Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une relation unique

 | 
Christophe Gillissen

Du dominion à la république

Texte intégral

1Entre 1922 et 1949, les relations irlando-britanniques furent caractérisées avant tout par de constants efforts de la part de l’État irlandais pour accroître son autonomie vis-à-vis de Londres, jusqu’à l’indépendance totale, tandis que l’État britannique tentait au contraire de contrôler ces velléités, afin de préserver son Empire ainsi que des bases navales sur la côte irlandaise. Ces forces antagonistes étant pourtant parvenues à un équilibre – précaire certes – par le Traité anglo-irlandais de 1921, fondé sur le statut de dominion. Mais le compromis que représentait ce traité ne put qu’être provisoire, pour plusieurs raisons.

2D’une part, les nationalistes irlandais ne pouvaient s’accommoder de ce statut et de ses restrictions sur la souveraineté de l’État irlandais, incompatibles avec l’essence même de leur sentiment national. C’est ce qui explique la guerre civile de 1922-1923, déclenchée par le rejet des termes du Traité par une minorité influente. D’autre part, ces restrictions furent imposées par la contrainte et ne suscitèrent jamais de ce fait une adhésion suffisante en Irlande pour assurer la pérennité du Traité. Si l’on y ajoute les problèmes de la partition et de l’absence d’une communauté importante se sentant liée à la métropole, on comprend pourquoi ce statut ne prit jamais véritablement racine. Il n’eut pas le même succès que dans d’autres dominions, malgré la présence d’une formation politique, le Cumann na nGaedheal – qui devint le Fine Gael en 1933 –, fondée sur la défense du Traité anglo-irlandais.

  • 1 D. Reynolds, Britannia Overruled, Londres, Longman, 1991, p. 111.
  • 2 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, Oxford, Clarendon, 1985, p. 312.

3En outre, après la chute du gouvernement de Lloyd George en 1922, la politique britannique fut caractérisée par une intransigeance moindre, voire par une volonté d’apaisement, tant vis-à-vis des dominions que des puissances européennes1. Ainsi, Londres fit des concessions majeures à l’Irlande dans les années trente, qui lui permirent de rester neutre pendant la Seconde Guerre mondiale, malgré les réticences de nombreux conservateurs en particulier. Ils estimaient eux aussi, à leur manière, que l’Irlande n’était pas un dominion comme les autres. Winston Churchill, par exemple, exprima des doutes quant au droit d’un dominion de rester neutre au cours d’un conflit impliquant la métropole. Mais à partir de 1941, l’indépendance de l’Irlande fut assez largement acceptée2.

  • 3 N. Mansergh, The Commonwealth and the Nations, Oxford, Oxford University Press –Royal Institute of (...)

4Enfin, l’évolution du Commonwealth entre 1917 et 1931 rendit certaines clauses du Traité anglo-irlandais caduques après quelques années à peine. La Conférence impériale de 1926 et le Statut de Westminster de 1931 ôtèrent en effet de nombreuses entraves à la souveraineté irlandaises contenues dans le Traité et permirent à l’Irlande de s’affranchir de la tutelle britannique dans une certaine mesure. De ce point de vue, l’utilisation du terme de « Commonwealth britannique des nations » plutôt que celui d’« Empire britannique » dans le Traité anglo-irlandais est significative : ce fut en effet la première fois qu’il apparut dans un document officiel3.

Le Traité anglo-irlandais

  • 4 F. Pakenham, Peace by Ordeal [1935], Cork, Mercier, 1951, p. 65-68.
  • 5 W. Churchill, The World Crisis : The Aftermath, Londres, Thornton Butterworth, 1929, p. 291.

5Une trêve mit fin à la guerre anglo-irlandaise le 11 juillet 1921. De part et d’autre, les belligérants étaient prêts à négocier : outre les pressions américaines et le coût financier des opérations « anti-terroristes », les Britanniques durent tenir compte de l’hostilité croissante de l’opinion publique face à un conflit dur et apparemment sans issue. Les exactions commises par les Black and Tans, forces auxiliaires, provoquèrent un tollé, notamment dans la presse britannique, et même des impérialistes convaincus durent admettre que l’imposition de la loi martiale dans toute sa rigueur n’était pas envisageable sur le plan politique4. Quant au plan militaire, l’état-major conclut que cent mille hommes seraient nécessaires pour sécuriser l’Irlande5. Dans ces conditions, il semblait préférable d’ouvrir des pourparlers.

  • 6 J.P. Duggan, A History of the Irish Army, Dublin, Gill & Macmillan, 1991, p. 62-64.

6Du point de vue des Irlandais, la situation n’était guère plus brillante. Nombre de députés du parlement clandestin étaient en prison ou en fuite, et les quelque trois mille soldats de l’Armée républicaine irlandaise étaient épuisés6. À court d’armes et de munitions, leur défaite était une question de semaines, voire de jours. Là aussi, il était urgent de trouver une issue négociée au conflit, ou du moins de gagner du temps.

7En outre, le 22 juin, le vibrant plaidoyer pour la paix de Georges V lors de l’inauguration du parlement nord-irlandais, avait créé un espace politique qui permit aux belligérants de sortir de l’impasse et d’établir des contacts l’un avec l’autre. Le monarque britannique brava le risque d’une tentative d’assassinat sur sa personne en se rendant en Irlande du Nord, et dans son discours, rédigé en partie par le dirigeant sud-africain, le général Jan Smuts, il exprima le souhait d’une réconciliation :

  • 7 George V, « The eyes of the whole Empire are on Ireland today », in The Penguin Book of Twentieth-C (...)

Membres du Sénat et de la Chambre des communes – pour vous tous qui aimez l’Irlande, comme je l’aime de tout mon cœur, c’est un moment de grande émotion dans l’histoire irlandaise. Mes souvenirs du peuple irlandais remontent à l’époque où, enseigne de vaisseau, je passai bien des jours heureux en Irlande. Par la suite, mon affection pour le peuple irlandais s’est approfondie à chaque visite et j’ai suivi le cours de ses affaires avec une sympathie constante. Je n’aurais pu me permettre d’exprimer mes prières sincères et mes meilleurs vœux par délégation, en cette nouvelle ère qui débute avec cette cérémonie, et je suis donc venu en personne, en tant que Chef de l’Empire, inaugurer ce Parlement sur le sol irlandais. Je l’inaugure avec un espoir profond, et je sais que vous ferez tout ce qui est en votre pouvoir pour en faire un instrument de bonheur et de bon gouvernement pour tous les membres de la communauté que vous représentez. […] C’est avec beaucoup d’émotion que j’exprime le vœu que ma venue en Irlande sera un premier pas vers la fin du conflit entre ses habitants, quelle que soit leur race ou leur croyance. Dans cet espoir, j’en appelle à tous les Irlandais de s’arrêter un instant, de tendre la main dans un geste de tolérance et de réconciliation, de pardonner et d’oublier, et d’agir ensemble afin d’ouvrir pour le pays qu’ils aiment une nouvelle ère de paix, de joie et de bonne volonté. C’est mon souhait sincère qu’en Irlande du Sud aussi, la même chose puisse se passer bientôt, qu’il puisse y avoir un événement et une cérémonie similaires7.

  • 8 A.J.P. Taylor, English History, 1914-1945 [1965], Harmondsworth, Penguin, 1975, p. 208.
  • 9 The Irish Uprising, 1914-1921 : Papers from the British Parliamentary Archive, T. Coates (éd.), Lon (...)

8A.J.P. Taylor estime que ce fut « peut-être le plus grand service rendu par un monarque britannique à l’époque moderne »8. En effet, David Lloyd George, Premier ministre du Royaume-Uni, proposa deux jours plus tard à Eamon de Valera, Président du Dáil, de se rencontrer. De Valera se rendit alors à Londres à plusieurs reprises en juillet 1921, puis les deux hommes échangèrent lettres et télégrammes jusqu’à la fin du mois de septembre au sujet d’une possible conférence anglo-irlandaise. Dans sa première lettre, datée du 20 juillet, Lloyd George évoqua le discours du roi et proposa à de Valera le statut de dominion pour l’Irlande, assorti d’un certain nombre de restrictions relevant de la défense du Royaume-Uni et de la partition de l’île. À l’inverse, de Valera insista sur le droit de l’Irlande à l’autodétermination et exigea que son pays soit reconnu comme un État souverain. Ces échanges faillirent donc ne pas aboutir, car les termes mêmes d’une telle conférence révélaient l’étendue du fossé entre Londres et Dublin, c’est-à-dire entre le statut d’un dominion assujetti à la Couronne et celui d’une république indépendante9.

  • 10 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, Dublin, Gill & Macmillan, 1970, p. 139-140.
  • 11 The Irish Uprising, 1914-1921, p. 170 : « acknowledge the right of Ireland to secede from her alleg (...)

9Pourtant, le 27 juillet, de Valera eut l’idée d’une « association externe » (external association) entre l’Irlande et l’Empire britannique, qui pourrait permettre de franchir ce fossé. L’Irlande deviendrait un État indépendant, mais le roi serait reconnu comme chef du Commonwealth auquel l’Irlande serait associée sans en être membre10. Il obtint l’approbation de son Conseil des ministres pour ce projet, mais n’en communiqua qu’une version édulcorée et sommaire à Lloyd George, afin de garder quelques munitions pour les négociations. Toutefois, pour le Premier ministre britannique, ce projet n’était pas acceptable, car il ne pouvait être question de « reconnaître à l’Irlande le droit de faire sécession à son allégeance au roi »11. Cette allégeance était en effet la clé de voûte de l’édifice impérial, qu’il fallait à tout prix conserver.

  • 12 T.P. Coogan, Eamon de Valera, Londres, Arrow, 1993, p. 244-250.

10La possibilité d’un accord entre Londres et Dublin semblait donc quasiment nulle, et nombre d’observateurs en déduisent que de Valera aurait alors refusé de faire partie de la délégation plénipotentiaire irlandaise car il aurait eu conscience qu’il lui serait impossible d’obtenir de Londres une indépendance totale, même dans le cadre d’une association externe. Il aurait ainsi envoyé Michael Collins et Arthur Griffith, pour qu’ils endossent la responsabilité de cet échec inéluctable12.

  • 13 The Irish Uprising, 1914-1921, p. 208 : « with a view to ascertaining how the association of Irelan (...)

11En effet, un accord sur la nature des négociations anglo-irlandaises fut trouvé au bout du compte, les délégations devant se rencontrer « afin de déterminer la manière dont l’association de l’Irlande avec la communauté de nations connue sous le nom d’Empire britannique pouvait être conciliée au mieux avec les aspirations nationales irlandaises »13. Les pour parlers purent donc commencer à l’automne ; ils devaient durer du 11 octobre jus-qu’au 6 décembre 1921, pour aboutir aux « Articles d’accord pour un traité entre la Grande-Bretagne et l’Irlande », que l’on nomme en général le « Traité anglo-irlandais ».

  • 14 F.S.L. Lyons, Ireland Since the Famine, Londres, Fontana, 1973, p. 431-443.
  • 15 W. Churchill, The World Crisis…, p. 305.
  • 16 F. Pakenham, Peace by Ordeal, p. 298 : « war within three days. »

12Ce Traité fut signé dans la nuit du 5 au 6 décembre, à deux heures et demie du matin, au terme de négociations longues et ardues. Trois enjeux majeurs étaient au cœur des débats : le statut du nouvel État irlandais, la partition de l’île et la défense du Royaume-Uni14. Les différends entre Dublin et Londres sur ces enjeux étaient considérables, et le Traité ne fut signé du côté irlandais que suite à un « ultimatum » – le mot est de Churchill15 – du gouvernement britannique. Lloyd George aurait en effet exigé des Irlandais qu’ils signent sous peine d’une « guerre dans les trois jours »16. Il aurait montré deux lettres prêtes à être expédiées, l’une ordonnant aux troupes britanniques d’entrer en action, l’autre prévoyant les mesures nécessaires pour un transfert des pouvoirs de Londres à Dublin dans le cadre du Traité, et il aurait exigé des représentants irlandais qu’ils se prononcent sur-le-champ. Placés au pied du mur, privés de la possibilité de contacter Dublin, les Irlandais optèrent pour la paix, notamment Collins qui était fort conscient de l’incapacité de l’IRA à faire face à une reprise des hostilités par l’Armée britannique.

Le statut de l’État irlandais

13C’est ce qui explique pourquoi ils acceptèrent certaines clauses du Traité, telles le statut de dominion, que de Valera avait pourtant refusé en juillet, ou encore le serment d’allégeance devant être prêté par tout député du nouveau parlement irlandais :

  • 17 Article 4 : « I… do solemnly swear true faith and allegiance to the Constitution of the Irish Free (...)

Je jure solennellement foi et allégeance à la Constitution de l’État libre d’Irlande tel qu’établi par la loi, et que je serai fidèle à Sa Majesté le Roi Georges V, ses héritiers et successeurs selon la loi, en vertu de la citoyenneté commune du groupement de nations formant le Commonwealth britannique des nations17.

14Il était inacceptable pour nombre de républicains, car ce serment de fidélité à la Couronne britannique allait à l’encontre de tout ce pour quoi ils avaient combattu, mais c’était une exigence non négociable du point de vue de Londres.

15De Valera avait transmis le texte d’un serment alternatif à la délégation irlandaise, visant à réconcilier les deux positions. Il fut soumis au gouvernement britannique le 4 décembre 1921. L’idée était de maintenir un lien entre l’Irlande et la Couronne, mais au titre d’une association externe, le roi n’étant reconnu que comme chef du Commonwealth :

  • 18 Cité in D. Macardle, The Irish Republic [1937], Londres, Corgi, 1968, p. 878 : « I do swear to bear (...)

Je jure vraie foi et allégeance à la Constitution de l’Irlande et au Traité d’Association de l’Irlande avec le Commonwealth britannique des nations, et de reconnaître le Roi de Grande-Bretagne comme Chef des États associés18.

  • 19 D. Judd, Empire, Londres, Phoenix, 1996, p. 340.
  • 20 Cité in D. Harkness, The Restless Dominion, Londres, Macmillan, 1969, p. 21 : « I do swear that I w (...)

16En somme, l’idée était comparable à celle qui régit les relations entre l’Inde et le Commonwealth à partir de 1949 : en effet, le dominion indien devint alors une république indépendante tout en restant membre du Commonwealth19. Mais ce que Londres put accepter en 1949 était encore inimaginable en 1921. Le concept de Commonwealth en était encore à ses balbutiements, et le gouvernement britannique avait déjà fait des concessions sur la formulation du serment irlandais, nettement moins contraignante qu’au Canada où les députés devaient jurer « d’être fidèle et de prêter vraie allégeance à Sa Majesté la Reine Victoria »20.

17La nature républicaine de la proposition irlandaise semblait incompatible avec la grandeur de l’édifice impérial et avec le statut de dominion. En effet, le Traité stipulait que le nouvel État irlandais aurait le même statut constitutionnel que le Canada. Or ce statut reposait pour l’essentiel sur l’allégeance à la Couronne britannique, clé de voûte du Commonwealth émergent. Le Traité prévoyait qu’elle serait représentée en Irlande par un gouverneur général, symbole du chef de l’État. Tout projet de loi devrait de ce fait recevoir son aval avant d’être promulgué.

18Là aussi, les aspirations nationales irlandaises pouvaient difficilement s’en accommoder. Ainsi, Eamon de Valera prit position contre la ratification du Traité lors des débats parlementaires, affirmant que ce document ne permettait pas d’établir des relations normales entre les deux pays :

  • 21 E. de Valera : « I am against this Treaty because it will not end the centuries of conict between (...)

Je suis contre ce Traité car il ne réconcilie pas les aspirations nationales irlandaises et l’association avec le gouvernement britannique. Je suis contre ce Traité, non pas parce que je suis un homme de guerre, mais parce que je suis un homme de paix. Je suis opposé à ce Traité car il ne mettrait pas fin aux siècles de conflit entre les deux nations britannique et irlandaise. Nous nous sommes déplacés afin d’effectuer une telle réconciliation et nous avons ramené une chose qui ne réconciliera même pas notre propre peuple, et encore moins la Grande-Bretagne et l’Irlande21.

  • 22 N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs : Problems of External Policy, 1931-1937, Oxfor (...)
  • 23 N. Mansergh, The Commonwealth Experience, New York, Praeger, 1969, p. 30-58.

19À vrai dire, le statut des dominions était assez vague et en pleine évolution. Créé en 1907, il n’avait pas encore de définition légale précise : conformément à la tradition constitutionnelle britannique, il reposait sur des acquis progressifs22. Petit à petit, une distinction était apparue au sein de l’Empire entre les États dotés de gouvernements autonomes – c’est-à-dire le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud – et les colonies. Les premiers, caractérisés par une population d’origine majoritairement européenne, acquirent ainsi davantage de liberté, sinon d’égalité, tout en continuant à reconnaître la position privilégiée de la métropole et du monarque. Le premier dominion avait été officiellement établi en 1867, suite au rapport Durham de 1839, par le British North America Act qui mit fin au principe de l’irresponsabilité gouvernementale au Canada23. Par la suite, le Canada obtint le droit de négocier ses propres accords commerciaux en 1907, et le droit de légation en 1920.

  • 24 Résolution IX, citée in H. Grimal, De l’Empire britannique au Commonwealth, Paris, Armand Colin, 19 (...)

20Par ailleurs, en 1921, des évolutions futures étaient tout à fait envisageables, sinon probables, à en croire les conclusions de la Conférence impériale de guerre de 1917. En effet, celle-ci explicita la dichotomie croissante entre Commonwealth et Empire, notamment lorsqu’elle recommanda, sur l’initiative du représentant sud-africain Smuts, « la remise au point des relations constitutionnelles entre les parties composantes de l’Empire ». En particulier, il fut suggéré de reconnaître « les dominions comme nations autonomes d’un Commonwealth impérial »24.

  • 25 F. Pakenham, Peace by Ordeal, p. 247-248.
  • 26 S. Garner et J.-C. Redonnet, A Documented History of the Commonwealth, Paris, Éditions du Temps, 19 (...)

21Les restrictions de ce statut sur la souveraineté nationale de l’Irlande n’étaient donc pas nécessairement permanentes. De fait, au Canada, elles commençaient déjà à relever de l’ordre du symbolique, à l’image du rôle réduit du monarque dans la vie politique intérieure du Royaume-Uni. Erskine Childers, secrétaire de la délégation irlandaise, était fort averti dans ce domaine. Il avait conscience du fossé entre la théorie constitutionnelle et la réalité du pouvoir britannique au Canada. Dans un rapport soumis à la délégation irlandaise, il souligna six points démontrant que le Canada, dans les faits, était l’égal de la Grande-Bretagne et jouissait de la même liberté25. Quant à la création en 1907 d’une division des affaires des dominions (Dominions Affairs Division) au sein du Colonial Office, elle revenait à reconnaître la spécificité des liens avec les dominions par opposition aux liens avec les colonies26.

  • 27 T. Jones, Whitehall Diary, vol. III, Ireland, 1918-1925, Keith Middlemas (éd.), Oxford, Oxford Univ (...)
  • 28 Dáil Debates, vol. III col. 32 (19 décembre 1921) : « it gives us freedom, not the ultimate freedom (...)
  • 29 Cité in F. Pakenham, Peace by Ordeal, p. 281 : « The problem of associating autonomous communities (...)

22Du point de vue des négociateurs irlandais, obligés de faire la part des choses entre leurs idéaux républicains indépendantistes et les exigences de leurs interlocuteurs britanniques, le statut de dominion offrait donc la possibilité de trouver un terrain d’entente, d’autant plus que Lloyd George offrit en contrepartie une concession sur le statut de l’Irlande du Nord27. Plus tard, Michael Collins, l’un des principaux membres de la délégation irlandaise, défendit le Traité lors des débats sur sa ratification au parlement irlandais en affirmant – la phrase est restée célèbre – qu’il accordait à l’Irlande « la liberté, non pas la liberté ultime à laquelle aspirent et accèdent toutes les nations, mais la liberté d’y parvenir »28. En d’autres termes, le Traité était perçu comme une étape, une transition vers la souveraineté nationale, et non pas comme un texte définitif, gravé dans le marbre. En effet, Collins, après avoir étudié le statut des dominions de près, en conclut qu’il était appelé à évoluer de manière significative dans un avenir proche. Dans un rapport sur les aspects internationaux du Traité, il affirma ainsi que « le problème lié à l’association de communautés autonomes ne pourra être résolu qu’en reconnaissant l’indépendance complète des divers pays associés »29. Mais cette approche pragmatique, fondée sur une intuition lucide des perspectives d’évolution du Commonwealth, était aux antipodes des schémas de pensée classiques du nationalisme.

  • 30 D. Judd, Empire, p. 269.

23Ces schémas étaient également présents en Grande-Bretagne, où tout le monde ne partageait pas les mêmes idées sur le statut de l’Empire et où peu d’observateurs purent entrevoir l’avenir de manière aussi claire. Si l’idée d’un Commonwealth faisait son chemin petit à petit, pour beaucoup l’Empire demeurait le seul concept compréhensible et souhaitable. De leur point de vue, l’objectif n’était pas d’ouvrir la voie vers l’indépendance de l’Irlande. C’était même tout le contraire : ce statut de dominion était vu comme une concession généreuse visant à assurer la pérennité de l’Empire, à rétablir un équilibre menacé par les aspirations nationalistes. Il constituait donc un butoir au séparatisme irlandais, une limite à ne pas franchir. Londres ne pouvait certainement pas accorder davantage d’autonomie, sous peine de voir d’autres colonies suivre la même voie. En Inde, par exemple, le mouvement nationaliste s’était déjà radicalisé sous l’influence des Irlandais30. Il s’agissait donc de contenir ces revendications séparatistes par des concessions judicieuses, afin de préserver l’unité de l’Empire.

  • 31 N. Mansergh, The Commonwealth and the Nations, p. 197 : « Between the British view of the Treaty an (...)

24Au vu de ces approches profondément divergentes du Traité anglo-irlandais et de ses objectifs ultimes de la part de Londres et de Dublin, on ne peut que souscrire au jugement de Nicholas Mansergh lorsqu’il écrivit qu’il y « a toujours eu un gouffre entre les interprétations britannique et irlandaise du traité »31.

La défense du Royaume-Uni

  • 32 R. Marx, De l’Empire au Commonwealth, Paris, Ophrys–Ploton, 1995, p. 93-94.
  • 33 J.W. Young, Britain and the World in the Twentieth Century, Londres, Arnold, 1997, p. 80-83.

25L’une des raisons qui expliquent la position du gouvernement britannique était l’importance de l’unité impériale. L’impérialisme était la marque dominante de la politique britannique à cette époque et elle était vigoureusement défendue par les députés conservateurs en particulier. En effet, c’était l’Empire qui avait permis au pays d’asseoir sa puissance militaire, diplomatique et économique, et au sortir d’une guerre mondiale destructrice, il paraissait plus indispensable que jamais à la survie même du Royaume-Uni. Les dominions avaient fourni un million et demi d’hommes lors du conflit, et leur apport matériel, économique et financier à l’effort de guerre fut loin d’être négligeable32. Des organisations influentes, telles la « Table Ronde » (Round Table), prônaient d’ailleurs un recentrage de la politique britannique sur l’Empire, source de la grandeur nationale, et militaient afin que l’Irlande soit maintenue dans le Royaume-Uni33.

  • 34 G.R. Sloan, The Geopolitics of Anglo-Irish Relations in the Twentieth Century, Londres, Leicester U (...)

26Sur le plan stratégique, les ports irlandais avaient joué un rôle important dans la lutte contre les sous-marins allemands, préservant ainsi les lignes de communication maritimes entre la métropole et ses colonies34. C’est pourquoi l’article 7 du Traité anglo-irlandais précise que trois ports irlandais, ainsi que deux bases de ravitaillement, devaient demeurer sous contrôle britannique, afin de sécuriser les transports maritimes : il s’agissait des ports de Berehaven, Queenstown (renommé Cobh après la signature du Traité) et Lough Swilly. Lough Swilly contrôle les accès septentrionaux à la mer d’Irlande, notamment vers Liverpool, tandis que Berehaven et Cobh en contrôlent les accès méridionaux. Leur importance fut démontrée dès 1915, lorsque le Lusitania fut coulé par un U-boote au large de Cobh. De manière plus générale, la valeur stratégique de ces ports fut amplement confirmée en 1917 lorsqu’il sembla que l’effort de guerre britannique était sur le point de s’effondrer, faute d’importations suffisantes pour alimenter la population et l’industrie.

  • 35 Cité in J.T. Carroll, Ireland in the War Years, Newton Abbott, David & Charles, 1975, p. 26 : « Of (...)
  • 36 D. Macardle, The Irish Republic, p. 887.

27La délégation irlandaise ne trouva donc pas grand-chose à redire à cette exigence britannique, et d’après Churchill, qui mena les négociations du côté britannique sur cette question, Michael Collins lui aurait même affirmé : « Bien sûr que vous aurez les ports, ils vous sont d’une importance vitale »35. L’enjeu était en effet capital pour Londres, mais la délégation irlandaise ne semblait pas se rendre compte des conséquences que cela aurait par rapport à la souveraineté irlandaise. Tout au plus Collins insista-t-il pour que l’Irlande puisse participer d’une manière ou d’une autre à sa propre défense maritime. Même de Valera, hostile par ailleurs au traité, n’exprima pas de réserve fondamentale sur ce point : dans son document alternatif, le document 2, les ports devaient rester à la disposition de Londres, mais pour une période limitée, de cinq ans ou plus, selon les circonstances. Ensuite, lorsque l’État irlandais eut été en mesure d’assurer lui-même sa défense, les ports auraient été restitués36.

  • 37 Cité in R. Fanning, Independent Ireland, Dublin, Helicon, 1983, p. 120 : « foreign relations [are] (...)
  • 38 E. Childers, « It is the question of what the delegation was entitled to do », in Great Irish Speec (...)
  • 39 Dáil Debates, vol. III col. 40 (19 décembre 1921) : « It is useless again to refer to Canada. Canad (...)
  • 40 G.R. Sloan, The Geopolitics…, p. 178.
  • 41 Cité in A.B. Keith, Speeches and Documents on the British Dominions, 1918-1931, Oxford, Oxford Univ (...)

28Or selon Nehru, le dirigeant nationaliste indien, la politique étrangère constitue « la pierre de touche de l’indépendance »37. C’est-à-dire qu’avec ces trois ports sous contrôle britannique, l’Irlande abdiquait de fait toute prétention à l’indépendance, ce qu’Erskine Childers souligna lors des débats parlementaires irlandais sur la ratification du traité38. Cet article du traité contredisait, selon lui, le statut de dominion : en effet, le Canada ne connaissait pas de restriction comparable à son autonomie. Pour Childers, le statut du Canada ne pouvait s’appliquer à l’Irlande, en raison de la distance. Ainsi, lors des débats sur la ratification du traité, il déclara qu’il était « inutile de se référer au Canada, qui se trouve à 3000 miles de distance »39. Et en effet, du point de vue de la Marine britannique, il y avait une différence majeure entre le Canada et l’Irlande : cette dernière, par sa position géographique, se situait dans une zone cruciale pour la sécurité du Royaume-Uni, où les aspirations nationalistes devaient être subordonnées aux besoins stratégiques des forces armées britanniques40. Ce fut d’ailleurs l’un des points que Lloyd George développa à la Chambre des communes le 14 décembre 1921, lors de son discours sur la ratification du Traité, soulignant que la géographie imposait certaines « limites » à la souveraineté irlandaise41.

  • 42 R. Blake, The Conservative Party from Peel to Thatcher, Londres, Fontana, 1985, p. 202-206.

29Au-delà de ces considérations stratégiques, la marge de manœuvre des délégations était également limitée par les attentes de leurs parlements et opinions publiques respectifs. Ainsi, les élections britanniques de 1918 avaient tourné à l’avantage des conservateurs qui menaçaient la coalition gouvernementale de Lloyd George (celle-ci devait d’ailleurs tomber en octobre 1922)42. Le Premier ministre devait donc prendre en considération la flamme impérialiste de ces députés, qui ne toléreraient sous aucun prétexte l’établissement d’une république irlandaise en dehors de l’Empire britannique, pas plus que l’abandon des unionistes d’Irlande du Nord, qui leur étaient proches tant sur le plan politique que social. En Irlande, si certains se doutaient que l’obtention d’une république indépendante relevait de la gageure, une proportion considérable y était malgré tout fermement attachée, notamment au sein de l’armée.

La ratification du Traité

  • 43 J. Coakley, « The Foundations of Statehood » in Politics in the Republic of Ireland, J. Coakley et (...)

30Il n’est pas sûr donc qu’un compromis réellement acceptable de part et d’autre fût possible en 1921. Les problèmes étaient trop nombreux et le fossé trop grand. Au bout du compte, les exigences britanniques eurent le dessus, suite à la menace d’une reprise des hostilités. Le Traité fut imposé à l’Irlande par la contrainte, et s’il fut ratifié assez facilement par le parlement de Westminster le 16 décembre 1921, il ne fut ratifié par le parlement irlandais le 7 janvier 1922 qu’au terme de débats houleux et par une faible majorité, de 64 voix contre 57. Le mouvement séparatiste fut profondément divisé sur la question du Traité, et Eamon de Valera démissionna à cette occasion du poste de Président du Dáil, pour signifier son désaccord. Arthur Griffith lui succéda, tandis que Michael Collins devint président du gouvernement provisoire établi par le Traité43. Ce système de double gouvernement prit fin le 9 septembre 1922.

  • 44 W. Churchill, The World Crisis…, p. 310-311.

31Mais la ratification du Traité par le parlement irlandais ne suffit pas à régler tous les problèmes du point de vue de Londres. En effet, les tensions croissantes entre partisans et adversaires du Traité menaçaient la stabilité du nouvel État irlandais, et par-là même la sécurité de l’Irlande du Nord, où des éléments incontrôlés de l’IRA s’attaquaient aux intérêts unionistes44. La province du nord-est était à feu et à sang, et il était urgent de mettre un terme à la spirale de violence. Le gouvernement britannique veilla donc à ce qu’un gouvernement démocratique, fidèle au Traité, fût établi au sud, et ceci passait tant par des élections que par des efforts visant à éviter tout rapprochement entre les forces du gouvernement provisoire et celles des opposants au Traité ; il fallait aussi veiller à ce que la Constitution de l’État libre d’Irlande en cours d’élaboration fût conforme aux attentes de Londres.

  • 45 A.C. Hepburn, Ireland, 1905-1925, Documents and Analysis, Newtownards, Colourpoint, 1998, vol. II, (...)
  • 46 J. Bowman, De Valera and the Ulster Question, 1917-1973, Oxford, Oxford University Press, 1982, p. (...)

32Les relations anglo-irlandaises furent donc soumises à rude épreuve. Alors que Churchill souhaitait que des élections fussent organisées au plus tôt, Collins craignait que la campagne n’aggravât la scission au sein du mouvement républicain. C’est pourquoi il temporisa puis signa un pacte électoral avec de Valera, pacte qui fut publié le 20 mai 192245. Il y était proposé de former une liste commune du Sinn Féin pour les élections du 16 juin, avec une proportion de partisans et d’adversaires au traité identique à celle existant au parlement, soit 64 et 57 respectivement. Leur but était d’éviter que le pays soit déchiré par une guerre civile, en neutralisant la question du Traité lors des élections, et de faire bloc pour soutenir la minorité catholique en Irlande du Nord. Ce fut d’ailleurs à l’insistance des républicains du nord que les deux camps furent amenés à définir une position commune46.

  • 47 W. Churchill, The World Crisis…, p. 331 : « we should certainly not be able to regard any such arra (...)

33Mais le pacte fut rejeté par Londres comme étant contraire aux dispositions du Traité. D’ailleurs, dès que Churchill eut vent de ce projet, il écrivit à Collins le 15 mai pour le mettre en garde contre tout pacte de ce type, qui ôterait toute légitimité au gouvernement provisoire et que Londres « ne pourrait certainement pas considérer comme une base sur laquelle construire »47.

34De surcroît, des rumeurs circulaient selon lesquelles Michael Collins tentait aussi de trouver un terrain d’entente avec de Valera au sujet de la Constitution de l’État libre d’Irlande. Londres insista donc pour que Griffith et Collins se rendissent en Grande-Bretagne, pour y soumettre le texte de la nouvelle constitution qu’ils préparaient. Or, leur texte était fortement coloré par l’idéologie républicaine car ils avaient tenté de trouver un compromis entre le Traité anglo-irlandais et la position de de Valera, telle qu’il l’avait définie dans son document alternatif, le « document 2 ». Le résultat en fut que le serment d’allégeance n’était pas mentionné, le statut du nouvel État allait au-delà des limites prévues par le traité, et la position constitutionnelle de l’Irlande du Nord était remise en cause.

  • 48 P. Joannon, Histoire de l’Irlande, Paris, Plon, 1973, p. 301.
  • 49 B. Farrell, « From First Dáil through Irish Free State », in De Valera’s Constitution and Ours, B. (...)
  • 50 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 189.

