Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une relation unique

 | 
Christophe Gillissen

Introduction

Texte intégral

  • 1 « The Downing Street Declaration », in Great Irish Speeches of the Twentieth Century,

1En ce début du xxie siècle, quelque quatre-vingts années après la fondation de l’État irlandais, Londres et Dublin commencent seulement à normaliser leurs relations. Discours symboliques, visites officielles et accords diplomatiques témoignent d’un effort mutuel pour mettre fin au lourd « héritage historique » envenimant les relations irlando-britanniques, comme les deux chefs de gouvernement le soulignèrent à l’occasion de la déclaration de Downing Street en 19931. D’une certaine manière, on peut dire que la décolonisation arrive enfin à son terme, malgré des difficultés persistantes dans l’application de l’Accord du Vendredi saint en Irlande du Nord.

  • 2 P. Keatinge, A Singular Stance, Dublin, Institute of Public Administration, 1984, p. 77.

2Ce laps de temps peut paraître quelque peu surprenant par sa durée, mais Patrick Keatinge, grand spécialiste de la politique étrangère de l’Irlande, a mis en évidence les trois caractéristiques principales des relations irlando-britanniques, qui en font la spécificité mais qui en ont également retardé la normalisation : il s’agit de la proximité des deux pays, de leur rapport de forces asymétrique et de leur frontière contestée2.

  • 3 N. Mansergh, Britain and Ireland, Londres, Longmans, Green & C°, 1942, p. 5 : « enforced intimacy i (...)

3Il est peu de pays qui soient aussi intégrés sur le plan économique et qui aient des liens sociaux, politiques et culturels aussi étroits. Cela s’explique en partie par leur proximité géographique mais, comme le signala Nicholas Mansergh en pleine Seconde Guerre mondiale – à un moment où les relations irlando-britanniques étaient au plus bas –, cette « intimité imposée ne constitue pas une garantie de compréhension mutuelle, même si elle rend une coopération amicale vitale pour les deux pays »3. De fait, la proximité de la Grande-Bretagne et de l’Irlande eut aussi comme résultat d’amener Londres à tenter d’imposer son hégémonie sur l’ensemble des îles britanniques.

4L’asymétrie du rapport de forces lui permit d’asseoir sa domination politique sur l’Irlande jusqu’au début du xxe siècle. En 1921, la décolonisation fut amorcée, mais dans le cadre d’une partition de l’Irlande contraire à la volonté des séparatistes irlandais. Par la suite, la question d’Irlande du Nord fut de ce fait un facteur de discorde persistant entre Londres et Dublin, tout comme le degré d’autonomie que Londres était disposé à accorder à l’État libre d’Irlande. Il fallut attendre l’entrée des deux pays dans la Communauté européenne en 1973 pour qu’un rapport d’égal à égal fût enfin établi.

5Mais cette égalité demeure théorique dans une certaine mesure. Même si le service diplomatique irlandais s’est développé depuis les années soixante-dix, comblant quelque peu le fossé entre la splendeur du Foreign Office et le dénuement relatif du ministère irlandais des Affaires extérieures – ministère qui fut logé dans une annexe du ministère de l’Agriculture jusque dans les années quarante ! –, Londres dispose encore de moyens diplomatiques bien supérieurs à ceux de Dublin. Par exemple, le Foreign Office emploie quelque 16 000 personnes, contre 1 400 seulement pour son homologue irlandais. Pourtant, l’importance même des structures administratives britanniques a pu gêner la conduite des relations avec l’Irlande par moments, en raison de la multiplicité des enjeux à traiter et le nombre d’acteurs impliqués dans le mécanisme de prise de décision. À l’inverse, la politique irlandaise, sous la conduite du chef du gouvernement, a pu se focaliser sur ses relations avec Londres, gage d’une efficacité indéniable en certaines occasions.

  • 4 Il est vrai que, jusqu’en 1949, l’Irlande ne relevait pas à proprement parler de la politique étran (...)

6Il est à signaler par ailleurs que leur rapport de forces déséquilibré a également influencé la recherche dans le domaine des relations extérieures de ces deux pays : alors que les relations irlando-britanniques sont le plus souvent évoquées de manière assez sommaire – elles sont même parfois carrément absentes – dans les publications sur la politique étrangère britannique, elles sont en revanche analysées en grand détail dans la plupart des publications sur la politique étrangère irlandaise4. Cela reflète la nature secondaire, périphérique de ces relations du point de vue britannique, ainsi que leur caractère prépondérant, sinon essentiel du point de vue irlandais. À cet égard, il est sans doute plus pertinent de parler de relations irlando-britanniques que de relations anglo-irlandaises.

  • 5 P. F. Trumbore, «Electoral Politics as Domestic Ratification in International Negotiations: Insight (...)

7De même, la question de l’Irlande du Nord a souvent été reléguée aux marges de la vie politique britannique, tandis qu’elle a toujours été une question centrale en Irlande. En effet, entre 1922 et 1968, le gouvernement britannique s’est désintéressé des affaires nord-irlandaises, alors que la question de la partition fut ravivée en Irlande par la dynamique même du système politique, les principaux partis se différenciant sur cet enjeu en particulier5. Cette divergence de point de vue n’a pas aidé non plus à normaliser les relations irlando-britanniques.

8Ces caractéristiques ont ainsi contribué à façonner une relation exceptionnelle ou unique (« a unique relationship ») entre l’Irlande et le Royaume-Uni, selon l’expression utilisée dans le communiqué de presse du sommet anglo-irlandais de mai 1980 et dans le préambule de l’Accord anglo-irlandais de 1985. En guise d’introduction, ces trois caractéristiques peuvent être présentées sous l’angle de la géographie, de l’histoire et des relations internationales.

La géographie

9Selon l’adage, en politique, il n’y a que la géographie qui ne change pas. Elle constitue le cadre naturel où se déploient les relations diplomatiques. Toutefois, dans le cas des relations irlando-britanniques, la géographie est assez complexe car elle comporte plusieurs dimensions qui inter-réagissent de manière parfois contradictoire.

10On peut identifier quatre dimensions principales : la dimension régionale, qui concerne les relations entre la Grande-Bretagne et l’Irlande ; la dimension nationale, où Dublin et Belfast constituent des centres concurrents en Irlande ; la dimension européenne, les îles britanniques occupant une position en retrait du reste du continent ; et la dimension mondiale, ces îles étant situées entre le continent européen et le nouveau monde – notamment les États-Unis – mais aussi au départ des voies maritimes depuis l’Europe vers le reste du globe, et en particulier vers les pays du Commonwealth.

Les îles britanniques

  • 6 J. Blair, « The Anglo-Saxon Period (c. 440-1066) », in The Oxford Illustrated History of Britain, K (...)

11Le facteur géographique prédispose la Grande-Bretagne et l’Irlande à des relations étroites. D’ailleurs, les flux migratoires entre l’Irlande et l’Écosse, par exemple, sont fort anciens, ainsi que les influences culturelles réciproques. St Patrick, évangélisateur de l’Irlande, était originaire de l’île britannique, tandis que par la suite les moines irlandais participèrent à la nouvelle évangélisation de l’Angleterre et de l’Écosse6. Il y eut également des échanges commerciaux importants de tout temps entre les deux îles. Elles constituent de fait des partenaires économiques naturels, qui ont donc tout intérêt à entretenir de bonnes relations.

12Elles sont également interdépendantes sur les plans stratégique et militaire. La Grande-Bretagne protège l’Irlande du continent, tandis que l’Irlande couvre le flanc occidental de la Grande-Bretagne. En effet, toutes les lignes de communication directes entre l’Irlande et le continent européen sont interceptées par la Grande-Bretagne, qui contrôle ainsi les accès à l’Irlande. Elle peut de ce fait imposer un blocus à l’Irlande. À l’inverse, la Grande-Bretagne est potentiellement vulnérable à une attaque du continent passant par l’Irlande, dont les ports dominent les accès maritimes occidentaux à la Grande-Bretagne. Napoléon disait d’Amsterdam que la ville était « un pistolet braqué sur le cœur de l’Angleterre » ; on pourrait dire de l’Irlande qu’elle en est un autre, braqué sur son dos. En temps de guerre, donc, chaque île doit pouvoir compter sur l’autre pour assurer sa sécurité.

13Cette interdépendance donne un caractère hautement probable à l’unité politique des îles britanniques. En 1799, à la veille de l’Union de la Grande-Bretagne et de l’Irlande, le comte de Minto pouvait défendre ainsi les mérites d’une unification de ces îles à la Chambre des lords :

  • 7 Cité in G.R. Sloan, The Geopolitics of Anglo-Irish Relations in the Twentieth Century, Londres, Lei (...)

Il suffit de jeter un coup d’œil à la carte pour voir que les deux îles ne sont pas seulement proches, mais qu’elles sont dans le giron, dans les bras l’une de l’autre, pour ainsi dire. La Nature les a marquées pour former un État unique, non seulement par leur proximité mutuelle, mais aussi par leur isolement, et leur isolement commun, du reste de l’Europe7.

