Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sécularisation en Irlande

 | 
Paul Brennan

Début et fin de la tolérance

We adhere to no sect but to society

Les Irlandais-Unis et la religion*

Ann Thomson

Texte intégral

  • * Communication présentée dans le cadre de la journée « Religion et identité nationale » à l’Univers (...)

1RÉSUMÉ : Cette étude tente d’analyser les opinions religieuses des dirigeants des Irlandais-Unis. Après avoir indiqué l’ambiguïté de leurs attitudes envers les Catholiques et l’Église catholique, on essaie de voir dans quelle mesure leur opposition à une religion établie trahit des convictions déistes. La plupart s’en tiennent à la tolérance et, pour éviter de heurter des susceptibilités, ils évitent le fond du problème religieux en proclamant le but politique de la laïcité.

2ABSTRACT : This study attempts to analyse the religious opinions of the leading United Irishmen. Their ambiguous attitude towards the Catholics and the Catholic Church is noted, as is the limited extent to which hostility to an established church implied deist beliefs. Most of them demanded merely toleration and, in order not to give offence, avoided the basic religious problem, confining themselves to the political aim of secularisation.

3Les United Irishmen sont évoqués ailleurs dans ce volume par Thomas Bartlett et Kevin Whelan, qui s’interrogent sur les raisons de l’échec de leurs idéaux et qui les situent surtout par rapport au mouvement nationaliste du xixe siècle. Ce que je voudrais faire ici est plus modeste : essayer de voir les idées religieuses des membres de ce mouvement, leur conception de la question religieuse et des rapports entre la religion et l’État, et les implications de leur attitude.

  • 1 Voir par exemple R.R. Madden, The United Irishmen, their Lives and Times, 1st series, vol. II, app (...)
  • 2 R. R. Madden, op. cit., 1st series, vol. I, p. 24.

4Il est bien connu que la société des Irlandais-Unis, qui prend la tête du mouvement révolutionnaire et de la révolte de la fin du xviiie siècle, est une organisation qui, comme son nom l’indique, est toute vouée à l’unification des Irlandais, et à la création d’un seul peuple, protestant et catholique. Les membres de la société sont aussi bien catholiques que protestants, même si les dirigeants les plus marquants sont des protestants1. A tel point que, malgré la propagande gouvernementale qui essaie de présenter la révolte comme une insurrection papiste, cette révolte et la société elle-même sont plutôt perçues comme étant exclusivement protestantes : Lord Plunkett ne déclare-t-il pas que l’insurrection de 1798 est une « rébellion protestante »2 ? Notons que « protestant » ici veut surtout dire « presbytérien », car ce sont les presbytériens, plus nombreux que les protestants de l’Establishment, notamment dans l’Ulster, et exclus du gouvernement du pays, qui sont à la tête du mouvement révolutionnaire. N’oublions pas que leur hostilité envers les autorités anglaises est attisée par une forte tradition des covenanters, à tendance démocratique et républicaine.

5C’est ainsi vers ces derniers que se tourne Wolfe Tone pour trouver un soutien à la campagne pour une réforme en Irlande d’abord, et ensuite pour une séparation d’avec l’Angleterre. Dans son deuxième « Mémoire sur l’état de l’Irlande », écrit pour le gouvernement français en 1796, ce révolutionnaire issu de l’Establishment protestant développe longuement cette idée. Ainsi il écrit par exemple :

The Dissenters are, from the genius of their religion, and the spirit of inquiry which it produces, sincere and enlightened republicans; they have ever, in a degree, opposed the usurpations of England, whose protection, as well from their numbers and spirit as the nature of their property, they did not, like the Protestant aristocracy, feel necessary for their existence.

  • 3 T. Wolfe Tone, « First Memorial », The Life of Theobald Wolfe Tone (cité désormais Life), ed. by h (...)
  • 4 Voir les remarques de Wolfe Tone dans son journal et de Marianne Elliott, Wolfe Tone, Prophet of I (...)

6Malgré l’hostilité passée entre les Dissenters et les Catholiques, les premiers ont enfin compris, dit-il, sous l’impulsion de la Révolution française, que leurs intérêts rejoignent ceux des catholiques, et ils se sont unis à eux pour demander la liberté et la justice pour tous3. Wolfe Tone, comme les autres dirigeants protestants des Irlandais-Unis, n’attend donc pas grand chose de ses coreligionnaires de l’Église établie, et il se tourne plutôt vers la communauté presbytérienne, notamment dans le Nord de l’Irlande. D’ailleurs la première société des Irlandais-Unis est fondée par Tone justement à Belfast, avant celle de Dublin, le 18 octobre 1791. Et nous trouvons nombre de pasteurs presbytériens dans leurs rangs, et même parmi les suppliciés. Une confirmation de cette confiance dans les presbytériens semble être donnée quand Tone, l’agent du Comité catholique, part pour Londres avec la pétition au Roi présentée par la convention catholique, qui demande l’émancipation des catholiques irlandais. Ils traversent l’Ulster en décembre 1792 avec la pétition, avant de prendre le bateau pour l’Angleterre, et ils reçoivent un accueil triomphal des presbytériens de Belfast4.