35Quant aux références à la Couronne et à l’Empire, elles étaient insuffisantes, trop rares au point d’être « péjoratives » selon le gouvernement britannique, dont la réaction fut vive. En effet, le « monarque n’apparaissait d’après la disposition des textes que comme un fonctionnaire du peuple d’Irlande tenant son autorité de la seule Constitution »48. Lloyd George affirma qu’il s’agissait là d’une « négation totale du Traité », inacceptable pour Londres, et il exigea que toutes les dispositions du Traité y fussent incluses49. Winston Churchill répéta pour sa part son avertissement lors d’un discours à la Chambre des communes, le 1er juin, discours auquel Collins assista depuis la tribune des visiteurs (« strangers’ gallery »)50.

  • 51 B. Chubb, « British and Irish Constitutional Development », in Ireland and Britain since 1922, P.J. (...)

36Un accord fut enfin trouvé le 15 juin, et le texte de cette nouvelle version fut publié en Irlande le 16 juin, au matin des élections législatives, avec pour effet d’accroître les tensions entre partisans et adversaires du Traité. En effet, les concessions faites par Collins et Griffith à de Valera avaient été supprimées, et le texte final reprenait l’essentiel du contenu du Traité de 1921 – notamment le serment d’allégeance –, malgré quelques dispositions plus conformes à l’idéologie républicaine, en particulier l’article 2 qui affirme que tous les pouvoirs proviennent du peuple d’Irlande51.

  • 52 N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs…, p. 27 : « It implanted an element of xity in (...)

37Pour éviter toute modification de la Constitution par la suite, Londres insista pour que la supériorité juridique du Traité anglo-irlandais sur la Constitution fût clairement précisée. Ainsi, les lois britannique et irlandaise promulguant la Constitution – le Irish Free State (Agreement) Act, 1922 et le Constitution of the Irish Free State (Saorstat Éireann) Act, 1922 – statuèrent que toute loi passée par le Parlement irlandais qui serait contraire aux dispositions du Traité serait nulle et non avenue (the « repugnancy » clause). Or ceci constituait un net recul par rapport aux accords de 1921, qui laissaient à l’Irlande la perspective de suivre les évolutions constitutionnelles du Canada dans ses relations avec la métropole. Comme l’a souligné Mansergh, le statut de l’Irlande fut dès lors figé par rapport au statut du Canada tel qu’il existait en 1921 : « Elle donna un caractère figé à un accord conçu pour garantir un développement graduel du statut de l’Irlande »52.

38Les tentatives pour trouver un terrain d’entente entre partisans et adversaires du Traité furent donc réduites à néant et le pacte électoral fut d’ailleurs répudié par Collins à son retour de Londres. Par la suite, lorsque les partisans du Traité eurent obtenu une majorité aux élections législatives, ils purent tenir leurs engagements vis-à-vis du gouvernement britannique : promulguée en octobre par le parlement irlandais, la Constitution fut ensuite approuvée par le Parlement de Westminster et entra en vigueur le 6 décembre 1922, un an jour pour jour après la signature du Traité de 1921.

  • 53 W. Churchill, The World Crisis…, p. 318-320. Voir aussi W. Churchill, « Dreary steeples of Fermanag (...)

39Quant au gouvernement de Lloyd George, il dut faire face à une opposition vigoureuse des députés conservateurs, et il fallut tout le talent de Churchill pour faire passer le Irish Free State (Agreement) Act, 1922 au Parlement53. En fait, les deux gouvernements étaient sur la corde raide. À Londres, un échec pouvait faire chuter le gouvernement impérial ; à Dublin, le risque d’un conflit fratricide devenait chaque jour plus grand.

La guerre civile irlandaise

40Le 14 avril 1922, le général irlandais Rory O’Connor, opposé au Traité, occupa le Palais de Justice de Dublin (les Four Courts) avec ses hommes et y établit son quartier général. Le 22 juin, Sir Henry Wilson, conseiller militaire du gouvernement de Belfast, député britannique et ancien chef de l’état-major impérial, fut assassiné à Londres par l’IRA, sur l’ordre de Michael Collins. Chef des forces britanniques pendant la guerre anglo-irlandaise, il était en outre considéré par les républicains comme responsable des exactions commises contre les catholiques en Irlande du Nord.

  • 54 A. Mitchell et P. Ó Snodaigh, Irish Political Documents, 1916-1949, Blackrock, Irish Academic Press (...)

41Londres pensait toutefois qu’il s’agissait d’un acte commandité par les adversaires au Traité, et le gouvernement britannique somma alors le gouvernement irlandais de mettre fin à l’occupation du Palais de Justice par les forces rebelles54. Le discours de Churchill à la Chambre des communes le 26 juin, fut compris par tous comme un ultimatum très clair en ce sens :

  • 55 W. Churchill, The World Crisis…, p. 341-342 : « The presence in Dublin, of a band of men styling th (...)

La présence à Dublin d’un groupe d’hommes qui s’est auto-proclamé le Quartier général de l’Exécutif républicain constitue une violation et un rejet flagrants du Traité. Le moment est arrivé où il n’est ni injuste, ni prématuré ou impatient d’exiger de manière expresse de la part du gouvernement renforcé et du nouveau parlement irlandais qu’ils mettent fin à ce genre de choses. Si cela ne devait pas se faire, si par faiblesse, manque de courage ou toute autre raison moins louable, un terme – et un terme rapide – n’y était pas mis, alors il serait de mon devoir de déclarer, au nom du gouvernement de Sa Majesté, que nous considérons que le Traité a été formellement violé, et que nous ne ferons aucune démarche pour appliquer ou légiférer en vue des étapes ultérieures, et que nous reprendrions une totale liberté d’action, pour agir de toute manière qui nous semblerait opportune, et dans toute la mesure qui nous semblerait nécessaire pour sauvegarder les intérêts et les droits qui ont été placés sous notre responsabilité55.

  • 56 Churchill aurait d’ailleurs donné l’ordre au général Macready de lancer l’assaut, mais celui-ci aur (...)

42La menace était explicite : si le gouvernement provisoire ne prenait pas au plus vite les mesures nécessaires pour rétablir son autorité, les troupes britanniques qui n’avaient pas encore évacué l’Irlande pourraient recevoir l’ordre de prendre le Palais de Justice d’assaut56. Nul ne pourrait alors prédire combien de temps elles resteraient sur place, ni quelle serait la réaction des Irlandais, mais de toute évidence le risque d’une reprise du conflit anglo-irlandais était fort réel. C’eût été une remise en cause du Traité et le début d’un nouveau cycle de violence.

  • 57 Ibid., p. 346.
  • 58 A.C. Hepburn, Ireland…, p. 221-223.

43Par ailleurs, il semblerait que Churchill ait indiqué en privé à Collins que le gouvernement de coalition de Lloyd George pourrait bien chuter sur la question d’Irlande, d’où la fermeté de sa prise de position, destinée avant tout aux députés britanniques57. Il fallait que Collins agisse donc, et Churchill aurait souligné le risque qu’un gouvernement conservateur réactionnaire (die-hard) soit élu autrement, au détriment des intérêts de Dublin58.

44En outre, le lendemain, les forces rebelles prirent en otage le général O’Connell, responsable de l’état-major irlandais, menaçant un ordre déjà des plus précaires. C’était la crédibilité, et donc la viabilité du gouvernement provisoire qui étaient en jeu. Soumis à toutes ces pressions, Collins donna l’ordre de tirer au canon sur le Palais de Justice, marquant ainsi le début d’une guerre civile meurtrière.

45Le Palais fut vite repris et, armé par les Britanniques, le gouvernement provisoire réduisit rapidement les forces hostiles au Traité dans les villes, même si une guérilla se prolongea dans les campagnes. Malgré les décès d’Arthur Griffith et de Michael Collins au mois d’août 1922, le gouvernement vainquit les rebelles, qui déposèrent enfin les armes le 23 mai 1923.

  • 59 H. Wilson, A Prime Minister on Prime Ministers, Londres,Weidenfeld & Nicolson–Michael Joseph, 1977, (...)

46Londres avait donc atteint ses objectifs : le nouvel État libre d’Irlande, fondé sur le Traité de 1921, demeurait au sein du Commonwealth et ne menaçait ni l’unité de l’Empire, ni la sécurité de l’Irlande du Nord. Au vu des nombreux échecs britanniques pour résoudre la question d’Irlande par le passé et des hommes politiques britanniques dont la carrière s’était échouée sur l’écueil irlandais, on peut considérer que la politique de Lloyd George fut un succès59.

  • 60 J.C. Beckett, The Making of Modern Ireland, 1603-1923, Londres, Faber & Faber, 1981, p. 460-461.
  • 61 C. Cruise O’Brien, « Ireland in International Affairs », in Conor Cruise O’Brien Introduces Ireland(...)

47Ou du moins un succès relatif. En effet, malgré le génie tactique du « magicien gallois » (Welsh Wizard), l’aspect stratégique de sa politique demeure sujet à caution. La politique irlandaise du gouvernement britannique fut trop souvent élaborée à la hâte, en réaction à divers événements et pressions et de ce fait, ses perspectives de succès à long terme étaient mitigées60. En particulier, dans la volonté de préserver l’Empire, et notamment de contenir le mouvement séparatiste indien, la décision d’y maintenir un membre contre son gré, au moment précis où la participation volontaire des dominions devenait essentielle à son bon fonctionnement, ne fut sans doute pas des plus lucides61.

  • 62 H. Kearney, The British Isles, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 263.

48Cela dit, il n’est pas sûr que Lloyd George eût pu aller plus loin : sa marge de manœuvre était limitée par le soutien réticent des conservateurs, et de fait la question d’Irlande devait provoquer la chute de son gouvernement en octobre 192262. Cependant la pression des députés conservateurs aboutit à introduire un cheval de Troie dans l’Empire britannique : dans les années qui suivirent, Dublin, en association avec les autres dominions, allait tenter de remettre en cause la domination britannique sur cet Empire, précipitant ainsi son déclin et son évolution vers le Commonwealth.

  • 63 N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs…, p. 215-216.

49À cet égard, Nicholas Mansergh, le grand historien du Commonwealth, a pu affirmer que l’imposition du statut de dominion à l’Irlande fut une erreur dans le cas spécifique de l’Irlande, mais aussi par rapport au Commonwealth dans son ensemble. En effet, les dirigeants irlandais et leurs représentants aux conférences impériales étaient habités par le concept d’une souveraineté nationale absolue, alors que le Commonwealth se développait selon le principe d’une coopération volontaire et d’une indépendance graduelle63. Or les deux approches étaient incompatibles. La conjonction de ces forces centripètes et centrifuges perturba le développement ce qui aurait pu devenir, selon Mansergh, une organisation internationale unique à l’époque, fondée sur la participation d’États égaux et désireux d’agir de concert.

50Mais on peut également penser que le désir d’indépendance du Canada et de l’Afrique du Sud était déjà trop important et la volonté hégémonique de Londres trop ancrée pour que le résultat fût sensiblement différent – c’est-à-dire que l’Irlande n’aurait fait qu’accélérer un processus irréversible.

  • 64 F. S. L. Lyons, Ireland Since the Famine, p. 570.

51F.S.L. Lyons estime ainsi que l’Irlande joua un rôle de pionnier et contribua à façonner un Commonwealth beaucoup plus accueillant aux États issus de la décolonisation, États qui dans leur vaste majorité choisirent de demeurer au sein de l’organisation, grâce et suite à la brèche ouverte par l’Irlande64.

52Quoi qu’il en soit, une chose est sûre : alors que Londres avait tout à gagner d’un statut quelque peu flou pour préserver son Empire, l’Irlande ne pouvait s’en accommoder, en partie parce que ce flou nécessitait une certaine confiance vis-à-vis du gouvernement impérial de la part des dominions. Or c’est cette confiance qui faisait le plus défaut dans le cadre des relations anglo-irlandaises.

Le Commonwealth

53Le nouvel État libre d’Irlande fut d’office membre du Commonwealth, en vertu du Traité de 1921. Mais si le statut de dominion convint dans l’ensemble à la Nouvelle-Zélande, à l’Australie et au Canada, il souffrait de trois tares rédhibitoires dans le cas de l’Irlande :

  • 65 N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs…, p. 272 : « The rst was that it came too late (...)

La première était que ce statut vint trop tard, la seconde qu’il fut le résultat de la contrainte et la troisième qu’il manquait d’un soutien fort et cohérent en raison de la partition65.

54De fait, il fut contesté dès le départ, et les gouvernements successifs de l’État libre tentèrent de le remettre en cause, ou du moins de le faire évoluer selon leur entendement. Ce fut sans aucun doute la question majeure de toute la politique extérieure de l’Irlande jusqu’en 1939, et les conséquences sur le développement du Commonwealth en furent importantes.

  • 66 D. Lowry, « “A Fellowship of Disaffection” : Irish-South African Relations from the Anglo-Boer War (...)
  • 67 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. ix.

55En effet, les délégations irlandaises jouèrent un rôle central aux Conférences impériales de 1926 et 1930 par leurs efforts pour obtenir davantage de liberté et d’égalité pour les dominions. Elles agirent de concert avec les délégations sud-africaines en particulier66. Selon Paul Canning, « l’Irlande était de loin le dominion le plus revendicatif pour ce qui était des questions impériales »67. Ces questions concernaient notamment le statut du gouverneur général, le statut des dominions dans les relations extérieures, et le statut des parlements des dominions. Les conférences impériales de 1926 et 1930 furent des étapes décisives dans les réponses apportées à ces questions.

Le gouverneur général

  • 68 N. Mansergh, The Commonwealth Experience, p. 213-214.
  • 69 F. Pakenham, Peace by Ordeal [1935], p. 149.
  • 70 B. Sexton, Ireland and the Crown, 1922-1936, Blackrock, Irish Academic Press, 1989, p. 81.

56En 1921, la pratique voulait que ce soit Londres qui désigne le nouveau gouverneur général, après en avoir informé le gouvernement du dominion. Celui-ci avait donc un droit de veto informel68. Mais dans le cas de l’État libre d’Irlande, Lloyd George avait été plus loin, concédant au gouvernement irlandais le droit de soumettre son propre candidat69. En 1922, Dublin proposa donc la nomination de Timothy Michael Healy au poste de gouverneur général. Healy avait l’avantage du point de vue de Dublin d’être né en Irlande, d’avoir soutenu la cause des indépendantistes et de ne pas être un aristocrate, contrairement à la plupart des autres gouverneurs généraux à travers le Commonwealth. Il était même l’oncle de Kevin O’Higgins, ministre irlandais de la Justice70.

  • 71 T. Jones, Whitehall Diary…, p. 218.

57Son profil était donc acceptable aux yeux des Irlandais mais suscita quelques réserves à Londres. En particulier, le Premier ministre britannique, Andrew Bonar Law, était fort réticent, estimant que cela pouvait nuire au prestige de la Couronne. Cette considération lui parut plus importante que l’assurance verbale donnée aux négociateurs irlandais par son prédécesseur, assurance qui en outre contredisait l’article 4 du Traité anglo-irlandais, selon lequel la même procédure serait suivie en Irlande et au Canada. Malgré tout, il céda aux arguments de Lionel Curtis et de Tom Jones, hauts fonctionnaires britanniques qui firent valoir que la nomination de Healy permettrait de faire accepter le poste de gouverneur général en Irlande – c’était l’une des clauses du Traité de 1921 qui avait suscité beaucoup d’opposition – et de contribuer ainsi à stabiliser un État encore fragile71. Par ailleurs, cela éviterait des polémiques dans le Commonwealth sur la question du gouverneur général, sujet sensible dans d’autres dominions également. Mais en contrepartie, Healy dut signer une déclaration par laquelle il s’engageait à refuser l’assentiment royal s’il avait le moindre doute quant à un projet de loi, sauf consultation préalable avec le Colonial Office.

58C’est ainsi qu’il fut amené par moments à prendre son rôle trop au sérieux aux yeux du gouvernement de l’État libre. O’Higgins dut insister par exemple pour qu’il donne l’assentiment royal à deux projets de lois au sujet desquels il manifesta quelques réticences, projets qui ne concernaient que les affaires intérieures de l’État libre d’Irlande. Ceci posait problème du point de vue du gouvernement. En effet, au Canada, le gouverneur général ne se permettait plus d’intervenir dans la législation relevant des affaires intérieures du dominion, son rôle se limitant à contrôler les projets de loi affectant l’Empire.

  • 72 N. Mansergh, The Commonwealth Experience, p. 229.

59Du moins, c’était le sens d’une coutume constitutionnelle en train de s’imposer de l’autre côté de l’Atlantique. Mais en janvier 1926, le gouverneur général du Canada, Lord Byng, précipita une crise politique lorsqu’il refusa de dissoudre le parlement malgré la demande du Premier ministre libéral, William Mackenzie King. En effet, Mackenzie King ne disposait pas de majorité parlementaire et Lord Byng estima que le chef de l’opposition conservatrice, Arthur Meighen, pourrait former un gouvernement sans procéder à de nouvelles élections. Cette décision, prise de son propre chef, suscita beaucoup de ressentiment, d’autant plus que, peu après, le gouverneur général accéda à la demande de Meighen et que le parlement fut dissout cette fois72.

  • 73 A.B. Keith, Speeches…, p. 164-165.

60C’est pourquoi les délégations canadienne et irlandaise à la Conférence impériale de 1926 tentèrent de redéfinir le statut du gouverneur général, qui avait eu jusque-là un double rôle : il était à la fois représentant de la Couronne et du gouvernement britanniques. L’idée de ces dominions était qu’il n’avait pas à représenter Londres auprès du gouvernement irlandais ou canadien, ceux-ci pouvant fort bien établir un contact direct avec le Cabinet britannique. Il ne serait donc plus que le représentant du monarque, et il n’agirait plus sur le conseil des ministres britanniques, mais uniquement sur celui des ministres du dominion73.

  • 74 Cité in N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs…, p. 38 : « The parties interested in t (...)

61Si les Irlandais et les Canadiens obtinrent gain de cause sur ce point, la demande des premiers selon laquelle les gouvernements des dominions devraient pouvoir choisir eux-mêmes leur gouverneur général ne fut pas accordée dans l’immédiat. Pour cela, il fallut attendre la Conférence impériale de 1930, qui conclut que « les parties concernées dans la nomination du gouverneur général d’un dominion sont Sa Majesté le Roi, dont il est le représentant, et le dominion en question »74. En d’autres termes, le gouverneur général devait adopter un rôle semblable à celui du monarque britannique vis-à-vis de son Premier ministre.

62Entre-temps, le gouvernement irlandais s’attacha à définir de manière plus précise la durée de la fonction du gouverneur général. De manière habituelle, cette durée était de cinq ans, sans qu’aucun texte ne la définisse toutefois, et les exceptions existaient de ce fait. Mais ces exceptions pouvaient être perçues comme la manifestation d’un arbitraire impérial, et le gouvernement de l’État libre préférait donc tenter de codifier la durée de ces fonctions. En 1927, il décida de procéder au remplacement de Healy au plus tôt, afin de renforcer la tradition du quinquennat, même si la succession n’eut lieu qu’au début de l’année 1928.

63Dublin proposa à Londres la candidature de James MacNeill, qui avait été haut fonctionnaire britannique en Inde, membre du Sinn Féin, puis premier haut commissaire irlandais à Londres, de 1922 à 1928. Son profil était donc acceptable de part et d’autre, et le choix reçut l’aval de Georges V et du gouvernement britannique.

La politique extérieure

  • 75 P. Kennedy, The Realities Behind Diplomacy [1981], Londres, Fontana, 1985, p. 248-249.
  • 76 D. Judd, Empire, p. 288-289.

64La question de l’indépendance irlandaise dans le domaine de la politique extérieure fut plus compliquée à résoudre. Pendant les années vingt, le Royaume-Uni et les dominions éprouvèrent de réelles difficultés à trouver un terrain d’entente dans ce domaine75 : alors que les Britanniques tenaient à ce qu’une politique impériale, menée au nom de l’Empire tout entier, fût maintenue, les dominions voulaient pour leur part mener leur propre politique de manière indépendante76. C’était vrai en particulier de l’Afrique du Sud et l’Irlande, mais aussi du Canada. Quant à l’Australie et la Nouvelle-Zélande, elles étaient plus proches du point de vue de Londres.

65Il n’était pas évident de réconcilier ces aspirations divergentes. En effet, s’il fallait obtenir le consentement de chaque dominion à chaque décision du Foreign Office, la politique étrangère de Londres perdrait beaucoup en efficacité. Mais les autoriser à élaborer leur propre politique porterait un rude coup au prestige et à l’unité de l’Empire britannique. L’idéal, donc, du point de vue britannique, était de préserver l’unité diplomatique de l’Empire et de laisser le ministre britannique des Affaires étrangères s’exprimer au nom de tous, avec ou sans concertation préalable, selon les circonstances. Ceci, bien entendu, n’était guère du goût de Pretoria, Dublin et Ottawa, ni même de Wellington et Canberra. Deux enjeux majeurs étaient au cœur des débats : il y avait la question institutionnelle et la question des traités internationaux qui pouvaient plonger les dominions dans la guerre.

  • 77 N. Mansergh, The Commonwealth Experience, p. 215.

66Sur le plan institutionnel, le Foreign Office préférait être l’unique interlocuteur des pays tiers, par l’intermédiaire de l’ambassadeur britannique présent dans les capitales étrangères. Mais en 1920, le Canada obtint le droit de nommer un représentant auprès du gouvernement américain, en raison des relations privilégiées entre les deux pays. Ce droit de légation ne fut exercé par Ottawa qu’en 1927 toutefois, en partie parce qu’aucune indemnisation financière ne fut prévue pour le représentant canadien et qu’aucun Canadien disposant des ressources nécessaires et compétent pour jouer ce rôle n’était prêt à financer une telle fonction sur ses propres deniers77.

  • 78 A.B. Keith, Speeches…, p. 349-351.

67Par contre, Dublin envoya un ministre – Timothy A. Smiddy – dès 1924, en faisant valoir à la fois le précédent constitutionnel établi par le Canada et ses propres liens privilégiés avec les États-Unis (les États-Unis nommèrent à leur tour un représentant à Dublin, Frederick A. Sterling, en 1927). Londres dut accepter, mais insista pour différencier les rôles de l’ambassadeur britannique et du ministre irlandais : ainsi, toute affaire relevant de l’Empire devait être traitée par l’ambassadeur, tandis que les affaires ne concernant que le dominion devaient être traitées par le ministre, distinction parfois subtile78.

  • 79 S. Cronin, Washington’s Irish Policy, 1916-1986, Dublin, Anvil, 1987, p. 47-48.

68De plus, Smiddy ne respecta pas les usages diplomatiques, qui voulaient qu’il fût présenté au Président américain, Calvin Coolidge, par l’ambassadeur britannique, Esme Howard : il se rendit spontanément à la Maison-Blanche, le 7 octobre 1924, pour apporter lui-même ses lettres d’accréditation79. Or avant la Seconde Guerre mondiale, en vertu du protocole diplomatique, il n’y avait que les grandes puissances qui nommaient des ambassadeurs. Les autres pays, dont l’Irlande, nommaient des ministres plénipotentiaires basés dans des légations et non des ambassades, et dont le statut était inférieur à celui des ambassadeurs.

  • 80 À partir de 1949, suite à l’abrogation du External Relations Act, tous les représentants irlandais (...)
  • 81 D. Keogh, Ireland and Europe, 1919-1989, Cork–Dublin, Hibernian University Press, 1990, p. 19.
  • 82 N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs…, p. 71.

69Entre pays membres du Commonwealth, ces représentants portaient le titre de haut commissaire, car ils représentaient leur gouvernement et non le roi80. Par contre, le Foreign Office tenait à ce que les contacts entre Londres et les dominions aient lieu par le biais du gouverneur général, représentant officiel du gouvernement britannique à Dublin. Si les dominions insistaient malgré tout pour avoir un ministère des affaires étrangères, il était alors préférable que le Premier ministre assume ce portefeuille ou, dans le cas de l’État libre d’Irlande, le Président du Conseil exécutif81. L’idéal était même que ce ministère soit intégré à celui du Premier ministre, réduisant ainsi le nombre d’interlocuteurs. Les dominions accédèrent à cette demande dans l’ensemble et n’établirent de ministère des affaires extérieures autonome que fort tard : l’Afrique du Sud en 1927, l’Australie en 1935, la Nouvelle-Zélande en 1943 et le Canada en 1946, après qu’un ministère autonome, établi dès 1909, fût fusionné avec celui du Premier ministre en 191282.

  • 83 D. Keogh, « Ireland », in The Times Survey of Foreign Ofces around the World, Z. Steiner (éd.), Lo (...)

70Dublin pour sa part disposait d’un ministère autonome sous la responsabilité d’un ministre distinct, Count Plunkett (1919-1921), avant même la signature du Traité anglo-irlandais. Ce ministère avait été fondé dès 1919, afin de rallier l’opinion mondiale à la cause de l’indépendance irlandaise. Suite au Traité de 1921, le gouvernement refusa de l’abolir. Par contre, il accepta que le ministère des Affaires étrangères changeât de nom en 1923, pour devenir le ministère des Affaires extérieures, à la demande de Londres. L’idée était de souligner le caractère non étranger des relations internes au Commonwealth, mais aussi de mettre en évidence le statut inférieur du ministère du dominion par rapport au Foreign Office83. (En 1971, le ministère irlandais reprit son nom originel d’Affaires étrangères.)

  • 84 G. Keown, « Creating an Irish Foreign Policy in the 1920s », p. 38.

71Cette autonomie irlandaise en matière de politique extérieure n’était pas du goût du Foreign Office toutefois, le ministère britannique n’appréciant guère que l’État libre empiète sur ses plates-bandes diplomatiques. Ainsi, les ambassadeurs britanniques veillaient par exemple à ce que le drapeau et l’hymne irlandais ne fussent pas visibles lors de rencontres sportives internationales, même s’il fallait pour cela démarcher les autorités locales pour les faire remplacer par le Union Jack et le « God Save the Queen »84. Cependant, ces questions de protocole diplomatique touchaient une question autrement plus importante et délicate : les dominions avaient-ils le droit de formuler leur propre politique extérieure, de manière autonome, ou le gouvernement impérial pouvait-il au contraire prendre des décisions unilatérales engageant l’ensemble de l’Empire ? La question fut soulevée à diverses reprises sans qu’une réponse définitive ne fût donnée avant la Seconde Guerre mondiale.

  • 85 A.B. Keith, Speeches…, p. 62.

72Dès 1919, les dominions obtinrent le droit d’être représentés individuellement à la Conférence de la Paix à Paris et de ratifier indépendamment le traité de Versailles, malgré les réticences de Lloyd George. Pourtant, en 1921, les ministres des dominions furent intégrés dans la délégation britannique à la Conférence de Washington85. Ceci illustre l’ambiguïté de leur statut international et de leur relation vis-à-vis de Londres, ambiguïté qui n’était guère durable. De fait, diverses décisions britanniques unilatérales devaient préciser leur statut par la suite.

  • 86 J.W. Young, Britain and the World in the Twentieth Century, Londres, Arnold, 1997, p. 84-85.
  • 87 H. Wilson, A Prime Minister on Prime Ministers, p. 155-157.

73Ainsi, en septembre 1922, lors de la crise de Tchanak, Lloyd George était résolu à faire respecter le traité de Sèvres de 1920 par la Turquie, par la force si nécessaire86. En effet, les troupes de Mustapha Kemal avaient repoussé les Grecs d’Asie mineure et s’apprêtaient à franchir le détroit des Dardanelles pour prendre Constantinople. Londres publia une déclaration très ferme, précisant que l’Armée et la Marine britanniques avaient reçu l’ordre de repousser les forces turques du territoire grec, et appelant tous les dominions à participer à cette action. Or les dominions n’avaient pas été consultés, et certains n’en furent même pas informés de manière officielle : ils en prirent connaissance par voie de presse. Leur réaction fut donc très hostile, hormis dans le cas de la Nouvelle-Zélande et, dans une certaine mesure, de l’Australie. Mais le Canada alla jusqu’à refuser de ratifier le traité en 1923, signalant son refus d’être embrigadé par le Royaume-Uni dans une nouvelle guerre européenne. La crise prit une telle ampleur que le roi Georges V fit part à Lloyd George de ses inquiétudes concernant l’unité impériale87.

  • 88 D. Harkness, The Restless Dominion, p. 45-55.
  • 89 M. Ó Corcora et R.J. Hill, « The Soviet Union in Irish Foreign Policy », International Affairs, 198 (...)

74Quant à l’Irlande, elle n’avait pas encore promulgué sa Constitution et était en pleine guerre civile ; elle n’eut donc guère la possibilité de s’intéresser à cette affaire et de définir une position officielle. De même, sa participation à la Conférence impériale de 1923 fut assez limitée, les délégués tâchant de se familiariser avec le fonctionnement de ce type de réunions. Malgré tout, ils soutinrent le Canada qui avait ratifié un traité de pêche avec les États-Unis de manière autonome, sans concertation avec le Royaume-Uni, créant ainsi un précédent sur le droit des dominions de signer des traités internationaux88. Par contre, en 1924, lorsque le gouvernement travailliste de James Ramsay MacDonald annonça sa décision de reconnaître le gouvernement soviétique, Dublin réagit vivement car l’État libre n’avait pas été consulté au préalable, pas plus que les autres dominions89. Et lorsque le ministre britannique des Affaires étrangères signa le traité de Lausanne en 1924 au nom de l’Empire britannique, l’Irlande et le Canada – qui n’avaient pas été représentés à la conférence, pas plus que les autres dominions – refusèrent de le ratifier.

75Le pacte de Locarno, signé le 1er décembre 1925 par le ministre conservateur des Affaires étrangères, Austen Chamberlain, posa le problème de manière encore plus aiguë. C’était un traité essentiel dans le cadre de la politique étrangère de Londres, qui valut d’ailleurs à Chamberlain le prix Nobel de la paix. Mais il fut signé au nom du seul Royaume-Uni, qui s’engagea à faire respecter les frontières fixées par le traité de Versailles, par la force si nécessaire. Encore une fois, il n’y eut pas de concertation entre le gouvernement britannique et les dominions car, comme Chamberlain l’expliqua lors d’un discours à la Chambre des communes, l’urgence de trouver une solution aux tensions européennes ne permettait pas de retarder la signature du traité pour obtenir le consentement préalable de tous les dominions.

  • 90 Cité in A.B. Keith, Speeches…, p. 356 : « The present Treaty shall impose no obligation upon any of (...)

76Il indiqua son souhait que ceux-ci y souscriraient malgré tout par la suite, en vertu de l’article 9 du traité, qui précise que « le présent accord n’imposera aucune obligation à aucun des dominions britanniques ou à l’Inde, à moins qu’ils ne les acceptent expressément »90. Or, les dominions ne ratifièrent pas le traité, ne voulant pas être impliqués dans les affaires européennes. Le souvenir de la Première Guerre mondiale était encore vivace et les conséquences d’un engagement militaire faciles à imaginer. En d’autres termes, Londres avait rompu lui-même l’unité diplomatique de l’Empire, comme ne manqua pas de le souligner le Premier ministre canadien, William Mackenzie King :

  • 91 Cité in D. Harkness, The Restless Dominion, p. 81 : « for the rst time the afrmation of national (...)

Pour la première fois, ce fut le gouvernement britannique qui affirma son intérêt national au détriment de l’unité diplomatique de l’Empire91.

  • 92 R. Marx, Histoire de la Grande-Bretagne, Paris, Armand Colin, 1990 (2e édition), p. 266.
  • 93 P. Kennedy, The Realities Behind Diplomacy, p. 252.
  • 94 H. Grimal, De l’Empire britannique au Commonwealth, p. 254.

77Ce fut d’ailleurs suite au pacte de Locarno que Londres créa un ministère des Dominions à part entière, le 11 juin 1925, ministère séparé de celui des Colonies pour bien « distinguer les dominions avec lesquels on négocie des colonies que l’on gouverne »92. C’était reconnaître la dualité de la politique britannique, avec d’une part une politique impériale, menée par Londres au nom de l’Empire, c’est-à-dire des colonies, et d’autre part une politique menée en concertation avec les dominions, dans le cadre du Commonwealth93. Cependant, le fait que Leo Amery tienne les deux postes à la fois « ne clarifiait pas une situation devenue pour beaucoup inintelligible »94.

La Conférence impériale de 1926

78La fiction de l’unité impériale révélait donc quelques lézardes, qui devaient s’élargir lors de la Conférence impériale réunie à Londres le 19 octobre 1926. Cette conférence, perçue comme décisive pour l’avenir du Commonwealth, cristallisa toutes les tensions accumulées entre la métropole et les dominions. Il s’agissait de redéfinir les rapports entre les membres du Commonwealth, et certains dominions étaient bien décidés à saisir cette occasion pour obtenir la reconnaissance de leur égalité.

  • 95 N. Mansergh, « Ireland : External Affairs », in The Years of the Great Test, 1926-39, F. McManus (é (...)

79Ainsi, le Premier ministre sud-africain, le Général Hertzog, en route pour Londres, menaça de lancer une campagne – de mettre « le feu au veldt » – pour obtenir une république indépendante si jamais l’égalité des dominions avec la Grande-Bretagne n’était pas reconnue95. Quant aux délégations canadienne et irlandaise, elles défendaient également ce principe de l’égalité, qu’elles voulaient voir établi comme base du Commonwealth. Kevin O’Higgins, chef de la délégation irlandaise, s’imposa assez vite par sa détermination comme le porte-parole des dominions revendicateurs. Il obtint notamment des concessions sur le statut des gouverneurs généraux ainsi que sur l’autonomie des dominions en matière de politique extérieure. Le rapport irlandais fut d’ailleurs largement repris dans les conclusions de la Conférence.