14En 1921, la correspondance entre Eamon de Valera, dirigeant des nationalistes irlandais, et David Lloyd George, Premier ministre britannique, illustra ce propos. À plusieurs reprises, ce dernier souligna l’interdépendance des deux îles, réalité naturelle dont tout homme politique devait s’accommoder selon lui :

  • 8 The Irish Uprising, 1914-1921 : Papers from the British Parliamentary Archive, T. Coates (éd.), Lon (...)

Nous ne pensons pas qu’une réconciliation durable de la Grande-Bretagne et de l’Irlande puisse se faire sans la reconnaissance de leur interdépendance physique et historique, qui rend une totale séparation politique et économique irréalisable de part et d’autre8.

15D’ailleurs, en 1920, de Valera avait déjà reconnu la légitimité de ces besoins militaires, lorsqu’il établit un parallèle avec les relations entre les États-Unis et Cuba : Washington avait accepté l’indépendance de La Havane en contrepartie d’une neutralité de l’île, afin de garantir sa sécurité. De la même manière, de Valera pensait que Londres pourrait accorder à l’Irlande son indépendance si celle-ci prenait en considération les besoins stratégiques du gouvernement britannique. Au début des années quatre-vingt, le ministre britannique à l’Irlande du Nord, James Prior, fit la même comparaison lorsque les succès électoraux du Sinn Féin semblèrent menacer la stabilité de l’Irlande, nord et sud – sauf qu’il se référait à la crise des missiles de 1962 plutôt qu’au Traité américano-cubain de 1901. Mais dans les deux cas, les remarques étaient fondées sur la reconnaissance de l’interdépendance des îles britanniques, comparable à celle existant entre Cuba et les États-Unis.

  • 9 J. Bowman, De Valera and the Ulster Question, 1917-1973, Oxford, Oxford University Press, 1982, p. (...)

16Cette interdépendance se heurte à une autre réalité géographique toutefois, à savoir l’existence de deux îles distinctes, avec des frontières naturelles très apparentes. John Bowman a souligné l’influence de ces frontières sur le nationalisme irlandais, et en particulier le statut de l’image cartographique de l’Irlande aux yeux des nationalistes9. Dans la construction identitaire de la nation irlandaise, la représentation du territoire national prit une grande importance et contribua à façonner un séparatisme irlandais, déterminé à obtenir l’indépendance de l’Irlande vis-à-vis de la Grande-Bretagne.

  • 10 Cité in W. Churchill, The World Crisis : The Aftermath, Londres, Thornton Butterworth, 1929, p. 353 (...)

17En d’autres termes, les îles britanniques présentent un caractère double – une unité stratégique et une dualité nationale –, ce que Henry Grattan exprima ainsi : « Le détroit [de St Georges] rend l’unité impossible, mais l’océan rend la séparation impossible »10. Mais ce caractère double est associé à un rapport de forces asymétrique entre les deux nations. En cas de conflit entre l’unité stratégique et la dualité nationale, on peut penser que c’est le premier de ces deux aspects qui a toutes les chances de prévaloir, dans la mesure où la plus puissante des deux nations a tout à y gagner : elle est davantage exposée aux menaces provenant du continent et dans le même temps elle dispose des moyens pour imposer ses considérations stratégiques à son partenaire.

L’Irlande, nord et sud

  • 11 Cité in J. Hunter, « An Analysis of the Conflict in Northern Ireland », in Political Cooperation in (...)

18Cette tension entre besoins stratégiques et aspirations nationales explique en partie la partition de l’île en 1920. Mais elle fut vécue comme une véritable mutilation de la nation par les nationalistes irlandais. Dès 1912, lorsque la possibilité d’une partition fut évoquée pour la première fois, John Redmond, chef du parti irlandais à Westminster, l’avait décrite comme « une abomination et un blasphème »11.

  • 12 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, Oxford, Clarendon, 1985, p. 246.

19Par la suite, la réunification devint l’objectif suprême du mouvement nationaliste. On sait que de Valera avait l’habitude, lorsqu’il recevait des représentants du gouvernement britannique, de leur montrer une carte accrochée au mur de son bureau, où le sud était entièrement noir et le nord entièrement blanc : elle était faite de telle manière que toute caractéristique physique ou humaine de la géographie irlandaise n’apparaisse pas, afin de mieux mettre en évidence les deux faits essentiels de son point de vue, à savoir l’unité naturelle de l’île et l’anomalie de la partition12. Quant au mouvement républicain, le Sinn Féin en particulier s’est attaché, au nom de cette vision, à rétablir l’unité physique, territoriale de l’Irlande, par-delà les aspirations de certains habitants de l’île. La frontière entre l’Irlande et le Royaume-Uni a donc envenimé les relations irlando-britanniques pendant longtemps.

20La pérennité de cette frontière, et partant son influence sur les relations irlando-britanniques, ont été d’autant plus fortes qu’elles correspondent à une autre caractéristique géographique importante des îles britanniques.

Carte 1 – L’Irlande, nord et sud

Source : R. Dudley Edwards, An Atlas of Irish History, Londres, Methuen, 1984 (2e édition), p. 22.

21Il s’agit de l’existence de deux pôles naturels au sein du territoire irlandais, Dublin et Belfast.

  • 13 J. H. Andrews, «A geographer’s view of Irish history», in The Course of Irish History, T.W. Moody e (...)

22Dublin se trouve sur la côte est de l’île, face au Pays de Galles, à la pointe d’un « triangle oriental » se rétrécissant vers l’ouest, entre la Liffey et la Boyne : cet espace, caractérisé par un relief modéré et des terres fertiles, se prête bien aux déplacements et à la culture. Avec Tara ou Dublin comme capitale, il a constitué un centre politique et culturel tout au long de l’histoire irlandaise, ainsi que le point d’accès privilégié des divers envahisseurs et conquérants13. Il a donc rayonné sur le reste de l’île, concrétisant une division est-ouest à l’échelle de l’Irlande, l’ouest étant périphérique et plus pauvre. Selon les époques, ce centre a pu être le relais du pouvoir britannique ou au contraire un foyer d’opposition contre Londres. Dans les deux cas, il a été donc constitutif d’une autre division est-ouest, mais à l’échelle des îles britanniques cette fois, entre le pouvoir anglais et le pouvoir irlandais.

  • 14 W. Hutchinson, Espaces de l’imaginaire unioniste nord-irlandais, Caen, Presses universitaires de Ca (...)
  • 15 M. Goldring, Gens de Belfast, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 25-34.

23Cependant, une division supplémentaire se superpose aux précédentes, une division nord-sud. En effet, le nord de l’île est séparé du reste de l’Irlande par des obstacles géographiques, tels des collines, des zones marécageuses et des forêts. Il constitue à ce titre un foyer de développement séparé, et l’on peut considérer le nord comme un sous-espace du territoire irlandais, caractérisé par une certaine autonomie vis-à-vis de la région de Dublin ainsi que par un accès maritime aisé vers l’Écosse et le nord de l’Angleterre. Cette division nord-sud est fort ancienne d’ailleurs, puisque des structures défensives remontant aux premiers siècles avant notre ère établissent déjà une ligne de démarcation entre les deux régions14. Par la suite, l’Ulster se singularisa par une résistance farouche contre le pouvoir anglais basé à Dublin jusqu’au début du xviie siècle. À la tension naturelle existant entre les deux parties de l’île, s’est alors ajouté le problème de deux communautés antagonistes partageant le même territoire. La politique britannique de la plantation visait à asseoir le contrôle de l’Irlande par Londres. Elle fut à l’origine d’une population hétérogène dans le nord de l’île, composée d’une communauté de colons, en relation étroite avec la Grande-Bretagne, et d’une communauté colonisée, qui fut privée de ses terres. Cela devait mener à des conflits locaux, tel le soulèvement de 1641, mais aussi à des rivalités entre Belfast, centre protestant unioniste, et Dublin, centre catholique nationaliste. Cette division acquit une dimension économique au xixe siècle, lorsque Belfast participa de plain-pied à l’industrialisation du nord de l’Angleterre, alors que Dublin demeura le centre d’une économie essentiellement agricole et artisanale15. L’idée d’une unité naturelle de l’île d’Irlande doit donc être nuancée.

  • 16 B. Laffan, « These Islands and the European Dimension » in Ireland in International Affairs, B. Ton (...)

24On arrive bien ainsi aux trois composantes ou « fibres » (strands) de l’Accord du Vendredi saint de 1998, qui tente de démêler l’écheveau des relations irlando-britanniques : la composante est-ouest (les relations entre Londres et Dublin), la composante nord-sud (les relations entre Dublin et Belfast) et la composante « interne » à l’Irlande du Nord (les relations entre protestants et catholiques)16. Mais pour comprendre l’apparente insolubilité de ces problèmes, leur intensité et leur pérennité, il faut à présent étudier la dimension européenne des relations irlando-britanniques.

L’Europe

25Les îles britanniques se situent à la périphérie occidentale de l’Europe et sont séparées du reste du continent par la mer. Cette position – un isolement au sens propre du terme – les prédispose sans doute à conserver un certain recul par rapport aux événements sur le continent, à y jouer un rôle quelque peu en retrait. Pierre Béhar par exemple leur attribue un rôle essentiellement conservateur, au sens où, au fil des siècles, elles ont conservé des cultures et des traditions qui étaient menacées sur le continent. Ainsi, la culture celte a subsisté plus longtemps dans les îles britanniques qu’ailleurs, tout comme le savoir hérité de la civilisation romaine fut préservé en Irlande après la chute de l’Empire :

  • 17 P. Béhar, Une géopolitique pour l’Europe, Paris, Desjonquères, 1992, p. 41-42.