7Quant aux propriétaires terriens protestants et à l’église établie, ils restent fidèles à leurs intérêts qui, pour eux, correspondent à ceux du gouvernement britannique. Ils s’étaient, depuis l’époque de Molyneux et de Swift, élevés contre le gouvernement de Londres qui ignorait leurs intérêts et bafouait leurs droits, et qui prétendait dicter leurs lois. Quand, en 1782, ils obtiennent l’indépendance de leur parlement, le gouvernement anglais le manipule toujours par le moyen de la corruption. Comme l’écrit Wolfe Tone en 1791 :

  • 5 T. Wolfe Tone, An Argument on Behalf of the Catholics of Ireland, 1791: Life, I, 346.

The Révolution of 1782 was a Révolution which enabled Irishmen to sell, at a much higher price, their honour, their integrity, and the interests of their country5.

  • 6 Sur tous ces développements, voir R. B. McDowell, Irish Public Opinion, 1750-1800, Londres, Faber, (...)

8Nombre de dirigeants protestants sont ainsi favorables à une réforme du Parlement et à l’élargissement des droits des catholiques. Mais la radicalisation apportée par la Révolution française les effraie, et le rapprochement entre les catholiques et les presbytériens les menace6. C’est justement contre leurs privilèges, contre la dîme payée à l’Église d’Irlande et contre la corruption du Parlement et du gouvernement irlandais que se battent les Irlandais-Unis. Mais ceci n’empêche pas que nombre des dirigeants de cette société sont, comme Tone, issus des rangs des protestants officiels : c’est le cas de Napper Tandy, de Lord Edward Fitzgerald, d’Arthur O’Connor, des frères Sheares ou d’Emmett.

9Mais l’appartenance religieuse de tel ou tel dirigeant ou membre de la société des Irlandais-Unis n’est pas l’aspect de la question qui m’intéresse ici. Ce que je propose de faire dans la présente étude, ce n’est pas de voir dans quelle mesure les Irlandais-Unis sont ou ne sont pas catholiques, protestants ou dissenters, mais plutôt d’analyser dans la mesure du possible leurs opinions, pour essayer de cerner leur attitude sur la question de la religion et leur conception du lien entre religion et identité nationale.

***

  • 7 Voir la Declaration de la première société des Irlandais-Unis. Dublin, le 9 novembre 1791, reprodu (...)
  • 8 Voir R. R. Madden, op. cit., 1st series, vol. I, p. 202-203.

10A première vue la réponse à cette question semble aller de soi, dans la mesure où le but proclamé de la société est l’union de tout le peuple irlandais pour obtenir la réforme du parlement, qui incluera Irishmen of every religious persuasion ; elle affirme également que ce sont justement les divisions entre les Irlandais qui ont permis aux administrations corrompues de se maintenir7. Ainsi pour les Irlandais-Unis le peuple irlandais se compose sans ambiguïté des Irlandais de toutes les religions, et tout son effort est tendu vers l’union de tous dans l’intérêt commun. Citons par exemple la déclaration issue de la réunion de la Société des Irlandais-Unis, à Belfast, le 3 octobre 1792, qui affirme la séparation entre le domaine religieux et le domaine politique : le premier est strictement personnel et ne doit en rien jouer un rôle dans la participation des citoyens à la chose politique8. Ce but reste inchangé quand, sous l’effet de la répression, la nouvelle société des Irlandais-Unis se radicalise après 1795 pour devenir une société secrète révolutionnaire qui prône la séparation de l’Irlande et du Royaume-Uni. Pour eux l’identité des Irlandais n’est pas liée à une religion quelconque, et l’État qu’ils veulent créer sera un État laïc. Tout ceci est vrai, mais il faudrait regarder de plus près les déclarations des différents dirigeants de la société pour voir comment ils interprètent ces idéaux et quelle est la nature de leur engagement religieux.

  • 9 Life, I, p. 277-279.
  • 10 Life, I, p. 157.
  • 11 Life, I, p. 164, 187.

11Le premier volet de cette enquête concernera leur attitude exacte envers les catholiques telle que nous pouvons la voir chez ceux qui se sont exprimés, et le deuxième portera sur les convictions religieuses de ces mêmes dirigeants. Si nous revenons à l’analyse de Wolfe Tone déjà évoquée, nous trouvons dans ce « Mémoire » comme ailleurs dans ses journaux ou dans ses écrits, des passages sur les catholiques, c’est à dire les Irlandais proprement dits : selon lui, à cause de l’oppression subie depuis cent cinquante ans, qui leur a enlevé leur propriété et qui les a réduits à la misère, les paysans sont dans un état de dégradation proche de celui des bêtes, et l’esprit du gentry est également brisé9. Ils sont par conséquent influencés par leurs prêtres ignorants et fanatiques. Tone se moque gentiment dans son journal des délégués catholiques qui l’accompagnent au marché : voyant une figure représentant le commerce au bureau des assurances, ils l’ont prise pour une image et se sont agenouillés pour prier10. Mais il croit également qu’avec l’émancipation, ils se libéreront du joug du clergé, c’est à dire de superstition and priestcraft et ils deviendront des gens comme les autres11. Nous trouvons ici une indication que Tone n’a pas pu se libérer totalement de l’antipapisme viscéral des protestants irlandais. Il semble vouloir dire que la religion catholique est, comme l’oppression, un facteur d’ignorance, et qu’avec l’émancipation et le progrès matériel et intellectuel, ils se libéreront aussi de cette religion, ou au moins de ses pratiques les plus superstitieuses. Dans son pamphlet en faveur des catholiques en 1791, il répond aux préjugés des protestants concernant l’ignorance des catholiques, en expliquant cette ignorance par l’oppression et le manque d’éducation de leurs prêtres. Ainsi :

  • 12 T. Wolfe Tone, An Argument on Behalf of the Catholics of Ireland : cf. Life, I, p. 358.

