendre les mesures adéquates pour que l’Irlande puisse en retirer tous les avantages. Aussi la loi de 1927 sur la monnaie irlandaise (Currency Act, 1927) prévit-elle qu’il serait nécessaire de légiférer pour modifier le taux de change, rendant ainsi une telle modification peu probable sauf circonstances exceptionnelles. De même, en 1938, la Commission bancaire recommanda à nouveau de préserver la parité entre les deux monnaies, toujours pour favoriser le commerce, mais aussi pour renforcer la crédibilité de la livre irlandaise à l’échelle internationale et ainsi pouvoir obtenir des prêts45.

  • 46 P. Clavin, The Great Depression in Europe, Basingstoke, Macmillan, 2000, p. 130-136.

45Pourtant, malgré les avantages évidents de la parité du point de vue irlandais, elle put aussi poser de réels problèmes à certaines occasions. Ainsi, en mai 1925, lorsque le gouvernement britannique décida de rétablir l’étalon or (Gold Standard Act), l’Irlande dut suivre, alors que cette mesure déflationniste n’était pas forcément la plus indiquée pour faire face à la montée du chômage. Et en septembre 1931, l’Irlande dut à nouveau suivre le Royaume-Uni lorsque la convertibilité de la livre sterling fut suspendue suite aux effets du krach boursier de 192946 Or cette dévaluation se traduisit par une baisse des avoirs irlandais en sterling.

  • 47 Article 5, cité in A. Mitchell et P. Ó Snodaigh (éd.), Irish Political Documents, 1916-1949, p. 175

46C’est pourquoi Eamon de Valera exigea lors de la conférence financière anglo-irlandaise d’octobre 1932 que la question d’une compensation des effets de la dévaluation de 1931 sur l’Irlande fût mise à l’ordre du jour. S’il n’obtint pas gain de cause, il mit malgré tout en évidence la forte dépendance de l’Irlande vis-à-vis du Royaume-Uni sur le plan financier et monétaire. C’est ainsi que la possibilité d’établir une banque centrale fut à nouveau soulevée en Irlande, possibilité déjà évoquée dans le manifeste du Fianna Fáil de 192647

  • 48 J. Meenan, The Irish Economy Since 1922, Liverpool, Liverpool University Press, 1970, p. 219.

47Elle avait d’ailleurs été envisagée par la Commission bancaire cette même année, mais elle avait été écartée pour plusieurs raisons. D’une part, le système bancaire irlandais était assez bien organisé, il n’y avait donc pas de réel besoin d’une banque centrale48. D’autre part, si des pièces irlandaises furent frappées à partir de 1926 – par la Monnaie britannique (Royal Mint) toutefois, pour des raisons d’économie ! –, les billets britanniques avaient toujours cours légal, facilitant ainsi les échanges entre l’État libre, l’Irlande du Nord et la Grande-Bretagne.

  • 49 W.B. Hancock, Survey of British Commonwealth Affairs (vol. II) : Problems of Economic Policy, 1918- (...)

48Par ailleurs, la Banque d’Irlande joua le rôle d’agent financier (Financial Agent) de l’État libre dès 1922, et réduisit de ce fait la nécessité d’établir une banque centrale. Vu son importance stratégique, une loi (Bank of Ireland Act) fut cependant votée en 1929 pour empêcher qu’elle ne passe sous contrôle étranger. Enfin, lorsqu’une Commission monétaire (Currency Commission) fut créée en 1927, elle permit à l’État irlandais d’exercer un certain contrôle sur sa situation financière et monétaire, contrôle jugé suffisant par le gouvernement Cumann na nGaedheal. La situation était similaire dans les autres dominions d’ailleurs, puisque seule l’Afrique du Sud disposait alors d’une banque centrale49

  • 50 N. Mansergh (éd.), Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs, 19311952, vol. II, p. 10 (...)
  • 51 D. Judd, Empire : The British Imperial Experience from 1765 to the Present, Londres, Phoenix Press, (...)
  • 52 F.S.L. Lyons, Ireland since the Famine, p. 613.

49En novembre 1934, Eamon de Valera nomma une nouvelle Commission chargée d’étudier entre autres la question d’une banque centrale, le contexte ayant beaucoup changé entre-temps. Ainsi, suite à la suspension de la convertibilité de la livre sterling en or, le Royaume-Uni venait de créer le « bloc sterling », qui devint la zone sterling (Sterling Area) pendant la Seconde Guerre mondiale50. La livre y remplaçait l’or et tous les dominions et colonies, à l’exception du Canada, étaient membres, ainsi que quelques pays tiers, tels que le Portugal et les pays scandinaves51. En d’autres termes, les exportations irlandaises vers le Royaume-Uni seraient désormais payées par la planche à billets britannique. Et avec la guerre douanière entre les deux pays, les réserves sterling de l’État libre diminuaient de manière inquiétante tandis que le déficit de la balance des paiements augmentait52

  • 53 R.J. Raymond, « Irish Economic Development, 1933-1948 », in De Valera and His Times, J.P. O’Carroll (...)

50Cependant, le rapport majoritaire de la Commission, publié en mars 1938, ne préconisa toujours pas de créer une banque centrale. Mais avec le début de la Seconde Guerre mondiale, il devint apparent que l’État irlandais avait besoin de contrôler davantage sa situation financière et monétaire, notamment en 1941 lorsque l’économie irlandaise subit un ralentissement dramatique53.

  • 54 Cité in R. Fanning, The Irish Department of Finance, p. 378 : « the only effective remedy would be (...)

51Pendant le conflit, il fut envisagé de placer les réserves irlandaises aux États-Unis, mais cette alternative à la zone sterling fut abandonnée, en partie parce que le commerce entre l’Irlande et les États-Unis était trop limité, mais aussi parce qu’il eût été difficile de transférer les avoirs irlandais. De fait, le Cabinet de guerre britannique, réuni le 25 octobre 1939, établit un comité interministériel pour examiner le problème d’un éventuel retrait irlandais de la zone sterling. Le seul remède efficace, selon celui-ci, serait de « geler les avoirs et investissements irlandais » si d’aventure Dublin devait prendre une telle décision54.

  • 55 B.M. Walsh, « Ireland’s Membership of the European Monetary System : Expectations, Outturn and Pros (...)
  • 56 B. Whelan, « Integration or Isolation ? Ireland and the Invitation to Join the Marshall Plan », in (...)

52Ce ne fut qu’en 1943 qu’une banque centrale fut établie en Irlande suite au Central Bank Act, 1942, mais elle n’eut que des pouvoirs fort limités jus-qu’en 197155. La dépendance monétaire de l’Irlande vis-à-vis du Royaume-Uni n’en fut pas donc fondamentalement changée. Ainsi, lors des Discussions économiques anglo-irlandaises de juin 1948 (Anglo-Irish Economic Discussions), organisées à la demande de Dublin pour revoir l’accord commercial de 1938, la délégation britannique exprima certaines réserves quant aux retraits effectués par l’État libre sur la réserve en dollars de la zone sterling, pour payer notamment des importations en provenance des États-Unis56. Il fut décidé que l’Irlande essayerait d’obtenir la plus grande somme possible au titre de l’aide prévue par le Plan Marshall, afin de ne pas épuiser les réserves de la zone sterling.

  • 57 M. Moynihan, Currency and Central Banking in Ireland, p. 356 : « the course of least disadvantage
  • 58 N. Mansergh, Problems of Wartime Co-operation, p. 302.
  • 59 H. Wilson, The Labour Government 1964-1970 [1971], Harmondsworth, Penguin, 1974, p. 592-593.

53En 1949, lors de la dévaluation de la livre sterling, le gouvernement irlandais en fut informé la veille par le gouverneur de la Banque d’Angleterre et le Premier ministre britannique, qui voulurent savoir si Dublin comptait faire de même avec la livre irlandaise. Après réflexion, il fut décidé de procéder aussi à une dévaluation en Irlande, puisque c’était « la voie du moindre mal »57. Les avoirs irlandais perdraient en valeur, alors qu’ils s’étaient accumulés pendant la guerre à hauteur de 400 millions de livres, mais le commerce anglo-irlandais serait préservé58. Cela démontrait, si besoin en était, la marge de manœuvre fort limitée de Dublin. Cette démonstration fut répétée lors de la dévaluation britannique de novembre 1967. La décision irlandaise fut appréciable du point de vue Londres, puisqu’elle garantissait le maintien d’importations agricoles à faible coût59. Du point de vue irlandais, par contre, elle n’était encore une fois qu’un moindre mal.

54Mais le lien entre Londres et Dublin était prioritaire du point de vue des hauts fonctionnaires du ministère irlandais des Finances. La plupart d’entre eux avaient été formés à l’école britannique et entretenaient des relations privilégiées avec leurs homologues de l’autre côté de la mer d’Irlande. Le parcours de Joseph Brennan en est un bon exemple : employé par l’administration britannique en Irlande, il fit partie de l’équipe irlandaise qui prépara les négociations du Traité anglo-irlandais. Il fut ensuite transféré au nouveau ministère irlandais en février 1922 à la demande de Michael Collins, lui-même ministre des Finances. Nommé secrétaire général, Brennan occupa ce poste jusqu’en 1927, pour devenir président de la Commission monétaire. En 1942, il devint le premier directeur de la nouvelle Banque centrale irlandaise.

  • 60 J.J. Lee, Ireland, 1912-1985 : Politics and Society, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p (...)

55Son approche était marquée par ce qu’il est convenu d’appeler l’orthodoxie du ministère des Finances britannique (Treasury) : l’intervention de l’État dans l’économie devait être minime – peu de prélèvements et peu de dépenses – et devait veiller avant tout à équilibrer les comptes et à juguler l’inflation60. Cette approche était aux antipodes des théories développées par John Maynard Keynes, mais elle contribua à cimenter l’entente étroite entre le Treasury et le ministère irlandais.

  • 61 R. Fanning, The Irish Department of Finance, p. 123.

56Ronan Fanning, historien irlandais qui a étudié la question de près, a souligné la cordialité de cette entente, les échanges téléphoniques fréquents, les détachements de personnel, les conseils donnés et les informations partagées entre hauts fonctionnaires irlandais et britanniques61. Les deux ministères eurent ainsi une ligne téléphonique directe de 1922 à 1939, et même pendant une bonne partie de la Seconde Guerre mondiale en dépit de la neutralité irlandaise.

57Ces relations privilégiées aidèrent sans aucun doute les deux gouvernements à trouver un terrain d’entente dans les années vingt, comme le souligne Fanning :

  • 62 Ibid., p. 129 : « both Irish and British representatives believed their individual interests to be (...)

les représentants irlandais et britanniques estimaient que leurs intérêts personnels étaient les mêmes […]. De part et d’autre, ils voulaient assurer la survie de l’État libre, ils voulaient établir ses finances sur des bases solides62.

  • 63 M. Moynihan, Currency and Central Banking in Ireland, p. 183.

58Même dans les années trente, alors que leur influence cédait du terrain à celle des politiques, nettement moins conciliants, ils purent malgré tout atténuer quelque peu les fortes tensions irlando-britanniques. Ainsi, en 1932, lorsque Eamon de Valera arrêta de verser les annuités foncières à Londres, le directeur adjoint de la Banque d’Angleterre fit savoir à Joseph Brennan que le gouvernement britannique ne s’en prendrait pas aux réserves irlandaises63.

  • 64 Cité in P. Keatinge, A Place Among the Nations…, p. 139 : « the country’s dependence on Britain was (...)

59Par la suite, ces relations contribuèrent aussi à consolider l’approche conservatrice du gouvernement irlandais en matière de politique économique et à maintenir le lien étroit entre Londres et Dublin. Ce lien, qu’il faut qualifier de dépendance du point de vue irlandais, était manifeste dans les années cinquante : en effet, le rapport d’un cabinet d’audit américain affirma à cette époque que la « dépendance économique [de la République d’Irlande] vis-à-vis de la Grande-Bretagne était si forte qu’elle en était incompatible avec le statut d’un État souverain »64.

  • 65 The Irish Times, 3 janvier 2003.

60Elle pouvait même prendre une tournure fort sérieuse, comme ce fut le cas en 1972, au moment où l’Irlande du Nord basculait dans un conflit aux proportions catastrophiques, au point de perturber les relations irlandobritanniques. Le Premier ministre britannique, Edward Heath, menaça alors la République d’Irlande de représailles diverses si elle ne coopérait pas dans le cadre de sa politique nord-irlandaise, et en particulier de geler les réserves sterling de Dublin65.

61Mais l’entrée simultanée des deux pays dans la Communauté économique européenne (CEE) le 1er janvier 1973 eut un impact considérable sur leurs relations financières et monétaires. Elle contribua aussi à réduire la dépendance irlandaise vis-à-vis du Royaume-Uni sur le plan commercial.

Le commerce

  • 66 G. FitzGerald, « L’évolution de la politique extérieure de l’Irlande, 1922-1986 », Études irlandais (...)

62Les échanges commerciaux entre l’Irlande et le Royaume-Uni ont beaucoup changé entre 1921 et 2001 : avant l’adhésion des deux pays à la CEE en 1973, ces échanges étaient fort asymétriques et nettement à l’avantage du Royaume-Uni. En effet, ils servaient une politique britannique déjà ancienne, visant à assurer des importations de denrées agricoles à un faible coût (« cheap food policy »). Pendant tout le xixe siècle, l’Irlande avait ainsi été le grenier à blé de la Grande-Bretagne, tandis que celle-ci se spécialisait dans l’industrie. Et pendant les cinquante années suivant l’indépendance irlandaise, cette « exploitation néo-coloniale » perdura dans le domaine agricole66.

63De 1922 à 1932, le gouvernement irlandais voulut maintenir ce régime commercial, dans la mesure où les exportations de bétail vers le Royaume-Uni étaient la principale source de devises de l’État libre. Mais la politique de libre-échange ne survécut ni au krach boursier d’octobre 1929, ni à l’arrivée au pouvoir en Irlande d’Eamon de Valera, adepte du protectionnisme et de l’autarcie. La crise constitutionnelle et financière qu’il provoqua en 1932 donna lieu à une guerre douanière, qui nuisit grandement au commerce anglo-irlandais.

64Il fallut attendre 1938 pour qu’un accord y mette fin, mais la fragilité de cet accord bilatéral fut manifeste pendant la Seconde Guerre mondiale. Par la suite, d’autres accords furent signés, mais ils confirmèrent aussi la dépendance irlandaise vis-à-vis du Royaume-Uni.

Le libre-échange

  • 67 M. Daly, Industrial Development and Irish National Identity, 1922-1939, Syracuse (New York), Syracu (...)
  • 68 M. Pugh, The Making of Modern British Politics, 1867-1939, Oxford, Blackwell, 1993, p. 225-226.

65Entre 1922 et 1932, il n’y eut pas d’accord commercial formel entre le Royaume-Uni et l’État libre d’Irlande, tout simplement parce qu’il n’y en avait nul besoin : les droits de douane de part et d’autre de la mer d’Irlande étaient rares, et ceux mis en place par Dublin étaient conformes à la préférence impériale accordée aux importations en provenance de la métropole, des colonies et des dominions. S’il y eut un véritable débat sur l’opportunité d’une politique protectionniste, condition nécessaire au développement de l’industrie, le gouvernement irlandais opta au bout du compte pour le libre-échange et l’agriculture67. Quant à Londres, sa politique commerciale traditionnelle, fondée sur le libre-échange, laissait un accès libre aux exportations irlandaises, à quelques exceptions près. En outre, lors des élections législatives de décembre 1923, la défaite du Parti conservateur, qui avait fait campagne en faveur du protectionnisme, signifia le maintien de cette politique jusqu’à la Conférence impériale de 193268.

  • 69 J. Meenan, The Irish Economy since 1922, p. 76.
  • 70 J. Verrière et J. Guiffan, L’Irlande, Milieu et Histoire, Paris, Armand Colin, 1970, p. 131.

66Du point de vue de Dublin, cet état de fait était fort satisfaisant puisque la vaste majorité de ses échanges se faisait avec le Royaume-Uni : les premières statistiques établies par l’État libre en ce domaine montraient qu’en 1924, 98 % de ses exportations allaient vers le Royaume-Uni tandis que 80 % de ses importations en provenaient69. Les premières relevaient pour l’essentiel de denrées agricoles, tandis que les secondes comprenaient notamment du charbon et des produits manufacturés. À cet égard, on peut considérer que l’Irlande était bien « une médiocre annexe agricole du Royaume-Uni », fort dépendante et condamnée à une stagnation économique et sociale tant que ce schéma perdurait70.

  • 71 W.K. Hancock, Survey of British Commonwealth Affairs (vol. II) : Problems of Economic Policy, 1918- (...)

67En comparaison, les autres dominions avaient des échanges commerciaux bien plus équilibrés : moins d’un cinquième des importations au Canada provenait du Royaume-Uni, par exemple, tandis qu’un tiers seulement de ses exportations était destiné à la métropole. Quant à la Nouvelle-Zélande, si sa dépendance vis-à-vis du Royaume-Uni était manifeste au niveau de ses exportations, proches par leur importance de celles de l’Irlande, moins de la moitié de ses importations en provenait71. La dépendance commerciale de l’Irlande était donc atypique même au sein du Commonwealth, et en contradiction marquée avec les fortes aspirations indépendantistes républicaines.

Tableau 1 – Pourcentage du commerce des dominions avec le Royaume-Uni, 1925-1931

Tableau 1 – Pourcentage du commerce des dominions avec le Royaume-Uni, 1925-1931

68Source : adapté de W.K. Hancock, Survey of British Commonwealth Affairs, vol. II : Problems of Economic Policy, 1918-1939 (part 1), Londres, Oxford University Press – Royal Institute of International Affairs,1942, p. 306-311.

69Si ce schéma était de toute évidence avantageux du point de vue de Londres, ses échanges avec l’Irlande ne revêtaient pourtant qu’une importance limitée dans le cadre de son commerce avec le reste de l’Empire et du monde : le Royaume-Uni était de loin le principal partenaire commercial de l’Irlande, mais l’Irlande n’était qu’un marché secondaire de l’économie britannique. Dans ces conditions, la priorité de Londres fut de faire respecter par Dublin les dispositions financières du Traité anglo-irlandais, bien avant de chercher à promouvoir le commerce entre les deux pays, puisque ce Traité était perçu comme vital au maintien de l’édifice impérial tout entier.

  • 72 D. McAleese, « Anglo-Irish Economic Interdependence… », p. 87-88.

70Les relations commerciales entre les deux pays faisaient aussi l’objet d’un débat en Irlande, où l’opposition et le gouvernement avaient des vues divergentes. En effet, dans la perspective nationaliste, il fallait briser le lien de dépendance entre les deux pays, afin d’arriver à la fois à un développement et à une indépendance économiques ; cela passait notamment par le protectionnisme72. Mais du point de vue du gouvernement, les deux économies étaient avant tout complémentaires et la prospérité de l’Irlande dépendait en particulier des exportations agricoles destinées au marché britannique. Il était donc vital de préserver les échanges irlando-britanniques et tout ce qui pouvait les faciliter.

  • 73 J.J. Lee, Ireland, 1912-1985 : Politics and Society, p. 169-171.
  • 74 P. Clavin, The Great Depression in Europe, p. 80-81.

71Ces approches divergentes peuvent s’expliquer entre autres par l’électorat de chaque parti : le Cumann na nGaedheal bénéficiait en particulier de l’appui des agriculteurs, des commerçants et des industriels, très favorables au libre-échange, tandis que l’opposition en général, et le Fianna Fáil en particulier, étaient davantage soutenus par les salariés73. Or leur pouvoir d’achat se détériora nettement au cours des années vingt, tandis que le marché de l’emploi devint encore plus morose après le krach de 192974.

Le protectionnisme

72Le programme électoral du Fianna Fáil pour les élections de 1932 proposait plusieurs politiques économiques et commerciales. L’objectif général était de favoriser le développement de l’Irlande, afin notamment d’endiguer le chômage et de réduire la dépendance du pays vis-à-vis de l’île voisine. Or ceci passait par une politique protectionniste, aux antipodes de celle menée jusqu’alors, et dénotait une approche plus conflictuelle des relations irlando-britanniques. Pourtant, le sixième point du programme insistait sur l’importance de négocier des accords commerciaux, en particulier avec la Grande-Bretagne, partenaire économique naturel :

  • 75 Cité in A. O’Day et J. Stevenson (éd.), Irish Historical Documents since 1800, p. 189 : « The peopl (...)

Le peuple britannique et nous-mêmes sommes le premier client l’un de l’autre. Notre position géographique, ainsi que d’autres facteurs, rendent toute évolution rapide de ces étroits liens commerciaux peu probable. Il nous faudra acheter à l’étranger nos machines et machines-outils nécessaires à notre industrie. Nous pouvons accorder une préférence à la Grande-Bretagne pour ces achats, en échange d’un accès privilégié à son marché pour nos productions agricoles75.

73C’était reconnaître une réalité aveuglante : en 1932, à la veille de la guerre douanière, 96,3 % des exportations de l’État libre étaient destinés au marché britannique, dont 85 % consistaient en exportations agricoles, en particulier du bétail. Il était vital donc de maintenir ces exportations – ce qui avait été l’objectif commercial prioritaire du gouvernement précédent – mais il convenait dans le même temps de procéder à des réajustements. En effet, le bétail irlandais était exporté vivant, et l’essentiel de la valeur ajoutée l’était en Grande-Bretagne et non en Irlande. En outre, l’Irlande importait du blé et du maïs pour nourrir le cheptel destiné à l’exportation. Le Fianna Fáil proposait donc de développer l’industrie de transformation et les services, et de réorienter l’agriculture vers la culture et les récoltes, davantage en adéquation avec les besoins du marché intérieur. Il s’agissait en d’autres termes de sortir d’un schéma de dépendance.

  • 76 F.S.L. Lyons, Ireland since the Famine, p. 611.
  • 77 R. Fanning, Independent Ireland, p. 113-114.

74Cette volonté rejoignait un deuxième volet objectif défini dans le programme électoral, à savoir une politique protectionniste visant à aider l’industrie irlandaise à se développer, notamment par le biais de droits de douane sur les importations. Dans son premier budget, présenté en mars 1932, le gouvernement introduisit « pas moins de quarante-trois nouveaux droits de douane »76. À terme, le pays devait donc devenir autosuffisant, tant par rapport aux produits manufacturés que par rapport aux denrées agricoles. C’était le pendant économique de l’indépendance politique en somme77.

  • 78 P. Lynch, « The Economic Scene… », p. 74.

75Ces deux objectifs – conclure des accords commerciaux avec Londres tout en cherchant à promouvoir une plus grande suffisance économique de l’Irlande – n’étaient pas nécessairement incompatibles, au contraire : on peut y voir une tentative à la fois pour maintenir des relations commerciales privilégiées avec le Royaume-Uni et pour les rendre plus équitables, plus favorables au développement de l’Irlande. Il faut dire que l’économie irlandaise était dans l’impasse et que le taux de chômage ne permettait pas de poursuivre la politique menée jusqu’alors, même si l’émigration continuait à jouer un rôle de soupape de sécurité78.

  • 79 J. Meenan, The Irish Economy since 1922, p. 142.

76En outre, à partir du krach de Wall Street en 1929, la conjoncture économique mondiale s’était fortement détériorée et le gouvernement britannique, à l’instar de nombreux autres pays, abandonna le système de libre-échange en faveur d’une politique protectionniste. Ce fut d’ailleurs l’objet de la Conférence impériale sur le commerce, tenue à Ottawa en 1932. Dans ce contexte, le programme du Fianna Fáil ne détonnait pas du tout. Au contraire, l’Irlande faisait alors figure d’exception dans le monde, étant l’un des derniers pays encore engagés dans la voie du libre-échange79.

  • 80 N. Mansergh (éd.), Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs, 1931-52, vol. II, p. 119
  • 81 R. Marx, L’Angleterre de 1914 à 1945, Paris, Armand Colin, 1993, p. 92.

77Mais la Conférence impériale coïncida avec une détérioration rapide des relations irlando-britanniques et le début d’une guerre douanière entre les deux pays. Si l’État libre envoya malgré tout une délégation à la Conférence, aucun accord ne fut signé avec Londres qui stigmatisait Dublin comme un mauvais payeur : il n’y eut que deux modestes accords bilatéraux signés avec le Canada et l’Afrique du Sud80. Vu la forte dépendance de l’État libre vis-à-vis du marché britannique, c’était insuffisant pour assurer son développement économique. C’était problématique aussi du point de vue de Londres, dont la balance commerciale et la balance des comptes voyaient leur déficit se creuser81. En temps de crise, il était délicat de se priver de l’un de ses marchés et de l’un de ses fournisseurs en produits agricoles. Ces considérations demeurèrent secondaires toutefois : de part et d’autre, la priorité était de redéfinir les relations constitutionnelles entre les deux pays. C’est ainsi qu’une guerre douanière éclata en 1932 : elle devait durer six ans.

La guerre douanière

  • 82 W.K. Hancock, Survey of British Commonwealth Affairs (vol. I) : Problems of Nationality, 1918-1936, (...)