Quand l’Empire romain à son tour s’écroula sous les coups de boutoir des Barbares, l’Irlande, et accessoirement l’Écosse, préservèrent la culture qu’elles avaient héritée de l’Europe continentale et qu’elles vinrent lui restituer à partir du haut Moyen Âge […]. Entre ces îles et le reste de l’Europe, la relation est dialectique. À l’Europe, elles doivent tout, à commencer par leur population. Pour l’Europe en retour – et notamment pour sa partie occidentale, sur laquelle leur rayonnement se réfléchit, – le conservatisme actif de ces îles joue un rôle essentiel. Parfois même, comme au haut Moyen Âge, il est au propre sens fondamental : dans la mesure où il refonde la civilisation européenne17.

  • 18 D. Reynolds, Britannia Overruled, Londres, Longman, 1991, p. 62.

26Béhar souligne également le rôle défensif de la Grande-Bretagne contre les ambitions hégémoniques des grandes puissances continentales, comme la France napoléonienne ou l’Allemagne nazie par exemple. De fait, l’un des fils conducteurs de la politique britannique a été la volonté de garder une certaine distance par rapport aux affaires du continent (« splendid isolation ») tout en y maintenant un équilibre des pouvoirs18.

27Elle a aussi cherché à renforcer l’unité stratégique des îles britanniques afin d’assurer sa défense face aux puissances continentales. Ainsi, les phases principales de la conquête britannique de l’Irlande correspondent à des périodes où la Grande-Bretagne était menacée par d’autres puissances européennes : la politique de la plantation s’explique par le contexte des guerres de religion et des pressions espagnoles, qui culminèrent avec l’invincible Armada, tandis que l’Acte d’Union se situe en plein conflit franco-britannique, entre la période de la France révolutionnaire et celle de la France napoléonienne.

  • 19 J. Hume, Personal Views, Enfield, Roberts Rinehart, 1996, p. 73-75.

28Quant à l’Irlande, elle a tenté à plusieurs reprises de jouer de ces tensions pour contourner le rapport de forces déséquilibré entre elle-même et la Grande-Bretagne. C’est le sens de l’adage nationaliste irlandais, « Les problèmes de la Grande-Bretagne sont la chance de l’Irlande » (« Britain’s difficulty is Ireland’s opportunity »). On sait qu’à différentes époques, l’Irlande établit des alliances ponctuelles avec l’Espagne, la France ou encore l’Allemagne contre la Grande-Bretagne, dans l’espoir d’arracher son indépendance19.

29En fait, les îles britanniques constituent un sous-espace du continent européen, et l’importance de leur unité stratégique est en corrélation directe avec l’ampleur des divisions européennes. Plus l’Europe est la proie d’idéologies et de nationalismes rivaux, avec le risque élevé de conflit que cela suppose, plus la Grande-Bretagne doit veiller à sa propre sécurité, qui est en partie tributaire de l’Irlande. Les divisions européennes ont donc largement contribué aux conflits anglo-irlandais puisqu’elles ont incité le pouvoir britannique à renforcer sa domination sur l’Irlande.

  • 20 P. Keatinge, « The Europeanisation of Irish Foreign Policy », in Ireland and the European Community(...)

30À l’inverse, les traités et organisations qui ont renforcé l’unité européenne permirent d’atténuer l’importance stratégique des îles britanniques en tant que sous-espace de l’Europe, et donc d’améliorer les relations anglo-irlandaises. C’est vrai en particulier de l’intégration européenne qui, de plus, permet aux dirigeants irlandais et britanniques de se rencontrer souvent et d’établir de bonnes relations personnelles20.

Carte 2 – Les îles britanniques et l’intégration européenne

Source « L’Europe en perspective », Les Cahiers français, n° 298, septembre-octobre 2000, p. 8.

Le monde

  • 21 T. Garvin, « The French are on the sea », in Europe : The Irish Experience, R. O’Donnell (éd.), Dub (...)

31Ainsi, en ce qui concerne les îles britanniques, « l’Europe représente la fin de l’Empire, et donc la fin du vieux contentieux anglo-irlandais »21. L’Empire britannique a en effet pesé sur les relations anglo-irlandaises. La position périphérique de la Grande-Bretagne l’a amenée à s’ouvrir sur le reste du monde et à développer un Empire fondé sur la maîtrise des mers. En 1907, Sir Eyre Crowe rédigea un rapport célèbre sur les relations du Royaume-Uni avec la France et l’Allemagne, où il souligna le rôle de la géographie :

  • 22 Cité in N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs : Problems of External Policy, 1931-193 (...)

Le caractère général de la politique étrangère de l’Angleterre est déterminé par les conditions immuables de sa position géographique d’État-île sur le flanc océanique de l’Europe, avec de grandes colonies et dépendances au-delà des mers, dont l’existence et la survie en tant que communauté indépendante sont indissociables d’une puissance maritime prépondérante22.

32Mais cette puissance maritime supposait le contrôle des voies d’accès à la Grande-Bretagne, d’où l’importance stratégique des ports irlandais. En cas de conflit avec une puissance européenne, l’Empire constituait un atout essentiel pour Londres, à condition toutefois de sécuriser les lignes de communication entre la métropole et ses colonies. L’impérialisme britannique a donc contribué à faire prévaloir l’unité stratégique des îles britanniques sur le nationalisme irlandais, et cette considération explique aussi que de nombreux députés impérialistes britanniques refusèrent de reconnaître l’Irlande comme un dominion au même titre que les autres. De plus, l’Irlande a fait partie de cet Empire – elle en a même été la première colonie – et son maintien au sein de l’organisation était important pour préserver l’unité impériale. Ceci explique en partie les réticences britanniques à accorder l’indépendance à l’Irlande.

33Mais dans le même temps, l’Irlande a pu bénéficier du soutien des autres dominions dans ses efforts pour précipiter le déclin de l’Empire et accélérer son évolution vers le Commonwealth. Londres dut en effet traiter l’Irlande avec une certaine prudence pour ne pas provoquer de crise au sein du Commonwealth. Ce fut d’autant plus vrai que certains dominions – le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande – se devaient de soutenir la cause irlandaise, ou du moins de définir leur position vis-à-vis de l’Irlande avec grande circonspection, en raison de minorités d’origine irlandaise au sein de leurs propres populations.

  • 23 K. Robbins, « The Special Relationship : An Overview », Revue française de civilisation britannique(...)

34Enfin, il ne faut pas négliger le fait que les îles britanniques se trouvent entre le continent européen et l’Amérique : elles constituent une tête de pont pour ainsi dire vers le nouveau monde, position qui les prédispose à entretenir des relations étroites avec celui-ci – voire à devenir des têtes de pont américaines vers l’Europe. La Grande-Bretagne et l’Irlande ont ainsi des relations culturelles, commerciales et politiques privilégiées avec les États-Unis et le Canada, relations facilitées par une langue commune. Dès 1917, Londres et Washington coopérèrent étroitement dans le cadre de la Première Guerre mondiale et, à partir de 1940, établirent ce qu’il est convenu d’appeler une « relation spéciale », relation qui a accentué un certain désengagement britannique vis-à-vis des affaires européennes23.

  • 24 P. Joannon, « De Valera et les États-Unis », L’Irlande politique et sociale, n° 2, 1986, p. 77-94.

35De même, l’Irlande a tissé de nombreux liens avec les États-Unis, par une émigration considérable et soutenue vers l’Amérique dès le xviiie siècle, mais surtout à partir de la Grande Famine. Grâce au poids de l’électorat irlando-américain et à l’influence de l’élite politique issue de cette communauté, Dublin a pu à plusieurs reprises faire intervenir Washington dans les relations anglo-irlandaises afin de compenser son rapport de forces asymétrique avec la Grande-Bretagne. Cette stratégie trouve ses origines dans le discours de Charles Stewart Parnell à la Chambre des représentants en 1880, et fut notamment poursuivie par de Valera en 1919-192024. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Irlande faillit compromettre les lignes de communication entre la Grande-Bretagne et les États-Unis par sa neutralité, dans l’espoir de mettre fin à la partition ; et à partir de 1945, Dublin a tenté d’obtenir le soutien de Washington sur la question de l’Irlande du Nord.

  • 25 C. O’Clery, The Greening of the White House, Dublin, Gill & Macmillan, 1996, p. 123.

36À l’inverse, Londres a joué de sa relation spéciale avec les États-Unis pour contrer les pressions des lobbies ethniques américains, et notamment des lobbies irlandais et allemand, souvent hostiles au gouvernement britannique en raison de sa politique vis-à-vis de l’Irlande ou de l’Allemagne. C’est du moins ainsi que le journaliste Christopher Hitchens définit la relation spéciale25. L’objectif était de défendre certains intérêts britanniques menacés à Washington, mais du coup le gouvernement britannique a été contraint par moments de modérer sa politique irlandaise pour ne pas froisser son allié américain et ne pas mettre ces intérêts en péril. Ainsi, Eamon de Valera ne fut pas exécuté en 1916, contrairement aux autres dirigeants de l’insurrection de Pâques, car il détenait un passeport américain – or Londres cherchait à cette période à faire entrer les États-Unis dans la guerre. C’est-à-dire qu’il faut parfois aborder les relations anglo-irlandaises comme une composante des relations triangulaires entre Londres, Dublin et Washington.