Persecution bound the Irish Papist to his Priest, and the Priest to the Pope: the bond of union is drawn tighter by oppression; relaxation will undo it. The emancipated and liberal Irishman, like the emancipated and liberal Frenchman, may go to mass, may tell his beads or sprinkle his mistress with holy water; but neither one nor the other will attend to the rusty and extinguished thunderbolts of the Vatican12.

12Ici, il se moque toujours des pratiques superstitieuses des catholiques, mais il affirme qu’ils s’en libéreront petit à petit.

  • 13 Voir Marianne Elliott, op. cit., p. 114-115, et l’article de Th. Bartlett, supra.
  • 14 Selon S. Nielson, qui rapporte ce qui fut dit dans une réunion le 28 janvier 1792 : voir R. R. Mad (...)
  • 15 Life, 1st series, vol. II, p. 124.

13De telles opinions sur l’ignorance congénitale des catholiques avaient été plus affirmées dans les années 1780 quand, après l’obtention du parlement irlandais théoriquement indépendant en 1782, les protestants qui faisaient campagne pour la réforme de ce parlement refusaient de demander des droits égaux pour les catholiques : Drennan, dirigeant des Irlandais-Unis par la suite, croyait alors que les catholiques étaient à un stade inférieur de civilisation13. Mais, en 1792, Henry Joy peut toujours déclarer dans une réunion à Belfast que les catholiques n’étaient pas prêts pour recevoir tous les droits civiques14. De telles opinions faisaient que tous les membres des Irlandais-Unis n’étaient pas à ce moment-là en faveur d’un soutien inconditionnel aux demandes des catholiques. Il faudrait de même faire remarquer que selon le memorandum écrit en 1835 par Maria Steele sur John Sheares, ce dernier en est venu à croire que les catholiques n’étaient pas aptes à avoir des institutions républicaines15.

14Mais, en général, les esprits évoluent sous l’influence de la Révolution française, faite par une nation catholique, comme Tone le rappelle à ses lecteurs en 1791. Ceci est très bien expliqué par Arthur O’Connor, dans son pamphlet The State of Ireland, publié sous son nom en 1798 et adressé aux électeurs du comté d’Antrim. Cet ouvrage, qui dénonce la façon dont le gouvernement actuel a ruiné l’économie, le commerce et l’agriculture du pays, condamne également très vigoureusement l’établissement religieux, la dîme, le monopole des protestants sur l’éducation, et la tyrannie et la corruption du clergé de l’église établie. Il explique le changement dans les esprits depuis la Révolution française : avant cet événement, les protestants considéraient que les catholiques étaient incapables de réclamer ou de posséder la liberté civile ou politique, et que :

passive obedience, non resistance and a belief that the sacrifice of the Rights of Man in this world, as the only means of attaining eternal happiness in the world to come, are the principal tenets of the Catholic faith; and, like the slave drivers in the West Indies, the Irish Protestants, after lashing their Catholic countrymen into a mental torpor, set up the debasement caused by their own tyranny as an eternal barrier against Catholic freedom.

15Mais la Révolution française leur a prouvé qu’aucune religion n’est incompatible avec la liberté politique. L’union entre les Irlandais de toute religion existe donc, et

  • 16 Arthur O’Connor, State of Ireland, s.l., 1798, p. 131-134.

religious concerns have been consigned to their proper place, between the individual and God, to whom alone they belong16.

16Il ne mentionne pas le fanatisme des prêtres catholiques, son but étant de dénoncer l’établissement de l’Église d’Irlande, et il insiste sur le fait que les divisions entre les Irlandais sont le fait du gouvernement pour les affaiblir et les opprimer.

17Mais, même si les protestants et surtout bien sûr les Irlandais-Unis affirment leur refus des divisions religieuses et abandonnent leurs préjugés envers les catholiques, on peut toujours déceler l’idée que ce n’est qu’avec l’impulsion des protestants (comme Tone et d’autres) que les catholiques ont commencé à prendre conscience de leur situation, à se secouer et à demander leurs droits. Les protestants sont donc, en quelque sorte, les frères aînés qui guideront les catholiques. Il ne faut pas exagérer l’importance de ce sentiment chez Tone, car il ne se fait pas d’illusions sur l’intolérance de beaucoup de protestants (y compris les Dissenters) et sur leur responsabilité dans les troubles entre les deux communautés : il croit ainsi qu’il faut éduquer également les protestants de toutes les tendances, pour détruire les préjugés des bigots à rencontre des catholiques, et pour les amener à s’unir. Alors, dans les paroles de Tone :

  • 17 Life, I, p. 187.