  • 96 N. Hillmer, « The Foreign Ofce, the Dominions and the Diplomatic Unity of the Empire », in Retreat (...)

80Cependant, dans le même temps, Londres, Canberra et Wellington voulaient maintenir le principe de l’unité impériale. Ces tensions existaient aussi au sein de l’administration britannique : alors que le nouveau ministère des Dominions, soucieux des relations au sein du Commonwealth, pensait qu’il était plus sage de reconnaître la légitimité des aspirations des dominions à l’égalité, le Foreign Office, préoccupé par sa liberté d’action, voulait à tout prix faire valoir le principe d’une politique impériale96.

81Les négociations furent donc délicates mais, au bout du compte, une solution fut trouvée à ce problème épineux, grâce à l’intervention de Lord Balfour en particulier. En conclusion des débats du Comité sur les relations inter-impériales dont il était le Président, il proposa une formule, devenue célèbre, pour définir le statut de dominion et pour réconcilier les aspirations contradictoires du centre et de la périphérie. Cette formule, basée sur les propositions du Premier ministre sud-africain, définit les liens entre les États membres du Commonwealth dans un paragraphe clé, en italiques dans le document originel :

  • 97 Cité in S. Garner et J.-C. Redonnet (éd.), A Documented History of the Commonwealth, p. 58 : « They (...)

Ce sont des Communautés autonomes dans le cadre de l’Empire britannique, de statut égal, et qui ne sont en aucune manière subordonnées l’une à l’autre pour tout ce qui touche à leurs affaires intérieures ou extérieures, bien qu’unies par une commune allégeance à la Couronne, et librement associées en tant que membres du Commonwealth britannique des nations97.

82Le choix des mots permit de satisfaire pour l’essentiel les demandes des diverses délégations, même s’il entretint un certain flou sur la nature précise du Commonwealth et de l’Empire. On pouvait ainsi se demander s’il s’agissait de deux organisations distinctes, ou si les termes étaient interchangeables. Balfour souligna d’ailleurs qu’un étranger aurait sans doute du mal à comprendre la véritable nature du Commonwealth à partir de cette définition. Il insista sur deux points cependant : d’une part, les dominions n’étaient l’objet d’aucune contrainte, l’essence même du Commonwealth (« its lifeblood ») étant la coopération volontaire entre ses membres. D’autre part, il fallait pour des raisons pratiques reconnaître la position centrale de Londres dans les domaines de la diplomatie et de la défense. En d’autres termes, Balfour opéra une distinction entre le statut et la fonction. Les États membres étaient égaux, mais le Royaume-Uni conservait un rôle à part pour la coordination et l’organisation de la politique impériale.

83Pour le Canada, le résultat fut fort satisfaisant : le rapport de la Conférence fut perçu comme l’équivalent pour le Commonwealth de la Grande Charte (Magna Carta) de 1215. Pour l’Afrique du Sud et l’Irlande, par contre, la distinction entre une égalité théorique et une hiérarchie de fait posait problème. Plusieurs interrogations subsistaient sur le sens véritable de l’autonomie des dominions : étaient-ils autonomes au point de pouvoir faire sécession avec le Commonwealth ? Pourraient-ils choisir de demeurer neutres dans un conflit impliquant le Royaume-Uni et le Parlement impérial ? Ces questions demeurèrent en suspens, le principe même du Commonwealth étant que l’organisation devait évoluer au fil des besoins et des événements : les hommes d’État britanniques ne tenaient pas à ce qu’une définition trop rigide l’enfermât dans un carcan légal. Mais cela revenait à accorder le bénéfice du doute quant aux intentions du Parlement de Westminster. Pour un pays comme l’Irlande, ce n’était guère aisé, tant l’histoire des relations anglo-irlandaises était marquée par les rapports de forces.

  • 98 N. Mansergh, The Commonwealth Experience, p. 235-236.

84Cependant, l’Irlande obtint que le titre du monarque fût changé, par l’introduction d’une virgule à la place d’une conjonction de coordination : au lieu d’être roi de « Grande-Bretagne et d’Irlande, et des dominions britanniques par-delà les mers », ce qui pouvait laisser penser que le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande n’avait pas été affecté par la loi de 1920 ou par le Traité anglo-irlandais, il était désormais roi de « Grande-Bretagne, d’Irlande et des dominions britanniques »98.

  • 99 N. Hillmer, « The Foreign Ofce… », p. 65.

85La déclaration de Balfour prévoyait aussi quelques changements par rapport aux fonctions de Londres, notamment dans le domaine de la diplomatie. Ainsi, le Foreign Office envoya des hauts commissaires auprès des dominions, afin de maintenir des contacts étroits et d’élaborer une véritable politique impériale avec l’accord de tous. De la même manière, un « comité central » (central panel) fut créé en 1926, rassemblant tous les hauts commissaires des dominions à Londres, afin de coordonner leur politique étrangère. Ces réformes administratives étaient particulièrement importantes dans le cadre de la Société des Nations, pour que les ministres plénipotentiaires britanniques pussent y signer des accords au nom de l’Empire britannique tout entier99.

86Mais cette démarche ne pouvait aboutir qu’avec le consentement des dominions, et il devenait de plus en plus manifeste que le Commonwealth ne pourrait subsister que sur la base de la coopération volontaire entre membres.

87Encore fallait-il le reconnaître de manière explicite : ce fut l’objet de la Conférence impériale de 1930, qui déboucha sur le Statut de Westminster.

Le Statut de Westminster

88La Conférence impériale de 1926 avait donné lieu à des décisions importantes, mais ces décisions n’avaient pas force de loi, conformément à la tradition des conférences impériales, qui étaient avant tout un lieu de débat et de consultation. Cependant, la question du statut des dominions avait pris une telle importance dans les années vingt qu’il devint nécessaire de légiférer afin de donner une base constitutionnelle aux résolutions des conférences de 1926 et 1930.

89L’Irlande ne fut pas étrangère à ce tournant historique dans les relations entre membres du Commonwealth. Patrick McGilligan, ministre irlandais des Affaires extérieures, explicita la position de l’État libre au parlement en 1929, avant la réunion de la Conférence impériale :

  • 100 Dáil Debates, vol. XXX col. 792-793 (5 juin 1929) : « Our purpose is that whatever remnants there m (...)

Notre but est que les restes qui pourraient subsister de l’ancien ordre du contrôle impérial soient enlevés et que les derniers vestiges légaux d’organisations à présent dépassées soient balayés. Tout le cadre légal par lequel l’ancien système de gouvernement central était maintenu sera démonté et ne sera jamais restauré. Une nouvelle structure légale prendra sa place, dans laquelle on ne trouvera ni obstacle, ni barrière à de futurs développements constitutionnels. La libre coopération qui constitue la base de l’idée du Commonwealth, l’instrument de son utilité et l’expression de la souveraineté individuelle de ses membres, sera exprimée en des formes qui révèlent plutôt qu’elles ne dissimulent sa réalité100.

  • 101 D. Harkness, The Restless Dominion, p. 100-104.

90De fait, le Statut de Westminster trouve ses origines dans le rapport détaillé soumis par la délégation irlandaise lors de la Conférence impériale de 1926101. Les principaux arguments de ce rapport furent repris lors de la conférence de 1930, pour aboutir au Statut de Westminster. Celui-ci fut promulgué le 11 décembre 1931 par le Parlement impérial, donnant ainsi force de loi à la définition de Balfour.

  • 102 H. Grimal, De l’Empire britannique au Commonwealth, p. 254-257.

91Le but exprimé par McGilligan en 1929 fut largement atteint : Londres reconnut l’autonomie des parlements des dominions ainsi que le statut légal des dominions en tant que membres à part entière de la communauté internationale, par opposition aux colonies102. Les dominions étaient désormais librement associés par leur allégeance commune à la Couronne britannique et auraient de ce fait leur mot à dire, selon le préambule, si jamais la succession au trône devait être modifiée par une loi. En outre, les lois promulguées par Westminster n’auraient aucune validité dans les dominions, à moins que leurs parlements décident explicitement de les ratifier (article 4). À l’inverse, aucun obstacle constitutionnel ne pourrait empêcher un dominion de promulguer une loi (article 2). Enfin, la liberté des dominions dans le domaine de leurs relations extérieures fut officiellement reconnue (article 3). L’Irlande obtint ainsi un « grand sceau » (Great Seal) pour ratifier séparément les traités internationaux.

92Ces dispositions suscitèrent une controverse tant au Royaume-Uni que dans certains dominions. Si l’Australie attendit 1942 et la Nouvelle-Zélande 1947 avant de donner force de loi au statut, il entra aussitôt en vigueur dans les autres dominions, dont l’Irlande. McGilligan put ainsi déclarer au Dáil à cette occasion que

  • 103 Dáil Debates, vol. XXXIX col. 2303 (16 juillet 1931) : « the King, acting on the advice of the Brit (...)

le Roi, agissant sur le conseil du gouvernement britannique, ne peut pas plus s’engager au nom de l’État libre d’Irlande que ne le peut le Roi d’Italie ou le Mikado du Japon103.

  • 104 D. Harkness, The Restless Dominion, p. 243-244.
  • 105 F. S.L. Lyons, Ireland Since the Famine, p. 431-443.

93Cependant, lors des débats britanniques sur le statut de Westminster, plusieurs conservateurs britanniques, dont Winston Churchill, tentèrent d’en exclure l’État libre d’Irlande, dans la mesure où il obtiendrait ainsi le pouvoir de modifier les dispositions du Traité de 1921104. Ils proposèrent que la loi de 1922 sur la Constitution de l’État libre fût protégée, tout comme les lois sur l’Amérique du Nord britannique passées entre 1867 et 1930 (article 7). Leurs craintes étaient fondées, comme la suite des événements devait le démontrer, mais elles soulignent le malentendu profond sur le statut de l’État libre : était-ce un dominion comme les autres, avec le droit de suivre les mêmes évolutions, ou était-ce un État à part, restreint de manière définitive par les dispositions du Traité anglo-irlandais ? En effet, un tel article nécessitait l’accord du dominion concerné – l’article 7 fut ainsi inclus à la demande du gouvernement canadien –, et Stanley Baldwin expliqua à la Chambre des communes que l’imposition d’une clause restrictive à l’encontre des souhaits du dominion susciterait non seulement l’opposition de Dublin et de la diaspora irlandaise à travers le monde, mais aussi celle de tous les autres dominions105.

  • 106 A.B. Keith, Speeches…, p. 302.
  • 107 D. McMahon, Republicans and Imperialists : Anglo-Irish Relations in the 1930s, New Haven (CT), Yale (...)

94De fait, le gouvernement irlandais n’était pas prêt à y souscrire, et le 21 novembre 1931 William Cosgrave adressa une lettre au gouvernement britannique pour rejeter catégoriquement cette possibilité106. Cependant, il assura au ministre des Dominions, J.H. Thomas, que le Traité de 1921 était bien un accord inter étatique : en tant que tel, il ne pouvait être modifié que par consentement mutuel, conformément à l’esprit de coopération et de consultation prévalant entre membres du Commonwealth. Londres sembla se satisfaire de cette garantie107. Elle pouvait pourtant paraître bien précaire, à trois mois des élections qui devaient amener Eamon de Valera au pouvoir. En effet, il ne s’embarrasserait pas de tels scrupules et utiliserait toute la latitude offerte par le Statut de Westminster pour défaire les contraintes du traité.

95Ces évolutions internes au Commonwealth furent conjuguées à une activité diplomatique considérable à la Société des nations, qui contribua aussi de manière significative à faire reconnaître l’Irlande comme un État souverain sur la scène internationale.

La Société des Nations

  • 108 M. Kennedy, Ireland and the League of Nations, Blackrock, Irish Academic Press, 1996, p. 21-42.

96Les dominions devinrent membres de la Société des Nations suite à leur ratification du Traité de Versailles en 1919. L’État libre d’Irlande, qui n’existait pas encore au moment de la conférence, dut donc demander son adhésion à la Société le 1er septembre 1922, adhésion qui n’allait pas de soi pour un État sous tutelle. Mais le précédent établi par les autres dominions permit à l’Irlande d’y être reçue le 10 septembre 1923 après un vote unanime, soutenue en cela par Londres qui pensait ainsi accroître son influence au sein de l’enceinte internationale108.

  • 109 P. Keatinge, A Place Among the Nations, p. 66.
  • 110 M. Kennedy, Ireland and the League of Nations, p. 65-71.

97Cependant, l’une des premières démarches de Dublin, effectuée le 11 juillet 1924, fut d’y faire enregistrer le Traité anglo-irlandais, selon l’obligation faite aux membres de la Société d’y enregistrer tous les traités internationaux dont ils étaient signataires, en vertu de l’article 18 de la Charte. Londres émit une protestation officielle contre cette décision, dans la mesure où le gouvernement britannique, qui tenait à dissocier les affaires de l’Empire des affaires internationales, estimait qu’il s’agissait d’un traité interne (inter se) à l’Empire109. Mais ces protestations furent sans effet, en partie parce que le gouvernement britannique ne fut informé que le 5 juillet de la démarche irlandaise, trop tard pour pouvoir prendre des mesures préventives : il fut mis devant le fait accompli et il n’était guère probable que la Société des Nations se déjugeât après avoir enregistré le Traité110. De même, Londres voulut dissuader l’État libre de nommer un représentant permanent à Genève, ce qu’aucun dominion n’avait fait, mais sans succès non plus. Cela n’avait rien de polémique du point de vue de la Société des Nations, même si cela remettait en cause le statut du délégué britannique, censé représenter l’Empire tout entier.

  • 111 M. Moynihan (éd.), Speeches and Statements of Eamon de Valera, p. 26.

98Pour l’Irlande, ce fut donc une manière d’affirmer sa souveraineté, mais aussi de contribuer à la mise en place d’un nouvel ordre mondial fondé sur le droit international, où les petits États seraient davantage protégés des ambitions impériales des grandes puissances. D’ailleurs, dès 1919, les révolutionnaires irlandais du Sinn Féin avaient affirmé leur volonté d’y adhérer et d’y participer à cette fin111. C’est pourquoi les autres membres de l’organisation internationale accueillirent chaleureusement la délégation irlandaise dans l’Assemblée de la Société des Nations, persuadés qu’un pays qui avait ainsi arraché son indépendance à la première puissance mondiale serait décidé à faire respecter les principes du droit dans cette nouvelle instance internationale. L’élection du ministre irlandais des Affaires extérieures, Desmond FitzGerald, à la présidence de la Deuxième Commission en 1926 fut une autre manifestation de cette confiance collective placée en l’Irlande.

  • 112 G. Keown, « Creating an Irish Foreign Policy in the 1920s », p. 30-31.

99De fait, la délégation irlandaise n’hésita pas à voter contre le Royaume-Uni en 1925 lors de la conférence sur l’opium, pas plus qu’à soutenir le principe d’un désarmement naval en 1927, alors que le Commonwealth n’avait pas encore réussi à définir une position commune112. En outre, en septembre 1926, l’Irlande brigua l’un des six sièges non permanents, réservés aux petites nations, au Conseil de la Société des Nations. (Les quatre autres sièges, permanents ceux-là, étaient alors réservés aux grandes puissances : la France, le Royaume-Uni, l’Italie et le Japon.)

  • 113 N. Mansergh, The Commonwealth Experience, p. 214.

100Cette décision reposait notamment sur la déclaration que le Canada fit signer par Woodrow Wilson, Georges Clemenceau et David Lloyd George en 1919, selon laquelle un dominion pouvait être élu au Conseil113. À l’époque, l’argument fut qu’aucun dominion ne chercherait à s’y faire élire et que cette déclaration relevait du symbolique. Mais après l’entrée de l’État libre dans la Société des Nations, rien n’était moins sûr. Londres, qui disposait d’un siège permanent, craignait donc de se voir contredire dans cette enceinte par un dominion peu fiable, ce qui eût mit fin au principe de l’unité impériale.

  • 114 M. Kennedy, Ireland and the League of Nations, p. 81-89.

101L’échec de la candidature irlandaise dissipa ces craintes pour un temps : l’Irlande n’annonça sa candidature que la veille des élections et n’eut pas le temps de faire campagne de manière efficace, d’autant plus qu’un certain nombre de pays avaient déjà promis de soutenir d’autres candidats. De surcroît, la délégation britannique appuya de manière vigoureuse la candidature de la Tchécoslovaquie, qui fut élue au bout du compte, précisément pour barrer la route à l’Irlande114.

102Mais une candidature future d’un dominion était toujours possible. C’est pourquoi, en mars 1927, le ministre britannique des Affaires étrangères, Austen Chamberlain, fit un discours au Conseil de la SDN où il réfuta le droit des dominions d’y siéger. Selon lui, Londres représentait l’ensemble de l’Empire au sein du Conseil, tandis que les dominions siégeaient en leur nom propre à l’Assemblée générale. Il justifia cette position en déclarant agir conformément aux conclusions de la Conférence impériale de 1926 et de toutes les nations qui y avaient été représentées.

  • 115 M. Kennedy, « The Irish Free State and the League of Nations, 1922-32 : The Wider Implications », I (...)

103C’était faux, bien entendu, mais encore fallait-il du point de vue de Dublin, le démontrer aux autres pays membres de la Société des Nations. Le meilleur moyen serait de faire élire un autre dominion au Conseil : cela constituerait une preuve irréfutable que les dominions y étaient favorables et, par la même occasion, créerait un précédent important pour leur marge de manœuvre sur la scène internationale. Aussi la délégation irlandaise s’attacha-t-elle à persuader le Canada de se présenter au Conseil en 1927, et manœuvra pour que le candidat rival, la Belgique, ne fût pas élu. Le Canada remporta les élections dans le cadre d’une « opération gérée et supervisée par l’État libre », qui dut notamment convaincre les autres délégations que cela ne reviendrait pas à octroyer un second siège au Royaume-Uni115.

  • 116 Cité in N. Hillmer, « The Foreign Ofce », p. 68 : « […] to lead to some incident liable to shake (...)
  • 117 Ibid., p. 71-75.

104Le gouvernement britannique en fut contrarié. Selon un haut fonctionnaire du Foreign Office, tout cela pouvait « mener à un incident de nature à secouer l’unité de l’Empire » si rien n’était fait pour veiller à la bonne conduite des dominions116. Mais comment faire pour restreindre les dominions dans le domaine de leur politique extérieure ? Diverses formulations furent proposées pour concilier leur liberté d’action et l’unité impériale et, au bout d’échanges prolongés entre les différentes capitales, le ministre britannique des Dominions, Leo Amery, parvint à trouver un accord en juin 1929 sur la base d’un texte fort modéré. Il y était précisé que l’appartenance au Commonwealth supposait « coopération » et « consultation » entre membres, définition minimaliste soutenue par Dublin et Ottawa, mais Londres réussit malgré tout à faire inclure dans le texte une référence à « l’unité diplomatique de l’Empire ». Dans les faits, toutefois, ce texte permit à l’Irlande de nommer des représentants à Berlin, au Saint-Siège et à Paris, avec le pouvoir de traiter toute affaire que le gouvernement choisirait de leur confier117.

  • 118 C. Cruise O’Brien, « Ireland in International Affairs », p. 107-108.
  • 119 G. Keown, « Creating an Irish Foreign Policy in the 1920s », p. 32.

105Par ailleurs, le 14 septembre 1929, l’État libre signa un accord par lequel il reconnut sans réserve aucune la juridiction de la Cour internationale de Justice à Genève, alors que le Royaume-Uni et les autres dominions exprimèrent une réserve concernant les différends internes au Commonwealth118. C’est-à-dire que, en cas de différend avec un membre du Commonwealth, y compris le Royaume-Uni, l’Irlande s’arrogeait le droit de procéder de la même manière pour le régler qu’avec tout autre pays étranger. Le but explicite de Dublin était de mettre fin au mythe de l’unité impériale119.

  • 120 M. Kennedy, Ireland and the League of Nations, p. 129-149.

106Lorsque le mandat canadien de trois ans au Conseil de la Société des Nations arriva à son terme en 1930, l’Irlande présenta sa candidature et y fut élue à son tour, grâce en partie au soutien des autres dominions, mais aussi à celui d’autres pays membres120. Cette fois, contrairement aux élections de 1927, ils n’eurent pas besoin d’être rassurés sur l’indépendance du dominion vis-à-vis du représentant britannique. Par la suite, la présidence tournante du Conseil échut à l’Irlande au mois de septembre 1932, offrant ainsi une tribune à Eamon de Valera, qui sut s’en servir à bon escient, démontrant que l’Irlande était bien une voix libre sur la scène internationale.

La souveraineté irlandaise

107Eamon de Valera, chef de file des républicains opposés au Traité angloirlandais (anti-Treaty Sinn Féin), avait connu une traversée du désert entre 1923 et 1926. Suite à la défaite de son camp lors de la guerre civile, il fut emprisonné jusqu’au mois de juillet 1924, perdant ainsi contact avec la situation politique. À sa sortie, il était bel et bien marginalisé, exclu du système politique. Il disposait pourtant d’un soutien certain dans le pays, dans la mesure où il était la figure de proue du mouvement républicain. Il avait la capacité de rassembler les opposants au gouvernement. Mais tant qu’il ne pourrait se résoudre à prêter serment à la Couronne britannique, il s’interdisait toute action parlementaire. Or il lui était difficile de convaincre les irréductibles du Sinn Féin qu’ils pouvaient se déjuger sur l’une des causes principales de la guerre civile. Quant à l’opinion publique irlandaise, elle se désintéressa de ces marginaux dont le discours semblait de moins en moins pertinent au fil des ans.

Le Fianna Fáil

  • 121 S. Lemass, « Fianna Fáil is a slightly constitutional party », in Great Irish Speeches of the Twent (...)

108C’est pourquoi, en 1926, suite à une scission du Sinn Féin sur la question de la participation aux institutions de l’État libre, de Valera tenta de réintégrer l’échiquier politique en fondant le Fianna Fáil, parti républicain « à peu près constitutionnel » selon l’expression célèbre de Seán Lemass (« a slightly constitutional party »)121. Le parti présenta des candidats aux élections, mais ils s’abstinrent de siéger au Parlement pour ne pas avoir à prêter le serment d’allégeance. Officiellement, le Fianna Fáil avait renoncé à la violence ; il conservait toutefois une dimension révolutionnaire par son insistance sur l’importance de mesures radicales, telles l’abolition du serment d’allégeance, la fin des annuités foncières payées à Londres ou encore la mise en place de droits de douane et d’une politique protectionniste, dirigée pour l’essentiel contre les exportations britanniques.

109Pourtant, le programme électoral du Fianna Fáil évoque aussi l’objectif de relations anglo-irlandaises normalisées :

  • 122 Cité in R. Marx, Eamon de Valera, Paris, Beauchesne, 1990, p. 70.

Nous nous efforcerons d’amener les hommes d’État britanniques à comprendre que les intérêts de la Grande-Bretagne, aussi bien que ceux de l’Irlande, seront encore mieux garantis si un accord en bonne et due forme autorise les habitants des deux îles à vivre côte à côte en voisins amicaux, chacun respectant les droits de l’autre et coopérant librement dans les domaines d’intérêt commun122.

110Mais de telles relations n’étaient concevables que dans la mesure où les injustices, notamment celles contenues dans le Traité de 1921, seraient réparées. Le serment d’allégeance, par exemple, était perçu comme incompatible avec des relations normales avec Londres, puisqu’il niait les droits de la nation irlandaise et qu’il avait été imposé par la contrainte.

  • 123 E. O’Halpin, « British Intelligence and Anglo-Irish Relations, 1932-3 », in Irish Foreign Policy, M (...)
  • 124 D. Keogh, « De Valera, the Catholic Church and the “Red Scare”, 1931-1932 », in De Valera and His T (...)

111Ce discours suscita quelques inquiétudes de la part du gouvernement britannique, qui interpréta les intentions de de Valera à l’aune de son passé, marqué notamment par sa participation au soulèvement de 1916 et son opposition au Traité anglo-irlandais123. De plus, lors de la campagne électorale irlandaise de 1932, il fut dénoncé par le Cumann na nGaedheal et de nombreux journaux irlandais comme un bolchevique, un dangereux révolutionnaire124. En janvier 1932, le roi Georges V fit part à John Dulanty, haut commissaire irlandais à Londres, de ses craintes dans l’hypothèse d’une victoire du Fianna Fáil aux élections prévues pour le 16 février. De fait, de Valera obtint une majorité relative au parlement.

  • 125 J.A. Murphy, Ireland in the Twenthieth Century, p. 64-65.

112Ce succès s’explique en grande partie par l’inertie croissante du Cumann na nGaedheal, tant sur le plan social que politique. Les révolutionnaires étaient devenus conservateurs, d’autant plus vite que les principales personnalités parmi les partisans du traité décédèrent prématurément : Arthur Griffith et Michael Collins en 1922, et Kevin O’Higgins en 1927. Sans leur contribution et leur impulsion, le parti perdit sa capacité de rassemblement, il devint de manière de plus en plus nette le parti des classes moyennes125. Or après l’échec de la Commission de démarcation en 1925, la crédibilité du Cumann na nGaedheal en tant que parti nationaliste fut atteinte, et après le krach de 1929, il sembla incapable d’améliorer les conditions de vie de la classe ouvrière, durement touchée par la crise économique. Dans ce contexte, de Valera put se présenter comme une alternative radicale auprès des électeurs, tant sur le plan social que politique, et le 9 mars 1932 il forma un gouvernement minoritaire avec le soutien du Parti travailliste et de trois députés indépendants.

  • 126 D. McMahon, Republicans and Imperialists : Anglo-Irish Relations in the 1930s, New Haven (CT), Yale (...)

113Une cellule de crise fut alors établie à Londres : le Irish Situation Committee (ISC), sous la présidence du Premier ministre, James Ramsay Mac-Donald. Cette commission devait surveiller de près les développements en Irlande et prendre les mesures nécessaires au respect du Traité anglo-irlandais. L’objectif britannique était de préserver le statu quo, mais Londres ne disposait que de peu d’informations précises sur ce qui se passait en Irlande. En effet, il n’y eut pas de représentant britannique en Irlande avant 1939, hormis un commissaire au commerce (« trade commissioner »), William Peters, dont les avis n’avaient guère de poids auprès du Foreign Office126.

  • 127 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 143.

114En fait, Londres se reposait avant tout sur les informations communiquées par des personnes proches de l’opposition irlandaise, le Cumman na nGaedheal, informations qui n’étaient pas toujours de bon aloi. Sur la question des annuités foncières, par exemple, une position dure fut définie par Londres, encouragé en cela par ses interlocuteurs irlandais, dans l’espoir que des mesures à l’encontre de l’économie de l’État libre pourraient fragiliser le nouveau gouvernement et ainsi contribuer à un rapide retour au pouvoir du Cumman na nGaedheal127. Mais cette politique serait désastreuse dès lors que de Valera se maintiendrait au pouvoir, comme ce fut le cas lors des élections anticipées de janvier 1933. Il obtint même une majorité absolue, aidé en cela par l’attitude agressive de Londres qui contribua à renforcer son prestige et sa crédibilité auprès de l’opinion publique irlandaise.

115Dans le même temps, le gouvernement britannique évita soigneusement toute mesure qui eût pu être interprétée par les autres dominions comme visant à forcer l’Irlande hors du Commonwealth. En effet, du point de vue de Londres, le problème irlandais se plaçait dans un contexte plus large que celui des seules relations anglo-irlandaises : il pouvait avoir des répercussions sur l’ensemble de l’Empire. Ces considérations n’affectaient guère de Valera, toutefois, et dès son élection le 16 février 1932, il n’eut de cesse de démanteler l’accord de 1921, ainsi que la Constitution irlandaise de 1922 qui en était fortement inspirée. En particulier, il était résolu à mettre fin au serment d’allégeance, au poste de gouverneur général et au Sénat.

Le serment d’allégeance

  • 128 D. Keogh, « Prole of Joseph Walshe, Secretary, Department of Foreign Affairs, 1922-46 », Irish Stu (...)

116Élu Président du Conseil exécutif le 9 mars 1932, de Valera prit également en charge le portefeuille des Affaires extérieures : cette pratique, courante dans les dominions, était une première dans l’État libre d’Irlande, mais elle avait l’avantage de lui laisser une mainmise totale sur la conduite des relations anglo-irlandaises. Malgré les conseils de modération du secrétaire général du ministère des Affaires extérieures, Joseph Walshe, il procéda aussitôt à une remise en cause du Traité de 1921 sur un mode offensif128. Ainsi, dès le 22 mars, il fit savoir au ministre britannique des Dominions, J.H. Thomas, par l’intermédiaire de John Dulanty, qu’il avait l’intention d’abroger l’article 17 de la constitution de l’État libre, concernant le serment d’allégeance.

  • 129 Cité in A. Mitchell et P. Ó Snodaigh (éd.), Irish Political Documents, 1916-1949, p. 195 : « an int (...)

117La lettre lue par Dulanty à Thomas indiquait que de Valera tenait « naturellement à des relations étroites et cordiales » entre les deux pays, mais que les amendements à la constitution étaient une affaire purement interne ne nécessitant pas l’accord préalable de Londres. Lorsque Thomas fit alors valoir que de Valera remettait en cause un accord formel entre les gouvernements britannique et irlandais, de Valera répliqua que le serment n’était pas obligatoire selon le Traité et que, en outre, c’était le peuple irlandais tout entier, et non seulement le gouvernement, qui considérait le serment comme « un fardeau intolérable, un vestige du moyen âge »129. Il s’appuyait sur le principe de la souveraineté du peuple. De fait, l’article 2 de la Constitution affirmait que tout pouvoir venait de ce peuple : il pouvait donc fort bien l’amender.

  • 130 A. O’Day et J. Stevenson (éd.), Irish Historical Documents since 1800, Dublin, Gill & Macmillan, 19 (...)
  • 131 T.R. Dwyer, De Valera’s Finest Hour, Cork, Mercier, 1982, p. 25-27.

118Le 19 avril, un projet de loi – le Constitution (Removal of the Oath) Bill – fut adopté par le Dáil, mais il fallut attendre le 3 mai 1933 pour qu’il soit promulgué, en raison de l’obstruction du Sénat qui disposait d’un veto suspensif130. Entre-temps, au mois de juin 1932, Thomas se rendit à Dublin en compagnie de Lord Hailsham afin d’obtenir quelques précisions sur les objectifs du nouveau Président du Conseil exécutif irlandais et pour tenter de le ramener à la raison. Ainsi, la présence du ministre britannique de la Guerre visait sans doute à faire réfléchir de Valera aux conséquences de ses décisions. Celui-ci leur expliqua qu’il souhaitait établir une « paix durable et bienveillante » entre les deux pays, mais qu’il fallait d’abord trouver un accord sur les enjeux fondamentaux des relations anglo-irlandaises, à savoir la fin de la partition et la reconnaissance du statut de république de l’Irlande. Ceci, bien entendu, n’était guère envisageable du point de vue de Londres, et les discussions tournèrent court131.

119D’autres visites et négociations s’ensuivirent, mais sans résultat non plus. Lorsque de Valera suspendit le paiement des annuités foncières, prévues par le Traité anglo-irlandais, le 1er juillet 1932, il rajouta une dimension supplémentaire au contentieux entre les deux pays. Une Conférence financière fut tenue à Londres les 14 et 15 octobre 1932, afin d’y trouver une solution. De Valera s’y rendit ainsi à la tête d’une délégation importante, pour s’entretenir avec J.H. Thomas, Neville Chamberlain, Lord Hailsham, Sir John Simon et Sir Thomas Inskip (le Premier ministre, James Ramsay Mac-Donald, était souffrant). Mais ce sommet ne permit pas de trouver de terrain d’entente.

  • 132 J.H. Thomas, My Story, Londres, Hutchinson, 1937, p. 184-185.
  • 133 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 129-130.

120Il fut alors envisagé de recourir à un arbitrage extérieur. Ainsi, la possibilité de soumettre les différends anglo-irlandais à la juridiction d’un tribunal international fut évoquée, mais il ne fut pas possible là non plus d’arriver à un accord132. En effet, Thomas insista pour que ce fût un tribunal du Commonwealth, tandis que de Valera préférait un tribunal international impartial, en partie parce que la Commission de démarcation avait montré les limites de la confiance que les Irlandais pouvaient placer en une instance du Commonwealth133. Au bout du compte, cette possibilité fut abandonnée aussi, aucun compromis n’ayant été atteint.

  • 134 N. Mansergh, « Ireland : External Affairs », p. 131-132.

121En fait, un désaccord fondamental opposait les deux hommes : de Valera voulait que Londres accède aux demandes légitimes d’un État souverain, tandis que Thomas tenait au contraire à ce que Dublin se comporte de manière conforme au « partenariat loyal » devant exister entre un dominion et le Royaume-Uni134. Mais peut-on imposer par la contrainte un tel état d’esprit ?

  • 135 E. de Valera, « An empty political formula », in Great Irish Speeches of the Twentieth Century, p. (...)
  • 136 Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 276-277.