78Le 6 juillet 1932, cinq jours après que l’État libre d’Irlande eut fait défaut sur les annuités foncières, le Parlement britannique examina un projet de loi visant à introduire des droits de douane spéciaux sur les exportations agricoles irlandaises (Irish Free State (Special Duties) Bill). Le 12 juillet, une surtaxe de 20 % fut ainsi placée sur le bétail, le beurre, les œufs et diverses viandes en provenance de l’Irlande. Le produit de ces droits était censé compenser le montant des annuités foncières. Dès le lendemain, un projet de loi similaire fut présenté au Parlement irlandais (Emergency Imposition of Duties Bill), visant notamment le charbon, le ciment et les produits de la sidérurgie britannique82.

79Le ministère irlandais des Finances était fort inquiet à l’annonce de ces mesures : après avoir prévu un déficit de 3 millions de livres pour l’année 1932, il devait à présent y ajouter le déclin du commerce, ainsi qu’une baisse des prélèvements. Malgré les efforts du gouvernement pour conquérir de nouveaux marchés pour ses exportations et trouver de nouveaux fournisseurs en charbon, le commerce irlandais souffrit beaucoup de la guerre douanière, d’autant plus que les produits irlandais faisaient aussi l’objet de droits de douane au titre du British Imports Duties Act, 1932, voté suite à la Conférence impériale de Ottawa.

80Les échanges avec le Royaume-Uni baissèrent sensiblement donc, tandis que les échanges avec les pays tiers n’évoluèrent que très peu, notamment en ce qui concerne les exportations irlandaises (voir tableaux 2 et 3). Le marché agricole international était saturé en effet, tandis que le charbon polonais et allemand ne trouva pas faveur auprès des consommateurs irlandais car il nécessitait des modifications des brûleurs de chaudières.

Tableau 2 – Provenance des importations irlandaises, 1929-1937

Tableau 2 – Provenance des importations irlandaises, 1929-1937

Source : adapté de N. Mansergh, Britain and Ireland, Londres, Longmans, Green & C°, 1942, p. 88.

  • 83 T.P. Coogan, De Valera, p. 513.

81L’incidence de la guerre douanière sur l’agriculture et l’économie irlandaises fut considérable. Le chômage augmenta rapidement, passant de quelque 30000 personnes sans emploi en mars 1932 à 80000 au mois d’octobre. En 1935, c’étaient près de 140000 personnes qui étaient à la recherche d’un emploi83.

Tableau 3 – Destination des exportations irlandaises, 1929-1937

Tableau 3 – Destination des exportations irlandaises, 1929-1937

Source : adapté de N. Mansergh, Britain and Ireland, Londres, Longmans, Green & C°, 1942, p. 89.

  • 84 J.J. Lee, Ireland, 1912-1985 : Politics and Society, p. 184-187.
  • 85 R. Munck, The Irish Economy, Londres, Pluto, 1993, p. 30-31.
  • 86 M. Daly, Industrial Development and Irish National Identity, 1922-1939, p. 76.

82Malgré tout, l’économie irlandaise réagit mieux que prévu. Londres pensait au début mettre l’Irlande à genoux, mais le gouvernement irlandais utilisa la guerre douanière pour promouvoir sa politique d’autosuffisance84. L’agriculture fut soutenue par divers subventions et quotas, et elle fut réorientée vers le marché intérieur, tandis que l’industrie put se développer quelque peu à l’abri des droits de douane85. Ainsi, le nombre d’emplois dans le secteur secondaire augmenta de 111000 en 1931 à 166000 en 193886.

  • 87 D. McMahon, Republicans and Imperialists, p. 111.

83L’économie du Royaume-Uni au contraire ressentit le coût de la guerre douanière assez durement, plus que les dirigeants britanniques ne l’avaient prévu en tout cas. En particulier, l’industrie minière et les docks de Liverpool, Birkenhead et Holyhead furent affectés par le déclin des échanges commerciaux avec l’Irlande87. Aussi, malgré de fortes réticences initiales, le gouvernement en vint-il à envisager un changement de sa politique irlandaise.

  • 88 R. Fanning, The Irish Department of Finance, p. 289-290.

84C’est dans ce contexte que, en octobre 1934, John Dulanty, représentant de l’État libre d’Irlande à Londres, rencontra J.H. Thomas, ministre des Dominions, afin de rétablir le contact entre les deux gouvernements et d’essayer de limiter les effets de la guerre douanière. Il suggéra un arrangement commercial limité, avantageux aux deux parties, sans préjuger des enjeux politiques et constitutionnels88. C’est ainsi que le 3 janvier 1935 un accord charbon-bétail (Coal-Cattle Pact) fut conclu pour un an, puis renouvelé en 1936 et 1937.

  • 89 C. Ó Grada, A Rocky Road : The Irish Economy since the 1920s, Manchester, Manchester University Pre (...)

85Il s’agissait d’échanger des valeurs égales de ces produits, sans les soumettre à des droits de douane. Le charbon était une ressource essentielle pour l’Irlande, peu riche en énergie. Il était aussi l’un des produits d’exportation majeurs de la Grande-Bretagne, et la guerre douanière avait eut un impact considérable sur des régions minières déjà sinistrées par la crise économique, telles le sud du Pays de Galles ou le nord de l’Angleterre. Quant au bétail, il représentait une forte proportion des exportations irlandaises et il constituait à ce titre un enjeu social et politique majeur. D’ailleurs, les éleveurs, durement touchés par la guerre douanière, furent l’un des groupes principaux à participer au mouvement des Chemises bleues en 19321934, au point de menacer la stabilité de l’État89. Ils retirèrent leur soutien à cette organisation suite à l’accord charbon-bétail, précipitant ainsi son déclin.

86Mais ces accords limités ne pouvaient constituer un modus vivendi à long terme : le contexte économique difficile des années trente et les fortes tensions internationales amenèrent donc les deux gouvernements à tenter de trouver un accord global et définitif pour mettre fin à leurs différends. Le commerce avait été utilisé comme une arme, mais il s’avéra que son efficacité en tant que telle était limitée. Ses retombées néfastes devinrent manifestes de part et d’autre par contre, et après que de Valera eût aboli le serment d’allégeance et doté l’État libre d’Irlande d’une nouvelle constitution, les deux pays étaient disposés à chercher un terrain d’entente. La guerre douanière avait été avant tout un moyen pour Londres de freiner les velléités indépendantistes du gouvernement Fianna Fáil. Dès lors que celui-ci avait mis ses menaces à exécution, il fallait aborder le problème sous un autre angle.

Accords commerciaux

  • 90 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 322-324.

87Les vrais problèmes qui restaient à résoudre relevaient des bases navales et des annuités foncières ; sur la question du commerce, les deux pays avaient tout intérêt à revenir à la situation antérieure à 1932. Il n’y eut guère de difficulté à ce propos donc, sauf sur la question des échanges entre l’Irlande du Nord et l’État libre. En effet, lors des négociations menant à l’accord angloirlandais de 1938, Chamberlain insista pour que l’État libre accorde un statut privilégié aux exportations nord-irlandaises. De Valera répliqua en demandant que Londres prenne position de manière publique en faveur de la réunification. Chaque refus annula l’autre : si Londres ne voulait pas s’engager à promouvoir la réunification, il ne pouvait certainement pas être question pour Dublin de consolider le régime nord-irlandais et la partition par un accord commercial à l’avantage de Belfast90.

  • 91 T.R.Dwyer, «De Valera and the Partition Question», in De Valera and His Times, p. 80.
  • 92 T.P. Coogan, De Valera, p. 515-516.

88Les pourparlers auraient pu prendre fin à ce moment sans l’intervention du Président américain, Franklin Roosevelt. En effet, voyant que ses arguments ne portaient pas, de Valera tenta de persuader Londres par le biais de Washington : il demanda à Roosevelt, par l’intermédiaire de John Cudahy, ambassadeur américain à Dublin, d’agir en ce sens. Le Président n’était guère enthousiaste toutefois, étant plus soucieux de ses relations avec le Royaume-Uni que de ceux avec l’Irlande. Il indiqua donc à Cudahy qu’il ne pensait pas être en mesure d’influencer la politique britannique sur ce point91. Mais il était également conscient de l’influence du lobby irlandoaméricain, lobby qui était très hostile à tout rapprochement avec le Royaume-Uni en raison de la partition de l’Irlande et qui était en mesure de contrecarrer la politique de la Maison-Blanche. Roosevelt demanda au nouvel ambassadeur américain à Londres, Joseph Kennedy, de signifier à Neville Chamberlain qu’il se réjouirait d’une réconciliation entre Londres et Dublin, réconciliation qui ne pourrait qu’être bénéfique du point de vue des relations anglo-américaines92. Kennedy n’arriva à Londres qu’au mois d’avril, toutefois, lorsque les négociations étaient pratiquement finies, mais son intervention permit de débloquer une situation quelque peu enlisée.

  • 93 J.T. Carroll, Ireland in the War Years, 1939-1945, Newton Abbott, David & Charles, 1975, p. 24.
  • 94 J. Meenan, The Irish Economy since 1922, p. 78.

89L’accord anglo-irlandais de 1938 plaça le commerce anglo-irlandais dans le cadre du système de préférence impérial (Imperial Preference System)93. Il abolit ainsi les droits de douane sur les exportations irlandaises à destination du Royaume-Uni, tandis que les exportations britanniques de charbon, de fer et d’acier, de machines-outils et de produits chimiques eurent de la même manière accès libre au marché irlandais. Quant aux exportations manufacturières, le gouvernement irlandais s’engagea à revoir ses droits de douane et, si nécessaire, à les diminuer afin que les producteurs britanniques puissent avoir une chance d’écouler leurs produits en Irlande, tout en assurant une protection suffisante aux industries indigènes94.

90Pendant la Seconde Guerre mondiale, les échanges commerciaux entre l’Irlande et le Royaume-Uni furent très perturbés par le conflit – notamment par la bataille de l’Atlantique –, mais aussi par les tensions politiques anglo-irlandaises. La politique autarcique menée par le gouvernement irlandais depuis 1932 avait sans doute réduit quelque peu la dépendance irlandaise vis-à-vis de ses partenaires commerciaux, mais certains produits essentiels devaient toujours être importés, comme le charbon et le pétrole. En temps de guerre, ceci devint problématique, d’autant plus que l’essentiel de ces importations était transporté par des navires britanniques, sujets aux attaques des sous-marins allemands.

  • 95 R. Fisk, In Time of War : Ireland, Ulster and the Price of Neutrality, 1939-1945, Londres, Paladin, (...)
  • 96 T. Allen, The Storm Passed By : Ireland and the Battle of the Atlantic, 1940-41, Dublin, Irish Acad (...)

91La question de l’approvisionnement devint de ce fait une priorité pour Dublin, qui tenta de négocier un accord commercial avec Londres en 1940, afin d’adapter les dispositions de l’accord de 1938 aux circonstances nouvelles. Mais aucun terrain d’entente ne put être trouvé à partir du moment ou les Irlandais refusèrent d’accueillir les navires britanniques dans leurs ports, de crainte de compromettre leur neutralité95. Par la suite, le gouvernement tenta d’acquérir quelques navires pour assurer lui-même ses échanges, sans grand succès toutefois96.

  • 97 J.T. Carroll, Ireland in the War Years, 1939-1945, p. 83.
  • 98 R. Fisk, In Time of War…, p. 312.
  • 99 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 407-408.

92La réaction de Londres fut de procéder à des représailles économiques contre l’Irlande, en la privant de biens tels que le thé, le pétrole, les engrais et diverses denrées agricoles97. En mars 1941, devant le refus de l’Irlande de lui laisser l’usage de ses bases navales, il y eut d’autres restrictions, qui pesèrent lourdement sur l’économie irlandaise. Alors que l’Irlande avait importé 70000 tonnes d’engrais britanniques en 1940, elle ne put en importer que 7000 tonnes en 1941 – en 1942 elle ne put plus en obtenir du tout, avec les conséquences que l’on peut imaginer sur l’agriculture98. Ces mesures de représailles ne furent jamais reconnues comme telles publiquement : elles furent attribuées à la pénurie dont souffrait le Royaume-Uni, mais leur sens véritable fut bien compris de part et d’autre de la mer d’Irlande99.

  • 100 T.R. Dwyer, Strained Relations : Ireland at Peace and the USA at War, 1941-45, Dublin, Gill & Macmi (...)

93Elles démontraient encore une fois les limites de l’indépendance politique de l’Irlande, même si celle-ci ne céda pas aux pressions. Il faut dire que le gouvernement britannique avait conscience de sa propre dépendance vis-à-vis de l’Irlande : ainsi, le ministre des Transports recommanda de ne pas aller trop loin, de ne pas asphyxier l’économie irlandaise, de peur d’être privées de ses exportations agricoles, vitales au pays100. En fait, ces représailles économiques étaient en partie un exutoire pour Winston Churchill, qui fit de l’Irlande un véritable bouc émissaire. En somme, Londres réagit de la même manière qu’en 1932, utilisant sa supériorité économique pour tenter d’imposer ses objectifs politiques et constitutionnels, mais sans plus de succès.

94Après la guerre, par contre, lorsque les circonstances redevinrent normales, d’autres accords commerciaux furent signés par Londres et Dublin, notamment en 1948 et 1960. L’accord de 1948 révisa l’accord de 1938, dans le but de développer les échanges anglo-irlandais, notamment par rapport aux denrées agricoles et au charbon. Mais dès la fin des années cinquante, cet accord révéla ses limites. En effet, l’agriculture britannique pouvait désormais pourvoir aux besoins nationaux dans une certaine mesure, et du coup certains produits irlandais, comme les œufs par exemple, ne trouvaient plus preneur sur le marché britannique.

95De plus, en novembre 1959, la fondation de l’Association européenne de libre-échange (AELE), dont le Royaume-Uni était membre, perturba le commerce anglo-irlandais au détriment de l’Irlande, qui n’en faisait pas partie. Seán Lemass, nommé Premier ministre de la République en 1959, expliqua au Parlement les raisons de la décision de ne pas y adhérer :

  • 101 Dáil Debates, vol. CLXXXIX, col. 297-298 (16 mai 1961): « Deputies will be aware that, having regar (...)

Messieurs les députés, vous n’êtes pas sans savoir que, en ce qui concerne nos exportations, la participation à l’AELE ne peut pas nous être d’un grand bénéfice. Ces pays représentent une population totale de quelque 90 millions de personnes, mais le Royaume-Uni à lui seul en compte plus de la moitié. La convention de Stockholm ne nous donnerait aucun droit supplémentaire par rapport au marché britannique. Les six autres membres de l’AELE n’ont pas été des marchés importants pour nous par le passé, et même s’il va de soi que nous ne devons négliger aucun marché, il est peu probable que les avantages que nous pourrions espérer tirer de ces pays justifieraient notre ratification de la convention de Stockholm, d’autant plus que l’agriculture est expressément exclue de ses dispositions101.

96Malgré tout, au début des années soixante, des quotas furent imposés par l’AELE sur le beurre et le bacon en vertu de cette convention, tandis que les pays membres obtinrent des conditions avantageuses pour leurs exportations industrielles, au détriment de ceux de l’Irlande. Les exportateurs irlandais, tant agricoles qu’industriels, furent ainsi pris en tenailles par les agriculteurs britanniques et les industriels de l’AELE.

97Sur le plan commercial, il semblait donc que le déséquilibre entre l’Irlande et le Royaume-Uni allait en s’accroissant, fait que les statistiques confirment. Alors que les importations en provenance du Royaume-Uni se maintenaient, voire augmentaient quelque peu, les exportations irlandaises vers le marché britannique faiblissaient petit à petit :

Tableau 4 – Part britannique des échanges commerciaux irlandais, 1938-1968 (%)

Tableau 4 – Part britannique des échanges commerciaux irlandais, 1938-1968 (%)

Source : adapté de B. Chubb, The Government and Politics of Ireland, Londres, Longman, 1982, p. 346.

  • 102 R. Savage, Seán Lemass, Dublin, Historical Association of Ireland, 1999, p. 55-57.

98C’est ce qui explique les efforts de Seán Lemass pour négocier un nouvel accord commercial avec le Royaume-Uni. Dès sa nomination au poste de Premier ministre, il démarcha son homologue britannique, Harold Macmillan, à cette fin. En 1960, un accord fut signé, mais ses dispositions étaient fort limitées : il s’avère que Macmillan avait voulu faire un geste à l’égard de Lemass, dont il appréciait la modération politique vis-à-vis de l’Irlande du Nord et de Londres, mais qu’il ne pouvait pas pour autant froisser à la fois les agriculteurs britanniques, les pays membres du Commonwealth et ceux de l’AELE102.

99Lemass eut davantage de succès avec Harold Wilson malgré quelques difficultés initiales, qui révélèrent la dépendance irlandaise vis-à-vis de l’économie britannique. Lorsque Wilson arriva au pouvoir le 16 octobre 1964 et prit connaissance de l’ampleur du déficit de la balance commerciale – de l’ordre de £ 800 millions –, il dut prendre des mesures d’urgence. Ayant écarté la possibilité d’une dévaluation de la livre, il décida d’introduire une hausse temporaire des tarifs douaniers de 15 % (« Temporary Import Charge »). Cependant, aucune durée ne fut précisée, et de fait la TIC ne fut abandonnée que deux ans plus tard, en novembre 1966.

  • 103 H. Wilson, The Labour Government 1964-70, p. 44 : « our closest and most integrated trading partner(...)
  • 104 M.-C. Esposito, « La politique économique du gouvernement travailliste, 1964-1970 », Revue français (...)

100Or entre-temps elle pénalisa lourdement la République d’Irlande, le « partenaire commercial le plus proche et le plus intégré » du Royaume-Uni comme le reconnut Wilson, et Lemass se rendit à Londres dès le 5 novembre 1964 pour en discuter avec lui et tenter de l’infléchir103. Il n’aurait sans doute pas eu gain de cause sans les protestations des autres partenaires commerciaux du Royaume-Uni, notamment celles des membres de l’AELE, qui contraignirent « le gouvernement britannique à annoncer, dès février 1965, que la TIC serait rabaissée à 10 % à compter d’avril »104. En effet, Londres aurait pu suspendre de manière unilatérale ses accords avec Dublin, qui n’avait guère de moyens de pression, mais il ne pouvait être question d’encourir l’hostilité de tous les membre de l’AELE.

  • 105 H. Wilson, The Labour Government 1964-70, p. 241-242.

101Par la suite, Wilson accepta de signer un accord de libre-échange angloirlandais avec Lemass, le 14 décembre 1965105. Les droits de douane britanniques furent abolis, tandis que les droits irlandais furent diminués de 10 % et devaient continuer à diminuer du même pourcentage chaque année, jus-qu’en 1975 (l’accord devint caduque dès lors que les deux pays adhérèrent à la CEE en 1973). Londres s’engagea par ailleurs à prendre en considération les objectifs irlandais d’exportation, le but étant à terme d’établir une zone de libre-échange total dans l’ensemble des îles britanniques.

  • 106 P. Keatinge, A Place Among the Nations…, p. 141.

102En tant qu’accord commercial, sa portée fut assez limitée toutefois. Tout au plus arrêta-t-il le déclin graduel des produits irlandais sur le marché britannique. En fait, son importance véritable venait de ce que l’Association de libre-échange anglo-irlandaise, établie en juillet 1966, fut largement perçue comme une mesure de transition vers l’adhésion à la CEE pour les deux pays, mais surtout pour la République d’Irlande, dont l’économie était encore l’une des plus protégées d’Europe occidentale106.

L’Europe

  • 107 D. McAleese, « The Irish Economy : From Lame Duck to Celtic Tiger », Études irlandaises, n° 27-1, 2 (...)

103Les deux pays devinrent membres de la Communauté économique européenne le même jour, le 1er janvier 1973. Cet événement eut une influence énorme sur leurs relations, dont il modifia profondément la nature, tant sur le plan financier et commercial que politique et économique. Ainsi, pour ne donner qu’un exemple, le PIB de l’Irlande au moment de son adhésion n’était que de 60,3 % de la moyenne communautaire ; en 2001, par contre, il atteignit 123,3 % et l’Irlande devint ainsi l’un des pays les plus riches de l’Union européenne. Dans le même temps, le PIB du Royaume-Uni a légèrement baissé, passant de 103,7 % à 103,5 % de la moyenne européenne107.

104De manière plus générale, la forte dépendance de l’Irlande vis-à-vis du Royaume-Uni sur tous les plans a cédé la place à une interdépendance entre les deux pays, plus propice à des relations normalisées, dans le cadre de l’Union européenne.

Le SME et l’euro

105Ainsi, dès 1974, alors que le gouvernement britannique envisageait, essentiellement pour des raisons internes au Parti travailliste, de renégocier les termes de son adhésion à la CEE – avec la menace implicite de s’en retirer –, Dublin se prépara à rester au sein de l’organisation européenne sans le Royaume-Uni. C’est-à-dire qu’il disposait déjà d’une marge de manœuvre accrue par rapport à la politique britannique.

  • 108 S. George, An Awkward Partner, Oxford, Oxford University Press, 1990, p. 126-131.

106Et en 1978, l’Irlande choisit de participer au nouveau mécanisme de change du Système monétaire européen (SME), instauré en mars 1979, alors que le Royaume-Uni préféra pour sa part rester en dehors de la nouvelle monnaie européenne, l’Écu108. Les observateurs furent nombreux à cette occasion à commenter le symbolisme d’un événement qui marquait la fin de plus d’un siècle et demi de parité entre les deux monnaies : il semblait démontrer en effet que l’Irlande pouvait mieux s’assumer sur le plan économique et monétaire au sein de la CEE, grâce notamment à la diversification de ses partenaires commerciaux, à l’afflux d’argent par le biais de la Politique agricole commune (PAC) et des fonds structurels, et à l’adoption de l’Écu.

  • 109 B. Halligan, « Britain, Ireland and EMU : The Currency Dilemma », in Britain’s European Question : (...)
  • 110 J.J. Lee, Ireland, 1912-1985 : Politics and Society, p. 492-493.

107Du point de vue irlandais, la décision d’adhérer au SME fit suite à un nouveau débat sur la relation entre le taux de change et l’inflation109. C’était un problème majeur à cette époque dans la plupart des pays de l’OCDE, en raison du premier embargo pétrolier. Jusque-là, l’un des arguments majeurs pour conserver la parité avec la livre sterling avait été l’effet déflationniste de cette politique. Mais à partir des années soixante, et surtout des années soixante-dix, l’inflation en Grande-Bretagne devint l’une des plus élevées en Europe. Or tant que la livre irlandaise était indexée sur la livre sterling, l’Irlande subirait une inflation similaire à celle du Royaume-Uni, inflation importée pour ainsi dire en vertu de la parité entre leurs monnaies. Par contre, s’il était possible d’y mettre fin, l’Irlande arriverait peut-être à juguler l’inflation, à ramener son taux à un niveau proche de celui sur le continent – il était alors de l’ordre de 5 % en Allemagne, par exemple, contre 15 % au Royaume-Uni et en Irlande110.

  • 111 P. Gillespie (éd.), Britain’s European Question : The Issues for Ireland, p. 39.
  • 112 S. George, An Awkward Partner, p. 131.

108En outre, toute la stratégie économique du gouvernement irlandais depuis 1958 était fondée sur l’ouverture sur le monde, et en particulier sur l’Europe, afin d’attirer les investissements étrangers, source d’emploi et de croissance. L’adhésion au SME était en parfaite cohérence avec cette stratégie, et elle devait contribuer à une certaine rigueur fiscale et économique par la même occasion111. De surcroît, l’Irlande put négocier, avec l’Italie et le Royaume-Uni, un accroissement des fonds structurels européens dans le cadre de la mise en place du mécanisme de change112.

  • 113 M. Charlot et J.-C. Sergeant, Britain and Europe since 1945, Paris, A. Colin–Longman, 1986, p. 133.
  • 114 P. Schnapper, La Grande-Bretagne et l’Europe : Le grand malentendu, Paris, Presses de la Fondation (...)

109L’intérêt du SME fut bien compris au Royaume-Uni aussi, mais le gouvernement travailliste de James Callaghan craignait de subir de fortes pressions déflationnistes contraire à sa propre politique économique, orientée vers la relance, avec des conséquences négatives sur la balance commerciale et l’emploi113. En outre, le Parti travailliste était divisé sur l’Europe en général et le SME en particulier. C’est pourquoi Londres fit savoir que la livre sterling ne participerait pas au mécanisme de change. Malgré les critiques de l’opposition conservatrice, cette décision fut entérinée par le gouvernement de Margaret Thatcher à son arrivée au pouvoir en mai 1979, même si la possibilité d’une participation future ne fut pas écartée pour autant114.

110Dublin fut alors confronté à un véritable dilemme : sans la participation britannique, le SME risquait de nuire au commerce anglo-irlandais, mais ne pas opter pour le mécanisme de change européen allait à l’encontre de toute la stratégie économique du gouvernement irlandais. De plus, cela reviendrait à accroître la dépendance monétaire de l’Irlande vis-à-vis du Royaume-Uni.

  • 115 B.M.Walsh, «Ireland’s Membership of the European Monetary System», p. 176-177.