It would be making something like a people of which something might be made17.

18C’est toujours le sens de son Appel au peuple irlandais en 1796, en préparation à la descente française sur les côtes. Il souligne l’oppression subie par les catholiques, mais aussi par les presbytériens, et la façon dont le gouvernement anglais a essayé de les opposer les uns aux autres, en soulignant d’un côté le républicanisme des derniers, et de l’autre le soutien à la monarchie de la part des premiers. Les divisions ainsi créées étaient soutenues par le fanatisme et la superstition. Mais la Révolution française a changé tout ceci : les catholiques sont devenus les amis des presbytériens, et

  • 18 Life, II, p. 296.

the Presbyterians, more accustomed to political discussion [are] the steady advocates for the rights of the Catholics, on the broad base of natural justice18.

  • 19 Life, II, p. 201. A ce sujet voir aussi Marianne Elliott, op. cit., p. 111-120.
  • 20 Statement of the Situation of Ireland, Found on Jackson’s Arrest, [April, 1794], Life, I, p. 277-2 (...)
  • 21 Thomas Russell, A Letter to the People of Ireland, on the Present Situation of their Country, Belf (...)

19Ici perce toujours, même dans un pamphlet qui rend justice aux catholiques, l’idée que les dirigeants politiques sont naturellement des presbytériens. Il avait écrit aussi dans son journal que presque toutes les bonnes publications du côté catholique sont écrites par des protestants (comme lui-même, pourrait-on dire)19. Et même dans une déclaration sur la situation de l’Irlande, trouvée sur l’émissaire Jackson lors de son arrestation en avril 1794 et qui avait pour but de démontrer que la masse de la population était prête pour une révolution et que tous se lèveraient dès l’arrivée d’une force française, l’attitude de Tone envers les catholiques est quelque peu méprisante. Il affirme qu’ils se révolteront car ils n’ont rien à perdre. Mais tandis que, selon lui, les Dissenters s’opposent au gouvernement anglais par « la raison et la réflexion », les catholiques sont motivés uniquement par la haine des Anglais20. Notons également que Thomas Russell, dans un pamphlet écrit en 1796, souligne lui aussi la précédente dégradation, ignorance et désespoir des catholiques et leur soumission aux propriétaires, qui faisaient qu’il n’existait pas d’esprit national : celui-ci n’aurait commencé à exister qu’avec l’Union, c’est à dire la Société des Irlandais-Unis21.

  • 22 Voir l’article de F. MacDermot, « Arthur O’Connor », Irish Historical Studies, XV, n° 57, 1966, p. (...)

20Cette conscience de la dégradation des catholiques qui accompagne la sympathie pour leur cause et l’engagement en faveur de l’émancipation se trouve également chez l’ambitieux Arthur O’Connor, personnage haut en couleur, membre du Parlement qui adhère à la cause républicaine, qui est arrêté en 1797 et encore en 1798 en Angleterre où il est jugé (mais acquitté). Il finira comme général dans l’armée française22. Il est l’auteur de plusieurs pamphlets en faveur de la cause catholique, et nous avons déjà cité son adresse aux électeurs du comté d’Antrim en 1798. Mais nous trouvons dans un autre de ses écrits, publié en 1795, un passage assez curieux sur les catholiques. Dans ce pamphlet, il dénonce également l’Église établie et les protestants, qui ne sont que des chrétiens peu convaincus, à la différence des Dissenters, c’est à dire les presbytériens, qui manifestent les vraies vertus chrétiennes. Et il souligne l’oppression subie par les aboriginal Irish, qui les a poussés à des rébellions accompagnées d’atrocités. Pour contrer l’opinion généralement répandue concernant leur sauvagerie et leur abjection, il utilise un argument assez inattendu, qui vaut la peine d’être cité assez longuement :

  • 23 Arthur O’Connor, A Letter to the Earl of Carlisle, Occasioned by his Lordship’s Reply to Earl Fitz (...)

Yet these very natives, although misrepresented and traduced as fierce and untameable barbarians, offer to the eye of philosophy a most interesting picture. In them she recognizes a race indelibly stamped by the impressive hand of Nature with congenial vigour of body and energy of mind. Amid the humble cottages of these poor people she contemplates, at the close of the 18th Century, the manners and character of the primitive ages, – love of indolence and social enjoyments, – unostentatious and genuine hospitality, – warm friendship, – quick resentment, – implacable revenge, – constitutional courage, – and invincible fortitude ; in fine, philosophy will ascribe their virtues to the national character, but their vices to the errors of their government ; the defects of their civil polity, and the almost total privation of civil liberty. Of the Roman Catholic gentlemen, it may be observed that they, in general, excel in personal and mental endowments, and by elegance of manners and liberality of mind, very forcibly recommend the national virtues. Nor are the clergy of this persuasion less deserving of commendation ; unremittingly attentive to their religious duties, indefatigable in their personal attendance, and exemplary in their lives, – to them the country is more indebted for the preservation of its internal peace than to all the penal laws and military establishments that government could institute23.

  • 24 Life, I, p. 221.