122Le serment d’allégeance cristallisait ces divergences profondes, d’autant plus que de Valera en avait fait un enjeu majeur sur le plan personnel par diverses prises de position lors de sa carrière politique. Il avait invoqué ce serment en 1922 pour justifier son refus du traité, précipitant ainsi la guerre civile, et jusqu’en 1926 il avait refusé de siéger au parlement irlandais pour la même raison. Après son élection en 1927, ses explications sur sa volte-face lorsqu’il prêta serment n’avaient jamais été très convaincantes135. Il lui paraissait urgent de l’abolir afin d’asseoir sa crédibilité, et l’abolition du serment constituait d’ailleurs l’un des engagements majeurs de son programme électoral de 1932. En outre, elle lui avait permis de remporter les suffrages de nombreux républicains radicaux, et il ne pouvait revenir sur sa position136.

  • 137 N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs…, p. 31.

123Mais pour Londres, ce serment était essentiel, dans la mesure où il incarnait l’allégeance à la Couronne, fondation même du Commonwealth depuis le Statut de Westminster de 1931137. Cependant, Londres ne put rien faire pour empêcher qu’il fût aboli, sinon prendre des mesures de représailles économiques en imposant des droits de douane sur les exportations irlandaises. Ces mesures, qui constituaient également une réponse à la suspension du paiement des annuités foncières par de Valera, provoquèrent le début de la guerre douanière, conflit politico-économique qui fut la toile de fond des relations anglo-irlandaises jusqu’en 1938.

124Les difficultés entre Londres et Dublin provenaient en partie du fait que le Traité anglo-irlandais de 1921 et le Statut de Westminster de 1931 n’étaient pas entièrement compatibles sur le plan constitutionnel. Leur coexistence créait un certain flou juridique et tandis que le gouvernement britannique s’attachait à faire respecter le Traité à tout prix, le gouvernement irlandais essayait pour sa part d’exploiter toutes les possibilités offertes par le statut de 1931 pour modifier les termes du Traité.

125D’ailleurs, lorsque la loi fut promulguée le 3 mai 1933, le ministre des Dominions, J.H. Thomas, fit une déclaration le lendemain à la Chambre des communes :

  • 138 Cité in N. Mansergh, Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs, 1931-1952 (vol. I), Lo (...)

Le gouvernement de Sa Majesté au Royaume-Uni considère que la promulgation du projet de loi n’affectera pas le devoir d’allégeance au Roi, pas plus qu’elle n’équivaut à un acte de sécession. Sur le plan juridique, l’allégeance des députés du Parlement de l’État libre d’Irlande ne dépend pas du serment que le Traité et la Constitution requièrent qu’ils prêtent : ne pas prêter ce serment n’est donc pas en soi un refus d’allégeance. Ceci ne change rien au fait que du point de vue du gouvernement britannique l’abrogation du serment est une violation du Traité138.

126En d’autres termes, il affirma que l’abrogation du serment constituait bien une violation du Traité, mais qu’elle ne remettait pas en cause l’allégeance à la Couronne pour autant, pas plus qu’elle ne constituait une sécession du Commonwealth : c’était reconnaître l’autonomie législative du parlement irlandais, conformément au Statut de Westminter.

127Dans le même registre, un autre article du Traité de 1921 méritait d’être amendé aux yeux de de Valera, celui concernant le poste de gouverneur général, représentant de la Couronne britannique en Irlande.

Le gouverneur général

  • 139 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 275.

128Les relations entre le nouveau gouvernement irlandais et le gouverneur général, James MacNeill, se détériorèrent rapidement malgré quelques précautions initiales prises de part et d’autre. Ainsi, MacNeill, qui était conscient de l’aversion de de Valera pour son poste et tout ce qu’il représentait, prit la peine d’aller lui-même au Parlement à l’occasion de l’élection de de Valera à la Présidence du Conseil exécutif, le 9 mars 1932, lui évitant ainsi de devoir se rendre à la résidence royale (Viceregal Lodge)139. Ce geste ne suffit pas pourtant à réconcilier le nouveau gouvernement au représentant de la Couronne britannique, et de Valera fit savoir à MacNeill qu’il serait bon de faire preuve de tact dans ses relations avec le gouvernement. Par exemple, il lui fut indiqué qu’il serait inopportun d’inviter les ministres à ses réceptions officielles.

129Mais le 23 avril 1932, lors d’une soirée à la légation française, deux ministres irlandais, Seán T.O’Kelly et Frank Aiken, partirent dès l’arrivée du gouverneur général et de sa femme. L’incident fut ensuite rapporté par le Irish Press, organe de presse fondé et contrôlé par de Valera. MacNeill, s’estimant insulté, demanda des excuses dans une lettre adressée à de Valera. Celui-ci tenta de dédramatiser l’affaire sans toutefois présenter d’excuses. Il indiqua que si MacNeill fournissait les détails de son emploi du temps, ce genre d’incident ne se reproduirait pas ; en d’autres termes, les ministres pourraient l’éviter…

  • 140 D. McMahon, Republicans and Imperialists : Anglo-Irish Relations in the 1930s, p. 64.

130En juin 1932, lors du Congrès eucharistique international organisé à Dublin, d’autres désaccords, relevant de questions de protocole, donnèrent encore lieu à un vif échange entre les deux hommes140. MacNeill rédigea une lettre le 7 juillet, où il détailla tous les incidents qui avaient émaillé ses relations avec le gouvernement depuis les élections législatives de février. Il menaça de la publier s’il ne recevait pas d’excuses de la part de de Valera et de certains ministres sous trois jours. Ceux-ci refusèrent, et de Valera interdit de manière formelle à MacNeill de publier leur correspondance, qui était d’ordre privé. Il prit aussi des dispositions pour en censurer toute publication dans la presse irlandaise. Mais MacNeill transmit la lettre à la presse britannique, largement lue en Irlande, provoquant une crise politique et constitutionnelle. En effet, le gouverneur général était tenu d’agir selon les recommandations du gouvernement, et MacNeill venait de désobéir à une recommandation on ne peut plus explicite.

  • 141 R. Marx, « La monarchie et le problème irlandais, 1912-1937 », Revue française de civilisation brit (...)

131De Valera décida alors de se débarrasser de James MacNeill et le 9 septembre, il demanda à Londres de mettre fin à ses fonctions, sans toutefois proposer de justification ou de successeur. Georges V, fort jaloux de sa prérogative de nommer les gouverneurs généraux, voulut obtenir des explications au sujet de cette décision inhabituelle. Ce fut en effet la première fois qu’un gouverneur général allait être démis de ses fonctions de la sorte. Mais de Valera refusa de se justifier et Londres dut alors reconnaître son droit d’agir ainsi. Un compromis fut toutefois trouvé au bout du compte, puisque MacNeill put présenter sa démission au roi, lors d’un entretien au Palais de Buckingham, plutôt que d’être démis de ses fonctions141.

132Mais le Irish Situation Committee craignit alors que de Valera ne se proposât lui-même comme successeur, ou encore pire qu’il proposât un individu manifestement inadapté au poste, telle une femme de ménage ! Depuis 1930, les gouvernements des dominions avaient le droit de choisir eux-mêmes leur gouverneur général, sous réserve toutefois que le roi validât leur choix. En l’occurrence, lorsque de Valera soumit sa propre candidature, le ISC fit savoir au roi qu’il fallait refuser, les deux postes ne pouvant être cumulés par une même personne selon la Constitution irlandaise.

  • 142 D. McMahon, Republicans and Imperialists : Anglo-Irish Relations in the 1930s, p. 96.

133Ensuite, Dublin proposa que le Président de la Haute Cour de Justice (Chief Justice) devienne gouverneur général es-qualité, sans avoir à prêter serment. En effet, la Constitution prévoyait que, en cas de décès ou d’incapacité du gouverneur général, le Chief Justice soit automatiquement investi de ses prérogatives afin d’assurer la continuité de l’État. Mais là aussi, le gouvernement britannique opposa une fin de non-recevoir, arguant qu’une disposition temporaire ne pouvait constituer un arrangement définitif. En particulier, si le Chief Justice pouvait donner l’assentiment royal, Londres voulait garder un droit de regard sur toute dissolution du parlement. D’ailleurs, le Chief Justice, Hugh Kennedy, était hostile à cette solution proposée par de Valera, en partie pour cette raison. Il avait participé à la rédaction de la Constitution de 1922 et voyait d’un mauvais œil les manœuvres de de Valera142.

134Suite à ce refus, le gouvernement irlandais suggéra alors qu’une commission réunissant le Président du Conseil exécutif, le Président de l’Assemblée (Ceann Comhairle) et le Président du Sénat, remplisse les fonctions du représentant de la Couronne. Encore une fois, l’idée était d’associer le poste de gouverneur général à un poste de l’État irlandais, première étape vers sa disparition pure et simple. Londres s’y opposa donc, tenant à bien dissocier la personne nommée gouverneur général de tout officiel de l’État irlandais, et insistant à nouveau pour que le nouveau gouverneur prête serment.

  • 143 R. Marx, « La monarchie et le problème irlandais, 1912-1937 », Revue française de civilisation brit (...)

135En décembre 1932, pressé par la nécessité de pouvoir promulguer des lois, Dublin somma le roi de choisir entre le Chief Justice et « Daniel Richard Buckley, Esquire ». C’est ce dernier qui fut retenu par Londres, même si son passé républicain et son ancienne profession de boutiquier ne correspondaient guère à l’idée que le roi Georges V se faisait de ses gouverneurs généraux143. La carrière du futur gouverneur général fut marquée en effet par un fort engagement républicain : participant au soulèvement de 1916, député Sinn Féin de 1918 à 1922, et candidat malheureux du Fianna Fáil aux élections législatives de 1932, Donal Buckley était en outre un gaélophone militant qui tenait beaucoup à la version gaélique de son nom, Domhuall Ó Buachalla. C’est d’ailleurs ainsi qu’il signait tous les documents officiels, au grand dam de Londres.

136Ó Buachalla fut peu enclin à accepter ce poste aux antipodes de ses convictions politiques, mais il se laissa persuader par de Valera. Une fois nommé, il fit tout son possible pour minimiser les fonctions du gouverneur général. Il n’écrivit jamais au roi de lui-même par exemple, se contentant de réponses brèves mais courtoises aux lettres de celui-ci. Il ne quitta jamais l’État libre pour se rendre en Grande-Bretagne et rencontrer celui dont il était pourtant le représentant. Il accepta un salaire modeste, diminua le train de vie du gouverneur général et mena une vie de reclus, dans une petite maison située dans la banlieue de Dublin, au lieu de loger dans la résidence royale. Il évita aussi d’assister aux cérémonies officielles et de participer à la vie sociale des cercles politiques, diplomatiques et gouvernementaux.

137En 1933, le gouvernement irlandais abolit le droit du gouverneur général de refuser l’assentiment royal à un projet de loi approuvé par le parlement. Enfin, en 1936, Ó Buachalla donna son aval aux deux projets de lois passés lors de la crise de l’abdication de Édouard VIII, mettant fin par la même occasion à ses fonctions. Toutefois, il fallut attendre qu’une nouvelle constitution fût promulguée en 1937 pour que le poste de gouverneur général fût officiellement aboli.

Le Conseil privé et le Sénat

  • 144 N. Mansergh, « Ireland : External Affairs », p. 132-133.
  • 145 Cité in N. Mansergh, Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs (vol. I), p. 314 : « th (...)

138En novembre 1933, six mois après le Canada, l’Irlande abrogea le droit d’appel auprès de la Commission de justice (Judicial Committee) du Conseil privé (Privy Council), établissant ainsi la Cour suprême de l’Irlande comme dernière instance juridique de l’État libre. Cette mesure, que le gouvernement précédent avait déjà tenté de prendre avant d’en être empêché par les échéances électorales, déclencha une vive polémique à Londres. En effet, l’article 2 de la loi sur la Constitution de 1922 prévoyait que toute loi contraire aux dispositions du Traité de 1921 était nulle et non avenue ; or, selon Londres, la suprématie de la Commission de justice britannique était une clause implicite du Traité. Mais comme le Statut de Westminster avait accordé aux parlements des dominions une totale autonomie législative, ils pouvaient donc abroger ce droit d’appel. Le résultat en fut une controverse légale. De manière paradoxale, alors que les tribunaux irlandais estimèrent jusqu’en 1934 que le gouvernement de de Valera outrepassait ses droits en modifiant la Constitution, le Conseil privé britannique conclut pour sa part en 1935 qu’il était bien dans son droit d’agir ainsi144. En conclusion du rapport, le Conseil résuma son jugement en affirmant que « le Statut de Westminster donna à l’État libre d’Irlande le pouvoir d’abroger le Traité »145. L’Irlande put donc obtenir son indépendance juridique.

139Le Sénat (Seanad Éireann) de l’État libre était une autre institution prévue par la Constitution de 1922 que de Valera voulait abolir. En effet, le premier Dáil (Assemblée) de 1919 était unicaméral : dans la tradition républicaine, le peuple est souverain, et une assemblée représentative du peuple est suffisante pour remplir les fonctions législatives. Mais la Constitution de 1922 établit un sénat, à l’insistance de Londres, afin notamment de protéger les droits de la minorité protestante de l’État libre. Cette instance pouvait retarder un projet de loi pendant 270 jours. Cependant, les tentatives du Sénat de prévenir certaines mesures votées par la chambre basse l’exposèrent à l’accusation d’être une institution anti-irlandaise et conservatrice, voire antidémocratique.

  • 146 D. McMahon, « Senate », in The Oxford Companion to Irish History, S.J. Connolly (éd.), Oxford, Oxfo (...)

140Cette instance était composée de soixante sénateurs, dont trente devaient être élus par tous les citoyens de plus de trente ans et trente autres nommés par le Président du Conseil exécutif. Par la suite, les modalités électorales furent changées par le gouvernement Cumann na nGaedheal, le mandat des sénateurs élus passant de douze à neuf ans, avec un renouvellement par tiers tous les trois ans. Enfin, en 1928, ces sénateurs ne furent plus élus au suffrage direct, mais par les députés et sénateurs146. La chambre perdait ainsi sa légitimité démocratique et, du même coup, elle perdait aussi de son pouvoir vis-à-vis de la chambre basse. C’est pourquoi le Fianna Fáil appuya cette réforme même si sa préférence allait à l’abolition pure et simple.

  • 147 F.S.L. Lyons, Ireland Since the Famine, p. 473-474.

141Quant aux sénateurs non-élus, Cosgrave en nomma seize sur trente qui appartenaient à la tradition unioniste, dans l’esprit du Traité de 1921147. En soi, cela suffisait pour rendre la chambre peu représentative de la population dans son ensemble. En outre, le projet de loi destiné à abolir le serment d’allégeance à la Couronne britannique ne put être promulgué que le 3 mai 1933, soit plus d’un an après son introduction au parlement, en raison du veto suspensif exercé par le Sénat.

142En mai 1936, le Sénat fut donc aboli et le parlement irlandais devint une assemblée unicamérale. Cette mesure, assez peu commentée – elle ne semble pas avoir suscité de réaction particulière de la part de Londres –, devait toutefois s’avérer fort importante sept mois plus tard lors de la crise provoquée par l’abdication du nouveau monarque britannique, Édouard VIII.

L’abdication de 1936

  • 148 M. Charlot, « The Abdication Crisis », in The Monarchy in Britain in the Twentieth Century, M. Char (...)

143En effet, une étape cruciale du démantèlement du Traité de 1921 eut lieu lors de cette crise, provoquée par la décision du roi d’épouser une roturière divorcée, Wallis Simpson. Cette décision n’étant pas compatible avec le statut de chef de l’Église anglicane, le Premier ministre britannique, Stanley Baldwin, envisagea trois possibilités pour faire face à la crise, qui furent communiquées à de Valera : le roi pouvait ne pas épouser Wallis Simpson, il pouvait l’épouser dans le cadre d’un mariage morganatique, ou il pouvait abdiquer. Le Premier ministre britannique préférait la première possibilité, mais le roi était résolu à se marier. Baldwin opta alors pour la troisième solution et convainquit les autres dominions de se prononcer contre la possibilité d’un mariage148.

  • 149 R. Marx, Eamon de Valera, p. 73.
  • 150 M. MacDonald, Titans and Others, Londres, Collins, 1972, p. 67-69.

144De Valera fut informé des événements relatifs à l’abdication de Édouard VIII par Sir Harry Batterbee, haut fonctionnaire du ministère des Dominions, qui se rendit à Dublin le 29 novembre. En vertu du Statut de Westminster, les dominions devaient en effet être consultés à propos de toute modification de la succession au trône. Mais alors que la situation prenait une tournure fort sérieuse en Grande-Bretagne, de Valera ne semblait guère se soucier de ces problèmes dynastiques. Son attitude à l’égard du roi fut plutôt détachée, voire bienveillante : puisque le divorce était autorisé en Grande-Bretagne, pourquoi ne pas laisser le monarque épouser Wallis Simpson ?149 Il indiqua par ailleurs que le gouvernement irlandais n’avait pas à statuer sur la monarchie britannique, surtout s’il s’agissait de reconnaître de manière formelle, constitutionnelle la Couronne britannique150.

  • 151 The Guardian, 30 janvier 2003.

145En fait, de Valera tentait de marchander sa coopération : en contrepartie, il souhaitait que Londres prît position en faveur de la réunification de l’Irlande151. Ces échanges n’aboutissant pas, Londres eut peur que Dublin refusât alors de reconnaître le nouveau monarque, aggravant ainsi la crise constitutionnelle. Le gouvernement britannique pressa donc de Valera, lui faisant savoir que, faute de législation appropriée, Édouard VIII demeurerait roi de l’État libre pendant que son frère, Georges VI, accéderait au trône britannique. Ceci eût pu résulter en une situation paradoxale, l’État libre devenant une monarchie totalement indépendante du Royaume-Uni sur le plan constitutionnel, avec Wallis Simpson comme reine.

146Aussi de Valera réunit-il de manière exceptionnelle son Conseil des ministres le 10 décembre et, le lendemain, le Parlement. Depuis l’abolition du Sénat, le gouvernement pouvait légiférer rapidement, et deux lois furent donc passées, l’une, le 11 décembre, supprimant toute référence au roi et au gouverneur général dans la Constitution, l’autre, le 12 décembre, établissant la souveraineté de l’Irlande en matière de politique extérieure. L’Irlande devint ainsi une république dans les faits, même si sur le plan formel les représentants diplomatiques continuèrent à être accrédités auprès du monarque britannique selon les dispositions de l’article 3 du External Relations

  • 152 R. Fanning, « M. de Valera Drafts a Constitution », in De Valera’s Constitution and Ours, p. 36-37.

147Act152 :

  • 153 Cité in R. Marx, « La monarchie et le problème irlandais », p. 44 : « So long as Saorstat Éireann i (...)

Aussi longtemps que l’État libre d’Irlande sera associé aux nations suivantes, à savoir l’Australie, le Canada, la Grande-Bretagne, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud, et aussi longtemps que le roi reconnu par ces nations comme le symbole de leur coopération continuera à agir au nom de chacune de ces nations (sur le conseil des gouvernements respectifs) dans le but d’accréditer des représentants diplomatiques et consulaires et de signer des accords internationaux, le roi ainsi reconnu pourra, et y est autorisé par la présente loi, agir au nom de l’État libre d’Irlande dans les mêmes buts selon et quand le Conseil exécutif lui demandera de le faire153.

  • 154 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 293-294.

148Ce lien ténu avec la Couronne avait trois raisons. D’une part, cela permettait de ne mettre ni les représentants irlandais à l’étranger, ni les partenaires diplomatiques de l’État libre dans une position constitutionnelle ambiguë. En effet, avec cette loi, leur accréditation demeurait valable, ce qui évitait à Washington, par exemple, d’être confronté à la nécessité de devoir choisir entre maintenir des relations diplomatiques avec Dublin et avec Londres154. De fait, le gouvernement britannique n’aurait pu accepter la présence dans la capitale américaine d’un représentant irlandais dont l’accréditation revenait à nier soit le Commonwealth soit la participation de l’Irlande à cette organisation.

  • 155 Dáil Debates, vol. CVII col. 91 (20 juin 1947).

149D’autre part, la loi sur les relations extérieures permettait de maintenir un lien avec le Commonwealth, et donc avec l’Irlande du Nord155. La probabilité d’une réunification de l’Irlande n’en fut pas renforcée pour autant, mais l’on comprend que la décision de couper ce dernier lien et de mettre ainsi fin à toute perspective de solution concernant la partition ait suscité des réticences.

150Enfin, l’impact de la guerre douanière avec le Royaume-Uni sur l’économie irlandaise avait été quelque peu atténué par un accord commercial en 1935, qu’une mesure trop radicale aurait pu remettre en cause. Même cette loi assez modérée créa une situation constitutionnelle délicate, les ministres britanniques n’étant pas sûrs qu’elle fût réellement compatible avec le statut de dominion. Une rupture totale aurait a fortiori eu des conséquences sérieuses.

  • 156 N. Mansergh, Britain and Ireland, Londres, Longmans, Green & Co, 1943, p. 80.

151Les mesures prises par de Valera illustrent le contraste entre son approche des relations anglo-irlandaises et celle de ses prédécesseurs. Alors que les gouvernements précédents avaient tenté, et avec succès, d’obtenir davantage d’indépendance pour l’Irlande par la concertation et par des accords avec Londres, de Valera procéda par dénonciation unilatérale. Ce changement, dû en grande partie à des conceptions antagonistes du Traité anglo-irlandais, fut facilité par le Statut de Westminster qui priva le gouvernement britannique de base solide pour s’y opposer. Londres ne put faire grand-chose sinon exprimer son désaccord, mais de Valera était sans doute satisfait en son for intérieur de ces protestations puisqu’elles renforcèrent sa position auprès de l’électorat irlandais156.

152En fait, ces deux approches reflètent la division des nationalistes irlandais en 1921-1922. Michael Collins et Arthur Griffith étaient parti d’un constat pragmatique, à savoir qu’il fallait négocier avec Londres pour obtenir une mesure d’indépendance, même limitée, dans un premier temps ; cet accord pourrait ensuite servir de tremplin pour des concessions ultérieures. De Valera, lui, partait du postulat du droit inaliénable de l’Irlande à un État souverain et considérait de ce fait que tout accord contraire à ce droit était révocable de manière unilatérale. Son approche fut manifeste dans l’adoption d’une nouvelle constitution en 1937, à la place de celle imposée par Londres en 1922.

La Constitution de 1937

  • 157 E. de Valera, Dáil Debates, vol. LXIV, col. 1275-1281 (11 décembre 1936).
  • 158 E. Gaudin, « La Constitution de 1937 et les directives sociales », L’Irlande politique et sociale, (...)

153Une nouvelle constitution était souhaitable pour deux raisons principales du point de vue de de Valera. D’une part, la Constitution de 1922 avait été amendée si souvent qu’elle manquait de cohérence et d’unité. Ce n’était plus un document très présentable ou efficace157. D’autre part, cette Constitution avait été imposée par Londres, en vertu du Traité anglo-irlandais, et de Valera tenait à ce qu’un document purement irlandais fût donné à son pays. Ce serait l’aboutissement, « la pièce maîtresse de toute sa politique » depuis 1932158. Enfin, elle avait été la cause de la guerre civile irlandaise, et son remplacement lui permettrait de justifier son rôle controversé pendant cette guerre.

  • 159 R. Fanning, « M. de Valera Drafts a Constitution », p. 39-40.

154Le 10 juin 1936, John Dulanty, haut commissaire irlandais à Londres, informa donc MacDonald, ministre des Dominions, du projet d’une nouvelle constitution pour l’Irlande. L’année suivante, après l’accord du Parlement le 14 juin, de Valera soumit cette Constitution, Bunreacht na hÉireann, qui était en grande partie son œuvre personnelle, au peuple irlandais159. Le référendum eut lieu le 1er juillet, le même jour que les élections législatives. Une majorité de 57 % se prononça en sa faveur, proportion nettement supérieure à celle qui vota pour le Fianna Fáil, de l’ordre de 45 %. Ceci indique un soutien assez largement répandu pour la constitution, dépassant les clivages politiques. La proportion de « non », qui ne fut pas négligeable pour autant, s’explique sans doute en partie par la déception de nombreux Irlandais qui espéraient qu’une république à part entière fût proclamée. En effet, si le chef de l’État était désormais un président élu au suffrage universel et si l’Irlande devint souveraine dans la conduite de ses relations extérieures, il n’y était nulle part fait mention du statut politique de l’État irlandais : le mot de « république » fut soigneusement évité.

  • 160 Bunreacht na hÉireann,[1937], Dublin, Stationery Ofce, 1990, p. 6 : « Ireland is a sovereign, inde (...)
  • 161 P. Arthur, Special Relationships : Britain, Ireland and the Northern Ireland Problem, Belfast, Blac (...)

155Pourtant, ce texte était déjà très radical du point de vue Londres. Ainsi, l’article 5 déclare que l’Irlande est « un État souverain, indépendant et démocratique »160. Paul Arthur a souligné les quatre aspects de la constitution qui posèrent problème dans le cadre des relations anglo-irlandaises161. Le texte est explicitement catholique, gaélique et nationaliste, et il repose sur une tradition constitutionnelle très différente de la tradition britannique, puisqu’il est plus proche de la tradition américaine en particulier. Ceci n’était pas fait pour faciliter la compréhension britannique de la situation et suscita certaines inquiétudes à Londres. Le Irish Situation Committee, réuni le 9 juin pour étudier ce document, fut pourtant soulagé au bout du compte :

  • 162 Cité in N. Mansergh, « Ireland : External Affairs », p. 135 : « as not effecting a fundamental alte (...)

156si la Constitution ne comportait aucune référence à la Couronne britannique ou au Commonwealth, il n’y avait pas non plus de référence explicite à une république. Londres pouvait donc agir comme si de rien n’était et considérer que l’Irlande faisait toujours partie du Commonwealth. Après consultation avec les dominions, le gouvernement britannique fit part de sa décision d’interpréter la nouvelle Constitution irlandaise comme « n’amenant pas de modification majeure du statut de l’État libre d’Irlande en tant que membre du Commonwealth britannique des nations »162.

  • 163 Dáil Debates, vol. LXIV, col. 1279-1280 (11 décembre 1936).

157Cependant, à partir de 1937, le statut de l’Irlande vis-à-vis du Commonwealth devint très ambigu dans les faits : en était-elle membre ou non ? De Valera n’avait pas déclaré officiellement que l’Irlande était une république, afin de préserver un lien, ténu certes, avec l’Irlande du Nord, à savoir la loi de 1936 sur les relations extérieures. Mais cette loi pouvait être abrogée à n’importe quel moment par le Parlement, comme de Valera ne manqua pas de le signaler163. En outre, le gouvernement pouvait fort bien décider de ne pas faire appel au monarque pour signer les lettres d’accréditation de diplomates irlandais envoyés auprès d’autres pays ou pour reconnaître les nouveaux diplomates envoyés à Dublin. Il ne se priva pas de cette possibilité d’ailleurs en 1947 et 1948, lorsque Dublin et Buenos Aires inaugurèrent des relations diplomatiques : à la demande de Seán MacBride, ministre des Affaires étrangères, le Président Peron adressa la lettre d’accréditation du ministre argentin au Président Seán T. O’Kelly, tout comme celle du ministre irlandais avait été signée par le chef de l’État irlandais.

  • 164 N. Mansergh, Nationalism and Independence, p. 176.
  • 165 Cité in M. Moynihan (éd.), Speeches and Statements by Eamon de Valera, p. 480 : « an independent re (...)

158Enfin, de Valera se singularisa par son absence à la Conférence impériale de 1937, ce qui constitua une atteinte sérieuse à l’institution centrale du Commonwealth. Il avait déjà refusé de se rendre à Londres pour le jubilé de Georges V en 1935 et pour le sacre de Georges VI en 1937, et par la suite l’Irlande ne participa à aucune conférence impériale de manière officielle, ou du moins ni aux commissions principales ni aux réunions plénières164. En fait, de Valera avait conçu la Constitution sur mesure pour « une république indépendante, associée dans le domaine de sa politique extérieure aux États du Commonwealth britannique » 165– en somme, c’était la fameuse idée de l’association externe, déjà avancée en 1921, revue au goût du jour. Ainsi, en 1946, de Valera reconnut devant le Parlement que l’Irlande était bien, selon tous les dictionnaires, une république.

  • 166 E. O’Halpin, Defending Ireland, Oxford, Oxford University Press, 1999, p. 130.

159Du côté du gouvernement britannique, toutefois, ce développement fut considéré comme compatible avec l’appartenance au Commonwealth. En d’autres termes, de Valera avait donné à l’Irlande la souveraineté d’une république indépendante mais Londres décida que cela ne gênait pas ses relations avec le Commonwealth. La réserve de de Valera sur le plan de la terminologie permit donc au gouvernement britannique d’éviter toute crise majeure au sein du Commonwealth. Quant aux articles 2 et 3, qui revendiquaient le nord comme partie intégrante du territoire national, ils paraissaient tellement incongrus qu’ils n’affectèrent guère les relations irlando-britanniques avant la Seconde Guerre mondiale166.

160Suite à la promulgation de la nouvelle Constitution en 1937, le démantèlement du Traité anglo-irlandais était donc presque complet du point de vue d’Eamon de Valera. Il restait une entrave pourtant à la souveraineté irlandaise, entrave qui ne pouvait être défaite de manière unilatérale par Dublin : il s’agissait des trois ports irlandais demeurés sous contrôle britannique, Cobh, Berehaven et Lough Swilly.

La neutralité irlandaise

  • 167 R. Fisk, In Time of War : Ireland, Ulster and the Price of Neutrality, 1939-1945, Londres, Paladin, (...)

161Le 25 avril 1938, une dernière disposition du Traité de 1921 fut annulée par l’Accord anglo-irlandais, qui mit fin à la guerre douanière menée de part et d’autre depuis l’arrivée au pouvoir de de Valera en 1932. À cette occasion, les trois bases navales mentionnées dans l’article 7 du Traité anglo-irlandais furent restituées sans condition à l’Irlande par le gouvernement britannique167.

  • 168 Bunreacht na hÉireann, p. 86 : « War shall not be declared and the State shall not participate in a (...)
  • 169 P. Keatinge, A Singular Stance, p. 145-146.
  • 170 E. de Valera, « The ports are handed over unconditionally », in Great Irish Speeches of the Twentie (...)

162Cet accord était essentiel du point de vue de Dublin, car il permettait à l’Irlande de décider elle-même de sa position en cas de conflit. En effet, l’article 28 de la Constitution irlandaise, qui affirme que « la guerre ne sera pas déclarée et l’État ne participera à aucune guerre sans l’accord du Parlement [Dáil Éireann] », serait restée lettre morte sans le contrôle de ces ports168. Les articles 2 et 5 de la Convention V de La Haye de 1907, qui définit les conditions de la neutralité, stipulent qu’un État neutre ne peut autoriser la présence ou le passage de troupes belligérantes sur son territoire169. En d’autres termes, avant 1938, l’Irlande eût automatiquement été considérée comme alliée du Royaume-Uni en cas d’hostilités, s’exposant ainsi à être attaquée dès que le parlement de Westminster choisirait de déclarer la guerre170. C’était une limite majeure à la liberté d’action du gouvernement irlandais dans le domaine de ses relations extérieures, et elle était d’autant plus importante que le contexte international de la fin des années trente était fort tendu et que la guerre menaçait d’embraser à nouveau le continent. De Valera fut donc intransigeant sur cette question lors de ses négociations avec Londres.

Considérations stratégiques

  • 171 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 193.
  • 172 N. Mansergh, Britain and Ireland, p. 90.

163Du point de vue du gouvernement britannique, ces ports avaient été fort utiles lors de la Première Guerre mondiale, lorsque les sous-marins allemands avaient failli étrangler le pays en coupant ses lignes de communication et de ravitaillement. Mais le manque d’investissements pendant l’entre-deux-guerres fit qu’en 1938 ils n’étaient plus guère adaptés aux besoins d’une flotte moderne, à l’image de nombreuses bases navales sur le territoire britannique d’ailleurs. D’importants travaux d’aménagement étaient nécessaires pour les remettre en état : l’état-major britannique évalua leur coût à £ 747000, à quoi il fallait ajouter un budget d’entretien annuel de £230000171. En 1928, Londres avait déjà demandé à Dublin de prendre en charge ces travaux, mais le gouvernement de Cosgrave avait refusé en raison du coût justement172.

164Leur valeur militaire était donc amoindrie tant que ces travaux ne seraient pas faits, et d’un point de vue stratégique ils devenaient même quelque peu encombrants puisque, en raison des fortes tensions entre les deux pays, il était nécessaire de pourvoir à leur défense contre une éventuelle attaque irlandaise. Il fallait donc à la fois les rénover et assurer leur protection pour qu’elles soient utilisables. Cela supposait un accord avec Dublin toutefois, et Malcolm MacDonald, ministre des Dominions, contacta de Valera à cette fin. Il cherchait aussi à régler les différends financiers entre les deux pays.

165Pour définir sa position sur les bases navales, le gouvernement britannique nomma une sous-commission de l’état-major pour étudier la question. Dans un rapport publié le 23 juillet 1937, la sous-commission envisagea trois possibilités. Tout d’abord, les bases navales pouvaient être restituées à l’Irlande dans le cadre d’un accord anglo-irlandais de défense mutuelle. Cette possibilité, préférable selon l’état-major, fut cependant écartée par Eamon de Valera en raison de la partition : il refusa catégoriquement tout pacte militaire avec Londres tant que l’Irlande serait divisée.

  • 173 Cité in T.R. Dwyer, De Valera’s Finest Hour, p. 87 : « a series of Gibraltars scattered round the I (...)