37Cela dit, la géographie n’implique pas de déterminisme, elle crée tout au plus des prédispositions, un cadre où les accidents de l’histoire se déroulent, dans la limite de certaines contraintes. Mais les événements historiques peuvent à leur tour modifier le sens et la valeur de ces contraintes géographiques. Il peut être opportun de ce fait de rappeler brièvement les grandes lignes des relations anglo-irlandaises avant 1921.

L’histoire

Envahie au xiie siècle par l’Angleterre, l’Irlande ne fut véritablement inféodée à la monarchie anglaise qu’au xvie siècle, lorsque Henri VIII se fit proclamer roi d’Irlande. En effet, les premiers envahisseurs anglo-normands, peu nombreux, furent assez vite intégrés à la population irlandaise. Malgré les statuts de Kilkenny, votés en 1366, qui visaient à préserver le caractère et les spécificités culturelles des Anglo-normands, ceux-ci furent assimilés à la population indigène et devinrent « plus irlandais que les Irlandais eux-mêmes » selon l’expression d’un historien de l’époque. Ils ne relayèrent donc plus le pouvoir anglais en Irlande que de manière sporadique et limitée.

  • 26 T.C. Curtis et R.B. McDowell (éd.), Irish Historical Documents, 1172-1922 [1943], Londres, Methuen, (...)
  • 27 H. Kearney, The British Isles, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 103-104.

38Henri II ne s’impliqua guère dans l’invasion anglo-normande de 1169. S’il avait songé à conquérir l’Irlande dès 1155, suite à l’autorisation accordée par le pape Adrien IV, l’Angleterre et son vaste empire continental le préoccupaient davantage26. Il se contenta donc d’autoriser certains de ses vassaux du Pays de Galles, dont Richard de Clare (Strongbow), à se rendre en Irlande pour soutenir le roi d’une province irlandaise dépossédé de son trône27. Ce ne fut qu’en 1171 qu’il s’y rendit en personne. Mais cette invasion déboucha alors sur une véritable conquête : l’influence anglo-normande se répandit rapidement dans l’île, comme l’illustre un vaste réseau de fortifications construit au xiiie siècle.

  • 28 K. Simms, « The Norman Invasion and the Gaelic Recovery » in The Oxford Illustrated History of Irel (...)

39Cependant, la Couronne anglaise fut ensuite impliquée dans des conflits autrement plus pressants – notamment la guerre de Cent Ans et la guerre des Roses –, et l’Irlande passa au second plan de ses priorités. Malgré quelques tentatives de Jean Ier et Richard II pour restaurer l’autorité royale en Irlande, la zone d’influence du pouvoir anglais fut peu à peu réduite à la région autour de Dublin et de Wexford, région appelée « l’Enclos » (« the Pale »). Ailleurs, les nobles étaient quasiment indépendants, et les rentrées d’argent diminuèrent jusqu’au point où, dans la seconde moitié du xive siècle, l’Irlande était devenue un fardeau pour l’Échiquier britannique28.

40Avec l’établissement de la dynastie des Tudors en 1485, l’Angleterre connut une relative paix intérieure. Les possessions outre-Manche étant définitivement perdues, le pouvoir anglais se consacra dès lors à la domination de l’île voisine. Elle se révéla pourtant difficile, en raison notamment du schisme anglican et de la suppression des monastères sous Henri VIII : les Irlandais catholiques étaient fort attachés au monachisme et hostiles à la suprématie anglaise, notamment dans la province de l’Ulster, foyer de la résistance gaélique.

  • 29 M. Mac Curtain, « The Flight of the Earls », in Milestones in Irish History, L. de Paor (éd.), Cork (...)

41Par la suite, la Réforme anglaise et le contexte international des guerres de religions accrûrent l’enjeu stratégique du territoire irlandais du point de vue de Londres. En effet, l’Espagne, ennemi principal de l’Angleterre à cette époque, appuya les Irlandais dans leur lutte contre les souverains protestants, dont Elizabeth Ire en particulier. Il devint alors vital pour Londres de mettre fin à la rébellion irlandaise. La défaite de l’invincible Armada en 1588 et la victoire anglaise lors de la bataille de Kinsale en 1601, permirent à la Couronne d’Angleterre de mettre un terme à ces menaces. La guerre de Neuf ans (1593-1603) tourna à l’avantage de Londres, et en 1607 les comtes de Tyrone et de Tyrconnell, établis en Ulster, choisirent de s’exiler sur le continent, marquant ainsi la fin de la culture gaélique comme culture politique dominante en Irlande29. Privée de ses élites, la population irlandaise ne fut plus en mesure de résister de manière aussi efficace à la domination anglaise.

La « plantation »

  • 30 C. Cruise O’Brien, States of Ireland, Londres, Hutchinson, 1972, p. 37-38.

42Suivant le conseil de Machiavel, la Couronne britannique décida dans le même temps de remplacer une partie de la population autochtone rebelle par une population loyale, d’origine anglaise et écossaise, qui fut incitée à s’implanter en Irlande par la promesse de terres30. Cette politique de la plantation, menée dès 1556, mais surtout à partir de 1603 avec l’arrivée sur le trône de Jacques Ier, visait à consolider la domination britannique sur l’Irlande, et en particulier sur l’Ulster. Elle consacra le statut de l’Irlande en tant que première colonie anglaise, mais les relations entre colons et colonisés furent rendues conflictuelles par le profond fossé religieux entre presbytériens et catholiques, ainsi que par l’enjeu économique et social des terres confisquées aux indigènes et transférées aux immigrants. C’est à partir de cette période que les relations anglo-irlandaises prirent une dimension véritablement tragique, avec leur cortège d’insurrections et de massacres, comme le soulèvement de 1641 en Ulster, qui précipita la chute de Charles Ier, et la guerre de représailles menée par Cromwell quelques années plus tard.

43Ces événements en Irlande étaient en effet en relation étroite avec ceux en Grande-Bretagne : les tensions religieuses et politiques entre la dynastie des Stuarts et le Parlement de Westminster trouvèrent un écho dans les divisions entre catholiques et protestants en Irlande. La Glorieuse Révolution de 1688 accentua encore ces divisions, dans la mesure où les catholiques irlandais soutinrent Jacques II dans sa tentative de reprendre la Couronne britannique. À l’inverse, les protestants irlandais résistèrent aux troupes de Jacques II, notamment lors du siège de Derry en 1689, et défendirent la cause du nouveau monarque anglais, Guillaume d’Orange. À la suite de la bataille de la Boyne en 1690, où Guillaume d’Orange s’imposa face à son rival, les deux communautés étaient donc plus divisées que jamais. Par la suite, la minorité victorieuse promulgua des lois pénales afin de réduire la majorité à l’état d’une paysannerie asservie, privée de tout pouvoir militaire, politique, culturel ou économique, et d’asseoir sa propre domination.

Pourtant, la fin du xviiie siècle laissa percer quelques lueurs d’espoir. Les catholiques ne constituaient plus une menace pour les protestants et l’idéologie républicaine, inspirée par les révolutions américaine et française, semblait pouvoir unir les deux communautés dans un sentiment national commun, sentiment dirigé contre la Grande-Bretagne, il est vrai. En effet, les protestants, à l’image des colons américains, supportaient de plus en plus mal le joug politique et fiscal de Londres et voulaient davantage d’autonomie31A. J. Ward, « A Constitutional Background to the Northern Ireland Conflict » in Northern Ireland and the Politics of Reconciliation, D. Keogh et M. Haltzel (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 34-35.. Le parlement irlandais abrogea donc les lois pénales, et obtint en 1783 son autonomie législative vis-à-vis de Westminster. Henry Grattan déclara que l’Irlande était enfin une nation à part entière.

  • 32 H. Gough, « Anatomie d’un échec » in Les Français sont dans la baie : l’expédition en baie de Bantr (...)

44Cependant, ces tendances centrifuges furent limitées par Londres, qui tenta de maintenir son contrôle sur l’Irlande. En 1791, Theobald Wolfe Tone, avocat protestant de Belfast, fonda la Société des Irlandais Unis dans l’espoir d’imposer ses aspirations républicaines en Irlande. Cette organisation étant interdite en 1794, il se rendit à Paris en 1795 pour y solliciter le soutien de la France révolutionnaire. Son but était de fonder une république irlandaise laïque, calquée sur le modèle français, et Paris accepta de l’aider, afin d’affaiblir l’Angleterre32.

45Deux expéditions furent organisées, l’une en 1796 qui échoua en raison notamment d’une tempête qui dispersa la flotte française, l’autre en 1798 qui arriva trop tard pour assister l’insurrection irlandaise et qui fut vaincue par les troupes britanniques. Conscient de la menace que représentait l’Irlande sur le flanc occidental de la Grande-Bretagne, William Pitt fit alors voter l’Acte d’Union par les parlements britannique et irlandais.