21Ainsi le peuple irlandais est perçu dans cette description sous les traits du bon sauvage, qui possède les qualités et les vertus des peuples des époques primitives. Les qualités citées par O’Connor : l’hospitalité, le courage et la spontanéité, sont caractéristiques des évocations du bon sauvage au xviiie siècle. Même les notables catholiques, dont les qualités civilisées sont soulignées, semblent appartenir à une autre race dont O’Connor loue les qualités comme il louerait celles d’une tribu nouvellement découverte dans les terres australes. Si une telle présentation du peuple irlandais comme d’une race de bons sauvages était assez répandue au xviiie siècle, on est quand même assez étonné de la trouver sous la plume d’un « révolutionnaire » : ceci indique sans doute les limites de l’engagement d’O’Connor. Dans ce texte au moins (qui date de 1795 et qui semble toujours accepter le lien avec l’Angleterre, car l’auteur souligne la loyauté des catholiques envers la Couronne), O’Connor, tout en affirmant que les trois peuples composent la nation irlandaise, semble les considérer comme trois peuples distincts. Cela n’est pas le cas de tous les Irlandais-Unis, même s’ils reconnaissent la différence entre les trois communautés. Mais l’idée que c’est grâce aux protestants que les catholiques ont pu commencer à s’organiser et à être conscients de leur situation avilie est assez répandue parmi les protestants, même s’ils font un grand effort pour comprendre le point de vue des catholiques et se gardent en général de heurter leurs convictions religieuses. Ainsi par exemple, Neilson, dans une lettre à Tone du 21 novembre 1792, admet que les catholiques doivent être choqués par beaucoup des événements en France et ne peuvent par conséquent soutenir la Révolution avec le même enthousiasme que les protestants24.

22Sur la question de l’Église, la position des Irlandais-Unis est résolument hostile à toute église établie : ils défendent la liberté de conscience, comme nous l’avons déjà vu chez O’Connor. Ceci apparaît clairement dans leurs réponses au comité secret d’enquête du Parlement en 1798. A la question de savoir s’il a voulu la destruction de l’establishment protestant, Thomas Addis Emmett répond que oui, mais il affirme tout aussi clairement qu’il est opposé à ce que s’établisse à sa place une église officielle catholique à sa place. Il prétend que la grande majorité des prêtres catholiques, à l’exception peut-être de quelques vieillards qui avaient beaucoup souffert, ainsi que les croyants ne la désirent pas non plus. Il explique que l’opposition à une religion établie vient du progrès de la philosophie et non des préjugés religieux. Il s’oppose aux écoles protestantes et souligne le besoin d’écoles catholiques pour contrecarrer parmi le peuple l’effet des lois contre les catholiques qui les brutalisent depuis si longtemps. De même, William James MacNevan, un catholique, affirme :

  • 25 R. R. Madden, op. cit., 2nd series, vol. II, 1843, p. 92-93, 248.

I would no more consent to that [a Catholic Established Church] than I would to the establishment of Mahommedanism25.

  • 26 Voir R. R. Madden, op. cit., 1st series, ii, 54, et Simon Davies, « The Northern Star and the Prop (...)
  • 27 Voir R. B. McDowell, op. cit., p. 163 sq.
  • 28 Voir Life, II, p. 22 (23 février 1796).
  • 29 Voir R. B. McDowell, op. cit., p. 173.
  • 30 Voir R. R. Madden, op. cit., 2nd series, I, p. 251 sq ; 3rd series, III, p. 275.
  • 31 Voir Marianne Elliott, op. cit., p. 94-95.

23Ceci nous amène à l’autre volet de notre enquête. Si bon nombre des Irlandais-Unis sont hostiles à une église établie et favorable à la liberté de la conscience et si certains expriment leur conviction des méfaits de la superstition des prêtres, notamment catholiques, est-ce que nous pouvons dire qu’ils vont jusqu’au refus de toute religion organisée, c’est-à-dire au déisme ou même à l’athéisme ? Ils sont, nous le savons, généralement influencés par la philosophie des lumières, notamment par la pensée française, et c’est vers la France et sa révolution qu’ils se tournaient. Leur journal, The Northern Star, créé par Neilson et onze autres presbytériens de Belfast, se donne comme l’un de ses buts d’informer les Irlandais sur les événements en France, et il cite des auteurs comme Montesquieu ou Voltaire26. Et l’auteur qui les a peut-être le plus influencés est Thomas Paine, dont les œuvres, et notamment Rights of Man, sont réédités en Irlande par Byrne et circulent dans des éditions bon marché27. Mais ceci ne veut pas dire, loin de là, que tous les révolutionnaires irlandais partagent le déisme de Paine. Tone, notamment, qui exprime dans son journal son admiration pour le vieux révolutionnaire qu’il rencontre à Paris, rejette violemment son Age of Reason et le déisme qu’il y développe28. Pour Tone, le refus du fanatisme et des divisions religieuses ne va pas jusqu’à l’irréligion. La réaction de Tone à cet égard reflète celle de nombre des radicaux, et le journal des Irlandais-Unis, Northern Star, se montre en général tout aussi hostile à l’ouvrage de Paine29. La plupart des dirigeants des Irlandais-Unis partagent ce point de vue : le presbytérien Samuel Neilson, par exemple, est un chrétien convaincu, de même que Thomas Addis Emmett, membre de l’église établie, que ses principes chrétiens empêcheront de se suicider30. Thomas Russell, en particulier, est un homme profondément religieux31 : Madden cite une lettre écrite par lui le 5 juin 1802, pendant son emprisonnement à Fort George, dans laquelle il critique le gouvernement de Bonaparte. Il y écrit notamment :

To such as had the misfortune to connect the cause of irreligion with liberty, I beg them attentively to consider France, for some years past, governed by professed Atheists and Deists.