111À cet égard, la décision de Dublin d’adhérer au SME fut aussi un moyen de démontrer l’attachement de principe de l’Irlande au projet d’intégration européenne, ce qui avait son importance puisque l’Irlande était perçue comme un pays sous-développé sur le plan économique, qui avait beaucoup à gagner de l’Europe – notamment par le biais des fonds structurels et de la Politique agricole commune (PAC) – mais peu à contribuer. Cette decision montrait que l’Irlande n’était pas mue uniquement par une vision à court terme de ses intérêts nationaux, mais qu’elle adhérait à l’esprit européen et à l’idéal d’un rapprochement des peuples. La décision était d’autant plus courageuse que, en 1979, les dirigeants irlandais pensaient souffrir d’une dépréciation de la livre sterling vis-à-vis de l’Écu, dépréciation qui désavantagerait les exportations irlandaises115. En fait, il n’en fut rien au début, puisque la livre sterling gagna de la valeur, étant considérée comme une « pétrodevise » suite à la flambée du prix du baril et au rendement accru des champs de pétrole britanniques en mer du Nord. Mais cela, les décideurs irlandais ne pouvaient pas le savoir en 1979.

112Par la suite, le gouvernement irlandais dut donc prendre en considération deux paramètres à la fois, le paramètre européen et le paramètre britannique, dans la gestion de son taux d’escompte : il fallait respecter les engagements pris lors de l’adhésion au SME tout en veillant à maintenir un taux de change par rapport à la livre sterling qui ne pénalisât pas outre mesure les échanges commerciaux anglo-irlandais. Ainsi, la livre irlandaise fut notamment dévaluée en 1986 pour suivre la baisse rapide de la livre sterling, mais il y eut en tout huit dévaluations entre 1979 et 1996.

  • 116 N. Lawson, The View From No. 11 [1992], Londres, Corgi, 1993, p. 497-500.
  • 117 M. Thatcher, The Downing Street Years [1993], Londres, Harper Collins, 1995, p. 722-723 : « There a (...)

113Nigel Lawson, ministre britannique des Finances, tenta à cette époque de convaincre son Premier ministre, Margaret Thatcher, des vertus du SME, afin de stabiliser la livre sterling et de lutter contre l’inflation, mais elle ne se rangea pas à son point de vue, étant assez hostile à l’idée d’arrimer la livre au deutsche mark116. Ce ne fut qu’en octobre 1990 que la livre entra enfin dans le mécanisme de change du SME, lorsque John Major, alors ministre des Finances, réussit à persuader Thatcher. Elle donna son accord à contre-cœur toutefois, sous la pression cumulée de « ses ministres, de son groupe parlementaire, de l’industrie et de la presse »117.

  • 118 J. Major, The Autobiography [1999], Londres, Harper Collins, 2000, p. 312-313.
  • 119 H. Young, This Blessed Plot [1998], Londres, Macmillan, 1999, p. 393-398.

114Mais la livre était sans doute surévaluée, vu l’état de l’économie britannique au début des années quatre-vingt-dix, et dès 1992, suite à une spéculation intense sur les marchés financiers, la livre dut être retirée du SME et dévaluée118. Ce 16 septembre 1992, le « mercredi noir », fut une véritable humiliation nationale, et le Parti conservateur britannique ne s’en est jamais tout à fait remis : en effet, c’est à partir de ce moment que l’aile eurosceptique a gagné en influence, notamment à l’occasion des débats parlementaires sur la ratification du Traité de Maastricht119. Dès lors, la participation du Royaume-Uni à l’Union économique et monétaire (UEM) et à l’euro était fort compromise, du moins tant que les conservateurs restaient au pouvoir.

  • 120 G. Hussey, Ireland Today, p. 258-262.
  • 121 B. Halligan, « Britain, Ireland and EMU : The Currency Dilemma », p. 60-62.

115Suite à la dévaluation britannique, l’Irlande dévalua aussi sa monnaie, le 30 janvier 1993, en partie pour protéger ses exportations vers le Royaume-Uni120. Elle veilla toutefois à demeurer au sein du SME. Il s’agissait de garder le cap initial, d’autant que, dès 1990, lorsque l’UEM fut lancée à l’occasion du sommet de Milan et entérinée par le Traité de Maastricht, l’Irlande déploya de grands efforts pour faire partie de la première vague de pays à adopter l’euro en 1999. En effet, la monnaie unique présente de nombreux avantages du point de vue de ce petit pays à l’économie très ouverte, très dépendante de ses échanges. En particulier, vu l’importance de ceux-ci, un taux de change fixe avec de nombreux partenaires commerciaux majeurs ne peut que contribuer à sa croissance121.

  • 122 P. Schnapper, « Le New Labour et la construction européenne : le changement dans la continuité ? », (...)

116Les efforts de Dublin, qui témoignent de sa stratégie européenne sur le plan économique et monétaire, furent couronnés de succès : l’Irlande est passée à l’euro le 1er janvier 1999, alors que le Royaume-Uni a choisi de conserver la livre sterling. Dès lors, la rupture entre les deux monnaies fut consommée, mais la valeur élevée de la monnaie britannique a fait que les exportations irlandaises n’ont pas été pénalisées pour autant jusqu’à présent, tandis que l’arrivée au pouvoir de Tony Blair et du New Labour le 1er mai 1997 laissait ouverte la possibilité d’une future participation britannique à l’euro122.

  • 123 R. O’Donnell, Ireland in Europe : The Economic Dimension, Dublin, Institute of European Affairs, 20 (...)

117Ce serait la solution idéale du point de vue de Dublin. Malgré tout, sauf baisse brutale de la livre sterling vis-à-vis de l’euro, la situation actuelle lui est tout à fait acceptable : sa participation à la monnaie unique lui a donné davantage de maîtrise sur son environnement financier et monétaire, avec des effets bénéfiques sur sa croissance économique, et a contribué à augmenter ses échanges avec les autres pays de la zone euro123. Dans le même temps, ses échanges avec son principal partenaire commercial, le Royaume-Uni, n’en ont pas été affectés outre mesure – préoccupation constante des gouvernements irlandais depuis la fondation de l’État libre d’Irlande, et attrait majeur du Marché commun.

Le commerce et le Marché unique

  • 124 M.-C. Considère-Charon, Irlande : Une singulière intégration européenne, Paris, Economica, 2002, p. (...)
  • 125 Central Statistics Office, Dublin (http://www.cso.ie).

118Dès les années soixante, mais surtout à partir de 1973, l’Irlande a beaucoup diversifié ses partenaires commerciaux, en particulier parmi les pays membres de l’Union européenne124. En 1972, 51 % des importations irlandaises provenaient du Royaume-Uni et 61 % des exportations irlandaises y étaient vendus. En 2001, ces chiffres étaient respectivement de 35 % et 24 %125. Les deux pays entretiennent donc toujours des relations commerciales privilégiées, mais elles sont désormais bien plus équilibrées que par le passé.

  • 126 M. Charlot et J.-C. Sergeant, Britain and Europe since 1945, p. 18.

119Sur le plan du commerce, la signature du Traité de Rome en 1957 créa un bloc douanier dont le Royaume-Uni et l’Irlande étaient exclus. Dans le cas du Royaume-Uni, cette exclusion provenait d’une décision délibérée de ne pas participer à la nouvelle Communauté économique européenne, pour des raisons relevant de la souveraineté nationale, de la relation spéciale avec les États-Unis et du Commonwealth. Mais après quelques années, les avantages commerciaux d’une adhésion britannique devinrent apparents au Premier ministre, Harold Macmillan. En effet, les échanges du Royaume-Uni avec les membres du Commonwealth perdaient peu à peu de leur importance, tandis que ceux entretenus avec les pays membres de la CEE devenaient au contraire plus intenses. Vu les difficultés croissantes liées au déficit de la balance des paiements et au taux d’inflation, le projet européen paraissait sous un jour plus favorable126. Par contre, l’appartenance à un bloc douanier dont les autres pays membres du Commonwealth seraient exclus posait problème. En particulier, les importations de denrées agricoles depuis la Nouvelle-Zélande ou les Antilles britanniques en seraient affectées, et elles firent l’objet de négociations complexes et ardues entre Londres et ses futurs partenaires européens.

  • 127 J.W. Young, Britain and European Unity, 1945-1992, Basingstoke, Macmillan, 1993, p. 57-66.
  • 128 M. Hederman, The Road to Europe : Irish Attitudes, 1948-1961, Dublin, Institute of Public Administr (...)

120Mais auparavant, Londres conçut le projet d’une association de libre-échange (Free Trade Area), regroupant dix-sept pays et destinée à couper l’herbe sous le pied des projets d’intégration européenne127. Le projet fut lancé en 1957 et l’Irlande s’apprêtait à y adhérer malgré l’absence de dispositions relatives aux échanges agricoles128. Ce plan supervisé par Reginald Maudling échoua toutefois, en raison de l’opposition des Six, qui préférèrent continuer leurs travaux commencés à Messine en 1955. Avec l’entrée en vigueur du Traité de Rome en 1959, le projet britannique était mort-né.

  • 129 H. Young, Britain and European Unity, 1945-1992, p. 115-118.
  • 130 G. Brown, In My Way, Londres, Victor Gollancz, 1971, p. 211-212.

121Londres participa alors à la fondation de l’Association européenne de libre-échange (AELE), en novembre 1959, aux ambitions plus limitées129. Elle regroupait sept pays – le Royaume-Uni, les pays scandinaves, le Portugal, l’Autriche et la Suisse – et constituait une organisation rivale de la CEE, répondant mieux aux besoins britanniques : il n’y avait pas de dimension politique supranationale par exemple, et la convention de Stockholm ne prévoyait pas d’accord douanier sur les échanges agricoles non plus. Mais l’AELE était trop petite, que ce fût pour compenser la baisse du commerce britannique avec les pays du Commonwealth ou pour tenter de concurrencer la CEE130.

  • 131 B. Pimlott, Harold Wilson [1992], Londres, Harper Collins, 1993, p. 439-441.

122En fait, si le Royaume-Uni voulait développer ses échanges commerciaux et ainsi trouver une solution à ses difficultés économiques persistantes, il lui fallait se tourner vers la CEE. Ce fut la conclusion qu’Harold Wilson et George Brown tirèrent de leurs années au pouvoir et de l’échec du Plan national de 1965. Mais leur visite des capitales européennes en janvier 1967 ne permit pas de faire aboutir la deuxième demande d’adhésion du Royaume-Uni à la CEE : tout comme en 1963, le Président français, le général de Gaulle, y opposa son veto131. Cependant, cette deuxième demande démontra que les deux grandes formations politiques du Royaume-Uni s’étaient ralliées à une politique économique et commerciale fondée sur l’appartenance à la CEE.

  • 132 J.J. Lee, Ireland, 1912-1985 : Politics and Society, p. 357-359.

123En Irlande, le protectionnisme fut définitivement abandonné en 1958, lorsque le « Premier programme d’expansion économique » (First Programme for Economic Expansion) fut adopté par le gouvernement. Sous l’impulsion de Kenneth Whitaker, secrétaire général du ministère des Finances et architecte de ce programme, et de Seán Lemass, alors ministre de l’Industrie et du Commerce, l’Irlande s’engagea alors dans la voie du libre-échange132.

  • 133 J. Blackwell, « Government, Economy and Society », Administration, vol. XXX, n° 2-3, p. 43.

124En effet, si le protectionnisme des années trente avait permis à l’industrie de se développer et avait préparé l’Irlande à subir les restrictions liées à la Seconde Guerre mondiale, elle montra néanmoins ses limites dans les années cinquante, lorsque l’émigration atteint un niveau record, proche de celui des années 1880 : entre 1951 et 1961, 4 % de la population active quitta le pays chaque année en moyenne133. La montée du chômage et la croissance négative justifiaient également une approche différente et novatrice.

  • 134 D. O’Sullivan, « 1992 : The Economic Challenge for Ireland », L’Irlande politique et sociale, n° 4, (...)

125Cette ouverture de l’économie irlandaise visait à attirer les investisseurs étrangers, américains et japonais en particulier, qui auraient ainsi la perspective de pouvoir exporter vers d’autres pays européens. Elle contraindrait aussi les industries irlandaises à devenir plus productives, par la confrontation avec la concurrence internationale. L’adhésion à la CEE s’inscrivait naturellement dans cette stratégie et elle fut tenue pour acquise dans le Programme d’expansion économique. En outre, l’Irlande obtiendrait ainsi accès au marché agricole européen, où ses exportations pourraient être vendues à meilleur prix que sur le marché britannique134.

126Les deux pays devinrent donc membres de la CEE en 1973, avec des effets très rapides sur leurs échanges. Dans le cas de l’Irlande, le fait le plus marquant fut la part croissante de ses exportations vers les autres pays membres de la CEE, au détriment du Royaume-Uni (voir tableau 5). Alors que le marché britannique recevait près des deux-tiers des exportations irlandaises en 1972 – soit trois fois plus que tous les autres pays de la CEE réunis –, en 1999 il ne comptait plus que pour un quart des exportations irlandaises, c’est-àdire à peine plus de la moitié de ce qu’achetaient les autres pays européens.

Tableau 5 – Exportations irlandaises par destination, 1960-1999 (%).

Tableau 5 – Exportations irlandaises par destination, 1960-1999 (%).

Source : adapté de M.-C. Considère-Charon, Irlande, une singulière intégration européenne, Paris, Economica, 2002, p. 57, et D. McAleese, « Ireland and the European Community : the changing pattern of trade », in Ireland and the European Community, P.J. Drudy et D. McAleese (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, 1984, p. 153.

127L’Irlande est donc devenue plus autonome vis-à-vis du Royaume-Uni sur le plan commercial. Cette évolution fut spectaculaire. Ainsi, en 1961, lorsque Londres déposa sa première demande d’adhésion à la CEE, Dublin n’eut d’autre choix que de faire de même : accepter l’établissement d’une barrière douanière entre les deux pays eût été équivalent à signer l’arrêt de mort de l’économie irlandaise. La situation n’avait guère changé en 1972, lorsque le Premier ministre, Jack Lynch, expliqua au Parlement le choix qui s’offrait à l’Irlande, en des termes sans équivoque :

  • 135 Dáil Debates, vol. CCLIX, col. 1921 (21 mars 1972): « If we are to remain outside the enlarged Comm (...)

Si nous restons en dehors de la Communauté économique européenne, qui comprendra le Royaume-Uni après son élargissement, les barrières douanières érigées contre nos exportations vers le marché britannique – qui à présent absorbe quatre-vingts pour cent de toutes nos exportations agricoles – auraient des conséquences désastreuses sur l’agriculture irlandaise et les répercussions en affecteraient l’économie toute entière135.

  • 136 J. Leruez, Le Système politique britannique, Paris, Armand Colin, 2001, p. 72-73.
  • 137 M. Hirsch, « Influence without Power : Small States in European Politics », The World Today, mars 1 (...)

128Par contre, en 1972, le congrès du Parti travailliste s’engagea à renégocier les conditions de l’adhésion britannique à la CEE en cas de victoire aux élections législatives, décision visant avant tout à maintenir l’unité du parti, fort divisé sur la question136. Dublin dut alors envisager la possibilité, ténue certes, que le Royaume-Uni quittât la CEE – possibilité ténue, mais lourde de conséquences pour l’Irlande. Malgré tout, le gouvernement prit la décision de rester au sein de la CEE quoi que fît le Royaume-Uni. C’est-à-dire qu’en l’espace d’à peine plus d’un an, l’Irlande avait déjà obtenu une marge de manœuvre suffisante sur le plan commercial pour ne plus devoir emboîter le pas au Royaume-Uni de manière automatique comme elle l’avait fait en 1961, 1967 et 1970137. Elle avait donc acquis une véritable indépendance économique et politique en ce domaine.

  • 138 V. Riches, L’Économie britannique depuis 1945, Paris, La Découverte, 1992, p. 96-97.
  • 139 The United Kingdom and the European Communities (Cmnd 4715), Londres, HMSO, 1971, cité in A. Booth (...)
  • 140 E. Heath, The Course of My Life [1998], Londres, Hodder & Stoughton, 1999, p. 547-548.

129Les échanges commerciaux du Royaume-Uni connurent aussi un changement assez rapide après 1973, ses exportations vers la CEE passant de 33 % du total de ses ventes en 1970 à 53 % en 1990138. Le gouvernement britannique tablait d’ailleurs sur un tel accroissement en 1971, similaire à celui observé dans les autres pays membres139. De fait, pendant les deux premières années après l’adhésion, le commerce britannique se développa140. Malgré cette hausse, les exportations visibles restent secondaires toutefois – la balance commerciale du Royaume-Uni est déficitaire depuis de nombreuses décennies déjà –, ce sont les exportations invisibles qui comblent la différence, ou du moins qui la comblaient : la balance courante, qui tient compte des deux éléments, est devenue déficitaire à partir de 1986.

130Cette évolution tient sans doute davantage à des causes endogènes – le manque d’investissements, une faible productivité, l’effondrement du secteur manufacturier au début des années quatre-vingt – qu’à l’environnement européen. C’est-à-dire que là où l’Irlande s’est engagée dans la voie d’une croissance fondée sur l’exportation de biens manufacturés, notamment dans le domaine de l’industrie chimique et de l’informatique, le Royaume-Uni pour sa part s’est spécialisé dans les services financiers, au détriment du secteur secondaire et des exportations visibles. L’Europe achète une plus grande part des exportations britanniques, mais celles-ci n’ont pas gagné de parts de marché au sein de l’Union : elles représentent toujours 8 % des échanges intra-communautaires, soit la même proportion qu’au moment de l’adhésion du Royaume-Uni à la CEE.

131Mais ses échanges commerciaux avec l’Irlande attestent du fait que les deux pays entretiennent encore une relation économique privilégiée de nos jours. Ainsi, en 2001, les exportations irlandaises au Royaume-Uni atteignirent 9,2 milliards de livres sterling, tandis que les exportations du Royaume-Uni vers l’Irlande – notamment les produits des industries agroalimentaire, chimique, plastique, électrique et textile – représentaient £ 13,9 milliards. Le Royaume-Uni reste le premier fournisseur de l’Irlande, avec une part de marché de l’ordre d’un tiers (34 % en 2001). L’Irlande est le cinquième marché britannique en valeur absolue, mais le premier en valeur relative, chaque Irlandais dépensant en moyenne £ 3422 par an pour des biens britanniques141.

  • 142 R. Farnetti, Le Royaume désuni, Paris, Syros, 1995, p. 82-83.

132Les deux pays ont soutenu les efforts pour instaurer un Marché unique, puisque tous deux cherchent à attirer les investissements directs étrangers. Ils avaient d’ailleurs des atouts semblables de ce point de vue : une main-d’œuvre anglophone, qualifiée et bon marché, ainsi qu’un accès privilégié au Marché européen. Les entreprises étrangères implantées en Irlande et au Royaume-Uni sont nombreuses et ont contribué à créer des emplois, et à soutenir la croissance économique142. Au Royaume-Uni, par exemple, Toyota a pris la relève de l’industrie automobile britannique, tandis qu’en Irlande, les groupes américains sont particulièrement présents dans le secteur pharmaceutique et informatique.

Tableau 6 – Emplois industriels étrangers en Irlande, 1973-1985

Tableau 6 – Emplois industriels étrangers en Irlande, 1973-1985

Source : adapté de R. Munck, The Irish Economy, Londres, Pluto Press, 1993, p. 40.

133Les entreprises britanniques y sont encore assez nombreuses, mais elles ont cédé du terrain aux entreprises européennes et américaines. En 1973, elles étaient encore source de près de 27000 emplois, contre 15000 pour les américaines, soit près du double ; en 1985, seulement 14000 emplois en étaient tributaires, contre 36500 pour les sociétés américaines, soit à peine plus du tiers (voir tableau 6). Les entreprises européennes sont davantage présentes également, au point de dépasser les entreprises britanniques.

134En somme, la République d’Irlande et le Royaume-Uni sont toujours des partenaires commerciaux privilégiés, en relation étroite l’une avec l’autre, ce qui paraît normal au vu de leur situation géographique et de leurs liens historiques et culturels. Mais l’Europe a contribué à normaliser cette relation unique, à l’équilibrer, en la plaçant dans un cadre plus large, moins exclusif. Ce qui était une relation de forte dépendance dans une relation bilatérale est devenu une relation d’interdépendance dans un contexte multilatéral.

Diplomatie multilatérale

  • 143 J.W. Young, Britain and European Unity, 1945-1992.

135Après leur première demande d’adhésion à la CEE en 1961, il fallut douze ans avant que le Royaume-Uni et l’Irlande n’en deviennent membres143. Les deux gouvernements coopérèrent dans une certaine mesure lors de leurs négociations d’adhésion, mais leurs démarches respectives étaient fondamentalement divergentes.

  • 144 E. Gallagher, « Anglo-Irish Relations in the European Community », Irish Studies in International A (...)
  • 145 Cork Examiner, 24 avril 2002.

136Pour l’Irlande, c’était la possibilité d’échapper dans une certaine mesure à la sphère d’influence politique et économique du Royaume-Uni, ainsi que de se donner les moyens d’un développement économique à long terme144. La participation au projet d’intégration européenne se plaçait donc dans le droit fil de la lutte nationaliste pour l’indépendance, c’était l’aboutissement d’un long parcours historique. De fait, pour les Irlandais, il n’y a pas de contradiction entre leur nationalité et l’appartenance à l’Union européenne : l’eurobaromètre pour le premier semestre 2002 montrait que les Irlandais étaient les Européens les plus fiers de leur nationalité, avec 97 % exprimant une telle opinion, et que dans le même temps ils étaient 68 % à être fiers d’être européens, résultat au-dessus de la moyenne145.

  • 146 Eurobaromètre 56.3, « Spécial Bureaux », Bruxelles, Commission européenne, 2002, p. 22 et 26.

137De même, ils n’étaient que 1,9 % à répondre qu’il n’y avait aucun d’aspect positif à l’Union européenne – ils étaient derniers –, alors que les Britanniques arrivaient en tête, ex æquo avec les Grecs, à 28,0 %. Ces sondages montrent que les Britanniques sont assez partagés sur la notion de citoyenneté européenne, qui empiète sur leur sentiment national. En particulier, ils sont les Européens les plus attachés à leur devise146.

  • 147 H. Gaitskell, « The end of a thousand years of history », in The Penguin Book of Twentieth-Century (...)
  • 148 T. Harris, « Squaring Churchillian Circles ? British Foreign Policy, 1964-1970 », in Les Années Wil (...)

138Il faut dire que pour le Royaume-Uni, l’adhésion à la CEE pouvait s’interpréter comme « la fin de mille ans d’histoire », pour reprendre l’expression célèbre de Hugh Gaitskell, chef du Parti travailliste, lors de son discours au Congrès annuel du parti en 1962147. C’était renoncer au principe de la souveraineté nationale, abandonner le destin impérial du pays, remettre en cause la relation spéciale avec les États-Unis. Là où l’Irlande pouvait se concentrer sur l’Europe, n’ayant guère d’autres intérêts diplomatiques, le Royaume-Uni devait tenir compte des « trois cercles » définis par Churchill dans le cadre de sa politique étrangère et éviter de se laisser accaparer par l’un d’entre eux au détriment des autres – position qui ne fut plus tenable à la fin des années soixante cependant148.

  • 149 M. Hederman, The Road to Europe…, p. 16 : « a means of getting out of the straight-jacket of Britis (...)

139Pour l’Irlande, l’étranger était un allié potentiel contre l’oppresseur, un partenaire en puissance – à l’image de l’Espagne au xvie siècle, de la France au xviiie ou encore de l’Allemagne au xxe –, et les perceptions irlandaises de l’Europe sont positives en général. Son attrait vient entre autres de ce qu’elle est perçue comme « un moyen de sortir du carcan des préoccupations irlando-britanniques et d’une relation devenue étouffante après trois cents ans »149.

  • 150 E. Gallagher, « Anglo-Irish Relations in the European Community », p. 28.
  • 151 M.-C. Considère-Charon, Irlande : Une singulière intégration européenne, p. 50.

140À l’inverse, pour le Royaume-Uni, la tradition du « splendide isolement » le poussait à se défier de toute alliance trop contraignante, qui pourrait empiéter sur sa souveraineté et son Empire. En particulier, l’histoire lui avait enseigné qu’il fallait éviter de trop s’impliquer dans les affaires européennes. Entre l’Europe et le Royaume-Uni, ce fut donc un mariage de raison : à l’exception notable d’Edward Heath et de Roy Jenkins, tous les hommes politiques britanniques ont entretenus des relations fort ambivalentes envers l’Union européenne150. En Irlande, c’est l’inverse : toutes les grandes formations politiques soutiennent le projet européen, sans réserve ou presque151.

  • 152 E. Kelly, « Why Ireland Said “No” to Nice », in L’Irlande aujourd’hui : renouveau et tradition, p. (...)

141D’ailleurs, les deux pays font figure d’exceptions dans l’Union européenne, mais à des titres différents. Dans les autres pays membres de l’Union, la classe politique est pro-européenne dans l’ensemble, tandis que l’opinion publique est généralement indifférente, divisée ou hostile à l’Europe de Bruxelles. Il n’y a qu’au Royaume-Uni que la classe politique soit si réticente à accepter l’intégration européenne, et il n’y a que les électeurs irlandais qui aient voté de manière si constante et si unanime en faveur des divers traités européens, jusqu’au référendum de juin 2001 du moins152.