L’Union

  • 33 J. McGuire, « The Act of Union », in Milestones in Irish History, p. 72-83.

46La loi sur l’Union entre la Grande-Bretagne et l’Irlande, votée en 1800 et entrée en vigueur le 1er janvier 1801, donna naissance au Royaume-Uni et mit fin au rêve des Irlandais Unis33. Le sentiment national irlandais perdit toute réalité constitutionnelle, tandis que l’unité stratégique des îles britanniques fut renforcée. Le gouvernement du Royaume-Uni put alors assumer la défense de l’ensemble des îles britanniques, mais cette mesure ne calma pas pour autant les ardeurs nationalistes, même si elle rompit l’alliance entre protestants et catholiques. En effet, le nationalisme irlandais devint un sentiment essentiellement catholique au xixe siècle. Les anglicans bénéficiaient d’un pouvoir politique et économique considérable et se sentaient intégrés à la vie sociale et culturelle de la nouvelle entité politique. De plus, l’Union leur assura un accès privilégié au marché britannique et, dans le contexte de la Révolution industrielle, propriétaires fonciers et industriels y trouvèrent leur compte.

  • 34 P. Adelman et R. Pearce, Great Britain and the Irish Question, 1800-1922, Londres, Hodder & Stought (...)

47Mais les catholiques étaient toujours marginalisés, sinon exclus, des sphères économique et politique. Il leur fallut attendre 1829 pour obtenir le droit de siéger au parlement de Westminster, par exemple, malgré les promesses en ce sens faites par Pitt en 1800. Et même après 1829, ils ne participèrent pratiquement pas à l’administration irlandaise. Sur le plan économique, la situation était similaire. La grande famine de 1845-1850 révéla l’ampleur de leur dénuement persistant, et de fait la question de la réforme agraire devait agiter la vie politique irlandaise pendant toute la deuxième moitié du siècle, le problème n’étant résolu qu’avec la loi Wyndham en 1903, qui permit aux paysans de racheter les terres aux propriétaires fonciers grâce à des prêts de l’État34.

  • 35 D. Cannadine, The Decline and Fall of the British Aristocracy [1990], Londres, Picador, 1992, p. 10 (...)
  • 36 P. Joannon, Le Rêve irlandais, La Gacilly, Artus, 1988, p. 81-126.

48Le gouvernement conservateur cherchait alors à contrer les aspirations séparatistes par des concessions judicieuses (« killing Home Rule by kindness »), et le résultat fut une redistribution spectaculaire des terres en Irlande, en net contraste d’ailleurs avec la situation en Grande-Bretagne35. Mais auparavant, la question de la réforme agraire alimenta la lutte politique et armée en Irlande contre le pouvoir britannique pendant toute la seconde moitié du xixe siècle, lutte ponctuée par divers soulèvements – la Jeune Irlande en 1848, les Fenians en 1867 – et rythmée par des campagnes politiques séparatistes, dont celles de Daniel O’Connell puis de Charles Stewart Parnell36.

49Le nationalisme irlandais louvoyait en effet entre l’autonomie et l’indépendance comme objectif, et entre l’action politique et la lutte armée comme moyen d’y parvenir. La politique britannique quant à elle alternait entre répression et réforme dans le but de maintenir l’union. À partir de 1885, toutefois, la possibilité d’une autonomie pour l’Irlande fut envisagée par William Gladstone, pour deux raisons. D’une part, son gouvernement minoritaire dépendait du soutien du parti de Parnell, et ce soutien était conditionné à une réforme du statut de l’Irlande. D’autre part, les nationalistes irlandais avaient obtenu une large majorité en Irlande – sauf dans le nord-est de l’île – en faveur de l’autonomie, et ce mandat finit de convaincre le Premier ministre britannique que la seule manière de concilier le nationalisme irlandais et la sécurité du Royaume-Uni était d’accorder une certaine autonomie à l’Irlande.

  • 37 N. Mansergh, The Commonwealth Experience, New York, Praeger, 1969, p. 188.

50Il fallut pourtant attendre le début du xxe siècle pour que cette politique obtienne un soutien assez large dans la classe politique britannique pour être appliquée. En effet, le premier projet de loi en ce sens (Home Rule Bill) divisa la majorité libérale de Gladstone et fut rejeté de justesse par la Chambre des communes en deuxième lecture, le 8 juin 188637. Cet échec provoqua une scission au sein du Parti libéral, les dissidents rejoignant le Parti conservateur qui devint alors officiellement unioniste. En 1893, un second projet de loi obtint malgré tout une majorité à la Chambre des communes mais fut rejeté cette fois par une vaste majorité à la Chambre des lords, où l’aristocratie britannique témoigna de sa solidarité avec les propriétaires fonciers anglo-irlandais.

  • 38 T.C. Curtis et R.B. McDowell (éd.), Irish Historical Documents, 1172-1922, p. 297-303.

51Ce ne fut qu’en 1911 que la possibilité d’un accord anglo-irlandais sur le statut de l’Irlande semblait devoir enfin l’emporter, lorsque le gouvernement libéral de Herbert Asquith, en coalition avec les nationalistes irlandais, abrogea le droit de veto de la Chambre des lords, qui ne disposait plus dès lors que d’un veto suspensif. Un troisième projet de loi sur l’autonomie irlandaise fut introduit en avril 1912 et approuvé lors de trois sessions parlementaires successives. Il devait donc entrer en vigueur en 191438.

  • 39 A.T.Q. Stewart, The Ulster Crisis [1967], Belfast, Blackstaff, 1997.
  • 40 R. Blake, The Conservative Party from Peel to Thatcher, Londres, Fontana, 1985, p. 194-195.
  • 41 Cité in N. Mansergh, Nationalism and Independence, Cork, Cork University Press, 1997, p. 9.

52Mais c’était compter sans une forte mobilisation de la population protestante de l’Ulster, qui menaçait de déclencher une véritable guerre civile39. Elle reçut le soutien de nombre d’officiers de l’Armée britannique et de membres éminents du Parti conservateur, dont le dirigeant à la Chambre des communes, Andrew Bonar Law, qui était lui-même d’origine protestante nord-irlandaise40. Il mena une fronde contre le gouvernement, affirmant que la loi de 1911 sur le Parlement (Parliament Act, 1911) était une atteinte à la Constitution, une subversion de l’État menée par un « comité révolutionnaire »41.

La fin de l’Union

53À cet égard, le début de la Première Guerre mondiale, au mois d’août 1914, permit opportunément de retarder l’entrée en vigueur de la loi sur l’Irlande, avec l’accord de John Redmond, chef de file des nationalistes irlandais, et de la majorité des Irlandais. Cependant, si une crise fut ainsi évitée en Grande-Bretagne, ce retard en précipita une en Irlande : en 1916, les nationalistes intransigeants, rassemblés autour du Sinn Féin et de la Confrérie républicaine irlandaise (Irish Republican Brotherhood), fomentèrent un soulèvement et déclarèrent l’indépendance de la république irlandaise.

  • 42 G. Dangereld, The Damnable Question : One Hundred and Twenty Years of Anglo-Irish Conict, Boston, (...)
  • 43 A.J.P. Taylor, English History, 1914-1945 [1965], Harmondsworth, Penguin, 1975, p. 145.

54Malgré son échec sur le plan militaire, ce soulèvement de Pâques (the Easter Rising) suscita la sympathie de l’opinion publique irlandaise, notamment après l’exécution de ses meneurs dans des circonstances parfois tragiques : Joseph Connolly fut ainsi amené devant le peloton d’exécution sur un brancard. La population fut définitivement acquise à la cause de l’indépendance lorsque Lloyd George tenta d’introduire la conscription en Irlande au mois d’avril 1918. Il y eut en effet une vaste campagne nationaliste contre cette mesure, avec l’appui de toutes les institutions – partis politiques, Église catholique et syndicats42. Selon l’historien A.J.P. Taylor, c’est à ce moment là que l’Irlande fit sécession du Royaume-Uni43.

  • 44 A. Mitchell et P.Ó Snodaigh, Irish Political Documents, 1916-1949, Blackrock, Irish Academic Press, (...)
  • 45 Dáil Éireann address to the free nations of the world (21 janvier 1919): « calls […] every free nat (...)

55Porté par cette mobilisation, le Sinn Féin, qui mena sa campagne sur le thème de l’indépendance, remporta une vaste majorité des sièges irlandais – 73 sur 105 – et la quasi-totalité des sièges hors l’Ulster lors des élections législatives de décembre 191844. Se sentant investis d’un mandat incontestable, les députés du Sinn Féin boycottèrent alors le Parlement de Westminster, dont ils rejetaient la souveraineté, et formèrent le Dáil Éireann, un parlement irlandais indépendant. Le 21 janvier 1919, le Dáil appela « toutes les nations libres à soutenir la République irlandaise en reconnaissant le statut de nation de l’Irlande »45. Le gouvernement britannique tenta de mater cette nouvelle révolte, mais la guerre anglo-irlandaise qui s’ensuivit, de 1919 à 1921, n’eut pas de résultat probant sur le plan militaire.

  • 46 T.C. Curtis et R.B. McDowell (éd.), Irish Historical Documents, 1172-1922, p. 297-303.