24Le résultat selon lui se révèle être l’immoralité et les exécutions. Il poursuit,

  • 32 R. R. Madden, op. cit., 3rd series, II, p. 200-202.

I trust this delusion is likewise over, and that men will see the only true basis of liberty is morality, and the only stable basis of morality is religion32.

  • 33 Voir R. B. McDowell, op. cit., p. 173.
  • 34 Voir Marianne Elliott, Partners in Revolution, Yale UP, 1982, p. 54-55 ; David V. Erdman, “Commerc (...)
  • 35 R. R. Madden, op. cit, 1st series, II, 125, p. 220-224.
  • 36 Ibid., p. 276-277.
  • 37 Dans les notes de Pelham, cites par MacDowell, op. cit., p. 177.

25Mais ceci ne représente pas l’opinion de tous les Irlandais-Unis, car il existe une tendance « irréligieuse » parmi eux, et le journal The Cork Gazette, favorable à cette organisation, loue le déisme de Paine tel qu’il est développé dans l’Age de Raiso33. Madden, le biographe de grand nombre d’Irlandais-Unis, est très gêné quand il doit traiter de cet aspect scandaleux de leurs opinions, et il ne s’y résoud qu’avec difficulté. C’est notamment le cas pour John Sheares, qui avec son frère Henri passe quelque temps à Paris au début de la Révolution, qui est membre du club des Jacobins et qui est présent à l’exécution du roi34. Madden cite un memorandum écrit par Maria Steele en 1835 : celle-ci affirme qu’il était sceptical as to revelation, et qu’il adorait sincèrement Dieu, mais pas comme un chrétien. Dans sa dernière lettre écrite à sa sœur avant son exécution, il montre une foi plutôt déiste35. Madden lui-même affirme avec tristesse que the baneful influence of French philosophy had been fatal to his belief in Revelation et il essaie de le justifier en soulignant la façon dont les crimes du clergé et de l’église l’ont amené, lui comme d’autres, à écouter les arguments d’une specious philosophy36. Il existe de lui un poème manuscrit qui commence : An infidel I have lived and will die37.

  • 38 Voir James Smyth, « Dublin’s Political Underground in the 1790s ». in G. O’Brien (ed.), Parliament (...)

26Nous pouvons supposer que Sheares était loin d’être le seul à afficher de telles opinions, même si en général Madden les passe sous silence. Il existait à Dublin dans les années 1790 des clubs jacobins, tels le Telegraphic et le Philanthropie. Le fondateur de ce dernier est John Burke, étudiant athée expulsé du Trinity College pour blasphème. Si ces clubs existaient indépendamment de la société des Irlandais-Unis, certains de leurs membres étaient aussi membres de cette dernière et les liens entre les deux deviennent plus étroits après la radicalisation de la société en 179538. Selon MacDowell, un des dirigeants des Irlandais-Unis dans le nord, McCabe, ancien presbytérien, adopte des opinions déistes et diffuse les idées de Paine à ce sujet parmi la classe ouvrière. Le dirigeant Drennan, un « unitarien de gauche », est pour le moins sur le chemin du déisme, affirmant par exemple dans une lettre inédite écrite en 1794 :

  • 39 MacDowell, op. cit., p. 177. Voir aussi Ian McBride, « William Drennan and the Dissenting Traditio (...)

The first and noblest principle of religion, the unity of the Godhead, was not as explicitly acknowledged in Christianity as in Mohammedanism39.

27Il y a également des raisons de croire qu’Arthur O’Connor, admirateur et futur gendre de Condorcet, dont il ajoindra le nom au sien, et ami de Volney, était lui aussi au moins déiste. Dans son ouvrage sur le State of Ireland, en 1798, il critique longuement, nous l’avons vu, l’Église établie et soutient la liberté de conscience, affirmant que la croyance est une affaire entre l’individu et son Dieu. Mais il le fait dans des termes qui ont un fort accent déiste :

  • 40 Arthur O’Connor, State of Ireland, p. 17-18.

When I contemplate the various attributes of that mighty Power which has created and moves the myriads of worlds I see floating round me when, as an inhabitant of this globe, which the same Power has created and animated, I attempt, from the contemplation of his works, to collect the numerous laws by which he ordained his creatures should be directed and governed – when I consider the difficulty of knowing which to admit, and which to reject, of those writings, which, in so many ages, and in so many nations, have been received and accredited as coming from God, for the rule and direction of man – when I consider how many various interpretations the mind of Man has given to those scriptures, received and accredited among Christians, written in trope, in metaphor, in figure, in parable, and in allegory – I cannot conceive how any two thinking men [...] could form the same opinion on such an extensive and difficult subject40.