142Le « oui » des Irlandais lors du référendum de 1972 fut retentissant : parmi les quatre pays à envisager d’adhérer à la CEE à l’occasion du premier élargissement de celle-ci, c’est en Irlande que le « oui » l’emporta le plus largement (voir tableau 7). Au Royaume-Uni, le « oui » fut certes conséquent, avec plus des deux-tiers des suffrages exprimés en faveur de la CEE, mais dès le départ il était apparent que le soutien électoral à l’Europe relevait d’un autre ordre. En particulier, le fait que ce ne fut pas un référendum sur l’adhésion en tant que telle, mais sur l’opportunité de renégocier ses termes était symptomatique d’une réserve initiale qui prit une dimension assez sérieuse par la suite.

Tableau 7 – Résultats des référendums sur l’adhésion des 4 pays candidats au premier élargissement de la Communauté économique européenne.

Tableau 7 – Résultats des référendums sur l’adhésion des 4 pays candidats au premier élargissement de la Communauté économique européenne.

Source : M.-C. Considère-Charon, Irlande, une singulière intégration européenne, Paris, Economica, 2003, p. 51.

  • 153 M. Charlot, Le Parti travailliste britannique, Paris, Montchrestien, 1992, p. 114-115.

143Ainsi, le Parti travailliste, puis le Parti conservateur se déchirèrent sur la question de la participation britannique à l’Europe. Le référendum de 1975 permit à Harold Wilson de préserver l’unité de son parti malgré ses divisions profondes – jusqu’au sein de son Cabinet –, mais dès 1981, la fondation du Parti social démocrate par Roy Jenkins consomma la rupture entre travaillistes pro- et anti-européens153.

  • 154 A. Marr, Ruling Britannia, Londres, Michael Joseph, 1995, p. 124-126.
  • 155 A. Alexandre-Collier, « Les conservateurs et l’Europe depuis 1997 : de l’euroscepticisme à l’europh (...)

144Quant au conservateurs, l’hostilité croissante de Margaret Thatcher à l’encontre de la Communauté européenne contribua à creuser le fossé entre les deux courants du parti, fossé que John Major ne put combler malgré tous ses efforts154. Après sa démission en 1997, les deux courants présentèrent des listes séparées à l’occasion des élections européennes de juin 1999, et aucun chef avec la capacité de rassembler le parti, notamment sur la question de l’Europe, n’a émergé : l’élection de William Hague à la direction du parti en 1997, puis celle de Iain Duncan Smith en 2001 témoignèrent de l’ascendant du courant anti-européen, mais sans réelle perspective de pouvoir prétendre au pouvoir pour autant155.

  • 156 P. Mangold, Success and Failure in British Foreign Policy : Evaluating the Record, 19002000, New Yo (...)
  • 157 G. FitzGerald, Reflections on the Irish State, p. 157-158.

145Tout ceci s’est traduit par une participation réticente, et parfois conflictuelle, du Royaume-Uni dans les instances européennes. Tant sous les travaillistes que sous les conservateurs, les représentants britanniques – chefs de gouvernement, ministres, ambassadeurs, hauts fonctionnaires – ont souvent adopté une position ambiguë vis-à-vis de leurs partenaires européens156. À l’inverse, les représentants irlandais se sont investis sans réserve dans le processus d’intégration européenne, hormis dans le domaine de la défense, et ont acquis la réputation de « bons communautaires », jouant le jeu de la diplomatie et de la coopération entre pays membres de l’Union européenne157.

  • 158 E. Gallagher, « Anglo-Irish Relations in the European Community », p. 35 : « it substitutes an agre (...)
  • 159 D. Dinan, « The Anglo-Irish Agreement : Attitudes in the Irish Republic », Conflict, 1987, vol. VII (...)

146Pourtant, malgré ces approches fort différentes, l’Irlande et le Royaume-Uni se sont quelque peu rapprochés dans le cadre de l’Europe, tant au niveau de leurs représentants que de leurs positions politiques. Selon un diplomate irlandais, le contexte européen exerce une influence considérable et bénéfique sur les relations irlando-britanniques, dans la mesure où il a « substitué un cadre plus large à une proximité excessive » entre les deux pays158. En effet, diplomates irlandais et britanniques ont appris à travailler ensemble dans les instances européennes et ils ont pu y nouer des relations cordiales, sinon amicales159. De même, les sommets européens fournissent l’occasion aux ministres des deux pays de se rencontrer de manière régulière, et ce dans un contexte où la négociation est d’usage. Ils ont appris ainsi à mieux se connaître, et leur langue commune et leurs repères culturels similaires les rapprochent dans ce contexte européen, alors que les rencontres bilatérales auraient davantage tendance à faire ressortir les contentieux. C’est vrai pour les représentants de tous les pays membres l’Union européenne – c’est même l’un des facteurs de réussite de l’intégration européenne –, mais l’Europe revêt une importance particulière en ce qui concerne les Anglais et les Irlandais, et ce pour deux raisons principales.

  • 160 P. Keatinge, « Ireland and the World, 1957-82 », Administration, 1982, vol. XXX, n° 2-3, p. 235-236

147D’une part, leur égalité formelle au sein de l’Union a contribué à modifier l’atmosphère générale des discussions anglo-irlandaises. Même si celles-ci ont pu être tout à fait cordiales à diverses occasions par le passé, il n’en reste pas moins que le rapport de forces à l’arrière-plan en colorait forcément la teneur. La possibilité de sanctions ou représailles était toujours présente, et parfois même effective. De manière plus ou moins consciente, il s’agissait de discussions entre l’ancien colonisateur et l’ancien colonisé. Mais depuis 1973, des sanctions formelles entre deux pays qui sont désormais membres de la CEE n’est plus envisageable160. En outre, la réussite incontestable des ministres, diplomates et hauts fonctionnaires irlandais dans les enceintes européennes leur a donné une confiance nouvelle, confiance qui déborde sur leurs relations avec leurs homologues britanniques. Désormais, ils peuvent traiter d’égal à égal avec ceux-ci, surtout que les Britanniques n’ont pas toujours réussi à se forger la même réputation auprès de leurs autres partenaires européens.

  • 161 C. Harris, « Anglo-Irish élite cooperation and the peace process : the impact of the EU », Irish St (...)
  • 162 A. Guelke, Northern Ireland : The International Perspective, Dublin, Gill & Macmillan, 1989, p. 162
  • 163 P. Arthur, « International Perspectives », Revue française de civilisation britannique, 1989, vol. (...)

148D’autre part, même lorsque les relations irlando-britanniques sont soumises à rude épreuve – par les événements en Irlande du Nord, par exemple –, les représentants irlandais et britanniques continuent de se rencontrer régulièrement dans le cadre des réunions européennes161. Cela permet de garder le contact, alors même que des sommets ou réunions anglo-irlandais peuvent être annulés en raison de fortes tensions. Parfois, des rencontres bilatérales officieuses ont lieu en marge des sommets européens, sans risque d’être évoquées par les médias et donc de susciter un tollé. Ainsi, en 1980, Margaret Thatcher et Charles Haughey purent lancer un dialogue angloirlandais à l’occasion d’un sommet européen de manière discrète et sereine162. Plus tard, en 1982, après l’échec des rencontres entre Margaret Thatcher et Charles Haughey – dans un contexte aggravé par les grèves de la faim en Irlande du Nord et le refus irlandais de participer aux sanctions économiques contre l’Argentine lors de la guerre des Malouines –, le contact ne fut pas coupé pour autant, grâce à l’Europe163. Le sommet européen de Milan permit même à Garret FitzGerald, devenu Premier ministre, de relancer le dialogue anglo-irlandais, et ce à un moment fort délicat.

149En outre, les partenaires européens de l’Irlande et du Royaume-Uni ont pu les encourager à travailler ensemble pour régler leurs différends ; ce fut le cas lors des grèves de la faim en Irlande du Nord en 1981, par exemple, lorsque la France appela le Royaume-Uni à faire des concessions, pour trouver une issue à la crise. Le rapport Haagerup du Parlement européen, publié en 1984, en est un autre exemple : sans chercher à s’immiscer dans les affaires internes d’un pays membre, l’Assemblée de Strasbourg manifesta son intérêt pour la région et exprima son souhait d’une politique plus constructive. Par la suite, elle approuva l’Accord anglo-irlandais de 1985, tandis que la Commission européenne débloqua des sommes considérables pour l’Irlande du Nord, afin d’appuyer le processus de paix.

  • 164 M. Thatcher, « The frontiers of the State », in The Penguin Book of Twentieth-Century Speeches, p. (...)

150Sur le plan politique et diplomatique, l’Irlande et le Royaume-Uni ont souvent eu des positions divergentes dans les instances européennes. Un bon exemple en est la Politique agricole commune (PAC), source de rentrées d’argent importante pour la République, mais beaucoup plus contestée au Royaume-Uni. De manière plus générale, alors que le Royaume-Uni a constamment défendu l’idée d’une vaste zone de libre-échange – c’est le sens du discours de Bruges, prononcé par Margaret Thatcher en septembre 1988164–, l’Irlande a au contraire soutenu avec constance le projet d’instances avec de réelles compétences supranationales.

151Mais depuis les années quatre-vingt-dix, on a pu observer certaines convergences entre les deux pays. Ainsi, sur la question d’une défense européenne, Londres et Dublin y sont tous deux opposés, même si leurs raisons sont différentes : alors que le Royaume-Uni veut préserver l’OTAN et le partenariat avec les États-Unis, qui pourraient être menacés par une défense européenne commune, l’Irlande cherche à préserver sa neutralité.

152Sur la question de la fiscalité, Londres et Dublin ont fait bloc pour résister tout projet d’harmonisation imposée par Bruxelles, harmonisation qui irait à l’encontre de leurs efforts pour attirer les entreprises étrangères par le biais d’incitations fiscales et leur ferait perdre beaucoup de leur attrait du point de vue des multinationales. En mars 2000, les Premiers ministres irlandais et britanniques firent une déclaration ensemble lors du sommet européen de Lisbonne, où ils définirent des objectifs communs sur la modernisation économique et sociale de l’Union européenne.

  • 165 M. Albert, Capitalisme contre Capitalisme, Paris, Seuil, 1991.
  • 166 Discours à l’Ordre des avocats américains, Dublin, 21 juillet 2000 (http://www.entemp.ie) : « Geogr (...)
  • 167 P. Brennan, « L’Irlande : quelle Union ? », Études irlandaises, n° 25-2, 2000, p. 17.

153Le succès économique du « Tigre celte » semble donc marquer une orientation de l’Irlande vers le modèle capitaliste anglo-saxon, plutôt que vers le modèle continental, le modèle rhénan165. Ce fut en tout cas le sens de la déclaration du vice-Premier ministre, Mary Harney, lorsqu’elle affirma en juillet 2000 que l’Irlande était « plus proche sur le plan spirituel de Boston que de Berlin »166. C’est-à-dire qu’on assisterait à l’émergence d’un bloc anglophone libéral au sein de l’Union européenne167. De fait, il semble que l’euroscepticisme britannique a quelque peu contaminé la classe politique irlandaise, voire l’électorat si l’on s’en tient au résultat négatif du référendum de juin 2001.

  • 168 Cité in D. Harkness, Ireland in the Twentieth Century, p. 167 : « Wishing further to develop the un (...)

154Mais ce sont là des éléments de convergence encore embryonnaires. Sur la question du conflit en Irlande du Nord, il y a déjà eu un rapprochement considérable entre les deux pays dans le cadre de l’Union européenne. En effet, depuis 1973, tous les textes et accords anglo-irlandais sur l’Irlande du Nord évoquent l’importance de l’appartenance commune des deux pays à l’Union européenne, contexte qui doit aider et encourager la recherche d’une solution en Irlande du Nord, selon Londres et Dublin. Ainsi, pour ne citer que l’Accord anglo-irlandais de 1985, les deux gouvernements y expriment leur « souhait de développer davantage la relation unique entre leurs peuples et l’étroite coopération entre leurs pays en tant que voisins amicaux et partenaires au sein de la Communauté européenne »168.

155À défaut d’avoir rapproché de manière significative les habitants d’Irlande du Nord jusqu’à présent, l’Europe a certainement contribué à un rapprochement entre la Grande-Bretagne et l’Irlande, même si leurs populations respectives se côtoient déjà depuis fort longtemps.

La citoyenneté

  • 169 P. Brennan, « L’immigration irlandaise en Grande-Bretagne », Revue française de civilisation britan (...)

156Les mouvements de population entre la Grande-Bretagne et l’Irlande sont anciens et furent facilités par l’Acte d’Union de 1801. Selon les estimations, quelque quatre millions d’Irlandais auraient émigré en Grande-Bretagne du temps de l’Union169. Après l’indépendance, ces mouvements se poursuivirent jusque dans les années quatre-vingt, en partie parce que le marché du travail obéissait encore aux schémas antérieurs. Le cadre législatif facilita ces migrations, par-delà les questions de citoyenneté, en raison d’intérêts économiques bien compris de part et d’autre de la mer d’Irlande : les ressortissants irlandais ont toujours eu un accès privilégié au Royaume-Uni.

157De ce fait, ils constituent le groupe ethnique le plus ancien et le plus nombreux sur le sol britannique. Cependant, leur intégration dans la société britannique ne va pas toujours de soi, elle demeure problématique dans une certaine mesure.

L’émigration irlandaise

158L’Irlande connut un phénomène démographique unique en Europe au xxe siècle, une baisse de sa population. Celle-ci s’explique avant tout par l’émigration, notamment vers la Grande-Bretagne, les dominions anglophones et les États-Unis (voir tableau 8). Dans les îles britanniques, les mouvements migratoires étaient caractérisés avant tout par des flux depuis l’Irlande vers la Grande-Bretagne, la main-d’œuvre excédentaire en Irlande trouvant un débouché sur le marché du travail britannique.

159L’un des arguments en faveur de l’indépendance fut qu’elle permettrait au pays de mieux répondre aux attentes économiques de sa population, et en particulier de créer des emplois en Irlande, pour mettre fin à cette véritable hémorragie. Cet espoir ne se concrétisa pas, toutefois. Jusqu’en 1932, la politique du gouvernement fut fondée précisément sur le lien économique anglo-irlandais, qu’il s’agissait de préserver, et il n’y eut pas de modification notable de l’état du marché du travail en Irlande et en Grande-Bretagne. L’émigration irlandaise continua comme par le passé, même si nombre d’Irlandais choisirent d’aller ailleurs qu’en Grande-Bretagne.

  • 170 P.J. Drudy, «Migration between Ireland and Britain since Independence», in Ireland and Britain sinc (...)

160Par la suite, la politique protectionniste et autarcique menée par de Valera dans les années trente déboucha sur la création d’emplois dans le secteur secondaire, mais ils ne purent compenser ceux perdus par la mécanisation de l’agriculture ; pour cela, il fallut attendre les années soixante170. L’émigration irlandaise persista donc, et elle se recentra même sur la Grande-Bretagne, suite aux lois américaines sur l’immigration passées dans les années vingt.

  • 171 A. Calder, op. cit., p. 267-268.

161Pendant la Seconde Guerre mondiale, la contribution des travailleurs irlandais à l’effort de guerre de l’industrie britannique – notamment dans certains secteurs clés comme l’armement – fut très appréciable du point de vue de Londres, qui avait du mal à faire face à la pénurie en main-d’œuvre. Celle-ci amena d’ailleurs le gouvernement britannique à réguler l’affectation des travailleurs, ainsi qu’à inciter les femmes à s’engager dans la vie active, mais cela ne fut pas suffisant pour répondre aux besoins énormes de l’industrie171. C’est pourquoi Londres facilita l’immigration depuis l’Irlande.

  • 172 P. Brennan, « The Irish in the War », Revue française de civilisation britannique, 1996, vol. IX, n (...)

162D’ailleurs, les administrations britannique et irlandaise coopérèrent étroitement pendant le conflit, afin d’organiser ces flux migratoires172.

Tableau 8 – Émigration irlandaise, 1926-2001 (pour mille habitants).

Tableau 8 – Émigration irlandaise, 1926-2001 (pour mille habitants).

Source : adapté de P. Brennan et V. Peyronel, Civilisation irlandaise, Paris, Hachette, 1999 (2e édition), p. 16.

  • 173 J. Jackson, « The Irish in Britain », in Ireland and Britain since 1922, p. 126.

163Entre 1943 et 1945, par exemple, plus de 75000 travailleurs irlandais purent ainsi se rendre en Grande-Bretagne pour y travailler173. Du point de vue de Dublin, cette coopération se justifiait par le fait qu’elle contribuait à résorber le chômage, fort élevé, et que l’argent envoyé par les émigrés à leurs familles restées au pays, constituait une aide importante pour l’économie irlandaise, quelque peu exsangue.

  • 174 N. Mansergh, Problems of War-Time Co-operation, p. 303.

164Au sortir de la guerre, les besoins en main-d’œuvre générés par la reconstruction restèrent élevés, notamment dans le secteur du bâtiment, et cet appel d’air eut un impact visible sur l’émigration irlandaise. Le recensement britannique de 1951 montra par exemple que quelque 716000 personnes habitant en Angleterre et au Pays de Galles étaient nées en Irlande, dont près des trois-quarts, 530000, en République d’Irlande. Ceux-ci étaient d’ailleurs plus nombreux que les ressortissants de tous les autres dominions et colonies réunis, qui s’élevaient à quelque 375000174. Ces flux migratoires entre les deux îles varient donc selon l’état des économies irlandaise et britannique : lorsque la demande est forte en Grande-Bretagne et que le chômage est élevé en Irlande, ils s’accroissent et peuvent atteindre des niveaux fort élevés, comme ce fut le cas pendant la Seconde Guerre mondiale mais aussi pendant les années cinquante (voir tableau 9).

Tableau 9 – Émigration irlandaise par destination, 1926-1961

Tableau 9 – Émigration irlandaise par destination, 1926-1961

Source : J. Meenan, The Irish Economy Since 1922, Liverpool, Liverpool University Press, 1970, p. 209.

  • 175 J.J. Lee, Ireland, 1912-1985 : Politics and Society, p. 379.
  • 176 Cité in G. Hussey, Ireland Today, p. 242 : « The community was experiencing a dark night of the sou (...)

165L’émigration devint un enjeu fort sensible en Irlande à cette époque, puisqu’elle atteignit un niveau inégalé depuis les années 1880 : quatre-vingts pour cent des enfants nés entre 1931 et 1941 quittèrent la République d’Irlande pendant les années cinquante175. Or le niveau des années 1880 avait été invoqué par les nationalistes irlandais comme une raison pour dénoncer la tutelle britannique. Qu’il soit atteint dans une République d’Irlande officiellement proclamée en 1949 semblait marquer l’échec de la lutte pour l’indépendance politique sur le plan économique et social. Son échec, ou plutôt sa « futilité », comme l’exprima Kenneth Whitaker, architecte du renouveau économique de la fin des années cinquante176.

  • 177 Dáil Debates, vol. CLXXV, col. 938 (3 juin 1959): « The historical task of this generation, as I se (...)
  • 178 P.J. Drudy, « Migration between Ireland and Britain since Independence », p. 115.

166C’est l’une des raisons qui expliquent justement la nouvelle politique économique adoptée par le gouvernement irlandais à partir de 1958, visant à stimuler la création d’emplois par le biais d’investissements directs étrangers. Ce fut le sens de la déclaration de Lemass au Parlement le 3 juin 1959, lorsqu’il définit « la mission historique de sa génération » comme étant « d’établir les fondations économiques de l’indépendance »177. Cette politique se révéla assez efficace puisque l’émigration baissa quelque peu pendant les années soixante, mais surtout pendant les années soixante-dix. Dans le même temps, l’immigration augmenta, mais elle était constituée pour l’essentiel d’Irlandais rentrant au pays178.

167Cependant, la récession engendrée par les deux chocs pétroliers de 1973 et 1979 mit fin à cette tendance, et l’émigration reprit de plus belle dans les années quatre-vingt, lorsque quelque 500000 Irlandais s’installèrent dans le sud de l’Angleterre. Quant au recensement de 1991, il montra que, en tout, 850000 personnes nées en République d’Irlande vivaient au Royaume-Uni.

168Pourtant, cette courbe se tassa au début de la décennie. Non pas que le chômage eût baissé en Irlande, au contraire : à la fin de 1992, il frôla les 300000, chiffre record. Le problème était que la situation n’était guère meilleure en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, touchés par la récession, et que les émigrants irlandais ne pouvaient plus espérer y trouver de travail. Par la suite, l’extraordinaire croissance économique irlandaise, comparable à celle des « tigres asiatiques » de la première moitié des années quatre-vingt dix, contribua à ce tassement de l’émigration. Le solde migratoire, déficitaire depuis des décennies, est non seulement devenu positif, il a plus que triplé entre 1996 et 2001, marquant ainsi un tournant historique (voir tableau 10).

Tableau 10 – Solde migratoire irlandais, 1996-2001 (milliers)

Tableau 10 – Solde migratoire irlandais, 1996-2001 (milliers)

Source : Central Statistics Office, Dublin (http://www.cso.ie).

  • 179 C. Piola, « Immigration et pluralisme culturel en Irlande », in Irlande : Inclusion – Exclusion, F. (...)

169Il semblerait que de nombreux Irlandais émigrés, notamment en Grande-Bretagne, aient profité de cette croissance exceptionnelle et des possibilités d’embauche qui s’offraient à eux pour rentrer en Irlande. Mais dans le même temps, des immigrés originaires de pays extérieurs à l’Union européenne – dont de nombreux demandeurs d’asile –, ont commencé à affluer aussi, au point de susciter un débat public sur la question179. Les chiffres ne sont que des estimations, mais ils donnent au moins un ordre de grandeur pour ces deux phénomènes (voir tableau 11).

  • 180 C. Ó Grada, A Rocky Road…, p. 217.
  • 181 P. Brennan, « L’immigration irlandaise en Grande-Bretagne », p. 68-69.

170L’émigration est un phénomène complexe, qui a plusieurs causes. Néanmoins, la corrélation entre flux migratoires et conjoncture économique apparaît de manière assez évidente180. D’ailleurs, le profil des émigrés irlandais a évolué au fil du temps, en parallèle à l’évolution du marché du travail en Grande-Bretagne. Jusque dans les années soixante, la majorité recherchait des emplois peu qualifiés, dans le bâtiment, les mines de charbon ou encore les hôpitaux par exemple. Depuis lors, on assiste à un accroissement du nombre d’émigrés irlandais parfois hautement qualifiés, titulaires d’un diplôme universitaire, ou en tout cas issus de catégories socio-économiques non manuelles : c’était le cas de la moitié des immigrés irlandais en Grande-Bretagne au milieu des années quatre-vingt181.

Tableau 11 – Nationalité des immigrés en Irlande (estimations),

1996-2001 (milliers)

1996-2001 (milliers)

Source : Central Statistics Office, Dublin (http://www.cso.ie).

171Si l’on s’en tient à cette corrélation, on comprend mieux le cadre législatif très favorable aux Irlandais qui fut instauré dès la fondation de l’État libre d’Irlande et maintenu par la suite, en dépit de la décision irlandaise de couper les derniers avec le Commonwealth en 1948. De part et d’autre de la mer d’Irlande, des considérations économiques prévalurent sur une définition stricte de la nationalité, illustrant bien la nature unique des relations irlando-britanniques. Ainsi, à partir de 1948, les diverses lois sur la citoyenneté britannique accordèrent un statut spécial aux ressortissants irlandais, qui purent continuer à se rendre en Grande-Bretagne et à y travailler sans difficulté particulière, alors même que les ressortissants des pays membres du Commonwealth voyaient leur accès à la métropole de plus en plus restreint.

Le cadre législatif

172De 1921 à 1935, le statut de l’État libre d’Irlande fut sans équivoque : il s’agissait d’un dominion, et à ce titre ressortissants irlandais et britanniques jouissaient d’une citoyenneté commune. Ils étaient des sujets de l’Empire, et il n’y avait donc aucun contrôle des personnes se rendant d’une île à l’autre.

  • 182 F. Pakenham, Peace by Ordeal, p. 111-112.

173Il y eut pourtant des discussions à ce sujet lors des négociations menant au Traité anglo-irlandais en 1921. À cette occasion, les représentants irlandais avaient demandé à ce qu’une citoyenneté réciproque soit accordée aux ressortissants des deux pays, et non une citoyenneté commune182. Cela eût permis d’établir une distinction nette entre les deux nations, et donc d’affirmer la souveraineté de l’État libre, tout en tenant compte des réalités économiques et sociales. La délégation irlandaise avait conscience en effet des liens familiaux et professionnels étroits entre les deux îles, tant l’émigration irlandaise vers la Grande-Bretagne était entrée dans les mœurs depuis la Grande Famine du xixe siècle. Restreindre l’accès des travailleurs irlandais aux emplois britanniques n’était guère envisageable, sauf à vouloir ruiner le pays.

  • 183 N. Mansergh, Problems of War-Time Co-operation, p. 279.

174Du côté anglais, il était important au contraire que les ressortissants irlandais, comme tous les ressortissants des dominions, aient d’office la nationalité britannique, faute de quoi l’un des principes fondamentaux du Commonwealth serait fragilisé. L’idée d’une citoyenneté réciproque fut donc abandonnée au profit de celle d’une citoyenneté commune183.

  • 184 N. Mansergh (éd.), Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs, 1931-52, vol. I, p. 314- (...)
  • 185 N. Mansergh (éd.), Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs, 1931-52, vol. II, p. 930 (...)