166Il y avait alors une seconde possibilité, consistant à conserver les ports en vertu du Traité de 1921, sans contrepartie ou concession aucune à l’Irlande. Toutefois, elle présentait un inconvénient majeur, celui de contribuer à une dégradation des relations anglo-irlandaises, avec le risque que Londres pourrait être amené à assumer la défense de « toute une série de Gibraltar éparpillés le long de la côte irlandaise », selon les termes de l’état-major, perspective peu attrayante173.

167En effet, c’eût été une multiplication inutile des fronts et des difficultés en temps de guerre, dans la mesure où il eût été nécessaire de placer une division entière ainsi que des batteries de DCA dans chaque port, pour les défendre contre une attaque éventuelle menée soit par l’Armée irlandaise, soit par l’IRA : en 1934, l’Armée républicaine irlandaise avait publié un communiqué où elle déclara que ces ports, en cas de conflit européen, seraient son premier objectif militaire. En outre, la possibilité d’une attaque serait accrue par la décision même de conserver les ports de manière unilatérale. Une telle décision serait donc préjudiciable aux relations anglo-irlandaises qui s’étaient quelque peu améliorées depuis l’arrivée de Malcolm MacDonald au ministère des Dominions en 1935. Les gains stratégiques sur le plan maritime seraient largement annulés par le prix à payer pour défendre les ports. L’état-major indiqua clairement que cette possibilité n’était guère souhaitable.

  • 174 D. McMahon, « Senate », p. 189-190.

168Il restait donc une dernière possibilité, consistant à restituer les ports à Dublin dans le cadre d’un accord général sur les droits de douane, qui permettrait d’améliorer les relations anglo-irlandaises. Mais cet accord devrait prévoir que, en temps de guerre, l’Irlande mettrait les ports à la disposition de Londres174.

  • 175 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 182.

169Or jusqu’en 1929, cette possibilité avait été écartée par la Marine britannique et par Winston Churchill, qui fut un avocat efficace pour défendre son point de vue contre celui de l’Armée. En particulier, lors d’une réunion du Comité de défense impérial en février 1927, Churchill avait obtenu qu’elles soient gardées par Londres. Cobh (Queenstown) et Lough Swilly, classés en catégorie « B », étaient considérés comme étant d’une grande importance, tandis que Berehaven, classé en catégorie « A », devait disposer de défenses même en temps de paix175. Or c’est à l’Armée qu’incombaient les frais d’entretien des ports et la responsabilité de les protéger. Suite à la démission de Churchill de la direction de l’opposition (front bench) en 1931, ce fut donc la position de l’Armée qui l’emporta, d’autant plus que le temps était aux coupes budgétaires.

Carte 1 – Les trois ports

Source : R. Fisk, In Time of War : Ireland, Ulster and the Price of Neutrality, 1939-1945, Londres, Paladin, 1985, p. 4.

170Churchill toutefois en tint grief à Chamberlain et MacDonald, considérant qu’il s’agissait là d’une décision funeste, voire mortelle pour le Royaume-Uni. N’étant plus au gouvernement, il ne put faire entendre sa voix qu’à la Chambre des communes, où il fut le seul député à prendre la parole contre la ratification de l’accord anglo-irlandais, soulignant l’importance stratégique de ces « tours sentinelles » :

  • 176 Hansard, Parliamentary Debates, House of Commons (5 mai 1938), cité in G.R. Sloan, The Geopolitics(...)

Queenstown et Berehaven abritent les flottes qui gardent les accès au détroit de Bristol et à la Manche, et Lough Swilly est la base qui couvre l’accès à la Mersey et la Clyde. Dans une guerre contre un ennemi possédant une flotte de sous-marins nombreuse et puissante, ce sont les bases navales essentielles pour conduire toutes les opérations de chasse anti-sous-marine et de protection des convois entrants. […] Si l’on nous refusait l’utilisation de Lough Swilly, nous devrions opérer à partir de Lamlash, réduisant ainsi le rayon d’action de notre flotte de 200 milles aller-retour ; et si l’on nous refusait Berehaven et Queenstown, nous devrions opérer à partir de Pembroke Dock, réduisant le rayon d’action effectif de 400 milles aller-retour. Ces ports sont en fait les tours sentinelles des accès occidentaux, desquels dépendent les importations de nourriture qui sont le pain quotidien des quarante-cinq millions d’habitants de cette île, et par lesquels ils peuvent maintenir des échanges commerciaux, tout aussi importants pour leur survie176.

  • 177 N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs : Problems of War-Time Cooperation and Post-War (...)
  • 178 R. Fisk, In Time of War…, p. 31.
  • 179 M. MacDonald, Titans and Others, p. 83.

171Churchill se basait sur ses souvenirs de l’Amirauté, datant de la Première Guerre mondiale, lorsque ces bases jouèrent de fait un rôle crucial. Mais les temps avaient bien changé depuis. La suite des événements devait malgré tout lui donner raison dans une certaine mesure. Pour sa part, l’état-major fonda son point de vue sur l’hypothèse, fort vraisemblable en 1937, d’une guerre contre l’Allemagne où la France serait alliée au Royaume-Uni et où la Norvège serait neutre mais amicale177. Dans un tel contexte, les bases navales irlandaises n’auraient eu qu’une valeur stratégique secondaire, voire marginale, d’autant plus que le développement de l’aviation réduisit l’importance militaire de la marine178. À l’inverse, les grandes tensions entre l’Irlande et le Royaume-Uni – datant de l’introduction de droits de douane sur les exportations irlandaises en 1932 et des mesures de représailles qui s’ensuivirent – constituaient une menace bien réelle à laquelle il était urgent de trouver une solution. Ajoutées aux différends constitutionnels entre Londres et Dublin et à l’agitation sociale et politique de part et d’autre de la mer d’Irlande, elles laissaient en effet présager de grandes difficultés avec l’Irlande en cas de conflit européen, à l’image du soulèvement de Pâques 1916 lors de la Première Guerre mondiale. En particulier, il y avait le risque de pousser l’Irlande dans les bras de l’Allemagne par une attitude intransigeante à son égard, risque dont certains ministres, tels Malcolm MacDonald, étaient conscients179.

172C’est-à-dire que deux conceptions stratégiques s’affrontaient. L’une, plus étriquée, se concentrait sur la seule dimension maritime d’un conflit éventuel, tandis que l’autre prenait aussi en considération d’autres facteurs importants : le risque d’un front supplémentaire en Irlande, la nécessité de consolider les liens avec les dominions et avec les États-Unis – liens mis à mal par les désaccords anglo-irlandais –, l’importance d’un accord commercial avec un partenaire économique majeur du Royaume-Uni, les contraintes financières pesant sur l’effort de réarmement, et le besoin impérieux de démontrer que l’apaisement pouvait être une politique efficace, ce à un moment où les ambitions expansionnistes de l’Allemagne hitlérienne se révélaient de plus en plus menaçantes.

L’apaisement

  • 180 P. Kennedy, The Realities Behind Diplomacy, p. 230-243.
  • 181 R. Marx, « Monnaie, finances publiques et problèmes sociaux en Angleterre de 1931 à 1941 », in La So (...)
  • 182 D. McMahon, Republicans and Imperialists, p. 239-240.

173C’est donc la troisième possibilité envisagée par l’état-major qui fut retenue comme répondant le mieux aux besoins militaires et stratégiques du pays. Du point de vue du gouvernement, elle présentait en outre l’avantage considérable de ne pas grever les finances britanniques, déjà très sollicitées par la politique de réarmement. La réticence de l’opinion publique et du ministère des Finances face aux dépenses militaires conduisit en effet le gouvernement à cibler ses priorités180. La Banque d’Angleterre mit le gouvernement en garde contre une guerre qui ne serait pas tenable plus d’un an sur le plan des finances publiques et de la livre sterling (prédiction fort exacte, puisque la Grande-Bretagne ne put continuer de mener la guerre après mars 1941 qu’avec l’aide américaine)181. L’arrivée au pouvoir le 28 mai 1937 de Neville Chamberlain, issu du ministère des Finances, donna encore plus de poids à ces considérations, de même qu’elle contribua à la politique de l’apaisement182.

  • 183 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 195-197.

174En outre, les dominions avaient fait pression sur Londres lors de la Conférence impériale de 1937 pour qu’une approche plus conciliante fût adoptée à l’égard de Dublin. Dans le contexte de dangers grandissants en Europe et en Extrême Orient, il leur paraissait en effet urgent de consolider l’unité et la solidarité du Commonwealth183. C’était vrai en particulier de la Nouvelle-Zélande et de l’Australie, très dépendantes de la protection de la Marine britannique dans l’océan Pacifique.

  • 184 N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs…, p. 312.

175Mais de Valera refusa de signer un accord laissant l’usage des ports à Londres en cas de conflit. MacDonald, ministre des Dominions, expliqua alors à ses collègues du ISC qu’il n’y avait plus que deux alternatives : soit restituer les ports sans condition, soit les garder par la force si nécessaire. Tous les ministres sauf Lord Hailsham optèrent pour la première. La question fut ensuite posée à l’état-major, qui donna son accord184.

176Comme Chamberlain considérait qu’il était plus utile de gagner la bienveillance de l’Irlande que de conserver les ports à tout prix, il put s’appuyer sur le rapport de l’état-major pour argumenter sa position. Cela lui paraissait d’autant plus souhaitable qu’il était urgent de mettre fin à la guerre douanière entre l’Irlande et le Royaume-Uni. Cette guerre, débutée en 1932, nuisait à l’économie britannique et pouvait en outre dégénérer dans le cadre d’un conflit européen. Ainsi, un accord fut enfin signé le 25 avril 1938, mettant fin aux divergences financières entre Londres et Dublin, et Chamberlain facilita la signature de l’accord en proposant de rendre les ports sans condition. Il justifia cette décision à la Chambre des communes en insistant sur l’accord de l’état-major, avec qui son gouvernement était arrivé à la

  • 185 House of Commons Debates, vol. CCCXXXV, col. 1072-1078 (5 mai 1938), cité in N. Mansergh, Documents (...)

[…] conclusion qu’une Irlande amicale nous est bien plus précieuse en temps de guerre comme en temps de paix que ces droits théoriques qui ne pourraient être exercés qu’au risque de perpétuer, voire d’augmenter leur ressentiment185.

177Par la suite, Churchill critiqua durement cette décision, qui posa de réels problèmes lors de la bataille de l’Atlantique. Ainsi, dans ses mémoires, il exprime son point de vue de la manière suivante :

  • 186 W. Churchill, The Second World War, The Gathering Storm, Londres, Cassell & C°, 1948, vol. I, p. 24 (...)

Personnellement, je demeure convaincu que l’abandon injustifié de notre droit d’utiliser les ports irlandais fut une atteinte majeure à la vie et à la sécurité nationales britanniques. Il est difficile d’imaginer un geste plus inconséquent, surtout à ce moment. Il est vrai qu’au bout du compte nous avons survécu sans ces ports. Il est vrai également que si nous n’avions pas pu nous en passer, nous les aurions repris par la force plutôt que de périr par la famine. Mais ce n’est pas une excuse : bien des navires et bien des vies devaient être perdus peu après, suite à cet exemple d’apaisement imprévoyant186.

  • 187 Ibid., p. 216.

178Il faut dire que sa carrière politique – il fut premier lord de l’Amirauté (ministre de la Marine) en 1911-1915 et le serait d’ailleurs à nouveau en 1939-1940 – le rendait particulièrement sensible aux pertes essuyées par la marine britannique, pertes qui avaient été très élevées lors de la Première Guerre mondiale, au point de menacer la survie du Royaume-Uni. De plus, Churchill pensait que la question des ports avait été montée en épingle par Dublin afin d’obtenir des concessions sur d’autres questions, et il lui paraissait donc peu opportun de céder des atouts militaires auxquels Dublin ne tenait pas vraiment187.

179Mais Churchill était encore très isolé à ce moment-là, et la possibilité que l’Allemagne puisse lancer ses sous-marins depuis des bases situées en Norvège et en Bretagne ne paraissait guère plausible. Le gouvernement britannique pensait pour sa part avoir contribué à une amélioration sensible des relations anglo-irlandaises, consolidant ainsi l’unité du Commonwealth et la réputation internationale du Royaume-Uni – notamment aux États-Unis –, deux éléments importants en cas de conflit.

180Et de fait, Chamberlain gagna l’estime de de Valera, dont la biographie officielle est fort élogieuse à l’égard du Premier ministre britannique. Elle cite entre autres une lettre que de Valera envoya à Chamberlain lorsque celui-ci démissionna de son poste de Premier ministre en mai 1940 :

  • 188 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 361 : « I would like to testify that you did mor (...)

J’aimerais témoigner du fait que vous avez fait plus que n’importe quel autre homme d’État britannique pour rendre possible une amitié véritable entre les peuples de nos deux pays et que si la tâche n’est pas encore finie, ce ne fut pas faute de bonne volonté de votre part188.

  • 189 A. Mitchell et P. Ó Snodaigh (éd.), Irish Political Documents, 1916-1949, p. 218-219.

181On peut donc penser que la politique d’apaisement de Chamberlain, peu efficace vis-à-vis de l’Allemagne hitlérienne, fut par contre une vraie réussite vis-à-vis de l’Irlande189. En effet, elle contribua à une amélioration sensible des relations irlando-britanniques, au point qu’en 1938, Eamon de Valera déclara publiquement qu’il était envisageable que les deux pays coopèrent à l’avenir en matière de défense, à condition toutefois que la partition de l’Irlande prenne fin. Malgré cette réserve majeure – il cherchait surtout à faire pression sur Londres sur la question de la réunification –, une telle déclaration eût été inimaginable à peine quelques années auparavant :

  • 190 Cité in N. Mansergh, The Commonwealth and the Nations, p. 180 : « We have denitely committed ourse (...)

Nous nous sommes fermement engagés sur notre position selon laquelle cette île ne sera pas utilisée comme base pour des attaques ennemies contre la Grande-Bretagne. On peut imaginer une situation critique à l’avenir où une Irlande unie et libre serait prête à coopérer avec la Grande-Bretagne pour repousser une attaque dirigée contre les deux pays190.

  • 191 C. Foley, Legion of the Rearguard, p. 188.

182De même, en 1939, lorsque l’IRA déclencha une campagne d’attentats à la bombe sur le sol anglais, les deux forces de police travaillèrent ensemble pour tenter de démanteler les réseaux républicains en Angleterre, coopération qui n’allait pas de soi du point de vue du gouvernement irlandais et qui de fait n’aurait sans doute guère été possible avant l’accord anglo-irlandais de 1938191.

  • 192 D. Keogh, « Ireland », p. 288.
  • 193 Cité in T. Ryle Dwyer, Strained Relations : Ireland at Peace and the USA at War, 1941-45, Dublin, G (...)

183Après le début de la Seconde Guerre mondiale, des dispositions furent prises par Londres pour tenter de sécuriser les eaux irlandaises. Mais il était nécessaire tout d’abord d’établir des communications directes entre Londres et Dublin. Le gouverneur général était censé remplir ce rôle dans les dominions, mais depuis la suppression de ce poste en Irlande en 1936, il n’y avait plus de représentant officiel du gouvernement britannique. Sir John Maffey (Lord Rugby) fut donc rappelé de sa retraite et nommé ministre britannique en Irlande. Il s’acquit rapidement les bonnes grâces de de Valera et de Joseph Walshe, et son influence fut certainement déterminante dans le maintien de bonnes relations entre Londres et Dublin pendant la guerre. Londres le jugea même par moments trop conciliant vis-à-vis de de Valera192. Suite à un premier entretien avec de Valera en septembre 1939, Maffey obtint que les gardes côtes irlandais fissent diffuser sur les ondes tout signalement de la présence de sous-marins allemands. Si les eaux territoriales et l’espace aérien irlandais étaient interdits à tous les belligérants en théorie, la Marine britannique put malgré tout attaquer les sous-marins intrus sans être dénoncée par Dublin. Selon Maffey, le but de de Valera était « de préserver la neutralité mais de nous aider au maximum dans la limite de cette neutralité »193.

184Ensuite, en octobre 1939, Frank Pakenham (Lord Longford), autre interlocuteur anglo-irlandais privilégié, fit savoir à Londres que quatre Irlandais sur cinq étaient favorables à la neutralité. Selon lui, il valait mieux de ce fait donner quelques vaisseaux de lutte anti-sous-marine pour que l’Irlande veille elle-même à la sécurité de ses eaux territoriales, que tenter de reprendre les ports de force. Le conseil fut suivi, même si Londres tenta de faire valoir auprès des autres dominions à quel point ces ports étaient importants pour la sécurité de l’Empire afin, sans doute, d’exercer une pression indirecte sur Dublin et de souligner auprès des dominions sa propre réserve dans ses relations avec l’Irlande.

  • 194 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 247-248.
  • 195 G.R. Sloan, The Geopolitics…, p. 201-202.

185À partir du mois de mai 1940 toutefois, cette réserve céda du terrain à une politique plus agressive. Dès le 15 octobre 1939, lorsque le Royal Oak fut coulé à la base navale de Scapa Flow, Churchill, alors ministre de la Marine, voulut obtenir Berehaven ou Lough Swilly comme alternative à Scapa Flow, trop exposé aux attaques allemandes194. Lorsqu’il devint Premier ministre, la chute de la Norvège et de la France ouvrit la voie aux sous-marins allemands, qui purent désormais s’aventurer beaucoup plus loin, jusqu’en mer d’Irlande, et menacer directement le Royaume-Uni, hypothèse qui n’avait pas été envisagée par l’état-major195. La neutralité irlandaise devint alors une véritable menace aux yeux de Londres et créa de vives tensions dans le cadre des relations anglo-irlandaises.

La politique irlandaise

  • 196 J.W. Young, Britain and the World in the Twentieth Century, p. 125-127.
  • 197 J.H. Bettey (éd.), English Historical Documents, 1906-1939, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1967, (...)

186Sur le plan légal, le début de la Seconde Guerre mondiale eut pour origine la garantie des frontières polonaises donnée par Londres et Paris à Varsovie le 31 mars 1939, suite à l’entrée des forces allemandes dans Prague196. Lorsque l’Allemagne envahit la Pologne le 1er septembre, la France et le Royaume-Uni furent aussitôt engagés dans le conflit, même si aucune mesure autre qu’une mobilisation générale fut prise sur le coup : la déclaration de guerre le 3 septembre marqua en effet le début de la « drôle de guerre »197.

  • 198 E. de Valera, « The policy of the Government does not come as a surprise », in Great Irish Speeches (...)

187Quant à l’Irlande, elle proclama sa neutralité de manière officielle dès le lendemain de l’invasion allemande de la Pologne. Eamon de Valera prononça un discours au Parlement pour faire déclarer l’état d’urgence (the Emergency) – c’est d’ailleurs ainsi que la période de la guerre fut connue en Irlande –, et pour justifier la politique qu’il proposait de mener pendant le conflit198. Il avait déjà indiqué à plusieurs reprises que ce serait la meilleure politique en cas de conflit lorsque la faillite de la Société des Nations devint patente, notamment en février 1939.

  • 199 J.A. Murphy, « The Achievement of Eamon de Valera », in De Valera and His Times, p. 3-5.

188Trois raisons principales le conduisirent à adopter cette politique : d’une part, c’était l’affirmation de la souveraineté nationale de l’Irlande, et donc un moyen de renforcer l’unité du pays ; d’autre part, c’était la seule position possible sur le plan politique tant que durerait la partition ; et enfin, c’était la seule démarche réaliste d’un point de vue militaire pour un petit État pris dans un conflit mondial199.

  • 200 Cités in N. Mansergh, The Commonwealth Experience, p. 283 : « Where Britain goes, we go » ; « Brita (...)

189Tout d’abord, la neutralité irlandaise démontrait, si besoin en était, l’indépendance de l’Irlande vis-à-vis du Royaume-Uni ; elle en était même la manifestation éclatante, la preuve irréfutable. En effet, l’Irlande fut le seul dominion à ne pas suivre Londres dans le conflit. La Nouvelle-Zélande et l’Australie firent aussitôt bloc avec la métropole dès que la guerre fut déclarée. Le Premier ministre néo-zélandais, Michael Savage, expliqua à cette occasion que « Là où va la Grande-Bretagne, nous allons aussi », tandis que le chef du gouvernement australien, Robert Menzies, affirma que « La Grande-Bretagne est en guerre, donc l’Australie l’est aussi », sans même consulter son parlement200.

190En Afrique du Sud et au Canada, par contre, les réactions furent nettement moins spontanées et enthousiastes. Il faut dire que la garantie britannique de défendre les frontières polonaises fut donnée sans consultation préalable avec les dominions. Du coup, Pretoria faillit suivre l’exemple irlandais, sur l’initiative du Premier ministre Herzog, mais cette décision provoqua une crise politique lorsque le gouverneur général refusa de dissoudre le parlement. Herzog dut alors démissionner et son successeur, Jan Smuts, choisit pour sa part de participer à l’effort de guerre britannique, mais en précisant que c’était une décision libre de l’Afrique du Sud.

  • 201 P. Kennedy, The Realities Behind Diplomacy, p. 329.

191Quant au Canada, le Premier ministre, William Mackenzie King, autorisa un long débat sur la déclaration de guerre au Parlement, afin de souligner qu’il s’agissait bien d’une décision prise de manière indépendante et souveraine par le dominion, et non d’une obligation imposée par Londres. La décision ne fut donc prise qu’une semaine après l’entrée en guerre du Royaume-Uni, le 10 septembre 1939, mais elle fut prise à une majorité écrasante – moins de cinq députés s’y opposèrent – au point qu’un vote à la Chambre des communes ne fut même pas nécessaire201. Néanmoins, la liberté d’action du Canada fut bel et bien démontrée, ce qui était le but du Premier ministre, afin d’éviter toute dissension interne, notamment au Québec.

  • 202 G. FitzGerald, « L’évolution de la politique extérieure de l’Irlande, 1922-1986 », Études irlandais (...)
  • 203 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 250-251.

192En effet, certains hommes politiques britanniques – essentiellement conservateurs – récusaient la logique du Statut de Westminster et « soutenaient la thèse que les dominions avaient toujours l’obligation de suivre la Grande-Bretagne dès lors qu’elle était en guerre »202. Churchill, par exemple, exprima à plusieurs reprises des doutes quant à la validité légale de la « soi-disant » neutralité irlandaise et il demanda même à l’Amirauté un rapport à ce sujet203. De fait, la question était assez complexe sur le plan constitutionnel, notamment par rapport à la monarchie britannique. Les politiques extérieures des dominions étaient toutes menées au nom de la Couronne britannique, et il paraissait difficile à ce titre de concilier des politiques divergentes en temps de guerre. Ce fut le sens d’un rapport établi par Anthony Eden, ministre des Dominions, pour le Cabinet de guerre, le 16 septembre 1939 :

  • 204 Cité in J.T. Carroll, Ireland in the War Years, p. 19 : « We do not want formally to recognise Éire (...)

Nous ne voulons pas reconnaître de manière formelle que l’Irlande est neutre tant qu’elle demeure membre du Commonwealth britannique. Ce serait remettre en cause la théorie constitutionnelle, jusqu’à présent acceptée, de l’indivisibilité de la Couronne. Mais nous ne tenons pas davantage à adopter la position selon laquelle l’Irlande ne serait plus membre du Commonwealth britannique204.

  • 205 N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs…, p. 404.

193D’ailleurs, pendant la guerre, l’Irlande ne put nommer de ministre en Allemagne, car il était inconcevable que Georges VI signât les lettres d’accréditation auprès d’un État avec lequel son gouvernement était en guerre. Un chargé d’affaires, au statut inférieur, fut alors envoyé pour contourner cette difficulté205. Mais cela montrait que l’appartenance au Commonwealth pouvait encore constituer une entrave à la liberté d’action des dominions sur la scène internationale.

194Or, il était important pour de Valera qu’il affirme clairement l’indépendance de son pays, car cela lui permit de maintenir l’unité nationale. Il ne faut pas oublier en effet que l’État irlandais avait moins de vingt ans, qu’il était né dans les affres d’une guerre civile qui avait profondément divisé l’opinion et qu’une alternance politique quasi-révolutionnaire avait eu lieu à peine huit ans auparavant. L’État reposait sur des fondations fragiles donc, et l’ordre public avait été menacé à plusieurs reprises pendant les années trente par deux organisations en particulier, l’une, l’IRA, illégale et prête à recourir à la lutte armée, l’autre, les Chemises bleues, de tendance fascisante.

  • 206 C. Foley, Legion of the Rearguard, p. 118-120.

195Les Chemises bleues, ou l’Association des camarades de l’armée (Army Comrades Association) pour leur donner leur nom officiel, avaient été fondées en février 1932, en tant que mutuelle des anciens officiers de l’Armée. Mais leurs fonctions évoluèrent rapidement, et cette organisation musclée en vint par exemple à protéger les réunions publiques du Cumann na nGaedheal lors de la campagne électorale de 1932, réunions perturbées par l’IRA qui avait adopté une stratégie d’agitation et de subversion dans l’État libre d’Irlande206. À partir du mois d’août 1932, les Chemises bleues devinrent une organisation politique, la Garde nationale (National Guard), sous la direction de Tom O’Higgins, frère du ministre, Kevin O’Higgins, assassiné par l’IRA en 1927. Lorsque la Garde nationale fut dissoute par le gouvernement, elle fusionna en septembre 1933 avec le Cumann na nGaed-heal et le Parti centriste national (National Centre Party), fondé en 1932, pour former le Fine Gael.

  • 207 J.A. Murphy, Ireland in the Twentieth Century, Dublin, Macmillan, 1975, p. 79-82.
  • 208 J.H. Whyte, Church and Stat e in Modern Ireland, Dublin, Gill & Macmillan, 1980, p. 91-93.
  • 209 D. Keogh, Ireland and Europe, p. 68-69.

196Cette nouvelle formation était dirigée par le général Eoin O’Duffy, ancien chef d’état-major de l’Armée et ancien chef de la police limogé par de Valera en février 1933. Si O’Duffy craignait une conspiration communiste et républicaine, le Premier ministre redoutait pour sa part un complot d’extrême droite visant à renverser le pouvoir. De fait, les Chemises bleues tentèrent de déstabiliser le gouvernement à plusieurs reprises, notamment lors de la campagne électorale de 1933. Si l’organisation déclina vite, au point de disparaître en 1934, il n’en demeure pas moins que, en 1936, O’Duffy forma une brigade irlandaise, forte de quelque mille hommes, pour aller combattre en Espagne aux côtés du « Front chrétien » de Franco207. De même, l’IRA et les communistes irlandais envoyèrent une unité rejoindre les Brigades internationales, mais ils n’eurent jamais le même soutien en Irlande que les soldats d’O’Duffy, appuyés par l’Église catholique208. La politique de non-intervention prônée par de Valera à l’égard de l’Espagne ne fut donc guère populaire en Irlande, et le chef de l’opposition, William Cosgrave, demanda par exemple que Dublin reconnaisse le gouvernement de Franco209.

197La dimension politico-religieuse de la guerre civile espagnole eut ainsi un écho considérable en Irlande, tout comme l’invasion italienne de l’Éthiopie. L’existence même des Chemises bleues, dont l’organisation et la tenue étaient calquées sur les Chemises noires de Mussolini, montre que le Duce avait une popularité certaine en Irlande. Malgré tout, de Valera prit le risque d’engager potentiellement son pays dans une guerre contre l’Italie, puissance catholique, lorsqu’il prit position en faveur de sanctions économiques contre l’Italie à la Société des Nations, ce qui lui valut d’être vivement critiqué en Irlande. C’est dire si l’unité nationale était précaire et si certains enjeux de politique extérieure résonnaient fortement au sein de l’opinion publique irlandaise.

  • 210 J. Dillon, « On the side of the Anglo-American alliance is right and justice and on the side of the (...)

198Dans le cas de la Pologne, il eût donc été irresponsable d’engager l’Irlande dans un conflit aux côtés du Royaume-Uni au nom d’une garantie donnée par le gouvernement britannique. En effet, le sentiment national irlandais était enraciné dans une histoire de lutte contre le Royaume-Uni : la décision d’entrer en guerre à ses côtés eût sans aucun doute déchiré le pays et déstabilisé l’État. La neutralité, par contre, permit de rallier tous les partis constitutionnels pour la première fois dans l’histoire de l’État. Ainsi, le Parlement approuva cette politique à l’unanimité, sans même avoir besoin de recourir à un vote, et conféra au gouvernement des pouvoirs considérables pour faire face à l’état d’urgence. Par la suite, après l’entrée en guerre des États-Unis en 1941, un seul député, James Dillon, vice-président du Fine Gael, se prononça en faveur d’une participation aux côtés des Alliés, provoquant la démission du président de son parti ainsi que la sienne en 1942210. De manière plus générale, la neutralité fut soutenue par la presse, les Églises, les élites culturelles et politiques, ainsi que par l’opinion publique.

  • 211 A. Mitchell et P. Ó Snodaigh (éd.), Irish Political Documents, 1916-1949, p. 220-221.

199En outre, ce sentiment national pansait encore ses plaies, constamment ravivées par la partition de l’Irlande. En 1939, l’IRA lança une campagne de terreur sur le sol britannique, après un ultimatum adressé au ministre britannique des Affaires étrangères le 12 janvier appelant son gouvernement à se retirer d’Irlande du Nord211. L’organisation était certes marginale, et elle fut d’ailleurs sévèrement réprimée tant en Irlande qu’au Royaume-Uni, mais elle jouissait malgré tout d’un certain capital de sympathie en Irlande où, faut-il le rappeler, la nouvelle Constitution reconnaissait officiellement le même objectif national de mettre fin à la partition. Aux yeux de l’opinion irlandaise, c’était la Grande-Bretagne qui était responsable de cet état de fait ; il ne pouvait être question de coopérer avec elle tant que cette injustice ne serait pas réparée. Il ne faudrait pas sous-estimer le poids de ces ressentiments. Ainsi, Seán MacBride, qui avait quitté l’IRA en 1937, écrivit bien des années plus tard :

  • 212 S. MacBride, L’Exigence de la liberté, Paris, Stock, 1981, p. 114.

Je reste même convaincu que si l’adversaire des Alliés n’avait pas été le régime absolument répugnant d’Hitler, Dublin en aurait profité pour déclarer la guerre à l’Angleterre. La réaction d’un Joe Kennedy, ambassadeur américain à Londres, conseillant à Roosevelt de s’allier au Troisième Reich contre la Grande-Bretagne, est une bonne indication de la disposition d’esprit irlandaise212.

  • 213 J.P. Duggan, A History of the Irish Army, p. 186-187.
  • 214 R. Fisk, In Time of War…, p. 78 : « In conventional military terms, Éire was practically defenceles (...)

200Enfin, le gouvernement devait veiller à la sécurité nationale, et la neutralité semblait être la politique la plus sûre à cet égard. En effet, sur le plan militaire, les forces de l’Irlande étaient dérisoires. En 1939, elles comptaient environ six mille soldats d’active, autant de réservistes, et quelque sept mille volontaires, soit près de vingt mille hommes en tout, dont la plupart étaient sous-équipés et sous-entraînés. Vingt et un véhicules blindés, deux chars d’assaut, un assortiment d’avions dont seuls quatre « Gloster Gladiators » pouvaient faire illusion au combat, et une marine-fantôme constituaient tout l’arsenal des forces irlandaises213. Robert Fisk, qui a étudié la question de près, estime que, « en termes militaires conventionnels, l’Irlande était pratiquement sans défense »214. Sa capacité offensive était a fortiori nulle.

201Dans ces conditions, déclarer la guerre n’aurait eu aucun sens, sinon exposer la population à des bombardements allemands et faire courir au pays le risque d’une invasion. La meilleure solution semblait donc être la neutralité. D’ailleurs une vingtaine d’États firent le même choix à cette époque, tels les États-Unis, la Belgique, la Suisse, la Suède ou encore le Portugal. Par ailleurs, le gouvernement irlandais n’eut de cesse d’essayer d’obtenir des armes au cours de la guerre pour être en mesure d’assurer la défense du territoire national. Suite à l’introduction de la conscription, les forces armées atteignirent quelque quarante mille hommes, auxquels il faut ajouter près de deux cent mille hommes dans les organisations de défense et de sécurité locales.

  • 215 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 264-265.
  • 216 N. Mansergh, Problems of War-Time Co-operation, p. 59 et 68-69.

202Ces précautions ne furent pas inutiles : le Royaume-Uni et l’Allemagne caressèrent en effet tous deux le projet d’envahir l’Irlande, surtout pendant les premières années de la guerre. Ainsi, Churchill envisagea de recourir à la coercition pour obtenir le contrôle des trois ports et des troupes furent envoyées en Irlande du Nord au cas où il deviendrait nécessaire d’envahir l’Irlande215. Cependant, deux considérations l’en dissuadèrent au bout du compte : le risque de heurter l’opinion publique irlando-américaine, ce qui aurait renforcé l’isolationnisme outre-Atlantique et retardé l’entrée en guerre des États-Unis, et la crainte de provoquer un tollé parmi les dominions, si l’un d’entre eux était envahi par l’Armée britannique216.

  • 217 R. Fisk, In Time of War…, p. 220-233.
  • 218 J.P. Duggan, Neutral Ireland and the Third Reich, Dublin, Gill & Macmillan, 1989, p. 112-113.