56Entre-temps, en 1920, Londres promulgua une loi, le Government of Ireland Act, abrogeant le Home Rule Act de 191446. L’idée était de satisfaire à la fois les exigences des protestants d’Irlande du Nord, farouchement opposés au Home Rule, et celles des catholiques, pour qui l’autonomie n’était toutefois sans doute plus suffisante. Il s’agissait d’accorder une autonomie législative à l’Irlande, mais de créer deux juridictions, l’une au nord, l’autre au sud, dans le cadre d’une instance pan-irlandaise, le Conseil de l’Irlande.

  • 47 R. Fanning, « Partition », in Milestones in Irish History, p. 133.

57Les unionistes s’en accommodèrent, même s’ils étaient opposés au principe du Home Rule, car ils échappaient ainsi au pouvoir d’une majorité catholique. De plus, ils avaient fortement influé sur le tracé de la frontière, qui leur fut avantageux, grâce à la présence de représentants au gouvernement britannique, tel Edward Carson47. Il obtint aussi que cette partition fût définitive, et non une mesure de transition pour six ans comme cela fut prévu au début. Ses arguments eurent d’autant plus de poids que les rebelles unionistes de 1912 s’engagèrent massivement dans l’Armée britannique et s’illustrèrent lors de la bataille de la Somme en 1916, où le régiment unioniste fut décimé. Cet acte de loyauté contrastait vivement avec le « coup de poignard dans le dos » des républicains quelques mois auparavant.

58Au bout du compte, le compromis fut donc très favorable aux unionistes. Mais les nationalistes, décidés à aller jusqu’au bout de leur lutte pour une indépendance totale, ne tinrent pas compte de la loi. Ils persévérèrent avec leurs propres institutions au nom du droit à l’autodétermination des peuples, droit invoqué par le Président américain, Woodrow Wilson, dans le cadre du règlement de la Première Guerre mondiale.

59La guerre se poursuivit, donc, jusqu’à l’été 1921, lorsque les belligérants décidèrent de s’asseoir à la table de négociations. Le résultat fut le Traité anglo-irlandais de 1921, qui donna naissance à l’État libre d’Irlande. Dès lors, on peut parler de relations anglo-irlandaises ou irlando-britanniques, au sens de relations diplomatiques entre États, qui relèvent de l’étude des relations internationales.

Les relations internationales

  • 48 C. Hill, « A Theoretical Introduction », in Foreign Policy-Making in Western Europe, W. Wallace et (...)

60Les trois écoles majeures dans le domaine des relations internationales – l’école réaliste, l’école transnationaliste et l’école marxiste – privilégient chacune un aspect de ces relations, elles en soulignent chacune une dimension spécifique, dont la réalité n’est guère contestable, même si, au bout du compte, aucune ne peut prétendre offrir une formulation complète et définitive des relations internationales48. Sans entrer donc dans une analyse détaillée de leurs mérites et limites respectifs, il peut être bon de présenter ces théories brièvement et de montrer en quoi elles sont pertinentes pour mieux comprendre certains aspects des relations irlando-britanniques.

L’école réaliste

  • 49 P. Braillard et M.-R. Djalili, Les Relations internationales, Paris, PUF, 1988, p. 11-29.
  • 50 B. McSweeney, « International Relations as Poetry », in Ireland in International Affairs, p. 132-13 (...)

61L’école réaliste ou classique se fonde notamment sur les travaux de Thomas Hobbes, Hans Morgenthau et Raymond Aron, et s’intéresse surtout aux rapports de forces entre États : c’est un modèle inter étatique conflictuel49. Le postulat fondamental est l’état de nature des relations internationales, anarchie qui conduit les États à chercher avant tout à veiller à leur sécurité, à leur survie. Leur objectif prioritaire est de trouver un équilibre, fût-ce l’équilibre de la terreur, en augmentant leur puissance et en cherchant à établir un droit et un ordre minimaux. En d’autres termes, c’est l’intérêt national qui prime50. Cette approche a été exprimée dans la célèbre formule de Lord Palmerston, qui déclara à la Chambre des communes en 1848 que le Royaume-Uni n’avait ni allié, ni ennemi éternel, seulement des intérêts à défendre.

  • 51 P. Keatinge et B. Laffan, « Ireland in International Affairs », in Politics in the Republic of Irel (...)

62Ces théories sont particulièrement pertinentes pour la période 19211945, où les rapports de forces ont été dominants tant dans le cadre des relations irlando-britanniques que dans celui des affaires européennes51. Elles permettent par exemple d’analyser les failles du Traité de 1921, censé créer un équilibre justement aux yeux de Londres, mais qui contenait les germes d’une nouvelle dynamique, déstabilisant ainsi les relations irlando-britanniques par la suite. En effet, pour les nationalistes irlandais, le Traité n’était qu’un compromis provisoire, une étape vers l’indépendance, et dès la fondation de l’État irlandais, Dublin tenta de le remettre en cause, notamment dans le cadre du Commonwealth et de la Société des Nations.

63À partir de l’arrivée au pouvoir de de Valera en 1932, c’est un véritable bras de fer qui eut lieu entre Londres et Dublin. Le gouvernement britannique tenta de faire respecter le Traité tandis que le gouvernement irlandais le démantela petit à petit, afin d’arriver à un équilibre nouveau. Cette démarche se fit d’abord sur un mode diplomatique, jusqu’en 1932, puis conflictuel, comme l’illustre notamment la guerre douanière (« the economic war ») de 1932-1938. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les relations irlando-britanniques furent à nouveau marquées par de grandes tensions, au point que Londres envisagea de prendre certains ports irlandais par la force afin d’assurer sa défense. Si la possibilité d’une action militaire fut finalement écartée par le gouvernement de coalition nationale mené par Churchill, des mesures de représailles économiques furent prises contre l’Irlande et une virulente campagne médiatique et diplomatique fut orchestrée par les Alliés contre le politique de Dublin.

64La proclamation de la république irlandaise en 1949 permit de définir un nouvel équilibre entre Londres et Dublin toutefois, sur la base de l’indépendance totale de l’Irlande. L’équilibre fut durable cette fois, malgré les problèmes liés à la partition de l’Irlande et à la dépendance économique, financière et commerciale de l’Irlande vis-à-vis du Royaume-Uni. Mais ces problèmes furent abordés dans un contexte différent, notamment celui des enceintes internationales, et les relations bilatérales entre Londres et Dublin y gagnèrent en sérénité.

65Les travaux de l’école réaliste seront donc exploités dans la première partie de l’ouvrage, qui porte sur la période 1921-1949, c’est-à-dire la période de transition entre le statut de dominion et celui de république. Quant à la troisième partie, qui traite de la question de l’Irlande du Nord, là aussi, à l’évidence, l’école réaliste pourra apporter quelques éclairages utiles, tant les relations entre Londres, Belfast et Dublin ont été marquées par les rapports de forces.

L’école transnationaliste

  • 52 M. Merle, La Politique étrangère, Paris, PUF, 1984.
  • 53 E. Jouve, Relations internationales, Paris, PUF, 1992, p. 55-120.

66L’école transnationaliste s’attache avant tout à l’étude de l’interdépendance des nations, dans le cadre d’une communauté internationale, voire universelle, où l’intérêt national peut se conjuguer à un idéal internationaliste. Son postulat est que ce qui rapproche les nations est au moins aussi important que ce qui les sépare, et l’école se fonde sur les travaux d’Emmanuel Kant et Marcel Merle par exemple52. Ces théoriciens considèrent les relations internationales sous un angle plus large que celui de l’école réaliste, dans la mesure où ils tiennent compte de nombreux acteurs autres que les États, qu’il s’agisse d’acteurs super-étatiques ou infra-étatiques, tels les organisations internationales, les multinationales, les Églises ou encore les organisations non-gouvernementales53. Cette école accorde aussi une place importante à l’étude des relations culturelles, économiques et commerciales, au-delà des relations diplomatiques au sens strict du terme.

67Elle s’est développée surtout après la Seconde Guerre mondiale, dans la mesure où le modèle classique a quelque peu perdu de son intérêt dans le contexte européen à cette époque. En effet, la guerre totale n’y étant plus guère envisageable – c’est le principe même de la dissuasion nucléaire –, le rapport de forces est devenu moins déterminant. À l’inverse, les accords entre États et les instances internationales se sont multipliés sur le vieux continent, et l’intégration européenne a poussé la coopération inter-étatique jusqu’à un degré inégalé. Dans le même temps, la mondialisation de l’économie a aussi renforcé l’interdépendance des nations.

  • 54 N. Mansergh, The Commonwealth Experience, p. 21-27.

68Quant au Commonwealth, il se caractérise également par des relations fondées sur la libre coopération et sur les liens historiques, sociaux et économiques entre ses membres. C’était moins évident au début du xxe siècle, toutefois, lorsque la notion d’Empire était encore fortement présente, avec toutes ses connotations de pouvoir centralisé à Londres et de dépendance de la part des autres membres. Malgré tout, si l’État libre d’Irlande put progressivement démanteler le Traité anglo-irlandais et quitter le Commonwealth, ce fut en partie grâce à la nature originale de cette organisation, qu’elle contribua à façonner par la suite, mais qui dès 1917 reconnut de manière explicite le statut particulier des dominions par opposition à celui des colonies54.