175Par contre, deux lois furent passées devant le Parlement irlandais en 1935, le Irish Nationality and Citizenship Act et le Aliens Act, qui dénoncèrent de manière unilatérale cet accord184. En effet, elles rendirent la citoyenneté britannique incompatible avec la citoyenneté irlandaise, du moins sur le plan théorique. Cette décision se situe dans le contexte d’une récession mondiale, où même des dominions peu peuplés et anglophiles suspendirent leurs efforts pour attirer des immigrants en provenance du Royaume-Uni, et où la Conférence impériale de 1937 dut se pencher sur la question complexe de la citoyenneté du Commonwealth185.

  • 186 Dáil Debates, vol. CXII, col. 954 (21 juillet 1948): « Citizenship is one of the things which touch (...)

176En fait, cette décision illustre surtout la volonté d’Eamon de Valera d’affirmer la souveraineté de son pays, lui pour qui « la citoyenneté est l’une des choses qui touchent au plus près de la question de la nationalité »186. L’idée était qu’un Irlandais ne devrait pas se voir imposer la nationalité britannique par Londres, sans tenir compte de son propre souhait et sans en convenir avec l’État irlandais. Mais ces lois n’affectèrent pas l’attitude de Londres, toutefois, qui maintint sa politique d’une citoyenneté commune, malgré quelques réticences vis-à-vis de l’afflux d’immigrés irlandais à partir du milieu des années trente. En effet, l’instauration de permis de travail eût été une atteinte à ce principe.

177Cependant, pendant la Seconde Guerre mondiale, il y eut quelques restrictions britanniques sur l’immigration irlandaise, restrictions qui peuvent s’expliquer par plusieurs raisons. Outre les circonstances exceptionnelles du conflit, la vague d’attentats organisés par l’IRA en 1939 sur le sol anglais rendit ces immigrés suspects. Par ailleurs, le statut ambigu de l’Irlande après la promulgation de sa nouvelle constitution en 1937, et surtout la neutralité adoptée par Dublin en 1939, remirent en cause le principe de la solidarité et de l’unité du Commonwealth. Enfin, ces mesures furent populaires auprès de l’opinion publique britannique.

  • 187 P. Brennan, « The Irish in the War », p. 99.

178À partir du 11 juin 1940, les candidats irlandais à l’émigration au Royaume-Uni durent donc obtenir un permis de voyager (travel permit) auprès du ministère irlandais des Affaires étrangères et du ministère britannique du Travail187. Mais ces mesures ne réduisirent pas l’immigration irlandaise de manière significative. Les besoins étaient tels que le ministère britannique accorda des permis à de très nombreux Irlandais. Au sortir de la guerre, le ministère continua à réglementer l’immigration irlandaise jusqu’en 1948, lorsque la loi sur la nationalité britannique (British Nationality Act) fut votée. Elle établit le principe légal de la libre circulation des personnes au sein de l’Empire et leur conféra le statut de sujets britanniques. Mais elle reconnut la « position spéciale » des citoyens irlandais : sans être automatiquement des sujets britanniques comme par le passé, ils ne devinrent pas pour autant des étrangers aux yeux de la loi du Royaume-Uni. Il leur suffisait d’écrire au ministre britannique de l’Intérieur pour obtenir un passeport britannique.

179Ce compromis fut le résultat de négociations entre représentants du Commonwealth en 1947, négociations auxquelles l’Irlande participa et dont le résultat lui fut fort avantageux dans l’ensemble. En effet, il était proche de ce que les Irlandais avaient proposés lors des pourparlers de 1921, à savoir une citoyenneté réciproque, même si certaines clauses concernant l’Irlande du Nord suscitèrent des réserves au sud. En outre, alors que l’Irlande avait annoncé son départ du Commonwealth, Londres continuait à accorder les mêmes avantages à ses ressortissants qu’auparavant. Seán MacBride, alors ministre des Affaires extérieures et républicain convaincu s’il en était, exprima sa satisfaction au Parlement irlandais :

  • 188 Dáil Debates, vol. CXII, col. 908 (20 juillet 1948): « I welcome the advent of this Bill as a const (...)

J’accueille l’arrivée de ce projet de loi en tant que démarche constructive, qui a d’ores et déjà aidé à forger un maillon de la chaîne des relations meilleures prévalant entre nos deux pays. Son importance ne réside sans doute pas tant dans ses effets pratiques et concrets que dans le signe qu’il donne d’une réelle volonté de comprendre notre point de vue. C’est pourquoi je l’accueille de tout cœur, malgré les limites qu’il révèle encore par rapport à notre position : c’est une législation constructive et responsable qui ne peut qu’améliorer les relations entre nos deux îles188.

  • 189 I. McCabe, A Diplomatic History of Ireland, 1948-49 : The Republic, the Commonwealth and NATO, Dubl (...)
  • 190 N. Mansergh (éd.), Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs, 1931-52, vol. II, p. 836

180En 1949, la loi britannique sur l’Irlande (Ireland Act) confirma cette disposition. Pourtant, certains hommes politiques britanniques considéraient la proclamation de la République comme incompatible avec le statut des ressortissants irlandais en Grande-Bretagne du point de vue du droit international189. Mais les Irlandais ne furent toujours pas considérés comme des étrangers : ils pouvaient ainsi continuer à se rendre librement en Grande-Bretagne, y vivre et y travailler. Des mesures réciproques furent d’ailleurs prises par Dublin, concernant tant les citoyens du Royaume-Uni que ceux des autres pays du Commonwealth190.

  • 191 M. Charlot, The Wilson Years, Paris, CNED–Didier, 1998, p. 94-95.

181En d’autres termes, l’Irlande put continuer à jouir des mêmes droits que les pays du Commonwealth, alors qu’elle avait officiellement quitté l’organisation. De manière plus curieuse, elle conserva ces droits par la suite, alors même qu’ils furent restreints vis-à-vis des ressortissants des pays membres du Commonwealth. Ainsi, en 1961, un projet de loi (Commonwealth Immigration Bill) fut introduit au Parlement de Westminster, instaurant des contrôles à l’immigration pour les sujets britanniques du Commonwealth, hormis ceux détenant un passeport délivré par le gouvernement britannique ou nés au Royaume-Uni. Quant aux autres, ils n’avaient plus le droit automatique d’entrer sur le territoire britannique, il leur fallait d’abord obtenir un permis de travail. Or les Irlandais furent exemptés de ces dispositions191.

182De même, lorsque d’autres lois similaires furent votées en 1968 (Commonwealth Immigrants Act) et 1971 (Immigration Act), elles ne furent pas plus appliquées aux ressortissants irlandais. À partir de 1973, ce fut la législation européenne qui s’appliqua, législation fondée sur le principe de la libre circulation des personnes au sein de l’Union européenne. En somme, de l’union britannique à l’union européenne, le cadre législatif n’a pas fondamentalement changé au niveau des îles britanniques.

  • 192 B. d’Hellencourt, « La politique en matière d’immigration et d’intégration des minorités ethniques (...)

183Il faut noter cependant la polémique qui entoura le débat sur la loi britannique de 1962. En effet, de nombreux travaillistes, dont Barbara Castle en particulier, estimèrent qu’elle visait avant tout à limiter l’accès des ressortissants du Nouveau Commonwealth, c’est-à-dire des immigrants de couleur. De fait, depuis les émeutes de Notting Hill en 1958 jusqu’au discours apocalyptique de Enoch Powell en 1968 (the « Rivers of Blood » speech), l’enjeu devint de plus en plus sensible. Selon ce point de vue, l’exemption accordée aux Irlandais démontrait bien qu’il s’agissait d’une mesure discriminatoire, sinon raciste192. La question reste ouverte, mais il faut signaler que l’une des raisons liée à ce traitement de faveur était le problème posé par l’Irlande du Nord : il était difficile en effet de contrôler les mouvements de population sur la frontière entre le nord et le sud de l’Irlande, c’est-àdire sur la frontière terrestre entre la République et le Royaume-Uni. En outre, une telle loi aurait en toute probabilité provoqué un tollé parmi les catholiques d’Irlande du Nord. Quant à la possibilité d’instaurer une carte d’identité pour les habitants de la province, mais non pour ceux de la Grande-Bretagne, là non plus elle ne semblait guère viable sur le plan politique.

184Si les citoyens irlandais bénéficièrent sans conteste d’un régime fort avantageux par rapport aux autres nationalités, force est de constater qu’ils furent confrontés dans le même temps à de réelles difficultés au sein de la société britannique, où leur intégration ne se fit pas sans mal.

L’intégration

  • 193 P. Brennan, « L’immigration irlandaise en Grande-Bretagne », p. 62-64.
  • 194 O. O’Leary et H. Burke, Mary Robinson, Londres, Hodder & Stoughton, 1998, p. 192.
  • 195 P. Gillespie (éd.), Britain’s European Question : The Issues for Ireland, p. 8.

185Les Irlandais constituent encore aujourd’hui le groupe d’immigrés le plus important en Grande-Bretagne, même s’il est difficile d’avoir des chiffres précis ou fiables, en raison justement de l’absence de contrôle à l’immigration à la frontière irlando-britannique193. Selon les estimations, ils seraient entre 2 et 2,5 millions, soit un peu plus de 4 % de la population194. Si l’on inclut les personnes d’origine irlandaise nées sur le sol britannique – c’est-àdire les immigrés des générations suivantes –, ils pourraient se situer entre 10 % et 12 % de la population britannique, soit aux alentours de quelque six millions de personnes195.

186Au Royaume-Uni, la Commission pour l’égalité raciale (Commission for Racial Equality), qui examina la situation de la communauté irlandaise en 1995, recommanda l’ajout d’une catégorie ethnique, irlandaise (White Irish), dans les formulaires du recensement de 2001, recommandation qui fut suivie. D’après ce recensement, 1,2 % de la population se définit comme étant irlandais196.

  • 197 Ireland and the Irish Abroad, Dublin, Stationery Office, 2002, p. 39.

187La faible visibilité de la communauté irlandaise en Grande-Bretagne – il s’agit d’une population blanche anglophone – pourrait laisser supposer qu’elle n’a pas à surmonter trop de difficultés pour s’intégrer dans la société britannique, mais la réalité est plus complexe. Ainsi, le ministère irlandais des Affaires étrangères commanda un rapport sur la communauté irlandaise en Grande-Bretagne, dont il ressort qu’elle est très peu intégrée par rapport aux autres communautés irlandaises à travers le monde, beaucoup moins qu’aux États-Unis par exemple197.

  • 198 P. Mac Éinri, « La migration contemporaine irlandaise : quelques perspectives », L’Irlande politiqu (...)

188Cette communauté présente un profil ambivalent, les Irlandais étant surreprésentés à la fois dans les catégories socioprofessionnelles supérieures et inférieures. D’une part, il y a de nombreux Irlandais qui ont fort bien réussi sur le plan professionnel, ils vivent dans des conditions tout à fait correctes et assument leur identité irlandaise. Ces personnes, d’origine urbaine dans l’ensemble, sont plutôt jeunes et qualifiées, et s’intègrent bien dans la société d’accueil198. Les exemples abondent, que ce soit dans le milieu sportif, littéraire, artistique ou universitaire, ou encore dans le monde des affaires.

  • 199 Ireland and the Irish Abroad, 2002, p. 40.

189Mais dans le même temps, beaucoup d’autres Irlandais, en général plus âgés et peu ou non qualifiés, vivent dans des conditions précaires et sont parfois victimes de discrimination. Il s’agit pour l’essentiel de personnes d’origine rurale ayant quitté l’Irlande dans les années cinquante, mais il y aussi de jeunes Irlandais partis dans la première moitié des années quatre-vingt. Proportionnellement, ces émigrés souffrent beaucoup de problèmes de santé physique et mentale, parfois liés à l’alcool, et ils sont nombreux à être ou à avoir été sans-abris199.

  • 200 G. Davis, The Irish in Britain, Dublin, Gill & Macmillan, 1991, cité in P. Brennan et V. Peyronel, (...)

190Dans le cas des personnes âgées, on trouve par exemple des travailleurs qui n’ont pas ou peu cotisé pour leur retraite, étant payés au noir pendant la majeure partie de leur vie active, et qui se retrouvent démunis par la suite. Il y a aussi de nombreux jeunes arrivés à Londres dans les années quatre-vingt, et qui représentaient alors deux sans-abris sur sept dans les rues de la capitale. Ceci est dû en partie à leur manque de préparation avant le départ, ainsi qu’à l’absence de structures pour les aider. Mais le phénomène peut s’expliquer aussi par un certain racisme à leur encontre, lié au conflit en Irlande du Nord notamment, mais aussi à des préjugés plus anciens qui remontent à la première moitié du xixe siècle200. La plupart des Irlandais en Grande-Bretagne se sont heurtés à un moment ou à un autre à des attitudes discriminatoires, mais après les attentats de l’IRA à Birmingham et le passage de la loi d’exception sur le terrorisme (Prevention of Terrorism Act) en 1974, le problème devint particulièrement aigu. De nombreux Irlandais innocents firent l’objet de harcèlement policier et de comportements hostiles.

191L’attentat à la bombe à Manchester en juin 1996 eut des effets tout à fait comparables, que la Commission pour l’égalité raciale décrivit dans un rapport sur La discrimination contre la communauté irlandaise en Grande-Bretagne, publié en 1997 :

  • 201 Discrimination Against the Irish Community in Britain, cité in T.P. Coogan, Wherever Green is Worn  (...)

Les principales caractéristiques de cette hostilité furent sa virulence, l’absence de lien avec quelque compréhension du contexte politique que ce fût, son application indiscriminée à l’encontre de toute personne irlandaise, et son déclenchement par le seul fait d’entendre un accent irlandais201.

192Dans la vie quotidienne, il leur devint plus difficile de trouver un logement, un emploi ou même de pouvoir discuter normalement avec leurs voisins ou avec des commerçants.

193Alors que la communauté irlandaise aux États-Unis a pu s’organiser, s’afficher et obtenir droit de cité, même sur la question de l’Irlande du Nord, en Grande-Bretagne cela a été beaucoup plus ardu : la communauté irlandaise y est plus isolée et vulnérable et se heurte à un véritable tabou sur tout ce qui concerne l’Irlande du Nord. Afficher ou même assumer son identité irlandaise, c’est prendre le risque de s’exposer au rejet, de subir l’ostracisme. C’est pourquoi un certain nombre d’Irlandais hésitent à faire appel aux services sociaux britanniques, que ce soit pour obtenir des soins médicaux, un logement ou un emploi, d’autant plus que ces services ont parfois été critiqués pour leur attitude à l’égard des ressortissants irlandais.

194Quelques cas célèbres, comme celui des « Birmingham Six », montrèrent par ailleurs que la police et la justice britanniques n’avaient pas d’indulgence particulière pour les catholiques d’Irlande du Nord, auxquels les ressortissants de la République sont souvent assimilés. Dans la mesure où l’IRA recrute au sud comme au nord de la frontière, voire même au sein de la communauté irlandaise de Grande-Bretagne, les forces de l’ordre font parfois preuve d’une discrimination générale anti-irlandaise dans l’application de la loi d’exception sur le terrorisme.

195La situation s’est pourtant améliorée en Grande-Bretagne quelque peu dans la deuxième moitié des années quatre-vingt-dix, dans un contexte changé à la fois par le processus de paix en Irlande du Nord et par l’essor économique en République d’Irlande. Dans le même temps, la culture irlandaise est devenue à la mode aux États-Unis et en Grande-Bretagne, balayant ainsi certains stéréotypes et préjugés. Mais la situation des émigrés irlandais s’est aussi améliorée parce que le gouvernement irlandais, qui jusque-là les avait ignorés dans l’ensemble, s’est penché sur leur sort.

  • 202 R. Deutsch, « Mary Robinson, President of 70 million Irish people », L’Irlande politique et sociale(...)
  • 203 Dáil Debates, vol. CDXLVIII, col. 1154 (2 février 1995).

196En particulier, Mary Robinson, Présidente de la République de 1990 à 1997, a beaucoup œuvré pour les personnes exclues ou marginalisées, dont les émigrés, qui n’ont toujours pas le droit de vote par exemple. Même si son action se limita, en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés par la Constitution, à des gestes symboliques et à des discours, elle eut un impact indéniable sur la société irlandaise, tant en Irlande qu’à l’étranger. Ainsi, lors de la campagne présidentielle en 1990, elle avait promis de représenter entre autres les émigrés, les sans-voix. Au moment de son inauguration, elle se présenta comme la Présidente de « 70 millions d’Irlandais », c’est-à-dire de toute la diaspora irlandaise, et fit allumer une lampe dans une fenêtre de la résidence présidentielle (Áras an Uachtaráin), symbole de son souci pour ces émigrés. Il s’agissait de son point de vue d’élargir la notion de citoyenneté, de la dissocier du seul territoire national et de l’appliquer aux personnes202. En février 1995, elle relança la question par une allocution au Parlement sur la diaspora (« Cherishing the Diaspora »), où elle félicita notamment les associations s’occupant de la communauté irlandaise en Grande-Bretagne203. Elle s’y rendit à plusieurs reprises, pour rencontrer les représentants de cette communauté, et ses déplacements à Birmingham et à Manchester, où des attentats de l’IRA avaient créé de fortes tensions, furent particulièrement appréciées des émigrés irlandais. En 1993, la visite qu’elle rendit à la Reine, Elisabeth II, fut perçue par la communauté irlandaise comme la manifestation officielle de l’égalité entre Britanniques et Irlandais et de leur propre dignité.

197Depuis, en République d’Irlande, les deux grandes formations politiques, le Fianna Fáil et le Fine Gael, ont évoqué la possibilité d’accorder le droit de vote aux émigrés, même si en 2001 aucune mesure concrète en ce sens n’avait encore été prise. Ces partis ont également tous deux soutenu la proposition d’amendement à la Constitution lors du référendum de 1998, où la place des émigrés dans la société irlandaise est explicitement reconnue. L’article 2 élargit ainsi la notion de citoyenneté irlandaise aux émigrés de la première génération, mais affirme aussi les liens entre l’Irlande et les générations suivantes de la diaspora :

  • 204 Cité et traduit in P. Brennan et W. Hutchinson (éd.), Irlande du Nord, un nouveau départ ?, Paris, (...)

Toute personne née sur le territoire d’Irlande, y compris les îles et les mers qui le composent, peut se prévaloir d’appartenir à la nation irlandaise. La citoyenneté irlandaise est également accordée à quiconque répond aux conditions requises par la loi. En outre, la nation irlandaise nourrit une affinité particulière avec les descendants d’Irlandais vivant à l’étranger qui partagent son identité et son héritage culturels204.

198Une autre manifestation de cet intérêt officiel de l’État irlandais pour les émigrés fut la nomination d’une équipe de recherche (Task Force on Policy regarding Emigrants) chargée d’établir un rapport sur leur situation, sous la responsabilité du ministère des Affaires étrangères. Le rapport, publié en août 2002, inclut de nombreuses propositions concrètes pour venir en aide aux émigrés qui ont besoin du soutien de l’État, notamment par le biais d’un partenariat plus efficace entre le gouvernement irlandais d’une part, et les associations caritatives et les services sociaux britanniques d’autre part. Les objectifs de cette démarche sont clairement définis dans le rapport. Il s’agit de :

  • 205 Ireland and the Irish Abroad, p. 3 : « Ensure, as far as possible, that Irish people who emigrate d (...)

S’assurer, dans la mesure du possible, que les personnes irlandaises qui émigrent le fassent de leur plein gré et sur la base d’un choix informé, et qu’elles soient correctement préparées à vivre de manière autonome dans des sociétés différentes.
Protéger et soutenir les Irlandais à l’étranger, en particulier ceux qui émigrent contre leur gré et ceux qui se retrouvent marginalisés ou qui courent le risque de l’exclusion sociale.
Faciliter le retour en Irlande, et la réintégration dans la société irlandaise, des émigrants qui le souhaitent, notamment les personnes vulnérables et âgées.
Soutenir les Irlandais à l’étranger qui souhaitent exprimer et partager la dimension irlandaise de leur identité205.

199Ces objectifs définissent sans doute en creux les manquements du gouvernement irlandais vis-à-vis des émigrés par le passé. Ils correspondent aux orientations définies par Mary Robinson, et contribueront certainement à une meilleure intégration des émigrés. C’est-à-dire que là où certains pouvaient se sentir doublement isolés, coupés à la fois de leur société d’origine et de leur société d’accueil, ils peuvent désormais mieux s’assumer.

  • 206 M. Cronin et D. Adair, The Wearing of the Green : A History of St Patrick’s Day, Londres, Routledge (...)

200Le renouveau des célébrations de la St Patrick en Grande-Bretagne est sans doute symptomatique de cette évolution. Ainsi, alors qu’elles furent annulées à Birmingham à partir de 1974, suite aux attentats meurtriers de l’IRA, elles ont repris depuis 1997, signe incontestable d’une amélioration des relations entre la communauté irlandaise et la société britannique206. De même, en 1998, une association parlementaire consacrée à la communauté irlandaise (all-party Irish in Britain Parliamentary Group) fut créée à Westminster par soixante députés britanniques.

201Cependant, pour mieux comprendre cette amélioration, il faut la placer dans le contexte plus large d’une normalisation récente des relations diplomatiques entre Londres et Dublin.

Vers des relations normalisées ?

  • 207 C. Reeves, « “Let us stand by our friends” : British policy towards Ireland, 1949-59 », Irish Studi (...)

202Cette normalisation récente n’est pas nouvelle pour autant, elle est l’aboutissement de progrès antérieurs. En particulier, la proclamation de la République d’Irlande en 1949 fut une étape importante dans l’histoire des relations irlando-britanniques, puisqu’elle marqua sans ambiguïté possible la totale indépendance politique de l’État irlandais vis-à-vis du Royaume-Uni207.

  • 208 C. Attlee, As It Happened, Londres, Heinemann, 1954, p. 190.

203Jusque-là, le flou relatif sur la nature exacte de ce lien entre les deux pays avait pu laisser place à des malentendus et du ressentiment de part et d’autre, que ce soit pendant les années trente ou pendant la Seconde Guerre mondiale par exemple. À partir de 1949, et à l’exclusion de la question d’Irlande du Nord, les contacts devinrent plus cordiaux, tant au niveau des officiels que des citoyens ordinaires. Ainsi, Clement Attlee, en visite en Irlande en 1949, observa une attitude plus amicale et confiante de la part des Irlandais à son égard, changement qu’il attribua à cette loi208.

204À partir de 1973, l’appartenance des deux pays à l’Union européenne a également contribué à cette amélioration. Mais il demeure malgré tout quelques contentieux historiques entre Londres et Dublin, qu’il s’agisse de souvenirs douloureux, d’épisodes conflictuels ou de visions divergentes de l’histoire, qui enveniment encore, qui parasitent les relations irlando-britanniques, et que des démarches symboliques ont pu désamorcer dans une certaine mesure.

205Dès les années soixante, d’ailleurs, Harold Wilson avait eu plusieurs gestes heureux à l’égard de Dublin, révélant à la fois un effort pour comprendre le point de vue irlandais et une approche généreuse de ces contentieux. Dans le cadre du cinquantième anniversaire du soulèvement de Pâques 1916, par exemple, il fit restituer au gouvernement irlandais le drapeau tricolore utilisé par les insurgés à la Poste centrale (General Post Office) de Dublin, démarche qui lui valut la gratitude de son homologue irlandais, Seán Lemass, qui avait lui-même participé à cet événement historique.

La dépouille de Roger Casement

  • 209 F.S.L. Lyons, Ireland since the Famine, p. 350-355.

206Un autre enjeu, bien plus délicat, concernait la dépouille de Sir Roger Case-ment, héros nationaliste pendu pour haute trahison par les autorités britanniques le 3 août 1916. Ancien diplomate britannique, il avait organisé une livraison d’armes en provenance d’Allemagne, destinée à assurer le succès du soulèvement des rebelles irlandais en 1916. Mais le navire transportant les armes, l’Aud, fut arraisonné par la Marine britannique le 20 avril, trois jours avant le soulèvement, tandis que Casement fut capturé le lendemain, peu après avoir été débarqué par un sous-marin allemand sur la côte irlandaise209.

  • 210 R. Casement, « In Ireland alone in this twentieth century is loyalty held to be a crime », in Great (...)

207Une campagne de grande ampleur fut alors lancée afin d’obtenir sa grâce, afin que la peine capitale soit transformée en prison à perpétuité. Casement avait en effet acquis une réputation internationale de défenseur des droits de l’homme en dénonçant les abus et l’exploitation régnant dans les plantations au Congo belge et au Pérou. Il fut même anobli à ce titre en 1912. L’affaire s’annonçait donc délicate pour Londres, d’autant que pendant son jugement, Casement fit un discours d’une grande éloquence pour défendre sa cause et celle du nationalisme irlandais210. S’il n’y avait pas de doute véritable quant à sa culpabilité du point de vue de la loi britannique – il avait bel et bien comploté avec l’ennemi de la Couronne en temps de guerre –, il y avait par contre le risque fort réel d’un retournement de l’opinion mondiale contre le Royaume-Uni si jamais Roger Casement devait être exécuté.

208C’est alors que le gouvernement britannique fit publier son journal intime, contenant des évocations de relations homosexuelles, ce qui le discrédita et perturba son mouvement de soutien : des avocats aussi influents que l’Archevêque de Cantorbéry et John Redmond, chef du Parti nationaliste irlandais à Westminster, par exemple, décidèrent de cesser leurs efforts en sa faveur. Mais de nombreux Irlandais soupçonnèrent une opération de désinformation particulièrement odieuse de la part de Londres, ce qui contribua à retourner l’opinion publique en faveur des insurgés de 1916 et à renforcer le climat de défiance vis-à-vis du gouvernement britannique.