203Quant à l’état-major allemand, il élabora des plans détaillés pour une invasion de l’Irlande – l’opération « Vert » (Grün) –, devant être menée en parallèle ou en préalable à l’invasion de l’Angleterre (l’opération Sea Lion)217. Dans le cadre de la bataille de l’Atlantique, l’Irlande devint donc un objectif intéressant pour les deux belligérants. Mais les états-majors britannique et allemand arrivèrent à la même conclusion : le prix à payer pour prendre le contrôle de l’Irlande était trop élevé. En effet, la valeur stratégique de l’Irlande était secondaire, la priorité demeurant l’Angleterre. Le territoire irlandais, s’il eut été relativement aisé à envahir dans un premier temps, n’eût pu être tenu longtemps sans investissements militaires importants. Les forces de défense étaient sans doute sous-équipées, mais la présence dans leurs rangs de nombreux vétérans de la guerre anglo-irlandaise et de la guerre civile laissait prévoir une guérilla problématique pour tout envahisseur218. C’eût été une dispersion de forces inacceptable.

  • 219 D. Keogh, Ireland and Europe, p. 123-127.

204De plus, en cas d’invasion par l’un des deux pays, les forces irlandaises eussent aussitôt obtenu l’assistance militaire de l’autre. Dublin joua d’ailleurs un pays contre l’autre. Un accord secret fut ainsi passé entre Londres et Dublin, selon lequel l’Armée britannique interviendrait en cas d’attaque allemande pour l’aider à se défendre. Ce plan, connu sous le nom de code « W », fut négocié lors d’une réunion à Londres le 24 mai 1940219. Il n’y eut pas d’accord formel avec l’Allemagne, par contre, mais quelques échanges avec Hempel, ministre allemand à Dublin, permirent à Joseph Walshe et de Valera d’obtenir l’assurance d’un soutien militaire en cas d’invasion britannique. Du côté irlandais, ces discussions visaient avant tout à rassurer Berlin sur la réalité de la neutralité irlandaise, mais aussi à dissuader Hitler de tenter un débarquement en Irlande. En effet, ces discussions permirent de faire comprendre de manière fort claire qu’en cas d’invasion allemande, Dublin n’hésiterait pas à demander l’aide de Londres pour se défendre. Le 1er juin 1940, Hempel conseilla donc à Berlin de respecter la neutralité irlandaise, conseil que le ministère allemand des Affaires étrangères suivit. Mais il fut demandé à Hempel de préciser auprès de Dublin que ce respect nécessiterait une neutralité stricte et impartiale.

205La politique de neutralité permit dans l’ensemble d’épargner l’Irlande des ravages d’un conflit particulièrement destructeur, ainsi que de maintenir la cohésion d’une nation divisée et la stabilité d’un État encore assez fragile. À cet égard, ce fut un succès incontestable.

La censure

  • 220 M. MacDonald, Titans and Others, p. 85 : « [de Valera] could scarcely have promised more benevolent (...)

206Cela dit, dans les faits la neutralité irlandaise fut sans aucun doute favorable aux Alliés, au point que certains pensent que la meilleure description de cette politique est plutôt celle de « non-belligérance amicale ». C’est-à-dire que, sans entrer dans le conflit, l’Irlande aida le Royaume-Uni et les États-Unis de manière discrète mais bien réelle. Selon Malcolm MacDonald, alors ministre de la Santé, qui rencontra de Valera à Dublin au mois de mai 1940, celui-ci « n’aurait guère pu promettre de coopération plus favorable [au Royaume-Uni] sans déclarer la guerre à l’ennemi »220.

  • 221 T.P. Coogan, De Valera, p. 748-750.

207Dans une lettre adressée au ministère du Taoiseach, Maurice Moynihan, haut fonctionnaire irlandais, établit une liste de treize exemples concrets de coopération entre Dublin et Londres221. Pour n’en citer que quelques-uns uns, lorsque Belfast fut touché par des bombes incendiaires allemandes en avril 1941, le gouvernement irlandais envoya les camions des brigades de pompiers de Dublin pour maîtriser les feux. Cette décision pouvait sembler être une violation flagrante de la neutralité irlandaise, mais elle fut justifiée au nom de l’aspiration à l’unité nationale contenue dans la Constitution.

  • 222 I.C.B. Dear (éd.), The Oxford Companion to World War II, Oxford, Oxford University Press, 1995, p. (...)

208De manière moins visible, Dublin contribua aussi à l’effort de guerre britannique en ne mettant aucun obstacle sur la route des ressortissants irlandais choisissant d’embarquer pour la Grande-Bretagne. Il est difficile d’établir des chiffres précis, mais on estime que près de deux cent mille hommes et femmes purent ainsi traverser la mer d’Irlande, soit pour trouver du travail, soit pour s’engager dans les forces armées britanniques. Ces derniers représentaient sans doute quelque quarante mille individus, dont près de sept mille déserteurs de l’armée irlandaise, attirés par une solde supérieure et la certitude de voir de l’action222. Même Churchill reconnut la bravoure de ces engagés volontaires dans son discours de victoire, sept cents d’entre eux étant décorés.

  • 223 T. Allen, The Storm Passed By, Blackrock, Irish Academic Press, 1996, p. 145.

209Les aviateurs alliés dont les avions furent abattus ou s’écrasèrent au-dessus du territoire irlandais purent regagner l’Irlande du Nord, avec des provisions qui plus est, tandis que les aviateurs allemands furent détenus au Curragh jusqu’à la fin de la guerre. Cette décision résultait d’un accord avec Washington, selon lequel un vol « non-opérationnel » ne justifiait pas la détention du pilote. Dans la pratique, tous les vols concernés furent présentés par les Alliés comme non opérationnels, ce que Dublin ne prit pas la peine de vérifier. Par contre, tout mouvement allemand dans les eaux ou dans les airs irlandais fut aussitôt signalé sur les ondes par le gouvernement irlandais, alors que les avions britanniques purent survoler l’Irlande sans réaction de la part de Dublin, même si le gouvernement irlandais savait que Berlin n’était pas dupe223. À l’inverse, de nombreux vaisseaux britanniques purent être réparés dans le port de Dublin avec l’accord du gouvernement.

  • 224 E. O’Halpin, « “According to the Irish Minister in Rome…” : British Decrypts and Irish Diplomacy in (...)
  • 225 J.P. Duggan, Neutral Ireland and the Third Reich, p. 226.

210Lorsque les services britanniques détectèrent des transmissions radio depuis l’Irlande vers l’Allemagne, l’Armée irlandaise les enregistra et fournit les transcriptions à Londres224. Après quelques avertissements adressés par Joseph Walshe au ministre allemand, Édouard Hempel, à ce sujet, Eamon de Valera lui-même protesta de manière officielle contre l’utilisation du poste de radio de la légation allemande. Au bout du compte, en décembre 1943, elle fut placée sous scellé dans un coffre de banque225. Mais pendant tout ce temps, la légation britannique put utiliser les siennes sans entrave.

  • 226 M.S. Quigley, A US Spy in Ireland, Dublin, Marino, 1999, p. 107.

211Martin Quigley, espion américain envoyé en Irlande de mai à novembre 1943, affirme aussi que la politique irlandaise fut une neutralité de façade dans une certaine mesure, puisque Dublin coopéra avec les Alliés à plusieurs niveaux, dont celui du renseignement en particulier226. Après la guerre, le Pentagone voulut même décorer les trois officiers principaux de l’Armée irlandaise pour services rendus aux États-Unis, avant de se rendre compte que cela pourrait causer un certain embarras à Dublin…

212De manière plus générale, Quigley estime que la neutralité de l’Irlande fut une solution militaire idéale du point de vue britannique, car ainsi elle ne priva pas le Royaume-Uni de munitions ou de ressources rares. D’ailleurs, lorsque Quigley tenta de trouver un accord sur les ports, par lequel ils auraient pu être prêtés aux Américains, Londres exprima des réserves, considérant que cela risquait justement de nécessiter des armements et des hommes qui étaient plus utiles ailleurs. Ce fut aussi la conclusion de l’état-major américain.

  • 227 P. Mangold, Success and Failure…, p. 27.
  • 228 R. Fanning, Independent Ireland, p. 124-125.

213Quant à la conscription imposée par le gouvernement irlandais dès 1940, elle permit de sécuriser le sud de l’île pour un coût quasi nul pour les Alliés, alors que pendant la Premier Guerre mondiale, au contraire, le coût de la pacification de l’Irlande fut fort élevé : suite au soulèvement de Pâques 1916, l’Irlande exigea plus d’hommes qu’elle n’en contribua à l’Armée britannique227. Et la tentative d’introduire la conscription en avril 1918 fut un véritable désastre politique. Même le ministre britannique des Dominions, Viscount Cranborne, dut reconnaître à la fin de la Seconde Guerre mondiale que Dublin avait accédé à toutes les demandes de Londres tant que celles-ci ne remettaient pas en cause la neutralité officielle de manière trop flagrante. Il établit ainsi une liste de quatorze exemples précis à l’attention du Conseil de guerre228.

  • 229 J.J. Lee, Ireland 1912-1985, p. 265.
  • 230 J.H. Whyte, Church and State in Modern Ireland, p. 93-95.

214Mais le gouvernement irlandais dissimula cette réalité à l’opinion publique par une censure draconienne, bien plus stricte que celle adoptée par la Suisse ou la Suède, par exemple229. Aucune référence aux belligérants ne fut autorisée dans la presse, au cinéma ou à la radio, même dans le cas de propos tenus par des députés irlandais ou par des hommes d’Église230. Tous les films qui pouvaient susciter de la sympathie pour des combattants, alliés ou autres, furent coupés sans considération aucune pour leur dimension artistique, ni même pour l’intelligibilité de l’intrigue. Les indications et prévisions météorologiques – jusqu’à une photo montrant un ministre faisant du patin à glace à Dublin – furent supprimées, de peur qu’elles puissent être perçues comme utiles aux aviations allemande ou britannique.

  • 231 Voir R. Fisk, In Time of War…, p. 560-562.

215Frank Aiken, ministre responsable de la censure, utilisa au maximum les pouvoirs accordés par le Parlement. Dans un rapport établi le 23 janvier 1940, il définit la propagande comme l’arme ultime de Dublin pour se protéger des belligérants et il invoqua l’état d’urgence pour justifier ses mesures231. Eamon de Valera fut parfois réservé vis-à-vis de certaines des décisions de son ministre, sans doute excessives, mais il considérait malgré tout qu’il était essentiel de paraître équitable, de maintenir les apparences, tant aux yeux des pays en guerre que de ceux de l’opinion publique irlandaise. Dans le cas de la censure cinématographique, par exemple, il semblait beaucoup craindre des scènes de discorde, voire des échauffourées dans les salles obscures.

216Cependant, au bout de quelque temps, il apparut que la menace posée par l’IRA à la sécurité de l’État irlandais avait été écartée, suite notamment à des dissensions internes au sommet de l’organisation. Et après l’entrée en guerre des États-Unis, en décembre 1941, Dublin adopta un ton plus conciliant envers les Alliés, tout en maintenant sa position neutre, en raison notamment de la partition. Mais les puissances de l’Axe ne furent pas dénoncées – hormis au moment de l’invasion de la Belgique, du Luxembourg et des Pays-Bas par l’Allemagne au mois de mai 1940 –, et les atrocités commises dans les camps d’extermination ne furent pas évoquées dans les médias irlandais avant la levée de la censure le 12 mai 1945.

La propagande

  • 232 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 253.

217La censure irlandaise contribua ainsi à établir la réputation d’un pays indifférent à l’issue du conflit mondial. Mais pour comprendre la raison de la réputation sulfureuse de la neutralité irlandaise, il faut y ajouter le rôle joué par trois personnes en particulier : Winston Churchill, David Gray et Eamon de Valera. Tout d’abord, Churchill était littéralement obsédé par la question des ports irlandais – obsession proche de la folie selon Anthony Eden232 – et il en fit un contentieux majeur dans le cadre des relations anglo-irlandaises pendant la guerre. Ensuite, Gray, ministre américain à Dublin (1940-1947), tenta de discréditer l’Irlande auprès de l’opinion mondiale, notamment sous prétexte de ces bases navales, afin de préserver la relation spéciale entre Londres et Washington. Enfin, de Valera présenta ses condoléances au ministre allemand au moment du décès de Hitler, pour des raisons qui demeurent quelque peu obscures.

218En ce qui concerne Churchill, il n’accepta jamais la cession des trois ports en 1938, et même en janvier 1941 il persista à nier le bien-fondé légal de la neutralité irlandaise. Les tensions s’accrurent au printemps 1940 lorsque Londres prit connaissance des projets allemands d’envahir l’Irlande. Contact fut aussitôt pris avec Belfast et Dublin pour consolider la défense de l’île, mais sans résultat. En effet, le Premier ministre nord-irlandais, James Craig (Lord Craigavon) ne répondit pas à la proposition britannique d’un Conseil de défense panirlandais, tandis que de Valera exprima un refus clair et net : cela eût été une violation de la neutralité irlandaise. Mais le risque d’une invasion allemande fut pris au sérieux, au point que les archives du ministère irlandais des Affaires extérieures furent détruites.

  • 233 J.T. Carroll, Ireland in the War Years, p. 66-68.

219En juillet 1940, les relations anglo-irlandaises connurent une crise lors-qu’un espion britannique, le major Byass, fut arrêté en Irlande. Quelque temps après, les services de renseignement irlandais obtinrent la copie d’un plan d’action britannique prévoyant une éventuelle invasion de l’Irlande en cas de débarquement allemand, ainsi que la liste des personnes à arrêter, liste où figurait le secrétaire général du ministère des Affaires extérieures, Joseph Walshe, soupçonné – à tort – de sympathie envers les puissances de l’Axe233. Les tensions entre Londres et Dublin prirent une dimension sérieuse et le ministre des Dominions, Lord Caldecote, proposa alors trois mesures pour surmonter la crise et pour tenter de faire de l’Irlande un « non-belligérant amical » : il fallait tout d’abord mettre un frein à la campagne menée par les journaux britanniques contre la neutralité irlandaise ; ensuite, une déclaration du Premier ministre à la Chambre des communes pourrait contribuer à rétablir un peu de sérénité dans les relations anglo-irlandaises ; enfin, des livraisons d’armes et d’équipements militaires constitueraient le gage de la bonne foi du gouvernement britannique, tout en donnant au gouvernement irlandais les moyens d’assumer la défense de son territoire national.

  • 234 W. Churchill, The Second World War, vol. II, p. 600 : « The fact that we cannot use the South and W (...)

220Le projet était lucide, dans la mesure où il tentait de trouver un compromis entre les exigences fondamentales des deux parties – il s’agissait de reconnaître la neutralité irlandaise tout en assurant la sécurité du Royaume-Uni –, mais il n’eut pas les effets escomptés. En effet, en octobre 1940, les pertes essuyées par la marine marchande britannique atteignirent un niveau record, relançant la campagne de presse contre la neutralité irlandaise. Et le 5 novembre, Churchill la condamna avec virulence à la Chambre des communes – c’est à cette occasion qu’il déclara que la neutralité irlandaise était un « fardeau terriblement douloureux qui n’aurait jamais dû être placé sur nos épaules » – et laissa entendre que son gouvernement pourrait avoir recours à la force pour reprendre les bases navales cédées en 1938234.

  • 235 A. Calder, The People’s War [1969], Londres, Pimlico, 1992, p. 231-232.
  • 236 T. Allen, The Storm Passed By, p. 78.

221En avril 1941, il ordonna que les statistiques des pertes maritimes ne fussent plus publiées, tant elles avaient de quoi démoraliser l’opinion publique235. Il lui était sans doute utile d’avoir un bouc émissaire pour expliquer ces difficultés ; du moins, c’est ainsi que ses déclarations furent comprises à Dublin. Mais les rumeurs selon lesquelles des U-boote allemands se ravitaillaient sur la côte ouest de l’Irlande étaient si persistantes en Grande-Bretagne et aux États-Unis que de Valera crut bon de les démentir de manière argumentée dans un journal américain236.

222L’opinion publique américaine avait en effet son importance. Tant que les États-Unis demeurèrent neutres, Londres dut éviter toute mesure contre l’Irlande de nature à provoquer l’hostilité de l’opinion publique américaine. Mais le ministre américain en Irlande, David Gray, avait une vision à long terme : il tenta de discréditer de Valera afin que celui-ci ne puisse pas menacer la relation spéciale entre Washington et Londres après la guerre, en utilisant la question de la partition de l’Irlande pour mobiliser l’électorat irlando-américain. C’est ce qui s’était passé après la Première Guerre mondiale, cet électorat ayant contraint Wilson à désengager les États-Unis de la Société des Nations ; pour Gray, cela ne devait pas reproduire, et il était prêt à prendre toutes les mesures nécessaires à cet effet. En outre, il apprécia très peu les protestations du chef du gouvernement irlandais contre le débarquement de quelque 120 000 soldats américains en Irlande du Nord en novembre 1942. Sa stratégie fut clairement définie dans un rapport qu’il envoya à Washington le 14 mai 1943 :

  • 237 Cité in T. Ryle Dwyer, Strained Relations, p. 105 : « The important thing from the viewpoint of Ang (...)

Du point de vue de la coopération anglo-américaine, il est important de souligner auprès du peuple américain la nature injuste et destructrice des hommes politiques tels que de Valera, à un moment où les intérêts britanniques et américains sont les mêmes pour l’essentiel, et d’obtenir un verdict négatif de la part de l’opinion américaine, ce qui ôtera le poids de la question irlandaise sur les relations anglo-américaines237.

  • 238 Cité in S. Cronin, Washington’s Irish Policy, p. 106 : « Dear Boss. »

223Nommé ministre en février 1940, il arriva en Irlande au mois d’avril, bien décidé à défendre les intérêts britanniques et américains. Sa conception de ses fonctions lui laissait une marge de manœuvre considérable, et son lien de parenté avec Franklin Roosevelt – il était son oncle par alliance – lui permit de court-circuiter le Département d’État et d’écrire des lettres adressées directement au Président, son « Cher Patron »238.

  • 239 R. Brennan, Ireland Standing Firm : My Wartime Mission in Washington and Eamon de Valera : A Memoir(...)
  • 240 T. Ryle Dwyer, De Valera’s Finest Hour, p. 136.

224Pour atteindre son objectif, il fallait pousser le gouvernement irlandais à prendre position contre l’effort de guerre allié, ce qui ne manquerait pas d’influer sur l’attitude de la communauté d’origine irlandaise aux États-Unis après la guerre. Gray tenta tout d’abord de provoquer un refus irlandais sur la question des ports. En mai 1943, il soumit au Président américain une demande à adresser à Dublin pour que le gouvernement irlandais prête les ports aux Alliés239. Il était à peu près sûr que de Valera ne pourrait accéder à cette demande, et ce refus formel pourrait alors être utilisé contre lui par la suite. Mais ni les autorités américaines, ni les autorités britanniques ne donnèrent leur aval au projet de Gray. En effet, Londres craignit que Dublin n’acceptât, ce qui eût accru les risques d’une campagne contre la partition : le gouvernement irlandais aurait eu beau jeu alors, après cette concession majeure faite au Royaume-Uni, de demander une contrepartie. Pour Clement Attlee, vice-Premier ministre de la coalition nationale, les ports présentaient plus d’inconvénients que d’avantages, notamment parce qu’il faudrait pourvoir à leur défense240. De même, l’état-major américain considérait que ces ports n’étaient pas d’une valeur militaire primordiale et qu’ils détourneraient des ressources cruciales ailleurs.

  • 241 E. O’Halpin, « Irish-Allied security relations and the “American note” crisis : new evidence from B (...)

225Gray choisit alors de porter son attaque sur la question des représentants japonais et allemands présents en Irlande. L’idée était de demander à Dublin de les expulser en raison des projets de débarquement en Europe, projets qu’ils pourraient compromettre par leurs activités d’espionnage. Ce projet n’ayant pas d’implications militaires, il ne suscita pas d’opposition de l’état-major allié, même si les services de renseignement estimèrent que l’expulsion des diplomates ennemis n’apporterait rien en termes de sécurité241.

226Ayant reçu le feu vert des autorités politiques, Gray présenta le mémorandum américain (the American note) à de Valera le 21 février 1944. Il y était dit, par exemple, que

  • 242 Cité in F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 404 : « Axis Agents enjoy almost unrestr (...)

les agents de l’Axe jouissent d’une liberté presque totale pour rapporter des informations d’une importance vitale depuis la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord en Irlande, d’où ils peuvent les transmettre de diverses manières en Allemagne242.

227Comme l’avait prévu Gray, de Valera refusa, donnant ses raisons dans une lettre. Il fut convenu par ailleurs que cette correspondance demeurerait confidentielle.

  • 243 T.D. Davis, Dublin’s American Policy, Washington, D.C., Catholic University of America Press, 1998, (...)

228Mais les deux documents furent publiés malgré tout, sans doute à l’instigation de Gray243. Cela provoqua un grand émoi en Irlande, dont de Valera sut tirer un profit politique en organisant des élections anticipées le 30 mai 1944, lors desquelles il obtint une majorité absolue. Gray par contre se retrouva dans une position fort inconfortable, au point où il fut placé sous la protection de la police irlandaise ; il fut perçu comme responsable d’une campagne médiatique menée contre l’Irlande aux États-Unis et en Grande-Bretagne, ainsi que de la décision de Churchill de mettre fin à tout contact entre les deux îles : les transports maritimes furent en effet suspendus pendant quelques mois.

229Officiellement, il s’agissait de lutter contre l’espionnage, mais dans la pratique la mesure fut largement interprétée comme une mesure de représailles, tant en Irlande que dans les dominions – ceux-ci exprimèrent d’ailleurs leur désaccord auprès du gouvernement britannique. En effet, la décision de Londres eut pour conséquence de créer une pénurie en Irlande, notamment de charbon, et de bloquer les travailleurs irlandais en partance pour la Grande-Bretagne.

  • 244 W. Churchill, The Second World War, vol. V, Closing the Ring, Londres, Cassell, 1952, p. 614-615.

230Pour sa part, Dublin avait pourtant pris les mesures nécessaires pour mettre fin aux activités d’espionnage sur son territoire. Les intérêts alliés n’étaient donc guère menacés par la présence de représentants diplomatiques sur le sol irlandais, comme Churchill le reconnut dans une lettre adressée à Roosevelt244. Les mesures prises par Dublin suffirent à neutraliser les tentatives allemandes d’établir des contacts avec l’IRA.

  • 245 J.P. Duggan, Neutral Ireland and the Third Reich, p. 24-25.
  • 246 S. MacBride, L’Exigence de la liberté, p. 117.

231Par ailleurs, de Valera avait établi des relations cordiales avec le ministre allemand, Édouard Hempel. Celui-ci avait été nommé à son poste en juin 1937, après que le gouvernement irlandais eût insisté auprès de Berlin pour que le ministre allemand en Irlande ne soit pas membre du Parti nazi245. Cependant, par la suite, Hempel fut contraint d’adhérer au parti le 1er juillet 1938 lorsqu’un décret l’imposa à tous les fonctionnaires de son rang. Mais cela ne changea rien du point de vue de ses interlocuteurs irlandais, qui avaient une certaine estime pour lui. Ainsi, Seán MacBride le considérait comme un « vieux diplomate en fin de carrière, absolument pas nazi »246.

  • 247 R. Brennan, Ireland Standing Firm…, p. 178-179.

232Plus tard, à la fin de la guerre, les Alliés demandèrent que les diplomates japonais et allemands fussent arrêtés et extradés, ce que Dublin refusa, contrairement aux autres pays neutres247. Hempel put donc demeurer en Irlande avec sa famille, au titre de l’asile politique, jusqu’à ce qu’il fût innocenté en 1949 par un tribunal allié. Là non plus, la politique irlandaise n’était pas faite pour susciter la bienveillance des Alliés.

233Cependant, tous ces efforts de propagande ne doivent pas occulter le fait que, comme le souligna John Maffey, représentant du gouvernement britannique en Irlande, le bilan de la neutralité irlandaise fut loin d’être négatif du point de vue de Londres. Il voulait faire la part des choses entre la propagande et la réalité, les deux semblant parfois se confondre dans l’esprit de certains de ses supérieurs :

  • 248 Cité in D. Keogh, « Ireland », p. 289 : « For the rst time in history the British Cabinet have bee (...)

Pour la première fois dans l’histoire, le Cabinet britannique a pu mener une guerre longue sans aucun souci au sujet de l’Irlande. Comparez cette guerre à celle de 1914-1918 lorsque l’Irlande était encore dans le Royaume-Uni. Nous avions dû maintenir de nombreux soldats en Irlande, nous avions dû mater une rébellion, nous fûmes profondément humiliés248.

  • 249 T.R. Dwyer, Strained Relations, p. 109 : « de Valera explained to Maffey that Ireland could not jum (...)

234Mais ses arguments n’eurent guère d’impact parce que, le 2 mai 1945, de Valera décida de présenter ses condoléances à Hempel, suite à la mort de Hitler. Cette visite causa un véritable scandale international, et de fait il est difficile de comprendre les motivations qui conduisirent le Premier ministre irlandais à la faire. Il semble que de Valera voulut suivre sa politique jus-qu’au bout, et plus que jamais au moment même où il n’avait rien à y gagner : cela démontra sa résolution et son refus de tout changement opportuniste de dernière minute. Ainsi, il expliqua à Maffey en 1943 qu’il ne pouvait rejoindre le camp des Alliés alors que leur victoire paraissait désormais inéluctable249.

  • 250 D. Keogh, « Eamon de Valera and Hitler : an analysis of international reaction to the visit to the (...)

235Par la suite, il justifia sa visite controversée en arguant que la neutralité exigeait qu’il se conformât au protocole diplomatique vis-à-vis des représentants de tous les États sans exception250. C’est ainsi qu’il expliqua la chose au ministre irlandais aux États-Unis, Robert Brennan, qui devait faire face à de nombreuses questions de la part d’Américains désemparés ou en colère. Si ce fut la raison véritable, son obstination à respecter la lettre de la neutralité fut pour le moins maladroite.

  • 251 C. Cruise O’Brien, « The Roots of My Preoccupations », The Atlantic Monthly, vol. 272, no 1, juille (...)

236À moins que, si l’on en croit Conor Cruise O’Brien, l’homme politique ait pris le dessus sur l’homme d’État, et qu’il ait délibérément provoqué le Royaume-Uni afin de raviver des sentiments nationalistes en vue des élections présidentielles251. Celles-ci devaient avoir lieu au mois de juin en effet, mais les perspectives du candidat présenté par le Fianna Fáil, Seán T.O’Kelly, n’étaient pas brillantes. Le premier Président de l’Irlande, Douglas Hyde, avait été nommé en 1938, et non élu, suite à un accord entre les partis politiques. En 1945, cependant, le nouveau président devait pour la première fois être élu, puisque trois candidats furent présentés. Ces élections intervenant après la guerre, elles seraient perçues comme une sanction du bilan du gouvernement. Or de Valera avait perdu de nombreux suffrages – dix pour cent – aux élections législatives de juin 1943, ainsi que sa majorité parlementaire, ce qui montrait l’insatisfaction de nombreux électeurs. Mais un an plus tard, en juin 1944, il avait obtenu à nouveau une majorité à l’occasion d’élections anticipées. La raison de ce succès tenait pour l’essentiel aux manigances de David Gray, qui rallièrent les électeurs irlandais autour de leur chef lorsqu’elles furent révélées.

237Selon Cruise O’Brien, de Valera aurait alors tenté de créer des circonstances analogues à celles de 1944, en provoquant Churchill à critiquer l’Irlande, afin qu’il puisse répliquer par un discours soigneusement préparé et jouer sur la fibre nationaliste de ses concitoyens. Si tel fut le cas, la tactique de de Valera fut couronnée de succès. En effet, peu après la visite de condoléances, Churchill s’en prit à la neutralité irlandaise à l’occasion de son discours de victoire radiodiffusé le 13 mai 1945 :

  • 252 Cité et traduit in R. Marx, Eamon de Valera, p. 157-158. (Voir aussi W. Churchill, The Second World (...)

Du fait de l’action de M. de Valera, en contraste si accusé avec le caractère et l’instinct de milliers d’Irlandais du Sud, qui se sont précipités sur les fronts pour démontrer leur traditionnelle valeur, des routes d’approche qui auraient été si facilement gardées à partir des ports et des aérodromes de l’Irlande du Sud ont été fermées par l’aviation et les sous-marins ennemis. Cette guerre a été en réalité un instant de danger mortel – si nous n’avions pas bénéficié de la loyauté et de l’amitié de l’Irlande du Nord, nous aurions été forcés de la porter contre M. de Valera pour ne pas disparaître pour toujours de ce monde.
Cependant, faisant preuve d’une retenue et d’une pondération sans égales, j’ose le dire, dans l’histoire, le gouvernement de Sa Majesté n’a jamais étendu la main de la violence dans leur direction – bien que, parfois, il aurait été aussi facile que naturel de le faire – et a laissé le gouvernement de De Valera folâtrer avec les représentants de l’Allemagne, et plus tard les Japonais, jusqu’à plus soif252

  • 253 Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 413.

238De Valera attendit trois jours avant de répondre, alors que sa biographie officielle précise que le texte en était prêt le soir même du discours de Churchill253. Si l’on admet la thèse de Cruise O’Brien, ce délai aurait visé à susciter une forte curiosité chez les Irlandais, impatients de savoir comment de Valera allait répondre à cette diatribe. Ils ne furent pas déçus : après avoir rendu grâces à Dieu pour la fin de la guerre et remercié tous ceux qui avaient contribué au salut de l’Irlande, de Valera en vint enfin au discours de Churchill, opposant son attitude à celle de son prédécesseur, Neville Chamberlain, qui avait contribué à une amélioration des relations irlando-britanniques :

  • 254 Cité et traduit in R. Marx, Eamon de Valera, p. 158-159. (Voir aussi Great Irish Speeches of the Tw (...)

M. Churchill dit en toute clarté que, dans des circonstances déterminées, il aurait violé notre neutralité et que cela aurait été justifié par les besoins de la Grande-Bretagne. Il me paraît étrange que M. Churchill ne voie pas que ceci, si on l’acceptait, signifierait que le besoin de la Grande-Bretagne constituerait tout entier le code moral et que, lorsque cette nécessité serait suffisamment grande, les droits d’autres peuples ne seraient pas pris en compte. Il est tout à fait certain que d’autres grandes puissances croient dans ce même code – de leur propre point de vue – et se conduisent en conformité à ses stipulations. C’est précisément pourquoi nous connaissons la succession désastreuse de guerres – la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale – et que nous aurions la Troisième Guerre mondiale.
Il est, en vérité, heureux que la nécessité des Britanniques n’ait pas atteint le point auquel M. Churchill aurait décidé d’agir. Tout le crédit lui revient d’avoir avec succès résisté à la tentation qui, je n’en doute pas, l’a assailli souvent dans le cours de ses difficultés et à laquelle, je l’admets volontiers, bien des chefs auraient aisément succombé. Il est, en vérité, difficile pour les forts d’être justes envers les faibles, mais agir en juste comporte toujours ses récompenses. En résistant à la tentation dans ce cas,
M. Churchill, au lieu d’ajouter un nouveau et horrible chapitre à la liste déjà rouge de sang des rapports entre l’Angleterre et notre patrie a permis à la cause de la moralité internationale de faire un important pas en avant […].
M. Churchill est fier que la Grande-Bretagne ait tenu, solitaire, après la défaite de la France et avant l’entrée en guerre de l’Amérique.
Ne pourrait-il pas trouver dans son cœur la générosité de reconnaître qu’il existe une petite nation qui est demeurée seule non pas une ou deux années, mais pendant plusieurs centaines d’années, face à l’agression, qui a enduré les spoliations, a été matraquée bien souvent jusqu’à perdre conscience, mais, chaque fois qu’elle est sortie de son évanouissement, a repris le combat derechef ; une petite nation qui n’a jamais été portée à accepter la défaite, et n’a jamais fait reddition de son âme254 ?

  • 255 R. Sinnott, Irish Voters Decide, Manchester, Manchester University Press, 1995, p. 264.
  • 256 Voir par exemple T. Ryle Dwyer, De Valera’s Finest Hour, p. 142 et J.A. Murphy, Ireland in the Twen (...)

239Une grande foule se rassembla pour saluer de Valera à la sortie du siège de la radio irlandaise, et quelques semaines plus tard le candidat du Fianna Fáil fut élu à la Présidence de l’Irlande par une large majorité, presque dès le premier tour – il obtint 49,5 % des premières préférences –, et ce malgré la présence de deux autres candidats255. Certains observateurs y voient le meilleur discours qu’il fit de toute sa longue carrière politique256. Il demeura gravé dans les mémoires, au point que la neutralité est encore de nos jours une politique très populaire en Irlande, même si elle ne correspond sans doute plus guère au contexte international. Sa raison d’être est en effet essentiellement d’ordre intérieur.

  • 257 Il y avait aussi le fait que Dublin n’avait pas établi de relations diplomatiques avec Moscou et qu (...)