69Les théories transnationalistes sont utiles aussi pour comprendre la politique de Seán Lemass, Premier ministre irlandais de 1959 à 1966, qui tenta d’établir des relations de confiance et de coopération, tant avec Belfast qu’avec Londres. En 1965, il rencontra le Premier ministre d’Irlande du Nord, Terence O’Neill, et par la suite il signa un accord de libre-échange avec le chef du gouvernement britannique, Harold Wilson.

  • 55 G. FitzGerald, Towards a New Ireland, Dublin, Torc, 1973.

70En outre, ces théories ont directement contribué à l’intégration européenne, dont s’est inspiré John Hume, dirigeant du Social Democratic and Labour Party (SDLP), le parti catholique modéré d’Irlande du Nord. En effet, il a fondé son action politique sur le modèle européen entre autres, et il fait souvent référence à la France et à l’Allemagne pour démontrer que la réconciliation entre catholiques et protestants est possible, de même qu’entre l’Irlande du Nord et la République. Quant à Garret FitzGerald, Premier ministre d’Irlande qui signa l’Accord anglo-irlandais en 1985, c’est dans un contexte européen qu’il a mené sa tentative de redéfinir le nationalisme irlandais et son rapport à l’Irlande du Nord et à la Grande-Bretagne55.

  • 56 The Irish Times, 3 janvier 2003.

71Par ailleurs, l’intégration européenne a sans aucun doute contribué à un rapprochement entre l’Irlande et du Royaume-Uni depuis leur adhésion simultanée à la Communauté européenne en 1973. L’Europe cherche en effet à définir son identité, notamment sur la scène internationale, sur le principe d’accords librement signés, avec son corollaire de négociations multilatérales. Cette approche a influé sur les politiques extérieures de ses membres, et à fortiori sur les relations intra-communautaires. On imagine mal, par exemple, deux membres de l’Union européenne recourir à des sanctions économiques l’un contre l’autre, comme ce fut le cas entre le Royaume-Uni et l’Irlande dans les années trente ou, plus récemment, comme Heath envisagea de le faire en 1972 contre la République d’Irlande56.

  • 57 R. Kagan, « Power and Weakness », Policy Review, juin-juillet 2002, n° 113.

72On oppose d’ailleurs souvent l’approche européenne à l’approche américaine, davantage fondée sur l’unilatéralisme et l’épreuve de force depuis la fin de la Guerre froide. Ainsi, Robert Kagan, politologue américain proche du Parti républicain, observe une divergence croissante entre les États-Unis et l’Union européenne depuis une dizaine d’année: les premiers seraient plus nettement inspirés par la doctrine de Hobbes, c’est-à-dire par l’école réaliste, alors que la seconde serait davantage sensible aux travaux de Kant, c’est-à-dire à une approche fondée sur les négociations multilatérales et le respect du droit international57.

  • 58 C. Cruise O’Brien, Neighbours, Londres, Faber & Faber, 1980, p. 19-34.
  • 59 P. Keatinge, « An Odd Couple ? Obstacles and Opportunities in Inter-State Political Cooperation bet (...)

73De manière plus générale, les travaux de l’école transnationaliste sont pertinents pour étudier les relations irlando-britanniques dans leur ensemble, car celles-ci ont toujours été caractérisées par des liens sociaux, économiques et culturels étroits, quel qu’ait pu être l’état des relations diplomatiques entre les deux gouvernements58. Même lorsque ces relations furent mises à mal par des décisions gouvernementales, comme dans les années trente, cela n’a pas empêché de nombreux individus et organisations britanniques et irlandais de travailler en bonne intelligence. D’ailleurs, avec le Canada et les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Irlande faisaient partie des quatre pays les plus intégrés au monde dans les années cinquante, avec des liens étroits à tous les niveaux59. Ces liens feront l’objet de la deuxième partie de l’ouvrage.

L’école marxiste

  • 60 J. Huntzinger, Introduction aux relations internationales, Paris, Seuil, 1987, p. 53-72.

74Enfin, l’école marxiste – fondée sur les travaux de John A. Hobson, Lénine et Samir Amin par exemple – privilégie pour sa part l’étude des phénomènes de l’impérialisme et de la dépendance60. Ces théories concernent avant tout le Tiers monde et s’attachent à étudier la manière dont d’anciennes colonies sont maintenues dans un état de sous-développement économique par leurs anciennes métropoles, le néocolonialisme étant perçu comme un avatar de l’impérialisme.

  • 61 S. Howe, Ireland and Empire, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 7-9.

75C’est pourquoi la pertinence de la notion de colonialisme ou de post-colonialisme est sujette à polémique dans le contexte anglo-irlandais. Ainsi, l’intégration de l’Irlande dans le Royaume-Uni entre 1801 et 1921 peut sembler contradictoire avec le statut de colonie, tandis que le discours anticolonialiste du Sinn Féin – mouvement minoritaire – a amené plusieurs historiens à prendre du recul par rapport à cette interprétation, cette approche idéologique de l’histoire irlandaise61. De fait, on peut penser que depuis son entrée dans la CEE en 1973, c’est une notion qui a perdu de son intérêt.

76Cependant, si l’on s’en tient à la période 1921-1949, l’Irlande du Sud était bel et bien considérée par Londres comme un membre de l’Empire ou du Commonwealth, même si l’on peut mettre en évidence des différences profondes entre l’Irlande et les autres dominions. Quant aux dirigeants irlandais, l’affirmation de l’indépendance de l’État libre était une priorité de leur point de vue, même s’ils y procédèrent de manière différente. Ils estimaient, non sans raison, que les liens constitutionnels entre leur pays et le Royaume-Uni n’étaient pas compatibles avec le droit à l’autodétermination des peuples.

  • 62 G. FitzGerald, « L’évolution de la politique extérieure de l’Irlande, 1922-1986 », Études irlandais (...)

77Par la suite, le besoin de reconquérir une véritable autonomie économique et culturelle justifia l’adhésion à la CEE. En effet, l’Irlande a longtemps vécu sous l’influence financière et économique de Londres, au point sans doute de retarder son développement industriel. Selon Garret FitzGerald, l’Irlande a connu sur le plan agricole « ce qui pourrait être objectivement décrit comme une exploitation néocoloniale pendant les cinquante années qui ont suivi l’indépendance »62. Cela explique par exemple la politique protectionniste menée par de Valera à partir de 1932, qui visait à affranchir l’Irlande de la tutelle économique et commerciale britannique. Il fallut toutefois attendre l’entrée de l’Irlande dans la CEE en 1973 pour que cette influence diminue quelque peu et pour que l’Irlande connaisse enfin un essor lié à un développement économique propre.

  • 63 B. Chubb, The Government and Politics of Ireland, Londres, Longman, 1982, p. 5-9.

78De même, le rayonnement culturel britannique a fortement influé sur le développement politique et institutionnel de l’Irlande, et les médias britanniques ont toujours un impact important sur l’opinion publique irlandaise63. Ainsi, le système politique irlandais – les institutions, les partis politiques, la haute fonction publique – présente de nombreuses similitudes avec le système britannique, et les diverses constitutions irlandaises ont toutes été inspirées dans une certaine mesure par le modèle britannique. Quant aux médias, la presse britannique est très lue en Irlande, au point qu’il a été suggéré que le « non » irlandais au traité de Nice à l’occasion du premier référendum, le 8 juin 2001, lui serait dû au moins en partie ; c’est-à-dire que l’euroscepticisme de cette presse britannique aurait influé sur les électeurs irlandais ainsi que sur certains membres de l’élite politique.

  • 64 G. Adams, Free Ireland : Towards a Lasting Peace [1986], Dingle, Brandon, 1995, p. 126-135.

79Cette théorie est d’autant plus pertinente pour étudier les relations anglo-irlandaises qu’elle a inspiré – ou du moins rejoint – les politiques du Fianna Fáil dans les années trente, et qu’elle se retrouve dans le discours du Sinn Féin, discours influencé par l’héritage de James Connolly, syndicaliste révolutionnaire qui participa au soulèvement de 1916 et qui occupe une place importante dans le panthéon républicain64. Les travaux de cette école seront donc utilisés dans les trois parties de l’ouvrage, dans la mesure où toutes trois traitent du lien entre l’ancienne métropole et l’ancienne colonie.

Notes

1 « The Downing Street Declaration », in Great Irish Speeches of the Twentieth Century,

M. McLoughlin (éd.), Dublin, Poolbeg, 1996, p. 381 : « the most urgent and important issue facing the people of Ireland, North and South, and the British and Irish Governments together, is to remove the causes of conict, to overcome the legacy of history and to heal the divisions which have resulted. »

2 P. Keatinge, A Singular Stance, Dublin, Institute of Public Administration, 1984, p. 77.

3 N. Mansergh, Britain and Ireland, Londres, Longmans, Green & C°, 1942, p. 5 : « enforced intimacy is, however, no sure guarantee of understanding though it does make friendly cooperation vital to the well-being of both countries. »

4 Il est vrai que, jusqu’en 1949, l’Irlande ne relevait pas à proprement parler de la politique étrangère de Londres, et donc du Foreign Office, mais de sa politique impériale et du Dominions Office.