  • 211 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 60.
  • 212 E. Heath, The Course of My Life, p. 441.

209Par la suite, l’authenticité de ce document (the Black Diaries) fut contestée, y compris par des historiens, et a fortiori par des citoyens ordinaires. En Irlande, Casement devint une icône du panthéon nationaliste. Eamon de Valera, qui fut détenu en même temps que Casement à la prison de Pentonville à Londres où il fut pendu, alla se recueillir sur sa tombe avant de s’échapper211. Edward Heath évoque pour sa part une visite qu’il effectua en 1973 dans une base aérienne irlandaise à l’occasion de négociations angloirlandaises sur l’Irlande du Nord : dans la pièce où il fut reçu, la photographie de Sir Roger Casement occupait la place d’honneur au-dessus de la cheminée212.

210Traître à la Couronne pour les uns, héros républicain pour les autres, Casement fut un facteur de discorde persistant entre Londres et Dublin car il avait exprimé le dernier vœu d’être enterré en Irlande, sa terre natale. Or il fut inhumé selon l’usage britannique dans la prison de Pentonville, où il avait été exécuté, et en 1916 le ministère de l’Intérieur refusa d’accéder à la requête de la cousine de Casement, Gertrude Bannister, pour que sa dépouille soit rapatriée.

  • 213 Dáil Debates, vol. LX, col. 1537-1538 (4 mars 1936).

211Par la suite, cette requête fut répétée à maintes reprises par le gouvernement irlandais. Ainsi, dès le 1er février 1936, de Valera adressa une demande officielle en ce sens à Stanley Baldwin. Malgré le soutien de Malcolm MacDonald, ministre des Dominions, le Premier ministre britannique refusa, car cela ne manquerait pas de provoquer un battage médiatique peu opportun de son point de vue, avec le risque de susciter une vive polémique anglo-irlandaise. C’était d’autant moins souhaitable qu’il s’agissait d’un moment où les relations entre Londres et Dublin étaient déjà fort tendues en raison des réformes constitutionnelles menées par de Valera et de la guerre douanière entre les deux pays. En outre, il était contraire aux usages, aux précédents, selon le ministère de l’Intérieur, d’exhumer les corps213.

  • 214 C. Reeves, « The penultimate Irish problem : Britain, Ireland and the exhumation of Roger Casement  (...)

212De Valera tenta à nouveau d’obtenir le rapatriement des restes de Case-ment en 1937, en s’adressant cette fois à MacDonald qui avait prêté une oreille sympathique à sa demande en 1936, mais sans plus de succès toutefois : les arguments du ministère de l’Intérieur prévalurent sur la position de MacDonald214.

213En 1953, à l’occasion d’un déjeuner à Londres au 10, Downing Street avec Winston Churchill, avec qui ses relations s’étaient améliorées depuis 1945, de Valera renouvela sa requête. Initialement favorable, Churchill consulta le ministère de l’Intérieur qui fit part de sa position traditionnelle – cela allait contre l’usage et risquait de relancer une polémique défunte, et le Premier ministre fit alors savoir par courrier à de Valera que, malgré ses propres idées sur la question, il ne pouvait accéder à sa demande. De Valera lui répondit :

  • 215 Cité in F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 443 : « With regard to the nonlegal cons (...)

D’un point de vue non légal, c’est votre propre réaction initiale qui était la réaction naturelle, humaine et, j’en suis convaincu, la bonne en ce qui concerne l’objectif de bonnes relations entre nos deux pays. Aussi longtemps que le corps de Roger Casement demeurera entre les murs d’une prison britannique, alors que lui-même exprima le vœu que son corps fût transféré dans son pays natal, il y aura ici un ressentiment public contre ce qui apparaît forcément comme une obstination, peu élégante pour le moins, du gouvernement britannique. Je vous demande instamment de ce fait d’examiner la question à nouveau215.

214Mais Churchill ne répondit pas, étant en déplacement, et l’affaire en resta là pendant quelque temps. Par la suite, le successeur de de Valera, Seán Lemass, écrivit personnellement à Harold Macmillan à ce sujet, tandis que son ministre des Affaires étrangères, Frank Aiken, évoqua la question avec l’ambassadeur britannique à l’ONU, Ian Mclennan. Il alla jusqu’à suggérer de modifier la position de la délégation irlandaise sur une motion anti-coloniale, dirigée entre autres contre le Royaume-Uni, en contrepartie de quoi Londres s’engagerait à restituer les restes de Casement – mais rien n’y fit.

  • 216 C. Reeves, « The penultimate Irish problem : Britain, Ireland and the exhumation of Roger Casement  (...)

215Quant à Con Cremin, ambassadeur irlandais à Londres, lorsqu’il relança le sujet en 1963, il se vit objecter que les origines nord-irlandaises de Case-ment pourraient susciter une campagne pour l’enterrer en Irlande du Nord si jamais sa dépouille était rendue à Dublin. C’était un risque que Londres ne pouvait prendre216. Une nouvelle tentative fut alors faite par le gouvernement irlandais en 1964, lors du centenaire de la naissance de Roger Casement, avec l’appui cette fois de l’ambassadeur britannique à Dublin, mais le nouveau Premier ministre britannique, Sir Alec Douglas-Home, ne voulut toujours rien entendre.

216Par contre, l’arrivée au pouvoir d’Harold Wilson cette même année modifia la situation. Wilson avait déjà montré une certaine bienveillance à l’égard de l’Irlande et des catholiques nord-irlandais, et il cherchait aussi sans doute à se faire pardonner l’introduction de droits de douane supplémentaires sur les exportations irlandaises en octobre 1964, droits qui étaient sans doute illégaux, ou en tout cas contraires aux accords entre les deux pays. Le Cabinet donna son accord le 14 janvier 1965, et à l’occasion des funérailles nationales de Winston Churchill, le ministre irlandais des Affaires extérieures, Frank Aiken, put rencontrer Wilson à Londres en toute discrétion pour mettre au point les modalités pratiques du rapatriement de la dépouille mortelle de Roger Casement.

  • 217 W. Hutchinson, « Roger Casement et les reliques de la République », Études irlandaises, n° 26-1, pr (...)
  • 218 M. Moynihan (éd.), Speeches and Statements by Eamon de Valera, p. 603-607.
  • 219 H. Wilson, The Labour Government 1964-70, p. 109-110.
  • 220 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 443 : « Perhaps no other single British gesture (...)

217En effet, pour faire face au risque de manifestations anti-britanniques, Londres exigea que l’opération fût entourée du plus grand secret. Il fallut ainsi procéder à l’exhumation du corps pendant la nuit, puis un avion de la compagnie nationale irlandaise, affrété spécialement, fut dérouté sur Londres. Ce ne fut qu’une fois que le corps fût arrivé à Dublin, le 23 février 1965, que la nouvelle fut annoncée en même temps par les deux chefs de gouvernements à leurs parlements respectifs. La cérémonie d’inhumation eut lieu au cimetière de Glasnevin, panthéon des héros républicains217. De Valera, alors Président de la République d’Irlande, fit un discours fort solennel à cette occasion218. Selon le Premier ministre britannique, cette concession de la part du Royaume-Uni contribua à améliorer les relations anglo-irlandaises219. Et de fait, les biographes attitrés d’Eamon de Valera, qui expriment sans doute sa pensée sur ce point, affirment qu’« aucun autre geste britannique à lui seul n’a touché aussi vite et profondément le cœur des Irlandais »220.

Visites et gestes symboliques

218Mais ce début de rapprochement fut vite compromis par les tensions croissantes et l’éruption du conflit en Irlande du Nord à la fin des années soixante. Les relations irlando-britanniques en furent affectées assez sérieusement, et pour longtemps. Ce n’est que depuis les années quatre-vingt-dix que ces démarches ont repris entre Londres et Dublin, suite notamment à l’élection de Mary Robinson à la Présidence irlandaise en 1990, aux cessez-le-feu en Irlande du Nord en 1994 et à l’élection de Tony Blair en 1997. Nombre de visites officielles ont eu lieu entre l’Irlande et le Royaume-Uni, symbolisant une volonté mutuelle de normaliser leurs relations.

  • 221 Il est à noter que ce n’est qu’à partir de 1937 qu’il y a eu un chef d’État irlandais distinct du m (...)
  • 222 O. O’Leary et H. Burke, Mary Robinson, p. 173-188.

219Mary Robinson effectua ainsi plusieurs visites officielles en Grande-Bretagne, ce qui fut une première dans l’histoire des relations irlando-britanniques puisque, depuis la promulgation de la Constitution de 1937, aucun chef d’État irlandais ne s’était rendu en Grande-Bretagne221. Le 7 avril 1993, elle se rendit à titre privé au service funéraire des deux enfants tués lors de l’attentat de l’IRA à Warrington, et en novembre de cette même année, elle fut le premier président irlandais à participer à l’office protestant de commémoration du jour de l’Armistice (Remembrance Day) à la cathédrale St Patrick de Dublin, établissant ce qui est devenu une tradition désormais222.

220On peut signaler aussi les visites de divers membres de la famille royale britannique en Irlande : le Duc d’Édimbourg en 1998, le Duc de York en 2001, et le Prince de Galles en 1995 et 2002. En 1995, il fut d’ailleurs reçu par Mary Robinson à la résidence présidentielle. En 2002, il évoqua l’histoire tourmentée des relations anglo-irlandaises, pour esquisser les contours d’une nouvelle ère :

  • 223 Irish Times, 15 février 2002 : « We need no longer be victims of our difficult history with each ot (...)

Nous ne sommes plus contraints d’être victimes de notre histoire commune difficile. Sans chercher à minimiser la douleur et la souffrance du passé, je crois que nous pouvons intégrer notre histoire et notre mémoire afin de récolter leur subtile moisson de possibilités. L’imagination, après tout, est mère du possible. Essayons donc de devenir les acteurs de notre histoire, et non ses victimes. Dans la famille des États européens, la Grande-Bretagne et l’Irlande, en tant qu’amis et voisins, peuvent être d’un grand secours l’une pour l’autre223.

221L’accueil populaire fut chaleureux lors de ces visites, marquant ainsi la distance parcourue par rapport à l’assassinat de Lord Mountbatten, membre de la famille royale, par l’IRA le 27 août 1979, sur la côte ouest de l’Irlande, alors qu’il était en vacances.

  • 224 J. Aan de Wiel, The Catholic Church in Ireland, 1914-1918, Dublin, Irish Academic Press, 2003, p. x (...)

222Le 11 novembre 1998, la Reine britannique, Elizabeth II, et la Présidente de la République d’Irlande, Mary McAleese, participèrent toutes deux à une cérémonie d’inauguration d’un mémorial près de Ypres, dédié à tous les morts irlandais – tant du Nord que du Sud – de la Première Guerre mondiale. Le symbolisme de cet événement fut considérable, puisque ce conflit avait profondément divisé l’Irlande : autant les monuments aux morts de la Grande Guerre sont nombreux au Royaume-Uni, y compris en Irlande du Nord, autant ils sont absents en République d’Irlande, malgré les nombreux Irlandais du sud engagés dans l’Armée britannique224.

  • 225 P. Berresford Ellis (éd.), James Connolly : Selected Writings, Harmondsworth, Penguin, 1973, p. 235 (...)
  • 226 A.J.P. Taylor, English History, 1914-1945 [1965], Harmondsworth, Penguin, 1975, p. 145.

223L’un des meneurs du soulèvement républicain de 1916, James Connolly, avait dénoncé avec virulence la Grande Guerre, conflit impérialiste et capitaliste auquel l’Irlande ne devait en aucun cas participer selon lui225. Et par la suite, lorsque Londres tenta d’instaurer la conscription en Irlande en 1918, il y eut une forte mobilisation nationaliste pour s’y opposer, qui finit de souder les Irlandais autour du Sinn Féin et de la lutte pour l’indépendance226.

  • 227 W. Hutchinson, Espaces de l’imaginaire unioniste nord-irlandais, p. 199-205.

224En Irlande du Nord, la Première Guerre mondiale suscite bien des controverses et divise profondément catholiques et protestants, encore de nos jours : alors que les premiers se reconnaissent dans le soulèvement du 24 avril 1916, événement qu’ils célèbrent chaque année, les derniers commémorent la bataille de la Somme du 1er juillet 1916. À cette occasion, en effet, la 36e division de l’Armée britannique, formée exclusivement de protestants d’Ulster, dont de nombreux membres de la Ulster Volunteer Force (UVF), manifesta sa bravoure et sa loyauté envers la Couronne britannique en se faisant décimer face aux forces allemandes227.

  • 228 A. Maillot, IRA : les républicains irlandais, Caen, Presses universitaires de Caen, 1996, p. 212-21 (...)

225Les deux visions de l’histoire, nationaliste et unioniste, s’opposent de manière irréductible ici. Ce sont deux mythes fondateurs qui se contredisent, à l’image des deux batailles, proches dans le temps mais aux antipodes en ce qui concerne leurs objectifs. D’un côté, ceux prêts à sacrifier leur vie pour la République d’Irlande, de l’autre, ceux prêts à verser leur sang pour défendre l’Empire. L’attentat de l’IRA à Enniskillen en 1987, lors du Remembrance Day consacré aux morts britanniques de la Première Guerre mondiale, montre aussi à quel point ce conflit peut diviser les deux communautés228.

226L’inauguration du mémorial d’Ypres eut lieu après l’élection de Tony Blair en 1997 et la signature de l’Accord du Vendredi saint en 1998. Le Premier ministre britannique s’est beaucoup investi dans la résolution du conflit nord-irlandais et dans l’amélioration des relations irlando-britanniques. Ainsi, le 26 novembre 1998, le Premier ministre britannique se rendit à Dublin où il prononça une allocution devant les deux chambres du Parlement irlandais, autre première historique. Il y souligna les liens étroits entre les deux pays, évoquant à titre d’exemple ses souvenirs personnels de l’Irlande – sa mère est née en Irlande – et les Irlandais de sa circonscription. Il reconnut aussi la dimension tragique de l’histoire anglo-irlandaise, demandant un pardon mutuel pour les atrocités commises de part et d’autre, puis insista sur la nécessité de dépasser cette histoire pour construire un avenir meilleur, tant dans le cadre de l’Europe que dans celui du Conseil britanno-irlandais établi en vertu de l’Accord du Vendredi saint de 1998. Il conclut en soulevant la possibilité d’une coopération volontaire entre deux pays égaux :

  • 229 Dáil Debates, vol. 497, col. 746-751 (26 novembre 1998): « What I welcome above all is that, after (...)

Ce qui me réjouit par-dessus tout, c’est qu’après nous avoir séparés pendant si longtemps, l’Irlande du Nord nous aide à présent à nous rapprocher. Cependant, je ne pense pas que l’Irlande du Nord puisse ou doive encore définir l’ensemble de nos relations. Nos intérêts communs, ce que nous pouvons accomplir ensemble, vont bien plus loin que cela. Nos deux pays peuvent regarder vers l’avenir avec confiance en chacune de nos voies séparées, mais nous serons plus forts et plus riches si nous travaillons de concert229.

227Et en effet, en l’espace de quelques années, un chemin remarquable a été parcouru, notamment par rapport à l’Irlande du Nord. Selon Garret FitzGerald, l’un des facteurs qui peut l’expliquer est le fait que ni John Major, ni Tony Blair n’ont de souvenirs personnels de la Seconde Guerre mondiale et donc de ressentiment à l’encontre de la neutralité irlandaise à cette époque.

  • 230 G. FitzGerald, Reflections on the Irish State, p. 180.

228Margaret Thatcher au contraire entretenait des préjugés défavorables à l’Irlande pour cette raison, tout comme ses prédécesseurs230.

229Pour juger du chemin parcouru, il faut relire les lignes d’Oliver Mac-Donagh, écrites en 1983 pour décrire l’état d’esprit gouvernant les relations irlando-britanniques, et pour expliquer la source des malentendus et différends entre Londres et Dublin :

  • 231 O. MacDonagh, States of Mind : A Study of Anglo-Irish Conflict, 1780-1980, Londres, George Allen & (...)

La Grande-Bretagne est accaparée par un problème immédiat. Elle suppose l’existence d’un effort de guerre commun puisque c’est dans l’intérêt général commun. Elle se voit comme un État remarquable par sa capacité à pardonner facilement les offenses, et de ce fait elle s’estime en droit d’attendre un pardon rapide. Mais ces demandes ne peuvent être entendues clairement par des oreilles irlandaises. Elles sont noyées ou déformées par le bruit de l’ancienne coercition, l’ancienne condescendance, l’ancien colonialisme et des anciennes batailles pour l’égalité et l’imposition de la loi ordinaire231.

230C’était dans le contexte du conflit en Irlande du Nord, alors particulièrement difficile : la province se remettait tout juste des grèves de la faim de 1981 et d’un dialogue rompu entre les deux chefs d’État, Thatcher et Haughey. Londres demandait la coopération de Dublin et des catholiques d’Irlande du Nord pour mettre fin au terrorisme, tandis que ceux-ci voulaient davantage de justice, condition sine qua non pour restaurer l’ordre selon eux. Pour les uns, la violence était le problème majeur auquel il fallait faire face, pour les autres elle était aussi dans une certaine mesure le symptôme d’autres problèmes sous-jacents, qu’il ne fallait donc pas négliger dans le cadre des opérations de maintien de l’ordre. En l’espace de quinze ans, les relations irlando-britanniques ont sans conteste dépassé ce stade, le dialogue est devenu un peu plus constructif, même si la citation reste pertinente pour mieux comprendre certains atavismes de part et d’autre.

Le « dimanche sanglant »

  • 232 P. Brennan, The Conflict in Northern Ireland, p. 53.

231Un bon exemple en est le « dimanche sanglant » (Bloody Sunday) du 30 janvier 1972, lorsqu’un régiment de parachutistes de l’Armée britannique ouvrit le feu sur une manifestation pacifique contre la détention administrative à Londonderry232. Treize personnes furent tuées – une quatorzième décéda plus tard des suites de ses blessures –, provoquant un tollé en Irlande du Nord et en République d’Irlande. Ce fut sans doute le tournant décisif dans les relations entre la minorité catholique et l’Armée britannique. Celle-ci avait été accueillie en 1969 comme des protecteurs, sinon des libérateurs, dans les quartiers catholiques de Belfast. Mais peu à peu, ces relations se dégradèrent, en particulier après l’introduction de la détention administrative. Le 30 janvier 1972 devait consommer la rupture et provoquer une flambée de violence qui mena à la suspension du Parlement nord-irlandais quelques semaines plus tard, le 25 mars 1972.

  • 233 Irish Times, 2 janvier 2003.

232Le soir même de l’incident, Edward Heath et Jack Lynch discutèrent de l’événement au téléphone. Le Premier ministre irlandais, craignant des débordements aux conséquences imprévisibles lors des funérailles des victimes, demanda une initiative politique immédiate de la part de Londres, telle la suspension du Parlement nord-irlandais. Son homologue britannique refusa toutefois de prendre quelqu’engagement que ce fût avant que les circonstances du drame fussent éclaircies. En attendant, précisa-t-il, il fallait accorder le bénéfice du doute à l’Armée britannique. Il insista aussi sur le fait que la manifestation avait été interdite, rejetant implicitement la responsabilité de la tuerie sur les manifestants eux-mêmes, qui auraient pris le risque d’un tel drame en toute connaissance de cause233.

  • 234 The Guardian, 31 janvier 1972.

233Cependant, dès le lendemain, un article paru dans le Guardian mettait cette version des faits en cause, et une enquête fut ouverte par le gouvernement britannique, sous la responsabilité d’un haut magistrat, le Lord Chief Justice, Lord Widgery234. Le rapport, publié quelques semaines plus tard, le 20 avril 1972, exonéra l’Armée britannique de toute responsabilité, même s’il reconnut des défaillances individuelles de la part de quelques soldats. En d’autres termes, la position de l’Armée, selon laquelle les soldats n’avaient fait que riposter – et étaient donc en situation de légitime défense –, fut officiellement acceptée. La faute incombait de ce fait à des agitateurs républicains qui auraient ouvert le feu sur les soldats britanniques.

  • 235 P. Arthur, Government and Politics of Northern Ireland, Londres, Longman, 1987, p. 131.

234Mais de l’avis de nombreux catholiques nord-irlandais, dont John Hume, alors chef du Parti social démocrate et travailliste (SDLP), l’enquête avait été partiale et le rapport n’était qu’une mascarade. C’est-à-dire que la commission Widgery n’avait nullement cherché à faire la lumière sur les circonstances de la tuerie, mais à blanchir l’Armée et, par extension, l’État britannique235. Cependant, pour ce faire, il fallait laisser planer le doute sur l’innocence des victimes.

235Ainsi, en résumé des conclusions de son rapport, Lord Widgery écrivit :

  • 236 Lord Widgery, Summary of Conclusions in the Report of the inquiry into the events of « Bloody Sunda (...)

Il n’a été prouvé pour aucune des personnes décédées ou blessées qu’elles aient été abattues alors qu’elles manipulaient une arme à feu ou une bombe. Certaines sont complètement innocentées de l’accusation de complicité dans de tels faits ; mais il y a une forte présomption que quelques autres avaient tiré avec des armes ou manipulé des bombes lors de l’après-midi en question, et que d’autres encore les avaient assistées de près236.

236La crédibilité et l’impartialité de la justice britannique furent durablement atteintes au sein de la minorité catholique d’Irlande du Nord par l’incident et par le rapport. De leur point de vue, les parachutistes avaient bel et bien tué de sang froid, et l’État avait sanctionné ce meurtre. Les familles des victimes commencèrent alors une longue campagne afin de faire rouvrir l’enquête. Ce fut un contentieux durable et d’une puissance symbolique qu’il ne faudrait pas sous-estimer.

237Cependant, tous ces efforts restèrent vains jusqu’en 1998. En 1997, la forte émotion suscitée à l’occasion du vingt-cinquième anniversaire du « dimanche sanglant » et la publication de nouveaux éléments sur les faits amena le gouvernement irlandais à faire part de ses réserves quant aux conclusions du rapport Widgery auprès du gouvernement britannique. Selon lui, pour qu’il y ait une véritable normalisation des relations, tant entre habitants d’Irlande du Nord qu’entre Londres et Dublin, il fallait faire la lumière sur le passé pour pouvoir éventuellement le surmonter :

Le gouvernement a conscience de la capacité des événements du « dimanche sanglant » et du rapport Widgery à réveiller des émotions profondes, si visibles dans les commémorations du vingt-cinquième anniversaire. Il est très conscient et, il l’espère, sensible aux souhaits et sentiments des parents des victimes, ainsi que de toutes les victimes de la violence en Irlande du Nord. Le gouvernement pense que le processus de guérison, de réconciliation

  • 237 Bloody Sunday and the Report of the Widgery Tribunal : The Irish Government’s Assessment of the New (...)

238et, au bout du compte, de paix, sera avancé par la volonté de tous, et à l’égard de toutes les victimes, de reconnaître la primauté des valeurs de la vérité et de la justice237.

239Des démarches similaires ont été entreprises dans d’autres régions du monde, touchées elles aussi par le poids d’un passé conflictuel et violent. L’exemple de l’Afrique du Sud et de la Commission pour la paix et la réconciliation permet de mesurer l’importance d’une telle démarche. De toute évidence, elle fut comprise par Tony Blair qui, le 29 janvier 1998, annonça à la Chambre des communes la constitution d’un tribunal pour réexaminer l’affaire du « dimanche sanglant ». Son discours à cette occasion souligna l’importance de la vérité, de la mémoire et de la réconciliation en profondeur, dans le contexte du processus de paix nord-irlandais :

  • 238 House of Commons Debates, vol. CCCV, col. 503 (29 janvier 1998): « Let me make it clear that the ai (...)

Je veux préciser que le but de l’enquête n’est pas d’accuser des individus ou des institutions, pas plus que d’ouvrir la voie à de nouvelles récriminations, mais d’établir la vérité sur ce qui s’est passé ce jour-là, dans la limite où cela peut encore être accompli vingt-six après les événements. Ce ne sera pas facile, et nous sommes tous conscients du fait qu’il y avait alors des circonstances particulièrement difficiles en Irlande du Nord. Le « dimanche sanglant » fut une tragédie pour tous ceux impliqués. Nous aimerions tous qu’il ne se fût jamais produit. Notre souci à présent est simplement d’établir la vérité, et de refermer une fois pour toutes ce chapitre douloureux. À l’instar du député du Foyle [John Hume], les familles des victimes ont mené une longue campagne à cette fin. J’ai eu l’occasion d’entendre certains de leurs propos ces dernières années, et j’ai été frappé par leur dignité. La plupart ne cherchent pas à récriminer : ils ne veulent pas se venger, ils veulent la vérité. Je pense qu’il est dans l’intérêt de tous que la vérité soit faite et qu’elle soit rendue publique. Cela fait partie du chemin vers la nécessaire réconciliation, qui sera un élément déterminant dans la construction d’un avenir sûr pour les habitants de l’Irlande du Nord238.