240Par contre, le prix à payer pour ce succès intérieur fut un ostracisme de la part de la communauté internationale. En 1945, l’Irlande ne fut pas invitée à la conférence de San Francisco qui donna naissance à l’ONU, et l’Union soviétique utilisa cet événement pour justifier son opposition à l’admission de l’Irlande aux Nations unies jusqu’en 1955257. Quant à la stratégie diplomatique irlandaise consistant à faire pression sur Londres par le biais de Washington, elle fut compromise pendant plusieurs années, sinon plusieurs décennies. C’est-à-dire que l’objectif de David Gray fut atteint au bout du compte, non pas par ses propres stratagèmes, peu fructueux, mais par la démarche de de Valera lui-même.

La proclamation de la république

241Le 4 janvier 1948, les élections législatives en Irlande provoquèrent un changement de gouvernement : de Valera, au pouvoir depuis seize ans, fut renvoyé dans l’opposition, tandis qu’une coalition quelque peu disparate fut formée par le Fine Gael, le Clan na Poblachta et quelques autres formations politiques plus petites, sous la direction de John Costello du Fine Gael.

  • 258 S. MacBride, L’Exigence de la liberté, p. 93.
  • 259 D. Dinan, « After the “Emergency” : Ireland in the Post-War World, 1945-50 », Éire-Ireland, 1989, v (...)

242Le Clann na Poblachta était un nouveau parti, fondé en 1946 par Seán MacBride. Avocat réputé, cet ancien dirigeant de l’IRA avait quitté l’organisation en 1937, estimant que la nouvelle constitution avait établi l’indépendance de l’Irlande dans les faits, à défaut de proclamer explicitement son statut de république. La lutte armée et la non-reconnaissance de l’État irlandais ne se justifiaient plus à ses yeux258. Son parti avait deux objectifs prioritaires, outre une politique sociale assez radicale, qui lui permirent de contourner le Fianna Fáil sur son flanc républicain : il s’agissait de l’abrogation du « External Relations Act » de 1936 et la fin de la partition. Lors de la campagne électorale, il insista par exemple sur la nécessité de couper les derniers liens entre l’Irlande et le Commonwealth259.

243Mais lors des négociations menant à la formation de la coalition gouvernementale, il dut se résoudre à laisser la question en suspens tant l’opposition du Fine Gael à cette mesure était ferme. Pendant la campagne électorale de 1944, le président du parti, Richard Mulcahy, avait même pris position en faveur d’une pleine participation de l’Irlande au Commonwealth. Cela dit, ce fut Costello qui fut choisi comme Premier ministre le 18 février 1948, Mac-Bride refusant de participer à un gouvernement mené par Mulcahy, en raison de différends datant de la guerre civile, et Costello était nettement moins enthousiaste vis-à-vis de Commonwealth. Quant à MacBride, il affirma que l’abrogation demeurait un élément central du programme politique de son parti.

244Malgré tout, le gouvernement britannique n’avait pas de raison de s’attendre à une telle décision de la part du gouvernement irlandais, car aucune communication ou consultation n’eut lieu entre Londres et Dublin à ce sujet malgré de nombreuses rencontres officielles et officieuses. Le ministre britannique chargé des relations avec le Commonwealth, Philip Noel-Baker, put ainsi déclarer au Cabinet au mois d’août 1948 que les relations anglo-irlandaises étaient « plus amicales que jamais ».

  • 260 C. Attlee, As It Happened, Londres, Heinemann, 1954, p. 159-160.
  • 261 S. Cronin, Washington’s Irish Policy, p. 201.
  • 262 I. McCabe, A Diplomatic History of Ireland, 1948-48 : The Republic, the Commonwealth and NATO, Blac (...)

245En outre, le Premier ministre, Clement Attlee, se rendit à Dublin au mois de juillet pour négocier un accord commercial puis passa trois semaines de vacances sur la côte ouest, à l’occasion desquelles il rencontra plusieurs membres du gouvernement dont Seán MacBride260. Leurs discussions furent très amicales, Attlee allant jusqu’à exprimer le souhait que la partition prenne fin, selon le souvenir de MacBride du moins261. Mais d’autres ministres britanniques, comme Noel-Baker, demeurèrent intransigeants et rien ne déboucha de ce sommet officieux262.

La déclaration de Costello

  • 263 Cité in N. Mansergh, Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs, 1931-1952 (vol. II), O (...)

246Le 1er septembre 1948, lors d’une conférence sur « L’Irlande dans les affaires internationales » donnée à l’ordre des avocats canadien (Canadian Bar Association) à Montréal, John Costello s’interrogea sur le statut de dominion et sur la place de l’Irlande au sein du Commonwealth, soulignant au passage quelques « inexactitudes et failles » dans la loi de 1936 sur les relations extérieures263. Mais rien dans son discours ne laissait penser qu’il envisageait pour autant de faire sortir son pays de l’organisation.

247Ce fut donc une énorme surprise lorsqu’il déclara le 7 septembre, suite à une question posée pendant une conférence de presse à Ottawa, au Parlement canadien, que son Conseil des ministres avait décidé à l’unanimité d’abroger la loi de 1936 sur les relations extérieures et de proclamer le statut de république de l’Irlande. Lorsqu’un journaliste lui demanda quelles en seraient les conséquences sur l’appartenance de l’Irlande au Commonwealth, il répondit que l’Irlande ne pourrait plus faire partie de l’organisation, sauf au titre d’une association externe.

  • 264 C. Attlee, As It Happened, p. 190.
  • 265 J. J. Lee, Ireland 1912-1985, p. 301 : « perhaps the most inept diplomatic exhibition in the histor (...)

248Cette déclaration fit couler beaucoup d’encre et a suscité de nombreuses hypothèses, ainsi que des affirmations contradictoires de la part des principaux protagonistes. En particulier, trois ministres irlandais – Noël Browne d’une part, et John Costello et Seán MacBride d’autre part – donnèrent des versions différentes des événements. Mais au-delà de leur controverse, ce qui est sûr, c’est que le Cabinet irlandais n’était pas unanime sur l’opportunité d’une telle déclaration et que le gouvernement britannique n’en fut pas informé au préalable264. De quelque manière que la décision fût prise, le résultat en fut « le spectacle diplomatique le plus inepte peut-être dans l’histoire de l’État irlandais »265.

  • 266 N. Browne, Against the Tide, Dublin, Gill & Macmillan, 1987, p. 129-134.
  • 267 Lord Alexander était lui-même un unioniste convaincu : en 1914, lors de la mutinerie de l’Armée bri (...)

249Costello en avait peut-être convenu avec certains proches collègues, à savoir son vice-Premier ministre, William Norton, et surtout son ministre des Affaires étrangères, MacBride, tous deux opposés à la loi de 1936, mais il ne semble pas en avoir débattu avec tous ses collègues auparavant. En effet, Noël Browne, qui était non seulement membre du Conseil des ministres mais aussi du Clann na Poblachta, affirme pour sa part avoir été plus que surpris en apprenant la nouvelle par la presse, tout comme ses collègues. Il indique que Costello s’en excusa à son retour d’Ottawa, allant même jusqu’à proposer sa démission lors d’une réunion extraordinaire du Conseil des ministres266. Il y aurait expliqué qu’il s’était senti victime d’une « certaine froideur » de la part de son hôte, le gouverneur général du Canada, Lord Alexander, lors d’une réception organisée en son honneur le 4 septembre. Alors qu’il avait été convenu de porter un toast au roi britannique et au Président irlandais, ce qui eût été une manière de reconnaître que l’Irlande ne faisait plus partie du Commonwealth, Lord Alexander préféra s’en tenir au seul toast au roi. De surcroît, lors du banquet, Costello dut subir l’affront d’être placé face à une réplique de « Roaring Meg », célèbre canon utilisé par les protestants lors du siège de Londonderry en 1689 et entré depuis dans la légende unioniste267.

  • 268 S. Cronin, Washington’s Irish Policy, p. 207-208.

250C’est alors qu’un journal irlandais, le Sunday Independent, fit sa une du 5 septembre avec la décision du gouvernement irlandais d’abroger la loi de 1936 (« External Relations Act To Go »). Il est difficile de savoir d’où il tenait ces informations : d’après le rédacteur en chef, ce n’était qu’une intuition politique, basée sur des discours parlementaires, mais le ton assuré de l’article laissait entendre que les sources en étaient sûres268. Il semblerait que ce fût Seán MacBride qui en fut à l’origine, par un communiqué de presse reprenant de manière très sélective les propos du Premier ministre lors de son intervention du 1er septembre. C’est cette information donnée par le journal qui explique la question posée à Costello, qui décida alors de la confirmer.

  • 269 N. Mansergh (éd.), Nationalism and Independence, p. 187.
  • 270 R. Fanning, Independent Ireland, p. 173.
  • 271 J.J. Lee, Ireland 1912-1985, p. 306.
  • 272 B. Farrell, Chairman or Chief ? The Role of Taoiseach in Irish Government, Dublin, Gill & Macmillan (...)

251Par la suite, il voulut démentir toute insinuation selon laquelle il aurait agi sous la pression de l’IRA et de MacBride, tout comme il nia avoir cédé à la colère suite à l’attitude de Lord Alexander pendant la réception officielle269. Avec MacBride, il affirma avoir obtenu l’accord unanime du Conseil des ministres, ce que Browne nia pourtant avec constance. De fait, les archives ne comportent aucune référence à une discussion ou une décision collective sur l’abrogation de la loi de 1936 avant le départ de Costello pour le Canada270. Cependant, MacBride, qui était persuadé que la haute fonction publique était noyautée par les services de renseignement britanniques, avait exigé que le secrétaire général du Cabinet, Maurice Moynihan, n’assiste plus aux réunions271. Ce fut donc un ministre, le Chief Whip, qui établit les procès-verbaux, et son manque d’expérience rend l’hypothèse d’une omission ou d’un oubli plausible272. Toujours est-il que le Conseil des ministres choisit d’approuver la déclaration du Premier ministre à son retour du Canada, mais la controverse donna l’impression d’une décision prise à la légère et de manière peu rigoureuse. Il semblerait que Costello et MacBride aient agi seuls, sans en informer leurs collègues.

  • 273 I. McCabe, « John Costello “Announces” the Repeal of the External Relations Act », p. 72.
  • 274 D. Dinan, « After the “Emergency”… », p. 96.

252Cela dit, cette mesure n’était pas si surprenante en elle-même, ce fut surtout la manière dont elle fut annoncée qui heurta Londres. En effet, le gouvernement britannique avait commencé à examiner en détail ses relations avec le Commonwealth, car la possibilité que l’Irlande quitte l’organisation avait déjà été évoquée. De surcroît, de Valera avait préparé un projet de loi en ce sens alors qu’il était encore Premier ministre et ne fut empêché de le promulguer que par sa défaite aux élections de février 1948. À cette occasion, le représentant britannique en Irlande, John Maffey, signala à ses supérieurs que l’abrogation de la loi de 1936 était d’ores et déjà inévitable, tous les partis y ayant souscrit273. Par la suite, le Parlement irlandais en avait encore débattu pendant l’été 1948, lorsqu’un député dissident du Clann na Poblachta, Peadar Cowan, souleva à plusieurs reprises la question de l’appartenance au Commonwealth. Et en conclusion des débats, tous les partis convinrent que l’Irlande n’était plus membre du Commonwealth dans les faits, même si Londres avait décidé d’interpréter les diverses réformes irlandaises comme n’affectant pas son statut de membre274.

  • 275 I. McCabe, A Diplomatic History of Ireland…, p. 50-51.

253C’est pourquoi le gouvernement britannique consulta de manière informelle les autres dominions au mois d’août 1948 pour avoir leur avis sur la meilleure façon de réagir à l’éventualité d’une telle décision. Un document de travail fut ainsi préparé en vue de la Conférence impériale du mois d’octobre, afin de définir précisément les critères d’appartenance au Commonwealth275. L’objectif était peut-être de dissuader l’Irlande d’abroger la loi de 1936 en l’avertissant que cela reviendrait à quitter le Commonwealth, avec toutes les conséquences que cela supposait ; l’idée était peut-être aussi de lancer un avertissement à l’Inde, qui semblait envisager une démarche similaire. Mais dans le cas de l’Irlande, si telle fut la stratégie de Londres, l’intervention prématurée de Costello la réduisit à néant.

254Lors d’une réunion à Chequers le 17 octobre 1948, alors que les ministres britanniques explicitèrent les risques de l’abrogation de la loi de 1936

  • 276 S. MacBride, L’Exigence de la liberté, p. 124-127.
  • 277 S. Garner et J.-C. Redonnet, A Documented History of the Commonwealth, p. 99-102.

255– en particulier les problèmes liés à la citoyenneté et au commerce –, leurs homologues irlandais expliquèrent pour leur part qu’ils étaient désormais engagés à abroger la loi et qu’ils ne pouvaient plus revenir sur la déclaration du Premier ministre. Attlee essaya alors de gagner du temps en faisant valoir que le nouveau statut de l’Inde au sein du Commonwealth, en cours d’élaboration, serait peut-être satisfaisant du point de vue irlandais aussi, et que cela valait la peine d’attendre276. Mais en vain277.

La cérémonie officielle

  • 278 D. McMahon, « A Larger and Noisier Southern Ireland : Ireland and Dominion Status in India, Burma a (...)

256Devant le fait accompli, Londres dut se rendre à l’évidence qu’il n’y avait guère d’alternative que de reconnaître le nouveau statut de l’Irlande. Après consultation avec les dominions au mois d’octobre, il fut décidé d’abandonner les projets de représailles économiques : en effet, les dominions plaidèrent de manière unanime contre toute mesure de ce genre278. Le gouvernement britannique exprima son regret suite à la décision irlandaise lors d’un discours du Premier ministre à la Chambre des communes le 25 novembre 1948 :

  • 279 279. Cité in N. Mansergh, Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs (vol. II), p. 809  (...)

Le gouvernement regrette que l’Irlande […] ne soit désormais plus membre du Commonwealth. Cependant, le gouvernement irlandais a déclaré qu’il reconnaît l’existence d’une relation particulièrement étroite entre l’Irlande et les pays du Commonwealth et qu’il désire que cette relation soit maintenue. Ces relations étroites proviennent de liens familiaux et de contacts traditionnels déjà anciens, d’ordre économique, social et commercial, fondés sur l’intérêt commun. Le gouvernement du Royaume-Uni pour sa part, reconnaît aussi l’existence de fait de ces liens, et se joint au gouvernement irlandais pour exprimer le souhait que des relations proches et amicales soient maintenues et développées279.

257La loi sur la République d’Irlande (Republic of Ireland Act, 1948) fut promulguée le 21 décembre 1948. L’article 4 prévoyait qu’elle entrerait en vigueur au jour décidé par le gouvernement, qui fut le lundi de Pâques, le 18 avril 1949, jour anniversaire du soulèvement de 1916. Le symbolisme de cette date était évident : c’était une manière de souligner le chemin parcouru depuis la première déclaration de la République ainsi que la fidélité à l’idéal des pères fondateurs.

  • 280 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 433-434.

258Il permit aussi de contrer les critiques de l’opposition. En effet, le Fianna Fáil eut des réactions mitigées. Il considérait que le titre de République devait être réservé à une Irlande unie. Ce fut d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles de Valera n’avait pas mentionné le statut de république de l’Irlande dans sa Constitution en 1937. L’indépendance avait été atteinte, mais l’unification n’était toujours pas en vue, et c’était l’autre caractéristique fondamentale de la République dans l’esprit des républicains irlandais. En outre, de Valera fit valoir que la décision de quitter le Commonwealth mettait un obstacle de plus entre le nord et le sud, ou plutôt coupait un dernier lien avec l’Irlande du Nord280.

  • 281 D. Dinan, « After the “Emergency”… », p. 101.

259Ces arguments faisaient partie aussi d’une stratégie politique visant à ramener le Fianna Fáil au pouvoir. Il avait été débordé sur son flanc républicain par le Clann na Poblachta, qui avait rogné une partie de son électorat aux élections de 1948. Pour reconquérir ces électeurs – qui avaient déjà été nombreux à signifier leur désaccord avec la position de de Valera, trop modérée à leur goût, lors du référendum sur la Constitution en 1937 –, il fallait donc prendre position de manière ferme sur tous les enjeux relevant de l’idéologie républicaine. La proclamation de la république était en elle-même inattaquable, mais la partition demeurait une plaie ouverte du point de vue nationaliste, et c’est sur ce terrain que l’opposition choisit d’attaquer le gouvernement. Ainsi, de Valera se rendit à l’étranger, notamment en Inde, où il fit plusieurs déclarations fermes sur la partition de l’Irlande281.

260C’est pourquoi Costello tenta de justifier sa décision lors des débats parlementaires du 24 novembre 1948, tant par rapport aux relations anglo-irlandaises que par rapport à la partition. Il pensait que la proclamation de la république aboutirait à une normalisation des relations avec la Grande-Bretagne, sans pourtant compromettre les perspectives d’unification. Ce discours visait à faire taire ses critiques au Parlement irlandais mais aussi à rassurer les dirigeants britanniques, qui n’avaient pas encore défini leur position :

  • 282 Dáil Debates, vol. CXIII col. 347-352 (24 novembre 1948) : « This Bill will end, and end forever, i (...)

De manière simple, claire et sans équivoque, ce projet de loi mettra fin, et pour toujours, à la longue et tragique association de ce pays avec l’institution de la Couronne britannique. Il démontrera au-delà de toute équivoque ou subtilité que le statut national et international de ce pays est bien celui d’une république indépendante. […] Ce projet de loi ne brûle pas les ponts menant à l’unité nationale ou à une amitié plus forte avec le peuple de notre pays voisin, la Grande-Bretagne. Je l’ai déjà dit et je veux le répéter – car je ne m’adresse pas seulement aujourd’hui à l’auditoire présent, mais à un auditoire plus large –, cette mesure ne vise pas simplement à promouvoir l’unité et la paix intérieures, mais qu’elle est une mesure conçue pour créer – et nous pensons qu’elle créera – davantage d’amitié et de bonne volonté qu’il n’y a jamais eu entre la Grande-Bretagne et l’Irlande. Nous voulons accroître cette amitié et cette bonne volonté. Ce projet de loi n’est pas la simple manifestation d’un égoïsme national ou d’un isolationnisme. Nous sommes une petite nation et nous avons besoins d’amis. C’est seulement par la bonne volonté, l’amitié et la camaraderie, par la reconnaissance de nos droits mutuels et la compréhension de nos intérêts réciproques que ce degré de bonne volonté et d’amitié que nous voulons atteindre sera atteint282.

  • 283 I.S. Macadam (éd.), The Annual Register, Londres, Longmans, Green & C°, 1950, p. 113.

261Le jour de la proclamation, le 18 avril, les déclarations officielles furent optimistes de part et d’autre, malgré l’absence des représentants du Fianna Fáil aux cérémonies officielles. Costello affirma ainsi sa conviction selon laquelle « ce qui a été fait aujourd’hui amènera une coopération entre l’Irlande et la Grande-Bretagne plus cordiale et étroite que n’aurait jamais été possible auparavant », tandis que le monarque britannique, Georges VI, souligna « les liens étroits unissant le peuple de la République d’Irlande et [ses] sujets du Royaume-Uni »283.

262Mais les espoirs exprimés à cette occasion ne se concrétisèrent pas dans l’immédiat : en effet, le gouvernement travailliste avait préparé un projet de loi quelque peu ambivalent, où les concessions faites à la nouvelle république se doublaient de concessions importantes à la majorité unioniste de l’Irlande du Nord. Cela provoqua beaucoup de ressentiment de l’autre côté de la mer d’Irlande.

La loi sur l’Irlande, 1949

  • 284 Cité in A. Mitchell et P. Ó Snodaigh (éd.), Irish Political Documents, 1916-1949, p. 250-254.

263Le 3 mai, le Premier ministre britannique, Clement Attlee, présenta à la Chambre des communes un projet de loi sur l’Irlande (Ireland Bill), qui fut largement perçu en République comme une mesure de représailles. En effet, il y était stipulé que l’Irlande du Nord demeurait au sein du Royaume-Uni et que son parlement, le Stormont – dominé par une majorité unioniste élue dans des circonstances discutables –, obtenait un droit de veto sur tout changement du statut constitutionnel de la province284. Auparavant, en vertu de l’article 75 de la loi de 1920, ce pouvoir relevait uniquement du parlement de Westminster. C’était donc une concession majeure aux unionistes d’Irlande du Nord, qui ne pouvait que froisser les Irlandais du sud.

  • 285 N. Mansergh, Problems of War-Time Co-operation, p. 290.

264En outre, le ministère britannique des relations avec le Commonwealth avait demandé à l’ambassadeur britannique à Dublin, Gilbert Laithwaite, de communiquer au gouvernement irlandais la teneur du projet de loi le 2 mai seulement, c’est-à-dire la veille de sa présentation à la Chambre des communes. Ce délai, fort bref, ne laissa pas le temps à Dublin de réagir. C’était en fait une réponse à la manière cavalière dont Dublin avait procédé pour annoncer son intention de quitter le Commonwealth en septembre 1948285.

265Quant au contenu, il ne pouvait susciter que le désarroi et la colère en République d’Irlande. En effet, les gouvernements irlandais avaient toujours pensé que la manière la plus évidente de mettre fin à la partition était de faire pression sur Londres qui, comme Churchill l’avait montré lors de la Seconde Guerre mondiale, pouvait envisager de promouvoir l’unité irlandaise. Désormais, par contre, il leur faudrait traiter directement avec Belfast, qui s’était illustré depuis la fondation de l’État nord-irlandais par une position ferme et constante contre toute mesure tendant vers l’unification. Autant dire que la perspective d’une éventuelle réunification semblait fort compromise.

  • 286 P. Rose, « Labour, Northern Ireland and the Decision to Send in the Troops » in The Northern Irelan (...)

266Si cette loi fut bien accueillie en Irlande du Nord, elle ne fit pas l’unanimité au sein du Parti travailliste britannique. La loi fut promulguée le 2 juin 1949, mais elle provoqua l’une des révoltes parlementaires les plus sérieuses que connut le gouvernement de Clement Attlee. En effet, un tiers environ des députés de la majorité travailliste vota contre le projet de loi ou s’abstint ; quatre d’entre eux, qui étaient membres du gouvernement, furent démis de leurs fonctions286. Pour certains, le problème était que le Parti travailliste venait de modifier sa politique irlandaise traditionnelle, favorable à l’unification, sans débat préalable ; pour d’autres, le problème était que cette loi cautionnait des pratiques peu démocratiques, car en 1946, le parlement nord-irlandais avait légiféré de manière à ce que le système électoral des collectivités locales ne soit pas réformé en conformité avec la législation nationale. Le ministre britannique de l’Intérieur, Chuter Ede, avait même envisagé à cette occasion de ne pas accorder l’assentiment royal, mais le Cabinet choisit au bout du compte d’interpréter la loi de 1920 de manière très favorable au Stormont.

  • 287 B. Faulkner, Memoirs of a Statesman, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1978, p. 20.
  • 288 R. Fanning, « The Response of the London and Belfast Governments to the Declaration of the Republic (...)

267Cette attitude du gouvernement travailliste vis-à-vis du gouvernement unioniste s’explique sans doute par le fait que la plupart des ministres les plus influents avaient participé au gouvernement de coalition pendant la guerre. À l’image de Herbert Morrison, Lord President, et de Viscount Addison, ministre des Dominions, ils éprouvaient une grande gratitude envers les unionistes pour leur loyauté. Ils accédèrent donc à la demande du Premier ministre nord-irlandais, Basil Brooke, et accordèrent au parlement de Stormont un droit de veto sur tout changement du statut constitutionnel de la province287. Les ministres britanniques étaient très conscients aussi de la valeur stratégique des installations militaires en Irlande du Nord. Ainsi, ils considéraient comme « essentiel » de conserver une prise sur le territoire irlandais288.

268Ils étaient donc peu enclins à faire un geste en faveur de Dublin sur la question de la partition, d’autant plus que la République fut proclamée à un moment inopportun, pendant que Londres tentait d’établir un nouvel équilibre au sein d’un Commonwealth en plein changement : la Birmanie était devenue indépendante en 1947 et choisit de quitter le Commonwealth, tandis que l’Inde, dont l’indépendance fut également reconnue en 1947, envisageait de devenir une république à son tour. L’unité du Commonwealth était menacée et cela nécessita une révision fondamentale de la politique impériale britannique, révision qui ne fut pas aidée par la décision irlandaise. Déçus, les ministres britanniques envisagèrent même des représailles économiques à l’encontre de la nouvelle République, avant d’en être dissuadés par le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

  • 289 Cité in D. Harkness, Ireland in the Twentieth Century, p. 160-166.
  • 290 N. Mansergh, Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs (vol. II), p. 831.

269Cela dit, d’autres dispositions de la loi de 1949 étaient plus favorables à la République d’Irlande : ainsi, ses citoyens n’étaient pas considérés comme des étrangers et pouvaient continuer à se rendre librement en Grande-Bretagne, pour y vivre et travailler. De manière plus surprenante, cette loi reconnaît que l’Irlande ne fait plus partie du Commonwealth, mais refuse pour autant de la considérer comme un pays étranger289. Et de fait, l’Irlande continua à relever du Commonwealth Office jusqu’en 1968, lorsque ce dernier fusionna avec le Foreign Office. Clement Attlee choisit aussi d’accepter l’appellation de République d’Irlande, malgré les protestations des unionistes d’Irlande du Nord qui trouvaient qu’elle sous-entendait que la République avait juridiction sur l’ensemble de l’île. Le Premier ministre britannique considéra toutefois qu’il était difficile de se référer à un pays par un nom différent de celui qu’il avait pris290.

  • 291 C. Reeves, « “Let us stand by our friends” : British policy towards Ireland, 1949-1959 », Irish Stu (...)
  • 292 C. Attlee, As It Happened, p. 191.

270En somme, après la proclamation de la république, il semblait qu’un équilibre avait enfin été trouvé entre les aspirations irlandaises et les exigences britanniques291. Après le statut de dominion, imposé par Londres en 1921, et celui – fort ambigu – créé par de Valera en vertu de la loi de 1936 et de la Constitution de 1937, l’Irlande opta au bout du compte pour une indépendance totale, à l’extérieur du Commonwealth. Ce retard peut se comprendre à la lumière de l’évolution de la politique impériale de Londres : en 1921, la priorité était de maintenir à tout prix l’unité impériale, notamment dans le cas de l’Inde, et céder à l’Irlande eût déstabilisé tout l’édifice. En 1948, après l’indépendance de l’Inde, le temps où Londres pouvait encore imposer sa volonté aux dominions était bel et bien révolu292.

271Mais la proclamation de la république irlandaise ne résolut pas deux problèmes connexes, à savoir la question d’Irlande du Nord et la dépendance économique de l’Irlande vis-à-vis de la Grande-Bretagne. Les relations irlando-britanniques n’étaient pas encore normalisées, loin s’en faut.

Notes

1 D. Reynolds, Britannia Overruled, Londres, Longman, 1991, p. 111.

2 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, Oxford, Clarendon, 1985, p. 312.

3 N. Mansergh, The Commonwealth and the Nations, Oxford, Oxford University Press –Royal Institute of International Affairs, 1948, p. 5-6.

4 F. Pakenham, Peace by Ordeal [1935], Cork, Mercier, 1951, p. 65-68.

5 W. Churchill, The World Crisis : The Aftermath, Londres, Thornton Butterworth, 1929, p. 291.

6 J.P. Duggan, A History of the Irish Army, Dublin, Gill & Macmillan, 1991, p. 62-64.

7 George V, « The eyes of the whole Empire are on Ireland today », in The Penguin Book of Twentieth-Century Speeches, B. MacArthur (éd.), Harmondsworth, Penguin, 1999, p. 83-85 : « Members of the Senate and of the House of Commons – for all those who love Ireland, as I do with all my heart, this is a profoundly moving occasion in Irish history. My memories of the Irish people date back to the time when I spent many happy days in Ireland as a midshipman. My affection for the Irish people has been deepened by successive visits since then, and I have watched with constant sympathy the course of their affairs. I could not have allowed myself to give Ireland by deputy alone my earnest prayers and good wishes in the new era which opens with this ceremony, and I have therefore come in person, as the Head of the Empire, to inaugurate this Parliament on Irish soil. I inaugurate it with deep-felt hope, and I feel assured that you will do your utmost to make it an instrument of happiness and good government for all parts of the community which you represent. […] I speak from a full heart when I pray that my coming to Ireland today may prove to be the rst step towards an end of strife amongst her people, whatever their race or creed. In that hope I appeal to all Irishmen to pause, to stretch out the hand of forbearance and conciliation, to forgive and to forget, and to join in making for the land which they love a new era of peace, contentment and good will. It is my earnest desire that in Southern Ireland too there may ere long take place a parallel to what is now passing in this hall ; that there a similar occasion may present itself and a similar ceremony be performed. »

8 A.J.P. Taylor, English History, 1914-1945 [1965], Harmondsworth, Penguin, 1975, p. 208.

9 The Irish Uprising, 1914-1921 : Papers from the British Parliamentary Archive, T. Coates (éd.), Londres, The Stationery Ofce, 2000, p. 184.

10 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, Dublin, Gill & Macmillan, 1970, p. 139-140.

11 The Irish Uprising, 1914-1921, p. 170 : « acknowledge the right of Ireland to secede from her allegiance to the King. »

12 T.P. Coogan, Eamon de Valera, Londres, Arrow, 1993, p. 244-250.

13 The Irish Uprising, 1914-1921, p. 208 : « with a view to ascertaining how the association of Ireland with the community of nations known as the British Empire may best be reconciled with Irish national aspirations. »

14 F.S.L. Lyons, Ireland Since the Famine, Londres, Fontana, 1973, p. 431-443.

15 W. Churchill, The World Crisis…, p. 305.

16 F. Pakenham, Peace by Ordeal, p. 298 : « war within three days. »

17 Article 4 : « I… do solemnly swear true faith and allegiance to the Constitution of the Irish Free State as by law established and that I will be faithful to H.M. King George V, his heirs and successors by law, in virtue of the common citizenship of the group of nations forming the British Commonwealth of Nations. »

18 Cité in D. Macardle, The Irish Republic [1937], Londres, Corgi, 1968, p. 878 : « I do swear to bear true faith and allegiance to the Constitution of Ireland and to the Treaty of Association of Ireland with the British Commonwealth of Nations, and to recognize the King of Great Britain as Head of the Associated States. »

19 D. Judd, Empire, Londres, Phoenix, 1996, p. 340.

20 Cité in D. Harkness, The Restless Dominion, Londres, Macmillan, 1969, p. 21 : « I do swear that I will be faithful and bear true allegiance to Her Majesty Queen Victoria. »

21 E. de Valera : « I am against this Treaty because it will not end the centuries of conict between the two nations of Great Britain and Ireland », in Great Irish Speeches of the Twentieth Century, M. McLoughlin (éd.), Dublin, Poolbeg, 1996, p. 90-91 : « I am against this Treaty because it does not reconcile Irish national aspirations with association with the British government. I am against this Treaty, not because I am a man of war, but a man of peace. I am against this Treaty because it will not end the centuries of conict between the two nations of Great Britain and Ireland. We went out to effect such a reconciliation and we have brought back a thing which will not even reconcile our own people much less reconcile Britain and Ireland. »

22 N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs : Problems of External Policy, 1931-1937, Oxford, Oxford University Press, 1952, p. 5.

23 N. Mansergh, The Commonwealth Experience, New York, Praeger, 1969, p. 30-58.

24 Résolution IX, citée in H. Grimal, De l’Empire britannique au Commonwealth, Paris, Armand Colin, 1971, p. 249.

25 F. Pakenham, Peace by Ordeal, p. 247-248.

26 S. Garner et J.-C. Redonnet, A Documented History of the Commonwealth, Paris, Éditions du Temps, 1999, p. 43.

27 T. Jones, Whitehall Diary, vol. III, Ireland, 1918-1925, Keith Middlemas (éd.), Oxford, Oxford University Press, 1971, p. 155-156.

28 Dáil Debates, vol. III col. 32 (19 décembre 1921) : « it gives us freedom, not the ultimate freedom that all nations desire and develop to, but the freedom to achieve it. »

29 Cité in F. Pakenham, Peace by Ordeal, p. 281 : « The problem of associating autonomous communities can only be solved by recognising the complete independence of the several countries associated. »

30 D. Judd, Empire, p. 269.

31 N. Mansergh, The Commonwealth and the Nations, p. 197 : « Between the British view of the Treaty and the Irish there has always been a gulf. »

32 R. Marx, De l’Empire au Commonwealth, Paris, Ophrys–Ploton, 1995, p. 93-94.

33 J.W. Young, Britain and the World in the Twentieth Century, Londres, Arnold, 1997, p. 80-83.

34 G.R. Sloan, The Geopolitics of Anglo-Irish Relations in the Twentieth Century, Londres, Leicester University Press, 1997, p. 135-157.

35 Cité in J.T. Carroll, Ireland in the War Years, Newton Abbott, David & Charles, 1975, p. 26 : « Of course you must have the ports. They are necessary for your life. »

36 D. Macardle, The Irish Republic, p. 887.

37 Cité in R. Fanning, Independent Ireland, Dublin, Helicon, 1983, p. 120 : « foreign relations [are] the test of independence. »

38 E. Childers, « It is the question of what the delegation was entitled to do », in Great Irish Speeches of the Twentieth Century, p. 103-109.

39 Dáil Debates, vol. III col. 40 (19 décembre 1921) : « It is useless again to refer to Canada. Canada is 3,000 miles away. »

40 G.R. Sloan, The Geopolitics…, p. 178.

41 Cité in A.B. Keith, Speeches and Documents on the British Dominions, 1918-1931, Oxford, Oxford University Press, 1932, p. 84-85.