  • 41 Voir F. MacDermot, op. cit., p. 54.
  • 42 État religieux de la France et de l’Europe, par C.-P. de Lasteyrie, A. Condorcet-O’Connor, Isamber (...)
  • 43 F. MacDermot, op. cit., p. 67.

28Il est probablement sympathique aux vues déistes et considère toutes les religions organisées comme également valables ; et il est certainement anticlérical. De toute façon, la sœur d’Edward Fitzgerald était choquée par ses opinions irréligieuses41. Nettement plus tard, il publiera en France avec d’autres un Journal de la liberté religieuse, anticlérical, qui s’opposera à la domination de l’Église catholique et affirmera la nécessité de la tolérance42, et il sera enfin enterré sans cérémonie religieuse43.

  • 44 Thomas Moore, Memoirs of Lord Edward Fitzgerald, Paris, 1835, p. 73.
  • 45 Ibid., p. 206, et lettre de Lady Louisa Connolly, p. 183.
  • 46 Voir Ann Thomson, « Thomas Paine and the United Irishmen », Études Irlandaises, juin 1991, p. 109- (...)

29Est-ce que nous pouvons supposer que son ami et allié Lord Edward Fitzgerald, partisan enthousiaste de la Révolution française, qui renonce à son titre héréditaire dans un banquet célèbre à Paris en novembre 1792, partage les mêmes opinions ? C’est un ami intime de Paine et il loge chez lui pendant sa visite à Paris44. Pourtant son biographe affirme avec insistance que c’était un chrétien convaincu, et ceux qui l’ont vu sur son lit de mort en prison affirmaient qu’il lisait la Bible45. Mais le vieux radical Napper Tandy, ami de longue date de Thomas Paine qui le soutient jusqu’au bout46, partage probablement les opinions religieuses de ce dernier. Les noms que nous venons de citer sont sans doute parmi les plus radicaux des dirigeants des Irlandais-Unis et les plus acquis à la cause républicaine. Mais il faut conclure que les Irlandais-Unis en général refusent le déisme de Paine, tout en acceptant ses opinions politiques.

30Leur refus des divisions et du fanatisme religieux les incitent à favoriser une religion « éclairée » et à soutenir la tolérance, mais ne va pas, sauf dans des cas exceptionnels, jusqu’au refus de toute religion organisée, et encore moins à l’athéisme.

***

31Mais il est, nous l’avons vu, difficile de formuler des généralisations concernant les opinions des membres ou des dirigeants de la société des Irlandais-Unis, car il existe de nombreuses divergences, sur le plan tant politique que religieux. Mais ce qui est remarquable c’est que, quelles que soient leurs opinions religieuses personnelles, ils sont d’accord pour affirmer publiquement que ce sont les divisions religieuses qui ont permis au gouvernement britannique de les gouverner et que ce n’est que par l’union qu’ils pourront obtenir des réformes ou se libérer totalement de ce joug. Ainsi, dans leur déclaration du 14 décembre 1792 adressée aux Volontaires, ils affirment :

  • 47 Society of United Irishmen of Dublin, Dublin, 1794, p. 46.

We adhere to no sect, but to society, to no creed but Christianity, to no party, but to the whole people47.

32Pour la Société des Irlandais-Unis donc, le peuple se compose des Irlandais des trois religions, et pour grand nombre d’entre eux il faut abolir l’église établie pour instaurer la liberté des consciences. Il y a un effort pour séparer la politique de la religion, effort dicté par une situation où, selon eux, un véritable changement en Irlande ne peut être obtenu que par l’union de la partie la plus avancée de la nation (les Dissenters) avec la partie la plus nombreuse, les catholiques. Mais cette affirmation du principe de la laïcité n’exclut pas un sentiment de supériorité de la part des protestants et une tendance à croire que la religion catholique en particulier est un facteur qui favorise l’abrutissement des esprits. Le progrès des catholiques, pour nombre des Irlandais-Unis, qu’ils soient protestants convaincus ou déistes, s’accompagnera d’une diminution de l’influence de l’église catholique. Car les premiers sont influencés par l’hostilité traditionnelle envers les papistes, tandis que les derniers s’opposent à toute religion organisée, censée favoriser la superstition. Au-delà de la nécessité de créer une nation unie et d’obtenir des droits égaux pour tous les Irlandais, le fond de la question religieuse est évité. Il faut éviter de heurter les sensibilités des concitoyens, en restant au plan des buts politiques auxquels peuvent souscrire tous les membres de la société et en évitant d’approfondir la question religieuse en affichant ses croyances. Les plus optimistes semblent croire que le progrès des « Lumières » et de la liberté apportera le déclin de la superstition, et la plupart prétendent que, sans l’influence néfaste du gouvernement anglais, les divisions religieuses s’estomperont. L’abolition d’une Église établie et l’affirmation de la tolérance religieuse sont donc leurs buts. Mais, comme d’autres l’ont souligné, ces idéaux « éclairés » ignorent les réalités de la situation irlandaise, qui en ont décidé autrement.

Notes

* Communication présentée dans le cadre de la journée « Religion et identité nationale » à l’Université de Caen en 1993.