240L’enquête Saville, du nom du magistrat qui la dirige, fut officiellement ouverte le 3 avril 1998239. Elle n’a toujours pas fini son rapport au moment de la rédaction, et ses travaux ont d’ores et déjà suscité bien des polémiques et des récriminations. Il n’en reste pas moins qu’elle constitue une étape dont personne ne peut faire l’économie sur la voie vers une vraie réconciliation et une vraie normalisation en Irlande du Nord.

Le Commonwealth

  • 240 Irish Times, 26 novembre 1998.

241À cette même époque, le rapprochement entre Londres et Dublin alla jusqu’au point où certaines personnalités politiques irlandaises éminentes, telles que Mary Robinson et Bertie Ahern, Premier ministre de la République depuis 1997, suggérèrent que l’Irlande pourrait envisager de réintégrer le Commonwealth. L’idée fut lancée par Robinson en 1997, à la fin de son mandat présidentiel, puis reprise par le Premier ministre en 1998 lorsqu’il déclara à l’occasion de la visite de Tony Blair qu’il ne s’opposerait pas à un débat sur la question240. L’idée fut aussi évoquée et débattue dans la presse britannique et irlandaise, notamment le Irish Times.

  • 241 P. Brennan, « L’Irlande : quelle Union ? », p. 15.

242Plusieurs raisons peuvent l’expliquer241. D’une part, il semblait que cela permettrait de resserrer les liens avec l’Irlande du Nord à un moment stratégique, le nouveau cessez-le-feu de l’IRA de juillet 1997 semblant ouvrir une ère nouvelle. En particulier, c’eût été une concession considérable aux unionistes d’Irlande du Nord, fort critiques à l’égard du séparatisme irlandais et de la proclamation de la République en 1949, et très hostiles aux projets d’instances panirlandaises.

243Or, pour que le processus de paix ait une chance de réussir, il fallait absolument de telles instances pour que le Sinn Féin pût y souscrire : c’était en effet le strict minimum du point de vue de la direction du mouvement républicain, faute de quoi elle risquait d’être désavouée par sa base. Diverses scissions montrèrent que c’était déjà insuffisant pour certains, qui estimaient que ce n’était qu’un piètre leurre par rapport à leur objectif premier, la réunification de l’Irlande. Il fallait donc persuader une majorité d’unionistes qu’un conseil ministériel nord-sud était acceptable. Si, en contrepartie, la République d’Irlande choisissait de devenir membre du Commonwealth à nouveau, cela permettrait peut-être de faire pencher la balance lors des négociations. En effet, l’adhésion au Commonwealth supposait la reconnaissance de la Couronne britannique, puisque la Reine est chef de l’organisation, et elle pouvait être perçue de ce fait comme un signe de respect vis-à-vis de l’identité unioniste, fondée sur le lien avec la Couronne.

244Ce gage pouvait donc faciliter un accord entre tous les partis nord-irlandais et entre Dublin et Belfast et, après la signature de l’Accord du Vendredi saint en avril 1998, contribuer à assurer le succès de son application. De fait, les réunions interministérielles entre Dublin et Belfast ont fait à plusieurs reprises l’objet de désaccords entre unionistes et nationalistes.

245D’autre part, divers avantages découlant de la participation au Commonwealth, d’ordre commercial et diplomatique notamment, furent évoquées aussi. Ainsi, il fut suggéré que l’Irlande pourrait accroître son influence dans le monde, et ce dans le cadre d’une organisation dont les valeurs – démocratie, pluralisme, coopération internationale – n’étaient en rien incompatibles avec celles de la République, au contraire. Par ailleurs, cela permettrait sans doute de développer ses échanges commerciaux avec les autres pays membres de l’organisation.

  • 242 G. Kent, « Ireland and the Commonwealth – The Time has Come », Tribune, 31 octobre 1997.

246Enfin, une telle démarche pouvait aussi démontrer qu’une page de l’histoire des relations irlando-britanniques avait bien été tournée, que l’Irlande avait surmonté ses complexes post-coloniaux vis-à-vis de Londres, que ses relations avec le Royaume-Uni avaient bien été normalisées en somme. Mary Robinson affirma ainsi que la conclusion du débat en dirait long sur l’identité et les peurs irlandaises242. De manière implicite, la décision prise en 1948 par Costello et MacBride fut donc remise en question.

  • 243 C. Attlee, As It Happened, p. 190.
  • 244 D. Keogh, Twentieth-Century Ireland : Nation and State, Dublin, Gill & Macmillan, 1994, p. 190.

247De fait, l’Irlande aurait pu demeurer au sein du Commonwealth en 1949, en tant que république, tout comme l’Inde, que l’on ne pouvait guère suspecter de manquer d’ardeur indépendantiste243. À cet égard, il est intéressant de noter qu’Eamon de Valera demeura critique devant la décision de quitter le Commonwealth, allant jusqu’à dire à Winston Churchill qu’il ne l’aurait pas prise pour sa part s’il était resté au pouvoir244. Et lorsqu’il arriva vers la fin de sa longue carrière de Premier ministre, il fournit d’ultimes efforts pour tenter d’atteindre l’un de ses deux objectifs fondamentaux, la réunification de l’Irlande, l’indépendance du sud étant acquise. Ainsi, en mars 1958, il rencontra à titre privé Lord Hailsham, ministre du Commonwealth, en compagnie de Frank Aiken, ministre irlandais des Affaires étrangères, et lui soumit la proposition suivante :

  • 245 Cité in J. Horgan, « Irish Foreign Policy, Northern Ireland, Neutrality and the Commonwealth : The (...)

L’Irlande du Nord devrait abandonner son allégeance directe à la Reine, en contrepartie de quoi une Irlande unie deviendrait membre du Commonwealth en tant que République et reconnaîtrait la Reine comme chef de cette organisation. Le Royaume-Uni devrait prendre l’initiative d’une telle solution du problème [de la partition]245.

248Mais Hailsham la rejeta, son gouvernement ne pouvant demander aux unionistes d’abandonner leur loyauté à l’égard de la Couronne, ni même de la minorer. Par ailleurs, il ne lui semblait guère plausible que la République d’Irlande accepterait de reconnaître la reine comme chef du Commonwealth, quoiqu’en dît de Valera.

  • 246 C. Reeves, « “Let us stand by our friends” : British policy towards Ireland, 1949-59 », p. 92.

249Plus tard, en 1959, de Valera fit une proposition similaire à Lord Home, ministre britannique des Affaires étrangères. Il s’agissait cette fois d’un marché selon lequel Londres prendrait position en faveur de l’unification de l’Irlande, en échange de quoi Dublin adhérerait au Commonwealth, mais au titre d’une association externe246. Là non plus, sa démarche n’aboutit pas.

  • 247 P. Lynch et S. Hopkins, « The British-Irish Council : structure, programme and prospects », Irish S (...)

250En somme, l’idée lancée en 1997 était comparable à celle de de Valera quarante ans plus tôt. Le projet fit long feu cependant. D’une part, il ne semble guère avoir intéressé les unionistes, qui n’en n’ont pas fait de demande en ce sens. En outre, l’Accord du Vendredi saint a entériné la création d’un Conseil des Îles – ou Conseil britanno-irlandais –, dans lequel se rencontrent les représentants des gouvernements britannique, irlandais, nord-irlandais, écossais et gallois, ainsi que de l’Île de Man et des îles Anglo-normandes. Or cette instance joue un rôle équivalent somme toute à celui attribué au Commonwealth dans la perspective d’une adhésion irlandaise : elle compense, du point de vue unioniste, le Conseil ministériel nord-sud, elle en constitue une contrepartie suffisante, même si son activité reste fort limitée pour l’instant247.

  • 248 A. Murphy, « Turn and Face the Change : Ireland and the Enlargement of the European Union », Irish (...)
  • 249 P. Brennan, « L’Irlande : quelle Union ? », p. 16.

251Par ailleurs, les avantages éventuels d’une association de la République d’Irlande avec le Commonwealth paraissent assez hypothétiques, sinon discutables. Sur le plan du commerce, c’est avec les futurs pays membres de l’Union européenne que les échanges irlandais se développent le plus vite248. Ce sont des marchés qui sont nettement plus intéressants que ceux du Commonwealth. D’ailleurs, dès les années soixante, le marché européen avait plus à offrir à l’Irlande que celui du Commonwealth. Sur le plan diplomatique, il n’est pas sûr non plus que la participation au Commonwealth soit bénéfique à l’Irlande, tant le respect des droits de l’homme et des valeurs démocratique dans certains pays membres laisse à désirer249.

  • 250 D. Keogh, Ireland and Europe, p. 216-219.
  • 251 N. Mansergh, The Commonwealth Experience, p. 327.

252Mais de manière plus générale, une telle décision aurait surtout été contraire à la dynamique de l’histoire irlandaise, elle serait allée à l’encontre d’une politique cohérente et efficace menée depuis 1958. En 1969, par exemple, Nicholas Mansergh justifiait de manière rétrospective le départ irlandais du Commonwealth, dans la mesure où celui-ci préfigura ou coïncida – si l’on prend en compte la participation d’une délégation irlandaise au Congrès de La Haye en mai 1948250 – avec une réorientation profonde de la politique irlandaise vers l’Europe251. De fait, par la suite, l’Europe a apporté à l’Irlande une plus grande indépendance, des débouchés commerciaux et un cadre juridique international fondé sur le droit, où le pays a pu se développer sur tous les plans. C’est dans ce contexte que l’Irlande a réussi à normaliser ses relations avec le Royaume-Uni, et non dans celui du Commonwealth même si, il est vrai, les autres dominions aidèrent l’Irlande à certaines occasions dans ses démêlés avec Londres.

253De surcroît, le contexte européen a contribué à résoudre le problème persistant de l’Irlande du Nord. Outre les pressions diverses exercées par les capitales européennes sur Londres pour l’inciter à trouver un accord avec Dublin, l’impact de l’Europe sur la société irlandaise a été considérable et a sans aucun doute joué en faveur d’un règlement de ce contentieux.

  • 252 M. Corish-Arnal, « Pratiques et croyances religieuses, valeurs morales », in La sécularisation en I (...)

254En effet, la société irlandaise s’est modernisée très rapidement à partir de 1973 : les valeurs traditionnelles ont laissé la place dans une certaine mesure à des valeurs postmodernes, telles que l’individualisme et le pluralisme, tandis que les institutions qui encadraient la société par le passé – en particulier l’Église catholique et les partis politiques – ont beaucoup perdu de leur autorité. Il y a eu une convergence indéniable entre l’Irlande et ses partenaires européens à ce niveau252. Le fait le plus remarquable par rapport à la question d’Irlande du Nord a été la perte d’influence du nationalisme traditionnel, exprimé notamment dans les articles 2 et 3 de la Constitution de 1937. Si ces articles ont pu être amendés en 1998, c’est que l’électorat irlandais avait beaucoup changé en un quart de siècle, et ce changement s’explique en grande partie par l’Europe :

  • 253 A. Guelke, « Les catholiques en Irlande du Nord face à l’Europe », Cultures et Conflits, 1992, n° 7 (...)

L’adhésion à la Communauté européenne, en transformant le statut de la République dans le monde, a modifié les mentalités. […] Cette amélioration du statut de la République, à la suite de son adhésion à la Communauté, constituait un facteur significatif dans l’évolution de son attitude envers l’Irlande du Nord ; la scission du pays en deux était ressentie moins péniblement ; elle cessait d’être perçue comme le symbole de la sujétion colonialiste de l’Irlande à l’Angleterre, cette analogie ne s’appliquant pas à un membre du club privilégié des riches nations européennes. […] Plus les Irlandais se voient en « bons Européens », plus l’opinion du Sud rejette les nationalismes de tout genre253.

255Or ce rejet croissant du nationalisme traditionnel a conféré à Dublin une marge de manœuvre plus grande dans ses négociations avec Londres et il constitue à ce titre l’un des facteurs qui expliquent l’Accord anglo-irlandais de 1985 et l’accord du Vendredi saint de 1998.

Notes

1 P. Lynch, « The Economic Scene », in Conor Cruise O’Brien Introduces Ireland, O. Dudley Edwards (éd.), Londres, Deutsch, 1969, p. 73.

2 J. Bradley, « Economic Development on the Island of Ireland : Differing Experiences of North and South », in L’Irlande aujourd’hui : renouveau et tradition, C. Mailhes (éd.), Toulouse, Presses de l’université des sciences sociales de Toulouse, 2003, p. 174-175.

3 D. McAleese, « Anglo-Irish Economic Interdependence : From Excessive Intimacy to a Wider Embrace », in Ireland and Britain Since 1922, P.J. Drudy (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, (Irish Studies 5), 1986, p. 87-88.

4 N. Gibson, « Political and Economic Integration », in Political Cooperation in Divided Societies, D. Rea (éd.), Dublin, Gill & Macmillan, 1982, p. 97-98.

5 G. Hussey, Ireland Today : Anatomy of a Changing State [1993], Harmondsworth, Penguin, 1995, p. 240-242.

6 P. Keatinge, A Place Among the Nations : Issues of Irish Foreign Policy, Dublin, Institut of Public Administration, 1978, p. 128.

7 C. Cruise O’Brien, Neighbours, Londres, Faber, 1980, p. 19-20.

8 G. Howe, Conflict of Loyalty, Londres, Pan Books, 1995 p. 417.

9 R. Fanning, The Irish Department of Finance, 1922-1958, Dublin, Institute of Public Administration, 1978, p. 123-129.

10 G. FitzGerald, Reflections on the Irish State, Dublin, Institute of Public Administration, 2003, p. 9-10.

11 J.C. Beckett, The Making of Modern Ireland, 1603-1923, Londres, Faber & Faber, 1981, p. 406-408.

12 T.C. Curtis et R.B. McDowell (éd.), Irish Historical Documents, 1172-1922 [1943], Londres, Methuen, 1977, p. 301-302 : «  Purchase annuities payable in respect of land situate in Southern Ireland and Northern Ireland respectively, including any arrears thereof due or accruing due on the appointed day, shall be collected by the governments of Southern Ireland and Northern Ireland, and the amounts so collected shall be paid into their respective exchequers.  »

13 R. Fanning, The Irish Department of Finance, 1922-1958, p. 133-134.

14 A. Mitchell et P. Ó Snodaigh (éd.), Irish Political Documents, 1916-1949, Blackrock, Irish Academic Press, 1985, p. 157-161.

15 T. Jones, Whitehall Diary, vol. III, Ireland, 1918-1925, K. Middlemas (éd.), Oxford, Oxford University Press, 1971, p. 245 : «  a settlement was a paramount interest. A complete collapse into the hands of the republicans would mean much more than the loss of Article 5. »

16 D. Harkness, Ireland in the Twentieth Century : Divided Island, Dublin, Macmillan, 1996, p. 145-147.

17 House of Commons Debates, 8 décembre 1925, cité in R. Fanning, The Irish Department of Finance, 1922-1958, p. 167 : «  Where does the interest of Great Britain lie ? Does it lie in keeping the South of Ireland poor and trying to squeeze debt out of them ? As a matter of pure business, and that alone, the interest of this country lies in a prosperous Ireland […] for two very good reasons. The first one is this, that Ireland ought to be a great market for our manufacturers, and the second reason – and this is rather a selfish one – is this, that if you have a prosperous Ireland Irishmen will work in their own country and will try and make their own country rich and prosperous. A poverty-stricken Ireland means a continuous flow of a poor class of people into Great Britain, where at present our own problem of unemployment and bad trade is as severe as we can face.  »

18 A. Mitchell et P. Ó Snodaigh (éd.), Irish Political Documents, 1916-1949, p. 173-174.

19 M. Moynihan, Currency and Central Banking in Ireland, 1922-1960, Dublin, Central Bank of Ireland–Gill & Macmillan, 1975, p. 182.

20 F.S.L. Lyons, Ireland since the Famine, Londres, Fontana, 1973, p. 495.

21 Cité in A. O’Day et J. Stevenson (éd.), Irish Historical Documents since 1800, Dublin, Gill & Macmillan, 1992, p. 188 : « There is no contractual obligation binding us to hand these annuities over to Britain. The British Government is neither legally nor justly entitled to receive them. This is the signed and published opinion of several prominent lawyers. With two of the three million pounds involved the farmers can be relieved completely of the rates on their holdings. Another million is available for the relief of taxation or for such purposes as the Dáil may determine »

22 Dáil Debates, vol. XXIX col. 1301 (2 mai 1929).

23 Cité in A. O’Day et J. Stevenson (éd.), Irish Historical Documents since 1800, p. 189 : « These payments […] impose on the Irish people a burden relatively heavier than the burden imposed on the German people by the war reparation payments. The continuance of these payments would make economic recovery almost impossible »

24 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, Dublin, Gill & Macmillan, 1970, p. 262.

25 W.K. Hancock, Survey of British Commonwealth Affairs (vol. I) : Problems of Nationality, 1918-1936, Oxford, Oxford University Press–Royal Institute of International Affairs, 1937, p. 341-343.

26 Cité in A.B. Keith, Speeches and Documents on the British Dominions, 1918-1931 : From Self-Government to National Sovereignty, Oxford, Oxford University Press, 1932, p. 465-469.

27 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 277-278.

28 E. de Valera, « Note on the Land Purchase Annuities », in The Irish Republic : A Documented Chronicle of the Anglo-Irish Conflict and the Partitioning of Ireland [1937], D. Macardle (éd.), Londres, Corgi, 1968, p. 917-919.

29 J.H. Thomas, My Story, Londres, Hutchinson & C°, 1937, p. 185.

30 Dáil Debates, vol. XLII, col. 1692 (17 juin 1932).

31 Cité in D. McMahon, Republicans and Imperialists : Anglo-Irish Relations in the 1930s, New Haven (CT), Yale University Press, 1984, p. 41: « It may well be that the balance of legal argument is in our favour on both points but there is at any rate a certain risk that an arbitrator might hold that M. de Valera is right from a purely legal and technical point of view and it would seem most undesirable that we should expose ourselves to such a decision when there is not the slightest element of doubt about the facts (1) that the Irish Free State ought in equity to pay over the Annuities and (2) that they have clearly and definitely promised to do so »

32 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, Oxford, Clarendon Press, 1985, p. 142-146.

33 W.K. Hancock, Survey of British Commonwealth Affairs (vol. I) : Problems of Nationality, 1918-1936, p. 349-350.

34 Dáil Debates, vol. XLIV, col. 139-140 (19 octobre 1932): « in order to see whether it is possible to arrive at a comprehensive settlement of the future financial relations between the Irish Free State and the United Kingdom »

35 J.H. Thomas, My Story, p. 202.

36 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 152.

37 Cité in R. Fanning, The Irish Department of Finance, 1922-1958, p. 297 : « It is too readily forgotten by us English that our record over the larger part of the period has been outrageous. And we also don’t understand the Irishman’s habit of living in the past. I sincerely trust that these considerations will be taken into account in the present negotiations which, if liberally handled on our part, may prove a future blessing and strength »

38 Cité in R. Fanning, The Irish Department of Finance, 1922-1958, p. 300-305.

39 N. Mansergh (éd.), Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs, 1931-52, Oxford, Oxford University Press, 1953, vol. I, p. 367-376.

40 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 316-317.

41 Voir supra, p. 88-89.

42 M. Moynihan, Currency and Central Banking in Ireland, p. 31.

43 Dáil Debates, vol. XIX, col. 1130-1131 (7 avril 1927).

44 Cité in P. Keatinge, A Place Among the Nations…, p. 127 : « The Saorstát is now, and will undoubtedly long continue to be, an integral part of the economic system at the head of which stands Great Britain »

45 R. Fanning, The Irish Department of Finance, p. 375.

46 P. Clavin, The Great Depression in Europe, Basingstoke, Macmillan, 2000, p. 130-136.

47 Article 5, cité in A. Mitchell et P. Ó Snodaigh (éd.), Irish Political Documents, 1916-1949, p. 175.

48 J. Meenan, The Irish Economy Since 1922, Liverpool, Liverpool University Press, 1970, p. 219.

49 W.B. Hancock, Survey of British Commonwealth Affairs (vol. II) : Problems of Economic Policy, 1918-1939 (Part 1), p. 192.

50 N. Mansergh (éd.), Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs, 19311952, vol. II, p. 1013-1014.

51 D. Judd, Empire : The British Imperial Experience from 1765 to the Present, Londres, Phoenix Press, 1996, p. 295.

52 F.S.L. Lyons, Ireland since the Famine, p. 613.

53 R.J. Raymond, « Irish Economic Development, 1933-1948 », in De Valera and His Times, J.P. O’Carroll et A. John Murphy (éd.), Cork, Cork University Press, 1986, p. 117.

54 Cité in R. Fanning, The Irish Department of Finance, p. 378 : « the only effective remedy would be to block Eire balances and investments entirely […] the over-riding consideration is that Eire being a creditor of this country for a substantial sum has the power to cause us considerable embarrassment by calling on us to repay at a most inconvenient moment »

55 B.M. Walsh, « Ireland’s Membership of the European Monetary System : Expectations, Outturn and Prospects », in Ireland and the European Community, P.J. Drudy et D. McAleese (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, 1984, p. p. 174.

56 B. Whelan, « Integration or Isolation ? Ireland and the Invitation to Join the Marshall Plan », in Irish Foreign Policy, 1919-1966 : From Independence to Internationalism, M. Kennedy et J.-M. Skelly (éd.), Dublin, Four Courts Press, 2000, p. 212.

57 M. Moynihan, Currency and Central Banking in Ireland, p. 356 : « the course of least disadvantage

58 N. Mansergh, Problems of Wartime Co-operation, p. 302.

59 H. Wilson, The Labour Government 1964-1970 [1971], Harmondsworth, Penguin, 1974, p. 592-593.

60 J.J. Lee, Ireland, 1912-1985 : Politics and Society, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 108-110.

61 R. Fanning, The Irish Department of Finance, p. 123.

62 Ibid., p. 129 : « both Irish and British representatives believed their individual interests to be identical […]. Both wanted to ensure the survival of the Free State. Both wanted to set the finances of the Free State upon a firm foundation »

63 M. Moynihan, Currency and Central Banking in Ireland, p. 183.

64 Cité in P. Keatinge, A Place Among the Nations…, p. 139 : « the country’s dependence on Britain was so strong as to be incompatible with the status of political sovereignty. »

65 The Irish Times, 3 janvier 2003.

66 G. FitzGerald, « L’évolution de la politique extérieure de l’Irlande, 1922-1986 », Études irlandaises, vol. XI, 1986, p. 118.

67 M. Daly, Industrial Development and Irish National Identity, 1922-1939, Syracuse (New York), Syracuse University Press, 1992, p. 23-32.

68 M. Pugh, The Making of Modern British Politics, 1867-1939, Oxford, Blackwell, 1993, p. 225-226.

69 J. Meenan, The Irish Economy since 1922, p. 76.

70 J. Verrière et J. Guiffan, L’Irlande, Milieu et Histoire, Paris, Armand Colin, 1970, p. 131.

71 W.K. Hancock, Survey of British Commonwealth Affairs (vol. II) : Problems of Economic Policy, 1918-1939 (Part 1), p. 307 et 310.

72 D. McAleese, « Anglo-Irish Economic Interdependence… », p. 87-88.

73 J.J. Lee, Ireland, 1912-1985 : Politics and Society, p. 169-171.

74 P. Clavin, The Great Depression in Europe, p. 80-81.

75 Cité in A. O’Day et J. Stevenson (éd.), Irish Historical Documents since 1800, p. 189 : « The people of Britain and ourselves are each the other’s best customer. Our geographical position and other factors make it unlikely that this close trade relationship will rapidly change. Machinery and other capital equipment for our industries will have to be purchased from abroad. We can in these purchases accord a preference to Britain in return for a preference in her markets for our agricultural produce. »

76 F.S.L. Lyons, Ireland since the Famine, p. 611.

77 R. Fanning, Independent Ireland, p. 113-114.

78 P. Lynch, « The Economic Scene… », p. 74.

79 J. Meenan, The Irish Economy since 1922, p. 142.

80 N. Mansergh (éd.), Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs, 1931-52, vol. II, p. 119.

81 R. Marx, L’Angleterre de 1914 à 1945, Paris, Armand Colin, 1993, p. 92.

82 W.K. Hancock, Survey of British Commonwealth Affairs (vol. I) : Problems of Nationality, 1918-1936, p. 348.

83 T.P. Coogan, De Valera, p. 513.

84 J.J. Lee, Ireland, 1912-1985 : Politics and Society, p. 184-187.

85 R. Munck, The Irish Economy, Londres, Pluto, 1993, p. 30-31.

86 M. Daly, Industrial Development and Irish National Identity, 1922-1939, p. 76.

87 D. McMahon, Republicans and Imperialists, p. 111.

88 R. Fanning, The Irish Department of Finance, p. 289-290.

89 C. Ó Grada, A Rocky Road : The Irish Economy since the 1920s, Manchester, Manchester University Press, 1997, p. 6.

90 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 322-324.

91 T.R.Dwyer, «De Valera and the Partition Question», in De Valera and His Times, p. 80.

92 T.P. Coogan, De Valera, p. 515-516.

93 J.T. Carroll, Ireland in the War Years, 1939-1945, Newton Abbott, David & Charles, 1975, p. 24.

94 J. Meenan, The Irish Economy since 1922, p. 78.

95 R. Fisk, In Time of War : Ireland, Ulster and the Price of Neutrality, 1939-1945, Londres, Paladin, 1985, p. 178-179.

96 T. Allen, The Storm Passed By : Ireland and the Battle of the Atlantic, 1940-41, Dublin, Irish Academic Press, 1996, p. 95-96.