42 R. Blake, The Conservative Party from Peel to Thatcher, Londres, Fontana, 1985, p. 202-206.

43 J. Coakley, « The Foundations of Statehood » in Politics in the Republic of Ireland, J. Coakley et M. Gallagher (éd.), Galway, PSAI, 1996, p. 13-14.

44 W. Churchill, The World Crisis…, p. 310-311.

45 A.C. Hepburn, Ireland, 1905-1925, Documents and Analysis, Newtownards, Colourpoint, 1998, vol. II, p. 218-219.

46 J. Bowman, De Valera and the Ulster Question, 1917-1973, Oxford, Oxford University Press, 1982, p. 72-73.

47 W. Churchill, The World Crisis…, p. 331 : « we should certainly not be able to regard any such arrangement as a basis on which we could build. »

48 P. Joannon, Histoire de l’Irlande, Paris, Plon, 1973, p. 301.

49 B. Farrell, « From First Dáil through Irish Free State », in De Valera’s Constitution and Ours, B. Farrell (éd.), Dublin, Gill & Macmillan, 1988, p. 25-27.

50 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 189.

51 B. Chubb, « British and Irish Constitutional Development », in Ireland and Britain since 1922, P.J. Drudy (éd.), p. p. 27-29.

52 N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs…, p. 27 : « It implanted an element of xity in a settlement designed to guarantee an element of growth in status. »

53 W. Churchill, The World Crisis…, p. 318-320. Voir aussi W. Churchill, « Dreary steeples of Fermanagh and Tyrone », in Great Irish Speeches of the Twentieth Century, p. 110-119.

54 A. Mitchell et P. Ó Snodaigh, Irish Political Documents, 1916-1949, Blackrock, Irish Academic Press, 1985, p. 137.

55 W. Churchill, The World Crisis…, p. 341-342 : « The presence in Dublin, of a band of men styling themselves the Headquarters of the Republican Executive is a gross breach and deance of the Treaty. The time has come when it is not unfair, premature or impatient for us to make to the strengthened Irish Government and new Irish Parliament a request in express terms that this sort of thing must come to an end. If it does not come to an end and a speedy end, then it is my duty to say, on behalf of His Majesty’s Government, that we shall regard the Treaty as having been formally violated, and we shall take no steps to carry out or legalise its further stages, and that we shall resume full liberty of action in any direction that may seem proper, or to any extent that may be necessary to safeguard the interests and the rights that are entrusted to our care. »

56 Churchill aurait d’ailleurs donné l’ordre au général Macready de lancer l’assaut, mais celui-ci aurait préféré attendre, la suite des événements lui donnant raison (ibid., p. 343).

57 Ibid., p. 346.

58 A.C. Hepburn, Ireland…, p. 221-223.

59 H. Wilson, A Prime Minister on Prime Ministers, Londres,Weidenfeld & Nicolson–Michael Joseph, 1977, p. 143.

60 J.C. Beckett, The Making of Modern Ireland, 1603-1923, Londres, Faber & Faber, 1981, p. 460-461.

61 C. Cruise O’Brien, « Ireland in International Affairs », in Conor Cruise O’Brien Introduces Ireland, O. Dudley Edwards (éd.), Londres, Deutsch, 1969, p. 109.

62 H. Kearney, The British Isles, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 263.

63 N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs…, p. 215-216.

64 F. S. L. Lyons, Ireland Since the Famine, p. 570.

65 N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs…, p. 272 : « The rst was that it came too late, the second that it came as the result of violence, and the third that as a result of Partition it was deprived of strong, coherent support. »

66 D. Lowry, « “A Fellowship of Disaffection” : Irish-South African Relations from the Anglo-Boer War to the Pretoriastroika, 1902-1991 », Études irlandaises, n° XVII-2, 1992, p. 110-112.

67 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. ix.

68 N. Mansergh, The Commonwealth Experience, p. 213-214.

69 F. Pakenham, Peace by Ordeal [1935], p. 149.

70 B. Sexton, Ireland and the Crown, 1922-1936, Blackrock, Irish Academic Press, 1989, p. 81.

71 T. Jones, Whitehall Diary…, p. 218.

72 N. Mansergh, The Commonwealth Experience, p. 229.

73 A.B. Keith, Speeches…, p. 164-165.

74 Cité in N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs…, p. 38 : « The parties interested in the appointment of a Governor-General of a Dominion are His Majesty the King, whose representative he is, and the Dominion concerned. »

75 P. Kennedy, The Realities Behind Diplomacy [1981], Londres, Fontana, 1985, p. 248-249.

76 D. Judd, Empire, p. 288-289.

77 N. Mansergh, The Commonwealth Experience, p. 215.

78 A.B. Keith, Speeches…, p. 349-351.

79 S. Cronin, Washington’s Irish Policy, 1916-1986, Dublin, Anvil, 1987, p. 47-48.

80 À partir de 1949, suite à l’abrogation du External Relations Act, tous les représentants irlandais prirent le titre d’ambassadeur, de même que le représentant britannique à Dublin.

81 D. Keogh, Ireland and Europe, 1919-1989, Cork–Dublin, Hibernian University Press, 1990, p. 19.

82 N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs…, p. 71.

83 D. Keogh, « Ireland », in The Times Survey of Foreign Ofces around the World, Z. Steiner (éd.), Londres, Times, 1982, p. 290-291.

84 G. Keown, « Creating an Irish Foreign Policy in the 1920s », p. 38.

85 A.B. Keith, Speeches…, p. 62.

86 J.W. Young, Britain and the World in the Twentieth Century, Londres, Arnold, 1997, p. 84-85.

87 H. Wilson, A Prime Minister on Prime Ministers, p. 155-157.

88 D. Harkness, The Restless Dominion, p. 45-55.

89 M. Ó Corcora et R.J. Hill, « The Soviet Union in Irish Foreign Policy », International Affairs, 1982, vol. LVIII n° 2, p. 264.

90 Cité in A.B. Keith, Speeches…, p. 356 : « The present Treaty shall impose no obligation upon any of the British Dominions, or upon India, unless the Government of such Dominion, or of India signies its acceptance thereof. »

91 Cité in D. Harkness, The Restless Dominion, p. 81 : « for the rst time the afrmation of national self-interest at the expense of the diplomatic unity of the Empire came from the British Government. »

92 R. Marx, Histoire de la Grande-Bretagne, Paris, Armand Colin, 1990 (2e édition), p. 266.

93 P. Kennedy, The Realities Behind Diplomacy, p. 252.

94 H. Grimal, De l’Empire britannique au Commonwealth, p. 254.

95 N. Mansergh, « Ireland : External Affairs », in The Years of the Great Test, 1926-39, F. McManus (éd.), Cork, Mercier, 1967, p. 128.

96 N. Hillmer, « The Foreign Ofce, the Dominions and the Diplomatic Unity of the Empire », in Retreat from Empire, D. Dilks (éd.), Londres, Macmillan, 1981, p. 65-66.

97 Cité in S. Garner et J.-C. Redonnet (éd.), A Documented History of the Commonwealth, p. 58 : « They are autonomous Communities within the British Empire, equal in status, in no way subordinate one to another in any aspect of their domestic or external affairs, though united by a common allegiance to the Crown, and freely associated as members of the British Commonwealth of Nations. »

98 N. Mansergh, The Commonwealth Experience, p. 235-236.

99 N. Hillmer, « The Foreign Ofce… », p. 65.

100 Dáil Debates, vol. XXX col. 792-793 (5 juin 1929) : « Our purpose is that whatever remnants there may be of the old order of Imperial control will be removed and the last legal vestiges of the organisations now superseded swept away. The entire legal framework in which the old system of central rule was held together will be taken asunder and will never be put together again. A new legal structure will take its place, in which no bar or barrier to future constitutional development will be found. The free co-operation which is the basis of the Commonwealth idea, the instrument of its usefulness and the expression of the individual sovereignty of its members will be re-clothed in forms which reveal rather than conceal its reality. »

101 D. Harkness, The Restless Dominion, p. 100-104.

102 H. Grimal, De l’Empire britannique au Commonwealth, p. 254-257.

103 Dáil Debates, vol. XXXIX col. 2303 (16 juillet 1931) : « the King, acting on the advice of the British Government, can no more contract for the Irish Free State than can the King of Italy or the Mikado of Japan. »

104 D. Harkness, The Restless Dominion, p. 243-244.

105 F. S.L. Lyons, Ireland Since the Famine, p. 431-443.

106 A.B. Keith, Speeches…, p. 302.

107 D. McMahon, Republicans and Imperialists : Anglo-Irish Relations in the 1930s, New Haven (CT), Yale University Press, 1984, p. 29.

108 M. Kennedy, Ireland and the League of Nations, Blackrock, Irish Academic Press, 1996, p. 21-42.

109 P. Keatinge, A Place Among the Nations, p. 66.

110 M. Kennedy, Ireland and the League of Nations, p. 65-71.

111 M. Moynihan (éd.), Speeches and Statements of Eamon de Valera, p. 26.

112 G. Keown, « Creating an Irish Foreign Policy in the 1920s », p. 30-31.

113 N. Mansergh, The Commonwealth Experience, p. 214.

114 M. Kennedy, Ireland and the League of Nations, p. 81-89.

115 M. Kennedy, « The Irish Free State and the League of Nations, 1922-32 : The Wider Implications », Irish Studies in International Affairs, vol. III n° 4, 1992, p. 18-20.

116 Cité in N. Hillmer, « The Foreign Ofce », p. 68 : « […] to lead to some incident liable to shake the unity of the Empire. »

117 Ibid., p. 71-75.

118 C. Cruise O’Brien, « Ireland in International Affairs », p. 107-108.

119 G. Keown, « Creating an Irish Foreign Policy in the 1920s », p. 32.

120 M. Kennedy, Ireland and the League of Nations, p. 129-149.

121 S. Lemass, « Fianna Fáil is a slightly constitutional party », in Great Irish Speeches of the Twentieth Century, p. 144-148.

122 Cité in R. Marx, Eamon de Valera, Paris, Beauchesne, 1990, p. 70.

123 E. O’Halpin, « British Intelligence and Anglo-Irish Relations, 1932-3 », in Irish Foreign Policy, M. Kennedy et J. Morrison Skelly (éd.), Dublin, Four Courts Press, 2000, p. 62-63.

124 D. Keogh, « De Valera, the Catholic Church and the “Red Scare”, 1931-1932 », in De Valera and His Times, J.P. O’Carroll et John A. Murphy (éd.), Cork, Cork University Press, 1986, p. 134-159.

125 J.A. Murphy, Ireland in the Twenthieth Century, p. 64-65.

126 D. McMahon, Republicans and Imperialists : Anglo-Irish Relations in the 1930s, New Haven (CT), Yale University Press, 1984, p. 29-30.

127 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 143.

128 D. Keogh, « Prole of Joseph Walshe, Secretary, Department of Foreign Affairs, 1922-46 », Irish Studies in International Affairs, vol. III n° 2, 1990, p. 71-72.

129 Cité in A. Mitchell et P. Ó Snodaigh (éd.), Irish Political Documents, 1916-1949, p. 195 : « an intolerable burden, a relic of mediaevalism. »

130 A. O’Day et J. Stevenson (éd.), Irish Historical Documents since 1800, Dublin, Gill & Macmillan, 1992, p. 189-191.

131 T.R. Dwyer, De Valera’s Finest Hour, Cork, Mercier, 1982, p. 25-27.

132 J.H. Thomas, My Story, Londres, Hutchinson, 1937, p. 184-185.

133 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 129-130.

134 N. Mansergh, « Ireland : External Affairs », p. 131-132.

135 E. de Valera, « An empty political formula », in Great Irish Speeches of the Twentieth Century, p. 137-138.

136 Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 276-277.

137 N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs…, p. 31.

138 Cité in N. Mansergh, Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs, 1931-1952 (vol. I), Londres, Oxford University Press – Royal Institute of International Affairs, 1953, p. 301-302 : « His Majesty’s Government in the United Kingdom consider that the passing of the Bill will not affect the duty of allegiance to the King or amount to an act of secession. They are advised that the allegiance of the members of the Irish Free State Parliament does not depend upon the swearing of the oath which by the Treaty and the Constitution they are required to take, and therefore that a failure to take the oath is not in itself a repudiation of allegiance. This does not alter the fact that in the view of His Majesty’s Government in the United Kingdom the removal of the oath is a breach of the Treaty. »

139 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 275.

140 D. McMahon, Republicans and Imperialists : Anglo-Irish Relations in the 1930s, p. 64.

141 R. Marx, « La monarchie et le problème irlandais, 1912-1937 », Revue française de civilisation britannique, 1994, vol. VII, n° 4, p. 42.

142 D. McMahon, Republicans and Imperialists : Anglo-Irish Relations in the 1930s, p. 96.

143 R. Marx, « La monarchie et le problème irlandais, 1912-1937 », Revue française de civilisation britannique, 1994, vol. VII, n°4, p. 42.

144 N. Mansergh, « Ireland : External Affairs », p. 132-133.

145 Cité in N. Mansergh, Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs (vol. I), p. 314 : « the Statute of Westminster gave to the Irish Free State a power under which they could abrogate the Treaty. »

146 D. McMahon, « Senate », in The Oxford Companion to Irish History, S.J. Connolly (éd.), Oxford, Oxford University Press, p. 506.

147 F.S.L. Lyons, Ireland Since the Famine, p. 473-474.

148 M. Charlot, « The Abdication Crisis », in The Monarchy in Britain in the Twentieth Century, M. Charlot (éd.), Paris, Ophrys–Ploton, 1993, p. 38-39.

149 R. Marx, Eamon de Valera, p. 73.

150 M. MacDonald, Titans and Others, Londres, Collins, 1972, p. 67-69.

151 The Guardian, 30 janvier 2003.

152 R. Fanning, « M. de Valera Drafts a Constitution », in De Valera’s Constitution and Ours, p. 36-37.

153 Cité in R. Marx, « La monarchie et le problème irlandais », p. 44 : « So long as Saorstat Éireann is associated with the following nations, that is to say, Australia, Canada, Great Britain, New Zealand and South Africa, and so long as the King recognised by those nations as the symbol of their cooperation continues to act on the behalf of each of these nations (on the advice of the several Governments thereof) for the purpose of the appointment of diplomatic and consular representatives and the conclusion of international agreements, the King so recognised may, and is hereby authorised to, act on the behalf of Saorstat Éireann for the like purposes as and when advised by the Executive Council to do so. »

154 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 293-294.

155 Dáil Debates, vol. CVII col. 91 (20 juin 1947).

156 N. Mansergh, Britain and Ireland, Londres, Longmans, Green & Co, 1943, p. 80.

157 E. de Valera, Dáil Debates, vol. LXIV, col. 1275-1281 (11 décembre 1936).

158 E. Gaudin, « La Constitution de 1937 et les directives sociales », L’Irlande politique et sociale, n° 2, 1986, p. 46.

159 R. Fanning, « M. de Valera Drafts a Constitution », p. 39-40.

160 Bunreacht na hÉireann,[1937], Dublin, Stationery Ofce, 1990, p. 6 : « Ireland is a sovereign, independent, democratic state. »

161 P. Arthur, Special Relationships : Britain, Ireland and the Northern Ireland Problem, Belfast, Blackstaff Press, 2000, p. 88-91.

162 Cité in N. Mansergh, « Ireland : External Affairs », p. 135 : « as not effecting a fundamental alteration in the position of the Irish Free State as a member of the British Commonwealth of Nations. »

163 Dáil Debates, vol. LXIV, col. 1279-1280 (11 décembre 1936).

164 N. Mansergh, Nationalism and Independence, p. 176.

165 Cité in M. Moynihan (éd.), Speeches and Statements by Eamon de Valera, p. 480 : « an independent republic, associated as a matter of our external policy with the States of the British Commonwealth. »

166 E. O’Halpin, Defending Ireland, Oxford, Oxford University Press, 1999, p. 130.

167 R. Fisk, In Time of War : Ireland, Ulster and the Price of Neutrality, 1939-1945, Londres, Paladin, 1983, p. 4-13.

168 Bunreacht na hÉireann, p. 86 : « War shall not be declared and the State shall not participate in any war save with the assent of Dail Éireann. »

169 P. Keatinge, A Singular Stance, p. 145-146.

170 E. de Valera, « The ports are handed over unconditionally », in Great Irish Speeches of the Twentieth Century, p. 179-187.

171 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 193.

172 N. Mansergh, Britain and Ireland, p. 90.

173 Cité in T.R. Dwyer, De Valera’s Finest Hour, p. 87 : « a series of Gibraltars scattered round the Irish coast. »

174 D. McMahon, « Senate », p. 189-190.

175 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 182.

176 Hansard, Parliamentary Debates, House of Commons (5 mai 1938), cité in G.R. Sloan, The Geopolitics…, p. 186 : « Queenstown and Berehaven shelter the otillas which keep clear the approaches to the Bristol and English Channels, and Lough Swilly is the base from which access to the Mersey and the Clyde is covered. In a war against an enemy possessing a numerous and powerful eet of submarines these are the essential bases from which the whole operation of hunting submarines, and protecting incoming convoys is conducted. […] If we are denied the use of Lough Swilly and have to work from Lamlash, we should strike 200 miles from the effective radius of our otillas, out and home ; and if we are denied Berehaven and Queenstown, and have to work from Pembroke Dock, we should strike 400 miles from their effective radius out and home. These ports are, in fact, the sentinel towers of the Western approaches, by which the 45,000,000 in this Island so enormously depend on foreign food for their daily bread, and by which they can carry on their trade, which is equally important to their existence. »

177 N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs : Problems of War-Time Cooperation and Post-War Change, 1939-1952, Oxford, Oxford University Press, 1958, p. 63-64.

178 R. Fisk, In Time of War…, p. 31.

179 M. MacDonald, Titans and Others, p. 83.

180 P. Kennedy, The Realities Behind Diplomacy, p. 230-243.

181 R. Marx, « Monnaie, finances publiques et problèmes sociaux en Angleterre de 1931 à 1941 », in La Société anglaise en guerre, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 1997, p. 74.

182 D. McMahon, Republicans and Imperialists, p. 239-240.

183 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 195-197.

184 N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs…, p. 312.

185 House of Commons Debates, vol. CCCXXXV, col. 1072-1078 (5 mai 1938), cité in N. Mansergh, Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs…,(vol. I), p. 383 : « we came to the conclusion that a friendly Ireland was worth far more to us both in peace and in war than these paper rights which could only be exercised at the risk of maintaining and perhaps increasing their sense of grievance. »

186 W. Churchill, The Second World War, The Gathering Storm, Londres, Cassell & C°, 1948, vol. I, p. 248 : « Personally, I remain convinced that the gratuitous surrender of our right to use the Irish ports in war was a major injury to British national life and safety. A more feckless act can hardly be imagined – and at such a time. It is true that in the end we survived without the ports. It is also true that if we had not been able to do without them we should have retaken them by force rather than perish by famine. But this is no excuse. Many a ship and many a life were soon to be lost as the result of this improvident example of appeasement. »

187 Ibid., p. 216.

188 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 361 : « I would like to testify that you did more than any former British statesman to make a true friendship between the peoples of our two countries possible and, if the task has not been completed, that it has not been for want of goodwill on your part. »

189 A. Mitchell et P. Ó Snodaigh (éd.), Irish Political Documents, 1916-1949, p. 218-219.

190 Cité in N. Mansergh, The Commonwealth and the Nations, p. 180 : « We have denitely committed ourselves to the proposition that this island shall not be used as a base for enemy attacks upon Great Britain. It is possible to visualize a critical situation arising in the future in which a united, free Ireland would be willing to co-operate with Britain to resist a common attack. »

191 C. Foley, Legion of the Rearguard, p. 188.

192 D. Keogh, « Ireland », p. 288.

193 Cité in T. Ryle Dwyer, Strained Relations : Ireland at Peace and the USA at War, 1941-45, Dublin, Gill & Macmillan, 1988, p. 4 : « [...] his goal has been to maintain neutrality and to help us within the limits of that neutrality to the full extent possible. »

194 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 247-248.

195 G.R. Sloan, The Geopolitics…, p. 201-202.

196 J.W. Young, Britain and the World in the Twentieth Century, p. 125-127.

197 J.H. Bettey (éd.), English Historical Documents, 1906-1939, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1967, p. 191-198.

198 E. de Valera, « The policy of the Government does not come as a surprise », in Great Irish Speeches of the Twentieth Century, p. 188-191.

199 J.A. Murphy, « The Achievement of Eamon de Valera », in De Valera and His Times, p. 3-5.

200 Cités in N. Mansergh, The Commonwealth Experience, p. 283 : « Where Britain goes, we go » ; « Britain is at war, therefore Australia is at war. »

201 P. Kennedy, The Realities Behind Diplomacy, p. 329.

202 G. FitzGerald, « L’évolution de la politique extérieure de l’Irlande, 1922-1986 », Études irlandaises, vol. XI, 1986, p. 117.

203 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 250-251.

204 Cité in J.T. Carroll, Ireland in the War Years, p. 19 : « We do not want formally to recognise Éire as a neutral while Éire remains a member of the British Commonwealth. To do this would be to surrender the hitherto accepted constitutional theory of the indivisibility of the Crown. Equally we do not want to take the line that Éire is no longer a member of the British Commonwealth. »

205 N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs…, p. 404.

206 C. Foley, Legion of the Rearguard, p. 118-120.

207 J.A. Murphy, Ireland in the Twentieth Century, Dublin, Macmillan, 1975, p. 79-82.

208 J.H. Whyte, Church and Stat e in Modern Ireland, Dublin, Gill & Macmillan, 1980, p. 91-93.

209 D. Keogh, Ireland and Europe, p. 68-69.

210 J. Dillon, « On the side of the Anglo-American alliance is right and justice and on the side of the Axis is evil and injustice », in Great Irish Speeches of the Twentieth Century, p. 196-204.

211 A. Mitchell et P. Ó Snodaigh (éd.), Irish Political Documents, 1916-1949, p. 220-221.

212 S. MacBride, L’Exigence de la liberté, Paris, Stock, 1981, p. 114.

213 J.P. Duggan, A History of the Irish Army, p. 186-187.

214 R. Fisk, In Time of War…, p. 78 : « In conventional military terms, Éire was practically defenceless. »

215 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 264-265.

216 N. Mansergh, Problems of War-Time Co-operation, p. 59 et 68-69.

217 R. Fisk, In Time of War…, p. 220-233.

218 J.P. Duggan, Neutral Ireland and the Third Reich, Dublin, Gill & Macmillan, 1989, p. 112-113.

219 D. Keogh, Ireland and Europe, p. 123-127.

220 M. MacDonald, Titans and Others, p. 85 : « [de Valera] could scarcely have promised more benevolent cooperation short of declaring war against the enemy. »

221 T.P. Coogan, De Valera, p. 748-750.

222 I.C.B. Dear (éd.), The Oxford Companion to World War II, Oxford, Oxford University Press, 1995, p. 324-325.

223 T. Allen, The Storm Passed By, Blackrock, Irish Academic Press, 1996, p. 145.

224 E. O’Halpin, « “According to the Irish Minister in Rome…” : British Decrypts and Irish Diplomacy in the Second World War », Irish Studies in International Affairs, vol. VI, 1995, p. 99.

225 J.P. Duggan, Neutral Ireland and the Third Reich, p. 226.

226 M.S. Quigley, A US Spy in Ireland, Dublin, Marino, 1999, p. 107.

227 P. Mangold, Success and Failure…, p. 27.

228 R. Fanning, Independent Ireland, p. 124-125.

229 J.J. Lee, Ireland 1912-1985, p. 265.

230 J.H. Whyte, Church and State in Modern Ireland, p. 93-95.

231 Voir R. Fisk, In Time of War…, p. 560-562.

232 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, p. 253.

233 J.T. Carroll, Ireland in the War Years, p. 66-68.

234 W. Churchill, The Second World War, vol. II, p. 600 : « The fact that we cannot use the South and West coasts of Ireland to refuel our otillas and aircraft, and thus protect the trade by which Ireland as well as Great Britain lives, that fact is a most grievious burden which should never have been placed on our shoulders, broad though they may be. »

235 A. Calder, The People’s War [1969], Londres, Pimlico, 1992, p. 231-232.

236 T. Allen, The Storm Passed By, p. 78.

237 Cité in T. Ryle Dwyer, Strained Relations, p. 105 : « The important thing from the viewpoint of Anglo-American cooperation is to bring to the notice of the American people the unfair and destructive policy of the de Valera politicians at the time when British and American interests are essentially the same and to obtain a verdict of American disapproval which will remove the pressure of the Irish question from Anglo-American relations. »

238 Cité in S. Cronin, Washington’s Irish Policy, p. 106 : « Dear Boss. »

239 R. Brennan, Ireland Standing Firm : My Wartime Mission in Washington and Eamon de Valera : A Memoir [1958], Dublin, University College Dublin Press, 2002, p. 76-77.

240 T. Ryle Dwyer, De Valera’s Finest Hour, p. 136.

241 E. O’Halpin, « Irish-Allied security relations and the “American note” crisis : new evidence from British records », Irish Studies in International Affairs, 2000, vol. XI, p. 71-83 : » the Joint Intelligence Committee concluded that “there would be no security advantage in the removal of the German legation” from Dublin. »

242 Cité in F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 404 : « Axis Agents enjoy almost unrestricted opportunity for bringing information of vital importance from Great Britain and Northern Ireland into Ireland, and from there transmitting it by various routes and methods to Germany. »

243 T.D. Davis, Dublin’s American Policy, Washington, D.C., Catholic University of America Press, 1998, p. 22-23.

244 W. Churchill, The Second World War, vol. V, Closing the Ring, Londres, Cassell, 1952, p. 614-615.

245 J.P. Duggan, Neutral Ireland and the Third Reich, p. 24-25.

246 S. MacBride, L’Exigence de la liberté, p. 117.

247 R. Brennan, Ireland Standing Firm…, p. 178-179.

248 Cité in D. Keogh, « Ireland », p. 289 : « For the rst time in history the British Cabinet have been able to conduct a long war without any anxiety about Ireland. Compare the war of 1914-18 when Ireland was still in the United Kingdom. We had to keep a big garrison in Ireland. We had to suppress a rebellion. We suffered deep humiliation. »

249 T.R. Dwyer, Strained Relations, p. 109 : « de Valera explained to Maffey that Ireland could not jump on the Allied bandwagon : “They would mock me if I changed after it appeared certain that you were going to win”. »

250 D. Keogh, « Eamon de Valera and Hitler : an analysis of international reaction to the visit to the German minister, May 1945 », Irish Studies in International Affairs, vol. III, no 1, 1989, p. 7.

251 C. Cruise O’Brien, « The Roots of My Preoccupations », The Atlantic Monthly, vol. 272, no 1, juillet 1994, p. 73-81.

252 Cité et traduit in R. Marx, Eamon de Valera, p. 157-158. (Voir aussi W. Churchill, The Second World War, vol. VI, Triumph and Tragedy, Londres, Cassell, 1954, p. 666-673).

253 Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 413.

254 Cité et traduit in R. Marx, Eamon de Valera, p. 158-159. (Voir aussi Great Irish Speeches of the Twentieth Century, p. 211-215.)

255 R. Sinnott, Irish Voters Decide, Manchester, Manchester University Press, 1995, p. 264.

256 Voir par exemple T. Ryle Dwyer, De Valera’s Finest Hour, p. 142 et J.A. Murphy, Ireland in the Twentieth Century, p. 107.

257 Il y avait aussi le fait que Dublin n’avait pas établi de relations diplomatiques avec Moscou et que l’Irlande était perçue comme faisant partie du bloc occidental.

258 S. MacBride, L’Exigence de la liberté, p. 93.

259 D. Dinan, « After the “Emergency” : Ireland in the Post-War World, 1945-50 », Éire-Ireland, 1989, vol. XXIV, n° 3, p. 96.

260 C. Attlee, As It Happened, Londres, Heinemann, 1954, p. 159-160.

261 S. Cronin, Washington’s Irish Policy, p. 201.

262 I. McCabe, A Diplomatic History of Ireland, 1948-48 : The Republic, the Commonwealth and NATO, Blackrock, Irish Academic Press, 1991, p. 36-37.

263 Cité in N. Mansergh, Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs, 1931-1952 (vol. II), Oxford, Oxford University Press, 1953, p. 797-801 (p. 801 : « inaccuracies and inrmities »).

264 C. Attlee, As It Happened, p. 190.

265 J. J. Lee, Ireland 1912-1985, p. 301 : « perhaps the most inept diplomatic exhibition in the history of the state. »

266 N. Browne, Against the Tide, Dublin, Gill & Macmillan, 1987, p. 129-134.

267 Lord Alexander était lui-même un unioniste convaincu : en 1914, lors de la mutinerie de l’Armée britannique en Irlande (the Curragh mutiny), il fit partie des 58 officiers qui préférèrent présenter leur démission plutôt que d’avoir à réprimer une révolte unioniste contre la loi sur l’autonomie irlandaise.

268 S. Cronin, Washington’s Irish Policy, p. 207-208.

269 N. Mansergh (éd.), Nationalism and Independence, p. 187.

270 R. Fanning, Independent Ireland, p. 173.

271 J.J. Lee, Ireland 1912-1985, p. 306.

272 B. Farrell, Chairman or Chief ? The Role of Taoiseach in Irish Government, Dublin, Gill & Macmillan, 1971, p. 46-50.

273 I. McCabe, « John Costello “Announces” the Repeal of the External Relations Act », p. 72.

274 D. Dinan, « After the “Emergency”… », p. 96.

275 I. McCabe, A Diplomatic History of Ireland…, p. 50-51.

276 S. MacBride, L’Exigence de la liberté, p. 124-127.

277 S. Garner et J.-C. Redonnet, A Documented History of the Commonwealth, p. 99-102.

278 D. McMahon, « A Larger and Noisier Southern Ireland : Ireland and Dominion Status in India, Burma and the Commonwealth, 1942-49 », in Irish Foreign Policy, p. 187-188.

279 279. Cité in N. Mansergh, Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs (vol. II), p. 809 : « The Government regret that Éire will […] no longer be a member of the Commonwealth. The Éire Government have, however, stated that they recognize the existence of a specially close relationship between Éire and the Commonwealth countries and desire that this relationship should be maintained. These close relations arise from ties of kinship and from traditional and long-established economic, social and trade connexions based on common interest. The United Kingdom Government, for their part, also recognize the existence of these factual ties, and are at one with the Éire Government in desiring that close and friendly relations should continue and be strengthened. »

280 F.P. Longford et T.P. O’Neill, Eamon de Valera, p. 433-434.

281 D. Dinan, « After the “Emergency”… », p. 101.

282 Dáil Debates, vol. CXIII col. 347-352 (24 novembre 1948) : « This Bill will end, and end forever, in a simple, clear and unequivocal way this country’s long and tragic association with the institution of the British Crown and will make it manifest beyond equivocation or subtlety that the national and international status of this country is that of an independent republic. […] This Bill burns no bridges leading either to national unity or to closer friendship with the people of our neighbouring country, Great Britain. It places no obstacles in the way of the progress which we hope to make towards both those goals. I have said, and I want to repeat it again, because I am addressing here today not merely the audience that is immediately listening to me but to a wider audience, that not merely is this measure intended to be a Bill to promote domestic peace and harmony, but it is a measure designed to achieve and one which we believe will achieve a greater measure of friendship and goodwill than has ever existed in the long and tragic association between Great Britain and Ireland. We want to increase that friendship and that goodwill. This Bill is not a mere expression of nationalistic egoism or isolationism. We are a small nation and we require friends. It is only, as we believe, by goodwill and friendship and the recognition of our mutual rights and the appreciation of our reciprocal interests that that measure of good-will and friendship which we wish to achieve shall be achieved. »

283 I.S. Macadam (éd.), The Annual Register, Londres, Longmans, Green & C°, 1950, p. 113.

284 Cité in A. Mitchell et P. Ó Snodaigh (éd.), Irish Political Documents, 1916-1949, p. 250-254.

285 N. Mansergh, Problems of War-Time Co-operation, p. 290.

286 P. Rose, « Labour, Northern Ireland and the Decision to Send in the Troops » in The Northern Ireland Question in British Politics, P. Catterall et S. McDougall (éd.), Londres, Macmillan, 1996, p. 89.

287 B. Faulkner, Memoirs of a Statesman, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1978, p. 20.

288 R. Fanning, « The Response of the London and Belfast Governments to the Declaration of the Republic of Ireland, 1948-49 », International Affairs, 1981-1982, vol. LVIII, n° 1, p. 95-103.

289 Cité in D. Harkness, Ireland in the Twentieth Century, p. 160-166.

290 N. Mansergh, Documents and Speeches on British Commonwealth Affairs (vol. II), p. 831.

291 C. Reeves, « “Let us stand by our friends” : British policy towards Ireland, 1949-1959 », Irish Studies in International Affairs, vol. XI, 2000, p. 88.

292 C. Attlee, As It Happened, p. 191.

Table des illustrations

Légende Carte 1 – Les trois ports
Crédits Source : R. Fisk, In Time of War : Ireland, Ulster and the Price of Neutrality, 1939-1945, Londres, Paladin, 1985, p. 4.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1182/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

© Presses universitaires de Caen, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540