5 P. F. Trumbore, «Electoral Politics as Domestic Ratification in International Negotiations: Insights from the Anglo-Irish Peace Process », Irish Studies in International Affairs, vol. XII, 2001, p. 113.

6 J. Blair, « The Anglo-Saxon Period (c. 440-1066) », in The Oxford Illustrated History of Britain, K.O. Morgan (éd.), Oxford, Oxford University Press, 1984, p. 67-68.

7 Cité in G.R. Sloan, The Geopolitics of Anglo-Irish Relations in the Twentieth Century, Londres, Leicester University Press, 1997, p. 9 : « A glance at the map showed the two islands to be not merely contiguous but lying as it were in the bosom and embrace of each other. Nature had marked them out to be a single state not only by their mutual vicinity but also by insulation and their insulation together, from the rest of Europe. »

8 The Irish Uprising, 1914-1921 : Papers from the British Parliamentary Archive, T. Coates (éd.), Londres, The Stationery Office, 2000, p. 181 :» We do not believe that the permanent re-conciliation of Great Britain and Ireland can ever be attained without a recognition of their physical and historical interdependence, which makes complete political and economic separation impracticable for both. »

9 J. Bowman, De Valera and the Ulster Question, 1917-1973, Oxford, Oxford University Press, 1982, p. 11-16.

10 Cité in W. Churchill, The World Crisis : The Aftermath, Londres, Thornton Butterworth, 1929, p. 353 : « The Channel forbids union ; the Ocean forbids separation. »

11 Cité in J. Hunter, « An Analysis of the Conflict in Northern Ireland », in Political Cooperation in Divided Societies, D. Rea (éd.), Dublin, Gill & Macmillan, 1982, p. 23.

12 P. Canning, British Policy Towards Ireland, 1921-1941, Oxford, Clarendon, 1985, p. 246.

13 J. H. Andrews, «A geographer’s view of Irish history», in The Course of Irish History, T.W. Moody et F.X. Martin (éd.), Cork, Mercier, 1984, p. 17-29.

14 W. Hutchinson, Espaces de l’imaginaire unioniste nord-irlandais, Caen, Presses universitaires de Caen, 1999, p. 131-138.

15 M. Goldring, Gens de Belfast, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 25-34.

16 B. Laffan, « These Islands and the European Dimension » in Ireland in International Affairs, B. Tonra et E. Ward (éd.), Dublin, Institute of Public Administration, 2002, p. 59-62.

17 P. Béhar, Une géopolitique pour l’Europe, Paris, Desjonquères, 1992, p. 41-42.

18 D. Reynolds, Britannia Overruled, Londres, Longman, 1991, p. 62.

19 J. Hume, Personal Views, Enfield, Roberts Rinehart, 1996, p. 73-75.

20 P. Keatinge, « The Europeanisation of Irish Foreign Policy », in Ireland and the European Community, P.J. Drudy et D. McAleese (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, (Irish Studies, 3), 1984, p. 49.

21 T. Garvin, « The French are on the sea », in Europe : The Irish Experience, R. O’Donnell (éd.), Dublin, Institute of European Affairs, 2000, p. 43 : « In these islands, Europe signifies the end of empire and, therefore, the obsolescence of the ancient English-Irish quarrel. »

22 Cité in N. Mansergh, Survey of British Commonwealth Affairs : Problems of External Policy, 1931-1937, Oxford, Oxford University Press, 1952, p. 58-59 : « The general character of England’s foreign policy is determined by the immutable conditions of her geographical situation on the ocean flank of Europe as an island State with vast overseas colonies and dependencies, whose existence and survival as an independent community are inseparably bound up with the possession of preponderant sea power. »

23 K. Robbins, « The Special Relationship : An Overview », Revue française de civilisation britannique, 2002, vol. XII, n° 1, p. 9-17.

24 P. Joannon, « De Valera et les États-Unis », L’Irlande politique et sociale, n° 2, 1986, p. 77-94.

25 C. O’Clery, The Greening of the White House, Dublin, Gill & Macmillan, 1996, p. 123.

26 T.C. Curtis et R.B. McDowell (éd.), Irish Historical Documents, 1172-1922 [1943], Londres, Methuen, 1977, p. 17-18.

27 H. Kearney, The British Isles, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 103-104.

28 K. Simms, « The Norman Invasion and the Gaelic Recovery » in The Oxford Illustrated History of Ireland, R. Foster (éd.), Oxford, Oxford University Press, 1989, p. 86.

29 M. Mac Curtain, « The Flight of the Earls », in Milestones in Irish History, L. de Paor (éd.), Cork, Mercier, 1986, p. 52-61.

30 C. Cruise O’Brien, States of Ireland, Londres, Hutchinson, 1972, p. 37-38.

32 H. Gough, « Anatomie d’un échec » in Les Français sont dans la baie : l’expédition en baie de Bantry, 1796, J.A. Murphy (éd.), traduction coordonnée par B. Escarbelt et C. Fierobe, Caen, Presses universitaires de Caen, 2004, p. 13-27.

33 J. McGuire, « The Act of Union », in Milestones in Irish History, p. 72-83.

34 P. Adelman et R. Pearce, Great Britain and the Irish Question, 1800-1922, Londres, Hodder & Stoughton, 2001.

35 D. Cannadine, The Decline and Fall of the British Aristocracy [1990], Londres, Picador, 1992, p. 104-106.

36 P. Joannon, Le Rêve irlandais, La Gacilly, Artus, 1988, p. 81-126.

37 N. Mansergh, The Commonwealth Experience, New York, Praeger, 1969, p. 188.

38 T.C. Curtis et R.B. McDowell (éd.), Irish Historical Documents, 1172-1922, p. 297-303.

39 A.T.Q. Stewart, The Ulster Crisis [1967], Belfast, Blackstaff, 1997.

40 R. Blake, The Conservative Party from Peel to Thatcher, Londres, Fontana, 1985, p. 194-195.

41 Cité in N. Mansergh, Nationalism and Independence, Cork, Cork University Press, 1997, p. 9.

42 G. Dangereld, The Damnable Question : One Hundred and Twenty Years of Anglo-Irish Conict, Boston, Little, Brown & Co, 1976, p. 279-281.

43 A.J.P. Taylor, English History, 1914-1945 [1965], Harmondsworth, Penguin, 1975, p. 145.

44 A. Mitchell et P.Ó Snodaigh, Irish Political Documents, 1916-1949, Blackrock, Irish Academic Press, 1985, p. 48-50.

45 Dáil Éireann address to the free nations of the world (21 janvier 1919): « calls […] every free nation to support the Irish Republic by recognising Ireland’s national status. »

46 T.C. Curtis et R.B. McDowell (éd.), Irish Historical Documents, 1172-1922, p. 297-303.

47 R. Fanning, « Partition », in Milestones in Irish History, p. 133.

48 C. Hill, « A Theoretical Introduction », in Foreign Policy-Making in Western Europe, W. Wallace et W.E. Paterson (éd.), Farnborough, Saxon House, 1978, p. 25.

49 P. Braillard et M.-R. Djalili, Les Relations internationales, Paris, PUF, 1988, p. 11-29.

50 B. McSweeney, « International Relations as Poetry », in Ireland in International Affairs, p. 132-133.

51 P. Keatinge et B. Laffan, « Ireland in International Affairs », in Politics in the Republic of Ireland, J. Coakley et M. Gallagher (éd.), Galway, PSAI, 1996 (2e édition), p. 228-229.

52 M. Merle, La Politique étrangère, Paris, PUF, 1984.

53 E. Jouve, Relations internationales, Paris, PUF, 1992, p. 55-120.

54 N. Mansergh, The Commonwealth Experience, p. 21-27.

55 G. FitzGerald, Towards a New Ireland, Dublin, Torc, 1973.

56 The Irish Times, 3 janvier 2003.

57 R. Kagan, « Power and Weakness », Policy Review, juin-juillet 2002, n° 113.

58 C. Cruise O’Brien, Neighbours, Londres, Faber & Faber, 1980, p. 19-34.

59 P. Keatinge, « An Odd Couple ? Obstacles and Opportunities in Inter-State Political Cooperation between the Republic of Ireland and the United Kingdom », in Political Cooperation in Divided Societies, p. 307.

60 J. Huntzinger, Introduction aux relations internationales, Paris, Seuil, 1987, p. 53-72.

61 S. Howe, Ireland and Empire, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 7-9.

62 G. FitzGerald, « L’évolution de la politique extérieure de l’Irlande, 1922-1986 », Études irlandaises, vol. XI, 1986, p. 118.

63 B. Chubb, The Government and Politics of Ireland, Londres, Longman, 1982, p. 5-9.

64 G. Adams, Free Ireland : Towards a Lasting Peace [1986], Dingle, Brandon, 1995, p. 126-135.

Table des illustrations

Légende Carte 1 – L’Irlande, nord et sud
Crédits Source : R. Dudley Edwards, An Atlas of Irish History, Londres, Methuen, 1984 (2e édition), p. 22.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1181/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Légende Carte 2 – Les îles britanniques et l’intégration européenne
Crédits Source « L’Europe en perspective », Les Cahiers français, n° 298, septembre-octobre 2000, p. 8.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1181/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 255k

© Presses universitaires de Caen, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540