97 J.T. Carroll, Ireland in the War Years, 1939-1945, p. 83.

98 R. Fisk, In Time of War…, p. 312.

99 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 407-408.

100 T.R. Dwyer, Strained Relations : Ireland at Peace and the USA at War, 1941-45, Dublin, Gill & Macmillan, 1988, p. 43.

101 Dáil Debates, vol. CLXXXIX, col. 297-298 (16 mai 1961): « Deputies will be aware that, having regard to the pattern of our export trade, participation in the EFTA cannot be expected to offer substantial advantages to us. The EFTA countries comprise a total population of approximately ninety million, but Britain accounts for over half the total. The Stockholm Convention would not confer on us any additional rights in the British market. The other six members of the EFTA have not been important markets for us in the past and, while we must not of course neglect any market, it is doubtful whether the advantages we could hope to reap in those countries would justify acceptance of the Stockholm Convention, particularly as agriculture is expressly excluded from its provisions »

102 R. Savage, Seán Lemass, Dublin, Historical Association of Ireland, 1999, p. 55-57.

103 H. Wilson, The Labour Government 1964-70, p. 44 : « our closest and most integrated trading partner »

104 M.-C. Esposito, « La politique économique du gouvernement travailliste, 1964-1970 », Revue française de civilisation britannique, 1998, vol. X, n° 1, p. 57.

105 H. Wilson, The Labour Government 1964-70, p. 241-242.

106 P. Keatinge, A Place Among the Nations…, p. 141.

107 D. McAleese, « The Irish Economy : From Lame Duck to Celtic Tiger », Études irlandaises, n° 27-1, 2002, p. 165.

108 S. George, An Awkward Partner, Oxford, Oxford University Press, 1990, p. 126-131.

109 B. Halligan, « Britain, Ireland and EMU : The Currency Dilemma », in Britain’s European Question : The Issues for Ireland, P. Gillespie (éd.), Dublin, Institute of European Affairs, 1996, p. 107-126.

110 J.J. Lee, Ireland, 1912-1985 : Politics and Society, p. 492-493.

111 P. Gillespie (éd.), Britain’s European Question : The Issues for Ireland, p. 39.

112 S. George, An Awkward Partner, p. 131.

113 M. Charlot et J.-C. Sergeant, Britain and Europe since 1945, Paris, A. Colin–Longman, 1986, p. 133.

114 P. Schnapper, La Grande-Bretagne et l’Europe : Le grand malentendu, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2000, p. 111.

115 B.M.Walsh, «Ireland’s Membership of the European Monetary System», p. 176-177.

116 N. Lawson, The View From No. 11 [1992], Londres, Corgi, 1993, p. 497-500.

117 M. Thatcher, The Downing Street Years [1993], Londres, Harper Collins, 1995, p. 722-723 : « There are limits to the ability of even the most determined democratic leader to stand out against what Cabinet, the Parliamentary Party, the industrial lobby and the press demand ».

118 J. Major, The Autobiography [1999], Londres, Harper Collins, 2000, p. 312-313.

119 H. Young, This Blessed Plot [1998], Londres, Macmillan, 1999, p. 393-398.

120 G. Hussey, Ireland Today, p. 258-262.

121 B. Halligan, « Britain, Ireland and EMU : The Currency Dilemma », p. 60-62.

122 P. Schnapper, « Le New Labour et la construction européenne : le changement dans la continuité ? », in Le New Labour : Rupture ou continuité ?, T. Whitton (éd.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000, p. 160.

123 R. O’Donnell, Ireland in Europe : The Economic Dimension, Dublin, Institute of European Affairs, 2002, p. 12.

124 M.-C. Considère-Charon, Irlande : Une singulière intégration européenne, Paris, Economica, 2002, p. 57-58.

125 Central Statistics Office, Dublin (http://www.cso.ie).

126 M. Charlot et J.-C. Sergeant, Britain and Europe since 1945, p. 18.

127 J.W. Young, Britain and European Unity, 1945-1992, Basingstoke, Macmillan, 1993, p. 57-66.

128 M. Hederman, The Road to Europe : Irish Attitudes, 1948-1961, Dublin, Institute of Public Administration, 1983, p. 53-61.

129 H. Young, Britain and European Unity, 1945-1992, p. 115-118.

130 G. Brown, In My Way, Londres, Victor Gollancz, 1971, p. 211-212.

131 B. Pimlott, Harold Wilson [1992], Londres, Harper Collins, 1993, p. 439-441.

132 J.J. Lee, Ireland, 1912-1985 : Politics and Society, p. 357-359.

133 J. Blackwell, « Government, Economy and Society », Administration, vol. XXX, n° 2-3, p. 43.

134 D. O’Sullivan, « 1992 : The Economic Challenge for Ireland », L’Irlande politique et sociale, n° 4, 1992, p. 13.

135 Dáil Debates, vol. CCLIX, col. 1921 (21 mars 1972): « If we are to remain outside the enlarged Community which will include Britain, the Community barriers which would be erected against our exports to the British market, which at present accounts for 80 per cent of our total agricultural exports, would have disastrous effects on Irish agriculture and the repercussions would affect the entire economy »

136 J. Leruez, Le Système politique britannique, Paris, Armand Colin, 2001, p. 72-73.

137 M. Hirsch, « Influence without Power : Small States in European Politics », The World Today, mars 1976, p. 114.

138 V. Riches, L’Économie britannique depuis 1945, Paris, La Découverte, 1992, p. 96-97.

139 The United Kingdom and the European Communities (Cmnd 4715), Londres, HMSO, 1971, cité in A. Booth (éd.), British Economic Development since 1945, Manchester, Manchester University Press, 1995, p. 106.

140 E. Heath, The Course of My Life [1998], Londres, Hodder & Stoughton, 1999, p. 547-548.

141 Ambassade britannique en Irlande (http://www.britishembassy.ie).

142 R. Farnetti, Le Royaume désuni, Paris, Syros, 1995, p. 82-83.

143 J.W. Young, Britain and European Unity, 1945-1992.

144 E. Gallagher, « Anglo-Irish Relations in the European Community », Irish Studies in International Affairs, vol. II n° 1, 1984, p. 22.

145 Cork Examiner, 24 avril 2002.

146 Eurobaromètre 56.3, « Spécial Bureaux », Bruxelles, Commission européenne, 2002, p. 22 et 26.

147 H. Gaitskell, « The end of a thousand years of history », in The Penguin Book of Twentieth-Century Speeches [1993], B. MacArthur (éd.), Harmondsworth, Penguin, 1999,

p. 319-321.

148 T. Harris, « Squaring Churchillian Circles ? British Foreign Policy, 1964-1970 », in Les Années Wilson, B. Gilbert (éd.), Paris, Éditions du Temps, 1998, p. 144.

149 M. Hederman, The Road to Europe…, p. 16 : « a means of getting out of the straight-jacket of British-Irish preoccupations and a relationship which, after three hundred years, had become stifling »

150 E. Gallagher, « Anglo-Irish Relations in the European Community », p. 28.

151 M.-C. Considère-Charon, Irlande : Une singulière intégration européenne, p. 50.

152 E. Kelly, « Why Ireland Said “No” to Nice », in L’Irlande aujourd’hui : renouveau et tradition, p. 249-264.

153 M. Charlot, Le Parti travailliste britannique, Paris, Montchrestien, 1992, p. 114-115.

154 A. Marr, Ruling Britannia, Londres, Michael Joseph, 1995, p. 124-126.

155 A. Alexandre-Collier, « Les conservateurs et l’Europe depuis 1997 : de l’euroscepticisme à l’europhobie ? », in Le Parti conservateur en Grande-Bretagne, M. Charlot (éd.), Paris, Ophrys–Ploton, 2003, p. 121.

156 P. Mangold, Success and Failure in British Foreign Policy : Evaluating the Record, 19002000, New York–Basingstoke, Palgrave–Macmillan, 2002, p. 50-51.

157 G. FitzGerald, Reflections on the Irish State, p. 157-158.

158 E. Gallagher, « Anglo-Irish Relations in the European Community », p. 35 : « it substitutes an agreeably wider embrace for what has been an excessive intimacy »

159 D. Dinan, « The Anglo-Irish Agreement : Attitudes in the Irish Republic », Conflict, 1987, vol. VII, n° 2 , p. 192.

160 P. Keatinge, « Ireland and the World, 1957-82 », Administration, 1982, vol. XXX, n° 2-3, p. 235-236.

161 C. Harris, « Anglo-Irish élite cooperation and the peace process : the impact of the EU », Irish Studies in International Affairs, vol. XII, 2001, p. 209.

162 A. Guelke, Northern Ireland : The International Perspective, Dublin, Gill & Macmillan, 1989, p. 162.

163 P. Arthur, « International Perspectives », Revue française de civilisation britannique, 1989, vol. V, n° 2, p. 170-171.

164 M. Thatcher, « The frontiers of the State », in The Penguin Book of Twentieth-Century Speeches, p. 464-468.

165 M. Albert, Capitalisme contre Capitalisme, Paris, Seuil, 1991.

166 Discours à l’Ordre des avocats américains, Dublin, 21 juillet 2000 (http://www.entemp.ie) : « Geographically we are closer to Berlin than Boston. Spiritually we are probably a lot closer to Boston than Berlin »

167 P. Brennan, « L’Irlande : quelle Union ? », Études irlandaises, n° 25-2, 2000, p. 17.

168 Cité in D. Harkness, Ireland in the Twentieth Century, p. 167 : « Wishing further to develop the unique relationship between their peoples and the close co-operation between their countries as friendly neighbours and as partners in the European Community »

169 P. Brennan, « L’immigration irlandaise en Grande-Bretagne », Revue française de civilisation britannique, 1993, vol. VII, n° 3, p. 63.

170 P.J. Drudy, «Migration between Ireland and Britain since Independence», in Ireland and Britain since 1922, p. 117.

171 A. Calder, op. cit., p. 267-268.

172 P. Brennan, « The Irish in the War », Revue française de civilisation britannique, 1996, vol. IX, n° 1 , p. 99-101.

173 J. Jackson, « The Irish in Britain », in Ireland and Britain since 1922, p. 126.

174 N. Mansergh, Problems of War-Time Co-operation, p. 303.

175 J.J. Lee, Ireland, 1912-1985 : Politics and Society, p. 379.

176 Cité in G. Hussey, Ireland Today, p. 242 : « The community was experiencing a dark night of the soul in which doubts were prevalent as to whether the achievement of political independence had not been futile ».

177 Dáil Debates, vol. CLXXV, col. 938 (3 juin 1959): « The historical task of this generation, as I see it, is to consolidate the economic foundations of our independence ».

178 P.J. Drudy, « Migration between Ireland and Britain since Independence », p. 115.

179 C. Piola, « Immigration et pluralisme culturel en Irlande », in Irlande : Inclusion – Exclusion, F. Canon-Roger (éd.), Reims, Presses Universitaires de Reims, 2003, p. 209-219.

180 C. Ó Grada, A Rocky Road…, p. 217.

181 P. Brennan, « L’immigration irlandaise en Grande-Bretagne », p. 68-69.

182 F. Pakenham, Peace by Ordeal, p. 111-112.

183 N. Mansergh, Problems of War-Time Co-operation, p. 279.

184 N. Mansergh (éd.), Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs, 1931-52, vol. I, p. 314-321.

185 N. Mansergh (éd.), Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs, 1931-52, vol. II, p. 930-934.

186 Dáil Debates, vol. CXII, col. 954 (21 juillet 1948): « Citizenship is one of the things which touches nearest the question of nationality »

187 P. Brennan, « The Irish in the War », p. 99.

188 Dáil Debates, vol. CXII, col. 908 (20 juillet 1948): « I welcome the advent of this Bill as a constructive step that has already helped to form a link in the chain of better relationship between our two islands. Its importance lies, perhaps, not so much in its actual practical effects as in the indication it gives of a real desire to understand our viewpoint. Therefore, despite the infirmities which it may still possess vis-á-vis our point of view, I heartily welcome it as a piece of constructive and statesmanlike legislation that can only improve the relationships between our two islands »

189 I. McCabe, A Diplomatic History of Ireland, 1948-49 : The Republic, the Commonwealth and NATO, Dublin, Institut of Public Administration, 1991, p. 51.

190 N. Mansergh (éd.), Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs, 1931-52, vol. II, p. 836.

191 M. Charlot, The Wilson Years, Paris, CNED–Didier, 1998, p. 94-95.

192 B. d’Hellencourt, « La politique en matière d’immigration et d’intégration des minorités ethniques au Royaume-Uni, 1964-1970 », Revue française de civilisation britannique, 1998, vol. X, n° 1, p. 99.

193 P. Brennan, « L’immigration irlandaise en Grande-Bretagne », p. 62-64.

194 O. O’Leary et H. Burke, Mary Robinson, Londres, Hodder & Stoughton, 1998, p. 192.

195 P. Gillespie (éd.), Britain’s European Question : The Issues for Ireland, p. 8.

196 Office for National Statistics, Londres (http://www.statistics.gov.uk/census2001).

197 Ireland and the Irish Abroad, Dublin, Stationery Office, 2002, p. 39.

198 P. Mac Éinri, « La migration contemporaine irlandaise : quelques perspectives », L’Irlande politique et sociale, n° 4, 1992, p. 109-111.

199 Ireland and the Irish Abroad, 2002, p. 40.

200 G. Davis, The Irish in Britain, Dublin, Gill & Macmillan, 1991, cité in P. Brennan et V. Peyronel, Civilisation irlandaise, Paris, Hachette, 1999, p. 19.

201 Discrimination Against the Irish Community in Britain, cité in T.P. Coogan, Wherever Green is Worn : The Story of the Irish Diaspora [2000], Londres, Arrow, 2002, p. 124 : « The main features of this hostility were : its virulence ; lack of connection with any understanding of the political backgrouund ; blanket application to all Irish people ; triggered solely by hearing Irish accents »

202 R. Deutsch, « Mary Robinson, President of 70 million Irish people », L’Irlande politique et sociale, n° 5, 1994, p. 16.

203 Dáil Debates, vol. CDXLVIII, col. 1154 (2 février 1995).

204 Cité et traduit in P. Brennan et W. Hutchinson (éd.), Irlande du Nord, un nouveau départ ?, Paris, La Documentation française, (Problèmes politiques et sociaux), 2000, n° 845, p. 62.

205 Ireland and the Irish Abroad, p. 3 : « Ensure, as far as possible, that Irish people who emigrate do so voluntarily and on the basis of informed choice, and are properly prepared to live independently in different societies. Protect and support the Irish Abroad, particularly those who emigrate involuntarily and those who find themselves marginalised or at risk of social exclusion. Facilitate the return to Ireland and reintegration into Irish society of emigrants who wish to do so, especially the vulnerable and elderly. Support the Irish Abroad who wish to express and share the Irish dimension of their identity ».

206 M. Cronin et D. Adair, The Wearing of the Green : A History of St Patrick’s Day, Londres, Routledge, 2002, p. 197-199.

207 C. Reeves, « “Let us stand by our friends” : British policy towards Ireland, 1949-59 », Irish Studies in International Affairs, vol. XI, 2000, p. 88.

208 C. Attlee, As It Happened, Londres, Heinemann, 1954, p. 190.

209 F.S.L. Lyons, Ireland since the Famine, p. 350-355.

210 R. Casement, « In Ireland alone in this twentieth century is loyalty held to be a crime », in Great Irish Speeches of the Twentieth Century, p. 49-60.

211 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 60.

212 E. Heath, The Course of My Life, p. 441.

213 Dáil Debates, vol. LX, col. 1537-1538 (4 mars 1936).

214 C. Reeves, « The penultimate Irish problem : Britain, Ireland and the exhumation of Roger Casement », Irish Studies in International Affairs, vol. XII, 2001, p. 154.

215 Cité in F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 443 : « With regard to the nonlegal considerations, your own first personal reaction was the natural and human one, and I am convinced – with a view to good relations between our two countries – the right one. So long as Roger Casement’s body remains within British prison walls, when he himself expressed the wish that it should be transferred to his native land, so long will there be public resentment here at what must appear to be, at least, the unseemly obduracy of the British Government. I would urge you, therefore, to look into the matter again ».

216 C. Reeves, « The penultimate Irish problem : Britain, Ireland and the exhumation of Roger Casement », p. 159-160.

217 W. Hutchinson, « Roger Casement et les reliques de la République », Études irlandaises, n° 26-1, printemps 2001, p. 118-121.

218 M. Moynihan (éd.), Speeches and Statements by Eamon de Valera, p. 603-607.

219 H. Wilson, The Labour Government 1964-70, p. 109-110.

220 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 443 : « Perhaps no other single British gesture has ever gone so quickly and decisively to Irish hearts »

221 Il est à noter que ce n’est qu’à partir de 1937 qu’il y a eu un chef d’État irlandais distinct du monarque britannique.

222 O. O’Leary et H. Burke, Mary Robinson, p. 173-188.

223 Irish Times, 15 février 2002 : « We need no longer be victims of our difficult history with each other. Without glossing over the pain and suffering of the past we can, I believe, integrate our history and memory in order to reap their subtle harvest of possibility. Imagination, after all, is the mother of possibility. So let us then endeavour to become subjects of our history and not its prisoners. In the family of European states, Britain and Ireland, as friends and neighbours, can be of huge assistance to each other »

224 J. Aan de Wiel, The Catholic Church in Ireland, 1914-1918, Dublin, Irish Academic Press, 2003, p. xv.

225 P. Berresford Ellis (éd.), James Connolly : Selected Writings, Harmondsworth, Penguin, 1973, p. 235-259.

226 A.J.P. Taylor, English History, 1914-1945 [1965], Harmondsworth, Penguin, 1975, p. 145.

227 W. Hutchinson, Espaces de l’imaginaire unioniste nord-irlandais, p. 199-205.

228 A. Maillot, IRA : les républicains irlandais, Caen, Presses universitaires de Caen, 1996, p. 212-213.

229 Dáil Debates, vol. 497, col. 746-751 (26 novembre 1998): « What I welcome above all is that, after keeping us apart for so long, Northern Ireland is now helping to bring us closer together. However, I do not believe Northern Ireland can or should any longer define the totality of the relationship between us. Our common interests, what we can achieve together, go much wider than that. Our two countries can look to the future with confidence in our separate ways but we will be stronger and more prosperous working together »

230 G. FitzGerald, Reflections on the Irish State, p. 180.

231 O. MacDonagh, States of Mind : A Study of Anglo-Irish Conflict, 1780-1980, Londres, George Allen & Unwin, 1983, p. 12-13 : « Britain is engrossed with an immediate problem. She assumes a common war effort because there is a common general interest. She sees herself as a state quite remarkable for its ready forgiveness of transgressions, and therefore entitled to ready pardon. But these are not pleas which can be heard clearly by Irish ears. They are drowned or distorted by the noises of old coercion, old condescension, old colonialism and old battles for parity and the rule of ordinary law »

232 P. Brennan, The Conflict in Northern Ireland, p. 53.

233 Irish Times, 2 janvier 2003.

234 The Guardian, 31 janvier 1972.

235 P. Arthur, Government and Politics of Northern Ireland, Londres, Longman, 1987, p. 131.

236 Lord Widgery, Summary of Conclusions in the Report of the inquiry into the events of « Bloody Sunday », Londres, HMSO, 1972, cité in CAIN (http://cain.ulst.ac.uk) : « None of the deceased or wounded is proved to have been shot whilst handling a firearm or bomb. Some are wholly acquitted of complicity in such action ; but there is a strong suspicion that some others had been firing weapons or handling bombs in the course of the afternoon and that yet others had been closely supporting them »

237 Bloody Sunday and the Report of the Widgery Tribunal : The Irish Government’s Assessment of the New Material. Presented to the British Government in June 1997, Dublin, Stationery Office, 1997 : « The Government has been very conscious of the power of the events of Bloody Sunday and the Widgery Report to evoke deep emotions so evidently reflected in the commemorations twenty five years later. It has been very aware of and, it hopes, sensitive to the wishes and feelings of the Bloody Sunday relatives, as it has regarding all the victims of violence in Northern Ireland. The Government believes that the process of healing, reconciliation and ultimately of peace is advanced by a willingness on all sides and on behalf of all victims to acknowledge the over-riding values of truth and justice »

238 House of Commons Debates, vol. CCCV, col. 503 (29 janvier 1998): « Let me make it clear that the aim of the inquiry is not to accuse individuals or institutions, or to invite fresh recriminations, but to establish the truth about what happened on that day, so far as that can be achieved at 26 years’ distance. It will not be easy, and we are all well aware that there were particularly difficult circumstances in Northern Ireland at that time. Bloody Sunday was a tragic day for all concerned. We must all wish that it had never happened. Our concern now is simply to establish the truth, and to close this painful chapter once and for all. Like the Hon. Member for Foyle, members of the families of the victims have conducted a long campaign to that end. I have heard some of their remarks over recent years and have been struck by their dignity. Most do not want recrimination ; they do not want revenge ; but they want the truth. I believe that it is in everyone’s interests that the truth be established and told. That is also the way forward to the necessary reconciliation that will be such an important part of building a secure future for the people of Northern Ireland »

239 http://www.bloody-sunday-inquiry.org.uk

240 Irish Times, 26 novembre 1998.

241 P. Brennan, « L’Irlande : quelle Union ? », p. 15.

242 G. Kent, « Ireland and the Commonwealth – The Time has Come », Tribune, 31 octobre 1997.

243 C. Attlee, As It Happened, p. 190.

244 D. Keogh, Twentieth-Century Ireland : Nation and State, Dublin, Gill & Macmillan, 1994, p. 190.

245 Cité in J. Horgan, « Irish Foreign Policy, Northern Ireland, Neutrality and the Commonwealth : The Historical Roots of a Current Controversy », Irish Studies in International Affairs, vol. X, p. 146 : « Northern Ireland should surrender its direct allegiance to the Queen in return for a United Republic of Ireland within the Commonwealth, which would recognise the Queen as its head. The UK should take the initiative towards such a solution of the problem. »

246 C. Reeves, « “Let us stand by our friends” : British policy towards Ireland, 1949-59 », p. 92.

247 P. Lynch et S. Hopkins, « The British-Irish Council : structure, programme and prospects », Irish Studies in International Affairs, vol. XII, 2001, p. 133-150.

248 A. Murphy, « Turn and Face the Change : Ireland and the Enlargement of the European Union », Irish Studies in International Affairs, vol. X, 1999, p. 176.

249 P. Brennan, « L’Irlande : quelle Union ? », p. 16.

250 D. Keogh, Ireland and Europe, p. 216-219.

251 N. Mansergh, The Commonwealth Experience, p. 327.

252 M. Corish-Arnal, « Pratiques et croyances religieuses, valeurs morales », in La sécularisation en Irlande, P. Brennan (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 1998, p. 142.

253 A. Guelke, « Les catholiques en Irlande du Nord face à l’Europe », Cultures et Conflits, 1992, n° 7, p. 49-50.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Pourcentage du commerce des dominions avec le Royaume-Uni, 1925-1931
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1183/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 2 – Provenance des importations irlandaises, 1929-1937
Crédits Source : adapté de N. Mansergh, Britain and Ireland, Londres, Longmans, Green & C°, 1942, p. 88.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1183/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 3 – Destination des exportations irlandaises, 1929-1937
Crédits Source : adapté de N. Mansergh, Britain and Ireland, Londres, Longmans, Green & C°, 1942, p. 89.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1183/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 4 – Part britannique des échanges commerciaux irlandais, 1938-1968 (%)
Crédits Source : adapté de B. Chubb, The Government and Politics of Ireland, Londres, Longman, 1982, p. 346.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1183/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 5 – Exportations irlandaises par destination, 1960-1999 (%).
Crédits Source : adapté de M.-C. Considère-Charon, Irlande, une singulière intégration européenne, Paris, Economica, 2002, p. 57, et D. McAleese, « Ireland and the European Community : the changing pattern of trade », in Ireland and the European Community, P.J. Drudy et D. McAleese (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, 1984, p. 153.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1183/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 6 – Emplois industriels étrangers en Irlande, 1973-1985
Crédits Source : adapté de R. Munck, The Irish Economy, Londres, Pluto Press, 1993, p. 40.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1183/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 7 – Résultats des référendums sur l’adhésion des 4 pays candidats au premier élargissement de la Communauté économique européenne.
Crédits Source : M.-C. Considère-Charon, Irlande, une singulière intégration européenne, Paris, Economica, 2003, p. 51.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1183/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 8 – Émigration irlandaise, 1926-2001 (pour mille habitants).
Crédits Source : adapté de P. Brennan et V. Peyronel, Civilisation irlandaise, Paris, Hachette, 1999 (2e édition), p. 16.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1183/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 9 – Émigration irlandaise par destination, 1926-1961
Crédits Source : J. Meenan, The Irish Economy Since 1922, Liverpool, Liverpool University Press, 1970, p. 209.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1183/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 10 – Solde migratoire irlandais, 1996-2001 (milliers)
Crédits Source : Central Statistics Office, Dublin (http://www.cso.ie).
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1183/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 1996-2001 (milliers)
Crédits Source : Central Statistics Office, Dublin (http://www.cso.ie).
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1183/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

© Presses universitaires de Caen, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540