1 Voir par exemple R.R. Madden, The United Irishmen, their Lives and Times, 1st series, vol. II, appendix n° IV, p. 342.

2 R. R. Madden, op. cit., 1st series, vol. I, p. 24.

3 T. Wolfe Tone, « First Memorial », The Life of Theobald Wolfe Tone (cité désormais Life), ed. by his son, Washington, 1826, vol. I, appendix, p. 183-185.

4 Voir les remarques de Wolfe Tone dans son journal et de Marianne Elliott, Wolfe Tone, Prophet of Irish Independence, Yale UP, 1989, p. 201.

5 T. Wolfe Tone, An Argument on Behalf of the Catholics of Ireland, 1791: Life, I, 346.

6 Sur tous ces développements, voir R. B. McDowell, Irish Public Opinion, 1750-1800, Londres, Faber, 1943 (Studies in Irish History, I), ainsi que l’article de T. Bartlett, supra.

7 Voir la Declaration de la première société des Irlandais-Unis. Dublin, le 9 novembre 1791, reproduite dans R. R. Madden, op. cit., 1st series, vol. II, Appendix II, p. 304-305.

8 Voir R. R. Madden, op. cit., 1st series, vol. I, p. 202-203.

9 Life, I, p. 277-279.

10 Life, I, p. 157.

11 Life, I, p. 164, 187.

12 T. Wolfe Tone, An Argument on Behalf of the Catholics of Ireland : cf. Life, I, p. 358.

13 Voir Marianne Elliott, op. cit., p. 114-115, et l’article de Th. Bartlett, supra.

14 Selon S. Nielson, qui rapporte ce qui fut dit dans une réunion le 28 janvier 1792 : voir R. R. Madden, op. cit., 2nd series, I, p. 84-85.

15 Life, 1st series, vol. II, p. 124.

16 Arthur O’Connor, State of Ireland, s.l., 1798, p. 131-134.

17 Life, I, p. 187.

18 Life, II, p. 296.

19 Life, II, p. 201. A ce sujet voir aussi Marianne Elliott, op. cit., p. 111-120.

20 Statement of the Situation of Ireland, Found on Jackson’s Arrest, [April, 1794], Life, I, p. 277-279.

21 Thomas Russell, A Letter to the People of Ireland, on the Present Situation of their Country, Belfast, 1796, cité par R. R. Madden, op. cit., 3rd series, vol. II. 1846, p. 165-168.

22 Voir l’article de F. MacDermot, « Arthur O’Connor », Irish Historical Studies, XV, n° 57, 1966, p. 48-69.

23 Arthur O’Connor, A Letter to the Earl of Carlisle, Occasioned by his Lordship’s Reply to Earl Fitzwilliam’s Two Letters, Londres, 1795, p. 11-13.

24 Life, I, p. 221.

25 R. R. Madden, op. cit., 2nd series, vol. II, 1843, p. 92-93, 248.

26 Voir R. R. Madden, op. cit., 1st series, ii, 54, et Simon Davies, « The Northern Star and the Propagation of Enlightened Ideas », Eighteenth-Century Ireland. V, 1990. p. 143-152.

27 Voir R. B. McDowell, op. cit., p. 163 sq.

28 Voir Life, II, p. 22 (23 février 1796).

29 Voir R. B. McDowell, op. cit., p. 173.

30 Voir R. R. Madden, op. cit., 2nd series, I, p. 251 sq ; 3rd series, III, p. 275.

31 Voir Marianne Elliott, op. cit., p. 94-95.

32 R. R. Madden, op. cit., 3rd series, II, p. 200-202.

33 Voir R. B. McDowell, op. cit., p. 173.

34 Voir Marianne Elliott, Partners in Revolution, Yale UP, 1982, p. 54-55 ; David V. Erdman, “Commerce des Lumières”. John Oswald and the British in Paris 1790-1793, University of Missouri Press, 1986, p. 245-246.

35 R. R. Madden, op. cit, 1st series, II, 125, p. 220-224.

36 Ibid., p. 276-277.

37 Dans les notes de Pelham, cites par MacDowell, op. cit., p. 177.

38 Voir James Smyth, « Dublin’s Political Underground in the 1790s ». in G. O’Brien (ed.), Parliament, Politics and People, Irish Academic Press, 1989, p. 135.

39 MacDowell, op. cit., p. 177. Voir aussi Ian McBride, « William Drennan and the Dissenting Tradition », in D. Dickson, D. Keogh et K. Whelan (eds), The United Irishmen. Republicanism, Radicalism and Rebellion, Dublin, The Lilliput Press, 1993. p. 49-61.

40 Arthur O’Connor, State of Ireland, p. 17-18.

41 Voir F. MacDermot, op. cit., p. 54.

42 État religieux de la France et de l’Europe, par C.-P. de Lasteyrie, A. Condorcet-O’Connor, Isambert..., Paris, Brockhaus et Avenarius, 1844.

43 F. MacDermot, op. cit., p. 67.

44 Thomas Moore, Memoirs of Lord Edward Fitzgerald, Paris, 1835, p. 73.

45 Ibid., p. 206, et lettre de Lady Louisa Connolly, p. 183.

46 Voir Ann Thomson, « Thomas Paine and the United Irishmen », Études Irlandaises, juin 1991, p. 109-119.

47 Society of United Irishmen of Dublin, Dublin, 1794, p. 46.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Caen, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540